Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juger la politique

 | 
Philippe Garraud
, 
Jean-Louis Briquet

Troisième partie. Critiques de la politique

10. Les critiques profanes de la politique

Enchantements, désenchantements, réenchantements*

Daniel Gaxie

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • * Je veux dire à J.-L. Briquet, A. Collovald et P. Lehingue que leurs remarques sur des versions ant (...)
  • 1 Les développements que l’on va lire s’appuient sur quatre vagues d’enquêtes par entretiens approfo (...)

1La récurrence de critiques souvent développées, argumentées et véhémentes des hommes, des partis et de l’action politiques est certainement le résultat le plus marquant de diverses enquêtes qualitatives portant sur le rapport que des personnes très diverses entretiennent avec la politique1. Ces critiques proviennent d’individus d’âge, de sexe, de niveau de diplôme, de position sociale et d’orientation politique très variables. Rares sont ceux qui ne développent pas l’un au moins des arguments si souvent répétés. Ces réactions sont d’autant plus significatives que les questions posées par les enquêteurs n’abordent jamais directement ces thèmes et que ce sont les enquêtés qui les développent eux-mêmes spontanément. Certaines de ces critiques ne sont pas spécifiques à la période actuelle et ont souvent été proférées dans le passé. Il est par exemple reproché aux hommes politiques de ne se préoccuper que de leurs intérêts propres, souvent associés à l’obsession du « poste » ou de la « place » qui est imputée aux politiques. Ainsi perçus, les hommes politiques sont du même coup souvent suspectés de « se servir sur le dos des Français », de « préférer le fauteuil au boulot », leur carrière à « l’intérêt du pays », leur « ambition personnelle » à « l’ambition de projet », le « pouvoir » à la « vision politique de la société ». Une partie du public explique ainsi les travers censés caractériser les hommes politiques, notamment leurs préoccupations électoralistes, leur manque d’authenticité ou de sincérité, ou leur propension à « ne pas tenir leurs promesses », à « parler au lieu d’agir », à « ne rien faire » ou à se complaire dans des luttes ou des polémiques stériles.

2Le thème de la malhonnêteté supposée des hommes politiques est l’un de ceux qui reviennent le plus souvent dans ces réquisitoires. Étayé par des références à diverses affaires des dernières années, le sentiment que les hommes politiques en général, ou un grand nombre d’entre eux, commettent diverses malversations paraît récent ou, à tout le moins, semble s’être récemment généralisé. Récente est également l’impression assez générale d’une perte d’emprise du politique. Le doute s’est introduit ou le scepticisme a été renforcé par le constat que les dirigeants ne parviennent pas à résoudre les principaux problèmes du moment, à commencer par le chômage. L’évolution économique des dernières années a convaincu une partie du public que les pouvoirs publics sont impuissants face aux fermetures d’usines. Nombre de personnes en viennent à penser que le pouvoir des politiques est désormais limité par « l’Europe », la « mondialisation », la « prédominance de l’économie », la « finance » ou les capacités de mobilisation des groupes de pression. Certains en concluent qu’il n’y a plus guère de différences entre les principaux partis, que tous les gouvernements entendent mener, mènent et ne peuvent que mener, à peu près la même politique et que les acteurs politiques s’opposent de manière artificielle en majorant leurs différences. Dans un tel contexte, le débat politique donne à certains une impression de répétition et engendre la lassitude. Le scepticisme à l’égard des programmes est général, ce qui n’empêche pas une partie du public de regretter la médiocrité de la politique et des perspectives de réforme ouvertes par les partis actuels. Nombre de personnes interrogées parlent de leurs sympathies au passé, considèrent pour le présent qu’aucun parti ne leur convient vraiment et qu’aucun homme politique n’avance des idées pleinement convaincantes et déclarent voter par habitude, davantage pour s’opposer à des partis dont les orientations sont jugées inacceptables que pour soutenir une orientation.

  • 2 Depuis plusieurs années, Le Monde fait régulièrement état de sondages de la SOFRES, interprétés pa (...)
  • 3 À titre d’illustration, et sans vouloir traiter ce point de manière approfondie, soixante-six élus (...)

3La prise de conscience de cet affaissement des croyances politiques s’est généralisée au cours des dernières années. Il serait trop long de recenser les analyses de statut très variable qui soulignent depuis la deuxième moitié des années 1980 la désaffection à l’égard de la politique, la montée de l’abstention, le repli sur la sphère privée, la fin des utopies et des grands récits, la déchéance des grandes organisations « verticales », le déclin de l’État-Nation et de la régulation politique, la volatilité de l’électorat ou la crise de la représentation. Des sondages fournissent régulièrement des indications chiffrées en ce sens2. Les hommes politiques eux-mêmes semblent partager le diagnostic et en font un élément de leur stratégie3. Chacun semble ainsi d’accord pour penser qu’un désenchantement, diversement argumenté mais assez général à l’égard de la politique, peut être constaté et qu’il trouve son origine dans divers événements, évolutions et transformations des dernières années. Pourtant, l’observation attentive des attitudes de personnes très diverses conduit à corriger sensiblement ces conclusions trop hâtives. Je voudrais montrer ici que la relation au politique est en réalité très ambivalente, qu’il existe plusieurs types de rapport critique au politique obéissant à des déterminations différentes, que l’un d’entre eux est anciennement attesté et n’est que marginalement affecté par les transformations contextuelles auxquelles on impute généralement les réactions d’hostilité à la politique, qu’un second s’est plus récemment développé du fait d’un ensemble complexe de facteurs, au nombre desquels figurent ces transformations contextuelles plus souvent évoquées que réellement analysées, mais dont les effets ne sont toutefois ni mécaniques ni nécessaires.

Des perceptions ambivalentes

4En l’état actuel des choses, dès qu’on engage un entretien ou une conversation sur des sujets politiques, nombreux sont ceux, on l’a dit, qui font état de critiques souvent vives et rares sont ceux qui s’abstiennent d’en formuler. En même temps, il est peu de critiques de la politique, même chez les procureurs les plus acharnés, qui ne s’accompagnent de quelque appréciation, positive, laudative ou optimiste.

5Tout d’abord, certains de ceux qui tiennent un discours critique sur la politique font en même temps état de leur confiance pour un parti politique, souvent en situation de marginalité (Front national, Parti communiste, mouvements d’extrême gauche), perçu comme différent des autres parce qu’il est « proche des gens », ne « privilégie pas son intérêt » ou est déterminé à régler les principaux problèmes.

6En second lieu, le discours tenu quand la politique est évaluée d’un point de vue général est fréquemment corrigé quand l’évolution de l’entretien conduit à parler de certains hommes politiques en particulier. On le voit dans le cas de cette femme travaillant sur un chantier d’insertion dans le cadre d’un emploi précaire financé sur les fonds publics (contrat emploi solidarité), qui considère que les hommes politiques « disent tous la même chose mais ne font rien » et que les élections c’est « deux personnes qui se battent pour avoir la place du maire ». Interrogée en 1998 sur sa participation aux prochaines élections régionales et cantonales, elle affirme toutefois que le maire de la commune où elle réside actuellement « fait pas mal de choses, les bons alimentaires, j’en ai bénéficié… Madame L. [opposante du maire et candidate de l’opposition RPR-UDF] dit clairement qu’elle arrêtera tout ». Cela ne l’empêche pas de revenir quelques minutes après à ses déclarations initiales : « Ils se battent entre eux ! C’est à celui qui va faire le mieux, en fait il fera pas ce qu’il dit ». Dans un milieu social très différent, une personne (homme de 49 ans, chirurgien dentiste libéral, gauchiste dans sa jeunesse, qui vote actuellement à gauche ou pour les écologistes), déplore que, « en politique […], tout se pourrit… Les politiques sont des gens qui profitent de la situation au niveau du pouvoir et au niveau de l’argent ». Mais il affirme quelques minutes plus tard, en parlant de ses relations avec des élus en tant que responsable sportif, que « malgré tout, l’homme politique en France est souvent un homme qui consacre énormément de temps, il le fait [pas] uniquement en fonction d’un pouvoir qu’il peut avoir, il le fait par conviction, il est sincèrement honnête, intègre ». Les élus locaux, spécialement les maires et tous ceux qui sont perçus comme « travaillant sur le terrain », sont généralement exempts de toute critique. Une monteuse de films explique par exemple qu’en 1997, lors des élections législatives, elle a voté pour le candidat communiste parce qu’il avait fait « des choses super au niveau des écoles, il a créé toutes les sections pour les enfants primo-arrivants […], pour que les enfants, s’ils ne parlent pas français soient mieux adaptés. Il a eu une super politique d’HLM et tout… Il y a des bons trucs quoi ! ». Elle affirme ensuite « que les politiques, ils ne peuvent plus rien faire en France, parce que, qu’est-ce qu’ils peuvent décider de l’implantation de Toyota ou de… Et c’est pour ça que je pense que la politique, à part celle de terrain, de quartier, parce que les gens ont un pouvoir… ».

  • 4 La politique locale est perçue dans des termes proches, bien que beaucoup la dissocient des précéd (...)

7La politique locale n’est toutefois pas la seule à échapper à la critique. La même personne qui soutient que les « hommes politiques sont tous pareils », qu’ils constituent un « monde pourri », qu’ils « ne font rien » et « ne respectent pas leurs promesses » peut, quelques instants plus tard, faire valoir que « François Mitterrand a fait des choses bien. Ils sont pas tous mauvais… C’est difficile pour eux » (vendeuse et femme de ménage). Il arrive aussi que l’ambivalence des représentations soit plus générale et plus patente : « Ce qui est dommage, c’est que tout est faussé en ce moment, parce que les hommes politiques, au fond, ce qui compte, ils font beaucoup de travail, mais ceux dont on ne parle jamais, on les voit à la télévision, le but, c’est de passer au journal, son petit cinéma, c’est devenu un peu une politique spectacle, qui je pense est extrêmement préjudiciable, parce qu’on les juge sur des mauvais critères, sur leur gueule, sur leur façon de parler. C’est des gens… Quand ils font bien leur travail, c’est un métier extrêmement difficile. Il faut lutter contre tout le monde en fait, il faut lutter contre les siens, il faut lutter dès qu’on veut faire bouger quelque chose » (conseiller en créativité). Nombre de ceux qui prononcent des condamnations sévères à l’encontre des acteurs et de l’action politiques adhèrent en même temps à l’idée que « les élections, c’est toujours important quand même. Il se décide beaucoup de choses : les impôts, la façon dont c’est géré » (éducatrice maternelle) ou que « la politique, c’est quelque chose d’intervenant, de fondamental, d’obligatoire à toute vie sociale… Elle est tellement dénaturée qu’elle n’a plus l’utilité qu’elle devrait avoir […]. Ces gens qui sont censés participer à l’évolution du pays, à l’économie… » (agent immobilier). Plus généralement on peut montrer que la politique est communément associée aux partis, aux hommes politiques, aux élections, aux luttes, et que cette première dimension de la politique est souvent, bien que diversement, appréhendée de manière critique. Mais une partie du public distingue une deuxième dimension de la politique beaucoup plus favorablement perçue, puisqu’elle est associée à des projets et à des actions en vue de régler les principaux problèmes et d’améliorer l’état de l’organisation sociale4.

