Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence politique et son deuil

 | 
Isabelle Sommier

Première partie. Un utopisme violent

3. Exercer la violence

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Légitimée, la violence révolutionnaire se déploie, en France comme en Italie, en des lieux déterminés et contre des cibles précises. Elle naît d’abord dans la rue avec les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, voire entre manifestants eux-mêmes. Ce fréquent glissement vers un usage violent des manifestations justifie la structuration des services d’ordre, tandis que la violence y change progressivement de nature : de défensive et d’occasionnelle, elle devient offensive et quasiment rituelle. Une seconde cible est trouvée dans la figure des « fascistes », ennemis absolus contre lesquels tout, ou presque, est permis, du moins en théorie. Enfin, la violence ouvrière, ou réputée ouvrière, est dirigée de façon punitive contre les « petits chefs », les « jaunes », etc.

2Si l’exercice de la violence est de même nature dans les deux pays, il varie considérablement en intensité : on s’apercevra qu’il est, en France, plutôt symbolique ou fortement théâtralisé et s’épuise autour de l’année 1973, alors que l’on constatera en Italie un crescendo continu jusqu’à ce que les groupes armés demeurent seuls sur le terrain de la guerre ouverte contre l’État à la fin de la décennie 70.

Les formes de la violence révolutionnaire

L’affrontement des services d’ordre gauchistes et policier

3Il fut à juste titre avancé que l’affrontement physique avec les forces de l’ordre marquait le passage des révoltes étudiantes à la violence, où elles se seraient trouvées précipitées sous le coup de la répression, alors qu’elles étaient initialement pacifistes.

  • 1 Guido Viale, Il sessantotto tra rivoluzione e restaurazione, Milano, Mazzotta, 1978, p. 43 et Marc (...)

4Pour preuve, on peut signaler qu’en Italie, le tournant généralement retenu pour retracer l’histoire de 1968 est amorcé par les heurts violents du 1er mars, dits « affrontements de Valle Giulia » du nom de la rue romaine où ils se déroulèrent. Pour la première fois en effet, les étudiants ripostent activement à la police. Leur résistance, devenue « exemplaire », sera fortement popularisée au sein du mouvement étudiant, notamment par une célèbre chanson au titre significatif : « Nous n’avons plus fui » (« Non siam’scappati più »). Guido Viale situe par exemple à cette date la naissance des services d’ordre et le début du recours à la violence contre l’État, tandis que Marco Grispigni voit dans le slogan entendu alors : « Italie = Espagne », le signe de la substitution de l’« élaboration théorique au sein de l’université » par le problème pratique de la répression1.

5Mais si la violence émerge en 1968 comme une réaction de défense à la répression policière, elle assume très vite d’autres caractères, lorsque les affrontements s’avèrent constituer une ressource aux multiples facettes. Ressource immédiatement mobilisatrice, elle provoque la solidarité de franges extérieures au milieu étudiant, choquées par la répression dont il a fait l’objet. Ressource identitaire, elle semble sceller dans l’épreuve le destin d’individus réunis jusque-là autour de motivations catégorielles ou confuses. Elle leur fournit donc une expérience fondatrice ancrée dans le combat. À un troisième niveau, elle est aussi ressource organisationnelle dans la mesure où son éventualité requiert des mesures adéquates, prises par un petit groupe de responsables, ainsi que la création d’un organe spécialisé dans la protection des manifestations. Enfin, dans une perspective plus large, l’affrontement a les vertus pédagogiques d’une « gymnastique révolutionnaire », une fonction d’affirmation par les faits d’une altérité radicale.

  • 2 De même, d’après Alain (JCR), « le but, c’était pas l’affrontement. Le but était de dire : quand u (...)

« Il y avait un rôle de défi : montrer qu’on n’a pas peur ; par l’exemple et par l’action, commencer à enlever la peur du gendarme […] [Le harcèlement des forces de l’ordre] répondait aussi au message du Che à la Tricontinentale : créer une espèce d’insécurité autour de l’adversaire. Troisièmement, il y a un effet d’apprentissage, d’accumulation de l’expérience. L’idée qu’une avant-garde, c’est pas seulement une avant-garde politique, l’accumulation d’expériences militaires entre guillemets en fait partie.2 » (Daniel, JCR)

6Ces bénéfices portaient en eux-mêmes un potentiel de dérive qui s’est effectivement produit et ce, dans un laps de temps assez rapide. Du constat de l’utilité de la répression à la théorisation de son utilisation à des fins de mobilisation, le pas a été vite franchi, on l’a vu, par certains, en particulier à la GP. Leader turinois de LC, Luigi va jusqu’à relever une corrélation entre l’intensité de la violence de rue et les moments de crise des organisations ; selon lui, l’affrontement avec les forces de l’ordre aurait surtout visé à répondre « aux propres difficultés du mouvement » (voire à les masquer ?) :

« [La violence] est toujours arrivée quand le mouvement a rencontré une défaite quelconque, comme tentative de dépasser un obstacle en augmentant le volume physique des actions : devenir plus radical en forçant. »

7De leur côté, les services d’ordre se convertissent peu à peu, soit en instrument de puissance aux mains des groupes pour s’assurer la maîtrise politique d’une manifestation aux dépens des autres participants, soit en une entité distincte qui échappe toujours plus au contrôle politique de la direction, les deux dérives se renforçant l’une et l’autre pour transformer les cortèges en affrontements « tribaux » entre spécialistes.

  • 3 Le phénomène de concurrence est mis en exergue par Sidney Tarrow, Democrazia e disordine, Bari, La (...)

8Un certain esprit de compétition militaire entre les groupes n’est sûrement pas étranger à l’escalade de la violence en Italie en ce qu’il entraîne chacun à faire montre de toujours plus d’audace pour maintenir son rang dans l’échelle de la valeur révolutionnaire3. LC fut particulièrement touchée par ce phénomène d’autonomisation de son service d’ordre. Très prestigieux, il a attiré nombre de jeunes qui y firent leurs premières armes politiques et s’y consacrèrent exclusivement, au point de former progressivement un groupe à part, fondé sur ses propres valeurs de courage physique et de solidarité. Pourtant, la direction politique tardera à affronter le problème, jusqu’à ce qu’il éclate de façon dramatique avec la répression brutale que le service d’ordre oppose aux militantes de LC au cours d’une manifestation féministe le 6 décembre 1975. L’organisation ne peut plus apparaître que pour ce qu’elle est : fractionnée, tiraillée entre des groupes étrangers, voire hostiles les uns aux autres (le service d’ordre et les femmes), elle s’acheminera vers son auto-dissolution. Car la portée de ce processus d’autonomisation du service d’ordre allait bien au delà encore des problèmes de direction : en accueillant des jeunes sans expérience politique antérieure, il les socialisait exclusivement par la pratique de la violence et les acclimatait sans doute à confondre action politique et action militaire, équation fondamentale pour déterminer ensuite le passage à la lutte armée. De fait, il est bien établi aujourd’hui que les services d’ordre furent un vivier important de recrutement pour les organisations clandestines, y compris celui de LC, puisqu’une grande partie, par exemple, de ceux qui quittèrent Lotta Continua en 1974 sur des positions dites militaristes (la scission de la « corrente ») pour confluer ensuite au groupe armé Prima Linea, en étaient membres.

9Un autre exemple de dérive, moins dramatique, est constitué par le service d’ordre de la JCR.

« À l’époque, c’était très difficile, pour une organisation nouvelle d’extrême gauche, de se faire une place au soleil sans disposer d’un organe de ce type. D’abord dans la jeunesse, c’était très bien vu, parce qu’il y avait cette valorisation de la violence. Donc avoir un bon service d’ordre qui manœuvrait comme à la parade et qui était efficace, ça conférait un prestige important dans le milieu lycéen et étudiant. D’ailleurs, il y en avait qui adhéraient à la JCR pour adhérer à son service d’ordre. » (Henri, JCR)

10Il acquiert en effet, sous la direction de Michel Recanati, une capacité offensive sur le terrain de la rue qui est inégalée à l’extrême gauche. Il s’emploie à rester le plus efficace par un double entraînement :

« Un entraînement de fait, parce que c’était un SO qui servait beaucoup, et souvent les manifestations débouchaient sur des heurts provoqués par le SO lui-même. Il y avait la doctrine de pousser à l’affrontement, c’était délibéré. Donc il y avait d’abord l’entraînement naturel de l’exercice de la fonction, contre la police dans les manifs, contre l’extrême-droite sur les marchés, contre le PCF à la sortie des usines, contre la CFT [Confédération Française du Travail, courant autonome, de droite] aussi. Par ailleurs, il y avait des stages, des sorties en forêt le samedi et le dimanche avec entraînement aux actions collectives, coordonnées, avec maniement du bâton, du cocktail molotov, etc. » (Henri, JCR)

  • 4 Propos tenu dans le film de Romain Goupil « Mourir à trente ans », dédié à Michel Récanati qui s’e (...)

11Enfin il invente, avec la manifestation contre la venue du président Nixon le 28 février 1969, une nouvelle tactique de manifestation qui consiste d’une part, à tenir secret le lieu de rendez-vous, d’autre part à détacher des commandos qui vont réaliser des actions spectaculaires en différents points de la ville : en l’occurrence, saccage des vitrines de l’American-Express, de la Pan-America, d’IBM et raid contre l’hôtel Hilton. Ces techniques de guérilla urbaine culminent le 21 juin 1973 avec des batailles de rue qui font quelque 80 blessés parmi les forces de l’ordre. À la suite de cette manifestation, la JCR est frappée par un décret de dissolution puis met elle-même un coup d’arrêt à la conception ultra-guerrière du service d’ordre. C’est, selon Henri Weber, « la liquidation du passé estudiantin, spectaculaire, disons gauchiste4 ».

  • 5 Peppino Ortoleva, Saggio sui movimenti del 1968 in Europa e in America, Roma, Riuniti, 1988, p. 17 (...)
  • 6 Pour cette interprétation, voir Marco Grispigni, « Generazione, politica e violenza, il ‘68 a Roma (...)

12Une troisième source de dérive provient de la dimension propédeutique des affrontements de rue. Par leur régularité, ils semblent assumer le caractère d’un « rite d’initiation au militantisme révolutionnaire5 ». Par leur relative retenue, une représentation théâtrale parfaitement intégrée à la logique de la société du spectacle : ils donnent l’image de la guérilla urbaine6.

« À un certain point, c’est devenu un jeu qui se reproduisait, un jeu militaire. Je me souviens qu’à Milan, nous faisions un cortège par semaine. » (Luigi, LC)
« S’il y avait une forte composante de violence […], il y avait aussi souvent un élément je dirais ludique. Il y avait cette attente, dans tout ce que tu faisais, il y avait également l’affrontement avec la police. Par exemple en 1976, toutes les semaines il y avait les manifestations des cercles du prolétariat juvénile, tous les samedis il y avait l’affrontement avec la police. C’était une chose connue, attendue, nous nous y préparions. En 77, la chose commence à être différente, parce qu’elle ne fait plus partie du jeu, elle n’est plus un élément parmi d’autres qui compose l’activité militante du mouvement, elle devient l’élément constitutif, principal […] Après la manifestation du 18 mars 1977, nous nous disons “ce n’est plus possible, ce jeu ne nous appartient plus”. On ne pouvait plus faire une manifestation qui ne soit pas une manifestation armée. » (Pino, AutOp)

13En évoquant l’existence, en 1977, d’une césure au-delà de laquelle le jeu des affrontements ritualisés basculerait dans le réel, les propos de ce militant italien mettent en lumière une des différences majeures entre les deux pays. Alors qu’en France, la confrontation physique entre « gauchistes » et forces de l’ordre semble gouvernée par une certaine codification des comportements, une auto-limitation de part et d’autre qui relèverait d’une sorte de « gentleman agreement » (Romain, JCR), elle s’accentue progressivement en Italie jusqu’à perdre toute dimension symbolique. De toute évidence, il s’agit là d’une variable déterminante au devenir de la révolte qu’il nous faudra bientôt interpréter en prenant en compte les réponses étatiques au mouvement contestataire.

14La retenue réciproque des acteurs français est bien expliquée par un « spécialiste » des affrontements de l’époque : Romain (JCR).

