Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner une ville

 | 
Olivier Borraz

6. Un système en transition

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L’analyse du troisième mandat qu’entame Robert Schwint en 1989 révèle des similitudes avec le dernier mandat de Jean Minjoz, avec l’altération de leurs systèmes de gouvernement respectifs. Dans le cas de Jean Minjoz, les changements intervenus dans le contexte économique et social, le retournement démographique du début de la décennie 1970 et les formes de sociabilité des nouvelles classes moyennes, suscitent des décalages au sein d’un système de gouvernement destiné prioritairement à gérer les effets de l’expansion, dans le cadre d’une planification concertée avec l’État. Néanmoins, jusqu’en 1977 ce système continue de produire des décisions en cohérence avec les principes, les normes, les valeurs et les présupposés qui lui ont servi de fondement. Dans le cas de Robert Schwint, nous avons aussi affaire à un système de gouvernement dont les différentes dimensions se transforment progressivement. Nous avons évoqué les évolutions dans le cadre institutionnel et leurs conséquences sur les capacités d’intégration du système. Celles-ci ne remettent cependant pas fondamentalement en cause le système de gouvernement de Besançon, dans la mesure où celui-ci repose en priorité sur une relation privilégiée entre le pôle politique et la société urbaine.

2Jusqu’ici, nous avons insisté sur l’apparente fonctionnalité d’un mode de gouvernement qui permet au maire de représenter les différents intérêts locaux en municipalité. À la multiplication de ces intérêts correspond une différenciation accrue des moyens d’intervention municipaux. Toutefois, cette relation ne saurait se résumer à un simple ajustement fonctionnel. Elle repose plus fondamentalement sur un certain nombre de présupposés et de conceptions de l’action politique qui en déterminent le contenu. Ceux-ci résultent notamment d’une pratique militante qui entend souligner la primauté de la société urbaine, comme source de légitimité et d’initiative, sur toute autre forme d’action politique. Mais pas n’importe quelle société urbaine. Il s’agit d’abord et avant tout d’une société urbaine qui s’est structurée autour des différentes formes de sociabilité apparues dans la décennie 1960, dans lesquelles Robert Schwint et les élus qui appartiennent à sa génération ont fait leurs armes, et qui se distinguent nettement des formes de sociabilité plus récentes. En particulier, ces formes anciennes sont liées à un processus de constitution et d’ascension des nouvelles classes moyennes ; elles s’inscrivent dans un contexte économique et social immédiatement postérieur à l’expansion et marqué par les problèmes résultant de celle-ci ; elles s’articulent à des problématiques plus générales, dans un système politico-administratif centralisé. Le gouvernement municipal de Besançon, dans les formes qu’il adopte et privilégie après 1977, est par conséquent l’expression d’un ensemble de présupposés et de conceptions, de principes et de valeurs, qui traduisent un rapport particulier du politique à la société urbaine.

3Autrement dit, au-delà du simple souci exprimé par le maire de demeurer en contact avec les habitants, et pour cela de s’entourer du plus grand nombre possible de porte-parole des différents intérêts et des différentes sensibilités, on relève une conception propre au maire et aux élus de sa génération de ce que doit être la gestion d’une ville, de ses problèmes et de ses habitants, conception qui s’est forgée dans des luttes et des mobilisations syndicales, associatives et politiques et qui est partagée par un ensemble de réseaux locaux. Cette conception détermine non seulement la forme et le contenu des relations qu’établissent les élus avec les acteurs de la société urbaine, mais aussi les décisions conçues et mises en œuvre par ce système. Or, à partir de 1989, ces relations et ces décisions sont en décalage par rapport aux représentations, aux attentes et aux demandes de toute une partie de la population qui n’appartient pas aux réseaux associatifs, syndicaux et politiques qui ont porté Robert Schwint au pouvoir, qui ne se reconnaît pas dans les formes de sociabilité promues par ces réseaux et qui entretient des rapports différenciés à l’action collective et à l’action politique.

4La décennie 1980 est le théâtre de deux séries de transformations concomitantes. D’une part, un affaiblissement des capacités d’intégration du gouvernement municipal de Besançon, qu’illustrent notamment l’absence de cadre cognitif et normatif partagé entre les membres de ce gouvernement et l’absence de mécanismes et de lieux de délibération et de coordination au sein de l’institution municipale. D’autre part, des changements dans la composition et la structure de la société urbaine qui entraînent progressivement un décalage avec le pôle politique. Il y a, pour reprendre les termes de John Kotter et Paul Lawrence, désalignement entre le maire, son agenda, ses réseaux et la ville. Dans ce contexte de transition, ni les processus de cooptation, ni l’organisation de la redondance ne sont en mesure d’opérer un réalignement : ils tendent même paradoxalement à renforcer le décalage entre la société urbaine et ses élites municipales. Plus fondamentalement, c’est le mode de gouvernement hérité de Jean Minjoz et repris par Robert Schwint qui se montre inadapté à un système en transition.

Le sursis de 1995

5Le réalignement n’intervient pas à l’occasion des élections municipales de 1995. Leurs résultats sembleraient même contredire l’analyse qui suive (tableau 13). Robert Schwint est réélu plus facilement que lors des précédentes élections de 1983 et 1989. Il entame un quatrième mandat qui le met à égalité avec Jean Minjoz (si l’on ne tient pas compte du mandat que ce dernier a effectué entre 1945 et 1947). À aucun moment il n’est question pour lui de préparer sa succession. Que s’est-il passé ?

6Le réalignement n’intervient pas à l’occasion des élections municipales de 1995. Leurs résultats sembleraient même contredire l’analyse qui suive (tableau 13). Robert Schwint est réélu plus facilement que lors des précédentes élections de 1983 et 1989. Il entame un quatrième mandat qui le met à égalité avec Jean Minjoz (si l’on ne tient pas compte du mandat que ce dernier a effectué entre 1945 et 1947). À aucun moment il n’est question pour lui de préparer sa succession. Que s’est-il passé ?

  • 1 Georges Gruillot a lui-même commencé à l’UDF avant de rejoindre le RPR.

7Le candidat UDF Michel Jacquemin, par ailleurs député, réalise le plus mauvais score de la droite aux élections municipales depuis 1977. Faiblement soutenu par les deux hommes forts du RPR dans le département, Georges Gruillot, président du Conseil Général et Jean Michel, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, il améliore à peine au 2e tour le résultat acquis au 1er. La droite locale, outre ses divisions, n’est toujours pas en mesure de présenter face au maire sortant un candidat susceptible de lui ravir son poste. En outre, il existe depuis la décennie 1980 une entente tacite entre Robert Schwint, Georges Gruillot et Jean Michel, notamment autour des questions liées au développement économique. Tous trois ont un intérêt au maintien d’un statu quo entre leurs institutions respectives, chacun garantissant en retour la stabilité et l’autorité des deux autres. En l’occurrence, ni le président du Conseil Général, ni celui de la CCI ne voyaient d’un bon œil l’élection d’un homme avec lequel ils n’ont que peu d’affinités, en particulier sur le plan politique (Michel Jacquemin appartient à l’UDF, tandis que le Doubs est un département traditionnellement acquis au RPR1). Enfin, dans le contexte issu de la décentralisation, qui place des collectivités territoriales d’une certaine importance en situation de concurrence, le président du Conseil Général, par ailleurs sénateur, n’a aucun intérêt à cohabiter dans son département avec un député-maire à la tête de la principale ville : Robert Schwint n’est plus député depuis les élections législatives de 1993 (et lorsqu’il cumulait les deux mandats, il ne faisait qu’un usage limité de son mandat national pour défendre et promouvoir les intérêts de sa ville à Paris) ; Michel Jacquemin aurait en revanche cumulé les deux mandats et immédiatement contesté la suprématie de Georges Gruillot pour asseoir la primauté du chef-lieu.