8Produits de schèmes de perception aussi prégnants que contradictoires, l’incrédulité ou l’agnosticisme politique sont moins enracinés qu’on ne le pense et semblent pouvoir céder dès que des éléments nouveaux donnent des raisons de croire. La répétition des manifestations de sympathie envers Lionel Jospin et son gouvernement est par exemple marquée dans les entretiens conduits de 1997 à 1999 (mais semble se raréfier). Nombreux sont les enquêtés qui soulignent alors sa « franchise », son « honnêteté », ses « capacités », le « bilan positif » de son gouvernement, leurs espoirs dans sa politique et « dans les 35 heures » ou qui relèvent « qu’il fait pas mal de choses », qu’il « agit par intérêt du peuple et non par intérêt personnel », que ses ministres ont du « caractère », qu’il « applique ce qu’il avait annoncé », etc. La plupart de ces appréciations flatteuses viennent d’électeurs de gauche, mais elles émanent aussi de personnes sans préférences politiques, d’anciens électeurs de gauche passés à droite et qui se demandent s’ils ne vont pas à nouveau soutenir le gouvernement socialiste, voire d’électeurs de droite qui soulignent leurs désaccords de fond mais ne peuvent réprimer leur admiration : « Remarque, Jospin, il a une autre façon de s’exprimer, il a une autre façon de faire de la politique, je le trouve assez bien, il est assez net […]. Il dit ce qu’il fait, il gouverne différemment, ce n’est pas la langue de bois, il dit : “Je vais faire ça et il le fait”. Un type comme Allègre, je trouve ça un type bien, il a des choses dans le pantalon, il dit tout le mal qui est réel » (représentant de commerce, marqué à droite, vote Front national, interrogé en février-mars 1998).

9Ces perceptions favorables ne vont pas (à la date de l’enquête) jusqu’à renverser les désillusions et le pessimisme, mais certains reprennent espoir. Interrogé au cours de l’hiver 1998, un conseiller en créativité qui se situe « plutôt à gauche » et vote toujours en ce sens, en dépit des nombreux reproches qu’il adresse aux politiques, se félicite que « les socialistes sont en train de remettre de la morale en politique, ils ont laissé accuser Emmanuelli ». Quand il déplore que les hommes politiques « se clivent pour des raisons personnelles », il ajoute que « Jospin est très capable et honnête » et c’est au passé qu’il évoque les « magouilles » (« La vie politique était complètement pervertie »). Certains de ceux qui ne voient pas de tels motifs de satisfaction dans la situation actuelle ne désespèrent pas d’en voir un jour et envisagent alors de changer d’attitude. Une technicienne de banque interrogée en janvier 2000 se déclare par exemple très déçue, au point d’envisager de s’abstenir aux prochaines élections municipales, mais ne considère pas pour autant que les choses sont irréversibles : « S’il y a un renouveau, un déclic, quelque chose, si je me dis tiens, celui-là il me… Eh bien, je revoterai ». Le désinvestissement politique est sans doute trop désespérant pour que le réinvestissement, la possibilité du réinvestissement ou les attentes de réinvestissement ne puissent à tout moment se développer pour en limiter les dommages.

  • 5 Cf. Gaxie (D.), « Au-delà des apparences… Sur quelques problèmes de mesure des opinions », Actes d (...)
  • 6 Voir la note 2.

10Ces visions contrastées de la politique s’expriment dans le cadre d’un entretien approfondi, parfois répété dans le temps et de caractère semi-directif, au cours duquel les personnes interrogées réagissent à des questions ouvertes assez générales et peuvent donc librement développer leur point de vue, quand elles en ont un. La longueur de l’entretien et la diversité des sujets évoqués donnent l’occasion d’aborder diverses dimensions du politique et d’exprimer les diverses facettes des perceptions ambivalentes de l’activité politique. Tel n’est pas le cas des enquêtes d’opinion menées sur ces sujets, dont on mesure du même coup les effets d’explicitation et de réduction unilatérale. On peut en effet montrer que quand un thème est dans l’air du temps, la probabilité qu’il soit repris par des personnes interrogées est plus élevée quand la réponse est suggérée par une question fermée que quand la question est ouverte5. Ainsi, dans les conditions actuelles, il suffit de demander à des membres d’un échantillon représentatif s’ils sont « plutôt d’accord » ou « plutôt pas d’accord » avec l’idée que « la plupart des dirigeants politiques sont corrompus » ou que « le résultat est le même que ce soit la droite ou la gauche qui gouverne » pour enregistrer une forte proportion de réponses critiques à l’égard de la politique6. Dans ces cas, les effets d’imposition d’une interrogation unilatérale interdisent ou limitent l’apparition des positions ambivalentes qui semblent pourtant fréquentes quand on leur laisse une chance de se manifester. Il suffirait sans doute de demander à un échantillon représentatif de personnes si elles sont d’accord ou pas avec l’idée que les maires agissent de manière dévouée dans l’intérêt de leurs concitoyens et de leur commune pour faire apparaître une majorité de réponses favorables à l’action des élus locaux. En accentuant les tonalités critiques des représentations actuelles de la politique par le seul fait de les soumettre unilatéralement au verdict d’un échantillon, les enquêtes d’opinion contribuent, pour la part qui leur revient, à en renforcer l’évidence et le poids. L’un des arguments parfois avancé en faveur du scepticisme politique est d’ailleurs la fréquence supposée du scepticisme politique dans la population.

La diversité des dispositions critiques à l’égard de la politique

  • 7 L’analyste peut être tenté de juxtaposer les divers reproches formulés par des personnes qui s’exp (...)

11La répétition de divers arguments réprobateurs à l’égard de la politique n’implique pas qu’ils procèdent de perceptions identiques ou homogènes7. Inégalement développées et articulées, les critiques de la politique ont également des statuts très différents. Certaines procèdent par exemple d’un rapport d’indifférence distante à l’égard de la politique, alors que d’autres sont le résultat d’investissements plus importants.

La distance soupçonneuse

12Une partie des personnes qui avancent certains des arguments répertoriés plus haut se caractérise en effet par un faible niveau d’attention et d’information à l’égard de la politique et par le sentiment de leur propre incompétence dans ce domaine. Une femme de 25 ans, résidant dans une petite ville du département de la Sarthe, sans diplôme, mariée, qui attend son troisième enfant au moment de l’entretien et travaille sur un chantier de réinsertion où elle fait des fouilles dans le cadre d’un contrat emploi solidarité, constitue un cas idéal-typique de cette forme particulière de critique de la politique. Fille d’un coiffeur, séparée de sa mère, elle a été élevée en foyer quand son père a été condamné à une peine de prison. Elle a connu plusieurs années de chômage, exercé divers petits métiers, avant de se marier et d’obtenir son contrat emploi solidarité. Ce contrat est sur le point de s’achever et elle redoute de se retrouver au chômage. Son mari est ouvrier chez Renault et envisage de préparer un CAP afin de créer son atelier de mécanique automobile avec l’aide de son entreprise. L’enquêteur est l’un de ses collègues de chantier et elle rit quand il lui propose de faire un entretien sur la politique, tant il lui paraît saugrenu qu’on s’adresse à elle pour un tel sujet. En réponse à la première question, elle souligne d’emblée sa distance à la politique : « Je m’en occupe même pas… Je regarde même pas ». Quand l’enquêteur lui objecte : « Mais ça peut t’arriver parfois d’être devant la télé », elle l’interrompt en riant : « Eh ben, je change de chaîne ». Elle a été inscrite « d’office » sur les listes électorales quand elle s’est installée dans la commune où elle réside, mais elle n’a jamais voté : « Parce que j’y connais rien… Ils disent tous la même chose mais ils ne font rien. Donc ça sert à rien ». Quand on lui demande si elle envisage de voter, elle répond de la même manière : « J’pense pas non, parce que déjà d’une…, faut déjà s’y connaître pas mal avant de… Et moi j’y connais rien. Faut s’y connaître tout de même un peu. Olivier [son mari], il en connaît pas plus que moi non plus. On préfère s’abstenir ». Ses beaux-parents « ont voté Chirac » et leur « font la guerre parce que nous, on ne vote pas », sauf pour les élections prud’homales : « Les prud’hommes par contre, Olivier, il vote pour ça. Chez Renault, en ce moment, ils en ont besoin, avec les emplois qu’ils vont perdre. C’est pour ça qu’il va voter, sinon… ». La politique lui paraît compliquée « parce qu’ils disent tous plus ou moins la même chose en fait et moi j’arrive pas à faire la différence. Y a plusieurs partis quand même ». L’enquêteur lui demande quels sont ceux qu’elle connaît : « La droite, la gauche, ils disent la même chose, la plupart du temps. Y a les… Comment ça s’appelle : les Verts non ? Tous ces trucs là, j’y porte pas vraiment intérêt… ». L’enquêteur lui demande si elle connaît des partis de la droite : « Chirac… Ben, j’sais plus non. Je cherche même pas à savoir qui est à gauche, qui est à droite ». Pourtant, dans le cours d’un échange avec l’enquêteur, elle situe, non sans difficultés, les forces politiques quand elle s’exclame : « Attends, la gauche, c’est ouvrière non ? Et la droite, c’est les patrons la droite ? C’est ça ? ». Elle reprend ses arguments quand on lui demande si elle a des préférences : « Non. Moi, je regarde jamais en fait. J’écoute même pas ce qu’ils disent. Mais des préférences, non… Ils sont tous les mêmes ». Toutefois, elle ne « peut pas sentir Le Pen, parce qu’il fout plus la merde qu’aut’chose. Plus la merde… Ben, si jamais il avait…, s’il passe, on serait dans le caca. C’est la guerre assurée ». Elle distingue également Mitterrand : « Il faisait pas mal de choses. Lui par contre, il faisait ce qu’il disait ». Mais c’est surtout au niveau local qu’elle fait une différence entre les maires des deux communes où elle a successivement résidé (qui « font pas mal de choses, donnent quand même pas mal d’aides. J’en ai bénéficié moi-même ») et l’une de leurs adversaires (qui « dit clairement qu’elle arrêtera tout »).

