Version classiqueVersion mobile

Les journalistes sociaux

 | 
Sandrine Lévêque

4. Inventer l’information sociale

Texte intégral

1En tant qu’instance visant au monopole de représentation du groupe des journalistes sociaux, l’AJIS – ou plus exactement ceux qui la font vivre – mène un travail de définition et de redéfinition du groupe visant à faire tenir ensemble son histoire spécifique, dont certains de ses membres sont porteurs, et la transformation de l’espace journalistique dont les « nouveaux entrants » dans la profession sont les représentants. Ainsi, deux logiques président à la création de l’AJIS : une logique plus politique visant à faire coexister des acteurs venant d’horizons syndicaux et partisans différents, et une logique davantage « entrepreneuriale » basée sur l’efficacité et visant à améliorer le travail journalistique. Tout se passe alors comme si, d’un côté les « anciens » faisaient profiter les « modernes » de leur accès privilégié – et amical – aux représentants syndicaux et que d’un autre côté les « modernes » en introduisant des pratiques plus rationalisées de recueils d’informations permettaient aux « anciens » un plus large accès aux sources en limitant le caractère politique et parfois conflictuel (ou de méfiance) de leurs relations à certains informateurs. On se souvient ici par exemple des difficultés de certains militants de FO à avoir accès aux informations de la CGT ou des difficultés de certains journalistes marqués politiquement (les journalistes de L’Humanité notamment) à avoir accès aux CNPF. Les petits déjeuners de l’AJIS, en conviant l’ensemble des adhérents, limitent ces effets d’exclusion. Dans un autre sens, l’AJIS permet aux nouveaux entrants dans la profession de bénéficier des contacts, des relations de confiances établies parfois sur le mode de la connivence entre des journalistes militants et certaines organisations « amies » et souvent nécessaires pour obtenir des informations « plus confidentielles ». Cependant cette destinée fonctionnelle de l’AJIS, et le travail de représentation et de mise en scène du groupe qui s’opère à travers elle, ne permet pas de comprendre le travail qu’engagent les journalistes ainsi mobilisés autour de la définition d’un domaine d’information dont ils cherchent à (ré)inventer les contours et les limites. En effet, à côté d’un travail classique d’invention d’une spécialité professionnelle (le journalisme social), se joue aussi l’invention d’une catégorie particulière d’information : l’information sociale qui, si l’on suit les acteurs, se substitue au mouvement social jusqu’alors défendu. La reconnaissance de l’information sociale et la délimitation de ses frontières et de son contenu constituent dès lors, pour les journalistes se définissant au travers elle, un double enjeu :

  1. Faire de l’information sociale un domaine d’information digne d’être investi et de le constituer comme une catégorie établie et légitime d’appréciation de la réalité « journalistique » ;
  2. Définir plus précisément les contours de cette catégorie et travailler à en fixer les frontières et les limites. Ce travail de catégorisation se réalise dans un espace de concurrence constitué à la fois par les pairs (au sein de l’AJIS), les confrères (l’ensemble de la profession journalistique) et ceux (essentiellement les informateurs) pour qui cette catégorie représente également un enjeu.

L’information sociale comme principe d’existence

2En cherchant à faire de l’information sociale un domaine légitime d’intervention journalistique, les membres de l’AJIS doivent d’abord faire de cette catégorie une catégorie établie et reconnus hors et dans l’espace journalistique. Il leur faut alors mobiliser autour de ce domaine d’information un ensemble d’acteurs et d’objets permettant d’attester de son importance. Dans le contexte de reconnaissance de l’AJIS, cette mobilisation consiste à faire de l’information sociale un enjeu qui dépasse leur champ d’intervention. Il s’agit de mobiliser et d’enrôler dans différents espaces de la société des acteurs différenciés qui, en portant un « intérêt » à l’AJIS et plus largement à l’information sociale, lui permettent d’acquérir un degré de réalité.

  • 1 Voir par exemple les travaux de Bruno Latour, Les microbes. Guerre et Paix, Paris, A.-M. Métailié, (...)

3Cependant, le seul intérêt des journalistes sociaux pour cette catégorie ne peut suffire à faire du social une catégorie pertinente de description de la réalité. Pour qu’elle s’affirme en tant que telle et qu’elle réussisse à s’imposer comme allant de soi, elle doit aussi présenter pour des acteurs situés hors de l’espace journalistique un intérêt particulier. En ce sens, l’invention de l’information sociale se rapproche, en partie du moins, de certaines logiques de l’innovation scientifique telles que les tenants d’un programme fort en sociologie des sciences1 ont pu les définir en montrant notamment que la réussite d’une « découverte » scientifique tient moins à sa validité dans l’espace des débats savants qu’aux soutiens qu’elle trouve hors du champ scientifique. Les stratégies mises en œuvre par les membres de l’AJIS à sa création visent ainsi à constituer autour de l’information sociale un réseau d’alliés intéressés à ce domaine spécifique d’information. L’information sociale doit ainsi faire la preuve qu’elle constitue un intérêt digne d’être défendu au-delà même de l’espace journalistique.

  • 2 Ibid., p. 23.

4Ainsi les journalistes cherchent en mobilisant autour de ce type d’information un réseau d’alliés susceptibles d’être intéressés à son existence, il faut qu’en retour ces agents « s’en emparent pour leurs propres motifs2 » faisant eux aussi preuve de leur intérêt pour l’existence d’une information sociale distincte d’autres domaines.

Faire exister l’information sociale : des stratégies d’enrôlement

  • 3 Communiqué de presse du 30 avril 1967, archives privées Jean-Pierre Dumont cit.
  • 4 Ces êtres collectifs sont mobilisés à la fois de manière symbolique dans le bulletin (ils sont « l (...)
  • 5 Sur l’usage des « collectifs » dans le « grandissement » des causes, on se reportera à Luc Boltans (...)
  • 6 Les actes de ce colloque sont publiés sous la direction d’Henri Tincq et d’Édouard Boutros, L’info (...)
  • 7 Annuaire AJIS 1970, dans lequel sont résumés les travaux de ces journées.

5Dans la perspective de faire exister et reconnaître l’information sociale, les stratégies des membres de l’AJIS se déploient selon deux modalités : les unes concernent le fonctionnement routinier de l’association ; les autres s’inscrivent dans le cadre plus exceptionnel des manifestations mettant publiquement en scène l’association et ses membres. En premier lieu, l’association (i. e. essentiellement ses dirigeants) sollicite de multiples soutiens dont il est possible d’apprécier l’étendue en analysant, entre autres, les actions mises en œuvre au moment de sa création officielle. La constitution de l’AJIS s’accompagne ainsi d’une volonté de se faire connaître au-delà du cercle proprement journalistique. Rédaction d’un communiqué de presse3, envoi individualisé de lettres prévenant de la création de l’association constituent ainsi autant d’effets d’annonces performatifs. Le premier bulletin de l’association apprend ainsi que furent individuellement contactés : « Le ministère des Affaires sociales », « le Syndicat des journalistes du mouvement social », « l’Association des journalistes économiques et financiers », « la CGT », « FO », « la CFTC », « les principales organisations professionnelles, sociales ou familiales », « le BIT », « les ambassades (Sénégal, Niger) », « la CECA », « les syndicats soviétiques », « les syndicats états-uniens (l’AFL CIO) », « l’Unicef ». Divers tant dans leurs formes que dans leurs objets, les acteurs collectifs ainsi « convoqués4 » représentent autant de soutiens « potentiels » pour l’association lui permettant ainsi de souligner l’importance de l’information sociale qu’elle défend5. Ce domaine d’information n’est plus simplement l’affaire des journalistes ou des syndicalistes comme cela était le cas auparavant, mais concerne désormais, tant en France qu’au niveau international, des institutions, des organisations ayant elles aussi vocation à représenter de « grandes causes » et/ou l’intérêt commun. En second lieu, hors d’un contexte routinier, la mobilisation autour de l’information sociale s’opère lors de grandes manifestations visant à mettre en scène son importance. Créer l’événement autour de l’information sociale s’inscrit dans un registre bien spécifique : celui du colloque et des journées d’études. Symbolique, au sens où cette forme particulière de regroupement est largement associée au monde de l’université ou de l’expertise, l’usage de ces manifestations s’explique autant par le renouvellement partiel de la population composant l’association (parmi les premiers adhérents nombreux sont ceux qui ont suivi des études universitaires) que par une volonté affichée de rompre avec des pratiques antérieures basées sur les affinités entre les journalistes du mouvement social et leurs sources. L’étude de deux « événements » de ce type – les journées d’études sur l’information sociale de novembre 1969, ainsi que le colloque de mars 19746 – permet d’apprécier les logiques qui président à la reconnaissance de l’information sociale. Au-delà de leurs différences, ces deux « manifestations » constituent en effet des lieux privilégiés pour observer l’émergence des principes sur lesquels se fonde l’existence de l’information sociale. Il s’agit là encore de faire nombre et de mobiliser des alliés « importants », qu’ils soient des individualités représentantes d’institutions reconnues ou des entités plus abstraites comme le public ou l’opinion publique. Les manifestations de novembre 1969 et de mars 1974 sont en effet l’occasion pour les dirigeants de l’AJIS de réunir autour de l’information sociale non seulement des journalistes mais aussi des acteurs divers qui, plus encore que lors de la création de l’AJIS, attestent par leur présence physique et leurs interventions de la grandeur de la cause défendue par les journalistes sociaux. Les premières journées d’études organisées par l’AJIS eurent lieu le 28 et 29 novembre 1969 dans les salons de la Bourse, non plus du Travail cette fois-ci, mais du Commerce, rue Notre-Dame-des-Victoires. À cette manifestation, furent réunis des journalistes mais aussi, et c’est cela qui est sans cesse mis en avant par les organisateurs, « des spécialistes de l’information aux ministères, des organisations professionnelles, des associations et des centres de recherches » soit « une centaine de personnes » que les représentants de l’AJIS présentent comme entretenant « des contacts réguliers et qui peuvent contribuer au développement de l’information sociale7 ». Le compte rendu de cette manifestation, publié par les Échos, et conservé dans les « dossiers » d’archives privées de l’AJIS, montre et démontre la diversité des participants à cette réunion :

  • 8 Les Échos, 2 décembre 1969, archives privées cit.

« Participaient à ces travaux, écrit le rédacteur anonyme de l’article des Échos [et membre de l’AJIS ?] rapportant les journées de l’information sociale, une centaine de personnalités appartenant à des cabinets ministériels, directeurs ou chefs de services des administrations centrales, représentants des organisations patronales, syndicales, professionnelles et d’associations à vocation sociale et universitaire8. »

  • 9 Annuaire AJIS 1970.
  • 10 Ibid.
  • 11 Annuaire AJIS 1970.
  • 12 Comme le précise la présentation de l’ouvrage, Henri Tincq et Édouard Boutros (dir.), L’informatio (...)
  • 13 Soit respectivement pour la CGT, André Berteloot, secrétaire confédéral ; pour la CFDT, Albert Det (...)

6Les personnalités « recrutées » pour l’occasion semblent l’être pour la diversité de ce qu’elles représentent. Les pôles « intellectuel » et artistique sont ainsi mis en avant comme tels avec le professeur Marcel David, non pas présenté comme le militant de l’éducation ouvrière qu’il peut être par ailleurs mais simplement comme « directeur de l’Institut des sciences sociales du travail9 ». Robert Doisneau n’est pas de la même manière considéré par les membres de l’AJIS, au travers de sa proximité éventuelle avec le monde ouvrier ou populaire, mais comme un « simple » « photographe représentant de l’Association des reporters photographes10 ». Plus spécialisés, et pouvant apporter aux yeux des organisateurs de la manifestation une caution à la fois scientifique et institutionnelle à l’information sociale, sont aussi sollicités et mentionnés comme participant à la réunion différents directeurs de centres de recherches ou centres d’études, comme le Centre d’études pour l’organisation humaine des entreprises, le Centre d’études supérieures industrielles, le Bureau de recherche de l’action économique, le CERC (Centre d’études des revenus et des coûts), l’INED (Institut national des études démographiques) ou l’INSEE. Présents à titre de « dispensateurs d’information sociale11 », les représentants des ministères, des organisations syndicales de salariés et de patrons, des entreprises (comme la SNCF ou l’EDF), des organismes de retraites ou d’assurances sociales, sont eux aussi conviés et signalés comme participant – et cautionnant – les journées d’études. Moins détaillée qu’en 1969, la liste des participants au colloque de 1974 répond aux mêmes logiques. Le compte rendu publié « sous la direction du Centre national d’information pour le progrès économique12 » par Édouard Boutros, « économiste et sociologue », et Henri Tincq, « journaliste social à la Croix », assistés de Guy Caire, « professeur d’université », et Francis Meyer, « ingénieur principal à la SOFRES », place en avant les qualités « scientifiques » des intervenants mobilisés. Il souligne par ailleurs le poids de la mobilisation (le nombre des participants) ainsi que le pluralisme des intervenants (en l’occurrence syndicaux). Les contributions des cinq représentants des syndicats de salariés13 sont reproduites, ainsi que celles du représentant du CNPF. Aussi bien en 1969 qu’en 1974, la stratégie de l’AJIS pour contribuer à la reconnaissance de l’information sociale s’articule autour de deux axes.