8Robert Schwint réalise son meilleur résultat au 1er tour depuis 1983, à la tête d’une liste d’alliance qui comprend les mêmes partenaires qu’en 1989, seuls les noms des partis de la gauche alternative ayant changé (la Nouvelle gauche est devenue l’Alternative rouge et verte, le Mouvement des rénovateurs communistes est devenu Convergences écologie solidarité). Symbole toutefois d’une position incontestée de Robert Schwint sur son équipe, le Parti socialiste ne détient plus la majorité absolue des sièges au sein du groupe majoritaire au conseil municipal. Cela témoigne d’une prise de distance croissante du maire vis-à-vis de son parti, corollaire d’un affermissement de son autorité politique sur la ville. Les autres composantes de la majorité voient leur nombre augmenter : les radicaux de gauche retrouvent quatre sièges de conseiller municipal, l’AREV en gagne un tandis que les non-inscrits et les divers gauche n’ont jamais été aussi nombreux (14). Une telle configuration permet au maire de s’affirmer en unique intégrateur des différentes composantes politiques réunies autour de lui.

9Les Verts ne sont plus représentés au conseil municipal. Une seule liste écologiste est présente au 1er tour ; elle réunit à peine le tiers des voix recueillis six ans plus tôt. Son chef de file, André Nachin, était second sur la liste des Verts en 1989 mais il se présente cette fois sous l’étiquette du Mouvement des écologistes indépendants. Les Verts, quant à eux, ne présentent aucune liste lors de ces élections.

10Le Front national, enfin, fait son entrée au conseil municipal en améliorant de peu le résultat obtenu six ans plus tôt. Avec 167 voix de plus qu’en 1989 au 1er tour, le Front national se maintient au 2e tour et obtient deux conseillers municipaux. Entre temps, Robert Sennerich a remplacé René Mars comme chef de file du mouvement frontiste à Besançon.

11Entre stabilité et changement, la situation issue des élections municipales de 1995 résume à elle seule la période de transition dans laquelle se trouve le gouvernement de Besançon. Le mode de gouvernement de Robert Schwint lui permet de se maintenir à la mairie. Symbole de la continuité dans ce mode, la municipalité que compose le maire après son élection ne comprend pas moins de 28 élus ayant reçu une délégation de fonction : aux 16 adjoints auxquels la ville a droit, Robert Schwint rajoute 12 conseillers municipaux délégués (tableau 14). Rapportés à la taille du groupe majoritaire, cela signifie que les deux tiers des élus ont reçu une délégation du maire.

12Toutefois, les résultats des élections municipales laissent également entrevoir un découplage entre la société urbaine et le pôle politique. Robert Schwint n’est plus entouré d’une « vieille garde » d’élus appartenant à la même génération et ayant eu un parcours associatif, syndical et politique comparable au sien. Il a fait le deuil des réseaux qui l’avaient porté à la mairie en 1977, lesquels ne sont plus représentés que par des conseillers municipaux délégués. Mais il n’en continue pas moins de concevoir la municipalité comme une reproduction à échelle réduite de la ville dans sa diversité, une reproduction destinée à assurer la médiation entre politique et société urbaine. C’est pourtant cette conception qui se trouve mise à mal par les transformations de la société urbaine, dont les différentes composantes ne se reconnaissent pas dans cette forme de médiation ou n’y trouvent pas les réponses à leurs demandes.

La fin des ouvriers

13La transformation de la société urbaine résulte de deux séries de changements interdépendants : une modification de la structure sociale bisontine ; une modification de sa structure économique.

  • 2 L’ensemble de ces données est tiré de A. Chenu et N. Tabard, « Les transformations socioprofession (...)
  • 3 Des résultats comparables peuvent être observés dans la plupart des autres villes-préfectures de r (...)

14Le recensement de 1990 fournit des données importantes sur les transformations intervenues dans la structure et la composition de la population bisontine. Besançon compte à cette date 113 835 habitants, dont le quart a moins de 20 ans et un sixième plus de 60 ans. Entre 1982 et 1990, Besançon connaît une augmentation des catégories aisées et une diminution des catégories populaires (tableau 15)2. La part qu’occupent les professions libérales, cadres du public, professions scientifiques augmente sensiblement (+ 33 % en leur ajoutant les chefs d’entreprise). Les ingénieurs sont aussi en augmentation, tandis que les professions intermédiaires connaissent des hausses plus modérées. À l’inverse, l’ensemble des catégories populaires est en diminution, parfois de manière très sensible : c’est le cas des ouvriers qualifiés de type artisanal3.

15Cette évolution dans l’équilibre social de Besançon s’inscrit spatialement. Ainsi, ce sont la Boucle et les quartiers immédiatement adjacents, dont certains ont fait l’objet d’importantes opérations de réhabilitation, qui accueillent une part croissante de cadres supérieurs et de professions libérales, tandis que les quartiers plus éloignés accueillent une population socialement fragilisée.

  • 4 Rappelons que la Franche-Comté est la première région industrielle de France, par le nombre d’empl (...)
  • 5 ACEIF, Diagnostic socio-économique et urbain -L’État de l’agglomération, mars 1990, p. 25.

16Cette recomposition sociale prend son sens dans les transformations de la structure économique, notamment la désindustrialisation qui débute en 1975 et se poursuit jusqu’à la fin de la décennie 1980. À cette date, le secteur secondaire bisontin n’emploie plus que le quart de la population active4. Ce processus prend des formes distinctes : les fermetures successives d’usines ayant marqué l’histoire locale (Lip, Rhodiaceta, L’héritier), des réductions massives d’effectifs (Kelton, Weil, Superior, Flonic Schlumberger, Fralsen, Cedis-Casino). Il n’est que partiellement compensé par le développement d’un tissu de PME-PMI, notamment dans les microtechniques, qui profitent d’une main-d’œuvre locale qualifiée, d’un savoir-faire acquis dans des secteurs de pointe et d’un ensemble d’écoles et de centres de recherche de haut niveau. Mais Besançon souffre « de la sous-représentation du tertiaire « innovant » (ingénierie, expertise, BET, communication, marketing…) en raison de la spécialisation de son industrie, de l’externalisation des fonctions amont-aval de la production, et a fortiori de la faiblesse de la population cadre5 ». En 1990, la plus grande usine de Besançon (Weil) emploie moins de 1 000 salariés.

(Source : A. Chenu et N. Tabard, « Les transformations socioprofessionnelles du territoire française, 1982-1990 », p. 1737 et 1768.)

  • 6 Les données qui suivent sont tirées pour l’essentiel d’un dossier préparé par le service développe (...)

17Tandis que le secondaire s’effondre, le tertiaire ne cesse de se développer6 Cette tendance concerne le secteur privé, notamment le commerce qui emploie 9 500 personnes en 1990 (dont plus d’un millier pour le seul groupe Casino), les transports (1 300 personnes), les services aux entreprises, les banques et les établissements financiers (plus d’une trentaine, qui emploie 2 000 personnes). Mais c’est surtout dans les organismes administratifs et para-publics que se concentre l’essentiel des emplois. Estimés à 22 000, ils concernent notamment l’Éducation Nationale (5500, contre 3250 en 1971), le Centre Hospitalier Régional (4 100), les services de l’État, du Conseil Général et du Conseil Régional, l’armée et la mairie – mais aussi la Poste, France Télécom, la SNCF et EDF. Depuis 1975, trois entreprises publiques ont connu une progression continue de leurs effectifs : l’Éducation Nationale, l’hôpital et la Poste ; trois autres ont connu une progression importante suivie d’une baisse relative de leurs effectifs : France Télécom, EDF et la mairie. En 1990, les services médicaux et paramédicaux emploient 9 000 personnes, contre 4 000 en 1971.

  • 7 ACEIF, op. cit, p. 25.

