Version classiqueVersion mobile

Espaces publics mosaïques

 | 
Erik Neveu
, 
Bastien François

Introduction. Pour une sociologie politique des espaces publics contemporains

Bastien François et Erik Neveu

Texte intégral

  • * Nous tenons à remercier bien au-delà des conventions éditoriales Marylène Bercegeay. Sans sa patie (...)

1Ce livre* est le fruit d’une table ronde intitulée « Transformations structurelles de l’Espace public » qui fut organisée en mai 1996 à Aix-en-Provence, à l’occasion du Ve congrès de l’Association française de science politique. Le libellé de cette table ronde reprenait, de façon très transparente, le titre originel du célèbre ouvrage de Jurgen Habermas. Et la meilleure façon de suggérer la visée de ce travail collectif est sans doute de restituer ici les hésitations et les débats qui aboutirent au choix de cet intitulé. Cette phase d’hésitation ne venait pas d’un désaccord entre les initiateurs du projet, mais de leur rapport partagé d’attraction et de distanciation, de fascination et de profond désaccord à l’égard de l’œuvre fondatrice d’Habermas. De fortes raisons plaidaient pour le choix final d’une référence explicitement habermassienne. Des méfiances tout aussi puissantes faisaient redouter les biais et les quiproquos que pouvait receler un appel à communication perçu comme inscrit sous ce parrainage théorique. En cherchant à expliciter les unes et les autres, nous tenterons de préciser ce qu’étaient les objectifs scientifiques des deux journées d’échange et de discussion qui aboutirent à ce livre.

Penser l’espace public

  • 1 Les passages qui suivent reprennent et actualisent des réflexions plus amplement développées dans (...)

2Bible ou objet de contestation, Strukturwandel der Öffentlichkeit, publié en Allemagne en 1962, restera un point de repère intellectuel et bibliographique tant pour les philosophes que pour les sociologues, politistes et spécialistes des disciplines de la communication. Cette capacité à faire sens pour des spécialités académiques diverses et souvent rivales suggère d’entrée l’importance de l’ouvrage, sa capacité à faire éclater les cloisonnements disciplinaires. Habermas introduit une forme de révolution copernicienne en invitant à penser dans les catégories de la « communication » et de la prise de parole publique un modèle politique jusque-là essentiellement saisi dans les catégories juridiques de l’« État de droit » ou dans celles, philosophiques, de la représentation. Cette recherche parvenait aussi à construire une problématique cohérente et séduisante en conjuguant des savoirs traditionnellement éclatés par la balkanisation des sciences sociales pour produire non un patchwork de données, mais une problématique englobante et forte des évolutions des systèmes démocratiques. Cette interdisciplinarité féconde se traduisait aussi par d’audacieux rapprochements d’objets. À une époque où la « vie privée » était bien loin de constituer un objet légitime pour les historiens, Habermas prenait le risque de s’interroger sur les évolutions de la sociabilité familiale et mondaine pour en tirer une plus grande intelligence de la production et de l’activation des dispositions citoyennes. C’est dire à quel point, au seuil des années soixante, Habermas offre un socle puissant et original pour renouveler l’analyse du politique, penser la « communication » comme médiation centrale des rapports sociaux et politiques, articuler le culturel et le politique1.

3Mais cette œuvre fondatrice, fondamentale au sens propre du terme, comportait aussi des failles. De façon plus gênante à notre sens, les usages et sollicitations récentes dont elle a fait l’objet – en France particulièrement – ont dérivé vers une logique de glose et d’exégèse qui a valorisé les dimensions proprement philosophiques de cette contribution, en faisant de moins en moins cas de la visée d’enquête historique et d’analyse empirique qui la caractérisait. On pourra légitimement objecter que pareilles évolutions ne sont ni incohérentes, ni totalement infidèles à celles qui se dessinent dans l’œuvre du philosophe de Francfort lui même et que symbolisent aujourd’hui les problématiques de l’Agir communicationnel. La remarque n’est nullement irrecevable. Elle est cependant au cœur des contradictions et des désaccords qui expliquent notre rapport inconfortable à cet héritage. Car si l’érudition et la maîtrise d’une œuvre dans sa complexité constituent des nécessités du travail scientifique, l’une de nos craintes est bien de voir graduellement une Habermasologie, subtile ou dévote, étouffer sous l’exégèse le potentiel d’investigations, de confrontation à la complexité des dispositifs de la parole publique qu’ouvrait L’espace public. Ce dilemme n’est, à vrai dire, pas spécifique à l’œuvre d’Habermas. Il renvoie aux usages possibles de toute contribution scientifique d’envergure. Elles peuvent rendre d’autres chercheurs autonomes, les armer pour se confronter à une grande diversité d’objets, quitte à amender et bricoler les théories auxquelles ils empruntent. Elles peuvent faire l’objet de processus de canonisation, sécréter un clergé de lectores qui tardent rarement à pactiser avec l’intégrisme et à excommunier tout usage innovant d’œuvres devenues sacrées. L’évocation de ce dilemme entre une contribution théorique pensée comme programme de travail ou comme objet de commentaires nous permettra d’expliquer à la fois le choix d’un intitulé et les ambitions de cet ouvrage.

Lectures critiques, lectures doxiques : un épuisement symétrique

4Les œuvres et les terrains connaissent eux aussi la loi du rendement décroissant. Au-delà d’un certain seuil de sollicitation, de commentaires, d’enquêtes, la possibilité de découvertes novatrices, la chance d’une révolution scientifique devient faible, demande un prodigieux potentiel d’invention. Ce n’est pas dévaluer l’apport d’Habermas, mais au contraire rendre hommage à la qualité des travaux qu’il a suscitée et à la probité intellectuelle de son auteur que de suggérer une forme de point d’arrivée, d’épuisement irrémédiable des exercices de commentaire ou de surenchère.

Le rendement décroissant des lectures critiques

5Les lectures critiques n’ont pas manqué, à mesure de ce que l’historiographie et les sciences de la communication, pour ne citer que ces apports, accumulaient un capital de découvertes ou de réévaluations sur des objets mobilisés par L’espace public. Sur des points importants, les analyses d’Habermas, ses intuitions lorsque faisaient défaut les travaux d’historiens (dans le domaine de la « vie privée » en particulier), se sont trouvées confortées. Mais sur un ensemble de points d’importance, les avancées de la recherche ont conduit à relativiser, plus d’une fois à nettement infirmer, les analyses produites à la fin des années cinquante. Les attendus de ces lectures critiques, dont Louis Quéré fut l’un des premiers porteurs en France (Quéré, 1982) sont assez connus aujourd’hui pour dispenser d’une synthèse bavarde. Ils tiennent pour l’essentiel en trois points.

6Le premier porte sur la critique de ce qu’il faut caractériser comme une idéalisation d’un âge d’or de l’espace public par Habermas. L’intensité de la participation politique au sein de l’espace public bourgeois, la rationalité des débats y sont surestimés. Michael Schudson donne une illustration iconoclaste de cette critique en allant jusqu’à demander si un espace public a jamais existé et en fournissant à l’appui de cette irrespectueuse interrogation des données précises sur la place marginale du politique dans la presse américaine du XVIIIe et XIXe siècle, des chiffres éclairants sur les limites de diffusion du livre ou celles de l’assiduité aux mythiques « town meetings » de la Nouvelle-Angleterre coloniale (Schudson, 1992). De nombreux travaux d’historiens sont venus depuis vingt ans contredire une description enchantée de l’espace public antérieur au suffrage universel, associant au contraire à l’élargissement du suffrage et à l’émergence des partis la politisation des élections, l’institutionnalisation d’une offre politique fondée sur des programmes et des biens politiques symboliques (Bentley, 1984 ; Foster, 1990 ; Rosanvallon, 1992 ; Garrigou, 1992).

7Une seconde critique, désormais classique, prend appui sur une mise en cause des biais de la comparaison entre le moment d’institutionnalisation et la séquence qui serait celle d’une dégénérescence publicitaire – au sens de la « réclame » – de l’espace public. Craig Calhoun a pu suggérer sous la forme d’une boutade qu’« Habermas tend à juger le XVIIIe siècle à l’aune de Kant et Locke, le XIXe à celle de Marx et Mill, le XXe via le téléspectateur moyen de banlieue » (1992, p. 33). Toute la logique comparatiste est affaiblie par un double parti pris. Le premier relève d’une rhétorique du contraste qui fait succéder à une description enchantée de l’âge d’or des peintures en plus d’un cas excessivement alarmistes sur le déclin de la lecture, l’effacement des fonctions critiques des médias, sans que soient toujours pris en compte de manière satisfaisante des formes nouvelles de politisation ou d’expression publique. Mais l’objection majeure tient à la façon dont Habermas traite le rapport populaire au politique. Les rapports populaires au politique et à la culture subissent ici une analyse profondément légitimiste (Grignon et Passeron, 1989), sont polarisés sur l’image de comportements acclamatifs, d’une culture réduite au statut d’objet de distraction ou de consommation passive. Outre leurs aspects caricaturaux, ces descriptions ont le défaut de fonctionner par opposition à une évocation de la période 1720-1870 dans laquelle les classes populaires sont remarquablement absentes. Elles font dès lors ressortir des contrastes d’autant plus saisissants que les univers sociaux de référence sont distincts. Or des travaux comme ceux de Thompson (1963) en Grande-Bretagne sont venus suggérer tant la fécondité d’une investigation sur l’existence possible d’un espace public populaire spécifique, que la réalité de pratiques de politisation ou d’espaces de sociabilité populaire générateurs d’une disposition à « opiner ». Ceux de Robert Darnton (1985) ou de Roger Chartier (1990) ont mis en évidence le rôle de « mauvais livres », bien éloignés de la rigueur argumentative des textes produits par les philosophes des Lumières, dans les processus de délégitimation des autorités d’Ancien régime, et cela bien avant l’apparition de médias dits de masse.

8Une troisième veine critique a pu souligner à quel point, comme toute recherche, celle d’Habermas était tributaire d’un état des savoirs lors de sa naissance. Pour n’en donner qu’un exemple, les années cinquante sont marquées par une paradoxale convergence entre les thèses aristocratiques de la première école de Francfort et l’insistance d’une partie du fonctionnalisme sur la toute puissance des médias, que théorise le modèle de la « piqûre hypodermique ». Cette surestimation de l’impact des communications de masse se retrouve dans l’argumentation d’Habermas. Hoggarth avait fourni dès 1957 quelques clés pour douter, à travers la notion de « consommation nonchalante », des effets foudroyants des médias. La sociologie électorale nord-américaine avait aussi rendu visible le pouvoir de résistance des groupes primaires face aux campagnes électorales les plus sophistiquées. Les percées récentes des études relatives à la réception (Radway, 1984 ; Ang, 1985 ; Katz et Liebes, 1993) rendent désormais intenable la construction sous-jacente du lecteur ou du téléspectateur en récepteur passif. De façon plus récente, enfin, une critique féministe (Landes, 1988) est venue souligner combien, en dépit de sa sensibilité pionnière aux déterminants « privés » du fonctionnement de l’espace public, Habermas en avait peu souligné la configuration sexuée, l’exclusion de droit ou de fait de l’élément féminin.

9Si la contribution des historien(ne) s féministes peut attester de ce que de nouveaux arguments de débat et de confrontation peuvent en permanence apparaître, l’hypothèse d’un épuisement des lectures critiques demeure cependant pertinente. Pour les nouvelles générations de lecteurs de L’espace public, ce contrepoint critique est de moins en moins une révélation, mais un mode presque normal d’apprentissage de l’œuvre. L’argument le plus puissant en faveur de l’idée d’une routinisation de la critique tient d’ailleurs à l’attitude exemplaire de Jurgen Habermas lui-même. Avec une probité qui n’est pas toujours la règle des confrontations intellectuelles, celui-ci a donné acte à ses critiques de la pertinence d’une large part des objections condensées ici, de sorte que le discours critique se trouve désormais incorporé à l’œuvre même dans la forte préface rédigée par l’auteur en 1990.

Vulgarisations et routinisations

10Symétrique plus que contradictoire à la précédente, une autre forme d’épuisement des usages savants de L’espace public tient à son incorporation aux analyses sur la communication politique ou les modalités du débat public sous la forme d’une doxa. Vulgarisés, diffusés, trahis parfois, les cadres analytiques du livre ont fini par devenir un impensé, un ce qui va de soi qui, tel des verres de contact, conditionne la perception tout en faisant oublier son existence. Les riches analyses d’Habermas sont alors réduites à quelques énoncés sommaires sur le déclin du débat public rationnel, le nivellement culturel par le bas produit par les médias audiovisuels, le triomphe du spectacle, de l’émotion et de la manipulation au détriment d’un travail d’Aufklarüng, de confrontation des arguments. Pareil digest est-il encore du Habermas ? On ne peut que le contester eu égard à la subtilité de nombreux développements, au souci de la dimension historique, à la prise en compte de chaînes complexes de médiations par l’auteur. Simultanément, cette vulgate emprunte bien à une tonalité générale de la première école de Francfort, à certaines conclusions du livre. Si comme toute caricature elle force le trait, simplifie abusivement, elle prend cependant appui sur des failles présentes dans l’œuvre elle-même. Sans tenir pour légitime l’aplatissement d’une grande œuvre sur un résumé simplet et réducteur, la question des causes du succès de cette vulgate peut aussi être posée. Notre hypothèse – qui rend simultanément compte d’une autre dimension de nos méfiances – consiste à penser qu’il existe une forme d’affinité structurale entre la sensibilité que manifeste L’espace public – et a fortiori ses condensés simplificateurs – et une composante des angoisses identitaires du monde intellectuel contemporain. Les décennies récentes ont vu de spectaculaires redéfinitions des hiérarchies intellectuelles et infligé quelques blessures narcissiques aux intellectuels les plus liés à l’institution scolaire et universitaire, aux secteurs les plus légitimes du champ de production et de diffusion culturelle. L’essor des logiques commerciales dans le monde des médias et de la production culturelle a contribué à rendre visible, à consacrer aussi, un répertoire de consommations « populaires » en complet décalage avec les normes populicultrices de nombre d’intellectuels des années soixante. Cette évolution a conforté dans de larges pans des communautés intellectuelles (et particulièrement celles liées aux héritages de l’humanisme, par opposition aux « sciences sociales ») le sentiment d’une menace sur la culture légitime. La montée en puissance des journalistes, l’utilisation de la visibilité médiatique comme instrument pour court-circuiter les procédures de légitimation internes au champ intellectuel ont plus récemment conforté un réflexe de crispation de nombre d’intellectuels contre une évolution qu’ils lisent comme grosse d’une expropriation de leurs dernières positions de pouvoir social. Il n’est dès lors guère étonnant que ce contexte réactive les visions les plus aristocratiques de la culture, assure une jouvence perpétuelle à la revendication corporatiste d’un monopole de la lucidité critique face aux médias par les intellectuels (Bourdieu et Passeron, 1963). Pour être elliptiques, ces observations peuvent aider à comprendre le succès social d’usages de L’espace public que ses lecteurs les plus attentifs pourront à juste titre trouver infidèles ou dévoyés. Mais cette doxa donne à une partie du champ intellectuel un cadre théorique apte à exprimer ses préventions, sa révolte contre les multiples formes sociales et symboliques de sa dévaluation. Elles peuvent aussi permettre d’expliciter l’hypothèse, faussement provocatrice, d’un impact de l’œuvre d’Habermas jusque chez ses non-lecteurs. De telles situations sont assez banales. Elles renvoient aux processus diffus par lesquels, de la suspension dans un air du temps intellectuel, à la vulgarisation dans des articles d’hebdomadaires, en passant par l’insertion dans le lexique des références cultivées ou les présentations ramassées dans des enseignements universitaires, des auteurs et des pensées peuvent connaître des usages et des sollicitations qui dépassent de loin le cercle de leurs lecteurs.

11Quelques brèves illustrations pourront illustrer ce qui nous apparaît comme les impasses ou les faiblesses de travaux qui, se référant explicitement ou non à Habermas, nous semblent susceptibles d’illustrer le processus de réduction doxique évoqué ici. Fondamentalement, ces études empruntent au registre des déclins : de la culture légitime, du débat public, de la sociabilité critique dont les effets conjoints rendent possible le modèle normatif de l’espace public. Il n’est pas excessif de parler ici d’un véritable genre littéraire : le récit d’épouvante à usage des clercs. Celui-ci se déploie volontiers dans la prophétie déprimante sur les méfaits du petit écran et des cultures « populaires » (du rock au rap via les reality show), les progrès incessants du relativisme culturel et autres « défaites de la pensée ». Souvent conservatrice dans son inspiration cette littérature peut être illustrée par les essais récents d’Alan Bloom (1987) ou de Michel Henry (1988). Mais le grand récit de l’irrésistible décrépitude des fonctions critiques de la culture ou de l’apathie de l’espace public se lit aussi sous la plume de Régis Debray (1979) ou de Gilles Lipovestsky (1983). Sur un registre radicalement distinct, l’ouvrage de Wolton et Missika (1983), qui fait lui explicitement référence à Habermas, peut encore illustrer en quoi des matrices d’analyse issues de L’espace public peuvent fonctionner comme une prison conceptuelle. La remarque pourra sembler paradoxale puisque, dans un chapitre intitulé « Le Nouvel espace public » ces deux auteurs mènent une critique, à bien des égards pertinente, des déplorations aristocratiques issues de l’École de Francfort. Ils argumentent même contre le point de vue habermassien pour suggérer que les médias modernes, et au premier chef la télévision, comportent une potentialité de réalisation des normes de l’espace public, cette fois élargi aux dimensions du corps social tout entier. Mais si elle inverse radicalement les appréciations et les conclusions quant à la dégénérescence de l’espace public, cette analyse en conserve pourtant le cadre théorique, allant même moins loin qu’Habermas dans l’analyse de la notion d’opinion publique, l’explicitation de la nature exacte de la participation politique rendue possible par le truchement de la télévision et d’autres médias.

