Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musique et politique

 | 
Alain Darré

Deuxième partie. Identités en musique

14. La musique cajun, musée musical ou ciment identitaire ?

Gérard Herzhaft

Texte intégral

1Comme toutes les musiques du Sud des États-Unis, la musique des Cajuns de Louisiane a reflété les aspirations et les transformations de la société de ces francophones exilés au cœur des bayous. Longtemps méprisée, rejetée et ignorée par le reste de l’Amérique, notamment le Nord, la culture musicale cajun est aujourd’hui reconnue, appréciée et même « mise en scène » pour une exploitation touristique ! Davantage ! La musique Cajun est pratiquée dans le monde entier : de la Hollande à l’Australie, des groupes de jeunes gens séduits par cette forme de musique populaire, simple, rythmée et dansante, interprètent avec l’accent les vieilles chansons imaginées par les francophones des bayous un siècle auparavant !

Les Cajuns, Français des bayous

2Rappelons rapidement quelle fut l’aventure rocambolesque des Cajuns.

3La France et l’Angleterre, en lutte pour la possession de l’Amérique du Nord, aux XVIIe et XVIIIe siècles n’avaient, de toute évidence, pas les mêmes objectifs stratégiques. Seuls, les Anglais discernaient qu’à long terme la main mise sur un continent si vaste, si peu peuplé et, en fin de compte, si riche de possibilités valait un effort militaire, migratoire et financier. Chacune des guerres perdues par les Français contre les Anglais devenait l’occasion pour les sujets de Sa Majesté de réclamer une partie du continent nord-américain peuplé de Français. Ceux-ci, soulagés de n’avoir qu’à céder quelques « arpents de terre vierge », s’exécutaient presque de bonne grâce.

4Le Traité d’Utrecht signé en 1713 entérine l’abandon aux Anglais des Provinces Maritimes du Canada, appelées alors Acadie. Ce territoire était peuplé d’environ 15 000 Français essentiellement originaires de la région du Poitou et de la Saintonge. La France n’avait jamais eu beaucoup d’attentions pour ces territoires neigeux. Sur place, le gouverneur français ne disposait que de soixante hommes d’armes !

5Les Anglais appliquent à l’Acadie le même traitement de fer que celui en pratique dans leurs autres colonies reconquises sur les Français ou sur les Espagnols : un seul roi, une seule religion, une seule langue. Or, les Acadiens sont farouchement attachés au catholicisme et au français. Accrochages, conflits, coups de main se multiplient entre Acadiens et Anglais jusqu’au moment où, en 1755, le gouverneur Lawrence décide de déporter en masse les Acadiens. Rassemblés dans des forts ou des églises transformées en véritables camps de concentration, les habitants francophones de l’Acadie sont embarqués sur quarante-six navires et disséminés sur les ports des côtes américaines, encore possessions anglaises.

6Cet événement dramatique est resté dans les mémoires comme Le Grand Dérangement. Il a touché environ 10 000 personnes ! Si certains, une fois à terre, ont pu retourner en Acadie de manière clandestine, si d’autres relativement bien accueillis par les colons déjà majoritairement anti-britanniques ont fait souche sur place, une partie des Acadiens déportés ont tout simplement entrepris le voyage un peu fou à travers les Appalaches pour rejoindre la Louisiane, vaste bande de terre s’étendant du Golfe de Mexique au Lac Michigan, encore possession française.

7L’accueil des habitants de La Nouvelle Orléans, « petit Versailles », stylés, jouant aux aristocrates de vieille souche, parlant un français châtié, guettant les dernières fantaisies de la mode parisienne, est plus que mitigé. Que faire de ces coureurs des bois hirsutes, maniant hache et coutelas et parlant un patois souvent incompréhensible ? Que faire de ces « cousins » encombrants, à l’affection excessive, bagarreurs et ivrognes, laboureurs et chasseurs ? Ils acceptent sans difficulté l’idée d’aller peupler les marécages de l’Ouest, les bayous. On les dote d’équipement et reçoivent l’autorisation de défricher et posséder les terres, ainsi qu’un contingent d’esclaves noirs, vite affranchis, les Zaricots - parce qu’ils mangeaient plus ce légume que de la viande ! —. Avec le temps et l’américanisation, les Acadiens deviendront les Cayens puis les Cajuns et les Zaricots les Zydecos.

8Isolés dans leurs bayous, les Cajuns ont pour idéologie de résister aux « maudits anglais ». La vente de la Louisiane à la jeune république américaine passe presque inaperçue. Les Cajuns résistent aux Américains durant tout le XIXe siècle. Le pays Cajun — l’Acadiana autour de la bourgade de Lafayette - devient une sorte de Fort Bayou malgré une pression linguistique et culturelle anti-francophone considérable. Aujourd’hui encore, aucun Cajun d’âge moyen qui ne se souvienne des brimades pour « parler blanc », c’est-à-dire en anglais. Mais la langue du peuple est restée ce patois français, de plus en plus teinté d’américanismes, pétri de néologismes, s’éloignant du français de France mais délibérément et farouchement anti-anglais.

