Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La laïcité, une valeur d'aujourd'hui ?

 | 
Jean Baudouin
, 
Philippe Portier

Deuxième partie. Contraintes sociales

9. Les profils des Français selon leur opinion sur la laïcité scolaire

Yves Lambert

Termini per la ricerca

Indice geografico :

France

Testo integrale

  • 1 La participation de la France à ce programme est assurée par le Laboratoire de sociologie quantita (...)

1Les données analysées ici sont tirées d’une enquête internationale, l’International Social Survey Programme (ISSP), qui est un réseau d’instituts et de laboratoires de sociologie réalisant chaque année une enquête par sondage sur un thème différent. Les enquêtes de 1991 et 1998 portaient sur la religion. Plusieurs questions permettaient d’identifier les attitudes que l’on pourrait dire sécularistes ou fondamentalistes à propos de la place de la religion dans la société et quant à l’interprétation de la Bible, si l’on considère comme fondamentalistes les attitudes favorables à une influence directe de la religion sur la vie sociale et à une interprétation littérale de la Bible. La France ne faisait pas partie du programme en 1991 mais elle l’a rejoint depuis lors et nous avons pu ajouter une question sur la laïcité scolaire dans l’enquête française de 19981. Une partie des questions étant commune aux deux enquêtes, il est possible de comparer la France aux autres pays enquêtés en 1991 (les résultats 1998 ne sont pas encore tous disponibles au moment d’achever ce texte).

2Étant donné la particularité du système français de laïcité, sachant à quel point la « guerre des deux France » a marqué les enjeux et les mentalités, il est intéressant d’examiner comment se situe la France par rapport aux autres pays en ce qui concerne les attitudes sécularistes ou fondamentalistes, et si la logique de variation de ces attitudes est la même en France et ailleurs : ce sera notre point de départ. Nous pourrons ensuite explorer de manière plus approfondie quels sont les divers profils religieux, éthiques et politiques que l’on voit se dégager en France en fonction des opinions sur la laïcité scolaire. Il sera éclairant d’examiner aussi les profils extrêmes (les plus favorables ou les plus défavorables à la laïcité scolaire) ainsi que les profils atypiques : celui des catholiques qui demandent un renforcement de la laïcité ou celui des sans religion qui souhaitent son assouplissement.

3On peut supposer que la France est un pays nettement séculariste dans la mesure où la laïcisation est elle-même une composante de la sécularisation (Dobbelaere, 1981). Mais on sait aussi que l’enseignement catholique a triomphé des tentatives d’unification scolaire de la gauche (1984). Il s’agit en tout cas de l’enjeu de société qui a suscité les manifestations les plus massives des vingt dernières années : la manifestation de 1984 contre le projet de la gauche d’intégrer l’enseignement confessionnel à un « service unifié d’enseignement », et celle de 1994 contre le projet de la droite de permettre de faire appel beaucoup plus largement aux fonds publics pour construire les établissements confessionnels, les deux projets ayant échoué. Actuellement prévaut une situation de compromis dans laquelle la gauche ne cherche plus à unifier les écoles, ni la droite à obtenir une parité financière, l’Église catholique acceptant tacitement ce « pacte laïque » – selon l’expression de Jean Baubérot (1990). Ce compromis est-il accepté, est-il contesté, et par qui ?

Les attitudes sécularistes et fondamentalistes en France et dans les autres pays occidentaux

4Une mise au point de vocabulaire s’impose au préalable. On sait que, au sens strict, le fondamentalisme désigne le fait d’interpréter littéralement la Bible. En ce sens, le fondamentalisme ne s’oppose pas directement au sécularisme ou au laïcisme mais aux interprétations modernistes de la Bible. Cependant, avec la poussée des « fondamentalismes religieux », ce terme en est venu à désigner une volonté de respect intégral de la religion, d’influence directe de la religion sur la vie sociale et politique, tout à l’opposé de la laïcité, laquelle est d’ailleurs fermement combattue par les fondamentalismes. C’est en ce sens que nous utiliserons la notion de « fondamentaliste ». On verra précisément dans quelle mesure le fondamentalisme biblique recouvre ou non le fondamentalisme au sens large. On aurait aussi pu parler d’intégralisme mais cette notion avancée par Émile Poulat est plutôt spécifique au catholicisme. Faut-il parler de « sécularistes » ou de « laïcistes » ? Le terme « séculariste » a été préféré parce qu’il fait sens internationalement.

