Version classiqueVersion mobile

Les journalistes sociaux

 | 
Sandrine Lévêque

2. Le social comme catégorie d’intervention journalistique

Texte intégral

1Le découpage et le regroupement des nouvelles par les journaux en « rubrique » semblent aujourd’hui aller de soi. Cette formalisation guide ainsi la lecture que tout un chacun fait de la presse et permet une hiérarchisation implicite – et souvent propre à chaque lecteur – des événements et des « faits » qui leur sont offerts. Ce travail journalistique de division de la réalité a de plus des effets sur les pratiques des acteurs, guidant par exemple l’organisation les rédactions sous la forme de services eux-mêmes hiérarchisés. Déjà présents dans la presse du début du siècle, les principes du rubriquage n’ont cependant jamais véritablement été interrogés. Aussi convient-il de revenir ici, à travers l’exemple de l’inscription du « social » et des objets qui y sont rattachés dans les colonnes des journaux publiés de la première partie du XXe siècle, sur les principes de catégorisation qu’opèrent les journalistes pour rendre compte des « événements » qu’ils ont à décrire.

2Les analyses menées dans le premier chapitre ont permis de cerner certaines des logiques de prise en charge du social par des journalistes dotés de propriétés particulières et mobilisés autour de la défense et de la spécificité de ce domaine d’intervention journalistique. Il convient désormais de s’intéresser davantage aux contours et au contenu de cette catégorie, c’est-à-dire aux principes de structuration des discours qui inscrivent le social journalistique dans des registres fortement dépendants des pratiques telles qu’elles se formalisent au début du siècle. Il s’agit en fait de se demander ce qu’est le social dans l’espace journalistique et comment il doit être dit pour être publié dans les journaux. Comprendre ces processus oblige à s’intéresser aux normes que ce discours « se doit de respecter » pour être acceptable et accepté dans cet espace. Cette démarche incite alors à délaisser, sans les abandonner complètement, les agents producteurs de discours pour centrer notre attention sur le produit fini, c’est-à-dire sur les articles de presse qui, consacrés au social et ainsi le consacrant, en font une catégorie d’intervention proprement journalistique.

  • 1 Sur l’ensemble de la période choisie et compte tenu des multiples collaborations possibles.

3Pour ce faire, nous avons choisi de porter notre regard sur un échantillon de journaux parus dans la première partie du XXe siècle. Une lecture raisonnée et analytique de ces journaux permet très concrètement de préciser la place, la forme et le contenu du social, notamment à la lumière des logiques du « rubriquage ». Renonçant à l’exhaustivité, nous avons travaillé sur les publications les plus représentatives de l’espace de la presse au début du siècle : les journaux généralistes dont le tirage et la diffusion étaient suffisamment significatifs dans la première partie du XXe siècle. Parmi les différents titres possibles, le parti fut pris de ne retenir que les journaux auxquels ont potentiellement collaboré les adhérents du Syndicat des journalistes professionnels de 1905, ou plus tard les dirigeants du Syndicat des journalistes du mouvement social. Sur ce principe de sélection nous avons opéré un choix parmi les quatre titres les plus importants (en tirage) de la presse de cette époque : Le Petit Parisien, Le Matin (auxquels six journalistes du Syndicat des journalistes du mouvement social se rattachent1). Enfin, nous avons décidé de retenir dans notre corpus à la fois des « grands » journaux « d’informations générales » (Le Temps, Le Figaro, L’Intransigeant), des journaux « d’opinion » (explicitement rattachés à une organisation politique tels que La Petite République, Le Populaire ou L’Humanité) et certains « petits journaux populaires » à grands tirages (Le Matin, Le Petit Parisien) dont la couleur politique, bien que non absente, n’est pas un critère fondamental de distinction. Selon ces trois critères notre choix s’est donc arrêté sur huit titres : Le Figaro, L’Humanité, L’Intransigeant, Le Matin, La Petite République, Le Petit Parisien, Le Populaire et Le Temps.

Tableau 3. – Les journaux dépouillés (1905-1935).
Le dépouillement opéré représente approximativement 1250 journaux. Nous avons pu par ailleurs effectuer quelques « sondages » sur des titres différents (par exemple Le Cri du Peuple) et pour les titres choisis à des dates différentes (avant le mois d’avril ou lorsque les dates n’étaient pas disponibles à des dates proches : par exemple pour Le Petit Parisien en avril 1923 au lieu d’avril 1925). Tous ces titres ne seront pas exploités à chaque niveau d’analyse. Le repérage des « événements sociaux » ne présente pas dans Le Matin un intérêt particulier du fait la relative absence de structure de ce journal qui comporte un nombre limité de rubriques, dont aucune ne mentionne explicitement le social.

Tableau 3. – Les journaux dépouillés (1905-1935).Le dépouillement opéré représente approximativement 1250 journaux. Nous avons pu par ailleurs effectuer quelques « sondages » sur des titres différents (par exemple Le Cri du Peuple) et pour les titres choisis à des dates différentes (avant le mois d’avril ou lorsque les dates n’étaient pas disponibles à des dates proches : par exemple pour Le Petit Parisien en avril 1923 au lieu d’avril 1925). Tous ces titres ne seront pas exploités à chaque niveau d’analyse. Le repérage des « événements sociaux » ne présente pas dans Le Matin un intérêt particulier du fait la relative absence de structure de ce journal qui comporte un nombre limité de rubriques, dont aucune ne mentionne explicitement le social.
  • 2 Toutes les dates correspondent au mois d’avril de chaque année.

Note 22

  • 3 N’est plus publié.

Note 33

  • 4 N’est pas encore publié.

Note 44

  • 5 Nous avons considéré que cette période était, à cause du conflit, peu propice pour apprécier les r (...)

4Pour apprécier une éventuelle diversité des formes de la rubrique étudiée et ainsi que son évolution, la période retenue pour l’analyse couvre la première partie du XXe siècle : depuis la création du Syndicat général des journalistes professionnels (1905) jusqu’au vote de la loi sur le statut des journalistes (1935) qui marque, pour le dire rapidement, une réorganisation de la profession journalistique dans son ensemble et par ricochet une réorganisation des rédactions. La consultation de l’ensemble des huit titres retenus dans le corpus sur la période ainsi sélectionnée se révèle une entreprise impossible. Aussi avons-nous choisi de retenir les numéros d’un mois tous les 5 ans, sur une période allant de 1905 à 1935, en excluant les années de guerre5. Notre choix s’est porté sur le mois d’avril pour avoir la possibilité d’apprécier un événement dont la portée sociale est aujourd’hui encore évidente : la journée du 1 er mai et sa préparation.

5Ce large corpus a été utilisé d’une triple manière :

  1. Pour apprécier d’abord les logiques de rubriquages (travail qui, à notre connaissance, n’a jamais été réalisé6) en partant de l’hypothèse que la présence (ou l’absence) de certaines rubriques dans ces titres peut renseigner sur leur degré de réalité comme catégorie établie de l’entendement journalistique. Ainsi, il faut considérer que plus une rubrique est partagée entre différents titres, plus elle peut être considérée comme un principe structurant la « pensée » journalistique.
  2. Pour apprécier ensuite la place spécifique du social parmi l’ensemble des catégories structurant la réalité journalistique du début siècle. Il a fallu pour cela réduire le corpus et limiter les observations à une seule année (et donc un mois par titre), afin d’évaluer plus finement le degré d’objectivation – et de réalité – du social par rapport à d’autres rubriques. Le choix de l’année « test », au sens où elle sert de base à une éventuelle comparaison entre le social et d’autres catégories établies dans l’espace journalistique, s’est porté sur une date médiane : 1920. Choisie parce qu’elle se situait au milieu de notre période d’étude, cette date est par ailleurs marquée par un événement social de très grande importance : la grève générale du mois d’avril/mai 1920.
  3. Pour apprécier enfin – et à partir d’une analyse plus fine des articles regroupés sous une rubrique relevant du social – le contenu de la matière. De fait, et en empruntant à Howard Becker7 l’idée quelque peu déformée d’étiquetage, nous avons repéré quels sont les objets qui, dans les colonnes des journaux, sont explicitement étiquetés social sur l’ensemble de la période8. Pour chaque rubrique comportant cet item, l’ensemble des objets (des faits) fut relevé et une liste provisoirement établie qui délimitait, de manière encore grossière, les contours du social. Cette première « mise en plat » permet de rendre compte des logiques de production de cette catégorie et, en particulier, des représentations journalistiques de la réalité que traduit le « rubriquage ». Certains sujets semblent alors associés de manière récurrente à une rubrique sociale. Se dégagent alors les frontières de ce que les journalistes sociaux de l’époque considèrent comme relevant de leur spécialité. Cependant le rubriquage est encore un processus inabouti de présentation des faits dans la presse d’avant guerre. Si certains journalistes se considèrent comme spécialisés dans le social, tous les titres n’entérinent pas sur l’ensemble de la période l’existence d’une rubrique explicitement intitulée social (e). En ce sens, pour passer de l’étude des formes de catégorisation à celle des modes de traitement des objets sociaux, il faut prendre ses distances avec les classifications propres aux acteurs qui donnent à voir un corpus trop restreint de productions journalistiques.

6Le corpus fut donc de nouveau élargi – à partir de la liste des grands thèmes qui apparaissent à cette époque associés au social – à un ensemble d’articles traitant de ces objets sans forcément être classés sous les rubriques précédemment découvertes. Le corpus est suffisamment vaste pour étudier les mécanismes de traitement de ces sujets dans l’ensemble des titres retenus, quelle que soit leur catégorisation explicite. N’ayant ni vocation à l’exhaustivité ni même à la représentativité, le choix des articles a été, de plus, opéré à partir du critère de leur non-anonymat. Souhaitant observer quelles pouvaient être les contraintes liées à l’écriture sur les sujets sociaux dans les articles parus au début du siècle, celles liées aux propriétés spécifiques de leurs auteurs ne pouvaient être négligées. Portant sur des thèmes sociaux, c’est-à-dire faisant l’objet d’un quasi-consensus sur leur étiquetage dans l’ensemble des titres dépouillés, les articles analysés sont donc – dans leur grande majorité – signés d’individus pour lesquels nous disposons de renseignements permettant de les situer « journalistiquement » et socialement. Ce critère de signature a ainsi conduit à largement réduire le corpus des textes étudiés qui offre cependant la possibilité d’observer, dans la mise en forme même du social, ses spécificités.

7La méthodologie générale, qu’il convenait de présenter ici dans ses aspects les plus empiriques, s’articule donc autour de deux axes d’hypothèses. D’abord le social objectivé sous forme de rubrique dans la presse s’intègre parfaitement dans le processus général de formation et d’autonomisation de l’espace journalistique. Sa place dans la hiérarchie implicite de cet espace telle qu’elle peut être lue au travers de la structure rédactionnelle des journaux renvoie ainsi explicitement à la position « ambiguë » ou (ambivalente) des journalistes qui l’incarnent. Ensuite, le contenu du social et sa mise en forme dans la presse du début du siècle sont insérés dans un espace de contraintes spécifiques. La liste des thèmes associée à la rubrique sociale participe d’une vision commune de cette catégorie telle qu’elle se dessine au début du siècle dans d’autres espaces. Pourtant, le traitement de ces sujets (leur présentation et leur construction) dépend de l’état du champ journalistique qui en constitue le cadre.

Logiques journalistiques et rubriquage du social : une relation ambiguë

8Quelle est la place du social dans la presse du début du siècle ? S’inscrit-il formellement dans les journaux auxquels nous avons eu accès ou représente-t-il simplement une bannière sous laquelle se regroupent des agents ayant, dans l’espace journalistique en voie de constitution, des positions spécifiques ? Si oui, sa forme peut-elle être comparée à d’autres formes établies de catégorisation journalistique (les autres rubriques) ? C’est en partant de ces questions qu’il convient de rendre compte des processus qui conduisent à inscrire dans un espace formalisé – les colonnes des journaux – un intérêt, une catégorie jusqu’alors étudiée au travers des acteurs qui l’investissent.

Objectivation du social et division du travail journalistique

  • 9 Voir sur ce point Jean-André Tournerie, Le ministère du Travail. Origines et premiers développemen (...)
  • 10 Voir sur ce point Jeannine Verdes-Leroux, Le travail social, Paris, Minuit, 1983.
  • 11 Joseph Barthélémy (Essai sur le travail parlementaire et le système des commissions, Paris, Librai (...)
  • 12 Par ailleurs, et nous reviendrons sur ce point, les journaux conservateurs adoptent, pour décrire (...)

9Comprendre ce qu’est le social dans la presse du début du siècle oblige d’abord à repérer les formes de son objectivation. Ce repérage pour chacun des huit titres sélectionnés conduit ainsi à une première observation : le social existe dans la presse pour l’ensemble de la période étudiée. Cette inscription n’a ici rien d’exceptionnel : dans d’autres espaces tel que l’espace politique notamment, cette catégorie désigne à la même époque et « tout naturellement » un ensemble de faits et d’objets. Le social sert en effet, à un simple niveau institutionnel, à distinguer par exemple un ministère (celui du Travail et de la Prévoyance sociale, créé en 19069), des Écoles10 (l’École normale sociale, mise en place en 1911 et l’École pratique du travail social, créée en 1912), une chaire au Collège de France (celle des Assurances sociales, créée en 1917), ou encore une commission parlementaire (celle de la Prévoyance et des Assurances sociales, créée en 193211). Dans la presse de 1905 à 1935, le terme social (ou sociale) est aussi largement usité. Toujours employé comme adjectif, il sert selon les époques et les journaux à qualifier « la vie », « l’aide », « les questions » ou « le mouvement » (comme le montre le tableau 4). Existant de manière autonome, comme une rubrique à part entière, le terme social peut être associé à l’adjectif « économique » surtout à partir de 1925. C’est d’ailleurs à cette date que disparaît en tant que tel le mouvement social, comme si on assistait à une certaine euphémisation de la représentation journalistique de cette catégorie dont l’intitulé renvoie au mouvement ouvrier, largement connoté politiquement12. Pourtant, au-delà de ce constat d’ensemble, il convient d’apporter à la description certaines nuances.

  • 13 Nous avons délaissé ici la manière dont les agences de presse et de la plus importante d’entre ell (...)

Tableau 4. – Repérage du terme social dans les journaux (1905-1935).
Ce tableau a été construit en relevant systématiquement et pour tous les titres dépouillés les intitulés permettant d’identifier une rubrique, c’est-à-dire chaque fois que le terme, mis en valeur typographiquement13, revenait régulièrement dans les colonnes du titre observé

Tableau 4. – Repérage du terme social dans les journaux (1905-1935).Ce tableau a été construit en relevant systématiquement et pour tous les titres dépouillés les intitulés permettant d’identifier une rubrique, c’est-à-dire chaque fois que le terme, mis en valeur typographiquement13, revenait régulièrement dans les colonnes du titre observé
  • 14 Désigne à un moment donné une chronique, placée en une du Figaro, dans laquelle interviendront à q (...)

Note 1414

  • 15 Michael Palmer, Des petits journaux aux grandes agences, op. cit.
  • 16 L’intitulé « Mouvement social » a d’ailleurs été employé pendant une courte période dans Le Temps. (...)

10Présent de manière régulière et prégnante dans les journaux revendiquant une appartenance politique forte – L’Humanité, La Petite République, Le Populaire, et L’Intransigeant de 1905 – il n’apparaît pas dans les titres dits « généralistes » que sont, selon une formule consacrée15, « les petits journaux » tels que Le Petit Parisien ou Le Matin ou même dans L’Intransigeant après son rachat par Léon Bailby (en 1906). La reconnaissance d’une rubrique comportant le terme social peut ainsi être rapportée à la « vocation » proprement « politique » du titre qui l’adopte. Le social, comme l’évoque l’association des termes « mouvement » et social, est donc rattaché à la gauche et même à l’extrême gauche. Néanmoins le terme social n’est pas réservé aux organes de presse politique. Mais, dans le cas des journaux « conservateurs » ou modérés, il est souvent associé à d’autres termes qui en euphémisent le sens, le rendant plus « neutre ». Ainsi Le Figaro, journal « conservateur », n’adoptera qu’un temps l’intitulé social, et qui plus est pour des faits différents de ceux que l’on retrouve sous cet intitulé dans d’autres titres. Le Temps16, journal modéré, ne fait d’ailleurs explicitement référence au social qu’en l’associant à « l’Économie », soit directement en intitulant la rubrique « Vie économique et sociale », soit en consacrant à l’intérieur d’une rubrique plus large « Vie économique et sociale » une sous-rubrique : « Questions sociales ».

