Desktop versionMobile Version

Les journalistes sociaux

 | 
Sandrine Lévêque

6. Autonomie journalistique et concurrence : la construction médiatique du social

Volltext

  • 1 Christian Sauvage, Journalistes : une passion des métiers, Paris, CPFJ, Connaissance des médias, 1 (...)

1La décennie quatre-vingt a vu s’accélérer les transformations du recrutement des journalistes dans leur ensemble et des spécialistes de l’information sociale en particulier. Cette période est marquée par la consécration des « journalistes techniciens », « experts » ou tout simplement pour reprendre le langage communément adopté par les journalistes « spécialistes1 » aux dépens des journalistes militants qui dominaient jusqu’alors la rubrique. L’évolution de la répartition des adhérents de l’AJIS par type de presse est révélatrice de ce mouvement. Comme le montre le tableau 13, la proportion des représentants de la presse spécialisée – ou technique – a quasiment doublé en moins de vingt ans (on passe de 24,68 % en 1976 à 44,35 % en 1994), alors que les journalistes de la presse syndicale et militante sont moins nombreux (on passe de 18,35 % en 1976 à 10,8 % en 1994).

Tableau 13. – Répartition des adhérents de l’AJIS par type de presse.
Ce tableau a été construit à partir du dépouillement des annuaires AJIS de 1976, 1986/87 et 1993/94. La catégorisation des titres fut opérée à partir des critères habituellement retenus pour ce type de classement, à savoir l’origine éditoriale de la publication (est-elle éditée par une centrale syndicale, un éditeur indépendant, un groupe de presse, une association ou une institution publique ?), le contenu (grand public ou non, centré sur un objet ou abordant l’ensemble de l’actualité ?), et la diffusion (large ou restreinte ?).

Tableau 13. – Répartition des adhérents de l’AJIS par type de presse.Ce tableau a été construit à partir du dépouillement des annuaires AJIS de 1976, 1986/87 et 1993/94. La catégorisation des titres fut opérée à partir des critères habituellement retenus pour ce type de classement, à savoir l’origine éditoriale de la publication (est-elle éditée par une centrale syndicale, un éditeur indépendant, un groupe de presse, une association ou une institution publique ?), le contenu (grand public ou non, centré sur un objet ou abordant l’ensemble de l’actualité ?), et la diffusion (large ou restreinte ?).
  • 2 Jean-Marie Charon, La presse en France de 1945 à nos jours, op. cit., p. 141.

2Cette évolution se comprend au regard des transformations à la même époque, du champ journalistique et du marché de la presse avec le renforcement du poids économique de la presse spécialisée dans son ensemble2. Elle est aussi conforme à l’évolution du recrutement des journalistes qui sont désormais davantage diplômés que leurs confrères plus âgés.

  • 3 C’est notamment ce que souligne Michèle Lamont lorsqu’elle compare les valeurs des cadres en Franc (...)

3Néanmoins, le groupe des journalistes sociaux n’est pas du point de vue des positions sociales et professionnelles objectives de ceux qui le composent si cohérent que l’image statistique le donne à voir. Ses contours restent largement incertains et flous. L’ambivalence de leur position dans l’espace journalistique ne permet donc pas d’expliquer ce qui aujourd’hui fait tenir ensemble, au sein de l’AJIS notamment, des journalistes ayant des profils sociaux et professionnels aussi différents qu’un rédacteur au Monde diplômé de l’IEP ou un syndicaliste reconverti dans la presse mensuelle syndicale (avec entre les deux toutes les déclinaisons possibles de positions éditoriales et/ou politiques). Ce n’est donc pas tant dans la position objective des journalistes composant l’AJIS qu’il faut trouver une explication de la cohérence du groupe que dans la dimension éminemment symbolique de leur lutte3.

4Les journalistes sociaux existent aujourd’hui en tant que groupe, moins parce qu’ils sont liés par des affinités objectives que parce qu’ils défendent de manière récurrente les spécificités du domaine d’information dont ils revendiquent le monopole du traitement. Les journalistes sociaux forgent donc leur identité autour de l’information sociale sur laquelle ils se mobilisent et ce à deux niveaux. Le premier niveau est celui de l’espace journalistique dans son ensemble. Les journalistes sociaux doivent en effet définir leur position subjective à l’égard de leurs pairs tant du point de vue des savoir-faire et de l’excellence qu’ils revendiquent spécifiquement qu’à celui des objets sur lesquels ils cherchent à imposer leur autorité. Il s’agit alors de faire de l’information sociale un principe qui permet de se distinguer et, dans le même temps, de préserver une identité de journaliste professionnel.

5Le second niveau d’analyse est constitué par l’espace plus large des interactions que les journalistes sociaux nouent avec ceux qui sont aussi intéressés – parfois différemment – à la définition de l’information sociale. Le processus de catégorisation des faits en « faits sociaux » ne peut donc être considéré comme univoque. Il ne renvoie pas simplement aux logiques internes de l’espace journalistique mais doit aussi se comprendre comme le produit des rapports de force qu’engagent les journalistes et leurs « informateurs » dans le cadre de leurs contacts et interactions routinières.

Les fondements d’une intervention journalistique sur le social

6Les journalistes sociaux souhaitent à rompre avec l’image militante en affirmant le caractère « professionnel » de leur pratique, c’est-à-dire en cherchant le plus possible à « coller » aux valeurs dominantes l’espace journalistique. Cependant, cette insertion dans l’espace professionnel dominant ne va pas de soi et la « mauvaise réputation » du groupe, sa stigmatisation oblige ses membres à un travail d’auto-légitimation et de légitimation visant à faire de leurs positions objectives, et surtout symboliques, un atout dans l’espace professionnel. Ce travail de légitimation passe alors indirectement par un travail de (re)catégorisation et de (re)définition de la rubrique sociale comme une rubrique permettant plus que toutes autres d’affirmer et de mettre en œuvre certains principes d’excellence professionnelle. Du même coup, les journalistes sociaux spécifient la place de leur rubrique dans l’espace journalistique.

Logique politique et logique de vérité : la fonction sociale du journaliste

  • 4 Erik Neveu, « La dynamique des médias dans la construction sociale de la “crise de la représentati (...)
  • 5 Voir sur ce point Erik Neveu, « Les émissions politiques à la télévision : une impossible vulgaris (...)

7L’information sociale se construit d’abord comme une « bannière » permettant aux journalistes sociaux d’affirmer leur légitimité professionnelle et leur capacité à intervenir dans le débat public. Les journalistes se présentent ainsi que le souligne Erik Neveu comme des « interprètes et représentants du savoir4 » et cherchent à se définir comme ayant un rôle, une fonction à jouer dans le processus démocratique, fonction qu’ils « partagent » ou du moins aspirent à partager avec d’autres représentants intervenant dans l’espace public tels que les représentants politiques. C’est donc par le biais d’une éventuelle fonction sociale du journaliste que se définit son excellence. « L’utilité » du journaliste social subjectivement définie par eux apparaît en effet au centre du processus visant à affirmer leur reconnaissance et leur spécificité professionnelle. Cette fonction se décline autour de l’idée de vulgarisation par ailleurs largement partagée par l’ensemble des journalistes5.

  • 6 Pour une analyse de cette question, on se reportera à l’article d’Erik Neveu, « Les émissions poli (...)
  • 7 Pierre Bourdieu, « La cause de la science », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 106-10 (...)
  • 8 Ibid.

8Il ne s’agit pas de revenir ici sur les conditions de possibilité de la vulgarisation6 mais de rendre compte des principes sur lesquels s’appuient les journalistes sociaux pour justifier de la pertinence de cette démarche. Deux logiques sont alors mises en avant : celle de la rigueur (il s’agit de diffuser des informations « vraies », « claires », et « précises ») et celle du nombre (il s’agit de toucher un maximum d’individus et pour ce faire de déployer un ensemble de technologies spécifiques, de savoir-faire permettant de mettre au service du plus grand nombre les informations techniques et complexes dont on dispose). À l’instar des chercheurs en sciences sociales analysés par Pierre Bourdieu7, les journalistes sociaux semblent ainsi « tiraillés » entre « deux logiques : celle du champ politique ou la force des idées dépend toujours pour une part de la force des groupes qui les acceptent comme vraies, et celle du champ scientifique qui dans ses états les plus purs ne connaît et ne reconnaît que la “force intrinsèque” de l’idée vraie8 ».

  • 9 S’il consacre lui aussi une représentation dominante de la hiérarchie implicite de l’espace journa (...)
  • 10 Ibid., p. 118.

9La rhétorique de la vulgarisation n’est pas propre aux journalistes sociaux mais revêt lorsqu’elle est adoptée par eux une dimension particulière. Elle s’affirme notamment, comme le note Jean-Marie Charon à propos des journalistes spécialisés9, par son « ambition pédagogique10 » qui compense selon cet auteur, un « sentiment » d’illégitimité professionnelle :

  • 11 Ibid. Jean-Marie Charon poursuit sa réflexion autour de l’ambition pédagogique en soulignant que c (...)

« Une unité suffisante se fait jour qui porte sur le rôle original de l’information spécialisée que traitent ces journalistes, entraînant nombre d’interrogations et de problèmes communs. À commencer par ce sentiment d’être des journalistes un peu à part, quelque peu illégitimes, puisque nombre de leurs confrères des autres univers hésitent même à les reconnaître comme étant des leurs. […] Transmettre, expliquer, faire comprendre, permettre au lecteur de partager une passion, telles sont les valeurs fondamentales revendiquées par les journalistes spécialisés quel que soit leur domaine, leur type de publication ou leur public11. »

  • 12 Erik Neveu, « Rhétoriques du journaliste politique », art. cit.
  • 13 Jean G. Padioleau, « Système d’interaction et rhétoriques journalistiques », Sociologie du travail(...)
  • 14 Cette spécificité – la complexité de l’information sociale ou économique (qu’on associe souvent da (...)

10Cette ambition pédagogique est largement partagée par les journalistes sociaux mais ne peut être comprise qu’en relation avec la spécificité de l’information sociale telle qu’ils cherchent à la définir et l’imposer. C’est d’abord parce que le social se construit comme un domaine d’information de proximité particulièrement stratégique pour d’éventuels usagers (lecteurs de presse écrite, auditeurs, spectateurs) que le rôle du journaliste qui en a la charge peut s’affirmer au travers de la définition de sa fonction sociale. Si ce principe est une rhétorique journalistique classique, celle que nous désignons avec Erik Neveu comme « rhétorique de la vulgarisation12 » et celle que Jean-Gustave Padioleau13 définit à propos des journalistes politiques comme une position « d’expertise critique », elle est particulièrement mise en avant par les journalistes qui investissent le social sur le mode de la complexité des questions ainsi traitées14 :

« C’est-à-dire qu’en social c’est vrai il y a beaucoup de sujets ardus. Il y a beaucoup de confrères qui les traitent de manière aussi ardue. C’est très difficile de faire simple sur des dossiers compliqués, mais il faut au moins essayer » (journaliste quotidien national).

11Un premier basculement s’opère ainsi entre la complexité de l’information sociale et son « utilité » pour le public. L’information sociale est ainsi, aux yeux des journalistes, différente des autres domaines d’information par sa dimension complexe et « utilitaire », ce qui permet de rétablir en leur faveur une légitimité que leur contestent les journalistes politiques ou de manière plus récurrente les journalistes économiques.

« Les journalistes sociaux ne sont pas des branquignoles. Ils sont pris comme ça parce qu’on est dans une société qui est dominée… On dit que l’important c’est l’économie. L’important c’est pas l’économie. On s’en fout de la Bourse c’est pas là que ça se fait le monde. Je lisais qu’un tiers des enfants anglais vivent en dessous du seuil de pauvreté et on vient me dire si la City va bien ou mal on s’en fout. On ne regarde que la Bourse » (journaliste indépendant [pigiste], ancien rédacteur dans un hebdomadaire syndical).

12Le journaliste social comme le « prescrit » ainsi le chef du service économie/social d’un quotidien national :

« […] est quelqu’un qui essaie d’être le plus près possible des réalités, qui n’a pas trop la tête dans les nuages et les pieds dans la théorie, qui essaye de voir comment ça se passe concrètement dans la vie des gens et en particulier dans la vie des gens au travail » (journaliste, chef de service quotidien national).

13Techniciens de questions présentées comme complexes et touchant l’intérêt général, les journalistes sociaux quelles que soient leurs positions éditoriales (presse militante, syndicale, presse généraliste, radio ou télévision) s’accordent ainsi pour inscrire leur spécialité dans le registre de la vulgarisation.

Une fonction sociale spécifique : le journalisme vulgarisateur du social
« Je sais pas si je les ai mais les qualités de journaliste ça n’est pas seulement des qualités de connaissance, encore faut-il savoir faire passer ces connaissances… et c’est là la première qualité d’un journaliste, il ne suffit pas de savoir, encore faut-il être capable de faire savoir. Prenons l’actuel ministre québécois, il a réussi c’est un ancien journaliste. Il avait un don de faire comprendre aux gens les choses difficiles à comprendre… il avait la première qualité du journaliste » (rédacteur en chef d’un journal mutualiste).
« Pour moi le journalisme c’est pas seulement relater les faits… c’est aussi apporter les éclairages sur le mouvement des idées, le mouvement qui aujourd’hui fait beaucoup plus objet de débats de spécialistes pour le rendre accessible au grand nombre parce que pour moi la démocratie c’est le débat… et ce n’est pas “suivez-moi je suis beau”… c’est : voici des faits d’aujourd’hui, voici des hypothèses si elles se développent d’un côté ou de l’autre, voici ce que disent des spécialistes, voici ce que disent d’autres » (rédacteur dans un journal interne d’un organisme public).
« Moi je conçois plutôt mon rôle comme celui d’un vulgarisateur… il faut essayer d’expliquer de façon simple des choses parfois compliquées mon but c’est faire de la vulgarisation » (reporter social dans une radio périphérique).
« Un lecteur de n’importe quel journal c’est toujours plus facile quand on lui explique les tenants et les aboutissants d’un dossier que quand vous êtes dans le dossier sans que le type soit prévenu, d’où ça vient, pourquoi et où on va. N’importe quel lecteur dans n’importe quel journal quand les sujets sont bien posés bien expliqués, il préfère. C’est pas le problème du lectorat, c’est le problème du journaliste. Le journaliste est là pour informer et pour informer, pour pouvoir informer il faut avoir une technique d’information qui fasse que ce qu’on écrit ou ce qu’on dit… à la radio ou en télé soit clair… si le message ne passe pas s’il est troublé parce qu’il faut être initié, c’est pas bon… pour moi c’est pas bon et quel que soit le titre pour lequel vous travaillez » (journaliste dans un quotidien national).
« Même l’institutionnel il y a plusieurs moyens de le traiter soit on reprend l’institutionnel… et on cherche pas à comprendre de quoi on parle, soit on cherche à comprendre de quoi on parle quand on essaye de décrypter l’institutionnel de le rendre intelligible déjà c’est… déjà très intéressant » (journaliste dans un quotidien national).
« Mais le journalisme c’est ça. Il faut mettre à nu, c’est ça qui est intéressant je dis pas qu’on le fait à chaque papier, chaque truc mais ce qui est intéressant c’est de mettre à nu les ressorts de la société ce qui est vrai… enfin ce qui est vrai ce qui apparaît vrai en tout cas… il y a une fonction d’explicateur, c’est un néologisme il a fonction d’expliquer les choses, de les révéler » (journaliste pigiste, ancien rédacteur en chef d’un mensuel syndical).
« Même si on s’adresse à un public spécialisé tout le monde n’est pas au courant de tout. Je crois que toute manière c’est le propre du journaliste de faire passer une idée précise, de la décoder pour le lecteur. Bon c’est vrai que nous on a plus ce rôle-là parce que c’est des infos qui sont hyper-pointues. Mais, il y a cette dimension pédagogique. Il faut essayer de faire comprendre certaines choses une fois que nous on a saisi l’idée » (rédactrice dans un hebdomadaire spécialisé [protection sociale]).
« Nous on est pas là pour démontrer et pour convaincre. On est là pour montrer, montrer sans démontrer, pour essayer d’expliquer mais en restant en retrait, en tout cas pas en imposant » (rédacteur en chef, présentateur d’une émission télévisée du matin).