15– D’une part, les policiers n’étaient pas vus comme des ennemis absolus :

« Les policiers, à la limite, étaient des gens qui, à un moment ou à un autre, pouvaient être amenés à être convaincus de la justesse de ce qu’on avançait » ;

16– D’autre part, chacun semble respecter le rôle de l’autre :

« On savait que les affrontements ne seraient jamais victorieux. Le problème, c’était de tenir, de montrer qu’on était capables de ne pas obéir à un ordre, par exemple l’interdiction de joindre tel territoire, qui ne nous convenait pas. C’est tout. On savait que leur boulot était ça et le nôtre, un autre. Il y avait comme un gentleman agreement, un deal. »

17– Enfin, cette distance au rôle est rendue possible par le fait que les militants sont conscients de la modération du maintien de l’ordre, ce qui, là aussi, diffère notablement du cas italien :

« À aucun moment, il venait à l’idée qu’ils étaient des SS […] Même s’ils pouvaient s’énerver, à aucun moment ils n’avaient envie de tuer des mômes de 16 ans. On savait que lorsqu’ils nous encerclaient, il y avait toujours une porte de sortie. Et eux savaient qu’on n’allait pas tirer. Et puis on était protégés par toute une série d’organisations syndicales. »

L’« antifascisme militant »

18Centrale durant ces années, la question de l’antifascisme dépasse largement les frontières des groupes faisant l’hypothèse d’un coup d’État ou d’une fascisation du régime en place. Elle est réveillée, en France, par la guerre d’Algérie qui réactive, sur le sol français, les affrontements entre les extrêmes. Nombreux sont les militants pour lesquels la mémoire de la deuxième guerre mondiale reste vive et continue de commander les schèmes de perceptions de l’univers politique, scindé entre le camp du progrès et les forces réactionnaires. Certains s’attribuent une « conscience antifasciste » bien antérieure à une quelconque politisation, tel Jacques, qui avoue sa « faible connaissance politique » à son arrivée à Paris :

  • 7 Jacques était un « électron libre » qui mettait ses compétences « guerrières » au service de plusi (...)

« Mais j’étais antifasciste. C’est comme cela que je me suis socialisé. Eux maniaient la dialectique, moi la matraque. C’est comme cela que je me suis imposé, enfin que je me suis fait une identité.7 »

  • 8 Document de Potere Operaio intitulé « Le manifestazioni del 4/5/6 febbraio, il problema dei fascis (...)

19S’opposer à la « peste brune » apparaît comme un devoir éthique, quand bien même les « fascistes » – le terme étant, de loin, préféré à celui, euphémisé, d’« extrême droite » – sont considérés ne plus représenter une menace tangible pour la démocratie et n’être qu’une « armée mercenaire au service des patrons8 ». D’ailleurs, il convient de noter que les documents appelant à les « frapper » sont souvent les plus virulents, comme en témoigne cet extrait de tract de Potere Operaio :

  • 9 Tract du 5 février 1971 (cette période fut marquée par de violents affrontements entre l’extrême d (...)

« Les détruire, les mettre en morceau, les terroriser, en casser l’organisation, briser l’épine dorsale de cette armée anti-ouvrière, punir avec une violence systématique ces assassins, c’est un devoir que les avant-gardes révolutionnaires doivent remplir immédiatement, de façon préliminaire, comme nécessité élémentaire de défense du mouvement. Camarades, jetons dehors les fascistes, libérons-nous de cette épine dans le flanc, enlevons cette carte des mains des patrons ! […] Camarades, l’unique antifascisme qui vaille est celui qui gagne sur le plan des rapports de force.9 »

  • 10 Les CVB (Comités Viet-Nam de Base), en soutien au peuple vietnamien, ont été créés en mai 1967 par (...)

20Les affrontements avec les groupes d’extrême droite commencent, pour les militants, bien avant les événements de 1968 qui ne feront qu’aiguiser une polarisation antérieure. En France, ils débutent au cours de l’année 1966 à l’initiative d’Occident : attaques d’une représentation des Paravents de Jean Genêt le 4 mai, du campus de Nanterre en octobre et en novembre, de celui de Rouen en janvier 1967, etc. Ils se greffent ensuite sur la question de la guerre du Vietnam avec, par exemple, la mise à sac, par les CVB10, de l’exposition du Front Uni de Soutien au Sud-Vietnam de Roger Holleindre (19 avril 1968). C’est sur ce terrain que s’organisent de petits groupes spécialisés dans les « combats de rue » – celui de la JCR et de Pierre Goldman par exemple – et que s’attise la concurrence des organisations gauchistes, via celle opposant les CVB (maoïstes) et le CVN (où la JCR joue un rôle prédominant).

21L’antifascisme constitue sans doute pour l’extrême gauche un instrument élémentaire de mobilisation et de propagande en faveur du recours à la violence, dans la mesure où la cible proposée ne prête pas à palabre. C’est particulièrement évident en Italie où l’antifascisme répond à une violence d’extrême droite de fait, pour le moins ouverte, et s’inscrit dans une tradition enracinée depuis la fin de la guerre. Toutefois, pour marquer leur distance avec l’« antifascisme institutionnel », les groupes vont pratiquer ce qu’ils appellent l’« antifascisme militant », qui oppose aux cérémonies rituelles, organisées sur ce thème par les organisations traditionnelles du mouvement ouvrier, une mobilisation permanente, conjuguant des formes d’action conventionnelles – cortèges, meetings, etc. – et illégales : incendies de sièges d’organisations d’extrême droite ou passages à tabac des militants. Laissons à Giovanni De Luna le soin de le définir, lui qui fut le dirigeant turinois de LC le plus attaché à cette dimension antifasciste de son organisation :

  • 11 Luigi Barberis (alias Giovanni De Luna), Torino : progetto reazionario, Torino, Éd. LC, 1976, p. 1 (...)

« L’antifascisme militant frappe toutes les articulations de l’attaque fasciste. Dans les usines le “chef” […], tout le menu visage de la violence patronale et étatique est attaqué par la force de la classe ouvrière. Dans la pratique de la lutte autonome, dans la redécouverte de nouvelles formes d’organisation qui rompent le mur syndical contre les luttes ouvrières, les masses lient la praticabilité des objectifs du programme ouvrier à l’usage de formes de lutte et d’instruments organisationnels qui en garantissent l’efficacité, la fermeté politique, la crédibilité aux yeux des prolétaires. La violence, non pas vécue comme fait minoritaire et militariste mais dans sa dimension de masse, est une composante essentielle à ces luttes.11 »

22Les méthodes sont équivalentes d’un groupe à l’autre : affrontements et actions exemplaires soit à des fins strictement punitives, soit pour « indiquer aux masses la direction de la violence. Donc il fallait prendre l’initiative d’actions violentes, ciblées contre la CFT (Confédération Française du Travail) ou l’extrême droite, d’actions symboliques » (Henri, JCR). Fidèles à leur démarche internationaliste, les trotskistes de la JCR se concentrent sur les « symboles de l’impérialisme » : le général sud-vietnamien Ky est accueilli par un jet de peinture rouge ; l’ambassade d’Argentine ou le consulat américain sont attaqués… Ils s’opposent ensuite violemment à la tenue des meetings d’Ordre Nouveau, notamment le 21 juin 1973. L’antifascisme requiert aussi un travail d’information sur les activités contrerévolutionnaires et de « contre-information », notamment par le fichage des « fascistes », comme l’explique Henri :

« Il y avait un appareil clandestin qui s’était spécialisé en particulier dans l’information sur les groupes d’extrême droite, avec, par exemple, un fichier de la CFT. Tant et si bien que, quand la CFT, à la suite de heurts très violents à Citroën-Rennes, a publié dans mon quartier une affiche à mon effigie avec “Cet homme est dangereux…”, grâce à ce fichier, on a publié en page centrale dans Rouge tout l’organigramme de la CFT, avec leurs photos, avec en titre : “À bon entendeur, salut”, c’est-à-dire si vous faites, on peut faire aussi. »

  • 12 Document non daté (mais postérieur à la mort de Pierre Overney le 25 février 1972) trouvé à la BDI (...)

23Les maoïstes de la GP, quant à eux, exploitent au maximum le label antifasciste. En témoignent le sigle de leur branche clandestine, la NRP, et leurs actions, comme l’explosion contre le journal Minute, réalisée dans la nuit du 13 au 14 mai par le « groupe Manouchian ». Dans un document de présentation, ils disent vouloir « construire une organisation capable de lutter contre le fascisme, de la base au sommet12 ». Malgré cette stratégie, la GP n’abandonne pas le terrain de la rue à sa concurrente, la JCR. Une de ses initiatives les plus spectaculaires fut les affrontements du 9 mars 1971 contre un meeting d’Ordre Nouveau, « groupuscule minable de nazis [qui] prétendait tenir un meeting pour insulter la résistance populaire ». Le compte rendu de cette action condense toute la mythologie partisane de l’organisation maoïste :

  • 13 BDIC, Rés. 576 5/4/2.

« Paris ne sera pas Athènes […]. La haine remonte de loin : nous n’avons pas oublié le massacre des juifs et des résistants par les nazis et les collaborateurs, nous n’avons pas oublié le massacre de nos frères algériens par les successeurs des nazis lors de la guerre pour l’indépendance de l’Algérie. Nous n’avons pas oublié le mot d’ordre du poète de la Résistance : “Par les armes et par le sang, délivrez-nous du fascisme”.13 »

24Toutefois, même sur le terrain de l’antifascisme, les affrontements obéiraient, en France, à une certaine codification :

« Le mot d’ordre, c’était : “Pas de liberté pour les ennemis de la liberté”. C’était beaucoup plus violent [qu’avec les forces de l’ordre], même s’il y avait une espèce de code : on ne tirait pas et, autant que faire se peut, on évitait que quelqu’un meurt dans les affrontements, donc pas taper à la tête, avoir des casques, etc. Eux respectaient ça aussi, à peu près […]. Donc, même si c’était une lutte à mort, c’était très codé. Si un était attrapé par des types d’extrême gauche, il était pas massacré. » (Romain, JCR)

  • 14 Rosario Minna, « Il terrorismo di destra », in Donatella Della Porta (dir.), Terrorismi in Italia, (...)

25En revanche, les affrontements entre les extrêmes se soldèrent, en Italie, par de nombreuses victimes, en particulier durant le printemps 1975. Pour comprendre le phénomène, il faut rappeler l’ampleur de l’activisme d’inspiration néo-fasciste : entre 1969 et 1975, 83 % des faits dits de « violence politique » lui sont imputables, ainsi que 63 des 92 victimes de l’époque14. Là encore, la différence est de taille avec la France, où la rencontre entre les extrêmes n’atteint pas un tel degré de polarisation. Les militants de la gauche extra-parlementaire expliquent ces affrontements comme une conséquence de l’agressivité première des « fascistes » et de la complicité des forces de l’ordre. De plus, ils les inscrivent en continuité avec la tradition de la Résistance et en conformité avec la lutte de classes. Le slogan « Les fascistes ne doivent pas parler » est remplacé dès 1974 par celui « Tuer un fasciste n’est pas un crime », qui résonne au-delà des franges les plus extrémistes que nous étudions. Le mot d’ordre et la pratique antifascistes perdureront bien après les années où l’extrême droite représentait une menace tangible (entre 1968 et 1974).

La violence ouvrière

26Une certaine continuité existe entre l’antifascisme et la violence ouvrière dans la mesure où leurs cibles sont souvent assimilées par les groupes d’extrême gauche : les « petits chefs » sont facilement qualifiés de « sbires fascistes » et les actions dont ils sont victimes de « juste réaction de défense ».

  • 15 Voir par exemple les documents « La CGT, le PCF et les révolutionnaires », Taupe Rouge, n° 7, 1972 (...)

27La JCR conçoit par exemple la violence ouvrière sous un angle essentiellement défensif, lorsqu’elle trouve les premiers balbutiements de « l’autodéfense ouvrière » dans l’organisation des piquets de grève destinés à se protéger des « attaques des groupes fascistes15 ». Quant à la GP, elle explique que l’industrie automobile soit son terrain d’intervention privilégié par le fait que c’est là où le fascisme serait le plus organisé :

  • 16 Document non daté (mais postérieur à la mort de Pierre Overney le 25 février 1972) trouvé à la BDI (...)

