Version classiqueVersion mobile

La violence politique et son deuil

 | 
Isabelle Sommier

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Il y a tout juste trente ans, s’ouvrait en France et en Italie une phase de contestation éclatée sur plusieurs secteurs de la société. Au sein des entreprises et des universités en particulier, ouvriers et étudiants se révoltaient ; certains voyaient dans les événements la préfiguration d’une possible alliance autour d’un projet révolutionnaire. La violence était parfois utilisée, mais toujours légitimée dans les discours, soit pour s’opposer à l’autoritarisme mandarinal ou à l’autoritarisme hiérarchique, soit pour « renverser le système ».

2Aujourd’hui, malgré la faible distance temporelle qui nous en sépare, cette période se présente à l’observateur comme bien énigmatique et lointaine : la « classe ouvrière » semble s’être évanouie, les groupes d’extrême gauche ont pour la plupart disparu. Quant à la violence, son recours à des fins politiques passe pour être disqualifié, avec le projet révolutionnaire, voire impensable désormais. Tout porte à croire que la conclusion du mouvement contestataire a contribué à sanctionner les théories de légitimation de la violence disponibles dans les démocraties occidentales. De toute évidence, elle aura accentué leur répulsion, répulsion dont pâtit singulièrement la variante léniniste de transformation violente du système politique et social.

3Pour l’heure, la distance entre ces années et les nôtres est telle qu’il apparaît difficile de penser le chemin parcouru en termes de simple phase à l’intérieur d’un « cycle historique » qui, après un mouvement de crescendo/decrescendo, serait peu ou prou reproductible pour la même cause. « Quelque chose » se serait brisé qui structurait depuis plus d’un siècle, dans l’espoir pour certains, dans la crainte pour d’autres, les représentations sociales : c’est-à-dire l’association du thème de la révolution avec l’usage de la violence par, pour le sujet révolutionnaire par excellence qu’était la « classe ouvrière » et en son nom.

4Bien qu’elle obéisse à de multiples facteurs, également extérieurs aux groupes concernés, la cassure s’est essentiellement produite suivant un processus endogène : il n’y a pas eu de « défaite militaire » qui aurait brutalement brisé, comme ce fut le cas pour la Commune de Paris, un élan révolutionnaire, mais plutôt un abandon graduel, complexe et douloureux de la violence par ceux-là mêmes qui la jugeaient nécessaire, historiquement voire moralement.

5Cette étude se donne pour objectif d’analyser, en France et en Italie, le rejet progressif du recours à la violence par les groupes d’extrême gauche, dans une phase historique, les « années 68 », marquées par une radicalisation des conflits sociaux et une exacerbation du mythe révolutionnaire.

  • 1 Howard S. Becker, Outsiders (1963), Paris, trad. Métailié, 1985, p. 49-50.
  • 2 Les recherches sur la violence, en particulier durant ces années, s’intéressent en effet presque e (...)

6Nous ouvrirons donc la parenthèse avec l’année 1968 dans la mesure où celle-ci inaugure une nouvelle diffusion des pratiques violentes et de leur apologie au sein des sociétés occidentales. En revanche, nous la refermerons sur des dates plurielles et moins précises, dont la variation d’un pays et d’un groupe à l’autre tient au fil directeur même de la recherche. Suivant la recommandation du sociologue américain Howard S. Becker, « au lieu de nous demander pourquoi les déviants veulent faire des choses qui sont réprouvées », nous nous interrogerons sur la question de savoir « pourquoi ceux qui respectent les normes tout en ayant des tentations déviantes ne passent pas à l’acte.1 » C’est en effet au prix du renversement des problématiques habituelles2 qu’il est possible de penser la contradiction intrinsèque à cette période historique. Il nous faut comprendre pourquoi et selon quelles modalités des centaines voire des milliers de militants en attente (active) du « Grand Soir » ont fini par en faire le deuil. C’est finalement là, en amont et de l’intérieur des groupes candidats à la violence, que se noue la question, et non pas dans l’évolution ultérieure de certains d’entre eux en groupes combattants clandestins. S’agissant des organisations d’extrême gauche qui avaient prôné la violence et s’y étaient préparés, nous disposons donc d’un repère assez précis pour clôturer cette étude : le moment où ils renoncent explicitement au passage à la lutte armée.