13Si cette enquêtée concentre diverses propriétés qui permettent de caractériser un type particulier de rapport à la politique et de critique de la politique, son cas est loin d’être isolé. On retrouve chez des personnes assez proches d’elle sous le rapport du niveau d’éducation et du milieu social le même sentiment d’incompétence, la même indifférence, un faible niveau d’information sur les sujets politiques et les mêmes critiques formulées avec les mêmes mots. Faute de disposer d’instruments proprement politiques de perception et d’appréciation, ces enquêtés si éloignés de l’univers politique tendent à retraduire les clivages et les luttes politiques dans des logiques plus familières, par exemple celle des oppositions sociales (le parti des ouvriers contre le parti des patrons) ou des relations interpersonnelles de la vie quotidienne.

14Les polémiques parlementaires ou médiatiques sont ainsi interprétées comme des « chamailleries » sans fin entre des gens qui pourraient et devraient s’entendre. Certains comportements des acteurs politiques, spécialement ceux qu’il est possible d’observer à la télévision lors des retransmissions des séances des questions d’actualité au gouvernement, sont jugés déplacés (mais sans doute aussi fascinants en raison de leur caractère déplacé) à partir d’une évaluation qui emprunte ses instruments à la civilité ordinaire et dont la sévérité est renforcée par la qualité des personnes en cause. Le soupçon d’insincérité est suscité ou réactivé par l’observation que des adversaires politiques qui s’opposent avec force peuvent en même temps se saluer avec cordialité. C’est également avec des instruments de perception et d’évaluation non spécifiques à l’univers politique, qu’un ancien ouvrier, longtemps au chômage avant de bénéficier d’un contrat emploi solidarité, interprète les agissements du président de la République, comme une confirmation de sa conviction que les hommes politiques « ne font rien » : « On a un président qu’est parti se promener à droite et à gauche. Il est jamais en France, il fait pas grand chose. Il est plus souvent parti à l’étranger ». Le jugement sur ce que font ou ne font pas les dirigeants s’opère aussi dans la logique et les limites des intérêts personnels immédiats des personnes interrogées. Ainsi, la conviction de cette jeune femme, elle aussi titulaire d’un emploi solidarité, que les politiques « ne font rien » doit être mise en relation avec la longue période de chômage qu’elle a connue dans le passé, ses craintes de se trouver à nouveau sans emploi et son sentiment « qu’il y a toujours autant de chômeurs ».

15Cette indifférence grognonne à l’égard de la politique ne s’accompagne d’aucun désenchantement. On ne constate ici nulle trace d’une opposition entre un âge d’or passé et un présent caractérisé par le recul des idéaux, de l’honnêteté ou des pouvoirs des gouvernants. On n’observe pas non plus d’indices des processus de réenchantement évoqués plus haut. Dans les limites de l’ambivalence qui se manifeste aussi dans ce rapport particulier à la politique, la représentation de la politique est immuable et les critiques qui lui sont adressées ont une portée générale et permanente. Ainsi, pour les personnes qui adhèrent à ces vues, les hommes politiques « magouillent » et appartiennent à un « monde pourri », quand d’autres voient dans la corruption la conséquence d’un processus de relâchement du sens de la moralité. L’idée que la marge de manœuvre des dirigeants se réduit du fait de l’Europe ou de la mondialisation de l’économie est absente. Au contraire, les agents les plus extérieurs à l’univers politique tendent souvent à surestimer les pouvoirs des gouvernants. La conviction d’un chauffeur-livreur à la retraite que les hommes politiques ne « tiennent pas leur promesses » est par exemple illustrée par un épisode où le député se voit crédité du pouvoir de s’opposer au déclin du commerce rural et de provoquer ce déclin : « C’est bien des charlatans, tiens ! C., le député, il faisait tout l’étalage qu’il fallait tout faire pour garder les petits commerces, il y avait encore le maréchal à O., il y avait encore le café. “Il faut tout faire pour…”, ils disent ça, mais ils ont toujours tout fait pour les casser. Un mois après, le café il a fermé. Deux mois après, le maréchal il a fermé ».

  • 8 J’avais abordé ces points dans Gaxie (D.), Le cens caché, Paris, Seuil, 1993 (3e édition), notamme (...)

16Ces critiques de la politique d’apparence radicale sont une manifestation des formes les plus marquées de la dépossession sociale et politique8. Le sentiment d’incompétence à l’égard de la politique, l’impression qu’il faudrait consentir des efforts considérables et sans doute hors de portée pour saisir le sens d’un univers dont on peut s’accommoder à moindre coût, génère des réactions de circonspection et d’hostilité. Le sentiment diffus de ne pas être à la hauteur et de risquer de commettre des erreurs et de se faire manipuler en s’engageant trop avant commande de se tenir prudemment à l’écart. Les rares moments d’attention accordés à quelques événements spectaculaires renforcent la conviction qu’il n’y a décidément rien à attendre des politiques et de la politique et que la sagesse est du côté de ceux qui les ignorent mais savent aussi dénoncer vertement leurs carences. Dans cette logique, il faut toujours soupçonner les politiques et si on ne sait pas exactement pourquoi, on a de bonnes raisons de penser qu’eux le savent.

  • 9 Ce sentiment de méfiance que les agents les moins compétents politiquement éprouvent à l’égard de (...)

17Typique à cet égard est l’exemple de D. L., patron d’un restaurant parisien récemment distingué d’une étoile par un guide gastronomique. Fils d’ouvrier pâtissier devenu représentant de commerce dans la biscuiterie, il a interrompu ses études générales à la fin de la classe de troisième pour préparer un CAP de cuisinier. Ce faible niveau culturel est au principe de son sentiment d’incompétence politique : « Moi, la politique je n’y comprends rien, je ne veux rien savoir ». Son impression de ne pas être à la hauteur le pousse à la méfiance9 (« On ne sait pas tout de toute façon ») et contribue à le détourner de la politique (« Ils me passionnent de moins en moins. Je suis tellement extérieur à ce qui se passe en politique… Je ne vois plus trop la différence : gauche, droite, je m’en fous complètement »). Dans des cas de ce type, le sentiment d’incompétence, l’indifférence pratique, la défiance et le scepticisme à l’égard de la politique tendent à se renforcer : « C’est facile, dans les petits esprits comme le mien, de balancer une grosse connerie. À moins de se pencher sur le sujet après, c’est à dire acheter le canard spécialisé dans la politique ; c’est L’Express, c’est Le Point. Ce que je ne fais pas parce que je n’ai pas le temps, sinon ce genre d’informations par bribes comme ça, ça met dans l’esprit des gens une tourmente quoi, donc moi, au lieu de me tourmenter, je dis qu’ils sont tous à mettre dans le même sac ». L’attention épisodique, distraite et superficielle accordée à la politique est également sélective. Elle conduit à se fixer sur quelques événements soulignés par les médias, qui tendent à conforter la vision dépréciative de la politique et à renforcer la conviction qu’il est décidément préférable de se tenir à distance. Au cours de l’entretien, en janvier 2000, D. L. évoque la baisse de la TVA et la question de la chasse, qui le concernent professionnellement, mais surtout les « problèmes de diamants de Monsieur Giscard d’Estaing, les Balkany [élu condamné pour corruption], les machins, les Juppé [ancien Premier ministre à qui il était reproché d’occuper un appartement de la Ville de Paris pour un loyer très inférieur à celui fixé par le marché immobilier], l’histoire du sang contaminé, etc., l’histoire du pétrolier [allusion au naufrage du pétrolier Erika au large des côtes bretonnes en décembre 1999], je sais pas, les accords qui ont été faits avec le gouvernement… Alors moi, comme je lis pas l’info, j’en sais pas grand chose et c’est vrai j’entends juste comme ça des trucs et d’un seul coup ça me révolte et je dis “Bande de cons”… Non, mais ils sont tous attirés par une seule chose, c’est le pognon, c’est clair, et leur amour-propre, bien sûr, et la réussite… Non, je les mets tous dans le même sac, pour l’instant je fais pas de distinguo, ils me fatiguent un peu quoi ».

18On voit que ce type de rapport à la politique n’est pas seulement l’effet d’un sentiment d’incompétence lié à un faible niveau culturel et à l’occupation d’une position sociale basse. Il peut aussi trouver son origine dans des dispositions et des visions du monde en relation avec une ascension sociale de première génération et l’exercice d’une petite profession indépendante ou assimilée. Le rejet de la politique, en même temps que celui de l’action collective, des syndicats, de l’État, du « public » et son cortège de réglementations, de contraintes, d’obligations, d’interdictions, d’impôts, de charges, de taxes, de contrôles et de fonctionnaires, se fait au nom d’une préférence pour l’initiative personnelle, le travail, l’effort, la réussite, l’entreprise individuelle et les sanctions dures mais justes du marché. Ce type de vision du monde n’est pas très éloigné de l’hostilité conservatrice à la politique qu’on examinera plus loin, mais il s’en distingue toutefois par la faiblesse des investissements et des attentes qui le caractérise. Comme on le voit dans l’exemple de D. L., les effets du sentiment d’indignité culturelle et ceux qui procèdent de l’occupation d’une position de petit patron peuvent être distingués théoriquement et aussi, dans une certaine mesure, empiriquement. Mais ils tendent à se cumuler et à se renforcer, ce qui donne aux dispositions antipolitiques de membres de certaines fractions des professions indépendantes un air de ressemblance avec celles de ceux qui occupent les positions les plus basses de la société. En même temps, l’appartenance à l’univers du petit patronat ou à des milieux apparentés produit des effets propres sur le rapport à la politique, comme on le voit à travers certains traits originaux de l’argumentaire critique de D. L., encore une fois sollicité comme exemple.

