Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La laïcité, une valeur d'aujourd'hui ?

 | 
Jean Baudouin
, 
Philippe Portier

Deuxième partie. Contraintes sociales

Introduction de la deuxième partie

J. B et Ph. P

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le modèle traditionnel de laïcité est aujourd’hui confronté à plusieurs défis majeurs. Le plus décisif est assurément celui de l’immigration. Jocelyne Césari rappelle que la crise de l’État républicain n’est pas sans lien avec l’enracinement sur le territoire français d’une population d’origine afro-maghrébine immigrée. À partir de la fin des années 1970, celle-ci confirme clairement sa volonté de sédentarisation, éprouve progressivement sa situation de marginalité sociale et bientôt, pour retrouver une « conscience fière de soi », s’implique dans des pratiques islamiques souvent en rupture avec la culture d’une société qui peine à les intégrer. Jean-Paul Willaime, de son côté, pointe une autre contrainte qui s’exerce cette fois « par le haut » : celle que le modèle européen fait peser sur notre régime national. Une telle expression ne renvoie pas seulement aux expériences repérables parmi les États voisins de la France, comme l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne ou l’Italie. Elle désigne surtout, pour notre auteur, le système de relations qui prévaut aujourd’hui au sein même de l’Union européenne entre ses organes dirigeants et les forces religieuses : nulle séparation dans son cadre mais, au contraire, une coopération de plus en plus régulière et institutionnalisée. Un troisième défi provient, enfin, des mutations de l’opinion publique elle-même. L’intensité de la contrainte est cependant ici plus contrastée. Pierre Bréchon souligne ainsi l’ambivalence de la société française, réticente, au nom du respect de la laïcité, à voir les Églises s’immiscer dans la sphère étatique, mais admettant, parce que la guerre des deux France n’est plus d’actualité, que l’État puisse manifester une « neutralité bienveillante » à l’égard des différentes communautés de croyances. Prenant à témoin la question scolaire, Yves Lambert fait état d’un balancement comparable : si l’opinion est maintenant massivement acquise au principe de la dualité des systèmes d’enseignement, acceptant notamment le financement étatique des écoles privées, elle est en revanche beaucoup plus réservée, en réaction probablement à certains comportements « fondamentalistes », à l’égard d’une extériorisation excessive des appartenances religieuses au sein de l’école publique. On ne saurait confondre toutefois l’opinion générale et l’opinion mobilisée. Françoise Subileau analyse une partie de la seconde en produisant les résultats d’enquêtes effectuées auprès de militants socialistes. Elle relève que le thème de la laïcité est, aujourd’hui plus nettement que dans les années 1980, au cœur de l’idéologie des membres du PS, mais elle précise aussitôt que le concept est investi d’une signification neuve : à une laïcité de combat s’est substituée une laïcité de compromis ne refusant plus l’affirmation publique des différences culturelles.

Auteurs

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540