Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juger la politique

 | 
Philippe Garraud
, 
Jean-Louis Briquet

Quatrième partie. Les usages politiques de la critique

11. Les politiciens, acteurs de la dénonciation

Le cas du Japon

Jean-Marie Bouissou

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Le théâtre japonais des scandales : toile de fond

  • 1 Nakane (C.), La société japonaise, Paris, Armand Colin, 1967 ; Miyamoto (M.), Japon, société camis (...)
  • 2 L’indice boursier Nikkei passe de moins de 10 000 points en janvier 1984 à près de 40 000 en décem (...)
  • 3 Masumi (J.), Contemporary Politics in Japan, Berkeley, University of California Press, 1995 ; Boui (...)

1Depuis dix ans, au-delà d’une simple dénonciation du politique, le Japon est ébranlé par la remise en cause de tout le principe d’organisation hiérarchique et autoritaire de ce que l’ethnologue Chie Nakane avait baptisé « société verticale homogène » (tate tan’itsu shakai) et que l’on dénonce aujourd’hui comme « société camisole de force » (kanri shakai)1. Tout a commencé vers 1980 par des luttes d’intérêts complexes entre les trois élites du « Triangle d’Airain » – la haute administration, l’establishment patronal et le Parti libéral démocrate (PLD) au pouvoir depuis 1955 – autour de ce qu’on appelait alors « la réforme administrative ». Entre 1985 et 1990, l’économie spéculative a gonflé la valeur des actifs boursiers et immobiliers au-delà de toute mesure2. Son effondrement a déclenché une crise financière émaillée de scandales qui a mobilisé l’opinion, mais aussi une partie des élites, pour une réforme politique. Le PLD a néanmoins réussi à préserver sa position dominante. Après les législatives de juin 2000, il tenait toujours les rênes, écrasant de la masse de ses 233 députés ses petits partenaires de coalition, le New Kômeitô (32) et le minuscule Parti conservateur (7). Mais la montée du cynisme, la désertion croissante des urnes et la volatilité extrême des électeurs3 rendent aujourd’hui son pouvoir de moins en moins assuré. Telle est la toile de fond de notre théâtre des scandales. Sa peinture excède le propos de cet article. Nous nous contenterons d’en esquisser quelques touches.

  • 4 Katz (R.), « The System that Soured : Toward a New Paradigm to Guide Japan Policy », The Washingto (...)

2La présence d’un parti ultra-dominant au pouvoir depuis 1955 ne pouvait pas aller sans dysfonctionnements. Le « modèle japonais », fondé sur une économie administrée, créait un formidable marché de la décision et de l’intermédiation, que les politiciens ont exploité avec d’autant moins de vergogne qu’ils y étaient contraints par le mode de scrutin, générateur d’un clientélisme ruineux. Quatre décennies d’invincibilité ont rendu le PLD de plus en plus indifférent à l’opinion, notamment celle des catégories sociales modernes – un décalage illustré en mai 2000 par le premier ministre Mori « rappelant » à une opinion ébahie que « le Japon est la terre des dieux ». Enfin, le maintien de la suprématie du PLD reposait sur un élargissement constant de ses clientèles, qui a progressivement dégradé l’efficacité du processus de décision4 jusqu’au point où, après la crise bancaire de 1990, il faudra huit ans (!) pour prendre les mesures de recapitalisation indispensables.

  • 5 Pombeni (P.), Bouissou (J.-M.), « L’évolution du système politique en Italie et au Japon depuis la (...)

3Pour leur part, les quatre partis d’opposition – communistes, socialistes, démocrates-sociaux et bouddhistes du Kômeitô – s’étaient englués dans une confortable « partitocratie redistributive régulée »5. Ils étaient progressivement devenus incapables de relayer les demandes que le PLD ignorait. Ainsi se trouvèrent coincés à l’extérieur du système politique le mécontentement des consommateurs sacrifiés aux intérêts des grandes entreprises, celui des salariés-contribuables pressurés au profit des clientèles du PLD dans la paysannerie et les petites et moyennes entreprises, ou celui des femmes discriminées. Alors qu’ils s’exprimaient depuis les années 1960 à travers des mouvements de la société civile, leurs demandes ne trouvèrent aucun parti pour les relayer. Mais cette situation existait depuis longtemps sans pour autant déstabiliser le système politique. Quels facteurs ont donc donné, depuis dix ans, une hardiesse nouvelle aux dénonciateurs et une efficacité accrue à la dénonciation, jusqu’à mettre fin à l’hégémonie absolue du PLD et à modifier en profondeur les comportements électoraux ?

  • 6 Mouer (R.), Sugimoto (Y.), Constructs for Understanding Japan, Londres, Kegan Paul, 1989 ; Bouisso (...)
  • 7 Domenach (J.-L.), L’Asie en danger, Paris, Fayard, 1998 ; Takahashi (S.), « Le Japon dans l’ordre (...)

4La réponse est l’impact dévastateur de la mondialisation sur ce qu’on a appelé le « modèle japonais », dont l’aspect le plus connu est la prévalence d’une économie administrée, protégée et cartellisée. Mais ce modèle comportait aussi un compromis social original, fondé sur une « protection sociale indirecte généralisée » dans laquelle l’État intervenait peu sous forme de prélèvements et de redistribution, mais beaucoup pour maintenir en activité de vastes secteurs peu productifs dont une fonction essentielle était d’assurer le plein emploi nécessaire à la stabilité sociale et à une redistribution équitable des fruits de la croissance. Le « modèle » était aussi inséparable d’une forme d’identité nationale, fondée sur l’idée que la race japonaise est douée de vertus particulières qui expliquent sa réussite, et sur une vision particulière d’un État dont la mission primordiale est de protéger ces vertus à la fois contre la rapacité des intérêts particuliers et contre les germes de corruption venus de l’étranger. En ce sens, c’est la légitimité même de l’État qui reposait sur le « modèle » – et plus précisément, sur la réussite économique qui en était l’effet6. Cette « compacité » du modèle (l’impossibilité d’isoler l’économique de l’identitaire et du politique) le rendait très résistant. Mais elle le fragilisait aussi, car la dénonciation d’un seul élément ne pouvait que mettre le tout en question. Un autre facteur est la propension collective au stress liée à un modèle social anxiogène autant qu’à la position géostratégique fragile et frustrante de l’archipel dans une région grosse de déséquilibres et de menaces7. Les dirigeants japonais sont passés maîtres dans l’art d’instrumentaliser ce stress en attisant de grandes angoisses nationales pour imposer leurs politiques. Mais il peut aussi se retourner contre eux, car toute dénonciation d’un « affaiblissement » de leur capacité à protéger la nation peut, si le contexte s’y prête, prendre un tour (psycho) dramatique.

  • 8 « La réforme administrative au Japon », numéro spécial de Sciences sociales du Japon contemporain, (...)

5Ce que l’on pourrait appeler « l’explosion de la dénonciation » dans les années 1990 a été préparé dès les années 1970. À l’occasion de la « guerre Tanaka-Fukuda », l’idée que le PLD est corrompu et fonde son pouvoir sur le clientélisme et l’argent (kinken seijki : la « fric-politique ») devient un lieu commun. Mais il n’en résulte pour lui que quelques sueurs froides électorales sans lendemain et une minuscule scission en 1976. Dans les années 1980, on assiste à un déplacement du champ de la critique. La « réforme administrative » (gyôsei kaikaku) s’impose au centre de l’agenda politique. Dans ce processus, chacune des élites poursuivait ses propres objectifs : la déréglementation et l’ouverture de l’économie pour la fraction dynamique du patronat, le retour à l’équilibre budgétaire pour le très puissant ministère des Finances, et la domestication de l’appareil syndical qui soutenait l’aile gauche du Parti socialiste pour certains politiciens du PLD. Peu ou pas compatibles entre eux, ces objectifs nourrissent des luttes d’intérêts complexes au sein même du Triangle d’Airain8. Dans l’opinion, il en résulte la montée d’une virulente critique de la bureaucratie et du système des valeurs autoritaires qui légitime son pouvoir régulateur.