  • 10 Cette réserve n’empêche pas D. L. de voter, comme beaucoup d’autres qui ont un rapport à la politi (...)

19Le cursus scolaire de D. L. (diplôme professionnel court de cuisinier), associé à un sentiment de réussite sociale (il est chef et patron d’un restaurant distingué par les guides, compte diverses personnalités publiques dans sa clientèle, emploie douze personnes et réalise un chiffre d’affaire dont il aime à se vanter), est au principe d’une idéologie discrètement anti-scolaire et anti-intellectuelle (« Un CAP, un seul diplôme d’ailleurs, ça me suffit. Chez un maître d’apprentissage, voilà, et tout de suite sur le terrain ») qui ne le pousse guère à la lecture des journaux et à l’observation médiate des événements politiques. La faiblesse de sa propension à investir dans l’ordre politique procède aussi de tous les apprentissages d’une réussite sociale principalement économique, perçue comme le résultat d’un effort et d’un mérite individuels. Ayant toujours été prédisposé et incité à ne compter que sur ses propres forces et à se concentrer sur la poursuite de ses intérêts personnels, principalement assimilés, dans sa vision des choses, à ses intérêts économiques (« Il y a un seul intérêt aujourd’hui pour moi et le nerf de la guerre, c’est le pognon. Que ce soit de droite ou de gauche, maintenant, c’est mon confort de vie, c’est mon avenir, c’est l’avenir de mes enfants, c’est l’argent qu’on cumule. Je suis peut être très terre-à-terre, mais c’est comme ça, de toutes façons, c’est l’argent, point final »), il n’attend rien de personne et, en particulier, il n’attend pas grand chose ou, à tout le moins, pas grand chose de favorable de la politique10. Dans sa conception, « la politique » vient plutôt entraver le mérite, le travail et les succès personnels, en imposant des « charges » et des impôts et en prétendant « prendre aux riches pour donner aux pauvres » ou « faire du social », c’est-à-dire de « l’assistanat », comme dans les cas où les dispositifs de protection « entretiennent l’état de chômeur » alors que les « deux étoiles ou trois étoiles Michelin cherchent du personnel ».

  • 11 Campbell (A.), Converse (P. E.), Miller (W. E.), Stokes (D. E.), The American Voter, New York, Mid (...)
  • 12 Les extraits d’entretiens publiés dans Deutsch (E.), Lindon (D.), Weill (P.), Les familles politiq (...)
  • 13 De la même manière, les réactions enregistrées au cours des dernières années sont identiques à cel (...)

20Ces types de dispositions critiques sont des données permanentes de la représentation politique. Ils ont été observés bien avant la progression du scepticisme au cours des dernières années. Dans leur enquête effectuée lors de l’élection présidentielle de 1956 aux États-Unis, les chercheurs de l’université du Michigan notaient par exemple que les personnes qu’ils situaient à l’avant-dernier échelon de leur hiérarchie des « niveaux de conceptualisation idéologique » faisaient souvent état de leur ignorance des choses politiques, ne voyaient guère de différences entre les partis, mettaient l’accent sur les promesses non tenues et la corruption. Les condamnations « des deux partis qui ne font que se critiquer » étaient un élément central de ces perceptions qui « revenait avec une régularité monotone »11. Des données d’enquête des années 196012 ou du début des années 198013 en France donnent des résultats identiques.

21Les ressorts de ces dispositions critiques sont assez largement indépendants des événements et des transformations politiques qui sont souvent invoqués pour expliquer le renforcement de la défiance à l’égard de la politique au cours des dernières années, même si l’on peut constater que certains de ces éléments exercent des effets de réactivation. Ces critiques de la politique caractérisent plutôt un type relativement constant de rapport à la politique d’agents situés au bas de la hiérarchie des positions sociales et des niveaux d’instruction et qui n’entretiennent pas de relations de proximité et d’identification avec une organisation ou un camp politique. Il semble par ailleurs que de telles critiques deviennent plus véhémentes quand les agents sont confrontés à des difficultés aiguës, selon des mécanismes que l’on détaillera plus loin, ou, à l’inverse, tendent à disparaître quand la personne interrogée s’estime particulièrement incompétente pour parler de ces sujets. On peut donc se demander si la progression du chômage au cours des dernières décennies et le déclin ou l’affaiblissement des identifications partisanes n’ont pas accru la fréquence et/ou accentué la virulence de ces réactions, sans toutefois que l’on puisse considérer ces éventuelles évolutions comme le signe d’une situation vraiment inédite.

L’investissement critique

  • 14 Traditionnellement, toutes les enquêtes conduites dans divers pays montraient que les représentati (...)
  • 15 Cf. Gaxie (D.), Lehingue (P.), Enjeux municipaux, op. cit., notamment p. 236 s.

22L’élément nouveau par rapport à ces constantes de la représentation politique réside plutôt dans la généralisation de visions critiques de la politique chez des personnes situées plus haut dans la hiérarchie des niveaux culturels et des rangs sociaux14. À la différence de la plupart de ceux qui tenaient traditionnellement un discours hostile, ces nouveaux contempteurs sont plus attentifs et informés et ils s’estiment en mesure de porter un jugement sur l’action de leurs représentants, qu’ils surveillent assez étroitement, parfois en s’en tenant à l’appréciation des résultats, parfois en s’appuyant sur leur conception, plus ou moins détaillée, de ce qu’il conviendrait de faire. Leurs critiques plus développées et argumentées mettent en avant des arguments nouveaux (relativement à ceux que l’on enregistrait dans les périodes antérieures), comme le recrutement socialement et scolairement limité du personnel politique ou le déclin des grands desseins, de la portée de l’action politique ou de la marge de manœuvre des gouvernants. Elles s’accompagnent du sentiment de ne pas être correctement représenté et de ne pas trouver de candidats ou de partis qui expriment exactement leurs vues. L’implication de ceux qui tiennent ce type de discours est sous-jacente quand ils déplorent l’absence de grands projets ou la subordination de la politique à l’économie. Alors que les « indifférents » émettent des jugements sévères tout en abandonnant toute prétention à dire leur mot sur les affaires politiques, ces censeurs vigilants sont dans un rapport de délégation plus retenue15 et se réservent un droit d’évocation et d’inventaire. Dans les limites de leurs moyens, ils exercent ou envisagent des sanctions à l’égard de ceux qui les déçoivent. Ainsi, plusieurs personnes déclarent qu’il faudrait un mouvement concerté d’abstention pour sanctionner les politiques. De même, des sympathisants déçus par la droite votent pour le Front National ou pour les écologistes.

Attentes et capacités critiques

23Ce mélange de déception et d’implication, de désinvestissement et de surveillance attentive, est typique dans un des entretiens pris ici en exemple. D’origine sociale élevée (son père est fils d’avocat, ingénieur conseil et dirige l’entreprise qu’il a créée ; sa mère est professeure des écoles et fille d’un banquier et d’une professeure de français auteur de plusieurs ouvrages d’étymologie), V. a fait une année d’hypokhâgne, une licence de géographie et une école de cinéma. Âgée de 26 ans, intermittente du spectacle et monteuse en vidéo au moment de l’entretien, ses revenus oscillent entre 8 000 et 20 000 francs par mois avec une moyenne de 11 000 francs. Elle voudrait devenir réalisatrice et prépare son premier documentaire. Comme les autres membres de sa famille, elle est résolument orientée à gauche, même si elle est très critique sur la politique en général et sur la gauche en particulier. Elle se révèle attentive aux événements politiques français et internationaux. Elle évoque par exemple « les frasques du président actuel de la région Ile-de-France » et la décision de « Monsieur Balladur » de « filer à Bouygues » la construction du stade de France « entre deux tours de présidentielle, sans appel d’offre, sans rien, pour être sûr que ce soit fini et recevoir un gros chèque ». Son rapport aux partis de gauche, qui ont toujours ses préférences même si « il n’y a aucun parti qui [la] représente », est caractéristique. Elle se déclare sans illusion sur le premier ministre socialiste. Elle se dit « bouleversée, ulcérée, révoltée, par l’accord de l’AMI [projet d’accord international sur les investissements] » qu’elle analyse comme « la soumission totale de l’État, du pays et de la politique aux grandes firmes internationales économiques ». Elle éprouve des velléités d’intervention sur ce sujet : « Je voulais écrire à tout le monde, tous les gens que je connaissais, à Strauss-Kahn [ministre des Finances au moment de l’entretien], pour lui dire : “Vous n’avez pas le droit de signer cet accord-là, c’est vraiment une décision de perte de souveraineté nationale” ». Et quand on lui demande pour quelle liste elle a l’intention de voter aux prochaines élections régionales (1998), elle dévoile le rapport de surveillance critique qu’elle entretient avec ceux à qui elle apporte habituellement son soutien, à défaut de son entière confiance, et l’autorité qu’elle s’accorde tacitement pour juger du bienfondé de leurs actions : « De toutes façons, ce sera pour un parti de gauche… Ou blanc. J’en sais rien. Peut-être bien. On verra. C’est possible blanc. Il y a encore un peu de temps avant les élections, s’ils continuent à faire chier comme ça, et s’ils prennent pas de résolutions face à l’AMI, en tous cas, je voterai pas pour les socialistes » (vote auquel elle finira pourtant par se résoudre par aversion pour les partis de droite). On voit que ces nouvelles formes de critiques supposent l’existence d’attentes à l’égard de la politique. Elles sont au fondement des déceptions éprouvées mais témoignent aussi de la persistance des croyances et des investissements dans la portée de l’action politique. Les constats critiques prennent d’ailleurs appui sur la conviction que les choses devraient et parfois, comme on vient de le voir, qu’elles pourraient être différentes.

  • 16 Les visions conservatrices du monde, ou certaines d’entre elles, comportent des représentations «  (...)