« L’emploi tertiaire est au cœur de la dynamique économique. Lié aux besoins des entreprises et de la population, et démultiplicateur d’emploi, il est un indicateur de la vitalité économique.
Si la région de France-Comté est faiblement tertiarisée (14 % de l’emploi industriel), c’est Besançon qui en Franche-Comté rassemble les fonctions tertiaires (administratif et de commerces).
La présence de services administratifs (due aux fonctions de capitale) tout comme la faible dépendance de l’emploi aux emplois productifs (à l’inverse de Belfort-Montbéliard) est un atout.
Mais Besançon n’est pas un centre de décision ou d’affaires. Le poids du secteur non productif reste faible et surtout, le tertiaire bisontin est un tertiaire administratif de faible valeur ajoutée7. »

18Besançon profite donc toujours de son statut de chef-lieu de département et de capitale régionale, ainsi que de sa taille à l’échelle de la Franche-Comté, pour assurer sa survie économique. Elle n’en continue pas mois de souffrir de l’absence d’une véritable bourgeoisie locale pour assurer son développement économique sur une autre échelle.

19L’ensemble des évolutions dans la structure sociale et économique de Besançon se répercute sur la composition de la municipalité, dont nous avons vu qu’elle comptait en 1989 une majorité d’élus issus des métiers de l’enseignement et de la formation, après avoir été plus diversifiée entre 1977 et 1983. En revanche, elles ne semblent pas avoir altéré certaines représentations dominantes parmi les élus proches de Robert Schwint, qui jusqu’en 1995 continuent de se référer à la tradition industrielle de Besançon pour légitimer son ancrage à gauche, sa tradition d’interventionnisme et un souci permanent de venir en aide aux plus humbles. L’image d’une ville ouvrière et les mythes qui l’accompagnent demeurent vivaces, alors même que ce sont depuis la décennie 1980 les fonctionnaires qui constituent le socle électoral du Parti socialiste à Besançon.

20Plus fondamentalement, cette image ne reflète plus une structure sociale au sein de laquelle les classes moyennes intermédiaires et supérieures occupent une place croissante – tandis qu’une frange de la population se marginalise. Il en résulte un décalage entre les représentations politiques dominantes chez une génération d’élus qui partagent des traits communs (dans leur profil et leur parcours) avec le maire, et qui accompagnent celui-ci jusqu’en 1995, et une société urbaine porteuse de représentations et d’attentes différenciées en matière politique.

  • 8 D. Mehl, « Culture et action associatives », Sociologie du Travail, n° 1/82.
  • 9 R. Balme, « art. cit. », p. 97.

21Ce décalage est perceptible dans les modes de sociabilité. Les réseaux associatifs et syndicaux qui ont porté Robert Schwint à la mairie en 1977 ne touchent plus une part significative de la population. Or ces réseaux, outre leurs fonctions de mobilisation et de socialisation, servaient de relais privilégiés entre le maire et la société urbaine. Ils étaient porteurs de représentations communes et partagées sur le sens de l’action politique, ses priorités et ses méthodes. Leur effritement est le résultat des changements socio-démographiques, les nouveaux groupes sociaux ne se reconnaissant pas dans les traditions militantes qu’incarne encore une partie de l’équipe de Robert Schwint. Mais il tient aussi à l’épuisement d’une formule de mobilisation qui n’avait de sens que dans le contexte politico-administratif des décennies 1960-1970, marqué tout à la fois par la prépondérance de l’État, le thème de la qualité de vie et des luttes collectives (sur le plan syndical ou urbain)8. Dans le contexte bisontin, il convient enfin de rajouter le poids toujours important de l’institution municipale, caractérisée par la multiplication des adjoints et son impact sur l’organisation des services. « Paradoxalement, il semble que plus la municipalité affirme sa velléité et son activisme, plus elle se dissocie de son réseau d’accès au pouvoir et plus la vitalité du milieu associatif s’atténue9. » Autrement dit, le mode de gouvernement de Besançon a progressivement épuisé le tissu associatif qui lui permettait d’assurer un alignement entre le maire et la ville.

22Nous ne disposons pas de données précises sur le renouveau associatif à Besançon. Il nous est donc impossible de comparer les nouvelles formes de sociabilité, dans les changements qu’elles traduisent au sein de la société urbaine et les difficultés qu’elles éprouvent à s’insérer dans le système de gouvernement de la ville. Tout au plus pouvons-nous émettre l’hypothèse qu’une partie d’entre elles échappe à ce dernier.

23En revanche, les données électorales peuvent nous permettre d’énoncer et d’affiner d’autres hypothèses concernant le désalignement entre le maire, son agenda, ses réseaux et la ville, en nous intéressant aux partis, groupes et individus qui entreprennent d’occuper les espaces laissés vacants. Ces données renvoient à trois phénomènes politiques distincts, correspondant à la période qui s’étend de 1989 à 1995. Il s’agit des aléas du vote écologiste sur Besançon, de la percée du Front national et des clivages générationnels dans la municipalité de Robert Schwint. Ces phénomènes font partie conjointement de la transition que connaît le gouvernement de Besançon à partir de 1989.

Mobilisations protestataires et mouvements écologistes

24Les mouvements écologistes à Besançon jusqu’en 1995 constituent un objet d’étude proprement insaisissable. Les suivre dans leurs origines, leurs transformations, leurs recompositions nécessiterait de tracer des itinéraires individuels, sans être certain pour autant de parvenir au bout du compte à reconstruire une cohérence d’ensemble. De ce fait, il apparaît plus pertinent de les analyser dans les rapports complexes qu’ils entretiennent avec le système de gouvernement de la ville – tout en étant conscient du caractère forcément réducteur d’une telle approche.

25Les élections municipales de 1983 marquent l’apparition d’un vote écologiste qui, avec 8,8 % des voix au 1er tour, est en position de négocier ses voix. En échange de diverses concessions en matière d’information, d’ouverture des commissions municipales, de mise en place d’un référendum populaire et de prise en compte de leurs demandes en matière de transports, cette liste appelle à voter pour Robert Schwint au 2e tour. Ce dernier parvient ainsi à écarter la menace sans grande difficulté mais il confie à un nouvel adjoint PSU, Paulette Guinchard-Kunstler, la délégation à l’environnement.

26La menace se précise cependant les années suivantes. C’est tout d’abord un projet de voie express urbaine qui suscite une mobilisation contre la municipalité. Le « collectif pour le contournement de Besançon et contre la voie express urbaine à vocation internationale », créé en octobre 1987, comprend notamment des militants socialistes et des élus communistes. Opposés à un projet de « petit contournement » de Besançon qui aboutirait à réaliser une 2x2 voies en milieu urbain, séparant Planoise du reste de la ville, ils proposent la réalisation d’un « grand contournement » qui, comme son l’indique, éviterait tout l’espace urbanisé ainsi que la Vallée des Mercureaux au sud de la ville. Son animateur, André Nachin, milite au Parti socialiste avant de quitter celui-ci fin 1988 pour cause de désaccord sur ce projet. On le retrouve au printemps suivant sur la liste des Verts aux élections municipales. Emmenée par Michèle Folschweiler – qui se présente comme mère de famille, responsable d’association de solidarité avec les pays en voie de développement-, cette liste obtient 14 % des voix au 2e tour et trois sièges au conseil municipal (dont un pour André Nachin). Ses candidats appartiennent pour la plupart à deux des catégories socio-professionnelles qui ont le plus augmenté entre 1982 et 1990 : celle des instituteurs, professions intermédiaires de la santé et du travail social/professions intermédiaires de la fonction publique ; celle des professions libérales, cadres de la fonction publique, professions scientifiques, professions de l’information, des arts et des spectacles. Plusieurs d’entre eux mettent en avant un engagement en faveur des pays en voie de développement, des droits de l’homme, des mouvements non-violents ou de la promotion du papier recyclé ; certains revendiquent le titre de mère de famille, d’autres d’objecteur de conscience.