  • 14 Robert Doisneau n’est pas seulement invité en tant qu’artiste, mais aussi comme le représentant d’ (...)
  • 15 Sur l’usage de l’expertise dans le processus de professionnalisation, on se reportera aux analyses (...)
  • 16 On rappellera ici que c’est le public de l’information sociale – grand public et organisations – q (...)
  • 17 À ce titre Patrick Pharo (« Agir dans l’espace public », art. cit., p. 401) souligne que « toute a (...)
  • 18 Annuaire AJIS 1970.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.
  • 22 Henri Tincq et Édouard Boutros (dir.), L’information sociale et ses publics, op. cit.
  • 23 La première élection présidentielle au suffrage universel direct en 1965 est communément présentée (...)

7Le premier renvoie à la mobilisation d’acteurs incarnant des collectifs14 ayant pour certains vocation à représenter le plus grand nombre – comme les syndicalistes – et pour d’autres des institutions établies, l’État pour les ministères ou le secteur économique pour les grandes entreprises. Le groupe mis en scène lors des différentes réunions a ainsi vocation à montrer la multiplicité et la diversité des soutiens qu’il reçoit. Ce sont alors des représentants, et au travers eux ce et ceux qu’ils représentent, qui sont intéressés dans ce colloque par l’information sociale. Le second axe quant à lui vise à inscrire l’information sociale dans le registre de la science ou du moins de l’expertise15, comme le souligne la « convocation » de « l’université » ou de « la recherche ». Ces secteurs offrent de plus une mise en forme préconstituée d’un domaine social pensé sous un angle voulu comme non polémique et/ou politique. Ces deux types de mobilisation renvoient aux rapports de force noués au sein de l’association. D’un côté l’information sociale revêt une dimension « militante » (au service de certaines catégories dont les représentants – syndicaux notamment – sont présents), de l’autre elle se place du côté de l’expertise dont certains journalistes sociaux parmi les plus jeunes et les plus diplômés sont porteurs. L’universalisation de l’information sociale autour de ces deux axes (intérêt général et expertise) passe aussi par la convocation d’une figure plus abstraite : celle du public. En effet, au-delà du recours aux institutions, l’importance de l’information sociale est particulièrement soulignée lors des deux réunions par une valorisation du public et de l’opinion publique16. La polysémie de la référence au « public » permet la rencontre dans la mobilisation de cette figure collective, des logiques qui caractérisent les deux modèles de légitimité du journaliste social. Le public renvoie à la fois à « l’opinion publique », figure familière aux « militants17 », et à l’opinion du public des consommateurs d’information, figure centrale du journaliste « expert » et « gestionnaire ». Les deux manifestations de 1969 et de 1974 ont ainsi pour point commun de s’appuyer sur un sondage d’opinion dont l’un – celui de 1974 – a été spécifiquement commandé pour l’occasion. L’intérêt qu’éprouvent ces journalistes pour cet instrument réfère à sa dualité : instrument politique de mesure de l’opinion et technique experte de mesure de l’audience, il se situe à la confluence de deux rationalités qui coexistent au sein du groupe des rédacteurs de l’information sociale. Instrument scientifique surtout, il fonde « objectivement » la légitimité des spécialistes de l’information sociale quel que soit le mode sur lequel ils la construisent. En 1969, Roland Sadoun, directeur général de l’IFOP, est ainsi chargé de rendre compte du « marché de l’information sociale18 ». S’appuyant sur les résultats de « quinze à vingt ans » d’enquêtes et sur « les trente derniers sondages19 » portant sur « le problème le plus important à l’heure actuelle20 », il souligne ainsi – « chiffres à l’appui »– « l’immensité des besoins d’information sociale21 » du grand public. Ces sondages sont évoqués par différents intervenants, notamment les journalistes qui en usent pour justifier de l’importance du domaine d’information qu’ils couvrent et pour lequel ils se mobilisent. Présent en 1969 de manière quelque peu distanciée, le sondage (et l’opinion qu’il produit) est au centre du dispositif de légitimation et de reconnaissance de l’information sociale mis en place en 1974. Ce ne sont plus en effet les sondages de « seconde main » qui sont convoqués, mais un sondage réalisé spécialement pour le colloque par la SOFRES qui est présenté. Objet de la première partie de l’ouvrage22 consacrée au colloque, la présentation de l’enquête réalisée « dans les formes » par Guy Caire est résolument tournée vers l’aspect le plus scientifique de l’instrument. Soulignant dans une longue introduction les limites de l’enquête (notamment sur « la formulation des questions »), Guy Caire semble ainsi prévenir des critiques à venir et sa connaissance des règles du jeu des sondages ainsi exposés confère à son discours et à son analyse un poids « scientifique » d’autant plus important23. Les résultats du sondage et son interprétation attestent dès lors de l’importance de l’information sociale pour le public et confortent – au-delà même des appréciations qualitatives sur le traitement du social dans les médias – la place et le rôle des journalistes qui en ont la charge. Si l’opinion publique dans sa forme « sondagière » est au centre du dispositif visant à justifier la place et l’importance de l’information sociale dans l’espace médiatique, le public est lui aussi évoqué au-delà de sa forme statistique. Il est ainsi l’élément principal sur lequel les journalistes s’appuient pour rendre compte de leur position et de leur rôle dans la société.

  • 24 Annuaire AJIS 1970.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.
  • 27 Henri Tincq et Édouard Boutros (dir.), L’information sociale et ses publics, op. cit.

8« L’information sociale doit être pédagogique24 » explique ainsi Max Rolland aux journées d’études de 1969. « Le premier fait qui nous a paru évident, c’est le besoin d’information sociale25 » écrit Joanine Roy dans les premières lignes de son rapport de synthèse. Ce besoin « des gens » est selon elle « nettement établi26 ». « Le journaliste doit non seulement informer ses lecteurs des problèmes qui l’intéressent, mais aussi les alerter sur des questions jugées importantes et porteuses d’avenir… il est encourageant de constater que nos lecteurs et nos auditeurs réclament plus de social » mentionne Jacques De Nobili dans sa préface de l’édition du colloque de 197427.

9Omniprésent, sans cesse évoqué, le « public », quelle que soit sa forme, est mobilisé. Il représente ainsi un allié de premier ordre pour les journalistes, ayant d’autant plus de poids qu’il est aussi au centre des « préoccupations » de ceux qui sont sollicités et soutiennent l’AJIS.

Des « alliés intéressés » : communiquer sur le social

  • 28 Toutes choses étant différentes par ailleurs, on peut ici penser à « l’échec » de l’introduction e (...)
  • 29 Bruno Latour, Les microbes, op. cit., p. 25 sqq.
  • 30 Erik Neveu (Une société de communication ?, op. cit., p. 37 sqq.) considère les années soixante co (...)

10Si pouvoir réunir dans un même lieu, autour de l’information sociale, une centaine d’individus eux-mêmes professionnels de la représentation, est à soi seul une démonstration de l’importance de la cause que l’on défend, recevoir de ceux que l’on mobilise des soutiens explicites participe de la reconnaissance de ce sur quoi l’on s’engage. L’entreprise de mobilisation n’est d’ailleurs « réussie » que lorsque ceux qui la mènent reçoivent, de ceux qu’ils cherchent à mobiliser effectivement, des soutiens plus ou moins formels ou « volontaires ». L’échec de certaines causes28, leur incapacité à se constituer comme telles peut s’expliquer par les propriétés objectives de ceux qui les mettent en œuvre. Il peut aussi se comprendre au regard de l’intérêt qu’elles présentent ou ne présentent pas pour des acteurs occupant dans l’espace social des positions diversifiées. La « rencontre » entre les hygiénistes et les pasteuriens et leurs intérêts « convergents » pour les microbes, étudiée par Bruno Latour29, illustre parfaitement ce mécanisme. Si l’information sociale, telle que cherchent à l’imposer les journalistes de l’AJIS, « a tant de succès » (sa capacité à rassembler autour d’elle de nombreux agents représentants des collectifs par exemple), c’est parce qu’à côté d’une mobilisation proprement journalistique, elle est aussi pour d’autres acteurs un enjeu que traduit notamment l’intérêt croissant de certaines institutions pour la « communication » dans le domaine social. La « société de “communication” » étudiée par Erik Neveu30 touche à la fin des années soixante de plus en plus de secteurs intéressant un nombre croissant d’agents. Cet intérêt pour la communication se manifeste par exemple au niveau des entreprises, comme le souligne Antoine Pierre Mariano, rédacteur en chef au Figaro :

  • 31 Pierre Antoine Mariano, Table ronde, in Marc Martin (dir.), Histoire et médias. Journalisme et jou (...)

« Il y a eu un éclatement du volume de l’information économique en fonction de la conjoncture économique, mais également en fonction de l’évolution de toutes les sources d’information qui se sont mises à parler d’elles. Un souvenir précis : en 1963-1964, dans le Figaro, nous ne citions pas un nom d’entreprise. […] La plupart des entreprises, à commencer par les banques, n’avaient pas de service de presse. Je me souviens de 1967 ou le Crédit Lyonnais cherchait à recruter un attaché de presse. Le service de communication du Crédit Lyonnais doit être aujourd’hui d’une vingtaine de personnes. Je pourrais aussi évoquer de multiples autres sociétés comme Peugeot31. »

  • 32 Henri Weber, Le parti des patrons. Le CNPF 1946-1990, Paris, Seuil, coll. « Points Politiques », 1 (...)
  • 33 Ibid., p. 287.
  • 34 Ibid., p. 317.
  • 35 Ibid., p. 419.
  • 36 Entretien journaliste/fondateur de l’AJIS, quotidien national.
  • 37 Sur l’histoire de l’intrumentalisation des relations entre la presse et le monde politique, on se (...)
  • 38 Un journaliste de Liaisons sociales explique ainsi que le mouvement d’ouverture initié par l’AJIS (...)
  • 39 Ces analyses reprennent en partie les points développés dans notre article, Sandrine Lévêque, « La (...)
  • 40 Cette sous-chemise contient une invitation cartonnée, une liste manuscrite de noms de journalistes (...)
  • 41 Seules semblent être conservées les invitations (et quelques dossiers de presse) précisant la date (...)
  • 42 Même si sa création est plus ancienne et fut envisagée à la CFDT à partir de 1967. Voir sur ce poi (...)
  • 43 Une consultation des dossiers de presse de la FNSP pour la période 1958-1968 nous permet de conclu (...)
  • 44 André Passeron, dans un article du Monde du 12 décembre 1991, attribue l’introduction des conféren (...)
  • 45 Rapport non publié qui précise que « la confédération à tenu quatre conférences de presse en 1963 (...)
  • 46 Voir sur ce point le compte rendu sténographié du 41e Congrès confédéral FO qui reprend en 1964 le (...)
  • 47 Denis Barbet, « Les interprétations syndicales de mai-juin 1968 », art. cit.
  • 48 Ibid.
  • 49 Ibid.
  • 50 R. Telliez, rapporteur de la Commission de la presse.
  • 51 Selon nos recoupements avec les archives de la CGT et de la CFDT, un service de presse structuré e (...)

