Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La laïcité, une valeur d'aujourd'hui ?

 | 
Jean Baudouin
, 
Philippe Portier

Troisième partie. Inflexions doctrinales

15. Le renouveau de l’intégrisme laïque : le cas du Grand Orient de France1

Bruno Étienne

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Extrait remanié d’un ouvrage à paraître aux éditions Dervy : La Franc-maçonnerie à venir : une voi (...)

1Je propose d’étudier dans cet article l’apport et la participation d’une partie de la Franc-maçonnerie française, en l’occurrence celle représentée par la partie visible du Grand Orient de France, au débat sur la laïcité en France, étant bien entendu qu’il s’agit d’un fait social et historique qui s’impose en tant que tel mais sur lequel mon jugement est plus que réservé.

Prolégomènes : de la mêmeté au contr’Un

  • 2 Comme nous l’avons analysée avec R. Lafont et H. Giordan dans Le temps du pluriel, Éd. de l’Aube, (...)

2La France est avant tout une lexie, un énoncé imprécis. Je ne sais plus ce que recouvre cette taxinomie aujourd’hui entre une certaine idée que s’en faisait de Gaulle, l’ambiguïté de ses positions arrogantes en tant que patrie des droits de l’homme et la chanson de Trenet « douce France » interprétée par le groupe beur Carte de séjour avec Rachid Taha. Elle n’est vraiment définissable que comme mythe. Mais nous savons combien il faut prendre au sérieux les mythes : il suffit de visiter le Panthéon en se remémorant l’auto-intronisation de Mitterrand avec ses trois roses, pour saisir toute la force politique constitutive de Tolbiac et de Valmy sans oublier Poitiers, batailles qui n’ont pas eu lieu au sens réel mais qui sont des mythes fondateurs de l’identité française. Lors de la venue du pape à Paris, on vit certains « dignitaires » maçonniques défiler en arborant leurs décors pour stigmatiser Tolbiac et valoriser Valmy. Il s’agit de la France de l’abbé Grégoire et du Buonaparte faisant le complexe de Napoléon, celle glorifiée de Lagarde et Michard, imposée de Mallet-Isaac et de Lavisse, dans sa profonde historicité articulant un Centre et des Périphéries2. Cette France présente en effet un certain nombre de caractéristiques historiques et politiques particulières : elle a été unifiée et centralisée depuis plus longtemps que la plupart des États européens ; elle fut plus radicalement sécularisée et sa laïcité est un exemple assez rare dans le monde y compris celui qui est sécularisé. Elle développa par ailleurs des concepts à prétention universaliste comme les Droits de l’homme et du citoyen ainsi que l’équation État = Nation = Peuple faisant de la loi un paradigme universel. Le Citoyen y est l’homme d’un seul État, d’une seule foi le républicanisme laïque et égalitaire, d’une seule idéologie le droit-de-l’hommisme, d’une seule langue celle du val françois modernisée par la rue d’Ulm et la rue des saints Pères. Le citoyen français est, d’après la loi fondamentale constitutionnelle, francophone, en réalité monarchiste-républicain mais abstrait et asexué, sans origines sociales ni locales différenciées, sans lieux ni feux. Les textes juridiques rappellent sans cesse l’unité et l’universalité du citoyen sans distinction de race ou de religion. Il partage pourtant un patrimoine commun gréco-latin et judéo-chrétien mais sécularisé : le Panthéon est certes dédié à sainte Geneviève, mais le citoyen est sous la loi du Père car il a un État-père providentiel, une Patrie ancrée en l’unité de son territoire hexagonal aux frontières naturelles et une Matrie, une Nation-mère, nourrie du sang impur de ses ennemis extérieurs. Cet ensemble se nomme « République » et produit lui-même sa propre légitimité quels que soient ses avatars successifs. Le GODF s’est petit à petit identifié à cette version de l’histoire de France au point de se confondre avec elle en contournant ses idéaux initiatiques.

  • 3 Cf. mes articles sur ce sujet dans l’Encyclopédie maçonnique, Paris, Le livre de poche, 2000.

