Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juger la politique

 | 
Philippe Garraud
, 
Jean-Louis Briquet

Quatrième partie. Les usages politiques de la critique

13. Moralité privée, morale publique

L’exception américaine

François Vergniolle de Chantal

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 La définition est de Thompson (D. F.), « The Private Lives of Public Officials », in Fleishman (J. (...)

1Les États-Unis ont au moins une spécificité clairement reconnue par rapport aux autres grandes démocraties occidentales : la vie privée des élus y est soumise à une observation intense de la part des médias et, plus généralement, de l’ensemble des électeurs. Définie comme « l’ensemble des activités qui peuvent être connues, observées ou dans lesquelles l’on peut s’ingérer seulement avec l’accord de la personne concernée »1, la vie privée des hommes ou des femmes politiques aux États-Unis n’est jamais considérée avec la même distance qu’en France par exemple. Ainsi, à l’occasion du scandale Lewinski, on a assisté, parmi les commentateurs étrangers, à un retour marqué des images caricaturales sur le puritanisme américain, intransigeant et inquisiteur, bien loin de la « salutaire distance » cultivée en Europe en général, et en France en particulier. S’il est bien vrai que le puritanisme est une composante essentielle de la société américaine, la focalisation dont il fait l’objet tend à dissimuler d’autres éléments, particulièrement intéressants pour comprendre les logiques à l’œuvre sur la scène politique aux États-Unis. C’est à ces facteurs, trop souvent ignorés, que nous allons nous intéresser afin de rendre compte de ce qui est souvent présenté comme une « exception » américaine : le poids de la vie privée dans le débat public. Pour comprendre le rapport entre sphère privée et sphère publique, notre argumentation va souligner l’importance de deux variables : d’abord la configuration politique, avec les victoires que les conservateurs enregistrent depuis trente ans ; puis, comme facteur de plus long terme, l’aménagement institutionnel propre au système politique des États-Unis. Au-delà d’un fond culturel emprunt de puritanisme, l’importance des mœurs privées dans le débat public d’outre-Atlantique dépend essentiellement de ces deux facteurs.

2Il est assez frappant de constater l’évolution de l’opinion publique américaine durant les trente dernières années. Aucune étude des rapports entre sphère privée et sphère publique aux États-Unis ne peut passer sous silence la formidable évolution qui encadre le changement des perceptions aussi bien des élites politiques que de la masse des électeurs. Après trente ans d’ascendant conservateur, le centre de gravité du débat politique s’est massivement orienté à droite et, ce faisant, le thème de l’ordre moral – avec le contrôle des mœurs qu’il implique – est devenu un élément central de la vie politique. Second élément curieusement négligé : les conditions institutionnelles de pratique du débat public – en envisageant ici l’ensemble des institutions politiques fédérales et fédérées. Il n’est en effet pas satisfaisant de présenter l’actuel retour des questions de vie privée sur la scène publique comme une simple manipulation de leaders de droite, une instrumentalisation d’un héritage culturel qui « parle » plus que jamais à l’Américain moyen. Lorsque le procureur Starr lance son offensive contre Bill Clinton, la manipulation partisane est éclatante : le vote sur les chefs d’accusation pour la destitution a constamment suivi les lignes du clivage des partis. Mais on peut certainement faire remonter l’analyse au-delà de cette constatation d’évidence. Par exemple en se demandant pourquoi les États-Unis se sont dotés, en 1978, d’une institution si particulière, celle du procureur indépendant, alors que les équivalents étrangers sont rares ? Ne faut-il pas voir là, au-delà du choc immédiat que constitue le Watergate, un effet d’une structure politique où le système des « poids et contrepoids » (checks and balances, mais aussi séparation des pouvoirs, fédéralisme, multiplication des agences administratives, etc., en bref tout l’équilibre institutionnel) rend le déroulement du débat public particulièrement complexe et appelle, a contrario, des moyens de le rendre plus lisible.

  • 2 Cette recrudescence est analysée dans Garment (S.), Scandal. The Crisis of Mistrust in American Po (...)

3En fait, notre hypothèse de travail dépasse la question de l’héritage religieux pour souligner le rôle à la fois des élites conservatrices et des conditions concrètes de déroulement du débat politique (son organisation institutionnelle) pour tenter d’expliquer la place prise par la vie privée des hommes publics dans le débat politique d’outre-Atlantique. Car, c’est un fait, notre interrogation se nourrit d’une réelle augmentation de scandales liés à des affaires privées ou bien – autre indicateur – du nombre de procès en cours sur des questions de même ordre2. Ces questions seront traitées en deux temps. D’abord, il s’agira de donner les raisons qui expliquent que la vie politique américaine est généralement analysée comme accordant une attention grandissante aux problèmes privés. Dans ce panorama des idées toutes faites, trois éléments paraissent devoir être soulignés. Le plus ancien est l’héritage religieux du puritanisme ; puis le phénomène de la personnalisation de la vie publique, que l’on peut faire remonter – chronologiquement et causalement – à la forte démocratisation des années 1830 ; enfin, le développement le plus contemporain est la croissance du rôle des médias et leur changement d’attitude après le scandale du Watergate. Ces trois évolutions, généralement présentées comme des causes déterminantes dans la confusion entre vie privée et vie publique, masquent en fait l’origine réelle du phénomène. Leur influence, c’est mon hypothèse, est relativement superficielle. Plus décisif apparaît l’instrumentalisation de la vie privée par les conservateurs. Finalement, pour conclure, je m’interrogerai sur le contexte institutionnel qui encadre ces changements politiques pour montrer les affinités, à priori paradoxales, entre les institutions politiques et l’instrumentalisation de la vie privée.

Vie privée, morale publique

  • 3 Dans un manuel classique, James Q. Wilson et John J. DiIulio (Jr.) soulignent cet aspect religieux (...)
  • 4 Courtine (J.-J.), « Les dérives de la vie publique. Sexe et politique aux États-Unis », Esprit, n° (...)
  • 5 La justification a aussi une raison purement judiciaire. La conséquence directe de la reconnaissan (...)