6Alors que la réforme administrative s’enlise après 1987, au grand dam du patronat réformateur, la bulle spéculative met à mal l’image officielle du Japon comme une vaste classe moyenne homogène dont le zèle et la patience seraient les vertus cardinales toujours récompensées. Elle donne lieu aux premiers d’une longue série de scandales politico-financiers (notamment l’affaire Recruit, en 1988-1989). À partir de 1990, la crise économique mine le deuxième pilier sur lequel reposait la légitimité du Triangle d’Airain : la croissance et l’expansion continue du niveau de vie. Elle redonne de la vigueur aux réformateurs du patronat, qui ne voient de salut que dans la mise de l’économie japonaise aux normes mondiales, quelle que soit la résistance de l’administration et des politiciens qui se nourrissent sur le « modèle ». Ainsi se retrouvent liées la critique de l’administration qui a laissé libre cours à l’économie-casino, celle des hommes politiques qui semblent avoir abdiqué au profit de ces fonctionnaires incompétents et l’exigence d’une réforme économique modernisatrice. Il s’y ajoute la multiplication des scandales et la montée du stress collectif provoqué par la catastrophe boursière, qui a englouti l’épargne de nombreux ménages, et par la montée du chômage. Cette conjonction fait émerger la demande d’une « réforme politique » (seiji kaikaku) centrée sur un changement du mode de scrutin qui devrait permettre à la fois de moraliser la vie publique et de créer les conditions d’une possible alternance à un PLD désormais perçu non seulement comme corrompu, mais aussi comme incompétent.

  • 9 Katz (R.), « The System that Soured… », art. cité.
  • 10 Bouissou (J.-M.), « Les conditions politiques de la réforme de l’État au Japon… », art. cité.

7Ainsi, les élites dirigeantes ont perdu successivement leur légitimité de « garantes de l’essence nationale » et celle de « garantes de la prospérité ». Il en a résulté la cristallisation des conflits inhérents au modèle japonais : périphérie et secteurs archaïques de petite production subventionnés contre mégalopoles, consommateurs et salariés exploités fiscalement ; entreprises ouvertes sur le marché-monde libéral contre secteurs cartellisés et politiquement clientélisés9, etc. Ces conflits divisent le Triangle d’Airain, et le PLD lui-même, autant qu’ils opposent l’électorat moderne au parti gouvernemental. C’est pourquoi, quand le processus de dénonciation s’est déclenché, les dénonciateurs se sont multipliées au sein des trois élites et du parti gouvernemental lui-même. Les trois coups sont frappés aux sénatoriales de 1989, le premier scrutin national que le PLD ait jamais perdu. Sa défaite suit un renchérissement de la couverture sociale assorti d’un tour de vis fiscal. La protestation contre la dégradation du rapport qualité-prix des services que le citoyen-consommateur paye à l’État s’étend à toute l’économie administrée quand celle-ci entre en crise après 199010. Comme l’opposition traditionnelle est vouée autant que le PLD à la défense de ceux qui profitent du « modèle », la cause des consommateurs est confisquée par de nouveaux partis : le Nouveau parti du Japon, créé en mai 1992 et qui recrute largement parmi les élus locaux conservateurs désireux d’entrer à la Diète, puis le Parti du renouveau et le Parti pionnier qui naissent en juin 1993 de deux scissions au sein du PLD. Ces nouveaux entrants sur le marché politique combinent habilement la défense du consommateur et la dénonciation de la corruption avec le thème de la réforme administrative (la déréglementation fera baisser les prix et éliminera le trafic d’influence) et avec celui de la réforme politique (qui éliminera ceux qui bloquent ce changement et fera baisser le coût des campagnes électorales). C’est le thème central de la campagne des législatives de 1993, où les néo-conservateurs deviennent la deuxième force politique du pays avec 112 députés et 22,5 % des suffrages, alors que le PLD se retrouve pour la première fois en minorité à la Chambre avec seulement 223 sièges sur 500.

Le théâtre des scandales : les politiciens, acteurs protéiformes

8À partir de la fin des années 1980, de nombreux politiciens de tous bords entrent dans le jeu de la dénonciation. Ils dévoilent publiquement les tares du système et font chorus avec les médias et l’opinion pour réclamer cette réforme politique qui moraliserait la vie publique. On peut les classer en quatre catégories : les « dénonciateurs réticents », les « boutefeux », les « orchestrateurs » (dont beaucoup appartiennent à la sous-catégorie des « politiciens-bulles ») et les « justiciers ».

Les dénonciateurs réticents

  • 11 Kishima (T.), Political Life in Japan. Democracy in a Reversible World, Princeton, Princeton Unive (...)

9Ce rôle ingrat est tenu par les élus d’opposition. Les deux « partis syndicaux » (les socialistes et le petit Parti démocrate-social) ont intérêt au maintien d’une économie régulée dans laquelle, avec l’accord du PLD, ils ont assuré de confortables niches à leur clientèle. Les bouddhistes du Kômeitô (« Parti pour un gouvernement honnête ») partagent depuis belle lurette avec le PLD les dépouilles du gouvernement local des mégalopoles, où sont leurs fiefs électoraux. Ils n’ont aucune illusion sur leur capacité à étendre leur électorat au-delà de leur secte-mère, la Sokagakkai. Ils n’ont donc aucun intérêt à dénoncer qui ou quoi que ce soit. Enfin, la plupart des parlementaires d’opposition sont peu ou prou compromis avec leurs collègues du PLD dans une convivialité suspecte et des marchandages permanents11.

  • 12 Dans une circonscription à quatre sièges pourvus au scrutin uninominal (l’électeur ne votant que p (...)

10Même ceux qui sont exclus de ces jeux, comme les communistes, ont intérêt au maintien du mode de scrutin en place depuis 1947. Cette combinaison de circonscriptions à sièges multiples (quatre en moyenne) et du single non transferable vote assure la survie de toute formation capable de rassembler 8 % à 10 % de l’électorat dans quelques circonscriptions seulement12. Assorti d’une réglementation des campagnes qui favorise outrageusement les sortants, il constitue une assurance-vie pour les partis en place, quels qu’ils soient. Aucun n’a donc intérêt à rien risquer qui puisse l’ébranler. Mais d’un autre côté, en nourrissant un clientélisme généralisé, le mode de scrutin fournit en permanence matière à scandale. La multiplication des « affaires » politico-mafieuses liées à l’éclatement de la bulle spéculative en 1990 focalise contre lui le mécontentement de l’opinion, au point qu’aucun discours ne peut plus être ouvertement tenu pour le défendre et que sa réforme devient l’objet central de l’agenda politique – au grand dam des partis d’opposition.

  • 13 La loi japonaise (durcie en 1994) autorise les politiciens à percevoir individuellement des contri (...)

11La fonction d’opposition a ses contraintes. Ses élus ne peuvent plus se taire quand la demande de réforme atteint une telle ampleur dans l’opinion et les médias, où les mérites des différents modes de scrutin sont l’objet d’analyses et d’éditoriaux quasi quotidiens. Alors l’opposition parle, mais au mieux de ses intérêts, en ciblant sa dénonciation sur celles des règles du jeu qui avantagent par trop le PLD. Puisque le mode de scrutin est accusé de nourrir la corruption, ils parlent corruption, et notamment financement de la vie politique. Sur ce point, l’opposition envisage favorablement une réforme qui interdirait aux politiciens de percevoir individuellement des contributions venant de particuliers ou d’entreprises13. C’est qu’à la différence du PLD, le financement des partis d’opposition est déjà très centralisé – qu’il soit d’origine syndicale (socialistes), religieuse (Kômeitô) ou assuré par les recettes propres du parti dans le cas du Parti communiste japonais, dont une grande partie des recettes vient de ses publications, notamment son quotidien Akahatta, diffusé à plus d’un million d’exemplaires. Les députés d’opposition ont donc les mains assez libres pour contribuer au débat sur la réforme politique en dénonçant la corruption sous la forme des contributions politiques que leurs collègues du PLD reçoivent « à titre personnel » en abondance, quand eux n’ont que les miettes. Malheureusement pour eux, il va s’avérer impossible de dissocier le problème du financement des partis de celui du mode de scrutin. Sur ce sujet, les partis d’opposition, à défaut de s’opposer de front à une demande de réforme très populaire, font entendre une cacophonie qui paralyse de facto toute avancée en empêchant le consensus nécessaire à la Diète. Le PLD rêve d’un mode de scrutin à l’anglaise (un seul siège par circonscription, un seul tour) qui le rendrait, pense-t-il, imbattable. Les socialistes et les démocrates-sociaux sont fondamentalement pour le maintien du système existant. Les communistes prônent la proportionnelle intégrale et le Kômeitô un système mixte. Ce dissensus empêche tout projet de réforme d’aboutir jusqu’en 1993.