3La République française est jacobine, hiérarchique et verticale, césaro-papiste, colbertiste jusqu’à une époque très récente, moniste en dépit de ses pertes territoriales algérienne et d’outre-mer. Elle a été très tôt, depuis les édits de Nantes et de Villers-Cotterêt, assimilationniste, intégrationniste et mangeuse de minorités par négation de toute forme d’altérité religieuse, culturelle, linguistique, ethnique et sexuelle. Sa devise, reprise par le GODF, est « viens mon frère, ta différence m’enrichit mais ce que tu as le mieux à faire est de devenir le plus vite possible mon semblable ! » L’Autre doit devenir le Même car il ne peut rien lui arriver de préférable à devenir citoyen français. Le paradoxe du volkrein – de la loi du sang – est ici contourné par le jus soli et le droit de mourir pour la Patrie comme mode d’acquisition de la nationalité. Car la France a largement utilisé la chair à canon de ses conquêtes impériales. En revanche, la force de travail ne donne pas droit automatiquement à entrer dans cette communauté politique si l’on n’adhère pas à sa religion civile, en particulier si l’on entend garder son nom et ses us et coutumes. C’est en effet au nom de ses principes, qu’elle prétendait universellement exportables, qu’elle fut expansionniste et colonialiste pour apporter la civilisation au monde entier et la Franc-maçonnerie fut l’un des fers de lance de cet expansionnisme. Contrairement aux autres impérialismes, l’anglo-saxon en particulier, qui proposèrent aux indigènes non-génocidés de rester « natives », la France imposa aux hommes, dont l’Histoire et la déesse Raison l’avaient chargé au nom du progrès, de devenir citoyens à la française. Il y eut des gens assez naïfs pour y croire d’abord en Europe puis en Afrique et même jusqu’en Asie. Or la Franc-maçonnerie française a joué un rôle déterminant dans cette politique stratégique comme le montrent nombre de travaux3 en tout cas en ce qui concerne l’Algérie au moins. La « bande des Quatre M » qui composait le « Parti coloniste » réunissait les marchands, les militaires, les missionnaires et les maçons…

4C’est aussi au nom de l’universalité affirmée de ses principes que la France éternelle s’intéresse pathologiquement aux minorités partout dans le monde. Au Liban depuis plus d’un siècle où elle a contribué à la constitution du drame confessionnel par une alliance tacite entre jésuites et francs-maçons, au Kurdistan de préférence irakien et non turc et après avoir proposé le Québec libre alors qu’elle refuse aux Basques ce qu’elle prône pour les Québécois, elle soutient les musulmans kosovars mais ne sait pas régler le problème des musulmans français. La France et les francs-maçons français ont toujours préféré aux musulmans les généraux et les jeunes Turcs ou les Algériens anciens du FLN fort peu démocrates mais soi-disant laïques.

  • 4 Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1967, t. X, p. 64.

5Aujourd’hui certains s’étonnent des effets récurrents de ces choix. C. Jung avait prédit dans son Autobiographie4 que le sort des colonisateurs était d’être secrètement envahis par la culture des vaincus ! L’effet en retour allait être brutal : alors qu’elle fut exportatrice de ses surplus de population, elle doit assumer l’effondrement de son Empire colonial et se révèle incapable d’accueillir toute la misère du monde ! Le rapatriement des ex-colonisés et coloniaux a provoqué un effet pervers que personne n’avait prévu : l’apparition de minorités religieuses et linguistiques inassimilables qui, petit à petit, demandent un droit à la différence conduisant à des droits différents. Cette situation nouvelle était déjà difficilement gérable. Elle le devient encore plus par le renouveau des revendications régionalistes, culturelles et linguistiques, dans le cadre d’une Europe gérant la différence de façon autre, plurielle et qui plus est dans une période de mondialisation, de libre circulation des hommes, des capitaux et des idées. Il faut avouer que le défi est rude pour une société calfeutrée dans son monisme existentiel universaliste, arrogant et béat.