4C’est bien sûr l’héritage religieux qui constitue le premier élément venant à l’esprit quand on considère l’importance de la vie privée dans le débat public américain. La thèse est évoquée par l’ensemble des spécialistes, aussi bien en Europe que de l’autre côté de l’Atlantique. Il s’agit d’un trait essentiel de la culture politique du pays3. Le puritanisme contraignant, inquisiteur, régnerait toujours en maître aux États-Unis, dès lors que le sexe est impliqué. L’intolérance en la matière remonterait aux origines de la nation, fondamentalement religieuses, où politique et morale sont indissociablement liées. Les premiers colons sont venus en Amérique avec l’idée de fonder une nouvelle société politique, rompant avec la corruption qui sévissait en Europe. Cette exigence morale et le contrôle social qu’elle implique n’ont jamais totalement disparu des mentalités collectives. Le scandale Clinton en serait une manifestation de plus après bien d’autres : les enfants illégitimes de Benjamin Franklin ou de Grover Cleveland, les amours sulfureuses de Thomas Jefferson ou de Alexander Hamilton, etc. Pour Jean-Jacques Courtine, au-delà de l’aspect anecdotique de telles affaires, c’est la question de la vérité et du mensonge en politique qui se pose aux électeurs. Il résume ce problème en parlant de « politique de la confession »4. Depuis le scandale du Watergate en particulier, mentir publiquement est devenu politiquement périlleux. Lorsque Gary Hart, lors des primaires démocrates en 1987, est reconnu comme ayant dissimulé des faits sur sa vie privée, il est obligé de se retirer de la course présidentielle. Dernièrement, si l’affaire Lewinski a tourné autour de la définition « correcte » des rapports sexuels « véritables », c’est en grande partie parce que Clinton ne voulait pas que ses adversaires puissent convaincre l’opinion qu’il avait menti, en janvier 1998, lorsqu’il avait nié toute relation sexuelle avec la stagiaire5. Reconnaître un mensonge public aurait certainement abouti à le discréditer, du moins le pensait-il. D’où son obstination à maintenir sa première version des faits, et n’admettre finalement qu’une « relation inappropriée » (unappropriate relationship) en août 1998, lors de sa déposition devant un grand jury, tout en maintenant que sa précédente déposition avait été « légalement » exacte.

  • 6 Nixon par exemple, en 1952, fait publiquement état de sa vie familiale pour montrer à quel point i (...)
  • 7 Tocqueville (A. de), De la démocratie en Amérique, Paris, Garnier-Flammarion, tome ii, 1998, p. 12 (...)
  • 8 Cf. Shain (B. A.), The Myth of American Individualism. The Protestant Origins of American Politica (...)

5On pourrait multiplier les exemples en la matière. L’idée est toujours la même : le comportement américain à l’égard des mœurs privées des hommes politiques reste imprégné de religiosité. Plus précisément, il semble influencé par la pratique de la confession. Dans les pays de culture catholique, on le sait, la confession est secrète. Rien de tel dans la culture de l’évangélisme protestant : l’examen de conscience est personnel, mais il se combine à un contrôle extérieur de la communauté, par le biais de la pratique de l’aveu, de la confession6 publique. Cet aspect n’était pas présent dans le puritanisme originel, contrairement à ce qu’écrit J.-J. Courtine après tant d’autres. Il a été importé au XIXe siècle par les mouvements évangélistes. C’est cet héritage-là qui a profondément marqué les mentalités et non pas le puritanisme strict des premiers colons, fait de prédestination et de rationalité. L’analyse de Tocqueville garde certes toujours sa pertinence : « C’est la religion qui a donné naissance aux sociétés anglo-américaines : il ne faut jamais l’oublier ; aux États-Unis, la religion se confond avec toutes les habitudes nationales et les sentiments que la patrie a fait naître »7. Mais, si le puritanisme est bien le facteur le plus ancien – et celui qui vient immédiatement à l’esprit –, c’est son interprétation évangélique qui joue le rôle le plus important en affectant la forme de la confusion entre privé et public (à travers notamment la confession). Cet arrière-plan culturel a été décisif dans la configuration des mentalités politiques8. Il existe donc bien aux États-Unis un héritage culturel fortement religieux, qui prédispose à poser les termes de la vie publique selon un modèle où la vie privée des hommes publics joue un rôle important. Présent dès l’origine, ce modèle s’est transféré d’une époque à l’autre sans grande difficulté.

  • 9 Cmiel (K.), Democratic Eloquence. The Fight over Popular Speech in XIXth Century America, New York (...)
  • 10 Sur les modifications de la culture politique dans la première moitié du XIXe siècle, cf. Formisan (...)

6Deuxième thème qui mérite d’être développé : celui de la « représentativité » dans la vie publique, autrement dit, de la personnalisation de la scène politique. Contrairement à ce que l’on peut croire, il ne s’agit pas là d’une tendance que l’on peut directement lier à l’influence des médias. Et ce pour une raison essentiellement chronologique : le processus de personnalisation est bien antérieur au développement des médias audiovisuels. On peut en repérer les premiers éléments dès le début du XIXe siècle, c’est-à-dire lors de la démocratisation et de la « massification » du système politique, puis, dans un second temps, avec le développement du mécanisme des primaires électorales, qui va encore accentuer ce tournant. Comme l’indique un auteur récent, les discours dans la sphère publique se modifient sensiblement dans cette période9. Ces changements discursifs reflètent les mutations dans les conditions de déroulement de la vie publique : extension du suffrage masculin, démocratisation des procédures de sélection des candidats, fin des dynasties politiques au profit de candidats issus de couches sociales moins favorisées, etc. Au total, la culture politique des premières années du XIXe siècle se modifie profondément, ce qui ne va pas, bien sûr, sans avoir un impact sur la communication publique10.

7Les traditions élitistes de rhétorique civique qui, par exemple, incluaient la multiplication des pamphlets au contenu souvent philosophique – Le Fédéraliste (1788) étant le plus fameux d’entre eux – se perdent : elles ne correspondent plus aux exigences d’une société de masse, commerçante, où les classes moyennes ont un poids déterminant. Les formes et les styles langagiers se modifient : les discours utilisent une prose simple, déclarative, sans ornements superflus. Le recul des usages rhétoriques va amener à l’adoption plus fréquente d’un style dialogué, familier, proche de ce que peut être une simple conversation. En fait, la norme devient la suivante : l’homme public doit s’adresser à chacun sur le mode d’une conversation privée. Les indications de ce changement sont légions. On peut en retenir deux. Sous Jackson (dans les années 1830), se généralise la pratique de l’attribution de surnom aux candidats (old hickory dans son cas), ce que l’on n’imagine guère possible avec Washington ou Jefferson. Beaucoup plus récemment, le candidat George Bush (senior), sur le conseil de ses consultants, s’est bien gardé de faire savoir qu’il connaissait le français, sous peine d’accentuer encore un peu plus son image déjà élitiste d’un membre de l’intelligentsia de la côte Est. Ce genre de petits détails ne doit pas être considéré comme anecdotique. Ils reflètent clairement un changement des rapports entre sphère publique et vie privée, dans la mesure où les traits personnels sont autant – si ce n’est plus – déterminants que le contenu du programme pour séduire l’électorat. La mise en scène des sentiments, largement provoquée par les candidats eux-mêmes pour se donner une dimension plus humaine propre à séduire l’électorat, rend floue la délimitation entre sphère privée et sphère publique. S’il n’y a là rien de spécifiquement américain, il est néanmoins clair que c’est un élément, parmi les quelques autres évoqués ici, qui explique l’intrusion des questions de vie privée au sein de la sphère publique.

