Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La laïcité, une valeur d'aujourd'hui ?

 | 
Jean Baudouin
, 
Philippe Portier

Deuxième partie. Contraintes sociales

8. Les religions dans l’espace public: les opinions des Français

Pierre Bréchon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Jean-Paul Willaime a utilisé récemment deux formules heureuses pour caractériser la situation fran (...)
  • 2 Cf. Pierre Bréchon, Bruno Duriez et Jacques Ion (dir.), Religion et action dans l’espace public, P (...)
  • 3 L’ISSP réunit des équipes de chercheurs de plus de 25 pays qui administrent chaque année dans leur (...)
  • 4 L’enquête de 1998 comporte 1 133 réponses valides. Les résultats présentés ici sont pondérés.

1Les rapports des religions et de l’État ont été, depuis la Révolution française, souvent tendus. Les conflits se sont en fait concentrés sur les rapports des pouvoirs publics avec le catholicisme, « religion de la grande majorité des Français » selon l’expression du concordat de 1801. Ce n’est qu’au cours du XXe siècle que progressivement, un certain accommodement s’est réalisé entre l’État et le catholicisme, religion en perte de vitesse mais qui reste encore la principale religion des Français, dans un contexte de forte sécularisation1. Dans ce contexte de conflit en voie d’apaisement, il peut être intéressant de s’interroger sur le regard que l’opinion publique porte à l’égard des religions. En effet la place des religions dans l’espace public2 dépend en partie de leur image: plus celle-ci est négative (ou inexistante), moins elles peuvent revendiquer une place dans la société. De fait, sont-elles considérées de manière positive ou au contraire de manière négative ? Quelle est, du point de vue de l’opinion, la bonne place des organisations religieuses dans l’espace public ? Je n’ai pas l’intention ici de vouloir tout dire, ni de chercher à rendre compte de l’ensemble des sondages qui ont pu aborder cette question au cours du temps. Je m’appuierai sur une enquête récente de sociologie des religions, réalisée en France en 1998 sous l’égide de l’International Social Survey Programme (ISSP)3, enquête qui comporte plusieurs questions touchant à l’image des religions et à la laïcité4.

Une image des religions ambiguë

2Plusieurs questions permettent de préciser l’image des religions et d’abord une mesure de la confiance faite à un ensemble d’institutions (résultats ci-dessous). Il apparaît clairement que l’image des Églises et organisations religieuses n’est pas très bonne, conclusion à moduler par les résultats concernant d’autres types d’institutions. Si l’école a relativement plutôt une bonne image, celle du monde des affaires et de l’Assemblée nationale est encore plus mauvaise que celle des Églises. L’opinion se révèle facilement critique à l’égard de l’ensemble des grandes institutions et de tous les médiateurs, pourtant indispensables, du rapport des individus à l’ordre social.

3Quelle confiance faites-vous…

4Et êtes-vous d’accord ou pas d’accord avec les affirmations suivantes…

5Parmi ces affirmations, laquelle est la plus proche de votre position ?

6On trouve très peu de vérité dans les religions ………………………23

7On trouve des vérités fondamentales dans beaucoup de religions ……52

8On ne trouve la vérité que dans une seule religion ……………………6

9Non réponse …………………………………………………………….20

10Cette image plutôt négative des religions est confirmée par deux autres résultats. Les deux tiers des interviewés trouvent que les religions apportent plus de conflit que de paix et que les gens qui ont de fortes convictions religieuses sont souvent plus intolérants que les autres. Les religions seraient donc potentiellement dangereuses comme toutes les organisations trop sûres d’elles-mêmes, trop liées à la défense d’une idéologie. La mise à l’agenda des revendications islamistes dans certains pays musulmans et la montée des récriminations à l’égard des sectes pourraient contribuer à expliquer cette image assez négative mais, en l’absence d’une série temporelle de données sur ce sujet, il ne s’agit que d’une hypothèse. De toute manière, d’autres phénomènes peuvent expliquer cette image plutôt négative: la perte d’influence des grandes institutions religieuses liée à la sécularisation, la critique croissante des grandes institutions liée à une certaine montée de ce que Ronald Inglehart appelle le « post-matérialisme » qui se traduit notamment par un moindre conformisme à l’égard des élites.