27Faute d’avoir pu éviter la constitution de cette liste puis son maintien au 2e tour des élections, Robert Schwint parvient à intégrer sur sa liste d’autres écologistes, dont certains militent depuis de nombreuses années contre l’élargissement du canal Rhin-Rhône. Or Robert Schwint, après avoir été favorable à ce projet, a rejoint le camp des opposants. Les écologistes dont il s’entoure sont issus des comités Juquin, où ils côtoient des dissidents communistes, d’anciens du PS et du PSU. Ce mouvement est présent pour la première fois aux élections cantonales de 1988 dans les quatre cantons renouvelables de Besançon. Ses candidats réalisent de faibles scores, à l’exception de Martine Bultot qui, dans le canton de Planoise, obtient 14,4 % des voix. La même année, celle-ci se présente aux élections législatives dans la même circonscription que Robert Schwint, et obtient 5,3 % des voix. Dans l’autre circonscription, un adjoint au maire qui a quitté le Parti communiste en 1986, Bernard Régnier, affronte sous l’étiquette des comités Juquin le candidat socialiste Michel Mercadie et rassemble 4,4 % des voix.

28L’histoire de ce mouvement éphémère et de ses membres illustre les rapports ambigus qu’entretiennent les écologistes bisontins avec le gouvernement de la ville, à la fois partie-prenante et contestataire. En 1989, les comités Juquin sont présents sur la liste de Robert Schwint, où ils obtiennent six sièges. Cependant, ils vont rapidement se diviser en deux tendances qui n’entretiennent plus aucun contact et qui adoptent des attitudes nettement distinctes vis-à-vis du maire.

29Martine Bultot prend la tête de la Nouvelle gauche, dans laquelle on trouve des reconstructeurs communistes emmenés localement par Marcel Bourquin. Peu de temps après, la Nouvelle gauche et le PSU fusionnent et donnent naissance à l’Alternative rouge et verte (AREV). Martine Bultot est un médecin généraliste, qui a d’abord milité dans des mouvements féministes en faveur de l’avortement et de la contraception, des mouvements d’information et d’action sur la santé, ainsi que dans la lutte antinucléaire, la lutte contre l’élargissement du canal Rhin-Rhône et d’une manière générale toutes les luttes écologistes en Franche-Comté depuis la décennie 1970. Sur le plan politique, elle adhère au PSU après 1968, en pleine période autogestionnaire, puis le quitte en 1977 – avant de rejoindre les comités Juquin puis la Nouvelle gauche. L’AREV compte trois conseillers municipaux en 1989, dont un adjoint au maire (Martine Bultot). Ses membres sont issus des mêmes catégories socioprofessionnelles que les Verts mais ils sont plus proches des mouvements autogestionnaires de la décennie 1970. Ils entretiennent de ce fait une plus grande proximité militante avec certains élus de la troisième génération qui participent à la municipalité de Robert Schwint, dont nous avons vu qu’ils étaient souvent passés eux aussi par le PSU avant de rejoindre le PS après 1978.

30Bernard Régnier, de son côté, devient l’animateur à Besançon du Mouvement des rénovateurs communistes, lequel se rapproche à partir de 1990 de Génération écologie. Bernard Régnier, cheminot, responsable syndical à la CGT a été membre du Parti communiste jusqu’en 1986, date à laquelle il rompt avec son parti pour marquer sa fidélité à Robert Schwint. En 1989, le MRC comptent aussi trois conseillers municipaux, dont un adjoint au maire (Bernard Régnier). Par contraste avec les deux autres partis écologistes, le MRC demeure plus proche des groupes sociaux traditionnellement représentés dans les équipes de Robert Schwint, notamment les ouvriers, les employés civils et agents de service de la fonction publique, et les employés administratifs d’entreprise. Ainsi, la scission au sein des comités Juquin recoupe un clivage à la fois social et politique. Toutefois, le rapprochement avec Génération écologie est susceptible de leur ouvrir un électorat plus proche de celui des Verts et de l’AREV. L’animateur de ce parti à Besançon est Jean-Philippe Gallat, médecin, adjoint au maire depuis 1989 et issu du Mouvement des radicaux de gauche.

31Ces différentes tendances illustrent les capacités d’adaptation du mode de gouvernement de Robert Schwint – et la stabilité politique qui en résulte. Tandis que l’AREV entend préserver son attitude protestataire et marquer sa différence au sein de la majorité municipale, le MRC et Génération écologie demeurent fidèles au maire. Néanmoins, tous les trois drainent vers le maire les votes des groupes sociaux qui ne se reconnaissent pas forcément dans le système et le style de gouvernement de Robert Schwint et qui seraient tentés par un vote en faveur des Verts ou l’abstention (tous deux porteurs de risque pour le maire au regard de ses résultats au 2e tour des élections de 1983 et 1989).

32Dès 1992, l’AREV prend ses distances avec la majorité municipale. C’est d’abord la décision par Robert Schwint de retirer sa délégation à Martine Bultot après avoir subi les critiques de l’AREV sur sa gestion. Puis celle-ci se présente aux élections cantonales dans le canton de Besançon Nord-Ouest, où elle affronte Jean Mille (conseiller municipal socialiste) et André Nachin, candidat des Verts. Au 1er tour, les deux candidats écologistes font jeu égal et obtiennent à eux deux 18 % des voix. Au 2e tour, le candidat socialiste est battu par le conseiller général sortant. Deux ans plus tard, Martine Bultot se présente dans le canton de Besançon Planoise contre le conseiller général sortant (et adjoint au maire) Jean-Louis Fousseret et recueille 16 % des voix, tandis que le candidat des Verts obtient 4,9 % des voix. Ces élections cantonales de 1994 voient les différentes formations écologistes s’affronter selon des configurations différentes dans les quatre cantons renouvelables. Leurs résultats consolidés au 1er tour les placent entre 9,3 % des voix (Besançon Nord-Est) et 20,9 % des voix (Besançon Planoise). L’AREV réalise de bons résultats à Planoise (16 %) et Besançon Est (10,7 %). Les Verts, en revanche, marquent un recul : après le bon résultat d’André Nachin (9,1 %) aux élections cantonales de 1992 (qui bénéficie de la dynamique des élections régionales favorable aux listes écologistes cette année-là), les candidats Verts réalisent des scores plus faibles en 1994 (entre 4,9 % et 5,9 %). André Nachin, quant à lui, a quitté les Verts pour rejoindre le Mouvement des écologistes indépendants d’Antoine Waechter ; dans une « triangulaire écologiste » dans le canton de Besançon Sud, il fait jeu égal avec les deux autres candidats et obtient 5,3 % des voix.

33L’AREV jouit donc d’une bonne implantation à Planoise et dans une moindre mesure dans le Nord-Ouest de Besançon, qui comprend notamment les cités de Montrapon et de Fontaine Écu, et l’Est, qui comprend en particulier les cités de Fontaine Argent et des Clairs-Soleils. Cette implantation est liée à l’image de Martine Bultot, militante connue et reconnue localement, active dans des réseaux intervenant dans le domaine de l’environnement et de la santé. En revanche, les Verts ne paraissent pas capables de s’enraciner durablement à Besançon, faute semble-t-il d’un leader charismatique et d’un ancrage dans des milieux protestataires et autogestionnaires plus anciens. Fait remarquable, cependant, l’AREV réalise ses meilleurs résultats à Planoise, canton traditionnellement socialiste tenu fermement par Jean-Louis Fousseret (qui obtient encore 73,1 % des voix au 2e tour en 1994), et sans pour autant épuiser le vote écologiste puisque les Verts obtiennent 4,9 % en 1994. Le cas de Planoise est intéressant puisqu’il s’agit d’un quartier traditionnellement acquis à la gauche – rappelons que c’est dans ce canton que Robert Schwint a été élu en 1976 pour préparer sa candidature aux élections municipales de 1977 –, ce dont témoignent les résultats qu’accorde ce quartier aux candidats socialistes à l’occasion des élections municipales, cantonales et législatives. Il s’agit en outre d’un quartier dans lequel se côtoient des groupes sociaux en situation précaire, des immigrés, des agents intermédiaires de la fonction publique et des cadres moyens. De nombreuses associations interviennent dans ce quartier, qu’il s’agisse de structures travaillant auprès des jeunes, des femmes ou des populations immigrées, d’associations chargées de la gestion d’un équipement ou d’associations de lutte de réinsertion. La position de stabilité dont bénéficie l’élu du quartier, Jean-Louis Fousseret, tient notamment à la qualité des liens qu’il a su nouer avec ces différentes associations, lui-même étant issu du mouvement associatif. Il n’en demeure pas moins que c’est dans son quartier que les écologistes réalisent leurs meilleurs résultats.

