Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La laïcité, une valeur d'aujourd'hui ?

 | 
Jean Baudouin
, 
Philippe Portier

Troisième partie. Inflexions doctrinales

12. La Ligue de l’enseignement depuis les années 1980 : nouvelle réflexion sur la laïcité et position dans l’espace politique

Yves Palau

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Au sens donné à cette notion par Charles Tilly qui souligne la dimension rationnelle et tactique d (...)
  • 2 Culture politique à considérer ici sous l’angle d’un rapport à l’espace public valorisant l’engage (...)

1Depuis sa création en 1866, la Ligue de l’enseignement a constamment placé la laïcité au centre de son socle idéologique en l’associant à la promotion des valeurs républicaines. Dans cette perspective, les discours officiels de la Ligue ont souvent mis en avant une définition globale de la laïcité en prenant garde, le plus fréquemment, de ne pas la réduire au champ scolaire et de lui donner une dimension plus philosophique ou morale que strictement opératoire. Cela ne signifie pas qu’elle renonce à toute forme de combat mais qu’elle fait de celui-ci une simple modalité d’action, utilisée dans les cas d’extrême nécessité, au sein d’un « répertoire d’action collective1 » plus large qui tend plutôt à privilégier l’influence sur les pouvoirs publics notamment par la production de « discours » auprès des institutions, des intellectuels et de l’opinion publique. Cette démarche conduit la Ligue à privilégier une vision consensuelle de la laïcité. Elle a pour objectif pratique de permettre le rassemblement d’un maximum de républicains, qu’ils soient athées, agnostiques, théistes, déistes ou croyants en des religions révélées autour de la laïcité et de la république et naturellement aussi au sein de la Ligue. Ainsi prend-elle soin d’être identifiée à l’ensemble du camp républicain, même si ce terme correspond beaucoup moins aujourd’hui à un courant d’idées précis qu’à la fin du XIXe siècle. Ce rassemblement apparaît tout à la fois comme la condition de l’influence de la Ligue dans la société et la traduction de la culture politique de ses membres2. Ainsi la laïcité représente-t-elle à la fois pour la Ligue une ressource dans une stratégie d’occupation de l’espace politique pouvant impliquer des tactiques changeantes, une représentation commune pour ses adhérents, sorte de dénominateur commun, plus ou moins important selon leurs origines et selon les périodes ainsi qu’une construction idéologique sans cesse remaniée et ré-articulée en fonction de la perception que les Ligueurs se font de l’évolution de la société et de la place qu’ils entendent y tenir.

  • 3 Au sens donné à cette notion par Pierre Muller, Les politiques publiques, Paris, PUF, 1994.

2Ces trois dimensions, loin d’être divergentes, se rejoignent en fait pour développer une conception de la laïcité compatible avec le positionnement de la Ligue dans l’espace politique. Cette place est d’ailleurs originale et même probablement unique. La Ligue est à la fois conceptrice et entrepreneuse en idéologie – républicaine – mais aussi gestionnaire pour le compte de l’État et des collectivités locales d’un grand nombre d’activités de loisirs ou culturelles, développant ainsi un rôle non négligeable dans le domaine de l’économie sociale : elle n’est donc pas un « pur » laboratoire d’idée – en existe-t-il ? – mais d’une part une gestionnaire de services publics par délégation et d’autre part une productrice de « référentiels en politique publique3 ». Nous mettrons ici davantage l’accent sur ce dernier point, mais la dimension gestionnaire de la Ligue est de toute première importance pour comprendre les ressources (historique, militante, gestionnaire, notamment) dont dispose cette organisation et les contraintes qui lui sont imposées.

Depuis les années 1980 : l’action en faveur d’une « hégémonie culturelle et idéologique4 » de la laïcité

Des conceptions de la laïcité étroitement dépendantes des configurations politiques

  • 5 Parmi les ouvrages parus ces dernières années : Jean Baubérot, Vers un nouveau pacte laïque ?, Par (...)
  • 6 Pierre Macherey, « Philosophies laïques », art. cit., p. 21.

3La laïcité a fait l’objet d’un très large regain d’intérêt ces dernières années5. La plupart des travaux soulignent son caractère extrêmement composite. La laïcité apparaît en effet tour à tour dans sa dimension philosophique, juridique, pédagogique, sociale, religieuse et peut relever d’une démarche descriptive ou normative. En définitive, la laïcité est une matrice idéologique qui peut donner lieu à des positions et à des convictions assez différentes quand elles ne sont pas antagoniques comme ont pu le montrer des polémiques récentes autour de la conduite à tenir par les établissements scolaires vis-à-vis d’élèves porteurs d’insignes religieux ou qualifiés comme tels. Se référer à la laïcité conduit donc à opérer un choix entre ces différentes acceptions ou tout au moins à les hiérarchiser en fonction de convictions fondamentales mais aussi de configurations plus conjoncturelles et de choix tactiques. Pierre Macherey souligne à quel point « la laïcité est surtout une idéologie de compromis. Elle tente d’effectuer la synthèse entre les tendances opposées de la société démocratique, telle qu’elle s’est péniblement instaurée en France, à partir des modèles proposés par Robespierre, Napoléon et Guizot : jacobinisme, césarisme, libéralisme6 ». Cette matrice permet un assez large choix quant aux composantes de la laïcité sur lesquelles il est décidé de mettre l’accent. Il est clair que les implications ne sont pas les mêmes selon que l’on choisisse de « porter le fer » sur l’école et la nécessité d’un grand service public unifié supprimant toute forme d’enseignement privé, que l’on privilégie la dimension pluraliste de la laïcité insistant sur la nécessité d’un dialogue avec les religions, ou que l’on fasse d’elle un repère pour penser les valeurs républicaines dans la France aujourd’hui.

  • 7 Jean Baubérot, « Les paradoxes de la laïcité 1945-1980 », Histoire de la laïcité, op. cit., p. 285
  • 8 L’effort mené à cette époque par certains catholiques de la revue Esprit pour faire partager une c (...)