11Si l’image des religions paraît globalement assez négative, il y a au moins une question dont les résultats diffèrent des précédents. Elle porte sur le degré de vérité des religions: si près d’un quart de l’échantillon estime qu’il y a très peu de vérité dans les religions, 52 % disent qu’on trouve des vérités fondamentales dans beaucoup de religions, tandis que 6 % sont des adeptes exclusifs d’une religion, perçue comme seule source de vérité. Pour plus d’un enquêté sur deux, les religions ont donc au moins certains aspects positifs: on retrouverait dans toutes les grandes religions certaines vérités sur le monde et sur l’homme. On peut puiser dans toutes les grandes traditions des vérités profondes. Autant l’exclusivisme et l’absolutisation des discours religieux semblent condamnés par beaucoup, autant l’ouverture sur des traditions religieuses diversifiées est considérée de manière positive. Le pluralisme religieux est perçu comme une source de richesse dans un univers individualisé où chacun veut se construire son identité et ses référents sans avoir à les trouver dans une tradition toute faite.

12Ceci dit, ceux qui pensent qu’il y a des vérités fondamentales dans toutes les religions croient en même temps assez souvent que les religions peuvent être facteurs de conflit. L’image des religions est en fait souvent mêlée pour chaque individu. Pour beaucoup, il faut « en prendre et en laisser » dans le discours des religions. Elles proposent des vérités, on peut faire son profit de certaines de leurs représentations, mais en même temps, elles absolutisent leur part de vérité et deviennent ainsi potentiellement dangereuses.

De la bonne place des religions dans l’espace public

  • 5 Ce relatif consensus n’est pas nouveau. Dans un sondage CSA-La Croix de 1989, 61 % des Français se (...)

13Y a-t-il aujourd’hui un contentieux sur la place des religions dans l’espace public, un problème fort, ressenti par une large partie de l’opinion qui jugerait déplacée, démesurée la place que les religions occupent dans l’espace public ? Deux questions assez générales permettent de se faire une première idée (résultats ci-dessous). Seulement un quart des interviewés souhaitent que la religion ait moins d’influence en France, le reste de l’opinion se partageant en parts à peu près égales entre l’absence de prise de position et le désaccord. Pour un enquêté sur deux, les organisations religieuses ont « ce qu’il faut de pouvoir ». Les positions opposées aux religions, disons les opinions « laïcistes », représentent un quart de la population, alors que la défense d’un plus grand pouvoir religieux ne recueille que 9 %. L’impression qui ressort de ces réponses est au fond qu’il n’y a plus de problème fortement ressenti dans l’opinion publique concernant le statut des religions. Malgré les réveils épisodiques des combats touchant au statut des Églises (statut des écoles sous contrat, financements publics accordés à ces écoles…), il ne semble pas y avoir une opinion fortement clivée entre des défenseurs du pouvoir ecclésial et des détracteurs de l’influence pernicieuse des Églises. Ces courants existent mais, ce qui domine largement, c’est une opinion modérée et assez satisfaite de la place faite actuellement aux Églises dans l’espace public5. Il y a probablement un retour du thème de la laïcité parmi les élites politiques et dans les débats intellectuels, mais on ne décèle pas une repolarisation forte autour de ce thème dans l’opinion publique. La résurgence du thème parmi les spécialistes n’a rien d’étonnant. Elle s’explique en partie par la découverte, dans le cadre de l’intégration européenne, de systèmes très différents de la tradition française de laïcité, mais surtout par le problème de l’intégration dans le complexe système de laïcité à la française, produit d’une longue histoire, de l’Islam, deuxième religion du pays, et pourtant actuellement très marginalisé. Sur ce dernier point, certains sondages montrent que l’opinion française est peu favorable à une présence plus visible de l’Islam dans la société.