11De la même manière, à cette époque et à l’occasion de la réforme de ses statuts (en octobre 1969), se met en place au sein du CNPF ce qu’Henri Weber32 désigne comme la « troisième grande commission du CNPF » (i. e. à côté des commissions « économique » et « sociale »), « la Direction générale de l’information ». Sa création est considérée par l’auteur du Parti des patrons comme « l’innovation institutionnelle de loin la plus lourde de conséquences33 » pour l’organisation patronale et comme « une révolution médiatique ». Michel Frois placé à la tête de ce service et chargé de le mettre en place est ainsi considéré par Henri Weber comme le troisième et l’un des principaux, avec Ambroise Roux et François Ceyrac, acteur de « l’aggiornamento patronal » de la fin des années soixante. La communication par le biais du service de presse et de son chef sera ensuite considérée comme composante et un facteur essentiel des transformations et des stratégies organisationnelles du CNPF (arrivée de Ceyrac à la tête de l’organisation34, lancement de la bataille des charges35 ou la crise de l’organisation en 1986). Le parcours social et professionnel des agents qui composent à l’origine le service de presse du CNPF est analysé par H. Weber comme le produit d’une volonté consciente et affirmée de lier des contacts entre les journalistes et les dirigeants de l’organisation patronale, grâce à l’intermédiaire de collaborateurs « ressemblant » aux journalistes (jeunes, diplômés de science po ou des universités par exemple). L’arrivée au CNPF d’agents « professionnels » de la communication (Michel Frois est lui-même présenté comme tel, et non « militant ») peut surtout être rapportée à l’évolution globale que connaissent les organisations que nous avons observées. La communication apparaît ainsi pour des agents diplômés un domaine suffisamment nouveau et vierge de tout investissement pour constituer un registre possible d’action. La mise en place du service de presse au CNPF sera d’ailleurs favorablement ressentie, sans être explicitement mentionnée, par les journalistes qui situent à cette époque le « réchauffement » de leurs relations avec l’organisation patronale. C’est aussi à partir de ce moment que les journalistes sociaux abandonnent selon leurs témoignages « les visites des douches et des cantines des entreprises pour avoir enfin accès à l’entreprise elle-même36 ». Cependant le CNPF ne peut pas être encore considéré à l’époque comme un interlocuteur privilégié des membres de l’AJIS qui concentrent leur attention sur les organisations syndicales de salariés et sur les sources ministérielles qui, à des degrés différents, commencent elles aussi à se doter de structures de communication. L’information sociale devient ainsi au tournant des années soixante-dix un véritable enjeu au sein des centrales syndicales. Les confédérations s’intéressent de plus en plus à la presse ; on est loin du modèle décrit pour le début du siècle d’organisations radicalement hostiles à une presse considérée comme porteuse des intérêts de la bourgeoisie. Déjà présente dans d’autres espaces – l’espace politique notamment37 – mais aussi dans d’autres segments de l’espace journalistique38, l’instrumentalisation des relations entre les journalistes et les syndicalistes prend en effet à cette époque un nouvel essor. Un indice de cet intérêt des centrales syndicales pour la presse et ce qu’elle représente est la mise en place de dispositifs particuliers visant à établir des relations entre les journalistes et les membres dirigeants des confédérations39. La consultation des archives à la CGT, à la CFDT et l’accès à certains documents produits par la CGT-FO permettent ainsi de dater leur introduction aux environs des années soixante-cinq/soixante-dix. C’est en effet pour la CGT, le 4 décembre 1968, que les archivistes ouvrent pour la première fois une « sous-chemise » rassemblant un ensemble d’objets40 ayant contribué à la mise en place des premières conférences de presse syndicale. À la CFDT, bien que les conférences de presse ne fassent pas l’objet d’un archivage spécifique41, elles n’apparaissent comme dispositif formalisé qu’avec la mise en place d’un service de presse spécialisé, dont les premières archives datent de l’année 196942. Cet archivage, s’il ne peut être considéré comme le seul indice de leur mise en place dans le monde syndical (certaines d’entre elles furent organisées à la CGT avant le mois de décembre 196843), permet cependant de saisir l’importance que prend ce dispositif dans l’action syndicale. Déjà routinisée dans l’univers politique de l’époque44, la conférence de presse s’institutionnalise alors, complétant le répertoire classique dont disposaient jusqu’alors les membres des grandes confédérations. C’est ainsi qu’avant cette période les conférences de presse sont considérées par les syndicalistes comme si exceptionnelles qu’elles font l’objet, par exemple, d’un rapport du Comité confédéral FO de 196445, ou sont mentionnées dans le compte rendu écrit du 41 e Congrès confédéral de ce même syndicat46. Mais l’usage de la conférence de presse s’accompagne aussi de la création, au sein des principales confédérations, d’autres dispositifs plus généraux et pouvant eux aussi s’analyser comme des indices de l’intérêt du monde syndical pour la presse. La période soixante-cinq/soixante-dix est ainsi marquée dans les organisations syndicales par un double mouvement. Le premier peut s’analyser comme l’indice d’une appréhension nouvelle des médias, le second comme une volonté affirmée de contrôle et de « formatage » de la parole syndicale, qui dans l’après mai 1968 prend tout son sens. Denis Barbet47 souligne « les divergences internes48 » à chaque confédération. Il note ainsi que « pour schématiser il y a certainement plus de désaccords entre le secrétaire général de la CFDT, et certains de ses camarades trotskistes, qu’entre lui-même et le dirigeant de la CGT49 ». On pourrait ainsi interpréter la mise en place d’un instrument formalisé de communication, telle que la conférence de presse, comme un moyen pour les dirigeants syndicaux de canaliser l’information émanant de leur organisation. Premier indice du phénomène, la présentation (« pour la première fois à un congrès confédéral50 ») à Vitry-sur-Seine en novembre 196951 de deux résolutions distinctes : l’une sur la propagande, l’autre sur la presse, alors qu’auparavant les deux « problèmes » étaient examinés au sein d’une seule et même commission. Si la résolution « presse » concerne essentiellement le développement et le renforcement de la presse syndicale, la résolution propagande « recommande » quant à elle :

« 1° La mise en place dans chaque direction syndicale d’un responsable de la propagande […] chargé (entre autres) de la publication d’articles ou d’interviews dans la presse d’information nationale, régionale ou locale et du recensement des initiatives possibles et de l’organisation de l’intervention syndicale dans tous les autres domaines de propagande (radios, télévision, films, etc.) […].
2° La mise en place de commissions de propagande […].
3° Organisation de journées d’étude sur la bataille des idées, le rôle et le contenu de la propagande de la diffusion de la presse CGT ainsi que l’aide à la création et au développement des journaux d’entreprise.
4° Enfin la propagande syndicale ne peut être détachée des efforts nécessaires en matière d’éducation syndicale et de perfectionnement des militants. »

  • 52 Colloque CFDT, « La CFDT et l’information », 36 e Congrès confédéral, Nantes, 30 mai-3 juin 1973, (...)
  • 53 Si nous n’avons pu vérifier le parcours « militant » de l’ensemble de ceux qui ont occupé dans les (...)
  • 54 Souligné dans le texte de la résolution.

12Comme en témoigne cet extrait de résolution, la presse ou les médias en général deviennent pour l’organisation syndicale un public « possible » et même nécessaire. À ce titre on signalera les réflexions engagées au début des années soixante-dix par la CFDT qui organise sur le thème de l’information un colloque52. Cette période est de plus marquée par la création, au sein des grandes confédérations, d’un service de relations extérieures, ou « service de presse », confié à des syndicalistes dont certains, tel François Perrignon, ancien journaliste à Syndicalisme Hebdo, entretient avant cette nouvelle affectation, un rapport étroit avec le métier journalistique53. Certains extraits de la résolution « propagande » (de la CFDT) soulignent aussi « les réticences de certaines forces syndicales (et politiques) qui hésitent à engager résolument la lutte contre les monopoles » et « les difficultés nouvelles résultant de l’action des groupes gauchistes […] [et] préconisent que la propagande [soit] une tâche de direction syndicale54 ». De même à la CFDT, les propositions prévoyant la création d’un service de presse précisent que celui-ci devra être « souple et structuré » mais aussi centralisé. Indiquant les modalités pratiques de la mise en place du service de presse, ce texte précise :

  • 55 Proposition pour la création d’un service de presse à la CFDT, documentation interne, janvier 1967 (...)

« Toute demande de renseignements passera par le service de presse qui répercutera ou non, ce qui implique une connaissance des activités confédérales [que] les documents, invitations, etc., seront centralisés au service de presse. Les réactions seront suscitées et transmises par lui. Les fédérations confieront l’information, avec droit de contrôle évidemment au service de presse55. »

  • 56 Ce sont les secrétaires généraux des syndicats qui interviennent sur l’information sociale lors du (...)

13Les services de presse sont d’ailleurs rattachés dès leur création et jusqu’à aujourd’hui au secrétariat général des confédérations. Ces conditions de fonctionnement, telles qu’elles sont définies, montrent l’enjeu que représente pour l’organisation la diffusion vers les médias de son information et de son image. On assiste à une mobilisation syndicale spécifique autour de la presse qui devient ainsi pour certains membres des organisations syndicales un objet digne d’être investi. On rappellera en ce sens la présence, tant aux journées de l’information sociale en 1969 qu’au colloque de 1974, de représentants, de dirigeants même56, du syndicalisme français.

  • 57 Sandrine Lévêque, « L’invention de la communication : la mise en place d’un Service d’information (...)
  • 58 On remarquera à titre indicatif qu’en 1954, le président du conseil Joseph Lainiel disposait dans (...)
  • 59 Nous avons dépouillé le Bottin administratif à raison d’un an sur deux sur une période s’étendant (...)
  • 60 On peut à ce titre souligner que l’information sociale sera aussi, hors de l’espace journalistique (...)

14L’intérêt pour ce qu’on ne désigne pas encore sous le terme de « communication » n’est pas propre aux confédérations syndicales de salariés. La création au sein des ministères sociaux de services chargés de gérer les relations avec la presse peut être analysée dans le même sens. Comme pour les centrales syndicales, « l’invention » de la « communication »57 dans les ministères sociaux – et plus particulièrement au ministère des Affaires sociales – est un phénomène relativement récent. Cependant, l’intérêt que des acteurs gouvernementaux portent aux relations qu’ils se doivent d’entretenir avec la presse est plus ancien. Le fait d’avoir des relations suivies et régulières avec les médias n’est pas le fruit d’une décision précise mais le produit d’un intérêt croissant au sein des instances gouvernementales58 pour ce qu’on ne désigne pas à l’époque comme la « communication ». Là encore, comme pour les organisations syndicales, la mise en place de structures organisationnelles spécifiques – services de presse par exemple – permet d’appréhender ce phénomène. Appréciée d’un simple point de vue organisationnel – par le biais du dépouillement du bottin administratif59 – la mise en place d’un service, dont l’intitulé renvoie à une activité de « relations avec la presse » ou « d’information », date dans les ministères sociaux des débuts de la V e République. En 1958, est ainsi formellement créé, au ministère de la Santé et de la Population dirigé alors par M. Félix Houphoët Boigny, un « bureau de la presse et des grandes œuvres de secours ». Il est à cette époque directement rattaché au cabinet du ministre. Il perdure jusqu’en 1965, époque à laquelle, changeant d’intitulé (il devient « bureau de l’information, de la presse et des œuvres »), il partage selon les textes, son activité entre « les rapports avec la presse, la radio, la télévision, l’établissement des revues de presse et de notes d’information » et « le contrôle et la coordination des œuvres privées de secours ». La spécialisation n’est donc pas effective à cette date. En effet, la division du travail entre les « relations presse » et la « gestion des œuvres privées » n’est pas explicite. Trois fonctionnaires « seulement » partagent d’ailleurs ces deux tâches indifférenciées. La suppression de la charge des œuvres privées dévolues à ce bureau ne devient effective qu’en 1970 lors du dédoublement du service de presse au ministère du Travail et de l’Emploi, dirigé par Joseph Fontanet. Il subsiste au ministère de la Santé publique et de la Sécurité sociale un bureau de la presse et des œuvres, alors que sont transférés au ministère du Travail et de l’Emploi les trois fonctionnaires qui exerçaient auparavant avenue de Ségur. Le bureau du ministère de la Santé revient quant à lui à une seule personne. Cependant, alors que le ministère se dote d’un embryon de service de presse, aucun des ministres sociaux ne dispose dans son cabinet d’attaché de presse ou d’une personne chargée directement des relations avec la presse. Joanine Roy, journaliste au Monde, membre du comité fondateur de l’AJIS, est certes membre du cabinet de Paul Bacon en 1954, mais non pas au titre de « chargée des relations avec la presse » mais à celui « d’attachée de cabinet », sans qu’aucune attribution particulière ne précise ce titre. L’arrivée d’une attachée de presse dans un ministère social – celui de la Solidarité nationale dirigé par Nicole Questiaux – ne sera effective qu’avec l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981. L’hypothèse peut ici être avancée que l’alternance a permis l’arrivée dans les sphères du pouvoir d’agents dotés de nouvelles ressources politiques parmi lesquelles une « compétence » en matière de communication. Même si les ministères sociaux font une entrée tardive dans « la société de communication », on décèle au travers de la création au ministère du Travail, d’un service de l’information et de la presse, l’amorce d’une structuration des relations qui se nouent entre la presse et les membres des ministères. L’accueil de l’AJIS dans les locaux du ministère du Travail, les rencontres régulières organisées entre les journalistes de l’association et les ministres concernés (Les jeudis de l’AJIS) traduisent (autant qu’ils sont rendus possibles) cette « nouvelle » préoccupation ministérielle. L’information – ici sociale – présente un intérêt pour de nombreux acteurs60 qui, s’ils y mettent un contenu et des objets parfois différents, s’accordent sur l’importance de l’enjeu qu’elle représente. La définition de ce domaine d’information, la délimitation de ses contours et de son contenu, ne peut dès lors s’appréhender qu’au travers l’étude des interactions existantes entre des acteurs appartenant à ces différents espaces de la société.