  • 11 La presse à scandale est apparue à la fin du XIXe siècle (muckraking). Elle est à l’origine de la (...)
  • 12 J. P. Dobel souligne que l’affaiblissement des lois sur la diffamation est un puissant incitateur (...)

8Une autre raison doit être invoquée, plus conjoncturelle, mais pas moins importante : la place majeure des médias. Le développement de l’appareil d’information est une des causes du récent accroissement du nombre des scandales. Les moyens modernes de communication – la radio et plus encore la télévision – ont considérablement accru le lien « intime » entre l’homme public et son audience. On sait que Franklin D. Roosevelt s’était fait une spécialité des « causeries au coin du feu » (fireside chats) par le biais de la radio. Ronald Reagan a encore accentué cette tendance en personnalisant au maximum ses interventions télévisées. De la sorte, la proximité visuelle induite par la télévision a très certainement conduit l’électorat à rechercher l’homme privé derrière le masque public. Si la prédominance de la télévision est claire depuis plusieurs décennies, ce n’est pourtant que depuis les années 1970 que les médias ont adopté une attitude agressive de traque à l’encontre des hommes publics, et ce, précisément, en s’attachant à leur vie privée ou à leur caractère. Une série d’événements conjoncturels expliquent cette évolution. Dans la première moitié du XXe siècle (jusqu’aux années 1960), les médias n’étaient pas aussi inquisiteurs que de nos jours11. De Roosevelt à Kennedy, une certaine loi du silence régnait sur les frasques potentielles de la vie privée des présidents. Mais ce modus vivendi ne s’applique plus à partir du début des années 1970. Les troubles de la décennie précédente – assassinats politiques, guerre du Vietnam, etc. – ajoutés au scandale du Watergate transforment le climat politique en suspicion permanente. Certains de ces événements – le Watergate en est l’exemple type – ont montré toute l’importance de la personnalité des personnages officiels pour la conduite de leurs objectifs. Le journalisme « de meute », qui n’hésite pas à faire part de simples rumeurs, est largement audiovisuel ; il recherche du sensationnel à un rythme frénétique12.

  • 13 B. Goldwater fera un score exécrable lors de l’élection présidentielle, l’un des pires d’un candid (...)
  • 14 Sur la montée du consulting politique, cf. Sabato (L. J.), The Rise of Political Consultants. New (...)

9Il ne faut pas oublier non plus le rôle des consultants politiques qui, de plus en plus souvent, entourent les candidats, quel que soit le poste à obtenir. Au niveau présidentiel, l’utilisation de ces consultants a contribué à fortement personnaliser les campagnes électorales, au point que l’on parle maintenant de véritable « assassinat psychologique » (character assassination) pour désigner certaines de leurs pratiques. Dès 1964, la campagne de publicité négative menée par Lyndon Johnson contre Barry Goldwater a joué à plein sur le thème du caractère personnel pour discréditer le candidat républicain : ce dernier est présenté tour à tour comme irresponsable, agressif, incohérent, ce qui a très certainement discrédité ses efforts pour s’imposer comme un candidat « respectable »13. À ce jeu, les consultants républicains des années 1980 ont été les maîtres incontestés. Chaque élection présidentielle a son cortège de spots dévastateurs, couramment utilisés par l’ensemble des candidats. On peut clairement assigner aux consultants une responsabilité immédiate – à égalité avec certains journalistes d’investigation – pour l’évidente dégradation du débat public américain, au sens où les questions de personne y sont devenues des enjeux déterminants14. Pour ne prendre qu’un exemple, en 1988, la désignation démocrate fut marquée par la révélation que Michael Dukakis avait subi un traitement psychiatrique. Même si cette révélation n’est restée qu’une rumeur, l’utilisation que R. Reagan a pu en faire a eu un effet dévastateur.

  • 15 Cf. par exemple Wattenberg (M. P.), The Rise of Candidate-Centered Politics. Presidential Election (...)
  • 16 M. P. Wattenberg (id.) se base sur une série d’études électorales menées régulièrement depuis 1952 (...)

10Des trois grandes tendances que nous venons de présenter, certaines sont issues de la culture politique américaine : puritanisme, démocratisation précoce, etc. D’autres sont plus conjoncturelles : les mouvements des années 1960, les dérives du journalisme d’investigation et de la communication politique, etc. Mais toutes convergent pour assurer, dans l’opinion publique française, cette idée que la vie politique américaine est beaucoup plus axée sur des problèmes de vie privée qu’en Europe. Ce n’est certes pas une opinion erronée. Elle est d’ailleurs largement attestée aux États-Unis même, par exemple dans les nombreux travaux de science politique qui développent l’idée selon laquelle la politique américaine est une «candidate-centered politics »15. L’idée est explicite : il s’agit de souligner le fait que les choix électoraux sont plus guidés par l’évaluation des qualités personnelles des candidats que par leurs programmes, leurs idées ou leurs affiliations partisanes16. Ce thème apparaît comme le point d’aboutissement des différents éléments évoqués jusqu’à présent. Il y aurait donc bien une certaine spécificité des conceptions américaines du politique par rapport à celles qui prévalent dans le contexte français (et plus généralement européen) : dans le premier cas, l’idéologie jouerait un rôle secondaire par rapport aux personnes qui, elles, seraient essentielles ; l’inverse serait vrai dans le second cas. Une telle conclusion est cependant insatisfaisante. Rien dans ce schéma ne permet en effet de comprendre pourquoi ce sont précisément les trente dernières années qui ont été marquées à ce point par un net accroissement des scandales politiques (sauf à surestimer, ce qui est difficilement tenable, le rôle des médias et des consultants politiques). C’est ce paradoxe qu’il nous faut maintenant expliquer.

L’instrumentalisation du moralisme

  • 17 Sur le renouveau idéologique de la vie politique américaine, voir par exemple Gerring (J.), Party (...)
  • 18 Cf. Lowi (T. J.), « Avant le conservatisme et au-delà », Revue française de science politique, n° (...)

11La « révolution conservatrice » des trente dernières années explique la confusion accrue entre vie privée et vie publique et le « mélange des genres » qui caractérise la politique américaine. Si les questions privées ont été dans cette période à la source de tant de controverses, c’est parce que l’agenda public – défini comme l’ensemble des thèmes pour lesquels une action publique est perçue comme légitime et nécessaire – s’est centré autour de problèmes d’ordre privé à cause de la montée d’une idéologie conservatrice issue de l’aile droite du Parti républicain17. Le progrès des valeurs conservatrices a été tel que certains auteurs en sont venus à parler d’une « européanisation » de la vie politique américaine, signifiant par là que la montée d’une droite radicale avait développé des clivages entre la droite et la gauche proches de ceux qui sont courants en Europe18. En l’absence d’autres modifications significatives des rapports de force politiques, ce fait me paraît essentiel pour expliquer l’importance prise par le thème de la vie privée dans la période contemporaine : son instrumentalisation par une droite conservatrice en plein essor.

