Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La laïcité, une valeur d'aujourd'hui ?

 | 
Jean Baudouin
, 
Philippe Portier

Deuxième partie. Contraintes sociales

10. Les militants socialistes et la laïcité

Françoise Subileau

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cf. Gérard Grunberg et Alain Bergounioux, Le long remords du pouvoir. Le Parti socialiste français (...)

1Le Parti socialiste est, à l’évidence, l’organisation politique la plus appropriée pour approcher la laïcité sous l’angle institutionnel et partisan. Dès l’origine, la SFIO s’est construite à partir d’une intention radicale de changement social du mouvement ouvrier et des valeurs de la tradition républicaine. La volonté d’émancipation, les aspirations à la liberté et à l’égalité, la confiance dans le progrès continu de l’humanité, tel est l’héritage que les républicains ont transmis aux socialistes. La laïcité, comme philosophie globale, morale sociale fondée sur la croyance dans la raison émancipatrice et, en même temps, réalité institutionnelle mise peu à peu en place dans le processus de rivalité entre l’État et l’Église catholique, représente l’un des éléments fondateurs de l’identité socialiste, à égalité, toujours problématique, avec la tradition marxiste encore revendiquée au début des années 19801. L’esprit des Lumières a pu, au cours du temps, s’affadir en « humanisme civique » et le messianisme révolutionnaire en volonté de réduire les inégalités. Il n’empêche que l’idéal d’une société égalitaire, fondée sur les libertés individuelles, refusant le jeu exclusif de l’économie de marché au nom d’une solidarité nécessaire, constitue encore aujourd’hui le cœur du projet socialiste.

  • 2 Cf. Véronique Aubert, Alain Bergounioux, Jean-Pierre Martin et René Mouriaux, La Forteresse enseig (...)

2Garantie par la loi de Séparation des Églises et de l’État de 1905, promue au rang de réalité juridique par la Constitution de 1946 et celle de la Ve République, la laïcité s’est incarnée dans l’école publique. Doctrine appliquée à l’ensemble des rapports individuels et collectifs, elle est au principe du syndicalisme enseignant. Les socialistes ont revendiqué cette tradition, au centre de ce qui fait l’identité de la gauche française2. La laïcité a constitué longtemps la ligne de partage entre la gauche et la droite, celle-ci ayant toujours donné la primauté à la famille sur l’école. L’humanisme égalitaire de la gauche républicaine a, en revanche, trouvé son meilleur soutien dans l’école publique :

  • 3 Ibid., p. 251.

« Quand le socialisme au pouvoir, pour réaffirmer son identité, tente de “réinventer” la République, il le fait à partir de l’école. Des valeurs et une sociologie communes, un même attachement à l’État, employeur et garant, ont constitué un milieu, humain et idéologique, qui a porté la gauche à travers plusieurs générations3. »

  • 4 L’enquête que nous avons effectuée en 1985-1986 auprès des militants socialistes concernait trente (...)

3La SFIO a ainsi toujours été le parti de l’école publique. Il en va de même de son héritier, le Parti socialiste né en 1971 au congrès d’Épinay. Pourtant, après l’élection de François Mitterrand et la victoire de la gauche en 1981, la gauche laïque a connu une crise profonde : en 1984 l’échec de la loi Savary, la démission du ministre de l’Éducation nationale et le rejet du SPULEN (Service public unifié de l’Éducation nationale) ont mis à mal l’identité socialiste, déjà chahutée par le tournant de la rigueur du deuxième gouvernement Mauroy, l’inflexion libérale de la politique économique et la nouvelle valorisation du monde de l’entreprise. Où en est aujourd’hui la tradition laïque au sein du PS ? C’est à partir de deux enquêtes auprès des militants, l’une réalisée en 1985-1986, l’autre au printemps 1998 que l’on va tenter de répondre à cette question4.

  • 5 En 1985, 26 % des militants socialistes sont enseignants, dont 17 % instituteurs et 9 % professeur (...)
  • 6 Claude Nicolet, La République en France. État des lieux, Paris, Seuil, 1992, p. 100.
  • 7 Ibid., p. 101.

4Il s’agit bien plus que d’étudier les relations entre le PS et le syndicalisme enseignant, ou d’insister sur la présence importante des professeurs et des instituteurs au sein du parti5 : ce qui est en cause, c’est une conception des relations entre l’État et les citoyens, une représentation du progrès sociopolitique, une anticipation de l’avenir. Car je fais mienne l’affirmation de Claude Nicolet : « La laïcité, à mes yeux, attribut central de la République, déborde largement le champ clos où l’opinion commune la croit limitée : les rapports de l’État et des Églises, et plus spécialement encore dans un lieu précis : l’École6. » Pour C. Nicolet, la laïcité est une valeur de principe, ayant accédé à la réalité juridique : « Il faut bien qu’il y ait quelque lien entre la nature même de la République et la laïcité, pour que cette dernière ait été jugée consubstantielle et indispensable à la première7. »

La laïcité, un code d’interprétation politique

  • 8 Claude Nicolet a vraiment le génie de la formule : « la laïcité serait une originalité française, (...)
  • 9 Ici, et pour les développements qui suivent, cf. Henri Rey et Françoise Subileau, Les militants so (...)

5La laïcité, ou plutôt l’esprit laïque, a souffert de la « guerre scolaire » de 1984. Il était pourtant difficile d’éviter de discuter de sa pertinence et de sa valeur explicative en 1985 et il convenait de mesurer s’il ne s’agissait que d’un stéréotype obligé ou d’un véritable système d’opinions et de comportements. Autrement dit, une gauche traditionnelle, voire archaïque8, continue-t-elle à structurer les systèmes de représentations des militants en 1998 comme en 1985 ? Qu’en est-il devenu de ce système ? Faire appel à cette notion soulève de nombreuses ambiguïtés : son emploi varie selon le contexte historique et le champ sémantique. Ainsi la laïcité, confondue à l’origine avec le combat républicain, a perdu au cours du temps sa vigueur primitive pour se réduire à une sorte de tolérance encore plus ou moins colorée d’anticléricalisme. Cependant, l’usage de cette notion par le sens commun n’empêche pas nombre de socialistes de lui voir symboliser une conception spécifique de l’État et de lui conférer, du coup, une dimension proprement politique9.