14Perceptible au niveau des entretiens individuels, cette présentation du « professionnel » s’affirme aussi à un niveau collectif. Si en 1974 et plus encore en 1969, le rôle du journaliste s’affirme dans un registre politique et militant (« nous sommes au service du progrès social », « nous sommes au côté de ceux qui luttent » pouvait-on lire dans les comptes rendus des colloques déjà analysés), il s’inscrit, dès 1983 et à l’occasion d’un colloque du même type, dans un registre « objectif » et « technicien ». C’est que résume assez bien l’intervention de Béatrice Taupin, journaliste sociale au Figaro :

  • 15 Béatrice Taupin, L’information sociale en question, op. cit., p. 37.

« Bien entendu chaque journal, le Figaro comme d’autre, a une ligne politique mais je crois justement que quand on fait un effort d’explication, de décodage des textes et des lois qui paraissent, quelle que soit l’appréciation fondamentale portée sur eux, on est vraiment l’intermédiaire entre le producteur d’informations et le consommateur de l’information, les usagers de l’information sociale15. »

  • 16 Ibid., p. 142.

15Plus loin, à propos de la Sécurité sociale, soulignant que « l’information nécessite d’être plus pédagogue », elle affirme : « La clarté et la précision sont des données fondamentales pour des sujets sans lesquels il est vain de faire comprendre quoi que ce soit à quiconque16. »

16L’image de « vulgarisateur » est reprise en tant que telle par Gérard Adam au colloque de 1983 :

  • 17 Ibid., p. 10.

« Le journaliste est un peu tenu maintenant d’être le vulgarisateur, celui qui explique, qui répond au courrier des gens qui sont perdus devant l’extraordinaire complexité des lois, doublée d’un mutisme assez exceptionnel des institutions administratives plus soucieuses d’appliquer la réglementation que de répondre aux questions des citoyens17. »

17La compétence du journaliste social se décline en effet dans les entretiens et dans les présentations publiques et publicisées (le colloque), autour de plusieurs critères constitutifs de leur (« nouvelle ») identité : le journaliste doit être clair, précis, pédagogue et se pose en médiateur, affirmant du même coup sa position d’intermédiaire entre les instances du pouvoir et l’opinion publique. C’est en cela notamment que la dimension pédagogique mérite d’être liée à la fonction critique qui implique notamment la mobilisation du nombre. Les journalistes sociaux déclinent leur légitimité professionnelle sur la maîtrise d’un savoir expert, lui-même fondé par le rapport que ces journalistes entretiennent à l’institution scolaire. Cependant cette fonction d’experts des questions sociales n’a de sens que rapportée à une autre logique, celle de la diffusion de ce savoir expert vers le plus grand nombre.

  • 18 Se pose ici une fois encore la question de la réception de l’information sociale. Si l’on dispose (...)

18La logique du nombre mise en avant par les journalistes sociaux est largement dépendante de la représentation qu’ils se font de la spécificité de l’information sociale conçue comme une information qui concerne « tout le monde18 ».

19Cette logique du nombre est donc intimement liée à l’ambition pédagogique et à la rhétorique de vulgarisation des journalistes sociaux. Si les journalistes sociaux occupent une place dans l’espace journalistique, c’est selon eux parce qu’ils touchent plus de public que leurs confrères :

« On s’adresse à un public très vaste… beaucoup plus vaste que la presse écrite… moi à 7 heures du matin j’ai deux millions et demi d’auditeurs… bon je fais mieux que Libération, plus le Figaro, plus je sais pas qui réunis… et donc je peux faire passer mon info » (reporter social dans une radio périphérique).
« Alors ici le social est vu… à travers la mutualité qui est l’organisme social le plus important en France… avec les 22 millions d’adhérents et qui a une optique différente et il ne faut pas oublier que sur le plan du pratique, du social la mutualité est le complément de tout ce qui existe en France du point de vue du social. […] Alors mon journal pour la région parisienne il tire à 250 000 exemplaires et chaque exemplaire est lu par 6 ou 7 personnes… donc il faut multiplier par 6, ce qui fait… Si vous voulez il y a un autre problème dans les mutuelles c’est que comme les cotisations augmentent, les mutuelles pour faire des économies coupent les abonnements au journal c’est ce qui explique parce que moi je suis allé jusqu’à 400 000/450 000 (lecteurs) mais c’est la crise maintenant » (rédacteur en chef d’un journal mutualiste).

  • 19 Une seule fois, à propos du conflit Peugeot que nous avions étudié, l’argument de la nouvelle qui (...)
  • 20 « La soumission aux exigences du marché » est pour Pierre Bourdieu (« L’emprise du journalisme », (...)
  • 21 Pierre Bourdieu, « Un acte désintéressé est-il possible ? », Raisons pratiques, Paris, Seuil, 1994
  • 22 À ce titre, les journalistes interrogés en fin d’entretien sur « le journaliste idéal » évoquaient (...)

20Cette logique du nombre n’apparaît cependant jamais (ou presque)19 dans les discours journalistiques comme une position cynique renvoyant à une logique de marché20. Elle n’existe ici dans le discours des acteurs que d’un point de vue désintéressé ou du moins concernant l’intérêt général ou l’universel et donc le monopole de sa représentation21. Être compris et donc « être lu » par le plus grand nombre induit alors la mise en œuvre de techniques, de pratiques (d’écriture, de choix des sujets ou « des angles d’attaques » par exemple) qui leur sont spécifiques. Elle passe ainsi par la valorisation d’un savoir-faire particulier et notamment une sacralisation du « travail de terrain22 » opposé dans les représentations journalistiques à « l’institutionnel » :

  • 23 Émile Favard, L’information économique en question, op. cit.

Une valorisation du travail de terrain
« Peut-être que les journalistes sociaux doivent passer moins de temps à l’Assemblée nationale pour écouter les débats sur des projets de lois sociaux qui n’existent plus ou qui se font rares, ils doivent passer moins de temps dans les sièges des confédérations syndicales… c’est vrai que malheureusement il s’y passe moins de choses… les événements se font moins souvent maintenant aux sièges des confédérations syndicales… mais il doit passer plus de temps dans les entreprises, dans les administrations, là où se vit un petit peu la réalité sociale, où se vit le droit social, où se vivent… les droits sociaux, où les difficultés pour le droit social de s’appliquer… parce qu’il y a quand même des difficultés aussi… je veux dire qu’il y a un déplacement qui fait qu’on ne traite pas le social exactement comme on le traitait il y a 10, 15 ou 5 ans, mais il y a toujours une matière qui est très riche sur le plan social » (journaliste quotidien national chef du service économie/social).
« Le Conseil État vient d’annuler une des circulaires qui recommande de purger les listes de l’ANPE. Moi je ne me souviens pas avoir vu de papier sur des gens qui se sont fait virer de l’ANPE après la circulaire. Le Conseil d’État fait ça, le premier réflexe serait d’aller voir des gens qui se sont fait virer, leur demander comment vous faites et comment vous allez vivre… on va voir des agents de l’ANPE, comment vous avez viré des gens… ben, non il y a rien… il y a juste que le Conseil d’État a annulé… je sais bien que ça arrive en plein mois de juillet et qu’il n’y a personne mais tout de même ! » (journaliste pigiste).
« L’information sociale va se faire de plus en plus sur le terrain avec la nouvelle législation du travail et l’équipement informatif doit se mettre à la hauteur de ces réalités nouvelles23. »

21À cette valorisation d’une approche de terrain s’ajoute la nécessité de faire de l’information sociale une information pratique :

L’information sociale vue par les journalistes : une nécessité pratique
« Nous le social on le digère au [nom du journal]. C’est-à-dire que souvent tout ce qui concerne l’aspect législatif, l’aspect contractuel est assez complexe. Alors nous on essaye toujours de le faire passer au travers d’exemples, c’est-à-dire que les gens puissent s’y retrouver très facilement. Je vais prendre un exemple, c’est la loi quinquennale sur l’emploi qui était un gros texte législatif assez difficile d’accès ; on a beaucoup essayé de mesurer ce que ça pourrait ou ne pourrait pas donner sur le terrain, plutôt que de présenter ce grand texte comme ça brut de décoffrage, qui est très rébarbatif qui est illisible quasiment pour un lecteur grand public d’un quotidien grand public ; on l’a traité avec des exemples concrets. Donc il y a un souci de rendre lisible l’information sociale » (journaliste quotidien national).
« On a des pages emploi on a été les premiers à faire des pages emploi dans un quotidien national. C’est l’importance du dossier chômage en France, ça nous a amenés à faire ça. On en est très content, c’est-à-dire c’est très lu. Dès qu’il y a des informations concrètes dedans, des offres, des machins, on a un retour des lecteurs. Ils téléphonent, écrivent, etc. Donc on fait beaucoup de social, mais du social simple, du social lisible » (journaliste quotidien national).
« Moi ce qui m’intéresse par exemple, c’est lorsqu’on fait des dossiers sur la formation professionnelle, et sur ce qui ne va pas pour la formation professionnelle, c’est de ne pas justement rester au niveau institutionnel, c’est d’aller sur le terrain. Et rares sont les gens qui vont effectivement sur le terrain voir comment ça se passe, de mettre sur le terrain des sujets institutionnels, de les voir au prisme de la réalité » (journaliste quotidien national).
« Bon maintenant la mode c’est quand même le journaliste de terrain, le journaliste reporter. On nous parle de prendre un pli anglo-saxon. C’est d’abord une réalité anglo-saxonne. On fait du journalisme d’investigation et le journalisme d’investigation c’est pas seulement les affaires, c’est pas seulement les délits d’initiés, c’est aussi un certain nombre de questions sociales. Le journalisme d’investigation, ça peut concerner le travail au noir, ça peut concerner l’application d’une loi de droit du travail dans une entreprise, et aussi les innovations qui rentrent dans le cadre de la légalité, qui se font dans les entreprises sur le plan social. Je sais bien que le social est un terrain changeant qui est mouvant mais qui fourmille encore de choses passionnantes » (journaliste quotidien national, chef du service économie/social).

22Cette représentation du journaliste et la valorisation d’une posture critique basée sur un savoir proche du savoir scolaire s’expliquent ici par les transformations du recrutement de ceux qui sont porteurs de ce discours. Si les journalistes sociaux sont ce qu’ils sont, s’ils font partie aujourd’hui de ce qu’on peut désigner comme les classes moyennes supérieures, c’est à l’école qu’ils doivent cette position. Ils sont donc conduits à adhérer et à diffuser une représentation du « savoir libérateur » dont ils seraient les artisans. La représentation qu’ils se font de l’excellence professionnelle ainsi définie n’est pas sans effet sur le contenu du social, du moins sur les représentations qu’ils cherchent à imposer de ce contenu.

Les objets du social : une entreprise « hégémonique » de définition

23L’existence et la spécificité du groupe des journalistes sociaux dépendent au moins en partie de l’existence et de la spécificité d’un secteur d’information qui leur est propre. Une telle approche implique dès lors de s’intéresser aux représentations que les journalistes se font de ce domaine d’information, c’est-à-dire celles qu’ils sont prêts à défendre ou qu’ils cherchent spécifiquement à imposer. Le travail qui s’engage autour d’une définition du social passe ainsi par une tentative d’inclure dans ce domaine d’information une pléthore d’objets et cherche ainsi à dépasser les représentations antérieures, notamment syndicales, qui lui étaient associées. Sans faire table rase du passé, l’évolution des contours du social, tel que se le représentent les journalistes, est ici largement liée à leurs nouvelles compétences. Mais cette diversification du social est aussi rendue nécessaire pour permettre aux journalistes qui en revendiquent le monopole du traitement d’affirmer leur place au sein des rédactions. Pourtant, les stratégies engagées par les journalistes pour imposer des frontières larges à leur rubrique ne sont pas sans ambiguïté. En effet, la désyndicalisation du social et les nouvelles manières de traiter ce domaine d’information semblent « gommer » le caractère distinctif sur lequel prenait corps la spécificité du groupe des journalistes sociaux. De moins en moins maintenue par des affinités sociales objectives, la cohésion du groupe des journalistes sociaux est de surcroît « mise à mal » par l’effacement progressif des particularités de l’information sociale.

24La diversification du social se lit ainsi d’abord et avant tout dans la sélection de thèmes et des objets que les représentants de l’association considèrent comme sociaux. Ainsi, lorsqu’ils furent repérés, au moment de la mise en place de l’AJIS et à travers les agendas des événements sociaux dignes d’intéresser leurs membres, huit types d’événements avaient pu être dégagés. Pour réaliser ce même travail pour une période allant de 1988 à 1993, il faut ouvrir, en plus des huit rubriques initiales, dix-huit nouvelles rubriques (voir tableau 14). Les journalistes de l’information sociale sont donc conviés par leur association à participer à des activités ou à des événements dans des lieux et portant sur des thèmes de plus en plus diversifiés. Le poids de chaque groupe de manifestations dont l’AJIS informe ses membres est bien entendu différent. Si les manifestations d’initiative syndicale restent les plus nombreuses, leur proportion diminue nettement entre 1988 et 1993, passant de 50 % des événements signalés par l’AJIS en 1988 à 25,84 % en 1993 (pour mémoire, les manifestations syndicales représentaient plus des trois quarts (77 %) des événements mentionnés par le SIS entre 1968 et 1974). De la même manière, si les manifestations organisées par les ministères sociaux (Travail, Santé) connaissent sur la période 1988-1993 des fluctuations, elles sont, par rapport à la période précédente, en diminution. En 1993, « les événements » signalés au ministère du Travail et Affaires sociales ne représentent plus que 2,25 % de l’ensemble des manifestations inscrites à l’agenda de l’AJIS, contre 13 % durant les années 1968-1972. Sur l’ensemble de la période (1988-1993), ces événements représentent une moyenne de 3,8 %.

25Les interlocuteurs traditionnels des journalistes sociaux voient donc leur importance diminuer au profit d’interlocuteurs nouveaux notamment les organismes de retraite et les associations de personnes âgées, les représentants de la profession médicale et des hôpitaux, ceux des associations familiales et de l’enfance, ceux des travailleurs sociaux, ceux des organismes de protection sociale, d’associations humanitaires, les entreprises et les banques, les décideurs locaux ainsi que les organisations patronales.

26Si les interlocuteurs et les thèmes d’intervention sur le social ont changé, la forme des rencontres s’est aussi modifiée et traduit la « technicisation » des questions sociales. Des « informateurs » de plus en plus nombreux (syndicaux ou autres) usent en effet des colloques, des journées d’étude, des festivals culturels ou même des expositions de peinture. Difficilement quantifiable, on peut se faire une idée de l’importance de ce phénomène si l’on regarde un agenda du SIS : celui de la seconde quinzaine d’octobre 1988 qui compte pas moins de neuf événements de ce type sur les quarante qu’il signale par ailleurs (soit près de 25 %).

Tableau 14. – Comparaison des manifestations annoncées par l’agenda AJIS dans les années soixante-dix et quatre-vingt.
Nous avons établi ce tableau selon les critères mis en œuvre pour la période (1969-1974) (sur les principes de classement adoptés voir tableau du chapitre I, partie II). Les autres catégories utilisées pour la période 1988-1993 ont été, dans la mesure du possible, construites sur le même principe que celles utilisées pour les agendas 1969-1974. Ainsi, nous avons regroupé les événements d’abord à partir des organisateurs des manifestations mentionnées dans l’agenda (par exemple, les syndicats de médecins, les associations humanitaires pour les catégories « Actions humanitaire » ou « Professions médicales et hôpitaux ») et ensuite des lieux dans lesquels elles se déroulaient (par exemple les tribunaux pour la catégorie « Affaires judiciaires »).
Pour certaines manifestion – par exemple les colloques – ni les organisateurs ni le lieu d’organisation ne permettaient de catégoriser l’événement. Aussi nous nous sommes rabattus sur les thèmes sur lesquels portait la manifestation. Un colloque sur la Sécurité sociale organisé par un centre de recherche universitaire n’a donc pas été classé dans la catégorie « Éducation et formation » mais dans la catégorie « Sécurité sociale ».
Les pourcentages indiqués entre parenthèses correspondent à la proportion d’événements signalés pour chaque catégorie d’événement. Les chiffres ont été obtenus par une moyenne calculée pour chaque période de 5 ans (le total est inférieur à 100 en raison de l’absence de la rubrique « divers »).