24Si les attentes à l’égard de la politique de ceux qui se situent à droite sont moins centrées sur de tels espoirs de transformations sociales orientées en valeur16, elles n’en sont pas moins exigeantes à leur manière et peuvent générer une déception toute aussi vive quand les réalités ne sont pas perçues comme étant à leur hauteur. Le couple formé par un représentant de commerce et une assistante marketing peut être pris ici comme un type idéal. Lui, 58 ans, a obtenu son baccalauréat en philosophie après trois redoublements, a échoué au concours d’entrée d’une école de commerce, a ensuite travaillé dans diverses entreprises de travaux public, notamment comme conducteur de travaux, où il était « mal payé », a connu le chômage, puis occupé plusieurs emplois avant d’exercer son métier actuel dont il est moyennement satisfait. Elle, 48 ans, est la fille d’un professeur de physique d’une grande école d’ingénieur originaire d’une famille aisée. Elle a le « niveau du bac » et a suivi plusieurs stages et sessions de formation continue pour exercer divers métiers, avant son emploi actuel qui lui donne un statut d’agent de maîtrise « quasi cadre ». Elle a été élevée de manière « rigide » dans des écoles privées et dans une famille gaulliste très hostile à la gauche. Elle a « connu des périodes difficiles avec son mari » et elle évoque les « changements de travail et les Assedic ». Tous les deux sont nettement orientés à droite mais très critiques à l’égard des partis de droite et de la politique en général. Leur orientation politique est en affinité avec leur position sociale et leur souci d’affirmer leur distance par rapport aux milieux populaires et ouvriers, souci sans doute d’autant plus exacerbé qu’ils ont eu l’expérience de la précarité, du dénuement et du déclassement tout au long d’une trajectoire sociale chaotique et globalement déclinante. Ce souci se révèle par exemple dans un commentaire incident du mari à propos de Valéry Giscard d’Estaing : « Ça s’est dégradé avec Giscard. Un président va pas bouffer chez l’ouvrier du coin ou avec les éboueux. Ça la fout mal ! On garde son rang ». Leurs attentes politiques procèdent très directement de leur souci des distances sociales et leur insatisfaction est au principe de leur mécontentement à l’égard de la politique. Ils regrettent l’un et l’autre qu’il n’y ait « pas de grands hommes actuellement », que « la droite comme la gauche font une politique pour être élu », que la droite fasse du même coup la politique de la gauche, qu’ils « n’arrivent à rien faire » et gouvernent « en filant un chèque à droite et à gauche pour amadouer ». On comprend mieux les raisons de ce mécontentement et ce qui le cristallise quand ils sont amenés à préciser ce qu’il conviendrait de faire de leur point de vue (« Il faut un homme fort et un parti fort pour faire peur à tous ceux qui croient que la France est un pays où on a des droits », dit le mari) ou quand ils expriment leur nostalgie du général De Gaulle (« Un vrai président, qui dirigeait un pays, qui ne se laissait pas diriger par son peuple comme c’est le cas actuellement », ajoute la femme).

25Même dans les cas où les représentations de la politique ne sont pas aussi développées que dans les exemples qui viennent d’être analysés, le scepticisme à l’égard de la politique procède toujours d’une contradiction entre ce qu’elle devrait être et la manière dont elle est perçue. Les comportements des parlementaires paraissent d’autant plus déplacés, la corruption, les affaires, les « histoires de gros sous » sont d’autant plus « décevantes », voire « dégoûtantes » que l’on « pensait que les hommes politiques étaient bien » et que l’on continue de penser que ce sont « des gens capables, qui ne seraient pas arrivés où ils sont sans une instruction, sans recherche et autre » (femme, 64 ans, brevet puis sessions de formation permanente, contremaître, épouse d’un artisan peintre). À la différence des récriminations distantes analysées plus haut, ces critiques de la politique procèdent d’investissements politiques et d’une conception inégalement articulée mais en moyenne plus exigeante de ce que doit être la politique et de ce que doivent faire les politiques. P., 33 ans, titulaire d’un baccalauréat F4, dessinateur projeteur, pense par exemple que « la politique est une guéguerre de territoire et de pouvoir », qu’elle est « nulle à chier » et qu’il « faudrait que ça continue à correspondre au programme initial, travailler dans le fond, créer vraiment des emplois et pas des emplois de substitution, répondre aux besoins, les infrastructures, les transports… ». Les déceptions sont d’ailleurs à la mesure d’une conception plus élevée des hommes politiques ou de la politique. Le processus de détachement, de désinvestissement et de désenchantement qui caractérise la conjoncture ou la période actuelle suppose donc diverses croyances dans la portée de la politique et la valeur de ses acteurs. En ce sens, l’enchantement est au principe du désenchantement. Mais ce dernier est également activé, neutralisé voire désactivé selon la situation personnelle de chacun.

Position, situation, rapport au monde et à la politique

26L’analyse des entretiens montre en effet que ceux qui s’engagent dans les réquisitoires les plus véhéments contre la politique font souvent face à des difficultés sociales d’origine diverse – depuis le déclassement vers le bas jusqu’à des blocages de carrière en passant par les difficultés familiales – mais dont les effets semblent convergents. Inversement, on verra que les rares personnes qui s’abstiennent de critiquer la politique connaissent une nette amélioration de leur sort ou décrivent leur situation personnelle comme exempte de préoccupations majeures. Tout semble donc se passer comme si le fait d’affronter des difficultés personnelles sérieuses contribuait à une vue pessimiste des choses qui rejaillit (notamment) sur la politique et exacerbe les dispositions critiques générées par ailleurs. Inversement, un rapport plus satisfait à sa propre position ou situation conduirait à une vision plus optimiste de la réalité et à plus d’indulgence ou de compréhension dans les rapports aux autres, notamment dans le rapport à la politique.

27Les critiques que F. adresse à la politique, son impression que « ça ne change pas beaucoup, que c’est un peu toujours les mêmes qu’on voit », qu’ils sont « tous dans leurs magouilles », sa répulsion à l’égard « des tas de pourritures qui profitent de tout l’argent alors qu’il y a tant de gens qui sont dans la merde », sa résignation devant « le monde capitaliste » (« T’y peux pas grand chose… Il va falloir qu’on accepte de vivre un peu moins bien »), peuvent être mises en relation avec son itinéraire personnel et sa situation présente. Âgé de 25 ans, il a fait des études de techniques de commercialisation, une spécialisation en management européen et divers stages à l’étranger. Il n’a pourtant pas réussi à trouver un emploi en rapport avec sa formation. Après divers « petits métiers », il est devenu agent immobilier, mais ses revenus ne sont pas suffisants pour assurer son indépendance et il vit toujours chez sa mère. De même, quand il déplore « qu’on manque d’hommes politiques qui ont des couilles de faire des trucs, je sais pas, de grande envergure », il cite l’exemple de la communauté d’union sociale qui officialiserait la situation de personnes vivant en couple sans être mariées. Il ne le dit pas alors, mais l’enquêteur qui est un de ses proches précise, que sa sensibilité à ce problème doit être reliée à son homosexualité, qui permet aussi de comprendre son impression que la violence et l’intolérance progressent, que la société est « bloquée » et qu’on « ne peut rien changer ». La mère de F. se déclare également « déçue par la politique » et ce rapport à la politique apparaît bien aussi comme un élément d’un rapport au monde passablement désabusé. Elle note que « les enfants n’ont plus de repères, qu’il n’y a plus d’éducation, que le civisme se perd ». Elle oppose un « avant », quand « avec pas beaucoup d’études on trouvait du travail et on pouvait progresser », à un « maintenant » où « même avec des diplômes, c’est pas évident d’avoir du travail ». Âgée de 49 ans, elle est titulaire d’un BEPC et a « le niveau bac ». Elle exerce la profession d’éducatrice maternelle et se trouve « un petit peu en dessous des puéricultrices ». Du fait de cette position hiérarchique, elle a le sentiment d’être bloquée dans son avancement et « court-circuitée ». Elle se plaint que son fils ne « gagne pas bien sa vie » et fait état des difficultés scolaires de son second fils. Sa situation de femme divorcée semble aussi lui peser, même si elle ne l’évoque jamais directement.

28Dans le cas de B., retraité de 65 ans, anciennement cadre dans des entreprises de publicité puis dans des sociétés de promotion immobilière, proche du Front national, c’est une forme de révolte et de pessimisme radical qui s’exprime dans les vives critiques adressées à la politique. Retraité aisé, il peut se consacrer à sa vocation « d’écrivain rentré » qui lui vient de son père (« poète, artiste, patriote, de droite comme tous les intellectuels avant la guerre ») et écrit des romans qu’il ne parvient pas à faire éditer. Il a toujours été de droite et a commencé à voter pour le Front national « vers 1982 », ce qui correspond aussi au moment où, du fait des « changements politiques », on lui a proposé de quitter le poste « très convoité parce que très rémunérateur » qu’il occupait au sein d’une filiale d’un établissement financier du secteur public – même s’il répète à plusieurs reprises que sa situation économique n’a jamais influencé son vote. De fait, c’est sur un tout autre aspect qu’il va fugitivement « se lâcher » et dévoiler les ressorts de son ressentiment. Au moment où il évoque le refus des partis de droite de s’allier avec le Front national, il s’anime et explique que « la gauche fait honte à la droite d’oser s’allier avec ces affreux jojos » et que la gauche « gagne sur le terrorisme intellectuel » : « On lui a laissé le champ libre, culturel, intellectuel, on lui a laissé tout le champ libre. Il n’y a plus un seul intellectuel de droite français qui soit reconnu intellectuel. Ce sont des égarés, des malades, des crétins, des solitaires, des gens qu’on ne publie pas ». Ces frustrations si diverses qui viennent activer le ressentiment critique à l’égard de la politique semblent encore dans certains cas liées à l’âge. Ainsi, les propos vigoureusement dénonciateurs que tient H., retraité de 70 ans, lorsqu’il aborde les sujets politiques apparaissent comme un élément d’une rancœur plus générale qui va se fixer lors des entretiens sur d’autres objets comme l’Europe, les étrangers, le relâchement des mœurs, les homosexuels, ou les tags sur les murs de son immeuble. Ses propos sont structurés par une opposition entre « avant » et « maintenant » qui, à défaut d’autres plaintes de sa part, peut être interprétée comme l’expression d’un désarroi face au déclin de l’âge.

