Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La laïcité, une valeur d'aujourd'hui ?

 | 
Jean Baudouin
, 
Philippe Portier

Troisième partie. Inflexions doctrinales

Introduction de la troisième partie

J. B. et Ph. P.

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Plusieurs types de discours émanant tantôt d’institutions, tantôt d’individualités, sont venus depuis les années 1970 tout à la fois refléter et amplifier les évolutions sociétales précédemment évoquées. On ne s’étonnera pas, tout d’abord, de voir l’institution catholique s’inscrire dans ce mouvement général d’assouplissement de la laïcité. Kristoff Talin signale que si l’Église, depuis 1945, accepte les lois de Séparation qu’elle qualifiait encore sous la IIIe République de « sataniques », elle a, à la faveur en particulier de l’abandon du projet d’école unique en 1984, puis de l’affaire du « foulard islamique », clairement marqué sa volonté d’obtenir une renégociation du pacte laïque dans le sens d’une plus grande ouverture de l’espace public à la dimension religieuse de l’existence. Plus surprenante peut-être est l’attitude de la Ligue de l’enseignement qui, depuis sa création par Jean Macé, avait toujours été l’interprète d’une conception « séparatiste » de la laïcité. Yves Palau analyse la production en son sein d’un nouveau registre discursif. Il apparaît, d’une part, que l’« ennemi » a changé : la Ligue stigmatise bien davantage aujourd’hui les « cléricatures civiles » produites par la société néo-libérale (experts, managers, économistes) que l’Église catholique, à laquelle le concile Vatican II aurait fait franchir le pas de la modernité. Elle reconsidère surtout sa conception traditionnelle de l’universalisme républicain, estimant notamment que l’école publique ne saurait désormais se fermer à la manifestation des identités culturelles et religieuses. La philosophie contemporaine participe aussi à ce travail de redéfinition de la laïcité. La démarche de l’école d’Alain Touraine, analysée par Jacques Rollet, est à cet égard édifiante. Croisant le verdict sociologique – « la société est dorénavant multiculturelle » – et l’injonction normative – « l’être humain n’est pas pure raison » –, elle entend asseoir le vivre-ensemble sur une thématique de la reconnaissance. Cette volonté d’articuler l’égalité et l’altérité la portera d’ailleurs à se faire le défenseur des revendications communautaires apparues au cours de ces dernière années. Même des philosophes qu’on a pris l’habitude de classer du côté des liberals contre les communautarians ne sont pas restés insensibles aux requêtes de l’enracinement. Arnauld Leclerc montre ainsi que les œuvres d’Habermas et Rawls aident aussi à repenser les contenus de la laïcité française. En opposition avec le « libéralisme métaphysique » d’un Kant ou d’un Mill, et à partir de l’idée d’un « consensus par recoupement », Rawls par exemple estime que le processus de formation de la volonté générale doit dans nos sociétés hétérogènes rendre justice au « pluralisme des doctrines englobantes » et à l’appropriation critique des traditions. La laïcité intransigeante n’aurait-elle plus de thuriféraire ? Bruno Étienne montre qu’il n’en est rien. Le Grand Orient de France, dit-il, s’emploie à maintenir, contre la Ligue de l’enseignement, le vieil idéal de l’État-recteur et persiste à s’opposer à la dissolution de la raison universelle, prenant ainsi le risque d’accentuer encore les phénomènes de marginalisation.

Auteurs

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540