12Il faut revenir, pour conclure ces analyses, sur l’extrême hétérogénéité des œuvres et des travaux évoqués ou recensés ici, sur la diversité de leur rapport aux analyses d’Habermas. Une part substantielle de ces travaux s’inscrit dans une logique explicite de confrontation, de dialogue, d’actualisation avec les thèses de L’espace public. Mais on insistera aussi, pour éviter tout quiproquo, sur le caractère plus indirect, plus diffus de certaines des associations réalisées ici. Pour certains travaux – venant d’historiens par exemple – la relation à L’espace public n’est pas celle d’un dialogue ou d’une confrontation directe. Elle tient simplement à ce que les apports de ces chercheurs permettent de les solliciter pour conforter ou contredire les problématiques d’Habermas. Pour d’autres textes – et spécialement ceux qui peuvent être associés au genre « essai » – la relation est encore d’une autre nature. Souvent diffuse, elle tient tantôt à ce que le terme d’espace public est entré dans un lexique commun à la politique et aux sciences sociales, tantôt à cette forme de familiarité riche de quiproquos qui fait qu’il n’est pas besoin d’avoir lu Bourdieu pour lui associer « distinction » ou Jonas pour lui attribuer un « principe de responsabilité ». C’est assez dire que la cartographie éditoriale esquissée ici n’a rien d’un arbre généalogique des filiations de L’espace public. Elle balise sommairement à la fois des matériaux aptes à permettre des relectures critiques, des confrontations et actualisations stricto sensu. Elle englobe un réseau de textes dont les affinités avec l’ouvrage fondateur relèvent de la sollicitation de thèses réduites à une vulgate ou un lexique, d’homologies d’humeur devant les phénomènes associés aux processus de « démocratisation » de la culture et de la politique. Une fois soulignées ces différences, parfois même ces quiproquos, les associations proposées ici ne nous semblent pas pour autant abusives ou indéfendables puisque c’est le sort de tout texte de référence que d’être l’enjeu d’usages intellectuels variés et incontrôlables par son producteur. La possibilité de quiproquos, d’adhésions ambiguës, de convergences dans le malentendu qui se fixent plus sur une conclusion partielle, une humeur que sur un acquiescement à une démarche théorique est même une donnée constante du succès social de nombre d’œuvres de référence.

13L’image du double épuisement peut désormais se condenser. Elle désigne d’un côté le rendement décroissant de lectures critiques, fortes dans leur contestation, mais désormais presque superfétatoires de par la puissance de leur argumentaire, lui-même largement accepté par un auteur dont on ne soulignera jamais trop sur ce terrain le sens de l’échange scientifique. Pour être plus complexe, l’autre dimension de cet épuisement peut aussi se résumer. Elle réduit une œuvre riche et complexe à une vulgate ou un ce qui va de soi. Elle se traduit en exercices de surenchère autour de la description alarmiste des pathologies de l’espace public moderne. Elle se manifeste plus paradoxalement dans le fait que ce sont jusqu’aux contestations des analyses d’Habermas qui doivent de déployer à l’intérieur de l’espace théorique construit par celui-ci, aboutissant alors à un dissensus sur les jugements de valeur relatifs à la démocratie ou à l’état de l’espace public, non à une problématisation différente des questions traitées.

14Le sens de nos hésitations à emprunter au lexique de l’espace public devrait désormais s’éclairer. Il tenait à des craintes liées aux impasses décrites ici. Notre visée n’était ni de susciter une énième intervention, critique ou admirative, sur un auteur et son œuvre, ni d’inviter à domicilier des analyses dans une matrice conceptuelle fermée. Et pourtant, avec beaucoup d’illogisme apparent, notre invite fut bien de travailler et dialoguer autour des « transformations structurelles de l’espace public ». Schizophrénie intellectuelle ? Non, conviction qu’il existait d’autres usages possibles d’une œuvre : travailler non sur un auteur, mais sur les problèmes qu’il avait conceptualisé de façon pionnière, considérer un livre non comme un objet de commentaire mais comme une invite à enquêter, actualiser, se saisir d’apports pour se rendre productifs.

L’espace public : un programme de travail

15Solliciter L’espace public comme programme de recherches sociologique et historique… Cette approche pouvait ne pas sembler la plus évidente. Les travaux de Roger Chartier (1990) sur la Révolution française et ses préalables culturels, ceux de Keith Michael Baker (1990) aux États-Unis venaient cependant illustrer tant la possibilité que la fécondité d’une telle approche.

16Sans y restreindre un programme de travail ni y cantonner les apports possibles de l’ouvrage d’Habermas, trois directions de recherches sont particulièrement attractives.

La fabrique du citoyen

17La première peut être associée au domaine de la socialisation politique, de la production des dispositions citoyennes. L’un des apports les plus considérables du livre d’Habermas réside dans l’articulation qu’il met en place entre une analyse des évolutions de la sociabilité familiale et conviviale et l’émergence de la disposition raisonnante et critique dans la bourgeoisie. Ce regard sur des objets longtemps négligés contribue à un renouvellement des approches de toutes les sciences sociales. À travers la notion de « substrat social de l’espace public », Habermas rend visible en quoi les sociabilités dans la famille, le loisir, le rapport aux biens culturels sont productrices d’une posture du citoyen distincte de celle du sujet d’Ancien régime. Il indique comment la sociologie politique peut exploiter la connaissance du « privé ». Or, il est possible de soutenir que ce programme de recherches est demeuré inabouti et se voit simultanément menacé par son succès même qui tend à autonomiser la « vie privée » comme un objet d’étude pas toujours articulé aux pratiques de l’espace public. On suggérera ici quelques terrains capables de redéployer et d’actualiser la compréhension des formes contemporaines de ces « substrats » de l’espace public.

18Il s’agit en premier lieu d’investigations sur les évolutions des frontières et des chevauchements entre les perceptions et usages sociaux du « public » et du « privé ». Le processus croisé de privatisation des personnages publics et de pénétration dans l’espace public de problèmes « privés » (conjugalité, santé, etc.) a été repéré dès les années soixante par Edgar Morin (1962). Sans doute jugée frivole, cette problématique n’a guère retenu l’attention du monde académique. Malgré les travaux des trop rares spécialistes de la socialisation politique, la sociologie de la famille n’a guère été connectée aux évolutions des formes de la participation (Percheron, 1993). Une forme de pudeur scientifique mal placée a pareillement entravé le développement d’études sur les déplacements de frontière entre les catégories du privé et du public dans l’étude des débats publics, des contenus de divers forums radiophoniques ou télévisuels. Les travaux de Dominique Cardon sur les émissions radiophoniques de Ménie Grégoire (1995a), suggèrent ainsi que ce qui fut perçu à chaud par nombre de commentateurs comme un exercice d’exhibitionnisme ou un pittoresque « fait de société », fut aussi un moment important de prise de parole par des femmes, un espace d’expression de souffrances privées qui étaient aussi des malaises sociaux, et dès lors un vecteur de modification des représentations des rapports « normaux » entre les sexes. La prise en charge d’une réflexion sur la Télévision de l’intimité (Mehl, 1996), sur les motifs des engouements de masse suscités par certains films ou feuilletons (Charpentier, 1998) viennent aussi montrer tous les profits de connaissance que peut apporter une approche qui se dégage des réactions d’effarement et de condescendance. Les questions « privées », liées au rapport entre générations et sexes, y apparaissent à la fois comme l’occasion d’accès à la parole publique et comme les révélateurs d’enjeux et de comportements qu’une réflexion sur les rapports contemporains à la citoyenneté ne peut ignorer.

19Cette actualisation de l’analyse des mécanismes de genèse de la citoyenneté supposerait que soit aussi « revisitée » l’étude des institutions de socialisation. L’analyse sociologique a suscité des gains de connaissance en décrivant l’école comme un espace où se développent des stratégies de reproduction, de rétablissement, de promotion sociale. Elle a pu payer ces acquis d’un relatif oubli d’une tradition remontant à Durkheim (1938), qui portait son attention sur les contenus enseignés, la diversité possible des relations pédagogiques et s’employait à expliciter leurs effets sur la formation au rôle de citoyen, les dispositions à la participation civique. Le retour sur les institutions de socialisation ne saurait au demeurant se limiter à l’école. L’étude du syndicalisme, celle du recul des formes de militantisme liées au monde chrétien (JAC, JOC, etc.) ou laïc constituent aussi des passages obligés pour donner à la notion de crise de la représentation un statut autre que celui d’asile de l’ignorance. Inversement, la revendication croissante de l’entreprise au statut de milieu de socialisation et de foyer d’un civisme qui irradie au-delà des rapports de travail (Floris, 1996) doit être prise sociologiquement au sérieux (Sainsaulieu, 1985).

Actualiser la carte de l’espace public

20Faire de l’apport d’Habermas un moteur pour la recherche requiert aussi de remettre à jour une cartographie des sites du débat public, une typologie des langages dans lesquels ils se développent.

21Le rôle des salons mondains ou des loges maçonniques, la nature des rhétoriques qu’il convenait d’y solliciter aux temps de l’espace public bourgeois n’auraient pas manqué d’être malaisément compréhensibles ou praticables pour de larges parts du public des années cinquante. Il ne serait pas exagéré de s’interroger sur l’ampleur des transformations intervenues depuis un demi-siècle. Pareil réflexe éviterait de coder trop hâtivement dans les lexiques de la perte et de la décadence des disparitions ou des reculs qui peuvent aussi être le simple reflet de déplacements de la parole publique, ailleurs, autrement (CURAPP, 1998).

22Cette entreprise de cartographie de l’espace public suppose quelques précautions épistémologiques. La plus impérieuse serait d’en finir avec le légitimisme de tant d’Homo academicus qui désignent avec un ethnocentrisme de classe aussi suffisant qu’accablant les bons et les mauvais objets à étudier. Se pencher sur les débats contemporains ? Certes, s’ils sont formalisés par des auteurs dotés de quartiers de noblesse culturelle et académique, s’ils transitent pas les revues intellectuelles. On admettra à la rigueur qu’un travail universitaire puisse se fonder sur des discours politiques, les pages culturelles ou celles consacrées au débat dans les « grands » titres de la presse nationale. Bref, est objet d’étude acceptable tout ce qui s’approche des pôles de la légitimité et de la formalisation théorique au sein du champ de production intellectuel et culturel. Pareille orientation garantit plus de friches que la plus fâcheuse politique agricole communautaire. La liste en serait interminable. Citons la presse régionale, au passage ravalée au rang de « provinciale », même si elle pèse pour 70 % de la lecture des quotidiens en France. Mentionnons encore le gros de la production d’œuvres de fiction qu’elles soient télévisuelles, cinématographiques ou romanesques. Sociologues et politistes les ristournent le plus souvent, non sans quelque secrète condescendance, aux « littéraires », comme si leurs contenus et leur réception n’avait rien à leur apprendre. Évitons de parler de ces objets terriblement sales que sont les forums radio de la bande FM, les multiples déclinaisons de la presse dite périodique et spécialisée, les sites de débat et d’échanges liés aux nouvelles technologies. Au final le coût de la préférence pour des objets légitimes paraît assez prohibitif en termes de compréhension de l’espace public. Il contribue aussi à expliquer au passage une part de la bienveillance marquée par les journalistes envers les essayistes et herméneutes multicartes lorsqu’il faut improviser à chaud l’interprétation d’un événement ou d’un fait de société. Au moins ces derniers ne jugent-ils pas indignes de produire quelques énoncés et commentaires sur le succès du film « Titanic », la percée du rap ou la fièvre bleue engendrée par une coupe du monde de football. La nature de ces commentaires peut être affligeante. Elle manifeste au moins une sensibilité et une ouverture aux formes ordinaires des sociabilités et des échanges symboliques, un appétit pour ce que Latour appelle joliment « la bonne chair du social ».

23À la rubrique des caveat, on ajoutera une mise en garde contre le discours de fins des idéologies. Celles-ci auraient déserté l’espace public et ses forums. L’annonce de la « fin des grands récits », peut être même de la « fin de l’Histoire » vaudrait même faire-part de décès. L’analyse peut être pertinente si elle désigne la dévaluation vertigineuse de certains corps de doctrines et schèmes de perception du monde, et au premier chef du marxisme et de systèmes de représentation fondés sur une vision du monde liée aux groupes sociaux. Elle est aussi importante si l’on prend en compte ses effets de prophétie autocréatrice, sa contribution à une humeur du temps qui professe de disqualifier les idéologies. Au-delà de ces apports, l’évocation d’un espace public désidéologisé semble surtout manifester cécité tragique et occidentalocentrisme. Les idéologies nationalistes ou racistes, des systèmes de pensée contraignants à base religieuse seraient-ils introuvables ? Des versions de l’idéologie libérale qui auraient fait rougir un notable de la Restauration par leur simplisme ne s’affichent-elles pas paisiblement des tranches matinales d’information radio aux best-sellers anxiolytiques sur la « mondialisation heureuse » en passant par l’offre partisane ? De façon plus essentielle, l’hypothétique fin des « grands récits » ne trouve-t-elle pas son pendant dans la montée en puissance d’idéologies plus diffuses, moins cristallisées théoriquement, mais tout aussi effectives dans leur capacité à diffuser des visions du monde. La montée en puissance d’une idéologie de la communication qui explique les malheurs du temps par le déficit de communication et promet avec les progrès des réseaux et de la diffusion des savoirs une société meilleure et réconciliée en est un exemple (Neveu, 1994).

24La tâche est à partir de là, de reconstituer une cartographie des modalités et lieux des débats sociaux qui ne se contente pas de leurs « beaux quartiers », ne les imagine pas trop épurés de marquages idéologiques. La réintégration dans l’analyse du flux télévisuel, des usages et réceptions politiques des œuvres de fiction, d’un ensemble de lieux illégitimes de confrontation constitue donc une nécessité. C’est aussi le dessein conjoint au début des « cultural studies » britanniques (Mattelart et Neveu, 1996) et aux visées initiales d’un Barthes ou d’un Morin qui redevient d’actualité : faire l’inventaire des contenus et signifiés mis en circulation par les industries culturelles, les médias de masse. Si comme l’affirme Elias, « les sociologues sont des chasseurs de mythes », l’heure est à la résurgence du projet barthesien d’un travail sur les mythes, d’une « mythoclastie », qui démonte et discute les parti pris, les enjeux idéologiques et politiques de mise en scène du monde social dans la publicité, les feuilletons.

25Ces parti pris supposent eux-mêmes que l’univers des médias cesse d’être considéré comme une « boîte noire », pour être soumis à une véritable démarche de sociologie du travail médiatique. Hormis de fortes pages sur l’essor de la presse à la fin du XIXe, tel n’est pas le parti pris le plus saillant de l’ouvrage d’Habermas. On ne peut que se réjouir de l’essor récent d’une sociologie des « communicateurs », qu’ils soient dircoms, animateurs, publicitaires, conseillers en communication ou (l’association ne vaut pas identification) journalistes. La prise en compte des cursus, des processus de travail, des interdépendances entre les métiers les plus liés au fonctionnement de l’espace public, permet en particulier de mieux saisir les conditions sociales de production des biens culturels et des débats. Elle évite le travers finaliste qui consiste à penser comme un projet maîtrisé, parfois cynique, ce qui n’est que l’effet émergeant d’interactions entre de multiples protagonistes.

26L’actualisation d’analyses sur les modifications du débat public suppose enfin que les chercheurs investis sur ces questions cherchent à tirer profit du considérable essor des travaux sur les politiques publiques. En supposant même que n’existent plus ni grands récits, ni les « grands débats » d’antan, il demeure que l’État et ses ramifications prennent de grandes décisions. Leur soumission effective au principe de publicité est en plus d’un cas contestable ou problématique. Reste que, pour reprendre une distinction de Bruno Jobert (1995), ces politiques publiques passent par des « arènes » et des « forums ». Elles associent, en des proportions très variables, concertations feutrées entre porte-parole de groupes de pression et « propriétaires de problèmes publics » (Gusfield, 1981), débats publics, rituels bureaucratiques de discussion (la commission, les états-généraux, le rapport officiel) et techniques publicitaires de « communication publique ». Le moins que l’on puisse dire est que la sociologie politique est encore loin de disposer d’une analyse satisfaisante de ces répertoires d’action publique, des conditions de leur articulation à l’espace public. Or nombre de travaux de politique publique, comme ceux de Pierre Muller ou la contribution d’Alistair Cole dans ce livre, viennent montrer la nécessité de relier ce champ de recherches aux questions de l’espace public. Cette connexion est nécessaire dans la mesure où la logique de fonctionnement des politiques publiques, avec sa part d’opacité, le caractère fermé des « policy networks » peut être antagonique à l’idéal d’un espace public transparent. Elle s’impose encore tant la mise en évidence de la sectorisation des politiques publiques, ou de la complexité des écheveaux de la « multi-levelled governance » vient remettre en cause la vision très jacobine d’Un espace public unitaire et central. A contrario, comme le suggère Pierre Muller (1990a), la perception des arènes de décision des politiques publiques comme des cénacles fermés, techniques et opaques peut aussi rendre compte de changements dans les pratiques militantes, du réinvestissement des énergies civiques vers d’autres espaces publics partiels, lorsque ceux-ci sont à même de favoriser des processus de consolidation identitaire, comme le montre la contribution de Christophe Traïni, où lorsque les résultats de l’engagement y retrouvent lisibilité (Ion, 1997).