6Il est pourtant impossible d’aborder de la même façon les problèmes corse, basque ou breton alors que l’Algérie, qui était elle aussi partie intégrante de la République une et indivisible, a largué les amarres au prix de douleurs incommensurables dont nous subissons encore aujourd’hui les conséquences récurrentes. L’effondrement de l’Empire a ramené en métropole, outre les jeunes Français qui ont fait les guerres coloniales contraires à toutes les valeurs de la République, plusieurs millions de Vietnamiens et autres Asiatiques, de juifs sapharadims, de musulmans, d’arabophones, de berbérophones, de Comoriens français musulmans polygames, d’Africains divers qui colorent cette nouvelle France qui marche au mélange. Le centre françois ne semble pas s’en être rendu encore compte. Il fait une crise de paranoïa plutôt que d’analyser cliniquement ce qui lui advient. Si je propose de l’appeler « intégrisme laïcard » c’est parce qu’elle produit une peur panique de la pénétration de l’Autre sous la forme du communautarisme et du confessionnalisme. Or j’appelle intégrisme la doctrine qui définit l’Autre à partir de sa seule appartenance religieuse. Je soutiens qu’il y a renouveau parce que la France a connu d’autres périodes de combat anticlérical virulent où les acteurs sociaux ont utilisé tous les moyens, y compris le GODF qui y fut étroitement mêlé en plusieurs occasions. Il semblait que la paix sociale était durablement instaurée en France sur ce plan : l’affaire du foulard islamique à l’école a réveillé de vieux démons, sans doute parce que les vrais enjeux sont ailleurs. Et le GODF fait l’objet actuellement l’objet d’accusation de néo-colonialisme de la part de certains frères africains ex-colonisés. Il faut donc essayer d’expliquer et de comprendre et, pour cela, établir un diagnostic préalable.

7La République une et indivisible, centralisée et moniste jusqu’à l’intégrisme, même plus colbertiste puisque la gauche gère le marché, se révèle incapable d’accepter la différence et se raidit sur un passé mythique. Elle produit elle-même ainsi le danger qu’elle dénonce, le repli sur le communautarisme voire la ghetthoïsation par la fracture sociale et le retour au religieux sous différentes formes. Mais en fait, il ne s’agit peut-être pas seulement d’un retour du passé mais de continuité, par-delà le discours républicain, d’une France créée par ses rois. Ce modèle culturel assimilateur développe une pathologie comportementale aboutissant à une surestimation du Même et au mépris fonctionnel de l’Autre. Cette attitude est génératrice d’un conflit latent à l’intérieur de « l’appartenance française ». Refusant la ratification de la Charte de protection des langues minoritaires, elle exacerbe une crise d’identité qui désormais ne passe plus par les clivages traditionnels. Cette idéologie, qui se nie comme telle et se présente même comme naturelle et universelle, est partagée par un conglomérat qui va du Front national pour des raisons identitaires en passant par le GODF au nom de valeurs républicaines mythiques, en croisant tous les souverainistes de gauche et de droite. La France fait une crise identitaire qui se traduit par une sorte d’intégrisme moniste et souverainiste qui s’est exacerbée avec les élections européennes et le refus de ratifier la Charte de protection des langues minoritaires.

8Or, le GODF s’identifie dans ses proclamations publiques à la République laïque, s’affirmant même comme étant la conscience de celle-ci. Il a été un des éléments moteurs de cette campagne anti-langues régionales après avoir été très engagé dans le combat contre le foulard islamique, la venue du pape, manquant une occasion historique d’être, comme ce fut le cas quelquefois dans le passé, l’intellectuel organique dont la France et l’Europe ont besoin. Aussi ma critique est-elle sévère mais fondée sur des documents publics. Je proteste en tant que membre. L’anthropologue clinique regardant sa propre paroisse avec l’outil de sa profession émet une hypothèse : le GODF, tout au moins dans ses appareils publics et quelques loges parisiennes, car l’enquête de terrain démontre le contraire, fait partie intégrante, presque caricaturale de ce que Hugues Jallou et Pierre Mourier ont nommé les Enragés de la République.

Sociologie d’une organisation

9L’enquête de terrain sur ce type de population n’est pas plus difficile qu’avec les islamistes ou tous les « intégristes » religieux que j’ai pu interviewer depuis trente ans ! Ils ont la même complaisance à se servir du chercheur pour faire passer leurs idées et ils sont tout aussi gênants dans l’apologétique. J’ai donc pris les mêmes précautions méthodologiques tout en me rendant compte une fois de plus à quel point un sociologue ressemble à un flic des séries B américaines : il pénètre le milieu pour l’étudier et utilise ses résultats dans une perspective qui n’est pas celle des acteurs…