14Pensez-vous que, dans ce pays, les Églises et les organisations religieuses ont trop ou pas assez de pouvoir ?

15Beaucoup trop de pouvoir ………………………….9

16Trop de pouvoir …………………………………….16

17Ce qu’il faut de pouvoir …………………………….49

18Trop peu de pouvoir …………………………………7

19Beaucoup trop peu de pouvoir ……………………….2

20Non réponse …………………………………………18

21On peut penser que si une large partie de l’opinion n’a pas de récrimination à l’égard de la place des Églises dans l’espace public, c’est parce que les principales Églises ont accepté de rester en retrait de l’action et des prises de position trop directement politiques. Comme le montrent les deux résultats suivants, une écrasante majorité ne supporte pas l’idée d’interventions politiques des Églises soit au moment des élections, soit pour influencer les décisions gouvernementales. Certains sondages ont bien montré qu’une majorité de Français accepte que les Églises s’expriment sur des sujets généraux et généreux (la paix dans le monde, la solidarité avec les plus pauvres); par contre toute prise de position clairement politique est mal vue, de même que sont peu appréciés les discours ecclésiaux sur les mœurs.

22Dans quelle mesure êtes-vous d’accord ou non avec chacune des opinions suivantes ?

  • 6 Une question semblable figurait aussi dans le sondage CSA-La Croix de 1989, à propos du livre de S (...)

23Les trois questions suivantes (résultats ci-dessous) interrogent sur des problèmes particuliers, plus ou moins constitués comme problèmes dans la société française. Premier thème: faut-il interdire les ouvrages ou films qui sont considérés comme une offense par les croyants ? La question n’est pas entièrement théorique, y compris en France. Certaines personnalités ou groupes catholiques ont souhaité une interdiction du film de Martin Scorcese, La dernière tentation du Christ. Quelques décennies plus tôt, en 1966, le film Suzanne Simonin, la Religieuse de Diderot avait été interdit par les pouvoirs publics, ce qui est assez révélateur du fonctionnement de la « laïcité à la française », qui est parfois décalé dans les faits par rapport aux grands principes affirmés. Le Conseil d’État avait ensuite remis en cause le refus de délivrance du visa d’exploitation, jugeant que rien dans le film ne justifiait son interdiction générale. Lors d’une nouvelle sortie du film en 1988, il a été classé tous publics. D’après un sondage fait lors de la première sortie, seuls 22 % des Français approuvaient l’interdiction, mais c’était le cas de 41 % des catholiques pratiquants réguliers (Sondages, 1968/1). Les réponses de l’enquête de 1998 sont très claires et au fond peu différentes de la tendance déjà observée en 1968. Si l’on met à part les 10 % d’individus qui n’ont pas d’opinion formée sur cette question, près des trois quarts des répondants sont pour l’autorisation des œuvres considérées comme offensantes et un petit quart pour l’interdiction. Domine donc très nettement une défense de la liberté d’expression qui ne saurait être limitée au nom des droits des croyants. Les religions ne doivent pas être sacralisées, elles ne doivent bénéficier d’aucun privilège dans l’espace public, privilège qui les protégerait par rapport à des critiques et des mises en cause, même offensantes6.

24La deuxième question vise à hiérarchiser des principes. En cas de conflit entre ce que demande la loi et ce qu’exigent les principes religieux, que doit-on faire passer en premier ? Autrement dit, entre les deux références de l’action que peuvent constituer la loi et la religion, laquelle privilégier ? Là encore, le problème n’est pas entièrement théorique puisqu’en matière d’avortement, il peut se poser en ces termes, notamment pour certains professionnels. Mais c’est une question qui ne fait pas vraiment sens pour une large partie de la population: 37 % affirment ne pas avoir de principes religieux et 15 % ne répondent pas à la question. Ceux qui répondent choisissent dans deux cas sur trois de privilégier les principes religieux par rapport à la loi. Comme si les principes religieux relevaient d’un absolu qui s’impose à l’individu alors que la loi serait perçue comme plus relative, étant souvent le résultat d’un compromis entre tendances et évoluant dans le temps.

