Version classiqueVersion mobile

Les journalistes sociaux

 | 
Sandrine Lévêque

3. Vers une nouvelle représentation du groupe : entre militantisme et professionnalisme

Texte intégral

1L’invention d’une spécialité professionnelle, en l’occurrence celle de journaliste social, a des effets sur la catégorisation et la construction des faits par la presse. Elle se produit dans un processus plus large de construction – et de transformation – de l’espace dans lequel elle intervient : l’espace journalistique. Comprendre ces opérations de classement oblige à mener de front une analyse des producteurs (les journalistes) et des contours de cette catégorie (le social). Le principe d’homologie, sans être utilisé de manière mécanique, permet ainsi de pointer la dualité du processus qui conduit à inscrire conjointement dans la réalité journalistique un intérêt pour le social et un groupe d’agents porteurs de cet intérêt. Largement contrainte par les propriétés des agents qui l’incarnent, la définition du social dans l’espace journalistique est également liée aux normes spécifiques qui règlent les pratiques professionnelles dans ce champ. En ce sens, si le social est reconnu comme une catégorie à part entière de l’entendement journalistique, c’est parce qu’il est promu par des agents qui disposent dans cet espace d’une certaine légitimité. La sociologie conjointe des producteurs et de la catégorie qu’ils produisent doit sans cesse être rapportée au processus de la professionnalisation journalistique. La place du social dans les colonnes des journaux s’analyse ainsi en fonction des propriétés des agents qui le représentent et se caractérisent par deux traits saillants.

2D’un côté, le social et les agents qui l’incarnent sont dès le début du siècle des acteurs admis dans l’espace journalistique. Ils disposent – et ont disposé – pour accéder à cette reconnaissance de propriétés qui constituent autant de ressources leur permettant d’être reconnus comme journaliste professionnel et ainsi d’être admis à lutter pour la définition de l’excellence journalistique à un moment donné. Ils sont d’autant plus insérés dans cet espace que les frontières de celui-ci ne sont ni socialement (objectivement) ni symboliquement « verrouillées ». Ainsi, le militantisme et la proximité qu’ils affichent au mouvement ouvrier sont encore dans un espace journalistique non autonomisé (vis-à-vis du champ politique notamment), des attributs que revendiquent avec succès ceux qui se reconnaissent et sont reconnus comme journalistes professionnels. La rencontre qui s’opère entre ces militants de la « cause professionnelle » et la lutte, plus large, engagée autour de la professionnalisation au début du XXe siècle rend possible l’insertion des « défenseurs » du mouvement social dans un espace journalistique construit autour de logiques « critiques ». La défense du social n’est pas incompatible avec la défense des intérêts plus « corporatistes » des journalistes mieux, elle emprunte les mêmes registres, c’est-à-dire ceux de l’intervention dans le débat ou l’arène public (que).

  • 1 Voir sur ce point les travaux de Denis Ruellan, Le professionnalisme du flou, op. cit.
  • 2 Il ne s’agit pas ici, on l’aura compris, de faire une histoire du journalisme de 1945 à nos jours, (...)
  • 3 On disposera à partir de 1966, sur la composition de l’espace journalistique, de quatre études : C (...)
  • 4 Voir sur ce point Christian Delporte, « L’épuration professionnelle des journalistes (1944-1948) » (...)
  • 5 Ibid., p. 75.
  • 6 Ibid., p. 77.
  • 7 Chritian Delporte, Les journalistes français, op. cit.
  • 8 Ibid., p. 400.

3D’un autre côté, l’invention d’une spécialité professionnelle implique le déploiement de stratégies distinctives. Les journalistes du mouvement social se veulent être tout à la fois, journalistes professionnels et spécialistes du social. Cette stratégie de mobilisation déployée sur deux fronts s’explique dans une logique quasi-circulaire tenant notamment aux spécificités biographiques des agents qui s’y engagent. Ainsi, on peut faire l’hypothèse que les journalistes s’investissent dans le social parce qu’ils entretiennent une proximité avec le monde ouvrier, mais c’est aussi parce qu’ils ont avec celui-ci des affinités objectives qu’ils investissent le social. Aucun des deux mouvements ne prédomine sur l’autre, ce qui permet de comprendre pourquoi l’identité des journalistes sociaux est si intimement liée à l’existence d’une rubrique sociale reconnue et distincte, construite autour d’objets et de valeurs empruntés au monde ouvrier. Ainsi, la lutte pour la reconnaissance d’une spécificité du social conduit progressivement au regroupement, au sein de l’espace journalistique, de ceux qui la défendent. « Voulue » et revendiquée par les acteurs, cette proximité objective et symbolique au monde ouvrier les conduit peu à peu à se marginaliser et à être marginalisés dans l’espace journalistique qui connaît lui-même des transformations. La loi de 1935 sur le statut du journaliste professionnel est en ce sens un indicateur parmi d’autres (la « campagne contre les amateurs1 » engagée par le SNJ en est un second) de la clôture progressive des frontières du groupe professionnel et de son autonomisation. Le journalisme devient une activité à part entière, exclusive – du moins en principe – de toute autre activité et bien entendu de l’exercice de responsabilités politiques. L’ambivalence de la position des journalistes spécialistes du social s’explique par le double travail de mobilisation qui les contraint à exister dans le même temps comme journalistes professionnels et comme journalistes spécialisés. La définition des contours du social et du même coup du groupe professionnel se comprend à partir de deux stratégies apparemment antagonistes : l’une de mise en conformité avec les valeurs de l’espace journalistique et l’autre de distinction (socialement fondée par la proximité au mouvement ouvrier) vis-à-vis de ces valeurs. La définition du social, telle que la mettent en forme les journalistes, est ainsi le produit historiquement construit des tensions entre ces deux positions à l’intérieur d’un espace professionnel de plus en plus structuré et normalisé. Comprendre ce que sont actuellement les journalistes sociaux oblige ainsi à rendre compte d’une configuration historique et sociale toute différente. L’étude actuelle des contours du groupe et de l’intérêt qu’il met en forme ne peut certes faire l’économie d’une analyse des logiques qui ont conduit à le faire exister, mais doit surtout rendre compte d’une nouvelle « donne » sociale et professionnelle sur laquelle s’accordent les historiens et sociologues de la presse : celle de la transformation après la Seconde Guerre mondiale, de la structure et du fonctionnement du champ journalistique. Ces transformations de la profession journalistique recouvrent essentiellement deux dimensions2 par ailleurs intiment liées. La première est d’ordre démographique et touche au recrutement des agents qui composent le groupe professionnel. Ce recrutement3 se modifie en effet à différentes reprises dans l’après-guerre en France. D’abord, la Libération est suivie, comme dans d’autres milieux, d’une épuration qui conduit à un renouvellement du groupe qui passe par un fort renouvellement des titres. Si l’épuration des journalistes a parfois été qualifiée d’épuration tronquée, Chritian Delporte4 estime que la Commission professionnelle d’épuration a tout de même écarté 8,4 % des dossiers qu’elle a examinés. Si ce chiffre paraît relativement faible, il faut, ajoute cet auteur, prendre en compte que « les commissaires ne statuaient que sur des demandes » et que « les plus exposés [parmi les journalistes ayant continué leur activité sous le régime de Vichy] s’étaient bien gardés de présenter un dossier5 ». De son étude particulièrement documentée, il conclut qu’« au-delà des chiffres, on constate que l’assainissement entamé dès 1944, prolongé jusqu’en 1947-1948, renouvela profondément l’élite de la profession6 ». Il estime dans un ouvrage postérieur à son étude initiale7 « qu’un tiers environ des candidats à la carte en 1945 n’ont jamais exercé auparavant, et [que] plus d’un journaliste sur quatre est considéré comme stagiaire en octobre de la même année8 ».

  • 9 Les journalistes ayant 25-30 ans dans les années 1945 arrivent à la « fin » de leur carrière profe (...)
  • 10 Jean-Marie Charon, La presse en France, op. cit.
  • 11 Voir sur ce point Marc Martin, « L’espoir perdu des sociétés de rédacteurs 1965-1981 », Marc Marti (...)
  • 12 Erik Neveu, Une société de communication ?, Paris, Montchrestien, 1994, p. 102.
  • 13 CCIJP, Enquête Statistique et sociologique. Liste des titulaires de la carte professionnelle au pr (...)

4Ensuite, les années soixante sont marquées par une transformation de la population des journalistes professionnels. On dispose, pour évaluer celle-ci, d’indicateurs précis. L’enquête de 1974 est en grande partie consacrée à l’étude des nouveaux titulaires de la carte entre 1964 et 1971, qu’elle évalue à 5 141. On constate que la deuxième phase de cette période (la fin des années soixante et le début des années soixante-dix) correspond à l’arrivée d’une « nouvelle génération » de journalistes9, liée au « renouvellement rédactionnel10 » dont le mouvement des sociétés de rédacteurs11, qui apparaissent à cette époque, constitue un indicateur parmi d’autres. Ce renouveau s’explique tout à la fois par des mécanismes globaux touchant la société dans son ensemble (progrès de la scolarisation qui s’accompagne d’une croissance du nombre de travailleurs « intellectuels » aux dépens du secteur industriel) et l’espace médiatique en particulier (augmentation des titres et des organes de presse, dont la télévision, qui accroît l’offre de postes de journalistes disponibles). Cette analyse est à rapporter à celle qu’Erik Neveu12 fait de l’émergence des « communicateurs » dont les journalistes sont l’une des figures. Ce renouvellement est d’autant plus accentué qu’il coïncide sur la période, avec une augmentation très importante de la population journalistique : entre 195513 et 1990 le nombre des journalistes a quadruplé (il passe de 6 838 à 26 614). Ces effets « démographiques » ne sont pas sans incidence sur le fonctionnement du champ journalistique.

  • 14 L’enquête de 1966 consacre une ligne aux études supérieures partielles qui ont été engagées pour 1 (...)
  • 15 Voir sur ce point Denis Ruellan, Le professionnalisme du flou, op. cit., chap. I.
  • 16 On pense ici aux ouvrages de François-Henri de Virieu, La médiacratie, Flammarion, 1990, ou d’Albe (...)

5De plus, l’arrivée d’une nouvelle génération de journalistes se traduit par une élévation de leur niveau social d’origine et surtout par une élévation du niveau de leur formation (ce qui, compte tenu du lien existant entre réussite scolaire et origines sociales « bourgeoises » n’a rien d’étonnant). S’ils étaient 17 % en 196314 à avoir terminé leurs études supérieures, ils sont en 1990 plus de 68 % à être dans ce cas. Ce recrutement plus « élitiste » de la profession conduit à une transformation des représentations (internes et externes) du groupe professionnel et des principes de légitimité propres à cette activité. Le journalisme gagne ses lettres de noblesse (la profession fait, par exemple, « rêver » et alimente l’imagination des auteurs de fiction15). De nouvelles règles de fonctionnement et de nouvelles hiérarchies émergent au sein de l’espace professionnel. Ces dernières s’apprécient par exemple au travers de l’investissement « croissant » des journalistes professionnels sur le terrain de la « déontologie », qui apparaît dès lors comme un enjeu professionnel de première importance. On observe par exemple une propension croissante des journalistes à réfléchir sur leurs propres pratiques. Le développement de pratiques « réflexives » se traduit par la mise en place, dans la seconde partie des années quatre-vingt, de services et de rubriques « communication/médias » dans les journaux, ou même par le développement d’un véritable « créneau » éditorial, consacré et consacrant les réflexions journalistiques sur leur propre métier16.

6Ces quelques éléments, qui mériteraient chacun une analyse détaillée, sont simplement évoqués ici pour fixer le cadre d’une réflexion sur les journalistes sociaux et l’évolution de la spécialité depuis les années soixante, période pour laquelle il fut possible de recueillir une ultime liste des membres du conseil d’administration du « syndicat de la Bourse » qui participeront à la création d’une nouvelle association : l’Association des journalistes de l’information sociale dont les statuts seront officiellement publiés le 30 avril 1967. Même si cette création intervient avant la dissolution officielle du syndicat en 1975, la filiation entre les deux organisations est marquée, comme le montre le tableau 8, par un transfert quasi-systématique des derniers dirigeants du SJMS vers l’AJIS (six sur neuf).

Tableau 8. – Comparaison entre la composition du dernier conseil d’administration du SJMS et de la liste des membres fondateurs de l’AJIS.

