Version classiqueVersion mobile

Les journalistes sociaux

 | 
Sandrine Lévêque

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Sur cette notion de segments professionnels, on se reportera à Anselm Strauss et Rue Bucher, « La (...)
  • 2 Voir sur ce point l’étude d’Alain Accardo et alii consacrée aux journalistes précaires : Journalis (...)
  • 3 Serge Halimi, Les nouveaux chiens de garde, Paris, Liber, 1997.
  • 4 Comme le souligne Serge Halimi, la plupart des chroniqueurs économiques sont eux aussi « diplômés (...)

1L’analyse d’une profession est rarement menée depuis les segments1 qui la composent. La profession journalistique n’échappe pas à cette règle et si les journalistes ont fait l’objet de nombreux travaux, rares sont encore ceux qui abordent cette profession « par le bas », c’est-à-dire par l’analyse des agents ordinaires, multiples et divers qui aujourd’hui constituent le socle de cette profession2. C’est bien souvent l’élite journalistique qui intéresse chercheurs et essayistes3. L’étude d’une spécialité professionnelle a priori dominée comme l’est celle de journalistes sociaux révèle cependant nombre de mécanismes permettant de mettre en perspective la pluralité des intérêts constitués au sein d’un groupe professionnels que tout tend à unifier. On ne peut que constater qu’il existe des différences de pratiques, de représentations du métier entre un éditorialiste de la presse nationale, un présentateur de journal télévisé, un rubriquard de la presse nationale ou un localier. Cependant malgré ces différences évidentes, tous se définissent et sont définis comme journaliste. Il convenait ainsi de revenir sur les logiques qui conduisent à faire tenir ensemble des agents ayant des profils et des préoccupations professionnelles aussi éclatés. Une telle démarche permet de comprendre comment, malgré ces divergences et l’ambiguïté de leur position, des acteurs s’identifient et sont identifiés comme appartenant à une profession. Les journalistes sociaux sont avant tout des journalistes. Les mécanismes qui ont conduit à faire du social une catégorie légitime d’intervention journalistique s’inscrivent dans un processus plus large de professionnalisation. Il ne reste pas moins que ces journalistes défendent certaines spécificités au sein du groupe, spécificités qu’on ne peut comprendre qu’au regard des positions occupées par ceux qui s’en emparent dans l’espace professionnel et dans l’espace social à différents moments donnés du temps. Militants politiques et militants de la cause professionnelle au début du siècle, les journalistes sociaux cherchent à imposer depuis cette position une définition du journaliste professionnel « critique » et engagés. Au tournant des années soixante/soixante-dix, au moment où l’espace journalistique connaît des transformations, le groupe des journalistes sociaux est tiraillé entre deux références : celles historiquement construite du journaliste militant et celle émergente du journaliste technicien, vulgarisateur et pédagogue du domaine d’information dont il rend compte. Ces tensions se retrouvent au sein de l’Association des journalistes de l’information sociale créée en 1967 et qui regroupe des journalistes ayant ces deux types de profils. Le travail symbolique de présentation et de représentation du groupe qu’engagent alors les dirigeants de cette association visent à concilier ces deux logiques (encore) admises dans l’espace journalistique global. Les années quatre-vingt/quatre-vingt-dix voient la victoire d’un journaliste technicien de questions sociales assez peu différentes dans son parcours social et professionnel des autres journalistes4. La lutte pour la défense d’une spécialité professionnelle, en l’occurrence celle qu’engagent les journalistes sociaux autour de l’information sociale, n’a ainsi de sens que si elle se double d’une lutte pour la reconnaissance du « professionnalisme » des journalistes sociaux qui en retour contribuent à la définition du journalisme professionnel. C’est donc dans un va-et-vient entre mise en forme de principes visant à fermer les frontières professionnelles et défenses d’intérêts particuliers qu’il convient d’aborder le processus de professionnalisation journalistique.

  • 5 Comme le souligne Pierre Bourdieu : « Il n’y a pas de science du discours considéré en lui-même et (...)
  • 6 Voir sur ce point Sandrine Lévêque, « Crise sociale, crise dans le journalisme », art. cit.