  • 7 Toujours dans le même sondage de 1989, la laïcité apparaissait déjà comme une valeur très positive (...)

25La dernière question concerne la laïcité dans le cadre scolaire. Elle est certes discutable dans sa formulation, mais il n’est jamais facile de produire une question qui se doit d’être simple sur un sujet qui est, lui, extrêmement compliqué. Il y a bien sûr de nombreuses conceptions possibles de la laïcité. Implicitement, la question invite les enquêtés à se situer par rapport à la laïcité, telle qu’elle fonctionne actuellement. Domine nettement un désir de maintien en l’état du système, suivie par une importante minorité souhaitant le renforcement des dispositifs laïques, la demande d’assouplissement ou même d’abandon étant beaucoup plus rare7.

26Certains livres ou films sont considérés comme des offenses par les croyants les plus religieux. Selon vous, les livres et les films qui attaquent la religion doivent-ils être interdits ou autorisés ?

27Supposez que soit adoptée une loi qui heurte vos principes religieux. Que feriez-vous ?

28À propos de l’école, la laïcité doit-elle être selon vous:

29Renforcée …………………………………………28

30Assouplie …………………………………………14

31Maintenue telle qu’elle est …………………………………………46

32Abandonnée 3

33Non réponse …………………………………………10

Une image et des jugements très dépendants de l’attitude religieuse

  • 8 Sont considérés ici comme catholiques pratiquants réguliers ceux qui assistent à la messe presque (...)

34L’image des Églises et les jugements émis sur leur bonne place dans l’espace public dépendent beaucoup de l’identité religieuse des individus. Cette identité peut se mesurer de plusieurs manières dans l’enquête. Nous disposons d’au moins trois indicateurs synthétiques largement redondants: le degré d’intégration au catholicisme (selon le critère de la pratique)8, une échelle de croyances en Dieu, une mesure subjective du sentiment d’être ou non religieux. Quel que soit l’indicateur choisi, on aboutit aux mêmes résultats: plus on croit en Dieu, plus on se sent religieux, plus on est intégré au catholicisme, plus on a aussi une image positive des organisations religieuses et plus on souhaite leur voir jouer un rôle important dans l’espace public.

Tableau 1. – L’image des Églises et leur place dans l’espace public en fonction de l’intégration au catholicisme.

35Nous ne présentons (tableau 1) que le croisement avec l’intégration au catholicisme. Bien sûr, les sans religion ont une image beaucoup plus négative des religions. Ils trouvent aussi beaucoup plus souvent que la place des organisations religieuses dans l’espace public est exagérée. Notons cependant que 34 % des sans religion acceptent de considérer qu’il y a des vérités fondamentales dans plusieurs religions. Sans appartenance religieuse, ce sous-groupe, qui n’est pas antireligieux, admet que beaucoup de religions peuvent comporter des vérités. Et si les sans religion adoptent plus souvent des positions visant à restreindre la place des Églises dans l’espace public, une partie notable d’entre eux se satisfait, au moins sur certains aspects, du rôle que les organisations religieuses jouent dans l’espace public. Ils ne disent pas systématiquement que les Églises ont trop de pouvoirs ou que la France serait mieux si les religions avaient moins d’influence. Environ la moitié des sans religion se satisfait du système actuel de laïcité scolaire ou voudrait même voir le système s’assouplir. Une partie des sans religion n’exprime donc pas d’antipathie à l’égard des religions.

