Version classiqueVersion mobile

Les journalistes sociaux

 | 
Sandrine Lévêque

1. Le « Mouvement social » : l’invention d’une spécialité journalistique

Texte intégral

  • 1 Voir pour les travaux les plus récents l’ouvrage de Christian Delporte, Les journalistes en France (...)
  • 2 Les deux premières catégories renvoient aux intitulés des associations qui, au cours du siècle – à (...)

1La définition du journaliste professionnel n’est pas a priori stabilisée lorsque se constitue, au début du siècle, un intérêt proprement journalistique pour le social. En effet, quand en 1905 est créé le Syndicat général des journalistes professionnels (SGJP), la profession journalistique est l’objet d’investissements multiples et différenciés. La coexistence de deux mouvements conjoints de mobilisation, celui engagé autour de la défense des intérêts des journalistes professionnels et celui engagé, par le biais d’associations « corporatistes », autour d’intérêts catégoriels, interdit de considérer que les principes de l’excellence journalistique soient « une fois pour toutes » établis. Le caractère « chaotique » du processus de professionnalisation, aujourd’hui largement étudié1, autorise cependant à penser conjointement l’invention de la profession et l’invention de « sous-catégories » structurant l’espace journalistique : celle de journaliste du mouvement social puis, plus tard, celle de journaliste de l’information sociale et enfin, celle de journaliste social2.

  • 3 Alain Garrigou, « Vivre de la politique. Les quinze mille, le mandat et le métier », Politix, n° 2 (...)
  • 4 Voir sur ce point Rue Bucher et Anselm Strauss, « Profession in process », op. cit.
  • 5 Voir sur ce point Cyril Lemieux, Mauvaise presse. Une sociologie de la faute journalistique dans l (...)

2Dès lors, les conditions particulières de la professionnalisation journalistique ainsi que les principes essentiels de définition du journaliste professionnel contraignent, et dans le même temps, rendent possible l’émergence d’une spécialité professionnelle tel que le social. L’examen des processus d’invention – et de pérennisation – des catégories de « journaliste » et de « journaliste social » souligne la complexité des mécanismes qui concourent à la création et à la solidification des groupes sociaux et professionnels. À l’instar du métier politique étudié par Alain Garrigou3, la profession journalistique fait ainsi coexister et converger vers des intérêts semblables des agents occupant des positions sociales – et « idéologiques »– hétérogènes. De plus, et pour parfaire la comparaison avec le métier politique, lorsque les journalistes sociaux s’engagent dans la lutte pour la reconnaissance de leur spécialité professionnelle, ils cherchent dans le même temps à affirmer leur légitimité dans le champ journalistique et au-delà dans l’espace public. En définissant de la sorte leur position dans l’espace journalistique, les journalistes sociaux contribuent à spécifier ce que doit être la profession dans son ensemble, en particulier la nature de ses rapports au pouvoir politique. Ainsi, l’invention du social et les stratégies de mise en forme de cette catégorie dans l’espace journalistique offrent la possibilité d’apprécier comment un segment professionnel, au sens où le définissent les sociologues interactionnistes4, participe à la construction d’un modèle d’excellence professionnelle, ici fondé sur la fonction critique5, que commencent à revendiquer ceux qui s’engagent dans la lutte pour la reconnaissance de l’autonomie journalistique à cette époque. De fait, ce type d’approche interdit de penser le processus de professionnalisation comme homogène et linéaire, mais oblige à le considérer comme le produit d’interactions et de rapports de forces entre des acteurs ayant des intérêts, des positions et des prises de position tantôt communs tantôt antagonistes. Analyser la construction d’un groupe professionnel reconnu, comme celui des journalistes, ne peut donc faire l’économie d’une analyse précise des segments qui l’animent. La construction des catégories de l’entendement journalistique doit alors, au-delà des stratégies de distinction de ceux qui luttent pour leur reconnaissance, être conforme à certaines règles du jeu de l’espace journalistique en train de se faire.

3Dans ce cadre, la formation du social est ici particulièrement intéressante car elle met en scène des agents disposés objectivement et symboliquement à « adhérer » à l’un des fondements de l’autonomie journalistique : la posture critique qui contraint la mise en forme du social dans les journaux de la première moitié du XXe siècle.

Les journalistes du mouvement social et le monde ouvrier : proximité objective et affinités subjectives

  • 6 Publiés le 15 décembre 1922, dossier archives 1070 W 2056.
  • 7 Ibid

4Si, en janvier 1905, la réunion « d’une poignée de journalistes » à la Bourse du travail aboutit à la création d’un syndicat des journalistes professionnels à vocation généraliste, cette organisation se recentre rapidement autour du social. En effet, dès 19226 la défense du mouvement social devient la raison d’être de l’organisation et de ses membres. Les nouveaux buts proclamés sont à cette date « de créer entre tous les journalistes professionnels du mouvement social une organisation capable de défendre, vis-à-vis des pouvoirs publics et vis-à-vis du patronat, les intérêts collectifs et individuels des travailleurs de la profession7 ».

  • 8 En 1932, l’article 4 des statuts de 1922 ne subit aucune modification, dossier archives cit.
  • 9 En 1957, les buts du syndicat sont précisés. Il s’agit maintenant de « créer entre tous les journa (...)
  • 10 Voir sur ce point Gaston De Jongh, Le journaliste, mars 1954. Soulignant que « la mobilisation de (...)

5Ces buts seront sans cesse réaffirmés, par exemple lors des modifications de statuts en 19328 ou en 19579. Ce recentrage sur le social, que marque la transformation de l’intitulé même de l’organisation, ne s’explique pas seulement, comme l’affirment certains historiens du syndicat, par la création en 1918 d’un autre syndicat se présentant comme généraliste (le SNJ)10. Cette transformation organisationnelle ne peut être comprise comme une simple stratégie distinctive dans la mesure où le changement de sigle reflète la position sociale et les croyances de ceux qui furent à l’initiative de la création du premier syndicat. En ce sens, le changement de sigle entérine un ensemble de dispositions observables dès le début du siècle telle que la proximité objective et revendiquée des premiers membres du syndicat au monde ouvrier.

Une proximité objective au mouvement ouvrier

  • 11 Dossier archives cit.

6La genèse du groupe des journalistes sociaux est largement marquée par les propriétés des membres fondateurs et des premiers adhérents du Syndicat général des journalistes professionnels. Les renseignements biographiques recueillis sur cette population montrent leur ancrage dans le monde ouvrier. Les premiers journalistes sociaux se révèlent ainsi proches des organisations qui revendiquent la défense des intérêts des ouvriers et se caractérisent surtout par des trajectoires qui les prédisposent à cet engagement. La réunion fondatrice du SGJP regroupe, le 24 janvier 1905, un nombre restreint de journalistes. Il est constitué à cette époque d’un conseil d’administration de douze membres comprenant un secrétaire général, Pierre Tesche, rédacteur à L’Humanité ; un secrétaire-adjoint, Adrien Bourse, rédacteur au Matin ; un trésorier, Louis Dubreuilh, rédacteur au Socialiste ; un trésorier-adjoint, Jean Dumas, rédacteur à L’Action ; un archiviste, Émile Pouget, rédacteur à La Voix du Peuple ; ainsi que sept membres : MM. Figeac, Ranoux, Reboul, Varenne, Boyon, Gabion et Lamaud, respectivement rédacteurs à L’Humanité, La Petite République, La Lanterne, Le Journal, Le Temps et L’Aurore. Parmi ceux ayant des fonctions déterminées, quatre sont signalés par le dossier de la préfecture de police de Paris11 comme liés de manière directe ou indirecte à des mouvements communément situés à gauche de l’échiquier politique.

  • 12 Pour une biographie complète d’Émile Pouget, Christian de Goustine, Pouget : les matins noirs du s (...)

Pierre Tesche est mentionné dans l’enquête réalisée par la préfecture de police de Paris comme faisant « partie de la CGT ». Il démissionne selon ce même dossier « des chemins de fer » et est par la suite « révoqué de la Compagnie du chemin de fer métropolitain pour avoir provoqué la grève des agents de cette compagnie ». Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, qui lui consacre une notice, souligne par ailleurs sa participation en tant que « délégué à plusieurs congrès nationaux corporatifs » et même sa candidature aux élections de 1910 au nom de la fédération socialiste de l’Oise.
Charles Dumas est quant à lui présenté dans le dossier le concernant à la préfecture de police de Paris comme « un propagandiste très actif et violent […] ayant des opinions socialistes et révolutionnaires ».
Louis Dubreuilh est présenté dans le même dossier comme « le secrétaire du Parti socialiste unifié ». Ils furent tous les deux, comme l’indique leur biographie dans le Dictionnaire du mouvement ouvrier, des militants socialistes actifs, candidats (parfois élus, pour Dumas) à des élections nationales.
Émile Pouget est lui aussi considéré par la police comme « gérant du journal anarchiste le Père Peinard » et « professant des opinions anarchistes ». « Depuis plusieurs années », mentionne de plus son dossier, il « fait de la propagande anarchiste et révolutionnaire ». Pouget est un militant « connu », comme le souligne sa notice biographique dans le Dictionnaire Maitron, du mouvement ouvrier12.
Seul Adrien Bourse – dont il fut par ailleurs impossible de préciser la biographie – ne fait, dans le dossier de la préfecture, « l’objet d’aucune remarque au point de vue politique ».

7Sur les membres restant, soit sept, on compte aussi deux militants reconnus de la cause ouvrière.

Jean-Baptiste Varenne est mentionné dans le Dictionnaire Maitron au titre de « militant socialiste, conseiller municipal de Paris », de même que Figeac y apparaît comme « membre de la SFIO dont il fut l’un des délégués ».

8Les biographies de ceux qui sont consacrés comme pères fondateurs du syndicat n° 2056 sont ainsi largement marquées par l’engagement politique dans des organisations visant la représentation des ouvriers.

  • 13 Sur l’illégitimité du personnel politique ouvrier, voir Michel Offerlé, « Illégitimité et légitima (...)
  • 14 Georges Lefranc, Le mouvement socialiste sous la IIIe République, nouvelle édition, Paris, Payot, (...)
  • 15 Madeleine Reberioux, « Le socialisme français de 1871 à 1914 », in Jacques Droz, Histoire générale (...)

9À un niveau plus général, si l’on reprend la liste des premiers adhérents du syndicat, près de la moitié de ceux pour lesquels il fut possible de recueillir des renseignements biographiques sont, à des titres divers, engagés dans un parti politique. Trente-quatre adhérents sur soixante et onze (soit 48 %) sont ainsi signalés comme membres, militants, adhérents, candidats (20/34) ou élus (12/34) d’un parti politique. Ils appartiennent le plus souvent à la SFIO (19/34) et certains avaient participé au Parti ouvrier de France de Guesde (6/34) ou au Parti ouvrier socialiste révolutionnaire (4/34). D’autres enfin sont affiliés au mouvement anarchiste ou libertaire. En ce qui concerne l’activité syndicale, seize adhérents sont aussi militants de syndicats ouvriers. L’engagement syndical est d’ailleurs le plus souvent associé à un engagement proprement politique. Quatorze militants syndicaux sur les seize recensés militent à des degrés divers dans une organisation politique. Les journalistes qui investissent la rubrique du mouvement social sont donc majoritairement des journalistes « engagés ». Ils occupent cependant dans le champ politique une position très spécifique. Du point de vue de leur appartenance partisane, ils se situent à l’extrême gauche de l’échiquier politique dans un espace dominé par les républicains « modérés ». Les organisations socialistes et leurs dirigeants apparaissent en effet, à l’époque, à la lisière de l’espace politique légitime13. La SFIO, en 1905, se définit par exemple comme « un parti de lutte de classe et de révolution14 », et Madeleine Réberioux15 note l’hostilité qu’a suscitée son intégration à la « gauche politique ». Les fondateurs SGJP se caractérisent donc par des positions dominées dans le champ politique du début du XXe siècle et du même coup par leur propension à remettre en cause les règles de son fonctionnement. Cette marginalité dans le champ politique reflète aussi leur proximité sociale au monde ouvrier.

  • 16 Certaines professions ont pu être exercées en même temps que l’activité journalistique du moins au (...)
  • 17 Bernard Pudal, Prendre Parti, op. cit., p. 131.
  • 18 Ibid.

10Préciser quel peut être le rapport que ces journalistes entretiennent au monde ouvrier implique de replacer leur engagement politique et professionnel dans le cadre plus large de leur biographie. Si une telle démarche permet de formuler des hypothèses relatives à leurs représentations de l’activité journalistique – qui expliqueront plus tard les modalités de leur engagement dans la cause professionnelle – elle offre aussi la possibilité de cerner avec plus de précision la position qu’ils occupent effectivement à l’intérieur de cet espace. Deux indicateurs permettent ici de spécifier cette relation journalistique et donc intellectuelle au mouvement ouvrier : leur profession initiale et leur origine sociale. Leur profession initiale, définie ici comme celle exercée avant l’entrée dans le journalisme – ou même celle exercée conjointement avec celle de journaliste16 – constitue un élément permettant d’apprécier la mobilité sociale des agents concernés. Le journalisme « engagé » apparaît, comme l’investissement de certains dirigeants du Parti communiste étudié par Bernard Pudal17, un « moyen » de concilier l’inconciliable, une « solution idéale18 » pour faire tenir ensemble une fidélité aux origines et une ascension sociale réussie.

11Les difficultés à recueillir des renseignements relatifs à la profession initiale des premiers adhérents du Syndicat des journalistes du mouvement social rendent les résultats de cette recherche parcellaires. Ils restent néanmoins significatifs. Sur les soixante et onze fiches biographiques initialement exploitables, quarante-deux adhérents ont pu être identifiés à partir de cette variable. Pour quinze d’entre eux, la profession journalistique représente la profession unique et initialement exercée. Vingt-six adhérents sont entrés dans le journalisme après avoir exercé d’autres professions, et ces professions initialement exercées les rapprochent justement des classes populaires.

Tableau 1. – La profession initiale des membres du SGJP.
Le tableau a été construit à partir des professions initiales indiquées dans les biographies. Pour certains, seule la profession de journaliste est indiquée. La catégorie fonctionnaire comprend ceux dont l’employeur est une administration. La catégorie ouvrier/employé regroupe aussi bien ceux qui sont présentés sous ces termes génériques, que ceux pour lesquels il est précisé le contenu de l’activité (ex. : imprimeur). Dans la catégorie professions intellectuelles supérieures, nous avons regroupé les avocats, les savants et les professeurs. Pour les artisans, nous avons convenu de considérer ceux pour lesquels il était indiqué qu’ils travaillaient à leur compte. Il semblait enfin important de préciser, même si leur nombre est restreint, ceux qui exerçaient une activité politique à titre exclusif.

Tableau 1. – La profession initiale des membres du SGJP.Le tableau a été construit à partir des professions initiales indiquées dans les biographies. Pour certains, seule la profession de journaliste est indiquée. La catégorie fonctionnaire comprend ceux dont l’employeur est une administration. La catégorie ouvrier/employé regroupe aussi bien ceux qui sont présentés sous ces termes génériques, que ceux pour lesquels il est précisé le contenu de l’activité (ex. : imprimeur). Dans la catégorie professions intellectuelles supérieures, nous avons regroupé les avocats, les savants et les professeurs. Pour les artisans, nous avons convenu de considérer ceux pour lesquels il était indiqué qu’ils travaillaient à leur compte. Il semblait enfin important de préciser, même si leur nombre est restreint, ceux qui exerçaient une activité politique à titre exclusif.
  • 19 Plus encore que pour la profession initiale, recenser les origines sociales des journalistes du SG (...)
  • 20 Jean Raymond, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, Paris, Éditions ouvrières.
  • 21 Ibid.