  • 10 Cf. université d’Aix-Marseille, Centre de sciences politiques de l’institut juridiques de Nice, La (...)
  • 11 Robert A. Nisbet, La tradition sociologique, Paris, PUF, 1984, p. 24.

6L’esprit laïque dépasse, de fait, largement les problèmes strictement scolaires. Il exprime l’attachement à une tradition politique et aux valeurs affirmées dans les débats internes à la gauche depuis le siècle dernier. Les opinions relatives au système éducatif révèlent, outre l’exigence de neutralité religieuse, des options politiques, notamment une définition du rôle de l’État. À l’origine, le laïcisme d’État entend construire l’unité de la nation sur une doctrine fondée sur des valeurs humanistes revendiquées par tous, sur un idéal philosophique rationaliste10. De même, l’idéologie républicaine croit à la possibilité de construire l’ordre social sur la raison. La conception de l’État qui en procède en fait le dépositaire d’un pouvoir exercé à des fins rationnelles, pour libérer les hommes de l’oppression. La laïcité entend rejeter toute vérité révélée. L’esprit laïque, héritier de 1789, renforcé par le positivisme, fait le pari de la modernité et du progrès. Il s’identifie au combat contre l’ignorance, à l’exercice de la raison contre l’obscurantisme. Comme l’écrit Robert A. Nisbet : « Au XIXe siècle, le radicalisme se caractérise essentiellement par la laïcité. Le flambeau de la révolte passe dans les mains de ceux pour qui l’espoir de l’Europe et de l’humanité réside, non pas dans la religion, mais dans la politique11. » À la fois théoricien et défenseur de cette tradition, C. Nicolet souligne clairement la relation intrinsèque entre laïcité et essence étatique :

  • 12 Claude Nicolet, L’idée républicaine en France, Essai d’histoire critique, Paris, Gallimard, 1982, (...)

« Pour les républicains, la première qualité de l’État est son unité, ou plutôt son unicité : comme la souveraineté, comme la République, comme la loi […] Mais l’unité juridique et territoriale, horizontale pour ainsi dire, exige aussi une unité d’une autre sorte, morale ou spirituelle : c’est la laïcité, ou, si l’on préfère, l’unité par l’absence de liens organiques entre l’État et toute religion établie ou non12. »

7La pédagogie et la politique sont les supports de la morale républicaine :

  • 13 Ibid, p. 497 (souligné par l’auteur).

« La politique, c’est-à-dire l’ensemble des règles, le régime qu’il faut mettre en place, s’il n’existe déjà, pour concilier sens et morale, liberté et efficacité, ordre et progrès. La politique qui est en somme la pédagogie suprême, puisqu’elle assurera la pédagogie de l’enfant par l’école et la pédagogie de l’adulte par le suffrage universel dégagé de ses entraves13. »

8Enfin, la République opère une transformation permanente puisque son effort pédagogique, incarné dans l’esprit laïque, ne cesse de faire évoluer les consciences vers toujours plus de liberté et de raison. La confiance dans le progrès social et politique, le recours à l’État pour assurer le fonctionnement harmonieux de la société, une conception centralisatrice, jacobine de l’exercice de la pratique gouvernementale sont les composants essentiels de l’idéologie républicaine.

  • 14 Ibid., p. 457-458.

« Il faut donc découvrir quelle est la fin ou la fonction propre de l’État. Ce ne peut être que la justice, entendue bien sûr comme la satisfaction, au sens très large, d’un besoin fondamental de l’homme en société […]. Il n’y a ni justice ni ordre spontanés, mais la justice et l’ordre ne peuvent naître que d’un État, lui-même produit d’un régime qui prend pour base les Déclarations des droits, c’est-à-dire la tradition républicaine […]. L’État n’est qu’un instrument au service de fins qui le dépassent, mais cet instrument peut être doté d’une autorité considérable, pour peu que la justice et la solidarité l’exigent14. »

  • 15 Le PS né à Épinay serait un parti néo-radical, influencé à l’origine par le mendésisme et proposan (...)

9Les militants socialistes sont bien les lointains descendants des républicains des origines et des premiers radicaux. Non seulement parce qu’ils occupent une place centrale dans le système partisan et qu’ils partagent une idéologie de gauche modérée15, mais surtout parce qu’ils se réfèrent à un ensemble de valeurs, à une conception de l’État, à une représentation du politique homologues. Comme l’écrit Maurice Agulhon :

  • 16 Maurice Agulhon, « Plaidoyer pour les Jacobins. La gauche, l’État et la région dans la tradition h (...)

« Leur inspiration [des républicains] fondamentale n’était-elle pas d’améliorer la société, par un effort volontaire et démocratique, pour la rendre le plus conforme possible aux exigences de la Raison et de la Morale universelles, indépendamment de toute religion révélée ou de toute conception du monde exclusiviste ? On acceptera volontiers l’idée que le socialisme soit en notre temps la principale forme de l’exigence que nous venons de définir ; on rappelle seulement ici que cette exigence, dans sa généralité, a préexisté au socialisme, et qu’au siècle dernier elle s’était d’abord incarnée dans les revendications libérales puis républicaines, héritières de 8916. »

  • 17 Jean-Gustave Padioleau, « La formation de la pensée politique : développement longitudinal et déte (...)
  • 18 Henri Rey et Françoise Subileau, Les militants socialistes à l’épreuve du pouvoir, op. cit.