Le contexte politique

29Indépendamment de ces facteurs personnels, les réactions antipolitiques sont encore une conséquence des effets produits sur diverses fractions du public par certaines propriétés structurelles des champs politiques, certains de leurs états particuliers ou certains traits idiosyncrasiques de l’histoire politique française récente. L’émergence ou, plus sûrement, l’exacerbation des dispositions critiques résultent tout d’abord à l’évidence de la focalisation sur certains événements des dernières années, comme on peut le constater quand on recense les références mobilisées pour justifier les condamnations. Ainsi, la dénonciation de la malhonnêteté des hommes politiques ou de « l’impunité » dont ils bénéficieraient prend appui sur l’implication de personnages de premier plan dans diverses affaires. On mesure les effets de ces scandales amplement médiatisés, qui heurtent les attentes normatives d’un grand nombre de personnes quand on observe que plus de vingt ans après, les allusions aux diamants qui auraient été remis en cadeau à un président de la République française par un chef d’État africain demeurent relativement fréquentes. La répétition des arguments tirés des déceptions éprouvées à la suite des espoirs placés dans les changement politiques issus des élections de 1981, montre que les présidences de François Mitterrand et l’action des gouvernement de gauche à direction socialiste, entre 1981 et 1993, ont également contribué au développement des doutes. L’inflation des attentes de transformation sociale a provoqué l’apparition de désenchantements à hauteur des investissements préalablement suscités par le travail de mobilisation des forces de gauche dans les années 1970.

30Nombreuses sont les personnes interrogées, dont certaines étaient antérieurement portées à l’adhésion, qui pensent désormais qu’il n’y a guère de différences entre les principaux partis, qu’il n’y a pas grand chose à attendre des programmes et des changements de majorité parlementaire et qu’il est naïf d’espérer que l’action politique puisse modifier sensiblement l’état des choses. La cohabitation est invoquée par ceux qui suspectent les acteurs politiques de s’opposer sur la scène publique et de s’accorder en coulisse, ou par ceux qui sont convaincus que les différences entre les partis sont (ou sont devenues) ténues et qu’elles sont artificiellement majorées par les mobilisations électorales. L’impression, désormais prédominante, que l’action politique ne peut pas trouver des solutions à toutes les difficultés s’appuie aussi sur le constat, diversement étayé, de la persistance du chômage, des fermetures d’usine, des délocalisations, de l’immigration, de l’augmentation des taxes, charges et impôts, de la misère ou de l’insécurité, par ceux qui sont spécialement sensibles à ces questions. Les personnes qui ont le sentiment d’une dégradation du pouvoir d’achat, des conditions de travail et de la protection des salariés tendent à l’imputer aux décisions ou à l’impuissance des politiques. Les politiques de rigueur sont citées par ceux qui considèrent qu’il n’est désormais plus possible de financer de nouvelles avancées sociales et que le simple maintien des acquis est menacé. D’autres citent des exemples de mouvements sociaux récents pour regretter que toute décision gouvernementale suscite inévitablement des réactions et des mobilisations qui conduisent les gouvernement à reculer.

31Mais les motifs de récrimination qu’il est possible de recenser dans les argumentaires critiques ne peuvent pas être toujours ainsi rattachés aux événements et difficultés des dernières années. D’autres renvoient à des traits plus permanents, à commencer par l’existence même de la division du travail politique. L’univers politique est en effet plus ou moins confusément perçu comme un monde à part, composé d’hommes et de femmes qui se connaissent, se fréquentent, viennent des mêmes milieux, sont passés par les mêmes écoles, bénéficient de divers avantages ou privilèges, sont « au dessus des difficultés, ne sont pas dans la vie réelle [et] ne se rendent pas compte de ce qu’est la vie de tous les jours » (femme, 36 ans, BEP, technicienne de banque). Pris par les enjeux de ce milieu distinct (« Les lois sont votées par les hommes politiques qui sont dans des histoires politiques. Si elles étaient votées par référendum, il y aurait une vision plus globale de ce qu’attendent les gens et non pas de ce que eux imaginent » explique un chômeur de 25 ans), soumis à des lois propres (« Ils sont happés par un système qui les encourage à se pervertir et à être corrompus », déclare un retraité, ancien cadre dans la promotion immobilière), tenant des propos ésotériques, les hommes politiques sont souvent suspectés de privilégier leurs propres intérêts, d’être ainsi en décalage par rapport aux besoins de la population. Ainsi, V., la monteuse de films, ne croit « pas que Monsieur Jospin… enfin que, vraiment, ce qui soit le plus important pour lui, ce soient les chômeurs plutôt que la position de Premier ministre ». Il leur est reproché de ne pas faire face aux problèmes pour la résolution desquels ils sont tacitement mandatés.

32La portée des critiques même radicales est toutefois toujours bornée par l’adhésion tacite aux processus de délégation et il est rare que la critique de l’ordre politique s’accompagne d’une vision alternative. Plus nombreux sont ceux qui pensent que « les hommes politiques sont là pour trouver des solutions pour nous. Je n’ai pas de solution » (ingénieur dans l’industrie). Un petit nombre a des vues plus précises et regrette que les politiques ne prennent pas les orientations qui lui paraissent s’imposer, ce qui revient toutefois à reconnaître que c’est aux politiques de décider. Dans la conjoncture actuelle, les attentes politiques sont souvent déçues et les déceptions sont à la mesure des attentes générées par le travail de mobilisation, mais les profanes se bornent à attendre que les politiques se conforment à ce qu’ils en attendent ou à déplorer qu’ils ne le fassent pas.

33Indépendamment des péripéties récentes, l’activité politique présente des propriétés structurelles qui contribuent à alimenter les réactions critiques de ceux que la division du travail cantonne dans un rôle de spectateur plus ou moins averti des règles du jeu. Les joutes oratoires sont assimilées par certains à des bavardages ; le travail de « marquage », la critique souvent systématique de l’adversaire et la prétention à avoir le dernier mot peuvent passer pour des artifices dérisoires ; la stabilité des clivages politiques, la répétition des arguments, la professionnalisation et la (relative) inamovibilité des acteurs suscitent parfois le sentiment d’entendre toujours les mêmes personnes ; diverses manifestations des intérêts corporatifs peuvent fonder l’impression de collusion entre les adversaires, de même que les concessions aux mobilisations collectives sont susceptibles d’être interprétées comme des preuves de faiblesse. Des phénomènes émergents des dernières décennies, notamment l’autonomisation et l’activisme des magistrats par rapport aux milieux politiques, la rationalisation de l’action politique avec l’usage des sondages et l’appel à des spécialistes en communication ou le renforcement du poids des médiatisations, ont sans doute contribué à la progression des réactions antipolitiques.

  • 17 On sait que la présidence et le bureau de l’Assemblée nationale imposent des normes de retransmiss (...)

34Pour ce qui concerne la médiatisation, de tels effets ne sont pas simples à observer. Il est des cas où les médias ne font que répercuter des informations qui produisent des effets antipolitiques par elles-mêmes. Ainsi, lors des retransmissions des séances de questions d’actualité à l’Assemblé nationale – si souvent invoquées comme élément de preuve des travers des hommes politiques par une partie du public –, le travail de médiatisation est réduit au minimum17 et ce sont les comportements des parlementaires qui alimentent les réactions critiques. Mais on peut se demander si divers intérêts propres, qu’il serait trop long d’analyser ici, ne conduisent pas les médias et les journalistes – ou certains d’entre eux – à des modes de présentation qui contribuent à la dévalorisation de l’activité politique. Force est à tout le moins de constater que la médiatisation des scandales, la place accordée aux luttes interpersonnelles, à commencer par celles qui opposent le chef de l’État et le chef du gouvernement en période de cohabitation, l’importance donnée aux cotes de popularité, la présentation des élections dans la logique d’une compétition sportive, l’insistance des éditorialistes à souligner les préoccupations tactiques ou stratégiques censées commander les attitudes des acteurs, plus généralement la tendance des commentateurs à privilégier la politics par rapport aux policies et à réduire la politics à des considérations de carrière, les commentaires sur la crise du politique ou de la représentation, tout ceci va dans le sens des perceptions critiques analysées plus haut.

  • 18 Des différences notables sous ce rapport existent entre la « politique nationale » et la « politiq (...)
  • 19 Une enquête consacrée à l’audience d’une émission de caricature aujourd’hui disparue mais longtemp (...)

35Certes, le reproche si souvent adressé aux politiques de faire prévaloir leurs intérêts peut être analysé comme un effet de la perception plus ou moins retraduite des intérêts propres du personnel politique par les diverses fractions du public. On peut également se demander si ces perceptions n’ont pas été stimulées par le renforcement du poids de ces intérêts propres sur les décisions politiques et publiques, du fait du rôle désormais imparti à diverses catégories de spécialistes de la rationalisation du travail politique. Il est donc difficile de dire si les pratiques politiques sont perçues comme politiciennes parce que les hommes politiques ont des comportements politiciens ou parce que les médias donnent une présentation politicienne de leurs activités ou encore parce que les deux facteurs tendent à se renforcer. Force est toutefois de constater que la plupart des citoyens n’ont pas une connaissance immédiate de la politique – au moins pour ce qui concerne celle qui est appelée nationale18 – et que leur expérience dans ce domaine dépend des comptes rendus qu’en proposent les médias, plus ou moins interprétés à travers les discussions avec les proches. Dans la plupart des cas, c’est auprès des médias, tels qu’ils les sélectionnent et en retraduisent les informations, que les citoyens prennent connaissance des éléments qui réactivent leurs dispositions critiques. En ce sens, les perceptions de la politique dépendent nécessairement de leur médiatisation, même si elles ne sont évidemment pas réductibles à cette médiatisation. L’effet propre des médias varie sans doute selon les cas sur un continuum qui va de la pure retransmission à la production des situations sur lesquelles se focalisent les perceptions critiques. Les émissions humoristiques qui se sont multipliées sur les chaînes de radio et surtout de télévision constituent un cas limite où la contribution des médias aux perceptions réprobatrices se révèle décisive, comme on le voit dans les cas où des personnes justifient leurs jugements par des arguments tirés de certaines séquences où des acteurs politiques sont mis en scène. Ainsi, une femme de 36 ans, d’origine portugaise, titulaire d’un BEP, technicienne de banque, déclare que les communistes la « font rire » et elle télescope la réalité et la fiction quand elle fait appel à un souvenir télévisuel concernant l’un de leurs dirigeants qui justifie son opinion : « Il était drôle, il savait pas parler, il était bourré ; il n’exprimait rien en fait, il ridiculisait un petit peu, enfin je trouve qu’il représentait son parti d’une façon un peu ridicule »19.