  • 14 Les sénateurs sont élus pour un temps plus long que les députés (six ans au lieu de quatre) et sel (...)

12En août 1993, l’opposition traditionnelle accède au pouvoir presque malgré elle dans le sillage des partis néo-conservateurs, sans avoir gagné de sièges. Au contraire, les socialistes en ont perdu 68. Mais pendant la campagne, ils sont montés de force dans le train réformateur, pris au piège du discours sur « la réforme de l’État » que les nouveaux entrants ont imposé au centre de la campagne. Ils ne peuvent plus descendre. Ils s’allient donc aux nouveaux partis pour gouverner et réformer. Mais les socialistes laissent une poignée de leurs sénateurs torpiller la première mouture du projet de réforme14. Ce sont eux qui ont le plus à perdre, parce qu’ils sont à la fois les plus nombreux, mais aussi les plus fragiles, comme viennent de le montrer les élections. Mais ils n’empêcheront pas que soit finalement votée en janvier 1994 la réforme électorale qui les enterrera, comme ils le redoutaient.

Les boutefeux

  • 15 Bouissou (J.-M.), « Le clientélisme organisé dans une démocratie moderne. Le cas des kôenkai japon (...)

13Le mode de scrutin joue aussi un rôle essentiel pour expliquer le comportement des parlementaires à titre individuel dans le jeu de la dénonciation. Entre autres effets, il permet à beaucoup de députés (pas uniquement au PLD) de bâtir des fiefs personnels inexpugnables, et souvent héréditaires, dès lors qu’ils parviennent à organiser solidement environ 10 % des électeurs de leur circonscription15. Cette clientèle personnelle (le jiban) donne au député de base une liberté qui lui permet, s’il y voit son intérêt, d’adopter des stratégies personnelles risquées, y compris la dénonciation de son propre parti ou de l’ensemble du système. Les boutefeux se recrutent précisément parmi ces députés dont la survie électorale ne dépend que d’eux-mêmes et pour lesquels l’appartenance partisane n’a que peu d’importance. Ils sont un sous-produit typique du système électoral spécifique au Japon.

  • 16 En 1990, un député japonais recevait de l’État 18,8 millions de yens (environ 1,2 million de franc (...)

14Le cas d’école est l’homme par qui arrive en 1988 le scandale Recruit, qui va marquer le début de la fin pour l’hégémonie absolue du PLD. Narazaki Yanosuke est député de la circonscription de Fukuoka-1. Il a commencé sa carrière comme leader syndical des mineurs. Député socialiste depuis 1960, il quitte le parti en 1978 pour le Shaminren (Ligue démocratique), une minuscule formation de centre-gauche qui oscille entre deux et quatre députés. De facto, il est alors un politicien indépendant. Fukuoka-1, qui compte cinq sièges, est une des circonscriptions les plus peuplées du Japon avec plus de 1 250 000 inscrits en 1993. Elle associe un centre-ville plutôt riche et moderne à des quartiers plus populaires de petits commerçants et artisans, des grands ensembles qui abritent des salariés urbains, la population flottante des étudiants de l’université nationale du Kyûshû et le ghetto burakumin (les anciens hors-caste). La clientèle de M. Narazaki comprend le ghetto et une partie des petits commerçants-artisans, auxquels sa kôenkai (association de soutien) sert en quelque sorte de syndicat. Sa position est alors confortable. Pendant vingt ans, sur huit élections qu’il dispute, il arrive quatre fois en tête des cinq candidats élus (1963, 1967, 1972, 1979) et emporte en moyenne 14 % des suffrages. Dans cette période, il ne se fait pas remarquer à la Diète comme un trublion. Au niveau local, il soutient sans états d’âme le maire conservateur aussi bien que le gouverneur progressiste. Le siège Narazaki est une PME familiale, qui assure à son propriétaire la quasi-totalité de ses revenus16. Son fils Kinya dirige le secrétariat et doit prendre la succession.

15Mais peu à peu, les choses se gâtent pour M. Narazaki. La modernisation du centre-ville grignote son électorat et la circonscription se gonfle de nouveaux électeurs, passant de 630 000 inscrits en 1960 à plus de 1 200 000 en 1980. M. Narazaki a des difficultés à étendre sa clientèle dans les nouvelles catégories qui investissent les lieux. Le total de ses suffrages progresse régulièrement (58 224 en 1960, 149 572 en 1979), mais ceux-ci représentent un pourcentage toujours décroissant des inscrits (6,2 % seulement en 1979). Après sa défection de 1978, le Parti socialiste ne lui fait aucun cadeau. C’est d’ailleurs un socialiste qui finit par lui faire perdre son siège en 1983. Il le retrouve en 1986 à la faveur d’une erreur tactique du PLD, dont deux candidats s’éliminent mutuellement. Mais M. Narazaki peut tout craindre du scrutin suivant. Le PLD local a resserré les rangs. Le Parti socialiste a le vent en poupe dans tout le pays et aligne à Fukuoka-1 l’héritier d’une entreprise de construction qui emploie de nombreux burakumin : le ghetto lui est acquis. Pour comble de malheur, la mode est au rajeunissement, et M. Narazaki, né en 1920, affronte des candidats qui ont tous entre quinze et vingt ans de moins que lui. Il semble promis à une défaite qui lui fera perdre ses moyens d’existence. Sa seule chance de salut est l’électorat flottant des grands ensembles et des étudiants. Ceux-là ne peuvent être gagnés que par un coup médiatique retentissant. Chacun les sait très sensibles au thème de la moralisation de la vie publique. Le moindre politicien sait aussi que depuis le milieu des années 1980, l’entreprise Recruit achète à tout-va de l’influence auprès de tous les partis. C’est une start-up touche-à-tout, dont l’establishment patronal méprise le président-fondateur, soupçonné d’être un burakumin. Les médias ne craindront donc pas d’exploiter le scandale sans risque de se mettre le monde des affaires à dos. La suite appartient à l’histoire politique japonaise. En septembre 1988, M. Narazaki feint de réclamer sa part à Recruit, dissimule une caméra dans son bureau et se filme en train de repousser l’enveloppe que l’émissaire de l’entreprise veut lui mettre dans les mains. Le lendemain, la cassette est sur toutes les chaînes de télévision. La presse doit suivre et publier les détails d’un trafic d’influence dont elle connaissait déjà tout. Il s’ensuit la perte historique du Sénat par le PLD en 1989. M. Narazaki obtient le résultat escompté. En février 1990, il est réélu en première position avec un score jamais vu (179 000 voix, soit 17,4 %). Mais sa petite entreprise politique sera finalement victime du séisme qu’il a déclenché sans le vouloir. En 1993, l’électorat flottant se tourne vers un nouveau venu néo-conservateur. M. Narazaki perd 72 000 voix et n’est sauvé que grâce à l’adjonction d’un sixième siège dans la circonscription. Mais en 1996, son fils, candidat du Parti démocrate, perdra le siège familial et échouera de nouveau en 2000.

  • 17 Bouissou (J.-M.), « Les élections législatives du Japon (18 juillet 1993) : la chute du PLD et la (...)

16D’autres « boutefeux » entrent en action au sein même du parti gouvernemental. En 1989, au beau milieu de l’émotion suscitée par le scandale Recruit, dix députés qui se baptisent « Groupe Utopia » rendent publics les coûts réels (?) du fonctionnement de leurs machines électorales personnelles : 116 millions de yens par an en moyenne, soit, cette année-là, environ 8 millions de francs. Ils entendent ainsi protester contre le renchérissement permanent des investissements nécessaires à leur activité. En juin 1993, dix autres quittent le PLD pour fonder le Parti pionnier (Sakigake) en faisant de la réforme politique leur thème principal. Les caractères communs à ces deux groupes de dénonciateurs sont très significatifs17. D’un côté, ils disposent de ressources propres considérables : clientèle héritée d’une, deux, voire trois générations, fortune et réseaux personnels de financement, prestige universitaire, etc. D’autre part, ils sont tous dans leur premier, deuxième, ou au mieux troisième mandat, ce qui les oblige à attendre encore dix ou douze ans avant d’accéder aux portefeuilles ministériels, en vertu de l’avancement à l’ancienneté qui maintient l’ordre au sein du PLD.

  • 18 Parmi les jeunes élus qui quittent le PLD en 1993 avant la fin de leur troisième mandat pour rejoi (...)