36Du côté des catholiques pratiquants, le même type de constat peut être fait. Sur certains indicateurs, une très large majorité d’entre eux adopte une position de soutien aux organisations religieuses. Très rares sont ceux qui ne font pas confiance à l’Église, ou qui trouvent qu’elle a trop de pouvoir et que ce serait mieux si elle avait moins d’influence. Une large majorité privilégie aussi les principes religieux sur la loi et estime que les œuvres offensantes pour les religions devraient être interdites. Notons toutefois qu’il existe sur certains aspects une minorité de catholiques pratiquants critiques à l’égard des institutions religieuses (les religions comme source de conflits ou d’intolérance par exemple). Les réponses à la question sur les liens entre religion et vérité sont aussi intéressantes: la plupart des catholiques pratiquants réguliers acceptent de reconnaître qu’il y a aussi des vérités fondamentales dans d’autres religions. Seuls 22 % de ces catholiques pratiquants ont une position exclusiviste à l’égard du catholicisme, seule source de vérité. Ce relativisme peut être interprété comme un signe d’ouverture des catholiques sur le monde moderne. Enfin il n’y a qu’un catholique pratiquant régulier sur deux pour dire que la laïcité scolaire devrait être assouplie ou abandonnée, les autres étant soit pour son maintien, soit même pour son renforcement. Autrement dit, une partie des catholiques pratiquants est volontiers critique à l’égard des Églises et ne cherche pas systématiquement à demander des avantages pour les religions.

Une image et des jugements qui dépendent aussi de l’orientation politique

  • 9 L’enquête mesure la dimension gauche/droite à l’aide d’une échelle en 10 positions. Nous retenons (...)

37L’image des organisations religieuses et les jugements sur leur action dans l’espace public dépendent aussi de l’orientation politique des enquêtés. Le tableau 2 montre clairement que l’image des Églises est plus dégradée chez les personnes orientées à gauche9. Au contraire, la droite est sensiblement plus indulgente. La différence est particulièrement claire en ce qui concerne l’absence de confiance aux Églises qui n’est que de 34 % à droite mais monte à 65 % à gauche. Elle est aussi très nette en ce qui concerne le pouvoir des Églises, jugé comme trop important par 46 % de la gauche et seulement 12 % de la droite. Les personnes orientées à droite défendent davantage les intérêts des organisations religieuses et les revendications de leurs membres, comme on peut le voir en ce qui concerne l’interdiction des livres ou films offensant les religions ou la priorité donnée aux principes religieux sur la loi. En matière de laïcité à l’école, même phénomène: la gauche souhaite beaucoup plus souvent le renforcement de la laïcité alors que la droite se contente de son maintien ou demande son assouplissement. Notons cependant qu’à gauche, le maintien du système satisfait à peu près la moitié des individus et qu’à droite les demandes d’assouplissement ou d’abandon sont minoritaires. Le compromis trouvé au fil du temps sur le statut de l’école semble donc satisfaire une large partie de l’opinion et la laïcité ne constitue plus un enjeu central partageant la gauche et la droite.

  • 10 Cf. Bruno Cautrès, Christine Pina et Kristoff Talin, « L’influence de la religion sur les attitude (...)

38Ajoutons que si l’on compare la structure des distributions du tableau 2 avec celle du tableau 1, les écarts sur les différents indicateurs sont plus importants en fonction de l’attitude religieuse que de la position politique. Ce qui laisse augurer que les attitudes religieuses sont plus déterminantes de l’image des Églises que l’orientation politique. Ceci dit, on sait que l’orientation politique et les attitudes religieuses sont liées. L’orientation privilégiée des catholiques en faveur de la droite et des sans religion en faveur de la gauche est une donnée très ancienne qui s’enracine dans le conflit des deux France, mais ne s’y réduit pas puisque l’intégration à un système religieux (aussi bien catholique que protestant ou orthodoxe) conduit dans pratiquement tous les pays européens à une plus forte orientation à droite10. Il convient donc de se demander quel est le poids relatif de l’orientation politique et de l’attitude religieuse sur l’image des Églises.

Tableau 2. – L’image des Églises et leur place dans l’espace public en fonction de l’orientation politique.

L’image des Églises, une explication plus religieuse que politique

  • 11 La position 5 de l’échelle est affectée à la gauche et la position 6 à la droite.