Tableau 8. – Comparaison entre la composition du dernier conseil d’administration du SJMS et de la liste des membres fondateurs de l’AJIS.
  • 17 Les autres membres du comité fondateur de l’AJIS sont : Pierre Cames, journaliste à L’Humanité, Ar (...)
  • 18 Lettre à la préfecture de police de Paris, dossier archives cit.
  • 19 Voir par exemple la préface de l’Annuaire AJIS 1989-1990 et Annuaire AJIS 1993-1994 (p. 7).
  • 20 Sur les logiques de transformation d’une entreprise politique, voir Michel Offerlé, « Transformati (...)

7S’ajoutent à ces anciens « syndiqués de la bourse » onze nouveaux membres17, parmi lesquels un archiviste du SJMS en 1962, Tristan de Carné. De plus, si Henri Boët, secrétaire général du SJMS n’apparaît pas dans la liste des fondateurs de l’AJIS, il appartient lui aussi à cette association pour laquelle il tient, à partir de 1969, une permanence au ministère du Travail. Marquant encore plus cette continuité, certains membres fondateurs de l’AJIS poursuivent leurs activités au Syndicat des journalistes du mouvement social. C’est par exemple Max Rolland, président fondateur de l’AJIS qui, en 1975, prononce au titre de secrétaire général du syndicat de la Bourse la dissolution du SJMS18. Outre ces indicateurs objectifs des liens entre l’AJIS et le SJMS, on constate que la filiation entre les deux associations ne cesse d’être affichée et proclamée par ceux qui en sont les acteurs : « Malgré ce changement c’est la continuité : même esprit d’entraide, de coopération et de neutralité politique et philosophique, pour l’amélioration d’une information au service du progrès social19. » Cependant, enregistrer comme tel ce changement d’appellation semble insuffisant. Partant de ce premier constat, il convient d’engager une réflexion sur les significations et les raisons qui ont conduit et permis de telles modifications. La mise en place de l’AJIS ne peut en effet se comprendre comme une simple volonté de « modernisation » proclamée par les acteurs20. Elle renvoie plutôt, tant au niveau des journalistes qui y participent qu’au niveau de la mise en scène collective du groupe, à un moment fondateur d’une nouvelle identité du journaliste social qui se réfère ici aux transformations de l’espace journalistique dans son ensemble.

La confrontation de deux mondes journalistiques

  • 21 Sur l’intérêt d’une approche des mécanismes de définition et de délimitation des groupes ou des in (...)
  • 22 Jean-Pierre Dumont, ancien président de l’AJIS, nous a remis une partie des archives privées de l’ (...)

8La transition entre le Syndicat des journalistes du mouvement social et la création de l’AJIS s’apparente, dans le discours des acteurs, à « un changement dans la continuité ». Les principaux animateurs de « l’organisation historique » poursuivent leur activité, se dotant pour les représenter d’une organisation ayant une forme juridique différente de celle adoptée jusqu’alors : la forme associative. Prenant au sérieux l’usage que le groupe fait de son histoire, il convient maintenant de s’interroger sur ce changement organisationnel, au sens où ce dernier apparaît tout à la fois comme révélateur de nouvelles stratégies individuelles et collectives, de présentation du groupe et de ses membres, mais aussi comme un indicateur des transformations de la profession journalistique. En nous plaçant du côté de ceux qui sont à l’origine de l’association, en observant de façon minutieuse le sens qu’ils donnent aux changements dont ils sont porteurs, on comprend les raisons d’être et les significations d’une stratégie qui consiste pour un groupe, ici professionnel, à se doter d’organes nouveaux de représentation et à chercher à les imposer comme tels. La mise en place d’une structure « renouvelée » de représentation d’un groupe social ou professionnel est un moment particulièrement intéressant à observer car il est l’occasion pour les acteurs de déployer un ensemble de stratégies visant à imposer une « nouvelle » image de ce groupe. En ce sens, elle est un moment où se cristallisent les luttes autour d’une « bonne » définition de ce que doit être ici « le » journaliste social21. De plus – et c’est un avantage pour le chercheur – en se dotant de nouvelles structures organisationnelles, les membres du groupe produisent un ensemble de pièces – lettres, documents internes, etc.22 – qui souvent n’apparaissent pas dans les périodes de routines. La création de l’AJIS n’échappe pas à ce phénomène et loin d’être une simple continuité du Syndicat des journalistes du mouvement social, elle est aussi un moment où ceux qui revendiquent le monopole de la représentation du groupe se mettent en scène. Cependant, ces stratégies de redéfinition des frontières du groupe s’insèrent dans des cadres très précis : certains tiennent à l’histoire du groupe (il est impossible de faire table rase du passé); d’autres se réfèrent à l’environnement dans lequel évoluent ses membres et à la perception qu’ils ont de cet environnement (c’est-à-dire ici à l’évolution des règles du jeu qui structurent l’espace journalistique et à la manière dont les journalistes sociaux se les approprient ou les contestent); d’autres enfin dépendent des ressources que les acteurs sont « capables » et susceptibles de mobiliser pour imposer cette « nouvelle » identité au groupe (quelles sont celles qu’ils peuvent mobiliser pour « continuer » à jouer le jeu du journaliste professionnel tout en restant des journalistes sociaux ?). C’est en s’appuyant sur ces trois séries d’éléments et sur la manière dont ils s’agencent qu’il faut chercher à rendre compte de la création de l’AJIS et de sa signification. Les journalistes engagés dans ce processus doivent, pour « réussir » à imposer un nouveau mode de présentation et de représentation du groupe, inscrire leur action dans des logiques qui prennent en compte ces trois facteurs. De là, et à partir d’une population somme toute réduite de journalistes investis à un moment donné dans le social, il est possible de dégager deux types de journalistes sociaux, renvoyant à deux figures du journaliste professionnel qui coexistent dans les années soixante :

  • l’une fonde sa légitimité sur le modèle (traditionnel ?) du journaliste « résistant » et engagé qui apparaît à l’époque encore comme un modèle pertinent d’excellence journalistique23 ;
  • la seconde, plus récente, s’appuyant quant à elle sur de « nouvelles » ressources propres à l’espace journalistique, se fonde sur les diplômes comme gage essentiel de la compétence et du savoir-faire journalistique.

Une légitimité « traditionnelle » : le modèle du journaliste social engagé

  • 24 Nous appuierons notre recherche sur des entretiens réalisés avec six membres fondateurs de l’AJIS (...)
  • 25 Ce recours au militantisme pour affirmer une compétence professionnelle n’est pas propre aux journ (...)
  • 26 L’ordonnance du 30 septembre 1944 prévoit ainsi dans son article 8 : « À compter du 1er juillet 19 (...)
  • 27 Voir sur ce point L’enquête de la commission de la carte de 1966, op. cit., p. 23.
  • 28 Certaines grandes figures du journalisme d’après guerre ont eu accès à la profession grâce à leur (...)

9Une première figure du journaliste social « engagé » s’esquisse au travers de différents documents et témoignages24. Anciens membres ou non du Syndicat des journalistes du mouvement social, les journalistes représentants typiques de cette première figure fondent leur légitimité à intervenir sur le social sur leur engagement25 (notamment syndical et politique) et sur la position critique qu’il implique. Le journaliste est ainsi un acteur à part entière du jeu politique qu’il observe et le cas échéant dénonce. Cette posture journalistique s’explique à la fois par les biographies personnelles et professionnelles de ceux qui l’incarnent, mais aussi par les représentations qu’ils se font de l’espace journalistique et de la « fonction » particulière qu’ils attribuent au journaliste en général et au journaliste social en particulier. En effet, plus d’un tiers des fondateurs de l’AJIS ont entretenu avec le syndicat de la Bourse et les symboles qui y sont attachés (notamment la proximité au mouvement ouvrier) des rapports très étroits. Reconnus et appréciés comme « militants de la cause professionnelle », leur accès à la profession journalistique est souvent un prolongement de leur engagement politique, notamment dans la Résistance. Dans une profession largement épurée à la Libération, ce mode d’accès au journalisme n’a rien d’exceptionnel. Le recrutement, du fait des structures officielles mises en place dans l’immédiat après-guerre, se fait essentiellement par cooptation26. La jeunesse relative des journalistes dans les années soixante (les deux tiers d’entre eux ont moins de 45 ans) peut s’expliquer, comme le note l’enquête menée par la Commission de la carte, par « les changements survenus à la Libération dans le monde de la presse » qui ont conduit à « une réorganisation et à un renouvellement de la profession27 ». Les liens d’amitié politique noués avant mais surtout pendant la guerre constituent ainsi dans les entretiens un mode d’accès possible et même privilégié au journalisme28.

  • 29 Yvon Morandat est un résistant gaulliste de première heure lié à Jean Moulin. Il participa en 1941 (...)
  • 30 Ce journaliste était durant l’occupation membre de la Jeunesse socialiste révolutionnaire et du Pa (...)

Devenir journaliste : le poids d’un engagement politique
Journaliste n° 1 :
« C’est la résistance qui a fait de moi un journaliste… avant la guerre j’étais dans de petits journaux… qui s’appelaient Révolution, Lutte Ouvrière et à titre tout à fait bénévole… je fréquentais les imprimeries parce que j’apprenais à mettre en page à me méfier des typographes qui jouent des tours de cochon et à corriger un texte… vous voyez à le mettre en page à le corriger à le présenter… à mettre des intertitres et pendant l’occupation j’ai participé à la mise en place d’un journal qui n’a eu que trois exemplaires parce qu’il y a eu aussitôt des arrestations… qui s’appelait la Nation Libre c’était des socialistes de gauche qui faisaient ça… puis… j’ai participé à la rédaction des journaux qui appartenaient aux trotskistes la Vérité… et même un journal qu’on a publié en allemand et qui s’appelait Arbeiten Soldaten… […] puis… j’ai milité dans le Mouvement de Libération Nationale et j’y ai connu sous l’occupation en 1943 quelqu’un qui se faisait parachuter… de temps à autres qui était un syndicaliste chrétien rallié à de Gaulle, je crois qu’il avait le n° 52… au comité français de Londres… qui s’appelait Morandat29… […] et Morandat était devenu très socialiste au cours de ces quatre années de guerre… ou il était tout à fait gaulliste mais il pensait que le gaullisme ça devait déboucher à gauche et donc… quand Blum revient de déportation… en avril 45 il rencontre Léon Blum… et l’autre l’encourage dans un projet qu’il avait entrepris et qui était de créer une agence complémentaire de l’AFP… qui est devenue après l’ACP… c’est une agence qui sert les journaux de province surtout et qui reprend les informations de l’AFP pour en faire des synthèses… […] et Morandat cherchait des jeunes… et les camarades avaient dit vous connaissez [nom du journaliste] et je suis entré à l’Agence Européenne de Presse… et je suis devenu journaliste professionnel… je suis toute de suite devenu secrétaire de rédaction de l’étranger… […] et donc j’étais secrétaire de rédaction de l’étranger… […] et j’ai appris le métier comme ça en le faisant… et puis après l’AFP on changeait souvent de trottoir, on passait dans la maison d’en face parce qu’on gagnait mieux ou parce qu’on s’était pris le bec… avec le chef de service… et j’ai donc fait plusieurs boîtes jusqu’au moment où je suis revenu à Franc Tireur qui était… l’organisation30 à laquelle j’avais appartenu sous l’occupation… »
Journaliste n° 2 :
« Je suis devenu journaliste par accident, enfin par accident, il y a eu un tout petit détail de l’histoire il y a eu la guerre… alors je voulais faire des études de mathématiques, des études scientifiques, mais finalement je me suis retrouvé militaire et puis… l’armistice, mais je suis encore resté un an dans l’armée parce que j’étais de la classe qui restait encore un an dans l’armée et à mon retour j’ai été obligé de rester dans la clandestinité parce que j’avais une condamnation à deux ans de prison avant guerre pour provocations militaires et désobéissances, menées soi-disant anarchistes et propagande d’origine étrangère rien n’a été prouvé mais ils m’ont condamné comme ça […] voilà et bon j’ai été clandestin… ensuite arrêté évadé et j’ai commencé par diffuser un journal clandestin quoi La Vérité qui était le journal des trotskistes et puis j’ai écrit deux trois bricoles dedans et puis après la guerre j’ai continué j’ai écrit encore dans ce journal mais c’était… on ne gagnait pas sa vie, alors j’ai fait un peu des petits boulots, j’ai été manutentionnaire, représentant de commerce, etc. Et puis au moment où il y a eu le schisme entre Staline et Tito nous avons été de ceux qui ont pris contact avec les communistes yougoslaves et ils nous ont demandé d’organiser des brigades de jeunes en Yougoslavie pour remplacer les brigades organisées par le PC, alors nous avons fait ça et à mon retour je travaillais dans une messagerie de presse comme manutentionnaire et il y a un jeune camarade yougoslave qui m’a proposé de venir discuter avec le nouveau directeur de Talmio qui m’a proposé, après une discussion de deux heures, de travailler pour Talmio. C’était en 1951, j’avais travaillé avant dans un journal technique La Journée du bâtiment c’était des boulots… et puis ce journal a disparu… »
Journaliste n° 3 :
« Je me trouvais à Marseille où j’avais appartenu à un réseau et quand la Libération est arrivée à Marseille, les journaux en place ont disparu comme partout, et parmi les journaux créés, celui qui résultait du courant de mes amis de l’époque était le Méridional. Donc j’ai commencé même si je n’avais fait aucun type d’études pour le journalisme, j’aimais écrire, j’aimais observer et j’ai donc commencé ainsi au Méridional mais je me trouvais à Marseille en raison de l’occupation mais ma vie elle était à Paris et dès que ça était possible je suis retournée à Paris et j’ai participé à la création du bureau parisien de ce journal de Marseille qui à l’époque était associé à deux autres journaux de Lyon et de Lille et je suis devenue journaliste parlementaire et progressivement je me suis intéressée plus particulièrement aux questions sociales. Et quand le bureau parisien de ces journaux a disparu, ça devait être au début des années 50, 52, 53, je ne me souviens plus exactement, je suis rentrée dans un journal financier et toujours pour m’occuper des problèmes, des questions du parlement et puis je suis entrée au journal [quotidien national] en 56. »