4De la Libération à la fin des années 1970 les défenseurs de la laïcité et notamment la Ligue ont eu tendance à réduire son champ à l’école et plus précisément à celui de l’attribution des fonds publics à l’enseignement privé. Une des explications de cette réduction du concept de laïcité à un micro-champ est probablement, comme le précise, Jean Baubérot, la forte influence de l’idéologie marxiste au sein de la gauche : « Alors que les lois laïques de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle faisaient de la laïcité le fondement même du pluralisme, celui-ci fut perçu au milieu du XXe siècle comme nocif7. » Pour une majorité de militants classés à gauche à cette époque, la laïcité est considérée principalement comme un outil de combat contre les religions et contre les cléricalismes. Pour la gauche marxiste, elle est une pièce un peu désuète d’un combat beaucoup plus large contre la société capitaliste. À certains égards, la laïcité associée aux combats pour la République de la fin du XIXe siècle est même objet de suspicion de la part des plus révolutionnaires qui voient en elle une tentative de synthèse interclassiste dangereuse dans un schéma de lutte des classes8. La gauche non marxiste, notamment les radicaux-socialistes et certains militants de la SFIO, ne rend pas un meilleur service à la laïcité en l’utilisant à des fins purement rhétoriques adaptées aux discours de congrès sans l’analyser dans toutes ses virtualités politiques, ce qui aurait impliqué une relecture dans le contexte de l’après-guerre. À cette époque, la laïcité est donc menacée soit d’obsolescence soit de réduction au champ scolaire. Dans ce contexte, la Ligue se centre sur ses activités gestionnaires d’œuvres périscolaires ou postscolaires. Ses interventions au nom de la laïcité se font alors le plus souvent en réaction à des projets politiques et notamment aux votes des lois Marie-Barangé et Debré. Signataire, en septembre 1955, du programme minimum du Comité national d’action laïque qu’elle a fortement contribué à constituer, la Ligue réduit son action en faveur de la laïcité à l’école et à l’action revendicative en demandant l’application « stricte » de la loi de 1905 à tous les territoires français et l’abrogation des lois attribuant des bourses publiques aux élèves des écoles privées ainsi que celles permettant l’octroi de subventions aux établissements d’enseignement privé par les collectivités locales. L’identité des cosignataires confirme ce positionnement dans le strict champ scolaire : la Fédération de l’Éducation nationale, le Syndicat national des instituteurs et la Fédération nationale des conseils de parents d’élèves.

  • 9 Jean-Paul Martin, La ligue de l’enseignement et la République. Des origines à 1914, thèse de docto (...)
  • 10 Ibid., p. 69.

5A contrario des conceptions prévalant au cours de ces années, le mouvement de réflexion et de débat engagé par la Ligue depuis les années 1980 semble marquer un assez net infléchissement en faveur d’une référence marquée aux fondateurs. Certes, toute entreprise de rénovation idéologique s’accompagne d’une rhétorique sur la nécessité d’un « retour aux sources » et la fidélité aux « grands ancêtres », cette référence à la tradition étant censée légitimer un changement par ailleurs toujours quelque peu déstabilisant. Mais en l’occurrence, il semble bien que cette référence aux origines puisse être prise au sérieux dans la mesure où elle semble être portée par un projet politique analogue à celui qui prévalait à la fin du XIXe siècle. La recherche menée par Jean-Paul Martin sur la Ligue apparaît à cet égard éclairante. Il a en effet montré l’originalité de cette structure née de « l’une de ces formules médiatrices destinées à suppléer le manque d’un vrai parti républicain organisé à l’échelle du pays9 » et des hésitations à définir « son rôle à l’intérieur de l’espace social républicain10 ».

  • 11 Il est à ce titre intéressant de voir que la réflexion la plus approfondie sur la République sera (...)

6Le contexte des années 1980 qui n’est pas sans ressemblance avec celui de la fin du XIXe siècle est profondément différent de celui qui prévalait dans les années 1970. Il a, en fait, évolué sous la conjonction de plusieurs facteurs : dans le domaine des idées, on constate un déclin assez rapide de l’emprise du marxisme au sein de la gauche, corrélé avec celui du Parti communiste sur le plan électoral et alimenté notamment par la critique antitotalitaire qui prend à la fin des années 1970 une plus grande ampleur médiatique. La « démarxisation » du Parti socialiste se produit aussi rapidement dans la mesure où l’exercice du pouvoir à partir de 1981 accentue son pragmatisme et l’éloigne de toute idée de rupture avec le capitalisme. Dès lors, l’idéal républicain, dans ce qu’il peut avoir de plus consensuel, comme ses références à la liberté, l’égalité et la fraternité, fournit une assise commode, peut-être pas idéologique mais certainement culturelle, pour donner une identité au Parti socialiste et progressivement à l’ensemble de la gauche11. Sur un plan plus conjoncturel, la défaite du projet de grand service public unifié de l’éducation nationale va accélérer chez ses partisans la prise de conscience de l’urgence d’une réflexion à nouveau frais sur la laïcité. Il importe toutefois de ne pas exagérer sa portée dans la décision de repenser la laïcité. Certes, cet échec souligne la capacité de mobilisation des partisans de l’enseignement privé et donc l’importance du combat à mener pour la Ligue. Mais cet épisode illustre aussi les dangers que recèle pour la Ligue une identité laïque réduite au champ scolaire. Danger qui n’aurait pas été moindre avec le vote de ce projet de loi car il aurait rapidement signifié la disparition d’un facteur de mobilisation. Aussi n’est-ce pas après la défaite de 1984 que sera lancée cette réflexion, même si elle s’en trouvera accélérée, mais dès la victoire électorale de François Mitterrand en 1981.

7Dans ce contexte général favorable à une relecture de la pensée républicaine la Ligue va relancer sa réflexion. La forme que va prendre celle-ci est inséparable de la stratégie globale de la Ligue : quel rôle veut-elle jouer, quelle place veut-elle avoir dans la vie politique, quels types de relations avec les partis politiques ? En fonction des types de réponses apportées à ces questions, la forme que prendra la laïcité telle qu’elle est défendue par la Ligue sera adaptée. Encore est-il clair que la Ligue n’est pas entièrement maîtresse de son choix et que celui-ci dépend pour partie de l’état de la vie politique et des rapports de force qui la traversent.

Une laïcité à la dimension d’un projet de société

  • 12 Il sera membre de plusieurs commissions de la Ligue. Son ouvrage Vers un nouveau pacte laïque ?, o (...)
  • 13 Jean Baubérot, Vers un nouveau pacte laïque ?, op. cit., p. 180.

8Le sens global que l’on peut donner à cette entreprise de mobilisation idéologique telle qu’elle est accomplie depuis le début des années 1980 est exprimé par Jean Baubérot, par ailleurs très lié aux travaux de la Ligue12 en ces termes : « Un des enjeux de la dernière décennie du siècle est la (re)constitution d’un grand ensemble laïque diversifié qui puisse prendre en charge de façon consciente la gestion symbolique de la démocratie13. » Cette entreprise est donc de grande ampleur et implique pour la laïcité la sortie du champ scolaire en même temps qu’un positionnement à part entière de la Ligue dans l’espace politique.