2Mais ce travail n’est pas seulement un travail de socio-histoire d’un groupe professionnel. En mettant l’accent sur les transformations objectives et symboliques du groupe des journalistes sociaux, nous souhaitons comprendre les effets de cette transformation sur le travail journalistique de mise en forme de la réalité. Les produits médiatiques – et particulièrement les articles de presse – sont largement utilisés dans la recherche comme sources premières sans qu’il semble nécessaire de s’interroger sur les conditions de leur production5. En s’intéressant aux produits journalistiques et en les mettant en relation avec leurs producteurs, il devient possible de montrer en quoi le travail d’information – au sens premier de mise en forme – est largement dépendant de la position qu’occupent dans un champ particulier ceux qui l’opèrent à un moment donné. L’intérêt des journalistes sociaux pour la question ouvrière et la manière dont ces journalistes abordent cette question au début du siècle par la médiation des organisations syndicales renvoie ainsi à l’ambiguïté de leur position d’intellectuel vis-à-vis du monde ouvrier. La technicisation de l’information et la relégation des conflits sociaux6 se comprend elle aussi au regard des propriétés actuelles des « nouveaux » journalistes moins militants et plus diplômés.

  • 7 Voir sur ce point Pierre Bourdieu, Sur la télévision, op. cit. et Alain Accardo et alii, Journalis (...)

3Il existe ainsi des contraintes structurales sur la production journalistique qui, mises au jour, permettent de comprendre les logiques opérantes dans le procès de mise en forme de la réalité sociale. D’autres contraintes existent cependant, telles que les logiques du marché bien souvent dénoncées7.

  • 8 Patrick Champagne, « La construction médiatique des malaises sociaux », art. cit.
  • 9 Ibid.

4Cependant ces approches conduisent bien à adopter une posture critique et parfois même « méprisante » à l’égard de la profession. Il ne s’agit pas ici de garantir les journalistes d’une forme d’immunité contre l’objectivation et la critique, mais d’éviter dans notre travail une dérive qui consisterait à écrire que les journalistes font subir aux « faits » qu’ils prennent en charge « inévitablement un certain nombre de déformations8 » ou qu’ils donnent « une image assez fantaisiste de la réalité9 ». La « réalité » du journaliste est construite comme d’autres formes de description du réel, ce qui invite à prendre comme objet d’analyse les modalités de construction de cette réalité par les journalistes en s’intéressant aux logiques de leurs discours.

  • 10 Martin Sanchez, « Les gangs et la presse. La production d’un mythe national », art. cit. Cet artic (...)
  • 11 C’est ce que développe notamment le groupe de Glasgow dans leur ouvrage sur le traitement journali (...)

5Les travaux sociologiques sur le rôle des médias dans la mise en forme de la réalité sociale et plus précisément ici des problèmes ou malaises sociaux sont donc largement empreints d’une normativité10 qui sied mal à la démarche « scientifique » pourtant annoncée. Les sociologues ou les politistes, lorsqu’il s’agit d’apprécier le rôle des journalistes dans la construction de la réalité sociale ou politique, sont souvent tentés de déprécier « politiquement » le rôle des médias qui confisqueraient une partie de la démocratie. Ce type d’approches s’explique sûrement par la concurrence existant entre le sociologue et le journaliste pour décrire la réalité sociale ; ces analyses sous-tendent surtout le même postulat que les approches linguistes de construction de l’événement : celle de l’influence sur le public11. De plus, elles négligent la forme des discours et ne permettent pas de rendre compte avec précision des pratiques professionnelles qui encadrent elles aussi la production des faits par les journalistes.

  • 12 Michael Schudson, « La rhétorique de la forme narrative », art. cit.
  • 13 Jean G. Padioleau, « Système d’interaction et rhétoriques journalistiques », art. cit.
  • 14 Voir notamment Erik Neveu, « Les émissions politiques à la télévision. L’impossible vulgarisation  (...)
  • 15 Voir sur ce point Erik Neveu, « Pages politiques », art. cit.

6Ces approches révèlent donc certaines limites et il semblait nécessaire de tenter une reformulation, même limitée, adaptée aux particularités de notre objet. Dans une perspective ouverte aux États-Unis par Michael Schudson12 et en France par J.-G. Padioleau13, Erik Neveu14 a proposé (à partir de l’exemple des journalistes politiques) une voie médiane montrant l’intérêt d’une approche en terme de rhétorique journalistique qui ne néglige ni le contenu des discours15 ni l’analyse des positions des acteurs. L’intérêt d’une telle approche est qu’elle emprunte à la sociologie critique une perspective d’analyse qui rend compte des positions sociales des individus étudiés, mais aussi qu’elle intègre dans son analyse les modes spécifiques d’énonciation des catégories dont ces agents usent dans leurs discours.