10La littérature maçonnique externe est assez facile d’accès sur le web qui reçoit 600 visites et 60 messages en moyenne par mois, le site internet http://www.godf.org, le mail et le minitel 3615 GODF. On trouve facilement certaines publications de la maison d’édition du GODF, EDIMAF ; on peut écouter les émissions radio du dimanche matin à France culture et lire les communiqués à la presse. Les apparatchiks du GODF en particulier aiment parler en public ou faire des déclarations sur tous les sujets. La bibliothèque et les archives du GODF rue Cadet sont accessibles aux chercheurs et régies par la loi sur les bibliothèques publiques : on y trouve de très nombreux documents, surtout historiques, avec les réserves d’usage sur l’actualité et les membres vivants, bien entendu. Je n’ai donc pas eu besoin d’utiliser des documents internes. Comme j’ai exercé des fonctions et fait de nombreuses conférences dans une bonne trentaine de loges sur le territoire français, j’ai aussi en magasin les éléments d’une enquête de terrain qui est conforme aux règles du métier. J’ai posé entre autres la question « qu’est-ce que la laïcité pour vous ? » à environ une centaine de membres de différentes obédiences et les réponses sont assez fascinantes. J’utilise donc ici essentiellement des discours publics et trois revues : tout d’abord la revue officielle du GODF Humanisme qui est en vente dans les kiosques et se considère comme un concurrent d’Esprit, d’Études, du Débat sans en avoir les moyens surtout intellectuels. J’ai en effet écarté de cette enquête-là les autres obédiences françaises car elles ne présentent absolument pas le même profil dans le combat en faveur de la laïcité ; de plus, leurs publications sont nettement plus ésotériques et centrées sur la maçonnerie elle-même.

11Un dépouillement exhaustif de cette revue sur vingt ans fait apparaître une thématique essentielle : la défense de la République laïque avec 135 articles consacrés à la laïcité, 137 aux valeurs dites républicaines, 142 articles d’histoire maçonnique liée aux Lumières, à la Révolution ou à la République et aux combats pour celle-ci, une trentaine de « dossiers » sur des sujets actuels toujours traités dans cette perspective par exemple : « La liberté absolue de conscience »; « J comme jeunesse »; « Aux sources de la République »; « Pas de démocratie sans laïcité »; « Les reculades de la République » ; « De Clovis à Voltaire » ; « Crémation et Franc-maçonnerie »… Très rarement des articles ésotériques, car le GODF les réserve à une autre revue plus interne La Chaîne d’Union qui publie des articles de bonne qualité sur le symbolisme, l’histoire des obédiences, les rites, etc. Elle a une moins grande diffusion, ce que je regrette.

12Le lecteur profane peut se faire une idée sérieuse sur cette littérature avec quelques numéros spéciaux bien structurés de la revue Humanisme comme le n° 235, septembre 1997, « Des Francs maçons du GODF » ou encore le n° 244-245, « De mémoire et d’histoire », qui contiennent la quasi totalité des renseignements sur le fonctionnement et l’idéologie du GODF y compris un article très éclairant sur le sujet « Laïcité, valeur maçonnique » sans que celle-ci soit présentée et a fortiori acceptée comme idéologie. L’obédience s’y présente dans la transparence à la mode et se déclare libérale et a-dogmatique alors qu’elle croit au progrès inéluctable. Bien entendu, le secret, celui de l’initiation, ne fait pas l’objet de développements, ce qui est somme toute cohérent puisqu’il s’agit d’une aventure personnelle et donc d’une orthopraxie qui marque les limites de l’enquête.

13J’ai utilisé par ailleurs deux publications qui sans émaner du GODF lui sont très liées : Europe Laïcité, qui est à l’origine de la création du CAEDEL, le Centre d’action européenne démocratique et laïque et de l’Observatoire international de la laïcité crée par le GODF avec l’approbation et le soutien de la Ligue de l’enseignement, la fédération humaniste et plusieurs obédiences maçonniques européennes. Plus politique encore est le bulletin de l’ancien Grand Maître, fer de lance du laïcisme, le journaliste Patrick Kessel, Laïcité Info, organe d’information du Comité Laïcité République, présidé par H. Caillavet qui n’a jamais caché son appartenance et ses combats. Ce comité a des relais provinciaux comme la République moderne, qui émane d’un club dans lequel on retrouve surtout des amis de J.-P. Chevènement : Didier Motchane, qui est en charge des cultes au ministère de l’Intérieur, y écrit des articles virulents sur la laïcité. À noter que je ne prétends pas que ces derniers appartiennent à la Franc-maçonnerie et, pour que les choses soient claires, je ne donne les noms que des personnages officiels connus comme tels. Par ailleurs les personnes citées ne sont responsables que dans la mesure où les structures de l’obédience ont permis leurs actions. Mon propos est d’analyser cette dérive douloureuse de l’organisation. Il n’est pas destiné à accabler des individus même s’ils utilisent sa logistique.