  • 14 Résolution finale de l’assemblée générale de la Ligue à Montpellier adoptée le 5 juillet 1982, Laï (...)

9Cette entreprise commence presque imperceptiblement à l’assemblée générale de la Ligue qui se tient à Montpellier en juillet 1982. Dans le contexte de la victoire de la gauche et alors que la création d’un grand service public unifié de l’éducation nationale peut être considérée comme acquise, la Ligue adopte une position passée à l’époque relativement inaperçue et qui tranche avec toute attitude de revanche contre l’enseignement privé, notamment les établissements confessionnels. Deux gestes importants sont faits en leur direction. Le premier est une proposition de dispenser un enseignement sur les religions « dans le respect des principes de la laïcité » et de rendre possible la collaboration « de personnels volontaires pour s’associer à cette œuvre éducative élargie », donc potentiellement des clercs. Le second geste est de permettre « l’utilisation particulière des locaux scolaires à la demande et sous la responsabilité de l’un des partenaires du Service public d’éducation14 » ce qui permet le développement d’activités cultuelles à l’initiative d’associations de parents d’élèves. La Ligue tente ainsi d’amortir le choc que pourrait représenter pour l’enseignement privé son intégration dans le service public et d’éviter que ne se rallume la « guerre scolaire ». On sait ce qu’il en fut mais cette attitude consistant à choisir au sein du large éventail des positions possibles celle qui s’inscrit dans une conception pluraliste de la laïcité, sera reproduite et largement amplifiée dans le contexte différent de l’après 1984.

  • 15 Sur les principales manifestations de la Ligue, voir la chronologie établie par G. Gauthier in His (...)
  • 16 M. Morineau, Laïcité en débat. Introductions à 1989, Paris, LFEEP, 1986, p. 5.

10La préparation du bicentenaire de la Révolution française fournit l’argument du lancement d’une réflexion approfondie sur la laïcité débouchant sur un véritable aggiornamento de la Ligue. Depuis 1985, la Ligue multiplie les réflexions collectives et les débats publics sur la laïcité avec des intellectuels laïcs et des clercs15. Ce large débat permet ainsi un échange entre Michel Morineau, secrétaire national de la Ligue et 1 500 aumôniers à la Mutualité le 2 novembre 1988 ou l’invitation de représentants de l’Épiscopat en février 1989 à l’occasion de journées d’études décentralisées organisées par la Ligue. Il ne s’agit pas là seulement de mesures d’apaisement ou de gages donnés aux Catholiques pour tenter de dépasser la crise de 1984 mais de créer les conditions d’un élargissement du registre de la laïcité avec cette ambition officiellement affirmée : « La Ligue a décidé d’offrir à la République un nouveau “contrat laïc” pour le progrès social et intellectuel de notre société16

  • 17 Ibid., p. 7.
  • 18 Ibid., p. 13.

11M. Morineau est l’un des principaux acteurs de ce projet. Il est le rapporteur du débat interne ouvert à partir de 1983 qui débouche sur un rapport intitulé « Laïcité en débat. Introductions à 1989 », présenté au congrès de Lille en 1986. Stratégiquement, l’accent est mis sur l’histoire de l’idée laïque, prenant en compte le temps long et qui la fait remonter au début du XIXe siècle. Ce choix permet au rapporteur de justifier l’idée d’une laïcité préexistante à la question scolaire et même à la question religieuse, en permanente évolution, une manière de montrer qu’elle n’est pas « monolithique », qu’elle est « au contraire complexe » et surtout qu’« elle nous autorise à penser que le concept, pour vivre, doit sans cesse être remis en question17 ». Ce détour par l’histoire est donc essentiel, notamment auprès des adhérents de la Ligue en ce qu’il met en perspective la laïcité et permet de légitimer une entreprise de redéfinition. Il s’agit en effet plutôt que d’opérer un simple travail d’adaptation à un nouveau contexte de bâtir à travers la laïcité une conception de la société en cohérence avec le positionnement de la Ligue. Par cette entreprise historienne, la Ligue revendique sa place dans une filiation et une tradition intellectuelles qui sont celles des philosophes des Lumières, du mouvement encyclopédiste, de la pensée républicaine dans sa diversité avec Buisson, Gambetta, Bourgeois, Jaurès, tout en tentant cette synthèse : « La laïcité du XXe siècle se reconnaît-elle dans cette oscillation harmonieuse entre Jaurès et Alain, entre la république sociale et la république intime18 ? » La forme interrogative du propos ne doit pas tromper : c’est au fond tout l’espace de la tradition républicaine qui est revendiqué par la Ligue. Le choix opéré au sein des différentes conceptions de la laïcité, l’accent mis sur le pluralisme, doivent permettre à la Ligue de se poser en rassembleuse du camp républicain, à partir d’un certain nombre d’affirmations ou de prises de position philosophiques, idéologiques et politiques suffisamment générales pour fédérer de nombreuses sensibilités tout en permettant en retour de définir et de circonscrire un « adversaire ». Dès lors les positions intellectuelles ont une dimension essentiellement stratégique ou tactique pour la Ligue.

  • 19 Ibid., p. 17. M. Morineau cite Edgar Morin, Pour sortir du XXe siècle, Paris, Seuil, 1981, p. 109.

12Il en est ainsi notamment lorsque le rapport affirme la nécessité de bâtir des outils conceptuels adaptés à la « complexité » du monde et se réfère pour cela aux travaux d’E. Morin. Il fait sienne les préventions du philosophe à l’égard de ces mots « qui n’expliquent plus rien tels que droite/gauche, capitalisme/socialisme, démocratie/totalitarisme, institution/pluralisme, etc.19 ». Parallèlement, l’action de la Ligue est appelée à suppléer les carences d’outils conceptuels jugés inadaptés à l’évolution du monde : la Ligue devrait concevoir ce que serait la culture de base à l’avenir, se « prononcer enfin sur les contenus d’enseignement » et lancer un certain nombre d’initiatives par la création de cercles de pensée. Ainsi naîtront les cercles Condorcet en janvier 1987. Le domaine des idées est clairement conçu dans sa dimension stratégique et politique : il s’agit de contrer d’autres entreprises idéologiques comme la Fondation Saint-Simon dont l’objectif est d’exhumer la pensée libérale :

  • 20 Ibid., p. 13.

« Il faut donner à la recherche historique sur l’histoire de l’idée laïque les moyens de se développer. Recenser des thèses, en susciter, les publier… Les héritiers spirituels de Condorcet et de Quinet ne peuvent tout de même pas faire moins que ceux qui se disent, même parfois à tort, les héritiers de Tocqueville ; le débat d’idées se joue aussi sur leur histoire20. »

  • 21 Ibid., p. 30.