« Le cœur de la société, c’est l’usine […]. Le “secteur de pointe”, aussi bien du point de vue de la bourgeoisie (le profit le plus grand), que du point de vue du prolétariat (les luttes les plus fortes), c’est l’industrie automobile. L’affrontement entre le fascisme patronal et la résistance antifasciste ouvrière dans les grandes bases de l’industrie automobile, c’est le point le plus important de l’affrontement général entre l’ensemble du peuple, et l’ensemble des classes réactionnaires, sur l’ensemble de la France ; de chaque côté, c’est là que se prépare l’avenir ; nous devons donc nous concentrer sur ces bases-là ; se concentrer sur ces bases-là, c’est se concentrer sur ce qu’il y a de plus important en France.16 »

  • 17 Voir par exemple le livre Vers la guerre civile, op. cit., p. 348 et ces propos du militant de LC, (...)

28Dans cette perspective, il est intéressant de noter que, parmi les arguments avancés pour justifier le privilège des groupes extra-parlementaires pour le secteur de l’automobile, figure également en bonne place le rôle historique joué par les « métallos » dans la Résistance à l’occupant nazi17.

29Le rapprochement entre violence ouvrière et lutte antifasciste n’est pas totalement dépourvu de fondements dans la réalité, si l’on considère du moins le « vécu » des grèves de l’époque. La « colère ouvrière » a surtout explosé dans les grandes entreprises, jusque-là tenues de main de maître, et s’est dirigée principalement contre les instruments patronaux qui faisaient régner la discipline et la crainte – le personnel d’encadrement, les syndicats-maison ou les non-grévistes. Les actes de violence revêtent dès lors un caractère libérateur : ils affranchissent l’ouvrier de la peur que lui inspirait la hiérarchie en la désacralisant, et affirment l’avènement d’un ordre nouveau dans l’usine, débarrassée de ses « gardes-chiourmes ». C’est ce que Guido Viale appellera d’une expression promise à un grand succès, la « révolution culturelle dans les usines italiennes » :

  • 18 « La rivoluzione culturale nelle fabbriche italiane », in S’avanza uno strano soldato (Recueil d’a (...)

« Les ouvriers lentement s’émancipent. Ils détruisent dans l’usine l’autorité constituée, ils démantèlent les instruments que les patrons utilisent pour les diviser et les contrôler, ils se libèrent des tabous qui jusque-là les ont tenus esclaves […]. Le mode de production capitaliste, c’est-à-dire le système des patrons, se fonde notamment sur le respect et la peur que les ouvriers ont vis-à-vis de leurs chefs et de leurs supérieurs. Quand au contraire, ce sont les chefs et les supérieurs qui ont peur des ouvriers et de leur force, l’usine se grippe […]. La première conquête de la lutte interne est la libération de la peur des chefs.18 »

  • 19 Stage ouvrier de l’été 1970, GP (Archives BDIC, F ° Rés. 576 3/3/2, GP).
  • 20 « Il potere di esistere come classe, come progetto rivoluzionario », in Potere Operaio, février 19 (...)

30La « séquestration des patrons » trouve trois types de légitimation selon la GP : elle « impose la loi des masses dans l’usine » ; elle « retire le prestige du patron en brisant son autorité » et permet enfin « d’ignorer et de dépasser les formes de lutte traditionnelles, d’appliquer des formes nouvelles de lutte : celle de la Résistance prolétarienne.19 » Première étape du processus de libération, la violence ouvrière est donc également l’expression du « pouvoir d’exister comme classe, comme antagonisme radical », « déclaration explicite et radicale de l’indépendance du prolétariat des tribunaux, des codes, de la morale de la bourgeoisie20 ».

« La violence ouvrière se présente durant toutes les années 70 comme fortement libératrice. En son principe, c’est un élément anti-autoritaire. Ce n’est pas un hasard si LC théorise surtout la violence à l’intérieur de l’usine comme affirmation symbolique du changement de l’ordre interne, comme symbole de l’instauration d’un nouvel ordre symbolique. Il y avait une logique théâtrale de la violence qui, pour nous, était très significative. » (Peppino, LC)

  • 21 Richard Gombin, Les origines du gauchisme, Paris, Seuil, 1971, p. 155.
  • 22 Document préparatoire du Congrès de LC, 9 juin 1971, p. 17 (Istituto romano per la storia d’Italia (...)
  • 23 Le mot d’ordre « Si alla violenza operaia » est lancé pour la première fois dans un numéro spécial (...)

31L’insistance sur ce thème se comprend si l’on considère, avec Richard Gombin que, par rapport aux analyses sur la conscience de classe de l’orthodoxie marxiste-léniniste, « le gauchisme opère un renversement total : la conscience révolutionnaire est le produit de la lutte.21 » Dans un tel cadre, la violence est un instrument pour faire naître le groupe, pour « dénoncer » les responsables et « exercer la justice populaire22 ». Elle fait par conséquent l’objet d’une forte exaltation de la part des groupes d’extrême gauche : à partir de l’automne 1969, le journal Potere Operaio multiplie les articles aux titres dépourvus d’ambiguïté – « Oui à la violence ouvrière », « La violence ouvrière comme instrument de lutte23 », etc.

32On a vu Lotta Continua se féliciter des actions de représailles contre les non-grévistes et les petits chefs, leur offrir son appui logistique en imprimant des tracts où les ouvriers pouvaient inscrire le nom de la personne à « punir ». En France, lors d’une rencontre à la Mutualité en mai 1969, Alain Krivine avance l’idée de « milices ouvrières » qui constitueraient l’une des étapes intermédiaires, entre les piquets de grève et l’armement du prolétariat, nécessaire au processus révolutionnaire :

  • 24 « L’agonie du capitalisme et les tâches de la IVe Internationale », Classique Rouge, n° 5, 1970, p (...)

« Il faut donner à la haine légitime des ouvriers pour les jaunes, les bandes de gangsters et de fascistes, une expression organisée. Il faut lancer le mot d’ordre de la MILICE OUVRIÈRE comme seule garantie sérieuse de l’inviolabilité des organisations, des réunions et de la presse ouvrières.24 »

  • 25 Chiffres du Ministère de l’Intérieur, repris in FIM-FIOM-UILM, Repressione !, Roma, Tindalo, 1970, (...)

33Dans les faits, la contribution des groupes d’extrême gauche est moins homogène que ne pourraient le faire penser de telles pétitions de principe ou déclarations programmatiques. Au sein des grandes usines du nord de l’Italie, le phénomène de la violence ouvrière et l’implantation « gauchiste » sont suffisamment diffus pour que la participation des militants ne nécessite pas la mise en place d’une structure spécialisée dans ces actions. C’est ainsi qu’entre septembre et décembre 1969, 8 396 inculpations ont été prononcées dans le cadre de conflits du travail, pour un nombre total de 14 036 délits, parmi lesquels 3 325 pour « invasions illégales d’entreprise, de terrains ou d’édifices publics », 1 712 pour « violence privée », 1 610 pour « blocages de voies ferrées », 1 376 pour « interruption de services publics », 235 pour blessures corporelles, 179 pour dévastations et saccages, 124 pour « détention d’armes de guerre ou d’explosifs et intimidation avec usage de matériels explosifs25 »… Près de 10 000 ouvriers et responsables syndicaux auraient ainsi été inculpés au cours de l’Automne Chaud. Les métallurgistes de Mirafiori, en tête de ce « palmarès », sont à l’origine des innovations du répertoire d’action ouvrière : cortège interne à travers les ateliers pour rallier les non-grévistes, y compris physiquement, ou les faire fuir, « filtre aux portes » pour empêcher tout travail, etc. À l’inverse, l’isolement global des Français par rapport à la classe ouvrière engendre deux réactions opposées. Celle des trotskistes, qui prennent acte de leur extériorité à l’usine :

« Le problème, c’est que souvent les actions contre les petits chefs, c’était fait par les groupes mao. L’idée qu’on avait, c’est que quand ce sont les ouvriers qui le font eux-mêmes spontanément, c’est juste. Nous, globalement, on est contre des initiatives de violence minoritaire quand ça sert de substitut à son incapacité de faire une initiative de masse. Très souvent les maos dans les entreprises utilisaient la haine contre les patrons pour pousser jusqu’au bout l’affrontement individuel, ou l’affrontement très minoritaire pour cacher, ce qui était leur cas mais le nôtre aussi, le fait qu’on n’avait aucune audience de masse. » (Alain, JCR)

34Celle des maoïstes de la GP qui, en dépit de leur petit nombre, vont, au contraire, chercher par tous les moyens à ranimer ce qu’ils croient être la « vérité des masses » : la violence. Deux témoignages suffisent à éclairer cette fascination pour une violence dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle est très largement fantasmatique :

  • 26 Témoignage de Georges, militant de la GP, ouvrier à Citroën, recueilli par Michèle Manceaux, Les m (...)

« Avant Mai 68, le mec qui en avait marre, il prenait un marteau et il le balançait dans la gueule du chef ! […] Il y en avait tous les jours des actions comme ça. Des cassages de gueule ! Mais il fallait en faire une lutte organisée.26 »

35Et, bien sûr, le recours à la légende des CRS dissous dans de l’acide par les ouvriers de Sochaux en 1968 revient dans la bouche même de Benny Lévy :

  • 27 Ibid., p. 195-196. Cette rumeur est prégnante : elle fut évoquée par trois ex-militants gépistes i (...)

« Il y a quand même eu de 8 à 11 CRS tués de l’aveu des ouvriers […]. Pour les gars de Sochaux, la leçon qu’ils en ont tirée se voit encore maintenant en 1971, ils disent : “La prochaine fois, c’est avec les flingues qu’on accueille les CRS”. Les premières discussions qu’on avait eues avec les ouvriers révolutionnaires, là-bas, c’était : “Ce qu’il nous faut, c’est des groupes armés”.27 »

36Non contents d’exalter la violence ouvrière sur le mode : « un patron, ça se séquestre, un petit chef, ça se mate », les maoïstes vont montrer l’exemple en organisant des sabotages et des actions de représailles réalisés par les « établis » ou par des actions de commando sous l’égide de la NRP, comme l’explique Christian (GP) :

« On frappait symboliquement des gens ou des institutions qui s’étaient montrés particulièrement en pointe dans la répression. Il s’agissait de prendre en main ce que le peuple lui-même ne pouvait pas faire. Tant qu’il s’agissait de casser la figure aux petits chefs d’atelier, ça, ça se faisait dans les ateliers, pas besoin de la NRP pour ça. Alors les militants collaient des petits papiers où il y avait : “je m’appelle…, j’ai fait ceci et je vais me faire casser la gueule”. Les ouvriers étaient chargés de remplir les blancs, c’est-à-dire de mettre les noms, et ensuite le comité de lutte se chargeait… […] Lorsque ça ne pouvait plus être fait par des militants exposés, il y avait des militants spécialisés, la NRP. C’était symbolique et pédagogique. Ce qu’il fallait montrer, c’était qu’on pouvait frapper des appareils qui jusque-là passaient pour intouchables, qu’on pouvait punir des gens qui jusque-là étaient doués de toute immunité. »

37De nombreux incidents de la sorte se vérifient au cours de l’année 1970, notamment à Rhône-Poulenc : insultes, badigeonnage à la peinture, matraquage…

  • 28 Sa première action sera ainsi dirigée contre le « syndicat indépendant fasciste de Citroën », une (...)

38Trois organisations de la GP peuvent être distinguées, correspondant à un niveau croissant de clandestinité : les GOAF (Groupes Ouvriers Anti-Flics), comprenant « des éléments actifs des luttes de masse sous le contrôle direct des ouvriers et avec leur protection » ; les MOM (Milices Ouvrières Multinationales), « organisation politico-militaire » qui regroupe des travailleurs immigrés, en particulier maghrébins, et intervient plus spécifiquement sur les questions du racisme28, et enfin la NRP qui a l’objectif suivant :

  • 29 Document de la NRP sur « Qu’est-ce que l’organisation clandestine, ses fonctions, son organisation (...)