12La profession journalistique semble avoir permis à près d’un tiers des adhérents du syndicat, dont nous connaissons la profession, de quitter une position sociale défavorisée : douze étaient « ouvriers » ou « employés » avant leur entrée dans le journalisme, deux sont présentés comme « artisans ». De la même façon, près de la moitié des journalistes, dont nous connaissons l’origine sociale (soit 11 sur 2219), sont soit issus de milieux ouvriers, soit de familles de petits artisans ou d’employés. La « statistique » est néanmoins loin de rendre compte des trajectoires typiques des premiers adhérents du syndicat. Quelques exemples de parcours individuels illustrent davantage une ascension sociale « réussie », rendue possible au travers d’un engagement politique et professionnel. Celui de Gabriel Farjat, tel qu’il est rapporté dans le Dictionnaire du mouvement ouvrier, est typique de ce phénomène. Né dans une famille de canuts lyonnais, il commence à travailler à onze ans comme ouvrier tisseur mais, rapporte Jean Raymond dans le Maitron20, « il ne cessa d’enrichir le bagage emporté de l’école primaire21 »:

  • 22 Ibid

« D’esprit curieux, il lisait avec frénésie dans ses moments de liberté. Tout l’intéressait, philosophie et sciences, sociologie et histoire. J.-J. Rousseau, Diderot, Voltaire, Michelet, Proudhon, L. Blanc, A. Comte étaient ses auteurs favoris. Il y ajouta la lecture des œuvres de Benoît Malon, des revues, et journaux d’avant-garde. Ces fréquentations, indice d’une orientation d’esprit qu’elles ne pouvaient que confirmer, son appartenance à un milieu ouvrier conscient et combatif, en firent un des pionniers du mouvement socialiste lyonnais22. »

13C’est le cas aussi de Jean-Baptiste Varenne, initialement « ouvrier coupeur de chaussures », dont « la vie militante, le conduisit », selon le Dictionnaire Maitron, « vers le journalisme ». Mais le journalisme constitue aussi pour certains adhérents du SGJP, d’origine populaire, une seconde étape d’un parcours déjà engagé dans une voie intellectuelle. Ainsi, Louis Révelin, avocat et professeur, militant socialiste et journaliste, est présenté dans le Maitron comme

« […] issu d’une modeste famille de boutiquiers proches de leurs origines populaires. Son père était un petit marchand de draps. Après l’école primaire, [il] poursuivit, en qualité de boursier, de solides études au collège de sa ville natale puis à Paris au lycée Condorcet et à la Sorbonne. »

  • 23 Bernard Pudal évoque dans le chapitre IV de sa thèse (Formation des dirigeants et évolution du mou (...)
  • 24 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, op. cit.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.

14L’activité journalistique représente par ailleurs pour des agents déclassés ou en voie de déclassement, c’est-à-dire issus, à l’inverse des premiers, d’un milieu « bourgeois », une possibilité de reclassement. Le parallèle avec les parcours de certains dirigeants communistes est une fois encore particulièrement éclairant23. En effet, tous les premiers membres du SGJP ne sont pas d’origine populaire. Pour vingt-deux adhérents du syndicat pour lesquels il fut possible de recueillir ce type de données, on observe que la moitié d’entre eux est issue d’un milieu « aisé » ou « bourgeois » (commerçants, industriels, notaires, avocats, etc.). Leur parcours professionnel se révèle néanmoins complexe. On peut faire l’hypothèse que le journalisme social représente pour eux un moyen de gérer un parcours social « chaotique ». En effet, sur ces onze adhérents ayant des origines sociales « supérieures », quatre appartiennent de par leurs professions initiales aux classes moyennes et populaires, et quatre autres sont uniquement présentés comme journalistes. Paul Dramas, « fils d’un commerçant lyonnais très aisé » ayant commencé des études de droit, vécut ainsi du journalisme après « des difficultés avec sa famille24 ». De même Pierre Bertrand « eut à rompre avec les traditions d’une famille aisée, croyante et conservatrice, pour devenir un journaliste engagé et un militant socialiste25 », et Charles Dumas « d’origine et d’éducation bourgeoise26 » a dû abandonner la profession d’avocat pour le journalisme pour cause, signale le Dictionnaire du mouvement ouvrier, « de surmenage ». C’est souvent pour ces enfants de famille aisée, après une rupture biographique, que le journalisme devient une profession plausible. Émile Pouget, « issu de la bourgeoisie provinciale », donc pouvant aspirer à une situation sociale en conformité avec ses origines, se vit contraint par la mort de son beau-père (on souligne d’ailleurs dans sa notice une « enfance perturbée par la mort précoce de son père ») de quitter le lycée. « Il se rendit à Paris et devint », précise sa biographie du Maitron, « employé de grand magasin » avant de se lancer dans l’aventure du Père Peinard.

15Ainsi la plupart des journalistes qui s’engagent dans le Syndicat général des journalistes professionnels ont, quel que soit ce rapport, une relation au monde ouvrier. Qu’ils en soient issus, et que de ce fait l’activité journalistique leur permette de « gérer » leur ascension sociale, ou qu’ils cherchent à lui échapper en évitant un déclassement social, le « monde ouvrier » est comme une composante essentielle de leur identité. Cette proximité au mouvement ouvrier sera ainsi au centre des représentations du groupe des journalistes sociaux que ses dirigeants et ses membres cherchent à imposer.

Une proximité revendiquée au mouvement ouvrier

16L’histoire et les actes du SGJP sont en effet marqués par un rapprochement proclamé avec le « monde ouvrier », ou du moins la « portion » la plus légitime et constituée de cet espace : celle des organisations ayant la charge de le représenter. Dès sa mise en place en 1905, le Syndicat général des journalistes professionnels entretient avec les syndicats ouvriers, et particulièrement la CGT, des relations « d’attirance/répulsion » qu’il convient d’autant plus d’expliciter, qu’elles marqueront l’histoire entière du syndicat. Au-delà des rapports parfois conflictuels que les membres du syndicat entretiendront avec la centrale ouvrière, d’autres éléments montrent les liens entre journalistes du mouvement social et mouvement ouvrier.

  • 27 L’article 2 des statuts, publiés en 1922, précise que « le syndicat s’interdit dans ses assemblées (...)

17Apparemment « réglée » par l’article 2 des statuts publiés en 192227 qui exclut l’adhésion formelle à toute organisation politique ou syndicale, la question des relations que le syndicat doit entretenir avec la CGT est révélatrice de l’ambiguïté des rapports noués, ici d’un point de vue simplement formel, entre les journalistes et les organisations ouvrières. Au moment de sa formation, le syndicat des journalistes a bénéficié de certaines « ressources » organisationnelles de la CGT. Les premières cartes du syndicat proviennent directement des imprimeries de la CGT. Se présentant sous la forme d’un petit livret de couleur rouge, elles reproduisent les statuts « standards » des organisations créées sous l’égide de la confédération ouvrière. L’article 4, alinéa 3, de ces statuts prévoit ainsi, et avant même d’évoquer spécifiquement les journalistes (qui ne le seront qu’à l’article suivant), que les buts généraux du syndicat sont :

  • 28 Statut 1905, dossier archives cit.

« […] de resserrer les liens de solidarité, et d’unir en un seul bloc tous les travailleurs, afin de pouvoir lutter contre l’exploitation capitaliste et arriver à constituer le travail libre par la socialisation des moyens de production au bénéfice des producteurs des richesses nationales ; c’est-à-dire de réaliser la devise communiste : à chacun selon ses forces et suivant ses besoins28. »

  • 29 Lettre au préfet de police de la Seine en date du 28 juillet 1906 sur les activités et les membres (...)
  • 30 Sur les relations tendues entre le « monde intellectuel » et les organisations ouvrières, on se re (...)
  • 31 Lors d’un référendum du même type organisé en 1919 par le SNJ, Lucien Descaves secrétaire général (...)
  • 32 Extrait de la motion de la Bourse de Lyon, reproduite dans l’annuaire précité.
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid., p. 31 (les propos en italiques sont rapportés comme ceux de Victor Griffuelhes).
  • 35 Dans le Bulletin du SNJ n° 2 du mois de septembre 1919, Charles Dulot est « chargé » par le consei (...)
  • 36 Comme nous le rappelions précédemment, aucune archive ne permet d’apprécier la teneur de ces débat (...)
  • 37 Loin d’être déniée, la question du rapport à la CGT est ainsi célébrée par les historiens du group (...)
  • 38 Erving Goffman utilise le terme de représentation « pour désigner la totalité de l’activité d’un a (...)
  • 39 La Bourse du travail est omniprésente dans les rares écrits concernant le syndicat. Max Rolland éc (...)
  • 40 Armand Cappocci était membre du Syndicat des journalistes du mouvement social après la guerre. Il (...)

18De telles manifestations formelles ne signifient cependant pas que les premiers membres du syndicat adhèrent réellement à de tels principes, ni même – et c’est effectivement le cas – que la direction de la CGT accepte en son sein une organisation de journalistes. En effet, même si Pierre Tesche, « père » fondateur du syndicat, a selon la préfecture de police fait « de mars à juin 1905 […] de nombreuses démarches auprès de Monsieur Griffuelhes, secrétaire général de la Confédération Générale du Travail, pour faire admettre [son] syndicat dans cette organisation »… Ce dernier « s’y est toujours refusé29 ». C’est sur ce refus de la confédération ouvrière que s’appuient d’ailleurs ceux qui, au sein du syndicat de la Bourse, prônent l’autonomie vis-à-vis de la CGT. Charles Dulot, sur lequel nous ne disposons d’aucun renseignement biographique sauf ceux relatifs à son adhésion au SNJ, ardent défenseur de cette position en 1907, ne manque pas de rappeler dans son rapport la franche hostilité que la confédération30 avait manifesté lors de ses différents congrès vis-à-vis des journalistes. Extrait du rapport du Congrès fédéral de Bourges de 1904, les propos attribués aux représentants de la Bourse du travail de Lyon sont ainsi rappelés31. Selon ces délégués, il est en effet impossible, « afin de conserver au mouvement syndical son caractère économique32 », que des journalistes intègrent leur organisation. D’autres représentants, hostiles aux journalistes, dénoncent même les journalistes qui « faisant partie d’une organisation [en profitent] pour discréditer [leurs] camarades et porter atteinte à l’organisation dont ils font partie33 ». Sont de la même manière rappelés les propos de Victor Griffuelhes précisant que « le syndicat des journalistes était refusé » à la Confédération générale du travail parce que « le comité avait estimé que la profession de journaliste était peu précisée et n’assurait pas à ses membres l’indépendance morale34 ». Face à une telle « hostilité » cégétiste à l’égard des journalistes, il semble facile à Charles Dulot, qu’on retrouvera d’ailleurs plus tard, dans ce rôle au SNJ35, de défendre une motion anti-affiliation. Cette opposition n’empêcha cependant pas que la question de l’affiliation soit à nouveau posée et repoussée en 1926, 1934, 193736 (ce que ne manquent jamais de rappeler les histoires officielles de l’organisation37). La proximité à une organisation ouvrière historique fait donc partie intégrante de la présentation que le groupe fait de lui-même. Se faire un allié d’une organisation telle que la CGT, c’est placer le mouvement social et les journalistes qui s’en réclament du côté de l’histoire du mouvement ouvrier et annexer symboliquement la grandeur, mais aussi les stigmates, de cette organisation. La mise en scène d’une proximité au monde ouvrier passe aussi par un rapprochement « géographique » avec les organisations qui en ont la charge : c’est ce qu’illustre notamment la « bataille » menée par le syndicat pour obtenir un local à la Bourse du travail. Quoi de plus symbolique en effet, pour marquer sa proximité au mouvement ouvrier, que d’afficher « sur soi » les symboles les moins contestables, au sens des plus partagés, de son appartenance. Ce travail de représentation, dans une acceptation goffmanienne du terme, permet dès lors de fixer l’image que le groupe donne de lui-même et d’aborder les éléments constitutifs de ce que, par analogie, on peut considérer comme la « façade » du groupe38. En ce sens, obtenir un bureau à la Bourse du travail – et de plus, faire de ce bureau l’objet central de sa reconnaissance – est pour les journalistes du mouvement social un enjeu de la première heure. L’histoire de ce bureau – lieu de la première réunion du syndicat, le 24 janvier 1905 – prend dans l’« Histoire » de l’organisation une place centrale. C’est lui, autant que l’inscription officielle au registre de la préfecture de police de Paris, qui fait naître l’organisation39. Aujourd’hui, le bureau de la Bourse reste, dans les souvenirs des anciens adhérents du syndicat que nous avons pu rencontrer, un lieu quasi-sacré dont ils se souviennent avec beaucoup d’émotion. Il fait, à ce titre, partie intégrante de l’image que ces journalistes « de la Bourse » veulent donner d’eux-mêmes. Armand Cappocci40 décrit ainsi spontanément lors d’un entretien le Syndicat des journalistes du mouvement social des années cinquante :

  • 41 Entretien Armand Cappocci (1993).

« Ce qui est intéressant c’est de voir qu’à l’époque le syndicat des journalistes du mouvement social était essentiellement […] c’était parisien en fait et nous avions un petit bureau rue du Château d’eau à la Bourse du travail c’était très poussiéreux on avait un téléphone […] on n’avait même pas de ligne directe il fallait passer par le standard de la bourse et c’était des appareils… vous savez… un cornet41… »

  • 42 Entretien Max Rolland (1990).

19La confusion est la même lorsque Max Rolland nous décrit son ancienne organisation : « On avait la possibilité de nous retrouver à la Bourse du travail dans un local qui était une toute petite pièce attenante à la bibliothèque et qui s’appelait le Syndicat des journalistes du mouvement social42. » Inscrite dans les lieux, la proximité au mouvement ouvrier s’affirme ainsi au travers de l’un de ses symboles les plus signifiants : la Bourse du travail. Ainsi, objectivée et proclamée, la proximité au monde ouvrier est une composante à part entière de l’identité des journalistes du mouvement social telle qu’elle est originellement construite par ceux qui revendiquent le monopole de la représentation de ce groupe. Loin d’être un obstacle, cette particularité du groupe et de ses membres apparaît comme un élément leur permettant de revendiquer, avec succès, une appartenance au groupe plus large des journalistes professionnels.

Des journalistes au service de la cause professionnelle

  • 43 Voir sur ce point le cas de Jules Joffrin étudié par Michel Offerlé, « Illégitimité et légitimatio (...)
  • 44 Voir sur ce point Denis Ruellan, Les « pro » du journalisme, op. cit.
  • 45 Arnaud Mercier (L’information politique au journal télévisé, thèse, IEP Paris, 1994, p. 160) souli (...)

20Au début du siècle, la proximité au monde ouvrier peut être, pour des agents « amenés » à intervenir dans le débat public, stigmatisante43. Dans un espace dominé par des agents revendiquant leur appartenance au pôle intellectuel, construire ainsi son identité de journaliste sur un rapprochement avec le mouvement ouvrier peut surprendre. En effet, la prise en charge, en 1935, par les députés du statut des journalistes44 montre que, plus que symboliquement construites, les affinités qu’entretiennent les représentants légitimes du groupe des journalistes professionnels (les dirigeants du SNJ) et les parlementaires sont – en partie du moins – socialement fondées. En se situant objectivement à la marge du jeu politique, les journalistes sociaux semblent ainsi « autorisés » à investir le discours critique sur lequel se construit la profession journalistique, même si cette position marginale leur interdit un accès aux instances de consécration des normes dominantes de cette profession (par exemple la Chambre des députés à laquelle aucun membre du SJMS n’appartient en 1935) auxquelles accèdent en revanche les membres du SNJ45. Les journalistes du mouvement social sont ainsi mis à l’écart des représentations généralement diffusées du processus de professionnalisation journalistique.

21Pourtant, s’engager dans l’analyse de la professionnalisation, en négligeant toute une partie des agents qui y sont engagés, reviendrait une fois encore à adhérer à une vision dominante de ce processus qui entérine la consécration des vainqueurs déclarés et par ailleurs déjà consacrés. Ce serait de plus aller à l’encontre d’une observation qui laisse entrevoir, avant même la mobilisation du SNJ et la reconnaissance légale du statut des journalistes, des éléments qui structurent le débat sur la définition de la profession journalistique dans l’entre-deux-guerres. Au-delà, le fait que les journalistes du mouvement social s’organisent dans un syndicat ayant vocation à représenter les journalistes professionnels pose ici la question de leur participation, de leur contribution, à la délimitation des frontières de ce groupe. Ainsi, confronter dans l’analyse, les particularités sociales d’un groupe d’agents – ceux qui revendiquent avec succès le monopole de la représentation des journalistes sociaux – et leur contribution à la professionnalisation journalistique, oblige à s’interroger sur l’usage que ces agents font des attributs qui leur sont attachés et qui leur permettent de trouver une place dans les luttes pour la reconnaissance de la profession journalistique.

Une insertion réussie dans la profession journalistique ?

  • 46 Pour Luc Boltanski (« L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitu (...)
  • 47 Sur les dispositifs qui conduisent à avoir recours à la grandeur des personnes pour justifier de l (...)
  • 48 Parmi les 71 adhérents pour lesquels on dispose de renseignements biographiques, on compte six dép (...)
  • 49 Voir sur ce point Dominique Damamme, « La jeunesse de syndicats de médecins ou l’enchantement du s (...)
  • 50 Voir sur ce point Lucien Karpik, Les avocats, Entre l’État, le public et le marché, XIIIe siècle, (...)
  • 51 On compte par exemple parmi les 71 membres du syndicat : quatorze auteurs d’ouvrages de différente (...)
  • 52 L’accès au champ littéraire constitue, comme le soulignent les historiens du journalisme, une ress (...)
  • 53 Les dessinateurs de presse, comme le montre Christian Delporte dans son ouvrage Les crayons de la (...)
  • 54 Nous entendons par appartenance éditoriale un repérage des journalistes opéré par rapport aux coll (...)