13Pourtant la transformation la plus radicale du contenu de la laïcité opérée par la Ligue se fait sur le plan idéologique. La Ligue change sur ce point d’adversaire principal : elle marque son rejet des théories néo-libérales et de leur application par R. Reagan et M. Thatcher que M. Morineau qualifie de « nouveau cléricalisme » et de « nouvel obscurantisme21 » et auquel le militantisme laïc doit s’opposer. De manière extrêmement claire, M. Morineau et à travers lui, la direction de la Ligue substitue le néo-libéralisme à l’Église catholique comme principal adversaire :

  • 22 Ibid., p. 28.

« Quelle est l’idéologie qui menace le plus les grands principes fécondant la laïcité ? Par qui l’égalité de droit des citoyens devant l’éducation, la santé, l’information, etc., est-elle la plus mise en péril ? La menace la plus perverse de cette fin de siècle, au moins dans notre partie du monde, est sans doute la doctrine néolibérale telle qu’elle a été mise au point dans les laboratoires de la nouvelle droite22. »

  • 23 Ibid., p. 21.
  • 24 Ibid.

14Symétriquement, le chapitre consacré aux religions, même s’il évoque le danger que peut représenter l’intégrisme fournit d’abord l’occasion d’un « réexamen23 » des analyses de la Ligue. Certes les positions des Ligueurs ne sont pas toutes convergentes et le rapporteur évoque même leurs aspects « contradictoires » mais il n’en affirme pas moins : « Oser affirmer que l’Église catholique, pour la Ligue en 1986, n’est plus l’adversaire irréductible ne va pas sans risque ! Le problème n’est plus le même, nous avons changé, l’Église, la foi, l’exercice religieux ont changé et il convient, par conséquent, de procéder à un examen actualisé de la situation24. » Mais le propos du rapporteur est plus ample encore car il suggère une véritable réorientation stratégique impliquant un changement d’alliance. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit de faire passer les relations avec les Églises et surtout avec les catholiques, de l’opposition plus ou moins vive, en fonction des circonstances, au statut d’allié potentiel sur la base d’un adversaire commun :

  • 25 Ibid., p. 22.

« Nous avons avec les religions et la religion catholique en particulier, des interrogations communes que nous pourrions approfondir par un dialogue ouvert. Ces interrogations concernent par exemple, l’investissement de plus en plus important de l’espace public par une “libérale-bureaucratie”, ou la défense des droits de l’homme ou encore l’inquiétude devant certaines idéologies dangereuses pour la démocratie, voire la multiplication de sectes portant atteintes à l’intégrité physique et morale de leurs adeptes25. »

  • 26 Ibid., p. 24.

15Hostilité redoublée aux « excès » du capitalisme et insertion dans la philosophie des droits de l’homme sont effectivement des thèmes partagés avec l’Église catholique. En ajoutant habilement un adversaire commun, les sectes, le rapporteur trace en fait un possible espace partagé d’action et en tout cas prend date pour « l’organisation d’une conférence nationale avec toutes les églises de France26 ».

  • 27 Ibid., p. 26.
  • 28 Ibid., p. 27.

16Dans le champ d’intervention plus directement politique, M. Morineau énonce un certain nombre de valeurs qui lui semblent devoir être constitutives de la société française. À ce titre, il s’écarte d’une certaine conception « jacobine » de la nation, de la citoyenneté et du rôle de l’État : « L’union historique de la nation n’est plus menacée et nous sommes aujourd’hui attentifs aux revendications identitaires. » La ligue rejette toute forme d’assimilation-fusion et au nom d’une certaine conception de la laïcité revendique au-delà du simple respect des différences « une valorisation de la diversité et du pluralisme culturel ». « La laïcité doit penser une voie nouvelle dont l’interculturalité – c’est-à-dire l’organisation du brassage, la communication, l’utilisation de la porosité des cultures – est sans doute une des hypothèses27 ». De même dans ce rapport, M. Morineau prend-il ses distances vis-à-vis du « modèle français » reposant sur la concordance entre nationalité et citoyenneté. Il propose la disjonction entre ces deux concepts de manière à permettre le cumul d’une citoyenneté européenne avec une nationalité française et une identité de nature régionale28. La Ligue invite également à une nouvelle réflexion sur le rôle de l’État qui la place clairement en partenaire de celui-ci et dans un paragraphe intitulé « Le territoire de compétences de la Ligue », M. Morineau évoque en filigrane le rôle que pourrait tenir cette organisation :

  • 29 Ibid., p. 33.

« Il devient possible de concevoir (peut-être ?) que les associations qui concourent selon les règles, aux missions de service public dans le domaine de l’éducation, de la culture, de la formation, etc., soient le tissu constitutif et contractualisé d’un service public “autrement”. Un service public qui coordonnerait (fonction politique au sens large) l’action des entreprises publiques et des associations (ou société à but non lucratif) chargées de mission29. »

17Le vieil idéal d’un secteur associatif rénovateur d’un service public que l’État a par ailleurs de plus en plus de mal à assumer se retrouve tout entier dans cette formule et les domaines énoncés, éducation, culture, formation, énumérés par ailleurs de manière non limitative, dessinent les contours d’une intervention globale.

18Un semblable souci d’intervenir dans l’espace politique en conjuguant les dimensions idéologiques – ce que doit être la société – et tactiques définissant les modes d’intervention de la Ligue se retrouve en permanence dans les différentes étapes qui vont dès lors marquer la vie de cette organisation. Les assemblées générales et congrès de Toulouse (1989), Nantes (1992) et Nancy (1998) donnent l’occasion d’approfondir ces différents aspects qui mériteraient une analyse plus développée. Ils témoignent tous d’un véritable transfert de la thématique laïque : d’un combat pour l’école publique la Ligue passe à un combat pour les solidarités. En cela, la Ligue renoue en quelque sorte avec ses origines : la liberté de conscience tenait pour les fondateurs de la Ligue au XIXe siècle la même place que la solidarité aujourd’hui. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’un thème rassembleur et mobilisateur pour plusieurs courants d’idées hétérogènes par ailleurs sur les plans politique ou économique. Il incarne le choix d’une position éthique permettant en outre de désigner un adversaire « illégitime » car « immoral ». Il est à ce titre intéressant de noter tout à la fois la désignation imprécise de l’adversaire – le « néolibéralisme » qui n’est donc pas confondu avec le libéralisme – et le choix d’exemples étrangers à l’appui de la démonstration. Cette mutation est parfaitement assumée par Jean-Louis Rollot, secrétaire général, au congrès de Toulouse qui prend soin de lier la référence historique à la laïcité avec les enjeux actuels pour la Ligue :

  • 30 87e congrès de la LFEEP, Toulouse, allocution de M. J.-L. Rollot, secrétaire général, séance de cl (...)