  • 19 Lacorne (D.), « La politique du soupçon d’immoralité : comparaisons franco-américaines », Pouvoirs(...)
  • 20 Sur le conservatisme américain, la source incontournable est Nash (G. H.), The Conservative Intell (...)
  • 21 Les groupes de fondamentalistes chrétiens, désignés sous le terme global de « nouvelle droite » (N (...)
  • 22 Sur l’actuelle dimension antigouvernementale de la droite américaine, cf. Vergniolle de Chantal (F (...)
  • 23 Sur les groupes religieux populaires et leur mode d’action, une présentation complète se trouve da (...)
  • 24 Sur ce point, voir Kazin (M.), The Populist Persuasion. An American History, Cornell, Cornell Univ (...)

12C’est de la campagne présidentielle de 1964 que date la prise du Parti républicain par les tenants d’un conservatisme pur et dur. Depuis lors, les éléments modérés du parti n’ont jamais récupéré le contrôle de l’appareil partisan. Le calcul politique de l’aile droite du parti est axé sur une « stratégie sudiste » de reconquête de ce bastion démocrate. Comme l’explique Denis Lacorne, cette tactique passe par l’inscription dans le programme du Parti républicain de thèmes socioreligieux (prière dans les écoles, refus de l’avortement, défense des valeurs familiales, mais aussi rejet de la discrimination positive, réintroduction de la peine de mort, etc.), destinés à conquérir un bloc électoral, blanc, sudiste, « évangélique » et ultra-conservateur19. Cette modification de fond a été remarquablement bien orchestrée par une série d’organisations et/ou d’organes de presse conservateurs, apparus dans la décennie précédente et décidés à faire évoluer le Parti républicain dans un sens beaucoup plus conforme à leurs vues20. Dans les trente ans qui ont suivi la campagne de 1964, le Parti républicain a attiré en son sein des groupes très religieux (pas seulement protestants d’ailleurs, mais également juifs et catholiques) qui ont tenté d’influer sur l’agenda public de manière favorable à leurs préoccupations21. Mobilisés depuis la fin de la décennie 1960 autour de la question scolaire (contenu laïque de l’enseignement, déségrégation dans le Sud), puis de l’avortement (avec sa légalisation par un arrêt de la Cour suprême en 1973), les mouvements religieux ont connu un succès grandissant en utilisant les maladresses des administrations fédérales et en jouant la carte de la méfiance visà-vis de l’interventionnisme gouvernemental, qui est un thème éminemment porteur sur la scène politique du pays. La politisation du mouvement s’est traduit par son intégration dans le Parti républicain. Le «grand old party » connaît luimême un tournant antigouvernemental important et apparaît comme un refuge naturel pour des mouvements opposés aux politiques menées par les démocrates22. Son activité prend le plus souvent la forme d’une mobilisation populaire (grassroots). Les organisations nationales encadrent, localement, des groupes de proximité et les orientent vers des objectifs concrets, précis, par des actions « sur le terrain », ce qui fait de leurs membres les meilleurs militants de base du Parti républicain (notamment avec l’utilisation du « publipostage », le direct mail campaigning)23. Cette nouvelle droite se présente dès lors comme le dernier avatar d’un mélange politique extrêmement puissant dans l’imaginaire américain : le ressentiment des membres des classes moyennes contre les élites urbaines ; une dimension de croisade morale ; une forme de « grand réveil » (great awakening) fait de zèle religieux et qui constitue le moteur de l’ensemble du mouvement24.

  • 25 Berman (W. C.), America’s Right Turn. From Nixon to Clinton, Baltimore, Johns Hopkins Press, 1998, (...)
  • 26 Lorsque Pat Buchanan, à la convention républicaine de 1992, soutient qu’« il y a en ce moment une (...)

13L’influence des groupes religieux sur les administrations républicaines n’est cependant peut-être pas aussi forte que les fondamentalistes chrétiens aimeraient le penser. Pour le public, le Parti républicain est obligé de passer des compromis avec la nouvelle droite. La grande homogénéité de vues au sein des mouvements qui la constituent, alliée à leur capacité organisationnelle et à leur visibilité institutionnelle, expliquent sans doute cette perception courante. En fait, son niveau d’influence le plus élevé semble avoir été atteint durant la décennie 1980 où, comme l’écrit William Berman, « Reagan a habilement utilisé les symboles politiques les plus parlants pour s’assurer le soutien de Falwell [membre actif de la nouvelle droite] et de ses amis »25. Pendant toute la durée de son premier mandat, le président s’est publiquement opposé à l’avortement et a défendu l’introduction de la prière dans les écoles publiques. L’agenda de la droite religieuse n’a toutefois jamais été une préoccupation majeure de l’administration Reagan. L’essentiel de son action se résume en fait à s’assurer le soutien d’un groupe politique extrêmement mobilisateur et dévoué, sans réellement mettre en œuvre les politiques particulièrement controversées qu’il cherche à imposer. D’autant plus que la radicalisation du mouvement au début des années 1990 a conduit à sa relative décrédibilisation26.

  • 27 Dans la campagne pour les primaires de la présidentielle 2000, Bush Jr a été amené à s’entendre av (...)
  • 28 Gallup, 6 mars 1998. D’autres indications sont éloquentes : 8 Américains sur 10 veulent savoir si (...)
  • 29 Gerring (J.), Party Ideologies in America…, op. cit., p. 148-151.

14Pourtant, l’influence des groupes religieux demeure réelle27. L’une des revendications les plus importantes de ces groupes, qui nous intéresse ici en premier lieu et qui a trouvé un écho profond, est un souci constant de moralisation d’une société jugée matérialiste, sans repères et en manque de valeurs stables. Ce but, clairement affirmé, donne au thème de la vie privée une place considérable au sein du débat public. Selon un récent sondage Gallup, près de 61 % des sondés considèrent maintenant qu’un président doit avoir de fortes valeurs morales pour pouvoir être un dirigeant crédible, valeurs qui viennent avant d’autres caractéristiques relevant de ses qualités professionnelles28. Les idées de cette droite religieuse peuvent se résumer à une série de thèmes qui relèvent tous de la défense des valeurs familiales et de la préoccupation grandissante envers les questions socioculturelles au sens large29. En fait, la manière dont les conservateurs construisent l’agenda politique crée un certain nombre de représentations sociales qui, par la suite, déterminent les traitement des problèmes et permettent l’utilisation d’un répertoire d’action jusque-là politiquement interdit, axé autour de la stigmatisation des conduites immorales. C’est ainsi que la dénonciation de la vie privée et la condamnation qui peut s’ensuivre se confondent avec le jugement politique. Autrement dit, la stratégie « sudiste » des républicains, organisée autour de la conquête d’un électorat évangélique, a fait des questions de mœurs privées un élément central du débat politique contemporain. C’est cette évolution qui a donné sa légitimité, donc son efficacité, aux attaques sur la vie privée.