17Nous sommes ici en présence de deux cas exactement opposés. M. Narazaki a recouru à la dénonciation comme stratégie désespérée de survie. Les jeunes héritiers du PLD y recourent à partir d’une position de force, pour accélérer le retour sur leurs investissements en court-circuitant l’avancement à l’ancienneté. Ils n’y parviendront d’ailleurs que très partiellement18. Dans les deux cas, c’est le système électoral – qui favorise la formation de véritables fiefs indépendants – qui leur permet de choisir la dénonciation et la rupture avec les états-majors partisans comme une stratégie rationnelle. Mais cette stratégie n’aurait pas produit la recomposition politique qui a suivi à l’échelle du pays entier s’il ne s’était pas trouvé des acteurs de plus grande envergure, pour cristalliser l’effet des dénonciations éparses et orchestrer une offensive contre le système des partis existants en créant de nouvelles formations capables d’en forcer l’entrée et d’y survivre.

Les orchestrateurs

18Pour réussir, les orchestrateurs doivent posséder des ressources personnelles (fortune, popularité, réseaux) et des capacités stratégiques et organisationnelles hors du commun. Le Japon en a trouvé successivement plusieurs, dont chacun a fait rebondir à sa manière le processus de recomposition politique. En 1992, Hosokawa Morihiro lance le Nouveau parti du Japon. Depuis le Kômeitô en 1967, c’est le premier parti « généraliste » créé de toutes pièces qui parvienne à forcer l’entrée des deux chambres de la Diète (8,1 % des voix et 4 sénateurs en 1992 ; 8,1 % et 35 députés en 1993). En juin 1993, Ozawa Ichirô crée le Parti du renouveau avec 36 défecteurs du PLD. Il orchestre ensuite les manœuvres qui font émerger au centre de l’échiquier politique une formation qui paraît un moment capable de faire pièce au PLD ; son Nouveau parti du progrès, qui dispose de 176 députés et de 40 sénateurs en 1995-1996 avant d’imploser en 1997. Enfin, en 1996, Hatoyama Yukio et Kan Naoto profitent de l’écroulement du Parti socialiste pour créer au centre-gauche le Parti démocrate, qui passe de 52 députés à sa naissance à 133 après les législatives de juin 2000, et constitue désormais la principale force d’opposition.

  • 19 Kan (N.), Bouissou (J.-M.), « Point de vue d’un mutant », Pouvoirs, n° 71, 1994, p. 67-72.
  • 20 Le grand-père d’Hatoyama était déjà un politicien de premier plan avant la guerre et sera le premi (...)
  • 21 Woodall (B), Japan Under Construction : Corruption, Politics and Public Works, Berkeley, Universit (...)
  • 22 Depuis l’origine, le PLD est divisé en clans (habatsu) organisés et disciplinés au point que certa (...)

19À l’exception de Kan, dont la carrière marginale rappelle celle de M. Narazaki mais qui est rattaché aux forces vives du Japon associatif19, les orchestrateurs ont un profil commun. Ils viennent du gratin conservateur. Hosokawa et Hatoyama descendent tous les deux de dynasties politiques prestigieuses qui leur assurent de puissants réseaux partout dans l’élite20. Ils sont à la tête de fortunes familiales considérables. Héritier à 27 ans d’un siège « en béton », Ozawa a atteint les plus hauts échelons du PLD : ministre des Sciences et de la Technologie, puis de l’Intérieur, enfin secrétaire général du parti en 1989-1990, ce qui en fait un premier ministrable. Il dispose aussi d’une formidable machine financière ; via son mentor Kanemaru Shin, il est l’héritier des réseaux mis en place dans les décennies 1960 et 1970 par Tanaka Kakuei et qui contrôlent l’essentiel des contributions en provenance du secteur du bâtiment et des travaux publics21. Tous les trois ont aussi en commun de n’avoir que des perspectives de carrière limitées. Après deux mandats sans relief de sénateur PLD, Hosokawa est bloqué à la périphérie, comme gouverneur de son fief familial de Kumamoto. Hatoyama n’est que dans son deuxième mandat. Il doit attendre encore au moins douze ans son premier portefeuille ; et dans son clan, sa génération est riche de concurrents aux dents longues. Quant à Ozawa, après un sans-faute jusqu’au statut de premier ministrable, il a chuté sur le dernier obstacle : en décembre 1992, il a échoué à succéder à Takeshita Noboru comme chef d’un des cinq clans du PLD22. En vertu des règles non écrites, mais rigides, du parti, cet échec lui ferme la route du poste suprême.

  • 23 Sur ce point, la comparaison avec la seule scission que le PLD ait connue auparavant est éclairant (...)

20Les ambitions frustrées ont toujours menacé le PLD, qui avait élaboré un système sophistiqué pour les gérer. Aux beaux jours du « système de 1955 », un Ozawa ou un Hatoyama auraient accepté de finir honorablement leurs carrières comme yuryoku giin (élus influents) et Jimintô kômon (conseillers du PLD). La question est donc de savoir pourquoi ils ont adopté des stratégies de rupture en orchestrant la dénonciation. On peut avancer trois éléments de réponse. D’abord, la remise en cause globale du « modèle japonais » permet aux orchestrateurs de trouver des ressources auprès de cette partie des élites qui veut adapter le Japon à la mondialisation. Ensuite, elle permet d’aller au-delà de la simple dénonciation pour mobiliser durablement les électeurs autour des nouvelles demandes liées à la désintégration du « modèle »23. Enfin, la comparaison internationale a un rôle important : l’Occident envoie au Japon l’image de leaders jeunes et dynamiques (Clinton, Blair) ou capables d’un leadership personnel énergique (Thatcher). La comparaison est désastreuse pour la gérontocratie qui gère le PLD ; elle nourrit à la fois l’impatience chez les aspirants et la demande de changement dans l’opinion.

Les « justiciers »

  • 24 Le ministère de l’Industrie et du Commerce extérieur. Longtemps régulateur autoritaire de la polit (...)

21Cette typologie des entrepreneurs de dénonciation ne serait pas complète sans les justiciers. Globalement, ceux-ci se présentent comme des adeptes de la « bonne gouvernance », mais leur position est complexe – comme l’est celle de la haute administration dont ils sont issus et/ou à laquelle ils sont intimement liés. Comme au MITI24 ou à l’agence du Plan, une minorité d’entre eux a compris la nécessité d’instiller une dose d’économie de marché dans le « modèle », et ils partagent les vues du ministère des Finances, pour lequel la réduction du déficit budgétaire est une priorité absolue. Mais ils ne peuvent pas non plus scier la branche électorale sur laquelle ils sont assis. Entre la bonne gouvernance et les intérêts de leurs clientèles, leur marge de manœuvre est très étroite.

  • 25 Bouissou (J.-M.), « Les conditions politiques de la réforme de l’État au Japon… », art. cité, et « (...)

22Le PLD a toujours été divisé entre des leaders issus des élites classiques, surtout l’administration (kanryô), et des politiciens purs (tôjin). Les premiers sont sortis des meilleures universités, ils ont fait une première carrière dans la haute administration et sont très proches du grand patronat, qui les finance par priorité. Les seconds ont une origine sociale moins élevée. Partis du fond des circonscriptions, ils ont fait toute leur carrière dans l’appareil du parti et leur principale ressource est leur machine électorale personnelle. Leurs relations avec le patronat relèvent parfois de l’extorsion et certains ont des liens avec le milieu. Les premiers ont dominé le parti jusqu’à la fin des années 1970. Les seconds prennent la haute main à l’issue de la « guerre Tanaka-Fukuda » (1972-1980) – un premier affrontement entre les élites du « Triangle », qui préfigure celui auquel nous assistons actuellement, et au cours duquel sont expérimentées des stratégies qui se retrouvent aujourd’hui25. C’est alors que les tôjin, dont Tanaka Kakuei est le leader, assoient leur contrôle sur une source essentielle de financement : le BTP, fortement infiltré par la mafia.

  • 26 Katz (R.), « The System that Soured… », art. cité.
  • 27 Magara (H.), « The Conservative Political Realignment and Socialists’ Retreat », Tsukuba Review of (...)
  • 28 Cette affaire protéiforme contient tous les aspects possibles des scandales politico-mafieux japon (...)