34Les autres tendances écologistes sur Besançon ne sont pas présentes dans ces scrutins locaux. En revanche, Génération écologie est présente dans les élections régionales, législatives et européennes où ses candidats réalisent de bons résultats. Dans la mesure où Jean-Philippe Gallat est adjoint au maire de Robert Schwint, il contribue à l’image d’une majorité municipale soucieuse des problèmes d’environnement sans pour autant affaiblir celle-ci par sa présence dans des scrutins plus locaux. C’est ainsi qu’aux élections régionales de 1992, trois listes écologistes s’affrontent dans le Doubs et totalisent 25,4 % des voix sur Besançon : 7,7 % pour l’AREV emmenée par Marcel Bourquin, 7,8 % pour les Verts et 9,9 % pour Génération écologie emmenée par Jean-Philippe Gallat. Puis, à l’occasion des élections législatives de 1993, les Verts et Génération écologie présentent un candidat commun dans chacune des deux circonscriptions qui traversent Besançon, lequel distance nettement le candidat de l’AREV. Face à Robert Schwint, Martine Bultot obtient 5,3 % des voix mais le candidat commun des Verts et de Génération écologie fait mieux (8 %). Dans l’autre circonscription de Besançon, Jean-Philippe Gallat distance encore plus nettement le candidat de l’AREV (7,9 % contre 3 %). Enfin, à l’occasion des élections européennes de 1994, les deux listes écologistes (rappelons qu’il s’agit de listes nationales) réalisent de mauvais scores à Besançon : 3,9 % pour les Verts, 2,3 % pour Génération écologie.

35Face à la menace écologiste sur sa base électorale, le mode de gouvernement de Robert Schwint est donc présent à deux niveaux : tandis que l’AREV entreprend d’affaiblir les Verts dans les scrutins locaux, condition nécessaire pour pouvoir négocier en position de force sa participation à la liste de Robert Schwint, Génération écologie est présente dans les scrutins ayant une portée nationale, où elle affaiblit l’AREV.

36Aux élections municipales de 1995, les alliances autour de Robert Schwint se reforment et le nouveau conseil municipal comprend quatre élus de l’AREV, dont un poste de 4e adjoint confié à Martine Bultot – l’augmentation du nombre d’élus et la progression de Martine Bultot dans le tableau des adjoints illustrent la réussite de la stratégie de différenciation adoptée par ce parti –, et trois élus Convergences écologie solidarité, dont Bernard Régnier au poste de 8e adjoint – qui par contraste ne progressent pas. La troisième composante écologiste à Besançon, qui s’est entre temps scindée, ne retrouve pas de siège au conseil municipal : la liste du Mouvement des écologistes indépendants, emmenée par André Nachin, ne récolte que 4,14 % des voix, tandis que les Verts ne présentent pas de listes. Quant à Génération écologie, elle n’est plus représentée localement.

37Robert Schwint est parvenu à réduire la menace écologiste. Son mode de gouvernement lui permet une fois de plus d’intégrer dans son équipe des représentants d’intérêts locaux distincts, voire opposés. En outre, il est en mesure de capter le soutien d’une partie des catégories socioprofessionnelles qui ont le plus augmenté durant la décennie 1980 et qui constituent une menace pour son système de gouvernement dans la mesure où elles ne se reconnaissent ni dans le maire, ni dans son agenda, ni dans ses réseaux. Ce faisant, les différentes sources de contestations et de tensions sont transférées au sein de la municipalité où le maire est mieux à même de les réduire. Autrement dit, Robert Schwint internalise les contestations dont son système de gouvernement fait l’objet en cooptant les porte-parole des différents intérêts en présence – sans que la municipalité ne constitue un espace de délibération dans lequel ces différents intérêts vont pouvoir s’affronter, se mesurer et débattre. Une telle stratégie suppose toutefois une autorité sans faille du maire, jointe à une très grande habileté politique. Mais elle témoigne de la souplesse de ce mode de gouvernement face à une menace qu’elle est capable d’intégrer.

La percée du Front national

38Avec 9,73 % des voix au 1er tour des élections municipales de 1989 et 10,35 % six ans plus tard, le vote Front national fait preuve d’une grande stabilité. D’autant qu’au second tour des élections de 1995, son résultat est pratiquement identique (10,21 %).

39La première apparition électorale du Front nationale remonte aux élections cantonales de 1985, où son candidat dans le canton Besançon Nord-Ouest obtient un résultat élevé : 12,1 % des voix. Trois ans plus tard, l’ancrage se confirme, bien qu’à un niveau moins élevé : les candidats du FN obtiennent entre 6,5 % et 8,4 % des voix dans les quatre cantons renouvelables, ce dernier résultat étant obtenu dans le canton de Planoise. Aux élections municipales de 1989, René Mars (qui l’année précédente a réuni 12 % des voix aux élections législatives dans l’une des circonscriptions qui traversent Besançon) réalise un bon résultat. Il propose à Raymond Tourrain, tête de liste UDF-RPR, une alliance mais devant le refus de celui-ci se retire sans donner de consigne de vote pour le 2e tour. René Mars quitte peu de temps après le Front national et on le retrouve à la tête d’une liste pour les élections régionales de 1992, où il réunit 2,6 % des voix à Besançon. Il est remplacé dans la capitale franc-comtoise par Robert Sennerich qui s’implante dans les quartiers Ouest de Besançon : d’abord dans le canton de Besançon Nord-Ouest où il obtient en 1992 14,6 % des voix, puis deux ans plus tard dans le canton de Planoise où il rassemble 13,3 % des suffrages. Cette même année, dans les trois autres cantons renouvelables, le Front national rassemble entre 8,8 % et 11,5 % des voix. Aux élections municipales de 1995, le parti frontiste se maintient au 2e tour et obtient deux conseillers municipaux avec un peu plus de 10 % des suffrages.

  • 10 Planoise, Montrapon et Fontaine Écu, mais aussi Rosemont et Saint-Ferjeux.
  • 11 « Les familles françaises restées dans ces quartiers sont aussi les plus démunies culturellement e (...)

40S’il est toujours difficile d’analyser le vote Front national en l’absence de données précises, plusieurs hypothèses peuvent toutefois être avancées pour expliquer son ancrage. Les zones de force du vote en faveur de ce parti semblent se situer essentiellement dans les quartiers Ouest de Besançon10, qui sont aussi comme nous l’avons signalé ceux qui accordent le plus de suffrages aux écologistes et notamment à l’AREV. Par leur composition sociale, mais aussi la présence de zones plus défavorisées, ces quartiers offrent un terrain favorable au développement d’une vie sociale protéiforme dans laquelle se côtoient des associations intervenant de longue date en faveur des jeunes, des populations immigrées ou des exclus, des associations plus récentes liées par exemple au mouvement Beur ou à la politique de la ville, des formes de mobilisation plus ciblées (que ce soit sur un thème, un projet ou un groupe ethnique) et de larges pans de la population qui ne s’inscrivent dans aucune de ces formes de sociabilité. L’hypothèse que nous formulons, sur la base des analyses du vote Front national dans les banlieues, est celle d’un lien entre ce vote et les pans de la population les plus disqualifiés socialement qui n’appartiennent plus à des associations ou des syndicats. Il s’agit d’individus qui ressentent à la fois l’absence de structures collectives susceptibles de leur offrir un lieu de socialisation, d’expression commune, d’action collective, – un sentiment renforcé par le fait de se retrouver au chômage (Besançon compte un peu plus de 11 % de chômeurs) – et la présence de telles structures parmi les groupes perçus comme différents, marginaux, dangereux – présence qu’accompagnent des efforts plus importants de la part des pouvoirs publics en faveur de ces groupes dans le cadre de la politique de la ville ou de la lutte contre l’exclusion et la pauvreté, par exemple11.