  • 3 Yves Michaud, Violence et politique, Paris, Gallimard, 1978, p. 97-102. Un « embrayeur » est, selo (...)

7Loin, par conséquent, d’avaliser a priori les labellisations classant aujourd’hui, sur une échelle de violence donnée une fois pour toutes, organisations et actions, cette étude se veut au contraire un voyage aux frontières. La fluidité est en effet intrinsèque à la période et au cheminement pavé d’incertitudes, de doutes et de contradictions dans lequel s’engagent alors les groupes d’extrême gauche. Mais sans doute est-elle aussi le lot de toute recherche sur la « violence », dont le caractère contingent et relatif amène un auteur comme Yves Michaud à lui refuser le qualificatif de « concept » pour lui attribuer celui, linguistique, d’« embrayeur » et en souligner la fonction performative3. Trois critères – le plus souvent exclusifs l’un de l’autre – ont été avancés pour définir la violence politique.

  • 4 Dans Why Men Rebel, Ted Gurr définit ainsi la violence collective : « Toute attaque collective, la (...)
  • 5 Ted R. Gurr et H. D. Graham, Violence in America, New York, Signet Books, 1969, p. XVII.

8Le premier met l’accent sur la cible visée : dans cette perspective, sera désigné comme « violence politique » tout acte ayant pour objet le « régime politique » ou l’un de ses représentants. Cette conception, adoptée notamment par Ted Gurr4, est en continuité avec la définition classique – la plus généralement retenue par les chercheurs anglo-saxons – de la violence, qui serait un « comportement visant à causer des blessures aux personnes ou des dommages aux biens.5 » À la suivre, de nombreux actes de contrainte physique se trouvent ipso facto écartés de l’analyse, dès lors qu’ils sont exempts soit de conséquences physiques pour la victime, comme la séquestration, soit d’intentionnalité. Mais à méconnaître les logiques de situations propices au déclenchement de violences, comment qualifier les incidents qui surviennent parfois dans les entreprises ou les manifestations ? La définition de la violence politique hérite des mêmes limites : en soumettant l’acte au statut politique de la cible, une part majeure du terrorisme transnational ou d’extrême droite y échappe lorsqu’il frappe de façon indiscriminée la population (par exemple les attentats à Paris devant le magasin Tati en septembre 1986 ou contre la gare de Bologne en 1980). Il en va de même des violences ouvrières qui, soit par leur ampleur, soit parce qu’elles touchent un secteur stratégique, peuvent soulever un véritable problème politique, comme ce fut, à plusieurs reprises, le cas de la Fiat en Italie. Quant aux séquestrations opérées par la Gauche Prolétarienne, doit-on considérer qu’elles relèvent de la violence politique à la condition que la victime soit un député (Michel de Grailly, novembre 1970), mais non plus lorsque celle-ci est simple responsable des relations humaines à Renault (Robert Nogrette, mars 1972), quand bien même cette dernière action aura atteint une portée supérieure ?

9Le second critère présente une difficulté similaire, qui met en exergue cette fois-ci l’intentionnalité stratégique de l’acte, dirigé à des fins de changement politique. Ainsi pour Ted Honderich, la violence politique serait un

  • 6 Ted Honderich, Political Violence, London, Institute of Commonwealth Studies, 1982, p. 1.

« […] usage considérable et destructif de la force contre des personnes ou des choses, un usage de la force interdit par la loi, visant à un changement de politique, de système, de territoire de juridiction ou de personnel gouvernemental ou de gouvernement, et par conséquent guidé également vers un changement de la vie des individus de cette société.6 »

  • 7 Paul Wilkinson, Terrorism and the Liberal State, London, Macmillan, 1986, p. 30.