  • 31 Entretien non enregistré. Max Rolland signale par exemple sa rencontre avec Phillipe Vianney, dire (...)
  • 32 Marcel Beaufrère est évoqué par un de ces amis dans un entretien comme un militant trotskiste, il (...)

10D’autres journalistes, tels Max Rolland31 ou Marcel Beaufrère32, ont aussi évoqué (ou sont évoqués pour) leur participation à des activités dans la Résistance. Pour d’autres encore, et particulièrement les journalistes communistes membres du comité fondateur de l’AJIS, ce passage par la Résistance n’est pas directement associé à leur parcours de journaliste professionnel, mais constitue une étape dans leur vie de « militant » et ainsi une dimension essentielle de leur activité journalistique :

  • 33 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à L’Humanité.

« Le cas particulier c’est celui des journalistes communistes… ça se comprend en général nous ne venons pas d’un milieu où il était convenu que nous devenions journaliste… la vie ça a été la guerre, j’ai 73 ans, ma vie ça a été la guerre et au lendemain de la guerre… des responsabilités relativement importantes dans le PC et à un moment donné… ça devait être en 54, le PC avait décidé d’insuffler dans la rédaction de L’Humanité quelques éléments ouvriers… qui avaient milité avec des ouvriers… j’ai été nommé voilà… c’est comme ça que les choses se sont passées… nous étions plus des soldats qu’autre chose, nous étions imprégnés de l’idée… nous étions des soldats33. »

  • 34 Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels, Enquête statistique et sociolog (...)
  • 35 Ibid.

11Évoquer ce type d’engagement pour affirmer leur compétence journalistique permet à ces journalistes, par ailleurs peu dotés en d’autres formes de capitaux, de justifier de leur place au sein d’une profession encore dominée, si ce n’est par les autodidactes, du moins par des agents n’ayant pas ou peu fait d’études supérieures. L’enquête de la Commission de la carte, publiée en 196634 et portant sur la population effectivement titulaire de la carte en 1963, montre ainsi que seuls 18 % d’entre eux ont effectivement terminé leurs études supérieures. Souvent en rupture avec le système scolaire – interruption d’études due à la guerre –, ils ont par ailleurs commencé trop tôt leur carrière journalistique pour bénéficier de la formation initiale du CFJ créé seulement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. C’est ainsi que près de 20 % de la population journalistique de 1963 déclare à la Commission de la carte avoir effectué des études supérieures partielles35. La formation « sur le tas », comme elle est le plus souvent définie dans les entretiens, se transforme ainsi en une compétence de journaliste « de terrain », c’est-à-dire de journaliste pouvant, grâce à ses connaissances précises du milieu qu’il couvre (réseau d’informateurs avec lequel il entretient des relations de confiance et même parfois « d’amitié »), connaître le secteur social sur lequel il travaille. Les rapports entre journalistes et syndicalistes sont ainsi le plus souvent vécus sur le mode de la complicité, et ce au-delà des appartenances syndicales. Un journaliste de L’Humanité répond dans ce sens à une question sur les relations qu’il entretenait avec les dirigeants d’autres syndicats que la CGT.

  • 36 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à L’Humanité.

« Bergeron, je le tutoyais parce qu’on avait le même âge. […] Et dans les conférences de presse, Bergeron disait volontiers. “Je sais qu’en disant cela je vais faire sursauter mon ami [nom du journaliste]”. Et paf, il envoyait une vacherie anti-communiste ou antiCGTiste, on le prenait du bon côté pour ce que c’était… c’était quand même fraternel. Avec la CFDT, pareil. Mes rapports avec Edmond Maire je veux pas dire que c’était des rapports… “Alors salut salut, qu’est ce que tu veux”. On se tutoyait, il me tenait pour ce que j’étais, pour un vieux syndicaliste plus vieux que lui. Vous voyez voilà. Nous parlions en syndicaliste, moi j’étais CGT journaliste à L’Huma et lui il était CFDT. Voilà, alors nos rapports ont été tout de même particuliers. Les journalistes sociaux avaient en général avec leurs interlocuteurs des rapports assez particuliers. Le tutoiement était de rigueur. Ah oui le tutoiement était de rigueur, sauf s’il y avait une différence d’âge trop importante. Mais je n’imagine pas un type comme X qui était à l’AFP dire “vous” à Séguy. Moi je ne m’imagine pas dire “vous” à Bergeron. C’est comme ça36. »

12De la même manière, un militant trotskiste, par ailleurs membre du syndicat FO des journalistes, peut entretenir avec les dirigeants de la CGT, « a priori hostiles » à son mouvement, des relations étroites fondées sur des expériences – dramatiques – partagées.

  • 37 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste dans une publication spécialisée.

« Q : Quelles étaient vos relations avec les syndicats, la CGT par exemple ?
R : Avec la CGT, il n’y avait pas de problème. On était reçu comme des copains,
j’ai bien connu Krasucki, et Séguy. Bien sûr ils connaissaient mes opinions, il nous appelait X et moi les vieux renards.
Q : Et ça ne posait jamais de problème ?
R : Ils ne pouvaient pas. Ils ne pouvaient pas dire que j’étais un hitléro-trotkiste puisque j’avais été déporté. J’ai été dans le même camp que Séguy à Mathausen et j’étais après dans le même camp que Krasucki puisqu’il était à Auschwitz37. »

  • 38 Questionnaire lancé par les dirigeants de l’AJIS à l’occasion des journées de l’information social (...)

13L’expérience politique ou syndicale est ainsi mise en avant comme un facteur de compétence proprement journalistique. Dans un questionnaire de 196938, parmi les douze journalistes fondateurs de l’AJIS qui ont fourni une réponse, cinq évoquent ainsi directement leur ancienne activité politique comme fondant leur intérêt journalistique pour le social.

  • 39 Formulation questionnaire AJIS.
  • 40 Le niveau d’étude indiqué est celui mentionné par les journalistes dans les questionnaires, à la q (...)

À la question
Aviez-vous acquis une expérience particulière des problèmes sociaux ?39
1. « Dix ans de responsabilité successive dans le syndicalisme aux PTT. Participation à la CGT clandestine et à la grève insurrectionnelle de 1944. Autogestion syndicale du bureau de tri de Saint-Nazaire » (journaliste depuis 1946, formation initiale40 : primaire).
2. « Activité politique, travail professionnel dans un organisme syndical » (journaliste depuis 1955, formation initiale : baccalauréat, 1re partie du certificat d’études de l’institut de prévision économique et social du CNAM).
3. « Oui par une expérience militante » (journaliste depuis 1937, formation initiale : autodidacte).
4. « Expérience militante » (journaliste depuis 1955, formation initiale : BEPC).
5. « Militant ouvrier » (journaliste depuis 1959, formation initiale : études primaires).

  • 41 Selon le Dictionnaire du mouvement ouvrier, op. cit. (vol. 22), le père de ce journaliste fut à la (...)

14La référence au militantisme est de plus étroitement associée au niveau scolaire : les journalistes qui l’invoquent se caractérisent en effet par la « faiblesse » de leurs titres scolaires. Mais l’expérience militante n’est pas la seule ressource mobilisée pour attester de sa capacité à parler du social. Certains journalistes usent parfois de leurs origines, ou de leur environnement familial, pour justifier de leur intérêt et de leur capacité à intervenir sur ce thème. À la question Pourquoi avez-vous été amené à couvrir l’information sociale ?, un journaliste (formation initiale : BE-BEP) évoque par exemple son père syndicaliste (« Division Marcel Bidout, Père Syndicaliste, fera du social. Rompez »). Dans l’entretien que nous avons réalisé avec ce journaliste, il évoque à nouveau l’importance de son père41 tant pour le déroulement de sa carrière de journaliste que pour expliquer son intérêt pour le social :

  • 42 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste.

« Q : Comment êtes-vous devenu journaliste ?
R : Écoutez, ça c’est passé très simplement, mon père était un militant syndicaliste et au lendemain de la Libération, comme j’avais fait que des bêtises, j’avais été éjecté de mon bahut avant la guerre, j’avais travaillé aux assurances sociales et à la Libération, je me suis dit que j’aimerais bien faire autre chose… travailler dans un bureau, j’avais encore passé quelque temps à la sécurité… ben mon père il me dit : “j’ai des tas de copains journalistes, t’étais toujours premier en français…”, bon j’ai dit ça m’intéresserait effectivement… je suis rentré au Populaire c’était disons socialiste… et bon c’était Marcel Bidout qu’était rédacteur en chef à ce moment-là puisque mon père étant syndicaliste voilà42… »

15Deux autres journalistes soulignent de la même manière leur environnement familial, comme si ce dernier était la preuve de leur capacité à redresser une forme d’injustice qu’ils ont eux-mêmes connue :

  • 43 Question formulée dans le questionnaire AJIS 1969.
  • 44 Extraits questionnaire AJIS 1969, dossier archives privées de l’AJIS.

Aviez-vous acquis une expérience particulière des problèmes sociaux ?43
1. « Enfance et adolescence dans une famille ouvrière, autodidacte, travail sur les quais à Marseille » (journaliste depuis 1935, licence en droit).
2. « En naissant dans une commune rurale où il y avait une grosse usine, un châtelain, un curé et un instituteur » (journaliste depuis 1948, études interrompues au lycée pour raisons de santé)44.

16Les origines familiales sont aussi mobilisées dans les entretiens pour attester d’une compétence spécifique sur le social :

  • 45 Selon le Dictionnaire du mouvement ouvrier, op. cit. (vol. 11), le père de ce journaliste fut « mi (...)
  • 46 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste de la presse spécialisée.

« Je n’avais pas de formation sociale… le social est venu parce que j’ai fait de la politique… parce que je lisais les journaux, j’étais favorisé parce j’ai eu un père qui était l’un des fondateurs du Parti ouvrier français45 avec Paul Lafargue et qui a été député… et il a fondé un syndicat d’ailleurs en 1884, vous voyez… il avait 50 ans de plus que moi, il faut dire c’est pour cela que j’ai une mémoire qui fait plus d’un siècle46. »

17La première figure du journaliste se fonde donc sur une conception traditionnelle de la fonction de journaliste social, produit de l’histoire particulière de la spécialité professionnelle, marquée par une proximité au mouvement ouvrier. Cependant, s’il est encore possible d’user de ce genre de ressources à cette période, et pour ces journalistes « ancienne » génération, se dessine, à côté de ce modèle traditionnel, une nouvelle forme de légitimité : celle que tentent d’imposer de « nouveaux entrants » dans la profession et qui s’inscrit dans le processus croissant de « rationalisation » de l’activité journalistique.