  • 12 H. Rey, La peur des banlieues, Paris, Presses de la FNSP, 1996, p. 136-139. Voir aussi H. Rey (dir (...)

41Cette hypothèse rejoint l’idée communément admise aujourd’hui que le vote Front national concerne moins des quartiers ou des sous-quartiers à forte population étrangère, voire les quartiers immédiatement adjacents (selon l’hypothèse d’un effet de halo), que des individus qui sont porteurs d’une représentation « abstraite ou imaginaire » des étrangers, qui résulte fréquemment de la présence de ces derniers dans leur environnement12. Rappelons que la population étrangère à Besançon demeure plus faible que dans la plupart des autres grandes villes de France (9,3 % en 1990).

42Il semblerait par ailleurs que le vote FN à Besançon soit moins lié à des individus que ne l’est le vote écologiste. Autant l’analyse de ce dernier exigeait que tienne compte de trajectoire individuelles de candidats écologistes, autant le vote FN peut très logiquement être appréhender indépendamment du profil et du parcours des ses candidats.

43Il n’en demeure pas moins que les zones de force du FN et des écologistes se recoupent. Le vote en faveur de ces deux forces peut s’apparenter à un vote protestataire mais il ne saurait être réduit à ce statut. Il illustre au contraire la distance adoptée par certains groupes sociaux vis-à-vis d’un système de gouvernement qui n’assure pas l’intégration de leurs intérêts et de leurs demandes. Cette distance est d’autant plus marquée dans les quartiers où il existe une vie associative, jointe à une gestion municipale des relations avec les associations, dans lesquelles différentes fractions de la population ne se sentent pas intégrées – soit que ces associations n’expriment pas leurs intérêts, soit que ces associations défendent des intérêts contraires aux leurs, soit qu’ils ne conçoivent pas que leurs intérêts puissent transiter par une association, soit enfin parce qu’il n’existe aucune structure susceptible de les accueillir. En d’autres termes, ce n’est pas une situation d’anomie sociale dans un quartier qui permet d’analyser le vote Front national et a fortiori le vote écologiste, mais au contraire les situations d’interaction entre des formes d’intégration et d’organisation sociales, des attentes et des demandes non satisfaites et des formes d’anomie. C’est dans ces décalages que s’inscrivent ces deux votes. Mais là s’arrête la similitude entre des individus qu’ensuite tout oppose, notamment dans leur profil socioprofessionnel et leur parcours militant.

L’affrontement de deux générations en municipalité

44Tandis qu’une partie des groupes sociaux relevant des catégories socioprofessionnelles qui ont le plus crû entre 1982 et 1990 se tournent vers des formations écologistes, une autre partie s’engage dans les formations politiques traditionnelles, ou du moins entretient des affinités avec elles. C’est le cas notamment de la troisième génération d’élus qui entoure Robert Schwint et qui appartient pour l’essentiel au Parti socialiste. Avec elle nous sommes en mesure de comprendre comment le maire gère la présence au sein de sa majorité d’individus incarnant des sensibilités politiques, des intérêts et des postures parfois diamétralement opposées – leur présence à ses côtés le préservant de toute contestation extérieure.

45Dans la mesure où les réseaux associatifs sur lequel s’appuyait Robert Schwint se sont progressivement effrités, reflétant en cela une évolution de la population dans sa composition sociale, le maire de Besançon a dû renouveler ses soutiens. Pour ce faire, il a entrepris d’élargir progressivement ses majorités à de nouvelles composantes politiques et à des individus issus de groupes sociaux plus représentatifs de la ville dans sa diversité. Ce mouvement se traduit à la fois par l’adjonction de nouveaux éléments et la substitution des éléments sortants : au fur et à mesure que de nouvelles composantes, qui n’appartiennent pas aux réseaux traditionnels du maire, entrent en municipalité, le noyau dur des adjoints qui ont eu un parcours associatif, politique et syndical proche de celui du maire – la deuxième génération - se resserre autour de ce dernier. Il en résulte, de 1989 à 1995, un contraste entre deux générations d’adjoints. Outre leurs profils, ces adjoints adoptent des attitudes et des prises de position nettement distinctes.

46Les deux générations d’élus municipaux s’opposent en premier lieu sur leur conception de l’action politique. Les élus de la deuxième génération autour de Robert Schwint se méfient de toute action d’envergure et souhaitent rester proches des attentes de la population, dans une conception de l’action politique visant essentiellement à améliorer les situations existantes. Les élus de la troisième génération, au contraire, poussent à l’élaboration d’un programme politique plus ambitieux, avec des réalisations marquantes, qui permettrait à Besançon de se faire connaître et de se développer – mais aussi d’être au diapason des autres villes françaises qui se sont lancées dans les politiques de communication et d’image, de technopoles et de médiathèques, de développement économique et de politique culturelle – et qui s’appuierait sur une collaboration avec les autres collectivités locales.

47Le texte qui suit reflète la coexistence de deux conceptions différentes de l’action politique au niveau de la ville de Besançon, entre le nécessaire développement et la non moins nécessaire prise en compte des demandes des habitants.

  • 13 Document de synthèse sur le séminaire d’Ornans du 22 juin 1991, page introductive. Ce séminaire a (...)

« Où en sommes-nous ? Où allons-nous ?
[…·]
Nous sommes, en effet, placés aujourd’hui devant une nouvelle donne qui modifie assez largement le paysage municipal.
De quoi est-elle faite ?
Nos compétences dites réglementaires sont largement débordées par de nouvelles obligations imposées, en vrac, par notre statut de capitale régionale, par le choc des lois de décentralisation, par l’ampleur de l’effort de modernisation de notre pays, par le déplacement des frontières et l’ouverture du grand marché de 93, par la concurrence à laquelle se livrent villes, régions et départements, par les impératifs des moyens modernes de communication et de déplacement, par le désengagement financier de l’État, par la médiatisation de l’action politique, par la surévaluation de nos pouvoirs réels dont nous gratifient nos concitoyens. La liste n’est pas close.
Bref, nous ne pouvons plus contempler notre ville à l’intérieur de ses murs. Et pourtant, dans le même temps, nous avons l’obligation à poursuivre notre politique de gestion de la vie quotidienne, y compris dans le plus petit détail : celui qui touche directement à la qualité de vie du citoyen dont les exigences se sont régulièrement accrues avec l’évolution sociale et culturelle. Ne perdons pas de vue que la Ville est d’abord un lieu de vie.
Notre responsabilité est donc tout à la fois plus grande et différente.
C’est à quoi il nous faut faire face avec nos valeurs, nos acquis et un œil neuf13 »

48Ce texte expose les deux conceptions qui s’affrontent, mais il ne tranche pas entre elles. Ce soin est laissé au maire, au coup par coup selon les projets et les alliances qu’il noue. Ce texte constitue avant tout une tentative de conciliation des divergences par leur expression, tout en reportant à plus tard les arbitrages du maire. Tous les intérêts représentés en municipalité sont pris en compte dans un apparent consensus qui évite que la municipalité se divise ouvertement. À ce titre, il est révélateur de l’hétérogénéité des problèmes, attentes et contraintes qui pèsent sur les autorités locales, de leurs contradictions ainsi que de la difficulté à les gérer dans un système de gouvernement dont les mécanismes d’intégration n’ont pas évolué.

49L’opposition des générations se poursuit ensuite au niveau des interlocuteurs que chaque groupe souhaite privilégier localement. Les élus de la deuxième génération s’appuient sur leurs anciens réseaux associatifs et syndicaux, tout en étant conscients de leurs faiblesses. Pour y remédier ils structurent de nouveaux réseaux au sein des quartiers de grands ensembles et plus généralement ils entreprennent de s’adresser à la population dans le cadre de réunions de quartier. Leur perception de la société urbaine s’organise encore autour de ses « corps intermédiaires », seuls légitimes pour exprimer les besoins et les attentes de la population.