Définir l’information sociale

  • 61 Philip Schlesinger, « Repenser la sociologie du journalisme. Les stratégies de la source d’informa (...)
  • 62 Ibid.
  • 63 Ibid.

15Dégager l’existence d’un intérêt journalistique et extra-journalistique pour l’information sociale permet d’aborder de manière plus précise les principes à l’œuvre dans la définition de ce que recouvre au tournant des années soixante-dix pour les journalistes, l’information sociale. Le travail engagé à titre collectif par l’AJIS dans la représentation du groupe, ses transformations morphologiques et les tensions qui en découlent, impliquent un questionnement sur les objets, les faits ou les événements qu’il convient pour les journalistes sociaux d’inclure durablement dans leur rubrique. Ce travail de définition s’insère cependant dans un cadre plus large, celui des interactions entre une définition journalistique du social et des définitions concurrentes (mais aussi, et surtout, complémentaires) produites hors des instances proprement journalistiques. Philip Schlesinger61, proposant de « repenser la sociologie des journalistes62 », invite ainsi à s’interroger sur « les stratégies de la source d’information63 » en déplaçant le regard du monde journalistique vers le monde de leurs informateurs privilégiés. Cette perspective permet dès lors de mieux comprendre les processus de sélection et de construction journalistique de la réalité. Objet de réflexion journalistique, les contours de l’information sociale (les faits et les événements qui s’y rattachent) peuvent ainsi être analysés comme le produit des interactions entre les journalistes et leurs interlocuteurs « légitimes », c’est-à-dire considérés par eux comme tels. Le traitement de l’information sociale et les controverses qu’il suscite est une composante essentielle de la définition du social et de sa spécificité. En saisissant les représentations partagées des journalistes et de leurs sources – qui à cette époque sont essentiellement constituées des organisations syndicales –, il est possible de déterminer les fondements d’une spécificité du social tel qu’il est appréhendé et construit dans l’espace journalistique.

Les contours de l’information sociale : pratiques journalistiques et rapport aux sources

16Définir les frontières de l’information sociale est au centre des préoccupations des fondateurs de l’AJIS. S’intéresser aux processus de catégorisation des faits opérée par les journalistes doit alors éviter un double écueil : celui de reprendre à notre propre compte les préoccupations des acteurs et celui inverse, d’ignorer leurs interrogations spécifiques en les considérant comme le simple produit de stratégies visant à « annexer » tels ou tels faits pour s’en assurer le monopole du traitement. La fabrication des faits sociaux doit être étudiée en tenant compte d’une part des ressources dont les journalistes disposent à un moment dans la lutte pour une définition du social, et d’autre part des contraintes dans lesquelles cette lutte s’insère. Cependant, au-delà des interrogations proprement journalistiques sur les frontières du social, il convient de rechercher dans les actions et dans les prises de position individuelles ou collectives des journalistes qui composent l’AJIS, les éléments permettant de cerner ce travail de délimitation, de catégorisation des faits, en faits sociaux. On est dès lors en mesure de déterminer le champ des possibles d’une définition proprement journalistique du social.

  • 64 Rapport de la Commission sur l’information sociale, AG du 30 mars 1968, archives privées cit.
  • 65 Ibid.
  • 66 Annuaire AJIS 1970.
  • 67 Questionnaire AJIS 1969.
  • 68 Produites par les membres de l’AJIS, elles évoquent en effet l’information sociale comme un tout.
  • 69 Réponses aux questionnaires AJIS 1969.

17La question des frontières du social constitue pour les journalistes qui s’engagent à l’AJIS au moment de sa création une préoccupation prioritaire. L’association s’est fondée, on l’a dit, sur le principe de la défense de la rubrique sociale et cette dernière « doit » de ce point de vue être explicitement délimitée afin d’acquérir, dans l’espace de concurrence qu’est l’espace journalistique, une place qui lui est propre. Ce travail de catégorisation est mis en avant dans les premières productions de l’association et s’apparente à une véritable tentative de (re)définition des contours de la rubrique dans une perspective visant surtout à son élargissement, ou pour le dire autrement d’inclusion dans la rubrique d’éléments de la réalité qui en était jusqu’alors exclus. Ce travail de redéfinition de la rubrique sociale permet du même coup au journaliste qui s’y emploie un (re)positionnement dans la rédaction à laquelle il appartient en affirmant notamment sa propre position à l’égard d’autres spécialités établies telles que « la politique » et surtout « l’économie ». Les journalistes sociaux mobilisés n’auront cesse de déplorer le caractère par trop restrictif de leur rubrique et de « revendiquer » le monopole du traitement de certaines informations. Les travaux de la commission sur l’information sociale créée à l’origine de l’association soulignent ainsi par la voix de son rapporteur Michel-Pierre Hamelet, journaliste au Figaro, « le caractère trop restrictif de l’information sociale dans la plupart des publications64 ». « Les frontières entre le social, l’économie et le politique sont très mouvantes et ces différents domaines s’interpénètrent. La tâche du journaliste social est donc très complexe et il faut la définir par rapport à celle de son confrère de l’information économique65 » poursuit-il dans le résumé du rapport de l’assemblée générale du 30 mars 1968. Un an plus tard, Max Rolland, dans son rapport d’orientation produit pour l’assemblée générale de 1969, met ainsi à l’actif de l’association « le brillant démarrage de la commission du colloque », associant « les journées d’études en préparation » (celles de novembre 1969) et la « raison d’être de l’association ». De la même manière, les journées d’études débutent sur « la nature de l’information sociale » et les intervenants déplorent dans un premier temps le fait que « l’information sociale se traduit dans les faits comme le prolongement de tel ou tel secteur (politique, économique, faits divers)66 ». Il existe ainsi au sein de l’AJIS et parmi les journalistes qui la composent un véritable questionnement sur les limites du social et sur les objets qui doivent s’y rattacher. Cependant ces questions semblent dans les faits largement limitées. Elles sont notamment encadrées par ce que sont les journalistes sociaux, par leurs trajectoires spécifiques et donc par ce qu’il est pour eux pensable d’associer (ou non) au social. Le questionnaire lancé en 1969 par l’AJIS est à ce titre révélateur. Le social va de soi pour les journalistes interrogés, au point parfois de se suffire à lui-même lorsqu’on en demande une définition. À la question : Quels secteurs d’information sociale couvrez-vous ?67, des réponses comme « tout », « tous les secteurs », « l’ensemble des secteurs sociaux », « toute l’information sociale » sont ainsi produites sans qu’il y soit nécessaire pour les journalistes interrogés de préciser ce qu’est le social. On remarque par ailleurs que ces questions dans leur formulation68 renforcent la cohésion autour d’une définition « allant de soi » et partagée du social. Pourtant, cette remarque peut être nuancée lorsque, détaillées, les réponses des journalistes69 associent au social des objets spécifiques concernant essentiellement les relations professionnelles et les hommes au travail :

1. Activités syndicales, problème du travail, questions familiales (journaliste ORTF).
2. Tout ce qui touche au droit social, droit du travail + sécurité sociale au sens large (journaliste aux Liaisons sociales).
3. Toute l’information sociale, vie syndicale-relations industrielles, législation sociale, aspects économiques, sécurité sociale (journaliste au Monde).
4. L’information syndicale et les problèmes humains au travail (journaliste aux Liaisons sociales).
5. Syndicats, sécurité sociale, médecins, enseignants, étudiants, ministères des Affaires sociales (journaliste au Parisien).
6. Travail, démographie, santé, sociologie (journaliste à l’Usine nouvelle).
7. Sécurité sociale, problème de l’emploi, syndicat (journaliste aux Cahiers de l’information religieuse).
8. Droit du travail, sécurité sociale, mutualité sociale agricole (journaliste à la Quinzaine sociale [Dictionnaire permanent social]).
9. Tous sauf ceux qui sont juridiques et culturels et plus particulièrement sécurité sociale, organisation syndicale, action syndicale (journaliste à la Vie ouvrière).

18Les relations de travail semblent ainsi au cœur de la conception que les journalistes se font du social. Elles sont cependant appréhendées ici à travers différentes institutions : organisations syndicales, droit, famille, organismes officiels (Sécurité sociale par exemple). Cette représentation du social n’est pas sur ce point tellement différente de celle historiquement construite dans la première partie du XXe siècle et s’explique par le poids encore très important des journalistes militants dans l’association.

  • 70 Jean-Pierre Dumont, Les conditions de travail à travers l’information sociale donnée par un journa (...)
  • 71 Jean-Pierre Dumont a travaillé au Monde à partir de 1969. Les articles produits avant 1969 le fure (...)
  • 72 Jean-Pierre Dumont, Comment trouver votre premier emploi de cadre ?, Paris, Cercle du livre économ (...)
  • 73 En tant que représentant de l’UNAF, Jean Vellard propose que « l’information sociale » ne soit pas (...)