  • 30 Sur ce thème, on peut se reporter au livre de Hunter (J. D.), Culture Wars. The Struggle to Define (...)
  • 31 Le « bloc conservateur » de la Cour suprême compte, parmi ses membres les plus zélés, William H. R (...)

15Depuis l’arrivée de Reagan à la présidence, au début des années 1980, le thème de la vie privée apparaît à deux niveaux : celui de la mise en œuvre de politiques publiques et celui de l’accroissement des scandales d’ordre privé dans la vie politique. Au niveau des politiques publiques, l’action conservatrice a pris plusieurs directions. Pour s’en tenir aux principales, et sans entrer dans les détails, on peut mentionner les mesures prises contre la drogue (war on drugs) et la défense de la famille et des valeurs traditionnelles (family values), si besoin est par une intervention des pouvoirs publics fédéraux. Dans l’ensemble, ces tentatives n’ont pas débouché sur beaucoup de réalisations concrètes, au moins au niveau national. La véritable « guerre culturelle » (culture war)30 qui a été menée – contre les mères célibataires, les drogués, les homosexuels, etc. – a conduit les présidents conservateurs à tenter d’influencer les jugements de la Cour Suprême en ne nommant, par exemple, que des juges opposés au droit à l’avortement. Il s’agissait de tenter de modifier les jugements de la Cour Suprême, dont les décisions ont favorisé, dans les années 1960 notamment, les orientations « libérales » (au sens américain du terme), en particulier sur les questions de vie privée et/ou de mœurs sexuelles. Une fois en place, les nouveaux juges conservateurs tentaient de modifier ou de réinterpréter la jurisprudence précédente31. Que ce soit dans des domaines aussi différents que l’avortement, la pornographie ou l’homosexualité, la Cour est revenue en arrière par rapport à ses avancées des années 1960 et 1970, généralement défendues sur la base de l’existence d’un droit à la vie privée. En fait, sous les présidences conservatrices, par le jeu des nominations, les groupes les plus extrêmes ont pu faire évoluer la jurisprudence sur le droit à la vie privée dans le sens d’une interprétation restrictive des statuts antérieurs, ouvrant ainsi la voie à une politique ouvertement moralisatrice.

16Mais c’est surtout au niveau des attentes de l’électorat que l’effet a été sensible. Les conceptions se sont modifiées et l’évaluation du comportement moral des candidats a pu devenir une arme politique redoutablement efficace. En centrant une grande part de l’attention sur ces points, les conservateurs ont modifié les termes de l’agenda public. Comme en témoigne la recrudescence du nombre d’affaires et/ou de procès, les problèmes de mœurs personnelles sont devenus un enjeu important du débat, non seulement au niveau social le plus général, mais surtout comme moyens d’évaluer l’action des hommes politiques. Les républicains ont clairement mis à profit l’extraordinaire « fenêtre d’opportunité » qui s’est formée à partir de la fin des années 1970. Sur une base de religiosité évangélique, la conjonction d’une personnalisation de la vie politique et d’agressivité accrue des médias leur a permis d’orienter les débats sur des thèmes privés. Ce phénomène se manifeste à tous les niveaux d’action publique. Des cas locaux peuvent être cités comme exemples. En 1988, le gouverneur de Virginie, Chuck Robb, doit faire face à des rumeurs concernant sa participation à des soirées où circulait de la cocaïne, puis à des accusations d’infidélité conjugale, lors de sa campagne pour l’élection comme sénateur. Quant au maire de Washington DC, il est condamné en 1990 à une peine de prison pour usage de drogue dans les années 1980. Par ailleurs, les auditions sénatoriales du juge Clarence Thomas pour être nommé à la Cour suprême ont, elles aussi, été marquées par des affaires de mœurs. Le juge, accusé de harcèlement sexuel par l’une de ses collaboratrices, a fait le premier titre des médias pendant une bonne partie de l’année 1991. Au total, l’activisme des conservateurs a conduit à une réduction notable de la protection de la vie privée des personnes publiques en général, et pas seulement contre leurs ennemis politiques. C’est là une indication, parmi d’autres, de la prééminence des idées conservatrices sur la scène politique.

  • 32 Skowronek (S.), The Politics Presidents Make. Leadership from John Adams to Bill Clinton, Cambridg (...)

17Il faut noter par ailleurs que le profil idéologique du responsable politique en fonction est particulièrement important pour comprendre la dynamique à l’œuvre dans l’emploi d’accusations portant sur la vie privée. Cette arme n’est pas utilisée avec la même constance. Si la fin des années 1990 a été marquée par un scandale tel que « l’affaire Clinton », c’est en grande partie à cause de l’absence d’orientation idéologique du président. En effet, un homme politique dont les convictions idéologiques sont claires, tranchées et directement mises en œuvre, sera certainement critiqué sur sa gestion par ses adversaires ; mais la probabilité pour qu’il ait à subir une attaque de type personnel est faible. Ainsi Reagan, malgré un « mauvais divorce » et ses réticences vis-à-vis de la religion, n’a jamais eu à subir ce type d’agression. À l’inverse, un profil moins marqué, offrant moins de prises au camp adverse, suscitera plus volontiers des mises en cause personnelles. C’est l’opinion défendue par un spécialiste américain des études présidentielles dans la typologie qu’il donne des présidents32. Pour Stephen Skowronek, un leadership de ce style implique bien sûr une forte composante personnelle et individuelle, de sorte que les critiques qu’il provoque se font aussi sur le même plan. D’autres présidents peuvent être qualifiés de faibles, effacés ou incompétents. Pour ceux-ci, l’attaque sera d’un ordre différent : ils sont présentés comme des personnes à la moralité personnelle douteuse, parfois manipulateurs et cyniques. L’accusation contre Clinton a constamment joué sur ce registre. Certains extrémistes de droite poursuivaient Clinton d’une haine farouche car ils voyaient en lui l’incarnation de cette Amérique « dégénérée » issue des troubles libertaires des années 1960. Les volte-face de Clinton sur de grands sujets de politique publique, notamment le système de soins et la réforme du Welfare, ont brouillé les cartes idéologiques. La définition d’une éventuelle troisième voie (sous le label des new democrats) n’a sans doute rien fait pour clarifier la situation. En fait, le président a fait preuve d’un pragmatisme qui confine pour certains à l’opportunisme, suscitant ainsi des attaques contre sa personne plus que sur ses idées.