5Pour effectuer la comparaison internationale, nous allons donc utiliser les questions communes aux enquêtes ISSP de 1991 et de 1998, à savoir les cinq questions suivantes :

« Dans quelle mesure êtes-vous d’accord ou non avec les opinions suivantes… ? :
1° On devrait interdire les livres et les films qui attaquent la religion [les réponses vont du “oui, certainement” au “non, certainement pas”].
2° Les autorités religieuses ne devraient pas essayer d’influencer les décisions du gouvernement [les réponses vont du “tout à fait d’accord” au “pas d’accord du tout”, en passant par le “plutôt d’accord”, le “plutôt pas d’accord” et le “ne peut vraiment pas choisir”].
3° Les non croyants ne conviennent pas dans les fonctions officielles [mêmes réponses].
4° Les Églises et les organisations religieuses ont-elles… Beaucoup trop peu de pouvoir / Trop peu de pouvoir / Juste ce qu’il faut de pouvoir / Trop de pouvoir/Beaucoup trop de pouvoir ?

5° Parmi les affirmations suivantes à propos de la Bible, laquelle est la plus proche de la vôtre ?
– La Bible est la parole même de Dieu et elle doit être prise à la lettre ;
– La Bible est une parole inspirée de Dieu, elle ne doit pas être prise à la lettre ;
– La Bible est un livre ancien de contes, de légendes, d’histoires et de préceptes oraux rapportés par l’homme ;
– Ne peut choisir. »

  • 2 On en trouvera une analyse complète dans : Yves Lambert, « Le rôle dévolu à la religion par les Eu (...)

6Précisons que l’enquête de 1998 a été réalisée dans six pays d’Europe de l’Ouest (Irlande, Italie, Allemagne, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Norvège), dans quatre pays d’Europe de l’Est (ex-Allemagne de l’Est, Hongrie, Pologne, Slovénie), en Russie, en Amérique du Nord (États-Unis et Canada) et en Israël. Nous allons d’abord analyser les quatre premières questions en distinguant simplement les réponses favorables ou défavorables à une influence directe de la religion sur la société (d’un côté, addition des réponses du type « tout à fait d’accord » et « plutôt d’accord », de l’autre, addition des réponses du type « plutôt pas d’accord » et « pas d’accord du tout »), et nous calculerons les moyennes par pays. Puis nous isolerons les noyaux durs du fondamentalisme ou du sécularisme en ne retenant cette fois que les réponses extrêmes à ces quatre questions (par exemple, « tout à fait d’accord » ou « pas d’accord du tout »)2. Bien sûr, nous faisons l’hypothèse que les pourcentages n’ont pas suffisamment varié de 1991 à 1998 pour enlever sa pertinence à cette comparaison. Nous envisagerons ensuite le cas du fondamentalisme biblique.

7Les résultats sont figurés sur les graphiques 1 à 3. On constate en premier lieu que, à l’exception de la Russie et surtout de la Pologne, les partisans d’une influence directe de la religion sur la société (les « fondamentalistes » au sens large) sont partout moins nombreux que les partisans d’une autonomie de la vie sociale par rapport à la religion (les « sécularistes »), selon les critères ainsi définis et dans les pays en question. En second lieu, le classement des pays est à peu près identique qu’il s’agisse de la balance globale attitudes favorables ou défavorables ou bien des noyaux sécularistes ou fondamentalistes au sens strict. Au regard des quatre premières questions, la France apparaît comme étant le pays le plus séculariste, plus encore que l’ex-Allemagne de l’Est ou les Pays-Bas, qui viennent immédiatement après (au sens large comme au sens strict). En outre, elle figure parmi les pays où le fondamentalisme biblique est le plus faible. Même à supposer que ces attitudes aient quelque peu évolué de 1991 à 1998, on peut au moins conclure que la France fait partie des pays les plus sécularistes. Les attitudes face à la Bible viennent confirmer les classements précédents.

