Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Argumentation et discours politique

 | 
Simone Bonnafous
, 
Pierre Chiron
, 
Dominique Ducard
, 
et al.

Avant-propos

Pierre Carlier

Texte intégral

  • 2 C. Perelman et L. Obrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, Paris, 1958, p. 6-8 ; C. Perelman, L (...)
  • 3 D. Ducard, ci-dessous p. 192.
  • 4 Pour une critique de cette tendance, voir M. H. Hansen, Polis et cité-Etat. Un concept antique et (...)

1Le renouveau des études rhétoriques, qui a commencé il y a près d’un demi-siècle sous l’impulsion de Chaïm Perelman, se réclame explicitement de la rhétorique antique, et notamment d’Aristote2. Il est donc normal qu’un colloque intitulé Discours et argumentation politique associe des spécialistes de l’Antiquité et des spécialistes du monde contemporain, et l’on observe avec intérêt que ces derniers se réfèrent volontiers à Aristote, à Cicéron, à Quintilien et même à Hermogène de Tarse3 non pour orner leur propos, mais pour fonder leur analyse. Le phénomène est logique, mais cette façon de considérer l’Antiquité classique comme une source d’inspiration vivante n’en est pas moins remarquable, alors que la tendance dominante dans les études d’histoire religieuse, politique et sociale des trente dernières années est plutôt d’opposer les Anciens et les Modernes, « eux » et « nous »4.

  • 5 L’Argumentation, Liège, 1990.
  • 6 Ibid., p. 109-110.

2L’argumentation avait déjà fait l’objet en 1987 d’un colloque de Cerisy, organisé par Michel Meyer, auquel participaient des antiquisants, des épistémologues et des logiciens5 Les thèmes centraux — très aristotéliciens — en étaient d’une part la relation entre logique et rhétorique, d’autre part l’analyse des « stratégies discursives ». Certains exemples étaient empruntés à la politique (en particulier la belle analyse du « Quousque tandem abuteris, Catilina, patientia nostra ? » par le regretté Olivier Reboul6), mais le discours politique en tant que tel n’était pas au centre de la discussion. Le colloque de Cerisy de septembre 2001 a été, lui, exclusivement consacré à l’argumentation politique. Cette rencontre a permis de confronter les recherches très nombreuses conduites au cours des quinze dernières années par des équipes de sociologues, d’historiens, de linguistes et de spécialistes de la communication.

3L’intensité des recherches récentes sur le discours politique ne tient pas seulement à des raisons théoriques. Elle s’explique aussi par la fin de l’illusion communiste, qui a largement précédé la chute du Mur de Berlin, par la surprise et le scandale que représentent la résurgence et le succès relatif des discours xénophobes d’extrême-droite et par les critiques souvent adressées au discours politique en général, assimilé à une « langue de bois » à la fois pauvre de sens et trop éloignée du langage courant. Une question politique cruciale est à l’arrière-plan des discussions sur la rhétorique politique : comment maintenir, développer ou rétablir non seulement la communication politique entre gouvernants et gouvernés, mais surtout le débat public ouvert à tous qui caractérise un régime vraiment démocratique ?

  • 7 C’est pourquoi plusieurs contributions de ce colloque sont consacrées à des textes littéraires.

4L’expression « discours politique » évoque d’abord des discours prononcés oralement par des hommes politiques devant un auditoire assez nombreux en certaines occasions solennelles (débat parlementaire, inauguration d’un édifice, congrès d’un parti, campagne électorale, allocution télévisée par exemple). Une telle définition est évidemment trop étroite. Un auteur dramatique fait souvent tenir des discours politiques à ses personnages et fait quelquefois passer un message politique à ses spectateurs ; de nombreux écrits — articles de presse et même romans — développent une argumentation politique7 Dès que deux personnes sont réunies et parlent de politique, elles tiennent des discours politiques. On peut aller plus loin encore :

« les arguments par lesquels nous convainquons les autres en parlant sont les mêmes que nous utilisons lorsque nous réfléchissons » (Isocrate, Nicoclès 8).

5La délibération consiste toujours à confronter les arguments « pour » et les arguments « contre ».

  • 8 C’est ce qui ressort notamment des analyses très précises présentées par Marianne Doury à Cerisy ( (...)