19Cette même vision du social structure aussi la thèse sur travaux que Jean-Pierre Dumont70, président de l’AJIS, présente en 1975 en vue de l’obtention du doctorat d’économie à l’université de Paris II. Offrant un large panorama des productions d’un journaliste social (la thèse est composée des articles écrits par Jean-Pierre Dumont entre 1965 et 1974 dans différents journaux), elle permet à titre d’exemple de cerner les sujets de « prédilection » d’un journaliste travaillant principalement pour un organe de presse généraliste (en l’occurrence Le Monde71). Si les deux cent quarante-sept articles produits dans la thèse ainsi que les deux ouvrages72 (qui forment les tomes 4 et 5 de la thèse) ne représentent pas forcément l’intégralité des travaux de ce journaliste, la présentation et la sélection qui ont été retenues par l’auteur renseignent cependant sur l’image qu’il entend donner de son activité et par là même de l’information sociale. Les articles sont en effet regroupés autour de six thèmes concernant eux aussi le monde du travail. C’est ainsi que le sommaire de la thèse se décline autour d’articles portant sur « les cadres » (tome 1), « l’emploi », « la sécurité sociale » (tome 2), « les conditions de travail à travers les conflits », « les conditions de travail » (tome 3). Les deux ouvrages traitent quant à eux, pour l’un d’une information pratique concernant la recherche d’emploi (un guide pour le premier emploi des cadres), pour l’autre des ouvriers spécialisés (« la fin des OS »). Pourtant, au-delà de cette vision partagée de ce qui est ou non social, il est possible d’opérer certaines distinctions relatives à la position « éditoriale » des journalistes concernés. Le type de publication, sa vocation et sa destination (le public auquel il est censé s’adresser) semblent intériorisés par les journalistes. Ainsi, le fait de travailler pour un organe spécialisé ou grand public, juridique ou généraliste selon les classifications partagées fait partie intégrante du dispositif justifiant l’intérêt porté à tel ou tel sujet. Cette position explique aussi le mode de classement des objets qui sont ou non inclus dans les représentations que chaque journaliste se fait du social. Elle renvoie en partie à la trajectoire professionnelle de ceux qui la détiennent, bien qu’il soit difficile sur ce point d’établir une stricte corrélation entre les positions éditoriales (appartenir ou non à la grande presse, à la presse syndicale ou à la presse juridique) et le parcours social des journalistes concernés. En effet, le modèle du journaliste engagé se retrouve ainsi aussi bien dans la presse juridique (type Liaisons sociales qui fut considéré par certains de nos interlocuteurs comme un véritable « repère » de « trotskistes ») que dans la presse militante ou syndicale (« je suis devenu journaliste par mon militantisme »). De la même manière, être diplômé et « technicien » n’exclut pas, on l’a vu, d’appartenir à la presse syndicale. Il existe des journalistes « militants » dans la grande presse et dans la presse spécialisée. Cependant, le lien qui s’établit « naturellement » dans les discours entre les objets du social et le type de publication repose essentiellement sur les représentations que les journalistes se font des thèmes intéressants ou censés intéresser le média qui les emploie (et le public auquel il est destiné). « La mutualité sociale agricole » apparaît ainsi, pour un journaliste du Dictionnaire permanent social, comme intégrée à sa rubrique. De même, aux journées d’études sur l’information sociale, le représentant de la publication de l’UNAF défend une information sociale qui tient compte des questions familiales et non pas uniquement de « questions professionnelles73 », entérinant du même coup la représentation dominante du social/syndical. Une vision juridique tournée vers le droit du travail est dans le même sens privilégiée par des journalistes appartenant à la presse technique. Ces représentations particulières sont cependant marginales et l’essentiel du social journalistique, tel qu’il ressort d’une analyse des définitions spontanément produites par les journalistes, reste tourné vers les questions relatives aux relations professionnelles et au monde du travail. Au-delà de cette vision partagée, de ce quasi-consensus sur les objets étiquetés sociaux, l’hypothèse d’une homologie entre position des journalistes et vision du social ne peut être abandonnée et semble réactivée lorsqu’on se penche plus spécifiquement sur les relations que chaque journaliste entretient avec ses sources d’information. C’est en effet depuis leur position dans l’espace syndical – ou du moins leur proximité avec ce milieu – que les journalistes sociaux produisent une définition de leur domaine d’intervention. En effet, si les journalistes se posent de manière « théorique » la question des frontières de leur rubrique, la définition du social s’observe aussi dans leurs propres pratiques et au travers des relations « privilégiées » qu’ils nouent avec certains interlocuteurs. Ce phénomène peut être observé à partir de plusieurs indicateurs. L’agenda des faits sociaux, édités par l’AJIS à partir de juin 1968, permet par exemple de dresser un premier état des contacts et des activités que chaque journaliste social « se doit » et peut, par le biais de l’association, établir. Le dépouillement d’une collection incomplète de ces bulletins, par ailleurs publiés irrégulièrement, permet de dégager des grandes tendances quant aux « événements » et aux faits qui intéressent au premier chef les journalistes sociaux. Les lieux où se font le social, où se produit une information sociale censée intéresser ces journalistes, sont extrêmement réduits : sept lieux ont pu être repérés : les organisations syndicales de salariés françaises (1), les organisations patronales (2), les syndicats étrangers (3), le ministère de la Santé (4), le ministère des Affaires sociales (5), le ministère du Travail (6) et pour finir l’Assemblée nationale (7).

Tableau 9. – Les sources des journalistes sociaux à partir des agendas de l’AJIS (1968-1972). Ce tableau a été construit à partir des agendas produits par l’AJIS (un tous les deux mois) à partir du mois d’octobre 1968 et jusqu’au mois de janvier 1972. Les événements sociaux routiniers sont codés à partir du lieu où ils doivent se dérouler (ministères, sièges des organisations, etc.) et/ou à partir des acteurs intervenant sur l’événement (ministres, dirigeants syndicaux, etc.). Les chiffres sont indiqués en valeur absolue. Seule la dernière ligne (total) comporte des pourcentages.

Tableau 9. – Les sources des journalistes sociaux à partir des agendas de l’AJIS (1968-1972). Ce tableau a été construit à partir des agendas produits par l’AJIS (un tous les deux mois) à partir du mois d’octobre 1968 et jusqu’au mois de janvier 1972. Les événements sociaux routiniers sont codés à partir du lieu où ils doivent se dérouler (ministères, sièges des organisations, etc.) et/ou à partir des acteurs intervenant sur l’événement (ministres, dirigeants syndicaux, etc.). Les chiffres sont indiqués en valeur absolue. Seule la dernière ligne (total) comporte des pourcentages.
  • 74 Ce poids des activités syndicales s’explique par le fait que sont signalés dans l’agenda à la fois (...)

20Comme le montre le tableau 9, ce sont les organisations syndicales qui arrivent largement en tête des lieux « à fréquenter74 », et ce même si leur importance semble décroître au fil du temps. Viennent ensuite les activités ministérielles, avec en tête le ministère du Travail qui, accueillant le siège social de l’association, peut être privilégié.

  • 75 Bien que la manière dont les agendas du Social Information Service étaient construits reste relati (...)
  • 76 Les contacts avec des syndicats de médecins prennent des formes exceptionnelles. Initiées par l’AJ (...)
  • 77 Rapport d’activité, assemblée générale du 6 février 1971.

21Ces tendances dégagées à partir des agendas produits à l’intérieur même de l’AJIS rejoignent nos analyses précédentes sur un contenu du social essentiellement défini autour des relations de travail. Elles peuvent se comprendre par le mode d’établissement de l’agenda75 qui favorise les relations d’ordre, si ce n’est amical, du moins de proximité entre les journalistes et leurs informateurs. Si les résultats obtenus ici permettent d’apprécier plus particulièrement « l’environnement » de l’association, ils offrent aussi la possibilité de dégager des tendances quant aux activités spécifiques des journalistes sociaux. En dehors de l’indicateur fourni par les agendas, les activités engagées par les membres de l’AJIS et valorisées par eux montrent, de la même manière, une prédominance syndicale. La formule des « pots » organisés au club (au siège de l’office HLM), puis rapportés dans le rapport d’activités établi pour l’assemblée générale du 30 mars 1968, laisse apparaître une tendance identique. Ce sont d’abord les organisations syndicales qui sont l’objet des attentions des membres de l’AJIS : la CFDT, la CFTC, la CGT, ou encore le Syndicat national des inspecteurs du travail et de la main-d’œuvre et la Confédération des syndicats de médecins76 (les deux autres pots furent quant à eux organisés avec l’Assistance publique et le Centre inter-entreprise de formation et d’études supérieures industrielles). Par ailleurs, deux déjeuners – « situés sur le plan exclusif du prestige » comme le précise le secrétaire général de l’AJIS – sont organisés avec Jacques Chirac et Jean-Marcel Jeanneney, respectivement secrétaire d’État chargé des Problèmes de l’Emploi et ministre des Affaires sociales. Jusqu’au milieu des années soixante-dix – et le colloque de 1974 apparaît à ce titre emblématique – l’information sociale a une large dimension syndicale et touche essentiellement les relations professionnelles. Si par exemple en 1971 se pose la question de l’accréditation au ministère de l’Environnement, c’est parce que, précise le rapport d’activité de l’assemblée générale de cette année, « les problèmes d’environnement du travail et du cadre de vie retiennent l’attention des syndicats77 ». De même, s’interrogeant lors de la première assemblée générale de 1968, le président François Lacroix pose explicitement les limites « syndicales » du social journalistique :

  • 78 Rapport d’orientation de l’AG du 30 mars 1968 (c’est nous qui soulignons).

« Quelles nouvelles frontières ? telle est la question du présent. Où sont les limites de l’information sociale : des idoles de la chanson aux problèmes monétaires, de la gastronomie à l’électronique, de la médecine aux débats parlementaires, en passant par les questions universitaires, pratiquement toutes les activités humaines peuvent être qualifiées de sociales. À l’heure de la télévision, du régime présidentiel, du marché commun, des ordinateurs, des traites mensuelles, la rubrique sociale s’étend. Le danger est qu’elle puisse se diluer. Il nous semble que le centre de nos préoccupations doit rester celui que se donnent les organisations syndicales. Leurs aspirations (et la presse syndicale en témoigne) débordent largement les questions de salaires et d’horaires pour s’ouvrir sur l’instauration d’un nouveau style de vie78. »

  • 79 Cette liste de problèmes sociaux a été proposée dans le cadre d’une question du sondage de 1974.
  • 80 Que ce soit le secrétaire général de la CFDT, celui de la CGT ou de FO, aucun d’eux ne contestera (...)
  • 81 Voir sur ce point les analyses de Jean-Baptiste Legavre, Conseiller en communication politique. L’ (...)
  • 82 Pour employer une expression de Patrick Champagne, Faire l’opinion, op. cit.
  • 83 Voir sur ce point les analyses de Sylvain Maresca, Les dirigeants paysans, Paris, Minuit, 1983, p. (...)

22La définition journalistique du social est donc avant tout une définition syndicale du social, et, lorsqu’en 1974 l’AJIS donne la parole à certains de ses interlocuteurs, c’est un étiquetage essentiellement syndical des faits sociaux qui est produit. Les organisations syndicales, interlocutrices privilégiées – et uniques dans le cadre de la Bourse du travail – des journalistes du mouvement social d’avant guerre et de l’immédiat après-guerre sont encore au cœur du processus de définition d’un social journalistique. Il ne s’agit pas ici de dire que les journalistes sont manipulés par les syndicats qui leur imposeraient leur vision du monde, mais de mettre en évidence l’interpénétration des deux « milieux » qui crée un consensus autour de domaines depuis longtemps considérés par les uns et les autres comme sociaux. L’établissement pour le sondage de 1974 d’une liste des problèmes sociaux va de soi, tant pour les journalistes que pour les syndicalistes intervenant au colloque. « Les grèves, l’emploi et le chômage, les problèmes de sécurité sociale et de retraite, la participation des travailleurs à la vie de l’entreprise, les conditions de travail, la formation professionnelle, les prises de position des syndicats79 » seront autant d’items sociaux dont usent les syndicalistes dans leurs contributions80. Allant de soi, ils procèdent d’une vision du monde partagée par une partie des journalistes présents à l’AJIS proches des organisations de salariés et par les dirigeants syndicaux. L’ouverture vers d’autres institutions sociales s’explique en partie par les liens préalables qui unissent journalistes et syndicalistes. Les caisses de Sécurité sociale ou les organismes de retraite sont par exemple, en tant qu’organismes paritaires, liés au monde syndical. Les prises de contact proclamées et effectives vers d’autres sources d’information (organisations patronales, ministères, etc.) peuvent s’analyser en dehors de visées purement stratégiques menées par l’association, comme l’un des produits de l’arrivée en son sein de journalistes ayant un profil sociologique différent des « anciens » du mouvement social. Si l’on suit l’analyse de Sylvain Maresca sur les journalistes agricoles, ces derniers se « dirigent » plus facilement vers des interlocuteurs – dans ce cas les dirigeants paysans – qui leur ressemblent. Les nouveaux journalistes sociaux, jeunes diplômés – notamment de l’Institut d’études politiques de Paris – sont conduits, sur ce même principe d’homologie de position, à favoriser les ministères et les productions officielles aux dépens des fédérations ou confédérations syndicales. Parallèlement, l’arrivée au sein des ministères d’acteurs spécifiquement chargés des relations avec la presse – et leur investissement dans une nouvelle fonction et un nouveau rôle, celui d’attaché(e)s de presse81 – amorce un phénomène qui trouve son apogée dans les années quatre-vingt où s’affirme une proximité encore plus grande, liée à une « complicité objective82 » entre ces deux catégories d’agents (journalistes/attachés de presse) aux trajectoires « similaires ». Une analyse en terme d’homologie entre sources d’information et journalistes se révèle ici pertinente83. Elle rend compte en partie du processus d’élaboration du carnet d’adresses cher au journaliste et qui matérialise son capital social, gage en l’occurrence de sa compétence professionnelle. Cependant, les affinités existantes entre les journalistes et leurs sources d’information n’épuisent pas les analyses sur la manière dont le social – les questions, les faits qui s’y rattachent – est traité par les journalistes. Présenté par les acteurs comme partie intégrante de ce qui fonde la spécificité du social par rapport à d’autres domaines d’information, le traitement de cette rubrique doit faire l’objet d’une analyse précise qui permette d’apprécier les principes fondant les « bonnes relations » entre les journalistes et leurs sources.

Le traitement de l’information sociale : la définition d’une « éthique » spécifique

  • 84 Jean-Paul Terrenoire, « Sociologie de l’éthique professionnelle », Sociétés contemporaines, n° 7, (...)