11L’observation de la structure des journaux montre ainsi que le social est une catégorie possible d’organisation de la réalité journalistique – ou plus précisément des réalités journalistiques – qui se distribue essentiellement entre les journaux, selon leur proximité plus ou moins marquée à des organisations politiques de gauche et contestataires. Cependant, l’absence de rubrique social ne signifie pas que les événements qui s’y rapportent soient exclus des colonnes des titres concernés, simplement ces événements ne sont pas distingués par une mise en forme typographique particulière. Ce caractère ambivalent du social ainsi observé ne prend alors sa signification que rapporté aux principes plus larges d’organisation de la réalité qu’opère la presse dans cette première partie du XXe siècle. En voie de stabilisation, les principaux axes de catégorisation des faits par les journaux apparaissent eux aussi, à l’instar du social, comme incertains et flous.

  • 17 Aujourd’hui on voit que l’apparition de nouvelles rubriques s’accompagne de la mise en place de no (...)

12Indice du degré d’autonomisation de certaines spécialités journalistiques, l’état du rubriquage, tel qu’il est inscrit dans la presse du début du siècle, permet d’apprécier « en actes » la rationalisation du travail journalistique. L’existence de rubriques établies confirme alors l’organisation des rédactions, et par là même l’amorce d’un processus de professionnalisation journalistique. Le tableau du rubriquage (tableau 5), tel qu’il peut être établi à partir des principaux titres dépouillés, offre alors un cadre d’analyse de la place du social dans l’espace journalistique et permet de mesurer son degré de reconnaissance au regard d’autres catégories de division de la réalité. De manière plus fondamentale, se lient dans l’organisation même du compte rendu des nouvelles, certaines logiques d’organisation et de structuration de la profession journalistique au début du siècle. En effet, les plus ou moins grandes variations, existant au niveau du rubriquage adopté par les différents journaux mais aussi à l’intérieur du même journal, renvoient au degré de structuration de la profession journalistique, telle qu’on l’a appréciée au travers de la mise en place d’organisations professionnelles de journalistes. Les rubriques les plus facilement identifiables (d’un point de vue typographique) et celles qui a priori transcendent les différents supports sont aussi celles qu’investissent des journalistes par ailleurs regroupés au sein d’associations ayant la charge de les représenter et donc de les faire exister collectivement. Ainsi les informations « parlementaires », « judiciaires » ou « municipales » renvoient directement aux associations professionnelles parmi les plus anciennes : l’Association des journalistes de la presse municipale de Paris est créée dès 1884, l’Association syndicale professionnelle des journalistes judiciaires et l’Association confraternelle de la presse judiciaire parisienne sont toutes les deux créées en 1887. S’il est impossible de déterminer avec précision si c’est la rubrique qui fait le groupe ou si c’est le groupe qui, en se constituant, réussit à imposer la rubrique, l’organisation interne à chaque publication (le rubriquage), en attribuant aux journalistes un lieu particulier et donc en amorçant un processus de rationalisation et de division de leur travail, permet et consacre un rapprochement physique des individus qui en ont la charge17.

Tableau 5. – La structure des journaux par rubriques en 1920 (La Petite République a cessé de paraître).
Nous nous tenons ici à une définition formelle de la rubrique, c’est-à-dire au repérage de formes typographiques spécifiques apparaissant de manière régulière dans les colonnes des journaux

Tableau 5. – La structure des journaux par rubriques en 1920 (La Petite République a cessé de paraître).Nous nous tenons ici à une définition formelle de la rubrique, c’est-à-dire au repérage de formes typographiques spécifiques apparaissant de manière régulière dans les colonnes des journaux

1. Toutes ses rubriques, au-delà de leur contenu, ont le point commun d’être essentiellement constitué de brèves émanant soit des agences soit des correspondants des journaux.
2. Comprend souvent la nécrologie.
3. Le nombre d’intitulés différents est dû au fait qu’à un contenu semblable correspondait dans le même titre des intitulés différents.
4. Nous reviendrons ultérieurement (§ 2) sur le regroupement de ces différents intitulés de rubriques.
5. Comprend souvent les programmes de cinéma.

  • 18 L’Annuaire de la presse française (éd. 1908) mentionne l’existence d’une association des journalis (...)
  • 19 Lucien Karpik (Les avocats, op. cit., p. 75) souligne, à propos des avocats, l’importance de la sa (...)
  • 20 Raymond Manevy, Histoire de la presse, 1914-1939, Paris, Corréa, 1945.
  • 21 Ibid.
  • 22 Comme l’indique Michelle Perrot (Les ouvriers en grèves. France 1871-1890, Paris, La Haye, Mouton, (...)
  • 23 Pierre Ponsot note à ce propos que lors des grandes grèves de janvier et de mars 1870 « tous les g (...)

13De la même manière, les rubriques artistiques notamment théâtrales et sportives, dont les intitulés ne varient qu’à la marge selon les titres, si elles ne renvoient pas directement à des associations de défense professionnelles18, se structurent autour de lieux spécifiques d’interventions (théâtres, stades, etc.) qui permettent des interactions directes entre ceux qui les traitent. Le social est lui aussi guidé par ces principes d’organisation du travail journalistique, autant parce qu’il existe une association professionnelle regroupant ceux qui s’y consacrent que parce que les objets dont ils traitent impliquent des pratiques particulières basées sur la fréquentation d’un ou plusieurs lieux géographiquement définis19 (comme la Bourse du travail pour les journalistes sociaux par exemple). C’est aussi ce que l’on peut déduire de la description que Raymond Manevy20 (l’un des rares historiens de la presse à consacrer dans son ouvrage un paragraphe aux pratiques des journalistes du mouvement social) fait de leur activité quotidienne. Par exemple pour cet auteur, les journalistes du mouvement social se devaient « de suivre au jour le jour les manifestations tapageuses des “meneurs” de La Grange aux Belles (i. e. le siège de la CGT et celui de l’Union des syndicats de la Seine21) ». Michelle Perrot souligne à ce titre que les grèves sont, dès la fin du XIXe siècle, traitées par des envoyés spéciaux22. C’est ainsi que la grève du Creusot est souvent considérée comme la première grève sur laquelle furent envoyés pour la première fois des journalistes professionnels23. Jean-Baptiste Dumay raconte ainsi dans ces mémoires :

  • 24 Jean-Baptiste Dumay, Mémoires d’un militant ouvrier du Creusot (1841-1905), Grenoble, Centre d’his (...)

« Maintenant que la grande Usine était sur la sellette, les journaux de tous les partis envoyèrent de nouveau leurs reporters pour continuer l’enquête qu’ils avaient commencée. La Marseillaise, journal de Rochefort, qui avait envoyé la première fois un professionnel du journalisme nommé Achille Dubuc, voulut à l’occasion de cette seconde grève faire une véritable enquête économique et envoya un ouvrier teinturier peu connu à ce moment mais qui devint plus tard une des notabilités littéraires du Parti socialiste : j’ai nommé Benoît Malon24

  • 25 Les articles sur la grève de Limoges sont dans Le Figaro, Le Temps, L’Humanité, Le Petit Parisien, (...)

14L’observation des signatures d’articles sur les grèves confirme que les journalistes envoyés spéciaux des journaux se retrouvaient sur les lieux – même provinciaux – de l’événement, comme ce fut par exemple le cas lors du lockout de Limoges en 190525 ou pour la grève des inscrits maritimes de 1910 à Marseille. On saisit les affinités et les liens entre journalistes qui peuvent découler de cette commune participation, en tant qu’observateurs, à ces mouvements car cela implique de résider pendant plusieurs jours, voire durant plusieurs semaines, dans une même ville en partageant la situation de « visiteur ».

  • 26 La rubrique « Bulletin du jour » du Temps peut être constituée d’informations sur la température, (...)
  • 27 Pour la catégorie « Dernières heures », « Dépêches télégraphiques », etc., le principe qui a condu (...)

15À l’inverse, les rubriques les moins établies, celles pour lesquelles l’opération d’identification et de regroupement opérée par le chercheur pose le plus de problèmes, sont des rubriques pour lesquelles les lieux possibles d’interactions entre ceux qui en ont la charge sont plus improbables. L’incertitude des intitulés, leur variation à l’intérieur d’un même titre, indiquent leur « absence » de reconnaissance. C’est le cas par exemple des rubriques « généralistes » – que sont les rubriques « Dernières heures », « Dépêches télégraphiques », « Bulletin du jour », « Nouvelles du jour » ou « Faits divers », « Nouvelles diverses », etc. – pour lesquelles il est extrêmement difficile de déterminer les logiques de classement pour chaque titre26 autres que des logiques formelles27.

16De même, le flou entourant les intitulés des rubriques, telles que « Autour de la politique », « La politique », « Informations politiques » ou celles traitant « Des questions économiques », des « Nouvelles financières » du « Bulletin financier » (regroupées à partir de leur ressemblance de contenu) peut là encore s’analyser comme l’indice d’une relative absence de sens (ou de pertinence) pour apprécier et classifier une réalité que la presse (ceux qui la font) entend décrire. En ce sens, les incertitudes de classification de certains événements dans une rubrique formellement sociale donnent à penser qu’il faut rapprocher cette catégorie de celle les moins reconnues et les moins établies de l’espace journalistique.

17Apprécié d’un point de vue formel et nominaliste, le social se situe ainsi dans une position intermédiaire. Son objectivation dans les journaux en fait une catégorie pertinente dans l’espace journalistique mais les incertitudes sur son intitulé montre les limites de sa reconnaissance.

18Au-delà de l’analyse formelle – et donc forcément limitée – des modalités d’inscription du social dans les colonnes des journaux, c’est dans la comparaison des récurrences des catégories de classement choisies par les différents titres analysés que l’on peut saisir de manière plus fine des indices de stabilité de la rubrique sociale. Pour apprécier ces mécanismes, un travail de recomposition des différents types de rubrique fut nécessaire, car il est indispensable lorsqu’on souhaite, au risque de substituer les catégories du sociologue à celles du journaliste, mesurer le degré de saillance d’une catégorie de classement qui serait partagée par différent titre. Ce n’est donc qu’en passant par ce détour que l’on est en mesure d’apprécier la place du social vis-à-vis d’autres modes de catégorisation de la réalité par les journaux dans la première partie du XXe siècle.

19À cette période, même si l’autonomisation des rubriques n’est pas achevée, certains thèmes semblent en effet plus que d’autres valorisés par la structure rédactionnelle des journaux. Certains sujets sont ainsi l’objet d’un classement spécifique dans la majorité des titres observés : les informations concernant la vie municipale (cinq titres sur sept), la vie parlementaire (six titres sur sept pour la Chambre et cinq titres sur sept pour le Sénat) et le judiciaire (quatre titres sur sept). Leur degré d’autonomie et de reconnaissance renvoie donc ici directement à la relative stabilité de leur intitulé. Les informations sportives (présentées de manière autonome dans tous les titres), théâtrales et spectacles (présentes elles aussi dans tous les titres) et économiques (identifiables dans cinq titres sur sept) sont, suivant cette même logique, facilement repérables dans la structure rédactionnelle des journaux. Dans cette perspective, les informations sociales, objets d’un traitement particulier pour six titres sur sept, bénéficient d’une large reconnaissance.

20À l’inverse – et ce peut être plus surprenant pour un lecteur des années quatre-vingt-dix habitués à voir ces rubriques valorisées dans les quotidiens nationaux généralistes – certaines informations, telles que celles concernant « l’étranger » ou « la politique », ne font l’objet d’un traitement particulier que pour respectivement trois titres et quatre titres sur sept.

21« La chronique électorale » ou la rubrique « Autour de la politique » ne sont constituées que de brèves ou de dépêches ou sont reléguées dans d’autres rubriques attachées à la spécificité des titres se présentant comme des journaux proprement politiques. C’est ainsi que L’Humanité traite à part les nouvelles relatives aux organisations dont ce titre se dit proche (« La Bataille socialiste »). Les élections par leur caractère exceptionnel font l’objet d’un traitement spécifique : une feuille spéciale entièrement consacrée à cet objet. On trouve ainsi très peu dans des rubriques établies de comptes rendus d’activités préélectorales (elles sont disséminées dans les rubriques généralistes évoquées précédemment), si ce n’est la présentation des candidats soutenus par le titre étudié (c’est le cas, et pour sortir de la période qui a retenu notre attention, de La Petite république du 24 avril 1910). Les résultats des élections font eux aussi l’objet d’un traitement à part (voir par exemple L’Humanité et La Petite République du 25 avril 1920).

  • 28 Trouver les raisons de la non-reconnaissance de ces rubriques obligerait ici à mettre en place un (...)
  • 29 Certaines catégories, comme « l’international », n’apparaissent pas de manière autonome dans les c (...)

22L’absence de catégorisation ne signifie pas ici que ce type d’informations soit négligé par les journaux (surtout pour ce qui est des informations étrangères) mais plutôt qu’elles ne font pas l’objet d’une identification spécifique. Elles se trouvent ainsi placées dans les rubriques généralistes, telles que « Dernières heures », « Dépêches télégraphiques » ou indice de leur importance dans la page la moins structurée qu’est la une des journaux. D’autres informations ne font l’objet d’un rubriquage spécifique que dans trois, deux voire un titre sur sept : les informations destinées aux femmes, celles concernant « les universités », « les colonies », « le monde religieux », « Paris et sa banlieue » ou « les informations pratiques » traitant du coût des produits par exemple, etc. Ne faisant pas l’objet d’un consensus quant à leur traitement par l’ensemble des journaux, elles peuvent donc être considérées comme les moins établies28. Ce panorama du rubriquage permet de repérer parmi les divers types d’informations celles qui apparaissent pour la presse et ceux qui la font comme digne d’une mise en valeur et d’un traitement spécifique. Si on peut dégager certaines des catégories qui font sens dans l’espace journalistique à cette époque29, rien ne permet encore d’apprécier les logiques de hiérarchisation de l’événement telles qu’elles peuvent les laisser transparaître.

Domination éditoriale, hiérarchisation journalistique : les ambivalences du social journalistique

  • 30 Voir sur ce point les travaux de Marc Martin sur les associations de journalistes du début du sièc (...)
  • 31 Cet anonymat relève parfois d’une volonté délibérée des directeurs de journaux. Au Temps par exemp (...)
  • 32 Voir sur ce point l’histoire de la signature (du VIe siècle au XVIe siècle) réalisée par Béatrice (...)
  • 33 On l’a déjà souligné, Thomas Ferenczi (L’invention du journalisme, op. cit.) soutient la thèse de (...)
  • 34 C’est ce que note aussi Michael Schudson au niveau de la presse américaine. Pour cet auteur, « on (...)

23Les éléments empiriques permettant de jauger la hiérarchie implicite de l’espace journalistique sont relativement ténus. Une sociographie générale des journalistes est impossible et les travaux dans ce domaine consacrent le plus souvent l’élite de cette catégorie30. L’observation de la forme des journaux peut néanmoins renseigner sur ce point et permettre de cerner certaines des représentations qui dominent l’espace journalistique de la première partie du XXe siècle. Partant de la simple observation du relatif anonymat des articles jusqu’alors dépouillés31, nous avons cherché à comprendre le sens et la portée des signatures – ou de leur absence – dans la presse de l’époque. Rare, la signature distingue et individualise32. Évidence parmi d’autres, ne pas être anonyme c’est être connu, et être connu c’est être reconnu. La signature peut ainsi être considérée comme une marque de grandeur, de prestige qui transforme le journaliste en individualité proche de la figure de l’intellectuel et de l’artiste, modèles que les représentations communes du métier33 et une certaine réalité sociologique associent (le Zola écrivain et le Zola de « J’accuse »). On considère que la signature, surtout si elle est régulière, participe de la consécration et montre l’importance de leurs auteurs34. Du coup, la signature constitue un indice de l’importance relative des rubriques et hiérarchies implicites qui structurent l’espace d’un journal. En ce sens, on peut évaluer l’importance de la rubrique sociale à partir de cet indicateur. De fait, le relatif anonymat de la rubrique sociale donne à penser que cette rubrique est un terrain dévalué de l’intervention journalistique.