39Pour discerner quelle est l’importance respective de l’intégration au catholicisme et de l’orientation politique sur l’image des Églises, nous avons produit des tableaux (situés en fin d’article) qui prennent en compte les deux variables. Pour des raisons d’effectifs, nous avons dû les simplifier: les catholiques sont désormais seulement divisés en pratiquants et non pratiquants (les pratiquants irréguliers étant agrégés aux réguliers), l’orientation politique est dichotomique par élimination du centre11. La conclusion générale est très nette. L’essentiel de l’explication des jugements sur les religions dépend de l’attitude religieuse. L’effet spécifique de l’orientation politique est soit limité, soit inexistant. Entrons dans le détail.

40Sur les trois premiers indicateurs touchant à l’image des Églises, l’effet de l’orientation politique est faible mais pas inexistant. À même niveau d’intégration religieuse, la critique des Églises est toujours un peu plus forte à gauche qu’à droite. L’effet de la variable politique est au contraire douteux en ce qui concerne la part de vérité contenue dans les religions. Il ne joue que sur les catholiques pratiquants pour l’item exclusiviste (la vérité se trouve dans une seule religion). C’est chez les catholiques de droite les plus conservateurs et intransigeants que l’on trouve souvent l’idée minoritaire (y compris chez les catholiques pratiquants) selon laquelle la vérité réside seulement dans sa propre religion. Sur les indicateurs suivants, la variable politique n’a à nouveau qu’un effet limité à une catégorie. Le souhait de voir les Églises moins influentes dans l’espace public ne se trouve à peu près jamais chez les catholiques pratiquants, qu’ils soient de gauche ou de droite, mais est plus fréquent à gauche chez les non pratiquants et les sans religion. Pour l’interdiction des œuvres offensant les religions, un effet politique existe chez les catholiques pratiquants. La demande d’interdiction est nettement plus fréquente chez les catholiques pratiquants de droite que de gauche. Sur la laïcité scolaire, l’effet de l’orientation politique n’est pas nul mais se révèle à nouveau limité. La demande de renforcement de la laïcité est toujours plus fréquent à gauche (pour un même niveau d’intégration au catholicisme). La volonté de maintien, d’assouplissement ou d’abandon est plutôt plus fréquente à droite.

41La conclusion qui se dégage de ces tableaux n’est pas triviale. Si l’image des Églises et les positions des enquêtés sur le rôle social et politique de ces organisations dépendent avant tout de l’identité religieuse des individus et peu de leur identité politique, cela veut dire que sur ces questions touchant au statut des religions, les enquêtés réagissent d’abord en fonction de leur identité religieuse. Le fait d’être de gauche ou de droite est finalement plutôt secondaire dans ces domaines. Les groupes les plus intéressants à considérer sont ceux qui se trouvent en position de « pressions contradictoires » par rapport aux modèles dominants: les catholiques pratiquants de gauche et les sans religion de droite. Le fait d’être de gauche pour un catholique pratiquant et de droite pour un sans religion modifie en général un peu dans le sens attendu leur image des Églises mais dans des proportions relativement limitées.

  • 12 Cf. Pierre Bréchon et Bernard Denni, « L’univers politique des catholiques pratiquants. Enquête pa (...)
  • 13 Les premiers résultats de cette enquête ont été publiés dans Françoise Subileau, Colette Ysmal et (...)

42Dans une enquête déjà ancienne sur les catholiques pratiquants, un phénomène voisin avait été observé. Les catholiques pratiquants de gauche hésitaient à suivre les positions de leur tendance politique sur la laïcité. L’enquête montrait aussi que les catholiques pratiquants de droite pouvaient avoir des positions assez tiers-mondistes et donc se situer sur ce sujet largement en décalage par rapport aux partis de droite. En situation de pressions contradictoires, les catholiques hésitaient entre leur identité religieuse et leur identité politique12. Pour tester le même problème sur les militants socialistes selon leur position religieuse et leur orientation plus ou moins à gauche (sur une échelle en 7 positions), Françoise Subileau a bien voulu me fournir un tri statistique tiré de son enquête de 1998 (enquête présentée dans un autre chapitre de ce livre13), base du tableau 3. Conformément aux attentes, on observe une relation entre le soutien à la laïcité et les deux variables: l’identité politique et l’identité religieuse. En situation de pressions contradictoires, l’une des variables ne tend pas à annuler l’autre. Les militants socialistes catholiques ne privilégient pas clairement l’une de leurs identités sur l’autre. Ces deux enquêtes sur des populations spécifiques, des catholiques messalisants d’un côté, des militants socialistes de l’autre, montrent des effets résistants des deux identités, politiques et religieuses, en situation de pressions contradictoires. Par contre, sur l’ensemble de la population française, telle qu’enquêtée par l’ISSP, l’effet de l’orientation religieuse semble beaucoup plus déterminant que l’identité politique.