« La laïcité implique une lutte constante pour la dignité de chaque individu, contre les exclusions et les injustices. […] Alors que les séparations d’hier étaient fondées sur des lignes de partage entre ceux qui croyaient et ceux qui ne croyaient pas, il y a d’autres lignes de partage, aujourd’hui, plus graves. Croyants et incroyants, réunis dans une laïcité fondée sur cette double quête de la démocratie et de la solidarité, nous devons être au coude à coude, actifs, pour refuser les exclusions intolérables et, pour relever, ensemble, le défi. Ensemble, nous entendons poursuivre les dialogues engagés, et je souhaite que nous traitions tous nos partenaires des différentes religions avec la même dignité et la même reconnaissance30. »

Une laïcité au service d’une stratégie de participation à l’espace public

Le retour à une centralité par la mise en place de référentiels de politique publique

  • 31 Bruno Jobert, « Représentations sociales, controverses et débats dans la conduite des politiques p (...)

19La Ligue n’est pas seulement une structure militante, pourvoyeuse d’idées et animatrice d’un mouvement d’opinion mais nous semble-t-il aussi un acteur tentant de jouer un rôle majeur dans le processus de construction de plusieurs politiques publiques. L’évolution de l’idée de laïcité peut ainsi être analysée comme le signe de l’élargissement de la palette des politiques publiques sur lesquelles la Ligue souhaite intervenir. À cet égard les outils heuristiques élaborés notamment par P. Müller et B. Jobert offrent un éclairage pertinent pour comprendre le rôle de la Ligue et sa place dans le champ politique. Il s’agit en effet pour elle de participer à cette « opération de définition sociale de la réalité31 » qui conditionne le processus d’élaboration des politiques publiques à travers la notion de référentiel.

20B. Jobert donne au référentiel trois dimensions « combinées » :

  • 32 Ibid., p. 220-221.

« – Une dimension cognitive ; les référentiels donnent les éléments d’interprétation causale des problèmes à résoudre ;
– Une dimension normative ; ils définissent les valeurs dont il faudrait assurer le respect pour le traitement de ces problèmes ;
– Une dimension instrumentale ; les référentiels définissent les principes d’action qui doivent orienter l’action en fonction de ce savoir et de ces valeurs32. »

21La conception de la laïcité défendue et présentée par la Ligue permet à celle-ci de jouer un rôle global dans l’élaboration de certains référentiels de politique publique dans la mesure où, d’une part, elle tente de conjuguer les trois dimensions – cognitive, normative, instrumentale – évoquées par B. Jobert, et où d’autre part elle l’élargit à un véritable projet de société lui permettant d’intervenir simultanément sur plusieurs politiques publiques (immigration, citoyenneté, culture, médias, politique de la ville, aménagement du territoire) et non sur les seules politiques d’éducation. À cette palette de domaines d’intervention permise par une acception large du concept de laïcité, s’ajoute une possibilité de jouer sur plusieurs options au sein d’un répertoire d’action collective passablement élargi : de la revendication à la cogestion en passant par la mobilisation des élus locaux et l’action d’influence auprès de l’administration et des parlementaires relayée ou non par un grand nombre d’intellectuels.

  • 33 Laïcité et islam en France Rapport d’étape d’une commission de travail de la Ligue de l’enseigneme (...)
  • 34 Pierre Muller, op. cit., p. 60.
  • 35 Voir également sur ce sujet Andy Smith, « Les idées en action : le référentiel, sa mobilisation et (...)
  • 36 La Ligue tient ainsi une position très nuancée mais aussi un peu floue vis-à-vis des différentes a (...)
  • 37 Pierre Muller, op. cit., p. 60.
  • 38 Ibid.
  • 39 Laïcité et islam en France…, op. cit., p. 46.
  • 40 Ibid., p. 6.

22La manière dont la Ligue conduit sa réflexion sur l’Islam illustre cette pluralité revendiquée dans les champs et les modes d’intervention. Inaugurée par un colloque en 1986 intitulé Laïcité et Islam, prolongée en 1992 par un colloque itinérant sur le monde méditerranéen, la réflexion est ensuite approfondie et pérennisée par la mise en place d’un groupe de réflexion sur ce thème à partir de la fin 199633. Ce groupe permet de rassembler des responsables religieux, des universitaires et des membres de la Ligue dont certains exercent également des fonctions au sein des administrations centrales des ministères de l’Intérieur ou de l’Éducation nationale. Par sa composition pluraliste, par les nombreuses auditions qu’elle organise, ce groupe de travail permet à la Ligue de tenir un rôle de « médiateur34 » en combinant les dimensions intellectuelles et le champ de pouvoir dans le processus d’élaboration et de mise en œuvre de politiques publiques35. Les propositions de la commission restent prudentes à l’image du rôle plutôt consensuel que la Ligue souhaite tenir mais aussi des divergences qui peuvent survenir entre ses membres36. Elles manifestent toutefois une volonté de participer « au processus de construction d’une vision du monde37 » en créant un centre de ressources sur l’intégration de l’Islam et des musulmans et de diffuser cette vision par le développement de modules de formation en direction des élèves des IUFM, des enseignants, des élus locaux et des travailleurs sociaux. Elles témoignent également d’une volonté de faire accepter selon la formule de P. Muller « son leadership au sein du système et sa place centrale dans le processus politique38 » en envisageant de s’associer avec la Ligue des droits de l’homme pour mener des actions, en organisant des réflexions collectives et en lançant des « avertissements ou des actions juridiques39 ». Mais le choix d’une appréhension globale de l’Islam, dans ses dimensions philosophique, religieuse et sociale permet également d’élargir le champ d’intervention de la Ligue. Il ne s’agit pas, en effet, seulement d’établir un dialogue avec cette religion comme il en existe avec les autres mais d’élaborer un cadre cognitif opératoire pour intervenir dans les champs social et politique. Ce cadre doit permettre de réfléchir aux problèmes liés à l’« assimilation politique » dans la République des Français musulmans et à l’intégration du « culte musulman dans l’ensemble des procédures qui organisent en France, depuis 1905, les relations entre les Églises et l’État. » Cette intégration est pensée et évoquée en terme « politique » et non comme étant une « question religieuse40 ».