10La conception du politique cristallisée sur le triptyque citoyenneté, volonté générale, égalité, bref le credo républicain, s’incarne dans la laïcité. Celle-ci est un code d’interprétation politique au sens où « le code politique d’un citoyen recouvre les règles d’interprétation grâce auxquelles les objets de la société politique sont “construits” ou, plus exactement, traduits dans des stratégies d’opinions ou de conduites17 ». Il s’agit moins d’un corps de doctrine constitué que d’un système d’organisation et de perception du politique, d’un code interprétatif et explicatif d’une vision du monde. La laïcité n’est pas un simple catalogue de choix politiques, mais un système de référence et d’interprétation de la politique, autour duquel s’organisent et se structurent les représentations individuelles. L’enquête de 1985 montrait que l’esprit laïque, associé à la volonté de transformation sociale, s’enracine dans une identification à la classe ouvrière et une conception conflictuelle des rapports sociaux. Privilégiant l’action collective, il valorise le conflit comme instrument du changement politique. De ce point de vue, il est proche du modèle classique du militantisme ouvrier18.

  • 19 La construction d’échelles consiste à hiérarchiser les réponses à différentes questions composant (...)
  • 20 – La laïcité est une tradition qui doit aujourd’hui chercher à se redéfinir : 1985 1998
    pas d’acco (...)

11Face à la polysémie attachée à la notion de laïcité, les instruments de l’analyse statistique apparaissent bien pauvres. Nous avons cependant construit, lors de l’enquête de 1985, une échelle d’attitude à partir des réponses se rapportant aux opinions à l’égard de la laïcité, qui nous semblaient constituer de bons indicateurs de cette « manière d’être » socialiste19. L’échelle était définie par le refus de considérer la laïcité comme un combat dépassé ou une tradition inadaptée à la réalité présente et par la reconnaissance de sa valeur toujours contemporaine. Les mêmes questions ont été reprises textuellement dans l’enquête de 1998, afin que les résultats soient strictement comparables d’une période à l’autre. Cette comparaison terme à terme met en évidence un premier phénomène, non prévisible a priori : le coefficient d’homogénéité de l’échelle aux deux dates est le même, très élevé (0,78, alors qu’on considère généralement qu’un coefficient de 0,40 est suffisant pour qu’il y ait hiérarchisation). Mais, de surcroît, les adhérents de 1998 expriment un fort esprit laïque plus souvent que ceux de 1985, comme le montre la popularité des réponses aux items retenus dans l’échelle20. Ce que confirme la distribution des notes d’échelle : les notes élevées sont nettement plus fréquentes en 1998 qu’en 1985 (cf. tableau 1).

Tableau 1. – Les notes sur l’échelle de laïcité (en %).

12Ce résultat est surprenant à plus d’un titre. On ne cesse en effet de parler aujourd’hui de crise : des valeurs républicaines, de la méritocratie scolaire et du système d’enseignement en général, de la définition du rôle de l’État, des relations entre les citoyens et le pouvoir politique… Ce progrès observé de l’esprit laïque au sein du PS mérite donc une explication.

  • 21 En 1985, 33 % des militants interrogés ont moins de 40 ans, 28 % ont entre 40 et 49 ans, 18 % entr (...)

13Les résultats de l’enquête de 1998 mettent en évidence le vieillissement de l’organisation partisane. Parallèlement, les militants de 1998 se situent plus souvent qu’autrefois à gauche sur l’axe gauche-droite21. Si l’on accepte l’hypothèse selon laquelle la laïcité et les valeurs de gauche ont partie liée, cela signifie-t-il que sont restés membres du Parti socialiste les militants les plus laïques ? Autrement dit, la diffusion des idées laïques est-elle due aux effets de la sélection par les départs ?

  • 22 On qualifiera dans le texte de « laïques » les militants qui ont des notes élevées sur l’échelle.

14La mise en relation des notes sur l’échelle et de l’âge des militants ne va pas dans ce sens : dans les deux enquêtes, les militants les plus jeunes seraient plutôt plus souvent laïques que leurs aînés22 (cf. tableau 2).

Tableau 2. – Notes élevées de laïcité selon l’âge (en %).

15On pouvait penser, également, que si les militants de 1998 sont plus laïques c’est que, plus âgés, ils se situent plus souvent à gauche. Et, qu’une fois encore, aurait joué le phénomène de sélectivité des départs. On connaît la réalité des rythmes du recrutement partisan : les partis politiques ne cessent de perdre des adhérents, perte plus ou moins (de moins en moins) compensée par l’arrivée de nouveaux venus. Mais la proportion des positions de gauche, même si elles sont plus nombreuses en 1998, ne varie pas non plus sensiblement avec l’âge. L’ancienneté dans le parti d’une part, le vieillissement de l’organisation de l’autre ne suffisent ainsi pas à expliquer la diffusion de l’esprit laïque.

16Aussi ne reste-t-il, à ce moment de l’analyse, qu’une interprétation possible : c’est parce que les militants de 1998 sont plus souvent de gauche qu’ils sont plus souvent laïques. La relation entre une position de gauche et une note élevée de laïcité est en effet largement confirmée par les résultats des deux enquêtes (cf. tableau 3).

Tableau 3. – Les notes sur l’échelle de laïcité selon la position sur l’axe gauche-droite (en %).

  • 23 On peut noter que le degré de pratique religieuse est quasiment identique en 1998 par rapport à ce (...)

17Mais cet argument est insuffisant. Si, comme il était prévisible, en 1998 les militants de gauche sont plus souvent laïques que leurs homologues de 1985, comment expliquer que ceux du centre le soient plus souvent que les militants de gauche de 1985 (50 % contre 48 %) ? De fait, quels que soient les déterminants considérés, et bien que leur influence aille toujours dans le même sens, les militants de 1998 sont toujours plus nombreux à avoir des notes élevées de laïcité. Prenons l’exemple de la pratique religieuse23. Elle est bien évidemment en relation avec la note de laïcité : plus on est éloigné du système symbolique de la religion catholique, plus on montre un esprit laïque élevé (cf. tableau 4).