14Pour prendre un exemple typique dans le n° 10-11, mars 1999 de Laïcité Info, on trouve un éditorial de P. Kessel : « Sale temps pour la laïcité », une interview de A. Vivien sur les sectes, un article du journaliste Marc Riglet sur l’Europe républicaine comme « phantasme », un article virulent de P. Kessel sur les lobbies communautaires contre la République, deux pages pleines sur le foulard islamique et la critique des arrêts du Conseil d’État, complété en dernière page par un article de Ph. Debno sur « le Conseil d’État contre la laïque ? » Dans le même numéro on peut lire au passage une chronique qui se veut ironique sur le pape, la dénonciation du vote de crédits à l’enseignement privé par certains conseils régionaux et des nouvelles des comités régionaux qui luttent contre l’offensive anti-laïque, en particulier à l’occasion de la révision de la loi Falloux, des commémorations (Clovis versus Valmy) et de la venue du pape à Paris.

15La thématique de base de cet ensemble est en effet claire : la République est en danger et il faut lancer une contre offensive sur les points cités : le vote de la Charte des langues régionales, le foulard islamique, les crédits à l’enseignement confessionnel. Toutes choses qui ont fort peu à voir avec l’initiation, on en conviendra aisément…

16J’ai enfin décrypté les livres d’anciens « grands maîtres » et de certains membres du conseil d’administration de l’obédience pour lequel la revue Humanisme fait une publicité surprenante : de Patrick Kessel, Marianne je t’aime et de Ph. Guglielmi, Vive la République, ouvrages d’une médiocrité robuste comme aurait dit R. Musil. Mais ils sont caractéristiques d’un discours univoque, balisé et sans doute efficace au sens de slogan simplificateur ; car il s’agit bien d’ouvrages de combat mis à part l’aspect narcissique de leaders d’une société initiatique qui prétend apprendre à ses adeptes à lutter contre leur moi et maîtriser leur « ego ». On peut le formuler autrement : l’élite politique des sous-cultures coopère de façon conciliante avec le Centre tout en se servant des valeurs contribuant à leur mobilisation politique.

17Pour mener à bien cette politique, car c’en est une, le GODF organise des stratégies et des actions qualifiées d’extériorisation : la décision est complexe car théoriquement le Convent, organe souverain, donne les voies à suivre au Conseil de l’ordre de 33-35 membres élus pour trois ans. Dans les faits, épuisée par quatre voire cinq jours d’une convention annuelle réunissant plus de mille personnes, l’assemblée finit par voter n’importe quoi mais « démocratiquement » à mains levées. Les délégués des loges provinciales ne peuvent lutter contre la professionnalisation des apparatchiks parisiens : le marais est manipulé ou indifférent.

18Le GODF organise régulièrement des colloques publics. J’en ai retenu deux qui intéressent ce chapitre :

19Le premier, le 9 mai 1998, posait la question : « L’Europe sera-t-elle laïque ? » et fut l’occasion de la création d’un Observatoire international de la laïcité dont on a eu peu de nouvelles depuis. Le second, le 13 mars 1999, portait sur le problème des langues régionales où seuls les tenants du discours républicain orthodoxe ont pu se faire entendre, les frères corses en particulier ont fait l’objet de sérieuses discriminations.