Sciences sociales et espace public

27Une dernière perspective de mobilisation des problématiques présentes dans L’espace public consisterait à s’interroger sur le rôle que jouent aujourd’hui les sciences sociales dans la structuration du débat public. L’attention d’Habermas aux modes d’expression et d’objectivation de l’opinion publique, aux usages des techniques publicitaires et des savoirs académiques dans une perspective de « social engineering » est particulièrement remarquable. Cette attention est d’autant plus nécessaire aujourd’hui que, via les institutions scolaires et la presse, se sont développées des formes diverses d’alphabétisation aux sciences sociales. C’est aussi l’usage croissant d’outils issus des sciences sociales dans les compétitions électorales, les campagnes de « communication publique », les démarches de consultation de tel ou tel public concerné par une politique publique qui exigent une attention renouvelée. Les terrains d’investigation ne manquent pas pour les chercheurs.

28Le fonctionnement de la presse et des médias, outils stratégiques de visibilité du débat public, constitue un premier champ d’investigation. La sociologie des médias a pu développer, chez Philip Schlesinger (1990) ou Jean Charron (1994) en particulier, une problématique de la professionnalisation des sources. Les producteurs et promoteurs d’« événements », qu’il s’agisse d’une manifestation, de l’annonce d’un projet de loi ou d’un salon professionnel, se sont souvent assimilés un ensemble de savoirs relatifs aux modes de fonctionnement de la presse, aux formats adaptés aux attentes des journalistes. Et comme le niveau scolaire, la familiarité avec les sciences sociales et les réflexes d’autodéfense professionnelle des journalistes suivent tendanciellement une courbe elle aussi ascendante, ces derniers développent une sensibilité et une capacité analytique croissante pour réagir à ce qu’ils décodent comme autant de tentatives pour leur forcer la main. C’est tout le travail des médias qui se trouve affecté par cette incessante course aux armements symboliques, qui demande des initiatives de plus en plus préméditées et faussement naturelles pour produire des coups médiatiques qui ne puissent être immédiatement décodés comme tels.

29Penser les effets contemporains des sciences sociales sur l’espace public suppose aussi de ne pas les réduire à un outillage pour ingénierie sociale, mais de faire le lien entre une problématique de la socialisation et de la diffusion scolaire de ces savoirs et les interrogations sur les modes de construction des dispositions citoyennes. Et si les phénomènes confusément associés à l’idée d’une dépolitisation ou d’une apathie civique étaient pour partie explicables par les effets des formes d’alphabétisation aux sciences sociales ? Pour ne donner qu’une illustration à ce qui se donne pour hypothèse et non affirmation, les effets conjoints d’une diffusion de savoirs économiques via la presse et l’école, l’échec persistant des politiques publiques de lutte contre le chômage, le naufrage des économies du bloc de l’Est ont pu contribuer à conforter la représentation de « lois économiques » autonomes, résistantes au volontarisme des gouvernants et aux bonnes intentions des réformateurs. À partir de là, c’est tout un pan du pouvoir de changer les destins que revendiquait le politique qui se trouve dévalué, ramenant les discours où l’homme d’État affirme son pouvoir sur l’économique à l’alternative du verbiage électoral ou de la menace d’une aventure désormais taxée d’« albanaise ». Dans le même temps la diffusion de savoirs liés à la psychologie, à la psychanalyse tend à donner à de nombreux agents des grilles conceptuelles par lesquels des problèmes – qui ne sont pas uniquement ceux de l’Œdipe ou des affects, mais peuvent concerner des enjeux sociaux (relations hiérarchiques, malaises statutaires) – sont pensés et retraduits dans des termes qui mettent au principe de leur compréhension des questions comme la capacité expressive, les inhibitions, le manque d’assurance en soi. La diffusion croissante d’un mélange confus de savoirs et d’idéologies relatifs à la « communication » redouble d’ailleurs les effets des discours « psy » (Castel et Le Cerf, 1980). Membres d’une société qui se définit comme de « communication », nombre d’agents sociaux sont amenés à penser dans des catégories de la bonne communication, de l’incapacité à se dire, une part croissante de leurs malaises sociaux. Si l’espace public des années soixante retentissait d’excessifs « Tout est politique ! », celui de la fin de siècle est marqué par l’explication des tensions en termes de mauvais management relationnel, de communication déficiente, de déficit pédagogique dans l’explication des contraintes incontournables d’une économie mondialisée ou de la géopolitique, bref par une logique qui dépolitise, drapée dans des accoutrements de sciences sociales.

30On ajoutera enfin que tant les écrits que les interventions d’Habermas invitent à poser la question du statut du spécialiste de science sociale dans l’espace public. Celui n’est pas assigné à une palette de réactions qui iraient de la dénonciation amère au démontage cynique des désillusions que peuvent inspirer les décalages entre un modèle normatif de l’espace public et son fonctionnement effectif. Chercheurs et intellectuels ont longtemps été invités à concevoir leur rôle dans l’espace public sous la forme d’un « engagement » partisan qui les condamnait souvent à déposer leurs recherches, parfois leur capacité d’analyse au vestiaire. Pour emprunter cette expression à Patrick Champagne, il doit être possible de substituer à la politisation de la vie intellectuelle l’intellectualisation de la vie politique, sous une forme autre que la fonction de conseiller du prince. Les sciences sociales peuvent construire de nouveaux dispositifs d’écoute des souffrances sociales, mettre au point des mécanismes d’enregistrement et d’expression de la parole… Non pour opposer une « vraie » opinion publique, propriété brevetée du sociologue, à des sondages tenus pour intrinsèquement pervers, mais pour faire surgir des paroles moins contraintes, moins bridées que celles qui se limitent à cocher une case dans un questionnaire dont les thèmes n’ont pas toujours d’enracinement dans le vécu des sondés. L’expérience de l’enquête sur La misère du monde (Bourdieu, 1993), sa réception sociale bien au-delà du cercle des initiés sociologues peut donner un aperçu de ces contributions des sciences sociales à une vitalité de l’espace public. Les sciences sociales peuvent encore sans déchoir inventer des formes nouvelles de vulgarisation, rendre intelligible la complexité des rapports sociaux, dans des modalités qui ne suscitent pas le repli ou le découragement devant un fatum social intouchable mais rendent visible les marges de pesée et de changement sur le monde. Elles peuvent armer un large public contre la force intimidante de tous les discours d’autorité, en y incluant d’ailleurs ceux qu’elles produisent elles-mêmes. Sauf à croire à la toute puissance d’un déterminisme technologique, les médias modernes peuvent offrir aux titulaires de savoirs sur le monde social d’autres possibilités que le dilemme du mandarin pontifiant ou du sociologue-plante verte cantonné à une minute quarante d’intervention. La mise en œuvre conjointe dans l’espace public d’une parole savante sans être d’autorité et d’une libération expressive des citoyens « ordinaires » se heurte à d’immenses difficultés (Livingstone et Lundt, 1994). Elle rencontrera des échecs. Elle constitue aussi un défi stimulant, apte à redonner au métier de savant un sens, le sentiment d’une fonction sociale et d’une responsabilité autre que celle qui se joue devant les comités de rédaction.

Du programme aux travaux pratiques

31Cette seconde façon de mobiliser Habermas, comme initiateur d’un programme de recherche est, on l’aura compris, celle qui nous fit choisir et l’intitulé et le projet intellectuel de la table ronde aixoise dont ce livre est issu.

Un « contrat » de recherche

32N’ayant ni la prétention déraisonnable de réécrire collectivement un « Espace public » fin du siècle, ni la possibilité matérielle de mettre en œuvre l’armée de chercheurs que supposerait la réalisation du programme d’investigations évoqué ici, nous avions resserré l’appel à contribution autour de quatre thèmes.

33Le premier portait sur le changement des sites et répertoires de la parole publique, à travers l’examen des processus de dévaluation de certains espaces de débat public ou de socialisation politique, mais aussi à partir de l’émergence de formes et de lieux inédits, tels les « talk-shows » et « reality-shows » pour ces confrontations. Le second portait sur le rôle accru des sciences sociales dans l’espace public, qu’elles prennent la forme désormais classique des techniques de mesure de l’opinion, ou celles – moins routinisées – d’enquêtes comme le « Questionnaire Balladur » de 1994. Un troisième terrain portait sur les formes de la « montée en généralité », les régimes de justification et les contraintes discursives auxquelles doit se soumettre une parole publique pour acquérir crédibilité et légitimité, ne pas être disqualifiée comme simple expression d’une pathologie individuelle ou d’une revendication indifférente à toute prise en compte d’un bien commun, d’un vivre-ensemble. Nous avions enfin souhaité avec beaucoup de force bénéficier du concours de spécialistes des politiques publiques. Ce désir tenait à deux raisons. Il nous semblait en premier lieu observer une forme de déconnexion entre le riche chantier des politiques publiques et d’autres dynamiques de la science politique française, ce que pourrait illustrer par exemple la place très modeste que conserve l’analyse des politiques publics dans la plupart des manuels de notre discipline (Neveu, 1998a). Contre cette marginalisation qui peut donner des politiques publiques l’image d’une province technicienne de la science politique, il nous semblait essentiel d’apporter une contribution à plus d’échanges. Or – et c’était une seconde et forte motivation – l’univers des politiques publiques où, par définition, cheminent processus décisionnels et mesures « concrètes » avec leurs conséquences sur les existences quotidiennes et les grands choix politiques, nous semblait idéal pour y tester les questions de l’espace public, y comprendre à partir d’enjeux immédiats les modes de fonctionnement – ou de non fonctionnement du débat public. La sensibilité d’une large part de la recherche française aux dimensions symboliques et cognitives des politiques, au rôle des arènes et forums ne pouvait que conforter ces espoirs.

34Au-delà de ces terrains et thèmes, la visée de ce moment d’échanges était aussi celle d’une forme de prise de risque collective. Terrains et études de cas devaient alimenter une réflexion plus ambitieuse sur les questions de la représentation, sur un état de l’espace public contemporain, sur les formes différentielles d’ouverture de l’espace public à la diversité des problèmes publics, des causes, des individus et des collectifs qui tentent d’y pénétrer et de s’y faire entendre. Pour le formuler de façon téméraire, l’enjeu était aussi de dépasser une forme stérile d’opposition scientifique dans laquelle la sociologie politique serait assignée aux rôles du greffier et de l’enquêteur, assignée à se contenter ( !) d’expliquer le « Comment cela marche », pour abandonner par timidité ou respect d’un droit d’aînesse les « grandes » questions à ses voisins de la philosophie politique, parfois même, hélas, aux oracles médiatiques et prophètes de newsmagazines.

35Il nous semblait en effet qu’autour des questions qu’articule une problématique de l’espace public, la science politique contemporaine avait dans la période récente fait preuve simultanément de fécondité et de timidité. La fécondité de nombreuses recherches dont les apports croisent et renouvellent les problématiques construites par Habermas est assez visible pour dispenser d’une énumération en forme de distribution des prix, d’autant que des manuels (Lagroye, 1997) en ont proposé de fortes synthèses. Un ensemble de travaux liés à des approches « socio-historiques » variées, (Garrigou, 1992 ; Déloye, 1997 ; Guionnet, 1997) a contribué à une meilleure intelligence de la genèse des formes modernes de la participation politique et du vote. L’analyse de la « communication politique » s’est fortement développée, prenant appui sur le meilleur du legs anglo-saxon pour dépasser simultanément les problématiques des effets et des fonctions qui limitaient une large part des travaux anglophones, pour penser les réseaux d’interdépendances entre acteurs qui engendrent les « communications » (Neveu, 1998b). La sollicitation des apports ethnologiques et ethnographiques a encore permis d’exotiser le regard sur la diversité de nos rapports au politique (Briquet, 1997 ; Sawicki, 1997 ; Schwartz, 1990), tandis que la sollicitation par les politistes de débats venus de la sociologie de la culture (Grignon et Passeron, 1989) permettait de prendre ses distances avec les risques d’une posture « légitimiste » dans l’approche du rapport des couches populaires au politique. Si l’on intègre encore les avancées des travaux sur la socialisation politique (Muxel, 1996), l’entrée d’objets nouveaux comme les mouvements sociaux (Favre, 1990 ; Fillieule, 1997), il semble possible de soutenir que la sociologie politique n’est pas restée l’arme au pied dans sa confrontation aux problèmes de l’espace public. Il ne serait pas excessif de soutenir qu’elle a réalisé sur les terrains évoqués ici des percées scientifiques importantes.

36Et cependant, les motifs de satisfaction étaient oblitérés par un doute. En forçant le trait ne peut-on s’interroger sur une forme de timidité de la discipline à se confronter au présent aux évolutions, aux contestations de la démocratie représentative ? Tandis que les pages politiques, les hebdomadaires, les « débats de société » font grand cas des « crises »… De la représentation, de la presse, des partis, les politistes sont souvent réticents à intervenir sur ces sujets. Ils apparaissent plus convaincants et mieux armés lorsqu’ils analysent des genèses et des processus longs. Confrontés à des sujets d’actualité, ils aiment alors à souligner (non sans raison) que ces questions sont marquées par les prénotions. Ils démontent (là encore, non sans raison) les déterminants de la construction sociale de telle « crise » ou discours sur la crise. Cette résistance aux injonctions sociales qui désignent les « vrais » problèmes est indispensable et salubre, sauf à considérer qu’il suffit que journalistes et professionnels de la politique débattent d’un enjeu pour y consacrer une section d’un manuel de science politique. Mais pour constituer un préalable nécessaire, une règle d’hygiène épistémologique, ce moment déconstructeur ne peut devenir un terminus, sous peine de réduire le chercheur à la posture d’une Cassandre grognon, expert en disqualification de faux problèmes.

  • 2 Pour ne pas glisser de la perception de ses limites au masochisme, on ajoutera que les sociologues (...)

37Au-delà de la confrontation à un terrain, les contributeurs de cette table ronde ont donc pris le risque d’interpréter leur terrain pour s’y confronter à des interrogations qui concernent le citoyen et les enjeux collectifs, renvoient à des questions essentielles sur la façon dont le système d’interdépendances qui structure l’espace public contemporain affecte la participation politique, le débat public, les relations de pouvoir. « Démocratie continue » (Rousseau, 1995), « démocratie d’opinion » (Esprit, 1995), « démocratie du public » (Manin, 1995) : ni les étiquettes, ni les analyses, parfois stimulantes, n’ont manqué ces dernières années pour tenter de donner sens aux évolutions observables dans les formes et modalités du débat public et de la participation politique. Elles sont le plus souvent venues de philosophes, de juristes, parfois aussi d’acteurs et de professionnels de l’espace public (de Virieu, 1989). Malgré des exceptions notables (Gaxie, 1992 et 1993 ; Politix, 1991 et 1992), il est possible de faire grief aux sociologues du politique d’avoir parfois abusé d’une disqualification excédée de ce que ces analyses ont d’enchanté2, d’avoir pu glisser de la prudence méthodologique au désinvestissement de ces terrains.

38Pour l’essentiel d’inspirations sociologiques, les contributions rassemblées ici montrent néanmoins que les sciences sociales ne sont pas condamnées à ristourner à d’autres les « grandes » questions. Elles manifestent aussi que le détour par un terrain, une dimension monographique, n’est pas un prélude à l’enlisement dans le culte du petit fait vrai, mais préalable à une montée en généralité qui peut éclairer bien davantage que l’objet spécifique sur lequel il prend appui. Le lecteur pourra en juger au fil des pages. Un trait commun nous a semblé à la relecture associer les textes, aux problématiques pourtant plurielles, qui sont rassemblés ici : une forme de refus de la pose savante. Cette retenue doit pour une large part à la conscience des risques que fait peser la part forcément interprétative des sciences sociales lorsqu’elles dépassent le moment de l’enquête, celui de l’approche compréhensive pour formaliser un modèle explicatif. Mais la prudence et la retenue qu’imposent cette part interprétative ne sauraient en aucun cas faire présenter les acquis du travail sociologique comme un discours parmi d’autres, une strate de plus dans le millefeuille exégétique sur le social, un produit aussi éminemment périssable qu’un bloc-notes de nouveau philosophe. Parce qu’elles s’appuient sur une connaissance à la fois sensible et approfondie de leurs « terrains », parce qu’elles les problématisent par des éclairages théoriques forts, les contributions réunies ici offrent sur l’espace public plus que de simples points de vue. Elles lestent jusqu’à leurs interprétations des faits sociaux d’une densité argumentative qui est, au bout du recueil, celle de « l’exemplification systématique » (Passeron, 1991). Celle-ci ne rend ni les analyses, ni les interprétations imperméables à toute contestation. Elle leur donne une consistance tout autre que celle d’approches qui se contentent de fréquenter les faits par ouï-dire ou d’en faire une sélection ad hoc pour illustrer une thèse produite sans enquête.

Polyphonie et convergences

  • 3 Renaud Dorandeu, Jacques Le Bohec, Gérard Mauger, Dominique Mehl, Domenico Menna, Aydin Ugur ont é (...)

39Cette présentation de la genèse intellectuelle d’un livre ne saurait passer sous silence les opérations de la cuisine académique et éditoriale. Les aventures scientifiques évoquent souvent le récit de Balzac sur La peau de chagrin. Les vastes programmes de recherche s’y rétractent d’abord en opérations plus ponctuelles. Les contraintes éditoriales ou les engagements des auteurs aboutissent encore à une contraction du produit fini sous forme d’un livre. Cette publication n’a pu reprendre la totalité des interventions développées à Aix3 3. Deux démarches nous ont guidé pour tenter de faire de la restitution de ces débats plus qu’un patchwork de textes.

40La première se matérialise dans une table des matières. Elle a consisté à privilégier la publication de textes capables de s’articuler, de se répondre, d’alimenter la démarche d’exemplification systématique. Trois thèmes fédérateurs ont été retenus pour produire une polyphonie qui ne soit pas cacophonie.