  • 41 Ibid., p. 7.
  • 42 Réunion plénière du cercle de Paris, le 14 janvier 1997.
  • 43 Réunion plénière du cercle de Paris, le 10 avril 1997.
  • 44 Réunion plénière du cercle de Paris, le 10 mars 1998.
  • 45 Réunion plénière du cercle de Paris, le 10 février 1997.
  • 46 Réunion plénière du cercle de Paris, le 16 octobre 1996.

23La réflexion sur l’Islam constitue en fait une clef avec laquelle la Ligue peut aborder des thèmes qui lui sont traditionnels tels que l’éducation, la citoyenneté, la République, la démocratie, le pluralisme culturel, tout en les inscrivant dans une perspective renouvelée, sous l’angle de politiques publiques aussi diverses que celles portant sur l’intégration, la ville ou l’emploi. L’Islam permet aussi indirectement à la Ligue d’aborder les relations internationales dans la mesure où « les jeux politiques internationaux comme les stratégies des États obéissent à des calculs ou à d’obscurs intérêts, dont l’islam est l’instrument ou la monnaie d’échange41… » Ce choix d’une appréhension très large du thème de l’Islam en France n’est pas une démarche exceptionnelle au sein de la Ligue. Elle illustre plutôt une volonté plus large de participer à la structuration du débat politique dans ses nombreux aspects. Les cercles Condorcet dépassent également, par les thèmes qu’ils abordent, les centres de préoccupation traditionnels de la Ligue : la santé publique42, l’entreprise43, la construction européenne44, les médias et la démocratie45 et même en 1996, thème directement politique, les possibilités d’une « véritable » alternative politique en France au-delà des possibles alternances de majorités46.

  • 47 31 % s’y engageraient à titre personnel, 37 ne s’y engageraient pas et 12 % ne se prononcent pas. (...)
  • 48 Ibid., p. 162.

24Il est bien entendu difficile de mesurer les effets de ce travail intellectuel, mais il est possible de cerner les moyens mis à sa disposition et notamment certaines connexions établies par la Ligue avec les milieux intellectuels et politiques : tout d’abord, les cercles Condorcet tiennent un peu de ces deux dimensions dans la mesure où on y compte de nombreux hauts fonctionnaires et membres de cabinets ministériels aux côtés d’intellectuels, universitaires ou non, et de journalistes. Sur 130 membres du cercle de Paris, on a pu dénombrer, en 1997, près de quarante enseignants ou chercheurs, une vingtaine de hauts fonctionnaires ou membres de cabinets ministériels, une quinzaine de responsables d’associations, une dizaine de cadres ou de dirigeants d’entreprises, plus d’une dizaine de journalistes et quelques élus nationaux. La Ligue souhaite par ailleurs renforcer son rôle d’interface entre réflexion et action politique en développant des relations avec les élus nationaux : elle projette la création à très court terme d’une amicale des parlementaires de la Ligue sur le modèle de celle qui existait au début du siècle et qui était parvenue à rassembler 150 députés et sénateurs. L’idée est là encore d’établir une relation avec les élus de manière informelle, sans inféodation de part et d’autre et procédant par capillarité. Pourtant l’insertion de la Ligue dans les processus d’élaboration des politiques publiques ne se circonscrit pas au plan national. La Ligue privilégie en fait plutôt l’espace local sur lequel elle est d’ailleurs directement en prise. Les 30 000 associations à jour de leur cotisation à la Ligue (regroupant 2,5 millions d’adhérents de tous âges, 15 000 salariés à plein temps) constituent une véritable force qui voit son champ d’intervention encore élargi par la décentralisation. Certes, ces associations sont loin de constituer de simples rouages de la Ligue auxquels il suffirait de « donner des ordres » et leurs relations ne sont pas établies sur un modèle « centre-périphérie ». Une récente étude a même montré le caractère très lâche de leurs liens avec la structure fédérale : seuls 20 % des responsables associatifs s’affirmaient prêts à engager leur association sur des problèmes de société au sujet desquels la Ligue se mobiliserait47 et 22 % seulement déclarent savoir que leur association est membre de la Ligue de l’enseignement48. Mais, pour autant la laïcité et la citoyenneté sont clairement identifiées comme les thèmes prioritaires sur lesquels la Ligue s’engage et 70 % ont une vision positive ou très positive de ses engagements. Ainsi, sans qu’ils connaissent nécessairement les liens précis entre leurs associations et la Ligue, celle-ci fait bien partie de l’univers d’engagement et de valeurs des responsables associatifs affiliés. Ces associations peuvent donc constituer un relais très efficace notamment dans un rapport de force avec le gouvernement comme ce fut le cas vis-à-vis de R. Monory, alors ministre de l’Éducation, lorsqu’il a souhaité remettre en cause l’aide matérielle apportée à la Ligue. Sur un mode moins défensif, ces associations au contact d’une population nombreuse peuvent constituer une bonne médiation pour diffuser indirectement les idées de la Ligue et cela d’autant mieux qu’elles ne sont pas structurées autour de cet objectif. La contrepartie pour la Ligue réside dans l’impératif de diffuser un message reposant sur des valeurs assez générales et consensuelles.

Une laïcité compatible avec la diversité du registre d’actions de la Ligue

  • 49 Par exemple le Grand Orient de France.
  • 50 Le contenu de ce projet, sa nécessité ainsi que ses implications tactiques et organisationnelles s (...)
  • 51 Jean Meynaud classe la Ligue parmi les « organismes de promotion » d’idées ou de valeurs dans son (...)

25La laïcité prônée par la Ligue se distingue de celle que revendiquent d’autres structures49, moins par un contenu qui serait radicalement différent que par l’usage qui en est fait : elle devient un concept globalisant qui fournit les linéaments d’un véritable projet de société50 capable de replacer la Ligue dans l’espace politique. Elle ne vise pas à bâtir un programme politique à l’image de celui que pourrait bâtir un parti. Cela impliquerait des choix, des renoncements et donc des divisions peu conformes à son idéal de rassemblement et à sa stratégie de création d’un espace commun à la vaste mouvance « républicaine ». Pour la Ligue, la laïcité est une matrice à partir de laquelle plusieurs programmes politiques peuvent être élaborés. En revanche, l’idée même de bâtir un projet de société nous renseigne aussi sur la place que la Ligue veut tenir dans la société française : ce n’est plus celle d’une association sectorielle au sein du champ éducatif vivant abritée derrière sa position dominante acquise grâce aux liens étroits entretenus avec le syndicalisme enseignant, les associations de parents d’élèves et surtout les activités périscolaires mises en œuvre pour le compte des collectivités locales de différentes tendances politiques. La Ligue ne se veut pas davantage le laboratoire d’idées d’un seul parti. Si elle est proche du Parti socialiste, elle prend soin de ne pas construire une relation qui la mettrait dans une situation de dépendance à son égard et entretient des relations avec l’ensemble des partis politiques du large éventail républicain. Ainsi, la Ligue prend-elle bien soin, notamment par le biais des cercles Condorcet, de faire travailler ensemble des personnalités relevant des sensibilités politiques les plus diverses : des « souverainistes » de gauche comme de droite, mais aussi des chrétiens pro-européens, des radicaux, des écologistes. La Ligue entend plutôt tenir une place centrale, institutionnelle au sens où elle ne serait à l’écart d’aucun grand débat traversant la société française. Elle vise, à ce titre, moins à proposer une réponse précise et détaillée qu’à influer fortement sur la manière de poser les termes du débat. En ce sens elle a bien pour ambition d’exercer une fonction de médiation dans l’élaboration d’un « référentiel global » des politiques publiques51. S’il n’emploie pas ce terme, M. Morineau, en définissant la Ligue, énumère les conditions requises pour tenir ce rôle :