20Par ailleurs, le GODF multiplie les réunions ouvertes au public et d’autres réservées aux francs-maçons, sur la laïcité, sur le voile islamique, sur l’Algérie et a lancé plusieurs offensives par voie de presse contre la venue du pape, contre le vote de crédits à l’enseignement privé confessionnel pourtant sous contrat. Les membres officiels de ces différents clubs tournent en France pour donner des conférences et diffusent toute cette littérature par les réseaux à la fois de la gauche plurielle et par les loges. Or certaines loges ont réagi violemment en précisant qu’elles n’avaient pas à être le relais de ces actions politiques et donc le clivage « souverainistes-fédéralistes » a fait l’objet de controverses bruyantes à l’intérieur de l’obédience à l’occasion de colloques ou des réunions régionales et nationales. Ce faisant il me semble que le GODF se trompe de cibles : je ne suis pas certain que la société civile attende de lui un engagement sur ce type de thèmes et je pense qu’il a autre chose à offrir dans un tout autre domaine. Le Kyujutsu, l’art martial du tir à l’arc, serait profitable à beaucoup pour comprendre quel est le but réel de toute action. Cette analyse en termes de science politique implique que je définisse mieux encore la société maçonnique à partir de ce qu’elle dit d’elle-même par rapport aux définitions canoniques de la sociologie des groupes. Ceux-ci organisent leur propre représentativité, participent à la direction sociale de l’historicité ou proposent de donner un sens à la société ou la collectivité concrète dans laquelle ils sont immergés. Sur ce plan, la Franc-maçonnerie est à la fois un mouvement social, un microcosme, une couche support de la classe régnante mais pas dominante ni hégémonique. Si elle est tout à la fois une secte au sens anthropoligico-religieux, une société initiatique secrète-discrète, une église de volontaires, elle est aussi un intellectuel organique et un groupe de pression moins comme lobby judéo-maçonnique qu’à travers les fraternelles regroupant les francs-maçons de toutes obédiences par métiers. Groupe de pression d’efficacité assez médiocre contrairement à une légende diffusée par ses ennemis et entretenue par ses membres, un club-service classique de type Rotary ou Lion’s et un club politique médiocre. En un mot, un conglomérat éclectique d’hommes trop humains hétéroclites sincèrement militants et arrivistes comme dans d’autres groupes de ce type. Elle est une communauté pneumatique anarchiste et une auberge espagnole : chacun y trouve ce qu’il n’y a pas mis. En ce qui me concerne, j’y suis resté pour des raisons spirituelles alors que j’y étais entré aussi pour militer politiquement. C’est à travers l’étude des confréries musulmanes que j’ai compris la véritable nature de cette ancienne société de pensée ! Il y a là une aporie du détour anthropologique qui légitime un travail de recherche sur cette partie de la société civile à la fois sous-évaluée dans sa réalité et surévaluée à travers les fantasmes qu’elle produit.

21Je précise ma position en l’affinant : il y a deux types de franc-maçonnerie y compris au sein du GODF ; l’une est archétypale, l’autre immanente. Celle qui a pour devise Liberté-Égalité-Fraternité et qui, exotérique, entend participer légitimement à la construction de la Cité idéale ; celle plus ésotérique, dont la devise est Force-Sagesse-Beauté, considère que pour construire le Temple de l’Humanité il faut d’abord construire son temple intérieur. Voltaire versus Joseph de Maistre si l’on veut ou, mieux, Spinoza et Kant versus la République des Jules. On peut, sans schizophrénie excessive, appartenir aux deux tendances qui parcourent d’ailleurs toute l’histoire maçonnique française avec des courbes diachroniques et synchroniques correspondant exactement à l’histoire de France. Sur ce plan le GODF est donc un… baromètre. Il faut donc le lire à travers son CONTENU discursif.

  • 5 En 1902 le GODF est chargé par le cabinet du ministère de la Guerre (Combes et André) de faire éta (...)

22Toute cette littérature et ce type d’actions peuvent être à première vue sympathiques. Or depuis quelque temps, le ton est plus virulent ; depuis l’OPA troskyste, disent certains vieux maçons. Il passe parfois à la dénonciation avec des amalgames abusifs : accusations de collaboration avec les néo-nazis contre les régionalistes, déligitimation systématique des intellectuels nuancés apportant un bémol sur la laïcité, sur l’Iran, l’Irak ou l’Algérie, retour à des pratiques staliniennes ou celles du temps de l’affaire des fiches5, censure des frères pas seulement corses, occupation systématique du terrain des médias, des meetings, colloques et conférences publiques, des éditoriaux des revues par quelques grands ténors. Tout ceci traduit un malaise et, en tout cas, un décalage complet entre les appareils, certains politiques parisiens et la réalité des loges surtout provinciales. La succession inhabituelle de six grands maîtres en cinq ans et les débats jetés sur la place publique font un peu désordre pour une société secrète, encore que cette crise du GODF me paraisse bien refléter celle de la société française. Au moment précis où certains partis politiques abordaient timidement la présence musulmane en France comme un fait et semblaient admettre le multi-confessionnalisme sinon le multiculturalisme comme une fatalité, les intégristes laïcs et les nationaux-républicains, repartaient en guerre contre le voile islamique et les langues régionales.