Une « nouvelle » figure journalistique : une légitimité « légale rationnelle »

  • 47 Selon l’enquête CEREQ, op. cit.
  • 48 Ibid.

18La création de l’AJIS met en évidence une seconde figure du journalisme social. Se distinguant de la première, d’abord par un critère « générationnel » – ce sont des journalistes entrés plus tardivement dans la profession – ils ont accès, du fait des attributs dont ils sont dotés, à certaines ressources qu’ils tendent à imposer comme principes d’excellence et comme fondements de leur compétence à rendre compte du social. Au centre de ce dispositif, c’est le capital scolaire (une formation supérieure) qui semble le plus valorisé et mis en avant. L’augmentation du niveau d’études et l’usage qui peut être fait du diplôme est d’autant plus signifiant – et plausible – chez ces journalistes sociaux qu’il correspond et s’inscrit dans un phénomène plus large touchant l’ensemble de la profession. L’enquête réalisée par le CEREQ47 auprès des nouveaux titulaires de la carte entre 1964 et 1971 confirme en effet cette transformation du recrutement qui s’opère parmi les journalistes. Si en 1964, 38 % des journalistes ont entamé des études supérieures, plus de la moitié d’entre eux ne les ont pas achevées (19,3 % selon l’enquête de 1966). Les « nouveaux entrants » dans la profession (ceux ayant obtenu leur carte entre 1964 et 1971) sont quant à eux plus de 46 % à avoir fait des études supérieures48.

19Ce phénomène se retrouve au niveau de l’AJIS. Les journalistes les plus récemment entrés dans le « métier » (autour des années soixante) sont en effet plus diplômés que ceux qui ont commencé leur carrière dans l’immédiat après-guerre. L’un des plus « jeunes » fondateurs de l’AJIS (non pas apprécié d’un point de vue biologique mais du point de vue d’entrée dans la profession : journaliste depuis 1964) est aussi, avec une licence en droit, un DES d’économie politique et de droit public et un diplôme de l’IEP de Paris, l’un des plus diplômés. Un autre, journaliste depuis 1956 est quant à lui licencié en droit et se définit lors d’un entretien « comme le benjamin » (i. e. de l’AJIS). Il ne mentionne d’ailleurs jamais, dans l’entretien qu’il nous a accordé, un quelconque engagement politique ou syndical. Ce phénomène est de plus confirmé lorsqu’on s’intéresse aux autres membres de l’AJIS qui, sans être fondateurs de l’association, ont répondu au questionnaire. Sur ces vingt-sept personnes qui pour la plupart ont une expérience journalistique récente (seize d’entre elles sont rentrés dans le journalisme après 1959), vingt déclarent avoir fait des études supérieures. Signalé à la question « formation » du questionnaire AJIS, le diplôme ou les études suivies sont aussi mentionnés pour répondre à la question sur l’expérience et donc justifie la compétence à décrire et à parler du social.

  • 49 Formulation questionnaire AJIS.

Avez-vous acquis une expérience particulière des problèmes sociaux ? Laquelle ?49
1. « Par l’emploi et la formation » (journaliste, fondateur AJIS, licence en droit, DES économie politique, diplôme de l’IEP, entré dans le journalisme en 1965).
2. « Par ma formation initiale » (journaliste adhérent AJIS 1969, diplômé de science politique, licence de droit, entré dans le journalisme en 1949).
3. « Pas d’expérience particulière sinon des études spécialisées » (journaliste, 36 ans, journaliste depuis 1960 adhérent AJIS, licence de droit, plus diplôme de l’institut du travail de Lyon).
4. « Expérience théorique poussée en droit du travail », « option au niveau du DES et choix au niveau de la thèse de doctorat, expérience pratique en droit de la sécurité sociale, travail pendant 13 ans » (journaliste, 36 ans en 1969, journaliste depuis 1966, adhérent de l’AJIS en 1969).

  • 50 Selon l’enquête CEREQ de 1974, op. cit. (cette question ne figurait pas dans l’enquête de 1966), 5 (...)

20Cette référence au diplôme est parfois assortie d’une référence à une expérience professionnelle préalable, ce qui là encore n’est pas pour les journalistes qui arrivent dans la profession un parcours complètement « atypique » au regard des évolutions globales du recrutement journalistique de l’époque50.

  • 51 Formulation questionnaire AJIS.

Avez-vous acquis une expérience particulière des problèmes sociaux ? Laquelle ?51
1. « Comme salarié pendant un an (en fin d’études de droit) à l’UNAF (Union nationale des associations familiales) » (journaliste, 38 ans en 1969, fondateur AJIS, journaliste depuis 1956, licence en droit).
2. « Consultation juridique » (journaliste adhérent AJIS 1969, Docteur en droit, journaliste depuis puis 1956).
3. « Je suivais d’assez près les travaux du secrétariat social de Versailles » (journaliste, adhérent AJIS, 43 ans en 1969, journaliste depuis 1965, licence de lettres).
4. « Pendant 6 ans, préparation de projets, de rapports pour la commission d’experts sur l’application des normes internationales du travail » (journaliste, 37 ans en 1969, adhérent AJIS, diplômé de science politique et DES de droit privé).
5. « Travail dans les services du ministère de la Justice (éducation surveillée) » (journaliste, 29 ans, adhérent AJIS 1969, licence de droit).

21Ce modèle de légitimité journalistique dont sont porteurs les nouveaux entrants dans la profession peut être considéré comme un modèle « montant ». C’est ainsi que, sans renverser les valeurs propres à la figure du journaliste « résistant », engagé et fondant sa légitimité sur les liens qui l’unissent à ses informateurs, il s’impose aux plus anciens de la profession qui intériorisent, en le reconnaissant, la dévalorisation de leurs propres attributs. Les « anciens » dénoncent ainsi parfois ces éléments qui fondent cette « nouvelle » légitimité journalistique entérinant de cette façon sa pertinence. À la question sur l’acquisition d’une compétence préalable sur les problèmes sociaux, un journaliste, fondateur de l’AJIS sans diplôme supérieur, dénonce ainsi l’IEP :

« Comme beaucoup de mes confrères n’ayant pas fait sciences po, je m’efforce de voir les choses telles qu’elles sont et non pas telles qu’on croit les voir rue Saint-Guillaume. Tout ici est expérience, rien n’est science. »

  • 52 Un journaliste, répondant au questionnaire de l’AJIS en 1969 et ne cessant de signaler son déclass (...)
  • 53 Le poids des écoles de journalisme ne doit cependant pas être surévalué. Si ce mode d’accès à la p (...)

22De même, l’engagement politique qu’on leur oppose est en quelque sorte retourné aux dépens de ceux qui progressivement les remplacent52. S’esquisse donc, dans leur discours, un contre-modèle qui révèle la transformation à cette période des modes de légitimation de la compétence au sein du groupe. Il semble donc difficile de déterminer un profil unique des premiers adhérents de l’AJIS. Les éléments dont on dispose nous permettent simplement d’esquisser l’hypothèse d’une coexistence à l’intérieur de l’association de deux générations de journalistes. La première qui compte d’anciens journalistes ayant été membres ou non du SJMS correspond au modèle du journaliste « résistant ». Moins pourvu en capital culturel, ils tiennent leurs compétences de la proximité au milieu qu’ils ont la charge de « couvrir ». La seconde génération est quant à elle composée de journalistes ayant un profil plus conforme aux évolutions générales que connaît la profession : ils possèdent des diplômes universitaires et/ou ont suivi une formation initiale en droit, en science politique, en histoire ou même en journalisme53. Ces deux modèles coexistent au sein de l’AJIS – comme ils coexistent au sein de la profession journalistique – sans que l’un ou l’autre ne s’impose réellement (du moins pour la période qui nous intéresse ici). Ils nous éclairent ainsi sur les conditions de création de cette association qui peuvent s’analyser comme une tentative visant à faire tenir ensemble deux logiques journalistiques : celle de « l’engagement partisan » et celle de « l’efficacité professionnelle ».

Militantisme et professionnalisme : l’AJIS comme organisation de compromis

23La dualité des modèles représentés dans le groupe des journalistes sociaux éclaire les logiques qui présidèrent à la création de l’AJIS. D’abord produit d’une histoire spécifique, la dimension politique déjà présente dans les représentations les plus diffusées du groupe des journalistes sociaux est au cœur du processus d’installation de l’organisation. Cette référence à l’engagement « militant » semble à ce point constitutive de l’identité collective du groupe qu’il n’est pas possible pour ceux qui s’en prévalent de l’écarter complètement de leur mode d’intervention sur le social. Même si l’AJIS se présente comme une association « pluraliste », c’est en terme d’affiliation politique multiple que ce pluralisme se décline. Cependant, cette référence explicite à l’engagement « militant » de l’association et de ses membres ne constitue pas le seul fondement de leur identité collective. Prégnante dans les échanges internes au groupe et visant surtout à se construire une « identité pour soi », elle est dans d’autres lieux, et du fait même de l’environnement dans lequel elle s’opère, neutralisée. L’association doit dès lors permettre, pour ceux qui l’animent, la réhabilitation publique d’un journaliste social non plus militant mais professionnel à la fois efficace et techniquement compétent.

Une représentation militante de l’association

24Il ne s’agit pas ici de considérer que l’AJIS soit une organisation qui participe à la compétition politique mais de montrer que le « projet » qu’elle développe est le plus souvent formulé en des termes renvoyant directement au vocabulaire et à un mode de vision proprement politique. Si en changeant le nom du Syndicat des journalistes du mouvement social en association, les premiers fondateurs entendent de manière explicitement stratégique se séparer des symboles qui les relient à la Bourse du travail et au mouvement ouvrier, ils ne peuvent cependant, du fait de leurs expériences préalables et de leurs parcours biographiques et professionnels spécifiques, écarter un mode d’action intériorisé, en l’occurrence emprunté au politique. Cette « transformation » présentée comme stratégique s’accompagne d’une nouvelle mise en scène du groupe. L’Association des journalistes de l’information n’a plus son siège à la Bourse du travail mais au ministère du Travail (rue de Grenelle); et pour ce qui est de son secrétariat, au siège de la revue Liaisons sociales.

  • 54 L’un des journalistes fondateur de l’AJIS nous avait même préparé la liste des fondateurs de l’AJI (...)

25L’AJIS apparaît encore comme une « organisation de militants » ou du moins pensée comme telle pour ceux qui justement se prévalent d’un passé politique. À cet égard, un seul de nos interlocuteurs, dont l’engagement politique n’a d’ailleurs jamais été explicitement mentionné dans l’entretien, ne détaille pas les appartenances politiques des autres membres fondateurs ; à l’inverse, les autres se réfèrent le plus souvent, pour présenter leurs confrères, à leur appartenance politique ou syndicale54. Chaque énumération renvoie en fait à une description détaillée et une représentation de ce que peut être la « gauche » du paysage politique : un tel était « socialiste », un tel « socialiste de gauche », un autre « communiste stalinien », un quatrième « trotskiste », le suivant « chrétien social ». Tel fondateur appartenait par ailleurs à « Force Ouvrière », à la « CFDT », à la « CGT » ou « aux autonomes ».

  • 55 Les journalistes que nous avons rencontrés n’hésitent d’ailleurs pas à dire explicitement leur pos (...)

26Chaque membre de l’AJIS situe selon l’idée qu’il se fait de sa propre position55, ses confrères sur l’échiquier politique et/ou syndical. Ce mode de présentation est considéré par eux comme naturel. De plus, au-delà de ces opérations de classement, la majorité des membres de l’AJIS se réfère d’abord et avant tout à une activité de militant où « information sociale » et « progrès social » se confondent.

  • 56 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à L’Humanité.
  • 57 Idem.
  • 58 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à Liaisons sociales.