22L’insertion des journalistes sociaux dans le processus de professionnalisation journalistique peut s’analyser au regard de la multiplicité et de la diversité des positions qu’ils occupent dans différentes sphères de l’espace public et dans la sphère particulière de l’espace professionnel qu’ils sont susceptibles d’investir. La multipositionnalité46 des journalistes syndiqués à la Bourse du travail permet ainsi de saisir comment, à partir des positions qu’ils occupent dans d’autres espaces, ils sont capables de grandir47 la cause professionnelle qu’ils défendent. Compter ainsi parmi ses membres des hommes politiques connus, parfois même des élus48, donne des accès à la sphère politique que peu de groupes sociaux peuvent mobiliser. À titre de comparaison, la reconnaissance des groupes professionnels comme celui des médecins49, des avocats50 ou même des ingénieurs s’opère, sous la IIIe République, au moment où l’ouverture du champ politique leur permet d’accéder à des fonctions politiques. De plus, être professionnel du syndicalisme permet aux journalistes sociaux d’importer dans le travail de mobilisation autour de la cause journalistique des savoir-faire pratiques telles que la prise de parole, la négociation, l’organisation de réunions, la propagande ou la grève (qui pourra être évoquée dans les statuts même de l’organisation). L’engagement politique et la compétence requis permettent ainsi aux journalistes de la Bourse du travail de disposer de ressources dans la lutte pour la reconnaissance du journaliste professionnel, et ce malgré la position marginale qu’ils occupent dans l’espace politique. L’enjeu que représente l’adoption de ces statuts est ainsi porté au cœur de l’arène politique par les représentants de ces groupes professionnels. De la même manière, l’accès privilégié aux champs littéraire ou artistique51 permet de « jouer sa légitimité sur deux tableaux » : c’est-à-dire de s’appuyer sur sa position de journaliste pour affirmer sa place dans la littérature (en ayant simplement la possibilité de publier) et d’affirmer en retour sa légitimité journalistique par une position dans le champ littéraire52 ou artistique53. Plus simplement, détenir plusieurs positions c’est être en mesure d’importer dans une lutte donnée – celle pour la reconnaissance du caractère professionnel de l’activité journalistique – un certain nombre de savoir-faire qui, sans être directement « reconvertibles », peuvent être mobilisés dans certaines situations. L’insertion réussie des syndicalistes de la Bourse du travail dans l’espace journalistique peut se mesurer par la diversité des positions occupées à l’intérieur de cet espace. La diversité, appréciée ici au niveau collectif, permet d’une part des contacts directs avec les « confrères », et d’autre part de donner une image du groupe sur laquelle la critique ne peut s’appuyer. Plusieurs indicateurs rendent compte de cette « dispersion » des journalistes sociaux dans l’espace journalistique. Le premier est l’appartenance éditoriale54, le second est l’engagement dans d’autres associations de presse.

  • 55 Considéré comme un âge d’or de la presse, comme « l’apogée de la presse française », par les histo (...)
  • 56 On retrouve aujourd’hui ce type de catégorisation dans la manière dont se sont organisés, après la (...)

23L’hétérogénéité éditoriale des journalistes du SGJP leur offre ainsi d’une part une possibilité de nouer sur leur lieu de travail des contacts qui leur permettent d’être reconnus par leurs pairs, et d’autre part d’attester d’une diversité suffisante pour ne pas être stigmatisés. En effet, leur représentativité professionnelle peut être facilement mise en cause si tous ont appartenu ou appartiennent (au moment de leur adhésion au syndicat) à une publication ou à un seul type de publication (une publication militante et de gauche notamment). La place qu’occupent les premiers adhérents du Syndicat général des journalistes professionnels, au regard des principes de division à l’œuvre dans l’espace des publications de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, montre qu’ils sont présents dans tous les types de presse, tels que les catégorisent par exemple les historiens de la presse française. Plusieurs lignes de classement traversent en effet l’espace foisonnant55 des publications disponibles sur un marché donné. La « couleur » politique des journaux ainsi que la taille de leur lectorat potentiel (appréciée à partir du tirage annoncé des journaux) sont deux critères qui fondent une représentation commune de l’espace journalistique. S’y ajoutent d’autres catégories, souvent plus larges, fondées sur les thèmes ou les secteurs géographiques que chaque type de publication est censé aborder56, tels que par exemple la « presse généraliste » et la « presse spécialisée », la « presse nationale » et la « presse locale ». Au regard de ces catégories communes de division de l’espace journalistique, la situation de ceux qui font partie en 1908 du Syndicat général des journalistes professionnels est extrêmement diversifiée.

  • 57 Nous avons relevé dans les biographies des adhérents du SGJP près d’une centaine de titres. Certai (...)
  • 58 Nous n’avons pu retrouver la trace d’un quart des publications mentionnées dans les ouvrages génér (...)
  • 59 Sont généralement inclus dans cette catégorie quatre titres : Le Petit Journal, Le Petit Parisien,(...)

24D’un point de vue général, les soixante et onze adhérents du Syndicat général des journalistes professionnels en 1908 ont participé, participent ou participeront – en tenant compte des collaborations multiples – à près d’une centaine de publications57. Parmi elles, certaines recouvrent ce que les historiens de la presse appellent « des journaux fantômes58 », c’est-à-dire des journaux dont la durée de parution est éphémère et le tirage insignifiant. Mais ces publications sont loin d’être le seul vivier de recrutement du syndicat qui « mobilise » aussi des journalistes dans des titres qu’on a paradoxalement – eu égard à leur tirage – désignés comme « petits journaux » qui dominent à cette époque le marché en terme de vente59 : six adhérents du syndicat se présentent ainsi comme collaborateurs ou rédacteurs du Petit Parisien et six autres comme collaborateurs du Matin.

  • 60 Quelques signatures de membres du SJMS ont cependant été repérées dans les journaux. On ne fera ic (...)
  • 61 Sur cette organisation, on se reportera à Jean-Pierre Rioux, Nationalisme et conservatisme, la Lig (...)
  • 62 Pour une présentation de la presse socialiste et ouvrière à la fin du XIXe siècle, on se reportera (...)
  • 63 L’ouvrage de Robert Brécy (Le mouvement syndical en France. 1871-1921, Paris, Mouton, 1963) donne (...)
  • 64 L’émancipation paraît en 1880.
  • 65 Le Chambard Socialiste paraît de 1893-1895.
  • 66 Le Petit Sou paraîtra de 1900 à 1912 mais cessera d’être socialiste à partir de 1902.

25Bien qu’il soit extrêmement difficile de déterminer avec précision la place qu’occupent les journalistes du SGJP au sein de la rédaction ainsi que la forme et la qualité de cette collaboration, et ce du fait notamment de l’absence de signatures60 des articles (point sur lequel nous reviendrons dans le chapitre suivant), on trouve néanmoins parmi les membres du syndicat de simples rédacteurs mais aussi des directeurs fondateurs de titres. En tout état de cause, et quelles que soient l’activité et la position réelle des journalistes du SJMS dans leur propre publication, la mise en avant d’une diversité de titres permet, au niveau de la présentation que l’organisation fait d’elle-même, de revendiquer – et d’opposer à d’éventuels détracteurs – une certaine représentativité. De même, au niveau de l’échiquier politique, toutes les tendances sont représentées même si la presse dite « républicaine », de gauche et même socialiste reste largement majoritaire. La Gazette de France, journal légitimiste dirigé jusqu’à sa mort en 1910 par Gustave Janicot, fournit par exemple un adhérent au syndicat, tout comme le fit L’Intransigeant, issu du boulangisme, qui, à partir de 1906, suit la ligne de la Ligue de la patrie française61. Cette organisation politique fut par ailleurs soutenue par d’autres publications telles que L’Éclair ou L’Écho de Paris, titres qui fournissent eux aussi des membres au syndicat. Plus affirmés politiquement, et notamment dans le combat anticlérical, les rédacteurs des journaux dits de gauche ou même socialistes sont nombreux à faire partie, en 1908, du syndicat de la Bourse. C’est ainsi qu’il compte parmi ses premiers adhérents des collaborateurs de La Lanterne, du Rappel, du Mot d’Ordre, de L’Action, du Socialisme ou de la Petite République. De même, on note surtout l’importance de L’Humanité qui apporte au syndicat dix-sept adhérents (le président fondateur Pierre Tesche est lui-même rédacteur à L’Humanité). Par ailleurs on peut signaler que certains membres du syndicat ont appartenu à des titres de la presse socialiste, syndicaliste ou ouvrière même si ces derniers titres avaient, en 1908, disparus62. C’est ainsi que les biographies de certains membres du syndicat soulignent leur collaboration à des titres comme : Le Cri du peuple63 (2 adhérents), L’Émancipation64 (3 adhérents), Le Chambard socialiste65 (1 adhérent) ou Le Petit sou66 (3 adhérents). Les rédacteurs de journaux considérés comme « modérés » (ou « du centre ») – clivage qui renvoie d’ailleurs aux journaux considérés comme légitimes –, que sont à l’époque Le Figaro, Le Temps, ou Le Journal des débats font aussi, en 1908, partie du syndicat. Moins nombreux, mais néanmoins présents au syndicat, certains rédacteurs le sont au titre d’une presse spécialisée, par exemple au travers de titres comme L’Alimentation ouvrière, La Culture physique, ou Le Mouvement industriel (qui publie chaque semaine la liste des brevets et inventions nouvelles). En dehors de critères de taille, d’appartenance politique ou de spécialité, le critère géographique est lui aussi pertinent pour évaluer la diversité des adhérents du syndicat. La presse de province est ainsi présente avec une quinzaine de titres provenant de diverses régions françaises : la Picardie (Le Peuple Picard), le Centre (Le Populaire du Centre), la Corse (L’Écho de la Corse), etc. Tant d’un point de vue politique que géographique, les journalistes du mouvement social occupent donc des places diverses dans l’espace des publications. De même, la taille et l’importance des journaux ne semblent pas discriminantes pour adhérer au SGJP. On peut, à la lumière de ces différents indicateurs, considérer qu’ils sont intégrés à la communauté journalistique de 1908. Aucun élément ne permet de ce point de vue de les considérer comme marginaux. En outre, un indice supplémentaire permet de saisir leurs positions dans l’espace journalistique : celui de leur participation à d’autres associations de presse.

26L’appartenance à une association de journalistes indique que les journalistes du mouvement social se « sentent suffisamment » journalistes pour s’autoriser à adhérer à des associations de presse, et qu’ils sont acceptés comme tels par leurs collègues avec qui ils entretiennent des liens directs. De ce point de vue, les journalistes du mouvement social semblent, une fois de plus, insérés dans la profession journalistique. Près de la moitié d’entre eux (33/71) cumule en effet un engagement au SGJP et un engagement dans d’autres associations de presse (comme l’Association des journalistes parisiens, l’Association des journalistes parlementaires, l’Association des novellistes parisiens, l’Association des critiques littéraires ou l’Association des journalistes économiques et financiers ; voir tableau 2).

Tableau 2. – Adhésion des membres du SGJP à une autre association de presse en 1908.
Ce tableau a été réalisé en repérant, à partir de l’index de l’Annuaire de la presse française édition de 1908, les adhérents du Syndicat des journalistes professionnels qui étaient mentionnés comme adhérents d’autres associations de presse.

Tableau 2. – Adhésion des membres du SGJP à une autre association de presse en 1908.Ce tableau a été réalisé en repérant, à partir de l’index de l’Annuaire de la presse française édition de 1908, les adhérents du Syndicat des journalistes professionnels qui étaient mentionnés comme adhérents d’autres associations de presse.

27Si cette propension à l’engagement s’explique par des dispositions spécifiques et notamment un militantisme politique ou syndical, elle rend aussi compte du degré d’intégration à la profession journalistique et explique que les journalistes du mouvement social puissent participer aux luttes pour la définition du groupe professionnel. C’est ce qui explique notamment qu’ils s’engagent autour d’intérêts qui constitueront plus tard les lignes de force de la mobilisation journalistique.

La constitution d’intérêts généralistes

28Au même titre que d’autres associations de journalistes de l’époque, le Syndicat général des journalistes professionnels s’engage – par l’intermédiaire des acteurs qui l’animent – dans la lutte pour la reconnaissance du caractère « professionnel » de l’activité journalistique. Militants politiques et syndicaux, ils contribuent par là même à donner à cette profession un contenu et une définition privilégiant la dimension critique de l’activité journalistique. Plusieurs éléments peuvent en ce sens être analysés et rapportés aux stratégies de délimitation du groupe des professionnels.

  • 67 Ordre du jour de l’assemblée générale du SGJP, dossier archives cit.
  • 68 Ordre du jour de l’assemblée générale du SGJP, dossier archives cit.

29Le premier rapport d’activité du syndicat, ainsi que l’ordre du jour de l’assemblée générale du 17 novembre 1907 sont à ce titre révélateurs. Dans son alinéa 8, l’ordre du jour prévoit ainsi que soient prises des mesures « pour éviter l’intrusion dans les réunions des syndicats de personnalités louches et chargées de besognes spéciales67 ». De même, on s’interroge pour savoir si « un secrétaire de rédaction peut rester syndiqué » (9e point de l’ordre du jour)68. Mais c’est dans le rapport d’activité que se trouvent les attaques les plus virulentes contre ceux qui, selon l’organisation, ne peuvent prétendre à la qualité de journaliste professionnel et dont la figure emblématique est celle des « chevaliers de l’industrie » comme le montre cet extrait du compte rendu de l’assemblée générale de l’organisation en 1908 :

  • 69 Ibid., p. 21 (c’est nous qui soulignons).

« Jusqu’à la constitution de notre syndicat les relations avec les syndicats de la Bourse du travail avaient toujours été difficiles par suite d’articles peu scrupuleux dans le service de la presse d’individus n’ayant de journaliste que le nom. Prenant comme principe d’établir entre les vrais journalistes et les autres la ligne de démarcation nécessaire, afin qu’aucune confusion ne soit possible entre nous et les chevaliers de l’industrie qui opèrent en marge de la presse, nous avons fait une guerre acharnée à ces derniers. C’est ainsi que lors des dernières grèves nous avons pu évincer de la Bourse certains individus appointés non par des journaux mais par la préfecture de Police entre autres le sieur M. qui avait pu se faufiler parmi nous et dont vous ratifierez la radiation69. »

  • 70 C’est une pratique relativement courante que les associations dotent leurs membres d’une carte « a (...)

30Cette dénonciation classique à l’époque se double de la volonté d’instituer une frontière matérielle permettant une reconnaissance immédiate de ces « vrais » journalistes. Comme d’autres associations, le Syndicat général des journalistes professionnels entend doter ses membres d’une carte attestant de leur appartenance à l’organisation et donc à la profession journalistique. La carte de membre est, à l’instar des coupe-files et autres attestations70, un signe de la qualité de journaliste professionnel dont la reconnaissance par les « informateurs » – ici les membres des organisations syndicales – atteste, selon le porte-parole du syndicat, de la valeur :

  • 71 Annuaire SGJP 1908.

« Beaucoup de syndicats exigent des rédacteurs, avant de leur fournir des documents, la carte de notre organisation. Il nous appartiendra, pour voir notre action grandir à ce point de vue, d’adresser dans les plus brefs délais une circulaire à tous les syndicats leur demandant de réserver leur communication à nos seuls adhérents71. »

  • 72 Dans les approches fonctionnalistes les objets, tels que les cartes professionnelles, les codes de (...)

31Créer des limites matérielles, inventer des instruments permettant de manière objective de reconnaître les « véritables » professionnels constituent, dans le processus visant à la reconnaissance des groupes, une stratégie classique. La destinée fonctionnelle de ces objets – telle qu’elle a pu être mise en évidence à propos d’autres groupes professionnels ou non72 – est une composante essentielle de la production de l’identité, d’autant plus pertinente à souligner qu’elle est revendiquée par ses protagonistes.