Tableau 4. – Les notes sur l’échelle de laïcité selon le degré de pratique religieuse (en %).

18En 1998 comme en 1985, les militants se déclarant sans religion ont plus souvent des notes élevées sur l’échelle que les catholiques pratiquants, non-pratiquants ou les membres des autres confessions. Mais, comme à l’accoutumée, quel que soit le degré de pratique, les notes élevées sont bien plus fréquentes en 1998 : un tiers des militants catholiques pratiquants de 1998 sont très laïques pour un cinquième de leurs homologues de 1985.

Progrès ou crise de la laïcité ?

  • 24 Cf. notamment Annick Percheron, « La socialisation politique, défense et illustration », Madeleine (...)

19Il semblerait en définitive que l’orientation idéologique des « nouveaux socialistes » tienne au contexte de leur socialisation politique. Les études de socialisation ont montré l’importance de la transmission des valeurs familiales dans la construction des systèmes d’attitudes et d’opinions24. Pourtant, l’héritage n’est pas simple reproduction à l’identique et les itinéraires politiques ne sont pas produits mécaniquement par les processus de socialisation. L’histoire propre des individus (phases ultérieures de la socialisation et notamment travail d’homogénéisation de l’organisation partisane…) peut infléchir les choix et les parcours des sujets. La comparaison des deux enquêtes permet de préciser le mode d’influence de la socialisation sur les choix idéologiques. En 1985, nous notions que la moitié des militants socialistes étaient issus de familles de gauche mais que, du coup, l’autre moitié avait parcouru un itinéraire de rupture avec un milieu d’origine de droite. Nous parlions alors de « socialisme d’héritage » et de « socialisme de rupture ». Le socialisme d’héritage, sorte de deuxième nature, entraînait l’affirmation plus nette d’une identité de gauche que ne le faisait le socialisme de rupture, produit d’une socialisation marquée par le conservatisme. Or, le socialisme d’héritage a gagné des points en 1998. Ainsi, en 1985, 16 % des militants étaient originaires de familles où les deux parents étaient catholiques pratiquants et conservateurs ; ils ne sont plus que 11 % en 1998. À l’inverse, moins d’un quart des militants de 1985 étaient originaires de familles où les deux parents étaient de gauche et détachés de la religion (24 %), ils sont plus du tiers dans ce cas en 1998 (37 %).

20Et ici encore, l’explication par la sélectivité des départs ne tient pas davantage. On aurait pu en effet supposer que sont restés membres du PS ceux qui ont été socialisés dans un milieu de gauche, plus favorable à la continuité de l’engagement partisan. Toutefois, la mise en relation de l’orientation idéologique des parents et de l’âge des militants montre que ce sont les plus jeunes qui, en 1998, participent du socialisme d’héritage, contrairement à ce qui se passait en 1985. À l’opposé, le socialisme de rupture concernait les plus jeunes en 1985 ; il intéresse les plus âgés en 1998. Ainsi la proportion de familles de gauche détachées de la religion varie de 62 % chez les militants âgés de moins de 30 ans et de 45 % chez ceux qui ont entre 30 et 40 ans à une moyenne de 34 % chez leurs aînés. Le socialisme d’héritage a pris le pas sur le socialisme de rupture, mais seulement dans une période récente. Est-ce là l’explication de la diffusion de l’esprit laïque constatée en 1998 ?

  • 25 Enquête de 1985 : « Pouvez-vous nous dire si, lorsque vous avez décidé d’adhérer, les éléments sui (...)

21En fait il apparaît que l’influence du milieu d’origine a perdu de son efficacité depuis 1985. Tout se passe comme si, en se généralisant, le socialisme d’héritage voyait ses effets s’affaiblir. Si l’on ne considère que les types de familles les plus opposées idéologiquement (deux parents de gauche sans religion, deux parents de droite catholiques pratiquants), on observe que la proportion de notes élevées de laïcité selon ces types de familles varie de 23 points en 1985, mais seulement de 18 points en 1998. Le socialisme d’héritage est d’ailleurs moins souvent évoqué comme raison de l’adhésion : en 1985, plus de la moitié des adhérents originaires de familles de gauche sans religion citaient la tradition familiale comme un élément très important de leur démarche partisane ; ils ne sont plus que 11 % dans ce cas en 1998. Même si l’intitulé de la question n’est pas strictement comparable d’une enquête à l’autre25, une telle différence suggère que la banalisation du socialisme d’héritage s’accompagne d’une évolution dans la signification de l’appartenance au PS. Bien plus, en 1985 les notes élevées de laïcité étaient associées à une évocation plus fréquente du rôle de la tradition familiale dans l’adhésion. En 1998, c’est l’inverse : plus la note de laïcité est élevée, plus souvent on déclare que la tradition familiale n’a eu aucune importance dans la décision de l’engagement (46 % pour la note 0, 56 % pour la note 3). Si le milieu d’origine a perdu de sa vertu entre 1985 et 1998, c’est peut-être dû essentiellement au vieillissement du PS. Les effets des mécanismes de socialisation strictement familiale ont pu s’atténuer au fil du temps au profit de la socialisation partisane. Ce serait l’explication la plus pertinente de la progression des positions de gauche et de la diffusion de l’esprit laïque évoquées plus haut. Mais cela ne signifie-t-il pas, dès lors, une évolution de l’acception de la laïcité, voire un appauvrissement de son contenu ?

  • 26 Participation à la transformation de la société, raison très importante de l’adhésion : 1985, note (...)
  • 27 En 1985, on demandait aux adhérents de se situer sur un axe en sept positions allant de la positio (...)