23Je propose de résumer ainsi la thématique du combat de base à travers ce discours clair et univoque tournant autour de ce que doit être, aux yeux de certains francs-maçons, la « vraie France » : une posture regrettant l’éclatement national et le mode d’intégration républicain. La République, objet mythique nostalgique et panthéonisé, est menacée par la tribu. La Nation est le dernier rempart contre l’ethnie et la barbarie. Le principal danger est constitué par le communautarisme et l’ethnicisation des banlieues et les forces de l’anti-France sont au service du Vatican. Certains francs-maçons sont épouvantés par tout ce que représente, à leurs yeux, le voile islamique. Le GODF reçoit ostensiblement les leaders du RCD algérien et l’ambiguë Khalida Messaoudi. Le modèle idéal est pour eux la Turquie. L’Algérie est « en voie de démocratisation ». La lutte de ces deux pays comme celle d’Israël et donc celle du GODF, est menée contre tous les obscurantismes surtout cléricaux.

24C’est en ce sens que je qualifie cette attitude d’intégriste puisque seule la dimension d’appartenance religieuse apparaît aux tenants de ce discours comme variable déterminante : mieux vaut des colonels pas très démocrates que des religieux au pouvoir. Mais il est rarement question de pétrole ou d’hégémonie stratégique. En renonçant à l’esprit d’analyse sur la signification du voile comme comportement intégrationniste par élargissement de l’espace public pour certaines jeunes femmes, ce que nous avons tous démontré dans la profession, le GODF s’enfonce dans une problématique contraire à ses propres valeurs originelles et surtout initiatiques. On sait que toute « l’affaire du voile » est partie d’un établissement dont le proviseur a été fêté comme un héros par les francs-maçons alors que la Ligue de l’enseignement a heureusement évolué depuis.

25Le GODF fait acte de politique puisqu’il prétend concourir à la production d’un sens, en concurrence avec les instances religieuses et politiques de la société française. Et il est bien un microcosme : comme dans la société française elle-même, il existe un décalage drastique entre ses institutions, ses représentants et la base des militants, des partisans, des membres, ce que j’ai pu constater dans l’enquête de terrain.

26Je précise que le système électoral de l’administration du GODF est de type pyramidal classique entre le modèle partisan et le modèle des échelons hiérarchisés de l’État français : par des procédures démocratiques, les loges, comme cellules de base, élisent leurs instances locales, régionales, nationales ; leurs délégués aux Congrès régionaux élisent les candidats à la direction centrale et la convention annuelle qui sert d’assemblée générale ratifie les élections et prend les décisions qui orientent la politique générale de l’obédience. Les mandats sont limités et non renouvelables ce qui est plutôt mieux que dans la société politique. En revanche les conseillers de l’ordre, c’est-à-dire les membres du conseil d’administration de l’obédience, ne sont pas élus au suffrage universel : or, ce sont eux en général qui prétendent le plus à la transparence démocratique…

Controverse et espérance

27L’enquête de terrain à partir de mon parcours dans les loges de province m’amène à nuancer mon propos hypothétique sur plusieurs points. Le premier est le plus important à mes yeux : lorsqu’on examine la liste des travaux des loges et pas seulement ceux mis en avant dans les bulletins officiels du GODF comme laboratoire d’idées, on est convaincu que cette obédience elle-même n’est pas un club politique mais bien une société de cherchants. La masse des productions des frères en loge porte sur la symbolique, sur les rites, sur l’histoire. Il est fort regrettable que tous ces petits travaux discrets ne fassent pas l’objet d’une exploitation au moins équivalente à ceux qui sont livrés au public. Ceux-ci sont généralement médiocres car la concurrence est rude avec les revues profanes. Par ailleurs, de nombreuses revues maçonniques sont clairement initiatiques et ésotériques, y compris les privées comme Le Maillon. Ce que je sais des travaux des autres loges dans d’autres obédiences vient encore renforcer ce point de vue.

28Certes la laïcité est conçue de façon quasi unanimiste par les frères interrogés : c’est la liberté absolue de conscience et la séparation des Églises et de l’État. Je peux soutenir que plus de 90 % m’ont répondu ainsi, mot pour mot. Mais là aussi nous sommes face à une dérive : la réponse attendue comme plus originaire, plus juste, aurait dû être la liberté absolue d’examen. Nous sommes en présence d’un problème que Georges Simmel avait soulevé : le général est-il « ce à quoi tous sont partie prenante plutôt que ce qui est commun à tous » ?