  • 73 Voir entre autre le rapport de Jacques Vistel, Qu’est-ce qu’un journaliste ?, Rapport de mission a (...)
  • 74 Il serait intéressant ici d’opérer un rapprochement entre le syndicalisme médical et le syndicalis (...)
  • 75 La plupart des associations de journalistes et notamment celles qui forment le Comité général des (...)
  • 76 Les statuts de 1922 et ceux de 1932 « proposeront », avant même que soit adoptée la définition lég (...)
  • 77 Max Rolland, Annuaire AJIS 1976.
  • 78 Lettre du préfet au Syndicat général des journalistes professionnels, datée du 14 août 1906, dossi (...)
  • 79 Max Rolland, Annuaire AJIS 1976.
  • 80 Lettre du 14 août 1906, dossier archives cit.
  • 81 Pierre Tesche résume ainsi la fin de l’affaire qui a opposé son organisation aux autorités préfect (...)
  • 82 Alain Garrigou, « Vivre de la politique », art. cit.
  • 83 Voir notamment Guy de Maupassant, Bel Ami, Paris, Gallimard, 1979.
  • 84 C’est ainsi qu’ils se désignent (avec une majuscule).
  • 85 Les adhérents du syndicat de la Bourse n’ont pas vis-à-vis des relations qui les lient aux entrepr (...)
  • 86 Compte rendu de l’assemblée générale de 1907, op. cit., p. 22.
  • 87 Le repos hebdomadaire n’est accordé aux journalistes qu’en 1924.

32Jouer sur le contenu de la définition légitime du groupe implique ensuite, pour les acteurs engagés dans cette lutte, des investissements plus importants du fait même de l’espace de concurrence ainsi créé. Si certains éléments de définition du journaliste professionnel sont, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, relativement constitués autour de la notion d’indépendance, mais cette notion reste suffisamment floue pour que des journalistes, à partir de leur spécificité, en précisent les contours. Il faut ici exclure l’idée qu’un groupe puisse avoir une fois pour toute un contour établi. La définition du journaliste professionnel est aujourd’hui encore objet de débats73. Ainsi, un retour à la question « discutée » du statut salarié74 des journalistes, et la manière dont le Syndicat général des journalistes professionnels s’en est « emparé », est en ce sens nécessaire. Ne faisant l’objet aujourd’hui d’aucune remise en cause, elle est au début du siècle largement débattue. La position défendue par le Syndicat général des journalistes professionnels est dans ce débat particulièrement révélatrice de l’état de la question en 1905. Au premier rang des revendications du syndicat, la question du salariat des journalistes est d’abord présentée comme la raison d’être de ceux qui se désignent avant tout comme « Rédacteurs » par opposition à ceux qu’ils nomment « Directeurs » (et ce même si des fondateurs/directeurs de journaux ont participé, comme Émile Pouget, fondateur rédacteur du Père Peinard, à la mise en place du syndicat). « Les intérêts des uns et des autres étant absolument contraires », écrit Pierre Tesche dans le premier rapport à l’assemblée générale du 17 novembre 1907, il faut dénoncer toutes les associations (« nos devancières75 ») dans lesquelles « on peut voir se coudoyer Directeurs et Rédacteurs ». Les statuts élaborés lors de la réunion préparatoire du 24 janvier 1905, mentionnent dans les conditions d’adhésion la rétribution comme élément nécessaire à l’appartenance au syndicat76 (ce sont « les travailleurs qui exercent la profession de journalistes professionnels rétribués » qui sont ainsi évoqués dans l’article 5 des statuts). Il est de même mentionné (art. 29) la possibilité de recourir à la grève « lorsqu’un différend surviendra entre patrons et ouvriers ». Évoquer l’usage d’un tel répertoire d’action, à l’époque plutôt réservé aux travailleurs, inscrit dès lors le syndicat et ses membres du côté du « salariat ». Si la condition salariée semble aller de soi pour ceux qui ont rédigé et adopté ces textes, la demande d’inscription officielle à la préfecture de Police sera l’occasion de lancer un débat sur cette question centrale du statut des journalistes. Ce débat se cristallise notamment autour de la question des textes devant régir le fonctionnement de l’organisation. Entendant « bénéficier de la loi du 21 mars 1884 autorisant la création des syndicats » comme l’écrit Max Rolland77, les journalistes réunis à la Bourse du travail se voient opposer par les autorités préfectorales une fin de non recevoir. Les arguments préfectoraux, « solidement » appuyés sur « des décisions récentes de la Cour de Cassation », visent à exclure les journalistes de « ceux qui appartiennent soit comme ouvriers ou salariés à l’industrie au commerce ou l’agriculture78 ». Ils assignent ainsi au journaliste professionnel la qualité de « profession libérale79 ». Ce n’est qu’après avoir obtenu l’admission officielle à la Bourse du travail et avoir « pris l’engagement de se conformer aux décrets et règlements qui régissent80 » cette institution que le syndicat est toléré comme syndicat professionnel sans explicitement pouvoir bénéficier du texte de 188481. Cet attachement à la forme syndicale affirme du même coup un attachement au statut de salariés, par ailleurs sans cesse réaffiché dans les actions que mène le syndicat dans les premières années de son fonctionnement. Tout se passe comme si la reconnaissance du statut de salarié permet aux journalistes, et pas seulement à ceux du mouvement social, d’assurer l’autonomie du groupe. « Vivre du journalisme », comme dans le cas du vote de l’indemnité parlementaire82, soustrait ceux qui exercent cette activité des pressions éventuelles (la corruption si bien décrite dans les représentations romanesques du journaliste de la fin du XIXe siècle83) et donne de fait une légitimité au groupe et à ses prises de positions. La condition salariée, tant défendue par les journalistes du mouvement social, renvoie bien sûr à leurs positions antérieures ou conjointes dans d’autres espaces. Engagés dans des organisations syndicales et/ou politiques, ayant exercé avant leur activité journalistique d’autres activités salariées, ils sont ainsi sensibilisés à la question du statut et de la définition des rapports qu’ils se doivent d’entretenir avec leur entreprise et leur « patron ». Faisant fi des décisions réglant son existence légale, le syndicat n’engage que des actions en faveur des « Rédacteurs84 » (et non des « Directeurs »), ce qui objective dans les faits une distinction qui à l’époque n’allait pas de soi85 au sein des associations de presse. Lors d’une affaire opposant, en juillet 1905, le syndicat au directeur politique de L’Humanité Jean Jaurès sur la question de l’indemnité de trois mois pour congédiement est ainsi conclue au bénéfice des journalistes révoqués. L’accord signé en août 1905 entre Jaurès et 18 rédacteurs entérine autant la satisfaction immédiate d’une revendication ponctuelle que la reconnaissance d’une catégorie spécifique de journalistes, celle d’employés d’une entreprise de presse. C’est de la même manière, en jouant sur l’opposition entre « Directeur » et « Rédacteur » que Raymond Figeac86, au nom du Syndicat général des journalistes professionnels entend réclamer un minimum de salaire et de repos hebdomadaire, bien que la loi du 13 juillet 1906 en refuse le bénéfice aux journalistes87. Ces deux dernières questions sont au centre des mécanismes visant à faire du journalisme une profession salariée à part entière et seront notamment investies par le SNJ après la Première Guerre mondiale. L’action du Syndicat général des journalistes professionnels peut donc s’analyser comme l’une des premières – et non l’unique – formalisation d’enjeux qui sont, tout au long du processus de professionnalisation journalistique, redéfinis et disputés.

  • 88 On verra dans le chapitre suivant que les principes professionnels sur lesquels s’engagent (et se (...)

33La genèse du groupe des journalistes sociaux et l’invention de la profession journalistique sont donc historiquement liées. La spécificité des journalistes sociaux leur a permis d’être insérés, et de s’insérer, dans les processus de professionnalisation et d’autonomisation de l’espace journalistique tels qu’ils « s’organisent » et se mettent en forme au début du siècle. La spécialisation sur le social – et les effets qu’elle induit – rend possible et autorise des agents pourtant dotés de propriétés spécifiques à participer aux luttes pour la définition de l’excellence journalistique88. Ces conditions particulières de la genèse d’une spécialité journalistique sont d’autant plus intéressantes qu’elles constituent le cadre spécifique dans lequel s’insèrent la pérennisation et la reconnaissance historique du groupe des journalistes sociaux.

La consolidation d’une entreprise de reconnaissance

  • 89 Yves Dezalay souligne, dans son étude sur la différenciation du champ des professionnels du droit (...)
  • 90 Michel Offerlé (Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien, 1994, p. 47) rappelle ains (...)
  • 91 Isabelle Baszanger, « Émergence d’un groupe professionnel et travail de légitimation », Revue fran (...)
  • 92 Voir sur ce point Michel Offerlé (Sociologie des groupes d’intérêt, op. cit., p. 71). « La constru (...)
  • 93 Cette expression, inventée par Patrick Champagne dans son article sur la mise en forme journalisti (...)

34La genèse du groupe des journalistes sociaux est marquée par deux éléments : le premier est la proximité avec le monde ouvrier, le second est la participation « effective » au processus de professionnalisation. Si le groupe des journalistes sociaux s’invente autour de ces deux pôles spécifiques de mobilisation, sa pérennisation n’est pas, comme celle de l’ensemble des groupes sociaux ou professionnels, « acquise89 ». La reconnaissance d’un groupe, mais aussi la délimitation des formes de son existence procède en effet d’une « alchimie » dont le résultat est souvent incertain90 : si le social existe aujourd’hui dans l’espace journalistique, c’est parce qu’il est « porté » par des agents intéressés à son existence et que, dans le même temps, ces agents sont connus et reconnus comme tels. Par ailleurs le processus de construction d’une spécialité professionnelle est rendu plus complexe du fait qu’il s’opère dans un cadre particulier, celui de l’autonomisation d’un groupe plus large, ici celui des journalistes professionnels. À l’instar des médecins spécialistes de la douleur qu’étudie Isabelle Baszanger91, la légitimation des journalistes spécialistes de l’information sociale procède ainsi d’un double travail de légitimation permettant d’exister d’abord et avant tout comme journaliste pour exister ensuite de manière spécifique comme journaliste social. « Réussie » au moment de son émergence, cette mobilisation sur deux fronts doit être sans cesse réactivée pour inscrire durablement le groupe et ses spécificités dans la réalité sociale et journalistique. « Les origines » si souvent mobilisées par les entrepreneurs de groupes sociaux ou professionnels92 prennent alors deux dimensions : elles sont mises en scène par ceux qui sont au premier chef intéressés par l’existence du social et aussi par ceux qui, à l’extérieur ou à la marge du groupe, contribuent en les soulignant à leur institutionnalisation. Analyser ainsi comment on écrit l’histoire du groupe permet de comprendre comment celui-ci acquiert, dans les représentations des acteurs, un degré de réalité et quelles sont au-delà de son existence les formes que prend cette réalité. Avant d’être l’objet d’investissements « pratiques », la reconnaissance et la légitimité des journalistes sociaux est d’abord une construction de papier93.

Reconnaissance et légitimité professionnelle des journalistes sociaux : une « construction de papier »

  • 94 Certains membres du Syndicat des journalistes du mouvement social et de l’AJIS se sont faits et on (...)

35La production intellectuelle d’un groupe – c’est-à-dire la manière dont il se construit au travers des productions intellectuelles (écrits journalistiques et scientifiques notamment) – est d’autant plus intéressante qu’elle constitue pour le chercheur l’un des premiers moyens d’appréhender l’existence de son objet. Dans ce cadre ainsi défini, ce n’est pas tant la profusion de tels matériaux qui étonne, mais le fait que se dégage à travers eux un relatif consensus : les journalistes sociaux sont considérés comme des acteurs à part entière du processus de professionnalisation. Ceci est d’abord le produit – et on peut le comprendre – du travail de ceux qui sont les plus intéressés à l’existence de cette catégorie particulière de journalistes : les membres de l’organisation ayant la charge de les représenter. Journalistes et donc familiers du travail d’écriture, certains représentants du Syndicat des journalistes du mouvement social ont mis en forme une histoire du groupe dans laquelle l’information sociale représentée par une association créée en 1967 (l’Association des journalistes de l’information sociale qui sera étudiée ultérieurement) succède au mouvement social incarné dans un syndicat. Cette représentation particulière de l’histoire du groupe est produite par ceux qui se sont faits les historiens officiels94 du Syndicat des journalistes du mouvement social. Ils ont cherché à créer, en plus des liens entre les deux organisations (le SGPJ et l’AJIS), une filiation entre ces associations et l’acteur consacré du processus de professionnalisation qui est le Syndicat des journalistes créé en 1918. L’histoire retient en effet, comme l’écrit Max Rolland, premier président de l’AJIS, le caractère « pionnier » du syndicat de la Bourse dans l’organisation de la profession journalistique :

  • 95 Max Rolland, « Le syndicat des journalistes du mouvement social (1905-1975) précurseur de l’Associ (...)

« Le 10 mars 1905, les statuts du syndicat général des journalistes professionnels étaient adoptés par les vingt-deux adhérents de cette organisation [i. e. le syndicat général des journalistes professionnels], réunis à l’initiative de Pierre Tesche, “rédacteur social” à L’Humanité. […] La première réunion avait eu lieu le 24 janvier 1905 à la Bourse du travail et regroupait des journalistes qui entendaient bénéficier de la loi du 21 mars 1884 autorisant la création des syndicats95. »

  • 96 La continuité entre les différentes organisations (Syndicat général des journalistes professionnel (...)
  • 97 Le choix de cette date place d’emblée le Syndicat des journalistes du mouvement social dans la lig (...)
  • 98 La revue syndicaliste de juin 1954 (l’article n’est pas signé) rapporte elle aussi la réunion du c (...)

36L’histoire du Syndicat général des journalistes professionnels est donc au centre du processus visant à légitimer par l’histoire la place occupée par l’AJIS dans l’espace journalistique. Mais cette réappropriation, cet usage de la première organisation « professionnelle » de journalistes, est aussi en quelque sorte « médiatisée ». C’est par l’intermédiaire du Syndicat des journalistes du mouvement social – lui-même « héritier » du SGJP – que s’opère cette appropriation. Tout se passe alors comme si la durée de vie et le continuum construits entre les différentes organisations fonctionnaient comme autant de preuves de l’existence et de la place centrale des instances de représentation du social dans le processus de professionnalisation journalistique et confirmaient par là même la légitimité de ceux qui les animent et leur rôle dans la reconnaissance de la profession. Labellisés, officiellement héritiers du Syndicat général des journalistes professionnels96, le Syndicat des journalistes du mouvement social et l’AJIS revendiquent dès lors une place spécifique – et active – dans l’histoire de la profession journalistique. C’est cet aspect particulier de leur travail de représentation qui est le plus souvent mis en avant, même si effectivement ils n’ont a priori pas participé par exemple aux débats autour de la loi de 1935. L’important n’est donc pas ici l’effectivité de la participation aux conquêtes du journalisme professionnel, mais les représentations internes et externes du groupe des journalistes sociaux comme artisans de la cause professionnelle. Ainsi, à l’occasion du « jubilé du syndicat » des journalistes du mouvement social, son président de l’époque, Gaston De Jongh, souligne, dans une lettre publiée dans Le Journaliste, l’ensemble des actions qui font de son organisation un des acteurs privilégiés de la lutte professionnelle. En plus de choisir 195497 comme date de commémoration du cinquantenaire, Gaston de Jongh rappelle dans cet article non pas ce qui fait la spécificité par ailleurs proclamée du Syndicat des journalistes du mouvement social, mais l’ensemble de ses contributions à une « action syndicale » prise dans sa généralité98. La création d’une caisse de solidarité, la rétribution des « rubriquards », la place du syndicat en province, les négociations du contrat collectif, le vote de la loi de 1935, etc., sont les principaux éléments retenus dans cet article qui ne cesse de souligner et de « confondre » l’action du SNJ (d’abord présenté comme un concurrent) et celle du SJMS. Est par ailleurs mentionné le fait que « les excellents rapports » entre le SJMS et le SNJ « n’ont pas été sans influence sur [ses] destinées (i. e. celle du SNJ) ». Il est ainsi fait mention des moindres contacts avec les dirigeants du Syndicat national :

  • 99 Ibid.

« Le 24 juillet 1924, au déjeuner organisé par le syndicat des journalistes du mouvement social, présidé par Justin Godart, ministre du Travail, Léon Osmin, secrétaire du syndicat et Georges Bourdon se félicitent des rapports très étroits qui unissent les deux organisations99. »

37De la même façon, le Syndicat des journalistes du mouvement social est présenté comme l’instigateur de l’unité syndicale en 1936 et l’artisan de la fusion entre l’association syndicale des journalistes professionnels (CGT) et le SNJ :

  • 100 Gaston de Jongh, Le Journaliste, art. cit.

« Septembre-octobre 1936 : sur l’initiative d’Adrien Briollet, d’Eugène Morel et de Paul Bochin, le syndicat des journalistes du mouvement social s’attache à provoquer un rapprochement entre l’association syndicale des journalistes professionnels et le SNJ […] 11 avril 1937 une assemblée générale commune décide l’association des journalistes professionnels avec le SNJ100. »

  • 101 Annie Collovald, « Identités stratégiques », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 73, ju (...)
  • 102 Ibid.