10Or, certains actes violents, privés d’intentionnalité stratégique, ont des effets politiques tandis que d’autres, faisant explicitement référence à des desseins politiques, manqueront d’en produire, notamment en l’absence de visibilité ou d’officialisation. L’insuffisance de l’approche tient ici à ce qu’elle ignore le devenir aléatoire et contingent de la violence et lui attribue par conséquent une essence a priori. Paul Wilkinson croit pouvoir contourner cette faiblesse au moyen d’une définition ménageant à la fois l’intentionnalité et le hasard : la violence politique consisterait soit en « un exercice délibéré ou une menace de blessures physiques ou de dommages aux biens à des fins politiques », soit en « une violence non intentionnelle provoquée au cours de conflits politiques sévères7 ». Limité à d’insaisissables situations de « conflit politique sérieux », l’effort pour appréhender le fortuit s’avère bien timide et, finalement, n’apporte guère de réponses à notre scepticisme. Prenons l’exemple des braquages de banques, qui connaissent dans l’Italie de la seconde moitié des années soixante-dix une augmentation considérable : au délit habituellement associé à la délinquance de droit commun, s’agrège en effet une nouvelle pratique politique qui, sous le qualificatif d’« expropriation prolétarienne », permet de financer les « organisations révolutionnaires ». Mais, entre ces deux pôles clairement identifiés, s’intercale une myriade de braquages aux contours beaucoup plus flous qui, sous couvert d’une revendication politique, dissimulent des auteurs et des motivations fort hétérogènes : ici « le milieu », là un simple individu, ailleurs encore un petit groupe hybride, hésitant entre la subversion individuelle et la subversion collective. Comment, dans ces circonstances, faire le partage ? Il faut même aller plus loin : au delà d’un certain seuil, la prolifération de ces pratiques déviantes ne constituerait-elle pas un défi à l’autorité de l’État et, de ce fait, un problème politique ?

11C’est pourquoi il nous paraît préférable de privilégier un troisième critère : celui des effets politiques de la violence, suivant la définition de H.L. Nieburg :

  • 8 H. L. Nieburg, La violenza politica (1969), trad. Napoli, Guida ed., 1974, p. 19.

« Des actes de désorganisation, destruction, blessures tels que leur objet, le choix de leurs cibles ou de leurs victimes, leurs circonstances et/ou leurs effets acquièrent une signification politique, c’est-à-dire tendent à modifier le comportement d’autrui dans une situation de marchandage qui a des conséquences sur le système social.8 »

12Tout en préservant un critère objectif – l’exercice d’une contrainte matérielle – la définition intègre les représentations non pas en tant qu’instruments, mais en tant qu’objets de connaissance ; elle conjugue compréhension et distanciation du sens commun. Dans ce cadre, peu importe que l’acteur de la violence soit ou non constitué politiquement et que son geste soit dirigé vers une cible intentionnellement politique, pourvu que l’action exerce des effets de champ. En laissant aux représentations collectives la place qui leur revient dans le processus de catégorisation et de traitement de la violence, cette approche s’avère seule capable d’appréhender la variabilité suivant laquelle un même acte sera ou ne sera pas érigé en violence politique, en fonction de circonstances complexes et chaque fois singulières. Elle donne aussi la mesure des enjeux qui entourent son éclosion et engagent les acteurs dans une lutte symbolique d’imposition de sens, qui s’avère à plus d’un titre essentielle à l’analyse. Dans nos sociétés démocratiques qui bannissent tout usage privé de la violence, sa justification obéit au principe suivant lequel, pour paraphraser Sartre, « la violence, c’est les autres ». D’où le système d’accusations croisées pour légitimer sa propre violence, forcément réactive à celle de l’adversaire : la « juste colère des travailleurs » face à la « violence patronale », la « résistance » ou « l’autodéfense » contre la « violence de la répression », etc. Mais on assiste aussi durant ces années à une véritable confrontation – symbolique, le plus souvent – entre les organisations traditionnelles du mouvement ouvrier et la gauche extra-parlementaire visant à donner un sens exclusif (et un débouché opposé) à la violence ouvrière. Enfin, il faut noter que si le déroulement du cycle de contestation peut être suivi au gré des repositionnements successifs des uns et des autres vis-à-vis de la violence, c’est aussi dans et par la relecture de celle-ci qu’il s’achève.

  • 9 Cf. en particulier Norbert Élias, La dynamique de l’Occident (1969), trad. Paris, Hachette, 1973.