« Désagréger autant que possible les forces de l’ennemi, montrer aux fascistes qu’ils ne font pas la loi facilement donc en décourager un certain nombre » et « éduquer le peuple et les forces antifascistes en montrant que, lorsqu’on a le fascisme en face de soi, l’utilisation de la violence est une nécessité pour se défendre et gagner ; en aguerrissant les groupes antifascistes de façon à les préparer à devenir des groupes d’accueil pour le moment où l’antagonisme entre le peuple et le fascisme deviendra armé.29 »

39Il est rare en effet de trouver, sur cette question, un document gépiste qui n’établisse pas explicitement le lien entre violence ouvrière et « fascisme » ou « terrorisme de la direction ». Dans une veine populiste, il y est aussi souvent fait mention de « corruption », de « privilèges », de « scandales », etc. Un exemple de ces actions nous est donné le 6 juin 1973 quand le directeur de Peugeot-Saint-Étienne est passé à tabac par quatre hommes armés de barres de fer qui laissent un tract signé « Brigade antifasciste Beylot et Blanchet », du nom des deux ouvriers de Sochaux tués lors des affrontements avec les forces de l’ordre en juin 1968. À la suite de cet épisode, une « Lettre ouverte aux directions et chefs d’entreprise fascistes » sera distribuée qui leur lance l’avertissement suivant, en guise de conclusion :

  • 30 BDIC (Dossier NRP, Rés. 576 5/4/2). Voir également « Rapport d’enquête sur les nouvelles formes d’ (...)

« Ceci vous concerne et concerne toutes les usines fascistes de france. Souvenez-vous de ce qui est arrivé à Charrel (directeur de Peugeot-St-Étienne), 27 points de sutures sur le crâne et trois mois d’observation à l’hôpital. Souvenez-vous. La parole du peuple.30 »

Les dynamiques de la violence

Théâtralisations en France

40Si l’on devait résumer de façon lapidaire l’expérience française de la violence révolutionnaire, il faudrait relever immédiatement sa dimension largement théâtrale et, plus précisément, la distance qui sépare sa retenue, objective, du sens subjectif, très guerrier, qu’en donnèrent alors les acteurs.

  • 31 « Symbole d’une certaine liberté » dans Le gauchisme, remède à la maladie sénile du communisme (Pa (...)
  • 32 Daniel Bensaïd et Henri Weber, Mai 1968 : une répétition générale, Paris, Maspero, 1968, p. 137.
  • 33 Mouvement du 22 mars, Ce n’est qu’un début, continuons le combat, Paris, Maspero, 1968, p. 67-68.
  • 34 André Glucksmann, Stratégie et révolution en France 1968, Paris, Christian Bourgois, 1968, p. 19 e (...)

41La théâtralisation apparaît manifeste dans ce qui est souvent retenu des « journées de Mai » : les barricades. Qu’elles aient été totalement dépourvues d’une quelconque efficacité militaire, cela ne fait aucun doute et tous en conviennent. Mais il n’y a pourtant que Daniel Cohn-Bendit31 pour reconnaître leur caractère essentiellement ludique, tandis que les autres y cherchent et y trouvent une signification révolutionnaire plus ou moins avancée : valeur d’ancrage symbolique dans la tradition révolutionnaire pour Daniel Bensaïd et Henri Weber32, rôle d’affirmation pour le Mouvement du 22 mars33, « instrument politique d’éveil » pour André Glucksmann34, voire « signe de coupure » pour les auteurs de Vers la guerre civile :

  • 35 Serge July, Alain Geismar, op. cit., Paris, Éd. et publications premières, 1969, p. 180 et 183. 36 (...)

« Les barricades, c’est la coupure ; je n’attends plus de celui qui a le pouvoir qu’il me donne quelque chose. Cette coupure introduit la mort et le risque de mort : j’affronte le problème […]. À ce moment-là apparaît, et seulement dans le risque de mort, la possibilité d’instaurer l’ordre nouveau.35 »

42La tendance à l’emphase est analogue lorsque les acteurs commentent les attaques d’édifices publics qui, à les entendre, auraient été légion et auraient répondu à une tactique précise :

  • 36 Mouvement du 22 mars, Ce n’est qu’un début, continuons le combat, Paris, Maspero, 1968, p. 53.
  • 37 UNEF-SNESUP, Ils accusent, Paris, Seuil, 1968, p. 283-284.

« Quelque grande qu’ait pu être notre envie, nous n’avons pas tenté de prendre l’Élysée ; mais cette démarche de l’insurrection, du coup de force, est présente dans le type d’objectifs que nous donnons aux manifs ou à l’action directe (mairies, commissariats), c’est toujours l’idée du pouvoir central qui est en jeu.36 »
« La colère des manifestants s’attaque aux centres nerveux vitaux du système oppressif : les commissariats de police et les préfectures, organes directs de l’État policier ; la Bourse, temple du capital…37 »

43Faut-il rappeler qu’il n’y eut guère que le commissariat du Ve arrondissement de Paris et la Bourse à subir ces assauts ? L’exercice d’équilibriste est constant qui cherche à donner sens à des actions qui, manifestement, n’étaient ni préméditées ni rationalisées dans un objectif tactique défini ; d’où ces interprétations tâtonnantes mélangeant les genres.

  • 38 Maurice Grimaud, En mai, fais ce qu’il te plait, Paris, Stock, 1977, p. 19.
  • 39 Ibid., p. 100. Adrien Dansette a répertorié toutes les dépradations : 6400 mètres carrés de rues d (...)
  • 40 La comptabilisation établie par Alain Delale et Gilles Rabache (12 « victimes directes » et 7 « in (...)

44Le côté spectaculaire de Mai 68 s’observe jusque dans ses effets immédiats. Comme le dit le Préfet de police de Paris de l’époque, Maurice Grimaud, « la violence y atteignit des paroxysmes, mais sans mort d’homme.38 » Les rues dépavées, les arbres sciés, les automobiles calcinées et toutes les dégradations donnent un « spectacle de guerre civile39 ». « Le lendemain, c’était Beyrouth après la bataille », commente par exemple Xavier (JCR). Les blessés sont nombreux, mais le nombre des victimes surprend par sa faiblesse : quatre morts, dont un commissaire de police écrasé par un camion le 24 mai à Lyon, l’étudiant Gilles Tautin le 10 juin à Flins et deux ouvriers de Peugeot-Sochaux, Pierre Beylot et Henri Blanchet, le 11 juin 1968. Donc aucun manifestant durant les journées parisiennes de mai40.

Tableau 1. Nombre de blessés hospitalisés du 1er mai au 31 juillet 1968

Tableau 1. Nombre de blessés hospitalisés du 1er mai au 31 juillet 1968

Source : Alain Delale et Gilles Rabache, La France de 68, Paris, Seuil, 1978, p. 230.

« C’est à la fois violent et une forme de violence qui se maintient dans certaines limites de violence symbolique. Je crois que le fait qu’il y ait une capacité de contrôler de part et d’autre la dynamique de la violence, c’est aussi l’indice d’une conscience confuse, ou d’un sentiment, qu’il y a à la fois du sérieux et beaucoup de parodie, beaucoup de symbolique dedans. » (Daniel, JCR)

45Cet affrontement paisible dans son issue entre les forces de l’ordre et les manifestants est d’autant plus énigmatique qu’il se déroule dans une atmosphère de dramatisation extrême, où les rumeurs les plus folles circulent. Jacques, par exemple, se souvient :

« Ce qui se disait beaucoup, c’est qu’il y avait des morts qu’on nous cachait ; on parlait d’enterrements en cachette, déguisés en accidents. »

  • 41 Edgar Morin, Mai 68 : la brèche, Paris, Éd. Complexe, 1988, p. 72-73.
  • 42 Ibid., p. 72.
  • 43 Raymond Aron, La révolution introuvable, Paris, Fayard, 1968, p. 35. Raymond Aron fit cette lectur (...)
  • 44 Pour cette interprétation, voir Jean Baudrillard, Pour une critique de l’économie politique du sig (...)

46La couverture médiatique, minute par minute à la radio, n’est pas pour rien dans l’« amplification émotionnelle » et « la dimension épique » des nuits du Quartier Latin41. Accusés de favoriser la mobilisation, les médias finirent d’ailleurs par se voir interdire la réalisation de reportages en direct à partir du 23 mai, ce qui ne produisit aucun effet. S’il est vrai qu’alors « tout quantum d’information devient un quantum d’action42 », on peut se demander dans quelle mesure la spectacularisation de Mai 68 a contribué à stériliser sa charge subversive au point de le réduire, selon Raymond Aron, à un pur psychodrame43. Dire que cette première « révolution en direct » relève du spectacle autorise plusieurs interprétations des « événements ». On peut y voir soit, à la suite du sociologue, un happening, c’est-à-dire un événement collectif imprévu servant de psychothérapie de groupe, soit une exhibition théâtrale qui tient lieu de révolution et la prévient même, la société du spectacle neutralisant la transgression en la vidant de tout sens et en la ramenant à une agitation exclusivement spectaculaire44.

47L’aspect essentiellement agitateur se poursuit dans les premières années soixante-dix avec les affrontements de rue, sorte de ballet rituel entre forces de l’ordre et contestataires, et les actions spectaculaires de la JCR et de VLR, comme l’occupation le 10 janvier 1970 du CNPF par les maoïstes.

« Inconsciemment, il y avait une limite posée, c’est-à-dire dès qu’on approchait un point. Ce type de violence était très largement symbolique, on la prenait au sérieux, mais pas trop. Quand on arrivait à un point limite, il y avait un côté farce qui prenait le dessus. Il y avait presque une esthétique du bon coup réussi, du “comme si”, mais qui ne veut pas aller au-delà d’une certaine limite. » (Daniel, JCR)

  • 45 Raymond Aron, op. cit., p. 35.

48C’est dans un autre jeu, mais du même style, que s’engage la GP : mise en scène soignée et acteurs convaincus faute d’être convaincants tant sera encore creusée la distance entre ce que Raymond Aron qualifie de « délire verbal » et la réalité45. Là encore, si la représentation n’était pas assez assurée, il ne manquait pas d’exégètes pour commenter l’action et en forcer le trait. Après avoir annoncé en août 1969 : « Patrons, c’est la guerre », La Cause du Peuple prévient en octobre :

« Patrons, directeurs, gouvernement, cumulards, gradés, faites gaffe à vos os. Quand nous le voudrons, tous unis, on vous séquestrera, on vous crachera dans la gueule et on vous pendra, par les pieds d’abord… »

49Le langage de guerre apparaît dans les « unes » du journal : « On a raison de séquestrer les patrons ! » (octobre 1969) ; « Si tu ne frappes pas le patron, rien ne change ! » (février 1970) ; « Condamnés pour crimes anti-populaires, à nous d’exécuter la sentence » en commentaire des photographies de ministres ; « Pour un œil les deux yeux » ; « Écraser la vermine capitaliste », etc. On ne saurait être plus explicite, sauf à individualiser la menace, ce qui a été fait à l’encontre, on l’a vu, des chefs d’entreprise, de la maîtrise et des non-grévistes, ou encore des policiers. Ces rappels historiques étant faits, quelle valeur heuristique peut-on accorder aux souvenirs fort euphémisés que le temps semble avoir laissé à certains militants ? Un seul exemple suffit à rendre compte de ce phénomène d’amnésie collective déjà évoqué :

  • 46 Témoignage anonyme d’un membre du bureau politique de la GP, in Bruno Giorgini, Que sont mes amis (...)

« La violence qu’on prônait ne visait presque jamais à détruire l’ennemi, mais à être un moment de libération […] On ne voulait pas attaquer un noyau de l’ennemi et l’anéantir, ni lui faire peur. On voulait susciter un moment d’expression populaire. Quand on frappait un chef, ce n’était pas tellement pour lui faire mal ou peur, mais surtout pour permettre aux gens de comprendre qu’un chef n’est pas un dieu.46 »

50Certes, au regard de la violence verbale déployée dans les documents de la GP ou dans les colonnes de La Cause du Peuple, la pratique apparaît singulièrement modérée, voire dérisoire si on la rapporte aux moyens mis en œuvre pour la réaliser, allant jusqu’à la constitution d’un bras clandestin. Parfois même, la violence des slogans s’effrite au fur et à mesure de l’explicitation de l’action attendue, tel le sabotage, qu’un tract décrit de la sorte :

  • 47 Tract de la GP cité dans Jean-Pierre Dumont, La fin des OS ?, Paris, Mercure de France, 1973, p. 1 (...)

