Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La laïcité, une valeur d'aujourd'hui ?

 | 
Jean Baudouin
, 
Philippe Portier

Première partie. Ancrages historiques

Introduction de la première partie

J. B et Ph. P

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Il n’était pas pensable d’explorer les transformations du modèle français de laïcité sans remonter à ses sources. C’est dans les années 1880-1905 que la République se sépare du système des « cultes reconnus » mis en place par Napoléon Bonaparte. J. Baubérot analyse ce qu’il nomme lui-même ce « second seuil de laïcisation ». Les hommes de la République, ne croyant plus dans l’utilité sociale de la croyance religieuse, n’hésitent pas alors à séparer l’institution ecclésiale de l’institution politique. Si ce processus de différenciation institutionnelle les conduit à privatiser les appartenances communautaires et à ériger l’État en instituteur de la conscience collective, il ne débouche pas pour autant sur un nouveau type d’ultracisme : fruit d’un « pacte », la séparation de 1905, contrairement aux desseins d’un Combes, se refuse clairement en effet à porter atteinte aux libertés de croyance et de culte. Dominique Gros, dans un registre voisin, analyse le régime premier de la laïcité scolaire : il rappelle qu’après la définition « soustractive » des années 1860, s’est imposée avec les lois Ferry une conception « substantielle » riche de valeurs positives comme celles de la suprématie de l’autonomie sur l’allégeance, de l’individu sur la collectivité, de la raison sur la foi ou le désir. Cette laïcité rectrice demeure questionnée cependant. Évoquant la figure de Léon Marillier, Valentine Zuber signale l’existence, au cœur de la constellation républicaine, d’un « libéralisme spiritualiste » prompt à dénoncer toutes les intolérances, même celles qui pourraient se déployer sous l’étendard de la laïcité : l’État ne saurait, pour cette école, « devenir une Église à son tour ». Véronique Dimier, de son côté, s’appuyant sur le rapport Combes de 1892 relatif à l’enseignement primaire indigène en Algérie, souligne, au plan politique cette fois, les accommodements de la législation républicaine à l’endroit des colonies. Si la République maintient pour le long terme l’objectif d’une assimilation des « peuples retardataires », elle entend dans ses pratiques immédiates se montrer accueillante aux traditions locales. Émile Poulat clôt ce premier chapitre en rappelant que la laïcité originelle mêle des aspects tout à la fois tolérants et monolithiques. Il ajoute toutefois que sur la longue durée, du fait de tout un ensemble d’évolutions sociales, l’« ultra-pluralisme » l’a emporté au point de rendre problématique le maintien de la cohésion sociale.

Auteurs

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540