23La mainmise des tôjin – du clan Tanaka-Takeshita-Kanemaru en particulier – sur la direction du PLD coïncide avec le début de ce qui va apparaître de plus en plus comme une « mauvaise gouvernance ». Nous avons vu que la réforme administrative, première tentative pour moderniser le « modèle », s’enlise à partir de 1987. Le débat chaotique sur la taxe à la consommation qui doit rétablir l’équilibre budgétaire aboutit au fiasco politique de 1989. Le gouvernement est incapable de contrôler l’économie-casino après 1985, d’empêcher sa débâcle en 1990 et d’enrayer la crise économique qui suit. Bien que cette baisse des performances du PLD ait des causes structurelles26, la « mal gouvernance » est communément attribuée à la logique des tôjin, qui font passer avant tout leurs priorités électorales locales commandées par le statu quo. C’est dans ce contexte qu’une partie du patronat pousse l’aile technocratique à reprendre les choses en mains, quitte à prôner ouvertement la rupture du parti27. Les kanryô sont menés par Miyazawa Kiichi, issu du ministère des Finances (premier ministre entre 1991 et 1993) et Gotoda Masaharu, un ancien directeur de la Police nationale. L’un et l’autre ont des ressources politiques considérables (réseaux, dossiers) et rien à perdre : en 1993, Miyazawa a 80 ans et Gotoda 85 ans. Dans leur carrière, tous deux ont été mêlés à divers scandales politico-financiers. Il serait naïf d’exagérer leur volonté de moraliser une vie publique dont ils connaissent et exploitent toutes les ressources. Leur premier objectif est de démanteler l’emprise du clan Tanaka-Takeshita-Kanemaru sur le BTP, dont les contributions assurent son emprise sur le parti. Le scandale Sagawa, en 199128, leur permet de casser le clan en deux. En mars 1993, ils font définitivement tomber Kanemaru. Ils font lancer une série d’enquêtes dans les milieux du BTP, dont une des premières victimes est le gouverneur de Niigata, fief de la dynastie Tanaka. Ce faisant, ils acculent Ozawa Ichirô, héritier des réseaux de Kanemaru et leur principal adversaire. Ce dernier choisit alors de se poser à son tour en dénonciateur et de briser, au nom d’une réforme politique purificatrice, un PLD où son avenir est bouché.

  • 29 Il n’est pas indifférent de remarquer que ces deux personnages ont été les deux mentors politiques (...)
  • 30 Sur tous ces personnages et ces épisodes, cf. Sato (S.), Kumon (S.), Postwar Politician : the Life (...)

24On voit que le jeu de la dénonciation/contre-dénonciation oppose essentiellement les élus du parti gouvernemental entre eux. Il se caractérise par la diversité des « entrepreneurs de moralisation » : jeunes élus de base, politiciens chevronnés aux ambitions nationales, grands anciens en fin de carrière, etc. Leur point commun est de disposer de ressources très supérieures à la moyenne de leurs collègues. Ils ont deux motivations, dont aucune n’est d’ordre moral : accélérer ou relancer leur carrière et remédier à divers aspects de ce qu’ils perçoivent comme du « mauvais gouvernement » (le coût excessif de leur profession pour les débutants ; l’incapacité du parti à produire des décisions jugées indispensables par leurs grands aînés). Aucun de ces personnages n’est nouveau sur la scène politique japonaise. Dès les années 1960, il y a déjà eu de grandes figures moralisatrices élues comme électrons libres, surtout au Sénat, comme la féministe Ichikawa Fusae ou l’écrivain et acteur Aoyama Yukio29. À l’occasion du scandale Lockheed (1976), le PLD a déjà vu de grands aînés (Miki Takeo) jouer les justiciers contre les corrompus (Tanaka Kakuei) et de jeunes ambitieux en prendre prétexte pour tenter des scissions (comme Kôno Yôhei qui animera le Nouveau Club Libéral entre 1976 et 1986 avant de revenir au PLD)30. La question est donc de savoir pourquoi et comment ces mêmes « entrepreneurs de moralisation », qui n’ont abouti à rien dans les années 1970, sont devenus assez efficaces vingt ans après pour déstabiliser tout le système.

Applaudir la dénonciation

  • 31 Bouissou (J.-M.), « Les conditions politiques de la réforme de l’État… », art. cité.

25Nous avons esquissé ailleurs l’histoire des différents facteurs sur lesquels la légitimité des élites s’est successivement fondée au Japon depuis la fin du XIXe siècle et celle de l’évolution des rapports de forces qui en a résulté entre elles31. Nous nous permettons d’y renvoyer le lecteur, sauf à rappeler ici quelques points essentiels.

Les conditions d’une bonne réception : les avatars du « bien public » et les luttes entre élites pour la légitimité

26Au Japon, l’administration a confisqué la notion de bien public en l’assimilant à la puissance d’un État dont la mission historique a été, de toute éternité, de protéger l’existence et l’essence d’une « nation organique ». Cette conception contient une dénonciation implicite contre les partis politiques et les groupes économiques, dont elle sous-entend qu’ils ne poursuivent que des buts égoïstes, incompatibles avec la nature même de la nation japonaise. La légitimité de l’administration repose, en dernière instance, sur cette dénonciation.

27Les politiciens tirent des ressources de l’administration et du patronat. Mais leur élection dépend en dernier ressort de leurs clientèles. Au PLD, celles-ci représentent surtout des catégories menacées par la modernisation dont l’administration et le patronat sont les agents (paysannerie, boutiquiers…). Par conséquent, les élus gouvernementaux ont toujours pratiqué de facto une « dénonciation permanente à finalité électorale » contre les deux autres élites, dont ils contrecarrent aussi les projets nuisibles à leurs clientèles. Cette dénonciation se fait stridente après 1972, quand la génération tôjin, derrière Kakuei Tanaka, prend le pouvoir au PLD. Pour l’électorat organisé qui fait la majorité à chaque élection, la légitimité politique s’enracine désormais dans le seul intérêt du groupe communautaire restreint, que son sensei – « maître » : titre honorifique pour désigner l’élu – doit défendre contre l’État, et dans la défense de catégories socioéconomiques archaïques. En d’autres termes, les politiciens se bâtissent une légitimité à l’opposé du « bien public », version administrative, et à l’opposé de la croissance modernisatrice dont le patronat est l’agent. L’opposition entre élites tourne au conflit ouvert avec la « guerre Tanaka-Fukuda » qui manque de casser le PLD. Cet épisode change la manière dont les entreprises de dénonciation sont menées au Japon. Pour la première fois, certains politiciens cherchent une légitimation personnelle auprès de l’opinion. Alors que la tradition japonaise privilégie une figure du leader comme accommodateur ou médiateur, Tanaka se met en scène comme un homme de vision, un décideur et un « fonceur ». Cela va du lancement d’un best-seller intitulé Le remodelage de l’archipel, à la veille du congrès qui l’élira président du parti, à la promotion d’un surnom significatif : « le Bulldozer qui marche à l’ordinateur ». Pour le démolir, ses adversaires brisent un tabou : ils font dénoncer ses pratiques d’enrichissement personnel, qui n’ont rien d’exceptionnel au PLD, en utilisant des hebdomadaires marginaux pour allumer la mèche.

28Ce conflit déplace le centre de gravité de la légitimité d’une manière décisive. Les politiciens de l’école Tanaka mettent en scène à l’usage des médias l’image du fonctionnaire paresseux à travers des « coups » comme les inspections-surprises de Tanaka dans les bureaux du ministère des Finances. Ils posent aux défenseurs du petit peuple (loi de 1972 sur la protection du petit commerce, gratuité des soins médicaux aux personnes âgées) et ils reprennent à leur compte le thème du grand patronat « égoïste et antinational » à l’occasion des scandales de pollution (1967-1970) et de l’hyper-inflation consécutive au choc pétrolier (1973-1974). Le patronat contre-attaque sur le plan moral, qui se révèle comme l’arme ultime pour les acteurs en difficulté. Après les scandales qui émaillent la campagne sénatoriale de 1974, les organisations patronales font chorus avec l’opinion en menaçant de ne plus financer le PLD si des mesures de moralisation ne sont pas prises. Cette stratégie par laquelle l’acteur le plus impliqué dans les pratiques immorales renchérit sur la dénonciation se retrouvera exactement en 1993 quand Ozawa Ichirô, le maître des pots-de-vin du BTP, quittera le PLD au nom de la réforme politique. Au bout du compte, au jeu de la légitimité, le centre de gravité se déplace de l’État vers « le peuple » et le bien-être des habitants. Les élus se posent en représentants d’une communauté nationale humaine, distincte de l’État, qu’il faut même protéger contre lui et contre les excès d’un patronat avide. Le pouvoir politique affirme sa vocation à exercer le leadership et à protéger les « petits ».