41Un premier ensemble de contributions partage une commune interrogation sur les conditions dans lesquelles des agents sociaux « ordinaires » ou des collectifs ne disposant pas d’un accès routinisé aux forums médiatiques peuvent accéder à l’espace public, ou esquisser des espaces d’expression alternatifs. Deux de ces textes portent sur les médias. Eric Darras analyse dans une perspective comparative les talk-show américains et français, dont les animateurs revendiquent volontiers une fonction maïeutique, un rôle de catalyseur des paroles d’en bas. Dominique Cardon et Jean Philippe Heurtin développent une analyse très dense des registres argumentatifs utilisés par les auditeurs de France-Inter dans une émission de témoignage. Le texte de Pierre Favre revient sur la pratique manifestante et sa médiatisation. Récusant une possible dichotomie entre anciens et nouveaux répertoires, Christophe Traïni s’emploie pour sa part à mettre en lumière l’émergence d’un militantisme apolitique à partir duquel il développe un ensemble d’hypothèses sur le rôle de l’engagement, le contournement des dispositifs représentatifs classiques.

42Un second bloc de contributions trouve sa cohérence dans des réflexions relatives aux formes d’intervention de divers corps d’experts dans l’espace public, sur les contraintes de montée en généralité propres à ce type de discours. Dominique Memmi et Myriam Bachir ont porté des regards croisés sur la posture de « sage ». Luc Berlivet a pris appui sur des cas de controverses dans le domaine de la santé publique pour chercher à saisir comment un discours scientifique pouvait – ou non – pénétrer dans l’espace public sans subit une complète recomposition. Jean-Baptiste Legavre s’est fixé sur l’intervention des intellectuels, mais tout autant sur la manière dont leurs prises de parole étaient recodées, interprétées par les journalistes.

43Enfin, conformément au projet initial, nous avons voulu laisser une large part à des textes qui s’emploient à articuler problématique de l’espace public et analyse des politiques publiques. À partir d’une enquête franco-britannique, Alistair Cole montre comment la question du débat public est à la fois occultée dans le fonctionnement de nombre de réseaux de politiques publiques et dans la boîte à outils des « policy networks ». À partir d’une étude des régions françaises, Joseph Fontaine analyse le paradoxe des procédures d’évaluation. Outils potentiels d’un débat public plus rationnel, elles sont en fait largement confisquées et instrumentalisées dans les interactions au sein des réseaux de décideurs. Axé sur les politiques contractuelles, le texte de Jean-Pierre Gaudin suggère des conclusions largement convergentes. La complexité et le bricolage des processus décisionnels ne facilitent guère le débat public, alors même qu’ils relèvent d’échelons de proximité. Enfin Sylvie Biarez, dans une contribution à tonalité dissidente, pointe l’impensé démocratique des analyses des politiques publiques et suggère la possibilité d’autres éclairages, plus attentifs aux dynamiques de débat, à la prise de parole des agents confrontés à la mise en œuvre des politiques publiques.

44La mise en cohérence de ces douze contributions nous a aussi semblé justifier une présentation qui ne se limite pas au classique exercice du préfacier en « Monsieur Loyal », se retirant après une présentation laudative des contributeurs. Sans prétendre adopter une position de surplomb, ou offrir un au-delà des textes ainsi rassemblés, il nous a paru possible et utile d’en valoriser des éléments de convergence. On ne cherchera ici ni à souligner pesamment ce qu’ont voulu dire les auteurs, ni à dévoiler un sens caché, visible aux seuls préfaciers omniscients, mais à inviter à des mises en relation, des transversalités, que chaque lecteur pourra développer, récuser, redéfinir au fil de sa lecture.

45Deux thèmes, que nous avons perçu comme les filigranes de ces recherches, nous ont paru justifier cet investissement. Le premier à trait aux registres de la montée en généralité et de la justification dans l’espace public contemporain. Le second concerne le caractère profondément éclaté de l’espace public, sa structure mosaïque et les conséquences que peuvent en tirer les sciences sociales.

Les formes de la montée en généralité dans l’espace public contemporain

46L’opération que l’on décrit comme une « montée en généralité » n’est pas propre aux espaces publics (par opposition aux espaces privés) ni à l’Espace public comme construction historique. Elle n’est pas autre chose qu’une opération de catégorisation, de typification, destinée à réduire la variété phénoménale des activités humaines (et la diversité des humains) afin de gagner en intelligibilité. Elle est donc, d’abord, une opération de communication, une façon de construire le réel et, éventuellement, de partager avec d’autres des principes de vision et de division du monde social dont la validité dépasse l’expérience immédiate. Mais elle est aussi, dans le même temps, une opération qui permet de s’approprier le monde social, de parler en son nom, de le re-présenter ; à ce titre, elle est une condition d’accès légitime aux débats publics et sert de point d’appui aussi bien à la critique qu’à l’établissement d’accords sur le bien commun. Et c’est cette caractéristique qui intéresse, à titre principal, la problématique de l’Espace public. Ce n’est donc pas un hasard si bon nombre des textes réunis ici évoquent ou s’interrogent sur la « montée en généralité », ses conditions (tout le monde est-il apte à généraliser ?), ses modalités (quels types d’acteurs, quelles ressources, quels registres, quelles procédures ?) et ses transformations, sa nécessité (l’aptitude à généraliser est-elle toujours un condition d’accès légitime au débat public ou le substrat d’une opération critique ?), son efficacité (réussit-elle toujours à faire l’accord ? N’y a-t-il pas des contradictions entre les différents registres de montée en généralité ?).

Les registres montants de la parole publique

47Le propos des auteurs de ce livre n’a pas été de procéder collectivement à un repérage de l’économie de cette opération dans ses différentes formes ni de proposer un cadre théorique renouvelé pour appréhender cette modalité de constitution de l’espace public ni, encore moins, de revenir sur des thématiques classiques – on peut penser au droit (François, 1993) ou à l’opinion publique mesurée par les sondages (Blondiaux, 1998) –, mais de porter l’attention sur des modalités de la parole publique qui semblent originales ou prennent aujourd’hui un poids croissant, d’en mesurer les effets sociaux et politiques.

Le témoignage et les affects

48Un premier répertoire digne d’une telle attention est celui du témoignage et des affects. On sait, notamment depuis les travaux de Luc Boltanski (1984), qu’il existe une grammaire de la prise de parole publique – que certains désignent comme le « régime de la critique » (Cardon, Heurtin et Lemieux, 1995, où l’on trouvera de nombreuses références bibliographiques) – qui repose sur une démodalisation du discours, c’est-à-dire sur l’effacement de la singularité de l’énonciateur par la mobilisation de principes supérieurs communs diversement définis – l’évocation, par exemple, du bien-être des « générations futures » (Gautier et Valluy, 1998) – ou de collectifs objectivés de différentes façons – comme l’opinion publique mesurée par les sondages – qui autorisent cette parole. Ce type de prise de parole suppose une « compétence » particulière, autrement dit la maîtrise de ressources linguistiques et argumentatives qui sont socialement très inégalement distribuées (Bourdieu, 1982 ; Collovald et Gaïti, 1990), mais également, et cette dimension est cruciale bien que souvent ignorée dans la littérature sociologique, la disponibilité de « points d’appui » (des méta-langages ou des principes de classement, comme les classes sociales, produits et garantis par des institutions) pour monter en généralité.

49La multiplication de formes de paroles publiques (ou, du moins, publicisées) qui font appel au registre du témoignage, c’est-à-dire à une forte implication du locuteur dans ce qu’il dit – que ce soit sous la forme de l’énoncé d’opinions à la première personne du singulier ou sous la forme du partage d’expériences vécues – dans des arènes dorénavant bien établies (talk show ou reality show) avec des instruments désormais rodés (sondages, micro-trottoirs, etc.) interroge au regard justement de l’économie du régime de la critique. D’autant que le phénomène ne se limite par à une forme d’écriture médiatique du monde social via la Télévision de l’intimité, mais qu’il est vécu (ou subi) comme un élargissement de l’espace public, voire une vraie révolution démocratique, remettant en cause les médiations politiques traditionnelles et obligeant tout un chacun – hommes politiques (Le Grignou et Neveu, 1993b) ou personnes ordinaires – à faire la preuve de sa capacité à « parler vrai » par la révélation d’une intimité, d’une émotion ou d’une expérience. Plus encore, c’est l’accès à la « réalité » qui change dans une opposition polaire de plus en plus marquée entre le registre du vécu et de l’expérience, seul à même de rendre compte du « terrain », et le registre de l’expertise, lointain et froid, réduit à sa singularité technicienne. Le traitement médiatique des mouvements sociaux de l’automne 1995, y compris dans les organes de presse les plus enclins à valoriser le registre de l’expertise, en est symptomatique. La prise de pouvoir rédactionnel, à cette occasion, des grands reporters au sein du journal Le Monde au détriment des experts des affaires sociales ou économiques, et sa justification – rendre compte de la « vraie vie » – traduit l’ampleur du phénomène et la diffusion d’un tel principe de vision du monde social (Lévêque, 1996). Cet aggiornamento des registres de la parole publique valorisés dans les médias peut être rapporté, comme le démontre Éric Darras, à une double transformation : celle des rapports de force entre le champ politique et le champ médiatique (et, surtout, la télévision); celle, moins apparente mais sans doute déterminante, des rapports de force entre les professionnels de la télévision, marquée par la montée en puissance des animateurs au détriment des journalistes. Cette concurrence entre les professionnels de la parole publique – modifiant la hiérarchie symbolique de leurs titres-à-parler – aurait eu pour effet d’abaisser les coûts d’entrée dans le débat public aussi bien pour les locuteurs que pour les récepteurs – les émissions-forum à la télévision ou à la radio relèvent souvent de l’unité « divertissement » des chaînes –, d’assouplir selon toutes les apparences ses critères de légitimité par la symétrisation du statut du « spectateur-profane » et du médiateur professionnel, et au total de bouleverser l’économie de l’espace public.

50Une autre explication de cette valorisation publique des affects et des émotions, pas nécessairement contradictoire mais dépassant amplement le cadre médiatique, pourrait résider dans la disparition (temporaire ?) de toute une série des points d’appui qui avaient jusque-là supporté le plus efficacement des dispositifs de montée en généralité. C’est l’hypothèse avancée par Dominique Cardon et Jean-Philippe Heurtin à partir d’une analyse du corpus de « protestations ordinaires » recueilli par France-Inter en 1994 pour commémorer le quarantième anniversaire de l’appel de l’abbé Pierre. C’est en effet au constat d’une « impuissance critique » qu’ils parviennent, caractérisée par l’érosion des instruments (idéologies politiques ou instances de représentation, sous l’effet notamment du désenchantement sociologique) susceptibles de proposer des chaînages pour lier le particulier au général. Impuissance qui se caractérise, dans sa forme extrême, par un repli vers des formes personnalisées et individualisées de culpabilité, une honte systémique (c’est-à-dire qui renvoie à un collectif flou : la société, la famille, etc.) ou une honte de soi (c’est-à-dire une honte d’être). Cette analyse a la vertu de ne pas circonscrire le phénomène à la seule scène médiatique où il se donne à voir. Mais « la mise sur l’agenda médiatique d’expressions individuelles émancipées de toute architecture militante », comme l’écrivent ces deux auteurs, laisse ouverte une réflexion sur les pourquoi et les comment. Comment rendre compte de l’effacement de ces points d’appui ? S’agit-il d’une forme inédite de dépolitisation ? Comment expliquer que des chaînages argumentatifs liés à des idées racistes, ou, sur un autre registre, à une vision darwinienne du social aient mieux résisté que les points d’appui liés à une définition « classiste » du social et du nous ? Quelles sont les conditions sociales de possibilité de la remise à disposition des agents sociaux les plus démunis de nouvelles armatures discursives et identitaires ?

51Reste que, quelles que soient les explications avancées, il est difficile d’accepter sans inventaire cette vision d’un espace public plus « ouvert », plus « démocratique » qu’une partie des gens de media ou des idéologues du zeitgeist associent à cette inflation du registre des affects et de l’expérience dans la prise de parole publique. On remarquera d’abord que même ce type de prise de parole suppose une « compétence » particulière, qui peut manquer à tout individu (quel que soit son capital culturel, ses appuis institutionnels ou ses ressources argumentatives) dans certaines circonstances. On peut penser ici à la difficulté qu’éprouvent les rescapés des camps à décrire l’expérience concentrationnaire (Pollak, 1990). On remarquera également, ensuite, et ce point est analysé longuement par Éric Darras, combien même les formes en apparence les plus « démocratiques » de forums télévisuels ou radiophoniques reproduisent, dans leur stéréo-typisation même, des modes de ségrégation sociale classiques. La contrainte d’« exemplarité » du témoignage propre à la légitimation de ce type de prise de parole requiert notamment des formes de censure (par le choix des « exemples ») ou des discriminations (notamment dans la distribution des temps de parole). Surtout, dans ce cadre, la parole du « profane » reste très largement instrumentalisée par les médiateurs. Ici comme ailleurs, servir la démocratie peut signifier aussi se servir de la démocratie. Enfin, si ces modes de parole permettent de faire surgir (avec les réserves que l’on vient de dire) des « réalités » cachées, des souffrances insoupçonnées des gouvernants – à la manière, ceteris paribus, d’un travail comme Souffrances en France (Dejours, 1998) – on peut s’interroger sur leur capacité à permettre une meilleure intelligibilité du monde social ou à sous-tendre un programme d’action, voire sur le caractère pervers d’un rapport au monde social qui masque dans la singularité des « cas » exposés ses déterminants structurels. On peut même se demander s’il n’y a pas là une forme moderne de folklorisation du monde social – où l’exposition médiatique du « casseur » des banlieues vient remplacer celle du nègre des colonies – qui traduit à la fois tout un inconscient (et, d’une certaine façon, une bonne conscience) des dominants mais aussi une impuissance à penser le monde social au-delà de l’exhibition fragmentée et exotique de cas singuliers. Car l’impuissance est là moins celle des « profanes » que celle des « médiateurs » – on y reviendra.

Paroles d’experts

52Aux antipodes de ce registre du témoignage et des affects, on ne peut manquer de remarquer la montée en puissance de paroles expertes, objectivées de plus en plus souvent dans des procédures d’action publique. L’étude de Joseph Fontaine sur l’évaluation de politiques locales en donne une claire illustration. Elle montre surtout à quel point le choix d’une « bonne » science sociale (l’économie réduite à des indicateurs chiffrés plus que la sociologie ou la science politique) et des bons experts (des hauts fonctionnaires plutôt que des académiques) prédéterminent en large part la nature des découvertes et des critères de jugement. Cette étude vient aussi opportunément rappeler, comme le firent divers travaux sur le nucléaire, qu’une expertise, même publique, n’est pas de par sa simple existence la garantie d’une véritable publicité. La logique des comités des sages est autre. L’observation de ces sites, menée ici par Dominique Memmi et Myriam Bachir, vient non seulement rappeler l’horror singularitas qui marque les débats publics mais aussi que la capacité de généralisation est d’abord un principe de mise à distance des « profanes », un principe d’exclusion, un mode de clôture des discours d’autorité ; qu’elle est, à ce titre, l’une des facettes de la question du pouvoir. La capacité de généralisation actualise ainsi une domination sociale, qui se donne à voir, sur le terrain des comités d’éthique, à travers des identités professionnelles claires et reconnues. Pour le dire autrement, la capacité de généralisation anoblit en plus d’un cas ceux qui sont déjà nobles. La montée en généralité est donc l’œuvre d’une aristocratie : aristocratie au sens propre, comme le montre Luc Berlivet en reprenant les travaux de Steven Shapin sur l’histoire sociale de la vérité, aristocratie d’une compétence socialement consacrée, comme l’analysent Dominique Memmi et Myriam Bachir. La montée en généralité, nul ne s’en étonnera, est un discours de la hauteur – de la hauteur de vue –, discours réservé aux « grands », qui seuls peuvent faire le sacrifice de leur singularité pour définir le bien commun à l’attention du commun.

53L’Universel lui-même, et sa maïeutique, peuvent s’apprendre. Il y a une socialisation à la montée en généralité, nous dit Dominique Memmi. Une socialisation primaire et secondaire précise-t-elle en prenant l’exemple savoureux de Lucien Sève, philosophe marxiste inventeur de la notion de « personne humaine potentielle ». On trouve la même idée avec Myriam Bachir qui parle, dans une perspective bergero-luckmannienne, de la conversion comportementale qu’implique l’adhésion à un rôle – en l’occurrence celui de « sage » – de monteur en généralité (de montreur de « généralités », devrait-on dire). C’est dire que la montée en généralité ne peut s’analyser uniquement comme une stratégie rhétorique, mais qu’elle repose avant tout – que l’on parle de socialisation ou de conversion comportementale – sur un habitus ; ce qui explique, soit dit en passant, qu’elle apparaisse si naturelle et qu’elle suscite si peu de réflexivité.

54On ne peut négliger non plus, de ce point de vue, l’ensemble des dispositifs qui viennent accréditer cette parole d’autorité autorisée. La montée en généralité ne peut exister qu’en s’adossant à des dispositifs institutionnels – qui peuvent être des dispositifs matériels comme le montrent de façon exemplaire les débats sur l’architecture des assemblées parlementaires (Heurtin, 1994) –, des mises en scènes (la mise en scène de l’indépendance chez les « sages », celle de l’objectivité chez les scientifiques, celle du « forum » antique à la télévision). De façon générale, on peut dire, à la suite de Dominique Memmi (1989a) que « la légitimation d’une régulation sociale, dût-elle se faire à l’aide du savoir, exige d’abord une mise en scène convaincante apte à maintenir les intéressés eux-mêmes dans l’illusion qui confère à leur présence la force de l’évidence ».