6Dire que « tout est politique » est certes un point de vue totalitaire, mais le domaine de la politique est large. Tout propos qui implique un jugement sur l’organisation de la communauté est politique. Parler de son voisin bourgeois, fonctionnaire, RMIste ou immigré, c’est souvent tenir un discours politique. La richesse des thèmes abordés au cours du présent colloque, et la diversité des types de documents analysés (Platon, Aristote, Cicéron, Tacite, les rhéteurs grecs de l’époque hellénistique et romaine, les panégyristes de Louis XIV, les orateurs de la Révolution française, Benjamin Constant et Mme de Staël, Zola, Brecht, Aimé Césaire, le général de Gaulle, les débats parlementaires, les « écrivants » des ministres, le cérémoniel des conseils municipaux, la télévision en métropole et à La Réunion, les sites internet et les discussions chez le marchand de journaux, etc.) illustrent bien la grande extension du domaine du discours politique. On est frappé par les échos et les correspondances entre tous ces discours d’époques éloignées, prononcés par des personnes de niveau social différent sur des supports divers. Bien entendu, les visées des discours varient, ainsi que leurs procédés, leur caractère plus ou moins figuré, la place plus ou moins grande qu’ils réservent à l’ethos et au pathos (pour ne citer que quelques-unes des variantes que devrait prendre en compte une classification globale). Néanmoins, on ne saurait opposer en bloc éloquence ancienne et éloquence moderne, ni rhétorique des élites et rhétorique populaire. On retrouve souvent les mêmes arguments, présentés de manière analogue, au Parlement et au bistrot du coin ; des conversations surprises chez un marchand de journaux peuvent mettre en œuvre des procédés rhétoriques aussi subtils que la prosopopée et le dialogue fictif8.

  • 9 Voir ci-dessous p. 153.
  • 10 Rhétorique, I, 1, 1354b-1355a.

7Le discours politique des hommes politiques est souvent accusé de vouloir manipuler. Y a-t-il des critères permettant de reconnaître des discours manipulateurs ? Philippe Breton9 a mis en évidence l’un des procédés les plus flagrants du discours manipulateur, l’amalgame, ou, pour reprendre l’expression d’Aristote, « le parler hors de la cause »10 (ainsi, lorsqu’un chef de la Ligue lombarde qualifie les commissaires de Bruxelles de « technocrates et pédophiles »). Il y a bien d’autres types de paralogismes analysés par Aristote, par exemple la dissociation et l’omission : ainsi, un éloge d’Oreste loue le fils d’Agamemnon d’avoir vengé son père et tué une épouse adultère et meurtrière, en omettant de préciser que cette meurtrière est sa mère.

  • 11 Voir sur ce point A. Principato, ci-dessous p. 52.

8Les arguments manipulateurs peuvent être réfutés par d’autres arguments. La manipulation la plus redoutable est celle qui se passe d’argument, qui met en condition par la mise en scène, la musique, l’adoration du roi ou du chef. Le discours n’a plus alors rien à voir avec quelque raisonnement que ce soit : il ne sert plus qu’à susciter l’enthousiasme, à enflammer des passions qui se transmettent dans le peuple comme le courant électrique (l’image est déjà utilisée par Mme de Staël11. Répété, il vise à provoquer un réflexe pavlovien d’obéissance.

  • 12 Iliade, IV, 1-72
  • 13 Sur ce remarquable exemple de « discours figuré », voir ci-dessous P. Chiron, p. 171.
  • 14 L’ensemble de l’épisode occupe les vers 1 à 155 du chant II de l’Iliade.

9Entre la mise en condition pavlovienne et le paralogisme, il y a place pour bien des formes de manipulation, qui relèvent du calcul. Les premiers discours politiques connus, ceux de l’Iliade, sont déjà souvent de subtiles manœuvres. Zeus a promis à Thétis, la mère d’Achille outragé par Agamemnon, de provoquer la déroute des Achéens. Il sait qu’Héra, qui protège les Achéens, est méfiante. Aussi propose-t-il de mettre fin à la guerre de Troie. Héra proteste à l’idée que Troie puisse être sauvée. Zeus déclare se rallier au point de vue d’Héra, et peut ainsi exécuter son dessein12. Un roi a parfois intérêt, pour arriver à ses fins, à proposer le contraire de ce qu’il veut. Agamemnon, auquel un songe trompeur de Zeus a promis la victoire, sait que ses troupes sont lasses de la guerre, et qu’il risque de se heurter à un refus s’il leur demande franchement de reprendre le combat. Aussi décide-t-il de proposer un rembarquement, en chargeant les anciens de protester contre son avis. Dans son discours, en apparence défaitiste, il glisse de nombreuses indications suggérant que la retraite est honteuse et la victoire possible13. La manœuvre est très habile, mais délicate. En l’occurrence, elle échoue complètement, tous les Achéens se précipitant vers leurs vaisseaux14. De telles démarches obliques et tortueuses se retrouvent tout au long de l’histoire. Rares sont les hommes politiques qui, voulant faire décider une guerre, se contentent de répéter franchement comme Caton l’Ancien « Delenda est Carthago ». Le calcul est inséparable de la lutte politique ; on ne saurait espérer un discours politique transparent.