  • 35 Adrien Farjat était, comme son frère Gabriel, un militant politique lyonnais. « Membre », selon le(...)
  • 36 Alexandre Luquet, signataire régulier de la rubrique « Mouvement social » de L’Humanité, rubrique (...)
  • 37 Marthe Pichorel n’est pas présentée dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier comme u (...)
  • 38 Marguerite Rochebrune est née à Coignières, elle est entrée dans le journalisme au début de la Pre (...)

24Globalement, les rubriques traitant d’événements sociaux ne sont en effet rarement ni même régulièrement signées. La forme de la plupart d’entre elles – bien souvent un simple calendrier de rencontres syndicales ou de réunions politiques à venir – n’oblige pas le rédacteur à un travail spécifique d’écriture qui justifie, dans un espace journalistique encore dominé par les valeurs littéraires, une quelconque signature. Seule l’apparente nécessité pour les « informateurs » d’avoir un contact au siège du journal explique parfois l’existence d’un nom, précédé le plus souvent de la mention : « pour toutes les communications ». C’est le cas par exemple pour Adrien Farjat35, détenteur régulier de la rubrique « Mouvement social » de L’Intransigeant en 1905, ou d’Alexandre Luquet36 à L’Humanité de 1910. Mais pour apprécier de manière plus précise la présence et même la régularité de la signature dans cette rubrique, on peut privilégier l’observation d’un exemple particulier : celui du mois d’avril 1920. Trois journaux disposent d’une rubrique comportant l’intitulé social : Le Temps, L’Humanité et Le Populaire. La rubrique « Questions sociales » du Temps n’est jamais signée. Pour ce qui est du Populaire et de L’Humanité, l’anonymat est aussi la règle dominante. Seuls deux noms apparaissent : celui de Marthe Pichorel37 qui signe dans le Populaire deux articles sous la rubrique « Mouvement social » et celui de Michel Verrier qui, le 6 avril 1920, rend compte sous l’intitulé « Vie économique et sociale » du coût des transports. Si on élargit maintenant aux journaux qui disposent d’une rubrique que l’on peut assimiler au social, seule Marguerite Rochebrune38 de L’Intransigeant apparaît comme détentrice d’une rubrique intitulée « Les intérêts professionnels ». « L’agitation syndicaliste » du Figaro est pour l’ensemble du mois d’avril totalement anonyme, comme le sont d’ailleurs les rubriques « Bulletin du travail » et « Informations ouvrières » du Petit Parisien.

  • 39 C’est aussi le constat que fait André Guérin (La vie quotidienne au Palais-Bourbon à la fin de la (...)
  • 40 A.-M. Maurel fut membre en 1905 du Syndicat des journalistes professionnels.

25Pour les rubriques comparables au social dans leur degré de reconnaissance (appréciées par leur régularité d’apparition dans les colonnes des journaux), l’anonymat semble aussi la règle. Ainsi, les rubriques parlementaires39, municipales et judiciaires ne sont que très exceptionnellement signées, et ce bien que la reconnaissance professionnelle des journalistes s’objective par ailleurs dans l’existence notamment d’association prenant en charge leurs intérêts. Deux exceptions relativisent ce constat général : A. Avril, détenteur régulier de la rubrique « À la chambre » du Figaro, et A.-M. Maurel40, signataire régulier de la rubrique municipale du Populaire. Pourtant dans cette presse anonyme de la première partie du XXe siècle, certaines rubriques échappent complètement à ce principe récurent de l’anonymat. Ce sont les rubriques que l’on qualifierait actuellement de « culturelles » et celles qui s’assimilent dans leur forme aux éditoriaux d’aujourd’hui. De fait, cette individualisation de certains journalistes dans l’espace rédactionnel conduit à s’interroger sur les principes de hiérarchisation qu’elle sous-tend, et du même coup sur certains principes de légitimité à l’œuvre dans la profession journalistique en voie d’autonomisation. Le fait que les détenteurs des rubriques « culturelles » (théâtrale et littéraire) et ceux qui signent de manière quotidienne, le plus souvent en première page, un billet dans lequel est consigné un avis sur une question particulière (faisant ou non partie de l’actualité), semble correspondre à des registres de légitimités qui sont à trouver hors des frontières du strict espace journalistique. En effet, au-delà de leurs différences quant à leurs positions ou leurs propriétés sociales, une qualité rassemble ces agents les plus en vue de l’espace journalistique : leur notoriété dans d’autres espaces de la vie sociale.

  • 41 Les éléments biographiques sur les détenteurs des rubriques « culturelles » sont tirés de Laffon B (...)
  • 42 Claude Bellanger et alii, Histoire générale de la presse française, op. cit., p. 342.
  • 43 Céard est né à Bercy en 1851, mort à Paris en 1924. Il n’entame pas, au début de sa vie, une carri (...)
  • 44 Pour une analyse du champ littéraire de cette époque, on se reportera au travail de Christophe Cha (...)
  • 45 André Billy est né en 1882 à Saint-Quentin et mort en 1971 à Barbizon. Il est l’auteur de plus de (...)
  • 46 André Salmon (1881, Paris1969, Sanary) est présenté dans le Dictionnaire des auteurs « comme attir (...)

26Les signataires des rubriques « culturelles » se recrutent par exemple le plus souvent dans l’espace artistique lui-même. Ainsi, René Bizet, titulaire de la rubrique « Théâtre » de L’Intransigeant, est par ailleurs poète. Alfred Bruneau, repéré comme codétenteur de la rubrique « Le courrier des théâtres » du Matin (avec Fred Orthis), est connu pour être musicien, auteur de critiques musicales, lié dans son œuvre aux naturalistes et particulièrement à Zola dont il mit en musique certains livres41. La rubrique littéraire de L’Intransigeant est quant à elle régulièrement signée sous un pseudonyme collectif « Les Treize » parmi lesquels, nous signalent les auteurs de l’Histoire générale de la presse française42, se cachent successivement de « jeunes » écrivains tels qu’« André Billy, Céard43, Alain Fournier, André Salmon, Max Jacob ou Guillaume Apollinaire ». On soulignera ici, bien que cette analyse dépasse notre propos, que ces « jeunes » écrivains se rattachent à de nouveaux courants littéraires (les naturalistes44 par exemple pour Billy45 et les surréalistes pour Salmon46 et Max Jacob) et qu’ils trouvent donc dans le journalisme une ressource non seulement financière (pour vivre), mais aussi symbolique pour être connus et reconnus et investir ainsi un espace, l’espace littéraire qui leur est encore fermé.

  • 47 Louis Pinto, L’intelligence en action. Le Nouvel Observateur, Paris, A. M. Métailié, 1984.
  • 48 Voir sur ce point les analyses de Jean-Marie Charon, La presse en France de 1945 à nos jours, Pari (...)
  • 49 Les textes des journalistes consacrés de L’Humanité sont regroupés par René Ballet dans un ouvrage(...)
  • 50 Jean Fabry est, selon le Dictionnaire des parlementaires, notices biographiques sur les ministres, (...)
  • 51 Charles Tysseyre a, selon le Dictionnaire des parlementaires, une carrière politique assez brève. (...)

27Les auteurs de billets sont quant à eux le plus souvent issus du monde politique, que ce soient les directeurs des journaux eux-mêmes ou ceux qu’on considère aujourd’hui, pour reprendre une expression de Louis Pinto47, comme « les amis du journal », c’est-à-dire ceux qui sont « recrutés » sur le principe des affinités électives. S’agissant des directeurs des journaux, leur appartenance conjointe à l’espace politique et à l’espace journalistique n’est plus à démontrer48. Ainsi les grandes plumes de L’Humanité49, de La Petite République ou du Populaire se recrutent parmi les dirigeants de la SFIO ou du PC (pour L’Humanité d’après 1920). De même, les journaux n’ayant pas une vocation politique clairement affichée comptent parmi leurs dirigeants des ministres/« éditorialistes » (le cas le plus connu reste ici le cas de Jean Dupuy alias Jean Frollo, directeur chroniqueur du Petit Parisien, tour à tour sénateur et ministre). D’autres offrent à certains élus une place « privilégiée » dans leurs colonnes. Ainsi Le Matin ou L’Intransigeant accueillent des parlementaires qui interviennent à ce titre (en mentionnant leur qualité) dans un billet souvent placé en une. Leurs contributions peuvent être régulières, comme celles du député Jean Fabry50 dans L’Intransigeant, ou plus exceptionnelles comme celles de Charles Tisseyre51, député, dans Le Matin.

  • 52 Voir notamment sur ce point les analyses de Thomas Ferenczi, L’invention du journalisme, op. cit.;(...)
  • 53 Nous n’abordons pas ici la question, pourtant intéressante et restée inexplorée, d’une position jo (...)

28La grandeur du journaliste, son prestige (ce qui l’autorise à poser sa signature au bas d’un article et ce, quel que soit le sujet abordé) s’évaluent d’abord et avant tout par la grandeur et la reconnaissance de l’auteur dans d’autres sphères de l’espace social, notamment dans le milieu artistique ou politique. Cette analyse ne diffère en rien ici de celle des historiens de la presse52 qui concluent bien souvent à une domination de l’espace journalistique du début du siècle par ceux qu’ils appellent « ces messieurs de la chronique » (qu’elle soit politique, théâtrale ou littéraire). Cette catégorie préfigure en outre la position dominante des éditorialistes dans l’espace journalistique telle qu’elle est perçue de nos jours. Le prestige de l’événement tient ici au prestige de l’individu qui le traite et qui de plus est lié non pas à sa position dans l’espace journalistique, mais justement aux ressources que constitue son appartenance à une autre sphère de la vie sociale53. Sur un principe d’homologie, la grandeur de l’événement et au-delà de la rubrique sont intrinsèquement dépendants de la position occupée par son détenteur qui tire par ailleurs les gages de sa légitimité hors de l’espace journalistique proprement dit.

  • 54 En partie, car on ne peut ignorer les prises de positions, certes exceptionnelles, de parlementair (...)
  • 55 M. Chéron, ministre du Travail se voit ouvrir les colonnes du Temps au moment des grèves de Limoge (...)
  • 56 Le Figaro publie, par exemple en 1920 au moment de la grève générale, un extrait de discours de Lé (...)
  • 57 Membre du Syndicat des journalistes du mouvement social en 1908.
  • 58 Membre du Syndicat des journalistes du mouvement social en 1908.
  • 59 Membre du Syndicat des journalistes du mouvement social en 1908.
  • 60 Membre du Syndicat des journalistes du mouvement social en 1908.

29Si cette règle semble largement respectée, elle connaît certaines exceptions qui permettent de dépasser une analyse en terme d’homologie de positions entre les producteurs (ici des journalistes) et le produit (les articles, ou les rubriques qu’ils contribuent à faire exister). En effet, le traitement du social observé à partir de cette grille échappe en partie54 à ces principes quelque peu mécanistes d’une analyse en terme l’homologie. Si l’on continue à prendre au sérieux le critère de la signature, l’intervention des chroniqueurs sur des sujets sociaux peut alors s’analyser comme un signe de l’importance de l’événement rapporté. Les logiques d’intervention sont alors guidées par le caractère dramatique ou critique des informations en cause : une grève peut ainsi être le sujet d’un billet si elle est générale (en 1920 Léon Bailby, directeur de L’Intransigeant, consacre plusieurs de ses billets à la grève générale de 1920) ou si elle devient violente. La grève de Limoges de 1905 fait ainsi l’objet d’articles signés par des ministres55, par des syndicalistes56, ou encore par des directeurs de journaux. Ce n’est donc pas la renommée de l’auteur de l’article qui fait l’événement, mais l’importance de celui-ci qui appelle à une signature prestigieuse. La grandeur d’un événement n’est non plus simplement rapportable à la position de celui qui le prend en charge dans les colonnes des journaux, mais devient suffisamment importante pour que les journalistes les plus légitimes de l’espace professionnel lui accordent une attention, ce qui du même coup grandit davantage l’événement en question. De la même façon, les « simples » journalistes sociaux ne se sentent autorisés à signer que les « grands » événements. C’est le cas pour la grève de Limoges traitée dans Le Temps de 1905 par Marius Gabion57, par Novi dans Le Figaro ou par Pierre Bertrand58 dans La Petite République (tous ces journalistes sont des envoyés spéciaux des journaux concernés). C’est le cas aussi pour la grève des inscrits maritimes (à Marseille) en 1910, dont la couverture est confiée à un certain « Thomas » au Figaro, à Henri Blanc à L’Intransigeant ou à Raymond Figeac59 à L’Humanité. C’est enfin le cas pour Marguerite Rochebrune60 qui signe (le plus souvent en une) les articles sur la grève générale de 1920 dans L’Intransigeant ou de Louis Latzarus qui intervient la même année, de façon certes plus irrégulière, pour rendre compte de cette grève dans Le Figaro.

  • 61 Les meurtres d’enfants n’acquièrent pas dans les médias une dimension comme celle que prit notamme (...)
  • 62 Pour une comparaison de ce type entre la grève des inspecteurs des impôts et la grève aux usines P (...)

30Le poids spécifique de l’événement observé au niveau du social permet non pas de résoudre la question de l’autonomisation (ou non) de la profession journalistique, mais simplement d’esquisser dans ce domaine de nouvelles perspectives de recherche empiriques s’appuyant non plus uniquement sur les producteurs d’information mais sur ce qu’ils produisent et mettent en scène. Une telle démarche impliquerait, dans l’état actuel du champ journalistique, de s’intéresser au contenu des informations diffusées, afin de comprendre pourquoi certains « faits divers » par exemple deviennent ou non des affaires nationales61 ou dans le domaine du social pourquoi certaines grèves font l’objet ou non d’une attention journalistique soutenue62.

Représentations journalistiques et mise en forme du social

  • 63 Erik Neveu, dans son article sur les rhétoriques du journaliste politique, déplore à ce titre le m (...)

31Analyser les représentations que les journalistes se font du social revient à s’interroger sur le contenu même des prises de position qu’ils produisent sur ce thème à un moment donné. Rendre raison au discours en évitant tout à la fois les travers du subjectivisme de l’histoire des idées et ceux d’un sociologisme réduisant les prises de position aux intérêts de ceux qui les tiennent, est une opération périlleuse – et de fait délaissée63 – qui implique la mise en place d’une méthodologie pouvant apparaître, par certains côtés, comme hétérodoxe.

32En effet, comprendre ce qu’est le social pour les journalistes qui le mettent en forme dans les publications du début du siècle, c’est tout à la fois préciser l’ensemble des éléments permettant de les situer dans l’espace social et journalistique, mais aussi s’intéresser aux objets du discours et à ses logiques internes. Les productions journalistiques sur le social révèlent ainsi autant les systèmes de représentation qui caractérisent ces individus particuliers que certaines contraintes d’énonciation et de publication propres au champ de la presse de l’époque. Ce qui intervient dans la construction journalistique du social, c’est en ce sens aussi une pratique d’écriture et de présentation des faits, « des façons d’écrire », « des manières de dire » acceptables pour les pairs et plus globalement pour ceux à qui ces productions sont destinées (du moins en théorie).

33Il convient donc, en premier lieu, de s’interroger sur les mécanismes qui conduisent à associer durablement certains objets à une catégorie établie de la réalité, et donc de montrer que la construction journalistique du social s’opère avant tout par différents processus d’étiquetage d’événements en événements sociaux. Pour ce faire, nous avons effectué un repérage systématique des « événements » placés, quelles que soient les époques ou les titres observés, sous des rubriques comportant l’item social. Ce premier repérage a permis de dégager une liste d’événements associés à la rubrique sociale. Par cette démarche préliminaire, on cerne quelle peut être l’étendue du social lorsqu’il fait l’objet d’un traitement dans la presse.