« Or venaient ici [à l’AJIS] des gens de tous les canards, y compris du Figaro qui avaient quand même la fibre sociale. C’était comme ça oui, ils l’avaient à leur manière, oui, ils souhaitaient qu’il y ait une promotion sociale. Ils ne la voyaient sûrement pas comme nous [les journalistes de L’Humanité] mais ils étaient attachés au progrès social de manière très lointaine parfois, mais tout de même. […] Et les gens qui étaient simplement là pour gagner leur croûte parce qu’il faut bien vivre, ils étaient plus ou moins convaincus de ce qu’ils écrivaient. […] On ne leur jetait pas la pierre, on comprenait bien. Mais si on les prenait en aparté, je ne sais pas mais ils avaient forcément la tripe sociale56. »
« Il n’est pas anormal que les journalistes, qui au bout d’un certain temps s’occupent de l’information sociale, acquièrent les idées qui les rapprochent de ceux dont ils s’occupent… la majorité de ces gens là [ceux de l’AJIS] aux trois quarts ce sont des gens de gauche57. »
« Q : Et donc l’AJIS s’est créée sur des liens d’amitié ?
R : D’amitié oui mais politiques aussi. Il y avait quand même des conceptions qui étaient voisines. C’étaient pas seulement des liens affectifs, mais aussi des rapports de conviction même si quelquefois on n’était pas d’accord sur certaines tactiques politiques, mais on discutait. […] Malgré tout, les journalistes de l’information sociale étaient intéressés aux problèmes sociaux… ils n’étaient pas indifférents, même au Figaro [plus loin dans l’entretien notre interlocuteur ajoute] Enfin, il est difficile d’être de droite quand on s’occupe des problèmes sociaux58. »

27Au vu des représentations dominantes que ces journalistes se font de leur propre position, la fondation de l’AJIS s’inscrit dans un registre politique : la référence aux « schèmes » d’appréciation politique est omniprésente dans la présentation qui est faite de l’association. Ces représentations sont à ce point solidifiées que les journalistes actuels ont de leurs prédécesseurs une image qui les associent largement à un engagement militant :

  • 59 Entretien journaliste quotidien national/rédacteur à la rubrique sociale depuis le début des année (...)
  • 60 Entretien journaliste/chef du service économie social d’un quotidien national, à la rubrique socia (...)

« Avant, il y avait une petite rubrique sociale avec des pauvres vieux qui pensaient qu’ils avaient un rôle à jouer. C’est pour cela qu’ils avaient créé un machin qui s’appelait le mouvement social, qui fera l’AJIS, plus tard. Et ils étaient persuadés et d’ailleurs ils le faisaient par militantisme naïf, ils étaient persuadés qu’ils avaient un rôle à jouer dans la propagation des idées59. »
« On disait des journalistes sociaux que c’était avant tous des militants… des gens très engagés politiquement… le journaliste social était considéré classiquement comme étant plutôt de gauche que de droite… parce que s’intéresser au social c’était déjà un peu suspect… et plus de gauche que de droite… et surtout on disait qu’ils étaient engagés syndicalement le taux de syndicalisation était très élevé chez les journalistes sociaux et qu’ils avaient des casquettes syndicales60. »

  • 61 Max Rolland, président de l’AJIS, Annuaire AJIS 1976.
  • 62 François Lacroix, président de l’AJIS, Annuaire AJIS 1970.
  • 63 Ibid.

28La dimension politique du journalisme social est parfois rendue publique. Ainsi, la rubrique sociale, telle qu’elle est définie dans les statuts même de l’AJIS, est une rubrique qui, comme le mentionne jusqu’en 1976 l’annuaire est au « service du progrès social61 ». L’association revendique en 1970, comme l’annonce le titre de l’introduction du premier annuaire, une « vocation sociale62 » et l’amélioration de la place de l’information sociale qui « doit trouver sa voie pour contribuer plus efficacement aux développements du progrès social63 ». Lors de l’assemblée générale du 30 mars 1968, le rapport d’orientation souligne ainsi la « vocation » des journalistes membres de l’AJIS :

  • 64 Assemblée générale ordinaire du 30 mars 1968, schéma du rapport d’orientation, dossier archives pr (...)

« Nous sommes profondément humains, concrets, pratiques. Nous ramenons les chiffres, les faits, les événements à l’échelle de l’homme, nous sommes aux côtés de ceux qui peinent qui manifestent, qui souffrent. Nous ne les rencontrons pas un jour pour les oublier le lendemain. Nous suivons leur progression. Nous participons à leurs conquêtes. Nous nous sentons particulièrement responsables. Nous sommes pris dans la mêlée. Nos articles aident ou contrecarrent les actions des organisations ouvrières… En plus de faire bien notre métier, nous partageons le sentiment de servir une grande cause, celle du progrès social64. »

29De la même manière, en 1969, lors des journées de l’information sociale, l’accent est mis sur cette même « volonté de progrès social » et d’ancrage à « gauche » de l’association et de ses membres :

  • 65 Annuaire AJIS 1970, compte rendu des journées de l’information sociale de novembre 1969.

« Il existe une liaison évidente entre la recherche du progrès social et le développement de l’information sociale. Le rôle de l’information sociale doit être de promouvoir et de répandre le progrès social… pour certains, une véritable information sociale ne peut être que de gauche65. »

  • 66 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste dans un quotidien national.

30Pourtant cette référence à « l’engagement politique » doit être nuancée dans les discours publics pour « répondre » aux évolutions de la profession. Si les membres de l’AJIS continuent de s’identifier à partir de critères politiques, ils cherchent aussi dans ce domaine à faire la preuve de leur « pluralisme ». C’est ainsi que l’une des fonctions initiales de l’AJIS est de rassembler des journalistes d’horizons politiques différents : « J’ai toujours tenu pour ma part à ce que les journalistes de l’Huma et de la VO soient invités à toutes les manifestations et aient des responsabilités dans le conseil d’administration » nous précise par exemple ce journaliste d’un quotidien national66 qu’il définit lui-même comme « non communiste ».

  • 67 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste presse spécialisée.
  • 68 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à L’Humanité.

« À l’AJIS, on avait voulu qu’il y ait un représentant de chaque quotidien, donc par conséquent il y a eu des représentants du PC, il y avait pas mal de représentants de la presse communiste… alors il y avait toute une série de bons camarades sur le plan journalistique, des gens de l’Humanité, de la Vo, d’Antoinette » nous a expliqué un journaliste presse spécialisée, se présentant comme militant trotskiste67.
« On regardait à ce que le dosage soit maintenu. c’était très spécial, je ne votais pas forcément pour des gens de l’Huma ou de la Vo ou des gens que je soupçonnais d’être des gens de gauche. Je veillais aussi à ce qu’il y ait des gens du Figaro de façon à ce qu’il y ait une représentativité… si j’avais un choix à faire bien sûr je prenais quelqu’un que je connaissais mais il m’importait beaucoup qu’il y ait quelqu’un du Figaro. L’AJIS sans le Figaro c’était pas l’AJIS et l’AJIS sans l’Huma c’était pas l’AJIS non plus. Mais c’était quelque chose de reconnu ouvertement, et on avait l’ambiance de la création de l’AJIS c’était ça aussi. Tout le monde. La représentativité autant que je m’en souvienne, c’était ça. C’était bien dosé » nous dit un journaliste de L’Humanité68.

31La référence au politique constitue donc un passage obligé, même lorsqu’il s’agit de nuancer la spécificité de l’ancrage politique de l’association. Constitutive de l’identité des journalistes sociaux telle qu’elle s’est historiquement construite, cette référence au militantisme est donc formulée pour tenir compte dans la présentation que les journalistes sociaux font d’eux-mêmes, des évolutions propres à l’espace journalistique. Cependant s’il est possible d’affirmer que la pluralité des « opinions représentées à l’AJIS » est garante de l’indépendance de l’association, les membres de l’AJIS doivent aussi attester de leur qualité de journaliste professionnel. La mise en scène collective du groupe intègre ainsi de « nouveaux » éléments dont sont porteurs les journalistes les plus jeunes et les plus diplômés qui investissent au même moment l’association et plus largement la profession journalistique. Il convient pour les membres de l’AJIS – et comme si cette question leur posait en elle-même une difficulté – de faire de leur organisation non plus une association de journalistes militants mais une association de professionnels.

Une représentation fonctionnelle de l’organisation

32La création de l’AJIS, telle qu’elle est évoquée dans les discours individuels des acteurs et dans les documents plus officiels destinés à diffuser une image publique de l’organisation, est caractérisée par la valorisation d’un savoir-faire technique aux dépens d’une connaissance « empirique » et d’une proximité au milieu – ici syndical – duquel « émanent » les informations. Il s’agit alors pour ses porte-parole de faire de l’AJIS une organisation de journalistes plus conformes aux représentations communes de la profession telle qu’elles s’esquissent à la fin des années soixante. L’AJIS est en ce sens présentée comme une association au service du journaliste professionnel et comme un « moyen » d’instrumentaliser les relations entre journalistes du social et sources d’informations.

  • 69 Sur l’usage public des parcours biographique, on se reportera au travail d’Eric Agrikoliansky, « B (...)
  • 70 On sait par exemple que Max Rolland fut président (membre du comité fondateur) du syndicat des jou (...)

33L’AJIS se présente « publiquement » d’abord et avant tout comme une organisation de journalistes. Il s’agit pour elle – et à titre collectif – de mettre en avant sa capacité à représenter des professionnels de l’information et de la presse. Pour ce faire, les membres dirigeants de l’association mettent en avant les entreprises de presse qu’ils représentent ainsi que des objets et des valeurs visant à faire montre de leur indépendance et de leur capacité à se situer hors de schémas proprement politiques pour se situer de manière plus franche dans un espace professionnel en voie de recomposition. Dans les documents destinés à promouvoir l’association (auprès du public, des collègues, des « informateurs »…), chaque adhérent de l’AJIS est présenté non plus comme un représentant d’un « courant » politique mais comme un employé d’organes de presse diversifié. Toutes les références à une quelconque organisation politique ou syndicale disparaissent ainsi des biographies « publiques69 » des représentants de l’AJIS. Lorsqu’on se rappelle de la présentation qui était faite des « héros » du Syndicat des journalistes du mouvement social, tous connus, reconnus et présentés pour leur rôle dans le mouvement ouvrier, on doit remarquer par comparaison que les adhérents de l’AJIS sont à l’inverse dénués dans la présentation qu’ils font d’eux-mêmes, de tous les attributs qui signaleraient une éventuelle proximité au mouvement ouvrier. Les références personnalisées à la défense des intérêts professionnels (comme celles de dirigeants ou membres d’un syndicat de journalistes70), si valorisées jusqu’alors, sont gommées dans les biographies individuelles. Le représentant de l’AJIS, le journaliste social tel que les membres de l’organisation le construisent, se doit de représenter « LA » presse dans toute sa diversité. Le comité fondateur de l’AJIS offre ainsi un large panorama des organes de presse susceptibles d’être intéressés par le social :

  • la presse spécialisée, avec trois représentants de Liaisons sociales et un représentant de L’Usine nouvelle ;
  • la radio, avec un représentant de l’ORTF ;
  • la presse quotidienne nationale, avec un représentant du Monde du Figaro, un de France-Soir et un du Parisien Libéré, et pour la presse politique deux représentants de L’Humanité ;
  • les agences de presse, avec l’AFP et l’ACP ;
  • la presse régionale quotidienne, avec un membre de la rédaction de Paris Normandie et un du Dauphiné Libéré ;
  • et enfin la presse magazine, avec Le Nouvel Observateur et L’Express.
  • 71 Communiqué de presse du 28 avril 1967 annonçant la création de l’AJIS et la désignation du bureau (...)

34Cette diversité est à nouveau rappelée dans les communiqués destinés à rendre publique l’existence de l’association et dans lesquels, en dehors des noms de journalistes suivis du média qui les emploie, on retrouve signalé le fait que l’AJIS « regroupe les rédacteurs des rubriques sociales des différentes formes de presse71 ». Couvrir les différents types de presse ou du moins mettre en avant cette diversité est une préoccupation constante des membres de l’AJIS. Inscrite dans les statuts (l’article 2, alinéa 2, prévoit ainsi que le but de l’association « est de favoriser la rubrique sociale dans toutes les formes de presse »), cette vocation de l’association à « la représentativité » ne cesse d’être réaffirmée et mise en chiffres. François Lacroix, président de l’AJIS, rappelle ainsi en 1970, lors de la première publication de l’annuaire, que :

  • 72 Annuaire AJIS 1970. Lors de l’assemblée générale ordinaire de 1971, le président commence de la mê (...)