13Une approche interactionniste de la violence a donc le mérite d’évacuer toute trace de considération normative sur un sujet qui s’y prête pourtant amplement, mais aussi de souligner la rationalité de son recours sans pour autant verser dans un utilitarisme aride et désincarné faisant fi de toute dimension affective. Certes, la violence est une ressource s’insérant dans une économie de la domination déterminée. Mais elle n’est pas pour autant une « ressource comme une autre », a fortiori lorsqu’elle surgit au sein d’une société marquée par un procès séculaire de pacification des mœurs9. Se pencher sur le rythme accéléré avec lequel la violence est exhumée à la fin des années soixante, puis à nouveau enfouie dans l’impensable imposa sans doute avec plus d’acuité encore ce caractère d’exception d’où découlent des choix à la fois théoriques et méthodologiques. L’« intrigue » revient, d’une certaine manière, à soumettre la thèse d’Élias à l’épreuve de la continuité dans la rupture et s’interroger sur ce qu’on peut appeler « les ruses de la violence » : paradoxalement, peut-on voir dans la violence la manifestation en acte du procès de pacification ?

14Dans cette perspective, trois directions de recherche ont guidé notre analyse des mécanismes de retour à l’ordre dans et par le désordre :

  1. La dynamique de la violence protestataire. Des signes de dépérissement devraient déjà être décelables à l’apogée de la contestation et se manifester dans les pratiques mêmes de violence ; qu’ils s’y traduisent par un écart notable entre la violence dite et la violence exercée, ou par une dynamique contrôlée, voire ritualisée des actes violents, etc.
  2. Les mécanismes de contrôle social. La modération de la violence relèverait davantage d’un dispositif intériorisé de censures que de contraintes exogènes directes, c’est-à-dire d’un déplacement du mode de contention des affects de l’extérieur vers l’intérieur du groupe considéré.
  3. La délégitimation du recours à la violence. Elle se serait effectuée par vagues successives de défection militante au fur et à mesure que se rapprochait l’échéance du « passage à l’acte », au point que celui-ci soit devenu totalement déréalisé ou finalement résiduel, au vu du nombre initial de postulants.

15Énigmatique, ce parcours paradoxal qui, partant d’une exaltation de la violence, aboutit à son rejet, l’est à plusieurs titres.

  • 10 C’est au début du siècle que se posera la question, au sein du mouvement ouvrier, de savoir si les (...)

16Il soulève d’abord, quoiqu’indirectement, un problème historique, celui du dépérissement de l’idée révolutionnaire, dont les événements de la fin des années soixante constituent à ce jour les ultimes soubresauts. C’est peu dire, en effet, que les groupes d’extrême gauche cherchent alors à réactiver les deux concepts-clés de la révolution prolétarienne formulés voici un siècle : celui de la classe ouvrière comme sujet central et celui de la violence légitime10. En ce sens, ils se posent en héritiers fidèles de la tradition marxiste-léniniste déjà pervertie, à leurs yeux, par les thèses khrouchtcheviennes sur la coexistence pacifique, soutenues par les partis communistes occidentaux. Leurs soupçons de trahison à l’encontre des organisations officielles du mouvement ouvrier ne font que se renforcer devant l’évolution des grèves ouvrières à l’apogée du mouvement : mai 1968 en France, septembre 1969 en Italie. Les syndicats majoritaires ne s’étaient-ils pas employés à éteindre le « feu de la révolte » au lieu de l’étendre ? Et les partis communistes n’avaient-ils pas « sacrifié » une situation potentiellement révolutionnaire au nom d’intérêts électoraux ?

17Suivant une telle grille d’analyse, la stratégie des groupes d’extrême gauche sera dès lors guidée par un objectif : offrir aux luttes ouvrières un projet politique alternatif à celui proposé par les « réformistes », c’est-à-dire susceptible de ramener la classe ouvrière à sa mission historique. La concurrence en filiation révolutionnaire qui s’engage alors va se jouer essentiellement (d’abord en Italie) sur le terrain symbolique des signes condensateurs de sens, de l’agit-prop et des discours : ouvriérisme, exercices de légitimation de la violence. Cette dynamique foisonnante en gestuels, emblèmes, « coups » issus du répertoire classique du mouvement ouvrier confère aux années 68 la dimension d’un raccourci historique, d’un accéléré des phases révolutionnaires non dépourvu de théatralité. Comment interpréter ce revival ? Faut-il y voir, sous forme d’un « retour aux sources » salvateur, une sorte de résistance à l’essoufflement des croyances, une crispation ultime avant leur effondrement ? Par son échec, le gauchisme aura-t-il été, comme beaucoup le soutiennent, un des vecteurs du déclin du marxisme, voire son fossoyeur, ou en fut-il l’un des symptômes et, peut-être, la victime annoncée ?