  • 64 I. e. ceux pour lesquels se dégage un consensus entre les titres quant à leur place dans les colon (...)
  • 65 Ce qui revient ici à poser la question de leur prise en charge par d’autres rubriques (les rubriqu (...)

34Confronter, en second lieu, cette liste « d’événements » aux classements opérés par les titres ne disposant pas de rubrique sociale permet alors de saisir les représentations dominantes de cette catégorie d’informations. Dégager quels peuvent être les objets qui sont de ce point de vue considérés comme les plus sociaux64, et identifier les catégories alternatives de classement des événements sociaux65, montre comment s’incarne dans des produits intellectuels (les articles de presse) la proximité des acteurs au mouvement ouvrier.

L’ouvrier comme intérêt journalistique

35Le groupe des journalistes sociaux s’est construit autour d’une proximité « objective » et revendiquée au mouvement ouvrier. Au-delà d’un simple principe identitaire, cette proximité se révèle aussi dans le social tel qu’il s’inscrit dans les colonnes des journaux. Les thèmes étiquetés sociaux mettent ainsi en scène de manière plus ou moins directe « l’ouvrier ».

  • 66 Dans les autres titres, ces informations sont difficilement repérables du fait de leur éparpilleme (...)
  • 67 La rubrique « Aide sociale » du Figaro tenue par Édouard Fuster disparaît des colonnes de ce journ (...)

36D’un point de vue formel (voir tableaux 6 et 7), les « événements » qui sont le plus souvent labellisés social dans les journaux touchent, dans l’ordre décroissant, des récurrences observées : « les annonces de réunions syndicales » (cinq titres sur sept les classent à un moment donné dans une rubrique sociale), « la législation ouvrière » et « les grèves » (considérées comme sociales pour quatre titres sur sept), « les assurances sociales », « les retraites », « le chômage » et « les congrès syndicaux » (étiquetés social pour trois titres sur sept), les informations sur le Bureau international du travail et les « communications syndicales » (deux titres sur sept). Les questions relatives aux mouvements syndicaux et aux revendications ouvrières apparaissent donc le plus consensuellement et le plus durablement associées à la rubrique sociale. Le Figaro, Le Temps, Le Petit Parisien et Le Populaire, titres aux affinités politiques et aux lectorats hétérogènes, s’accordent par exemple pour considérer que les grèves relèvent du social. De plus, « les grèves », « les annonces de réunions syndicales » reçoivent ce label tout au long de la période observée (1905-1935). À l’inverse les informations qui n’ont qu’un rapport lointain avec l’action collective ouvrière et syndicaliste ne sont qu’exceptionnellement classées sous une rubrique sociale. Le Figaro en 1905 place « les actions philanthropiques » sous la rubrique « Aide sociale »; Le Populaire associe, entre 1930 et 1935, « l’art », « le logement », et « l’école », à la rubrique « Vie économique et sociale66 ». L’intérêt porté par ces deux titres à ces thèmes s’explique par les affiliations idéologiques de chacun d’eux et par la période à laquelle ces différences de traitement apparaissent. D’un côté, au début du siècle, un journal conservateur, Le Figaro, considère de manière restrictive le social « assistanciel » et philanthropique67 ; de l’autre, dans les années trente, un journal socialiste élargit les frontières et le contenu du social et inclut dans sa rubrique des sujets qui sont moins directement associés aux revendications ouvrières et plus tournés vers la description du mode de vie ouvrier.

  • 68 Georges Weill, Histoire du mouvement social en France, 1852-1924, Paris, Gallimard, 1946.

37À travers ce repérage du degré de « naturalisation » des objets sociaux se dessine, d’abord d’un point de vue simplement formel, une première esquisse des représentations attachées à la vision journalistique du social. Les événements les plus explicitement sociaux touchent en effet une catégorie spécifique de la population : « les ouvriers ». C’est le cas des « grèves », « des annonces de réunions syndicales », de « la législation ouvrière », « des retraites » qui constituent un « fonds commun » du social qui dépasse l’espace journalistique lui-même. Cette définition rejoint par exemple celle que donne Georges Weill du « mouvement social » lorsqu’il cherche à en faire l’histoire68 :

Tableau 6. – Repérage des thèmes et des objets sociaux dans les journaux du début du siècle (1905-1935).
Pour réaliser ce tableau, nous avons procédé en plusieurs temps. Nous avons établi dans un premier temps une liste des thèmes sociaux reproduit en colonne n° 1 à partir du dépouillement d’un échantillon pris au hasard dans le corpus général : Le Figaro 1905, 1910, 1920, 1930, Le Temps 1905, 1910, 1930, 1935, Le Matin 1905, La Petite République 1905, 1910, L’Intransigeant 1905, 1910, Le Petit Parisien 1905, 1923, L’Humanité 1905, 1920. Nous avons ensuite regroupé ces articles sous des thèmes génériques reproduits en colonne n° 1. La catégorisation s’est opérée à partir des informations contenues dans les titres – lorsque ce dernier était explicite – ou dans le corps de l’article. Nous avons respecté, dans la mesure du possible le vocabulaire journalistique lui-même pour établir nos propres catégories. Toutefois, et cela vaut plus particulièrement pour les sujets les moins fréquemment étiqueté sociaux (ex. : les appels à la générosité des lecteurs ou le compte rendu d’activités bénévoles), nous avons préféré construire nos propres catégories (ex. : actions philanthropiques). Une fois cette liste établie, nous avons dans un second temps repéré, en reprenant l’ensemble du corpus initial, les informations abordant les thèmes sociaux que nous avions préalablement listés

Tableau 6. – Repérage des thèmes et des objets sociaux dans les journaux du début du siècle (1905-1935).Pour réaliser ce tableau, nous avons procédé en plusieurs temps. Nous avons établi dans un premier temps une liste des thèmes sociaux reproduit en colonne n° 1 à partir du dépouillement d’un échantillon pris au hasard dans le corpus général : Le Figaro 1905, 1910, 1920, 1930, Le Temps 1905, 1910, 1930, 1935, Le Matin 1905, La Petite République 1905, 1910, L’Intransigeant 1905, 1910, Le Petit Parisien 1905, 1923, L’Humanité 1905, 1920. Nous avons ensuite regroupé ces articles sous des thèmes génériques reproduits en colonne n° 1. La catégorisation s’est opérée à partir des informations contenues dans les titres – lorsque ce dernier était explicite – ou dans le corps de l’article. Nous avons respecté, dans la mesure du possible le vocabulaire journalistique lui-même pour établir nos propres catégories. Toutefois, et cela vaut plus particulièrement pour les sujets les moins fréquemment étiqueté sociaux (ex. : les appels à la générosité des lecteurs ou le compte rendu d’activités bénévoles), nous avons préféré construire nos propres catégories (ex. : actions philanthropiques). Une fois cette liste établie, nous avons dans un second temps repéré, en reprenant l’ensemble du corpus initial, les informations abordant les thèmes sociaux que nous avions préalablement listés

Tableau 7. – Tableau récapitulatif (établi à partir du tableau 6 reproduit page précédente) de l’étiquetage social des événements

Tableau 7. – Tableau récapitulatif (établi à partir du tableau 6 reproduit page précédente) de l’étiquetage social des événements
  • 69 Georges Weill, Histoire du mouvement social en France…, op. cit., préface de la 1re édition (non p (...)

« L’expression “mouvement social” et surtout l’adjectif “social” sont pris dans des sens très divers. J’entends ici par mouvement social l’ensemble des efforts tentés pour améliorer la condition économique de la classe ouvrière69

  • 70 Jacques Fournier et Nicole Questiaux, Le pouvoir du social, Paris, Dalloz, 1977 (pour la 1re éditi (...)

38C’est aussi cette conception que retiennent Nicole Questiaux et Jacques Fournier dans leur ouvrage sur le pouvoir du social70 :

  • 71 Ibid., p. 7.

« C’est là [i. e. au XIXe siècle] que naît la question sociale à partir de la prise de conscience et des premières luttes de la classe ouvrière. C’est pour y répondre qu’apparaissent les premières lois sociales71

  • 72 En 1880, lorsqu’Edmond Démolins expose, dans le premier numéro de La Réforme sociale, le programme (...)
  • 73 Le Relèvement social est une revue fondée en 1892 par le pasteur Louis Comte, secrétaire général d (...)
  • 74 Consacrés comme les précurseurs de l’enquête sociale, comme l’indique Michelle Perrot dans la préf (...)
  • 75 Frédéric Le Play, Les ouvriers européens, Paris, Mame et fils, 1877-1879.
  • 76 Maurice Halbwachs, La classe ouvrière et les niveaux de vie : recherches sur la hiérarchie des bes (...)
  • 77 Sur la construction et l’invention de la classe ouvrière, voir Gérard Noiriel, Les ouvriers en Fra (...)

39La corrélation entre les événements sociaux et le groupe ouvrier est d’ailleurs explicitement inscrite dans les colonnes des journaux qui, ne disposant pas de rubriques sociales, labellisent ces événements comme informations explicitement ouvrières. Social (e) et ouvrier (e) apparaissent ainsi parfois comme synonymes dans la presse. C’est le cas du Petit Parisien qui fait des annonces de réunions syndicales ou des grèves des « Informations ouvrières ». C’est le cas aussi de L’Humanité qui abandonne en 1920 l’intitulé social et le remplace par celui de « Front ouvrier » qui lui sert à décrire les événements auparavant catégorisés sous sa rubrique « Vie sociale » ou « Vie économique et sociale ». Dans les journaux « conservateurs », les informations concernant les revendications ouvrières sont, elles, stigmatisées dans des rubriques aux titres éloquents : « L’agitation syndicaliste » ou « L’agitation ouvrière » pour Le Figaro en 1910 et 1920 ; « Les menées communistes » et « L’agitation syndicaliste » pour Le Temps en 1930. Associer le social journalistique et la population ouvrière n’a rien d’original. Les titres des revues consacrées à cette population donnent un premier exemple de cette association. La Guerre sociale, La Réforme sociale72, Le Relèvement social73 sont, dès la fin du XIXe siècle, des titres qui prennent comme sujet principal les conditions de vie de la population ouvrière, qu’elle soit traitée de manière qui se veut scientifique comme pour La Réforme sociale, militante comme La Guerre sociale, ou moralisatrice comme Le Relèvement social. Des enquêtes et études sociales de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle (comme celles des frères Bonneff74, ou de sociologues comme Le Play75 ou Halbwachs76) aux travaux des hygiénistes, en passant par ceux des législateurs ou des dirigeants syndicaux, le social se construit dans de nombreux espaces intellectuels autour de cette catégorie continuellement inventée et réinventée77.

40Pour les journalistes, cette association se comprend au regard des propriétés (réelles ou revendiquées) de ceux qui se construisent comme journalistes sociaux. Le social journalistique se forme autour de la description du monde ouvrier qui impose dans le même temps une image particulière de l’ouvrier, à la fois médiatisé – au sens de mis en scène – et inséré dans des logiques proprement journalistiques de mise en forme de la réalité sociale.

  • 78 Cette vision ne sera pas valable de tout temps et pour tous les titres. On songe par exemple aux « (...)
  • 79 Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire, Paris, Gallimard/EHESS, 1989.

41Les journalistes placent au centre des représentations qu’ils se font du social la figure de l’ouvrier. Mais la description qu’ils en donnent au travers des articles apparaît comme insérée dans un double espace de contraintes. Le premier tient aux propriétés des journalistes et au fait qu’ils soient placés, du fait de leur activité et, au-delà de leur parcours biographique chaotique, du côté des intellectuels. L’ouvrier tel qu’il ressort des descriptions journalistiques est ainsi avant tout, un ouvrier médiatisé, c’est-à-dire apprécié non pas « directement » dans son individualité78, mais par l’intermédiaire des institutions ayant la charge de le représenter et de le faire exister. De plus, cette description « intellectuelle » de l’ouvrier n’échappe ni au travers du populisme ni à ceux du misérabilisme que décrivent Jean-Claude Passeron et Claude Grignon lorsqu’ils s’intéressent aux représentations savantes et littéraires du populaire79. Le second espace de contraintes se dessine autour de logiques propres à l’espace journalistique. Semblent ainsi réactivées dans la présentation formelle de l’information et dans la manière de décrire le monde social – et le social – les luttes autour de la définition de l’excellence journalistique. Les journalistes « du mouvement social » sont certes des journalistes militants, mais ils sont aussi insérés dans un espace professionnel dans lequel s’invente (avec eux) un ensemble de pratiques et de règles. Le traitement du social apparaît en ce sens comme le produit du compromis entre une position militante et une position professionnelle.

Une représentation intellectuelle de l’ouvrier

42La présentation formelle des événements dans la presse de la première partie du XXe siècle, à partir du simple intitulé des rubriques, montre que la vision journalistique du monde social est une vision tout à la fois « préconstituée » et relativement élitiste.

  • 80 Alors que par ailleurs, ministères, partis politiques semblent quasi-absents, si l’on excepte les (...)

43« Préconstituée » d’abord, parce que la presse présente le plus souvent les faits qu’elle expose au travers d’institutions au sens quasi-juridique et administratif du terme. Ces rubriques sont par exemple : « Le Parlement » pour les informations politiques80, le « Palais de Justice » pour les informations judiciaires, « L’Hôtel de Ville » pour les informations municipales. Élitistes ensuite, les institutions privilégiées par les journalistes sont celles qui apparaissent comme dominantes : le Parlement c’est le plus souvent la Chambre des députés, l’Hôtel de Ville celui de Paris et le Palais de Justice, là encore, celui de la capitale. Tout se passe comme si la réalité, telle qu’elle est décrite dans les colonnes des journaux, était d’abord et avant tout celle des dominants (ce que traduit de façon paroxystique l’importance des « rubriques mondaines » présentes dans la presse de l’époque).

  • 81 Yves Lequin, Les intérêts de classe et la République. Les ouvriers de la région Lyonnaise 1848-191 (...)
  • 82 Ibid., p. 225 sqq.
  • 83 Ibid. Yves Lequin signale par exemple dans son étude sur la structuration du groupe ouvrier à Lyon (...)
  • 84 Le Parti ouvrier français désigne ainsi, selon Yves Lequin, « les collectivistes suffragistes ». D (...)

44S’agissant du social et de la figure centrale de l’ouvrier autour de laquelle il se construit, la même double logique de « médiatisation » peut être observée : « les ouvriers » que présentent et se représentent les journalistes sont déjà constitués en tant que « groupe » par d’autres instances telles que le droit (« les assurances sociales à la chambre », « la retraite », « le droit ouvrier », etc.) ou les organisations syndicales (qui apparaissent en tant que telles comme l’une des préoccupations journalistiques – « les congrès », « les convocations », etc. – mais qui transparaissent aussi dans des thématiques plus fluides mais néanmoins largement « préconstruites » telle que la « grève »). Cette représentation du groupe ouvrier, médiatisé ou organisé, n’est pas propre aux journalistes. En effet, associer le terme social à la question ouvrière, c’est-à-dire passer de la « question ouvrière » à « la question sociale », marquait l’organisation ou mieux, pour reprendre le vocabulaire d’Yves Lequin, « l’incarnation81 » de la population ouvrière82. Dès la fin du XIXe siècle, c’est autour du social que se structure par le biais de ses représentants, le groupe ouvrier. Le qualificatif social est ainsi utilisé et remplace même parfois le qualificatif ouvrier : dans certains noms d’associations ou d’organisations83 ou de certaines revues. Pourtant, et là se marque une dimension essentielle du social : ce label échappe en partie au vocabulaire proprement politique et semble inusité pour des organisations ayant vocation à participer à la compétition électorale et à représenter dans cette compétition le groupe ouvrier. Ces dernières, comme le POF de Jules Guesde84, conservent soit le qualificatif ouvrier soit se distinguent en mentionnant un dérivé (sémantique et politique) du social : le socialisme.

  • 85 C’est au travers des récits de faits divers que Gérard Jacquemet apprécie la vie quotidienne à Bel (...)
  • 86 Sur les représentations du populaire dans les faits divers, voir Dominique Kalifa, « Crime, faits (...)