« Passons dès maintenant à l’attaque. Imaginons des formes de sabotage, de ralentissement de la production. Allongeons le casse-croûte. Coupons les fils, oublions les boulons ou perdons des fils.47 »

51Étonnante mutation que celle par laquelle la charge offensive du sabotage se résume à grignoter le temps du repas et à faire montre d’inattention. On est loin de l’appel du luddisme aux bris de machines ! L’action est, de toute évidence, démonstratrice et symbolique avant tout. Dirigée contre les personnes, la violence est également imprégnée d’une dimension ludique. Voici comment La Cause du Peuple relate une « action de représailles » exercée contre deux chefs du contrôle de Billancourt, Drouin et Monteil :

  • 48 La Cause du Peuple, n° 27, août 1970.

« Un groupe de partisans (militants extérieurs) entrent dans l’usine avec un superbe pot de peinture bleue. Drouin-la-grosse vache est là dans son bureau à se prélasser, comme d’habitude. Tout se passe très vite et ça donne une tête de grosse vache avec un chapeau dégoulinant de peinture et de la couleur de sa trouille.48 »

52Quatre registres sont exploités par la GP :

  1. La compétition avec les représentants légitimes de la classe ouvrière sur le terrain de l’authenticité procède du désir d’inscription dans la tradition du mouvement ouvrier. Il s’agit, en quelque sorte, de « jouer du coup de poing » pour faire une place au soleil révolutionnaire en révélant la déviation révisionniste : opération à Flins (juin 1969), investissement des « places rouges », comme à Argenteuil le 14 septembre 1969, qui est saluée comme la « première bataille prolétarienne anti-révisionniste ». Outre fustiger les communistes, les maoïstes cherchent à conquérir la classe ouvrière de trois manières :
  2. La séduction, par des actions à dimension populiste qui relèvent en quelque sorte du banditisme social, voire de l’assistanat social : « campagne du métro » à Boulogne-Billancourt contre la hausse des tarifs, qualifiée d’« action de partisans à caractère de masse répétée49 », qui consiste à occuper quotidiennement pendant un quart d’heure la station Billancourt et à distribuer quelque 25600 billets volés (février 1970) ; attaque du magasin Fauchon et redistribution des denrées de luxe dans les banlieues (8 mai 1970) ;
  3. La dénonciation : enlèvement du député Michel de Grailly accusé d’« activités crapuleuses » et de détournement de fonds publics (26 novembre 1970) ; organisation d’un tribunal populaire à Lens (12 décembre 1970) ; actions contre le trafic de main-d’œuvre et les marchands de sommeil ;
  4. La punition-représaille : sabotages répétés aux Chantiers de Dunkerque pour protester contre les accidents du travail ; incendies du bureau des Houillères d’Hénin-Liétard, à la suite d’un coup de grisou au puits de Faulquemont, et du bâtiment administratif des Grands Moulins de Corbeil (février 1970)50 ; assaut d’un commissariat de police pour protester contre les expulsions d’immigrés au printemps 1970 ; bombe au journal d’extrême droite Minute dans la nuit du 13 au 14 mai 1971 ; enlèvement de Robert Nogrette, chef-adjoint des relations sociales à Renault-Billancourt (8 mars 1972).

53Mais constater que, dans les faits, les actions sont surtout demeurées dans l’ordre du symbolique n’autorise ni l’extrapolation qui consiste à affirmer l’absence d’un projet violent au profit d’un vague dessein de « libération » ou d’« expression collective », ni l’euphémisation jusqu’à la négation de la charge violente de l’action. Quand bien même les armes utilisées par la NRP n’aient jamais été chargées, quand bien même Nogrette n’ait subi aucune violence physique et que ses ravisseurs aient respecté son régime sans sel (geste qui fut amplement publicisé), on ne peut nier le déploiement ostensible et spectaculaire d’une mise en scène militaire, la mobilisation appuyée d’affects agressifs et de référents guerriers, l’exhortation incessante à l’acte ultime. Le tract de revendication du sabotage de grues aux Chantiers de Dunkerque avertit par exemple :

  • 51 Tract du 5 février 1970, in Hervé Hamon et Patrick Rotman, Génération, Paris, Seuil, 1988, tome 2, (...)

« Demain, après le sang versé de l’ouvrier, les partisans pourraient faire couler le sang des patrons51 ».

54Le député de Grailly est relâché, mais en « liberté provisoire » pour la raison suivante :

  • 52 Interview de la NRP du 1er août 1971 (BDIC, Archives NRP, Rés. 576, 5/4/2).

« Parce que le mouvement populaire n’est pas assez fort pour aller jusqu’au bout. Dans l’avenir, ces gars-là seront jugés, et la décision sera exécutoire.52 »

55Sans doute la bénignité de l’expérience atténue-t-elle rétrospectivement la gravité des actes dirigés contre les personnes privées ou l’État, comme les attaques de commissariats et de l’administration de la prison d’arrêt de la Santé par la NRP le 29 janvier 1971. Cette ambivalence de fond est difficile à gérer rationnellement par les militants ; d’où des propos souvent contradictoires :

« Les actions de la NRP étaient des actions violentes sans être violentes, c’est-à-dire que si la violence était exercée, c’était pas avec des armes chargées. C’était quand même de la violence assez symbolique. Il n’a jamais été question par exemple de tuer Nogrette, c’était une mise en scène. Mais même cette mise en scène, je la trouve odieuse. » (Pierre, GP)
« Il y a un rapport complexe entre l’idée qu’il y a forcément la lutte armée et… C’est quelque part dans notre tête, mais en même temps, dans la plupart des trucs qu’on fait, il n’y a pas de violence contre les personnes […]. Quelquefois on est obligé, mais pour pouvoir continuer d’autres choses qui sont plus importantes : permettre aux gens de dire des choses, exprimer que ça ne peut plus durer comme ça. On fait des actions qu’on appelle politico-militaires mais qui n’ont pas pour fonction d’être violentes […]. On avait en tête que la lutte armée était inéluctable. Mais ce qu’on fait et qu’on essaie de développer, ce n’est pas des trucs qui vont vers l’organisation militaire mais des trucs qui vont vers la création d’espaces de liberté, de formes d’action différentes où l’illégalité est présente et donc où la violence peut être présente. » (Antoine, GP)

  • 53 Les statistiques sont reprises à Alain Guillemoles qui a recensé à la BDIC tous les articles du qu (...)

56À côté de la dynamique plutôt ludique des actions, on observe toutefois une progression des attentats revendiqués par l’extrême gauche, attentats qui, en dépit de leur caractère symbolique, témoignent d’un projet subversif. Les tableaux suivants mesurent la portée du phénomène de 1968 à 1974. Le premier en donne le nombre total et les conséquences. On remarque, d’une part, leur faible gravité, puisqu’aucun ne cause mort d’hommes et, d’autre part, leur évolution irrégulière, voire par à-coups : net bond en avant en 1970, puis régression entre 1971 et 1973 et enfin nouvelle augmentation en 1974. En fait, jusqu’en 1972, ces attentats auraient consisté, pour l’essentiel, en des « actes de vandalisme » touchant les intérêts matériels des entreprises et des États-Unis. Ils changent de nature à partir de l’année 1973, où ils se font plus offensifs et spectaculaires. Le second tableau les met en perspective par rapport au nombre total d’attentats que connaît alors la France. Une grande partie d’entre eux sont d’origine inconnue, car ils n’ont fait l’objet d’aucune revendication de la part d’organisations séparatistes, d’extrême droite, d’extrême gauche ou étrangères53.

Tableau 2. Attentats revendiqués par l’extrême gauche de 1968 à 1974

Tableau 2. Attentats revendiqués par l’extrême gauche de 1968 à 1974

Source : Fichier du quotidien Le Monde (rubrique « attentats »).

Tableau 3. Nombre total d’attentats de 1968 à 1974 et pourcentage des attentats d’extrême gauche par rapport au total

Tableau 3. Nombre total d’attentats de 1968 à 1974 et pourcentage des attentats d’extrême gauche par rapport au total

Source : ibid.

  • 54 Le récit de cette réunion et de la journée du 25 février sont relatés par Hervé Hamon et Patrick R (...)
  • 55 Un militant de VLR évoque cette tentation dans un article intitulé « Dix ans ventre à terre », par (...)

57L’irruption du tragique, avec la mort du militant gépiste Pierre Overney, tué par un vigile aux portes de Billancourt le 25 février 1972, pouvait donner à penser que tout allait basculer. Le passage à la lutte armée semblait prêt du point de vue idéologique comme logistique. Et ce d’autant que, par une curieuse coïncidence, le leader de la GP, Benny Lévy, avait la veille fustigé ses troupes en leur reprochant « d’être timorées » : la manifestation antiraciste convoquée pour le lendemain soir devait raviver leurs ardeurs combatives et être violente en conséquence54. Pourtant, à l’annonce du drame qui s’était déroulé quelques heures auparavant, elle est désarmée sur ordre d’Alain Geismar. Mais le cri « Nous vengerons Pierre Overney » gronde des rangs de la manifestation. Le 8 mars, Robert Nogrette est enlevé par un commando de la NRP. C’est la dernière action d’envergure de l’organisation. À la fin de l’année suivante, la GP s’auto-dissout. Énigmatique s’il en est, cette auto-dissolution mérite en elle-même d’amples développements et analyses. Car la « tentation terroriste » existe, chez les militants de la GP comme chez ceux de VLR ou de la JCR55 :

« Il y a eu la tentation, à un moment donné, de dire : on passe du pistolet à eau ou de la bombe à peinture à la dimension réelle. En même temps, et c’est la contradiction de la Ligue, la Ligue était la mieux placée pour franchir le pas en 1974-1975. Il y a eu la tentation après le coup d’État chilien. Mais notre tradition politique posait des barrières à cela, en plus l’expérience du Portugal. La tentation a existé, mais le pas a jamais été vraiment franchi. Et du coup, la Ligue, qui avait les moyens de le faire, ne le faisant pas, on a eu des phénomènes périphériques qui sont restés peu significatifs. » (Daniel, JCR)

Crescendo en Italie

  • 56 Notamment chez Régis Debray, Modeste contribution aux discours et cérémonies officielles du dixièm (...)
  • 57 Un exemple de ces pamphlets nous est donné, en Italie, par le sévère jugement porté par un « soixa (...)

58On trouve parfois l’idée qu’à la différence de leurs homologues français, les militants italiens auraient « pris le jeu au sérieux »56. Si la dimension spectaculaire des événements de 1968 provoque, ici et là, des pamphlets ravageurs, la longévité et la radicalisation progressive des mouvements de contestation qui font la spécificité de l’Italie, finissent par rejeter dans l’ombre le ludique d’origine57.

59La violence, on l’a vu, y est légitimée sur des modes équivalents et se trouve exercée sur les mêmes terrains. Pour toutes les organisations d’extrême gauche, l’horizon de la lutte armée apparaît certain ou, du moins, escompté. Leurs hymnes en témoignent, ainsi que les slogans, repris dans les manifestations, dont l’agressivité va crescendo : « Fascistes et bourgeois, pliez bagage, le nouveau 68 sera calibre 38 », « Tout fasciste comme Falvella avec un couteau dans le ventre », « Si tu vois un point noir, tire à vue, ou c’est un carabinier, ou c’est un fasciste », « Nous rendrons plus rouges nos drapeaux avec le sang des chemises noires », etc. Mais alors qu’en France, la parenthèse révolutionnaire ouverte en Mai 68 se referme au cours de l’année 1973 avec l’auto-dissolution de la GP et l’autocritique de la JCR, l’expérience se déploie en Italie sur dix ans, à travers, conjointement, une radicalisation de certains groupes et la relève assurée, à partir de 1974, par le mouvement autonome, dont la contestation explose en même temps qu’elle implose en 1977 pour laisser alors l’espace protestataire aux seules organisations armées.

  • 58 Cf. Donatella Della Porta, Il terrorismo di sinistra, Bologna, Il Mulino, 1990, p. 238-240.

60La radicalisation se traduit par un degré croissant de gravité de la violence : en pourcentage, le nombre d’attentats, c’est-à-dire des actions contre les biens (principalement des incendies d’automobiles et de sièges d’organisations adverses ou d’édifices publics), décroît au profit des « guets-apens » et des « conflits à feu » avec les forces de l’ordre58. On perçoit également l’escalade à travers l’évolution des cibles visées, qui témoigne d’une politisation croissante de la violence et d’une attaque toujours plus ouverte contre le monopole étatique : la maîtrise et les chefs d’entreprise sont progressivement délaissés au profit des représentants des appareils coercitifs et répressifs (magistrats, police, etc.). Le tableau suivant donne la mesure de l’escalation de la violence dans la période qui nous préoccupe.