8On ne s’étonnera pas d’apprendre que ces attitudes sont fortement liées aux attitudes religieuses elles-mêmes, ce qui explique d’ailleurs l’homogénéité des classements. On relève malgré tout des différences significatives, en particulier les pays ex-communistes sont moins sécularistes que ne le laisserait présager leur niveau de religiosité plutôt bas (sauf en Pologne), ce qui traduit un renversement de balancier après l’effondrement du communisme. On constate en outre que, dans les divers pays, ces attitudes varient toujours de la même façon en fonction de l’âge, du niveau d’instruction, de l’origine sociale, des positions éthiques et politiques, ou de la religiosité : les individus plutôt fondamentalistes sont en moyenne plus âgés, moins instruits, d’appartenance sociale plus modeste, plus rigoristes sur le plan des mœurs et plutôt orientés à droite, sans pour autant se marquer à l’extrême droite, et plus traditionalistes sur le plan religieux ; parmi les croyants eux-mêmes, ceux qui sont plutôt fondamentalistes se distinguent par les mêmes caractéristiques. Enfin, il s’avère que le fondamentalisme biblique est religieusement plus traditionaliste que le fondamentalisme social mais socialement moins conservateur.

Graphique 1. – Opinions défavorables à une influence directe de la religion sur la société (en blanc, total des réponses « tout à fait » et « plutôt »; en hachuré, réponses « tout à fait »).

Graphique 2. – Opinions favorables à une influence de la religion sur la société (idem).

Graphique 3. – La conception de la Bible.

9Tout cela suggère que les fondamentalistes d’Europe et d’Amérique du Nord constituent plutôt une arrière-garde, tant aux points de vue religieux qu’éthique, démographique ou socioprofessionnel. Les sécularistes se rencontrent proportionnellement plus, au contraire, parmi les jeunes, parmi les plus instruits et dans les couches montantes. Ce fondamentalisme est sans doute à cet égard très différent de ceux des pays en voie de développement, en particulier des fondamentalistes islamiques, qui trouvent principalement leurs troupes parmi les jeunes, et leurs cadres dans les couches les plus instruites. Nous ne pouvons malheureusement pas effectuer de comparaison, faute d’enquête disponible pour ces pays, mais c’est un point qu’il nous semble important de souligner.

10Il est à noter, au niveau européen, que le niveau de religiosité et/ou de sécularisme n’est pas forcément lié au régime confessionnel, comme l’illustre le contraste entre le cas de l’Irlande (régime de séparation relative) et celui des pays nordiques (Église luthérienne d’État) (Baubérot, 1994 ; Lambert, 1994). Mais un régime de laïcité correspond toujours à une mentalité assez sécuraliste, il en est au minimum l’héritage.

Les profils des partisans d’un renforcement, d’un maintien ou d’un assouplissement de la laïcité scolaire en France

11Il était indispensable, au départ, de situer la France parmi les autres pays et de mettre en évidence la logique des attitudes plus ou moins fondamentalistes ou sécularistes afin de voir si la laïcité répond à la même logique malgré sa spécificité. Nous ne rappellerons pas quelles sont les particularités de la laïcité française par rapport aux systèmes en vigueur dans ces divers pays, renvoyant plutôt aux synthèses effectuées sur cette question (Poulat, 1987 ; Champion, 1993 ; Baubérot, 1994). Précisons simplement que, par comparaison avec les enseignements publics existant dans les autres pays, la France est le seul cas où l’on n’y trouve pas d’enseignement religieux, que cet enseignement soit culturel ou catéchétique, le seul cas, aussi, où les prêtres, frères, religieux et religieuses ne peuvent pas non plus y enseigner (sauf dans l’enseignement supérieur). Par contre, on le sait, les aumôneries sont admises dans les enseignements secondaire et supérieur. Ajoutons que la question de l’introduction d’un enseignement culturel sur les religions à l’école publique n’a pas abouti (Messner, 1995 ; Boespflug, Dunand, Willaime, 1996).