18Pour le sociologue ou le politiste, la période entraîne également une interrogation majeure, à savoir les conditions d’acceptation et de perpétuation de l’ordre politique et social, lequel repose sur la préservation du monopole étatique de la violence légitime. Tout mouvement social de quelque envergure amène à réfléchir sur les mécanismes de rupture du consensus, mais aussi sur la mise en place de nouvelles formes de socialisation et de sociabilité. Son intelligibilité est d’autant plus pressante qu’il menace l’ordre public, voire lance un défi à l’autorité de l’État jusqu’à en ébranler le monopole de la violence, comme ce fut le cas virtuellement en France, dans les faits en Italie.

19De ce point de vue, la dernière salve de contestation violente que représentent les années 68 est particulièrement intéressante à analyser, tant elle bouscule les schèmes interprétatifs jusque-là appliqués aux phénomènes de rébellion, révoltes ouvrières du XIXe siècle ou banditisme social. Elle surprend par sa naissance tout d’abord, difficilement intelligible dans un contexte où il n’est question que d’« embourgeoisement de la classe ouvrière » et de « fin des idéologies » au sein d’une société de consommation consensuelle. Sa dynamique n’est pas moins déroutante, marquée qu’elle est par l’emballement de la violence alors même que le fonctionnement routinier de nos démocraties semblait suffisamment bien ancré pour offrir rapidement un débouché pacifique à la crise. Mais c’est sans doute par son issue que le mouvement acquiert toute son étrangeté ; une issue plus soudaine encore que ne l’avait été le flux contestataire, un effondrement insolite, un subit retour à la normale qui rend aujourd’hui l’épisode presque irréel. Celui-ci devient plus troublant encore lorsque l’on en considère les conséquences ou, mieux, les suites qui, à en rester au plan strictement politique, sont caractérisées à la fois par une certaine relégitimation des élites et une dénonciation accrue de l’idéologie marxiste à laquelle les ex-activistes ne sont pas, loin s’en faut, étrangers.

  • 11 Georges Balandier, Sociologie des mutations, Paris, Anthropos, 1970, p. 16. Souligné par l’auteur.

20La période considérée présente ainsi un caractère charnière et ambivalent : commencée par une contestation globale, unique depuis la dernière guerre, qui favorise la réactivation de l’idéologie révolutionnaire, elle se clôt par un retour spectaculaire des acteurs vers la « sphère privée » et leur désenchantement souvent hostile vis-à-vis de la pensée marxiste. Tout en mobilisant des références et un discours hérités du siècle dernier, elle préfigure des valeurs et des thèmes revendicatifs inédits qui se retrouveront, plus tard, dans ce qui sera appelé les « nouveaux mouvements sociaux ». Elle renvoie de la sorte à une « sociologie des mutations », c’est-à-dire à l’étude des « changements qui assurent le passage d’une structure sociale à une autre11 ».

21Par cette temporalité singulière qui nous lie aujourd’hui à elles, les années 68, proches objectivement si on les rapporte au « temps historique », étrangement lointaines dans leurs représentations subjectives, restent paradoxalement méconnues, voire occultées. Leur mémoire est pour l’essentiel reléguée au grenier des anecdotes et des clichés désuets, favorisant un processus d’exorcisation d’une période qui, pour être importante et reconnue comme telle, n’en est pas moins déchue ou, en tout cas, fondamentalement tue. Les années 68 méritent sans doute de sortir de leur ostracisme. Si cette (re) prise de parole emprunte ici le chemin du renouveau révolutionnaire dans son orientation violente, ce n’est pas que nous considérions que leur signification s’épuise ou se résume à la violence mais, plus simplement, parce que la perspective ainsi adoptée nous semble susceptible de recouvrer les rêves, les références, l’imaginaire d’une époque incontournable pour la compréhension du temps présent.

22L’ouvrage s’articule en trois parties. La première vise à resituer le mouvement « gauchiste » dans son contexte historique, national comme international, afin de comprendre les conditions d’émergence d’un utopisme violent et les principes de structuration des différentes organisations. Après cette présentation liminaire, nous nous intéresserons à l’entreprise de mobilisation de l’extrême gauche en faveur du recours à la violence révolutionnaire : modes de légitimation théorique et agit-prop violente.