Tableau 4. Attentats et violences de 1969 à 1980

Tableau 4. Attentats et violences de 1969 à 1980
  • 59 Repris in Mauro Galleni, Rapporto sul terrorismo, Milano, Rizzoli, 1981, p. 49. La catégorie « ble (...)

Source : Statistiques du ministère de l’Intérieur italien59.

  • 60 Entre 1971 et 1988, 128 personnes ont été mortellement touchées par l’extrême gauche, dont 73 entr (...)

61Ces données officielles présentent l’inconvénient de ne pas distinguer l’origine (« rouge » ou « noire ») des violences. Or, l’ampleur de la violence d’extrême droite constitue de toute évidence un facteur discriminant, en Italie, dont la prise en compte est essentielle à la compréhension de cette décennie : 150 des 362 victimes sont imputables aux attentats indiscriminés d’inspiration néo-fasciste (Piazza Fontana, train Italicus, gare de Bologne, etc.), contre 94 du fait de l’extrême gauche60. Quant aux violences, qui regroupent notamment les « rixes, actions de guérilla, destructions de biens », elles sont le fait des organisations néo-fascistes pour 67,55 %, dont près de 70 % entre 1969 et 1974. À partir de 1977, la proportion de violences d’extrême gauche devient largement supérieure, comme le montre le tableau suivant :

Tableau 5. Violences d’extrême droite et d’extrême gauche de 1969 à 1980

Tableau 5. Violences d’extrême droite et d’extrême gauche de 1969 à 1980
  • 61 Repris in Mauro Galleni, Rapporto sul terrorismo, Milano, Rizzoli, 1981, p. 112.

Source : Statistiques du ministère de l’Intérieur italien61.

  • 62 Un graphique, établi par l’équipe de l’Institut Cattaneo de Bologne, montre bien cette évolution p (...)

62Une grave erreur, pourtant fréquemment commise, consisterait à lire ces données sous l’angle strict du « terrorisme », c’est-à-dire en faisant une distinction de principe entre la gauche extra-parlementaire et les groupes clandestins. Or, toute la difficulté d’appréhension de l’expérience italienne réside précisément dans la diffusion des pratiques violentes et l’intrication « violence de masse »/« violence d’avant-garde »62. Jusqu’en 1974, les actions commises par les BR ne diffèrent pas de celles des groupes que nous étudions : elles frappent également, par des passages à tabac ou des incendies, la maîtrise des grandes industries du Nord et les « fascistes ». Attilio, responsable à Avanguardia Operaia, explique :

« La différence entre les groupes et ceux qui faisaient la lutte armée était de qualitative : eux faisaient exclusivement la lutte armée car ils étaient déjà en condition de lutte illégale. Nous, nous faisions la lutte légale et en plus des formes de lutte armée avec l’antifascisme, la défense, etc. Donc déjà dans ces années, on était arrivé à des formes d’armement car les manifestations étaient toujours plus interdites, donc il fallait se défendre sur un mode disons plus actif. Dans les cortèges de 1975-1976, commencent à apparaître les signaux des revolvers. »

63C’est donc plus le choix tactique de la clandestinité totale que le type d’actions qui provoque alors les réserves des groupes à l’encontre des BR. Même leur première séquestration, le 3 mars 1972, du dirigeant de la Sit-Siemens, Idalgo Macchiarini, est ainsi considérée par l’exécutif milanais de LC :

  • 63 Soccorso Rosso, Brigate Rosse […], Milano, Feltrinelli, 1976, p. 115. Selon Luigi Bobbio, cette pr (...)

« Une action [qui] s’insère avec cohérence dans la volonté généralisée des masses de conduire la lutte de classes également sur le terrain de la violence et de l’illégalité.63 »

  • 64 Article intitulé « Prolétaires, c’est la guerre de classe ! », in Potere Operaio, Anno IV, n° 47-4 (...)

64Tout en estimant qu’avec l’enlèvement en France de Robert Nogrette, ces actions expriment un « signe de classe » et un « besoin de révolution », PotOp leur reproche même de n’être pas assez « significatives » et de rester « liées à un point de vue défensif et – parfois – encore démocratique »64.

65Là encore, le regard rétrospectif connaissant le destin ultérieur des organisations tend à la simplification de l’histoire sous l’influence de catégories typologiques rigides. Il ne fait pas de doutes pourtant que, sans être clandestins ni illégaux, tous les groupes ont fait des actions illégales et gardé dans l’ombre des tâches ou des appareils clandestins, ne serait-ce que les services d’ordre qui, selon Paolo (PotOp), souffraient en Italie d’une certaine ambiguïté :

« [L’expression “service d’ordre” était] une notion un peu ambiguë car elle signifiait des choses différentes : le service d’ordre est une structure à laquelle participent virtuellement tous les militants et qui remplit certainement le travail illégal : pas seulement défendre les cortèges ou les maisons occupées, les piquets, mais aussi procurer un faux passeport pour un camarade qui doit s’enfuir, procurer un logement où une personne en fuite puisse se réfugier… »

66Certes, dans le contexte de l’époque et la perspective révolutionnaire des groupes, l’organisation du « travail illégal » ne saurait constituer un indice ni a fortiori une preuve d’association terroriste, comme certains magistrats italiens ont cherché à le prouver pour LC notamment. La JCR avait pris les mêmes précautions pour faire face à une éventuelle mise hors-la-loi. Mais sans doute ces instruments ont-ils trouvé en Italie des occasions majeures pour être activés, opérationnels et renforcés, de sorte à favoriser insensiblement l’élévation des seuils de violence qui semble rendre le passage à la lutte armée « naturelle » et évidente à certains, au point qu’ils éprouvent encore aujourd’hui des difficultés à identifier clairement une date précise de fracture entre les deux expériences. Ou bien l’engagement dans un groupe extra-parlementaire, tel un apprentissage, semble avoir permis à un individu de s’adapter sans traumatisme aux exigences d’un groupe clandestin, comme cela aurait été le cas pour cet ex-militant de LC qui « passe » ensuite à Prima Linea :

  • 65 Témoignage recueilli par Diego Novelli et Nicola Tranfaglia, Vite sospese, Milano, Garzanti, 1988, (...)

« Grâce à l’activité dans le service d’ordre, je ne trouvais pas de difficultés à m’habituer aux techniques beaucoup plus drastiques de la lutte armée : me mouvoir dans la ville, m’habiller de façon appropriée pour l’occasion, entrer dans l’action au bon moment, étudier l’opération dans les détails les plus minimes. Tout m’était familier. Les premiers temps, on peut dire que j’avais échangé la clef anglaise par le pistolet, lequel présentait seulement une efficacité plus grande.65 »

  • 66 L’accusation contre Adriano Sofri va même jusqu’à trouver dans la concurrence de LC avec les BR le (...)

67Outre les facteurs externes de radicalisation que nous analyserons plus tard, au premier chef la répression et le renouveau agressif de l’extrême droite, il est un moteur interne au mouvement de contestation : la concurrence entre groupes. C’est frappant si l’on considère l’année 1972 qui marque à la fois l’accélération du projet insurrectionnaliste à PotOp et la « parenthèse militariste » de LC, l’une répondant de toute évidence au durcissement du discours de l’autre. Le premier semestre est l’occasion de débats intenses sur le recours à la violence au sein de l’extrême gauche, interpellée par la séquestration d’Idalgo Macchiarini (3 mars), la mort accidentelle de l’éditeur Giangiacomo Feltrinelli alors qu’il posait une bombe (15 mars), l’arrestation du partisan historique Giovan Battista Lazagna pour appartenance au groupe armé de l’éditeur, les GAP, et enfin l’assassinat du commissaire Calabresi en mai66.

68La concurrence est d’autant plus aiguë qu’il s’agit de conquérir la direction d’un mouvement de contestation encore fort, pratiquant l’illégalité et autour duquel gravitent de nombreux groupes. Le mécanisme de radicalisation s’autonourrit : il est nécessaire pour « garder son rang » dans l’échelle révolutionnaire, faute d’être rétrogradé jusqu’à tomber dans la catégorie infâmante du « réformisme » ; mais il implique nécessairement escalade de la violence. LC est disqualifiée, à partir de 1974, quand sa stratégie d’institutionnalisation provoque la scission dite de « la corrente » à Milan qui ira fonder le groupe clandestin Prima Linea. PotOp entre en crise en 1973, la plupart de ses militants allant gonfler l’aire de l’Autonomie qui assure la relève des organisations nées de 1968. Selon Sergio (AutOp), les multiples groupes autonomes s’engagent à leur tour dans une « compétitivité pour devenir hégémoniques dans la direction de l’affrontement, c’est-à-dire pour devenir Le Parti » :

  • 67 Il donne l’exemple de la célèbre phrase prononcée par Franco Piperno (ex-dirigeant de PotOp, alors (...)

« Les groupes dirigeants de l’Autonomie ont été poussés par une prétention, par une rivalité. Cette vanité a conditionné une des choses qui, à la fin, a été déterminante pour la catastrophe : celle de ne pas avoir été clairs depuis le début par rapport aux groupes combattants. Jusqu’à l’enlèvement Moro, le rapport entre les deux a été ambigu. Car au fond, il y avait le problème de faire passer à l’ordre du jour dans le mouvement la ligne de l’affirmation de la nécessité de l’usage de la force, parce que LC ou d’autres ne voulaient pas être sur ce front. Donc le problème, c’était de construire un bloc qui affirmait cette ligne que l’on retenait stratégique, avec l’idée : d’abord vainquons à l’intérieur du mouvement pour conquérir des franges plus larges sur cette ligne. Ceci posait déjà objectivement une alliance entre l’Autonomie et les organisations combattantes. Certainement avec la réserve mentale de dire : “Après, on verra entre groupes dirigeants [autonomes et clandestins] à l’intérieur de cette ligne”.67 »

  • 68 Interview repris dans Gad Lerner (dir.), I non garantiti, Roma, Savelli, 1977, p. 108.

69Entre 1974 et 1977, la violence change progressivement de nature : autrefois prise en charge par les organisations extra-parlementaires dans une perspective essentiellement démonstrative et pédagogique, elle est l’œuvre désormais soit de groupes armés clandestins « spécialisés », en quelque sorte, soit de collectifs autonomes, soit d’individus qui se regroupent sans structures formelles. Elle ne doit plus être une « violence de témoignage », mais « une violence réelle : capacité de prendre les choses.68 »

  • 69 Contre toutes les sept heures en 1976. Chiffres donnés par le juge Gian Carlo Caselli « Criminalit (...)

70Dès lors, les pratiques militantes requerront souvent la violence, ne serait-ce que pour se perpétuer, et seront irrémédiablement placées sous le signe de l’illégalité : occupations de maisons, « autoréductions » des tarifs des services publics et des prix des biens, « expropriations » – braquages de banques –, etc. Quand, par exemple, la compagnie nationale des téléphones coupe les lignes des usagers ne payant pas leur facture, 18 attentats sont perpétrés à Rome entre octobre et décembre 1975, mettant hors d’usage 14 000 téléphones ainsi que les centrales de quatre ministères. L’année 1977 est marquée par une progression de 77,62 % des attaques contre les biens (sièges de partis, casernes, commissariats, tribunaux, entreprises, moyens de transports, etc.) par rapport à 1976, ce qui équivaut, selon le ministère de l’Intérieur, à une fréquence horaire d’un attentat toutes les quatre heures69. Le 12 mars 1977, la ville de Rome vit, après Bologne, une guérilla urbaine de plusieurs heures, avec la manifestation armée de quelque 60 000 autonomes. Le « P. 38 » a remplacé les cocktails molotov. La violence est devenue quotidienne et se dirige également désormais contre le PCI, accusé de « réformisme répressif » :

« Nous étions convaincus qu’il n’y aurait pas de coup d’État, mais qu’en revanche il y avait un autre dessein : le réformisme répressif, c’est-à-dire l’implication du PCI dans les leviers du pouvoir, dans l’antichambre pour lui faire gérer la répression contre les ouvriers. Donc nous avons toujours identifié les syndicats et le PCI comme des personnes compromises avec le pouvoir. Nous estimions que c’était Berlinguer l’arme secrète du capitalisme. » (Daniele, Via dei Volsci)

  • 70 Régis Debray, Modeste contribution aux discours et cérémonies officielles du dixième anniversaire, (...)