55Reste que la transmutation de savoir-faire spécifiques et de rhétoriques de généralisation propres à des univers particuliers (ici le monde des savants) en ressources permettant d’intervenir dans l’espace public ne va pas de soi. Car, comme le montre Luc Berlivet, pour que les scientifiques puissent agir sur le monde à partir de leurs catégories d’appréhension du monde, il leur faut passer par d’autres – des « traducteurs » pour parler comme Michel Callon (1986) et Bruno Latour (1989). Et ces montées en généralité propres à l’univers scientifique risquent toujours la corruption au contact de la pluralité des logiques et des contraintes sociales qui structurent les agents sociaux qu’il leur faut enrôler pour pouvoir agir. Il y a en effet une tension structurelle entre, d’une part, l’autonomie de la science comme activité (et les principes de montée en généralité qui lui sont propres), et, d’autre part, son extrême hétéronomie dès lors qu’il s’agit de s’appuyer sur elle pour agir dans le monde, dès lors qu’il s’agit d’enrôler des profanes, de les mobiliser, pour donner une réalité à ce discours relativement autonome (et donc, d’une certaine façon, « lointain »).

56Luc Berlivet parle, à ce propos, d’une tension entre l’obligation de publicité et les contraintes de distanciation des scientifiques – et l’on remarquera peut-être qu’il lance là une belle pierre critique, sur la question de la circulation des énoncés scientifiques, par-dessus les hauts murs du jardin du château Latour-Callon. Car on aboutit cette fois au constat d’une extrême fragilité des énoncés scientifiques dès lors qu’ils cherchent à « pénétrer » l’espace public, comme l’illustre la durée de certaines controverses relatives à la santé publique. Tout cela conduit à des stratégies fortement agonistiques dans l’usage des énoncés scientifiques (voir l’exemple de l’anti-tabagisme), mais surtout aboutit à un paradoxe : l’objectivité – dans son rapport avec une certaine conception de l’universel –, est une condition nécessaire pour qu’émerge un espace public instrumenté par des énoncés scientifiques, mais c’est un impératif presque impossible à atteindre à mesure que cet espace public s’élargit. La fragmentation de la communauté scientifique, liée notamment à la spécialisation du travail scientifique, ajoutée à la longueur croissante des chaînages qui vont de l’énoncé scientifique à l’action, longueur qui accélère la circulation dans différents univers sociaux de ces énoncés, empêchent de clore des controverses. Pour faire bref, nous ne savons toujours pas si nous pouvons manger tranquillement notre beefsteak quotidien… Cela est d’une certaine façon rassurant : nous ne sommes pas prêts d’aboutir à un gouvernement des docteurs es sciences. Mais cela est aussi inquiétant car ces controverses doivent être résolues. Par qui peuvent-elles l’être ? Et de quelle façon ? Il n’est pas certain que l’exemple donné aux États-Unis par les Cours suprêmes de certains États imposant l’enseignement de la Genèse dans les cours de sciences naturelles indique une réponse pertinente ou enthousiasmante à cette question. Elle n’est pourtant pas socialement improbable dans un contexte où le « retour du droit » est souvent présenté comme une des panacées possibles des maux sociaux.

57De façon plus générale, ces constats conduisent à s’interroger sur les conditions de la circulation des grammaires de la généralisation, en analysant leurs déformations, leurs usages pluriels, etc., mais aussi à chercher à mesurer leur éventuelle spécificité de ce point de vue. Ainsi, par exemple, le paradoxe soulevé par Luc Berlivet à propos des énoncés scientifiques ne vaut-il pas dans d’autres situations, pour la diffusion par exemple des instruments juridiques de généralisation ou encore pour les usages sociaux des sciences sociales ? La question est (largement) ouverte, mais l’extraordinaire confusion actuelle entre le travail sociologique et les usages politiques de la sociologie montre bien que les sciences « dures » ne sont pas les seules concernées.

58Nous inviterons pour clore sur ces registres montants à prêter attention à ce que leur coprésence ou leur combinaison se prête assez malaisément à la construction d’une situation de communication idéale telle que l’envisage Habermas (Bautier, 1994, chapitre 4). Comment peuvent s’articuler des discours d’expertise dont l’autorité réside à la fois dans leur forte démodalisation et l’importance des ressources sociales et institutionnelles (pour partie déniées) qu’ils supposent avec une représentation atomisée du monde social, sans principes de mise en équivalence de cas singuliers énoncés qui plus est sur le mode du « Je » ? Le malaise est d’ailleurs perceptible chez de nombreux experts soumis aux discours de témoignage, accusés dans ces situations de tenir un discours abstrait, arbitraire, inadéquat au vécu de leurs interlocuteurs. Une des plus fortes illustrations de cette inconfortable articulation de l’expertise et du témoignage vécu est fournie par l’étude du talk-show brittanique « Kilroy » developpée par Sonia Livingstone et Peter Lundt (1994). L’expert accusé lors des échanges sur le plateau d’abuser des généralités, de dissoudre la diversité et l’intensité du vécu dans son travail de mise en équivalence et de chaînage du particulier au général, n’a souvent d’autre recours pour rester crédible… que de renoncer au statut d’expert pour répondre en mobilisant son propre vécu, son propre témoignage. Les formes socialement constituées de défiance auxquelles se heurtent la figure de l’expert, souvent contaminée par les représentations sociales du technocrate ou du savant enfermé dans une tour d’ivoire, expliquent pour partie le succès social du vocable « sage » qui envahit la sphère publique lorsqu’il s’agit de désigner certains « experts », comme s’il s’agissait par là de permettre une forme de compromis entre la froideur de la science et l’humanisme requis du savant.

Des registres discursifs déstabilisés

59La montée en puissance des deux registres de l’expertise et du témoignage affecte ou fragilise fortement certaines des formes les plus établies, les mieux institutionnalisées, de la parole publique. Cette déstabilisation atteint aussi, en premier lieu, des catégories d’acteurs socialement définies par leur accès à la parole publique, les intellectuels comme les professionnels de la politique.

Les intellectuels dans l’espace public : en quête d’alternatives à l’intellectuel médiatique

  • 4 On sait que l’objectivation sociologique, longtemps le privilège de savants, est devenue une des f (...)

60On ne reviendra pas longuement sur l’érosion multiforme de la position traditionnelle de l’intellectuel et de ses registres de prise de parole. Derrière le marronnier complaisant des années quatre-vingt sur le « silence des intellectuels » se cache le dénouement d’une formidable bataille pour la définition de la hiérarchie symbolique des titres-à-parler, bataille qui s’est soldée par une nette victoire du champ journalistique qui s’est octroyé à cette occasion une véritable fonction de juridiction sur le monde intellectuel. Reste que si les intellectuels ont fait l’objet de très nombreux travaux depuis une vingtaine d’années (par exemple, Rieffel, 1993), il manque une véritable histoire sociale de ce basculement des rapports de force et de ses limites, le restituant dans l’espace élargi du champ du pouvoir, de ses élites et de leurs « référentiels » mais le reliant aussi aux transformations des différents espaces de production de biens culturels (édition, Université, etc.) et aux usages des « technologies » de construction sociale de la réalité4. Une telle histoire permettrait de comprendre véritablement la disparition des conditions qui rendaient possibles la figure multipositionnelle d’un Sartre (Boschetti, 1985) ou d’un Aron, voire même, dans un état postérieur du champ, d’un Foucault ; elle permettrait également d’expliquer pourquoi les différentes « innovations » – on peut penser à l’invention de la figure de l’intellectuel anti-totalitaire au début des années quatre-vingt – n’ont pas empêché une forme de « désenchantement des clercs » (Hourmant, 1997), ouvrant un no man’s land entre l’intellectuel médiatico-mondain appartenant à une écurie journalistique (par exemple, Pinto, 1984), « well-known for his/her well-knowness » comme le dit l’anglais, et l’universitaire replié sur son domaine de compétence.

  • 5 Devenus des sortes de gate-keepers des débats intellectuels, dessaisissant les intellectuels de le (...)
  • 6 Sur les procédés journalistiques de recodage des prises de position civiques de chercheurs voir Ch (...)

61Le mouvement social de l’automne 1995 vient illustrer les différentes facettes de cette bataille perdue des intellectuels et les difficultés d’une éventuelle reconquête. On en soulignera ici deux dimensions. La première, analysée par Jean-Baptiste Legavre à partir du traitement journalistique des pétitions qui ont scandé ce mouvement, réside dans la « désuniversalisation » de la figure de l’intellectuel par les journalistes. Ce traitement journalistique des pétitions hésite, d’une part, entre le mépris face à des « petites querelles » parisiennes, la stigmatisation de positions « sectaires » (« les clercs d’Esprit contre la bande à Bourdieu ») indignes d’un monde voué à la science et, d’autre part, des formes de valorisation ostentatoire d’un collectif flou (« le retour des intellectuels ») dont il semble cependant impossible de rendre compte, dans les logiques propres de l’écriture journalistique, hors de l’anecdote et de la personnification. Surtout, il repose sur une tension des contraires sur laquelle joue en permanence le travail journalistique de « production »5 des intellectuels : spectacularisation des prises de position intellectuelles et dénonciation simultanée des « intellectuels médiatiques »; rabattement des catégories intellectuelles de jugement sur des catégories politiques et dénonciation simultanée de la politisation des savants ; etc. Dans ce cadre, et parce que l’intellectuel (y compris, souvent, aux yeux de ses pairs) n’est plus autre chose que ce qui est désigné comme tel dans les médias, c’est la possibilité même de l’autonomie de sa parole – et donc la légitimité de son intervention dans le monde social – qui est refusée. D’où l’extrême difficulté des entreprises – on peut penser à « Liber/Raisons d’agir » – qui, au nom de la science, c’est-à-dire d’un idéal universaliste, essaient de réinventer une figure de l’intellectuel comme agent intellectualisant la politique, luttant contre la violence symbolique des discours d’autorité, et qui, avec une belle constance journalistique, sont systématiquement rapportées à des luttes propres au champ politique et, comme elles, personnalisées, décrites sur le mode des Horse race politics et rapportées à des mesures d’audiences dont les journalistes détiennent le quasi monopole6.

  • 7 Il faudrait ajouter « et les remakes », comme ces entreprises collectives drapées dans les toges m (...)

62Cette « désuniversalisation » journalistique de la figure de l’intellectuel est également liée – seconde dimension – au développement de la figure de l’intellectuel « expert », dont la pétition «Esprit » de décembre 1995 a été comme un révélateur dans le débat public français. Le phénomène est en fait ancien et renvoie à une transformation des modes d’élaboration et de légitimation des politiques publiques analysée aujourd’hui, par exemple, sous l’angle des « communautés épistémiques » (Haas, 1992) ou des advocacy coalitions (Bergeron, Surel et Valluy, 1998). Il renvoie également au modèle des think-tanks anglo-américains (Stone, 1996 ; Dixon, 1998) et à la figure spécifique d’intellectuel que sollicitent ces structures. Sans être réductible à la figure du conseiller du prince, et moins encore à celle du mercenaire intéressé, l’intellectuel de think-tank, mobilise son savoir de façon résolument utilitaire pour infléchir les politiques publiques, il campe selon le mot de Diane Stone sur la « plaque tournante » entre les divers espaces du champ du pouvoir. Il n’est pas rebuté par une relation forte de connivence à des intérêts sociaux organisés. La Fondation Saint-Simon, pour ne prendre que cette illustration, est une réussite particulièrement impressionnante de transposition dans le cadre culturel et politique français d’une institution qui lui était jusque là très largement étrangère. Les points de comparaison ne manquent assurément pas : travail de définition des problèmes et des solutions vers le « grand public » via la publication de livres, un efficace réseau éditorial et journalistique (Le Débat, Le Nouvel Observateur, Esprit), mobilisation d’intellectuels à fort prestige académique, visée de redéfinition d’une figure de l’intellectuel « responsable », positionnement à l’interface des mondes sociaux de l’Université, de la haute fonction publique, des grandes entreprises et du politique. Dans les tâtonnements, les innovations, les tentatives7 de redéfinition du statut et du rôle de l’intellectuel dans l’espace public français, ce modèle de l’intellectuel de think-tank – fut-il rebaptisé « fondation » – est sans doute celui qui a socialement le mieux réussi à ce jour à formaliser efficacement une façon de se faire entendre autre que celle des intellectuels journalistes (Pinto, 1990 et 1994). La multiplication des structures de réflexion et de prise de parole se revendiquant du label « fondation » constitue une forme de reconnaissance de ce succès social. Notre propos n’est, ici, ni de juger des intentions des intellectuels liés aux diverses fondations, ni de prétendre détenir une réponse simple à la question des rapports du savant et du politique dont on sait, au moins depuis Weber, la difficulté ontologique à cohabiter sereinement. Ce sont donc des interrogations critiques qui s’exprimeront ici. Cette figure de l’intellectuel « expert » ou « responsable » ne peut-elle brouiller la réception sociale des travaux savants, faire apparaître le chercheur comme l’auxiliaire des titulaires du pouvoir social ? Le langage du réalisme, voire de l’éthique de responsabilité, ne peuvent-ils être ce par quoi l’hétéronomie pénètre dans le champ scientifique et intellectuel et en sape, du même coup, la légitimité ?

Entre « lois du marché » et désacralisation : le statut incertain du discours politique

  • 8 Le débat préalable à la ratification du traité de Maastricht, en 1992, est éloquent de ce point de (...)
  • 9 Phénomène qui n’est pas inédit en soi, et qu’on trouve au principe, par exemple, de la mise en scè (...)

63Toutes choses égales par ailleurs – et même si l’objet de la table ronde d’Aix ne portait pas directement sur ce point –, il est sans doute possible de penser sur le même mode ce qui est souvent décrit comme une crise de la parole politique. Il n’est pas utile de revenir ici sur le discours récurrent de la « crise de la représentation » dont on sait ce qu’il doit à des logiques proprement journalistiques d’appréhension du politique (Neveu, 1992 ; Lacroix, 1994) même s’il ne s’y réduit pas. En revanche, on peut s’interroger sur la difficulté actuelle du discours politique à se penser en tant que tel, sur la possibilité d’une spécificité de la parole politique. L’irruption de la « société civile » aux postes ministériels lors du second septennat de François Mitterrand, la multiplication des formes de mise en scène du politique sur le registre de l’intimité (Le Grignou et Neveu, 1993b), la critique virulente des bureaucraties et de l’énarchie lors de la campagne présidentielle de Jacques Chirac en 1995, sont comme les symptômes d’une difficulté à affirmer l’autonomie et la légitimité de la sphère politique, sa centralité dans la définition du bien commun. Inversement, et même si le travail symbolique est au cœur du politique (par exemple, Edelman, 1991), l’inflation actuelle des opérations de réassurance symbolique initiées par le politique8 apparaît comme une forme de contre-feu, souvent un peu dérisoire, visant à masquer une impuissance, à rétablir la centralité du site politique dans la vie sociale. On ne comprendrait pas, sinon, l’importance accordée par les hommes politiques, mais aussi par les journalistes, à l’entreprise de « modernisation » de la vie politique lancée par Jacques Chirac au début de la cohabitation de 1997. Au-delà même de phénomènes structurels (globalisation, mondialisation, etc.) et de la montée en puissance concomitante d’un discours de la raison technicienne qui fait de l’impuissance politique son fond de commerce9, les professionnels de la politique sont désormais concurrencés par de nouveaux producteurs de légitimité qui s’accaparent avec succès la parole « civique » – journalistes faisant parler l’« opinion publique », gardiens de l’État de droit (professeurs et juges), experts et « sages »– et soumis à une conception de la démocratie de plus en plus marquée par une exigence de « proximité » des élus, c’est-à-dire une désacralisation au sens propre. Cette désacralisation du politique fonctionne d’ailleurs par un triple processus d’érosion. On vient d’évoquer le premier, qui naît d’une forme de banalisation de la parole des politiques liée au ressassement, parfois à la trivialisation, d’interventions médiatiques où la parole politique est perçue comme vaine rhétorique, liée aussi à la concurrence montante d’autres producteurs de parole civique. Une seconde délégitimation doit à un ensemble d’effets dus à la professionnalisation et à la fermeture croissante du monde des professionnels de la politique. Les phénomènes qui en découlent vont ici de l’enfermement de ce monde social sur des enjeux ésotériques, à son décalage structurel aux horizons d’attente des profanes, en passant par les dérives éthiques et les phénomènes de corruption. Cette désacralisation vient enfin, on l’a déjà souligné, d’une perception croissante d’une forme d’impuissance ou de limite du volontarisme politique face à des causalités systémiques, des processus supranationaux, à la force des « marchés » et de grands intérêts organisés. Elle se traduit par une perte de crédit d’une vision de la politique capable de changer le monde, qui pour comporter des dimensions illusoires, recelait aussi la force mobilisatrice et transformatrice attachée aux illusions mêmes. Le sens et les effets sociaux de cette triple désacralisation ne sont nullement univoques. Le processus a remis en cause certaines formes d’opacité du monde politique. Il a mis a mal une culture de la déférence et de la remise de soi à l’égard des élus. Il a pu ouvrir à de nouveaux entrepreneurs de cause, à des forces sociales jusque-là marginalisées, l’accès à des espaces d’expression. Il n’y a par ailleurs aucune raison scientifique de sangloter sur la décadence des manifestations les plus figées et les plus compassées d’un rituel d’État que Bagehot (1867) associait aux « rouages sacrés » des institutions. Reste que pour sembler aujourd’hui désuète ou fanée une problématique des rapports du sacré (au sens durkheimien, comme domaine séparé, transcendant) et du politique gagnerait à être réinvestie. Non pour imaginer de nouvelles pompes étatiques, ou pour s’indigner sottement du manque de déférence de telle émission de marionnettes à l’égard des gouvernants, mais pour réfléchir aux coûts sociaux et politiques de la dévaluation de l’activité politique. Cette banalisation, que Lipovestki a joliment qualifiée de « déchéance burlesque du politique », pose des questions de fond : celle de la dévaluation d’un ordre politique qui reste l’outil essentiel d’une prise des sociétés sur leur destin, celle de l’autonomie d’une sphère spécialisée (ce qui ne signifie pas étanche) dans la définition et l’entretien d’une identité collective et la construction du lien social.