Tableau 14. – Comparaison des manifestations annoncées par l’agenda AJIS dans les années soixante-dix et quatre-vingt.Nous avons établi ce tableau selon les critères mis en œuvre pour la période (1969-1974) (sur les principes de classement adoptés voir tableau du chapitre I, partie II). Les autres catégories utilisées pour la période 1988-1993 ont été, dans la mesure du possible, construites sur le même principe que celles utilisées pour les agendas 1969-1974. Ainsi, nous avons regroupé les événements d’abord à partir des organisateurs des manifestations mentionnées dans l’agenda (par exemple, les syndicats de médecins, les associations humanitaires pour les catégories « Actions humanitaire » ou « Professions médicales et hôpitaux ») et ensuite des lieux dans lesquels elles se déroulaient (par exemple les tribunaux pour la catégorie « Affaires judiciaires »).Pour certaines manifestion – par exemple les colloques – ni les organisateurs ni le lieu d’organisation ne permettaient de catégoriser l’événement. Aussi nous nous sommes rabattus sur les thèmes sur lesquels portait la manifestation. Un colloque sur la Sécurité sociale organisé par un centre de recherche universitaire n’a donc pas été classé dans la catégorie « Éducation et formation » mais dans la catégorie « Sécurité sociale ».Les pourcentages indiqués entre parenthèses correspondent à la proportion d’événements signalés pour chaque catégorie d’événement. Les chiffres ont été obtenus par une moyenne calculée pour chaque période de 5 ans (le total est inférieur à 100 en raison de l’absence de la rubrique « divers »).

Extraits de l’agenda du SIS seconde quinzaine d’octobre 1988
Vendredi 14
Lille – journée d’études organisées par la CRESGE (Centre de recherches économiques, sociologiques et de gestion sur l’avenir de la protection sociale en Europe, avec la participation de Michel Delebarre, Jacques Delors et Francis Blanchard).
Toulouse – journée européenne sur la « protection juridique des personnes âgées » organisée par l’Association du maintien à domicile (les 14 et 15).
La Rochelle – journée d’étude sur la prévention des risques professionnels avec Jean Degimbe (CCE) et Dominique Moyen (INRS) dans le cadre des assises européennes de la Sécurité sociale
Samedi 15
Colloque sur « les droits des travailleurs à l’épreuve de l’acte unique européen » organisé par la Ligue des droits de l’homme (à l’Assemblée nationale).
Mercredi 19
18 heures 30 au siège de la CFDT – vernissage expo des peintres de Belleville/Ménilmontant.
Palais de Bercy – festival culturel organisé par la Fédération nationale des clubs ruraux des aînés (FNCRA).
Lundi 24
17 heures – pavillon Kléber – 7, rue Cimarosa, Paris XVIe – ouverture du colloque de la section européenne de la FIET (Fédération internationale des employés techniciens et cadres Euro Fiet) sur la Sécurité sociale et les services de santé – perspective 1990 – avec Marc Blondel secrétaire de FO.
Mercredi 26
26-28 – Deauville – 7 e journées Formation-Emploi du CNPF sur le thème « l’entreprise formatrice ».
Jeudi 27
10e Colloque européen de l’Institut européen pour la formation professionnelle (IEFP) sur l’utilisation de la technologie dans la formation.

27L’agenda AJIS donne ainsi une première indication des transformations qui touchent l’information sociale : au niveau de son contenu (« diversifié et désyndicalisé ») et de sa présentation (« plus technique »). Un tel instrument est cependant limité car on ignore bien entendu l’usage que les journalistes membres de l’AJIS en font, même s’ils sont nombreux dans les entretiens à affirmer son importance.

28Plus intéressante pour saisir les représentations que les journalistes se font de l’information sociale et celles qu’ils cherchent à imposer, reste la volonté proclamée à titre individuel ou collectif de diversifier le contenu du social et surtout de dépasser sa dimension syndicale et militante. Cette volonté d’ouvrir le social sur des domaines qui auparavant leur étaient « fermés » est ainsi largement présente dans les entretiens.

Une diversification des représentations du social chez les journalistes
« Il y a l’affaiblissement des syndicats. Et le social a longtemps été perçu comme le syndical. Le syndical est en partie social mais pas seulement social. Il y a une dimension non sociale du syndicalisme. Par ailleurs le social n’est pas complètement syndical il y a toute une partie du social qui n’est pas syndicale qui ne relève pas du syndical » (chef de service économie social dans un quotidien national).
« Le social à la CAF a été depuis très longtemps, grâce à un homme le directeur et le directeur adjoint de la CAF, avait une conception très large. C’est-à-dire que le social n’était pas seulement la protection sociale. Le social n’était pas non plus les problèmes du travail. Le social c’est beaucoup plus vaste que ça. Le social c’est la protection sociale bien évidement, mais c’est aussi le logement-habitat, c’est aussi le travail et l’emploi, c’est aussi les équipements sociaux et socioculturels. C’est aussi les loisirs, c’est aussi en quelque sorte ce qu’on pourrait appeler un développement individuel et collectif » (journaliste dans un organisme para-public de prestation familiale).
« Q : C’est quoi pour vous le social ?
R : C’est plusieurs choses. C’est ce qu’on peut appeler le microsocial : alors les grèves, les accords, les accords dans les entreprises, des choses comme ça. C’est aussi le macrosocial donc les grands équilibres sociaux, la protection sociale le SMIG, etc.; bon bien sûr tout ça ça nous intéresse, le débat sur la TVA sociale. C’est aussi la vie syndicale, bien qu’en fait on traite beaucoup moins les congrès. Par exemple le congrès, le dernier congrès de la CFDT, on l’a pratiquement pas suivi. Il était à Paris mais de temps en temps j’allais y faire un tour mais finalement on l’a suivi de très loin. Le congrès de FO à Lyon, j’y suis allé un jour et demi alors qu’il durait trois jours. Le congrès de la CGT c’est pareil, il avait lieu à Montreuil, j’y suis allé une demi-journée […]. Au-delà de ça, le social qu’est ce que c’est ? Protection sociale, emploi, toutes les questions d’emploi, bien sûr aussi le ministère du Travail, le ministère des Affaires sociales, un peu tout ce qui émane de ces ministères » (reporter social dans une radio périphérique).

29Un autre indicateur de l’élargissement des représentations journalistiques du social est constitué par les articles ou sujets récompensés par le prix de l’Information sociale remis chaque année, depuis 1986, par l’AJIS à de jeunes journalistes. Le prix de l’Information sociale fut créé par l’AJIS à la mémoire de quatre journalistes, membres de l’association et tués dans un accident d’avion en 1984. Le premier fut remis en 1986. Organisé pour les élèves journalistes ou les « débutants », ce concours a pour but affiché de récompenser d’une somme de dix mille francs un reportage (écrit ou audiovisuel) sur des questions sociales. Les articles ou reportages vidéos consacrés depuis 1986 (date du premier prix) confirment la diversification du social et sa désyndicalisation.

Les articles récompensés par le prix de l’Information sociale (les lauréats par année)
Lauréat du prix de l’Information sociale 1986
– « Aménagement du temps de Travail », Éric Domage et Philippe Huet, IUT de Tours
Mention spéciale à :
– « La batellerie artisanale en crise », Olivier Costemalle
– « L’opposition CFDT de Basse Normandie », Alain Guyot
– « Le machinisme meurt mais ne se rend pas », Marion Sigaut
Lauréat du prix de l’Information sociale en 1987
– « Elle court, elle court l’infirmière », Murielle Szac-Jacquelin
Plus mention pour :
– « Voyage au bout de l’espoir, l’exil des sidérurgistes de Longwy », Odile Bocker
– « Sous la fringue, les clandestins », Loïk Berrou
– « Les chiens aboient la caravane passe ; les tziganes yougoslaves », Diane Huidobro
Mention spéciale pour :
– « Travail, famille et patriarche », Philippe Le Boulanger, N. Darrigand, R. Michel
Lauréat du prix de l’Information sociale 1988
– « Hôtels meublés en péril », Alain Renon
Lauréat du prix de l’Information sociale 1989
– Un travail sur le RMI remis à trois étudiants de l’école de Lille
Lauréat du prix de l’Information sociale 1990
– Deux étudiantes du CELSA pour un reportage vidéo sur les Chantiers de Saint-Nazaire
Lauréat du prix de l’Information sociale 1991
– Florence BRUN et Sophie Manelli sur les Tuc stagiaires favorisant l’intégration scolaire des handicapés

30Sur les différents articles récompensés, un seul consacre un sujet proprement syndical (en 1986, une mention spéciale a été attribuée à un article portant sur l’opposition CFDT en Basse-Normandie). Si d’autres abordent les questions touchant au travail, traditionnellement considérées comme sociales (aménagement du temps de travail) ou des questions plus « conflictuelles » (Longwy, les Chantiers navals de Saint-Nazaire), la moitié des « travaux » récompensés s’éloignent des représentations traditionnelles du social chez les journalistes. « Les infirmières », « les clandestins », « les hôtels meublés », « les tziganes » sont autant de sujets que d’autres rubriques et d’autres journalistes, comme ceux de la rubrique « société », peuvent revendiquer.

  • 24 Jacques Ion montre bien que les métiers du social subissent du fait de la diversification des poli (...)

31La diversification du social et des représentations que les journalistes lui associent s’explique par la transformation qui affecte le recrutement du groupe : plus techniciens et moins militants, ils sont donc moins intéressés par les questions syndicales. Ne touchant pas simplement l’espace journalistique24, cette transformation des représentations du social (que les journalistes ont provoquée et accompagnée) conduit à un résultat paradoxal : l’extension du champ de leur compétence apparaît corrélativement comme une menace sur la spécificité et l’existence des journalistes sociaux en tant que groupe.

Une spécificité professionnelle menacée

32En cherchant à étendre les domaines sur lesquels ils sont autorisés à intervenir, les journalistes sociaux se situent de fait dans un espace de concurrence plus large que celui dans lequel ils étaient auparavant insérés. Ils sont dès lors confrontés, à l’intérieur de l’espace journalistique, à des principes concurrents de classement qui s’objectivent notamment dans « les rubriques ». Ainsi, en devenant des professionnels de l’information – et donc de la mise en forme –, ils participent non plus de manière spécifique et autonomisée à la lutte pour une définition interne du social mais à celle plus large autour de la catégorisation et la construction de la réalité : ce n’est donc plus une vision du social qu’ils cherchent à imposer mais une vision du monde social dans son ensemble, qui s’articule par exemple à l’opposition entre individuel et collectif :

« Je veux dire que dans le social il y a l’idée que dans le social, ce qui est social c’est collectif. Et on n’est pas vraiment une époque où on met en avant le collectif, on met en avant plutôt l’individuel, la réussite individuelle. Défends-toi toi-même et défends-toi tout seul. Ne compte que sur toi-même. Tous ces éléments contribuent à renforcer je dirais les savantes études sur les attitudes individuelles des salariés, et surtout des cadres dans les entreprises plutôt que l’information sociale » (chef du service économie/social d’un quotidien national).

33De plus, dans l’espace journalistique le social perd son caractère distinctif, offrant ainsi prise à la concurrence d’autres modes de classement de la réalité comme l’économique, le sociétal ou le culturel, et ce même dans des journaux « militant » comme L’Humanité :

« Les frontières sont quelques fois floues et dans nos répartitions il n’y a pas une rupture très nette entre la rubrique société et la rubrique sociale dans la mesure où, par exemple, dans L’Humanité d’aujourd’hui toute la partie “logement/réquisition/abbé Pierre exclusion” c’est la rubrique société qui la traite parce que je dirais d’une façon un peu arbitraire… les questions du logement sont du ressort de la rubrique société… à la fois parce qu’on a une conception des faits de société qui n’exclut pas leur dimension sociale et qui au contraire les intègre et ça a posé dans l’histoire récente de L’Humanité toute une série de problèmes car il y a comme dans les maths modernes des ensembles qui se recoupent, les frontières sont parfois floues et ça se traduit par des doublons, des articulations mal réussies » (chef de service économie, politique et luttes à L’Humanité).

34Les effets de la concurrence des autres rubriques sur l’existence et la spécificité du social sont assez bien résumés par cet ancien président de l’AJIS, rédacteur social dans un quotidien économique :

« À partir du moment où la rubrique s’est professionnalisée et où, j’ai été très partisan de cette tendance même si aujourd’hui je me rends compte qu’elle était pas forcément positive. On a beaucoup travaillé entre 82 et 85 et même jusqu’en 88 pour ouvrir les journalistes sociaux à l’économie. On a pensé qu’on ne pouvait pas traiter de l’information sociale uniquement dans sa spécificité sociale. On était tous formés à ça, parce qu’on venait de l’économie, de sciences po ou des facs de droit. On avait quand même comme point de départ une formation économique, alors on a essayé de faire comprendre aux journalistes sociaux qu’il fallait traiter les problèmes sociaux autrement qu’en terme de rapport de forces syndicat/patronat. Donc il fallait prendre en compte de nouvelles notions, la rentabilité, la productivité, etc. Ils l’ont très bien compris, tellement bien que le résultat a été que les journalistes sociaux ou dits sociaux ont très vite dérapé et n’ont plus traité que le caractère économique des conflits et du coup on a assisté à un retour en arrière : la rubrique sociale qui au début des années 80 avait gagné une certaine autonomie dans les organes de presse a régressé » (rédacteur social dans un quotidien économique, ancien président de l’AJIS).

  • 25 L’Expansion du 18 juillet-4 septembre 1991 consacre une enquête au « gratin » des journalistes à p (...)
  • 26 Entretien non enregistré du secrétaire général de l’AJIS.

35Ce discours est bien entendu à rapporter à la position sociale de son auteur, lui-même diplômé de « sciences po » et de l’ESJ de Lille et disposant dans l’espace journalistique d’une reconnaissance certaine25. La réflexivité dont fait preuve ce journaliste ne peut ici suffire à confirmer qu’en se diversifiant, en se « désyndicalisant » et donc en perdant sa spécificité, la définition du social s’inscrit dans un espace de concurrence accru auquel elle ne peut résister. Les investissements symboliques dont elle fait l’objet induit des « effets pervers » qui ne sont pas liés aux stratégies conscientes des acteurs mais aux transformations objectives de leurs propriétés et de leurs positions. Ainsi, l’information sociale disparaît très concrètement des colonnes des journaux comme disparaît la spécificité des journalistes qui en ont la charge. Cette « dérive » du social – et la volonté de certains journalistes d’y remédier – s’observe par exemple dans la refonte du prix de l’Information sociale : « avant », nous explique l’actuel secrétaire de l’AJIS, « les sujets étaient libres », mais il y a eu selon lui des « dérives ». Les reportages qui arrivaient « traitaient de l’abbé Pierre, des problèmes de logement, des jeunes de la banlieue, des sacs de riz de Bernard Kouchner26 » autant de sujets qui, pour ce rédacteur dans une revue spécialisée dans les questions du travail, ne s’apparentent pas au social.

  • 27 Voir sur ce point Martine Burdillat, « Le social dans la presse », Information sociales, n° 53, 19 (...)