« Trois ans après sa création, l’AJIS compte sur l’adhésion active de plus d’une centaine de journalistes représentés dans près de 85 titres et organes de presse se répartissant en 25 quotidiens de Paris ou de Province, 50 publications ou hebdomadaires spécialisé (e) s, 9 agences de presse et radiotélévision72. »

  • 73 Lettre de Max Rolland au rédacteur en chef du 28 avril 1967, archives privées cit.
  • 74 Voir sur ce point Denis Ruellan, Les « pro » du journalisme, op. cit.

35Souligner de la sorte la diversité des origines de ses représentants permet ainsi d’attester de l’intérêt porté dans différents lieux à l’information sociale et, en quelque sorte, d’affirmer son importance et celle de ceux qui en ont la charge. Max Rolland, premier président de l’AJIS, dans une lettre envoyée aux rédacteurs en chef susceptibles d’être intéressés par l’AJIS, reprend d’ailleurs ce type de généralisation. Si l’AJIS est créée, c’est pour « servir les intérêts [du] journal […] et de la presse en général » et ce « dans l’intérêt même des lecteurs73 ». Les journalistes sociaux cherchent ainsi à effacer les caractères spécifiques et parfois stigmatisants de la qualité de rédacteur social en construisant leur identité professionnelle sur des critères neutralisés et partagés par l’ensemble des représentants de la profession tels que ceux qui fondent par exemple la distinction retenue dans les statistiques officielles entre les journalistes par type de presse. L’usage que les journalistes de l’AJIS font de la même manière du droit – et de la définition légale du journaliste professionnel – et des règles (plus informelles) de la profession constitue un moyen d’affirmer son appartenance au groupe des journalistes. Attester de sa qualité de journaliste passe par l’usage et la valorisation de la carte d’identité professionnelle qui est au centre du dispositif que l’AJIS déploie pour faire des journalistes sociaux des professionnels à part entière. Comme s’il était possible de leur contester cette qualité, le droit est mobilisé pour garantir de l’effectivité de ce statut et du même coup de la légitimité des membres de l’AJIS à exercer leur activité en tant que professionnel. On connaît le poids des dispositions légales dans le processus de professionnalisation journalistiques. L’adoption de la loi du 30 mars 1935 ainsi que la mise en place d’une carte professionnelle en 1936 sont considérées par beaucoup comme l’aboutissement des luttes professionnelles. Aujourd’hui encore, c’est dans le cadre de procédure judiciaires qu’est contestée l’attribution ou la non-attribution de la carte attestant de la qualité de journaliste professionnel74. Cette carte est donc en quelques sortes une des premières exigences, une des preuves minimale de l’appartenance au groupe professionnel. Garantie juridique, elle est aussi en quelques sortes et peut-être faute de mieux opposable aux tiers en derniers ressorts, et ce même lorsque les capacités professionnelles sont remises en cause. Les statuts de l’AJIS exigent ainsi la carte d’identité du journaliste professionnel comme condition indispensable à l’adhésion. Dans le premier numéro de AJIS Information, cette condition spécifique d’adhésion est ainsi reproduite à deux reprises sur une même page :

  • 75 AJIS Information n° 1.

« Notre association est ouverte à tous les titulaires de la carte d’identité des journalistes professionnels qui traitent habituellement des questions sociales. Il est possible d’inviter des confrères qui ne sont pas membres de l’association à certaines de nos manifestations. Mais la possession de la carte est indispensable pour l’adhésion75. »

36Suit un encadré d’appel à adhésion :

  • 76 Ibid.

« Rappelons que nous avons demandé de nous faire parvenir la liste des confrères (avec adresse) susceptibles d’être intéressés par notre initiative [donc d’adhérer s’ils sont bien journalistes professionnels] – pour ceux travaillant pour la presse française : cartes d’identité des journalistes professionnels – et traitant plus spécialement des questions sociales76. »

  • 77 Compte rendu de la réunion fondatrice de l’AJIS du 7 avril 1967, archives privées cit.

37Cette volonté de marquer une frontière stricte entre les journalistes professionnels et les non-journalistes est aussi une question discutée lors de l’adoption des statuts. Comme si l’appartenance des journalistes sociaux au groupe des journalistes professionnels n’allait pas de soi, l’article 5 des statuts précise les conditions d’adhésion des membres d’honneurs afin de « marquer nettement la pré-dominance des journalistes professionnels et séparer d’une manière évidente les non-journalistes des autres77 ».

  • 78 Communiqué avril 1967, et Annuaire AJIS 1970, archives privées cit.
  • 79 « Au terme des entretiens successifs que j’ai eus avec les destinataires de cette circulaire » (in (...)

38Cependant, le recours au droit n’est pas l’unique moyen de revendiquer son appartenance à la profession. C’est aussi par la mise en avant de certaines qualités proprement journalistiques que les membres de l’AJIS tentent d’affirmer leur légitimité. Au travers des éléments mobilisés par l’AJIS, on observe ainsi des principes définissant une certaine forme d’excellence journalistique. « La compétence éprouvée, la notoriété de ceux qui forment l’association78 » deviennent dans les textes de présentation, et dans une visée d’auto-légitimation du groupe, le gage de la valeur de ses membres. De même, « la variété et l’expérience » sont pour Max Rolland « les meilleures garanties du sérieux et de l’indépendance de l’association ». L’association s’appuie sur certaines légitimités « ambiantes » dans l’espace journalistique qui renvoient aux principes émergeant dans ce champ et se fondent sur l’expertise, induisant par là même l’idée d’une certaine neutralité et d’une indépendance. Affirmée dans le principe, cette « professionnalisation » des journalistes sociaux, définie ici comme une stratégie explicite visant à rapprocher les membres du groupe d’un modèle professionnel dominant, passe aussi par une normalisation, une régulation de leurs activités. La création de l’AJIS s’accompagne ainsi d’une volonté implicite de rationalisation de l’activité journalistique. Si la compétence des journalistes sociaux s’appuyait jusqu’alors sur les liens « amicaux » entretenus avec leurs informateurs, c’est l’efficacité dans le travail qui est désormais valorisée. L’AJIS devient dès lors un lieu d’expérimentation de « technologies journalistiques ». Créée sous le signe de « l’efficacité », l’AJIS se présente ainsi auprès de ses membres (et de ses membres potentiels) comme une organisation de service. Invitant les journalistes de l’information sociale à se mobiliser, Max Rolland insiste, dès les premiers documents produits au nom de l’association, sur la nécessité d’inscrire sa création dans ce registre79. C’est d’ailleurs cette destinée première – l’efficacité – que ses membres fondateurs assignent à l’association qu’ils viennent de mettre en place. « On avait envie de sortir de la Bourse du travail, de pouvoir rencontrer les patrons, de partir en reportage », explique par exemple un journaliste d’un quotidien national membre du SJMS et membre fondateur de l’AJIS. L’un des fondements de l’organisation sera dès lors d’aider justement les journalistes à sortir de la Bourse du travail et à faciliter leur travail en rendant possible notamment leur contact avec de « nouvelles » sources d’information. Certaines actions ponctuelles de l’organisation sont ainsi organisées dans ce sens, notamment au moment des événements de Mai 1968.

  • 80 AJIS Information n° 3, juin 1968 (c’est nous qui soulignons).
  • 81 Ibid.

1. « À l’occasion des négociations de Grenelle, le secrétaire général de l’AJIS a pris toutes les dispositions pour assurer pendant 48 heures une permanence avec Daniel Biessy au ministère des Affaires sociales de telle sorte que la tâche des confrères soit facilitée. Une demande a été faite pour l’installation de téléphones supplémentaires afin que les confrères puissent rapidement se mettre en rapport avec leur rédaction. Avec le concours de M. Roux et de Mlle Bureau et de Madame Toutblanc du ministère des Affaires sociales, les conditions d’installations matérielles (et de subsistance) ont été largement facilitées80. »
2. « Pendant la période des grèves, l’association s’est manifestée à plusieurs reprises afin de faciliter autant que possible les contacts de caractère général avec les différentes organisations intervenant dans ces mouvements81. »

39La raison d’être proclamé de l’AJIS est donc de faciliter le travail des journalistes. Si l’on ne peut apprécier l’usage effectif que chaque membre fait de l’association, cette dernière est considérée dans les discours de ses membres comme un moyen de rétablir une identité de professionnel qui à un moment pouvait leur être déniée. En effet, l’AJIS a non seulement pour certains de ses adhérents une destinée militante mais elle a aussi pour d’autres une destinée fonctionnelle. Elle sert d’association de services mais fonctionne comme un instrument de réparation du « malheur » que les journalistes sociaux « stigmatisés » semblent vivre. Pour les « spécialistes » et pour les journalistes « militants », l’AJIS est présentée comme un moyen d’affirmer leurs qualités de journaliste professionnel. Se dessinent ainsi en creux dans leur discours certains principes de fonctionnement des pratiques journalistiques, tels que l’honnêteté mais surtout l’égal accès à l’information :

  • 82 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à Liaisons sociales.
  • 83 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à L’Humanité.
  • 84 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à Liaisons sociales.

1. « En fait c’est ça qui nous amène à l’AJIS parce qu’on s’était rendu compte aux Liaisons qu’au début des années 60, il était difficile d’avoir des informations un peu préalables ; des choses en projet en préparation. Les ministres à l’époque, les cabinets ministériels avaient des contacts avec la grande presse et les radios, et ils sélectionnaient leurs interlocuteurs, ceux qui les intéressaient […] on avait du mal à se rapprocher des sources d’informations tant au niveau des pouvoirs publics, au ministère du Travail, que du côté des centrales syndicales et des organisations patronales82. »
2. « [À l’AJIS] je me suis efforcé comme les autres pour que la règle soit la même pour tous… je me suis battu avec De Nobili de L’Usine nouvelle, ou Joanine Roy [du Monde] pour que justement il n’y ait pas de passe-droit… si par exemple moi je permettais à tels ou tels de venir ici ou là que de notre côté il n’y ait pas un rendez-vous avec les patrons sans nous. L’AJIS c’est un des avantages et non des moindres, c’est ce qui a abouti à ce que le travail soit mieux fait, plus honnêtement fait, plus honnêtement », plus loin dans l’entretien il précise : « Quand j’avais un contact à la direction c’était un contact officiel, et je n’étais pas seul. Ce qu’on a essayé et je reviens toujours à cette histoire, l’utilité de l’AJIS, c’est qu’elle a essayé de modifier ce comportement. Moi je peux me flatter d’avoir introduit X à la CGT, comme il peut se flatter de m’avoir introduit à FO83. »
3. « Il y avait une certaine rétention de l’information de la part du patronat par exemple. Avec l’AJIS, il y avait moins de rétention même si c’était de l’information officielle84. »

  • 85 Les analyses en termes d’intérêt à adhérer ou participer au jeu politique négligent trop souvent c (...)
  • 86 Sur les stratégies de distanciation – et d’effacement des logiques privées dans le travail journal (...)

40Le travail collectif justifiant l’existence de AJIS est ainsi mené autour du principe d’égal accès aux sources d’information. Basée sur l’échange (des contacts à FO contre des contacts à la CGT par exemple), cette représentation de l’association tournée vers l’intérêt de tous (les membres, mais aussi le public) participe d’un dispositif commun à l’ensemble des organisations ayant une dimension politique qui placent, publiquement du moins, l’intérêt d’un collectif au-dessus des intérêts des individus qui les composent85. Au-delà de la mise en avant de certaines valeurs journalistiques, la création de l’AJIS est aussi l’occasion de mettre en place un ensemble de dispositifs visant à faciliter le rapport que les journalistes sociaux entretiennent à leurs sources d’informations. Sont alors mobilisées des technologies permettant d’instrumentaliser ces relations. Les journalistes et leurs sources ne se rencontrent plus pour discuter, selon l’expression d’un ancien membre du SJMS, « en bras de chemise dans les couloirs de la Bourse du Travail », mais dans le cadre d’un ensemble de dispositifs précis qui sont mis en place par l’AJIS. L’association organise ainsi des manifestations pour lesquelles sont lancées des invitations et exigés une inscription préalable et des frais de participation. Ces rencontres constituent une façon de circonscrire les relations entre journalistes et informateurs à des rapports professionnels. Les barrières ainsi posées entre les journalistes et leurs interlocuteurs tracent une réelle frontière entre l’activité proprement journalistique des membres de l’AJIS et leurs éventuelles fonctions militantes. L’indépendance journalistique se joue ici en acte pour des journalistes soupçonnés parfois de connivence avec leurs sources86. Créant une distance pour les journalistes de l’ancienne génération, cette instrumentalisation des relations permet en outre aux journalistes « nouvelle génération », qui ne disposent pas comme leurs prédécesseurs de contacts privilégiés avec les informateurs notamment syndicaux, de se constituer un « carnet d’adresses » professionnelles.