23Dans une deuxième partie, nous proposerons un modèle explicatif global des dynamiques contrastées de la violence en France et en Italie. Si des causes identiques sont à l’œuvre dans l’échec des mouvements contestataires de part et d’autre des Alpes, elles se font en effet sentir suivant une temporalité et une gradation différentes. Totalement idéalisée en France, l’alliance ouvriers/intellectuels peut, durant quelques années, faire illusion en Italie. Cette divergence fondamentale sera interprétée au regard de la composition de classes dans les années soixante et surtout à la lumière de l’histoire du mouvement ouvrier dans les deux pays. De la même manière, une sociologie historique de l’État, ainsi que l’analyse de la configuration politique de l’époque considérée – réactions de l’État à la contestation, perspectives d’alternance politique – permettront de comprendre en quoi le passage à la violence politique était facilité en Italie.

24Enfin, la troisième partie analysera les étapes et modes de sortie de l’extrémisme. À des degrés et des rythmes différents, on observe, en France et en Italie, une contraction de l’espace contestataire qui passe d’abord par une mise en discussion de la légitimité du recours à la violence. Le référent de la guerre révolutionnaire renié, voire abjuré, les organisations d’extrême gauche s’acheminent soit vers l’auto-dissolution, soit vers un changement de ligne qui les conduisent à accepter les règles du jeu démocratique.

Notes

1 Howard S. Becker, Outsiders (1963), Paris, trad. Métailié, 1985, p. 49-50.

2 Les recherches sur la violence, en particulier durant ces années, s’intéressent en effet presque exclusivement aux raisons du passage au terrorisme.

3 Yves Michaud, Violence et politique, Paris, Gallimard, 1978, p. 97-102. Un « embrayeur » est, selon la définition de Roman Jakobson, « un symbole associé à l’objet représenté par une règle conventionnelle [et] en relation existentielle avec l’objet qu’il représente » (in Essai de linguistique générale, Paris, Éd. de Minuit, 1969, p. 178-179).

4 Dans Why Men Rebel, Ted Gurr définit ainsi la violence collective : « Toute attaque collective, lancée à l’intérieur d’une communauté politique, dirigée contre le régime politique, ses acteurs – les groupes politiques en compétition aussi bien que les représentants du pouvoir en place –, ou ses politiques. » (Princeton, Princeton University Press, 1970, p. 3-4).

5 Ted R. Gurr et H. D. Graham, Violence in America, New York, Signet Books, 1969, p. XVII.

6 Ted Honderich, Political Violence, London, Institute of Commonwealth Studies, 1982, p. 1.

7 Paul Wilkinson, Terrorism and the Liberal State, London, Macmillan, 1986, p. 30.

8 H. L. Nieburg, La violenza politica (1969), trad. Napoli, Guida ed., 1974, p. 19.

9 Cf. en particulier Norbert Élias, La dynamique de l’Occident (1969), trad. Paris, Hachette, 1973.

10 C’est au début du siècle que se posera la question, au sein du mouvement ouvrier, de savoir si les ouvriers ont besoin, pour prétendre devenir une « classe pour soi », d’un aiguillon extérieur : les intellectuels. Il appartiendra à Lénine de s’employer à trancher le débat par sa théorie du parti et de chercher, parfois avec difficultés, à l’imposer : la conscience de classe socialiste requiert une conscience adjugée, « un élément importé du dehors dans la lutte de classe du prolétariat », affirmera-t-il dans Que faire ? (rééd. Pékin, éd. en langues étrangères, 1974, p. 98). La structure de notre thèse, dont est partiellement issu le présent ouvrage, rend compte de cette interrogation historique, en axant la recherche d’un côté, sur les manifestations de violence de la classe ouvrière, de l’autre sur celles de l’extrême gauche, composée essentiellement d’étudiants et d’intellectuels. Cf. Isabelle Sommier, La forclusion de la violence politique : ouvriers/intellectuels en France et en Italie depuis 1968, Thèse de doctorat de Science Politique, Paris I, 1993, texte ronéotypé.

11 Georges Balandier, Sociologie des mutations, Paris, Anthropos, 1970, p. 16. Souligné par l’auteur.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search