36Sans entrer dans les détails d’une analyse poussée on signalera simplement comme nouvel indicateur de cette « dilution » du social sa disparition des nouvelles formules des quotidiens Libération et Le Monde à la fin de l’année 1994 et au début de l’année 1995. Pour le dire vite, ces deux quotidiens font disparaître la rubrique sociale en intégrant pour une part dans le service « économie » et pour autre dans le service dit « société ». Au Monde27, les journalistes du service société revendiquent d’ailleurs le traitement de thèmes sur lesquels l’AJIS appelle ses adhérents à se mobiliser comme l’éducation, la famille ou l’hôpital. Ces journalistes investissent dans le traitement de ces sujets des créneaux identiques à ceux défendus par ailleurs par les journalistes sociaux : celui de la quotidienneté, de la proximité et de l’information pratique :

  • 28 Le Monde, n° spécial, 1er décembre 1985 (article collectif du service « société »).

« Et tout le reste est société… un service fait de pièces et de morceaux, de pièces et de morceaux choisis apparemment aussi divers que la médecine, les sciences, l’environnement, la défense, l’éducation, la religion, les sports, le tourisme. Tout ce qui n’est pas strictement politique, économique ou culturel mais qui tient à des institutions assez robustes et permanentes pour ne pas être ébranlées par la fantaisie du moment. Les noblesses disait-on autrefois. L’école, la caserne, l’église, ces édifices plantés au milieu de la cité, ouverts tout autant sur l’individu que sur la collectivité. C’est du service société que dépend au fond la vue quotidienne, l’expérience immédiate de chacun. Aucun lecteur ne tourne ces pages sans s’y sentir personnellement impliqué. Les informations y prennent vite un tour pratique28. »

  • 29 Pour une analyse critique de la littérature sur la crise du syndicalisme, on se reportera à l’arti (...)
  • 30 Voir sur ce point notre article « Crise sociale et crise dans le journaliste. Traitement médiatiqu (...)

37Faut-il céder au vu de ces différents indicateurs aux discours qui viennent annoncer avec certitude « la fin du social » que développent notamment les productions sur la crise du syndicalisme29. Si les événements sociaux médiatiques ont « changé » dans leur contenu et dans leur forme, c’est d’abord parce qu’on assiste à une délitescence des affinités objectives qui liaient d’une part les journalistes et leur domaine d’information et d’autre part les journalistes sociaux entre eux. Ensuite, et c’est une conséquence du premier phénomène, à force de vouloir être des journalistes comme les autres (et de devenir effectivement des journalistes comme les autres) et de s’engager dans des stratégies visant à effacer ses stigmates pour être reconnus et admis comme membres légitimes de la profession journalistique, la spécificité historiquement construite de l’information sociale (autour du travail du syndical) se délite entraînant avec elle la délitescence même du groupe dans son ensemble. Ces différents éléments conduisent à l’extrême les journalistes sociaux « à manquer » les « événements traditionnels » de la rubrique, tels le grand « mouvement social » de l’hiver 199530. Cependant, les mécanismes ainsi décrits ne peuvent être rapportés aux seules logiques du champ journalistique. L’entreprise de définition et de monopolisation d’un discours sur le social par les journalistes doit maintenant s’engager dans l’espace de concurrence que constitue l’ensemble des agents qui, intéressés à la définition de l’information sociale, cherchent eux aussi à en définir les contours.

Un discours journalistique sous contrainte

  • 31 Martin Sanchez-Jankowski, « Les gangs et la presse. La production d’un mythe national », Actes de (...)
  • 32 Ibid., p. 105-108.
  • 33 Philip Schlesinger, « Repenser la sociologie du journalisme », art. cit.
  • 34 Voir par exemple sur ce point Eliséo Veron, Construire l’événement. Les médias et l’accident de th (...)

38Les propriétés des journalistes, qui investissent le social à un moment donné, contraignent les représentations et les processus de construction de ce domaine spécifique d’information. Néanmoins, d’autres contraintes souvent décrites comme « techniques » ou « professionnelles » encadrent le métier journalistique et les logiques spécifiques de production des nouvelles. Elles renvoient aux savoir-faire incorporés par les professionnels de l’information et sont bien résumées par Martin Sanchez-Jankowski dans son étude sur les gangs et la presse31. Dans le cours du « procès de production » des nouvelles, les journalistes mettent en œuvre des principes d’intelligibilité du réel qui fondent la sélection des faits pertinents et les modalités de leur traitement. Martin Sanchez-Jankowski montre ainsi qu’une affaire, pour être digne de l’intérêt des médias aux États-Unis, doit être : « susceptible d’intéresser l’ensemble du pays », « d’apporter quelque chose de nouveau », ou encore « de faire naître de l’émotion chez les téléspectateurs »32. De plus, pour l’auteur, quatre autres contraintes encore plus « techniques », liées aux pratiques quotidiennes, guident le contenu des reportages tels que « les délais », « l’accès aux sources », « la formation » (ou selon Sanchez « l’absence de formation des journalistes ») et « la longueur imposée aux produits journalistiques » (soit la forme du produit journalistique). Ces contraintes décrites par Sanchez ont le mérite de la clarté ; elles « pèchent » cependant, selon l’expression de Philip Schlesinger33, par leur caractère « média-centrée » dans la mesure où elles focalisent les analyses sur le champ journalistique lui-même. Ce type d’approches conduit, dans les monographies les plus intéressantes sur la construction médiatique des événements, à n’étudier le parcours des « nouvelles » à partir du moment où elles sont prises en charge par les médias34 et notamment par les agences de presse. Cette approche média-centrée n’est pas sans intérêt car elle met l’accent sur les effets de mimétisme propre au champ journalistique et qu’il est aisé de constater, lorsqu’on observe par exemple que l’une des premières tâches du journaliste est d’abord et avant tout la lecture des articles produits dans d’autres organes de presse concurrents. Il n’est donc pas faux d’affirmer qu’il existe dans les routines journalistiques une propension à observer et calquer ses comportements sur ceux des collègues et que ces routines influent sur la construction médiatique de l’événement.

  • 35 Erik Neveu, « Pages politiques », art. cit., p. 11

39Cependant, cette approche « média-centrée » semble insuffisante. Sa principale limite est qu’elle considère l’espace journalistique comme un espace « clos » et fait comme si les mécanismes de construction médiatique pouvaient être expliqués en les rapportant uniquement aux logiques « internes » du champ. De plus, cette approche néglige un autre type de « contraintes » : celles liées aux pré-constructions de la réalité auxquelles les journalistes sont quotidiennement confrontés. Ceux-ci sont en effet largement dépendants de sources et d’informateurs extérieurs au champ, qui livrent aux professionnels de l’information des faits déjà chargés de sens. L’influence des « sources d’informations » est par ailleurs renforcée, comme le souligne Erik Neveu35, lorsqu’il existe des services spécialisés de « communication ». Le social journalistique doit donc être considéré non seulement comme le produit des rapports de forces existant à l’intérieur de l’espace journalistique à un moment donné, mais aussi celui des rapports (de force, de concurrence, ou parfois de collaboration) entre les journalistes et d’autres producteurs professionnels de la réalité sociale, que sont entre autres les hommes politiques, les syndicalistes ou l’ensemble de ceux pour qui l’information sociale constitue un enjeu.

  • 36 Fay Lomax Cook et alii, « Media agenda setting : effect on the public, Interest Group, Leaders, Po (...)

40Au-delà d’une explication en terme d’influence, de connivence ou de manipulation qui balise largement les études visant à appréhender le rôle des médias dans le processus de construction sociale de la réalité, et notamment de la réalité politique36, il convient donc d’éclairer la compréhension de la construction médiatique des faits sociaux, de leur étiquetage, au regard de la spécificité des interactions et de la concurrence entre journalistes et informateurs pour imposer une vision légitime du social et de son traitement journalistique.

  • 37 Comme le souligne Jacques Gerstlé (La communication politique, Paris, PUF, 1992, p. 43-44), « ces (...)

41C’est dans l’observation des inter-relations routinières entre journaliste et informateurs que se lisent le mieux ces mécanismes. Pour les appréhender, nous avons choisi de travailler sur un exemple particulier : celui du service de presse du ministère des Affaires sociales (SICOM) dont nous avons observé un mois durant les activités. Contraignant la mise en forme journalistique de la réalité, en imposant une mise en forme concurrente du social, les institutions publiques assurent néanmoins, et particulièrement par le biais de leurs services de communication, aux journalistes une reconnaissance de leur rôle et de leur fonction et ce malgré les divergences d’intérêts pouvant apparemment opposer les deux parties37.

Les objets du social : une mise en forme institutionnelle

  • 38 Voir sur ce point l’esquisse d’Adrien Ziegler, « Quelques étapes du passé », Revue française des A (...)

42Les questions sociales font à un niveau institutionnel et plus précisément gouvernemental l’objet d’une division fluctuante et problématique ; la géographie des bâtiments en est une manifestation parmi d’autres38 : l’avenue de Ségur qui abrite traditionnellement les Affaires sociales et la rue de Grenelle, siège du ministère du Travail. Cette distinction entre les affaires sociales et le travail est elle-même rendue plus complexe par l’apparition de nouveaux enjeux qui, s’incarnant dans des ministères ou des secrétariats d’État « sociaux », soulignent la diversification de ce domaine. S’intègrent en effet au cours du temps et manière progressive dans les préoccupations sociales des acteurs gouvernementaux des questions comme celles touchant les handicapés, les personnes âgées, les immigrés ou la famille.

  • 39 Il faudrait pour comprendre ces mécanismes étudier sur une longue période non seulement les inter- (...)
  • 40 Patrick Champagne, « Le cercle politique. Usages sociaux des sondages et nouvel espace politique » (...)
  • 41 Voir sur ce point Jean-Baptiste Legavre, « Parler de soi ou parler des autres : de quelques usages (...)

43Or, cette diversification rejoint celle que nous constations chez les journalistes aujourd’hui intéressés à ces questions. Tout se passe comme si l’élargissement du domaine d’intervention des journalistes sociaux suivait l’évolution des thèmes qui dans le champ politique se rattachent aux affaires sociales. Il est cependant difficile de préciser les liens historiques de causalité entre ces deux phénomènes. Rien n’indique en effet que l’un (l’évolution de la conception politique du social) détermine l’autre (la construction journalistique de la catégorie)39. On ne peut donc que constater la similitude des principes de division à l’œuvre dans l’espace politique et journalistique. Certains chercheurs ont considéré, à la suite des analyses en terme de « cercle politico-médiatique40 », que cette similitude de représentations peut s’expliquer par le fait que journalistes et informateurs partagent les mêmes visions du monde41. Ces logiques étant d’autant plus accentuée aujourd’hui qu’à la diversification du contenu des questions sociales s’ajoute un travail spécifique des communicateurs, en l’occurrence des agents du Service d’information et de communication du ministère des Affaires sociales.

  • 42 Arrêté du JO du 1 er août 1990 relatif à l’organisation du service de l’information et de la commu (...)
  • 43 Au point que durant notre période d’observation nous n’avons pas pu déterminer si la communication (...)
  • 44 Sur les principes de hiérarchie ministérielle, voir Jean Foyer, « Les ministres entre eux : hiérar (...)

44Ce service installé depuis 1990 au ministère de la rue de Ségur est amené à prendre en charge des thèmes très différents (du troisième âge à la protection sociale, en passant par les politiques de santé ou l’immigration). Créé42 sous Claude Évin, à la fois ministre de la Solidarité de la Santé et de la Protection sociale, le SICOM est rattaché en 1993 à l’ensemble des ministères sociaux. Il n’a dans la répartition officielle de ses tâches aucun terrain ou domaine de prédilection devant ainsi traiter sur un plan d’égalité l’ensemble des ministères sociaux et les questions qui s’y rapportent. Cependant, dans les faits et la pratique quotidienne, ce service met en œuvre de façon quasi-naturelle une hiérarchisation des questions abordées par ces différents ministères. On observe que certains thèmes vont faire l’objet d’un traitement privilégié de la part de ce service. Les secrétariats d’État43, du fait de leur localisation hors des locaux de l’avenue de Ségur, sont en quelque sorte « négligés » par le service de presse. Cette relégation – évidente ?– correspond à un découpage administratif explicite qui place les secrétaires d’État au bas de la hiérarchie ministérielle. Quant aux deux « grands ministères », rien ou presque ne les distingue dans la hiérarchie ministérielle officielle44. Pourtant, le ministère de la Santé domine largement le ministère des Affaires sociales dans les représentations et les pratiques que les agents du SICOM, et plus particulièrement les membres du bureau de la presse, se font de ces deux ministères. Ainsi, ce qui frappe spécifiquement l’observateur, c’est la quasi-absence de préoccupations des membres du service de presse pour le ministère dirigé par René Teulade. Durant notre période d’observation, la « communication » en direction des journalistes fut essentiellement tournée vers les actions de Bernard Kouchner, alors ministre de la Santé et de l’Action humanitaire. Ainsi, concrètement, les agents du service de presse prêtent une attention soutenue aux informations concernant le ministre de la Santé. Lors de l’établissement des deux revues de presse quotidiennes, l’une sur la presse généraliste, l’autre sur la presse médicale, les articles concernant la santé sont traités en priorité. Les photos de Bernard Kouchner font même l’objet d’un soin particulier : officieusement, c’est-à-dire hors du cadre des deux revues de presse régulières, est établie une « mini » revue de presse rassemblant les articles et les photos consacrées exclusivement au ministre de la Santé.

  • 45 Voir sur ce point Annie Collovald, « Le bébête show, idéologie journalistique et illusion critique (...)

45Ce traitement différencié des deux ministères a un effet sur la prise en charge médiatique des actions gouvernementales. D’un côté les journalistes sont invités aux conférences de presse du ministre de la Santé, reçoivent régulièrement des informations sur les principales mesures qui émanent de son administration, alors que de l’autre (le ministère de la Protection sociale) peu d’informations sont diffusées par le service de presse. Pour comprendre cet intérêt différentiel des communicateurs, il faut appréhender les principes de classification qui structurent leurs propres activités. Or, ces principes se fondent sur des anticipations (socialement constituées) par les « communicateurs » des contraintes liées aux fonctionnements des médias. Les explications venant des agents de ce service eux-mêmes traduisent bien ces représentations. Pour les membres du service de presse cet intérêt différentiel s’explique par la « personnalité » des ministres : l’un serait médiatique (Bernard Kouchner), l’autre « ringard » (René Teulade); entre les deux, nous dit un peu familièrement un membre du bureau de la presse, « il n’y a pas photo »). Ici, les représentations des membres du service de presse rejoignent, en les anticipant, les catégories de l’entendement journalistique45.

  • 46 José Alain Fralon et Franck Nouchi, Le Monde, 4 avril 1992.
  • 47 Le Figaro, 3 avril 1992.
  • 48 Le Monde, 4 avril 1992.
  • 49 Ibid.
  • 50 Le Monde, 4 avril 1992.

46« Hyper-médiatique46 », « sachant jouer des médias47 », le « French doctor48 », le « médecin-ministre volant49 » est aussi considéré par les journalistes comme une personnalité à part dans le jeu politique (« embarrassant le quai d’Orsay », il « va devoir atterrir et accepter de jouer à l’homme de gouvernement50 »). D’un point de vue générationnel il fait partie de la classe d’âge de ceux qui « dominent » aujourd’hui l’espace journalistique. Sa popularité auprès des journalistes en général s’explique du fait de sa proximité parfois « évidente » avec ceux qui aujourd’hui sont considérés comme les « grandes » plumes de la presse écrite, dont il a partagé par exemple l’engagement au moment de Mai 1968.

  • 51 Ibid.
  • 52 Le Figaro, 3 avril 1992.
  • 53 Annie Collovald, « Le bébête show », art. cit.
  • 54 Voir Sandrine Lévêque, Communication syndicale et pratiques journalistiques, op. cit.