29Dans les années 1980, les conflits entre élites se cristallisent, comme on l’a vu, autour de la réforme administrative, qui devient l’élément central de l’agenda politique. Pour l’aile modernisatrice du patronat, ce vocable sert de couverture à la première tentative pour mettre l’économie japonaise aux normes libérales mondiales. Ses porte-parole présentent les grandes entreprises modernes comme les seuls acteurs conscients des exigences du contexte mondial, au contraire des politiciens (dont l’horizon naturel est la circonscription) et des bureaucrates (limités à la juridiction de leur ministère). Selon eux, seuls les acteurs économiques ont l’expertise nécessaire pour assurer le statut et la sécurité du Japon dans un monde qui change. Ainsi, le patronat se réclame d’une conception nouvelle du bien public fondé sur l’internationalisation (la mise en harmonie avec les exigences d’un monde qui change) plutôt que sur la capacité à créer de la richesse. Vers la fin des années 1980, l’administration et les élus de base du PLD semblent avoir réussi à mettre la réforme administrative sous le boisseau. Mais la crise financière et économique qui éclate en 1990 redistribue une nouvelle fois les cartes du jeu de la légitimité. Les politiciens voient diminuer les ressources disponibles pour leurs clientèles ; ils pressentent que la modernisation inévitable du « modèle » va les obliger à en sacrifier certaines. Il leur faut un bouc émissaire. Ce sera l’administration. La dénonciation de l’inefficacité et des malversations des fonctionnaires devient une figure obligée de toute campagne électorale et le démantèlement des grands ministères est proclamé cause nationale. À cet effet, l’élite politique invoque une conception du leadership inspiré des démocraties occidentales : les fonctionnaires auraient usurpé un pouvoir qui appartient au peuple et à ses élus.

  • 32 . Sone (Y.), « Le rôle des commissions consultatives dans la décision politique au Japon », Ebisu, (...)

30C’est aussi lors du conflit sur la réforme administrative qu’apparaît un nouvel instrument de dénonciation et de (dé) légitimation : les commissions d’experts appointées par le gouvernement32. Leur fonction principale est de promouvoir la réforme auprès de l’opinion, grâce à l’écho médiatique donné à leurs débats et à leurs rapports. Elles sont composées de représentants de l’administration, du patronat et du monde du travail, mais aussi d’universitaires, d’intellectuels et de journalistes. Elles symbolisent donc une manière de souveraineté populaire combinée à l’expertise et au prestige. Ce nouvel instrument à la main du premier ministre place l’administration sur la défensive. Mais il constitue aussi dans son principe, une dénonciation de l’impuissance des institutions politiques traditionnelles. En recourant à des éléments de la société civile pour élaborer les politiques, le gouvernement légitime implicitement l’intervention de cette société civile dans le champ politique. Ce que les Japonais n’avaient d’ailleurs pas attendu pour faire.

Quand le public monte en scène : les citoyens-dénonciateurs

  • 33 Bouissou (J.-M.), « Un nouveau Japon. Regards sur les mouvements alternatifs », Études du CERI, n° (...)

31Depuis 1945, le Japon a connu quatre générations de citoyens-dénonciateurs33. Il y eut d’abord les « mouvements de citoyens » (shimin undô) des années 1960 et 1970 contre la bombe nucléaire, contre le projet de loi de police de 1959, contre la guerre du Vietnam, etc. Politiques par essence, ils s’attaquaient à la violence légitime dont l’État a le monopole et agissaient de concert avec les partis de gauche. Mais ils voulaient incarner face à eux la pureté des simples citoyens. À la fin des années 1970, le déplacement du centre de gravité de la légitimité donne naissance aux « mouvements d’habitants » (jûmin undô). Leur but unique est la défense du cadre de vie local menacé par l’industrialisation et la pollution. Ils ont une vision cynique de la politique et manipulent tous les élus de leur circonscription sans distinction de parti pour atteindre leur but. Ils ne se coordonnent pas au plan national, utilisent souvent les structures communautaires traditionnelles et sont vulnérables aux stratégies de récupération. Mais ils gagnent peu à peu en expertise, passant de la pétition à des recours judiciaires sophistiqués et à une stratégie médiatique.

32La décennie 1980 est marquée par un « conservatisme de confort » qui débilite les jûmin undô. Le relais est pris par les « mini-partis » nés d’une réforme du mode de scrutin sénatorial en 1983. Partis de la fiscalité, des handicapés, de la sécurité sociale, du sport, etc., ils combinent la volonté d’agir au plan politique national des mouvements de citoyens et l’agenda centré sur la vie quotidienne des mouvements d’habitants. Ils touchent surtout l’électorat moderne des salariés du tertiaire urbain, où ils préparent le terrain pour les partis néo-conservateurs de 1992-1993. Mais ceux-ci s’en différencient radicalement par le fait qu’ils ont un agenda complet et l’ambition de conquérir le pouvoir. Dans les années 1990, de nouveaux mouvements alternatifs apparaissent. Ils veulent transformer la société « à partir du local », mais aussi promouvoir leur expérience au plan international. Ils exigent la décentralisation du pouvoir vers des communautés locales où les citoyens auraient un droit de contrôle direct (se faire communiquer tous les documents administratifs) et d’initiative (référendum d’initiative populaire). Ils incarnent l’avatar ultime de la notion de bien public fondée sur le bien-être des « gens ordinaires » – qui s’en chargent désormais eux-mêmes au lieu de s’en remettre au patronage de leur élu.

  • 34 C’est le cas aussi bien du célèbre mouvement de Minamata que du mouvement antinucléaire de Tomari, (...)

33Par delà leur tronc idéologique – dont l’analyse dépasse le cadre de ce texte – tous ces mouvements ont un caractère commun : leurs membres disposent de ressources supérieures à la moyenne et/ou ont peu à perdre. Leurs pères fondateurs sont des intellectuels, d’anciens activistes rompus aux méthodes d’organisation ou des experts (médecins, avocats, enseignants). Dans les communautés rurales, l’association typique est celle des leaders des coopératives d’agriculteurs ou de pêcheurs assistés par les instituteurs ou le praticien du dispensaire local34. La base militante est formée d’individus qui échappent aux contraintes professionnelles et aux hiérarchies sociales. Ils ont du temps, de l’instruction, un lien avec des organisations extérieures, parfois de l’argent. Ainsi les seikatsu kurabu, coopératives de consommation autogérées, qui rassemblent quelque 150 000 foyers autour de Tokyo et qui ont servi de rampe de lancement à l’« orchestrateur Kan Naoto, sont animés par des ménagères quadragénaires de la classe moyenne supérieure.

  • 35 Entre autres un esclandre dans un grand restaurant de Tokyo où on refusait d’arroser ses fraises d (...)

34Les années 1990 voient aussi fleurir l’individu-dénonciateur. Le cas le plus spectaculaire est celui de Miyamoto Masao, dont le best-seller féroce sur le ministère de la Santé a fait le héraut de la critique contre la « société corsetée ». On peut aussi citer le courtier Iguchi Toshihige, devenu une vedette à la suite de son rôle dans un scandale de 1995 impliquant la banque Daiwa aux États-Unis. Au lieu de se livrer aux rituels de la repentance, il a tiré de son expérience un bestseller titré Kokuhaku (« Confessions ») qui lui a valu la couverture de Times (10 février 1997). Il y a aussi les « gouverneurs amateurs », élus depuis 1995 en faisant campagne sur la dénonciation du gouvernement central et de l’administration – entre autres Aoshima Yukio à Tokyo (1995-1999), « Knock » Yokoyama à Osaka (1995-2000) et Tanaka Yasuo, élu gouverneur de Nagano en octobre 2000. Dans tous les cas, il s’agit d’individus dotés de ressources très supérieures à la moyenne. Miyamoto et le courtier Iguchi ont une qualification professionnelle sophistiquée et une longue expérience des États-Unis, qui leur donne une vision claire des possibilités de la société médiatique. Ils jouissent d’une liberté totale : Iguchi est « grillé » dans le milieu financier japonais et Miyamoto possède une fortune qui rend son emploi au ministère de la Santé sans grand enjeu. Miyamoto est en outre doté d’un ego surdimensionné, ce qu’attestent de nombreuses anecdotes35. Quant aux trois « gouverneurs amateurs » que nous avons mentionnés, ce n’est pas un hasard s’il s’agit d’acteurs et d’écrivains et si le dernier nommé a complaisamment publié en feuilleton le récit de ses conquêtes féminines.