  • 87 L’AJIS disposait, en plus de son siège social officiel au ministère du Travail et de son secrétari (...)
  • 88 Un journaliste de L’Humanité nous rapporte ainsi un déjeuner avec un dirigeant du CNPF au cours du (...)
  • 89 Le compte rendu (AJIS Information n° 2, septembre 1967) de cette pendaison de crémaillère se concl (...)
  • 90 Les journalistes ont eu selon ce même compte rendu « communication des documents de travail de la (...)
  • 91 Sous l’intitulé journée (s) d’études l’AJIS place tout autant des journées portes ouvertes dans ce (...)
  • 92 Sur ces logiques particulières du travail journalistique, voir Cyril Lemieux, « L’objectivité du s (...)
  • 93 Sandrine Lévêque, « La conférence de presse. Les transactions entre journalistes et syndicalistes  (...)

41Dès sa création, l’AJIS lance en effet une campagne de déjeuners/débats, « pots » réguliers, rencontres hebdomadaires avec les dirigeants syndicaux ou les ministres (Les jeudis de l’AJIS). La formule des « pots » – ou des déjeuners – qui se déroulent chaque mois avec une personnalité différente au « club87 » de l’association allie en un seul dispositif le compromis que nous évoquions précédemment : d’un côté ces rencontres recouvrent une dimension amicale88 –« il y avait du Whisky », « l’ambiance était chaleureuse », etc. – et de l’autre elles permettent d’obtenir des informations. La première rencontre avec les dirigeants de la CGT est ainsi rapportée dans AJIS Information comme « une rencontre amicale » au cours de laquelle « la conversation a porté très librement sur les sujets à la veille du 36e congrès ». De la même manière, la « pendaison de crémaillère » au ministère du Travail est perçue et présentée par les membres de l’AJIS comme un dispositif permettant de lier logique d’engagement (on souligne le caractère amical de la rencontre89) et distanciation (les journalistes peuvent continuer à travailler90 et à récolter les informations nécessaires à l’établissement de leurs articles). L’oscillation entre ces deux logiques est toujours présente dans l’ensemble du répertoire dont usent les membres de l’AJIS. Les rencontres « organisées et programmées » constituent des moments où l’important est d’officialiser les relations entre journalistes et sources, et de marquer dans le même temps la différence entre ces deux types de population. L’organisation de journées d’études (qui dans les faits renvoie au sein même de l’AJIS à des manifestations très différentes dans leurs formes91) répond à cette double exigence de rapprochement/distanciation92. Le vocable « journées d’étude » place ses événements du côté du travail journalistique – c’est la compétence des journalistes qui est mise en scène –, mais leur déroulement libère aussi des espaces propres à un rapprochement d’ordre privé – elles comprennent le plus souvent un déjeuner, un pot d’accueil ou de clôture. De la même manière, les conférences de presse93 se terminent invariablement par un pot de clôture.

  • 94 Le SIS est présenté dans son premier numéro (octobre 1968) comme un « Outil de travail » « ayant p (...)
  • 95 Lettre de François Lacroix aux membres de l’association du 16 octobre 1968, archives privées cit.

42Certaines actions privilégient plus particulièrement l’une ou l’autre de ces deux logiques. Si l’AJIS met en place un agenda des activités sociales – le Social Information service dont le premier numéro sera publié en octobre 196894 – dans un but explicite de rationalisation de l’activité journalistique, elle peut dans le même temps organiser « une réception avec buffet » (en décembre de la même année) dont la finalité affichée est simplement « de remercier les personnalités avec lesquelles [l’ensemble des journalistes] ont des contacts professionnels tout au long de l’année95 ». Les actions de l’AJIS (dont les « pots » et le « colloque » sont deux formes extrêmes) font ainsi coexister deux logiques proprement journalistiques qui renvoient aux types de légitimité qu’incarnent deux « générations de journalistes ». Les activités développées par l’AJIS nous informent sur la manière dont cette association contribue à construire et légitimer un groupe professionnel spécifique et à mettre en scène le nouveau rôle du journaliste social. Reste désormais à travers d’autres modalités d’action à inventer une « nouvelle » information sociale, à en limiter des contours plus « conformes » à l’image et à la réalité du groupe des journalistes qu’elle mobilise et fait exister.

Notes

1 Voir sur ce point les travaux de Denis Ruellan, Le professionnalisme du flou, op. cit.

2 Il ne s’agit pas ici, on l’aura compris, de faire une histoire du journalisme de 1945 à nos jours, mais d’indiquer les « grandes » évolutions marquant la profession et surtout son recrutement. Les éléments « sélectionnés » ici éclairent nos propres analyses et seront plus longuement développés dans le cours des chapitres suivants. Pour une histoire du journalisme et des journalistes sur cette période, on peut entre autres se reporter au livre dirigé par Marc Martin, Histoire et médias. Journalisme et journalistes français de 1950 à 1990, Paris, Bibliothèque Albin Michel des idées, 1991 ; et aux ouvrages sur l’histoire du journalisme en général comme ceux de Christian Delporte, Histoire du journalisme et des journalistes du 17è siècle à nos jours, Paris, PUF, 1995 ; ou à celui plus classique de Bernard Voyenne, Les journalistes français, Paris, CPFJ Retz, 1985.

3 On disposera à partir de 1966, sur la composition de l’espace journalistique, de quatre études : Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP), Enquête Statistique et sociologique. Liste des titulaires de la carte professionnelle au premier juillet 1966, Commission de la carte, 1966. – Cereq, Les journalistes. Étude statistique et sociologique de la profession, dossier n° 9, Documentation française, juin 1974. – Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels, Cinquante ans de carte professionnelle (profil de la profession. Enquête socioprofessionnelle), Paris, CCIJP, 1986. – Institut français de la presse (IFP), Les journalistes français en 1990, op. cit. Leur regrettable absence d’uniformité (surtout pour les deux premières) oblige pour saisir les évolutions à des regroupements parfois hasardeux.

4 Voir sur ce point Christian Delporte, « L’épuration professionnelle des journalistes (1944-1948) », Michel Mathien et Rémy Rieffel (dir.), L’identité professionnelle des journalistes. Actes du colloque de Strasbourg, 25 et 26 novembre 1994, Strasbourg, Alphacom/Cuej, 1995.

5 Ibid., p. 75.

6 Ibid., p. 77.

7 Chritian Delporte, Les journalistes français, op. cit.

8 Ibid., p. 400.

9 Les journalistes ayant 25-30 ans dans les années 1945 arrivent à la « fin » de leur carrière professionnelle dans les années 1970.

10 Jean-Marie Charon, La presse en France, op. cit.

11 Voir sur ce point Marc Martin, « L’espoir perdu des sociétés de rédacteurs 1965-1981 », Marc Martin (dir.), Histoire et médias, op. cit.

12 Erik Neveu, Une société de communication ?, Paris, Montchrestien, 1994, p. 102.

13 CCIJP, Enquête Statistique et sociologique. Liste des titulaires de la carte professionnelle au premier juillet 1966, op. cit.

14 L’enquête de 1966 consacre une ligne aux études supérieures partielles qui ont été engagées pour 19,3 % de l’échantillon de 1963.

15 Voir sur ce point Denis Ruellan, Le professionnalisme du flou, op. cit., chap. I.

16 On pense ici aux ouvrages de François-Henri de Virieu, La médiacratie, Flammarion, 1990, ou d’Albert Du Roy, Le serment de Théophraste : l’examen de conscience d’un journaliste, Paris, Flammarion, 1992.

17 Les autres membres du comité fondateur de l’AJIS sont : Pierre Cames, journaliste à L’Humanité, Armand Cappocci, journaliste à l’ACP (dont on sait par entretien qu’il fut adhérent du syndicat de la Bourse du travail), Jean-René Chauvin, journaliste aux Liaisons sociales, Lucien Copfermann, journaliste au Nouvel Observateur, Jacques De Nobili, journaliste à L’Usine nouvelle, Pierre Evrard, journaliste à L’Express, Raymond Gelly, journaliste à L’Humanité, François Lacroix, journaliste au Dauphiné Libéré, Jean-Jacques Launay, journaliste à Paris Normandie, Roger Michaud, journaliste à l’ORTF, Paul Parisot, journaliste à France-Soir, Charles Schester, journaliste aux Liaisons sociales.

18 Lettre à la préfecture de police de Paris, dossier archives cit.

19 Voir par exemple la préface de l’Annuaire AJIS 1989-1990 et Annuaire AJIS 1993-1994 (p. 7).

20 Sur les logiques de transformation d’une entreprise politique, voir Michel Offerlé, « Transformation d’une entreprise politique : de l’UDR au RPR », Pouvoirs, n° 28, janvier 1984.

21 Sur l’intérêt d’une approche des mécanismes de définition et de délimitation des groupes ou des institutions, on se reportera à l’article de Jacques Lagroye, « Le conflit de l’automne 1962. Dispersions et convergences dans la formalisation du rôle », Bernard Lacroix et Jacques Lagroye (dir.), Le président de la république. Usages et genèses d’une institution, Paris, PFNSP, 1992.

22 Jean-Pierre Dumont, ancien président de l’AJIS, nous a remis une partie des archives privées de l’association entre 1967 et 1971. Qu’il soit ici remercié. Ces archives seront désignées dans le reste du texte comme « archives privées ».

23 Sur l’émergence de ce modèle à la Libération, on se reportera à l’ouvrage de Chritian Delporte, Les journalistes français, op. cit., p. 401 sqq.

24 Nous appuierons notre recherche sur des entretiens réalisés avec six membres fondateurs de l’AJIS et sur les réponses à un questionnaire non anonyme (questions ouvertes) lancé par l’AJIS en 1969 et qui obtint 30 réponses. Parmi elles 12 provenaient des membres fondateurs de l’AJIS.

25 Ce recours au militantisme pour affirmer une compétence professionnelle n’est pas propre aux journalistes sociaux. Sylvie Gillet montre bien, à propos des « soviétologues », comme un engagement politique peut être rationalisé et transformé « en source positive de connaissances ». Ainsi, certains spécialistes de l’URSS font de leur militantisme antérieur un gage de leur scientificité (voir sur ce point Gillet Sylvie, « Question d’URSS. La soviétologie en question », Politix, n° 18, 1992, p. 26).

26 L’ordonnance du 30 septembre 1944 prévoit ainsi dans son article 8 : « À compter du 1er juillet 1945 (JO du 29 mars 1945), aucun journaliste professionnel, au sens de l’article 1 de la loi du 29 mars 1935, ne pourra participer d’une manière quelconque à la publication d’un journal ou d’un périodique imprimé, ou radiodiffusé, ou à l’activité d’une agence d’information s’il n’est muni d’une nouvelle carte d’identité professionnelle. »

27 Voir sur ce point L’enquête de la commission de la carte de 1966, op. cit., p. 23.

28 Certaines grandes figures du journalisme d’après guerre ont eu accès à la profession grâce à leur passage « remarqué » dans la Résistance et aux liens d’amitié qui s’y sont noués. C’est le cas par exemple dans l’équipe fondatrice de Défense de la France dans laquelle on trouve Philippe Vianney, président fondateur du CFJ. Pour une biographie de Philippe Vianney, on se reportera au numéro spécial de CFJ Info paru en 1986 et au mémoire de DEA de Johanna Siméant, L’élaboration des normes professionnelles : le cas du CFJ, Jean Leca (dir.), Paris, IEP, 1991.

29 Yvon Morandat est un résistant gaulliste de première heure lié à Jean Moulin. Il participa en 1941 à la création du mouvement ouvrier français où se retrouveront des dirigeants de la CGT et de la CFTC. Il fut aussi avec Jean Moulin, à l’initiative en 1942 de la création du bureau d’information et de presse, chargé, selon Jean Moulin, de « diffuser les informations, et les thèses de propagande de Londres, de répartir le matériel de Propagande des FFL, etc. ». Il aidera, au printemps 1942, certains journaux clandestins, comme Franc Tireur ou Libération sud (l’ensemble de ces renseignements est tiré de Bellanger et alii, Histoire générale de la presse Française, op. cit., t. 4).