Tableau 3. – Note de laïcité élevée (niveau 2 et 3 de l’indice) des militants socialistes (enquête 1998) selon leur position sur l’échelle gauche droite et leur intégration au catholicisme.

43Au total, l’ensemble des données présentées ici montrent que le conflit entre l’Église catholique et l’État est largement apaisé. Un groupe dominant de l’opinion se satisfait du système existant. Mais l’analyse des tableaux montre qu’il y a quand même du combustible disponible pour des résurgences périodiques du conflit, puisque la position personnelle des individus en matière religieuse affecte sensiblement leurs positions concernant la place des religions dans l’espace public.

44N’oublions pas cependant que ceux qui ont aujourd’hui une identité religieuse fortement structurée (soit des adeptes, soit des critiques très convaincus d’une religion) sont minoritaires en France. En matière religieuse, ce sont de plus en plus les identités molles et possibilistes qui dominent. Il y a donc un peu de combustible disponible pour une résurgence des débats, surtout à partir des groupes aux identités les plus marquées. Cela risque de produire plutôt des « petits feux de camps » que des « grands embrasements ».

45Pas confiance aux Églises

46Principe de lecture: dans l’ensemble de l’échantillon, 47 % déclarent ne pas faire confiance aux Églises. Ce n’est le cas que de 16 % des catholiques pratiquants et plus précisément, de 10 % des catholiques pratiquants de droite et de 17 % des catholiques pratiquants de gauche.

47Religions apportent plus le conflit que la paix

48Les convictions religieuses rendent intolérant

49Très peu de vérité dans les religions

50Vérités fondamentales dans beaucoup de religions

51Vérité seulement dans une religion

52La France serait mieux si la religion avait moins d’influence

53Les Églises ont trop de pouvoir

54Les religions ne devraient pas influencer le vote

55Les religions ne devraient pas influencer les décisions gouvernementales

56Livres ou films offensant les religions sont à interdire

57Il faut suivre ses principes religieux plutôt que la loi

58La laïcité scolaire est à renforcer

59La laïcité scolaire est à maintenir

60La laïcité scolaire devrait être assouplie ou abandonnée

Notes

1 Jean-Paul Willaime a utilisé récemment deux formules heureuses pour caractériser la situation française en parlant d’« un pays catholique de culture laïque » qui est tout autant « un pays laïque de culture catholique ». Cf. « Religious and Secular France between Northern and Southern Europe », Social Compass, 45/1, 1998, p. 155-174. Sur la situation religieuse de la France contemporaine, cf. Pierre Bréchon, « Les attitudes religieuses en France: quelles recompositions en cours ? », Archives de Sciences sociales des religions, janvier-mars 2000, n° 109, p. 11-30.

2 Cf. Pierre Bréchon, Bruno Duriez et Jacques Ion (dir.), Religion et action dans l’espace public, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques », 2000.

3 L’ISSP réunit des équipes de chercheurs de plus de 25 pays qui administrent chaque année dans leurs pays respectifs un questionnaire identique sur un thème sociologique ou politologique: en 1996 le rapport à la politique et au gouvernement, en 1997 le sens du travail, en 1998 les attitudes religieuses, en 1999 les inégalités sociales, en 2000 l’environnement, en 2001 les réseaux sociaux. L’équipe française réunit des enseignants-chercheurs du CREST-LSQ (INSEE), de l’OSC (FNSP), du LASMAS (CNRS) et du CIDSP (CNRS). Le questionnaire de cette enquête est administré en France par voie postale, après choix aléatoire sur la liste téléphonique et utilisation de la méthode des anniversaires. Les données des enquêtes ISSP sont disponibles au CIDSP, Banque de données sociopolitiques, IEP de Grenoble, BP 48, 38040 Grenoble cedex 9.