  • 20 Par organisation politique, je m’efforce de désigner l’ensemble des réalités subsumées sous le mot (...)

36Il semble donc au total qu’aux rapports traditionnels d’hostilité au politique, liés à un sentiment d’incompétence, éventuellement renforcé par des situations de précarité sociale, et favorisé par diverses transformations politiques, s’ajoutent des manifestations variées d’une humeur antipolitique plus fréquente chez divers agents plus compétents politiquement et plus aisés socialement. Cette humeur critique, inédite par son ampleur, ses argumentations et ses caractéristiques est une conséquence : 1) de l’augmentation du nombre d’agents dotés des ressources et des dispositions nécessaires pour exercer un contrôle critique plus étroit sur leurs représentants ; 2) de l’existence d’attentes politiques insatisfaites ; 3) de difficultés personnelles diverses qui viennent éventuellement renforcer ces insatisfactions ; 4) de divers facteurs contextuels incluant des éléments structurels, émergents, conjoncturels et idiosyncrasiques de l’organisation politique20.

L’immunisation contre l’humeur critique

37Bien que rares, les personnes interrogées qui ne sont pas ou ne sont guère portées à condamner la politique semblent posséder des propriétés symétriques de celles que l’on vient d’examiner. En ce sens, les facteurs qui semblent favoriser l’immunisation contre les humeurs critiques confirment la pertinence de ceux qui ont été dégagés pour rendre compte de la généralisation de ces humeurs. Certaines des personnes qui se trouvent ainsi un peu à contre-courant entretiennent des liens avec les milieux politiques qui semblent avoir pour effet de réduire, à défaut d’abolir, les effets de la division du travail politique et la distance critique avec les hommes politiques. Ces liens sont divers. La confiance intacte dans la valeur et la portée de l’action politique d’une retraitée de l’enseignement peut être reliée à une histoire personnelle presque confondue avec un engagement militant. L’absence de traces d’hostilité à la politique d’un fils d’agriculteur titulaire d’un brevet professionnel, qui effectue son service national au moment de l’entretien, semble liée à son activité militante au sein du RPR et à son souhait de se présenter un jour aux élections et d’être élu. La haute opinion que D., fils d’immigré algérien, étudiant en DEUG de sciences, a de la politique, en dépit des difficultés de toutes sortes auxquelles il doit faire face, est visiblement un effet de sa socialisation dans un milieu familial militant en relation avec la guerre d’indépendance, socialisation qui l’incite par ailleurs à se rapprocher du syndicalisme étudiant. La vision assez sereine de la politique de M., infirmier de 38 ans, procède plutôt de l’amélioration sensible de sa situation professionnelle, financière et familiale. Alors qu’il parle du « bilan positif du gouvernement Jospin », il s’interrompt : « Et puis, en plus, pour moi, ça tombe pile poil, avec mon boulot à l’hôpital, c’est peut-être ça aussi qui joue. D’avoir un boulot, un salaire, d’avoir des projets, etc., inconsciemment, je reporte ça sur le gouvernement Jospin ». En effet, après des années d’instabilité, d’échecs, de précarité, de difficultés, M. vient de réussir le concours d’entrée dans une école d’infirmier, va être titularisé, s’attend à une sensible augmentation de salaire et est sur le point de faire construire sa maison.

38Une telle sérénité conduit dans certains cas à une réduction des attentes et donc des possibles déceptions liées à leur insatisfaction. Le relâchement normatif ou la relativisation normative incite à minimiser l’importance des faits de corruption, comme on le voit dans le cas de L. K., technicienne au chômage au moment de l’entretien mais peu inquiète sur sa situation. Issue d’une famille juive très politisée et proche du Parti communiste, elle a longtemps été militante dans diverses organisations et déléguée du personnel de son entreprise pendant 25 ans. On ne trouve pas chez elle de réactions antipolitiques car, comme elle l’explique elle-même : « Je ne suis pas déçue parce que j’ai toujours pensé que pour faire de la politique, il faut déjà être magouilleur à l’origine. Je m’imagine qu’il ne doit pas y avoir beaucoup de politiciens intègres ». Toutes choses égales par ailleurs, l’actuelle déflation des croyances et des attentes politiques peut ainsi conduire à une atténuation ou à une stabilisation des réactions antipolitiques par l’émergence d’un scepticisme ou d’un réalisme politique dépassionné, comme le suggère l’exemple de M. B., fils de L. K., étudiant dans une petite école de commerce après un BTS d’action commerciale. S’il se situe toujours à gauche, ses convictions deviennent plus modérées du fait du type d’études qu’il poursuit, des nouveaux milieux qu’il côtoie, de ses espérances d’insertion professionnelle comme cadre d’entreprise et des espoirs qu’il place dans la réussite d’un projet collectif. Quand il était plus jeune, il pensait que « la droite, c’étaient les méchants et la gauche, c’étaient les gentils ». Mais il considère désormais que « l’homme politique est un produit, voilà » et que « l’on est dans une économie libérale, de toutes façons, la gauche ne peut plus prétendre à une politique sociale. Puisque, bon, qui dit économie libérale dit forcément diminution des droits sociaux, donc, a priori, tu peux plus tellement attendre quoi que ce soit d’aucun parti politique, si ce n’est de maintenir les avantages acquis ».

Notes

1 Les développements que l’on va lire s’appuient sur quatre vagues d’enquêtes par entretiens approfondis et semi-directifs menées depuis 1996. La première, menée avec une équipe d’une vingtaine de chercheurs et de doctorants et un groupe d’une dizaine d’étudiants de maîtrise de science politique de l’université de Paris 1, était centrée sur le rapport à l’immigration, mais comportait diverses questions sur les orientations politiques des enquêtés. La seconde, qui portait sur le mode d’élaboration des choix électoraux, a été réalisée au moment des élections régionales et cantonales de 1998 dans le cadre d’un enseignement de méthodologie des sciences sociales de licence de science politique, toujours à Paris 1, avec J. Blondel et C. Salanson, et avec un groupe d’étudiants de maîtrise. Les enquêtés ont été interrogés à trois reprises à la fin de l’année 1997, au début puis à la fin du mois de mars 1998. La troisième vague d’enquête, également conduite avec J. Blondel et C. Salanson, s’efforçait de mieux comprendre les modes d’évaluation des objets politiques. Elle s’est déroulée en 1998-1999 dans le cadre de l’enseignement de méthodologie de la licence de science politique de l’université Paris 1. Les enquêtés ont été interrogés à deux ou trois reprises à la fin de l’année 1998, au mois de février 1999 et au milieu du mois de mai. La quatrième enquête sur les ethnométhodes de l’élaboration des préférences politiques a été menée avec un groupe d’étudiants de la maîtrise de science politique de l’université Paris 1 au cours de l’année 1999-2000. Seule une partie de ces matériaux a été exploitée pour la préparation de cette contribution.

2 Depuis plusieurs années, Le Monde fait régulièrement état de sondages de la SOFRES, interprétés par les éditorialistes du quotidien comme une preuve que « les électeurs expriment majoritairement leur méfiance envers les responsables politiques ». Dans un sondage publié le 11 avril 1995, 61 % des personnes interrogées se déclarent plutôt d’accord avec l’idée que, « que ce soit la droite ou la gauche qui gouverne, le résultat est le même »; 62 % se disent « plutôt d’accord » avec l’opinion que « la plupart des dirigeants politiques sont corrompus » (contre 31 % de réponses opposées et 7 % de sans opinion); 45 % ne sont « plutôt pas d’accord » avec la proposition que « la politique est une activité honorable » (contre 44 % qui sont « plutôt d’accord » et 11 % de sans opinion). Selon la SOFRES, en septembre 2000, 64 % des personnes interrogées déclarent ressentir d’abord de la « méfiance » quand elles pensent à la politique (48 % en 1988, 58 % en 1996); 64 % pensent que les élus et les dirigeants politiques sont « plutôt corrompus »; 63 % estiment que « les hommes politiques se préoccupent “très peu” ou “pratiquement pas” de ce que pensent des gens comme moi »; seulement 35 % des sympathisants socialistes, 23 % des sympathisants du RPR ou de l’UDF et 19 % des sympathisants du PCF ont le sentiment d’être bien représentés par un parti politique.

3 À titre d’illustration, et sans vouloir traiter ce point de manière approfondie, soixante-six élus, responsables syndicaux ou associatifs et militants de la gauche plurielle ont lancé, fin décembre 2000, un appel à la création d’un « Forum de la gauche citoyenne ». Leur démarche est notamment animée par le refus de voir « dévalorisée la politique » alors que, « au-delà même des soupçons liés aux affaires de financement, le sentiment se renforce que le monde politique serait une sorte de sphère de plus en plus éloignée des préoccupations populaires ».

4 La politique locale est perçue dans des termes proches, bien que beaucoup la dissocient des précédentes et la considèrent comme une autre dimension de la politique. Pour plus de précisions sur ce point, cf. Gaxie (D.), « Les définitions communes du politique », Espace-temps, à paraître en 2001.

5 Cf. Gaxie (D.), « Au-delà des apparences… Sur quelques problèmes de mesure des opinions », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 81/82, 1990, p. 97-112.

6 Voir la note 2.

7 L’analyste peut être tenté de juxtaposer les divers reproches formulés par des personnes qui s’expriment sur ces sujets, comme je l’ai fait au début de ce texte, pour construire une représentation d’allure systématique et radicale qui n’existe sans doute nulle part en dehors du travail qui la fait exister. Cette manière de faire peut être tentante pour ceux qui travaillent sur des matériaux qualitatifs et l’analyse d’entretiens approfondis doit sans doute élaborer des instruments spécifiques pour s’en préserver. La plupart des personnes interrogées dans le cadre des enquêtes dont certains résultats sont examinés ici, ne formulent en fait qu’une partie, variable, des arguments recensés plus haut, et aucune n’a développé un discours qui les reprendrait tous. Sans aller jusqu’à un test trop précis, on ne compte que quelques enquêtés qui reprennent une proportion notable (par exemple plus de la moitié) des thèmes recensés ci-dessus.