45De plus, la description journalistique de la population ouvrière faite au travers de sa portion la plus organisée et préalablement définie par d’autres instances est une description relativement élitiste. Distincte de la rubrique politique et principalement électorale, la mise en forme journalistique du social se distingue aussi des « Faits divers » ou des « Nouvelles diverses » sur un point essentiel. Si ces dernières rubriques sont amenées à traiter de la même population (ouvrière) que la rubrique sociale85, elles la décrivent au moment où elle se manifeste non plus en tant que groupe constitué (les travailleurs) mais au travers de ses individualités les plus marginalisées (le criminel). L’homologie entre d’un côté des journalistes du mouvement social organisés et s’intéressant à une population elle-même organisée, et de l’autre des journalistes « faits diversiers86 » dotés d’aucun organe de représentation structuré et s’intéressant à une population inorganisée, constitue de ce point de vue un parallèle heuristique.

  • 87 Comme a pu le montrer Sylvain Maresca (Les dirigeants paysans, Paris, Minuit, 1983) pour une pério (...)
  • 88 Bernard Pudal, « Le populaire à l’encan », Politix, n° 14, 2e trimestre 1991.

46Une analyse en terme d’homologie entre les journalistes et leur domaine d’intervention permet de la même manière d’expliquer les représentations que les journalistes du mouvement social se font de l’ouvrier mis en scène dans leurs articles. Intellectuels, ils se tournent vers ceux qui leur ressemblent87, à savoir les représentants politiques ou syndicaux du groupe. Entretenant des rapports ambigus au peuple (rapport que Bernard Pudal88 définit, lorsqu’il analyse pour une période récente les chercheurs en sciences sociales travaillant sur le « populaire », comme un rapport « polico-populiste »), les journalistes n’échappent pas au travers de l’ethnocentrisme. C’est ainsi qu’ils considèrent que « l’ouvrier » existe d’abord et avant tout par les institutions (au sens large) ayant la charge de le représenter. Cette ressemblance entre les ouvriers qui apparaissent dans les rubriques sociales des journaux et les journalistes qui en ont la charge est d’autant plus accentuée qu’ils partagent une même expérience de l’engagement politique ou syndical. Ainsi, la présence au sein du groupe des journalistes sociaux d’avocats, de dirigeants ou militants syndicaux, ou de parlementaires (parfois les trois à la fois), ou tout simplement d’intellectuels autodidactes les « incitent tout naturellement » à aller vers ce (et ceux) qu’ils connaissent et qui constitue (nt) un univers familier : le parlement, la Bourse du travail, les congrès syndicaux, etc.

  • 89 C’est à partir du postulat de la fonction critique des journalistes qu’Arnaud Mercier dénonce par (...)
  • 90 Arnaud Mercier conclut ainsi que « la presse ne semble pas agir comme précurseur dans la prise de (...)
  • 91 « L’oscillation entre les deux manières de décrire une culture populaire s’observe dans la même œu (...)
  • 92 Claude Grignon, « Contribution romanesque et construction sociologique », Le savant et le populair (...)

47Cette proximité sociale et spatiale explique qu’il est extrêmement difficile de saisir qui des journalistes ou des représentants ouvriers imposent aux autres sa propre vision du monde. La vision préconstituée des représentations journalistiques du social doit se comprendre non pas comme la dénonciation classique d’une presse a-critique89, mais comme une remise en cause du paradigme du rôle des médias sur la constitution des causes politiques. Permettant de « resituer » la problématique de l’influence des médias sur le terrain de l’interrelation et de l’influence réciproque, renforcée dans la première partie du XXe siècle par l’absence d’autonomie du champ journalistique, la mise en évidence d’affinités entre les journalistes et leur domaine d’intervention doit ainsi être étendue au contenu des représentations journalistiques diffusées. Ainsi, plutôt que de faire des journalistes soit les précurseur [s] dans la prise de conscience de la gravité [d’un] problème90 soit de simples « enregistreurs » des controverses politiques, il s’agit en fait de penser les liens entre le champ politique et le champ journalistique comme l’élément déterminant de la construction journalistique de la réalité politique. Le contenu des rubriques sociales au début du siècle s’inscrit ainsi dans les manières de décrire le « populaire » propre à l’ensemble des « intellectuels porte-parole » du mouvement ouvrier et confirme là encore l’hypothèse d’une communauté des représentations et des visions du monde. Les descriptions journalistiques du monde ouvrier oscillent91, comme chez les romanciers92 ou même les dirigeants syndicaux ou politiques dont ils partagent les valeurs et les positions, entre populisme et misérabilisme. C’est de cette manière qu’Édouard Fuster, militant des assurances sociales dont il obtiendra la chaire du Collège de France, décrit la maternité ouvrière dans Le Figaro :

« On ne dira jamais assez brutalement l’horreur de la maternité ouvrière. La plupart de ces femmes semblent à qui les voit dans leur taudis des folles ou bien des héroïnes » (Édouard Fuster, Le Figaro, 10 avril 1905).

  • 93 Gabriel Bertrand est, comme son frère Pierre (évoqué dans le chapitre précédent), issu, selon le D (...)

48On retrouve, sur un sujet complètement différent, ce même type de présentation sous la plume de Gabriel Bertrand93 rendant compte de la grève de Limoges de 1905 dans L’Humanité :

« Douze mille ouvriers porcelainiers de Limoges subissent un lockout patronal obstinément voulu, longuement concerté et préparé. Toute une population, d’une merveilleuse activité de labeur, est jetée à la rue à et la misère livrée aux sollicitations de la colère par le geste orgueilleux et brutal d’industriels qui calculent les profits d’avenir de la fabrique momentanément fermée après s’être enrichis d’une production intensive. Chassés des ateliers au lendemain de négociations hypocrites, blessés dans leur dignité, révoltés dans leur conscience par la solidarité cynique qui s’est établie entre les mœurs outrageantes d’un directeur d’atelier et le despotisme capitaliste » (Gabriel Bertrand, L’Humanité, 20 avril 1905).

49Les représentations que les journalistes se font du social, et au travers lui de l’ouvrier, sont largement soumises à leur position d’intellectuel et les rapprochent en cela d’autres porte-parole du mouvement ouvrier.

50La construction journalistique du monde social n’est cependant pas simplement dépendante de la position de ceux qui la produisent. Elle se trouve, du fait de certaines logiques propres à l’espace journalistique, insérée dans des contraintes spécifiques de mise en forme et de présentation dont on trouve trace (qui s’actualisent) dans les produits finis que constituent les articles de presse.

Le poids du cadre professionnel

  • 94 Tous membres du Syndicat des journalistes du mouvement social à sa fondation, ils le quittent cepe (...)

51Les journalistes du mouvement social occupent une double position dans l’espace journalistique d’une part, et dans l’espace politique et/ou syndical d’autre part. Ils doivent ainsi gérer une appartenance politique marquée au sein d’un espace en voie d’autonomisation. Repérables dans les luttes qu’ils mènent au sein du milieu professionnel, les tensions résultant de cette double position sont également observables dans la manière dont ils rendent compte du social, c’est-à-dire dans les articles qu’ils écrivent. L’évolution morphologique du groupe professionnel et les stratégies de légitimation professionnelle des journalistes sociaux sont rendues visibles dans l’écriture journalistique. Ainsi, au début du siècle se stabilise dans la mise en forme du social un mode de construction de la réalité propre au champ journalistique et distinct par exemple d’un mode plus politique d’expression de ces questions. Il convient par exemple de neutraliser un engagement, de mettre en avant la distance – l’indépendance – vis-à-vis de l’objet dont on rend compte. Le processus d’autonomisation de la profession journalistique est cependant loin d’être achevé et cet état intermédiaire permet encore à certains porte-parole du mouvement ouvrier d’intervenir dans des formes qui leur sont propres. L’exercice, qui consiste pour des acteurs comme Francis de Pressensé, Bracke, Longuet94, à écrire dans les colonnes des journaux tels que L’Humanité ou La Petite République, est une composante à part entière du métier politique (au même titre que l’exercice d’un mandat de député ou de la fonction de dirigeant de parti).

  • 95 En avril 1905, en plus de sa rubrique quotidienne « Le mouvement social », il consacre : le 4, un (...)

52Plus ambiguë reste la position de ceux qui ne disposent pas dans le champ politique de positions institutionnelles reconnues. En effet, pouvant être considérés comme des professionnels du journalisme, ils n’en défendent pas moins de véritables positions politiques. Le cas d’Adrien Farjat, détenteur de la rubrique « Mouvement social » de L’Intransigeant en 1905, est de ce point de vue significatif. Fréquemment candidat mais jamais élu, il semble pouvoir être considéré comme un journaliste professionnel, au sens où il exerce cette activité pour en vivre. C’est ce que laissent supposer notamment la fréquence et la régularité de ses articles : une rubrique quotidienne consacrée aux annonces de réunions syndicales ou politiques et certains articles « en une95 », ou encore le fait qu’il soit mentionné comme la personne à contacter au journal. Ces indicateurs de sa « professionnalité » ne lui interdisent cependant pas, en 1905, de se présenter dans le corps de ses articles comme « socialiste ». Défendant implicitement une position politique – contre Jaurès, contre les contrerévolutionnaires, etc. – il affirme nettement, à l’occasion d’un article sur le temps de travail des ouvriers, son engagement et sa position de militant.

« Malgré que, comme socialiste, nous restons sceptiques à l’endroit de la généralité des réformes que l’on pourrait apporter à notre système économique, mauvais depuis la base jusqu’au faîte, nous n’hésitons pas cependant à nous déclarer favorable à toute mesure qui tendrait à diminuer le surmenage ouvrier » (Adrien Farjat, L’Intransigeant, 4 avril 1905).

  • 96 Léon Osmin, Les figures de jadis, Paris, Nouveau Prométhée, 1936.

53La double position – militant/journaliste – est donc ici directement affichée dans les articles. Elle apparaît de manière encore plus prégnante dans les productions de Léon Osmin, président du Syndicat des journalistes du mouvement social de 1932 à 1935, rédacteur au Populaire et par ailleurs membre dirigeant du Parti socialiste. Spécialiste des nécrologies de dirigeants politiques ou syndicaux – dont il regroupera les principales dans un ouvrage intitulé Les Figures de Jadis96 –« Léon Osmin, journaliste » se trouve ainsi dans la situation « cocasse » où il doit décrire les faits et gestes de « Léon Osmin, militant ».

« Léon Osmin salue la mémoire de Jacotot au nom du parti et des vieux amis du défunt. Il évoque les batailles de jadis et demande aux jeunes de s’inspirer de cet ancien qui a servi le socialisme avec abnégation et désintéressement » (Léon Osmin, Le Populaire, 25 avril 1930).
« Au cimetière :
Le cortège formé se dirige vers le cimetière et là devant la fosse ouverte, près du cercueil qui disparaît sous les couronnes et les gerbes de fleurs, les discours sont prononcés par René Jousse au nom des sections du canton de Villejuif ; Léon Osmin au nom du parti et de la fédération de la Seine ; Jean Longuet au nom des amis du défunt et Lebon au nom des coopérateurs. C’est fini ! le cœur brisé d’émotion chacun défile devant la tombe où il jette la fleur du souvenir » (Léon Osmin, Le Populaire, 27 avril 1930).

  • 97 Voir sur ce point Delphine Dulong, « Mourir en politique », Revue française de Science politique, (...)

54Si ces articles nécrologiques sont l’occasion de l’allégeance au parti97, ils sont aussi dans le cas présent un exemple typique d’une mise en scène de la distance à créer entre le militantisme et le professionnalisme. Parler de soi à la troisième personne du singulier, n’est-ce pas la plus efficace manière d’affirmer la distinction entre deux dimensions – le journaliste et le militant – de sa propre personnalité ? S’esquisse ainsi, dans cet exemple qui peut prêter à sourire, une technique de distanciation et donc de mise en forme de l’indépendance journalistique vis-à-vis du politique. Mais cette indépendance journalistique s’affirme de façon plus nette encore dans d’autres dispositifs de présentation de la réalité.

55Le principal tient à l’invention du « reportage » qui, loin d’être une simple déclaration de principe, s’inscrit dans le corps même de l’écriture. De ce point de vue, le traitement que Marius Gabion fait de la grève de Limoges est exemplaire. Chaque jour, il fournit au Temps un « compte rendu » quasi-chronologique des événements qui se déroulent à Limoges en avril 1905. C’est ainsi par exemple qu’il indique dans ses textes l’heure à laquelle il les a produits. Au niveau du contenu proprement dit, il donne avec détails la description des lieux qu’il accommode d’une précision, non dénuée par ailleurs de prétentions littéraires, qui se voudrait exhaustive. Il cherche ainsi à faire revivre pour ces lecteurs le cadre de son enquête. Le plus bel exemple de cette mise en forme est le récit de la journée d’obsèques d’un gréviste mort à la suite d’une émeute :

« La population commence à revenir de sa stupeur de ce matin. Sous les rayons d’un soleil pâle, des promeneurs se hasardent dans les rues. Les boutiques entr’ouvent timidement leurs devantures. Pas un soldat n’apparaît en ville. On dirait un jour de fête. C’est hélas un jour d’enterrement. À la Bourse du travail, s’organisent les préparatifs des obsèques de Vardelle, l’ouvrier tué, car il y a un tué et non deux. En attendant l’heure des obsèques, je vais visiter les lieux tragiques où eut lieu la collision sanglante. Le champ de foire est un vaste quadrilatère d’une étendue égale approximativement au tiers de la place de la Concorde. Il est comme son nom l’indique, le siège du marché aux bestiaux. Il est bordé en longueur par la rue Bernard Palissy où s’élève le palais du musée et de l’autre par la rue Mauvendière. Dans cette rue se trouve, en amphithéâtre, le jardin d’Orsay et vingt mètres plus loin la prison. C’est entre ces vingt mètres que se déroule la tragédie » (Marius Gabion, Le Temps, 20 avril 1905).

56Comme s’il s’agissait de se distinguer de ces « messieurs de la chronique » et d’effacer ainsi un quelconque engagement, l’accent est mis sur les méthodes de recueil des informations comme marque de son indépendance et de sa distance vis-à-vis de l’événement. De la mention préalable du titre « d’envoyé spécial » ou de « correspondant » – sur les grèves notamment – à la reproduction d’entretiens, s’inventent et surtout sont « visibilisées » dans les colonnes des journaux des techniques pratiques de recueil d’informations. Les journalistes du mouvement social restent des militants, mais ce militantisme passe en quelque sorte au second plan au profit des règles touchant à une pratique professionnelle spécifique et « nouvelle » et d’un savoir-faire valorisé. C’est ainsi que Raymond Figeac, journaliste et militant socialiste, laisse dès 1905 dans les colonnes de L’Humanité « parler le peuple » qu’il a lui-même interrogé.

« J’ai demandé à quelques-uns des inscrits si cette nouvelle réglementation leur paraissait préférable à l’ancienne. Et très judicieusement, un ferrailleur m’a répondu : “allez, il y aura toujours des marchands qui n’auront pas de chance ; les gros nous mangeront comme toujours ! Le meilleur, ce serait de nous donner des places plus nombreuses”.
– Plus de trottoirs alors ?
– Parfaitement, plus de trottoirs !
– Et les passants ?
Et mon interlocuteur hésite, puis avec un regard glissé de travers et un haussement d’épaule, il mâchonna :
– Et la chaussée ? C’est-y qu’elle est faite pour les chiens ?»
(Raymond Figeac, L’Humanité, 10 avril 1905).

  • 98 Association des journalistes parisiens, Annuaire 1964-1965, p. 46. La biographie mentionne par ail (...)

57De la même façon, Marguerite Rochebrune, titulaire de la rubrique du mouvement social à L’Intransigeant en 1920, membre du Syndicat des journalistes du mouvement social, et présentée dans la biographie de l’annuaire de l’Association des journalistes parisiens comme ayant participé « à toutes les réalisations sociales en faveur des journalistes98 », mentionne ainsi dans ses articles son « travail de terrain » :

« Dans l’alimentation, un militant du syndicat nous informait ce matin que le chômage serait complet mais que les boulangers seraient autorisés à faire du pain » (Marguerite Rochebrune, L’Intransigeant, 16 avril 1920).