38Lier ainsi sa propre histoire à celle du SNJ et ce faisant mettre en avant sa contribution à la reconnaissance de la profession journalistique n’est pas le seul fait des dirigeants du SJMS. La place des journalistes sociaux est aussi consacrée par son concurrent direct, le SNJ, et dans une moindre mesure dans les histoires de la presse. La filiation de l’AJIS avec le Syndicat général des journalistes professionnels est aussi reconnue par l’ensemble de ceux pour qui la réappropriation de l’histoire du groupe constitue à un titre ou à un autre un enjeu particulier. C’est ainsi notamment que l’on peut comprendre la concurrence, certes euphémisée, entre le SNJ et le SJMS dans la revendication d’un héritage commun. La construction d’une identité, celle de représentant légitime d’un groupe professionnel, n’est pas seulement produite par la présentation que l’organisation fait d’elle-même. Elle l’est aussi dans d’autres lieux et notamment par les divers soutiens positifs (ou même négatifs), le crédit (ou même le discrédit) qui lui sont accordés. Comme les biographies individuelles étudiées par Annie Collovald101, l’Histoire d’une organisation peut s’analyser comme le produit « des relations entre des instances » ici hagiographiques et « l’enjeu […] que constitue la présentation de soi » pour des associations dont le passé est « une des armes de la lutte dans laquelle » elles « sont engagées102 ». On peut souligner ici, en transposant les propos d’Annie Collovald, la fécondité d’une analyse qui opère un rapprochement entre biographies « individuelles » et cette forme de biographie d’organisation que constituent les histoires d’organisations. Le SJMS dispose, dans cette lutte pour l’appropriation de la primauté de la représentation des journalistes en général, d’avantages tenant principalement à la reconnaissance officielle de l’organisation (inscription au registre de la préfecture de Paris). Mais cet héritage n’est pas simplement reconnu administrativement. En revendiquant lui aussi sa part de l’héritage du syndicat de la Bourse, le SNJ consacre son rôle d’organisation pionnière sur le terrain des luttes professionnelles. Le Syndicat général des journalistes professionnels est ainsi mentionné dans l’histoire du SNJ telle qu’elle est produite par ses dirigeants actuels :

  • 103 François Boissarie et Jean-Pierre Garnier, Le livret du journaliste, Paris, SNJ, 1994.

« Le 9 janvier 1918, en pleine guerre, une quinzaine de journalistes, dont quelques écrivains se réunissent à Paris. Certains sont issus de l’Association des journalistes du mouvement social, qui a engendré l’AJIS aujourd’hui. But de leur assemblée préparatoire : mieux structurer la profession et par là, lui obtenir un véritable statut103. »

39En intégrant à sa propre « préhistoire » le Syndicat général des journalistes professionnels, le SNJ se place dans une logique de concurrence, tout en contribuant à lui reconnaître une place qu’il est le premier à revendiquer. En faisant du SJMS un concurrent/ami, le SNJ participe de sa reconnaissance et de sa légitimation. L’usage que fera en 1954 le dirigeant du SJMS de la propre histoire de son groupement « vue du SNJ » prend ainsi une nouvelle dimension. Le caractère pionnier de son organisation peut d’autant plus être proclamé qu’il est l’objet d’une reconnaissance de celui qui lui dispute l’héritage.

  • 104 René Mouriaux, Les syndicats dans la société française, Paris, Presse de la Fondation nationale de (...)

40Cette consécration s’affirme, au-delà du SNJ, dans certaines recherches universitaires. Pour de nombreux historiens spécialisés dans la presse, le SNJ garde un rôle de « père fondateur » d’une représentation généraliste de la profession. D’autres, plus rares, portent sur ce débat sur les origines un autre regard. Parmi les trop peu nombreux travaux sur le syndicalisme journalistique, ceux de René Mouriaux sont à ce titre intéressants, puisqu’ils font du Syndicat général des journalistes professionnels créé en 1905 « la première organisation de professionnels104 ». René Mouriaux et Claire Besnard décrivent ainsi l’initiative de Pierre Tesche (« principal initiateur du syndicat ») et de ses amis, qu’ils situent par la même occasion clairement dans l’espace politique :

  • 105 Claire Besnard et René Mouriaux, « Presse et syndicalisme », Mots, n° 14, 1987, p. 8.

« Dans le contexte d’unification du Parti socialiste et du manifeste des instituteurs syndicalistes, des rédacteurs des journaux de gauche constituent en 1905 un syndicat général des journalistes professionnels. Malgré la qualité de ces pionniers l’impulsion décisive viendra d’une démarche franchement corporative. Six mois avant l’armistice de 1918 naît le syndicat des journalistes105. »

41Reconnus par leur concurrent (le SNJ), par l’État et dans une moindre mesure par l’histoire universitaire comme des entrepreneurs de la cause journalistique, les membres du Syndicat général des journalistes professionnels peuvent donc mettre en avant, comme autant de preuves de leur légitimité à représenter le groupe, ces éléments constitutifs de leur identité symboliquement et intellectuellement construite. Cependant, existant sur le papier, la place des journalistes sociaux dans l’espace journalistique ainsi que leur reconnaissance en tant que journaliste professionnel doivent aussi être « conquises » en pratique. En suivant l’évolution des représentants du Syndicat des journalistes du mouvement social, tant au niveau de leur recrutement qu’au niveau des actes de représentation du groupe qu’ils mettent en œuvre, on peut saisir l’effectivité de la participation des journalistes sociaux aux luttes pour l’unification et la définition du groupe professionnel.

Le social incarné : une compétence journalistique conquise

42Comment faire du social – et des propriétés qui s’y rattachent – un principe de légitimité – ou même d’excellence – à l’intérieur de l’espace journalistique ? En travaillant sur les stratégies mises en œuvre par ceux qui se revendiquent du social pour affirmer leur appartenance à l’espace journalistique, il est possible d’apprécier les éléments sur lesquels les journalistes sociaux fondent leur légitimité journalistique. De plus, au regard de ces éléments, on saisit comme en négatif certaines des évolutions propres à l’espace journalistique. La manière dont les journalistes de la Bourse se présentent et sont présentés, agissent et sont agis dans l’espace journalistique, permet en effet de dégager, au travers de la mise en place d’une définition du journalisme social, quels sont les grands principes constitutifs de l’identité du journaliste professionnel. Pour affirmer son appartenance au groupe, les journalistes sociaux mobilisent en effet des ressources qui font sens à un moment dans la définition du rôle et de pratiques journalistiques. Les stratégies des journalistes de la Bourse à différents moments de leur existence collective peuvent alors s’analyser comme un travail de mise en conformité et d’ajustement avec les représentations dominantes de cette activité professionnelle.

  • 106 Évoqué dans le rapport de l’assemblée générale de 1908, ce monopole sur les informations sociales (...)
  • 107 Article 4, alinéa 4, des statuts de 1922, dossier archives cit. Cet article sera maintenu lors des (...)

43On ne peut ainsi comprendre la manière dont les journalistes du mouvement social affirment leur appartenance au groupe des journalistes professionnels sans rendre compte du travail de mise en forme et de construction d’un savoir-faire spécifique, opéré tant au niveau de l’organisation qu’au niveau des journalistes qui en sont membres. Le professionnalisme se définit au travers des investissements autour du social, et il s’agit alors de faire des principes fondant une compétence à parler du social un principe plus global de légitimité journalistique. En se transformant en syndicat des journalistes professionnels du mouvement social, l’organisation de la Bourse du travail resserre explicitement son activité autour de la valorisation d’un savoir-faire spécifique. L’association se présente ainsi officiellement dans ses statuts comme permettant de faciliter le travail des journalistes et notamment les rapports avec leurs informateurs. Si certaines démarches visant à obtenir le monopole sur les informations produites par la Bourse du travail avaient déjà été entreprises dès la fondation du syndicat106, les premiers documents formalisant le rapport spécifique que les adhérents du syndicat doivent entretenir vis-à-vis de leurs sources d’information n’apparaissent qu’à l’occasion de l’assemblée générale de 1922. C’est en devenant « des professionnels du journalisme spécialisé dans le mouvement social » que le syndicat n° 2056 se donne pour nouveaux buts « d’organiser le service des informations de telle sorte que la tâche de chacun soit facilitée et tous les adhérents puissent apporter à leurs journaux respectifs la collaboration qu’ils leur doivent107 ».

  • 108 Le journaliste « reporter », qui tient sa grandeur de sa connaissance du terrain, est une figure i (...)

44Produit d’une rationalisation de l’activité journalistique, cette évolution peut être rapportée aux changements majeurs et notamment organisationnels qui touchent à cette époque le champ de la presse de plus en plus investi depuis la fin du XIXe siècle et tout au long du XXe par le droit, la technique ou l’économie. La proximité notamment géographique au mouvement ouvrier devient alors un gage de compétence proprement journalistique. Les porte-parole du syndicat justifient ainsi l’existence du syndicat sur un principe d’efficacité propre à l’espace journalistique, celui de la collecte d’informations108. Rappelant les débuts difficiles du syndicat, faute d’adhérents, Charles Dulot explique ainsi son « démarrage » :

  • 109 Charles Dulot, Annuaire SGJP 1908, p. 29.

« C’est alors que se produisit à l’occasion du 1er mai 1906 ce grand mouvement ouvrier (en faveur des réductions des heures de travail) qui obligea tous les journaux, sans distinction d’opinion, à envoyer des collaborateurs à la Bourse. Ces journalistes qui, dans plusieurs circonstances se trouvèrent en butte à l’hostilité des travailleurs à cause des commentaires publiés par certains journaux sur l’attitude des grévistes, éprouvèrent la nécessité d’une entente. Tout naturellement ils se groupèrent autour du secrétaire du syndicat des journalistes professionnels. Celui-ci leur conseilla de se syndiquer et ils lui donnèrent effectivement leur adhésion sans hésitation. Avaient-ils lu les statuts ? Ils avaient eu avant tout, le désir de se rapprocher des organisations de la Bourse du travail, et de faciliter leurs rapports avec les militants109. »

45Cette volonté d’inscrire l’action du syndicat de la Bourse dans la fonction précise de « collecteur » d’informations devient d’ailleurs, dans les dernières années de son existence, sa principale raison d’être. Comme le rapporte Armand Cappocci, la dernière « bagarre du syndicat » fut de lutter contre les agences et de maintenir ce qu’il appelait « le Paris sur Paris », c’est-à-dire le monopole du recueil et de la diffusion directe pour chaque titre parisien (et donc nationaux) des informations provenant de la Bourse du travail :

« Ça était le problème, celui de la concurrence des agences de presse […] alors […] nous estimions qu’il y avait une menace sur nos emplois, si l’AFP c’était la principale, mais il y avait aussi l’agence européenne de presse […] il y avait là […] une agence qui était plus limitée, comment elle s’appelait déjà ? […] il y avait je me rappelle plus le sigle de cette agence qui servait essentiellement les journaux communistes […] ensuite s’est créée l’ACP mais ça c’est plus tard […] en tout cas l’AFP restait quand même le gros morceau et alors on se plaignait si les communiqués syndicaux sont envoyés aux journaux rapidement nous qui sommes chargés de les suivre, de les digérer et tout ça on va se trouver court-circuité au journal. »

  • 110 Ce type de relation est encore très prégnant chez les journalistes sociaux aujourd’hui (voir sur c (...)

46Inscrite dans les statuts, revendiquée par ses membres dans les premières années de fonctionnement de l’organisation, la rationalisation de l’activité journalistique passe par la valorisation des liens de nature « domestique » que les journalistes de la Bourse entretiennent avec les membres des organisations syndicales110. Ce discours qui s’amorce au début du siècle ne cesse d’ailleurs d’être décliné tout au long de l’histoire du syndicat de la Bourse. Ainsi, Max Rolland décrit les avantages du syndicat et de sa localisation à la Bourse du travail :

  • 111 Entretien Max Rolland (avril 1991).

« À ce niveau-là cela présentait un autre avantage, c’est qu’il n’y avait pas d’ostracisme à l’égard des journalistes parce que nous entrions dans le bureau, on laissait le pardessus et le veston et on se baladait en bras de chemise dans les couloirs de la Bourse. Ce qui fait que nous avions l’air d’être de la maison et qu’on engageait la conversation avec nous111. »

47Longtemps d’ailleurs les journalistes pourront faire de cette proximité un gage de leur compétence. C’est sur sa connaissance du milieu syndical qu’Armand Cappocci par exemple règle la question de ses rapports « conflictuels et de domination » avec le service des informations générales du Populaire qui avait la charge de couvrir les manifestations de rue :

  • 112 Entretien Armand Cappocci (juillet 1993).

« Une manifestation ouvrière alors c’est là où les discussions se posaient. C’est bien gentil, c’est vous qui suivez les manifs mais qui est ce qui connaît les dirigeants syndicaux c’est nous, c’est pas vous […] ah oui alors première cote mal taillée […] on acceptait qu’on soit dans la rue pour identifier untel untel untel mais pour faire l’article c’était eux, les reporters d’informations générales et quand il y avait des photos, le photographe venait nous voir et bon alors c’est qui celui-là, bon celui-là c’est untel112. »

48De la même manière, la proximité avec les organisations ouvrières pouvait être mise en avant dans des logiques proprement journalistiques tel que le scoop. Combien de journalistes sociaux n’évoquent-ils pas le coup de téléphone d’un « copain » syndiqué, ou une aide directe lui permettant soit de réaliser « un coup », soit d’économiser son temps (voir encadré).

De l’usage d’une proximité…
Journaliste n° 1 (France-Soir) :
« L’un des chefs des informations générales me tombe sur le poil : “alors qu’est ce que c’est que ça vous avez des informations, vous n’avez prévenu personne ! […] – écoutez j’ai été prévenu le soir tard par un copain, j’ai appelé la photo qu’est ce que vous voulez que je vous dise de plus ou de moins j’ai fait mon boulot”. »
Journaliste n° 2 (Le Parisien) :
« Alors sur autre chose, la guerre d’Algérie, j’avais des contacts avec les syndicats, les syndicats algériens jouent un rôle dans la rébellion puisque ça s’appelait comme ça à l’époque et il [le chef des informations générales] me demande t’as des trucs. Oui et pour cause je peux vous en parler j’ai été mêlé à Messali Hadj et à quelques autres mais j’étais pas le seul. »
Journaliste n° 3 (L’Humanité) :
Extrait n° 1 : « Avec les mineurs de fer c’était plus simple pour moi […] nous on rentrait dans les usines […] je rentrais dans les usines, il y avait toujours un délégué qui disait à son ingénieur : “j’ai un cousin puisque je suis du Midi […] j’ai un cousin qui arrive de Nîmes là […] il aurait bien aimé visiter un peu alors est-ce que je peux visiter alors bien sûr […] et je visitais les usines, je visitais les équipes quelquefois ça tournait à la enfin à la plaisanterie enfin il y avait un directeur charmant un vieux monsieur […] directeur administratif, à Longwy, je crois que c’est à Longwy […] et il nous accompagnait donc mon ami et moi et […] dans chaque atelier ou j’allais, j’arrivais dans chaque secteur de l’usine […] une usine sidérurgique c’est une usine qui fait 800 mètres de long […] parce qu’il y a tous les stades de la préparation du minerai jusqu’aux rails […] et alors à cette époque chaque secteur de l’usine il y avait une cellule du PC […] et alors au bout de 4 ou 5 pauses qu’on faisait avec mon ami et le directeur […] discret d’ailleurs […] il me disait il y a une chose tout de même très très bizarre […] c’est que chaque fois que nous arrivons dans un coin, vous qui êtes le cousin de Monsieur là […] il y a plusieurs personnes qui s’approchent de vous qui viennent vous serrer la main et j’en ai même vu qui levaient le poing… (rires). »
Extrait 2 : « […] quand la CGT se disait ah il faudrait qu’on fasse un grand coup qu’on […] que ça fasse du pétard, on combinait ça avec l’Huma […] alors on me téléphonait et je voyais Frachon ou un autre et voilà il faut que tu nous prépares, alors voilà ce qu’on voudrait faire est ce que tu es d’accord pour […] et alors là je voyais mon patron […] et puis paf ça permettait le lendemain de faire éclater quelque chose […] qui venait de la CGT […] alors c’était bien normal que la CGT donne un scoop à l’Huma plutôt qu’au Figaro. »

49Si les journalistes du mouvement social ont pu fonder leur compétence journalistique sur les rapports spécifiques qu’ils entretenaient à leurs sources d’information, ils ont aussi, par la mise en avant de leur proximité au mouvement ouvrier, rattaché le journalisme social à une dimension essentielle de la fonction journalistique : une dimension critique non seulement à l’égard du politique mais aussi à l’égard de la presse telle qu’elle était organisée. Ils ont ainsi traduit un militantisme politique en militantisme professionnel et à partir de là justifié leur appartenance au groupe. En analysant la manière dont la représentation du groupe des journalistes sociaux se transforme des origines à la dissolution de l’organisation en 1975, on saisit certaines logiques présidant à la transformation de l’espace journalistique dans son ensemble. Pour ce faire, il ne suffit pas de rendre compte des propriétés objectives des agents, mais de la présentation de ces propriétés dans diverses instances de consécration. La méthode de recueil des données biographiques prend ici tout son sens. L’origine des sources biographiques – dictionnaires, nécrologies, bulletins d’association, mais aussi ouvrages généraux sur la presse – permet en effet de déterminer les éléments qui, à un moment donné, sont constitutifs de l’identité des journalistes sociaux autour de deux pôles principaux : celui de la légitimité ouvrière dévaluée et celui de la valorisation d’un engagement journalistique.