Du côté des profanes

64Les effets de la montée en puissance des registres du témoignage et de l’expertise peuvent aussi s’envisager du point de vue des profanes, de l’immense masse des agents sociaux dont les investissements directement politiques restent superficiels et épisodiques.

65Le thème de la dépolitisation demande à être manié avec la plus grande circonspection. Georges Vedel en fournit une illustration lucide et ironique lorsqu’il note (1995, p. IX) que lors de la préparation d’un colloque à l’orée des années soixante, les chercheurs mobilisés avaient promptement produits un jeu complet de brillantes théories de la dépolitisation, avant que leur enquête ne leur suggère une réalité qui était celle d’une modification des formes et modalités de cette politisation. La même prudence s’impose aujourd’hui. Il parait cependant possible d’introduire trois points de repères qui peuvent non pas démontrer l’existence d’une dépolitisation, mais aider à esquisser une discussion sur ce sujet. Le premier, lumineusement mis en évidence dans la contribution de Dominique Cardon et Jean-Philippe Heurtin réside dans ce qu’ils nomment avec bonheur un « régime d’impuissance » de la critique, partiellement explicable par la dévaluation ou le discrédit de certains types de discours politiques (au premier chef ceux que l’on pourrait associer à une tradition marxiste définie très extensivement). Si cette situation n’interdit pas la définition d’un bien commun, d’idéaux normatifs associés à des notions comme la justice ou le respect des personnes, elle handicape sérieusement le passage entre l’identification de ce bien commun et la formalisation d’un langage qui, via des principes de vision et de division du monde, les traduise en objectifs, programmes, définition d’adversaires et d’alliés. Un second repère peut être associé à l’idée d’un désenchantement du politique. La prise de parole sous la forme du témoignage, de la souffrance dite pourrait alors s’associer à la perception d’une impuissance, d’une vanité du pouvoir politique, empêtré dans des chaînes de dépendances systémiques étendues à l’échelon planétaire, inapte à répondre aux enjeux collectifs les plus impérieux, comme peut le suggérer la faible efficacité des politiques de lutte contre le chômage en France. Enfin des formes diverses de désaffection pour les médiateurs et courtiers ordinaires de l’action politique (partis, entrepreneurs politiques) viendrait redoubler les phénomènes évoqués ici.

66Trois rapides séquences d’analyse permettront d’amorcer une réflexion à partir de ces hypothèses. La première cherchera à identifier des indices suggérant, sinon une dépolitisation, du moins une forme de retrait ou de distance à l’égard des formes institutionnalisées de la parole et de l’engagement politique. Reprenant l’observation du doyen Vedel, la seconde viendra souligner que les processus en cours dans l’espace public, ne sont pas réductibles à une dépolitisation mais suggère de nouvelles formes de « voice », de participation politique. La dernière tentera de suggérer les potentialités ambivalentes des conflits de discours et de formalisation des enjeux collectifs dans l’espace public contemporain pour souligner la tension entre des processus de redéfinition de la politisation et d’authentiques processus de dépolitisation.

67La question des manifestations récentes de retrait à l’égard des formes traditionnelles du discours et de l’engagement politique est aujourd’hui assez documentée pour qu’il soit possible de renvoyer à un corps de recherches. On y citera au premier chef les travaux de Jacques Ion et de l’équipe du CRESAL (1997), ceux réunis par Pascal Perrinneau (1994) à l’occasion d’un colloque du CEVI-POF, sans omettre tout ce qu’apporte la sociologie électorale (Mayer, 1997 ; Boy et Mayer, 1997). Ces travaux suggèrent, particulièrement chez les jeunes, la montée d’un rapport désenchanté à la politique. Jeanine Mossuz-Lavau le condense en relevant, lors d’une enquête qualitative, que les trois quarts de ses interlocuteurs manifestent « qui de l’amertume, du ressentiment, de l’agacement, du découragement, qui parfois une véritable souffrance ou une forte colère » (1994, p. 160). Ils soulignent le brouillage croissant du clivage droite-gauche qui structurait jusque-là le rapport au politique (Schweisguth, 1994). Cette tendance à une distanciation est inséparable d’une montée du niveau de scolarisation qui stimule des dispositions de réticences à la délégation. Elle se traduit encore par un refus croissant des formes d’engagement sacrificielles qui fonctionnent à la remise de soi, à l’annexion de la vie privée par l’engagement, comme le montrent Jacques Ion et le CRESAL en partant des évolutions des fonctionnements associatifs. Enfin la montée du poids électoral d’un ensemble d’entreprises politiques (Front national, Écologistes, listes Tapie ou de Villiers) – dont la stigmatisation comme « populistes » n’est que faiblement éclairante – constitue un autre indice de défiance à l’égard d’une offre politique qu’un nombre significatif de citoyens tient pour rigidement idéologique, coupée du « réel » par les effets de la professionnalisation, porteuse de désillusions répétées. Si les données d’enquête sont plus lacunaires sur ce point, il est possible de suggérer que ces phénomènes doivent aussi à ce que l’on pourrait désigner comme un « effet mondialisation ». La prise de conscience (ou la mythification) de phénomènes de dépendance systémique liés à la construction européenne, à la mondialisation de l’économie et des communications suscitant alors des réflexes de repli ou le sentiment d’une impuissance du politique et d’une faible utilité de la participation. On se gardera bien de pronostiquer s’il s’agit là d’une tendance lourde ou de l’effet conjoncturel d’un choc cognitif sur des agents sociaux et des entreprises politiques capables de définir des stratégies et des réponses pour reconquérir une prise (ou la croyance en celle-ci) sur ces mécanismes.

68La conclusion qui s’impose n’est pas d’entonner un requiem de la politisation, ni de cotiser à un énième discours sur la désertion de l’espace public par les citoyens. L’observation de Sylvie Biarez pour qui ce sont aussi des grilles théoriques, une vision techniciste des politiques publiques qui ont produit de la cécité aux formes nouvelles du civisme vaut d’être écoutée. Des formes nouvelles de participation politique et de politisation se développent en effet parallèlement à l’érosion des registres traditionnels. On renverra sur ce point aux fortes analyses de Jacques Ion sur la montée d’un engagement distancié, sur l’individuation des formes de cet engagement. La restructuration des formes de la participation politique se lit aussi dans le développement des mouvements sociaux et des micro-mobilisations. Sidney Tarrow et D. Meyer (1997) a pu définir récemment notre époque comme « la société des mouvements sociaux ». Au-delà de la formule, les données objectives suggèrent la fécondité d’une telle caractérisation. Le développement des micro-mobilisations et la multiplication des manifestations (Fillieule, 1997) viennent révéler des formes nouvelles de participation à l’espace public, de prise de parole visant à constituer politiquement des malaises sociaux. Le propos est à prendre comme un constat non comme un point de vue normatif. Un débat qui opposerait les mouvements sociaux comme des formes bonnes ou modernes de prise de parole dans l’espace public à l’archaïsme ou au caractère illusoire de la prise de parole par le vote ou l’engagement partisan nous paraît stérile (tout comme le point de vue inverse). Sans glisser dans le jugement de valeur, la sociologie politique doit prendre acte de la montée de ces formes nouvelles de participation et chercher à les comprendre. Elles nous semblent, sous une forme sans doute confuse et pas toujours explicite jusque pour leurs participants, traduire une volonté de restreindre les processus de délégation politique, de peser de façon plus directe et plus continue sur les processus de délibération politique. Le fait même que cette participation se déploie au grand jour et fasse souvent l’objet d’une couverture médiatique fait peser sur elle des contraintes d’argumentation et de montée en généralité. On se gardera de prétendre que les critères de médiatisation de ces mobilisations favorisent toujours une argumentation conforme aux idéaux de l’Aufklarüng. Mais ces exigences de rationalité et de publicité sont-elles présentes dans le processus de production de nombre de politiques publiques coproduites par des segments des bureaucraties d’État et des groupes de pression inégalement transparents ?

69S’il restitue une part des modalités de relation des profanes à l’espace public le schème d’une restructuration des formes de la participation politique est cependant trop pauvre pour rendre compte de l’ensemble des dynamiques à l’œuvre. Des modes de montée en généralité négligés à ce stade de l’analyse peuvent être associés à de véritables processus de dépolitisation.

  • 10 Merci à Éric Darras de nous avoir fait découvrir ce texte.

70Le premier, très visible dans la contribution d’Eric Darras, mais aussi dans une partie des interventions des auditeurs analysées par Dominique Cardon et Jean-Philippe Heurtin peut être caractérisé comme le discours thérapeutique. Une façon d’expliciter ce registre peut être de suggérer qu’il s’agit de l’alternative manquante au triptyque d’Hirschman (1972). Celui-ci analyse trois réponses possibles devant un « problème » ou une insatisfaction : le silence de la loyauté, la sortie silencieuse de l’exit et la prise de parole (voice). Une dernière possibilité manque au tableau : la voie de la « thérapie » par laquelle l’insatisfaction ou le problème n’est pas imputé à un tiers (entreprise, pouvoir politique, partenaire) mais pensé par celui qui s’y confronte comme relevant d’une faute ou d’une inadaptation de sa part, et ne pouvant trouver sa solution que par un travail de la personne sur elle-même pour modifier ses capacités, son psychisme, ses comportements. Or comme le suggèrent les travaux de Dominique Mehl ou de Janice Peck (1995)10, une part non marginale des discours médiatiques fonctionne actuellement sur ce registre. L’observation vaut au premier chef pour cette « télévision de l’intimité » que portent reality-shows et talk-shows. Le registre thérapeutique emprunte ici prioritairement au discours « psy » analysés par Robert Castel et Jean-François Le Cerf (1980). De nombreux problèmes dont les déterminants reposent en large part sur des causalités macro-sociales, y sont recodés et atomisés en problèmes purement individuels. Un fragment de dialogue entre une mère de famille noire et une psychologue lors du « Jessy Raphael Show », à propos des risques que court un enfant dans la rue, illustrera parfaitement ce processus de contournement de toute référence à des groupes constitués, à des contraintes sociales, qui aboutit à ne (re)connaître que des individus postulés libres et responsables (Peck, 1995).

Mère : « Pardon, pardon. Faites attention. Vous êtes une mère blanche. Je suis une mère noire. C’est une situation complètement différente. Quand mes mômes sortent dans la rue… »
Psychologue : « Je ne peux pas croire que vous disiez cela… »
Mère : « Je me moque de ce que vous croyez. C’est la vérité. C’est comme cela. Et aussi longtemps que nous refusons de le voir, nous les Noirs, que ce n’est pas la même chose quand nos fils marchent dans les rues, c’est pour cela qu’ils continuent à se faire tuer. C’est pour cela qu’ils continuent à vendre de la drogue. C’est pour cela que nos enfants sont toujours des victimes. Vous, vous êtes un médecin, un titulaire de doctorat. Je suis une mère aimante, chrétienne. Voilà ce que je suis »
Psychologue : « Je suis une mère aimante aussi… »
Psychologue (après une coupure publicitaire) : « Ce que j’aimerai dire est qu’il serait détestable de penser que nous sommes en train de laisser entendre qu’il y a des façons différentes d’élever un enfant fondées sur la race. Je ne peux pas croire que c’est ce que vous êtes en train de dire. »
Mère : « C’est le cas. Vous savez, vous savez ? Vous ne pouvez pas le croire ? Vous ne pouvez pas le croire parce que votre enfant n’est pas noir ? Vous n’élevez pas un enfant noir dans cette société. Voilà pourquoi vous ne pouvez pas le croire. Je peux le croire parce que je le vis ».
Psychologue : « Je dois vous dire que notre formation, la façon dont je perçois le monde, la façon dont nous tous qui sommes pédiatres… »
Mère : « Vous voyez à travers des yeux bleus. J’ai des yeux bruns. Voilà comment vous voyez. Et comment je vois, avec des yeux bruns, et des cheveux crépus, et une peau sombre »
[…]
Animatrice : « OK J’ai un petit problème là. Je pensais que nous allions parler d’enfants. Nous voilà dans les relations raciales… »

71Le registre de la psychologie n’est pas le seul qui puisse faire jouer ce procès d’individuation-dépolitisation de questions qui peuvent potentiellement se construire en problèmes publics. Le thème de la communication, avec ses « erreurs de communication » et ses défauts d’écoute qui ramènent tout conflit à un déficit d’intercompréhension peut aussi y conduire. Plus largement, des pans entiers des apports des sciences sociales peuvent ainsi être sollicités selon des modalités défavorables à la cristallisation de problèmes sociaux ou de collectifs, en renvoyant tout malaise à des inadaptations, des incompréhensions, à la méconnaissance de lois d’airain qui peuvent être celle des impératifs organisationnels, ou du marché, cet « état de nature de l’économie » selon la formule d’Alain Minc. Comme tout autre discours porté par les médias, le discours thérapeutique rencontre des réceptions contrastées, des résistances ; ses effets ne sauraient être foudroyants. Dans un contexte déjà marqué par le doute sur les pouvoirs de l’action politique, son sens est très explicitement de sérialiser les malaises sociaux, de les dépolitiser en les rendant impensables en termes de revendication d’une action publique.

72Un autre registre contemporain de la parole publique comporte des potentialités ambiguës au regard d’une dynamique de dépolitisation : le discours identitaire. « Identité » est devenu un terme en vogue tant dans les sciences sociales que dans les discours publics (Bayard, 1996). Il faut se garder d’y voir une complète innovation. Craig Calhoun souligne justement, contre une vision trop rationaliste portée par Habermas, que l’Espace public n’a jamais été un simple lieu de confrontation de discours contradictoires et de débat rationnel. Il fonctionne comme un espace d’offres identitaires, d’affichage d’identités collectives (Eux/Nous) que peuvent plus ou moins endosser les membres du public : « Les gens ne rentrent pas dans l’espace public avec des identités bien fixées, prêts à s’engager dans une argumentation, ils sont plutôt en quête d’identité. Ils ne cherchent pas simplement des discours rationnels, des arrangements coopératifs rationnels, ou même des buts instrumentaux mais dans une large part l’affirmation de leur identité personnelle » (1991, p. 108). Cette dimension identitaire des espaces publics prend aujourd’hui des formes spécifiques. Les effets conjoints de l’érosion de certaines identités collectives (ouvrière, communiste, catholique, laïque…) et ce qu’Elias (1991) désigne comme le déséquilibre Je/Nous rendent hautement problématique la question de l’identité, suscitent une demande de réassurance identitaire d’autant plus complexe qu’elle fonctionne dans une logique de « double-bind » : recomposer du Nous tout en respectant une forte individuation. L’espace public voit donc se déployer une floraison d’entreprises identitaires allant de la gay-pride, à la revendication de principes de construction jusque-là subsidiaires ou dévalués dans la tradition culturelle française (ethnicité, religion, comportements sexuels), voire à l’invention de collectifs jusque-là inimaginables ou inexprimables dans l’espace public (personnes corpulentes, supporters de formations sportives). Les recherches de Sylvie Ollitrault (1996) sur les militants écologistes français analysent bien la double polarité de cette dynamique identitaire. Elle peut produire du Nous, politiser les problèmes en les hiérarchisant, en faisant appel à l’action publique pour y répondre. Elle génère simultanément un « vivre écologiste » autarcique, le repli sur le groupe des semblables, la limitation de l’engagement aux formes, respectables mais limitées, d’un style de vie donné comme exemplaire et structurant. Le travail de Christophe Traïni sur les rappeurs autonomes italiens et français permet pareillement de réfléchir à ces ambivalences. Le travail de maintenance et d’adaptation identitaire que permet l’engagement apolitique ne saurait être assimilé à une désertion de l’espace public. Il peut aussi comporter le risque de stimuler des sociabilités narcissiques, des micro-communautés en forme d’isolats sociaux. On ne s’engagera pas dans le débat dépassé de la sociologie des mouvements sociaux des années quatre-vingt, réfléchissant à l’alternative d’une analyse en terme d’identité ou de stratégie. Une identité forte, l’estime de soi sont des ressources stratégiques. Encore faut-il que leur construction ne soit pas une fin en soi, que cette identité permette de porter dans l’espace public un discours à portée politique.

De l’Agora à l’Archipel… Des espaces publics pluriels et mosaïques

73Un dernier axe de réflexion sur l’espace public contemporain qui émerge des textes et des échanges aixois tient à la question du caractère mosaïque de cet espace public.

Basculer les métaphores

74La notion même d’espace public suggère des métaphores spatiales, exprimables en termes de surfaces, de volumes (Habermas lui-même sollicite la notion de sphère publique), d’architectures ou de réseaux. Les représentations de l’espace public que propose Habermas – au moins pour le XIXe siècle – renvoient à la vision d’un espace d’échange fondamentalement unitaire. Si la dimension inégalitaire de l’accès à cet espace est soulignée, l’existence d’un espace commun et unitaire ne semble guère faire de doute. L’espace public fonctionne par référence à un point de convergence, à des dispositifs qui tendent à rendre possible une forme d’accès à un panoptique des opinions publiquement exprimées. Il peut s’agir du Parlement décrit comme « centre et partie du public tout entier », ou du rôle de la presse comme instrument de publicité de la confrontation des opinions. Mais, au moins d’un point de vue normatif, l’espace public ne peut fonctionner que par le truchement d’institutions capables de produire une publicité potentiellement accessible à tous les membres du corps social.