22En 1985, la laïcité renforçait les aspirations au progrès social, la confiance dans l’État comme instrument du changement politique, la vision conflictuelle des rapports sociaux. C’est moins vrai en 1998 : les effets de l’esprit laïque sur les opinions se sont affaiblis durant la période. Les variations des réponses selon les notes d’échelle à des questions comparables dans les deux enquêtes permettent de préciser ce propos. Ainsi de la volonté de transformation sociale comme raison de l’adhésion : elle est toujours plus fréquente en 1985, pour toutes les notes d’échelle, bien que ces militants se disent moins souvent de gauche et laïques26. En outre, la progression observée selon les notes de laïcité est plus importante en 1985 (+ 16 points contre + 13 points en 1998). Certes, la différence n’est pas très importante, mais elle paraît significative surtout si on lui compare l’influence de notes de laïcité sur les opinions relatives à la transformation de la société en général. Ici encore, l’intitulé de la question n’est pas identique d’une enquête à l’autre27. Celui de 1998 a été modéré : parler de « changement révolutionnaire » de la société n’apparaît plus guère pertinent dans le Parti socialiste d’aujourd’hui. L’effet immédiat en est la progression du nombre des réponses les plus favorables au changement. Mais il est plus intéressant de constater que l’effet de la laïcité, faible en 1998 (3 points de différence entre les notes 0 et 3) était élevé en 1985 (22 points de différence). Les militants les plus laïques de 1985 étaient aussi nombreux que leurs homologues de 1998 à se prononcer en faveur du changement (42 %) alors que celui-ci, pourtant, leur était présenté comme radical.

  • 28 Cf. Henri Rey et Françoise Subileau, Les militants socialistes à l’épreuve du pouvoir, op. cit., p (...)
  • 29 En 1985, on demandait aux personnes interrogées de classer de 1 (le plus important) à 8 (le moins (...)

23Nous notions en 1985 une segmentation du groupe laïque selon la position des militants sur l’axe gauche-droite. Les « laïques de gauche » étaient les socialistes « jacobins ». Les « laïques du centre » avaient une représentation plus instrumentale du rôle du parti et lui attribuaient une fonction essentielle de défense des intérêts acquis, sur le mode syndical dans le cadre de l’État providence28. L’enquête de 1998 ne permet pas de comparer terme à terme les représentations du rôle de l’État. Toutefois, en mettant en parallèle les opinions relatives aux nationalisations en 1985 et celles relatives au champ d’intervention de l’État en 1998, on peut esquisser la comparaison29. Ici encore, les notes de laïcité font nettement plus augmenter les opinions positives envers l’accroissement du rôle de l’État dans la première enquête : ainsi 18 points de pourcentage séparent les opinions les plus favorables aux nationalisations selon la note de laïcité en 1985 (de 22 % pour la note 0 à 40 % pour la note 3); en 1998, les opinions selon lesquelles l’État n’intervient pas assez ne varient que de 10 points selon les notes (de 15 % pour la note 0 à 25 % pour la note 3).

  • 30 « En voyant ce qui se passe autour de vous, avez-vous l’impression que nous vivons dans une sociét (...)

24Enfin dernier exemple : la vision conflictuelle des rapports sociaux. Ici on dispose exactement de la même question dans les deux enquêtes30. 34 % des militants interrogés avaient « tout à fait l’impression » de vivre dans une société caractérisée par la lutte des classes en 1985, ils ne sont plus que 27 % en 1998. On constate sans doute ici l’affaiblissement de l’idéologie de gauche traditionnelle. Et, peut-être, celle de la laïcité : en 1985, les notes de laïcité font varier de 22 points la conception d’une société marquée par le conflit de classes (de 26 % pour la note 0 à 48 % pour la note 3) ; en 1998, cette relation n’augmente que de 3 points (30 % pour la note 0 à 33 % pour la note 3).

  • 31 Cf. Alain Bergounioux et Gérard Grunberg, « Le socialisme et la République », Intervention, n° 10, (...)
  • 32 « La vérité est que la Révolution française n’a pas seulement créé l’opposition entre droite et ga (...)

25À ce moment de l’analyse, plusieurs interprétations sont possibles : l’idéologie républicaine, telle qu’on peut la définir à partir de l’esprit laïque, aurait perdu de sa force au sein du PS ; la signification intrinsèque de la laïcité aurait évolué au cours du temps ; le Parti socialiste lui-même aurait changé, suivant en cela les variations du climat politique. Certains analystes insistaient, dès le début des années quatre-vingt, sur une crise d’identité du socialisme français qui se traduirait au PS par « un épuisement du marxisme, mais aussi une crise d’adaptation des grandes valeurs républicaines31 ». La « dynamique républicaine » serait en panne. Ils en appelaient à la nécessité d’une modernisation politique, du passage de la « culture d’opposition » à la « culture de gouvernement ». À l’époque se jouait au PS une confrontation entre deux codes d’interprétation sociopolitiques, deux identités, l’identité laïque et l’identité autogestionnaire, elle aussi héritière d’un rameau de la gauche française32. Il existe en effet, lors de la première enquête, au moins deux « manières d’être socialiste », deux modes d’appartenance partisane qui traduisent deux conceptions du politique. La première, on l’a dit, basée sur le credo républicain, est soulignée par les attitudes à l’égard de la laïcité. La seconde, privilégiant l’autonomie et le droit à la différence, la société civile plutôt que l’État, est identifiée par les dispositions à l’égard de l’autogestion. Porté à la fin des années soixante-dix par les « nouveaux mouvements sociaux », la CFDT et le PSU, le thème autogestionnaire fait son entrée au PS en 1974, lors des Assises du socialisme. Devenue doctrine officielle du PS, l’autogestion constitue à la fois un projet de société, une stratégie politique et une théorie concurrente du réformisme républicain. L’arrivée des chrétiens au Parti socialiste, porteurs de cette doctrine, dès le congrès d’Épinay mais surtout au moment des Assises, colore d’une dimension éthique le rapport au politique des militants. Sans que cette dimension soit revendiquée comme telle, elle transforme sensiblement un parti dominé jusque-là par la morale républicaine. La cohabitation de ces deux univers culturels produit un discours humaniste, essentiellement fondé sur la revendication de la solidarité et de la justice sociale et la référence constante aux droits de l’homme, d’autant plus affirmée que se dévaluaient les idéologies révolutionnaires.