30 Ce journaliste était durant l’occupation membre de la Jeunesse socialiste révolutionnaire et du Parti ouvrier internationaliste reconstitué à Bordeaux en 1941. Il fait l’objet d’une notice biographique dans le volume 22 du Dictionnaire du mouvement ouvrier, op. cit.

31 Entretien non enregistré. Max Rolland signale par exemple sa rencontre avec Phillipe Vianney, directeur et créateur du CFJ (et du centre nautique des Glénans), lui aussi résistant.

32 Marcel Beaufrère est évoqué par un de ces amis dans un entretien comme un militant trotskiste, il fut arrêté pendant la guerre à la suite de ses activités clandestines, et déporté à Buchenvald.

33 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à L’Humanité.

34 Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels, Enquête statistique et sociologique, Liste des titulaires de la carte professionnelle au 1er juillet 1966, op. cit.

35 Ibid.

36 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à L’Humanité.

37 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste dans une publication spécialisée.

38 Questionnaire lancé par les dirigeants de l’AJIS à l’occasion des journées de l’information sociale et conservé dans les archives privées de l’AJIS. Ce questionnaire se présente en deux parties, l’une sur les journalistes, leur parcours, etc.; l’autre sur les représentations que les journalistes se font de l’information sociale.

39 Formulation questionnaire AJIS.

40 Le niveau d’étude indiqué est celui mentionné par les journalistes dans les questionnaires, à la question : Quelle est votre formation générale ?

41 Selon le Dictionnaire du mouvement ouvrier, op. cit. (vol. 22), le père de ce journaliste fut à la Libération « secrétaire général de la fédération des employés CGT et devint gérant en 1947 de l’Écho des Employés et des cadres ». Il fut aussi « en novembre de la même année […] élu président de l’association “Les amis de Force Ouvrière” » qu’il avait contribué à rassembler. Ce parcours peut expliquer ses contacts avec le monde journalistique auquel il appartient lui-même et avec les dirigeants politiques qu’il fréquente du fait de ses responsabilités syndicales.

42 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste.

43 Question formulée dans le questionnaire AJIS 1969.

44 Extraits questionnaire AJIS 1969, dossier archives privées de l’AJIS.

45 Selon le Dictionnaire du mouvement ouvrier, op. cit. (vol. 11), le père de ce journaliste fut « militant au POF », puis membre du comité national de ce parti en 1893, et enfin membre de la commission exécutive du Parti socialiste de France. Il fut député de la Seine de 1893 à 1898 et durant sa vie politique il fut « fidèle au guesdisme ».

46 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste de la presse spécialisée.

47 Selon l’enquête CEREQ, op. cit.

48 Ibid.

49 Formulation questionnaire AJIS.

50 Selon l’enquête CEREQ de 1974, op. cit. (cette question ne figurait pas dans l’enquête de 1966), 59 % des nouveaux journalistes ont exercé une autre activité préalablement à leur entrée dans le journalisme.

51 Formulation questionnaire AJIS.

52 Un journaliste, répondant au questionnaire de l’AJIS en 1969 et ne cessant de signaler son déclassement post-soixante-huitard (« responsabilités réduites depuis Mai 68 […] totalement détaché de la rédaction »), explique ainsi en réponse à une question sur le traitement de la rubrique par d’autres collaborateurs : « Tous les reportages et interviews sociaux depuis Mai 1968, sont assumés par une journaliste sans aucune formation et compétence. Son mérite : n’avoir pas fait grève. »

53 Le poids des écoles de journalisme ne doit cependant pas être surévalué. Si ce mode d’accès à la profession est sans cesse en évolution, il ne représente au niveau global de la population des journalistes qu’une infime proportion. En effet, même si les nouveaux titulaires de la carte entre 1964 et 1971 sont plus de 20 % à être passés par un centre de formation spécialisé, il ne concerne au niveau de la population globale des journalistes professionnels que 6 % des individus (enquête CEREQ, 1974, op. cit.).

54 L’un des journalistes fondateur de l’AJIS nous avait même préparé la liste des fondateurs de l’AJIS en accolant derrière chaque nom l’appartenance politique ou syndicale des autres membres de l’association.

55 Les journalistes que nous avons rencontrés n’hésitent d’ailleurs pas à dire explicitement leur position : « Moi j’étais communiste, donc j’étais forcément à la CGT », « Moi j’étais communiste, communiste mais jamais stalinien […] j’étais à FO », « Je n’ai jamais été trotskiste, je n’ai jamais été communiste » mais a choisi le social à cause « d’un lointain désir de défendre la veuve et l’orphelin et également les pauvres salariés », etc.

56 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à L’Humanité.

57 Idem.

58 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à Liaisons sociales.

59 Entretien journaliste quotidien national/rédacteur à la rubrique sociale depuis le début des années soixante-dix, lui-même auteur d’un ouvrage sur un dirigeant syndical.

60 Entretien journaliste/chef du service économie social d’un quotidien national, à la rubrique sociale depuis 1975.

61 Max Rolland, président de l’AJIS, Annuaire AJIS 1976.

62 François Lacroix, président de l’AJIS, Annuaire AJIS 1970.

63 Ibid.

64 Assemblée générale ordinaire du 30 mars 1968, schéma du rapport d’orientation, dossier archives privées cit.

65 Annuaire AJIS 1970, compte rendu des journées de l’information sociale de novembre 1969.

66 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste dans un quotidien national.

67 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste presse spécialisée.

68 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à L’Humanité.

69 Sur l’usage public des parcours biographique, on se reportera au travail d’Eric Agrikoliansky, « Biographie d’institution et mise en scène de l’intellectuel », Politix, n° 27, 1994.

70 On sait par exemple que Max Rolland fut président (membre du comité fondateur) du syndicat des journalistes FO.

71 Communiqué de presse du 28 avril 1967 annonçant la création de l’AJIS et la désignation du bureau de l’association (archives privées Jean-Pierre Dumont cit.).

72 Annuaire AJIS 1970. Lors de l’assemblée générale ordinaire de 1971, le président commence de la même manière son intervention en soulignant la représentativité de l’AJIS : « L’association comprend 156 adhérents, dont 76 relèvent de la grande presse, et 80 de la presse spécialisée. Plus précisément les adhérents se répartissent ainsi : agence : 11, télé/radio : 8, presse quotidienne parisienne : 43, presse quotidienne de province : 14, hebdomadaires politiques et syndicaux : 33, presse technique et spécialisée : 47 » (compte rendu de l’assemblée générale ordinaire du 6 février 1971, archives privées Jean-Pierre Dumont cit.).

73 Lettre de Max Rolland au rédacteur en chef du 28 avril 1967, archives privées cit.

74 Voir sur ce point Denis Ruellan, Les « pro » du journalisme, op. cit.

75 AJIS Information n° 1.

76 Ibid.

77 Compte rendu de la réunion fondatrice de l’AJIS du 7 avril 1967, archives privées cit.

78 Communiqué avril 1967, et Annuaire AJIS 1970, archives privées cit.

79 « Au terme des entretiens successifs que j’ai eus avec les destinataires de cette circulaire » (invitant les journalistes intéressés à participer à la création de l’association), écrit Max Rolland le 24 mars 1967, « l’opportunité de créer – à condition qu’elle affirme son efficacité – une association des journalistes sociaux […] est très vite apparue comme une nécessité ressentie par nous tous » (archives privées cit.).

80 AJIS Information n° 3, juin 1968 (c’est nous qui soulignons).

81 Ibid.

82 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à Liaisons sociales.

83 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à L’Humanité.

84 Entretien fondateur de l’AJIS/journaliste à Liaisons sociales.

85 Les analyses en termes d’intérêt à adhérer ou participer au jeu politique négligent trop souvent cette dimension du désintérêt. Il y a des profits (symboliques et matériels) à militer ou à participer au jeu politique comme le souligne Daniel Gaxie (La démocratie représentative, Paris, Montchrestien, « Clefs » 1993). Cependant, la légitimité à agir dans l’espace public est largement fondée sur la mise en avant du désintérêt et particulièrement du désintérêt personnel. Le cynisme, comme forme extrême de la mise en avant de son propre intérêt à agir, n’a pas sa place dans le dispositif rhétorique de justification de l’engagement dans l’espace public (voir sur ce point Patrick Pharo, « Agir dans l’espace public. Les conditions de légitimité des actions publiques », Revue française de Sociologie, XXXI, 1990, p. 398).

86 Sur les stratégies de distanciation – et d’effacement des logiques privées dans le travail journalistique – on se reportera au chapitre V du mémoire de DEA de sociologie de Cyril Lemieux, L’invention de l’objectivité, EHESS, 1991.

87 L’AJIS disposait, en plus de son siège social officiel au ministère du Travail et de son secrétariat administratif dans les bureaux de Liaisons sociales, d’un club mis gracieusement à la disposition par Monsieur Bergerol, président de l’office HLM d’Orly, au 45, rue Richelieu dans les bureaux de l’office HLM. C’est dans ce lieu que se dérouleront les « pots » de l’association. C’est, comme le note Max Rolland dans AJIS Information n° 1, « un lieu de rencontre fort central ». C’est aussi du fait même des objets qui le composent un lieu où « sièges, fauteuils, comptoirs tables basses, sont mis gracieusement à [la] disposition [des membres de l’association] » rendent possibles les échanges plus « informels ».

88 Un journaliste de L’Humanité nous rapporte ainsi un déjeuner avec un dirigeant du CNPF au cours duquel, réunis autour d’un plat de poisson, il « plaisantait » avec François Ceyrac sur son éventuel déplacement dans la montagne en cas de révolution communiste.

89 Le compte rendu (AJIS Information n° 2, septembre 1967) de cette pendaison de crémaillère se conclut ensuite sur des considérations tendant à souligner le caractère amical si ce n’est familier entre les membres de l’AJIS et un membre du cabinet ministériel : « Monsieur Ausseil, chargé au cabinet des conflits sociaux et des relations avec la presse, est venu trinquer avec nous. La conversation a porté non seulement sur le SMIG, mais aussi sur les projets gouvernementaux. » Conclusion de Monsieur Ausseil (en réponse aux remerciements du président de l’AJIS pour l’installation propre et moderne dont nous disposons) : « Venez draguer ici tant que vous voudrez. L’expérience prouve que si les visites ne sont pas toujours l’occasion de moissons généreuses elles permettent cependant de glaner des précisions ou des informations utilisables. »

90 Les journalistes ont eu selon ce même compte rendu « communication des documents de travail de la commission supérieure des conventions collectives » qui se déroulait en même temps que la pendaison de crémaillère et ont pu « largement profiter de ces informations comme du téléphone et des bureaux ».

91 Sous l’intitulé journée (s) d’études l’AJIS place tout autant des journées portes ouvertes dans certaines institutions (ex. : la CNRO du 23 avril 1968) que des manifestations type colloques (ex. : les journées d’études sur l’information sociale de novembre 1969 sur lesquelles nous reviendrons) que des stages de formation organisés en collaboration avec le CPFJ (ex. : un stage sur les statistiques sociales).

92 Sur ces logiques particulières du travail journalistique, voir Cyril Lemieux, « L’objectivité du sociologue et l’objectivité du journaliste : convergences, distinctions, malentendus », in Jacqueline Feldman et alii, Éthique, épistémologie et science de l’homme, Paris, L’Harmattan, 1996.

93 Sandrine Lévêque, « La conférence de presse. Les transactions entre journalistes et syndicalistes », Politix, n° 19, 1992.

94 Le SIS est présenté dans son premier numéro (octobre 1968) comme un « Outil de travail » « ayant pour seule ambition d’aider dans la recherche et la préparation de l’information », et comme un « instrument pratique qui simplifie et organise [la] tâche [des journalistes] ».

95 Lettre de François Lacroix aux membres de l’association du 16 octobre 1968, archives privées cit.

Table des illustrations

Titre Tableau 8. – Comparaison entre la composition du dernier conseil d’administration du SJMS et de la liste des membres fondateurs de l’AJIS.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24703/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search