« Nous ne confondons pas, dans la Ligue, l’organisation de masse socio-éducative, qui doit se développer selon sa logique propre, avec le mouvement d’opinions qui participe d’une autre forme organisationnelle et d’une autre logique de développement, ni avec le réseau d’entreprises constitué pour assurer les bases économiques de nos actions. C’est la conjonction de ces trois réalités, pensées simultanément dans leur spécificité qui fait la Ligue d’aujourd’hui. »

  • 52 Outre la thèse de Jean-Paul Martin déjà citée voir Georges Lavau, L’action de pression politique d (...)
  • 53 Terme classificatoire évoqué et critiqué par Michel Offerlé, Sociologie des groupes d’intérêt, Par (...)
  • 54 Sur les transformations de l’espace public et l’opposition entre médiations traditionnelles et « n (...)

26Certes, il s’agit de ne pas « confondre » les trois logiques mais cela uniquement parce qu’elles obéissent à des critères de réussite différents car au fond, l’essentiel est dans la « conjonction » nécessaire : « l’organisation de masse socio-éducative » donne son poids institutionnel à la Ligue par les relations avec les élus locaux qu’elle procure, facilite l’élaboration de projets par une démarche inductive et lui permet de mettre en œuvre les actions décidées. Le « mouvement d’opinions » permet à la Ligue d’être présente sur la scène politique nationale et de ne pas seulement additionner les positions segmentaires et locales. En retour, il lui donne une certaine notoriété sur le plan local même si nombreux sont les adhérents et les élus qui ignorent les liens entre les structures locales et la Ligue. Dans ce domaine, le travail accompli pour redéfinir la laïcité est capital en ce qu’il lui donne une « compétence générale » pour aborder les thèmes les plus divers au-delà des seuls domaines scolaires. Enfin « le réseau d’entreprises » assure une certaine forme d’autonomie financière à la Ligue menacée paradoxalement par son institutionnalisation avec la dépendance qu’elle crée vis-à-vis des subventions de l’État. Organisation de masse, mouvement d’opinion, réseau d’entreprises – on pourrait encore ajouter entreprise idéologique – assurent à la fois la force, être présent dans un maximum de domaines qui s’entretiennent les uns les autres, et la faiblesse de la Ligue avec le danger d’éclatements entre des logiques qui peuvent entrer en concurrence ou plus probablement avec le risque de juxtapositions d’actions menées en parallèle mais sans réelle coordination. Pour pallier ces risques, la Ligue a besoin d’un centre, d’un état-major assez puissant pour coordonner ses vues sans pour autant intervenir constamment au sein des structures locales. À ce titre encore la laïcité est opératoire : d’abord elle est légitime historiquement et, pour cette raison, les structures locales peuvent difficilement ne pas, au moins formellement, s’y rattacher ou contester l’interventionnisme du niveau fédéral dans ce domaine. Ensuite, on l’a vu, sa plasticité permet aux différentes « sensibilités » de s’y reconnaître assez bien au besoin en l’adaptant quelque peu au contexte et aux colorations politiques locales. Tous ces facteurs permettent de comprendre l’importance accordée à la laïcité mais aussi les mutations entreprises depuis les années 1980. On peut encore dresser une dernière hypothèse d’interprétation les concernant. Les origines de la Ligue sont étroitement liées à une culture républicaine qui est celle de la IIIe République52 et dont la Constitution de 1958 a pris le contre-pied : rôle croissant de l’exécutif, technicisation du politique, poids de l’administration, rôle des partis caractérisent la Ve République et s’opposent frontalement à une action indépendante du secteur associatif. Les années 1980 sont aussi celles qui marquent le début d’une remise en cause de certains des fondements de la Ve République par, notamment, une critique radicale de la légitimité du monopole de l’intervention de l’État et à travers lui de l’ensemble de la puissance publique. Dans ce contexte de transformation de l’idée de représentation et de perte de légitimité des instruments de médiations traditionnelles que sont partis et syndicats, la Ligue peut estimer avoir un nouveau rôle à jouer dans l’espace public. Les transformations de la laïcité opérées par la Ligue de manière à appréhender plus largement la société peuvent alors se lire comme une tentative pour tenir un rôle élargi et redevenir une « entreprise de représentation53 » à part entière54.

Notes

1 Au sens donné à cette notion par Charles Tilly qui souligne la dimension rationnelle et tactique d’un « modèle où l’expérience accumulée d’acteurs s’entrecroise avec les stratégies d’autorités, en rendant un ensemble de moyens d’action limités plus pratique, plus attractif, et plus fréquent que beaucoup d’autres moyens qui pourraient, en principe servir les mêmes intérêts » (« Les origines du répertoire de l’action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne » Vingtième siècle, n° 4, octobre 1984, p. 99).

2 Culture politique à considérer ici sous l’angle d’un rapport à l’espace public valorisant l’engagement, le militantisme, l’action collective et une forme de désintéressement davantage que des convictions politiques bien déterminées.