18Il est pourtant possible de dépasser cette analyse en termes de rapports de force immédiats – autrement dit de conjoncture – pour avancer une hypothèse sur la nature du système institutionnel des États-Unis. Si la démarche de dénonciation morale a été particulièrement employée, au point que la confusion entre privé et public se retourne souvent contre les républicains, ce n’est pas seulement parce que, là comme ailleurs, les républicains donnent le ton dans le débat politique. C’est aussi parce que l’arme s’est révélée particulièrement adaptée au contexte institutionnel. Il s’agit là, à côté de l’élément plus conjoncturel de l’ascendant conservateur, d’une cause beaucoup plus profonde pour l’explication du phénomène qui nous intéresse ici. Le lien entre institutions et « dérapages » vers la scandalisation de la vie publique a déjà été évoqué, notamment dans une série de travaux portant sur les campagnes électorales et soulignant en particulier le rôle des élections primaires. Dans la pratique, ce sont les personnes que les partis mettent en avant, plus que les programmes. Dans ce contexte, tous les aspects d’un candidat, y compris donc sa vie privée, sont scrutés avec une intensité toute particulière. On a pu voir là une conséquence du mécanisme de sélection des candidats par les primaires. Ce mode de choix conduit à une simplification extrême des débats, dont la personnalisation est l’aspect le plus saillant. D’où l’émergence fréquente de questions concernant la vie privée des candidats, qui serait facilitée dans ce contexte par les organisations partisanes.

  • 33 Cf. Derthick (M.), « Up-To-Date in Kansas City : Reflections on American Federalism », Political S (...)
  • 34 « Il n’est pas de question politique, aux États-Unis, qui ne se résolve tôt ou tard en question ju (...)

19Sur la base de ce constat, on peut faire l’hypothèse que cette simplification du débat politique due à la personnalisation des candidats sert en quelque sorte à compenser la complexité de la structure institutionnelle, en ce qui concerne notamment le processus de décision, très largement opaque aux yeux du citoyen ordinaire. Cela expliquerait que l’électorat soit relativement sensible à la dénonciation des agissements privés des personnes publiques. Une telle dénonciation est perçue comme une marque de transparence ; elle apparaît comme la volonté d’accroître la responsabilité des détenteurs de fonctions officielles par rapport à leurs électeurs. Il s’agit là, d’ailleurs, d’une des difficultés majeures du système politique américain, et ce depuis ses origines. Le système institutionnel des États-Unis souffre en effet d’un déficit de transparence, déploré à tous les niveaux politiques, en particulier en ce qui concerne la structure fédérale, qui empêche de définir nettement le champ de responsabilité respectif des élus33. Les périodes dites de « gouvernement divisé » (divided government, équivalent américain de la cohabitation française) brouillent encore un peu plus les responsabilités entre démocrates et républicains. Comme toujours aux États-Unis, c’est le secteur judiciaire qui conceptualise cette difficulté avec le plus de précision, confirmant encore une fois sur ce point le diagnostic de Tocqueville pour qui toute question politique aux États-Unis se traduit immanquablement par une question judiciaire34. Dans un arrêt rendu par la Cour suprême en 1992 (New York v. United States), la rédactrice de l’opinion majoritaire, Sandra Day O’Connor, se prononce pour l’annulation de lois fédérales sur le contrôle des déchets radioactifs (le low-level radioactive waste policy amendments act de 1985). Selon elle, ces lois brouillent les lignes de responsabilité. Elles obligent en effet certains États à faire voter des législations spécifiques. Autrement dit, le congrès fédéral est en position de dicter les lois votées par certaines unités fédérées. L’électeur ne sait donc plus à quel responsable il doit imputer le vote de ces lois : son représentant ou le congrès fédéral ? L’argumentation du juge O’Connor dénonce cette confusion au nom de la responsabilité démocratique des élus (c’est le thème de l’accountability).

20Dans un système institutionnel si complexe, l’arme de la vie privée peut constituer une grille de lecture du débat public. Elle agit en ce sens comme une sorte de substitut de transparence démocratique. Chacun peut comprendre qu’un individu incapable de gérer correctement sa vie privée n’est pas forcément le plus apte à conduire les affaires publiques, alors qu’il est beaucoup moins aisé d’évaluer le bilan réel d’un élu dans un système politique aussi fragmenté. D’autres éléments expliquent la forme que prend la confusion entre vie privée et vie publique aux États-Unis (par exemple le substrat culturel de type puritain) ainsi que les raisons de son développement (avec notamment l’insistance sur le rôle des médias). Mais ils ne rendent pas compte des raisons profondes de son utilisation. Ces raisons sont avant tout institutionnelles, plus que religieuses. D’ailleurs, a contrario, l’évangélisme, tout autant que des médias audiovisuels agressifs, existent (ou ont existé) dans d’autres pays, sans que rien de comparable à la fixation américaine sur les mœurs personnelles ne soit aussi courant. De même, toutes les grandes démocraties européennes ont connu le processus de personnalisation de la vie publique après la démocratisation et la « massification » de leur système politique. Dans ces conditions, le seul facteur spécifique aux États-Unis est le facteur institutionnel. Le mélange des genres entre vie privée et vie publique répond à un défaut propre au système institutionnel : les flou qui entoure la responsabilité des élus et les difficultés pour les électeurs d’établir cette responsabilité sur des bases claires.

  • 35 On peut noter à ce propos que la campagne présidentielle de 2000 n’a pas été marquée par des « dér (...)

21L’importance des questions de mœurs dans la vie publique est une réalité aux États-Unis. Mais les raisons de cet état de fait ne se limitent pas à celles qui sont couramment admises. Dans les trente dernières années, c’est essentiellement la montée d’un puissant courant conservateur qui explique que la vie politique contemporaine ait vu le nombre d’affaires de mœurs se développer. Ce sont donc les modifications des représentations sociales induites par ce renouveau des forces de droite qui ont pu conduire à des scandales aussi retentissants que « l’affaire Clinton ». La permanence de ce type d’attaques s’explique, elle, par la structure institutionnelle des États-Unis qui, compliquant les attributions de responsabilité politique des élus, incite à l’emploi d’une formule simple – la moralité personnelle – pour obliger certains responsables à rendre des comptes. D’autres facteurs, plus couramment mentionnés – le puritanisme, l’agressivité des médias – affectent surtout la forme ou la temporalité de ce type d’argument. Cela étant, rien ne permet de penser que la tactique conservatrice soit forcément efficace. L’opinion publique semble être en train d’évoluer sur les questions qui regardent la vie privée des hommes politiques. Le cas récent de « l’affaire Clinton » montre bien que l’électorat peut faire la part entre un débat de fond et une attaque personnelle35. C’est bien le signe que la confusion entre moralité privée et morale publique n’est pas une donnée « structurelle » de la société américaine, une sorte d’invariant culturel. Mais que son utilisation dans les polémiques partisanes dépend de facteurs politiques (l’affirmation au sein du Parti républicain des mouvements de la nouvelle droite) et institutionnels (le flou dans l’attribution des responsabilités) qui sont toujours susceptibles d’évoluer.