26Aussi était-il (relativement) aisé de caractériser la laïcité lors de la première enquête, en la comparant terme à terme à l’autogestion. On pouvait en effet assigner à ces deux dimensions un système d’organisation politique, des moyens à mettre en œuvre, des symboles, des principes. Ainsi à la République s’opposait le socialisme démocratique, la première valorisant l’État, le second les communautés de base. La laïcité supposait la lutte des classes et la conquête de l’appareil d’État assurée par des professionnels de la politique, l’autogestion impliquait la cogestion, le pragmatisme et la démocratie directe. De la même façon, aux nationalisations et à la régulation par les appareils étatiques s’opposaient la décentralisation et la concurrence. Dans le domaine symbolique, à l’universel de l’égalité répondaient le pluralisme culturel et le droit à la différence, à la fraternité et à l’abolition des privilèges la solidarité et la redistribution, à la libération et à l’émancipation la liberté et l’autonomie.

27La situation est beaucoup moins confortable en 1998. Tout d’abord, il aurait été incongru d’évoquer l’autogestion dans l’enquête. En effet, ce thème a disparu du discours socialiste. On n’y parle même plus d’autonomie comme l’a fait longtemps le courant rocardien, glissement sémantique qui dénotait déjà l’affadissement de l’objet lui-même. Ensuite, l’influence du catholicisme, favorable à la diffusion de l’esprit autogestionnaire, a sensiblement diminué au sein du PS. Même si le nombre de catholiques pratiquants est globalement le même d’une enquête à l’autre, il est fortement dépendant de l’âge : 6 % seulement des jeunes militants se déclarent catholiques pratiquants en 1998. Le déclin de l’influence catholique est d’ailleurs confirmé par la diminution du nombre d’adhérents membres de la CFDT chez les jeunes et, surtout, par celle du passage par les institutions de socialisation imprégnées de catholicisme, les organisations de jeunesses comme la JEC, les scouts, etc. Et pourtant, l’effacement de cette « deuxième gauche » et le progrès du socialisme d’héritage, plutôt que de mettre en valeur la laïcité, ne font que compliquer son interprétation. Comme si, faute d’adversaire, elle s’était diluée au point de perdre de sa vivacité. Ou bien encore, ces deux codes sociopolitiques se sont-ils combinés en une sorte de synthèse qui rendrait plus difficile la compréhension de leurs spécificités. Le code autogestionnaire n’aurait pas disparu mais il aurait été incorporé en quelque sorte par le code concurrent.

  • 33 Le texte de la question n’est pas le même dans les deux enquêtes, ce qui peut expliquer en partie (...)

28De fait, en 1998, l’échelle de laïcité paraît constituer, avant tout, une mesure de la tolérance : que ce soient les opinions à l’égard de l’immigration, les jugements portés sur la délinquance juvénile et les problèmes de sécurité, la sévérité des tribunaux, etc., avoir une note élevée de laïcité implique toujours plus de compréhension et d’indulgence. À une exception près, symbolique : le port du foulard islamique à l’école. Le juger tout à fait inacceptable augmente de 41 % pour la note 0 à 74 % pour la note 3 sur l’échelle. Car ce problème touche au domaine scolaire, essentiel dans le code laïque ; il ne saurait y avoir ici de compromis. Pourtant, la question sur le port du foulard, contrairement à ce qu’on aurait pu penser a priori, n’entre pas dans la composition de l’échelle. En effet, sa présence affaiblit très sensiblement le coefficient d’homogénéité. C’est bien là, semble-t-il, une preuve de l’ambivalence des opinions à cet égard. Il ne faut pas croire, pour autant, que les militants ayant un esprit laïque élevé abandonnent leur tolérance à la porte de l’école. On leur a demandé en 1998, comme en 1985, si l’école doit avant tout apprendre aux enfants le sens de la discipline33. En 1985, la note d’échelle n’avait aucune influence sur les réponses, en 1998 plus la note est élevée, moins on est d’accord avec cette proposition (40 % pour la note 0, 25 % pour la note 3). Ainsi, moins proche de l’esprit républicain traditionnel, l’esprit laïque aujourd’hui semble se confondre avec un système de valeurs respectueux des différences individuelles, éloigné quelque peu de l’universalisme originel.

Notes

1 Cf. Gérard Grunberg et Alain Bergounioux, Le long remords du pouvoir. Le Parti socialiste français 1905-1992, Paris, Fayard, 1992.

2 Cf. Véronique Aubert, Alain Bergounioux, Jean-Pierre Martin et René Mouriaux, La Forteresse enseignante. La Fédération de l’Éducation nationale, Paris, Fondation Saint-Simon, Fayard, 1985.