35L’exemple japonais montre que « dénoncer la politique » n’est pas que l’affaire de la société civile, des médias ou de la justice et ne se réduit pas à critiquer la corruption ou les abus. Depuis les années 1980, la délégitimation progressive des élites japonaises résulte des dénonciations mutuelles au sein même du « Triangle d’Airain », dont l’enjeu est de savoir qui contrôlera le processus de modernisation. Ces dénonciations s’accompagnent d’un glissement progressif de la légitimité, qui descend de l’État vers « les gens », mais s’élargit aussi du local vers l’international. Nous avons identifié quatre types de dénonciateurs à l’œuvre au cœur même du système politique japonais, poursuivant chacun une stratégie à la mesure de ses moyens et en fonction d’objectifs qui vont de la simple nécessité de sauvegarder son gagne-pain (Narazaki) à l’ambition d’engager la nation sur de nouveaux chemins (Ozawa). Mais ces types se rencontraient déjà dans les années 1970, tout comme se rencontraient aussi dans la société civile des groupes organisés qui dénonçaient la politique à leur manière. Dès lors, la question est celle des conditions qui ont permis à la dénonciation de « prendre » et d’ébranler le système des partis jusqu’à mettre fin à l’hégémonie du PLD, sinon à sa domination.

  • 36 Reed (S.), « La corruption politique au Japon », Revue internationale de sciences sociales, n° 149 (...)

36On enfonce une porte ouverte en disant que l’impact de la dénonciation est proportionnel au stress causé par celui de la mondialisation sur la société. Mais on se tromperait en considérant la dénonciation des scandales comme un simple exutoire. Le processus qui lui a permis de « prendre » est complexe. L’efficacité de la dénonciation et des appels à la moralisation des pratiques politiques ne s’explique qu’en relation étroite avec les nouveaux clivages que la mondialisation avait fait apparaître au sein de la société japonaise – entre secteurs modernes et secteurs sous-productifs, entre producteurs et consommateurs, etc. C’est l’activation de ces clivages qui a poussé une partie du patronat à tenter de créer une alternative au PLD. C’est elle aussi qui a permis de mobiliser autour d’un projet réformateur l’électorat flottant urbain, qui avait depuis longtemps échappé au PLD mais restait en déshérence. La hardiesse des scissionnistes néo-conservateurs se fondait sur la conviction de pouvoir trouver les ressources financières et électorales qui avaient manqué en 1976 à l’orchestrateur Kôno pour son Nouveau club libéral. La mondialisation a aussi fait émerger un nouvel agenda politique complet, capable d’alimenter un débat significatif aux yeux de l’électorat et de légitimer à cet effet la création de nouveaux partis. C’est toute la différence avec les décennies précédentes, où la dénonciation de la corruption, lancée alors qu’une croissance soutenue profitait à tous, n’avait abouti qu’à des flambées de colère électorale sans lendemain36. Concrètement, la dénonciation a mobilisé émotionnellement un électorat que les nouveaux entrants ont ensuite tenté – avec plus ou moins de succès – de retenir rationnellement autour d’un nouvel agenda. Dans la période de mobilisation initiale, entre 1989 et 1993, elle a servi en quelque sorte de bélier pour forcer l’entrée d’un système politique cadenassé, où les partis en place refusaient de traiter les nouvelles demandes sociales ou les faisaient passer après les intérêts de leurs clientèles. Dans cette étape, le discours de dénonciation a servi de plus petit dénominateur commun pour faire « pousser ensemble » des acteurs qui poursuivaient par ailleurs des objectifs parfois complètement opposés – comme le néo-nationaliste Ozawa et les pacifistes Takemura ou Kan. Dans une deuxième étape, il a été repris par le gouvernement PLD contre les organes mêmes de l’exécutif (l’administration) afin d’alléger la pression sur le parti en détournant le mécontentement. Mais ni dans un cas ni dans l’autre, l’exigence proclamée de moralisation n’était avancée pour elle-même.

  • 37 C’est notamment le cas des prétendus « scandales sexuels » qui ont largement contribué à faire per (...)

37Ainsi, si l’efficacité immédiate de la dénonciation est d’ordre émotionnel et repose sur la colère ou l’angoisse, son efficacité à terme relève du rationnel : sa capacité à donner à voir un « horizon d’attente » sous forme d’agenda politique complet. Quant aux politiciens, ils ne se font entrepreneurs de dénonciation que s’ils pensent trouver les ressources nécessaires pour gagner à ce jeu. Dans le cas du Japon, ces ressources, financières et électorales, se trouvaient disponibles dans la décennie 1990 à cause de la remise en question du « modèle ». De plus, le système politique présentait des caractéristiques particulières – à commencer par le système électoral en vigueur jusqu’en 1994 – qui donnaient aux élus, à titre individuel, la possibilité d’adopter sans grands risques des stratégies de dénonciation, y compris contre leur propre parti. Du côté des « récepteurs » aussi, la mondialisation a joué un rôle important. Elle a introduit un imaginaire importé, dont la figure clinto-blairiste du jeune leader charismatique est un élément central et où l’on retrouve des éléments du « politiquement correct » américain, revus et corrigés par la culture locale37. Il reste à voir dans quelle mesure ce nouvel imaginaire s’enracinera et continuera à nourrir des stratégies de dénonciation. La réforme électorale de 1994 a considérablement renforcé la mainmise des partis sur leurs élus en remplaçant les circonscriptions à sièges multiples par un mélange de circonscriptions de type anglais (scrutin uninominal à un tour) et de proportionnelle de liste. En même temps, une nouvelle loi sur le financement politique a diminué la capacité des élus à lever des fonds à titre individuel. Paradoxalement, tout se passe comme si les réformes réalisées ostensiblement pour répondre à l’exigence de moralisation avaient abouti, au final, à un système dans lequel il sera beaucoup plus risqué pour les élus de jouer aux dénonciateurs.

Notes

1 Nakane (C.), La société japonaise, Paris, Armand Colin, 1967 ; Miyamoto (M.), Japon, société camisole de force, Arles, Picquier, 1996.

2 L’indice boursier Nikkei passe de moins de 10 000 points en janvier 1984 à près de 40 000 en décembre 1990.

3 Masumi (J.), Contemporary Politics in Japan, Berkeley, University of California Press, 1995 ; Bouissou (J.-M.), « Les évolutions du choix électoral au Japon », Revue internationale de politique comparée, n° 2, 1996, p. 369-397 ; Kabashima (I.), « The Instability of Party Identification Among Eligible Japanese Voters : a Seven-Wave Panel Study », Party Politics, n° 2, 1997, p. 151-176.

4 Katz (R.), « The System that Soured : Toward a New Paradigm to Guide Japan Policy », The Washington Quarterly, n° 4, 1998, p. 43-78.

5 Pombeni (P.), Bouissou (J.-M.), « L’évolution du système politique en Italie et au Japon depuis la guerre. Grandeur et décadence de la “partitocratie redistributive régulée” », Revue française de science politique, vol. 51 n° 4, août 2001, p. 545-568.

6 Mouer (R.), Sugimoto (Y.), Constructs for Understanding Japan, Londres, Kegan Paul, 1989 ; Bouissou (J.-M.), « L’économie politique de dix ans de crise au Japon », Économie internationale, n° 84, 2000, p. 185-208 et « Les conditions politiques de la réforme de l’État au Japon : le fonctionnement du “marché politique” et la légitimité à l’épreuve de la crise », Revue Internationale d’Administration Publique à paraître en 2001.

7 Domenach (J.-L.), L’Asie en danger, Paris, Fayard, 1998 ; Takahashi (S.), « Le Japon dans l’ordre mondial. Une position perpétuellement précaire », Études internationales, vol. 30, n° 1, 1999, p. 31-43.

8 « La réforme administrative au Japon », numéro spécial de Sciences sociales du Japon contemporain, n° 5, 1984 ; Seizelet (E.), dir., « L’administration au Japon », numéro spécial de la Revue française d’administration publique, n° 73, 1995.