23Le repérage des objets durablement associés au social semble une étape nécessaire à l’analyse des fondements de la spécificité de cette catégorie d’information, telle que cherchent à la définir dans l’interaction les journalistes et leurs sources. Ce travail reste néanmoins pour une large part trop descriptif. « Le syndicalisme, la sécurité sociale, les relations professionnelles, le chômage » peuvent en effet être pris en charge par des journalistes ne se définissant pas comme journalistes sociaux. Rien dans ce cas ne permet de spécifier ce que recouvre le social tel qu’il est construit par les journalistes. La frontière entre l’information sociale et d’autres types d’informations ne tient donc pas uniquement aux objets que la rubrique prend en charge mais réfère aussi à leur traitement, à leur présentation et à leur mise en forme. Ce qui se dégage des prises de position individuelles et collectives des journalistes sociaux, c’est le poids de ce qu’on peut définir comme une éthique propre au groupe professionnel étudié. Élément fondamental de la définition du journaliste84, l’éthique est aussi lors de la constitution d’une spécialité infra professionnelle – le journalisme social – un élément distinctif central. Dans le cas présent, la posture du journaliste social, son excellence, se mesure dans la construction d’une fonction particulière dans la société. Cette dernière s’opère à partir de plusieurs éléments que sont les valeurs dominantes de l’espace journalistique, la position des journalistes sociaux à l’intérieur de cet espace et surtout les contraintes spécifiques qui s’attachent aux pratiques, elles-mêmes guidées par le rapport aux sources d’information. C’est donc en étudiant ce que doit être l’information sociale du point de vue des acteurs qu’elle intéresse, qu’il est possible d’en comprendre la spécificité et d’en préciser les contours et la forme.

  • 85 « Parler et agir en fonction d’une utilité et spécialement en servant un intérêt extra-personnel s (...)

24Si l’information sociale se distingue d’autres domaines comme le politique ou le culturel, ou même l’économique, c’est d’abord parce qu’elle est construite comme une information particulièrement « utile85 ». En effet, c’est son caractère éminemment utilitaire qui est sans cesse souligné par les journalistes qui en ont la charge. L’information sociale n’est pas distractive, ni superficielle (elle ne s’intéresse pas aux petites phrases comme la politique), ni réservée à une catégorie particulière de la population (les cours de la bourse ne concernent pas tout le monde), elle est avant tout, pour ceux qui la font, utile au plus grand nombre. Il n’est pas évident de déterminer avec précision si l’information sociale intéresse effectivement tout le monde. L’important est ici que les journalistes fondent la légitimité de l’information sociale sur ce principe d’un intérêt universellement partagé. L’information pratique, traditionnellement dénigrée, devient ainsi un mode privilégié d’affirmation de ses qualités journalistiques :

  • 86 Entretien journaliste à Liaisons sociales/membre du comité fondateur de l’AJIS.
  • 87 Entretien journaliste au Monde/membre du comité fondateur de l’AJIS.

« Alors notre rôle c’était d’expliquer… de rendre clair ce que le JO ne rendait pas clair… c’était un rôle malgré tout d’éducation et d’information pour les délégués du personnel, pour tous les travailleurs… vous comprenez. Et même les cadres, les cadres, la plupart d’entre eux ignoraient le droit du travail… les cadres intermédiaires… et même les hauts cadres parce qu’ils faisaient du droit en général mais le droit du travail c’est un droit qui est extrêmement évolutif […] c’est un buisson épouvantable… et même les professeurs de droit ils venaient ici à Liaisons parce qu’à Liaisons sociales on suivait… c’était une mission de… notre fonction c’était vraiment une fonction d’information d’éducation et d’information86. »
« Tous les matins, on m’envoyait le JO il fallait que je voie s’il y avait quelque chose… vous savez le JO on modifie l’alinéa C de l’article 43 de la loi machin et ça ne veut rien dire pour le commun des mortels… mais le “rubriquard” doit savoir ce que ça signifie quelquefois ça peut être très important […] sans me flatter je savais vraiment ce que ça signifiait c’était des dispositions très importantes mais qui étaient énumérées dans un charabia administratif… bon là c’était le rôle, la conception du journal le Monde de donner des informations87. »

  • 88 Pierre Cam et Alain Supiot (dir.), Les dédales du droit social, op. cit.

25C’est sur ce registre que se construit la grandeur du journaliste, sur sa contribution à l’éducation de l’homme en société et du citoyen et parfois même… du travailleur. Cette représentation de la fonction de l’information sociale est largement partagée au-delà même de l’espace journalistique. Il va de soi que l’information sociale est une information utile aux fonctionnements démocratiques, c’est-à-dire qu’elle permet aux citoyens de connaître leurs droits et donc d’agir dans une logique rationnelle servant l’intérêt général. Alain Supiot dans l’introduction de l’ouvrage qu’il codirige avec Pierre Cam88 écrit ainsi :

  • 89 Ibid.

« Les médias, définis ici comme les moyens d’information visant tous les publics (radio, télévision, presse), paraissent être, par cette définition même, l’instrument majeur de la diffusion du savoir juridique dans le grand public, l’intermédiaire obligé entre le législateur et les sujets de droit, le moyen enfin de réalisation de la maxime “nul n’est censé ignorer la loi”89. »

  • 90 « Le véritable objet du social ce sont les hommes en chair et en os » déclare-t-il en 1969.
  • 91 Denis Ruellan, Le professionnalisme du flou, op. cit.
  • 92 Evelyne Ritaine, Les stratèges de la culture, Paris, PFNSP, 1982.
  • 93 Ce qu’une journaliste qualifiera dans un entretien d’information de service public.

26Lors des journées de l’information sociale de 1969, Marcel David, lui-même militant de l’éducation ouvrière, appuie ainsi sa démonstration sur le caractère quasi-universel90 de l’information sociale soulignant sa vocation à contribuer au progrès de l’humanité. Si cette fonction éducative et critique fait partie intégrante de ce que Denis Ruellan qualifie de « mythologie du journaliste91 », et représente à ce titre un principe général d’excellence professionnelle, elle est pour ceux qui se définissent comme journalistes sociaux l’élément constitutif fondamental de leur identité. Faire du journaliste social un journaliste remplissant une fonction particulière d’éducation peut cependant laisser penser que ces journalistes font de nécessité vertu, intériorisant par là même la domination qu’ils subissent à l’intérieur de l’espace journalistique. Cette construction du rôle spécifique se comprend au regard de leur propre parcours professionnel et social. La dimension militante, largement présente dans la conception qu’ils se font de la profession est en voie de « dé-légitimation » dans l’espace journalistique. Elle est alors comme reconvertie dans une mission éducative qui n’est pas sans rappeler l’engagement, à différents moments de l’histoire du XXe siècle, de ceux qu’Evelyne Ritaine qualifie de « stratèges de la culture92 ». Cette croyance en la fonction éducative de l’information sociale est d’autant plus pensable qu’elle rejoint la conception de ceux – essentiellement des syndicalistes – avec qui ils construisent la spécificité de ce domaine d’information. L’accord est ainsi réalisé autour d’une information sociale, instrument au service des individus-citoyens93. Cette vision particulière de l’information sociale se dégage notamment des prises de position des syndicalistes intervenant au colloque de 1974.

  • 94 Albert Detraz (CFDT), in L’information sociale et ses publics, op. cit., p. 63.
  • 95 Jean Rouzier (FO), ibid., p. 64.

« Parler de la vie des gens dans ses aspects concrets et quotidiens, c’est révéler la vie pour ce qu’elle est, c’est montrer toutes les injustices, toutes les inégalités de notre société. Mais c’est aussi – et c’est là le danger – donner une information aux citoyens, aux travailleurs qui peut les inciter à refuser leur situation et les mettre à l’action. […] En matière d’information en général et d’information sociale en particulier, la CFDT n’attend rien d’autre de la presse qu’elle ouvre enfin grandes ses colonnes et ses antennes à la vie des gens telle qu’elle existe. Elle n’attend rien d’autre que les journalistes fassent leur métier. […] Ce n’est pas une question de mode ou de style, c’est une question politique. […] L’information sociale est donc un terrain sur lequel se manifeste la lutte des classes. Les travailleurs ont à conquérir la possibilité de comprendre ce qu’ils vivent, et ce que vivent les autres, afin de mieux pouvoir lutter pour leur émancipation94. »
« Un dernier mot sur le but, les finalités de l’information sociale : le travailleur, correctement, objectivement informé, peut mieux se conduire en citoyen concerné et responsable95. »

  • 96 Pour une présentation de ce syndicat, on se reportera au dossier dirigé par Pierre Melis, « La pre (...)

27Cette spécificité de l’information sociale, qui se définit ici par opposition tacite à d’autres secteurs d’information et autour de la notion d’intérêt général, apparaît aussi à la marge de l’espace « syndicalo-journalistique » comme une évidence. C’est sur ces principes que les éditeurs de presse sociale créeront par exemple en 1974 le Syndicat de la presse sociale96 chargé de « défendre » la spécificité de ce type de publication. Presse à but non lucratif – l’intérêt général s’incarne dans l’exclusion du principe marchand – « en marge » de ce que l’ancien président de ce syndicat Georges Optat désigne lui-même comme la grande presse, la presse sociale se définit là encore par son utilité, sa fonction éducative et son rôle dans le processus démocratique :

  • 97 Entretien Georges Optat, président du syndicat de la presse sociale en 1991.

« Nous, nous estimons que nous diffusons une pensée démocratique qui contribue à la formation du citoyen et qu’à ce titre là, nous avons droit aux avantages accordés à la presse, autant que d’autres formes de presse, qui ne sont pas inintéressantes. Je pense à la presse féminine mais enfin on peut se demander si les conseils de beauté ou la mode de l’été prochain sont utiles à la diffusion de la pensée, mais c’est peut-être pas ce que nos aïeux de 1881 voulaient faire avec la liberté de la presse, alors moi je suis pas contre la presse féminine… je veux bien mais enfin97… »

  • 98 En dehors du sondage SOFRES, les dirigeants de l’AJIS ont lancé un questionnaire auprès de organis (...)

28Se placer résolument du côté de l’intérêt général pour marquer sa particularité et justifier par là même de son existence s’accompagne d’un travail symbolique de démarcation qui se manifeste dans le traitement des sujets sociaux. Utile et servant l’intérêt de tous, l’information sociale doit aussi, pour ceux qu’elle intéresse, être un domaine d’information « neutralisé » et technique. Cependant la légitimité « théorique » des journalistes sociaux et leur définition de l’information sociale sont parfois en pratique contestées. Les ressorts de cette mise en cause notamment par les dirigeants syndicaux, et les réponses qu’apportent dans ce domaine les porte-parole du groupe concerné (les journalistes sociaux), permettent d’esquisser comment se forme sur un mode prescriptif une représentation de l’excellence journalistique en général et de l’excellence du journaliste social en particulier. Au-delà de la contestation, les reproches adressés aux journalistes sociaux et les stratégies de « défense » qu’ils mettent en œuvre sont donc un terrain privilégié d’appréciation du processus de définition du groupe et de l’information sociale qu’ils cherchent à imposer. Les remarques qui accompagnent le questionnaire envoyé aux organisations sur leurs attentes vis-à-vis des journalistes à l’occasion du colloque de 197498 permettent ainsi d’observer comment est construite de l’extérieur (du côté syndical) l’information sociale. Les critiques adressées aux journalistes sociaux par leurs informateurs « naturels » s’appuient sur leur caractère « partisan ». Pour les syndicalistes, certains journalistes manqueraient « d’objectivité » entendue ici au regard de ce qu’est encore une large partie des journalistes sociaux – à savoir des militants – comme une déviance à la règle de la neutralité du commentaire produit sur la réalité qu’ils ont la charge de décrire.

  • 99 Ibid.