  • 113 Bernard Pudal, note de lecture, « Maitron (Jean) dir., Dictionnaire biographique du mouvement ouvr (...)
  • 114 Ibid., p. 171.
  • 115 La prosopographie consiste à recueillir une liste d’informations sur un corpus préalablement défin (...)
  • 116 Voir biographie infra.

50L’une des sources les plus importantes pour cerner la position des adhérents du SGJP « de la première heure » (1905-1908) était le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier. Un dépouillement systématique de ce dictionnaire a été effectué à partir de la liste des adhérents de 1908. Une démarche similaire a été entreprise pour les membres du conseil d’administration à différentes périodes (1905, 1907, 1908, 1913-1918, 1922, 1932, 1933, 1935, 1936, 1938, 1946, 1947, 1955, 1962, 1969). Bernard Pudal souligne que les biographies du Maitron113 ne sont pas des productions neutres et que l’entreprise elle-même ne constitue pas un simple enregistrement objectif du réel, mais joue à l’inverse un rôle de « consécration et de reconnaissance d’une identité sociale114 » spécifique. Si l’on convient avec lui des limites inhérentes à cette démarche prosopographique (liées au projet et aux conditions de réalisation de l’ouvrage115), le fait pour certains dirigeants du SJMS d’être mentionnés dans le dictionnaire peut s’analyser comme un indice de la place qu’ils occupent dans « un mouvement ouvrier » légitimement défini à un moment donné. Lorsqu’on procède au recensement des dirigeants du SJMS qui font l’objet d’une notice biographique dans le Maitron, on remarque qu’ils deviennent, au fur et à mesure que l’on avance dans le temps, de moins en moins nombreux. Jusqu’en 1918, sur les vingt-six personnes qui ont appartenu au conseil syndical du SGJP, neuf d’entre elles font l’objet d’une notice dans le dictionnaire (soit 35 %). La majorité des membres, on l’a dit, n’est pas retenue pour leur activité de journaliste, mais comme « compagnons de route » du mouvement ouvrier ou pour des fonctions occupées au sein d’une organisation politique. Quatre des cinq membres fondateurs (Pierre Tesche, Dubreuilh, Dumas, Pouget) font l’objet d’une notice dans laquelle n’est évoquée qu’à titre secondaire leur activité journalistique. Parmi les cinq autres cités par le Maitron (Joseph Figeac, Jean-Baptiste Varenne, Paul Marchandeau, Jean Longuet, Daniel Renoult), seul Figeac est explicitement présenté dans sa notice comme « journaliste professionnel », sans que cela l’empêche d’être aussi « militant socialiste ». L’activité journalistique est quant à elle simplement signalée pour Jean-Baptiste Varenne à la fin de la notice comme produit de sa vie militante116 longuement évoquée. Les trois autres (Jean Longuet, Daniel Renoult et Paul Marchandeau) sont des « grands » de l’histoire « ouvrière » et n’occupent d’ailleurs dans le syndicat qu’une fonction mineure (membres du conseil d’administration) de courte durée (une année environ). L’activité journalistique n’est donc pour eux qu’une composante de leur activité politique de dirigeant socialiste et avocat pour Longuet, conseiller municipal de Paris et fondateur du PC pour Renoult, ou d’avocat et conseiller municipal de Reims pour Paul Marchandeau.

51À l’inverse, lorsqu’on observe la période qui s’étend de la fin de la Première Guerre mondiale à 1969, la proportion de militants « consacrés » par le Maitron décroît significativement. Il faut néanmoins distinguer deux mouvements. Entre 1922 et 1946, parmi les dix-sept membres du conseil d’administration du syndicat, cinq font l’objet d’une biographie dans le Maitron (soit moins de 30 %). L’évolution n’est donc pas réellement significative pour cette période, d’autant plus que sur les quinze « nouveaux élus » (ceux qui ne siégeaient pas au conseil avant 1922), six sont recensés par le Dictionnaire biographique. À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, la situation change notablement. Dix-huit journalistes appartiennent (entre 1946 et 1969) au conseil d’administration du syndicat. Or, on ne compte plus que quatre militants reconnus par le Maitron (soit 20 %), dont trois seulement sont entrés au conseil après 1946.

Les dirigeants du SJMS après la Première Guerre mondiale biographés par le Maitron
1. Léon Osmin, trésorier en 1922 du SJMS, il sera de 1932 à 1935 secrétaire général du syndicat ;
2. Gaston Vaillant, secrétaire général adjoint de 1932 à 1938 ;
3. Adrien Briollet, trésorier archiviste du syndicat en 1932-1933, deviendra secrétaire général de 1935 à 1938 ;
4. Eugène Morel, membre du conseil d’administration en 1932-1933 ;
5. Henri Prété, membre du conseil d’administration en 1932 ;
6. Daniel Mayer, membre du conseil d’administration de 1936 à 1957 ;
7. Lucien Marzet, secrétaire général adjoint en 1947, membre du conseil d’administration en 1957 ; 8. Lucien Ma, membre du conseil d’administration en 1947 ;
9. François Viret, archiviste en 1955-1957.

52L’après-guerre est marqué par un renouvellement des instances dirigeantes du syndicat puisque seuls Daniel Mayer et Gaston De Jongh élus avant la Seconde Guerre mondiale poursuivent leurs activités – ou maintiennent leur adhésion – après la Libération. Or, ce renouvellement du personnel dirigeant se traduit par une évolution des qualités légitimes au sein de cette instance de représentation des journalistes sociaux.

53Non seulement les « biographés » du Maitron sont moins nombreux, mais la présentation qui est faite d’eux dans le dictionnaire se transforme également. Ils sont désormais reconnus dans le dictionnaire comme journalistes et non plus comme militants politiques. Les qualités retenues dans la brève notice de François Viret sont ainsi essentiellement liées à son activité journalistique : « journaliste », « à la Libération se consacra au journalisme social », « présida l’association des journalistes savoyards ». Lucien Marzet est quant à lui, dans le « chapeau » résumant sa vie, présenté comme « rédacteur à L’Humanité » et puis à la Libération « chef des informations sociales au Parisien libéré », même si par ailleurs sa notice souligne ses activités militantes (« secrétaire du syndicat des casquetiers », « communiste oppositionnel », « secrétaire de Trotsky », etc.).

  • 117 Le recours à la Résistance est, comme le montre Isabelle Sommier pour l’extrême gauche italienne ( (...)
  • 118 La profession journalistique se « reconstruit » après la Seconde Guerre mondiale, comme le montre (...)
  • 119 Les rares notices nécrologiques dont nous disposons mentionnent ainsi, soit directement soit par l (...)
  • 120 Les journalistes que nous avons rencontrés évoquent spontanément le rôle de la résistance dans le (...)

54La mise en avant d’un engagement politique paraît en ce sens de moins en moins légitime dans l’espace journalistique et dans le groupe des journalistes sociaux dont les représentants se recrutent moins parmi les militants politiques. Dans l’après-guerre, tous les engagements publics ne sont cependant pas dévalués. La Résistance apparaît ainsi comme un attribut légitime117 (et quasi-indispensable) du journalisme d’après guerre118. Les journalistes sociaux sont nombreux – du fait de leur parcours politique antérieur – à s’engager dans des réseaux de Résistance, ce qui leur confère ainsi une certaine reconnaissance119 dont ils usent d’ailleurs120 à l’intérieur de la profession.

55En ce sens l’action publique représente toujours une vertu pour les journalistes, mais ses modalités évoluent. La Résistance fonde la légitimité d’un engagement politique, retraduit par ceux qui en usent en engagement professionnel, qui devient un gage d’excellence journalistique.

  • 121 Cette absence ne peut pas simplement s’expliquer par un effet de génération, c’est-à-dire par la p (...)
  • 122 Ce sont des membres de la dernière génération de dirigeants (François Hamelet et Tristan de Carné) (...)
  • 123 Pierre Andreu, François Viret et Lucien Macé font à leur mort l’objet d’une notice nécrologique ou (...)
  • 124 Une biographie, celle de Marguerite Rochebrune, est mentionnée dans l’Annuaire de l’association de (...)
  • 125 Claude Bellanger et alii, Histoire générale de la presse française, op. cit. En ce qui concerne l’ (...)
  • 126 Quelles que soient les logiques qui ont présidé à l’élaboration des sources que nous venons de cit (...)

56De « moins en moins » militants du mouvement ouvrier, les journalistes du syndicat de la Bourse sont en fait de plus en plus consacrés comme « militants » de la cause professionnelle. Ce raccourci stylistique ne concerne pas seulement un engagement dans les instances consacrées de la représentation journalistique (SNJ par exemple), mais plutôt la visibilité dont les journalistes du syndicat de la Bourse disposent dans des espaces où se forme une certaine image de la profession. Parmi les sources disponibles, les biographies issues du Maitron121 laissent peu à peu dans l’après-guerre la place à celles « plus journalistiques » publiées par exemple dans le Dictionnaire de la presse française122, Le Monde123, les bulletins d’associations de journalistes124 ou du SNJ, ou enfin dans l’Histoire générale de la presse française125. Les journalistes du mouvement social semblent ainsi de plus en plus reconnus par leurs pairs126. Par un principe de « vases communicants », moins les journalistes du mouvement social apparaissent comme militants de la cause ouvrière, plus ils deviennent journalistes et sont identifiés comme représentants légitimes de la cause professionnelle.

57Ce qui est remarquable ce n’est pas tant le fait que les journalistes du syndicat de la Bourse soient « objectivement » de moins en moins proches de l’espace politique, mais que cet engagement ne soit pas le premier qui fasse sens. Les membres du SJMS sont toujours et bien entendu de sensibilité de « gauche », mais cet engagement n’est plus au centre de leurs (auto) biographies publiques. Cependant, l’expérience militante ne semble pas (pas encore) faire l’objet de dénonciations et constitue même une ressource dans certains cas. Pour comprendre cet apparent paradoxe, il faut saisir comment ils convertissent leurs savoir-faire politiques dans l’activisme professionnel. Présent dans de nombreuses instances de représentation de la profession, les journalistes du syndicat de la Bourse réussissent à traduire leur militantisme politique en militantisme professionnel. À l’extrême, comme nous l’explique Max Rolland dans un entretien, l’expérience de l’engagement a pu à certains moments constituer un atout sur le terrain des luttes professionnelles.

  • 127 Entretien Max Rolland (juillet 1993).

« On sort des journalistes du mouvement social proprement dit mais il se trouve que dans la plupart des entreprises de presse le journaliste social se voyait prié par ses petits camarades de rentrer au comité d’entreprise d’être délégué du personnel : “ben toi t’es le social, tu connais le code du travail, tu sais ce que c’est qu’un comité d’entreprise alors vas-y coco127…” »

58La maîtrise concrète des technologies de mobilisation ou de lutte collective leur réserve donc une place dans toutes les instances de représentation de la profession (commissions de la carte, prud’hommes, négociation des conventions collectives, etc.) où ces ressources sont pertinentes. Les journalistes sociaux ont pu à ce titre être reconnus et se faire admettre comme membres à part entière de la profession journalistique.

  • 128 Selon Le Journaliste, n° 58, Stéphen Valot dirige le Centre d’études journalistiques au Collège li (...)
  • 129 Eugène Morel fut lui aussi président du SNJ de 1946 à 1950.

59Le SMJS compte par exemple dans ses instances dirigeantes des enseignants du journalisme. Stéphen Valot, éphémère membre du conseil d’administration en 1932, dirigeant du SNJ et de la Fédération internationale des journalistes, fut ainsi le premier animateur d’une école de journalisme128. Lorsqu’est créé en 1946 le CFJ, Eugène Morel129 est chargé d’enseigner la rubrique sociale dans la nouvelle école. Enfin, et pour ce qui est de la dernière génération, Armand Macé, membre du conseil d’administration du syndicat, enseigna et dirigea à la fin de sa vie l’École supérieure de journalisme, reconnue elle aussi par la profession.

  • 130 Au moment de sa candidature – sous l’étiquette SNJ – Le Journaliste (novembre 1957) dresse un port (...)

60Les adhérents de la Bourse, en participant à diverses instances de représentation de la profession – le conseil des prud’hommes ou même la Commission de la carte –, peuvent se prévaloir d’une légitimité élective. Le président historique du SMJS, Gaston De Jongh fut ainsi un conseiller prud’hommal130 reconnu, comme le fut d’ailleurs le dernier secrétaire en exercice Henri Boët. Le syndicat fournit de la même manière des membres élus à la Commission de la carte (Joanine Roy par exemple).

61À l’issue de la Seconde Guerre mondiale un double mouvement caractérise l’évolution du groupe des journalistes sociaux. L’investissement dans l’action politique ne constitue plus la dimension la plus valorisée de leur identité collective. Dans le même temps, ils s’affirment comme des journalistes professionnels et retraduisent leurs capitaux politiques en ressources professionnelles. Cependant, en basant pendant tant d’années leur identité de journalistes professionnels sur une proximité négociée au mouvement ouvrier, les journalistes de la Bourse vont devoir à la première remise en cause de cette dimension primordiale de leur identité repenser leur stratégie de représentation du groupe et d’eux-mêmes. C’est à l’histoire de cette mise en cause et aux processus de réparation auxquels elle conduit que nous nous intéresserons dans le troisième chapitre.

62Avant de poursuivre plus avant cette analyse des agents incarnant un intérêt journalistique pour le social, il convient de se pencher sur la façon dont cette catégorie d’intervention journalistique est mise en forme dans la presse de la première partie du XXe siècle.

Notes

1 Voir pour les travaux les plus récents l’ouvrage de Christian Delporte, Les journalistes en France, 1880-1950. Naissance et construction d’une profession, Paris, Seuil, 1999 ; et celui de Denis Ruellan, Les « pro » du journalisme. De l’état au statut, la construction d’un espace professionnel, Rennes, PUR, 1997. Nous renvoyons aussi sur ce point au manuscrit original de notre thèse : La construction journalistique d’une catégorie du débat public. Spécialisation journalistique et mise en forme du social, op. cit.

2 Les deux premières catégories renvoient aux intitulés des associations qui, au cours du siècle – à partir de 1922 pour le mouvement social, et à partir de 1967 pour l’information sociale –, occupent le terrain de la représentation d’un social spécifiquement journalistique et constituent cette catégorie comme un domaine possible d’intervention journalistique. Nous reviendrons ultérieurement sur les transformations opérées autour du sigle et de la forme de ces organisations.

3 Alain Garrigou, « Vivre de la politique. Les quinze mille, le mandat et le métier », Politix, n° 20, 1992. On peut faire ici un parallèle stimulant avec l’étude par cet auteur de la loi instituant l’isoloir qui conduit, de la même manière, à cliver les députés en dehors des logiques sociales et politiques habituellement mises en œuvre et retenues par l’analyste (voir sur ce point Alain Garrigou, « Le secret de l’isoloir », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 71-72, mars 1988, p. 22-46).

4 Voir sur ce point Rue Bucher et Anselm Strauss, « Profession in process », op. cit.

5 Voir sur ce point Cyril Lemieux, Mauvaise presse. Une sociologie de la faute journalistique dans la France des années 1980-1990, op. cit.

6 Publiés le 15 décembre 1922, dossier archives 1070 W 2056.

7 Ibid

8 En 1932, l’article 4 des statuts de 1922 ne subit aucune modification, dossier archives cit.

9 En 1957, les buts du syndicat sont précisés. Il s’agit maintenant de « créer entre tous les journalistes professionnels spécialistes de la rubrique du mouvement social et des questions d’ordre économique une organisation capable de défendre vis-à-vis des pouvoirs publics et vis-à-vis du patronat les intérêts collectifs et individuels des travailleurs » (dossier archives cit.).

10 Voir sur ce point Gaston De Jongh, Le journaliste, mars 1954. Soulignant que « la mobilisation de 1914 » avait mis « en sommeil le syndicat de la Bourse », il précise alors : « Au demeurant la reconstitution du syndicat (i. e. de la Bourse) n’était loin d’aller de soi. La majeure partie de ses adhérents formait déjà le noyau d’une nouvelle organisation constituée le 10 mars 1918 sous le titre de syndicat des journalistes. »

11 Dossier archives cit.

12 Pour une biographie complète d’Émile Pouget, Christian de Goustine, Pouget : les matins noirs du syndicalisme, Paris, Éditions de la feuille, 1972.