47René Teulade est quant à lui « l’homme des racines », « adepte d’un franc parler », « chaleureux », restant « attaché à ses racines corréziennes dont il garde l’accent rocailleux51 », ses seuls titres de noblesse politique sont, pour les journalistes, « sa proximité avec François Mitterrand et la direction de la puissante Fédération nationale de la mutualité française52 ». René Teulade n’a rien de médiatique, c’est-à-dire rien qui dans sa biographie lui permettrait d’entretenir avec les journalistes des affinités sociales objectives et semble ainsi « la victime » d’un ethnocentrisme de « classe » exercé de la même manière sur les dirigeants du PC53 ou les dirigeants syndicaux54.

48En privilégiant le ministre « médiatique », les membres du service de presse entérinent donc des classifications adaptées aux attentes des journalistes. Les « communicateurs » du service de presse et les journalistes se rejoignent ainsi dans la définition du personnage qui serait ou non « médiatique ». En ce sens, le jeu entre journalistes et service de presse apparaît comme une routine faite d’ajustements réciproques entre les attentes supposées des uns et des autres.

Les journalistes au centre de l’action publique : « communication » et représentation de la presse

  • 55 Ce terme est employé dans le rapport préparatoire à la mise en place du SICOM (proposition pour la (...)
  • 56 Voir par exemple la mise en place d’une association « communication publique » créée en 1989 ou le (...)
  • 57 Sur la mise en place d’une politique de communication dans les caisses de sécurité sociale, voir M (...)
  • 58 Erik Neveu, Une société de communication ?, op. cit., et particulièrement le chapitre consacré aux (...)
  • 59 Sur ce type d’analyse, voir Jean-Baptiste Legavre, Conseiller en communication. L’institutionnalis (...)
  • 60 Erik Neveu, Une société de communication ?, op. cit.
  • 61 Ibid., p. 114 sqq.
  • 62 Jean-Baptiste Legavre, Conseiller en communication…, op. cit.

49Au principe de la mise en place d’une relation formalisée entre les médias et les institutions, la représentation de la fonction sociale du journaliste est aujourd’hui largement présente dans la mise en place et dans les principes guidant le fonctionnement du SICOM. C’est ce service qui cristallise une bonne part de « l’attention » et de l’importance accordée à la presse et aux journalistes par certains agents du ministère des Affaires sociales. La « société de communication55 » gagne les administrations56 et particulièrement ici les « services » sociaux57, et s’explique largement, comme le souligne Erik Neveu58, par certaines transformations sociales qui « affecteraient » le recrutement du champ politico-administratif et générerait des affinités entre le mythe « communicationnel » porté par certains agents comme les conseillers en communication et les membres du personnel politique59. La mise en place du SICOM s’explique une bonne part en ces termes et son principal « initiateur », Jean-Marc Benoit, figure assez bien « ces montreurs en communication60 » décrits par Erik Neveu61 ou Jean-Baptiste Legavre62. Cependant, quelles que soient les logiques au principe de la diffusion de ce mythe communicationnel, l’émergence de la communication va contribuer à renforcer le rôle et la place des journalistes dans le débat public et du coup constituer la presse comme une contrainte pour l’action publique. Ce mécanisme s’articule autour de deux types d’arguments : la communication est une technique au service du politique et la politique se fait avec les journalistes.

50Le premier argument est celui qu’utilisent les acteurs pour justifier et promouvoir la création d’un service de communication au niveau du ministère de la Santé, des Affaires sociales et de la Solidarité :

  • 63 Proposition pour la création d’un SICOM, p. 11 (c’est nous qui soulignons mais les majuscules de P (...)

« L’élaboration et l’exécution d’une politique de communication maîtrisée du ministère impliquent des arbitrages et des décisions se situant fréquemment hors du champ technique et touchant parfois au cœur de la Politique de l’Institution. Un service de la communication pour exercer pleinement son rôle doit être inséré dans des schémas de décisions rapides et des chaînes hiérarchiques courtes. Ce constat est banal : la quasi-totalité des administrations de notre pays l’ont opéré en plaçant par des formules directes leurs structures de communication sous l’autorité directe du ministre et de son cabinet63. »

  • 64 Arrêté du JO du 1er août 1990.
  • 65 Arrêté du JO du 1er août 1990.
  • 66 Ibid.

51Ce service sera ainsi conçu par ceux qui en sont à l’origine comme un instrument politique tourné vers l’intérêt général, ou du moins l’intérêt de l’usager. Les principales missions « officiellement » attribuées aux différents bureaux du SICOM illustrent bien cela. Sur les six bureaux institués par l’arrêté du 1er août 1990, deux sont principalement chargés de missions « internes » de communication (bureau de la communication interne et bureau de la communication des services extérieurs), mais les quatre autres ont des missions tournées vers l’externe et vers un « public » pris au sens large et dans sa diversité. C’est le cas notamment du bureau des études d’image et de communication dont la mission est officiellement définie autour de la préparation et du suivi du « programme d’évaluation des attentes et jugements du public64 », le bureau de la communication externe, chargé de « mettre en œuvre la communication externe du ministère et de ses services en coordonnant les actions correspondantes (notamment les campagnes de publicité, organisations ou participations aux colloques, salons, expositions, parrainages)65 ». C’est le cas Chef aussi du service à un niveau technique du bureau de production et de diffusion chargé de adjoint « mettre en œuvre techniquement les instruments de communication interne et externe du ministère66 », ce qui signifie par exemple, la réalisation de plaquettes d’information, la publication de revues ou de documents audiovisuels. C’est le cas enfin du bureau des relations avec la presse.

52Au niveau de l’organisation même ° du SICOM, plusieurs indicateurs extérieurs peuvent aussi permettre d’apprécier cette dimension politique de la « communication ».

  • 67 C’est sur ces points que se fonderont les « attaques » remettant en cause sa nomination à la tête (...)
  • 68 Les éléments biographiques sont tirés du Guide du pouvoir, éd. 1992, p. 49.

53D’abord, les ressources politiques dont disposent les membres de direction de ce service entérinent une représentation proprement politique de l’enjeu « communication ». De ce point de vue, le parcours de Luc Broussy, directeur du SICOM en 1993, est typique. Luc Broussy ne dispose pas des propriétés habituellement « requises » pour être placé à la tête d’une direction administrative, en l’occurrence il n’est pas haut fonctionnaire. À l’inverse de bon nombre de ses collègues des cabinets ministériels il n’est pas diplômé de l’ENA et il est relativement « jeune » (né en 1966)67. Diplômé de l’IEP Paris et d’un DEA (de droit social à Paris I Panthéon Sorbonne), il est surtout un militant politique. Il sera tour à tour assistant parlementaire de René Dosière, député de l’Aisne (1988-1989), assistant chargé des affaires sociales au PS, chargé de mission (dossiers européens et internationaux) au cabinet de René Teulade en 1992, avant d’être nommé chef du SICOM68. La direction du SICOM revient donc à un « militant » qui se distingue surtout par son engagement dans l’appareil d’un parti, ce qui contribue à donner à ce service une dimension clairement politique.

  • 69 Document interne sur La communication du ministère de la Solidarité, de la Santé et de la Protecti (...)
  • 70 Arrêté du JO, 1er août 1990.

54Autre argument permettant de mesurer l’importance qu’accordent les acteurs politiques à ce service touche aux moyens en personnel notamment qui lui seront attribués. Le rapport prévoyant la mise en place du SICOM prévient que ce service devra disposer d’« agents relativement nombreux, motivés et bien formés » ainsi que d’« un budget et des moyens logistiques significatifs69 ». Pour finir d’attester de sa position « stratégique », le SICOM sera effectivement placé sous l’autorité directe du ministre qu’il représente « auprès du service d’information et de diffusion du premier ministre et des autres instances interministérielles spécialisées en matière de communication70 ».

  • 71 Voir document interne, La communication du ministère de la Solidarité, de la Santé…, op. cit., p. (...)
  • 72 C’est le premier des six bureaux mentionné par l’arrêté du 1 er août 1990.

55La « communication » s’invente donc au niveau du ministère des Affaires sociales comme un instrument au service de la politique. Or cet instrument place justement les journalistes au centre de son activité contribuant ainsi à constituer la presse comme un enjeu central de l’action publique. Ainsi, les journalistes sont, dans le dispositif global de communication, non seulement considérés comme un enjeu central mais aussi comme des auxiliaires de l’action publique. La place particulière qu’occupe le bureau des relations avec la presse atteste de l’importance de cette activité au sein du service de communication. Historiquement, c’est le premier à fonctionner au sein du ministère, c’est aussi le premier dont on évoque la réorganisation au moment du projet de création du SICOM71. Ce sera au final et dans l’arrêté créant ce service le premier bureau que mentionne le Journal officiel72 et plus tard l’organigramme publié par le ministère.

  • 73 Ibid., p. 8.

56Les relations presse occupent ainsi une place privilégiée dans les représentations que les « communicateurs » du ministère se font de leur activité. Les journalistes seront ainsi les premiers à être énumérés dans la liste des « principaux publics du ministère », avant même « le public interne », « le public externe au niveau national », ou « le public externe des SEASS » (i. e. services extérieurs de l’administration sanitaire et sociale)73. D’un point de vue formel ces éléments laissent présager de l’importance que « les » agents du SICOM, ou du moins ceux qui sont à l’origine de sa mise en place, accordent à la presse – et par conséquent aux journalistes – dans leurs stratégies de légitimation de la « communication ».

57Cette croyance va rendre possible parmi les membres du SICOM un basculement déjà observé chez les journalistes. Le social aurait ceci de spécifique qu’il est une matière ou s’exprimerait plus qu’ailleurs une mission de service public.

  • 74 Document interne, La communication du ministère de la Solidarité, de la Santé…, op. cit., p. 10 (c (...)

« Le ministère de la Solidarité, de la Santé et de la Protection sociale comme les autres départements ministériels, doit prendre toute la mesure de cette mutation. Il serait même plus juste de considérer que l’obligation est plus grande encore pour une administration en charge d’autant de problèmes de société74. »

  • 75 Jacqueline Laroche Brion, L’information économique et sociale, rapport et avis du Conseil économiq (...)

58Cette spécificité de l’information sociale est par ailleurs reprise dans le rapport réalisé par Jacqueline Laroche Brion au Conseil économique et social75. L’information sociale – et économique – y est considérée comme particulièrement stratégique, la presse étant tout à la fois, pour l’auteur de ce rapport, « productrice » et diffuseur d’informations sociales.

  • 76 Ibid., p. 88.

« La presse outre sa fonction de diffusion a une fonction de production […] et joue un rôle important par sa fonction d’investigation […]. Les publications des associations de consommateurs par exemple apportent une contribution importante à l’information pratique des agents économiques. […] Le journaliste est […] source d’information économique et sociale76. »

  • 77 Voir sur ce point Stéphane Siran, La direction de la presse, de l’information et de la communicati (...)
  • 78 On pense ici à une diffusion différée comme le « off » étudié par Jean-Baptiste Legavre, (« Off th (...)
  • 79 Louis Pinto, « Le consommateur agent économique, agent politique », Revue française de sociologie, (...)

59L’information sociale apparaît ainsi dans un dispositif critique comme une information stratégique que la particularité des sources ici utilisées – c’est-à-dire provenant d’acteurs particulièrement intéressés à l’existence d’une information sociale « autonome » et « reconnue » – ne suffit pas à élucider complètement. D’autres domaines d’information sont par exemple marqués par « le sceau du secret » qui « entrave » la collaboration possible entre communicateurs et journalistes. On pense ici aux informations provenant par exemple du quai d’Orsay77 ou même à certaines informations émises par les politiques et que certains journalistes de cette spécialité se refusent à diffuser78. À l’inverse, l’investissement journalistique dans le domaine de la consommation, étudié par Louis Pinto, s’approche le plus, dans sa « logique utilitaire », des mécanismes observés au niveau des journalistes de l’information sociale. La collaboration avec les sources est cependant dans le cas présent rendue plus difficile par la logique « protestataire », donc dénonciatrice et militante, des journalistes consuméristes79. Les journalistes sociaux seraient ainsi plutôt perçus comme des auxiliaires de l’action publique au sens où ils permettraient de créer un lien entre l’État – l’administration – et les usagers, le public sur une information qui serait utile et utilisable par plus grand nombre.

  • 80 Jacqueline Laroche Brion, rapport cit.
  • 81 Voir sur ce point Jean-Baptiste Legavre, « Parler de soi ou parler des autres : de quelques usages (...)
  • 82 Il y a rarement de scoop dans le domaine social. Les journalistes interrogés ne se souviennent pas (...)

60À rebours, ce lien particulier qui unit les journalistes et leurs sources autour du social se trouve réactivé dans les « failles » que chacun attribue respectivement à l’autre. On l’a vu au niveau des protestations collectives lancées par l’AJIS auprès des ministères ; on l’observe de la même manière dans les dénonciations formulées par les agents du ministère qui critiquent tour à tour « certaines dérives d’un système médiatique plus intéressé par les petites phrases ou les événements que par les informations essentielles ». Ces critiques se retrouvent à tous les niveaux des producteurs d’information sociale prompts à mettre en cause ce qu’ils désignent comme des « dérives » du système médiatique. C’est ce que souligne par exemple comme un leitmotiv Jacqueline Laroche Brion dans le rapport du CES lorsqu’elle écrit que l’information économique et sociale s’accommode peu du show et du scoop80. Présente dans d’autres espaces, comme celui de l’information politique, cette dénonciation des « coups médiatiques81 » trouve dans le cas de l’information sociale une résonance particulière car elle rencontre les intérêts des journalistes sociaux justement mis à l’écart de ces règles particulières du champ journalistique82.

61Journalistes et communicateurs « sociaux » se retrouvent autour d’intérêts qui sans être les mêmes sont convergents. Chacun des groupes d’acteurs a intérêt à faire de l’information sociale une information particulièrement stratégique et utile au public. De ce fait, les journalistes sont promus par les communicateurs comme médiateurs et du même coup reconnus comme ayant un rôle à jouer dans l’action publique. Il ne faut cependant pas déduire de ce qui précède que les journalistes sont purement et simplement instrumentalisés par les services de communication. Le jeu qui existe entre journalistes et communicateurs est basé sur une relation d’interdépendance plus subtile. « La crédibilité » du discours journalistique – son efficacité pour les communicateurs – tient aussi à la distance critique dont doivent faire la preuve les journalistes. C’est ce qui ressort clairement de l’observation d’une campagne particulière de communication au sein du ministère des Affaires sociales.

Enrôlement et distanciation : la place des journalistes dans le processus de décision publique

  • 83 Yves Meny et Jean Claude Thoenig, Politiques publiques, Paris, PUF, 1989, p. 256.
  • 84 Dorine Bregman et Jean-Louis Missika, « La campagne : la sélection des controverses politiques », (...)
  • 85 Sawicki Frédéric, « Les questions de protections sociale dans la campagne présidentielle de 1988 : (...)
  • 86 Marina Serré, La maîtrise médicalisée des dépenses de santé, du mot d’ordre à la loi Teulade. Un a (...)