10La manœuvre politique comporte souvent une part de flatterie. La démagogie est inévitable là où le pouvoir dépend du peuple, mais le phénomène n’est pas propre à la démocratie. Dans les oligarchies, un orateur peut chercher à gagner l’appui du groupe au pouvoir par une surenchère qui flatte les passions des oligarques. Même les monarques absolus et les tyrans recherchent la popularité. Dénoncer la démagogie — des autres — est un thème de prédilection des démagogues.

  • 15 Voir en particulier S. Bonnafous, ci-dessous p. 249.

11Les propos actuels sur la dégénérescence du discours politique15 font écho à d’autres sur la décadence de l’école, de la télévision, voire de la culture, et ces développements nostalgiques reprennent des lieux communs attestés depuis l’Antiquité ; il n’est guère d’époque où l’on n’ait déploré le malheur des temps, la crise, le déclin (il est plus rare que, comme sous le règne de Louis XIV, l’exaltation du présent soit le discours dominant). Le parallèle avec les discussions romaines sur le déclin de l’éloquence est particulièrement intéressant. Dans le Dialogue des Orateurs de Tacite (§ 41), Maternus déclare :

« tout comme les corps robustes n’ont pas besoin de médecin, les peuples bien portants n’ont pas besoin de rhétorique ».

12L’éloquence fleurit dans les périodes de guerre civile ; l’ordre établi par un bon princeps la rend superflue. Carlos Lévy résume ainsi l’opinion de Tacite lui-même :

  • 16 Ci-dessous, p. 237.

« Discuter de l’éloquence ne présente aux yeux de Tacite qu’un intérêt : montrer que l’essentiel est ailleurs »16.

13Certains de nos contemporains ont un point de vue voisin de celui des partisans lucides du principat romain. Les gouvernants devraient être des administrateurs compétents qui « gèrent les problèmes » (c’est l’expression à la mode) et « communiquent » bien ; les débats rhétoriques seraient dépassés. Face à cette conception, la nostalgie du discours politique d’antan n’est pas seulement une affaire de goût (écouter Churchill ou de Gaulle était une jouissance esthétique), elle traduit aussi un attachement profond au débat public.

14Il ne saurait être pour autant question d’idéaliser le débat politique d’hier, dont l’outrance et le sectarisme sont des caractéristiques fréquentes. On peut néanmoins concevoir une forme de discours politique plus modeste et plus nuancé qui tienne le juste milieu entre le dogmatisme de certains militants et l’arrogance des technocrates.

  • 17 Ci-dessous, p. 213.

15À la fin de son analyse du portrait du bourgeois dans le discours socialiste de 1830 à 1917, Marc Angenot souligne que pendant toute la « première modernité », de 1789 à 1989, de nombreux hommes politiques, assurés de détenir la vérité et de préparer l’avènement d’une société parfaite, ont développé à la fois une rhétorique de l’espérance et une rhétorique de la haine17. M’appuyant sur cette observation, j’avais suggéré le 9 septembre 2001 que la période actuelle de désenchantement pouvait redonner une place centrale à la rhétorique au sens ancien du terme, dont le rôle est de délibérer non sur des certitudes, mais sur « ce qui peut être ou ne pas être » (Aristote), de faire des propositions vraisemblables sur ce qui est probablement plus opportun, probablement plus utile, probablement plus juste.

16Deux jours plus tard, les événements tragiques du 11 septembre ont montré que la rhétorique de la haine reste puissante et meurtrière. Depuis lors, l’opposition manichéenne du Bien et du Mal est revenue au premier plan.

Notes

2 C. Perelman et L. Obrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, Paris, 1958, p. 6-8 ; C. Perelman, Le Champ de l’argumentation, Bruxelles, 1970, p. 7 et p. 13-14 notamment.

3 D. Ducard, ci-dessous p. 192.

4 Pour une critique de cette tendance, voir M. H. Hansen, Polis et cité-Etat. Un concept antique et son équivalent moderne, trad. fr., Paris, 2001, p. 19-27.

5 L’Argumentation, Liège, 1990.

6 Ibid., p. 109-110.

7 C’est pourquoi plusieurs contributions de ce colloque sont consacrées à des textes littéraires.

8 C’est ce qui ressort notamment des analyses très précises présentées par Marianne Doury à Cerisy (qui ne figurent pas dans ce volume).

9 Voir ci-dessous p. 153.

10 Rhétorique, I, 1, 1354b-1355a.

11 Voir sur ce point A. Principato, ci-dessous p. 52.

12 Iliade, IV, 1-72

13 Sur ce remarquable exemple de « discours figuré », voir ci-dessous P. Chiron, p. 171.

14 L’ensemble de l’épisode occupe les vers 1 à 155 du chant II de l’Iliade.

15 Voir en particulier S. Bonnafous, ci-dessous p. 249.

16 Ci-dessous, p. 237.

17 Ci-dessous, p. 213.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540