29« L’objectivité de nombreux journalistes n’existe pas, étant des personnalités engagées. Il apparaît trop souvent dans leurs papiers, une tendance, avec des appréciations injustifiées contre d’autres tendances syndicales », écrit un représentant FO de la Fédération des mineurs, cité par Jean-Pierre Dumont99. « D’une manière générale on constate une attitude partiale de la majorité des journalistes de la presse écrite et parlée à l’égard des positions de FO » ou « l’information sociale n’est pas neutre mais est favorable seulement à certaines organisations » indiquent d’autres lettres anonymes. Cette dénonciation de l’absence d’objectivité des journalistes sociaux pose ici la question de leur légitimité à intervenir dans le débat public, et de fait les amène à se justifier en précisant et spécifiant les fondements de leur autorité journalistique ainsi que le caractère particulier de leur prise en charge du social. Il convient de préciser que cette critique a d’autant plus de force que le parcours militant des journalistes sociaux est une composante de leur identité. Ceci oblige les journalistes à déployer un dispositif spécifique de justification. Ne pouvant « soutenir » leur parfaite neutralité ou objectivité, ils doivent redéfinir cette dernière en fonction de leurs propres attributs. C’est ce que fait notamment le secrétaire général de l’AJIS chargé de défendre ses confrères lors du colloque de 1974 :

  • 100 Ibid., p. 627.

« Rappelez que l’objectivité n’existe pas n’est pas suffisant. Déclarer qu’au moment où les prêtres abandonnent la soutane pour se montrer tels qu’ils sont, c’est-à-dire des hommes avec des qualités et des défauts, devrait sans doute faire comprendre qu’un journaliste a le droit lui aussi à avoir des opinions personnelles, d’adhérer à un parti, à un syndicat. Il vaut peut-être mieux que M. X rédacteur à tel journal soit connu comme adhérent à telle organisation plutôt que calfeutré derrière un neutralisme ou apolitisme qui, à mon avis, n’a aucun sens ou plutôt ne comporte aucune garantie d’infaillibilité… quel que soit le type de presse d’information ou d’opinion, il est essentiel de donner tout d’abord le point de vue des différentes parties100. »

  • 101 On pourrait faire ici un parallèle stimulant avec la légitimité des membres des comités d’éthique (...)
  • 102 « La non dramatisation de l’événement » sera au centre des débats engagés aussi bien en 1969, qu’e (...)
  • 103 Une question sur la « dramatisation » éventuelle de l’information sociale a été posée dans le ques (...)

30« L’objectivité », principe sur lequel se construit la profession journalistique, ne peut donc être l’axe central sur lequel se fonde l’excellence des journalistes sociaux. Elle est d’ailleurs, pour nombre de ceux qui exercent leur activité dans les années soixante-dix – et du fait de certaines de leurs propriétés (engagement syndical connu notamment) – « inopposable » à leurs contradicteurs101. Cependant, proclamant par ailleurs la vocation éducative du domaine d’information qu’ils prennent en charge, ils doivent, dans un environnement journalistique où « l’engagement » (politique ou syndical) est dévalué, affirmer leur valeur en même temps que leur spécificité. C’est en faisant de l’information sociale une information technique, qu’ils semblent pouvoir échapper aux dénonciations dont ils font l’objet. Cette médiation technique qui renvoie par ailleurs aux propriétés spécifiques des nouveaux entrants dans la profession, permet, en neutralisant les aspects les plus critiquables de l’information sociale – i. e. son caractère partisan – de fonder sa spécificité à l’intérieur de l’espace journalistique et d’affirmer du même coup son autonomie. Neutraliser l’information sociale en évitant par exemple de « dramatiser » les événements102 et se placer de fait du côté de leurs éventuels accusateurs103 permet ainsi aux journalistes sociaux d’affirmer leurs représentations de l’excellence journalistique et de subvertir les hiérarchies de cet espace. La logique du scoop ou de la « nouveauté » existe peu pour les journalistes sociaux. Ils sont donc, de fait, exclus du jeu journalistique et ne peuvent lutter sur ce terrain avec leurs confrères. Ils doivent donc investir d’autres principes d’excellence que ceux de la nouveauté ou de l’exceptionnalité des informations qu’ils produisent. Si l’information est utile au plus grand nombre, elle doit être aussi comprise par le plus grand nombre et donc être clairement présentée. Cette rhétorique spécifie l’information sociale vis-à-vis des domaines concurrents et surtout la distingue du mouvement social, plus directement « engagé ». La critique est toujours le moteur de l’information sociale, mais elle est en quelque sorte médiatisée : les journalistes n’ont plus, selon les représentations qu’ils se font de leur fonction, à dire ce qu’il faut penser mais à présenter des éléments qui donnent à penser. Cette dimension particulière de l’information sociale et de l’identité des journalistes sociaux est le produit des transformations qui s’amorcent au sein du groupe à la fin des années soixante. Elle sera, comme l’aborde le chapitre suivant, largement investie par ceux qui se définissent aujourd’hui comme journalistes sociaux.

Notes

1 Voir par exemple les travaux de Bruno Latour, Les microbes. Guerre et Paix, Paris, A.-M. Métailié, coll. « Pandore », 1984.

2 Ibid., p. 23.

3 Communiqué de presse du 30 avril 1967, archives privées Jean-Pierre Dumont cit.

4 Ces êtres collectifs sont mobilisés à la fois de manière symbolique dans le bulletin (ils sont « listés » et apparaissent ainsi comme un tout) et de manière plus concrète et matérielle (ils furent invités ou du moins prévenus de l’existence de l’association).

5 Sur l’usage des « collectifs » dans le « grandissement » des causes, on se reportera à Luc Boltanski, « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 51, 1984.

6 Les actes de ce colloque sont publiés sous la direction d’Henri Tincq et d’Édouard Boutros, L’information sociale et ses publics, Paris, Éd. Théma, 1974.

7 Annuaire AJIS 1970, dans lequel sont résumés les travaux de ces journées.

8 Les Échos, 2 décembre 1969, archives privées cit.

9 Annuaire AJIS 1970.

10 Ibid.

11 Annuaire AJIS 1970.

12 Comme le précise la présentation de l’ouvrage, Henri Tincq et Édouard Boutros (dir.), L’information sociale et ses publics, op. cit.

13 Soit respectivement pour la CGT, André Berteloot, secrétaire confédéral ; pour la CFDT, Albert Detraz, secrétaire confédéral ; pour FO, Jean Rouzier, secrétaire confédéral ; pour la CFTC, Jean Bornard, secrétaire général ; pour la CGC, Corentin Calvez, délégué général ; et pour le CNPF, Jacques Baudet, chef du service de presse.

14 Robert Doisneau n’est pas seulement invité en tant qu’artiste, mais aussi comme le représentant d’un collectif : l’Association des journalistes reporters.

15 Sur l’usage de l’expertise dans le processus de professionnalisation, on se reportera aux analyses de Catherine Paradeise, « Rhétorique professionnelle et expertise », Revue française de Sociologie du travail, vol. 1, 1985.

16 On rappellera ici que c’est le public de l’information sociale – grand public et organisations – qui est l’objet central du colloque de mars 1974.

17 À ce titre Patrick Pharo (« Agir dans l’espace public », art. cit., p. 401) souligne que « toute action publique ménage inévitablement en elle une place à un public potentiel ». Pour légitimer leur place dans l’espace journalistique, les journalistes sociaux doivent ainsi faire exister un public « qui rend possible leur entrée dans le débat public » (ibid.).

18 Annuaire AJIS 1970.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Henri Tincq et Édouard Boutros (dir.), L’information sociale et ses publics, op. cit.

23 La première élection présidentielle au suffrage universel direct en 1965 est communément présentée comme l’événement qui permit aux sondages d’acquérir dans l’espace journalistique et politique une véritable légitimité. Dans les années soixante-dix, la pratique des sondages se diffuse dans la presse. « S’observe à partir de 1972 », selon Patrick Champagne (Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, Minuit, 1990, p. 15-16), « parmi les sociologues mais aussi parmi certains spécialistes de science politique une réaction critique à l’égard de la pratique des sondages d’opinion ».

24 Annuaire AJIS 1970.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Henri Tincq et Édouard Boutros (dir.), L’information sociale et ses publics, op. cit.

28 Toutes choses étant différentes par ailleurs, on peut ici penser à « l’échec » de l’introduction en France jusque dans les années 1965 des sondages d’opinion qu’étudie Loic Blondiaux, La fabrique de l’opinion. Une histoire sociale des sondages, Paris, Seuil, 1998.

29 Bruno Latour, Les microbes, op. cit., p. 25 sqq.

30 Erik Neveu (Une société de communication ?, op. cit., p. 37 sqq.) considère les années soixante comme la période consacrant le « discours communicationnel ». La mise en place, tant au niveau des organisations syndicales que des ministères de service de communication ou service de presse, s’insère directement le processus décrit par l’auteur.

31 Pierre Antoine Mariano, Table ronde, in Marc Martin (dir.), Histoire et médias. Journalisme et journalistes Français, 1950-1990, op. cit., p. 287.

32 Henri Weber, Le parti des patrons. Le CNPF 1946-1990, Paris, Seuil, coll. « Points Politiques », 1990.

33 Ibid., p. 287.

34 Ibid., p. 317.

35 Ibid., p. 419.

36 Entretien journaliste/fondateur de l’AJIS, quotidien national.

37 Sur l’histoire de l’intrumentalisation des relations entre la presse et le monde politique, on se reportera à la thèse de Didier Georgakakis sur le commissariat général à l’information (Information et propagande d’État sous la IIIe République. Échec d’une spécialisation, thèse, Michel Offerlé [dir.], Lyon II, janvier 1996) ; et à la thèse de Jean-Baptiste Legavre (Conseiller en communication. L’institutionnalisation d’un rôle, thèse pour le doctorat de science politique, Philippe Braud [dir.], université Paris I, janvier 1993) sur l’invention de la « communication » politique. Nous analyserons nous-même ultérieurement la mise en place de tels services dans les ministères sociaux.

38 Un journaliste de Liaisons sociales explique ainsi que le mouvement d’ouverture initié par l’AJIS a trouvé chez les interlocuteurs des journalistes sociaux un « écho » favorable : « C’est pas un hasard, je ne dis pas que c’est l’AJIS qui l’a fait si nous du côté des journalistes sociaux on a pensé à créer cette association c’est parce qu’on sentait ce besoin d’ouverture et petit à petit et que de leur côté, les différents interlocuteurs ont compris que c’était de leur propre intérêt […] plutôt que de fermer les portes de dire “niet”, de dire “non” […] l’évolution, elle s’est faite en même temps […] l’AJIS a joué un rôle sans aucun doute mais ça se serait fait sans l’AJIS mais l’AJIS a joué un rôle […] un rôle d’accélérateur de catalyseur assez important. »

39 Ces analyses reprennent en partie les points développés dans notre article, Sandrine Lévêque, « La conférence de presse », art. cit.

40 Cette sous-chemise contient une invitation cartonnée, une liste manuscrite de noms de journalistes dont certains sont suivis de numéros de téléphone, une liste – elle aussi manuscrite – de participants, une déclaration de Georges Séguy tapée à la machine, un compte rendu dactylographié des questions retranscrites et posées durant la conférence de presse, une feuille de papier, divisée en deux colonnes – d’un côté le nom d’organes de presse, de l’autre des signatures souvent illisibles.

41 Seules semblent être conservées les invitations (et quelques dossiers de presse) précisant la date, le lieu, l’heure, les intervenants et le thème de la conférence de presse. Ces invitations sont archivées avec les « communiqués » de presse, qui sont quant à eux une technique plus ancienne de communication.

42 Même si sa création est plus ancienne et fut envisagée à la CFDT à partir de 1967. Voir sur ce point Propositions pour la création d’un service de presse à la CFDT, documentation interne, janvier 1967, archives CFDT.

43 Une consultation des dossiers de presse de la FNSP pour la période 1958-1968 nous permet de conclure à la rareté de l’utilisation de ce dispositif pour la période qui précède la mise en place dans les syndicats d’un service de relation avec la presse. Les communiqués, les interviews de leaders syndicaux, mais surtout l’accès et la lecture des organes de presse syndicaux fournissent une grande partie du contenu de la presse générale de l’époque.

44 André Passeron, dans un article du Monde du 12 décembre 1991, attribue l’introduction des conférences de presse dans l’espace politique au général de Gaulle qui entre 1947 et 1969 en organisa selon lui une trentaine.

45 Rapport non publié qui précise que « la confédération à tenu quatre conférences de presse en 1963 et 1964 ». Le caractère exceptionnel des conférences de presse à cette époque peut aussi être souligné par le fait qu’aujourd’hui, même si l’attaché de presse de FO, Claude Jenet se dit « ne pas être “fana” des conférences de presse », il en estime le nombre à une vingtaine par an. Ce qui est loin des 4 que FO organisait en 1964.