13 Sur l’illégitimité du personnel politique ouvrier, voir Michel Offerlé, « Illégitimité et légitimation du personnel politique avant 1914 », Annales ESC, 4, juillet-août 1984.

14 Georges Lefranc, Le mouvement socialiste sous la IIIe République, nouvelle édition, Paris, Payot, 1977, t. 1.

15 Madeleine Reberioux, « Le socialisme français de 1871 à 1914 », in Jacques Droz, Histoire générale du socialisme, Paris, PUF, 1974, t. 1.

16 Certaines professions ont pu être exercées en même temps que l’activité journalistique du moins au début de la carrière dans la presse. L’imprécision de certaines biographies ne permet pas de dater l’abandon définitif de la profession initiale.

17 Bernard Pudal, Prendre Parti, op. cit., p. 131.

18 Ibid.

19 Plus encore que pour la profession initiale, recenser les origines sociales des journalistes du SGJP fut une opération difficile. Nous n’y sommes parvenus que pour 22 d’entre eux.

20 Jean Raymond, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, Paris, Éditions ouvrières.

21 Ibid.

22 Ibid

23 Bernard Pudal évoque dans le chapitre IV de sa thèse (Formation des dirigeants et évolution du mouvement ouvrier. Le cas du PCF : 1934-1939, thèse multigraphiée, Marcel David (dir.), doctorat de science politique, Paris I, février 1986), « ces intellectuels traditionnels, des déclassés comme on disait au XIXe siècle, qui n’assumaient leur déclassement qu’au prix de leur reclassement à la direction des organisations ouvrières, occupant ainsi les places revendiquées par les intellectuels organiques ».

24 Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, op. cit.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 L’article 2 des statuts, publiés en 1922, précise que « le syndicat s’interdit dans ses assemblées, toute discussion politique ; en conséquence, le syndicat n’adhère à aucune organisation politique et ne participera à aucun congrès politique, chacun de ses membres restant à cet égard libre de faire individuellement ce qui lui convient. Groupement professionnel, il s’interdit d’adhérer à l’une ou l’autre des CGT ».

28 Statut 1905, dossier archives cit.

29 Lettre au préfet de police de la Seine en date du 28 juillet 1906 sur les activités et les membres du conseil d’administration du syndicat, dossier archives cit.

30 Sur les relations tendues entre le « monde intellectuel » et les organisations ouvrières, on se reportera à l’ouvrage de Christophe Prochasson, Les intellectuels, le socialisme et la guerre, 1900-1938, Paris, Seuil, 1993, p. 36 sqq.

31 Lors d’un référendum du même type organisé en 1919 par le SNJ, Lucien Descaves secrétaire général du syndicat, signale de la même manière « l’opinion injuste qu’ont des journalistes certains syndicalistes ouvriers ». Il cite à l’appui de cette assertion, « un article de E. J. JACOB paru dans la typographie française, organe de la Fédération du Livre », où les journalistes sont montrés « comme n’ayant pas toujours rempli leur mission sociale avec toute l’indépendance désirable, prenant presque toujours l’intérêt du patronat et de la bourgeoisie contre la classe ouvrière, dénaturant souvent les faits et ne se donnant pas la peine d’étudier la cause des conflits économiques et des grèves qui en découlent » (BSJ, n° 3, novembre 1919).

32 Extrait de la motion de la Bourse de Lyon, reproduite dans l’annuaire précité.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 31 (les propos en italiques sont rapportés comme ceux de Victor Griffuelhes).

35 Dans le Bulletin du SNJ n° 2 du mois de septembre 1919, Charles Dulot est « chargé » par le conseil d’administration du SNJ « d’entrer en rapport avec la fédération du livre ». Il soutient par exemple, lors de l’assemblée générale de 1919, la motion « anti-affiliation » (sur l’adhésion du SNJ à la CGT, voir partie I, chap. I).

36 Comme nous le rappelions précédemment, aucune archive ne permet d’apprécier la teneur de ces débats ultérieurs.

37 Loin d’être déniée, la question du rapport à la CGT est ainsi célébrée par les historiens du groupe qui iront jusqu’à mettre au crédit de leur organisation, la création d’une association de journalistes qui sera elle admise à la CGT en 1938. Même si les relations qui unissent les deux organisations ne seront jamais officiellement formalisées, Max Rolland, autant que Gaston De Jongh, « biographes » de l’organisation, ne manqueront jamais de consacrer (et sacraliser ?) les liens avec ce syndicat ouvrier (voir sur ce point Max Rolland, Annuaire AJIS 1990 ; et Gaston De Jongh, « Le Cinquantenaire du Syndicat des journalistes du mouvement social », art. cit.).

38 Erving Goffman utilise le terme de représentation « pour désigner la totalité de l’activité d’un acteur qui se déroule dans un laps de temps caractérisé par la présence continuelle de l’acteur en face d’un ensemble déterminé d’observateurs influencés par cette activité ». Usant de la métaphore théâtrale, il associe à cette notion de représentation les concepts de façade, de décor et, citant Robert E. Park, de personnages qui seront utilisés ici. Voir sur ce point La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973, p. 29.

39 La Bourse du travail est omniprésente dans les rares écrits concernant le syndicat. Max Rolland écrit ainsi en 1976 (Annuaire AJIS 1976) : « Le syndicat réussit à se faire enregistrer sous le n° 2056 et le 30 décembre 1905, il est admis à la Bourse du travail (d’abord au numéro 9 puis au numéro 2 bis en 1928, qui sera son siège jusqu’à sa dissolution). » On peut s’étonner ici que dans une si courte présentation (l’introduction d’un annuaire) soient mentionnés avec tant de détails les démêlés géographiques du syndicat.

40 Armand Cappocci était membre du Syndicat des journalistes du mouvement social après la guerre. Il a principalement travaillé à l’AFP et à FranceSoir.

41 Entretien Armand Cappocci (1993).

42 Entretien Max Rolland (1990).

43 Voir sur ce point le cas de Jules Joffrin étudié par Michel Offerlé, « Illégitimité et légitimation du personnel politique », art. cit.

44 Voir sur ce point Denis Ruellan, Les « pro » du journalisme, op. cit.

45 Arnaud Mercier (L’information politique au journal télévisé, thèse, IEP Paris, 1994, p. 160) souligne ainsi les bonnes relations qu’entretient le SNJ au pouvoir politique et l’ambivalence d’une position qui consiste à « être à la fois demandeur de protection auprès du pouvoir politique et […] conserver toute son autonomie et ses prérogatives sur les sujets qui touchent la liberté de la presse ». Dans un sens la marginalité des journalistes sociaux les exclut de ce type de « dilemme ». Cette thèse est publiée sans la partie historique à laquelle il est fait référence ici sous le titre : Le journal télévisé, Paris, Presse de Science Po, 1996.

46 Pour Luc Boltanski (« L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », Revue française de Sociologie, XIV, 1973, p. 3-26), l’analyse positionnelle des agents peut être utilisée (p. 9) « pour prendre la mesure […] de l’étendue du pouvoir qu’ils détiennent ». Cette analyse des positions multiples des membres du syndicat de la Bourse du travail est, dans le cas présent, d’autant plus intéressante que l’autonomie du champ journalistique n’est pas, au début du siècle, affirmée et que l’on peut ainsi faire l’hypothèse, comme nous y invite Luc Boltanski,« que moins un champ est autonome, plus l’occupation de positions de pouvoir dans ce champ inclut l’occupation de positions de pouvoir dans d’autres champs » (p. 12).

47 Sur les dispositifs qui conduisent à avoir recours à la grandeur des personnes pour justifier de la grandeur de la cause que l’on défend, on se reportera à l’étude de Luc Boltanski, « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 51, 1984.

48 Parmi les 71 adhérents pour lesquels on dispose de renseignements biographiques, on compte six députés, deux sénateurs et huit détenteurs de mandats locaux, sans compter les vingt-deux membres du syndicat de la Bourse candidats non élus.

49 Voir sur ce point Dominique Damamme, « La jeunesse de syndicats de médecins ou l’enchantement du syndicalisme », Genèses, n° 3, 1991.

50 Voir sur ce point Lucien Karpik, Les avocats, Entre l’État, le public et le marché, XIIIe siècle, XXe siècle, Paris, Gallimard, 1995 (notamment sur l’adoption du statut de 1920).

51 On compte par exemple parmi les 71 membres du syndicat : quatorze auteurs d’ouvrages de différente nature (essai politique poésie, roman) et même en la personne de Marius Gabion, un administrateur de l’Opéra, ainsi qu’un compositeur de musique (Max Buhr, membre du syndicat et journaliste sous le pseudonyme d’André Girard).

52 L’accès au champ littéraire constitue, comme le soulignent les historiens du journalisme, une ressource particulièrement pertinente pour s’affirmer dans l’espace journalistique. Ceux qui dominent l’espace journalistique sont, au début du siècle, « ces messieurs de la chronique » qui, tel Jules Valles cité en exemple par Thomas Ferenczi, étaient considérés à l’époque comme écrivains et journalistes (Thomas Ferenczi, L’invention du journalisme en France. Naissance de la presse moderne à la fin du XIXe siècle, Paris, Plon, 1993, p. 77).

53 Les dessinateurs de presse, comme le montre Christian Delporte dans son ouvrage Les crayons de la propagande. Dessinateurs et dessins politiques sous l’occupation, Paris, Éd. du CNRS, 1993, représentent à la même époque que celle qui nous intéresse ici des exemples particulièrement illustratifs de ce processus « croisé » de légitimation.

54 Nous entendons par appartenance éditoriale un repérage des journalistes opéré par rapport aux collaborations qu’ils fournissent à une ou plusieurs publications. Ces publications sont distinguées selon deux critères : l’un quantitatif – le tirage – (sont-ils de grands journaux ou des journaux fantômes ?), l’autre politique à savoir la ligne « idéologique » défendue par les journaux qui emploient des membres du syndicat n° 2056 (sont-ils des journaux socialistes, modérés, républicains ou conservateurs, etc. ?). Ces deux critères sont ceux qui structurent les représentations dominantes de l’espace journalistique dans la plupart des analyses historiques de la presse (voir par exemple Claude Bellanger et alii, Histoire générale de la presse française, Paris, PUF, 1975, t. 3 ; et Michael Palmer, Des petits journaux aux grandes agences. Naissance du journalisme moderne, Paris, Aubier, 1983).

55 Considéré comme un âge d’or de la presse, comme « l’apogée de la presse française », par les historiens comme Claude Bellanger et les coauteurs de l’histoire générale de la presse française, le début du siècle est un moment où se multiplient les titres nouveaux. L’Annuaire de la presse française de 1908 recense par exemple plus de trois mille cinq cents titres de périodiques les plus divers. Les auteurs de l’Histoire générale de la presse française estiment, quant à eux, à près de cinq millions d’exemplaires les tirages des quatre-vingt-sept plus importantes publications quotidiennes parisiennes.

56 On retrouve aujourd’hui ce type de catégorisation dans la manière dont se sont organisés, après la Seconde Guerre mondiale, les éditeurs de presse. La Fédération nationale de la presse française regroupe ainsi – et entre autres – un syndicat de la presse juridique, économique et politique, un syndicat de la presse spécialisée, un syndicat de la presse agricole et rurale, etc. (pour une liste plus complète des syndicats d’éditeurs, on se reportera au MédiaSid 1993).

57 Nous avons relevé dans les biographies des adhérents du SGJP près d’une centaine de titres. Certains étaient effectivement publiés en 1908, d’autres avaient cessé de paraître à cette date, d’autres encore (comme le Bonnet Rouge, l’Action directe, ou Révolution) ne paraîtront que quelques années après 1908.

58 Nous n’avons pu retrouver la trace d’un quart des publications mentionnées dans les ouvrages généraux sur la presse, tels que Claude Bellanger et alii, Histoire générale de la presse française, t. 3, op. cit.; Michael Palmer, Des petits journaux aux grandes agences, op. cit.

59 Sont généralement inclus dans cette catégorie quatre titres : Le Petit Journal, Le Petit Parisien, Le Matin, Le Journal, qui tiraient respectivement en 1910 à 835 000 exemplaires (Petit Journal), 1 400 000 exemplaires (Le Petit Parisien), 810 000 exemplaires (Le journal), 670 000 exemplaires (Le Matin) (sources : Claude Bellanger et alii, Histoire générale de la presse française, t. 3, op. cit., p. 296).

60 Quelques signatures de membres du SJMS ont cependant été repérées dans les journaux. On ne fera ici que mentionner des noms sur lesquels nous reviendrons ultérieurement, tels que ceux de Farjat, Rochebrune, Gabion, etc. Les rédacteurs de L’Humanité membres du SJMS sont quant à eux bien « visibles » comme Pierre Tesche ou Maurel.

61 Sur cette organisation, on se reportera à Jean-Pierre Rioux, Nationalisme et conservatisme, la Ligue de la Patrie Française, Paris, Beauchène, 1977.

62 Pour une présentation de la presse socialiste et ouvrière à la fin du XIXe siècle, on se reportera à l’article de Michelle Perrot, « Le premier journal marxiste : “l’Égalité” de Jules Guesde (1877-1883) », L’Actualité de l’histoire sociale, n° 28, juillet-septembre 1959. Dans cette étude centrée sur un seul périodique, l’auteur situe et présente d’autres titres de la presse radicale, socialiste ou ouvrière tels que Le Rappel de Charles Vacquerie ou Le Prolétaire ou Le Cri du Peuple.

63 L’ouvrage de Robert Brécy (Le mouvement syndical en France. 1871-1921, Paris, Mouton, 1963) donne pour certains titres de la presse ouvrière de précieuses indications. Pour d’autres, comme Le Cri du Peuple (p. 154), il signale simplement la date de leur parution (de 1883 à 1896), ainsi que les côtes de la Bibliothèque nationale. Pour une présentation plus précise de ce quotidien socialiste, on se reportera à la monographie d’Henri Feller, « Physionomie d’un quotidien : le Cri du peuple », Le Mouvement social, n° 53, octobre-décembre 1965. Les dates de parution des périodiques et journaux mentionnés dans ce chapitre renvoient, sauf mention contraire, aux indications fournies par l’ouvrage de Robert Brécy, op. cit.

64 L’émancipation paraît en 1880.

65 Le Chambard Socialiste paraît de 1893-1895.

66 Le Petit Sou paraîtra de 1900 à 1912 mais cessera d’être socialiste à partir de 1902.

67 Ordre du jour de l’assemblée générale du SGJP, dossier archives cit.

68 Ordre du jour de l’assemblée générale du SGJP, dossier archives cit.

69 Ibid., p. 21 (c’est nous qui soulignons).

70 C’est une pratique relativement courante que les associations dotent leurs membres d’une carte « attestant de leur qualité de journaliste professionnel ». Ces pratiques ne seront unifiées qu’avec la création en 1935 de la carte d’identité professionnelle, même si subsiste aujourd’hui encore le principe de l’accréditation auprès de tel ou tel informateur institutionnel (voir par ex. l’article de Florence Haegel sur les journalistes accrédités à l’Hôtel de ville de Paris : « Les journalistes pris dans leurs sources », Politix, n° 19, 1992).

71 Annuaire SGJP 1908.

72 Dans les approches fonctionnalistes les objets, tels que les cartes professionnelles, les codes de déontologie attestent de l’appartenance à la profession.

73 Voir entre autre le rapport de Jacques Vistel, Qu’est-ce qu’un journaliste ?, Rapport de mission au secrétaire d’État à la communication sur le cadre juridique de la profession de journaliste, Paris, SJTI/Documentation française, 1993.

74 Il serait intéressant ici d’opérer un rapprochement entre le syndicalisme médical et le syndicalisme journalistique. L’analyse que Dominique Damamme (« La jeunesse des syndicats de médecins ou l’enchantement du syndicalisme », Genèses, n° 3, 1991) mène sur le terrain du syndicalisme médical s’avère ici très féconde. Comme pour les journalistes, les médecins ont longtemps construit leurs revendications sur des considérations économiques. Ce recours à la dimension économique d’une profession – « la défense des intérêts matériels exprimés » « dans leur nudité » – n’est pensable et possible, écrit Dominique Damamme, que parce qu’« on était entre soi, entre confrères » (p. 46).

75 La plupart des associations de journalistes et notamment celles qui forment le Comité général des associations de presse ne font pas de distinction entre les collaborateurs et les directeurs de journaux. Cette absence de distinction est un motif dont use le SNJ pour dénoncer les statuts du comité en 1931 et les réformer afin qu’ils « écartent, pour l’avenir, l’admission d’aucune association mixte » (voir sur ce point Le Journaliste, n° 77, juillet 1931).