8 J’avais abordé ces points dans Gaxie (D.), Le cens caché, Paris, Seuil, 1993 (3e édition), notamment p. 189. Ces développement méritent toutefois certaines corrections. Ainsi, si ces critiques de la politique sont incontestablement « stéréotypées », d’autres, d’allure plus sophistiquée, le sont également. L’aspect artefactuel et contingent de ces critiques (aux rares interactions qui font exister ces discours chez des agents peu portés à discourir sur la politique) est également réel, mais ne doit pas occulter la relative solidité des représentations de l’univers politique dont elles procèdent. L’hypothèse que ces critiques sont un effet d’une stratégie de rationalisation de l’indifférence et de l’incompétence politiques ne doit pas conduire à penser que les agents qui s’y adonnent se contentent de bricoler des justifications plausibles pour « donner le change » et « sauver la face ». Ce travail de rationalisation est aussi en affinité avec un type de rapport particulier avec l’univers politique et les représentations produites ou sollicitées à l’occasion de ce travail présentent de ce fait une « rationalité » ou une nécessité qui leur donne une consistance propre. Il demeure que ces représentations ne forment pas une vision constituée de l’ensemble des objets politiques qui permettrait, par exemple, de se prononcer sur les divers enjeux qui accaparent l’attention des acteurs ou des commentateurs politiques.

9 Ce sentiment de méfiance que les agents les moins compétents politiquement éprouvent à l’égard de la politique conduit certains d’entre eux à lui accorder un pouvoir de nuisance en la rendant responsable de ce qui fait problème à leurs yeux. Ainsi J. (30 ans, CAP, d’origine portugaise, technicien) explique à propos de l’immigration que « les portes [de la France], elles sont ouvertes. Donc il y a beaucoup de gens qui peuvent venir en France… C’est politique tout ça ».

10 Cette réserve n’empêche pas D. L. de voter, comme beaucoup d’autres qui ont un rapport à la politique proche du sien, même si elle fragilise sa détermination à se déplacer jusqu’au bureau de vote, spécialement dans la période actuelle où l’augmentation de la fréquence de l’abstention tend à réduire les stigmatisations qui la sanctionnent. Le sentiment du devoir civique et les perceptions ambivalentes de la politique (D. L. est critique à l’égard de la politique mais il a voté au cours des dernières années pour les Verts parce qu’ils sont « pour la nature » et que lui-même pense qu’il faut encourager l’agriculture qui fournit les produits de qualité qu’il cuisine dans son restaurant) peuvent ainsi dans une certaine mesure contrebalancer les effets de l’hostilité à la politique. Il en résulte toutefois des formes particulières de participation électorale, caractérisées notamment par leur fragilité et par la faiblesse des engagements et des investissements dans l’acte de vote.

11 Campbell (A.), Converse (P. E.), Miller (W. E.), Stokes (D. E.), The American Voter, New York, Midway Reprint, 1980 [1re édition 1960], p. 241-243.

12 Les extraits d’entretiens publiés dans Deutsch (E.), Lindon (D.), Weill (P.), Les familles politiques en France aujourd’hui, Paris, Minuit, 1966, présentent une étonnante ressemblance avec les réactions enregistrées au cours des toutes dernières années. Par exemple : « La politique, ça me dégoûte, ça ne m’intéresse pas. On gagne de l’argent pour payer des impôts et cet argent sert à d’autres qu’à des Français. Je ne fais pas de politique, je préfère rester honnête »; « Je n’ai pas le temps de lire mon journal, juste le sport et ce qui se passe dans la région. Et puis, si vous prenez un journal ou un autre, ça ne se présente pas de la même façon. L’un dit blanc, l’autre dit noir. Comment voulez-vous les croire ? La radio, la télé, c’est la même chose. C’est pour nous jeter de la poudre aux yeux ».

13 De la même manière, les réactions enregistrées au cours des dernières années sont identiques à celles qui s’exprimaient dans les réponses à un questionnaire administré par voie de presse en 1983, au moment des élections municipales dans la région Picardie (Gaxie (D.), Lehingue (P.), Enjeux municipaux. La constitution des enjeux politiques dans une élection municipale, Paris, PUF-CURAPP, 1984). Par exemple : « Trop politisés, pas assez occupés de la commune, ils [les hommes politiques] font toujours des promesses et ne les tiennent pas. Les conseillers pensent le plus souvent à leurs propres intérêts » (femme, 47 ans, CAP, concierge); « Les candidats veulent la place » (homme, 26 ans, CAP, chômeur); « [Ils] ne pensent qu’à leur carrière personnelle » (homme, 40 ans, CEP, employé); « [Ils] se réveillent tous les 6 ans pour les élections municipales » (homme, 20 ans, sans diplôme, ouvrier boulanger).

14 Traditionnellement, toutes les enquêtes conduites dans divers pays montraient que les représentations négatives de la politique, par exemple celles qui s’expriment dans les « échelles d’aliénation » élaborées par des chercheurs américains, étaient négativement corrélées avec le niveau d’instruction et d’intérêt pour la politique. Cf. par exemple Mendelsohn (H.), O’Keefe (G. J.), The People Choose a President. Influences on Voter Decision Making, New York, Praeger, 1976. Ce résultat apparaît encore dans une enquête du CEVIPOF dont les résultats ont été publiés dans L’électeur français en questions, Paris, Presses de la FNSP, 1990, p. 135. L’hypothèse que des visions critiques pouvaient aussi caractériser des citoyens jeunes, ayant suivi des études supérieures et occupant des positions moyennes ou élevées dans la structure sociale, et qu’il fallait désormais distinguer plusieurs types « d’aliénation politique » est apparue aux États-Unis à l’examen des résultats d’enquêtes quantitatives. Cf. par exemple Pomper (G.), Voters’Choice. Varieties of American Electoral Behavior, New York, Dodd Mead and Co, 1975. Des attitudes critiques articulées à l’égard de la politique existaient bien sûr avant la période la plus immédiatement contemporaine, notamment chez ceux qui adhèrent à des visions conservatrices du monde. Il semble par contre que ces attitudes critiques se soient généralisées et peuvent être désormais observées dans des catégories de la population qui en étaient jusqu’à présent exemptes et dont certains membres se caractérisaient au contraire par la force de leurs engagements dans ce domaine.

15 Cf. Gaxie (D.), Lehingue (P.), Enjeux municipaux, op. cit., notamment p. 236 s.

16 Les visions conservatrices du monde, ou certaines d’entre elles, comportent des représentations « naturalistes » et pessimistes des comportements humains et de l’organisation sociale, qui s’articulent avec un scepticisme plus ou moins accentué relativement à la possibilité et à la nécessité de réformes. La portée de l’action politique est perçue comme étant limitée et les attentes dans ce domaine sont réduites. On le voit avec l’exemple de D. G., 52 ans, dirigeant d’une petite société d’intérim, proche de l’extrême droite, dont l’antisémitisme affleure au cours de l’entretien. Il mobilise des schèmes éthologiques pour expliquer les comportements sociaux (« Vous prenez les animaux, y’a des prédateurs »). Dans sa perspective, l’homme est toujours animé par la poursuite de ses intérêts matériels : les associations « vivent » des « bonnes causes » qu’elles défendent ; dans une démocratie, les hommes politiques « doivent séduire »; « droite, gauche, c’est pareil ». La politique devient ainsi « une bataille de chiffonniers » ou chacun défend ses intérêts et l’électeur « vote pour celui qui donne et pas pour celui qui est sérieux ». D. G. pense que les politiques sont commandés par les « financiers » et sont « tous pourris ». Il vote pour l’extrême-droite, bien qu’il considère qu’elle est également « pourrie » et qu’elle n’arrivera jamais au pouvoir, parce qu’elle a « une liberté plus grande pour dire des choses et mettre la pression sur les autres ». De son point de vue, « la société parfaite, y’en a pas ». Ses attentes en matière politique sont donc limitées mais cependant bien réelles. Il faudrait selon lui une « dictature » qui pourrait « régler les problèmes », notamment le « déficit de la sécurité sociale et le chômage », en obligeant les gens à travailler plutôt que de recevoir des allocations.

17 On sait que la présidence et le bureau de l’Assemblée nationale imposent des normes de retransmission assez strictes à la chaîne chargée de la diffusion.

18 Des différences notables sous ce rapport existent entre la « politique nationale » et la « politique locale » puisque, dans ce dernier cas, les citoyens, même les plus démunis culturellement, en ont une expérience personnelle directe plus ou moins développée et qu’ils ne sont pas complètement dépendants des comptes rendus médiats. Force est aussi de constater que ces différences concernant les modes d’expérimentation s’accompagnent de jugements de valeurs très contrastés. Pour plus de précisions sur ces points, cf. Gaxie (D.), « Les définitions communes du politique », art. cit.

19 Une enquête consacrée à l’audience d’une émission de caricature aujourd’hui disparue mais longtemps très regardée de la première chaîne de télévision fait apparaître des structures d’intérêt sensiblement différentes de celles que l’on observe pour des émissions proprement politiques. On constate par exemple que les agriculteurs et les ouvriers sont les plus nombreux à déclarer qu’ils aiment cette émission et surtout que les agriculteurs ainsi que les commerçants et les artisans sont les plus nombreux à penser que cette émission « exprime bien la réalité de la politique » (Sondage SOFRES, 1989, portant sur le Bebête show).

20 Par organisation politique, je m’efforce de désigner l’ensemble des réalités subsumées sous le mot anglais « polity ». L’expression doit être entendue au sens large, y compris par exemple le système des relations entre les magistrats ou les médias et les acteurs politiques. Si le cumul des quatre derniers facteurs augmente la probabilité de voir des personnes interrogées exprimer diverses critiques, ces dernières peuvent également s’exprimer quand l’une des conditions d’émergence fait défaut.

Notes de fin

* Je veux dire à J.-L. Briquet, A. Collovald et P. Lehingue que leurs remarques sur des versions antérieures de ce texte m’ont beaucoup aidé et que je tiens à les en remercier.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540