4 L’enquête de 1998 comporte 1 133 réponses valides. Les résultats présentés ici sont pondérés.

5 Ce relatif consensus n’est pas nouveau. Dans un sondage CSA-La Croix de 1989, 61 % des Français se déclaraient très ou assez satisfaits du système de « séparation entre l’Église et l’État selon laquelle l’Église n’intervient pas dans le domaine politique et l’État n’intervient pas dans la vie de l’Église ». Seulement 14 % se déclaraient peu ou pas du tout satisfaits de ce système.

6 Une question semblable figurait aussi dans le sondage CSA-La Croix de 1989, à propos du livre de Salman Rushdie, Les versets sataniques. Seulement 12 % des Français se déclaraient pour l’interdiction par les pays démocratiques des « livres qui sont des blasphèmes pour la religion ». La tendance était là encore très congruente avec les résultats plus récents.

7 Toujours dans le même sondage de 1989, la laïcité apparaissait déjà comme une valeur très positive. 74 % y voyaient « la possibilité pour les gens d’affirmer des convictions religieuses différentes dans le respect mutuel », 66 % y voyaient aussi « le moyen de préserver la liberté de l’enseignement ». Pour un même pourcentage de Français, la laïcité signifiait que la religion est une affaire privée. Par contre, 54 % refusaient d’identifier la laïcité et l’anticléricalisme. Dominait donc dans l’opinion l’idée d’une laïcité ouverte, tolérante, et non pas d’une laïcité de combat et d’opposition aux religions.

8 Sont considérés ici comme catholiques pratiquants réguliers ceux qui assistent à la messe presque toutes les semaines (12 % de l’échantillon), les pratiquants irréguliers y vont entre « 2 à 3 fois par mois » et « plusieurs fois par an » (13 %), les non pratiquants entre « environ une ou deux fois par an » et « jamais » (27 %). Les sans religion sont tous ceux qui répondent non à la question « Considérez-vous que vous appartenez à une religion ? », soit 45 % de l’échantillon.

9 L’enquête mesure la dimension gauche/droite à l’aide d’une échelle en 10 positions. Nous retenons ici les positions 1-4 pour la gauche, 5-6 pour le centre et 7-10 pour la droite.

10 Cf. Bruno Cautrès, Christine Pina et Kristoff Talin, « L’influence de la religion sur les attitudes politiques: analyse spatio-temporelle dans l’Union européenne », Pierre Bréchon et Bruno Cautrès (dir.), Les enquêtes Eurobaromètres. Analyse comparée des données sociopolitiques, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques », 1998; Pierre Bréchon, « Les valeurs politiques en Europe: effet du contexte national et des attitudes religieuses », Archives de Sciences sociales des religions, 1996/1, janvier-mars, p. 99-128.

11 La position 5 de l’échelle est affectée à la gauche et la position 6 à la droite.

12 Cf. Pierre Bréchon et Bernard Denni, « L’univers politique des catholiques pratiquants. Enquête par questionnaire dans huit assemblées dominicales grenobloises », Revue française de Sociologie, 1983, vol. 24, p. 505-534.

13 Les premiers résultats de cette enquête ont été publiés dans Françoise Subileau, Colette Ysmal et Henri Rey, Les adhérents socialistes en 1998, Cahier du CEVIPOF, n° 23, mai 1999.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Tableau 1. – L’image des Églises et leur place dans l’espace public en fonction de l’intégration au catholicisme.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende Tableau 2. – L’image des Églises et leur place dans l’espace public en fonction de l’orientation politique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Tableau 3. – Note de laïcité élevée (niveau 2 et 3 de l’indice) des militants socialistes (enquête 1998) selon leur position sur l’échelle gauche droite et leur intégration au catholicisme.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24732/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540