62Dire que les journalistes sont associés aux décisions publiques n’est pas à proprement parler en faire des acteurs à part entière du processus de définition des politiques publiques, tel qu’il peut être analysé dans les études de science politique. Si l’on suit le schéma d’analyse proposé par exemple par Yves Mény et Jean-Claude Thoenig83, étudier spécifiquement le rôle de la presse dans ce domaine consisterait en effet à déterminer le rôle de la presse dans l’identification des problèmes, dans la formulation des solutions, dans le processus décisionnel, dans la mise en œuvre et même l’évaluation des décisions. Ce serait aussi s’interroger sur la sélection des controverses ou des problèmes par les médias, sur l’intervention de certains journalistes en tant qu’« experts » des questions soulevées, sur leur intérêt à intervenir sur ces questions, sur l’influence de leurs articles sur la mise en forme et la signature d’un décret ou le vote d’une loi, sur leur rôle dans la diffusion des mesures prises (et donc sur leur influence sur les publics concernés par la prise de décision), sur leurs jugements sur les politiques ainsi élaborées (et la répercussion de ces jugements sur les décideurs), etc. Ce serait enfin se poser ces questions non pas seulement à propos des décideurs publics (par exemple les agents d’un ministère), mais aussi au niveau de l’ensemble des acteurs (experts, groupes de pression, représentants politiques, citoyens, etc.) intéressés à un moment donné par l’une ou/et l’autre des phases du processus. Des études ont répondu en partie à certaines de ces questions (par exemple celle sur la sélection des controverses politiques84 ou sur l’inscription des enjeux de protection sociale dans une campagne électorale85). D’autres à l’inverse ont montré que la prise en charge médiatique de questions inscrites préalablement sur l’agenda politique peut être tardive. Les médias n’auraient donc pas ici un rôle d’initiateur ou d’impulsion dans la problématisation des questions « dignes » de l’attention des politiques, mais rendraient compte de ces questions une fois qu’elles sont mises en forme et prises en charge dans cet espace86. Si l’étude des interactions entre journalistes et acteurs politiques dans le cadre des campagnes observées ne permet sûrement pas de répondre à l’ensemble de ces questions, elle éclaire cependant sur certaines logiques d’intervention journalistique dans le processus de prise de décision publique. Le lancement d’une campagne de prévention de Santé publique celle sur la mort subite du nourrisson le 2 février 1993 et une conférence de presse sur le « bilan » d’une politique ministérielle le 26 février 1993 ne sont ni des mesures exceptionnelles, ni des objets polémiques, ni même des coups médiatiques dont l’analyse permet de comprendre comment se joue en deux temps le traitement médiatique d’une rencontre routinière entre journalistes, représentants politiques et communicateurs. Les journalistes sont ainsi associés, à travers différents dispositifs pratiques, par les communicateurs aux processus de décision publique ce qui induit une collaboration nécessaire des deux partenaires. Ils font ensuite preuve d’une distance critique dans la retranscription de l’événement dont ils rendent compte.

  • 87 Les numéros de fax des rédactions sont par exemple enregistrés en mode « automatique » sur le fax (...)

63Dans une première phase des relations entre journalistes et communicateurs, les journalistes sont donc associés très concrètement dans le processus de décision publique. Convoquer la presse marque ainsi une phase du processus de la décision : celle de sa publicité. Par le biais d’une réunion formalisée qu’est par exemple la conférence de presse ou par l’envoi d’un dossier presse, les décideurs publics vont ainsi chercher à faire connaître de manière « stratégique » et présentée comme telle le produit de leur politique. La dimension volontariste de ce mouvement s’incarne dans les nombreux dispositifs pratiques présents au sein des services de presse tels que l’existence de listes de journalistes auxquels sont automatiquement envoyées87 les invitations aux conférences de presse et les dossiers ou les communiqués. Les journalistes sont ainsi, de fait et par la volonté « des politiques », associés au processus de décision publique, du moins à la fin de ce processus. La presse devient un des instruments parmi d’autres d’une décision politique qui se veut rationnel et stratégique. Tout comme on a pu mobiliser des experts aidant à la prise de décision, les journalistes sont ici chargés d’une mission d’intérêt public : faire connaître au plus grand nombre le contenu de la décision qui vient d’être prise.

  • 88 Il existe au sein du bureau des relations avec la presse un service un service spécifiquement char (...)

64Cependant l’importance qu’accordent les décideurs publics au journaliste ne réduit pas à cette vision instrumentale de la presse comme mode de diffusion parmi d’autre d’une information. Les journalistes sont ainsi non seulement « convoqués » mais le résultat de cette convocation fait l’objet d’une attention particulière au sein du service de presse. C’est dans cette perspective que s’inscrivent la fabrication des revues de presse déjà évoquées et plus spécifiquement encore, l’établissement de dossiers évaluant les retombées presse d’un « événement » ponctuels, impulsés par le ministère88. Ainsi, sans dire que la teneur des produits journalistiques a une quelconque influence sur une éventuelle décision, on peut simplement constater que l’enrôlement des journalistes va aujourd’hui de soi dans les représentations que les acteurs politiques se font du processus ordinaire de prise de décision ou du moins de la diffusion de cette décision et de son application : « il faut informer les journalistes d’une décision pour que cette décision soit connue du plus grand nombre », nous confie par exemple le responsable du service de presse. Dans le cas d’une information « froide », c’est-à-dire prévue et initiée par les acteurs eux-mêmes, comme l’est celle d’une campagne de prévention contre la mort subite du nourrisson, l’intervention de la presse arrive à la fin du processus « décisionnel » – après les interventions des experts (les médecins), des groupes de pression (les associations présentes par le biais du rapport des experts), des décideurs politiques (le ministre, ses conseillers) – et avant la phase de mise en œuvre dont les journalistes deviennent auxiliaires de fait. De la même manière, dans le cas de la conférence de presse du 26 février (Politique de Santé), la presse intervient dans les représentations ministérielles à la fin de la procédure de décision pour annoncer, dans le cas présent, des mesures « pratiques » de mise en œuvre de décisions concernant la prise en charge des séropositifs, le remboursement du dépistage du test de l’hépatite C, etc. Ces premières remarques ne vont guère plus loin que les représentations les plus communes que l’on peut se faire des relations entre la presse et le monde politique. Elles donnent de plus une vision rationalisée de l’action publique basée sur un modèle décisionnel linéaire. Il convient donc, pour rompre avec cette représentation commune du processus décisionnel, de se pencher sur le contenu, la forme et la diffusion des instruments de communication (dossiers de presse, conférences de presse) « élaborés » pour atteindre les journalistes. Au-delà de leur existence, la nature et le contenu des instruments – « dossiers de presse » et « dossiers retombées presse » – permettent, s’il on en use avec précautions, de saisir certains mécanismes qui rendent possibles, dans un espace largement cadré, l’intervention journalistique dans le processus décisionnel.

65L’élaboration et la diffusion des dossiers de presse permettent d’abord de saisir la hiérarchisation opérée au niveau du personnel des cabinets ministériels sur le champ de la presse. Ici la croyance en l’importance du poids de la presse nationale, aux dépens de la presse spécialisée, est notable, mais peut être nuancée. Notable d’abord parce que le dossier de presse et notamment le rapport concernant la conférence générale du 26 février (rapport Dormont sur la prise en charge des séropositifs par la Sécurité sociale) est arrivé – par des voies que nous n’avons pu éclaircir – sur le « bureau » du journaliste du Monde, la veille de l’annonce officielle par Bernard Kouchner de cette mesure. Les journalistes de la presse spécialisée ne manquèrent pas de se plaindre au service de presse – qui dénia toute responsabilité dans cette affaire – au motif d’une discrimination à l’égard des petits journaux qui, selon ces journalistes, « touchent globalement des gens beaucoup plus concernés et intéressés aux nouvelles diffusées ». Ensuite, dans le déroulement de la conférence de presse, au moment des questions/réponses, seul le journaliste du Monde fut interpellé par le ministre par son nom. Les autres ne furent « qu’invités » à poser leurs questions. Pour les journalistes spécialisés c’est d’ailleurs les conseillers techniques entourant le ministre qui fournissaient les réponses plutôt que le ministre en personne. Les questions étaient d’ailleurs de nature très différentes (techniques et « complexes » pour les unes, plus générales et politiques pour les autres). Enfin, au niveau des retombées presse, s’agissant de la conférence du 26 février, seuls les articles provenant des journaux généralistes et les retranscriptions des reportages radios et télévisions furent relevés pour constituer le dossier « retombées presse ».

66Ces trois éléments – diffusion préalable du dossier de presse aux journalistes du Monde, le non-anomymat du journaliste représentant ce journal, ainsi que l’importance accordée aux journaux de la presse nationale après « l’événement »– confirment l’existence d’une hiérarchisation des journaux et organes de presse par les « communicateurs ». Cette hiérarchisation de l’espace médiatique renvoie par ailleurs à la hiérarchisation opérée par les journalistes eux- mêmes à l’intérieur de l’espace professionnel même si, on l’a vu, certains journalistes des « petits » journaux cherchent à contester ces principes de classement sur le registre de la diffusion (« nous on touche beaucoup de personnes »), de l’« expertise » (ils posent des questions souvent plus « complexes » au ministre) ou des qualités supposées de leurs lecteurs (les médecins sont plus concernés que le grand public par les domaines évoqués par le ministre : maladie rare, mode de prévention, informations aux usagers, etc.).

67Cette importance accordée aux médias généralistes peut cependant être nuancée parce qu’en règle générale, et spécialement dans le cas de la campagne sur la mort subite du nourrisson, une attention particulière fut portée à la presse spécialisée (notamment médicale) dont la place reste cependant fixée en fin de dossier « retombée presse » juste avant la retranscription des journaux audiovisuels. Ensuite, on peut faire l’hypothèse que certains éléments relatifs au contenu des dossiers de presse, tels que les rapports d’experts sur les politiques, les lettres adressées à différents « professionnels », s’adressent plus particulièrement aux journalistes de la presse spécialisée jugés plus « compétents ».

68Ces éléments constituant le dossier de presse nous donnent ensuite à réfléchir sur la manière dont est produite et diffusée l’information pour les journalistes. Le contenu des deux dossiers de presse que nous avons eus à notre disposition (voir encadré sur les sommaires) tend à donner l’image d’une représentation « objective » et précise de l’information diffusée.

Sommaire des deux dossiers de presse
Dossier n° 1 – Mort Subite du Nourrisson (2 février 1993)
1. Un communiqué du ministre de la Santé et de l’Action humanitaire
2. Discours de Monsieur Bernard KOUCHNER aux journées parisiennes obstétricopédiatriques, le 5-02-1993
3. Enquête sur la mortalité postnéonatale et la mort subite du nourrisson (INSERM)
4. Brochure « conseils aux parents » et plan de diffusion
5. Lettre de diffusion aux médecins gynécologues libéraux et aux professionnels des maternités
6. Lettre de diffusion aux médecins généralistes, aux pédiatres libéraux et aux médecins des conseils généraux
7. Flash santé : la mort subite du nourrisson : le rôle du médecin à domicile
Annexe :
Circulaire du 14 mars 1986 relative à la prise en charge par les établissements d’hospitalisation public des problèmes posés par la mort subite du nourrisson Liste des centres régionaux de référence sur le syndrome de la mort subite du nourrisson
Dossier n° 2 – Santé publique (26 février 1993)
1. Le dossier santé
2. Le rapport au ministre sur la prise en charge des personnes atteintes d’infection par le VIH
3. Le rapport du comité transfusionnel pour l’année 1992

69Sont ainsi mobilisés, hors des discours ou des points de vue « officiels » du ministre, tout un ensemble d’objets visant à « prouver » la véracité, la solidité de l’information produite. Les experts et leurs rapports jouent dans ce dispositif et eu égard au poids matériel (les rapports ont une taille imposante dans le dossier de presse) et symbolique de leur intervention, un rôle non négligeable. Leur présence s’explique par une vision commune d’un espace journalistique « méfiant » – parfois critique – à l’égard des points de vue officiels. Dans ce dispositif, le droit (rappel des circulaires produites sur le sujet) occupe une place comparable, bien que quantitativement plus réduite, à celle occupée par les experts scientifiques.

70S’agissant de l’éventuelle fonction des journalistes, « relais de l’information institutionnelle », sont de la même manière consignés dans le dossier de presse des éléments en principe destinés au public. Dans le cadre du dossier MSN, la brochure « conseils aux parents » apparaît en fait comme le cœur de l’événement au sens où c’est son « lancement » dans le cadre d’une réunion professionnelle, qui est à l’origine du dispositif de communication.

71Les décideurs publics semblent ainsi instrumentaliser les médias et les placent de fait dans une situation d’auxiliaire de l’action publique. Mais cette instrumentalisation n’est pas la seule modalité d’intervention des journalistes dans le processus de décision. Si on peut déduire de la lecture précise de certains éléments du dossier de presse que les médias sont présents au-delà de leur rôle de diffuseur d’information, cette présence semble marginale. Ainsi, les experts chargés de la rédaction du rapport sur la maladie de Creutzfeld Jacob font état d’une intervention journalistique « en amont », c’est-à-dire avant la conférence de presse elle-même. Cette intervention fait suite à la publication d’un premier rapport sur ce thème et est surtout critiquée dans ses modalités. Ce qui nous éclaire une fois encore sur les représentations que certains décideurs se font du rôle des médias et des journalistes :

  • 89 Rapport du groupe de travail sur la maladie de Creutzfeld Jakob (c’est nous qui soulignons).

« À la suite de cette publication [i. e. la présentation à la presse d’un premier rapport sur la maladie en février 1992], plusieurs articles sont parus dans la presse nationale et régionale qui ont rendu compte de ce rapport et des critiques qu’il formulait mais dont le contenu “utile” pour les familles d’enfants traités a été très restreint89. »

72Cette seule évocation de la presse ne nous permet donc pas d’évaluer avec précision le rôle habituellement décrit des médias dans la sélection des controverses et leur rôle éventuel d’impulsion dans les décisions publiques. Ici, la presse est même considérée comme un relais « imparfait » entre le public et les décideurs.

73Pourtant, l’attention portée à la presse, qui se manifeste de manière prégnante dans de nombreux dispositifs pratiques, permet de déduire l’importance et l’influence des médias dans les représentations que les décideurs politiques – ici les agents du ministère – se font du processus décisionnel. Ce rôle est largement conçu comme un rôle de « diffuseur » des décisions produites et non d’impulsion. Il faut donc, pour déterminer avec précision une éventuelle influence médiatique sur le processus de décision politique, tenir compte de cette première conclusion. Néanmoins, la collaboration visible dans la première phase du travail est mise à distance dans lorsqu’il s’agit de retranscrire les informations recueillies.

  • 90 Voir sur ce point Patrick Champagne, « La manifestation. La production de l’événement politique »,(...)

74La retranscription de ces deux événements dans les journaux fut relativement importante. La campagne MSN ainsi que la conférence de presse furent couvertes par l’ensemble des journaux nationaux, par les radios et la presse médicale. Si l’on considère, à la suite de Patrick Champagne, que la couverture médiatique d’un événement est un enjeu de premier ordre90, le lancement de la campagne MSN et la conférence de presse « Santé publique » sont de ce point de vue une « réussite ». Mais une telle approche globale ne nous apprend rien quant à la place de la presse dans le processus de décision publique. C’est donc au contenu et à la forme des produits médiatiques qu’il convient maintenant de s’intéresser pour saisir certaines modalités de l’intervention journalistique sur « l’événement ».

  • 91 Bernard Kouchner évoqua lors de sa conférence presse du 26 février 1993 des mesures touchant 11 do (...)