3 Au sens donné à cette notion par Pierre Muller, Les politiques publiques, Paris, PUF, 1994.

4 Jean Baubérot, Vers un nouveau pacte laïque ?, Paris, Seuil, 1990, p. 178.

5 Parmi les ouvrages parus ces dernières années : Jean Baubérot, Vers un nouveau pacte laïque ?, Paris, Seuil, 1990 et La morale laïque contre l’ordre moral, Paris, Seuil, 1997 ; Jean Baubérot, Guy Gauthier, Louis Legrand et Pierre Ognier, Histoire de la laïcité, Besançon, 1994, CRDP de Franche-Comté ; Guy Bedouelle et Jean-Paul Costa (préface de René Rémond), Les laïcités à la française, Paris, PUF, 1998 ; Jean Boussinesq, La laïcité française, Paris, Seuil, 1994 ; Marcel Gauchet, La religion dans la démocratie. Parcours de la laïcité, Paris, Gallimard, 1998 ; Émile Poulat, La solution laïque et ses problèmes, Paris, Berg international, 1997 ; « Laïc, laïque, laïcité », Mots, n° 27, juin 1991, Presses de la FNSP ; « La laïcité », Pouvoirs, n° 75, 1995, Paris, Seuil. Il est à noter que la plupart de ces auteurs sont membres de la Ligue ou ont participé aux travaux de réflexion qu’elle a pu mener.

6 Pierre Macherey, « Philosophies laïques », art. cit., p. 21.

7 Jean Baubérot, « Les paradoxes de la laïcité 1945-1980 », Histoire de la laïcité, op. cit., p. 285.

8 L’effort mené à cette époque par certains catholiques de la revue Esprit pour faire partager une conception ouverte de la laïcité chez leurs coreligionnaires ne peut qu’éveiller cette méfiance chez certains militants de gauche.

9 Jean-Paul Martin, La ligue de l’enseignement et la République. Des origines à 1914, thèse de doctorat, IEP, 1992, p. 43.

10 Ibid., p. 69.

11 Il est à ce titre intéressant de voir que la réflexion la plus approfondie sur la République sera menée par le courant de Jean-Pierre Chevènement volontiers perçu auparavant comme très marxiste et qu’il va conduire à débaptiser le CERES et à le transformer en Socialisme et République. Certes, le responsable du futur Mouvement des Citoyens prendra bien soin de ne pas abandonner toute référence au marxisme et d’en appeler à une synthèse jauressienne entre marxisme et république, mais outre le caractère aujourd’hui assez artificiel de cette synthèse, elle témoigne en tout état de cause d’une nette prise de distance vis-à-vis du discours de lutte des classes.

12 Il sera membre de plusieurs commissions de la Ligue. Son ouvrage Vers un nouveau pacte laïque ?, op. cit., sera doté d’une postface de Michel Morineau alors secrétaire national de la Ligue et l’une des personnes les plus engagées dans cette démarche.

13 Jean Baubérot, Vers un nouveau pacte laïque ?, op. cit., p. 180.

14 Résolution finale de l’assemblée générale de la Ligue à Montpellier adoptée le 5 juillet 1982, Laïcité 2000, LFEEP, 1986, p. 48.

15 Sur les principales manifestations de la Ligue, voir la chronologie établie par G. Gauthier in Histoire de la laïcité, op. cit., p. 326-330.

16 M. Morineau, Laïcité en débat. Introductions à 1989, Paris, LFEEP, 1986, p. 5.

17 Ibid., p. 7.

18 Ibid., p. 13.

19 Ibid., p. 17. M. Morineau cite Edgar Morin, Pour sortir du XXe siècle, Paris, Seuil, 1981, p. 109.

20 Ibid., p. 13.

21 Ibid., p. 30.

22 Ibid., p. 28.

23 Ibid., p. 21.

24 Ibid.

25 Ibid., p. 22.

26 Ibid., p. 24.

27 Ibid., p. 26.

28 Ibid., p. 27.

29 Ibid., p. 33.

30 87e congrès de la LFEEP, Toulouse, allocution de M. J.-L. Rollot, secrétaire général, séance de clôture, p. 104-105.

31 Bruno Jobert, « Représentations sociales, controverses et débats dans la conduite des politiques publiques », RFSP, vol. 42, n° 2, avril 1992, p. 220.

32 Ibid., p. 220-221.

33 Laïcité et islam en France Rapport d’étape d’une commission de travail de la Ligue de l’enseignement, novembre 1998.

34 Pierre Muller, op. cit., p. 60.

35 Voir également sur ce sujet Andy Smith, « Les idées en action : le référentiel, sa mobilisation et la notion de policy network », La construction du sens dans les politiques publiques. Débats autour de la notion de référentiel, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 103-124.

36 La Ligue tient ainsi une position très nuancée mais aussi un peu floue vis-à-vis des différentes affaires de port du « foulard » islamique à l’école. La direction de la Ligue refuse toute action d’exclusion et de mise à l’écart des élèves concernés, mais cette position est souvent contestée par les militants des associations locales adhérentes.

37 Pierre Muller, op. cit., p. 60.

38 Ibid.

39 Laïcité et islam en France…, op. cit., p. 46.

40 Ibid., p. 6.

41 Ibid., p. 7.

42 Réunion plénière du cercle de Paris, le 14 janvier 1997.

43 Réunion plénière du cercle de Paris, le 10 avril 1997.

44 Réunion plénière du cercle de Paris, le 10 mars 1998.

45 Réunion plénière du cercle de Paris, le 10 février 1997.

46 Réunion plénière du cercle de Paris, le 16 octobre 1996.

47 31 % s’y engageraient à titre personnel, 37 ne s’y engageraient pas et 12 % ne se prononcent pas. Étude CSA auprès des responsables d’associations membres de la Ligue, septembre 1997, p. 226.

48 Ibid., p. 162.

49 Par exemple le Grand Orient de France.

50 Le contenu de ce projet, sa nécessité ainsi que ses implications tactiques et organisationnelles sont l’objet du 88e congrès tenu à Nantes en 1992. Voir « Questions de congrès », rapport de Pierre Tournemire, secrétaire général adjoint, p. 13-32.

51 Jean Meynaud classe la Ligue parmi les « organismes de promotion » d’idées ou de valeurs dans son ouvrage Nouvelles études sur les groupes de pression en France, Paris, Presses de la FNSP, 1962 et notamment p. 57-58. Dans un ouvrage précédent, Jean Meynaud rangeait la Ligue au sein des « organisations à but idéologique » (Les groupes de pression en France, Paris, Presses de la FNSP, 1958, p. 82-83).

52 Outre la thèse de Jean-Paul Martin déjà citée voir Georges Lavau, L’action de pression politique des groupes non politiques en France, Pittsburgh, 10-14 septembre 1957. Il aborde à plusieurs reprises la place de la Ligue et son rôle dans la société française.

53 Terme classificatoire évoqué et critiqué par Michel Offerlé, Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien, 1998, p. 18.

54 Sur les transformations de l’espace public et l’opposition entre médiations traditionnelles et « nouvelles » médiations, nous nous permettons de renvoyer à Vincent Crosnier de Briant et Yves Palau, La médiation. Définitions, pratiques et perspective, Paris, Nathan, coll. « 128 », 1999.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540