Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La laïcité, une valeur d'aujourd'hui ?

 | 
Jean Baudouin
, 
Philippe Portier

Avant-propos

Jean Baudouin et Philippe Portier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La laïcité française fait à nouveau l’objet, depuis quelques années, d’investigations théoriques fortes. Celles-ci ne surgissent pas fortuitement. S’inscrivant dans une conjoncture singulière marquée tout à la fois par le délitement du lien social et par le déclin des grands récits messianiques, elles visent à réévaluer une notion unifiante que la IIIe République avait érigée en dogme et dont certains considèrent aujourd’hui qu’associée à la citoyenneté, elle pourrait de nouveau constituer le socle de notre vivre-ensemble. Au risque de simplifier une production intellectuelle sans doute plus complexe, on peut dire que les contributions récentes se sont déployées autour de trois axes majeurs. Dans une première rubrique, de type historique, elles se sont employées à revisiter les origines de la laïcité française, à montrer notamment comment, à la faveur de la « guerre des deux France », s’est imposé par paliers successifs un système « séparatiste » de régulation de la croyance. Une seconde rubrique est venue solliciter le regard comparatiste pour mettre au jour les expériences étrangères et notamment européennes et, à partir de là, pointer de manière plus fine encore l’extrême singularité du modèle français. Enfin, des travaux d’inspiration clairement philosophique se sont emparés du concept même de laïcité pour le confronter à des notions connexes comme celles de tolérance ou de liberté de conscience.

2L’ambition du présent ouvrage, fruit d’une table ronde tenue à Rennes en septembre 1999 dans le cadre du sixième Congrès de l’Association française de science politique, est d’apporter une pierre supplémentaire à cet édifice. Son propos est de décrypter les mutations qui ont pu affecter au cours de la période récente le système français de laïcité. Le droit des religions est demeuré, jusqu’à ces dernières décennies, dans une grande fidélité au régime établi par la IIIe République. Construit contre l’emprise catholique et sur la croyance dans la suprématie de la raison sur la foi, il visait, sans méconnaître les cultes, à reléguer dans la sphère privée l’expression des adhésions religieuses. On voudrait suggérer ici qu’à la faveur des années 1970, une autre « solution laïque » (E. Poulat) s’est peu à peu constituée, qu’une « séparation bienveillante » ouverte à la publicisation des allégeances particulières s’est progressivement substituée à la « séparation-neutralité » de l’époque précédente. Pour décrire cette métamorphose, quatre moments logiques ont été retenus. Le premier, consacré aux ancrages historiques, nous ramènera à l’époque ferryste, celle des fondations. Le deuxième essaiera d’inventorier les contraintes sociales qui ont pu frapper d’obsolescence le modèle d’origine. Le troisième s’attachera à analyser les réflexions doctrinales qui ont contribué à l’émergence d’un nouveau « référentiel », et légitimé par là même les mutations normatives que décrira la dernière partie.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540