46 Voir sur ce point le compte rendu sténographié du 41e Congrès confédéral FO qui reprend en 1964 les conférences de presse évoquées dans le document précédemment cité.

47 Denis Barbet, « Les interprétations syndicales de mai-juin 1968 », art. cit.

48 Ibid.

49 Ibid.

50 R. Telliez, rapporteur de la Commission de la presse.

51 Selon nos recoupements avec les archives de la CGT et de la CFDT, un service de presse structuré est mis en place en 1968. À savoir pour la CGT entre le 35e congrès de Nanterre de 1967 et le 37e congrès de Vitry en 1969.

52 Colloque CFDT, « La CFDT et l’information », 36 e Congrès confédéral, Nantes, 30 mai-3 juin 1973, Syndicalisme, numéro spécial, supplément au n° 1430 du 1er février 1973.

53 Si nous n’avons pu vérifier le parcours « militant » de l’ensemble de ceux qui ont occupé dans les différentes centrales syndicales le premier poste d’attaché de presse, une étude plus précise de ceux qui leur ont succédé a révélé qu’un certain nombre d’entre eux avaient occupé, ou occupaient conjointement avec ce poste une fonction de journaliste dans la publication de leur organisation. C’est le cas par exemple d’Eliane Bressol, attachée de presse de la CGT, ancienne rédactrice d’Antoinette ; celui d’Henri Israel, ancien attaché de presse de la CFDT, diplômé du CFJ, actuel journaliste à CFDT Magazine. À Force ouvrière Claude Jenet « cumule » les fonctions de rédacteur en chef de Force ouvrière hebdo et celles d’attaché de presse ; de même à la CFE/CGC M. Ciesloska est à la fois chargé des relations avec la presse et de la rédaction de La lettre confédérale (voir sur ce point Lévêque Sandrine, Communication syndicale et pratiques journalistiques : les modalités d’une rencontre, mémoire de DEA de politiques sociales et société, Michel Offerlé [dir.], université Paris I/ISST, septembre 1990).

54 Souligné dans le texte de la résolution.

55 Proposition pour la création d’un service de presse à la CFDT, documentation interne, janvier 1967, archives CFDT.

56 Ce sont les secrétaires généraux des syndicats qui interviennent sur l’information sociale lors du colloque de 1974.

57 Sandrine Lévêque, « L’invention de la communication : la mise en place d’un Service d’information et de communication (SICOM) au ministère de la Solidarité, de la Santé et des Affaires sociales en 1990 », Revue française des Affaires sociales, n° 3, juillet-septembre 1993, p. 137-150.

58 On remarquera à titre indicatif qu’en 1954, le président du conseil Joseph Lainiel disposait dans son cabinet, en la personne de Monsieur Raymond Millet, d’un chargé des relations avec la presse.

59 Nous avons dépouillé le Bottin administratif à raison d’un an sur deux sur une période s’étendant de 1954 à 1992.

60 On peut à ce titre souligner que l’information sociale sera aussi, hors de l’espace journalistique, investie par les éditeurs de presse qui, entendant défendre la spécificité des publications sociales, s’organisent en 1974 dans un Syndicat de la presse sociale. Un peu plus tard et débordant la période qui nous intéresse ici, on notera que ce domaine d’information fera l’objet, en 1979, d’un rapport du Conseil économique et social (Robert Cottave, L’amélioration de l’information économique et sociale, Paris, rapport du CES, 1979).

61 Philip Schlesinger, « Repenser la sociologie du journalisme. Les stratégies de la source d’information et les limites du média-centrisme », Réseaux, n° 51, janvier-février 1992.

62 Ibid.

63 Ibid.

64 Rapport de la Commission sur l’information sociale, AG du 30 mars 1968, archives privées cit.

65 Ibid.

66 Annuaire AJIS 1970.

67 Questionnaire AJIS 1969.

68 Produites par les membres de l’AJIS, elles évoquent en effet l’information sociale comme un tout.

69 Réponses aux questionnaires AJIS 1969.

70 Jean-Pierre Dumont, Les conditions de travail à travers l’information sociale donnée par un journaliste, thèse sur travaux pour le doctorat d’État de sciences économiques, université Paris II, 1975, 5 tomes.

71 Jean-Pierre Dumont a travaillé au Monde à partir de 1969. Les articles produits avant 1969 le furent pour Les Informations (journal d’informations économiques publié par Hachette qui, vendu à Havas, fusionna en 1975 avec Entreprises pour aboutir au lancement le 10 octobre 1975 du Nouvel Économiste). Quelques piges ont été par ailleurs réalisées pour Réalités, Le Cri du Monde, Les Dossiers de notre Temps, la Nef et Témoignage Chrétien.

72 Jean-Pierre Dumont, Comment trouver votre premier emploi de cadre ?, Paris, Cercle du livre économique, 1968 ; et Jean-Pierre Dumont, La fin des OS, Paris, Mercure de France, 1973.

73 En tant que représentant de l’UNAF, Jean Vellard propose que « l’information sociale » ne soit pas limitée « au seul domaine professionnel », mais « se doit d’insérer les questions familiales dans l’ensemble des objets habituellement étiquetés “sociaux” : problèmes syndicaux et professionnels quotidiens sont ainsi placés au premier plan de sa contribution, tout comme les licenciements ou les déplacements de main-d’œuvre » (Contribution Jean Vellard, archives privées Jean-Pierre Dumont cit.).

74 Ce poids des activités syndicales s’explique par le fait que sont signalés dans l’agenda à la fois des événements et des manifestations nationales (organisés à Paris au niveau des confédérations ouvrières) et des manifestations locales (initiées par les fédérations ou unions dont les activités sont largement évoquées). De ce fait le champ potentiel d’activités à couvrir est beaucoup plus large.

75 Bien que la manière dont les agendas du Social Information Service étaient construits reste relativement « obscure », on sait que leur établissement se faisait aux débuts de l’association de manière extrêmement empirique. C’était en effet aux informateurs de l’AJIS de signaler les événements qui leur paraissaient pouvoir intéresser les journalistes. L’agenda aujourd’hui produit par l’AJIS est celui de l’AFP « aménagé » par une secrétaire de Liaisons sociales.

76 Les contacts avec des syndicats de médecins prennent des formes exceptionnelles. Initiées par l’AJIS, les rencontres ne sont pas (encore) mentionnées régulièrement dans l’agenda produit par l’association.

77 Rapport d’activité, assemblée générale du 6 février 1971.

78 Rapport d’orientation de l’AG du 30 mars 1968 (c’est nous qui soulignons).

79 Cette liste de problèmes sociaux a été proposée dans le cadre d’une question du sondage de 1974.

80 Que ce soit le secrétaire général de la CFDT, celui de la CGT ou de FO, aucun d’eux ne contestera une telle catégorisation des faits sociaux proposée par le sondage et ils les reprendront à leur compte dans leur intervention au colloque de 1974.

81 Voir sur ce point les analyses de Jean-Baptiste Legavre, Conseiller en communication politique. L’institutionnalisation d’un rôle, op. cit.

82 Pour employer une expression de Patrick Champagne, Faire l’opinion, op. cit.

83 Voir sur ce point les analyses de Sylvain Maresca, Les dirigeants paysans, Paris, Minuit, 1983, p. 254 sqq.

84 Jean-Paul Terrenoire, « Sociologie de l’éthique professionnelle », Sociétés contemporaines, n° 7, septembre 1991.

85 « Parler et agir en fonction d’une utilité et spécialement en servant un intérêt extra-personnel susceptible d’être accepté par autrui » est l’une des formes de la contrainte de moralité et d’objectivité qui rend, selon Patrick Pharo (« La légitimité des actions publiques », art. cit., p. 399-400) permet aux acteurs de « prétendre à la légitimité dans l’espace public ». Les autres formes de cette contrainte sont selon cet auteur « de parler et d’agir en fonction d’une obligation » et de « parler ou d’agir en fonction d’une autorisation ».

86 Entretien journaliste à Liaisons sociales/membre du comité fondateur de l’AJIS.

87 Entretien journaliste au Monde/membre du comité fondateur de l’AJIS.

88 Pierre Cam et Alain Supiot (dir.), Les dédales du droit social, op. cit.

89 Ibid.

90 « Le véritable objet du social ce sont les hommes en chair et en os » déclare-t-il en 1969.

91 Denis Ruellan, Le professionnalisme du flou, op. cit.

92 Evelyne Ritaine, Les stratèges de la culture, Paris, PFNSP, 1982.

93 Ce qu’une journaliste qualifiera dans un entretien d’information de service public.

94 Albert Detraz (CFDT), in L’information sociale et ses publics, op. cit., p. 63.

95 Jean Rouzier (FO), ibid., p. 64.

96 Pour une présentation de ce syndicat, on se reportera au dossier dirigé par Pierre Melis, « La presse sociale : une nébuleuse et quelques astres », Presse actualité, février 1985. On notera que la presse sociale que représente le SPS est une presse souvent confidentielle, mutualiste associative ou syndicale tel que Ardèche mutualiste, Camaraderie, Les Cahiers du Crédit mutuel, ou L’École libératrice. À de rares exceptions près (FMP Actualités, Actualités sociales hebdomadaires, ou Union sociale), ces publications n’emploient que très rarement des journalistes professionnels.

97 Entretien Georges Optat, président du syndicat de la presse sociale en 1991.

98 En dehors du sondage SOFRES, les dirigeants de l’AJIS ont lancé un questionnaire auprès de organisations, visant à connaître leurs jugements sur l’information sociale. Ces remarques sont reproduites dans la thèse de Jean-Pierre Dumont (Jean-Pierre Dumont, Les conditions de travail des salariés, op. cit., t. 3, p. 621 sqq.).

99 Ibid.

100 Ibid., p. 627.

101 On pourrait faire ici un parallèle stimulant avec la légitimité des membres des comités d’éthique qu’étudie Dominique Memmi (« La compétence morale », Politix, n° 17, 1er trimestre 1992). Si ces derniers peuvent légitimement représenter et prendre en charge la personne et l’humanité c’est qu’ils sont « garantis biographiquement contre le particularisme ». S’agissant des journalistes sociaux, leur engagement syndical et donc partisan est à ce point marqué dans leur propre identité qu’ils ne peuvent « sérieusement » pas revendiquer indépendance et objectivité.

102 « La non dramatisation de l’événement » sera au centre des débats engagés aussi bien en 1969, qu’en 1974. Cette dramatisation de l’événement ne s’appuie jamais dans les discours des agents sur des exemples concrets. Elle fonctionne comme un cela va de soi entre journalistes et informateurs sur le modèle : « la presse ne parle jamais des trains qui arrivent à l’heure, toujours de ceux qui ont du retard ». Cette formule serait à rapprocher de la dimension utilitaire (et pratique) de l’information sociale que nous avons précédemment évoquée. L’information documentée et technique s’opposerait ici au spectaculaire et à l’émotionnel.

103 Une question sur la « dramatisation » éventuelle de l’information sociale a été posée dans le questionnaire élaboré par l’AJIS et envoyé aux organisations sociales. Cette question vise à déterminer comment étaient perçus par les organisations syndicales et patronales les articles sociaux (sont-ils trop courts ? clairs ? trop techniques ? ou dramatisés ?). Cette dernière proposition reçut la plus forte majorité de réponses positives tant des représentants de syndicats de salariés que des syndicats patronaux soit : 71,6 % pour le patronat et 49,4 % pour les syndicats (voir sur ce point L’information sociale et ses publics, op. cit., p. 52 sqq.). L’intérêt ici, on l’aura compris n’est pas tant la forte proportion de réponses que le fait que les concepteurs du questionnaire aient inclus cette question et que son analyse soit au centre du commentaire que fera J.-P. Dumont des résultats de ce « sondage ».

Table des illustrations

Titre Tableau 9. – Les sources des journalistes sociaux à partir des agendas de l’AJIS (1968-1972). Ce tableau a été construit à partir des agendas produits par l’AJIS (un tous les deux mois) à partir du mois d’octobre 1968 et jusqu’au mois de janvier 1972. Les événements sociaux routiniers sont codés à partir du lieu où ils doivent se dérouler (ministères, sièges des organisations, etc.) et/ou à partir des acteurs intervenant sur l’événement (ministres, dirigeants syndicaux, etc.). Les chiffres sont indiqués en valeur absolue. Seule la dernière ligne (total) comporte des pourcentages.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24704/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search