75Le traitement journalistique d’une conférence de presse donnée sur plusieurs sujets91 permet d’abord de saisir une partie des mécanismes de hiérarchisation par les journalistes des thématiques abordées et développées par le ministre. Les journalistes n’auraient pas ici un rôle d’impulsion ou d’initiateurs dans les questions inscrites sur l’agenda politique, mais opéreraient néanmoins parmi elles une sélection révélatrice de l’enjeu que ces questions représentent au niveau du champ journalistique. Ces thèmes sont d’ailleurs au préalable l’objet de la part de ceux qui les produisent, d’un classement que révèle l’ordre adopté pour leur diffusion. Ainsi, si l’on reprend le mode de classement institutionnel qui apparaît dans l’ordre de la conférence de presse et le système de préférence journalistique, on constate d’une part l’existence d’un consensus sur l’événement, et d’autre part une homologie entre les priorités journalistiques et politiques. Le consensus sur l’événement se réalise dans l’exemple de la conférence du 26 février à propos de la prise en charge des séropositifs par la Sécurité sociale. C’est en effet parmi les onze mesures produites par le ministre celle qui retient l’attention de l’ensemble des médias qui en usent pour « titrer » les comptes rendus de la conférence de presse :

Un consensus sur « L’Événement ».
Les titres de la presse après la conférence du 26 février 1993
France-Soir : Les séropositifs seront pris en charge à 100 % dès le début de la maladie
SIDA : LA DANS LA BATAILLE
Ouest-France : Bernard Kouchner prend douze mesures avant de partir :
LES SÉROPOSITIFS PRIS EN CHARGE À 100 %
Le Quotidien de Paris :
SIDA : LE GESTE HUMANITAIRE (une)
SIDA : LES SÉROPOSITIFS PRIS EN CHARGE À 100 %
Pour sa dernière conférence de presse en tant que ministre de la Santé, Bernard Kouchner a annoncé que les séropositifs seraient désormais pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale
Libération : Les soins des séropositifs seront remboursés à 100 %
SIDA : KOUCHNER FAIT DONNER LA SÉCU (une)
Les séropositifs qui le souhaitent vont être remboursés à 100 % a annoncé Kouchner
LA SÉCU PREND EN CHARGE LA SÉROPOSITIVITÉ
L’Humanité : Sida
LES SÉROPOSITIFS SERONT REMBOURSÉS À 100 %
Le Monde : Un ensemble de mesures annoncées par Bernard Kouchner
TOUTES LES PERSONNES CONTAMINÉES PAR LE VIRUS DU SIDA SERONT PRISES EN CHARGE A 100 % PAR LA SÉCURITÉ SOCIALE
Le Figaro : Un tour d’horizon de Bernard Kouchner :
SÉROPOSITIFS : PRISE EN CHARGE À 100 %
Le risque transfusionnel et le dépistage de l’hépatite également évoqués

76Le traitement des autres mesures qui sont le plus souvent évoquées dans le corps des articles renvoie à la hiérarchie préalablement opérée au niveau politique et qui se lit notamment dans l’ordre établi par le dossier de presse. Ainsi, les trois premiers thèmes de la conférence de presse (sécurité transfusionnelle, SIDA et hépatite C) sont aussi ceux que reprennent en priorité les journaux et les radios.

  • 92 Sur une analyse contestée (l’article fut l’objet d’un droit de réponse dans le n° 103 d’Actes de l (...)

77Cependant, la préférence que les journalistes accordent à telle ou telle mesure s’explique également par les logiques de fonctionnement du champ journalistique. Dans le cas du SIDA comme pour les questions touchant à la sécurité transfusionnelle, l’existence d’une prise en charge préalable par les journalistes explique que ces thèmes familiers aux journalistes, soient privilégiés dans le compte rendu de la conférence de presse. L’intérêt que les journalistes accordent à cette question serait en quelques sortes préformé, notamment par l’investissement antérieur autour du traitement médiatique du scandale du sang contaminé92.

  • 93 Erik Neveu dans son article sur les rhétoriques journalistiques (« Pages politiques », art. cit.) (...)

78Pourtant si les journalistes opèrent à un niveau formel une sélection et une hiérarchisation des questions « importantes », c’est la forme et les produits médiatiques qui renseignent le plus sur les modalités d’interventions journalistiques dans le débat public. Plusieurs positions peuvent ici être repérées93. Elles tiennent à des agents particuliers, mais renvoient aussi aux représentations communément attachées au rôle des médias dans leur ensemble.

  • 94 Ibid., p. 12.
  • 95 Hélène Molière : « Bernard Kouchner a présenté ce matin un catalogue de mesures prises depuis son (...)
  • 96 Jean-Claude Narcy : « Dans le domaine de la santé, des mesures en rafales rendues publiques ce mat (...)
  • 97 Jean-Jacques Bourdin, « Les 1000 et une mesures du Docteur K, du docteur Kouchner, ce matin Bernar (...)
  • 98 Marie Christine Courtieux, « Cette conférence de presse ressemblait un peu à un testament de Berna (...)

79On peut distinguer deux positions idéalisées dans la rhétorique journalistique autour de la distinction du fait et du commentaire et que nous regrouperons, avec Erik Neveu, autour de deux pôles « idéaux typiques » : l’un « constatif », l’autre « normatif »94. Ces interventions ne se trouvent jamais à l’état pur dans le corps des articles. Ceux « décrivant » les mesures annoncées par Bernard Kouchner – sur le registre du compte rendu ou du procès verbal – requalifient par exemple cette conférence de presse en termes non pas uniquement techniques mais proprement politiques. C’est en effet, au-delà des mesures annoncées, « une conférence de presse testament » de Bernard Kouchner qui est présentée par les médias. Ce registre est particulièrement investi par les médias audiovisuels tel qu’Europe n° 195, TF196, RTL97, RMC98 ou à grand tirage, comme Ouest-France qui décrit une « ambiance fin de règne ». Cependant, s’il est illusoire de séparer les faits et les commentaires, les journalistes se réservent souvent, dans des formes spécifiques, une possibilité de porter sur les mesures adoptées un jugement appréciant directement la « pertinence » des mesures envisagées :

  • 99 Article anonyme, Le Quotidien de Paris, 27 février 1993.
  • 100 Béatrice Bantman, Libération, 27 février 1993.
  • 101 Franck Nouchi, Le Monde, 1er mars 1993.

« Hors de tout contexte cette mesure est évidemment positive, de même qu’il serait souhaitable de rembourser à 100 % de nombreuses autres pathologies99. »
« À première vue les mesures annoncées hier ne souffrent d’aucune contestation… en prenant in extremis cette mesure il démontre mais un peu tard, qu’il a enfin pris la mesure de l’épidémie de SIDA100. »
« Non content d’annoncer une spectaculaire série de mesures destinées en particulier à améliorer la sécurité transfusionnelle et la prise en charge des personnes contaminées par les virus du SIDA et de l’hépatite C, M. Bernard Kouchner a d’évidence voulu prendre date101. »

  • 102 Un exemple extrême de ce type de position journalistique est l’éditorial publié par le Monde en ao (...)

80Visant à réaffirmer leur autonomie vis-à-vis du pouvoir politique, cette forme d’intervention journalistique peut aussi s’analyser comme une contribution, parmi d’autres au débat, autour de la décision publique. Les journalistes en produisant un jugement se positionnent dans le même temps non plus comme des observateurs – ou vulgarisateurs des prises de parole politiques – mais comme de véritables prescripteurs d’avis sur les décisions prises102. Ils sont ainsi, au même titre que l’ensemble des acteurs concernés par la politique à mettre en œuvre, partie prenante du processus. La mise en forme de l’événement permet aussi de concevoir une certaine vision du rôle de la presse comme un lieu d’expression du débat public. Que ce soit dans le cas de la campagne MSN ou dans le cadre de la conférence de presse du 26 février 1993, le traitement de l’événement permet en effet de réintroduire la polémique et l’usager.

  • 103 Erik Neveu, « Pages politiques », art. cit.
  • 104 Le Monde, 24 février 1993. Cette publication intervient bien après les comptes rendus de l’interve (...)
  • 105 Journal de 13h00 du 26 février 1993.
  • 106 Si l’on prend le cas du professeur Minkowski, on sait par exemple que ce dernier est directement e (...)
  • 107 Dans notre étude du conflit Peugeot d’octobre 1989, nous avions constaté de la même manière que ce (...)
  • 108 Voir par exemple des émissions comme « Face à France » ou celle initiée à l’occasion de la campagn (...)
  • 109 Sur une analyse d’une émission de ce type, « Les absents ont toujours tort » de Guillaume Durand, (...)

81La polémique est représentée notamment par l’ouverture des colonnes aux points de vue extérieurs et parfois même opposés à la politique mise en œuvre. Cette mise en forme particulière de l’information emprunte à deux registres mis en évidence par Erik Neveu103 à propos de l’information politique : celle de la « tribune » pour les opposants, et celle à « l’expertise extérieure ». On trouve des illustrations de cette position dans France-Soir qui, au-delà d’un article « récit de la conférence de presse du 26 février », pose en encart – c’est-à-dire par une mise en page spécifique – le point de vue d’Act Up, un « coup de gueule de la CNAM » et un encadré sur les chiffres contestés du SIDA. C’est le cas aussi dans Libération qui publie l’interview d’une psychiatre spécialiste du SIDA que le journal titre : « Concrètement cela ne changera pas grand-chose ». Dans le cadre de la campagne MSN, Le Monde publie de la même manière – et sous une rubrique autonome et spécifique de « correspondance » – une lettre du professeur Minkowski104105106107108109

Anmerkungen

1 Christian Sauvage, Journalistes : une passion des métiers, Paris, CPFJ, Connaissance des médias, 1990, p. 87 sqq.

2 Jean-Marie Charon, La presse en France de 1945 à nos jours, op. cit., p. 141.

3 C’est notamment ce que souligne Michèle Lamont lorsqu’elle compare les valeurs des cadres en France et aux États-Unis. Suivant les travaux de Kai Erikson, elle cherche ainsi à déterminer « comment les groupes marquent des frontières au cours du processus de définition de leur identité propre, de leur idéologie et de leur statut en relation et en opposition à d’autres groupes » (Michèle Lamont, La morale et l’argent, les valeurs des cadres en France et aux États Unis, Paris, A. -M. Métailié, 1995, p. 28).

4 Erik Neveu, « La dynamique des médias dans la construction sociale de la “crise de la représentation” », Aquarium, n° 10, octobre 1992.

5 Voir sur ce point Erik Neveu, « Les émissions politiques à la télévision : une impossible vulgarisation », Quaderni, n° 16, hiver 1991-1992 ; et Rémi Rieffel, « Les journalistes français : image et présentation de soi », Médiascope, n° 1, mars 1992.

6 Pour une analyse de cette question, on se reportera à l’article d’Erik Neveu, « Les émissions politiques à la télévision : une impossible vulgarisation », Quaderni, n° 16, hiver 1991-1992.

7 Pierre Bourdieu, « La cause de la science », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 106-107, mars 1995.

8 Ibid.

9 S’il consacre lui aussi une représentation dominante de la hiérarchie implicite de l’espace journalistique, le travail de Jean-Marie Charon (Carte de Presse, Enquête sur les journalistes, Paris, Stock, 1993) a le mérite de souligner l’hétérogénéité du groupe qu’il étudie et de mettre ainsi l’accent sur la manière dont les catégories de journalistes qu’il identifie (localiers, spécialistes, etc.) cherchent à construire au sein de la profession des modes différentiels de légitimité.

10 Ibid., p. 118.

11 Ibid. Jean-Marie Charon poursuit sa réflexion autour de l’ambition pédagogique en soulignant que cette dernière supplante en quelque sorte toutes les autres et notamment « un rôle dans l’échange des idées » et une « fonction critique ». Nous soutiendrons et montrerons plus loin dans l’analyse comment les deux dimensions – pédagogie et critique – sont intimement liées.

12 Erik Neveu, « Rhétoriques du journaliste politique », art. cit.

13 Jean G. Padioleau, « Système d’interaction et rhétoriques journalistiques », Sociologie du travail, vol. 76, n° 3, juillet-septembre 1976 (voir aussi sur ce point Michael Schudson, « Rhétorique de la forme narrative. L’émergence de la convention journalistique dans la presse TV », Quaderni, n° 8, automne 1989).

14 Cette spécificité – la complexité de l’information sociale ou économique (qu’on associe souvent dans les représentations journalistiques) – est par exemple reconnue dans l’entretien que Jean-Yves Lhomeau, chef du Service politique de Libération a accordé à la revue Mots le 22 juillet 1993 (Mots, n° 37, décembre 1993, p. 90) : « En économie, j’imagine que cela doit être tout à fait différent à mes yeux, c’est plus compliqué à expliquer que la politique. Cela pose des problèmes difficiles de pédagogie.
La politique aussi ?
– Oui, mais en économie, il y a des techniques qu’il faut décortiquer. »

15 Béatrice Taupin, L’information sociale en question, op. cit., p. 37.

16 Ibid., p. 142.

17 Ibid., p. 10.

18 Se pose ici une fois encore la question de la réception de l’information sociale. Si l’on dispose pour l’information « politique » d’un certain nombre d’indicateurs permettant d’apprécier son audience (voir sur ce point Erik Neveu, « Les émissions politiques à la télévision », art. cit.), aucun renseignement de ce type (si ce n’est par exemple les tirages souvent importants de la presse sociale) n’est fourni sur le social. L’étude réalisée par Daniel Gaxie (« Au-delà des apparences. Sur quelques problèmes de mesure des opinions », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 81-82, mars 1990) montre cependant que les questions « sociales » d’un sondage sont plus facilement comprises que les questions « politiques ».

19 Une seule fois, à propos du conflit Peugeot que nous avions étudié, l’argument de la nouvelle qui fait vendre est apparu dans la bouche d’un journaliste (« Et puis un conflit dans l’automobile ça fait vendre »). Nous n’adhérons bien entendu pas à une vision enchantée d’un champ journalistique désintéressé mais souhaitons insister ici sur le fait que les journalistes convoquent rarement pour justifier de leur propre position des logiques marchandes. Mis en cause, « les paparazzis » répondent par exemple à leurs détracteurs l’invocation du « droit de savoir » du public, ou par le fait qu’ils ne répondent qu’à une demande de même public de connaître par exemple la vie privée des stars (voir par exemple les paparazzis interrogés par Raymond Depardon dans son film « Reporters », 1982).

20 « La soumission aux exigences du marché » est pour Pierre Bourdieu (« L’emprise du journalisme », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 101-102, mars 1994 et Sur la télévision, Paris, Liber, 1996) par exemple l’un des éléments caractéristiques de l’évolution du champ journalistique. Voir aussi sur cette question l’ouvrage de Serge Halimi, Les nouveaux chiens de garde, Paris, Liber, 1997.

21 Pierre Bourdieu, « Un acte désintéressé est-il possible ? », Raisons pratiques, Paris, Seuil, 1994.

22 À ce titre, les journalistes interrogés en fin d’entretien sur « le journaliste idéal » évoquaient le plus souvent, lorsque nous obtenions une réponse (pour 5 d’entre eux les autres refusant de répondre), le personnage d’Albert Londres pour son travail sur le bagne. Peu d’autres noms ont été évoqués, si ce n’est une fois celui de Gunter Wallraff, mais le journaliste s’empressa d’ajouter : « déontologiquement c’est zéro »; et une fois pour un journaliste de L’Humanité, Paul Vaillant Couturier (« parce qu’il savait bien écrire et qu’il était proche des gens et les comprenait »).

23 Émile Favard, L’information économique en question, op. cit.

24 Jacques Ion montre bien que les métiers du social subissent du fait de la diversification des politiques se rattachant à cette catégorie (politique de lutte contre l’exclusion, politique de la ville) une menace sur leur identité telle qu’elle fut historiquement construite (voir sur ce point Jacques Ion, « Les métiers du social à l’épreuve de l’exclusion », Regards sur l’actualité, décembre 1993).

25 L’Expansion du 18 juillet-4 septembre 1991 consacre une enquête au « gratin » des journalistes à partir d’un sondage réalisé auprès des journalistes eux-mêmes. Dans le domaine économique, ce journaliste (Jean-Michel Charpentier) arrive en huitième place ex aequo avec un autre président de l’AJIS (Michel Noblecourt). S’agissant des journalistes de la presse écrite, le tiercé de tête est formé par Serge July, Jean-François Kahn et Jean Boissonnat.

26 Entretien non enregistré du secrétaire général de l’AJIS.

27 Voir sur ce point Martine Burdillat, « Le social dans la presse », Information sociales, n° 53, 1996.

28 Le Monde, n° spécial, 1er décembre 1985 (article collectif du service « société »).

29 Pour une analyse critique de la littérature sur la crise du syndicalisme, on se reportera à l’article de Georges Ubbiali, « Syndicalisme en crise, syndicalisme en mutation. Note critique », Politix, n° 23, 3e trimestre 1993.

30 Voir sur ce point notre article « Crise sociale et crise dans le journaliste. Traitement médiatique du mouvement social de décembre 1995 et transformation du travail journalistique », Claude Leneveu et Michel Vakaloulis (dir.), Faire mouvement. Novembre-décembre 1995, Paris, PUF, 1998.