12Nous avons proposé une question sur la laïcité scolaire car c’est là que se cristallisent les positions, mais nous n’avons pas pu y joindre une question sur l’enseignement suivi par l’enquêté ou par ses enfants, ni sur l’attitude face à l’introduction éventuelle d’un enseignement culturel sur les religions. La question a été posée de la manière suivante (les pourcentages des réponses figurent entre parenthèses) :

« À propos de l’école, la laïcité doit-elle être, selon vous… ?
– Renforcée (28 %) ;
– Assouplie (14 %) ;
– Maintenue telle qu’elle est (46 %) ;
– Abandonnée (3 %) ;
– Ne sait pas, non réponse (10 %). »

13Le premier constat, c’est que la laïcité est fermement établie puisque les réponses en faveur d’un renforcement ou d’un maintien représentent les trois quarts de l’échantillon (74 %), et les demandes d’un renforcement sont deux fois plus nombreuses que celles d’un assouplissement, cependant que 3 % seulement prônent l’abandon de la laïcité. On peut penser qu’il ne s’agit pas de réponses artificielles mais d’opinions « mobilisées » du fait des nombreux problèmes qui sont venus au-devant de la scène depuis une vingtaine d’années à ce propos : outre les projets d’unification scolaire puis d’alignement financier, les affaires du « foulard islamique », les débats autour du renforcement de la culture religieuse ou de l’introduction d’un enseignement sur les religions, et, dernièrement, la peur de l’influence des « sectes ». Il est possible, d’ailleurs, que le battage médiatique autour des « sectes » et, plus indirectement, la poussée des fondamentalismes dans le monde aient en quelque sorte « dopé » les attitudes de défense de la laïcité.

14La comparaison des profils de ces différents types d’attitude face à la laïcité scolaire est instructive. Le tableau 1 résume les traits qui nous ont paru les plus pertinents. Nous n’y avons pas fait figurer les partisans d’un abandon de la laïcité car ils sont trop peu nombreux pour être statistiquement significatifs et leurs caractéristiques ne se différencient guère de celles des partisans d’un assouplissement. On peut constater d’abord que, entre les trois sous-ensembles ainsi définis (renforcement, maintien en l’état ou assouplissement de la laïcité), les différences de sexe, d’âge, de niveau d’instruction ou (non reportées sur le tableau) les différences de milieu social sont très faibles. Ces dernières sont d’ailleurs plus faibles que les différences d’origine sociale entre élèves du public et du privé. On relève seulement que les partisans d’un assouplissement sont en moyenne plus âgés et plus souvent liés aux milieux ouvrier, agricole, commerçant, en particulier, alors que c’est dans les classes moyennes que le renforcement trouve le plus d’écho. Cela confirme le fait que la laïcité est une réalité largement acceptée puisqu’elle l’est dans toutes les couches sociales ; de même, son refus n’est pas socialement très clivant.

15On ne s’étonnera pas d’apprendre que les différences les plus importantes sont liées aux caractéristiques religieuses, mais on aurait pu s’attendre à des écarts plus prononcés. Des partisans d’un renforcement de la laïcité à ceux d’un assouplissement, on voit les taux d’appartenance religieuse s’élever de 30 % à 72 %, ceux de la pratique cultuelle mensuelle, de 10 % à 39 %, ceux de la croyance en Dieu, de 26 % (18 % + 8 %) à 70 % (56 % + 14 %), et ceux de la croyance en une vie après la mort, de 33 % (17 % + 23 %) à 72 % (39 % + 33 %) (cf. le tableau 1). C’est dire en même temps que le sous-ensemble le plus laïque comporte une minorité non négligeable d’appartenants et de croyants, et, symétriquement, le sous-groupe le moins laïque, une minorité presque équivalente de sans religion et de non croyants.