3 Ibid., p. 251.

4 L’enquête que nous avons effectuée en 1985-1986 auprès des militants socialistes concernait trente fédérations réparties sur le territoire national, représentant environ 40 % des effectifs du PS. Le choix des fédérations avait été guidé par deux exigences : tenter de saisir la réalité du PS au niveau national, en échappant au cadre monographique habituel des études réalisées jusqu’alors ; tenir compte de critères socioéconomiques d’une part et historico-politiques de l’autre. Nous voulions obtenir une image aussi fidèle que possible du PS, du point de vue de son recrutement et de celui de ses composantes idéologiques. Nous avions obtenu 4 319 réponses, assez largement représentatives des données fournies par le fichier national des adhérents (sexe, âge, date d’adhésion, profession). Pour cette opération, avec l’aval du secrétariat national aux fédérations mais sans son soutien actif, les fédérations se sont le plus souvent chargées du tirage, de la distribution et du retour du questionnaire. Celui-ci a été diffusé dans la presse fédérale pour les grandes fédérations et dans les réunions de section pour les fédérations ne jouissant pas de moyens importants. L’enquête comportait quatre grandes dimensions : les trajets sociaux, les itinéraires idéologiques, les raisons de l’adhésion et les significations attribuées au militantisme, les opinions politiques et les systèmes de valeurs. Conçue dans le cadre d’une réflexion globale sur le militantisme politique, l’enquête nous a permis d’éclairer la complexité des mécanismes de l’adhésion partisane, tout en situant les militants par rapport aux processus de reconstruction du socialisme français entrepris depuis Épinay. Pour des raisons de commodité de l’exposé, nous parlerons de l’enquête de 1985. Treize ans plus tard, il nous a paru intéressant d’étudier l’évolution interne du PS dans une perspective comparative, en reprenant les mêmes grandes dimensions. Certaines questions de la première enquête ont disparu, d’autres, nouvelles, ont été introduites selon les thématiques actuelles du débat politique. Diffusée dans L’Hebdomadaire des socialistes, l’enquête a recueilli 12 291 réponses. Elle a atteint les adhérents de toutes les fédérations. Une première exploitation des résultats montre des différences assez importantes par rapport à 1985 tant du point de vue de la composition sociodémographique du PS que des options idéologiques des militants. On pouvait craindre que ces différences soient dues essentiellement à un biais d’échantillonnage de la première enquête où les anciennes fédérations SFIO dominaient en nombre. Un contrôle statistique simple nous a permis de vérifier qu’il n’en est rien : les résultats que nous allons maintenant exposer sont les mêmes, que l’on considère l’ensemble des réponses ou seulement celles des trente fédérations autrefois retenues. Cf., pour 1985, Henri Rey et Françoise Subileau, Les militants socialistes à l’épreuve du pouvoir, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1991 ; et pour une première exploitation des résultats de 1998, Françoise Subileau, Colette Ysmal et Henri Rey, Les adhérents socialistes en 1998, Le cahier du CEVIPOF, n° 23, mai 1999.

5 En 1985, 26 % des militants socialistes sont enseignants, dont 17 % instituteurs et 9 % professeurs de l’enseignement secondaire et supérieur ; en 1998, 23 % des militants sont enseignants, dont 9 % instituteurs et 14 % professeurs.

6 Claude Nicolet, La République en France. État des lieux, Paris, Seuil, 1992, p. 100.

7 Ibid., p. 101.

8 Claude Nicolet a vraiment le génie de la formule : « la laïcité serait une originalité française, étroitement hexagonale, au parfum désuet, qu’on nous pardonne peut-être au bénéfice de nos vins et de nos fromages. Elle n’éveillerait, au mieux, que quelques souvenirs historiques : une pièce de musée » (ibid., p. 101).

9 Ici, et pour les développements qui suivent, cf. Henri Rey et Françoise Subileau, Les militants socialistes à l’épreuve du pouvoir, op. cit., p. 209-244.

10 Cf. université d’Aix-Marseille, Centre de sciences politiques de l’institut juridiques de Nice, La laïcité, Paris, PUF, 1960, notamment François Mejan, « La laïcité, en droit positif et en fait », p. 202-245.

11 Robert A. Nisbet, La tradition sociologique, Paris, PUF, 1984, p. 24.

12 Claude Nicolet, L’idée républicaine en France, Essai d’histoire critique, Paris, Gallimard, 1982, p. 445-448.

13 Ibid, p. 497 (souligné par l’auteur).

14 Ibid., p. 457-458.

15 Le PS né à Épinay serait un parti néo-radical, influencé à l’origine par le mendésisme et proposant une version moderne du radicalisme dans son pragmatisme, sa réserve à l’égard de toute idéologie et son enracinement dans les classes moyennes. Cf. Hugues Portelli, Le socialisme français tel qu’il est, Paris, PUF, 1980, p. 90 sqq.

16 Maurice Agulhon, « Plaidoyer pour les Jacobins. La gauche, l’État et la région dans la tradition historique française », Le Débat, n° 13, 1981, p. 55-65 (souligné par l’auteur).

17 Jean-Gustave Padioleau, « La formation de la pensée politique : développement longitudinal et déterminants socioculturels », Revue française de Sociologie, n° 17, 1976, p. 451-484.

18 Henri Rey et Françoise Subileau, Les militants socialistes à l’épreuve du pouvoir, op. cit.

19 La construction d’échelles consiste à hiérarchiser les réponses à différentes questions composant une même dimension. Cette méthode permet de définir une dimension et de classer les questions qui la forment, selon la fréquence des réponses, et les individus selon leurs réponses. La méthode utilisée ici est celle de Loevinger. Le coefficient d’association est le h de Loevinger. Cf. Jane Loevinger, « The technic of homogeneous tests compared with some aspects of scale analysis and factor analysis », Psychological Bulletin, n° 5, 1948, p. 507-530. Cf. aussi Benjamin Matalon, L’analyse hiérarchique, Paris, Gauthier-Villars, 1965.

20 – La laïcité est une tradition qui doit aujourd’hui chercher à se redéfinir : 1985 1998
pas d’accord du tout 11 % 14 %
– La laïcité est un combat qui a eu sa raison d’être mais qui est aujourd’hui dépassé : pas d’accord du tout 39 % 56 %
– La laïcité est une valeur fondamentale toujours actuelle : tout à fait d’accord 79 % 92 %
(notes faibles : 0 et 1 ; notes élevées : 2 et 3).