9 Katz (R.), « The System that Soured… », art. cité.

10 Bouissou (J.-M.), « Les conditions politiques de la réforme de l’État au Japon… », art. cité.

11 Kishima (T.), Political Life in Japan. Democracy in a Reversible World, Princeton, Princeton University Press, 1991, p. 26-44 ; Masumi (I.), « Voting in the Year of the Bear : the Confidence Crisis in Politics », Japan Quarterly, n° 4, 1995, p. 443-449.

12 Dans une circonscription à quatre sièges pourvus au scrutin uninominal (l’électeur ne votant que pour un seul candidat), un candidat est mathématiquement assuré d’un siège s’il réunit 25 % des suffrages des électeurs inscrits. Mais compte tenu d’une abstention moyenne de l’ordre de 27 % et des « voix mortes » (celles qui vont aux candidats battus et qui ne comptent pour rien dans l’attribution des sièges, puisqu’elles ne sont pas « transférables »), il suffit souvent en pratique d’obtenir 10 % des suffrages des électeurs inscrits pour enlever un siège. Dans les grandes villes, les circonscriptions peuvent avoir jusqu’à six sièges, l’abstention dépasse 30 % et les candidats (donc les « voix mortes ») sont plus nombreux ; il suffit alors le plus souvent de 8 %, voire moins.

13 La loi japonaise (durcie en 1994) autorise les politiciens à percevoir individuellement des contributions régulières sous forme de cotisations à leurs « associations de soutien » et des dons exceptionnels, dans des limites fixées de manière très floue et à condition de présenter chaque année leurs comptes, dont chacun sait qu’ils n’ont qu’un rapport lointain avec la réalité. De plus, comme tout citoyen japonais, ils peuvent servir d’intermédiaires (assen suru) ou de conseillers dans des transactions privées ou des dossiers administratifs. La loi japonaise ne considère pas cette activité comme du trafic d’influence, tant que « l’intermédiaire » n’est pas en position de décideur dans le dossier. Il va de soi que ces revenus bénéficient surtout aux élus du parti au pouvoir.

14 Les sénateurs sont élus pour un temps plus long que les députés (six ans au lieu de quatre) et selon un mode de scrutin différent (en partie au scrutin de liste proportionnel à l’échelle nationale). Ils peuvent donc assumer plus aisément une certaine impopularité.

15 Bouissou (J.-M.), « Le clientélisme organisé dans une démocratie moderne. Le cas des kôenkai japonaises », in Briquet (J.-L.), Sawicki (F.), dir., Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, PUF, 1998.

16 En 1990, un député japonais recevait de l’État 18,8 millions de yens (environ 1,2 million de francs), y compris pour payer des secrétaires qu’il pouvait recruter dans sa famille. Dans le cas d’un élu d’opposition bien implanté et plutôt modéré comme M. Narazaki, ce revenu est substantiellement augmenté par les dons et contributions qu’il perçoit à titre individuel.

17 Bouissou (J.-M.), « Les élections législatives du Japon (18 juillet 1993) : la chute du PLD et la reconstruction du système politique », Revue française de science politique, n° 3, 1993, p. 379-423 ; Kato (J.), « When the Party Breaks Up : Exit and Voice among Japanese Legislators », American Political Science Review, n° 4, 1998, p. 857-870.

18 Parmi les jeunes élus qui quittent le PLD en 1993 avant la fin de leur troisième mandat pour rejoindre les néo-conservateurs, aucun n’obtiendra un portefeuille ministériel « avant son tour » (Takemura Masayoshi, ministre des Finances dès 1994 dans son deuxième mandat, est un « orchestrateur »). Par contre, en 2000, certains ont perdu leur siège ou sont retournés au PLD, sous le joug du système à l’ancienneté.

19 Kan (N.), Bouissou (J.-M.), « Point de vue d’un mutant », Pouvoirs, n° 71, 1994, p. 67-72.

20 Le grand-père d’Hatoyama était déjà un politicien de premier plan avant la guerre et sera le premier chef de gouvernement PLD (1955-1957). Hosokawa est le petit neveu du prince Konoe, un des hommes de confiance de feu l’empereur Hirohito, premier ministre dans les années 1930-1940.

21 Woodall (B), Japan Under Construction : Corruption, Politics and Public Works, Berkeley, University of California Press, 1996.

22 Depuis l’origine, le PLD est divisé en clans (habatsu) organisés et disciplinés au point que certains observateurs le considèrent comme une coalition de petits partis. D’une douzaine, le nombre des clans a été réduit à cinq à la fin des années 1970, en même temps que s’établissait entre eux un modus vivendi en fonction duquel leurs leaders se succédaient au pouvoir sur un rythme plus ou moins régulier. Cf. Bouissou (J.-M.), « Les factions du Parti libéral démocrate japonais : essai d’interprétation », Revue de droit public et de science politique, n° 4, 1981, p. 1272-1345, et « Party Factions and the Theory of Coalitions. The Case of Japan Under the “System of 1955” », Electoral Studies (à paraître) ; Inoguchi (T.), « Factional Dynamics of the LDP », Asian Journal of Political Science, n° 1, 1993, p. 76-84.

23 Sur ce point, la comparaison avec la seule scission que le PLD ait connue auparavant est éclairante. Le Nouveau club libéral a été créé à l’occasion du scandale Lockheed en 1976. Mais dans un Japon en pleine prospérité, il n’a jamais pu élargir son agenda à une thématique de changement. Il n’a jamais mobilisé plus de 4,2 % des suffrages aux législatives (1976) et 3,8 % aux sénatoriales (1977), contre 8,5 % pour la première apparition du Nouveau parti japonais aux sénatoriales de 1982 et 21,2 % pour les partis néo-conservateurs aux législatives de 1993.

24 Le ministère de l’Industrie et du Commerce extérieur. Longtemps régulateur autoritaire de la politique industrielle, il a pris conscience dans les années 1980 de la nécessité de faire évoluer le « modèle japonais » vers une économie libéralisée où il jouerait un rôle plus souple (Okimoto (D.), Between MITI and the Market, Stanford, Stanford University Press, 1989).

25 Bouissou (J.-M.), « Les conditions politiques de la réforme de l’État au Japon… », art. cité, et « Party Factions and the Theory of Coalitions… », art. cité.

26 Katz (R.), « The System that Soured… », art. cité.

27 Magara (H.), « The Conservative Political Realignment and Socialists’ Retreat », Tsukuba Review of Law and Political Science, n° 22, 1997, p. 410-468.

28 Cette affaire protéiforme contient tous les aspects possibles des scandales politico-mafieux japonais : rencontres entre « parrains » et hauts personnages du PLD, manipulations boursières orchestrées par des fonds de placement gérés par les yakuza avec le concours de grands établissements financiers, abus de biens sociaux et trafic d’influence généralisé impliquant notamment les entreprises de transport et du BTP, etc.

29 Il n’est pas indifférent de remarquer que ces deux personnages ont été les deux mentors politiques de Kan Naoto, l’« orchestrateur » à l’origine de la création du Parti démocrate en 1996 avec Hatoyama.

30 Sur tous ces personnages et ces épisodes, cf. Sato (S.), Kumon (S.), Postwar Politician : the Life and Death of Former Prime Minister Masayoshi Ohira, Tokyo, Kodansha, 1990.

31 Bouissou (J.-M.), « Les conditions politiques de la réforme de l’État… », art. cité.

32 . Sone (Y.), « Le rôle des commissions consultatives dans la décision politique au Japon », Ebisu, n° 1, 1993, p. 49-69.

33 Bouissou (J.-M.), « Un nouveau Japon. Regards sur les mouvements alternatifs », Études du CERI, n° 30, 1997.

34 C’est le cas aussi bien du célèbre mouvement de Minamata que du mouvement antinucléaire de Tomari, dans l’île de Hokkaïdo.

35 Entre autres un esclandre dans un grand restaurant de Tokyo où on refusait d’arroser ses fraises de champagne, bien que son addition se montât à quelques 500 000 yens (environ 30 000 F).

36 Reed (S.), « La corruption politique au Japon », Revue internationale de sciences sociales, n° 149, 1996, p. 453-466.

37 C’est notamment le cas des prétendus « scandales sexuels » qui ont largement contribué à faire perdre au premier ministre Unô les sénatoriales de 1989 et qui ont miné l’image de l’« orchestrateur » Kan Naoto en 1998. En réalité, l’opinion a critiqué la faiblesse de caractère des deux hommes dans l’épreuve plus qu’elle n’a été choquée par l’aspect proprement sexuel de l’affaire.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540