  • 99 Dans L’Intransigeant du 20 avril 1920, Marguerite Rochebrune rapporte ainsi quelques « propos tenu (...)

58De la même manière, les comptes rendus de congrès syndicaux sont présentés de manière à souligner la présence du journaliste sur place et son travail d’investigation99.

  • 100 Le 20 avril 1905, la une du Figaro se compose de deux articles sur la grève de Limoges : un articl (...)

59Valoriser le reportage, sans que cette valorisation soit une stratégie explicite de légitimation, apparaît de plus en plus comme une composante de la mise en forme journalistique de la réalité. Mais ce dispositif, qui permet de faire dire aux autres ce que l’on pense soi-même, n’est pas le seul qui crée une distance entre le professionnel et le militant. S’impose dans la structure même des journaux une pratique spécifiquement journalistique de mise en forme de ce qu’on appellerait aujourd’hui le « pluralisme ». Essentiellement repérable dans le traitement journalistique des grèves, l’exposition et la présentation de différents points de vue – parfois antagonistes – fonctionnent comme des procédures de mise à distance du journaliste et du journal vis-à-vis des événements. Elles objectivent de la même manière une certaine division du travail journalistique avec d’un côté, le directeur chargé de donner une opinion sur l’événement (la chronique, le billet) et de l’autre, le récit par le rédacteur social des événements sur le terrain, auquel s’ajoute la publication de lettres ou de communiqués des protagonistes (grévistes, patrons, pouvoirs publics). Ce schéma se retrouve dans de nombreux titres. On pense ici au traitement de la grève de Limoges de 1905 dans Le Figaro100 et Le Temps, ou de manière plus nette et répétée au traitement de la grève « générale » de 1920 dans L’Intransigeant. C’est ce type de présentation qu’adopte, par exemple, la une de ce titre le 30 avril 1920. Marguerite Rochebrune, dans un article central, expose d’abord la position des grévistes sous une forme qui mentionne là encore sa « présence » sur le terrain.

« Les extrémistes proposent… les cheminots suivront-ils ?
Rue de la Grange aux Belles, on complote en grand mystère
Aux questions que nous avons posées on nous a répondu par des phrases vagues de ce genre : “nous n’avons encore rien décidé, nous allons prendre nos dispositions pour nous solidariser avec nos camarades” »
(Marguerite Rochebrune, L’Intransigeant, 30 avril 1920).

  • 101 Léon Bailby, « Les heures nouvelles, “Échec certain” », L’Intransigeant, 30 avril 1930.
  • 102 H. L. Motti et E. M. A. Fournond, « Pour la Paix sociale », « La conscience professionnelle », L’I (...)

60Sur la même page est ensuite reproduite « une proclamation de M. Le Trocquer, ministre des Travaux publics », aux cheminots, un billet de Léon Bailby, directeur de L’Intransigeant, résolument anti-grévistes101 et un autre signé H. L. Motti et Em. A. Fourmond, prônant quant à lui la participation des travailleurs aux résultats de l’entreprise102. Le lendemain, le 1er mai 1920, cette configuration est à nouveau retenue à la une de L’Intransigeant. Léon Bailby signe son billet (« Les heures nouvelles ») titré « Une grève ratée » dans lequel il condamne l’action des grévistes.

« Les Heures nouvelles
Une grève ratée
Dépouillons tout ce mouvement gréviste de ses oripeaux et de ses phrases ; il ne reste qu’une poignée d’agitateurs révolutionnaires encouragés par la faiblesse des organisations syndicalistes actuelles qui se flattent de faire tomber demain à six heures du matin en état de bolchevisme »
(Léon Bailby, L’Intransigeant, 30 avril 1930).

61Marguerite Rochebrune présente une fois encore un article sur la position de la CGT dans le conflit :

« Un premier Mai prudent. La CGT se réserve. Elle hésite à suivre les cheminots extrémistes. Une bonne partie des services sera assurée. »

62Enfin, est reproduite une note du ministère des Travaux publics menaçant les éventuels grévistes de révocation et même de prison :

« (Le ministère des Travaux publics communique la note suivante : Tout agent des chemins de fer qui abandonne un train en cours de route sera immédiatement révoqué et poursuivi par application de la loi du 15 juillet 1845 ainsi libellé : sera puni d’un emprisonnement de six mois à deux ans tout mécanicien ou conducteur garde freins qui aura abandonné son poste pendant la marche du convoi.) »

63Proposer de cette manière différents points de vue, c’est aussi étendre le réseau de ceux qui sont intéressés à la diffusion de l’information et à la vie du journal. C’est, tout en prônant une position journalistique spécifique – celle de la mise à distance, du surplomb, et de la critique –, montrer le pouvoir de la presse, son influence, sa reconnaissance par d’autres milieux en l’occurrence politique. Si les hommes politiques, ici les ministres, usent de la presse pour faire passer un message vers les grévistes, c’est que la presse à une fonction d’intérêt général qui dépasse les intérêts particuliers des journalistes ou des patrons de presse.

64L’usage, plus rare mais significatif, de la statistique peut s’analyser de la même façon. Illustrer ses articles de tableaux et de chiffres permet d’affirmer l’indépendance, si ce n’est l’objectivité, journalistique, et dans le même temps de mettre « la science de son côté ». Les articles « philanthropiques » d’Édouard Fuster sur l’aide sociale sont emblématiques de cette démarche :

« Le préfet de la Seine vient d’instituer une commission pour étudier l’influence de l’habitation sur la propagation de la tuberculose. Une commission composée des docteurs Roux et Chantemesse, des conseillers municipaux Lefèvre et Navarre et des hauts fonctionnaires chargés de la salubrité de Paris, le docteur A.-J. Martin et M. Juillerat, le docteur Roux ont été chargés d’élaborer un programme d’enquête méthodique en vue de l’assainissement des immeubles dangereux. […] Comparez une fois de plus, la mortalité de la tuberculose dans les quartiers pauvres et les quartiers riches ! Dans les huitième et dix-septième arrondissements par exemple, il est mort de la tuberculose l’an dernier sur 10 000 habitants :
Au faubourg du Roule 4,4
Aux Champs-Élysées 4,7
Au quartier de l’Europe 5
À la Madeleine 9,8
À la plaine Monceau 9,5
Aux ternes 19,5
Aux Batignolles 21
Aux Epinettes. 37,6
[…] Mais voici d’autres chiffres, plus inquiétants encore. Le préfet de la Seine les citait l’autre jour en inaugurant les travaux de la nouvelle commission. On sait que le docteur A.J. Martin a créé le “casier sanitaire” de chaque maison de Paris, c’est-à-dire la liste des personnes mortes par exemple de tuberculose dans chacun des 80 000 immeubles parisiens. Or, l’examen des dossiers révèle que la tuberculose est à peu près complètement localisée dans certaines maisons, au nombre de 5 263, et que 820 d’entre elles constituent des foyers véritablement alarmants. Les rues contaminées forment de véritables îlots. Si bien que la mortalité tuberculeuse annuelle de Paris (12 500 personnes environ) étant de 49,5 personnes pour 10 000 habitants est depuis 11 ans de 81,2 dans les 5263 maisons visées, et même de 98,3 dans les 820 maisons les plus infectées. Enfin, dans certaines de ces maisons, prises isolément, la mortalité a atteint le chiffre de 400 pour 10 000 soit 4 personnes sur 100 » (Édouard Fuster, Le Figaro, 24 avril 1905).

  • 103 Si l’invention du suffrage universel s’accompagne comme le montre Michel Offerlé d’une invention d (...)
  • 104 Voir sur ce point Cécile Meadel, « De la formation des comportements et des goûts, Une histoire de (...)

65Étendre son réseau d’alliés intéressés passe aussi et plus sûrement par l’invention du public103 qui se trouve incarné dans les articles eux-mêmes. Non systématisée, comme elle le sera par exemple dans les mesures d’audience à la radio ou à la télévision104, l’existence du public passe dans les articles par son évocation dans le corps des articles produits. Le journaliste se présente ainsi comme étant « à son service » et comme « son porte-parole ». C’est notamment ce qui transparaît dans les articles d’informations « pratiques », tels que les « Conseils juridiques » de L’Humanité, ou plus largement les rubriques consacrées aux annonces de réunions syndicales. Plus ponctuelles, certaines informations pratiques, sur les grèves par exemple, permettent au journaliste de se placer, grâce à des figures de style spécifiques, du côté des lecteurs. Le traitement de la grève des services publics, en 1920, par Marguerite Rochebrune dans L’Intransigeant, illustre une fois encore cette démarche. Consacrant une rubrique pratique et quasi-quotidienne à l’état des services, elle interpelle littéralement le public par un titre dans lequel elle use de la troisième personne du pluriel : « De quoi manquerons-nous ? » demande-t-elle régulièrement à la une de L’Intransigeant. Prendre à parti le public et dans le même temps prendre son parti, fait de la journaliste une porte-parole du plus grand nombre, ce qui, en plus de lui donner un rôle social spécifique – « au service du plus grand nombre, de la majorité » – accentue sa position proclamée d’indépendance, notamment vis-à-vis des organisations syndicales et politiques. Parler en journaliste du social doit donc ici être référencé à l’intérêt général.

  • 105 Francine Muel-Dreyfus, Le métier d’éducateur, Paris, Minuit, 1983.

66L’ensemble des dispositifs précédemment décrits permet de compléter l’analyse du processus de professionnalisation (mais aussi de spécialisation) journalistique, appréhendé jusqu’alors au travers des propriétés sociales de ceux qui s’y engagent. Ce qui est intéressant, lorsqu’on observe la manière dont est dit le social dans la presse, c’est qu’elle révèle et en même temps confirme le caractère ambigu et ambivalent du groupe des journalistes sociaux dans la première partie du XXe siècle. Militants et professionnels, ils doivent être reconnus comme journalistes à part entière sans renoncer aux valeurs politiques qui les animent. Le métier de journaliste apparaît dès lors comme une composante de leur militantisme mais doit dans le même temps être approprié par eux, inventé – comme le fut par ceux qui l’investissaient en 1968 le métier d’éducateur étudié par Francine Muel Dreyfus105 – pour être plus conforme à leurs aspirations nées de leurs trajectoires biographiques. Ces mécanismes s’accentuent lorsqu’on observe, en relation avec les transformations de l’espace journalistique lui-même, l’évolution du recrutement des journalistes sociaux à une période plus récente.

Notes

1 Sur l’ensemble de la période choisie et compte tenu des multiples collaborations possibles.

2 Toutes les dates correspondent au mois d’avril de chaque année.

3 N’est plus publié.

4 N’est pas encore publié.

5 Nous avons considéré que cette période était, à cause du conflit, peu propice pour apprécier les routines de présentation des faits dans la presse. Dans notre protocole d’enquête, l’année 1915, qui aurait dû être prise en compte, fut ignorée.

6 L’ouvrage de Raymond Manevy (L’évolution des formules de présentation de la presse quotidienne, Paris, Éd. Estienne, 1958) se présente plus comme un travail décrivant des procédures de mise en page (nombre de colonnes, graphisme, etc.) qu’un questionnement sur le principe même du classement des « nouvelles ». Certaines analyses du rubriquage ont cependant été faites dans le cadre de monographie de titre dont la revue Le Mouvement social, n° 53, octobre-décembre 1965 présente des exemples : Claude Hyvert, « La sociale » et « Le Père Peinard », 1894-1900, DES, Paris, 1965, Ernest Labrousse (dir.) ; Michel Frey, «La Voix du Peuple », organe officiel de la CGT de 1900 à 1905, Paris DES, 1965, Ernest Labrousse (dir.) ; Jean-Claude Peyronnet, Un exemple de journal militant : « la Guerre Sociale » de Gustave Hervé, Paris, DES, 1964, Ernest Labrousse (dir.) ; et Jean-André Tournerie, Monatte et la « Vie ouvrière », Paris, DES, 1963.

7 Howard S. Becker, Outsiders, Études de sociologie de la violence, Paris, Métailié, 1985.

8 Sur les méthodologies plus traditionnelles de l’analyse de presse en histoire sociale et leurs limites, on se reportera à l’article de Jacques Ozouf, « Études de presse et analyse de contenu », Le Mouvement social, n° 53, octobre-décembre 1965. Pour des exemples d’études de presse, on se reportera entre autre à la recension des études de ce type parue dans la revue Le Mouvement social, n° 146, janvier-mars 1989.

9 Voir sur ce point Jean-André Tournerie, Le ministère du Travail. Origines et premiers développements, Paris, CUJAS, 1971.

10 Voir sur ce point Jeannine Verdes-Leroux, Le travail social, Paris, Minuit, 1983.

11 Joseph Barthélémy (Essai sur le travail parlementaire et le système des commissions, Paris, Librairie Delagrave, 1934) précise que la résolution du 27 novembre 1932 prise à la Chambre institue vingt grandes commissions permanentes, dont celle de la « prévoyance et des assurances sociales » (p. 46). Au Sénat est instituée, parmi onze commissions générales (par les résolutions des 25 novembre 1920 et 18 janvier 1921), une commission chargée « de l’hygiène, de l’assistance, de l’assurance et de la prévoyance sociale » (ibid., p. 50). Cette commission des « assurances et de la prévoyance sociale » se distingue de la commission du travail étudiée par Denis Barbet (« Travail en commission et commission du travail », Jean Luciani [dir.], Histoire de l’office du travail, 1880-1914, Paris, Syros, 1992, p. 301-337).

12 Par ailleurs, et nous reviendrons sur ce point, les journaux conservateurs adoptent, pour décrire certains événements par ailleurs classés comme sociaux (ex. les grèves), des intitulés ayant une connotation politique. C’est le cas par exemple des « Menées communistes » du Figaro ou de « l’Agitation ouvrière/ou syndicaliste » du Temps.

13 Nous avons délaissé ici la manière dont les agences de presse et de la plus importante d’entre elles, l’Agence Havas, avaient organisé leurs services. Privilégiant et construisant sa renommée sur sa capacité à diffuser des informations économiques, financières et internationales (voir sur ce point Antoine Lefébure, Havas, les arcanes du pouvoir, Paris, Grasset, 1992), l’Agence Havas n’aborde les informations sociales qu’au travers d’autres événements et à partir d’un critère essentiellement géographique (la France). C’est du moins en l’absence d’investigations personnelles, ce qui ressort de l’analyse de Pierre Frédérix (Un siècle de chasse aux nouvelles. De l’agence Havas à l’agence France Presse 1835-1957, Paris, Flammarion, 1959).

14 Désigne à un moment donné une chronique, placée en une du Figaro, dans laquelle interviendront à quatre reprises en avril 1930, Paul Bourget de l’Académie française (le 11), Abel Bonnard (le 12), et le docteur Charles Flessinger (deux articles, le 19 et le 28).

15 Michael Palmer, Des petits journaux aux grandes agences, op. cit.

16 L’intitulé « Mouvement social » a d’ailleurs été employé pendant une courte période dans Le Temps. En mars 1920, cette « rubrique » apparaît dans les colonnes de ce journal, elle est abandonnée en avril 1920. Cet intitulé est aussi celui retenu par Le Cri du Peuple, dépouillé à titre d’exemple de 1912 à 1919.

17 Aujourd’hui on voit que l’apparition de nouvelles rubriques s’accompagne de la mise en place de nouvelles associations de journalistes : l’Association des journalistes de l’aéronautique et de l’espace, l’Association des journalistes de la consommation, l’Association des journalistes du plein air, l’Association des journalistes des collectivités locales, l’Association des journalistes agricoles, etc., qui sont ainsi créées dans les années soixante. Nous souhaitons rappeler par ces exemples que l’analyse de la construction médiatique de l’événement est indissociable de l’histoire et de la structuration de la profession et des agents qui l’animent.

18 L’Annuaire de la presse française (éd. 1908) mentionne l’existence d’une association des journalistes sportifs créés en 1905, mais cette dernière est uniquement présentée comme association de secours mutuels et non pas comme une association de défense des intérêts professionnels.