16De la même manière, en ce qui concerne l’attitude face aux religions en général, on peut relever que 35 % seulement des plus laïques choisissent l’item « On trouve très peu de vérités dans les religions » contre 43 % pour l’item « On trouve des vérités fondamentales dans beaucoup de religions »; et, à l’inverse, noter que 8 % seulement des moins laïques estiment qu’« On ne trouve la vérité que dans une seule religion », pour 65 % qui trouvent « des vérités fondamentales dans beaucoup de religions ». Les tenants d’une culture religieuse à l’école publique se sentiront confortés par ces chiffres. Des plus laïques aux moins laïques, on voit l’opinion majoritaire sur la Bible glisser du « livre ancien » au livre représentant « la parole de Dieu », sans que l’acception religieuse de la Bible ne soit absente des premiers (17 %) ni que la position fondamentaliste ne prenne de l’importance chez les seconds (9 %). Par ailleurs, il se confirme que les croyances parallèles suivent une autre logique, comme l’illustre le fait que l’item « Certaines voyantes peuvent prévoir le futur » soit approuvé dans la même proportion (environ un tiers) quelle que soit la position sur la laïcité.

17Bien sûr, les attitudes sécularistes sont nettement plus répandues chez les plus laïques mais elles ne sont pas absentes chez les autres. En tout cas, ces attitudes se hiérarchisent toujours de la même manière, quelle que soit l’opinion sur la laïcité scolaire : c’est le fait d’influencer les décisions du gouvernement qui paraît toujours le moins acceptable, ce qui confirme le souci de séparer autant qu’il est possible la religion de la politique, y compris chez les moins laïques… Du moins, autant qu’il est possible, car une question originale montre bien les limites éventuelles de cette position et, par là, les limites de la séparation des sphères et de la privatisation du religieux. C’est la question suivante (avec la distribution des réponses entre parenthèses) :

« Supposez que soit adoptée une loi qui heurte vos principes religieux. Que feriez-vous ?
– Certainement suivre la loi (4 %) ;
– Probablement suivre la loi (12 %) ;
– Probablement suivre vos principes religieux (18 %) ;
– Certainement suivre vos principes religieux (14 %) ;
– Je n’ai pas de principes religieux (37 %) ;
– Non réponse (15 %). »

Tableau 1. – Profils des sous-groupes définis par l’attitude face à la laïcité scolaire ; ensemble de l’échantillon (M). Lire, par exemple : parmi ceux qui pensent que la laïcité scolaire doit être renforcée, 33 % sont catholiques contre 55 % de l’échantillon (% en colonne, selon l’opinion sur la laïcité).

18Il n’est pas surprenant que les plus laïques choisissent majoritairement – quoiqu’à une faible majorité – l’item « Je n’ai pas de principes religieux » ; il était moins attendu que 61 % des moins laïques disent choisir de suivre leurs principes religieux. Évidemment, on peut supposer que tout dépendrait du problème posé, comme l’a illustré le cas de la légalisation de l’avortement en 1994. Ressort bien au travers de cette question la position intermédiaire des partisans du statu quo : 34 % suivraient leurs principes religieux, 18 % la loi, et 37 % disaient ne pas avoir de principes religieux.

19L’enquête soumettait en outre deux jugements négatifs sur les religions à l’avis des enquêtes : « les religions apportent plus de conflit que de paix », « les gens qui ont de fortes convictions religieuses sont souvent trop intolérants envers les autres ». Le fait que les réponses ne soient pas plus contrastées en fonction de la position sur la laïcité souligne qu’il s’agit là d’un réel problème aux yeux de tous puisque même la moitié des moins laïques reprennent à leur compte ces jugements, lesquels renvoient sans doute, mais il faudrait le vérifier, à l’histoire des religions, à la crainte des fondamentalismes et aux conflits dans lesquels les religions sont impliquées d’une manière ou d’une autre. Ces réponses aident à comprendre le niveau élevé d’approbation de la situation actuelle.