21 En 1985, 33 % des militants interrogés ont moins de 40 ans, 28 % ont entre 40 et 49 ans, 18 % entre 50 et 59 ans et 21 % plus de 60 ans. En 1998, ces proportions sont respectivement de 14 %, 19 %, 27 % et 40 %. En 1985, la représentativité de l’échantillon peut être considérée comme satisfaisante. En 1998, les plus de 60 ans sont légèrement sur-représentés dans l’enquête (plus 5 % par rapport aux résultats des fichiers fédéraux). Sur l’axe gauche-droite en sept positions, allant de 1 (extrême gauche) à 7 (extrême droite), on obtient en 1985 1 % de militants se situant à l’extrême gauche, 31 % à gauche, 59 % au centre gauche et 8 % sur les quatre autres positions à partir du centre droit. En 1998, ces proportions sont respectivement de 2 %, 45 %, 46 % et 5 %. Pour les commodités de l’analyse et de l’exposé, les adhérents seront qualifiés de « gauche » (positions 1 et 2 : 32 % en 1985, 47 % en 1998) et de « centristes » (à partir de la position 3 : 67 % en 1985, 51 % en 1998).

22 On qualifiera dans le texte de « laïques » les militants qui ont des notes élevées sur l’échelle.

23 On peut noter que le degré de pratique religieuse est quasiment identique en 1998 par rapport à ce qu’il était en 1985 : aux deux dates, il y a 12 % de catholiques pratiquants, 35 et 36 % de non-pratiquants, 5 et 4 % de membres d’autres religions ; seule la proportion de sans-religion augmente légèrement en 1998 (47 % contre 40 % en 1985).

24 Cf. notamment Annick Percheron, « La socialisation politique, défense et illustration », Madeleine Grawitz et Jean Leca (dir.), Traité de science politique, t. 3 : L’action politique, Paris, PUF, 1985, p. 165-235.

25 Enquête de 1985 : « Pouvez-vous nous dire si, lorsque vous avez décidé d’adhérer, les éléments suivants ont joué un rôle très important : – poursuivre la tradition politique de votre famille. » Enquête de 1998 : « Parmi les raisons qui vous ont conduit à adhérer, quelles sont celles qui vous paraissent importantes ou non ? très importantes : – suivre la tradition familiale. »

26 Participation à la transformation de la société, raison très importante de l’adhésion : 1985, note 0 : 62 %, note 1 : 68 %, note 2 : 73 %, note 3 : 78 % ; 1998, note 0 : 54 %, note 1 : 58 %, note 2 : 64 %, note 3 : 67 %.

27 En 1985, on demandait aux adhérents de se situer sur un axe en sept positions allant de la position 1 « Je suis partisan d’une transformation révolutionnaire de la société » à la position 7, « Je pense qu’il faut changer le moins possible la société actuelle ». 26 % des adhérents se situaient en position 1 et 2. Les réponses variaient de 20 % pour les notes 0 à 42 % pour les notes 3. En 1998, également sur un axe en sept positions, les adhérents devaient se situer de la position 1, « il faut changer complètement la société » à la position 7, « il ne faut pas changer du tout la société ». 36 % d’entre eux choisissent les positions 1 et 2. Les réponses varient de 13 % pour les notes 0 à 16 % pour les notes 3.

28 Cf. Henri Rey et Françoise Subileau, Les militants socialistes à l’épreuve du pouvoir, op. cit., p. 232-244.

29 En 1985, on demandait aux personnes interrogées de classer de 1 (le plus important) à 8 (le moins important) les nationalisations parmi les mesures prises par le gouvernement depuis 1981. On a retenu les réponses 1 et 2. En 1998, on leur demandait de se situer sur un axe en sept positions allant de « l’État intervient trop » (position 1) à « l’État n’intervient pas assez » (position 7). On a retenu les réponses 6 et 7.

30 « En voyant ce qui se passe autour de vous, avez-vous l’impression que nous vivons dans une société caractérisée par la lutte des classes ? » Tout à fait l’impression, plutôt l’impression, plutôt pas l’impression, pas du tout l’impression.

31 Cf. Alain Bergounioux et Gérard Grunberg, « Le socialisme et la République », Intervention, n° 10, août-décembre 1984, p. 26-33. Cf. aussi Philippe Raynaud, « Destin de l’idéologie républicaine », Esprit, n° 12, décembre 1983, p. 27-39.

32 « La vérité est que la Révolution française n’a pas seulement créé l’opposition entre droite et gauche. Elle a aussi divisé, tout au long du XIXe siècle, pour ne rien dire de la suite, la gauche elle-même. » François Furet, La gauche et la Révolution au milieu du XIXe siècle, Edgar Quinet et la question du jacobinisme. 1865-1870, Paris, Hachette, 1986, p. 9.

33 Le texte de la question n’est pas le même dans les deux enquêtes, ce qui peut expliquer en partie les différences. 1985 : « L’école devrait apprendre avant tout aux enfants le sens de la discipline : tout à fait d’accord, etc. » 1998 : « En pensant à l’école, pouvez-vous nous dire avec laquelle de ces deux opinions vous êtes le plus d’accord : l’école devrait donner avant tout le sens de la discipline et de l’effort ; l’école devrait former avant tout des gens à l’esprit éveillé et critique. »

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Les notes sur l’échelle de laïcité (en %).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Tableau 2. – Notes élevées de laïcité selon l’âge (en %).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Tableau 3. – Les notes sur l’échelle de laïcité selon la position sur l’axe gauche-droite (en %).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24734/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Tableau 4. – Les notes sur l’échelle de laïcité selon le degré de pratique religieuse (en %).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24734/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540