19 Lucien Karpik (Les avocats, op. cit., p. 75) souligne, à propos des avocats, l’importance de la salle que les membres de la profession occupent au Palais de Justice au XVIe siècle. Il la décrit comme « l’acteur secret qui canalise la relation de l’ensemble de la collectivité ».

20 Raymond Manevy, Histoire de la presse, 1914-1939, Paris, Corréa, 1945.

21 Ibid.

22 Comme l’indique Michelle Perrot (Les ouvriers en grèves. France 1871-1890, Paris, La Haye, Mouton, 1974, t. 1, p. 35 sqq.), la pratique qui consiste pour les journaux à envoyer sur les lieux de grèves des envoyés spéciaux débute dès la fin du XIXe siècle. Plus précisément, cet auteur considère les grèves du Creusot de 1870 comme une « étape indispensable » dans ces pratiques : « Cette agitation, inhabituelle en ce haut lieu de l’ordre industriel, et du coup, considérée comme symptôme du malaise général, suscita l’intérêt de la presse de gauche. Le Rappel, des fils Hugo, la Marseillaise, de Rochefort, dépêchèrent des “envoyés spéciaux” qui inaugurèrent une forme de “reportage social” destinée à une grande fortune. » Voir sur ce point Michelle Perrot, « Le côté des ouvriers », Les Schneider, le Creusot. Une famille, une entreprise, une ville (1836-1960), Paris, Librairie Arthème-Fayard/Éditions de la réunion des musées nationaux, 1995, p. 310.

23 Pierre Ponsot note à ce propos que lors des grandes grèves de janvier et de mars 1870 « tous les grands journaux ont […] leur reporter au Creusot ». Voir sur ce point Pierre Ponsot, Les grèves de 1870 et la commune de 1871 au Creusot, Paris, Éditions sociales, 1957, p. 21.

24 Jean-Baptiste Dumay, Mémoires d’un militant ouvrier du Creusot (1841-1905), Grenoble, Centre d’histoire du syndicalisme, François Maspero/PUG, 1976, p. 129.

25 Les articles sur la grève de Limoges sont dans Le Figaro, Le Temps, L’Humanité, Le Petit Parisien, précédés de la mention « de notre envoyé spécial à Limoges » ou de « notre correspondant », dont le nom n’est, exception faite de Gabion pour Le Temps et de Géroule pour L’Humanité, que très rarement indiqué.

26 La rubrique « Bulletin du jour » du Temps peut être constituée d’informations sur la température, d’une brève sur le début ou la fin d’une grève, ou encore sur la prise de position d’un chef d’État étranger.

27 Pour la catégorie « Dernières heures », « Dépêches télégraphiques », etc., le principe qui a conduit à leur regroupement tient au fait que ces rubriques sont essentiellement constituées de brèves émanant de correspondants du journal et de dépêches d’agences.

28 Trouver les raisons de la non-reconnaissance de ces rubriques obligerait ici à mettre en place un protocole de recherche spécifique à partir d’hypothèses construites autour du degré de légitimité des journalistes qui en ont la charge, ou de l’intérêt que les thèmes qu’elles développent suscite dans d’autres espaces. Ceci reviendrait à s’interroger sur la « capacité » des journalistes à enrôler autour des objets ainsi décrits un « réseau », au sens de Michel Callon (« Éléments pour une sociologie de la traduction : la domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’année sociologique, 36, 1986), permettant de justifier de leur importance.

29 Certaines catégories, comme « l’international », n’apparaissent pas de manière autonome dans les colonnes des journaux du début du siècle, alors qu’elles sont au principe des clivages qui organisent la structure rédactionnelle des quotidiens dans les années quatre-vingt-dix. On pense ici aux « nouvelles » formules de Libération, du Monde et de L’Humanité qui, mises en place à la fin de l’année 1994 et au début de l’année 1995, font de l’opposition « France »/« Monde » le premier grand principe de catégorisation des événements.

30 Voir sur ce point les travaux de Marc Martin sur les associations de journalistes du début du siècle : « Journalistes parisiens et notoriété (vers 1830-1870). Pour une histoire sociale du journalisme », Revue historique, juillet-septembre 1981 ; « Profession et idéologie : le journalisme français à la fin du XIXe siècle », Recherches contemporaines, université Paris X Nanterre, n° 1, 1993 ; « La grande famille : l’Association des journalistes parisiens 1885-1939 », Revue historique, n° 557, janvier-mars 1986 ; et enfin, Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, 1997.

31 Cet anonymat relève parfois d’une volonté délibérée des directeurs de journaux. Au Temps par exemple, comme le soulignent les auteurs de l’Histoire générale de la presse Française (t. 3, op. cit., p. 211), « l’anonymat de [la] rédaction politique [était] de règle depuis 1870 ». C’est aussi ce que souligne Max Weber, « Le premier des sujets… Allocution prononcée en 1910 à Francfort sur le mais à l’occasion des premières assises de la sociologie allemande », Réseaux, n° 51, 1992 : « Le caractère institutionnel de la presse moderne se manifeste, chez nous en Allemagne, par la nature anonyme de ce qui paraît dans la presse. » Weber fait alors l’hypothèse que la question de cet anonymat se pose « du point de vue du conflit entre l’intérêt du journaliste à être aussi connu que possible et celui du journal à ne pas se mettre dans la dépendance de certains de ses collaborateurs » (ibid., p. 106).

32 Voir sur ce point l’histoire de la signature (du VIe siècle au XVIe siècle) réalisée par Béatrice Fraenkel (La signature. Genèse d’un signe, Paris, Gallimard, Bibliothèque des histoires, 1992).

33 On l’a déjà souligné, Thomas Ferenczi (L’invention du journalisme, op. cit.) soutient la thèse de la construction d’une spécificité du journalisme à la française autour de l’appartenance aux milieux artistiques – et plus particulièrement littéraires – et politiques.

34 C’est ce que note aussi Michael Schudson au niveau de la presse américaine. Pour cet auteur, « on nomme et on présente de plus en plus souvent [les] auteurs de [l’article] parce que ces derniers “deviennent de plus en plus interprétatifs” ». « C’est, pour Michael Schudson, un phénomène typique des changements apparus dans le journalisme à cette époque [aux États-Unis]. Entre 1920 et 1925, 6 % des articles étaient accompagnés d’une présentation d’auteur, 16 % entre 1930 et 1935, 47 % entre 1940 et 1945, et 85 % en 1970 » (Michael Schudson, « Rhétorique de la forme narrative. L’émergence de conventions journalistiques dans la presse TV », Quaderni, n° 8, automne 1989, p. 34).

35 Adrien Farjat était, comme son frère Gabriel, un militant politique lyonnais. « Membre », selon le Dictionnaire du mouvement ouvrier, « de la Ligue pour l’abolition des armées permanentes, il devint [à Lyon], l’un des blanquistes les plus en vue. Il participa à la vie politique dans les milieux anarchistes et collectivistes ».

36 Alexandre Luquet, signataire régulier de la rubrique « Mouvement social » de L’Humanité, rubrique essentiellement consacrée à l’annonce et aux comptes rendus de réunions syndicales est selon le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, secrétaire de la fédération des coiffeurs et de la CGT. Il deviendra en 1919 conseiller municipal de Paris, puis en 1928 député socialiste du XXe arrondissement de Paris.

37 Marthe Pichorel n’est pas présentée dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier comme une journaliste professionnelle. Institutrice, elle fut dirigeante de la Fédération des amicales d’instituteurs et animatrice de la Fédération des groupes féministes universitaires. Elle fut successivement membre du Parti socialiste, puis suppléante du comité directeur du Parti communiste pour rejoindre en 1925 le Parti socialiste.

38 Marguerite Rochebrune est née à Coignières, elle est entrée dans le journalisme au début de la Première Guerre mondiale à L’Écho de Paris et à L’Intransigeant (qui lui avait confié la rubrique du mouvement social). Elle est présentée dans l’annuaire de l’Association des journalistes parisiens de 1964-1965 comme ayant été « à l’origine avec d’autres confrères, de la caisse de retraites de la presse ». Elle apparaît dans cette biographie comme une militante du syndicalisme journalistique.

39 C’est aussi le constat que fait André Guérin (La vie quotidienne au Palais-Bourbon à la fin de la IIIe République, Paris, Hachette, 1978) qui, décrivant sur un ton anecdotique les journalistes à l’Assemblée sous la IIIe République, désigne les chambriers comme « la piétaille des couloirs et de la séance » et souligne à l’inverse que ce sont « les patrons des journaux qui signent » les articles. Raymond Manevy (Histoire de la presse, Paris, Coréa, 1945, p. 15) ne fait pas lui non plus du chambrier le représentant de l’élite journalistique. Il souligne que si certains informateurs des journaux à la chambre « excellaient souvent dans l’art de raconter la séance [ils] n’étaient pas forcément ceux qui rédigeaient les comptes rendus les plus brillants ».

40 A.-M. Maurel fut membre en 1905 du Syndicat des journalistes professionnels.

41 Les éléments biographiques sur les détenteurs des rubriques « culturelles » sont tirés de Laffon Bompiani, Dictionnaire des auteurs de tous les temps et de tous les pays, Robert Laffont, Paris, 1952, 2 tomes.

42 Claude Bellanger et alii, Histoire générale de la presse française, op. cit., p. 342.

43 Céard est né à Bercy en 1851, mort à Paris en 1924. Il n’entame pas, au début de sa vie, une carrière littéraire ni même journalistique. Il est présenté comme un disciple convaincu du naturalisme et participa au théâtre libre d’André Antoine (Dictionnaire des auteurs, op. cit.).

44 Pour une analyse du champ littéraire de cette époque, on se reportera au travail de Christophe Charle, La crise littéraire à l’époque du naturalisme, Presse de l’École normale supérieure, Paris, 1979.

45 André Billy est né en 1882 à Saint-Quentin et mort en 1971 à Barbizon. Il est l’auteur de plus de soixante volumes (romans, poésies). Il publie son premier roman en 1906. On peut supposer que cette publication ne lui permet pas de vivre puisque c’est surtout en « qualité de journaliste » qu’il s’est fait connaître en entrant d’abord à Paris Midi en 1917, puis au Figaro en 1930. L’essentiel de ses œuvres sera d’ailleurs publié après la Seconde Guerre mondiale (Dictionnaire des auteurs, op. cit.).

46 André Salmon (1881, Paris1969, Sanary) est présenté dans le Dictionnaire des auteurs « comme attiré par la révolution qui s’opérait dans le domaine des arts et des lettres ». « Il devint notamment l’ami des peintres cubistes et de poètes tels qu’Apollinaire, Jacob et Cendrars. » Il collabore à « diverses revues d’avant-garde et devint un critique renommé de la peinture moderne » (Dictionnaire des auteurs, op. cit.).

47 Louis Pinto, L’intelligence en action. Le Nouvel Observateur, Paris, A. M. Métailié, 1984.

48 Voir sur ce point les analyses de Jean-Marie Charon, La presse en France de 1945 à nos jours, Paris, Seuil, 1991, p. 41-49.

49 Les textes des journalistes consacrés de L’Humanité sont regroupés par René Ballet dans un ouvrage Grandes plumes dans l’Humanité. 1904-1939, Paris, Messidor 1993. Sur les principes plus larges de recrutement des journalistes de L’Humanité entre 1921 et 1939, on se reportera à l’article d’Annie Burger Roussennac, « Les intellectuels au PCF. Le cas des journalistes de L’Humanité », Cahiers de l’IHTP, n° 26, mars 1994, p. 173-184. Son étude se basant sur les journalistes de L’Humanité mentionnés dans le Dictionnaire du mouvement ouvrier (Maitron) consacre une fois de plus au travers de l’élite ouvrière, une certaine élite des journalistes « militants ».

50 Jean Fabry est, selon le Dictionnaire des parlementaires, notices biographiques sur les ministres, les députés et sénateurs français, de 1889 à 1840, Paris, PUF, 1972, successivement député de la Seine de 1919 à 1936 (c’est à ce titre qu’il intervient dans L’Intransigeant), sénateur du Doubs de 1936 à 1945, ministre des Colonies en 1924, ministre de la Défense nationale et de la Guerre en 1934 et de 1935 à 1936. Inscrit en 1919 au bloc d’action républicaine, il termine sa carrière au Sénat comme membres de l’Union républicaine. Il est spécialiste tout au long de sa carrière des questions militaires.

51 Charles Tysseyre a, selon le Dictionnaire des parlementaires, une carrière politique assez brève. Élu pour un seul mandat, député de Saône-et-Loire de 1919 à 1924, il était inscrit sur une liste de concentration républicaine.

52 Voir notamment sur ce point les analyses de Thomas Ferenczi, L’invention du journalisme, op. cit.; et le travail de Raymond Manevy, Histoire de la presse, op. cit.

53 Nous n’abordons pas ici la question, pourtant intéressante et restée inexplorée, d’une position journalistique comme ressource dans le champ politique.

54 En partie, car on ne peut ignorer les prises de positions, certes exceptionnelles, de parlementaires ou d’élus divers appelés à se prononcer dans les colonnes des journaux sur des questions sociales : Paul Strauss dans La Petite République de 1910, Antonin Dubost sur les retraites ouvrières dans Le Temps de 1905.

55 M. Chéron, ministre du Travail se voit ouvrir les colonnes du Temps au moment des grèves de Limoges.

56 Le Figaro publie, par exemple en 1920 au moment de la grève générale, un extrait de discours de Léon Jouhaux. La forme de cette publication – séparée d’un quelconque commentaire – s’apparente à un article autonome.

57 Membre du Syndicat des journalistes du mouvement social en 1908.

58 Membre du Syndicat des journalistes du mouvement social en 1908.

59 Membre du Syndicat des journalistes du mouvement social en 1908.

60 Membre du Syndicat des journalistes du mouvement social en 1908.

61 Les meurtres d’enfants n’acquièrent pas dans les médias une dimension comme celle que prit notamment en 1985 le meurtre de Grégory Villemin (le « petit Grégory »). Par cette remarque nous soulignons que l’émergence des faits sur la scène publique – leur transformation en événement (pas seulement médiatique) – dépend moins de l’importance des faits relatés que des conjonctures dans lesquelles ils apparaissent. Sans avoir pour objet de mettre au jour les logiques spécifiques de la prise en charge par les médias d’un événement, la démarche adoptée par Pierre Lagrange dans son enquête sur les soucoupes volantes permet de saisir comment se construit, dans l’Amérique d’après guerre, le phénomène des OVNI. Plutôt que de centrer son étude sur une éventuelle légitimité du découvreur, un homme d’affaires, il cherche à découvrir les dispositifs – discursifs et matériels – qui permettent à un fait de se construire à un moment donné. Pour une présentation plus complète des travaux de Pierre Lagrange, on se reportera à deux de ses articles : « Enquêtes sur les soucoupes volantes. La construction d’un fait aux États-Unis (1947) et en France », Terrains, 14, 1990, p. 92-112 ; et « L’affaire Kenneth Arnold. Notes sur l’art de construire et de déconstruire quelques soucoupes volantes », Communications, n° 52, 1990, p. 283-309.

62 Pour une comparaison de ce type entre la grève des inspecteurs des impôts et la grève aux usines Peugeot en septembre-octobre 1990, on se reportera au mémoire de DEA de Catherine Polac, Protestation et crédibilité des agents des finances. Étude de la grève de Mai à Novembre 1989, mémoire de DEA de sociologie politique, Philippe Braud (dir.), université Paris I, 1992.

63 Erik Neveu, dans son article sur les rhétoriques du journaliste politique, déplore à ce titre le manque d’intérêt que les chercheurs engagés dans des problématiques de sociologie critique portent au contenu des productions journalistiques. Ainsi, écrit-il, « l’orientation des travaux (i. e. sur l’activité journalistique) suggère en effet un phénomène de boîte noire. Attentive à la construction des événements, aux conditions d’exercice de la profession journalistique, la recherche sur les médias semble souvent considérer sa tâche comme accomplie dès l’instant où le travail du journaliste s’incarne en un papier ou un sujet » (Erik Neveu, « Pages politiques », Mots, n° 37, décembre 1993, p. 6).