75Ce que cette vision peut avoir de « jacobine » doit pour partie au choix explicite d’Habermas de ne pas chercher à explorer les possibles manifestations d’un espace public plébéien. Les travaux de Thompson (1963) sur la formation de la classe ouvrière britannique sont venus montrer, à travers la mosaïque des formes d’organisation mutualistes, corporatives et syndicales, le foisonnement d’une presse « jacobine » ou socialisante, les structures de sociabilité organisées autour des paroisses et des pasteurs, la réalité d’un réseau lâchement articulé d’organisations et de médias qui peut être associé à une tentative de construction d’un espace public populaire. L’expression est en elle-même imprudente en ce qu’elle suggère une division dichotomique entre un espace public bourgeois et une forme de contre-espace public populaire. Une telle image est inappropriée dans la mesure où certaines formes de « voice » venant des réseaux populaires ont su pénétrer et s’imposer dans un espace public central, à l’agenda sociétal comme l’illustre l’énorme déferlante des mobilisations chartistes. À l’inverse, l’espace public bourgeois, jusque dans ses dimensions juridiquement les plus closes (tel le suffrage censitaire) n’exclut pas totalement une forme de participation indirecte des couches populaires, comme le suggèrent les récits d’élection dans les pages du Mr Pickwick de Charles Dickens. Mieux vaut donc parler d’un processus autonome de construction de composantes populaires d’un espace public global confronté à un processus de démocratisation, en soulignant que la connexion de ces composantes à l’espace public que décrit Habermas est partielle, inaboutie, sujette à de sensibles variations. Mais cette articulation molle à un espace public majuscule peut aussi être pensée, comme y invite Nancy Fraser (1992) comme une condition pratique de démocratisation de celui-ci. Certains groupes sociaux dominés, structurellement désavantagés par les logiques de fonctionnement de l’espace public, peuvent aussi trouver dans la constitution d’espaces de socialisation et de débat, fonctionnant temporairement comme des isolats, des moyens pour exprimer des malaises et des revendications, formaliser leurs intérêts. S’il est dépassé, ce moment autarcique peut constituer un préalable, l’occasion de donner à la parole d’un collectif envoie d’institutionnalisation une forme qui lui permette de se faire entendre dans l’espace public « central ».

76Bien qu’Habermas souligne en plusieurs développements de son livre un processus postérieur de fragmentation de l’espace public, marqué par la scission du public en «minorités de spécialistes dont l’usage qu’ils font de leur raison n’est pas public » opposé à une grande masse de pur « consommateurs » de médias, les usages dominants de la notion d’espace public demeurent aujourd’hui largement fixés sur une vision unitaire. Les métaphores du forum audiovisuel, de l’agora électronique, liées aux nouveaux médias disent assez la puissance de cet imaginaire d’un espace de délibération commun à toute la cité.

77Or le point de vue que nous souhaitons développer ici est inverse. Il converge en large part avec les analyses que soutien Pierre Favre dans les deux dernières « thèses » de son texte. Il insiste au contraire sur la fragmentation structurelle de l’espace public. Il oppose aux métaphores d’un espace doté d’un centre, à celles de l’Agora ou du panoptique des opinions d’autres métaphores comme celles de la mosaïque, de l’archipel, de la configuration tourmentée du récif corallien.

78Les arguments à l’appui de cette analyse sont assez simples à déployer. Ils tiennent au rôle de trois opérateurs d’opacité Le premier a trait aux effets de la fragmentation sociale, déjà évoqués à propos des travaux de Thompson, lorsqu’elle engendre une construction feuilletée d’espaces publics plus régis par des dynamiques autonomes que par de fortes interconnexions. On pourrait évoquer la faible intégration du monde ouvrier français à l’espace public (Parlement, presse) jusqu’au début du XXe siècle, plus généralement toutes les situations de « segmentation superposée » où des clivages sociaux se traduisent par la construction de mondes de sociabilité et de communication faiblement maillés les uns aux autres. On ajoutera en second lieu que ce déficit d’unité de l’espace public est souvent redoublé par des facteurs spatiaux. Même nuancées par des contributions d’études récentes (Peres in Martin, 1994), les analyses d’Eugen Weber (1983) sur la très lente transformation des Peasants into Frenchmen sont éclairantes, révélatrices aussi de la lente intégration de zones rurales et périphériques à un espace public national. Loin d’être une curiosité historique, cette articulation complexe du local à l’espace public demeure. Elle se manifeste dans la permanence des logiques de « mosaïque » que traduisent par exemple les études des pratiques de lecture des quotidiens régionaux où la norme statistique est un budget-temps de lecture privilégiant les pages locales et le sport au détriment des rubriques nationales et politique. Mais la trame de la vie locale, dans les espaces moins denses que la grande ville, a aussi pour propriété de rendre pratiquement impossible un fonctionnement de la presse locale comme médiateur d’un débat public contradictoire. Comme l’a montré Jacques Le Bohec (1997), la dépendance du localier à ses « sources » du conseil municipal et des réseaux associatifs lui interdit de fait toute prétention à une fonction critique durable… que les rédactions se gardent en général d’encourager, puisque la presse locale sollicite aussi le ressort d’une identité locale, malaisément compatible avec la valorisation des divisions de la communauté.

79Un troisième argument, le plus central, tient aux effets mécaniques des incessants progrès de la division sociale du travail. Celle-ci opère un travail de découpage du monde social en sous univers. Le développement du rôle de l’État et la multiplication des politiques sectorielles tendent encore à rigidifier ces découpages, à faire basculer les unités de gestion étatique de la société des territoires aux secteurs. Les effets de ce phénomène sur l’espace public participent fortement de ce qu’Habermas a désigné comme sa « reféodalisation », son morcellement. La littérature sur les politiques publiques a surabondamment documenté les restrictions à la logique du débat public, centrale dans le modèle normatif de l’espace public, qu’engendrent ces mécanismes de pilotage de l’action publique par des partenariats et réseaux régis par l’opacité et la cooptation. Le texte d’Alistair Cole en offre une illustration récente. On peut ajouter, en parcourant à grandes enjambées l’histoire des politiques publiques, que les processus de reterritorialisation et d’internationalisation qui les affectent aujourd’hui ont une action fort ambiguë sur la reconstruction d’espaces publics cohérents. Comme le montre Jean-Pierre Gaudin, les logiques de contrat et de partenariat, la « multi-leveled governance » engendrent aussi de l’illisibilité sur les arènes de décision, génèrent des structures de décision qui ne correspondent pas aux forums institutionnalisés (presse locale, nationale) par le développement antérieur de l’espace public.

80L’image qui s’impose est alors celle d’un espace public mosaïque, fortement cloisonné. Un aperçu frappant peut en être pris par le simple examen de l’agencement d’une maison de la presse. Trop souvent pensée par synecdoque au prisme des quotidiens parisiens et des chaînes de télévision généralistes, celle-ci traduit en fait cette bigarrure des espaces d’information et de confrontation à travers l’existence de titres liés à des ciblages d’âge, de sexe, de loisirs, de métier, à des médias locaux. Les grandes enquêtes publiées à trois reprises par le ministère de la Culture sur les « pratiques culturelles des Français » (Cogneau, 1990, Donnat, 1998) avaient déjà permis d’objectiver de façon très utile ces processus de fragmentation. Mais, ici encore, les effets des frontières disciplinaires ont abouti à ce que la fécondité de ces documents portant sur la « culture » ne soit pas toujours prise en compte par les politistes. En prenant le risque de formules trop tranchées, nous soulignerons que dans le vécu ordinaire des agents sociaux, leurs expériences les plus voisines des normes de fonctionnement d’un espace public relèvent très majoritairement de micro-espaces liés à des milieux de sociabilité institutionnalisés (local, professionnel, associatif). Et si la notion de lien social peut être autre chose qu’un concept éponge, le social ne « tient » pas d’abord par une forme d’agenda partagé, d’investissement permanent des membres du corps social sur des débats fédérateurs, mais par la dialectique du fonctionnement autonome et de l’interdépendance de ces micro-unités et de leurs espaces publics partiels.

  • 11 Observation qui ne préjuge pas de la destinée postérieure de ces moments de conductivité maximale (...)

81Notre insistance sur la structure en nid d’abeille, le caractère mosaïque des espaces publics ne doit pas susciter la méprise. Pour reprendre à notre compte un caveat de Jacques Le Bohec, il ne s’agit pas ici d’un coup de force performatif qui consisterait à baptiser « espace public partiel » n’importe quel champ social, n’importe quel composante institutionnalisée du monde social. Parce que tous les espaces sociaux ne valorisent pas les procédures de débat et de publicité, parce que certains les répriment, et surtout parce que le monde social ne saurait être ramené dans la veine du « linguistic turn » à un incessant ressac de discours, pareille équivalence serait riche de plus de confusions que de profits. Notre approche n’aboutit pas davantage à contester l’existence de dispositifs permettant un espace public unitaire. Elle ne nie pas davantage qu’existent des moments sociaux où cet espace public capte les énergies sociales, structure un débat qui, pour n’être jamais également ouvert à tous ou ouvert à tous les problèmes et à toutes leurs expressions, focalise cependant l’attention de masses considérables de citoyens. La problématique de la désectorisation élaborée par Michel Dobry (1986) est ici d’une grande fécondité. En expliquant comment des mobilisations multisectorielles parviennent temporairement à dissoudre ou submerger les multiples cloisons et compartiments qui à la fois morcellent et font tenir le monde social, Michel Dobry aide à comprendre comment les crises sont aussi des périodes où s’opèrent simultanément une activation des dispositions à opiner et une unification de l’espace public autour d’un nombre limité d’enjeux explicites. Osons suggérer, au risque d’un kidnapping théorique, que peu de situations offrent plus la possibilité (mais non l’assurance) d’expérimenter in vivo le modèle normatif de l’espace public habermassien que les crises révolutionnaires11. Le propos pourra sembler provocateur ? Si tel était le cas, il vaudrait la peine de comprendre pourquoi. Perception de l’espace public comme un univers de bienséance ouatée et de convenances rhétoriques aux antipodes de l’effervescence des crises révolutionnaires dont Mao disait par antiphrase qu’elles ne pouvaient être des « dîners de gala » ? Ou rapprochement gênant en ce qu’il met en lumière, en une sorte de démonstration par l’absurde, l’impossible institutionnalisation d’un espace de débat capable de capter durablement l’investissement général d’une énergie sociale significative ? Faut-il ajouter que les crises ne sont pas les seuls moments d’activation d’un espace public plus unifié ? D’autres temps forts de la vie politique et sociale (élections, rituels sociaux) peuvent aussi produire ces effets de polarisation. Enfin, on se gardera d’oublier que les médias généralistes, à travers leur agenda, la rotation de thèmes convergents de débat social, assurent une forme de service minimum de maintenance d’un espace public unifié. Espace unifié par la hiérarchie des titres du « Vingt heures » et des « Unes », unifié par la polarisation sur des thèmes dont le flot des articles sur l’identité française au lendemain d’une coupe du monde de football donne une claire illustration. Mais unification a minima par les effets conjoints de cette « consommation nonchalante » bien décrite par Hoggart (1957), où se mêle attention flottante, faible mémorisation, très inégale polarisation sur les discours et problèmes les plus propres à entretenir les dispositions réflexives qu’Habermas associe logiquement à sa définition du public.

Quelques implications pour la recherche

82Le déplacement de la problématique vers une prise en compte des dimensions fracturées des espaces publics se retrouverait d’ailleurs dans l’évolution de l’œuvre d’Habermas lui-même, attestant une fois de plus de sa capacité de prise en compte d’autres travaux, de l’absence de dogmatisme de ses approches. Sur un autre registre, certains des éléments de l’analyse de Pierre Favre sur les particularismes possibles des espaces publics « partiels », certaines des remarques formulées à l’instant pourraient encore être rapprochées de l’analyse des « mondes vécus » qu’Habermas développe dans la Théorie de l’agir communicationnel (1987).

83Craig Calhoun (1991) suggère cependant l’une des limites d’une approche qui accorde une place centrale à une dichotomie « mondes vécus »/système. Calhoun souligne en effet que prendre pour outil analytique une telle opposition aboutit pour partie à reprendre ce qui est une des formes de représentation du monde contemporain pour beaucoup d’agents sociaux. Ceux-ci sont confrontés à des systèmes politiques et économiques qu’ils perçoivent comme opaques, dont bien des décisions et effets sur leurs existences quotidiennes ne leur semblent assignables ni à un site de délibération identifiable, ni aux suites d’un débat public et intelligible. Les « mondes vécus » du local, du milieu professionnel, des engagements associatifs peuvent alors logiquement apparaître comme des îlots de capacité délibérative, de sens et de communication authentique. Ils deviennent, comme le souligne Habermas, le site de mobilisations visant à préserver ces espaces d’autonomie, de capacité d’influence sur le quotidien. Or, souligne Calhoun, un des effets possibles du schème « mondes vécus vs système », consiste à penser la logique de ce dernier en y plaquant sur un mode analogique les savoirs et modèles interprétatifs issus de l’expérience des premiers. Mais, comme nous le soulignions à propos des modes de montée en généralité liés au registre du vécu et du témoignage, si ce mode d’expression peut être très efficace pour libérer la parole, convoquer la réalité des expériences et souffrances vécues contre les promesses technocratiques ou idéologiques d’un monde optimal, il ne contient pas directement une intelligibilité des mécanismes sociaux. Sa capacité à offrir le programme de (di) vision du monde constitutive d’une intervention politique est alors doublement limitée. Elle l’est d’abord par le faible degré de distanciation de ces approches, peu propices à l’émergence d’une connaissance clinique des déterminations qui pèsent sur le monde social, y ouvrent simultanément des possibilités d’action et de liberté via l’action politique. Elle l’est encore parce que les valences discursives qu’offre ce discours du vécu permettent aussi (mais pas seulement) l’arrimage de discours politiques reprenant sur un mode répressif et régressif les mots et les quiproquos les plus ambigus de la logique du vécu. Préférer sa famille à ses voisins, et ses voisins à des concitoyens plus lointains peut être un mode de vie autarcique mais gratifiant dans un lotissement ou une communauté rurale… Ce programme frileux se dit « préférence nationale » et « Les Français d’abord » quand il devient principe organisateur du social. Évoquer lors d’une campagne électorale le principe économique selon lequel un État ne peut, comme une famille, dépenser plus qu’il ne possède peut sembler renvoyer à la forte logique de l’expérience, spécialement audible dans les milieux populaires ou chez les travailleurs indépendants. Outre que ce type d’énoncé ignore quelques menus détails de l’économique (Keynes, le crédit et la dimension financière), sa traduction pratique consiste plus souvent dans un carnage des dépenses sociales que dans une taxation des profits boursiers.

84Pour ces raisons, le doute émis par Calhoun quant aux limites et aux points aveugles d’un schème théorique très proche des représentations ordinaires nous semble mériter l’attention. Percevoir la vie sociale comme séparée entre un monde vécu signifiant et un système opaque est un trait de la conscience moderne, une des expressions de ce qu’Elias désigne comme une conscience d’homo clausus, un phénomène à expliquer plus qu’un outil explicatif. Donner trop de poids à cette opposition ouvre la porte à deux séries de quiproquos : ne plus voir les déterminations systémiques jusque dans les interactions les plus quotidiennes, faire du système l’équivalent de l’ordinateur central du « 2001 » de Kubrick, émancipé de toute intervention humaine.

85Notre réticence ne prend pas la forme épique d’une invite à « choisir son camp », entre une rupture épistémologique bien tranchante qui renvoie tout ce qui est lié aux représentations des acteurs aux ténèbres de l’ignorance ou de la fausse conscience, ou une revendication ostentatoire de respect des acteurs qui finit par faire d’eux les sociologues les plus avisés de leur propre pratique. L’analyse sociologique est faite pour dépasser les fausses dichotomies qui empêchent de penser le monde social, non pour leur donner la consécration d’un statut d’école ou pour se rétrécir à des querelles de méthodologues et d’épistémologues dont l’intransigeance est en général inversement proportionnelle à leur fréquentation de terrains ou à leur legs de découvertes. La question n’est pas de mettre un point d’honneur à dévaluer les représentations des agents sociaux. Il n’y a donc pas impossibilité mais nécessité de penser à la fois des éléments en apparence contradictoires : d’un côté, les diverses formes de conscience par lesquelles les agents sociaux manifestent qu’ils sont « intelligents »… et la perception par beaucoup d’agents sociaux d’un « système » opaque en est une illustration en ce qu’elle prend acte de l’obsolescence d’anciens modèles explicatifs, en ce qu’elle intègre, de façon inégalement claire, les effets de l’internationalisation et de la sectorisation évoqués précédemment, la crise corrélative du principe de publicité. De l’autre, tout ce qui traduit les obstacles et les limites obligées du rapport pratique au monde, dont on ne saurait oublier qu’il ne peut être – même chez le sociologue ou le philosophe plongé au quotidien dans le monde – continuellement spéculatif, distancié, informé. Et de ce point de vue la thématique du « système » peut aussi fonctionner comme asile de l’ignorance, constat désarmé ou inabouti de la puissance de mécanismes systémiques dont il ne suffit pas de saisir l’existence pour en lire le fonctionnement, entrevoir les moyens de peser sur lui.

86Très concrètement, ces remarques de méthode signifient qu’il faut prendre en considération la façon dont l’insertion dans de micro espaces publics, dans des « mondes vécus » peut être génératrice de sens, de mobilisations, de débats. Il est encore utile de saisir à quel degré et selon quelles modalités les transformations des espaces publics ont engendré (ou non) des représentations et des savoirs structurés autour de l’image d’un « système » opaque et colonisateur des mondes vécus. Mais le travail d’analyse devrait aussi poser la question des conditions d’émergence de ces représentations, de la genèse sociale de ces rapports au monde. Il devrait aussi examiner l’efficacité propre des savoirs et des représentations relatives aux phénomènes d’espace public dont disposent les agents sociaux. Y trouvent-ils des ressources, des référents normatifs mobilisateurs (« droit à la parole », « débat contradictoire ») qui leur permettent de conquérir une prise sur ce qu’ils définissent comme enjeux collectifs ? Où ces représentations – dont la vision d’un « système » étanche et opaque – viennent-elles alimenter des dynamiques de désengagement civique, de construction d’espaces partiels ghettos ? Avec quels effets ?