71Comment expliquer qu’en France, « la violence soit restée un jeu70 », alors que l’extrême gauche italienne poursuit son escalade ? Pour comprendre une telle divergence dans la dynamique de la violence, il convient de passer à un autre niveau d’analyse.

Exemples de revendications de la violence

Exemples de revendications de la violence

Tract 1 : Isabelle Sommier, supplément à La cause du Peuple – J’accuse n° 19, mars 1972, p. 1.

Tract 2 : Isabelle Sommier, tract distribué à Turin le 31 mai 1971.
Au lendemain de la mort de Pierre Overney le 25 février 1972, la Gauche Prolétarienne trouve matière à exploiter sa thématique antifasciste. Potere Operaio distribue quant à lui son programme politique… et son programme d’action : « la violence pour le pouvoir ».

L’action de propagande en faveur de la violence ouvrière

L’action de propagande en faveur de la violence ouvrière

Tract 3 : Isabelle Sommier, tract de la GP distribué à Flins durant l’hiver 1969.
Deux tracts significatifs de l’action de propagande menée par les maoïstes à Flins contre le personnel d’encadrement. Le premier sera distribué en plusieurs langues, en raison de la forte proportion d’immigrés dans cet établissement : français, portugais, arabe, etc. Le second éclaire bien le style de la GP, avec la dénonciation de la « racaille », des « escrocs »… Noter que les deux désignent nominativement les chefs d’atelier visés.

Tract 4 : Isabelle Sommier, tract de la GP distribué à Flins durant l’hiver 1969.

Tract 5 : Isabelle Sommier, affiche des maoïstes de Flins, date inconnue.
Cette affiche, apposée dans l’établissement Renault-Flins par les maoïstes, témoigne des invectives réciproques entre direction, mouvement ouvrier traditionnel et extrême gauche, ainsi que de la lutte d’imposition de sens se jouant autour du qualificatif péjoratif de « provocateurs ». À droite, se trouvent reproduites les acceptions le plus souvent reconnues du terme : les « provocateurs » sont ceux qui cassent, c’est-à-dire les grévistes. À gauche, la GP explique ce qu’elle entend, elle, par provocation : c’est la situation qui met les « ouvriers en colère ». Cette requalification n’est pas sans lien de parenté avec celle entreprise par les syndicalistes dans une situation de ce type. Toutefois, l’organisation maoïste prend soin de s’en démarquer, puisqu’elle dénonce l’Humanité comme faisant partie de « la presse qui ment ».

Tract 6 : Isabelle Sommier, tract de la Base Ouvrière de Flins, 8 mai 1970.

Notes

1 Guido Viale, Il sessantotto tra rivoluzione e restaurazione, Milano, Mazzotta, 1978, p. 43 et Marco Grispigni, « Generazione, politica e violenza, il ‘ 68 a Roma », in La cultura e i luoghi del’68, Milano, Franco Angeli, 1991, p. 305.

2 De même, d’après Alain (JCR), « le but, c’était pas l’affrontement. Le but était de dire : quand un objectif est juste, il faut balayer les obstacles, on le maintient coûte que coûte. »

3 Le phénomène de concurrence est mis en exergue par Sidney Tarrow, Democrazia e disordine, Bari, Laterza, 1990, p. 246-249.

4 Propos tenu dans le film de Romain Goupil « Mourir à trente ans », dédié à Michel Récanati qui s’est suicidé en 1978.

5 Peppino Ortoleva, Saggio sui movimenti del 1968 in Europa e in America, Roma, Riuniti, 1988, p. 177.

6 Pour cette interprétation, voir Marco Grispigni, « Generazione, politica e violenza, il ‘68 a Roma », in La cultura e i luoghi del’68, Milano, Franco Angeli, 1991, p. 300-303.

7 Jacques était un « électron libre » qui mettait ses compétences « guerrières » au service de plusieurs organisations d’extrême gauche, puisqu’il faisait partie du groupe de Pierre Goldman, spécialisé dans le service d’ordre et les « coups de poing contre les fafs ».

8 Document de Potere Operaio intitulé « Le manifestazioni del 4/5/6 febbraio, il problema dei fascisti, una risposta militante al contrattacco padronale » (14 février 1971), in Archives de l’Istituto Romano per la Storia d’Italia (fonds Stefano Lepri). Dans le même esprit, voir Comitati Autonomi Operai di Roma, Autonomia Operaia, Roma, Savelli, 1976, p. 254.

9 Tract du 5 février 1971 (cette période fut marquée par de violents affrontements entre l’extrême droite et l’extrême gauche), in Archives de l’Istituto Romano per la Storia d’Italia (fonds Paolo Palazzi, carton n° 3).

10 Les CVB (Comités Viet-Nam de Base), en soutien au peuple vietnamien, ont été créés en mai 1967 par les maoïstes). Ils concurrencent le CVN (Comité Viet-Nam National) qui regroupe, depuis novembre 1966, la plupart des organisations de solidarité et d’aide au peuple vietnamien.

11 Luigi Barberis (alias Giovanni De Luna), Torino : progetto reazionario, Torino, Éd. LC, 1976, p. 10. Voir également l’ouvrage écrit en commun par des militants d’extrême gauche et des figures du mouvement ouvrier traditionnel comme Vittorio Foa : Antifascismo come lotta di classe, Roma, Savelli, 1974.

12 Document non daté (mais postérieur à la mort de Pierre Overney le 25 février 1972) trouvé à la BDIC (GP, F ° Rés. 576 5/4/2). Souligné par l’auteur.

13 BDIC, Rés. 576 5/4/2.

14 Rosario Minna, « Il terrorismo di destra », in Donatella Della Porta (dir.), Terrorismi in Italia, Bologna, Il Mulino, 1984, p. 48. Sur ce thème, le document de l’Autonomia Operaia, du même titre, Roma, Savelli, 1976, p. 253 sqq.

15 Voir par exemple les documents « La CGT, le PCF et les révolutionnaires », Taupe Rouge, n° 7, 1972, p. 38 (BDIC O Pièce 37. 184/7) et « L’agonie du capitalisme et les tâches de la IVe Internationale », Classique Rouge, n° 5, 1970, p. 32.

16 Document non daté (mais postérieur à la mort de Pierre Overney le 25 février 1972) trouvé à la BDIC (GP, F ° Rés. 576 5/4/2).

17 Voir par exemple le livre Vers la guerre civile, op. cit., p. 348 et ces propos du militant de LC, Vincenzo qui, originaire du Sud, va s’embaucher à Turin : « Nous avions le mythe de l’« ouvrier nouveau » de Mirafiori. Dans les écrits de Gramsci, il y avait « l’ouvrier nouveau ». C’est vrai qu’à l’époque, il n’était pas très combatif, mais il avait fait la Résistance, il avait sauvé l’usine des nazis. »

18 « La rivoluzione culturale nelle fabbriche italiane », in S’avanza uno strano soldato (Recueil d’articles de Guido Viale parus entre 1968 et 1973), Roma, Éd. LC, 1973, p. 59. À noter que, dans un numéro de Lotta Continua de 1971, deux pages sont consacrées aux luttes ouvrières de Renault dans un article intitulé « Fiat-Renault, la même lutte ! ». Y est également reproduite une lettre des « camarades de Flins de 23 pays différents » qui annonce : « La révolution culturelle entre dans les usines » (n° 9, 26 mai 1971, p. 26-27).

19 Stage ouvrier de l’été 1970, GP (Archives BDIC, F ° Rés. 576 3/3/2, GP).

20 « Il potere di esistere come classe, come progetto rivoluzionario », in Potere Operaio, février 1972, p. 30.

21 Richard Gombin, Les origines du gauchisme, Paris, Seuil, 1971, p. 155.

22 Document préparatoire du Congrès de LC, 9 juin 1971, p. 17 (Istituto romano per la storia d’Italia, Fonds Socrate, carton 9). Sur le thème de « la justice populaire », voir le débat engagé par les maoïstes de la GP autour de Michel Foucault dans Les temps modernes, n° 310 bis, 1972, p. 335-366.

23 Le mot d’ordre « Si alla violenza operaia » est lancé pour la première fois dans un numéro spécial daté du 5 sept. -29 oct. 1969. Situé en première page, il est accompagné d’une photo d’une machine dévastée, ce qui vaudra à son directeur Francesco Tolin d’être condamné à deux années d’emprisonnement pour « incitation à la révolte contre l’État et au sabotage ». Dans des numéros suivants, l’intitulé rend compte des révoltes ouvrières présentes ou passées, par exemple des événements de l’été 1962 où PotOp situe le début du cycle de protestation, car c’est « la redécouverte et la réappropriation de la violence pour la renaissance du débat politique au sein de la classe ouvrière » (n° 43, 25 sept. -25 oct. 1971, p. 34). L’article « La violenza operaia come strumento di lotta » est paru de son côté dans le numéro 8 du 13 novembre 1969.

24 « L’agonie du capitalisme et les tâches de la IVe Internationale », Classique Rouge, n° 5, 1970, p. 32. Majuscules de l’auteur.

25 Chiffres du Ministère de l’Intérieur, repris in FIM-FIOM-UILM, Repressione !, Roma, Tindalo, 1970, p. 3.

26 Témoignage de Georges, militant de la GP, ouvrier à Citroën, recueilli par Michèle Manceaux, Les maos en France, Paris, Gallimard, 1972, p. 77.

27 Ibid., p. 195-196. Cette rumeur est prégnante : elle fut évoquée par trois ex-militants gépistes interrogés.

28 Sa première action sera ainsi dirigée contre le « syndicat indépendant fasciste de Citroën », une autre consistera dans l’attaque de l’ambassade de Jordanie le 23 juillet 1971, en signe de solidarité avec le peuple palestinien. Cf. Document de « La milice ouvrière multinationale » in BDIC (Dossier NRP, Rés. 576 5/4/2) et celui destiné à « l’union des comités de lutte d’atelier », intitulé « Renault-Billancourt. 25 règles de travail », supplément à La Cause du Peuple-J’accuse, n° 11, 1971.

29 Document de la NRP sur « Qu’est-ce que l’organisation clandestine, ses fonctions, son organisation ? » (15 août 1973) in BDIC (Dossier NRP, Rés. 576 5/4/2).

30 BDIC (Dossier NRP, Rés. 576 5/4/2). Voir également « Rapport d’enquête sur les nouvelles formes d’organisation et d’action de la gauche ouvrière à Renault-Billancourt », in Cahiers prolétariens, n° 1, janvier 1971, p. 50 sqq. Majuscules de l’auteur.

31 « Symbole d’une certaine liberté » dans Le gauchisme, remède à la maladie sénile du communisme (Paris, Seuil, 1968, p. 66) ou, dans Le grand bazar (Paris, Belfond, 1975), moyen d’« utiliser le ridicule comme arme contre l’absurde » (p. 150) en jouant « aux cow-boys et aux indiens avec les flics » (p. 39). Les barricades sont avant tout, pour Cohn-Bendit, une envie et un « support de nouveaux rapports affectifs » à resituer dans l’aspect festif de Mai.

32 Daniel Bensaïd et Henri Weber, Mai 1968 : une répétition générale, Paris, Maspero, 1968, p. 137.

33 Mouvement du 22 mars, Ce n’est qu’un début, continuons le combat, Paris, Maspero, 1968, p. 67-68.

34 André Glucksmann, Stratégie et révolution en France 1968, Paris, Christian Bourgois, 1968, p. 19 et 20.

35 Serge July, Alain Geismar, op. cit., Paris, Éd. et publications premières, 1969, p. 180 et 183. 36. Mouvement du 22 mars, Ce n’est qu’un début, continuons le combat, Paris, Maspero, 1968, p. 53.

36 Mouvement du 22 mars, Ce n’est qu’un début, continuons le combat, Paris, Maspero, 1968, p. 53.

37 UNEF-SNESUP, Ils accusent, Paris, Seuil, 1968, p. 283-284.

38 Maurice Grimaud, En mai, fais ce qu’il te plait, Paris, Stock, 1977, p. 19.

39 Ibid., p. 100. Adrien Dansette a répertorié toutes les dépradations : 6400 mètres carrés de rues dépavées ou désasphaltées ; 130 arbres sciés, déracinés, brûlés ou détériorés ; 540 grilles d’arbres arrachées ; 450 panneaux de signalisation détériorés ; 125 voitures incendiées, etc. In Mai 68, Paris, Plon, 1971, p. 454.