76 Les statuts de 1922 et ceux de 1932 « proposeront », avant même que soit adoptée la définition légale du journaliste professionnel, une définition de ce dernier intégrant l’élément salarié comme premier principe de distinction. L’article 1, alinéa 2, de ces statuts prévoit ainsi que « tout journaliste professionnel salarié de cette catégorie peut et doit adhérer au syndicat ».

77 Max Rolland, Annuaire AJIS 1976.

78 Lettre du préfet au Syndicat général des journalistes professionnels, datée du 14 août 1906, dossier archives cit.

79 Max Rolland, Annuaire AJIS 1976.

80 Lettre du 14 août 1906, dossier archives cit.

81 Pierre Tesche résume ainsi la fin de l’affaire qui a opposé son organisation aux autorités préfectorales : « En fait nous ne sommes pas classés dans la loi de 1884 parmi les professions pouvant jouir de cette loi. Nous ne sommes donc, même avec l’acceptation préfectorale, que tolérés comme “syndicat professionnel”. Qu’un caprice gouvernemental ou même préfectoral surgisse aujourd’hui, demain ou après, nous pouvons être mis en demeure pour exister légalement de transformer notre organisation syndicale en association » (Annuaire 1908, dossier archives cit.).

82 Alain Garrigou, « Vivre de la politique », art. cit.

83 Voir notamment Guy de Maupassant, Bel Ami, Paris, Gallimard, 1979.

84 C’est ainsi qu’ils se désignent (avec une majuscule).

85 Les adhérents du syndicat de la Bourse n’ont pas vis-à-vis des relations qui les lient aux entreprises de presse une position nette. Pour la plupart des rédacteurs (33 sur 71 sont mentionnés par leur biographe comme rédacteurs et quinze comme simples collaborateurs), ils sont aussi pour seize d’entre eux fondateurs, gérants ou directeurs politiques d’un journal, pour quatre autres rédacteurs en chef et pour enfin les trois derniers secrétaires de rédaction sans que ces différentes positions soient exclusives les unes des autres.

86 Compte rendu de l’assemblée générale de 1907, op. cit., p. 22.

87 Le repos hebdomadaire n’est accordé aux journalistes qu’en 1924.

88 On verra dans le chapitre suivant que les principes professionnels sur lesquels s’engagent (et se reconnaissent) les journalistes sociaux « contraignent » aussi la vision qu’ils contribuent à imposer du social.

89 Yves Dezalay souligne, dans son étude sur la différenciation du champ des professionnels du droit (« Juristes purs et marchands de droit. Division du travail et aggiornamento dans le champ du droit », Politix, n° 1011, 2e et 3e trimestres 1990), « le caractère historique et par là même précaire des territoires d’activités professionnelles ».

90 Michel Offerlé (Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien, 1994, p. 47) rappelle ainsi que « le monde social est un cimetière de groupes et d’intérêts […] qui faute d’avoir pu se faire un nom et d’avoir trouvé des porte-parole, sont retournés à l’insignifiance sociale ».

91 Isabelle Baszanger, « Émergence d’un groupe professionnel et travail de légitimation », Revue française de Sociologie, XXXI, 1990.

92 Voir sur ce point Michel Offerlé (Sociologie des groupes d’intérêt, op. cit., p. 71). « La construction d’une filiation, d’une lignée », écrit cet auteur, « peut ainsi constituer une manière d’invocation de patrimoine attesté par l’ancienneté de l’existence de l’intérêt et de l’organisation ».

93 Cette expression, inventée par Patrick Champagne dans son article sur la mise en forme journalistique des manifestations paysannes (« La manifestation. La production de l’événement politique », ARSS, n° 52/53, 1984, p. 28), rend compte ici d’un aspect spécifique du travail d’invention des groupes sociaux, celui qui consiste, pour les agents visant au monopole de sa représentation, à lui donner au travers d’un support particulier, l’écrit, une unité et une cohérence.

94 Certains membres du Syndicat des journalistes du mouvement social et de l’AJIS se sont faits et ont été faits « historiens officiels » du groupe. Parmi eux deux individus, dont nous avons déjà cité les productions, se distinguent. Il s’agit de Gaston De Jongh et Max Rolland. Disposant de peu de renseignements biographiques sur le premier, il apparaît dans les organigrammes du Syndicat des journalistes du mouvement social en 1918, en qualité de membre du conseil d’administration. C’est après la Seconde Guerre mondiale, en 1946, qu’il devient secrétaire général du syndicat de la Bourse du travail, fonction qu’il occupera jusqu’en 1975 (date officielle de dissolution de cette organisation). Sa carrière est marquée par la défense de la cause journalistique. Membre du SNJ, il fut élu conseiller prud’hommal sous l’étiquette de cette organisation. Max Rolland quant à lui, a commencé sa carrière de journaliste après la guerre. Lié à la Résistance, il fut membre du Syndicat des journalistes du mouvement social, membre du comité fondateur de l’AJIS en 1967, puis président de cette association. Il souligne dans les entretiens que nous avons recueillis auprès de lui, sa participation à la mise en place du CFJ au côté de Philippe Vianney (fondateur historique de l’école de la rue du Louvre), ainsi que son rôle dans la fondation du syndicat des journalistes FO, dont aujourd’hui encore il est un « responsable retraité ».

95 Max Rolland, « Le syndicat des journalistes du mouvement social (1905-1975) précurseur de l’Association des journalistes de l’information sociale », Annuaire AJIS 1976.

96 La continuité entre les différentes organisations (Syndicat général des journalistes professionnels, Syndicat des journalistes du mouvement social, et même plus tard AJIS) est d’autant facile à revendiquer qu’elle est inscrite dans de nombreux documents « officiels ». Le Syndicat des journalistes du mouvement social conserve ainsi le même numéro d’enregistrement officiel à la préfecture de police de Paris que le syndicat « originel » de 1905. De même, la lettre de dissolution du Syndicat des journalistes du mouvement social fera en quelque sorte de l’AJIS son « héritière » officiel en lui léguant ses fonds par exemple (cf. dossier archives cit.).

97 Le choix de cette date place d’emblée le Syndicat des journalistes du mouvement social dans la lignée directe du syndicat n° 2056 crée en janvier 1905.

98 La revue syndicaliste de juin 1954 (l’article n’est pas signé) rapporte elle aussi la réunion du cinquantenaire – « Le Cinquantenaire du Syndicat des journalistes du mouvement social » – et entretient la confusion entre les actions menées au sein du SNJ et celles menées à l’initiative du Syndicat général des journalistes professionnels.

99 Ibid.

100 Gaston de Jongh, Le Journaliste, art. cit.

101 Annie Collovald, « Identités stratégiques », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 73, juin 1988.

102 Ibid.

103 François Boissarie et Jean-Pierre Garnier, Le livret du journaliste, Paris, SNJ, 1994.

104 René Mouriaux, Les syndicats dans la société française, Paris, Presse de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1983, p. 102.

105 Claire Besnard et René Mouriaux, « Presse et syndicalisme », Mots, n° 14, 1987, p. 8.

106 Évoqué dans le rapport de l’assemblée générale de 1908, ce monopole sur les informations sociales n’a pu, pour cette période et faute de documents précisant les termes du débat sur cette question, faire l’objet d’investigations plus poussées.

107 Article 4, alinéa 4, des statuts de 1922, dossier archives cit. Cet article sera maintenu lors des différentes modifications des statuts en 1932 et 1957.

108 Le journaliste « reporter », qui tient sa grandeur de sa connaissance du terrain, est une figure importante (on pense ici à Albert Londres), et ce même au début du siècle où ce qu’on a appelé « le journalisme à l’américaine » (versus « journalisme à la français » c’est-à-dire un journalisme d’opinion et de commentaire) commence à s’imposer. Cette distinction « réductrice » est, comme le souligne Rémi Rieffel (« Journalistes », in Lucien Sfez, Dictionnaire critique de la communication, Paris, PUF, 1993, t. 2), « d’usage lorsqu’on essaie de caractériser les journalistes français ».

109 Charles Dulot, Annuaire SGJP 1908, p. 29.

110 Ce type de relation est encore très prégnant chez les journalistes sociaux aujourd’hui (voir sur ce point Sandrine Lévêque, « La conférence de presse. Les transactions entre journalistes et syndicalistes », Politix, n° 19, 1992).

111 Entretien Max Rolland (avril 1991).

112 Entretien Armand Cappocci (juillet 1993).

113 Bernard Pudal, note de lecture, « Maitron (Jean) dir., Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Éditions ouvrières », Politix, n° 7/8, octobre-décembre 1989.

114 Ibid., p. 171.

115 La prosopographie consiste à recueillir une liste d’informations sur un corpus préalablement défini. Le problème tient, pour ce qui nous intéresse, aux limites de ce corpus initial. Quelles sont les organisations incluses dans le « mouvement ouvrier » et quelles populations en leur sein sont retenues ? C’est-à-dire comment sont définies les frontières du groupe des militants du mouvement ouvrier que le dictionnaire tend à objectiver ? (sur « Les Dictionnaires du mouvement ouvrier vu par… leur auteur et leur éditeur », on se reportera à la revue Le Mouvement social, n° 100, juillet-septembre 1977).

116 Voir biographie infra.

117 Le recours à la Résistance est, comme le montre Isabelle Sommier pour l’extrême gauche italienne (« La Résistance comme référence légitimatrice de la violence. Le cas de l’extrême gauche italienne, 1969-1974 », Politix, n° 17, 1er trimestre 1992), « un puissant facteur de mobilisation ».

118 La profession journalistique se « reconstruit » après la Seconde Guerre mondiale, comme le montre d’ailleurs Johanna Siméant à partir de l’exemple du CFJ (L’élaboration de normes professionnelles : le cas du CFJ, mémoire de DEA, Études politiques, Jean Leca (dir.), IEP Paris, 1991), autour de la figure du journaliste résistant. Cette figure, même si elle ne s’appuie plus sur une participation effective aux mouvements de Résistance, renvoie aujourd’hui encore à la fonction critique du journaliste. C’est elle qui s’enseigne dans une école comme le CFJ, relayée en cela par des enseignants ayant pour beaucoup un parcours politique ou syndical lié notamment à leur engagement dans les « événements de Mai 1968 » (voir p. 40-41). La reconnaissance dont fait l’objet le CFJ (voir p. 13) dans le champ journalistique actuel et la contribution de ses enseignants à la formalisation et la diffusion d’un stéréotype social de la profession explique la légitimité d’une position critique s’exprimant dans le militantisme. À ce titre on notera sur la période actuelle qu’un sondage réalisé à la demande de L’Expansion et publié dans ce mensuel du mois de juillet 1991 consacre Serge July comme le « meilleur journaliste de la presse écrite française ». Arrivent dans les dix premiers des journalistes, eux aussi connus pour leur passé militant d’extrême gauche : Edwy Plenel et Marc Kravetz. C’est ce type de classement que l’on retrouve aussi dans l’ouvrage de Patrick et Philippe Chastenet, Les divas de l’information, Paris, Prés aux Clercs, 1986.

119 Les rares notices nécrologiques dont nous disposons mentionnent ainsi, soit directement soit par l’intermédiaire des décorations, cette participation à la Résistance. C’est le cas de celle de François Viret présenté dans Le Monde (27-04-1966) au moment de sa mort comme un « ancien militant syndicaliste qui sous l’Occupation fut officier de l’armée secrète en Savoie, avant de se consacrer au journalisme social ». C’est le cas aussi d’Armand Macé dont Le Monde indique qu’il était « décoré de la Légion d’honneur et de la Croix de guerre 1939-45 (Étoile d’or) ».

120 Les journalistes que nous avons rencontrés évoquent spontanément le rôle de la résistance dans le parcours journalistique. Pour ceux qui se définissent comme journalistes sociaux dans les années cinquante, c’est d’ailleurs le passage par les réseaux de Résistance qui a déterminé leur engagement journalistique : c’est le cas pour les responsables du SJMS, comme Max Rolland ou Joanine Roy. C’est le cas aussi pour ceux qui, tel Jean-René Chauvin ou Paul Parisot, tous deux trotskistes, n’ont eu avec le SJMS que des rapports très distanciés (ils connaissent le bureau de la Bourse sans adhérer au SJMS).

121 Cette absence ne peut pas simplement s’expliquer par un effet de génération, c’est-à-dire par la présentation dans le dictionnaire du mouvement ouvrier de militants ayant exercé leur activité dans la première partie du XXe siècle. Cette dimension peut être prise en compte pour certains journalistes n’ayant pu entrer dans la vie active qu’après la Seconde Guerre mondiale (tels que Max Rolland, Armand Cappocci, ou Joanine Roy). Pour d’autres qui ont commencé leur carrière militante et professionnelle dans la première partie du XXe siècle (par ex. Gaston De Jongh, Stephen Valot, Marius Gabion, Charles Dulot, etc.), l’absence de notices consacrant leur participation au mouvement ouvrier est d’autant plus significative qu’elle aurait été possible. À ce titre, certains membres du SJMS – et même plus tard de l’AJIS – font l’objet d’une notice dans ce dictionnaire.

122 Ce sont des membres de la dernière génération de dirigeants (François Hamelet et Tristan de Carné) qui sont mentionnés dans l’Annuaire Bérard Quelin de la Presse.

123 Pierre Andreu, François Viret et Lucien Macé font à leur mort l’objet d’une notice nécrologique ou d’un article dans Le Monde.

124 Une biographie, celle de Marguerite Rochebrune, est mentionnée dans l’Annuaire de l’association des journalistes parisiens (éd. 1964-1965).

125 Claude Bellanger et alii, Histoire générale de la presse française, op. cit. En ce qui concerne l’histoire générale de la presse, un repérage des cinquante-cinq dirigeants du syndicat fut effectué à partir de l’index des noms des trois volumes portant sur la période qui nous intéresse ici (1881-1914, 1914-1940, 1940-1958). Les premiers dirigeants dignes de figurer dans cette histoire de la presse sont Charles Dumas (pour la période d’avant guerre), Daniel Mayer, Paul Marchandeau, Eugène Morel, Stéphen Valot (pour la seconde période). La dernière génération est quant à elle plus présente avec Mace, Boët, Rolland, et Hamelet.

126 Quelles que soient les logiques qui ont présidé à l’élaboration des sources que nous venons de citer, elles ont en commun leur origine journalistique.

127 Entretien Max Rolland (juillet 1993).

128 Selon Le Journaliste, n° 58, Stéphen Valot dirige le Centre d’études journalistiques au Collège libre des sciences sociales. Il fut par ailleurs secrétaire du SNJ de 1939 à 1940.

129 Eugène Morel fut lui aussi président du SNJ de 1946 à 1950.

130 Au moment de sa candidature – sous l’étiquette SNJ – Le Journaliste (novembre 1957) dresse un portrait de Gaston De Jongh en soulignant ses divers engagements dans la profession : « pionnier de l’action syndicale […] membre fondateur du syndicat général des journalistes professionnels […] secrétaire général du SJMS […] représentant l’élément journaliste au conseil supérieur des Entreprises de Presse […] syndic de l’association des journalistes républicains, membre de l’association des journalistes parisiens, de l’association des rédacteurs en chef, et du syndicat des informateurs parisiens […] secrétaire général de la section de la Seine du SNJ […] président d’honneur de l’association de la presse de l’institut et des sociétés savantes […] membre du bureau national du syndicat […] trésorier adjoint […] représentant dans les litiges du ressort des commissions arbitrales. »

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – La profession initiale des membres du SGJP.Le tableau a été construit à partir des professions initiales indiquées dans les biographies. Pour certains, seule la profession de journaliste est indiquée. La catégorie fonctionnaire comprend ceux dont l’employeur est une administration. La catégorie ouvrier/employé regroupe aussi bien ceux qui sont présentés sous ces termes génériques, que ceux pour lesquels il est précisé le contenu de l’activité (ex. : imprimeur). Dans la catégorie professions intellectuelles supérieures, nous avons regroupé les avocats, les savants et les professeurs. Pour les artisans, nous avons convenu de considérer ceux pour lesquels il était indiqué qu’ils travaillaient à leur compte. Il semblait enfin important de préciser, même si leur nombre est restreint, ceux qui exerçaient une activité politique à titre exclusif.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24701/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Tableau 2. – Adhésion des membres du SGJP à une autre association de presse en 1908.Ce tableau a été réalisé en repérant, à partir de l’index de l’Annuaire de la presse française édition de 1908, les adhérents du Syndicat des journalistes professionnels qui étaient mentionnés comme adhérents d’autres associations de presse.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24701/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 182k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search