  • 14 Le terme de forces vives s’appliquait dans la décennie 1960 aux structures professionnelles, assoc (...)

50Les élus de la troisième génération, a contrario, souhaitent s’appuyer sur ce qu’ils appellent les « forces vives » de Besançon : il s’agit d’acteurs locaux n’ayant aucun engagement politique mais qui œuvrent dans des domaines clés sur le plan économique, social ou universitaire14. Il y a chez ce groupe d’élus une volonté d’ouverture de la mairie sur l’ensemble de son environnement afin de répondre aux attentes qu’expriment en particulier les cadres et professions libérales, une volonté aussi de trouver de nouveaux soutiens et de nouvelles ressources (moyens financiers, savoir-faire, réseaux de relations, expertise…) permettant de concevoir une politique de développement local sur de nouvelles bases.

51Le projet des élus de la troisième génération tente de répondre aux difficultés que rencontre actuellement Besançon en soulignant qu’il est nécessaire de chercher à l’extérieur de la mairie les ressources et savoir-faire nécessaires à la gestion d’une complexité urbaine. Ils se réfèrent pour cela à un schéma de développement que l’on retrouve dans d’autres villes, et qui repose sur la conviction que la solution aux problèmes des villes tient d’abord à leur bonne santé économique et financière. Celle-ci passe par une politique ambitieuse en direction des entreprises et ménages aisés pour qu’ils s’installent et amènent ressources fiscales, emplois et autres richesses.

52Enfin les deux générations d’élus s’opposent sur le mode de gouvernement de Besançon. Les élus de la troisième génération souhaitent renforcer le rôle du groupe majoritaire (et au-delà du parti) afin d’introduire des considérations plus politiques, par opposition à des justifications « techniques » ou financières, dans le travail des adjoints. À travers cette remise en cause des cloisonnements instaurés par le maire entre municipalité, groupe majoritaire, conseil municipal et parti, leur objectif est de casser la relation de dépendance qui les lie au maire. Les élus de la deuxième génération, en revanche, renforcent un mode de gouvernement qui en écartant les sources de débat et de conflit assure au maire une position intégratrice.

  • 15 Le programme municipal de 1989 marquait déjà une attitude très mesurée à l’égard de la culture : l (...)

53Les deux groupes d’adjoints sont en nombre sensiblement identique en municipalité et ils ne se différencient pas par leurs origines sociales : ils appartiennent aux classes moyennes du secteur public pour la plupart. Tout au plus peut-on remarquer que les élus de la troisième génération occupent tous des fonctions à dominante intellectuelle (responsables de formation professionnelle, professeurs d’université, médecins…) – celles qui précisément ont le plus augmenté durant la décennie 1980 – tandis que les proches du maire offrent une plus grande diversité (enseignants, petits employés et techniciens). Cette différence engendre une méfiance de la part de ces derniers pour ce qu’ils considèrent être des politiques culturelles ou universitaires élitistes et des politiques de communication tapageuses ; et plus généralement une défiance à l’égard de tout élitisme social, économique ou culturel15. Tandis que les élus de la troisième génération conçoivent une politique culturelle, universitaire et scientifique comme étant le moyen d’attirer de nouvelles activités économiques, des cadres et des touristes. Les premiers restent attachés à une image de Besançon-ville industrielle tandis que les seconds veulent lui faire prendre un tournant résolument tertiaire.

54Quant aux autres adjoints, ils appartiennent pour la plupart aux mêmes milieux sociaux et professionnels mais ils se distinguent par le fait qu’ils dépendent du maire pour l’obtention d’une délégation sans se distinguer par un modèle de comportement ou d’apprentissage : ils n’interviennent pas dans le débat de générations et s’adaptent aux situations en fonction de la position du maire.

55Entre ces deux générations d’adjoints, Robert Schwint s’est appuyé jusqu’en 1995 sur la deuxième. Cela se traduit par l’attribution à ces élus des principaux postes d’adjoints – dans l’ordre du tableau des adjoints mais aussi par les délégations confiées : finances et personnel, administration générale et coordination, urbanisme et développement économique – et par la confiance qu’il leur accorde pour gérer les dossiers les plus importants. Les élus de la troisième génération, s’ils bénéficient d’une autonomie, doivent en revanche accepter de passer par l’intermédiaire des adjoints proches du maire pour un certain nombre de décisions. Situation inacceptable pour eux, qui les incite au repli mais qui du même coup autorise les principaux adjoints à empiéter sur leurs domaines de délégation.

  • 16 Lors de la campagne des élections municipales de 1965, la principale liste d’opposition à Jean Min (...)

56C’est dans ce contexte que surgit une question capable de bouleverser l’équilibre des forces et des alliances nouées par le maire : la mise en concession des services de l’eau et de l’assainissement. Le maire en confie l’étude au 1er adjoint de manière à trancher définitivement cette question pour laquelle il est très sollicité par les grands groupes de services urbains16. Le 1er adjoint n’y est pas opposé dans la mesure où la situation financière de la ville est difficile (mais pas catastrophique) : la mise en concession permettrait un apport « d’argent frais » qui serait soit investi, soit consacré à la réduction de la dette. En revanche, le maire s’y montre a priori hostile par conviction, mais il s’avoue prêt à écouter les arguments des uns et des autres.

57Aux yeux des élus de la troisième génération, la mise en concession serait un indicateur important : elle signifierait un reniement du dogme des services exploités en régie, introduisant une rupture symbolique avec le passé. Elle permettrait d’investir dans des actions d’envergure en vue des élections municipales de 1995. Sur ce point, les adjoints proches du maire se montrent plus réservés et ils préféreraient consacrer les revenus d’une « privatisation » (si « privatisation » il y a) au remboursement des emprunts. Pour les élus de la troisième génération, en revanche, la mise en concession et l’investissement des sommes ainsi dégagées constitueraient un signe éclatant que le maire est enfin décidé à changer de politique en se ralliant à leurs positions. Elle signalerait un retournement d’alliance, le maire abandonnant ses vieux alliés pour se rapprocher d’adjoints plus jeunes, porteurs d’une vision différente de leur ville et de la politique à mener localement.

58À travers cet exemple, le maire apparaît comme le tenant d’une ligne politique qui s’inscrit dans son comportement personnel mais surtout dans les alliances qu’il noue en municipalité et au conseil, un changement dans l’un de ces trois termes entraînant automatiquement un changement dans les deux autres. On comprend que le coût d’un changement soit élevé. Mais seul le maire est en mesure d’opérer un revirement d’alliance et de ligne politique. Ce choix lui revient entièrement, même s’il peut être porté par une décision chargée symboliquement comme la mise en concession d’un service public : une rupture s’opérerait alors dont le maire pourrait profiter pour instaurer un nouveau style de gouvernement. Cela reviendrait à rompre son alliance avec des élus qui partagent ses conceptions, valeurs et apprentissage politiques, pour se rapprocher d’élus avec lesquels il ne possède que très peu de références communes. Cela modifierait aussi profondément l’image qu’il s’est construite d’un maire proche de ses concitoyens, attentif à leurs demandes et besoins, en particulier les plus pauvres et les personnes âgées. Enfin une mise en concession irait totalement à l’encontre des valeurs politiques qu’il a toujours affichées, ainsi que de ses nombreuses déclarations aux employés municipaux comme aux syndicats. Le coût serait donc élevé pour un bénéfice diffus. Robert Schwint préfère finalement renoncer à cette mise en concession.