29En revanche, lorsqu’on affine un peu les réponses en ce qui concerne l’action, on trouve des nuances et des différences sur deux ou trois points : tout d’abord l’afflux des jeunes « Beurs » et même de musulmans pratiquants dans les loges de la périphérie fait que les francs-maçons provinciaux ne sont pas acharnés sur le problème du voile ; ils se posent la question mais n’en font pas un casus belli systématique. De même, certains d’entre eux mettent leurs enfants dans le système scolaire privé pour des raisons qui ne sont pas toujours catholiques et ils portent un jugement plus nuancé que l’officiel sur la laïcité à l’école. Les autres qui subissent le différentialisme à travers leurs enfants dans les écoles de la République se posent de sérieuses questions sur l’efficacité de l’intégration par celle-ci. Certaines réponses, dues sans doute à des situations difficiles en périphérie, peuvent même être interprétées comme une adhésion aux thèses de l’extrême droite. Les francs-maçons sont des hommes comme les autres !

30La tolérance religieuse semble avoir fait plus de progrès en province qu’à Paris et de nombreux francs-maçons acceptent la visibilité et l’égalité des nouveaux cultes, y compris les droits des musulmans en ce sens. Je suis d’ailleurs toujours surpris de réunir chaque fois plusieurs dizaines d’hommes et de femmes attentifs lorsque je fais une conférence sur la mystique musulmane, sur l’Émir Abdelkader franc-maçon, sur l’islam gallican sans jamais être attaqué sur la laïcité comme je l’ai été dans les revues officielles sus-citées. J’en tire la leçon générale qu’il existe un décalage certain entre l’idéologie proclamée des institutions maçonniques et la pratique des francs-maçons de base.

31Enfin sur le plan théorique et c’est la raison principale de mon accusation d’intégrisme contraire aux fondements mêmes de toute éthique maçonnique, le GODF fait une interprétation erronée de sa propre doxa : en prônant l’unité moniste de la République, il va contre toute l’histoire et les doctrines maçonniques qui sont fédéralistes et pluralistes : comme le proclame une sculpture sise dans le hall d’entrée du GODF : « Viens mon frère, ta différence m’enrichit. » Or certains pensent ouvertement : « Mais ce que tu as de mieux à faire, c’est de devenir le plus vite possible le même, comme moi », c’est-à-dire radical-cassoulet.

32Il m’a donc semblé utile d’apporter ce témoignage sur un groupe certes minoritaire par rapport au million de francs-maçons dans le monde et aux 40 000 membres du GODF. Ceux-ci appartiennent au haut de la classe moyenne avec une répartition à peu près équilibrée de gaullistes et de socialistes, de professions libérales et d’enseignants mais une sur-représentativité statistique de juifs et de protestants et une grande majorité d’athées stupides c’est-à-dire animés d’une conviction fondée non sur le doute méthodique mais sur l’ignorance ou le scepticisme. Ce groupe a une certaine influence dans la maintenance de la doxa républicaine. Mais qu’est-ce que l’influence ?

33Vaste question que la science politique ne résout pas clairement.

Notes

1 Extrait remanié d’un ouvrage à paraître aux éditions Dervy : La Franc-maçonnerie à venir : une voie pour l’Occident ?

2 Comme nous l’avons analysée avec R. Lafont et H. Giordan dans Le temps du pluriel, Éd. de l’Aube, 1999, à l’occasion du non-débat sur la ratification de la Charte européenne des langues minoritaires dans lequel le GODF a joué un rôle néfaste.

3 Cf. mes articles sur ce sujet dans l’Encyclopédie maçonnique, Paris, Le livre de poche, 2000.

4 Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1967, t. X, p. 64.

5 En 1902 le GODF est chargé par le cabinet du ministère de la Guerre (Combes et André) de faire établir des fiches pour s’assurer de la loyauté républicaine des officiers de l’Armée. Le scandale éclata à la Chambre en décembre 1904. Le convent du GODF approuva pourtant cette politique et c’est seulement aujourd’hui que quelques historiens critiquent cette position car elle produisit de bons résultats dans l’épuration de l’armée !

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540