20Les différences qui apparaissent dans les attitudes à l’égard de l’homosexualité, de l’avortement et du travail de la femme retraduisent en fait, pour l’essentiel, des différences d’attitude religieuse. Les partisans d’un assouplissement de la laïcité scolaire sont plus réservés vis-à-vis de l’homosexualité, de l’avortement en cas de risque de malformation du fœtus et du travail de la femme, à l’inverse des partisans d’un renforcement, mais cela recouvre des différences entre les plus religieux et les moins religieux (sachant en outre que les plus religieux sont en moyenne plus âgés). Il en va de même des écarts observés en fonction de l’orientation politique : 55 % des partisans du renforcement se situent à gauche (sur une échelle gauche-centre-droite) contre 10 % à droite, tandis que les partisans d’un assouplissement ne sont que 22 % à se positionner à gauche contre 32 % à droite. Par contre, on n’observe pratiquement pas de différences dans les attitudes civiques, comme l’illustre l’exemple des allocations indues, et assez peu dans l’attitude à l’égard de la peine de mort.

21Nous venons d’analyser ces profils en partant des différentes positions sur la laïcité. Voyons maintenant, complémentairement, comment se distribuent ces positions en partant des caractéristiques religieuses, éthiques ou politiques (tableau 2). Globalement 16 % des catholiques se prononcent pour un renforcement de la laïcité, 53 % pour un maintien en l’état, 19 % pour un assouplissement et 4 % pour un abandon, soit une acceptation nettement majoritaire ; les chiffres sont à peu près les mêmes chez les protestants, curieusement, mais la représentativité statistique de ces derniers n’est pas garantie. Parmi les catholiques pratiquants réguliers (au moins une fois par mois) eux-mêmes, l’acceptation est majoritaire (16 % pour le renforcement + 43 % pour le statu quo) et le souhait d’abandon assez faible (5 %); les taux sont voisins si l’on prend ceux qui ont « toujours cru en Dieu » (14 % + 51 %; 5 %). De leur côté, les sans religion et les athées sont très largement favorables à la laïcité (9 sur 10) mais seulement 43 % des sans religion et 50 % des athées veulent son renforcement, signe d’une modération des attitudes de leur part également. La même impression ressort de la prise en compte de l’orientation politique. On s’attend bien à ce que ceux qui se situent à gauche soient plus favorables à la laïcité (43 % + 41 %) que ceux qui se placent à droite (12 % + 54 %) mais la volonté de renforcement n’est pas majoritaire à gauche, et le désir d’assouplissement ou d’abandon est minoritaire à droite (20 % + 4 %). Bref, se confirme l’acceptation assez large de la situation actuelle.

Tableau 2. – Opinions sur la laïcité en fonction de caractéristiques religieuses ou politiques. Lire, par exemple : parmi les catholiques, 16 % pensent que la laïcité doit être renforcée à l’école, 53 %, maintenue en l’état, etc. (% en ligne).

Groupes extrêmes et groupes atypiques face à la laïcité scolaire

22Cependant, si nous accumulons les traits significatifs d’une volonté de renforcement ou, au contraire, d’assouplissement ou d’abandon de la laïcité, nous devrions découvrir des positions nettement plus contrastées, par exemple dans le cas des sans religion de gauche, ou bien chez les catholiques pratiquants de droite. Inversement, on devrait trouver des positions atténuées parmi les sans religion de droite ou parmi les catholiques pratiquants de gauche, catégories en quelque sorte écartelées entre des affiliations qui étaient historiquement incompatibles (structure en chiasme). Qu’en est-il ? L’intérêt de cette investigation complémentaire est de permettre de repérer quels sont les sous-groupes les plus tranchés face à la laïcité scolaire et quels sont les sous-groupes intermédiaires.