31 Martin Sanchez-Jankowski, « Les gangs et la presse. La production d’un mythe national », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 101-102, mars 1994.

32 Ibid., p. 105-108.

33 Philip Schlesinger, « Repenser la sociologie du journalisme », art. cit.

34 Voir par exemple sur ce point Eliséo Veron, Construire l’événement. Les médias et l’accident de three mile Island, Paris, Minuit, 1990.

35 Erik Neveu, « Pages politiques », art. cit., p. 11

36 Fay Lomax Cook et alii, « Media agenda setting : effect on the public, Interest Group, Leaders, Politicy Maker, and Policy », art. cit.; ou David L. Protess et alii, « The impact of investigative reporting on public opinion and policymaking », Public Opinion Quaterly, vol. 47, 1983.

37 Comme le souligne Jacques Gerstlé (La communication politique, Paris, PUF, 1992, p. 43-44), « ces groupes apparaissent comme collectivement et mutuellement intéressés par la promotion de la croyance dans le pouvoir de leur champ de compétences ».

38 Voir sur ce point l’esquisse d’Adrien Ziegler, « Quelques étapes du passé », Revue française des Affaires sociales, 34, (4), octobre-décembre 1980.

39 Il faudrait pour comprendre ces mécanismes étudier sur une longue période non seulement les inter-relations entre les classifications propres à l’espace politique et celle qui structurent l’espace journalistique mais aussi les évolutions d’ensemble des conceptions sectorielles du sociale (dans l’espace syndical, littéraire, artistique, etc.) ce qui n’est pas l’objet de ce présent travail.

40 Patrick Champagne, « Le cercle politique. Usages sociaux des sondages et nouvel espace politique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 71-72, 1988.

41 Voir sur ce point Jean-Baptiste Legavre, « Parler de soi ou parler des autres : de quelques usages journalistiques de métaphores ludiques », Regards sociologiques, n° 7, 1994.

42 Arrêté du JO du 1 er août 1990 relatif à l’organisation du service de l’information et de la communication, Journal officiel du 11 août 1990, p. 9841-9842.

43 Au point que durant notre période d’observation nous n’avons pas pu déterminer si la communication des trois secrétariats d’État dépendait effectivement du SICOM.

44 Sur les principes de hiérarchie ministérielle, voir Jean Foyer, « Les ministres entre eux : hiérarchie et collégialité », Pouvoirs, n° 36, 1986. Le décret de nomination du gouvernement du 2 avril 1990, qui détermine un ordre protocolaire entre les différents ministères, place le ministère des Affaires sociales avant le ministère de la Santé.

45 Voir sur ce point Annie Collovald, « Le bébête show, idéologie journalistique et illusion critique », Politix, n° 19, 3e trimestre 1992.

46 José Alain Fralon et Franck Nouchi, Le Monde, 4 avril 1992.

47 Le Figaro, 3 avril 1992.

48 Le Monde, 4 avril 1992.

49 Ibid.

50 Le Monde, 4 avril 1992.

51 Ibid.

52 Le Figaro, 3 avril 1992.

53 Annie Collovald, « Le bébête show », art. cit.

54 Voir Sandrine Lévêque, Communication syndicale et pratiques journalistiques, op. cit.

55 Ce terme est employé dans le rapport préparatoire à la mise en place du SICOM (proposition pour la création d’un SICOM, document interne du ministère des Affaires sociales, de la Solidarité, mai 1990).

56 Voir par exemple la mise en place d’une association « communication publique » créée en 1989 ou le numéro de la Revue française d’administration publique, n° 58, avril-juin 1991, consacré à la communication publique.

57 Sur la mise en place d’une politique de communication dans les caisses de sécurité sociale, voir Marie France Laroque, « La politique de communication des caisses nationales de sécurité sociale. L’exemple de la caisse nationale d’assurance vieillesse », Revue française des Affaires sociales, n° 2, avril-juin 1991.

58 Erik Neveu, Une société de communication ?, op. cit., et particulièrement le chapitre consacré aux « déterminants sociaux du mythe ».

59 Sur ce type d’analyse, voir Jean-Baptiste Legavre, Conseiller en communication. L’institutionnalisation d’un rôle, op. cit.

60 Erik Neveu, Une société de communication ?, op. cit.

61 Ibid., p. 114 sqq.

62 Jean-Baptiste Legavre, Conseiller en communication…, op. cit.

63 Proposition pour la création d’un SICOM, p. 11 (c’est nous qui soulignons mais les majuscules de Politique et d’Institution sont dans le document original).

64 Arrêté du JO du 1er août 1990.

65 Arrêté du JO du 1er août 1990.

66 Ibid.

67 C’est sur ces points que se fonderont les « attaques » remettant en cause sa nomination à la tête de ce service. Le 8 mars 1993, un groupe de fonctionnaires du ministère de l’avenue de Ségur publie dans le Quotidien de Paris, sous le pseudonyme collectif de SEGUR des propos « indignés » contre la « mainmise » des non-fonctionnaires socialistes sur les postes du ministère. Parmi les trois exemples selon eux « édifiant du climat du jour » « la désignation pour occuper le poste de chef de service de la communication du ministère (cinquante personnes, le deuxième budget de communication des ministères français), d’un jeune homme de 26 ans non fonctionnaire dont la seule expérience professionnelle, avant de faire un passage dans un cabinet ministériel (i. e. chargé de mission, dossiers européens et internationaux) se situe rue Solférino dans la machinerie du Parti socialiste ». Cette polémique renforce le caractère « politique » de l’enjeu communication au ministère des Affaires sociales.

68 Les éléments biographiques sont tirés du Guide du pouvoir, éd. 1992, p. 49.

69 Document interne sur La communication du ministère de la Solidarité, de la Santé et de la Protection sociale, mai 1990.

70 Arrêté du JO, 1er août 1990.

71 Voir document interne, La communication du ministère de la Solidarité, de la Santé…, op. cit., p. 10.

72 C’est le premier des six bureaux mentionné par l’arrêté du 1 er août 1990.

73 Ibid., p. 8.

74 Document interne, La communication du ministère de la Solidarité, de la Santé…, op. cit., p. 10 (c’est nous qui soulignons).

75 Jacqueline Laroche Brion, L’information économique et sociale, rapport et avis du Conseil économique et social, Paris, 1992.

76 Ibid., p. 88.

77 Voir sur ce point Stéphane Siran, La direction de la presse, de l’information et de la communication du ministère des Affaires étrangères. Du lobbying à l’influence, mémoire de maîtrise de sciences de l’information et de la communication, Michael Palmer (dir.), université Paris III, 1992.

78 On pense ici à une diffusion différée comme le « off » étudié par Jean-Baptiste Legavre, (« Off the record. Mode d’emploi d’un instrument de coordination », Politix, n° 19, 3e trimestre 1992) ou tout simplement à l’ensemble des informations pour « initiés » qui sans être rendues publiques permettent aux journalistes politiques de décoder les événements du moment (voir sur ce point Erik Neveu, « Les émissions politiques à la télévision », art. cit.).

79 Louis Pinto, « Le consommateur agent économique, agent politique », Revue française de sociologie, XXXI, avril-juin 1990, p. 194.

80 Jacqueline Laroche Brion, rapport cit.

81 Voir sur ce point Jean-Baptiste Legavre, « Parler de soi ou parler des autres : de quelques usages journalistiques de la métaphore ludique », art. cit.

82 Il y a rarement de scoop dans le domaine social. Les journalistes interrogés ne se souviennent pas, à l’exception d’un reporter radio, avoir « sorti » une information originale et insolite. Le scoop du journaliste radio portait sur l’ouverture du magasin IKEA le dimanche. Cette grande surface était condamnée par le tribunal à payer aux syndicats une astreinte à une certaine date éloignée du jour du jugement. Le journaliste avait « par hasard » noté cette date et réalisa ce jour-là un reportage auprès des dirigeants d’IKEA. « Personne ne s’en souvenait. Ça a été repris par toutes les radios et du coup ça a relancé le débat sur l’ouverture des magasins le dimanche » nous raconte le journaliste.

83 Yves Meny et Jean Claude Thoenig, Politiques publiques, Paris, PUF, 1989, p. 256.

84 Dorine Bregman et Jean-Louis Missika, « La campagne : la sélection des controverses politiques », Elisabeth Dupoirier et Gérard Grunberf (dir.), 1986 : La drôle de défaite de la gauche, Paris, PUF, 1986.

85 Sawicki Frédéric, « Les questions de protections sociale dans la campagne présidentielle de 1988 : contribution à l’étude de la formation de l’agenda électoral », art. cit.

86 Marina Serré, La maîtrise médicalisée des dépenses de santé, du mot d’ordre à la loi Teulade. Un aperçu des rapports de forces au sein du système de santé, mémoire de DEA de politiques sociales et société, Michel Offerlé (dir.), Paris I, 1995.

87 Les numéros de fax des rédactions sont par exemple enregistrés en mode « automatique » sur le fax du service de presse du ministère. Les communiqués et documents destinés aux journalistes sont donc systématiquement diffusés dans tous les journaux.

88 Il existe au sein du bureau des relations avec la presse un service un service spécifiquement chargé d’apprécier « les retombées presse »; par ailleurs le documentaliste établit sur certains dossiers un suivi presse sur une longue période en dépouillant les revues de presse.

89 Rapport du groupe de travail sur la maladie de Creutzfeld Jakob (c’est nous qui soulignons).

90 Voir sur ce point Patrick Champagne, « La manifestation. La production de l’événement politique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 52-53, 1984.

91 Bernard Kouchner évoqua lors de sa conférence presse du 26 février 1993 des mesures touchant 11 domaines de santé publique. Ces mesures furent présentées dans le dossier de presse et lors de la conférence de presse dans cet ordre : la sécurité transfusionnelle (1), le SIDA (2), l’hépatite C (3), l’immunoglobine et l’hépatite C (4), Le facteur VIII (5), le dépistage (6), la maladie de Creutzfeld Jakob (7), l’encéphalopathie spongiforme bovine (dite « maladie de la vache folle ») (8), les prothèses mammaires (9), le saturnisme (10) et d’autres mesures (11) (les champs électromagnétiques et le cancer, l’épilepsie et la vidéo et les inducteurs d’ovulation).

92 Sur une analyse contestée (l’article fut l’objet d’un droit de réponse dans le n° 103 d’Actes de la recherche en sciences sociales) de la construction médiatique de ce scandale voir Patrick Champagne avec Dominique Marchetti, « L’information médicale sous contrainte », Actes de la recherche en science sociale, n° 101-102, mars 1995.

93 Erik Neveu dans son article sur les rhétoriques journalistiques (« Pages politiques », art. cit.) cherche à repérer dans les pages politiques différentes modalités d’intervention journalistiques sur l’événement politique. Sans reprendre, l’ensemble des catégories mises au jour par cet auteur, le modèle qu’il nous propose éclaire, nous le verrons une grande partie du traitement journalistique des deux « événements » que nous avons nous-même étudiés.

94 Ibid., p. 12.

95 Hélène Molière : « Bernard Kouchner a présenté ce matin un catalogue de mesures prises depuis son arrivée au ministère de la Santé, catalogue en forme de testament » (Journal de 12 h 30 du 26 février 1993) (c’est nous qui soulignons).

96 Jean-Claude Narcy : « Dans le domaine de la santé, des mesures en rafales rendues publiques ce matin par Bernard Kouchner, en forme de testament, à quelques semaines de l’échéance électorale » (Journal de 13h00 du 26 février 1993) (c’est nous qui soulignons).

97 Jean-Jacques Bourdin, « Les 1000 et une mesures du Docteur K, du docteur Kouchner, ce matin Bernard Kouchner donnait une conférence de presse, bilan testament avant l’échéance électorale » (Journal de 13h00 du 26 février 1993) (c’est nous qui soulignons).

98 Marie Christine Courtieux, « Cette conférence de presse ressemblait un peu à un testament de Bernard Kouchner » (Journal de 13h00 du 26 février 1993) (c’est nous qui soulignons).

99 Article anonyme, Le Quotidien de Paris, 27 février 1993.

100 Béatrice Bantman, Libération, 27 février 1993.

101 Franck Nouchi, Le Monde, 1er mars 1993.

102 Un exemple extrême de ce type de position journalistique est l’éditorial publié par le Monde en août 1995 et prenant radicalement position contre la reprise des essais nucléaires.

103 Erik Neveu, « Pages politiques », art. cit.

104 Le Monde, 24 février 1993. Cette publication intervient bien après les comptes rendus de l’intervention du ministre (le 2 février 1993). Le fait qu’elle soit intégrée au dossier « Retombée presse » souligne une fois encore l’importance accordée au mode de diffusion – par voie de presse – d’une telle intervention.

105 Journal de 13h00 du 26 février 1993.

106 Si l’on prend le cas du professeur Minkowski, on sait par exemple que ce dernier est directement engagé par sa candidature écologique au régionale de 1992 à Paris.

107 Dans notre étude du conflit Peugeot d’octobre 1989, nous avions constaté de la même manière que certains quotidiens – et notamment Libération – ouvraient leurs colonnes à cette forme particulière de production journalistique, allant par exemple jusqu’à faire intervenir des ouvriers en grève et/ou décrivant leurs conditions familiales particulières pendant la grève. Sandrine Lévêque, Création et présentation de l’événement : quatre quotidiens face au conflit Peugeot de septembre-octobre 1989, op. cit.

108 Voir par exemple des émissions comme « Face à France » ou celle initiée à l’occasion de la campagne présidentielle de 1995, « La France en Direct » sur France 2.

109 Sur une analyse d’une émission de ce type, « Les absents ont toujours tort » de Guillaume Durand, on se reportera à l’article d’Éric Darras, « Un paysan à la télé. Nouvelle mise en scène du politique », Réseaux, n° 63, CNET, 1994, p. 75-100.

Abbildungsverzeichnis

Titel Tableau 13. – Répartition des adhérents de l’AJIS par type de presse.Ce tableau a été construit à partir du dépouillement des annuaires AJIS de 1976, 1986/87 et 1993/94. La catégorisation des titres fut opérée à partir des critères habituellement retenus pour ce type de classement, à savoir l’origine éditoriale de la publication (est-elle éditée par une centrale syndicale, un éditeur indépendant, un groupe de presse, une association ou une institution publique ?), le contenu (grand public ou non, centré sur un objet ou abordant l’ensemble de l’actualité ?), et la diffusion (large ou restreinte ?).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24706/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 87k
Titel Tableau 14. – Comparaison des manifestations annoncées par l’agenda AJIS dans les années soixante-dix et quatre-vingt.Nous avons établi ce tableau selon les critères mis en œuvre pour la période (1969-1974) (sur les principes de classement adoptés voir tableau du chapitre I, partie II). Les autres catégories utilisées pour la période 1988-1993 ont été, dans la mesure du possible, construites sur le même principe que celles utilisées pour les agendas 1969-1974. Ainsi, nous avons regroupé les événements d’abord à partir des organisateurs des manifestations mentionnées dans l’agenda (par exemple, les syndicats de médecins, les associations humanitaires pour les catégories « Actions humanitaire » ou « Professions médicales et hôpitaux ») et ensuite des lieux dans lesquels elles se déroulaient (par exemple les tribunaux pour la catégorie « Affaires judiciaires »).Pour certaines manifestion – par exemple les colloques – ni les organisateurs ni le lieu d’organisation ne permettaient de catégoriser l’événement. Aussi nous nous sommes rabattus sur les thèmes sur lesquels portait la manifestation. Un colloque sur la Sécurité sociale organisé par un centre de recherche universitaire n’a donc pas été classé dans la catégorie « Éducation et formation » mais dans la catégorie « Sécurité sociale ».Les pourcentages indiqués entre parenthèses correspondent à la proportion d’événements signalés pour chaque catégorie d’événement. Les chiffres ont été obtenus par une moyenne calculée pour chaque période de 5 ans (le total est inférieur à 100 en raison de l’absence de la rubrique « divers »).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24706/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 198k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search