Notes

1 La définition est de Thompson (D. F.), « The Private Lives of Public Officials », in Fleishman (J. L.), Liebman (L.), Moore (M. H.), dir., Public Duties : The Moral Obligation of Governmental Officials, Cambridge Mass., Harvard University Press, 1981, p. 221-247. On peut classer dans la vie privée des éléments aussi divers que la vie sexuelle, la santé, les revenus (et la vie professionnelle dans certains cas) ou la vie familiale. La réflexion autour du thème de la vie privée est très poussée aux États-Unis, et ce depuis longtemps. Déjà en 1890, Samuel D. Warren et Louis D. Brandeis publiaient un article maintenant fameux (Warren (S. D.), Brandeis (L. D), « The Right to Privacy », Harvard Law Review, n° 5, 1890, p. 193-220). Ils définissent le « droit à la vie privée » comme « le droit d’être laissé seul » («the right to be let alone », p. 193) et l’articulent à une réflexion sur les conséquences du développement technologique (notamment la photographie) sur la vie privée et son emploi par une presse à scandale (gutter press) en plein essor aux États-Unis dans la période où ils écrivent leur article. Les premières réflexions touchent donc plutôt la question d’un droit à la diffamation qu’une théorisation explicite de la vie privée.

2 Cette recrudescence est analysée dans Garment (S.), Scandal. The Crisis of Mistrust in American Politics, New York, Times Books, 1991. Voir aussi Ginsberg (B.), Shefter (M.), Politics by Other Means. The Declining Importance of Elections in America, New York, Basic Books, 1990. Les auteurs proposent une analyse statistique détaillée des procès engagés contre des responsables politiques. L’ouvrage de Sabato (L. J.), How Attack Journalism Has Transformed American Politics, New York, The Free Press, 1991, bien que centré sur le problème des médias, donne aussi les éléments essentiels à propos des plus gros scandales qui ont émaillé la vie publique américaine depuis le milieu des années 1960.

3 Dans un manuel classique, James Q. Wilson et John J. DiIulio (Jr.) soulignent cet aspect religieux pour comprendre la culture politique américaine. Ils définissent la « culture » comme « un ensemble spontané de manières de penser la vie politique et économique, qui, bien qu’implicite, reste spécifique et formalisable » (Wilson (J. Q.), DiIulio (J. J.), American Government. Institutions and Policies, New York, Houghton Mifflin Co., 1998, p. 86).

4 Courtine (J.-J.), « Les dérives de la vie publique. Sexe et politique aux États-Unis », Esprit, n° 205, 1994, p. 51-67.

5 La justification a aussi une raison purement judiciaire. La conséquence directe de la reconnaissance d’un mensonge de Clinton sur la nature de ses relations avec Monica Lewinski aurait été que le président avait menti devant un grand jury fédéral, ce qui est un crime pénal susceptible de poursuites.

6 Nixon par exemple, en 1952, fait publiquement état de sa vie familiale pour montrer à quel point il est un Américain ordinaire et honnête et pour contrer des accusations de détournement financier. Plus explicites, les confidences du candidat Carter à Playboy en 1976 ou encore les confessions de Clinton sur sa consommation de marijuana.

7 Tocqueville (A. de), De la démocratie en Amérique, Paris, Garnier-Flammarion, tome ii, 1998, p. 12. La citation, dans le texte de Tocqueville s’applique au protestantisme en général et pas spécifiquement au puritanisme.

8 Cf. Shain (B. A.), The Myth of American Individualism. The Protestant Origins of American Political Thought, Princeton, Princeton University Press, 1994. L’auteur voit surtout dans l’idée de « localisme » (la communauté encadre l’individu en lui fournissant un cadre moral) la marque de l’héritage religieux.

9 Cmiel (K.), Democratic Eloquence. The Fight over Popular Speech in XIXth Century America, New York, William Morrow & Co., 1990. Sur les primaires, cf. Lacorne (D.), « L’invention des primaires », Revue Tocqueville, n° 1, 1999, p. 85-97.

10 Sur les modifications de la culture politique dans la première moitié du XIXe siècle, cf. Formisano (R. P.), « Deferential-Participant Politics : The Early Republic’s Political Culture, 1789-1840 », American Political Science Review, n° 1, 1974, p. 473-487.

11 La presse à scandale est apparue à la fin du XIXe siècle (muckraking). Elle est à l’origine de la révélation de nombreux scandales, notamment autour de l’enfant naturel du président G. Cleveland. Cette presse a été violemment critiquée (le fameux article déjà cité de Warren et Brandeis est une de ces critiques). On note un certain apaisement entre des années 1930 et 1960, avant que les tendances « inquisitrices » de la presse ne se réaffirment au début des années 1970.

12 J. P. Dobel souligne que l’affaiblissement des lois sur la diffamation est un puissant incitateur pour faire part de rumeurs sans se soucier des conséquences possibles (Dobel (J. P.), « Judging the Private Lives of Public Officials », Administration & Society, n° 2, 1998, p. 115-142).

13 B. Goldwater fera un score exécrable lors de l’élection présidentielle, l’un des pires d’un candidat républicain dans la période récente. Avec 27 millions de voix (soit 38,5 % des votants), il n’obtient que 52 délégués, à comparer aux 486 délégués en faveur de Johnson (43 millions de voix, soit 61,1 % des votants).

14 Sur la montée du consulting politique, cf. Sabato (L. J.), The Rise of Political Consultants. New Ways of Winning Elections, New York, Basic Books, 1981. Le Congressional Quaterly Researcher a également consacré un numéro récent à ce thème en novembre 1996.

15 Cf. par exemple Wattenberg (M. P.), The Rise of Candidate-Centered Politics. Presidential Elections of the 1980s, Cambridge Mass., Harvard University Press, 1991.

16 M. P. Wattenberg (id.) se base sur une série d’études électorales menées régulièrement depuis 1952 par le Michigan Center for Political Studies. L’identification partisane explique de moins en moins les choix électoraux, tandis que les appréciations positives sur les partis politiques déclinent (elles passent de 73,7 % en 1952 à 49,8 % en 1980). Par ailleurs, partis politiques et candidats apparaissent comme beaucoup moins liés aujourd’hui qu’auparavant dans la perception du public, tandis que dans la presse le nombre des mises en relation explicites entre candidats et partis est en nette régression.

17 Sur le renouveau idéologique de la vie politique américaine, voir par exemple Gerring (J.), Party Ideologies in America, 1828-1996, Cambridge Mass., Harvard University Press, 1998 ou Rae (N. C.), The Decline and Fall of the Liberal Republicans from 1952 to the Present, Oxford, Oxford University Press, 1989. La radicalisation idéologique du débat contemporain, suite à l’influence croissante des éléments radicaux dans le Parti républicain est présentée par ce dernier auteur comme l’une des causes de l’éloignement des citoyens de la sphère politique.