64 I. e. ceux pour lesquels se dégage un consensus entre les titres quant à leur place dans les colonnes du journal.

65 Ce qui revient ici à poser la question de leur prise en charge par d’autres rubriques (les rubriques « politique », « économique », ou d’autres inventées pour l’occasion).

66 Dans les autres titres, ces informations sont difficilement repérables du fait de leur éparpillement : soit elles se retrouvent dans d’autres rubriques, plutôt généralistes du type « Dernières Nouvelles », « Nouvelles du jour », etc., soit ne font l’objet d’aucun classement.

67 La rubrique « Aide sociale » du Figaro tenue par Édouard Fuster disparaît des colonnes de ce journal avec son auteur appelé au Collège de France en 1910 pour y professer un cours sur les assurances sociales. Pour un aperçu de la carrière d’Édouard Fuster, on se reportera à Jeannine Verdes-Leroux, Le travail social, op. cit., p. 39 ; et à Christophe Charle, Les professeurs du collège de France, dictionnaire biographique 1901-1939, Paris, Éd. du CNRS, INRP, 1988 (en collaboration avec Eva Telkes). Le peu d’intérêt que manifestent les journaux pour ce type d’informations s’explique par les transformations du paysage social que décrit Michelle Perrot dans sa contribution au colloque Philanthropie et politiques sociales en Europe, XVIIe XXe siècles organisé au CEDIAS les 27 et 28 mars 1992. Selon cet auteur, la période 1870-1914 est caractérisée par « plusieurs traits saillants qui dessinent un nouveau paysage social. La politique l’emporte sur le philanthropique, qui prend un sens plus métaphorique, plus vague. Le public gagne – avec des nuances – sur le privé. Le professionnel s’affirme sur le bénévolat ». Ce que nous décrit Michelle Perrot, c’est en fait la fin, ou du moins le déclin, du social philanthropique (Michelle Perrot, « Un nouveau paysage social », Colette Bec et alii [dir.], Philanthropie et politiques sociales en Europe, Paris, Economica, 1994, p. 171).

68 Georges Weill, Histoire du mouvement social en France, 1852-1924, Paris, Gallimard, 1946.

69 Georges Weill, Histoire du mouvement social en France…, op. cit., préface de la 1re édition (non paginé).

70 Jacques Fournier et Nicole Questiaux, Le pouvoir du social, Paris, Dalloz, 1977 (pour la 1re édition).

71 Ibid., p. 7.

72 En 1880, lorsqu’Edmond Démolins expose, dans le premier numéro de La Réforme sociale, le programme de l’École qui porte ce nom, il considère que, pour les sciences sociales (qu’il oppose à l’économie politique dont le principal « critérium » est, selon lui, le salaire et le développement industriel), « les éléments essentiels de la prospérité des peuples sont le développement moral, les croyances religieuses, le respect de l’autorité paternelle, la liberté et la stabilité des familles, l’accomplissement du devoir du patronage qui assurent », selon lui, « à l’ouvrier, avec la permanence des engagements, la sécurité du pain quotidien » (je remercie Michel Offerlé d’avoir mis à ma disposition le document de travail qu’il a constitué à partir de différents « manifestes et programmes de revues scientifiques françaises »).

73 Le Relèvement social est une revue fondée en 1892 par le pasteur Louis Comte, secrétaire général du conseil central de la Ligue française pour le relèvement de la moralité publique, en vue de soutenir, de défendre et de propager les idées et les principes énoncés dans le programme de la ligue (Le journaliste au service de la moralité publique, en hommage à la mémoire de Monsieur le Pasteur Louis Comte, fondateur du Relèvement social, recueil des textes de Louis Comte).

74 Consacrés comme les précurseurs de l’enquête sociale, comme l’indique Michelle Perrot dans la préface d’un ouvrage rassemblant leurs principaux textes (La vie tragique des travailleurs, Paris, EDI, 1984), Léon et Maurice Bonneff ont d’abord rassemblé leurs articles dans un ouvrage intitulé La classe ouvrière paru en 1911.

75 Frédéric Le Play, Les ouvriers européens, Paris, Mame et fils, 1877-1879.

76 Maurice Halbwachs, La classe ouvrière et les niveaux de vie : recherches sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles, Paris, Alcan, 1913 et L’évolution des besoins de la classe ouvrière, Paris, Alcan, 1933.

77 Sur la construction et l’invention de la classe ouvrière, voir Gérard Noiriel, Les ouvriers en France, Paris, Seuil, 1986.

78 Cette vision ne sera pas valable de tout temps et pour tous les titres. On songe par exemple aux « nouveaux » modes d’intervention journalistiques que cherche à imposer Libération, lorsque, traitant d’un conflit, ses journalistes ne privilégient plus les paroles d’appareil (les représentants syndicaux) mais cherchent à favoriser la « base ». Lors d’un conflit à l’usine Peugeot de Sochaux en octobre 1989, les reportages sur des individualités – un ouvrier pris chez lui – constituent un exercice obligé. Voir sur ce point notre mémoire Création et présentation de l’événement : quatre quotidiens face au conflit Peugeot de septembre-octobre 1989, mémoire ad hoc de DEA de sciences sociales de l’ENS/EHESS, septembre 1990.

79 Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire, Paris, Gallimard/EHESS, 1989.

80 Alors que par ailleurs, ministères, partis politiques semblent quasi-absents, si l’on excepte les colonnes des journaux à vocation partisane.

81 Yves Lequin, Les intérêts de classe et la République. Les ouvriers de la région Lyonnaise 1848-1914, t. 1, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1977.

82 Ibid., p. 225 sqq.

83 Ibid. Yves Lequin signale par exemple dans son étude sur la structuration du groupe ouvrier à Lyon que le Cercle des ouvriers progressifs de Vienne se transforme, en 1868, à l’initiative de l’un de ses délégués en Cercles d’études sociales. Il mentionne de même l’existence et la formation d’un groupe d’études sociales dans le bassin minier (c’est nous qui soulignons).

84 Le Parti ouvrier français désigne ainsi, selon Yves Lequin, « les collectivistes suffragistes ». Dans la mouvance de ce parti, les autres structures qui n’ont pas vocation à participer aux élections conservent pour certains dans leur intitulé le terme social, comme le Groupe d’études sociales.

85 C’est au travers des récits de faits divers que Gérard Jacquemet apprécie la vie quotidienne à Belleville à la fin du XIXe et au début du XXe siècle (voir sur ce point Gérard Jacquemet, Belleville au XIXe siècle. Du faubourg à la ville, Paris, Éd. de l’EHESS/Jean Touzot, 1984, p. 348).

86 Sur les représentations du populaire dans les faits divers, voir Dominique Kalifa, « Crime, faits divers et culture populaire à la fin du XIXe siècle », Genèses, n° 19, avril 1995 ; et sur le statut des « fait diversiers », Dominique Kalifa, « Petits reporters et faits divers à la belle époque », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 404, octobre-décembre 1993 ; ainsi que la thèse de Didier Privat, Le fait divers à travers ses représentations sociales, thèse de sociologie, Jean Duvignaud (dir.), université Paris VII, 1992.

87 Comme a pu le montrer Sylvain Maresca (Les dirigeants paysans, Paris, Minuit, 1983) pour une période récente, la logique des choix des informateurs « paysans » par les journalistes agricoles s’opère à partir des visions partagées de ces deux catégories d’agents.

88 Bernard Pudal, « Le populaire à l’encan », Politix, n° 14, 2e trimestre 1991.

89 C’est à partir du postulat de la fonction critique des journalistes qu’Arnaud Mercier dénonce par exemple la manière dont les médias ont rendu compte du SIDA (« Les médias comme espace scénique », Pierre Favre [dir.], Le SIDA comme enjeu politique. Les premiers affrontements [1981-1987], Paris, L’Harmattan, coll. « Dossiers sciences humaines et sociales », 1992, p. 109-122).

90 Arnaud Mercier conclut ainsi que « la presse ne semble pas agir comme précurseur dans la prise de conscience de la gravité du problème, mais semble plutôt l’accompagner » (ibid., p. 112).

91 « L’oscillation entre les deux manières de décrire une culture populaire s’observe dans la même œuvre chez le même auteur, parce qu’elle habite toute sociologie, voir toute description romanesque un peu fouillée des choses de la vie populaire », écrivent ainsi Claude Grignon et Jean-Claude Passeron (Le savant et le populaire, op. cit., p. 37).

92 Claude Grignon, « Contribution romanesque et construction sociologique », Le savant et le populaire, op. cit., p. 205-227.

93 Gabriel Bertrand est, comme son frère Pierre (évoqué dans le chapitre précédent), issu, selon le Dictionnaire du mouvement ouvrier (vol. 10), « d’un milieu social aisé (son père et son grand père étaient propriétaires terriens, sa mère appartenait à une famille d’officier) et donc les traditions politiques étaient conservatrices. […] Son histoire militante sera celle de la rupture ». Militant socialiste, il consacrera une grande partie de sa vie au journalisme.

94 Tous membres du Syndicat des journalistes du mouvement social à sa fondation, ils le quittent cependant assez rapidement (avant la Première Guerre mondiale). Le départ du syndicat de ces hommes politiques professionnels ou en voie de professionnalisation s’explique par la différenciation croissante des activités politiques et journalistiques et montre une fois encore le processus d’autonomisation du champ journalistique dans la première partie du XXe siècle.

95 En avril 1905, en plus de sa rubrique quotidienne « Le mouvement social », il consacre : le 4, un article sur « Le temps de travail des ouvriers » ; le 5, un article de une intitulé « Les finasseries policières » dans lequel il prend partie pour la libération du gréviste Chandelier détenu ; le 15, en page 2, un article défendant la mémoire d’Auguste Blanqui intitulé « Contre Blanqui »; le 26, un article intitulé « La Politique dans les syndicats » dans lequel il s’en prend violemment à Jean Jaurès défini comme « un centre-gauchiste complice de Waldeck » (i. e. Rousseau) ; le 2 mai, il signera une fois de plus en une, un article intitulé « Hervé jugé par les siens », consacré à la Clôture du congrès des Unitaires.

96 Léon Osmin, Les figures de jadis, Paris, Nouveau Prométhée, 1936.

97 Voir sur ce point Delphine Dulong, « Mourir en politique », Revue française de Science politique, vol. 44, août 1994.

98 Association des journalistes parisiens, Annuaire 1964-1965, p. 46. La biographie mentionne par ailleurs que Marguerite Rochebrune « fut à l’origine, avec d’autres confrères aussi attachés qu’elle aux conditions d’existence de notre profession, de la caisse de retraites de la presse puis du soutien confraternel des journalistes. Ses services rendus à ses confrères, durant sa longue carrière, son activité toujours objective au sein des organisations syndicales lui ont valu l’estime et l’affection de tous ».

99 Dans L’Intransigeant du 20 avril 1920, Marguerite Rochebrune rapporte ainsi quelques « propos tenus au congrès des cheminots du Havre ». Le 23 avril un article anonyme paru dans L’Intransigeant décrit de la même manière « les propos tenus au Gymnase Japy lors du congrès fédéral des cheminots ». Dix ans plus tard, le 18 avril 1930 dans Le Populaire, Léon Osmin rendra compte par le « menu » du congrès de la fédération des fonctionnaires.

100 Le 20 avril 1905, la une du Figaro se compose de deux articles sur la grève de Limoges : un article d’un envoyé spécial, non signé, et un billet de Jules Roche directeur du Figaro intitulé « La cause des grèves ». Le 23 avril, Jules Roche signe un billet intitulé « La victoire de l’ordre », tandis que l’envoyé spécial rapporte les événements sur place. Le 6 avril 1910, la grève des inscrits maritimes de Marseille aura le même traitement, avec un article d’un correspondant, un billet de Thomas, et une lettre de Charleroux.

101 Léon Bailby, « Les heures nouvelles, “Échec certain” », L’Intransigeant, 30 avril 1930.

102 H. L. Motti et E. M. A. Fournond, « Pour la Paix sociale », « La conscience professionnelle », L’Intransigeant, 30 avril 1930.

103 Si l’invention du suffrage universel s’accompagne comme le montre Michel Offerlé d’une invention de l’électeur (« Mobilisations électorales et invention du citoyen : l’exemple du milieu urbain à la fin du XIXe siècle », Daniel Gaxie [dir.], Explication du vote, Un bilan des études électorales en France, Paris, PFNSP, 1985) l’invention du journalisme passe de la même manière par une invention d’un public intéressé à cette activité.

104 Voir sur ce point Cécile Meadel, « De la formation des comportements et des goûts, Une histoire des sondages à la télévision dans les années cinquante », Réseaux, n° 39, janvier 1990.

105 Francine Muel-Dreyfus, Le métier d’éducateur, Paris, Minuit, 1983.

Table des illustrations

Titre Tableau 3. – Les journaux dépouillés (1905-1935).Le dépouillement opéré représente approximativement 1250 journaux. Nous avons pu par ailleurs effectuer quelques « sondages » sur des titres différents (par exemple Le Cri du Peuple) et pour les titres choisis à des dates différentes (avant le mois d’avril ou lorsque les dates n’étaient pas disponibles à des dates proches : par exemple pour Le Petit Parisien en avril 1923 au lieu d’avril 1925). Tous ces titres ne seront pas exploités à chaque niveau d’analyse. Le repérage des « événements sociaux » ne présente pas dans Le Matin un intérêt particulier du fait la relative absence de structure de ce journal qui comporte un nombre limité de rubriques, dont aucune ne mentionne explicitement le social.
Légende Note 22
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tableau 4. – Repérage du terme social dans les journaux (1905-1935).Ce tableau a été construit en relevant systématiquement et pour tous les titres dépouillés les intitulés permettant d’identifier une rubrique, c’est-à-dire chaque fois que le terme, mis en valeur typographiquement13, revenait régulièrement dans les colonnes du titre observé
Légende Note 1414
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24702/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 5. – La structure des journaux par rubriques en 1920 (La Petite République a cessé de paraître).Nous nous tenons ici à une définition formelle de la rubrique, c’est-à-dire au repérage de formes typographiques spécifiques apparaissant de manière régulière dans les colonnes des journaux
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24702/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Légende 1. Toutes ses rubriques, au-delà de leur contenu, ont le point commun d’être essentiellement constitué de brèves émanant soit des agences soit des correspondants des journaux.2. Comprend souvent la nécrologie.3. Le nombre d’intitulés différents est dû au fait qu’à un contenu semblable correspondait dans le même titre des intitulés différents.4. Nous reviendrons ultérieurement (§ 2) sur le regroupement de ces différents intitulés de rubriques.5. Comprend souvent les programmes de cinéma.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24702/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre Tableau 6. – Repérage des thèmes et des objets sociaux dans les journaux du début du siècle (1905-1935).Pour réaliser ce tableau, nous avons procédé en plusieurs temps. Nous avons établi dans un premier temps une liste des thèmes sociaux reproduit en colonne n° 1 à partir du dépouillement d’un échantillon pris au hasard dans le corpus général : Le Figaro 1905, 1910, 1920, 1930, Le Temps 1905, 1910, 1930, 1935, Le Matin 1905, La Petite République 1905, 1910, L’Intransigeant 1905, 1910, Le Petit Parisien 1905, 1923, L’Humanité 1905, 1920. Nous avons ensuite regroupé ces articles sous des thèmes génériques reproduits en colonne n° 1. La catégorisation s’est opérée à partir des informations contenues dans les titres – lorsque ce dernier était explicite – ou dans le corps de l’article. Nous avons respecté, dans la mesure du possible le vocabulaire journalistique lui-même pour établir nos propres catégories. Toutefois, et cela vaut plus particulièrement pour les sujets les moins fréquemment étiqueté sociaux (ex. : les appels à la générosité des lecteurs ou le compte rendu d’activités bénévoles), nous avons préféré construire nos propres catégories (ex. : actions philanthropiques). Une fois cette liste établie, nous avons dans un second temps repéré, en reprenant l’ensemble du corpus initial, les informations abordant les thèmes sociaux que nous avions préalablement listés
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24702/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24702/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Tableau 7. – Tableau récapitulatif (établi à partir du tableau 6 reproduit page précédente) de l’étiquetage social des événements
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24702/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search