7Nous avons souhaité emprunter cette voie, en cherchant à analyser la production d’un discours journalistique sur le social au regard des propriétés de ceux qui le produisent, mais aussi en nous intéressant aux logiques des discours produits. La prise en charge du social est certes « inscrite » dans les parcours spécifiques des agents qui dans le champ journalistique l’investissent, mais elle est largement contrainte par des règles d’énonciation propres à l’espace journalistique. Parler du ou écrire sur le social dans l’espace journalistique emprunte ainsi à un registre différent de celui dont usent les politiques ou les syndicalistes. C’est donc ces spécificités journalistiques de prise en charge et de mise en forme du social qui nous ont plus particulièrement intéressés.

8De plus, et c’est une dimension essentielle de notre travail, parler du social au début du siècle et aujourd’hui dans l’espace journalistique ne réfère pas aux mêmes mécanismes. L’intérêt de notre travail est qu’il s’inscrit dans une perspective historique. Ce choix de donner à notre objet d’étude une dimension historique fut guidée par l’importance que l’histoire revêt dans les discours des acteurs et dans le rôle qu’ils lui accordent dans la cohésion de leur identité collective.

9Dans ce cadre, nous avons montré comment l’invention d’une spécialité journalistique était indissociablement liée aux processus de mise en forme de la réalité par les journalistique. Ce lien se situe à plusieurs niveaux et n’est pas univoque. Dans une logique circulaire et en terme d’homologie, la mise en forme d’une catégorie par les journalistes est largement liée aux propriétés des agents qui en sont à l’origine. Ainsi, si certains journalistes s’engagent dans la lutte pour la défense du social c’est parce qu’ils se caractérisent par certaines propriétés spécifiques. Cependant, les propriétés objectives des agents n’ont de sens que dans le cadre d’un processus de professionnalisation et que si elles font sens dans l’espace où elles sont effectivement mobilisées.

10Cette perspective implique dès lors de sortir du cadre proprement journalistique pour s’intéresser à l’environnement dans lequel cette mobilisation s’opérait. Nous avons ainsi conclu notre travail sur la période contemporaine par une étude portant sur les situations de travail des journalistes sociaux, c’est-à-dire sur les interactions entre les journalistes et leurs sources. Nous n’entendions pas ici recenser avec précision des définitions concurrentes de la catégorie social, mais comprendre en quoi l’insertion des journalistes dans un tissu de relations complexes pouvait nous permettre de comprendre les contraintes, mais aussi – les soutiens – que les sources (les informateurs privilégiés des journalistes sociaux) représentent dans le processus de construction médiatique de cette catégorie.

11Cette analyse des liens entre la mise en forme journalistique d’une catégorie du débat public – et plus précisément ici la formation du social – et la professionnalisation ouvre, en dernier lieu, de nouvelles perspectives de recherche.

12D’abord, en travaillant sur un processus de spécialisation journalistique, on espère contribuer au développement des études concernant les journalistes spécialisés. Multiplier ce type d’étude aurait l’intérêt de saisir quelles sont les logiques différentielles à l’œuvre dans un processus complexe : celui de la construction d’un groupe professionnel composé d’agents ayant des intérêts a priori irréductibles. Pour rendre compte dans ce cadre du processus de spécialisation journalistique, il conviendrait d’un côté de mettre au jour les spécificités biographiques de ceux qui se spécialisent dans ces domaines (existe-t-il des prédispositions pour être journaliste sportif ou culturel); de l’autre il faudrait s’intéresser aux processus qui conduisent certains agents (journalistes professionnels) à inscrire telle ou telle catégorie sur l’agenda médiatique. Cette seconde phase d’analyse permettrait de comprendre les mécanismes spécifiquement journalistiques de construction des catégories (comment le sport, la culture ou l’économie deviennent-ils des terrains possible d’intervention journalistique  ?). En lien avec les règles du jeu journalistique – et les modifications qu’elles connaissent – il faudrait enfin montrer les spécificités de ces domaines constitués (leurs ressemblances ou leurs différences) et s’interroger notamment sur la prégnance de la posture critique que privilégie – et autour duquel se construit – cet espace professionnel.