40 La comptabilisation établie par Alain Delale et Gilles Rabache (12 « victimes directes » et 7 « indirectes ») est excessivement élargie : elle inclut, par exemple, l’assassinat par balles d’un patron de bar responsable du SAC, tout en reconnaissant que l’enquête n’en a pas établi le mobile, ou celui d’un colleur d’affiches de la FGDS. In La France de 68, Paris, Seuil, 1978, p. 230. Pour notre part, nous entendons par victimes de Mai 68 les acteurs tués au cours même des affrontements. En revanche, leur évaluation des blessés hospitalisés, que nous reprenons, est fondée sur des éléments tangibles.

41 Edgar Morin, Mai 68 : la brèche, Paris, Éd. Complexe, 1988, p. 72-73.

42 Ibid., p. 72.

43 Raymond Aron, La révolution introuvable, Paris, Fayard, 1968, p. 35. Raymond Aron fit cette lecture de Mai 68 dès le 1er juin.

44 Pour cette interprétation, voir Jean Baudrillard, Pour une critique de l’économie politique du signe, Paris, Gallimard, 1972, p. 213-218 ; Jacques Ellul, De la révolution aux révoltes, Paris, Calmann-Lévy, 1972, p. 57 et 224. D’où son jugement sévère : « La parodie qui se donne pour le spontané est le comble de l’artificiel. » (p. 336). Et Régis Debray, Modeste contribution aux discours et cérémonies officielles du dixième anniversaire, Paris, Maspero, 1978, p. 65-69.

45 Raymond Aron, op. cit., p. 35.

46 Témoignage anonyme d’un membre du bureau politique de la GP, in Bruno Giorgini, Que sont mes amis devenus ?, Paris, Savelli, 1978, p. 66-67.

47 Tract de la GP cité dans Jean-Pierre Dumont, La fin des OS ?, Paris, Mercure de France, 1973, p. 100.

48 La Cause du Peuple, n° 27, août 1970.

49 Les cahiers de la GP, n° 3, 1970, p. 56.

50 Sur les chantiers de Dunkerque, voir Jean-Pierre Faye, Luttes de classes à Dunkerque, Paris, Galilée, 1973.

51 Tract du 5 février 1970, in Hervé Hamon et Patrick Rotman, Génération, Paris, Seuil, 1988, tome 2, p. 133.

52 Interview de la NRP du 1er août 1971 (BDIC, Archives NRP, Rés. 576, 5/4/2).

53 Les statistiques sont reprises à Alain Guillemoles qui a recensé à la BDIC tous les articles du quotidien Le Monde consacrés aux « attentats » durant cette période. Le problème essentiel réside dans l’importance des attentats non revendiqués. Ceux qualifiés d’extrême gauche ont été explicitement reconnus comme tels par les groupes, qui ne sont toutefois pas distingués. Aussi peut-il s’agir autant des organisations qui nous préoccupent que d’autres, comme les GARI (Groupes Autonomes Révolutionnaires Internationalistes). In La tentation terroriste, Paris I, mémoire de maîtrise d’histoire de Paris I, 1989, reprographié, p. 12-23. Pour une évaluation du nombre d’attentats de la GP, on peut se référer au ministre de l’Intérieur de l’époque, Raymond Marcellin, qui fait état de 82 « attentats par explosifs, engins incendiaires, actes de vandalisme, agressions et voies de fait contre des policiers sur la voie publique » (La guerre politique, Paris, Plon, 1985, p. 93).

54 Le récit de cette réunion et de la journée du 25 février sont relatés par Hervé Hamon et Patrick Rotman, Génération, Paris, Seuil, 1988, tome 2, p. 392 sqq.

55 Un militant de VLR évoque cette tentation dans un article intitulé « Dix ans ventre à terre », paru dans Autrement, n° 12, février 1978, p. 262. À noter que ce jeu aux limites du réel tend, paradoxalement, à renforcer les analyses d’Élias, auxquelles il a été récemment opposé le développement, au cours des années 1960-1970, de comportements erratiques et violents semblant marquer un relâchement de l’autocontrôle. Il montre, en effet, que « les écarts par rapport aux règles de la civilité et aux formes obligées de la bienséance » s’inscrivent « dans une maîtrise encore plus stricte et achevée des comportements. » (Roger Chartier, « Comment penser l’autocontrainte ? », in Communications, n° 56, 1993, p. 41).

56 Notamment chez Régis Debray, Modeste contribution aux discours et cérémonies officielles du dixième anniversaire, Paris, Maspero, 1978, p. 80.

57 Un exemple de ces pamphlets nous est donné, en Italie, par le sévère jugement porté par un « soixante-huitard » sur sa génération : « En 68, au lieu de la contestation du Spectacle, on a eu le Spectacle de la contestation. L’équivoque – mortelle – a liquidé une génération : la mienne. » (Aldo Ricci, Contro il’68, Milano, Gammalibri, 1982, page de couverture).

58 Cf. Donatella Della Porta, Il terrorismo di sinistra, Bologna, Il Mulino, 1990, p. 238-240.

59 Repris in Mauro Galleni, Rapporto sul terrorismo, Milano, Rizzoli, 1981, p. 49. La catégorie « blessés au cours d’un guet-apens » renvoie aux personnes blessées lors d’un attentat ou victimes d’une embuscade.

60 Entre 1971 et 1988, 128 personnes ont été mortellement touchées par l’extrême gauche, dont 73 entre 1978 et 1980. Cf. Progetto memoria, La mappa perduta, Roma, Sensibili alle foglie, 1994, p. 493.

61 Repris in Mauro Galleni, Rapporto sul terrorismo, Milano, Rizzoli, 1981, p. 112.

62 Un graphique, établi par l’équipe de l’Institut Cattaneo de Bologne, montre bien cette évolution parallèle des « épisodes de violence » et des attentats. Cf. Donatella Della Porta et Maurizio Rossi (dir.), Cifre crudeli, Bologna, Materiali di ricerca dell’Istituto Cattaneo, 1984, p. 16.

63 Soccorso Rosso, Brigate Rosse […], Milano, Feltrinelli, 1976, p. 115. Selon Luigi Bobbio, cette prise de position provoqua des débats au sein de LC ; elle se solda également par l’arrestation pour apologie de crime des onze personnes présumées appartenir à l’exécutif milanais. Elles seront disculpées l’année suivante (Storia di Lotta Continua, Milano, Feltrinelli, 1988, p. 106).

64 Article intitulé « Prolétaires, c’est la guerre de classe ! », in Potere Operaio, Anno IV, n° 47-48, 20 mai-20 juin 1972, p. 2. D’après l’un des fondateurs des BR, Alberto Franceschini, l’enlèvement d’Idalgo Macchiarini aurait été « coordonné » avec celui de Robert Nogrette, dans le cadre de rencontres régulières entre son organisation et la GP : « Nous avons ensuite fait le bilan de l’opération Nogrette et nous avons accusé les camarades français de populisme. Si je me rappelle bien, ils avaient en effet réuni une assemblée populaire qui devait décider s’il fallait le libérer. Et, évidemment, l’assemblée a décidé la libération. Nous avons pensé que c’était une erreur « populiste ». Nous estimions, nous, que le processus révolutionnaire serait beaucoup plus long. » (Interview dans Le brise-glace, n° 4, été 1990, p. 6). En fait, il semble que la réunion de ce « jury populaire » soit restée à l’état de projet et la décision de libérer Nogrette aurait été prise par le cercle très étroit de dirigeants, en particulier Benny Lévy.

65 Témoignage recueilli par Diego Novelli et Nicola Tranfaglia, Vite sospese, Milano, Garzanti, 1988, p. 245

66 L’accusation contre Adriano Sofri va même jusqu’à trouver dans la concurrence de LC avec les BR le mobile de l’assassinat du commissaire Calabresi.

67 Il donne l’exemple de la célèbre phrase prononcée par Franco Piperno (ex-dirigeant de PotOp, alors leader autonome) : « Conjuguer ensemble la terrible beauté de ce 12 mars 1977 dans les rues de Rome avec la géométrique puissance déployée Via Fani [rue de Rome où Aldo Moro fut enlevé par les BR] devient l’étroite porte à travers laquelle peut croître et périr le processus de subversion en Italie ! » (in « Pre-print », supplément au numéro zéro de Metropoli, décembre 1978, p. 20-21).

68 Interview repris dans Gad Lerner (dir.), I non garantiti, Roma, Savelli, 1977, p. 108.

69 Contre toutes les sept heures en 1976. Chiffres donnés par le juge Gian Carlo Caselli « Criminalità politica organizzata e problemi della risposta dello Stato », in Renzo Villa (dir.) La violenza interpretata, Bologna, Il Mulino, 1979, p. 243.

70 Régis Debray, Modeste contribution aux discours et cérémonies officielles du dixième anniversaire, Paris, Maspero, 1978, p. 80.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Nombre de blessés hospitalisés du 1er mai au 31 juillet 1968
Légende Source : Alain Delale et Gilles Rabache, La France de 68, Paris, Seuil, 1978, p. 230.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24639/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Tableau 2. Attentats revendiqués par l’extrême gauche de 1968 à 1974
Légende Source : Fichier du quotidien Le Monde (rubrique « attentats »).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24639/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 3. Nombre total d’attentats de 1968 à 1974 et pourcentage des attentats d’extrême gauche par rapport au total
Légende Source : ibid.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24639/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Tableau 4. Attentats et violences de 1969 à 1980
Légende Source : Statistiques du ministère de l’Intérieur italien59.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24639/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 5. Violences d’extrême droite et d’extrême gauche de 1969 à 1980
Légende Source : Statistiques du ministère de l’Intérieur italien61.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24639/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Exemples de revendications de la violence
Légende Tract 1 : Isabelle Sommier, supplément à La cause du Peuple – J’accuse n° 19, mars 1972, p. 1.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24639/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Légende Tract 2 : Isabelle Sommier, tract distribué à Turin le 31 mai 1971.Au lendemain de la mort de Pierre Overney le 25 février 1972, la Gauche Prolétarienne trouve matière à exploiter sa thématique antifasciste. Potere Operaio distribue quant à lui son programme politique… et son programme d’action : « la violence pour le pouvoir ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24639/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8M
Titre L’action de propagande en faveur de la violence ouvrière
Légende Tract 3 : Isabelle Sommier, tract de la GP distribué à Flins durant l’hiver 1969.Deux tracts significatifs de l’action de propagande menée par les maoïstes à Flins contre le personnel d’encadrement. Le premier sera distribué en plusieurs langues, en raison de la forte proportion d’immigrés dans cet établissement : français, portugais, arabe, etc. Le second éclaire bien le style de la GP, avec la dénonciation de la « racaille », des « escrocs »… Noter que les deux désignent nominativement les chefs d’atelier visés.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24639/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Légende Tract 4 : Isabelle Sommier, tract de la GP distribué à Flins durant l’hiver 1969.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24639/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6M
Légende Tract 5 : Isabelle Sommier, affiche des maoïstes de Flins, date inconnue.Cette affiche, apposée dans l’établissement Renault-Flins par les maoïstes, témoigne des invectives réciproques entre direction, mouvement ouvrier traditionnel et extrême gauche, ainsi que de la lutte d’imposition de sens se jouant autour du qualificatif péjoratif de « provocateurs ». À droite, se trouvent reproduites les acceptions le plus souvent reconnues du terme : les « provocateurs » sont ceux qui cassent, c’est-à-dire les grévistes. À gauche, la GP explique ce qu’elle entend, elle, par provocation : c’est la situation qui met les « ouvriers en colère ». Cette requalification n’est pas sans lien de parenté avec celle entreprise par les syndicalistes dans une situation de ce type. Toutefois, l’organisation maoïste prend soin de s’en démarquer, puisqu’elle dénonce l’Humanité comme faisant partie de « la presse qui ment ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24639/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Légende Tract 6 : Isabelle Sommier, tract de la Base Ouvrière de Flins, 8 mai 1970.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24639/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 650k

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540