23Dans la première partie de l’article, nous avons précisé que, parmi les croyants eux-mêmes, on trouve une tendance plutôt séculariste et une tendance plutôt fondamentaliste, les croyants sécularistes étant en moyenne plus jeunes, plus instruits, plus libéraux en matière de mœurs, plus à gauche politiquement et plus modernistes sur le plan religieux. C’est bien ce que l’on observe également à travers les différences d’opinion sur la laïcité scolaire. Ainsi, parmi ceux qui déclarent avoir « toujours cru en Dieu », entre ceux qui demandent plus de laïcité (ils sont 14 %) et ceux qui en veulent moins (22 %), le taux de moins de 35 ans passe de 26 % à 13 %, respectivement (les niveaux d’instruction sont équivalents), la croyance en l’enfer, de 20 % à 35 %, le rejet total de l’homosexualité, de 59 % à 80 %, le vote à droite (échelle gauche-centre-droite), de 19 % à 38 %; de même, la perception d’un Dieu « juge » ou « roi » augmente légèrement au détriment de celle d’un Dieu plutôt « amour » ou « ami », le sentiment qu’il existe une seule vraie religion progresse, etc. Les chiffres sont à peine plus forcés chez les partisans de l’abandon de la laïcité, et on observe à peu près les mêmes écarts à l’intérieur du groupe des catholiques pratiquant au moins une fois par mois. Symétriquement, parmi ceux qui n’ont « jamais cru en Dieu », quand on passe de ceux qui prônent un renforcement de la laïcité à ceux qui penchent pour son assouplissement, le rejet total de l’homosexualité monte de 26 % à 50 % et le taux de vote à gauche diminue de 64 % à 40 %, par contre le niveau d’instruction et l’âge changent peu ; il en va de même parmi les sans religion.

24D’une manière cohérente, si l’on cumule les critères de religiosité et d’orientation à droite, on fait monter la proportion de partisans du renforcement ou de l’assouplissement-abandon de la laïcité. Ainsi les catholiques pratiquant au moins une fois par mois et votant à droite (échelle gauche-centre-droite) sont-ils à 48 % pour l’assouplissement ou l’abandon (41 % + 7 %), à 50 % si, en plus, ils croient en l’enfer, à 55 % s’ils rejettent l’homosexualité (44 % + 11 %). De leur côté, les sans religion de gauche sont à 54 % pour le renforcement, à 63 % si, en plus, ils sont athées, et à 65 % si, en outre, ils pensent que l’homosexualité n’est « jamais mal ».

Conclusion

25Ainsi voit-on se confirmer l’existence d’une logique d’ensemble des positions. Il est remarquable de retrouver dans tous les pays occidentaux enquêtés la même structure tendancielle, les mêmes principes de variation des attitudes, des moins sécularistes aux plus sécularistes, ou des moins laïques aux plus laïques, quels que soient le passé ou le régime confessionnel du pays. Bien sûr, cette structure s’incarne de manière particulière dans chaque pays, c’est-à-dire avec une gamme de pourcentages qui lui est spécifique, mais, en elle-même, elle est identique. La France laïque ne fait pas exception, elle apparaît simplement comme étant le pays le plus séculariste.

26On ne peut pas dire si ce fait est une cause ou une conséquence de son système de laïcité mais on constate que la laïcité scolaire, qui en est le point-clé, est largement acceptée sous sa forme actuelle, c’est-à-dire celle du pluralisme scolaire, du maintien d’un enseignement privé catholique à côté de l’enseignement public. On a pu expliquer cela par le souci de beaucoup de parents de conserver une possibilité de choix entre ces deux écoles, selon une attitude consumériste, au détriment des critères religieux ou politiques. En fait une étude effectuée dans dix lycées de l’agglomération grenobloise par Vincent Tournier en 1992 (Tournier, 1997) montre que les facteurs idéologiques restent importants et que le choix d’un transfert vers l’autre école en cas de difficulté scolaire concerne plutôt des parents en quelque sorte prédisposés à ce « zapping » : en cas de transfert du public vers le privé, des parents moins à gauche et plus proches de l’Église, et, en cas de mobilité du privé vers le public, des parents moins à droite et moins religieux (il s’agit du privé catholique).