13Au-delà de l’espace journalistique, l’analyse de l’investissement de ces professionnels particuliers dans le social permet ensuite de repenser les modes de formations de cette catégorie dans d’autres espaces participant ou ayant vocation à participer au débat public. Des spécialistes du social se peuvent en effet être repérés dans la plupart des groupes professionnels ayant vocation à intervenir sur la scène publique. Il s’agirait alors d’étudier cette catégorie de mise en forme de la réalité, non seulement comme le produit des propriétés de certains agents, mais aussi comme un moyen spécifique pour certains d’affirmer leur spécificité professionnelle. Il conviendrait alors de repenser la mise en forme du social dans divers espaces autour de son potentiel critique. En lien avec la position des acteurs, les modes d’énonciation du social pourraient ainsi être spécifiés pour chaque espace d’analyse.

14Ainsi, dans cette même logique, ce que les sociologues ou les politistes font eux aussi « subir » aux catégories de mise en forme de la réalité sociale devrait être interrogé. La réflexivité à laquelle le sociologue des médias invite par chacun de ses travaux les journalistes doit aussi être le premier travail qu’il engage lorsqu’il cherche à décrire lui-même la réalité qui l’entoure.

Notes

1 Sur cette notion de segments professionnels, on se reportera à Anselm Strauss et Rue Bucher, « La dynamique des professions », art. cit.

2 Voir sur ce point l’étude d’Alain Accardo et alii consacrée aux journalistes précaires : Journalistes précaires, Bordeaux, Le mascaret, 1998.

3 Serge Halimi, Les nouveaux chiens de garde, Paris, Liber, 1997.

4 Comme le souligne Serge Halimi, la plupart des chroniqueurs économiques sont eux aussi « diplômés de l’institut d’études politique de Paris et ont fait des études de droit » et que « Le syndicalisme semble une école moins prisée » (« Lancinante petite musique des chroniques économiques », Le Monde Diplomatique, décembre 1999).

5 Comme le souligne Pierre Bourdieu : « Il n’y a pas de science du discours considéré en lui-même et pour lui-même ; les propriétés des œuvres ne livrent leur sens que si on les rapporte d’une part aux conditions sociales de leur production – c’est-à-dire aux positions qu’occupent leurs auteurs dans le champ de production – et d’autre part au marché pour lequel elles ont été produites […] et aussi le cas échéant, aux marchés successifs sur lesquels elles ont été reçues » (Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982 p. 165).

6 Voir sur ce point Sandrine Lévêque, « Crise sociale, crise dans le journalisme », art. cit.

7 Voir sur ce point Pierre Bourdieu, Sur la télévision, op. cit. et Alain Accardo et alii, Journalistes au quotidien. Outils pour une socioanalyse des pratiques journalistiques, Bordeaux, Le mascaret, 1995. Sur les limites d’une telle critique on se reportera à Cyril Lemieux, « Une critique sans raison ? L’approche bourdieusienne des médias et ses limites », Bernard Lahire (dir.), Le travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques, Paris, La Découverte, 1999.

8 Patrick Champagne, « La construction médiatique des malaises sociaux », art. cit.

9 Ibid.

10 Martin Sanchez, « Les gangs et la presse. La production d’un mythe national », art. cit. Cet article illustre parfaitement bien le « mépris » dans lequel les sociologues tiennent les journalistes : « la plupart des gens – experts compris – sont convaincus que la couverture médiatique cerne bien la réalité des gangs alors qu’elle introduit, en fait des distorsions aussi profondes que systématiques. Ces distorsions tiennent aux contraintes structurales sous lesquelles fonctionnent les médias ainsi qu’à l’ignorance, à l’incompétence et aux ambitions professionnelles des journalistes » (p. 102). « Or il est bien évident que tant que le journaliste n’a pas lui-même une maîtrise suffisante de certains aspects fondamentaux du problème le public ne risque pas d’apprendre grand chose dans ses reportages » (p. 107). Il ne s’agit pas de dénier ici l’originalité de la démonstration de Sanchez sur les gangs mais simplement de signaler que ces propos sur les journalistes ont dans les quelques extraits que nous avons cité un caractère excessif.

11 C’est ce que développe notamment le groupe de Glasgow dans leur ouvrage sur le traitement journalistique des conflits sociaux. Glasgow group, « More bad news » : (More bad news, Routledge ans Keagan Paul, 1980) publié par Réseaux, n° 44/45, novembre 1990/février 1991.

12 Michael Schudson, « La rhétorique de la forme narrative », art. cit.

13 Jean G. Padioleau, « Système d’interaction et rhétoriques journalistiques », art. cit.

14 Voir notamment Erik Neveu, « Les émissions politiques à la télévision. L’impossible vulgarisation », art. cit.

15 Voir sur ce point Erik Neveu, « Pages politiques », art. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search