18 Cf. Lowi (T. J.), « Avant le conservatisme et au-delà », Revue française de science politique, n° 2, 1990, p. 76-103.

19 Lacorne (D.), « La politique du soupçon d’immoralité : comparaisons franco-américaines », Pouvoirs, n° 65, 1993, p. 89-98. La tactique conservatrice, largement analysée depuis lors, a été énoncée pour la première fois par un observateur républicain, Phillips (K. P.), The Emerging Republican Majority, New York, Anchor Books, 1970.

20 Sur le conservatisme américain, la source incontournable est Nash (G. H.), The Conservative Intellectual Movement in America since 1945, Wilmington, Delaware, Intercollegiate Studies Institute, 1996. En français, se reporter à Ben Barka (M.), La nouvelle droite américaine, Paris, Editions du Temps, 1999.

21 Les groupes de fondamentalistes chrétiens, désignés sous le terme global de « nouvelle droite » (New Right) sont particulièrement nombreux. Ils ont largement influencé (ou ils en sont à l’origine) des organisations comme Conservative Caucus (Howard Phillips), Committee for the Survival of a Free Congress (Paul Weyrich), National Conservative Political Action Committee (Terry Dolan). Ils se sont finalement regroupés au sein de deux organisations, la Moral Majority d’abord (1979-1989) puis la Christian Coalition (depuis 1989). Ces groupes sont persuadés de pouvoir faire et défaire les candidats présidentiels républicains. Comme le montre E. J. Dionne Jr., ce point de vue est largement exagéré (Dionne (E. J.), Why Americans Hate Politics, New York, Simon & Schuster, 1991, p. 233-236). Cependant, l’influence de ces groupes au sein du Parti républicain est telle qu’aucun candidat ne peut négliger leurs arguments. Ce fut vrai pour Reagan comme pour Bush.

22 Sur l’actuelle dimension antigouvernementale de la droite américaine, cf. Vergniolle de Chantal (F.), « Le sentiment antigouvernemental aux États-Unis. Essai de généalogie », Esprit, n° 269, 2000, p. 119-135.

23 Sur les groupes religieux populaires et leur mode d’action, une présentation complète se trouve dans Guth (J. L.), Green (J. C.), Kellstedt (L. A.), Smidt (C. E.), « Onward Christian Soldiers : Religious Activist Groups in American Politics », in Cigler (A. J.), Loomis (B. A.), dir., Interest Group Politics, Washington DC, Congressional Quaterly Press, 1995, p. 55-76.

24 Sur ce point, voir Kazin (M.), The Populist Persuasion. An American History, Cornell, Cornell University Press, 1998.

25 Berman (W. C.), America’s Right Turn. From Nixon to Clinton, Baltimore, Johns Hopkins Press, 1998, p. 110. Jerry Falwell (né en 1932) est, chronologiquement, le premier représentant de la droite religieuse contemporaine. Il est le fondateur de la Moral Majority.

26 Lorsque Pat Buchanan, à la convention républicaine de 1992, soutient qu’« il y a en ce moment une guerre religieuse qui se déroule pour la définition de l’âme de l’Amérique », il effraie largement les groupes modérés de l’électorat et contribue sans doute à la victoire démocrate. Par ailleurs, les discours et les publications de P. Robertson autour du « complot mondial » contre les États-Unis et de la dénonciation de l’action de la finance internationale semblent totalement déconnectés de la réalité politique et sociale de la majorité des Américains.

27 Dans la campagne pour les primaires de la présidentielle 2000, Bush Jr a été amené à s’entendre avec les groupes chrétiens pour faire face à la concurrence de John McCain, notamment en Caroline du Sud. Sa visite à l’université Bob Jones, éminemment conservatrice, a été un des temps forts de la tentative de séduction de Bush Jr. vis-à-vis des conservateurs religieux.

28 Gallup, 6 mars 1998. D’autres indications sont éloquentes : 8 Américains sur 10 veulent savoir si un candidat présidentiel est alcoolique ou bien s’il a un problème de jeu ou encore s’il ne paye pas ses dettes ; 56 % veulent savoir s’il a déjà utilisé de la drogue.

29 Gerring (J.), Party Ideologies in America…, op. cit., p. 148-151.

30 Sur ce thème, on peut se reporter au livre de Hunter (J. D.), Culture Wars. The Struggle to Define America, New York, Basic Books, 1991. L’auteur définit un conflit culturel comme « une hostilité politique et culturelle enracinée dans différents systèmes moraux d’appréhension du monde » (p. 42).

31 Le « bloc conservateur » de la Cour suprême compte, parmi ses membres les plus zélés, William H. Rehnquist (à la Cour depuis 1972 et Chief Justice depuis 1986), Sandra Day O’Connor (1981), Antonin Scalia (1986) et Clarence Thomas (1991). D’autres juges, nommés aussi sous présidences républicaines, se sont montrés moins extrêmes : Anthony M. Kennedy (1988), David H. Souter (1990). Bill Clinton a, lui, nommé deux démocrates : Ruth Bader Ginsburg (1993) et Stephen G. Breyer (1994).

32 Skowronek (S.), The Politics Presidents Make. Leadership from John Adams to Bill Clinton, Cambridge Mass., Harvard University Press, 1997. Concluant sur les présidences de Clinton, l’auteur explique que « le mandat de Clinton, comme celui de tous les leaders préemptifs auparavant, va vraisemblablement continuer à avoir une dimension excessivement personnalisée, de sorte que les controverses qu’il peut susciter seront plutôt d’ordre personnelle » (p. 463).

33 Cf. Derthick (M.), « Up-To-Date in Kansas City : Reflections on American Federalism », Political Science and Politics, n° 4, 1992, p. 671-675. Le problème des « lignes de responsabilité » apparaît particulièrement saillant pour cet auteur. Selon elle, la structure fédérale porte en son sein le risque de permettre aux dirigeants politiques d’un niveau de gouvernement (par exemple l’État fédéré) de se décharger de leurs responsabilités sur d’autres acteurs, situés à un niveau différent (par exemple l’État fédéral). Le flou relatif qui en résulte ouvre la voie à une conduite purement opportuniste de la part des élus. Elle se fait au détriment des citoyens, peu capables de déterminer qui est, en dernier ressort, à l’origine de telle ou telle mesure.

34 « Il n’est pas de question politique, aux États-Unis, qui ne se résolve tôt ou tard en question judiciaire » (Tocqueville (A. de), De la démocratie en Amérique, op. cit., tome i, p. 370).

35 On peut noter à ce propos que la campagne présidentielle de 2000 n’a pas été marquée par des « dérapages » sur le thème de la vie privée. Les accusations contre Bush Jr. pour son alcoolisme (qui l’aurait conduit à avoir une amende pour excès de vitesse dans les années 1970) n’a pas eu de répercussions sensibles sur l’électorat. À l’inverse, les tentatives de l’équipe de Gore pour rendre leur candidat plus « humain » (baiser fougueux de Gore à sa femme lors de la convention, mise en scène médiatique de l’accident de son fils à la fin des années 1980) ne semblent pas avoir eu les effets escomptés en terme d’image.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540