27Malgré tout, ces deux enseignements ne sont pas si différents que cela du point de vue religieux. Dans l’enquête de Vincent Tournier, 69 % des lycéens du privé se disent catholiques contre 47 % de ceux du public, les taux de catholiques pratiquants réguliers étant de 14 % et 5 % respectivement. Dans une enquête nationale représentative auprès des collégiens (1990), nous avons obtenu les résultats suivants dans le privé et dans le public, respectivement : parmi les parents, 27 % contre 13 % de pratique régulière ; parmi les collégiens eux-mêmes, 34 % contre 17 % de pratique régulière, 86 % contre 58 % d’appartenance catholique, 80 % contre 50 % de « professions de foi », 73 % contre 54 % de croyance en l’existence certaine ou probable de Dieu (Champion, Lambert, 1992). Il s’agit donc bien plus d’une question de volonté de pluralisme que d’une question d’orientation religieuse.

Bibliografia

BIBLIOGRAPHIE

Baubérot Jean, Vers un nouveau pacte laïque ?, Paris, Seuil, 1990.

Baubérot Jean (dir.), Religions et laïcité dans l’Europe des Douze, Paris, Syros, 1994.

Boespflug François, Dunand Françoise et Willaime Jean-Paul, Pour une mémoire des religions, Paris, La Découverte, coll. « Essais », 1996.

Champion Françoise, « Les rapports Église-État dans les pays européens de tradition protestante et de tradition catholique : essai d’analyse », Social Compass, n° 46 (2), 1993, p. 589-609.

Champion Françoise et Lambert Yves, « De la religion chez les 12-15 ans », Yves Lambert et Guy Michelat (éd.), Crépuscule des religions chez les jeunes ? Jeunes et religions en France, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 65-92.

Dobbelaere Karel, Secularization : A Multidimensional Concept, London, Sage Publications, 1981.

Lambert Yves, « Les régimes confessionnels et l’état du sentiment religieux », Jean Baubérot (dir.), Religions et laïcité dans l’Europe des Douze, op. cit., p. 241-271.

Messner Francis (dir.), La culture religieuse à l’école, Paris, Cerf, 1995.

Poulat Émile, Liberté, laïcité, La guerre des deux France et le principe de la modernité, Paris, Cerf-Cujas, 1987.

Tournier Vincent, « École publique, école privée, le clivage oublié », Revue française de Science politique, 47 (5), octobre 1997, p. 560-588.

Note

1 La participation de la France à ce programme est assurée par le Laboratoire de sociologie quantitative de l’INSEE (Yannick Lemel), en collaboration avec le CIDSP, Centre d’informatisation des données sociopolitiques (IEP, Grenoble). Je remercie le CIDSP et en particulier Pierre Bréchon pour m’avoir fourni les fichiers de 1991 et de 1998.

2 On en trouvera une analyse complète dans : Yves Lambert, « Le rôle dévolu à la religion par les Européens », Sociétés contemporaines, 37, 2000, Paris, L’Harmattan, p. 11-33.

Indice delle illustrazioni

Legenda Graphique 1. – Opinions défavorables à une influence directe de la religion sur la société (en blanc, total des réponses « tout à fait » et « plutôt »; en hachuré, réponses « tout à fait »).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24733/img-1.jpg
File image/jpeg, 42k
Legenda Graphique 2. – Opinions favorables à une influence de la religion sur la société (idem).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24733/img-2.jpg
File image/jpeg, 75k
Legenda Graphique 3. – La conception de la Bible.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24733/img-3.jpg
File image/jpeg, 82k
Legenda Tableau 1. – Profils des sous-groupes définis par l’attitude face à la laïcité scolaire ; ensemble de l’échantillon (M). Lire, par exemple : parmi ceux qui pensent que la laïcité scolaire doit être renforcée, 33 % sont catholiques contre 55 % de l’échantillon (% en colonne, selon l’opinion sur la laïcité).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24733/img-4.jpg
File image/jpeg, 441k
Legenda Tableau 2. – Opinions sur la laïcité en fonction de caractéristiques religieuses ou politiques. Lire, par exemple : parmi les catholiques, 16 % pensent que la laïcité doit être renforcée à l’école, 53 %, maintenue en l’état, etc. (% en ligne).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24733/img-5.jpg
File image/jpeg, 166k

Autore

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540