59D’une certaine manière, le choix auquel était confronté le maire s’apparentait à un choix de société, à la fois dans les acteurs qui, au sein de la société urbaine, se voyaient reconnus une place d’interlocuteurs privilégiés, et dans la conception que le maire avait de la société urbaine bisontine, au présent et pour l’avenir. Les alliances au sein de sa majorité ne sont de ce point de vue que le reflet plus large des alliances nouées localement avec diverses associations, syndicats, professions et catégories sociales. Rompre ses alliances ne reviendrait pas seulement à perdre des alliés et des proches dans la municipalité, avec lesquels il partage beaucoup d’idées et de conceptions politiques ; ce serait aussi rompre avec des acteurs qui localement partagent ces idées et conceptions et le soutiennent politiquement, par leur vote mais aussi par les ressources qu’ils lui procurent en terme d’information et d’image. À l’opposé, se rapprocher des élus de la troisième génération équivaudrait à nouer de nouvelles alliances localement, avec des acteurs et des groupes nettement moins distincts et organisés. Du même coup, le maire de Besançon serait amené à lancer une vaste politique de communication servant de vecteur dans ses relations avec la population. Il s’y est refusé pour privilégier les relais plus traditionnels, ses réseaux personnels et un rapport à la société urbaine médiatisée par les associations plus que par des milieux sociaux plus diffus, moins bien structurés. La carte cognitive et normative de Robert Schwint demeure façonnée par une conception de la société urbaine organisée en corps intermédiaires. Tout ce qui échappe à ces corps intermédiaires, tout ce qui agit en dehors des cadres ainsi définis, échappe du même coup à son champ de vision et à sa compréhension.

60À la suite des élections municipales de 1995, Robert Schwint renouvelle son équipe sans les adjoints de la deuxième génération mais en conservant plusieurs élus de la troisième. Ces derniers ont toutefois perdu entre temps leurs velléités d’une action commune, au profit de stratégies plus individuelles. Le mode de gouvernement de Robert Schwint demeure contraignant, en réduisant toute tentative d’une action collective parmi les adjoints. Il illustre les capacités du maire à réduire toute contestation, tant interne qu’externe, de son système de gouvernement. Mais ce mode ne fait que renforcer le décalage avec une société urbaine qui ne se reconnaît plus dans un système de gouvernement d’un autre temps.

***

61Le désalignement qui se dessine entre le maire, ses réseaux et la ville peut se résumer en un décalage entre la manière dont le maire appréhende sa ville, analyse ses problèmes et entreprend de les gérer – par l’intermédiaire des différents corps organisés – et une société urbaine dont les groupes les plus importants en nombre ne raisonnent plus forcément en termes d’action collective, mais d’abord en termes d’intérêts partagés qu’ils entreprennent de promouvoir – par l’intermédiaire de réseaux et fréquemment dans un cadre professionnel. Le syndicalisme du cadre de vie des décennies 1960-1970 se transforme d’une certaine manière en un syndicalisme de la vie de cadre, les cadres mettant à profit leurs multiples activités professionnelles et extra-professionnelles pour défendre leurs intérêts, sans chercher à tout prix à s’inscrire dans une structure organisée – du moins dans les structures organisées existantes. De ce fait, la coupure entre vie au travail et vie hors-travail est moins net, alors qu’elle était essentielle dans l’esprit de tous ceux qui ont fait l’apprentissage du militantisme dans les mobilisations associatives et syndicales de la décennie 1970. Pour beaucoup de cadres, leur intérêt et celui de la ville sont intimement liés, tout ce qui peut être fait dans le sens du second alimentant le premier. Une telle perception des problèmes de la ville et des stratégies de développement que leur résolution appelle est, on l’imagine aisément, fort éloignée des conceptions politiques de Robert Schwint.

62Quant aux groupes sociaux démunis économiquement et socialement, mais qui n’ont pas franchi le seuil de la pauvreté, peu d’opportunités leur sont offertes de faire entendre leur voix, encore moins de se regrouper pour défendre leurs intérêts. Lorsqu’ils ne sont pas intégrés dans des structures ou des dispositifs existants, le vote Front national constitue pour eux l’une des seules solutions envisageables.

Notes

1 Georges Gruillot a lui-même commencé à l’UDF avant de rejoindre le RPR.

2 L’ensemble de ces données est tiré de A. Chenu et N. Tabard, « Les transformations socioprofessionnelles du territoire française, 1982-1990 », Population (La France au recensement de 1990), Paris, éditions de l’INED, n° 6, novembre-décembre 1993, ainsi que du résumé qu’ils en ont fait et qui est paru dans INSEE Première, n° 341, août 1994.

3 Des résultats comparables peuvent être observés dans la plupart des autres villes-préfectures de région (Nantes, Rouen et Rennes, par. exemple) ainsi que dans quelques grandes communes d’agglomération (Saint-Maur-des-Fossés, Villeneuve d’Ascq, Villeurbanne).

4 Rappelons que la Franche-Comté est la première région industrielle de France, par le nombre d’emplois dans le secondaire rapporté à la population active.

5 ACEIF, Diagnostic socio-économique et urbain -L’État de l’agglomération, mars 1990, p. 25.

6 Les données qui suivent sont tirées pour l’essentiel d’un dossier préparé par le service développement économique pour la séance du conseil municipal du 23 juin 1990.

7 ACEIF, op. cit, p. 25.

8 D. Mehl, « Culture et action associatives », Sociologie du Travail, n° 1/82.

9 R. Balme, « art. cit. », p. 97.

10 Planoise, Montrapon et Fontaine Écu, mais aussi Rosemont et Saint-Ferjeux.

11 « Les familles françaises restées dans ces quartiers sont aussi les plus démunies culturellement et économiquement et les premières touchées par la crise. Désarmées face à une situation qu’elles ne peuvent pas décrypter, le vote FN qui fait des immigrés les responsables de leur situation insupportable devient d’autant plus facilement l’ultime recours et l’expression d’un désarroi profond que les parties politiques traditionnels s’effacent. » (P. Le Galès, M. Oberti, J.-C. Rampal, « Le vote Front national à Mantes-la-Jolie. Analyse d’une crise locale à retentissement national : le Val-Fourré », Hérodote, 2e et 3e trimestres 1993, n° 69-70, p. 47).

12 H. Rey, La peur des banlieues, Paris, Presses de la FNSP, 1996, p. 136-139. Voir aussi H. Rey (dir.), Les évolutions du comportement électoral dans les quartiers de grands ensembles (1988-1989), Cevipof et Plan Urbain, Paris, 1990.

13 Document de synthèse sur le séminaire d’Ornans du 22 juin 1991, page introductive. Ce séminaire a porté dans une première partie sur l’état des finances de la ville (exposé du 1er adjoint), le mode de fonctionnement de la municipalité (exposé de l’adjoint à la culture) et la communication des autorités municipales (exposé de l’adjoint à la vie associative-vie des quartiers) ; puis dans une deuxième partie « perspectives » sur le projet (exposé de l’adjoint à l’enseignement), les moyens financiers (exposé du 1er adjoint) et la valorisation de la politique des autorités municipales (exposé d’un conseiller municipal).

14 Le terme de forces vives s’appliquait dans la décennie 1960 aux structures professionnelles, associatives et syndicales qui contestaient la gestion concertée État-collectivités territoriales, au profit d’une planification régionale ; structures au sein desquelles Robert Schwint et la génération d’élus qui l’entoure ont fait leur apprentissage du militantisme.

15 Le programme municipal de 1989 marquait déjà une attitude très mesurée à l’égard de la culture : loin des ambitions des décennies 1960-1970 en matière d’éducation et de démocratisation culturelle, il s’agissait plus modestement « de permettre à chacun l’accès à la culture selon ses goûts et ses aptitudes. » Pour plus de précision sur les politiques culturelles municipales, nous renvoyons à P. Urfalino, L’invention de la politique culturelle, Paris, La documentation française, 1996, et en particulier le chapitre 10 consacré à « La municipalisation de la culture ».

16 Lors de la campagne des élections municipales de 1965, la principale liste d’opposition à Jean Minjoz regrettait déjà que la mairie ne concède pas la gestion de l’eau à la Lyonnaise des Eaux (J. Gavoille, « art. cit. » dans Claude Fohlen, op. cit. (tome 2), p. 578

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24665/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Légende (Source : A. Chenu et N. Tabard, « Les transformations socioprofessionnelles du territoire française, 1982-1990 », p. 1737 et 1768.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24665/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 309k

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540