87Plus concrètement encore, deux chantiers de recherche liées au « programme » esquissé plus haut, nous semblent à privilégier pour explorer cet espace public mosaïque.

88Le déplacement de problématique vers l’éclatement des espaces publics pose directement la question de leur degré d’autonomie et d’interconnexion, celle des passages d’un espace public à l’autre, celle aussi des articulations entre forums et arènes. On hésitera à solliciter la métaphore du réseau de métro déjà fort utilisée en sociologie par d’éminents auteurs. La centralisation spatiale des forums et arènes en France la rend cependant très utile. Elle permet de symboliser le fait que certains accès au réseau permettent bien de descendre à « Nation » ou « République » et d’organiser les cortèges qui ont cours entre ces deux sites, mais qu’il faut alors accéder à des nœuds de correspondance pour disposer d’un accès direct à « Assemblée nationale », ou « Quai de la Rapée-Bercy ». Un bon usage de la métaphore supposerait d’ailleurs d’y ajouter une limite et un constat. La première tient au caractère « démocratique » du métropolitain… accessible à tous pour une somme modique, autorisant l’accès à toutes les stations. Il faudrait ici imaginer des lignes et stations sélectivement accessibles : accès à la station « Palais Royal » réservé aux personnes accompagnées d’un avocat, fermeture de « Bastille » les jours de manifestations interdites – ce qui demande moins d’imagination –. Il faudrait aussi constater que même sans ces restrictions imaginaires le réseau ne dessert pas indifféremment tous les sites. Le voyageur embarqué dans ce métropolitain des espaces publics ne trouvera sur son plan ni station « Élysée », ni station « Matignon », ni RER vers Bruxelles qui demandent d’autres connexions, d’autres ressources pour devenir accessibles…

89Partiellement ouvertes par les approches en terme d’agenda et de passages des thèmes et débats d’un agenda à l’autre, ce type d’exploration ne peut que gagner dans la sollicitation d’outillages conceptuels moins sommaires (Charron, 1995). Celle de la « construction des problèmes publics » dont Joseph Gusfield (1981, 1986) a été l’un des fondateurs et que développent aujourd’hui divers courants des sciences sociales anglo-saxonnes est particulièrement forte. Elle présente l’immense attrait de reconnecter des chantiers que les divisions académiques avaient disjoints (Hilgartner et Bosk, 1988) : genèse des revendications et des collectifs ou entreprises qui les portent, médiatisation (ou non) de ces problèmes et causes, prise en charge (ou non) de ces dossiers par des politiques publiques. En s’interrogeant à la fois sur la genèse des causes et sur les possibilités très contrastées qu’ont celle-ci de circuler dans le réseau des arènes-forums, de s’y diffuser, la sociologie des problèmes publics peut aider à reprendre quelques-unes des plus fortes interrogations d’Habermas, quelque peu estompées par une interprétation trop normative de l’espace public comme accomplissement d’un idéal démocratique. Un exemple simple pourra expliciter le propos. La notion d’espace public est trop souvent pensée comme une sorte d’équivalent du marché parfait des économistes dans le domaine du débat public. Or l’analyse initiale d’Habermas soulignait à l’inverse que, reposant sur une dichotomie du public et du privé, l’espace public était simultanément ouverture d’un potentiel de débat et de publicité… et mécanique à refouler certains enjeux sociaux (tels les rapports de travail) renvoyés hors du champ de la discussion publique vers l’accord des parties dans la logique du contrat. En aidant à penser l’inégale capacité des « problèmes sociaux » potentiels à se cristalliser, se faire entendre, à trouver des relais dans les processus de politiques publiques, la sociologie des problèmes publics – qu’illustre en particulier la revue Social Problems – aide à renouer avec cette dimension biffrons de l’espace public.

90Cette cartographie des connexions, des « correspondances » au sens d’un réseau de transport, doit intégrer une dimension supranationale rendue nécessaire tant par le développement d’échelons décisionnels excédant le cadre étatique, que par les stratégies internationales des lobbies et think-tanks (Stone, 1996) ou la montée d’un nouveau répertoire d’action collective – bien symbolisé par l’action d’organisations écologistes comme Greenpeace – qui jouent de véritables tactiques d’internationalisation ou de « saut d’espace public » (Ollitrault, 1999). On rappellera pour simple illustration que la mobilisation des communautés Inuits et des écologistes canadiens contre les projets d’Hydro-Quebec dans la Baie James s’est largement réalisée vers et dans les médias des États-Unis. Les résultats d’une mobilisation exclusivement centrée sur l’espace public québécois ou canadien apparaissaient aléatoires. La plus grande sensibilité de l’opinion Étasunienne aux questions écologiques, son peu d’attention à des argumentaires relatifs à des créations d’emplois… dans un pays voisin allaient permettre d’atteindre un impact fort via une campagne réalisée en large partie à New York et dans la presse de la côte Est. Les compagnies électriques de l’État de New York prenaient bientôt leurs distances avec des projets d’importation d’une énergie dont les coûts écologiques paraissaient prohibitifs à de larges secteurs de l’opinion. Un usage des forums centré sur un État fédéré américain aboutissait à faire échouer un projet prévu dans le pays voisin.

91Craig Calhoun fournira une ultime fois la matrice d’une seconde problématique. Il invite en effet à reformuler cette dimension feuilletée des espaces publics contemporains en sollicitant une analyse subtile et complexe des « relations indirectes » (1991). Son propos reprend initialement une distinction classique et idéal-typique entre le monde précapitaliste des communautés, où la vie sociale est dominée par des rapports de face à face, le poids d’interactions et d’interconnaissances directes. Le monde de la modernité capitaliste, comme l’ont suggéré bien des auteurs et travaux, est à l’inverse marqué par l’essor des relations indirectes, médiatisées par des systèmes abstraits (marchés), le jeu dépersonnalisant de rôles abstraits (bureaucraties), l’essor de relations à distance sans proximité physique. Dans ce cadre développé par des nombreuses recherches sociologiques, Calhoun développe une série d’apports et de réflexions particulièrement stimulantes.

  • 12 Nous avons sollicité ici le texte de Calhoun en condensant deux modèles typologiques qu’il dévelop (...)

92Il suggère une typologie feuilletée12 des relations sociales que tout chercheur pourra utilement bricoler et adapter à la carte en archipel des espaces publics. Au monde des relations directes et primaires, celles du face à face de la conversation, de la réunion, du cours, viennent s’ajouter toute une série de relations « indirectes », médiatisées. À un premier niveau il peut s’agir de l’interférence des logiques bureaucratiques qui limitent les interactions de face à face (le guichetier, la caissière sont d’abord perçus comme des rôles sociaux, des participants à une organisation), ou dissuadent d’y recourir (je peux écrire ou chercher à téléphoner au ministre de l’Éducation pour lui exposer un grief, mais à quoi bon ? L’aurais-je en ligne ? Aurais-je une réponse ? Sera-t-elle personnelle ?). Les relations indirectes sont encore celles du monde des connexions personnelles imaginées, de communautés imaginées (Anderson, 1996) qui fonctionnent par le truchement de médias. Une autre strate renvoie aux relations asymétriques dans lesquelles une des parties accède à une forme de savoir sur l’autre sans que celle-ci en soit totalement consciente. On pense bien sûr à la relation de surveillance, mais à condition d’intégrer l’immense palette des formes euphémisées de cette surveillance qui passe par les systèmes vidéo des lieux publics, les masses d’information (sur les consommations, les déplacements, les relations) que permettent d’objectiver des relevés d’usage d’une carte de crédit, d’une carte « Vitale » de sécurité sociale, tous les mécanismes liés aux véritables pompes à data qui fonctionnent en permanence au profit de l’État et des grandes organisations privées. Enfin, le poids croissant de ces relations indirectes dans les sociétés actuelles désigne, à l’étage supérieur, toute la dimension systémique où des mécanismes impersonnels, sans dimension discursive directe, régissent les rapports entre agents sociaux. Le marché en est l’illustration la plus évidente, d’autant que sa logique pénètre régulièrement de nouveaux compartiments des existences, joue dans des unités spatiales désormais supranationales.

93Cette approche centrée sur le poids croissant de « relations indirectes » offre une nouvelle porte d’entrée pour penser la fragmentation des espaces publics. À des approches centrées sur leur diversité sociale et spatiale, à leur spécialisation en termes de contenus des enjeux et des débats, elle ajoute une dimension originale, attentive au jeu des médiations, à la texture même de relations où le contact personnel et physique entre individus tend à s’estomper. Les communautés imaginées que peut structurer un programme de télévision, un grand événement médiatique demandent d’autres outils analytiques que les formes de sociabilité et d’identité partagée liées au monde des relations directes. La réflexion à partir des relations indirectes vient aussi souligner l’importance, déjà soulignée, des dimensions identitaires des espaces publics. Stephen Mennel (in Calhoun, 1994) utilise significativement la métaphore des identités en « pâte feuilletée » pour rendre compte des tensions que rencontrent celles-ci. L’ensemble des déterminants et dimensions de ce que nous avons condensé sous le label de fragmentation de l’espace public travaille en effet les identités individuelles, et partant les conceptions de la citoyenneté (Constant, 1998). Celles-ci deviennent mosaïques, fragmentées entre des rôles sociaux, des mondes vécus, de micro-espaces publics. Contre une représentation fréquente de cette situation comme pathologique ou déstabilisante, nous suggérerons au contraire qu’elle comporte, dans la trame du vécu, d’importantes gratifications liées à un sentiment d’ubiquité identitaire, au relâchement d’une injonction de cohérence. Celle-ci persiste simultanément tant comme besoin vécu d’un minimum de cohérence biographique, que comme nécessité normative pour qu’existent les référents sociaux partagés nécessaires au projet d’un espace public. C’est dire que si elle comporte l’agaçante charge d’une mode intellectuelle, la problématique des identités individuelles et collectives demeure un instrument indispensable d’exploration du fonctionnement contemporain des espaces publics, de constitutions des communautés imaginées qui en sont les acteurs.

94Ce long parcours dans les significations liées au terme d’espace public peut donc faire émerger trois entrées possibles (mais non limitatives) : l’espace public comme programme de recherche inspiré du travail pionnier d’Habermas, l’espace public comme espace de débat et de mise en publicité avec ses grammaires discursives, ses rhétoriques de montée en généralité, l’espace public enfin comme réseau complexe de forums et d’arènes par lesquels apparaissent (ou non) des problèmes publics, par lesquels ceux-ci accèdent (ou non) à des réponses en termes de politiques publiques.

95Jean-Louis Quermonne demandait aux animateurs des tables rondes aixoises à l’issue de leurs débats, s’il leur semblait exister encore de vraies terra incognita sur la carte des savoirs politistes. Pour chacune des trois entrées répertoriées ici ou de leurs combinaisons, la réponse est à l’évidence positive. C’est l’une des chances de la science politique que de pouvoir explorer des terrains et des problèmes qui n’aient pas déjà été piétinés et labourés par des générations de chercheurs. Elle ne mènera cette tâche à bien qu’au prix d’une triple ouverture qui suppose de remettre en cause quelques-unes de ses routines tenaces. La première serait de se libérer d’un légitimisme qui lui fait dédaigner des objets tenus pour mineurs ou vulgaires, et perdre par là de merveilleux terrains de compréhension d’un pouvoir politique qui passe de plus en plus par la médiation du symbolique. La richesse des travaux africanistes relatifs à la « politique par le bas » (Bayard, 1985, 1989) dit assez les profits de connaissance qu’apporte une attention respectueuse sans être naïve à des objets qui n’appartiennent pas au Panthéon des problèmes pour politistes. La seconde suppose de prolonger une ouverture déjà amorcée vers d’autres disciplines. Le but n’est pas en ce domaine de ressusciter une impossible posture de Pic de la Mirandole, mais plus simplement, et sans prétendre maîtriser l’ensemble des champs disciplinaires, d’être conscient de leur existence et de leurs apports utiles en constituant une forme de marché unique des sciences sociales. Si la fréquentation croissante, spécialement chez les plus jeunes, des travaux des ethnologues, sociologues et historiens atteste des progrès réalisés, d’autres jonctions restent à faire vers les apports de l’économie et de la psychologie. Enfin ces processus de décloisonnement ont aussi une dimension spatiale, en ce que la recherche doit désormais prendre les questions de mondialisation et d’internationalisation non comme un mot de l’air du temps ou un objet à ristourner à une tribu adéquate de spécialistes, mais comme une composante de la chair du social.

Notes

1 Les passages qui suivent reprennent et actualisent des réflexions plus amplement développées dans une contribution à l’ouvrage sur L’espace public et l’emprise de la communication dirigé par Isabelle Pailliart, Grenoble, Ellug, 1995, p 37-64.

2 Pour ne pas glisser de la perception de ses limites au masochisme, on ajoutera que les sociologues se voient reprocher à la fois – et parfois par les mêmes contradicteurs – de ne pas s’intéresser assez aux enjeux et aux évolutions de l’espace public et – lorsqu’ils relèvent ce défi – d’être réducteurs ou désenchanteurs quant au fonctionnement effectif de l’espace public démocratique, quand bien même ils ne produiraient que des faits têtus à partir de leurs investigations. La réception des travaux de Daniel Gaxie peut en donner une illustration (Baudouin, 1994). Dans la même veine, un article récent de la revue Esprit (Mongin et Roman, 1998), manifestant une inculture sociologique extravagante, identifiait les usages civiques que Pierre Bourdieu fait de ses recherches à un « populisme »… label dont l’octroi à des personnages aussi divers que B. Tapie, J.-M. Le Pen, R. Hue ou A. Laguillier suggère une consistance théorique aussi dense que son cousin « protestataire », autre mot-pavillon de la nouvelle doxa politico-intellectuelle.

3 Renaud Dorandeu, Jacques Le Bohec, Gérard Mauger, Dominique Mehl, Domenico Menna, Aydin Ugur ont également apporté leur contribution à ces échanges. Que tous soient remerciés de la qualité de leur apport. Que Bernard Lacroix et Jacques Lagroye qui ont animé une large part des échanges sachent aussi notre gratitude.

4 On sait que l’objectivation sociologique, longtemps le privilège de savants, est devenue une des formes de l’intervention politique. Le cas des sondages d’opinion est bien connu (Champagne, 1990), mais c’est plus largement tous les dispositifs d’enquête des sciences sociales qui sont aujourd’hui instrumentalisés de cette façon. Voir, par exemple, le cas du « questionnaire Balladur » analysé par Gérard Mauger (1996).

5 Devenus des sortes de gate-keepers des débats intellectuels, dessaisissant les intellectuels de leur pouvoir, conquis de haute lutte, d’établir les hiérarchies intellectuelles aux yeux du grand public, les journalistes sont devenus aujourd’hui les vrais producteurs des « intellectuels ». Le constat en avait été fait, il y a déjà vingt ans, par Régis Debray (1979), et on peut lire, avec un sentiment de nostalgie, les premières réactions d’indignation des intellectuels face à ce dessaisissement dans les actes des « États généraux de la philosophie » tenus à la Sorbonne en juin 1979 (Paris, Champs-Flammarion, 1979). On trouvera également une démonstration très éloquente de cette mainmise des journalistes sur la définition des hiérarchies intellectuelles dans le commentaire que fait Pierre Bourdieu (1984) d’un hit-parade des intellectuels proposé par la revue Lire.

6 Sur les procédés journalistiques de recodage des prises de position civiques de chercheurs voir Christophe Charle, « Apprendre à lire, réponses à quelques critiques », Le Monde, 8 mai 1998, et Gérard Mauger, « Ce qui échappe aux procureurs de Pierre Bourdieu », Le Monde, 26 juin 1998.

7 Il faudrait ajouter « et les remakes », comme ces entreprises collectives drapées dans les toges mitées d’une « République » réduite à l’ordre public. Et parmi les points où Marx peut rester de quelques secours aujourd’hui figure le diagnostic sur ce qu’il advient à qui croit rejouer l’histoire…

8 Le débat préalable à la ratification du traité de Maastricht, en 1992, est éloquent de ce point de vue (François, 1992). Une lecture de ce type peut-être faite, par exemple, des « grands travaux » de F. Mitterrand (Boulbina, 1998).

9 Phénomène qui n’est pas inédit en soi, et qu’on trouve au principe, par exemple, de la mise en scène d’une crise du politique sous la IVe République (Dulong, 1997).

10 Merci à Éric Darras de nous avoir fait découvrir ce texte.

11 Observation qui ne préjuge pas de la destinée postérieure de ces moments de conductivité maximale de l’espace public. Sur les difficultés (l’impossibilité ?) d’une routinisation de ce régime de fonctionnement de l’espace public on lira avec intérêt – et peut-être ironie – L’âge de l’autogestion (Rosanvallon, 1977).

12 Nous avons sollicité ici le texte de Calhoun en condensant deux modèles typologiques qu’il développe de façon distincte… donnée qui doit inciter à se reporter directement à l’article important où il développe ces analyses.

Notes de fin

* Nous tenons à remercier bien au-delà des conventions éditoriales Marylène Bercegeay. Sans sa patience, sa minutie, son travail attentif sur les manuscrits hétérogènes qui ont fait ce livre, celui-ci n’aurait jamais vu le jour. Qu’elle trouve ici le témoignage de la dette contractée à son égard.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search