La musique, l’âme du peuple cajun

9Illettrés, les Cajuns ont fait de leurs pratiques musicales, de leurs danses, de leurs histoires que l’on se raconte de génération en génération et de leur style de vie — une certaine nonchalance, un goût prononcé pour une gastronomie recherchée - ainsi, bien sûr, que de la religion catholique l’essence même de leur identité. La musique représente sans doute le plus le cœur de leur âme : toute l’histoire et la vie du monde cajun se reflètent dans les bals du samedi soir. Ces fais do-do — parce que, à l’étage de la salle de bal, une grand-mère couche les enfants que lui ont confiés les danseurs parents - sont l’occasion d’une véritable « messe » profane, une mise en commun de tous les problèmes de la semaine, une évacuation cathartique de l’isolement et des brimades de l’« autre » société — l’américaine, c’est-à-dire l’anglaise - une manière de résumer ce qui fait qu’on est Cajun. À grands renforts de jeux de piste où il ne faut pas « lâcher la patate », de square dances, de gigues et de two-steps, de valses et de rondes on est ensemble, on est unis. Le gumbo et le jambalaya, l’alcool qui coule à flots... et laissons le bon temps rouler !

10Mais qu’est-ce que cette musique cajun ?

11Si certains exégètes ont voulu retrouver dans la musique des Français de Louisiane une forte partie des traditions populaires de Saintonge et du Poitou, cette théorie ne résiste pas à une écoute sérieuse. En fait, la musique cajun est — comme toutes les musiques sudistes américaines - née dans cette région, en Amérique même et elle est le résultat de l’agglomérat de nombreuses influences. À un substrat français - déjà longuement maturé en Acadie canadienne cependant —, il faut ajouter les sons des musiques irlandaises et écossaises, de certaines ballades venues du vaudeville — ce théâtre populaire américain au XIXe siècle dont l’influence sur toutes les musiques sudistes est bien plus importante qu’on ne l’imagine —, les sensibilités musicales des Noirs, notamment une très forte influence du blues — les blue-notes abondent dans nombre de thèmes cajuns. Il faut ajouter des sonorités venues du jazz et du Rhythm & blues de La Nouvelle Orléans, plus qu’une touche des musiques des Caraïbes, un zeste de musique norteno des Mexicains du Sud Texas ou du Nord Mexique. Enfin, on ne saurait sous-estimer l’impact qu’ont eu les colons germaniques venus dans ces régions du Sud-Ouest américain durant le XIXe siècle. Ils y ont amené valses, polkas et une pratique dominante de l’accordéon.

12Ce patchwork de sons et de gammes n’est pas surprenant. Il constitue — sous d’autres formes - la base de toutes les musiques sudistes américaines : blues, Country Music puis Rock n’Roll, Gospel... même le jazz ! Il faut souligner que, partout dans le Sud, la musique est un facteur de ciment communautaire, une parole, un des principaux vecteurs qui définit la culture d’un groupe. Le blues est la musique des communautés noires ; la Country est celle des petits blancs... « Stay Country » est souvent entendu parmi les musiciens, le public... On n’imagine pas un instant entendre quelqu’un à New York lancer : « Stay Broadway ! ».

13La musique Cajun, ferment de culture et d’identité fait partie de l’ensemble musical sudiste. Si elle n’est certainement pas « française » dans sa composition et sa diversité, elle est indubitablement « cajun » et, comme telle, elle est instantanément reconnaissable.

La musique cajun entre résistance et assimilation

14La musique Cajun a fidèlement suivi (et parfois précédé) l’évolution du monde Cajun.

15Le répertoire de base de la musique cajun s’est constitué dans la deuxième partie du XIXe siècle durant les fais do-do. Allons à Lafayette, Jole Blonde, Lâche pas la patate, Le vieux saoûlard et sa femme existaient au moment où les compagnies de disques — fortes de leurs succès avec les musiques ethniques sudistes comme le blues, la Country Music, le Gospel ou celle des cow boys de l’Ouest— les ont enregistrées à partir de 1928. On peut raisonnablement penser que ces thèmes, qui selon toute vraisemblance avaient déjà plusieurs décennies d’existence, ont malgré tout évolué sous l’influence du disque.

16Car le disque va être un facteur très important d’échanges musicaux dans tout le Sud. À partir de l’instant où on peut sur son Victrola écouter n’importe quel musicien ou chanteur de n’importe quel lieu, genre ou communauté, les emprunts vont être considérables. Cela est d’ailleurs attesté par tous les musiciens qui ont été interviewés.

17À cela, il faut ajouter de nouvelles aspirations du monde Cajun ainsi qu’une formidable tentative de raboter les différences au moment de l’ère de Roosevelt. « Une seule Amérique, un seul américain » tel est le slogan affiché dans les écoles de la Dépression. Le Cajun, déjà guère « considéré » par ses voisins américains anglophones, apparaît comme le survivant d’une époque révolue, comme le dépositaire d’une culture sans avenir. Le français est un facteur de sous-emploi, d’ignorance, de « non-américanisme ». Et si, aujourd’hui, de nombreux intellectuels se plaignent du « génocide » culturel de l’époque rooseveltienne, durant les années 1930, une grande partie des francophones de Louisiane ont embrassé cette idéologie. C’était effectivement pour eux l’occasion de recoller au reste de l’Amérique. En outre, l’exploitation pétrolière battait son plein en Louisiane, amenant de très nombreux migrants du reste des États-Unis, notamment encore une fois des États du Sud. Ceux ci apportaient les sonorités de la Country Music et voulaient en entendre. Les musiciens cajuns allaient composer pour eux, allaient composer avec eux.

18Dès le début des années trente, la musique traditionnelle cajun n’est plus enregistrée. Elle laisse la place à des produits hybrides : Country Cajun, Cajun Swing puis Swamp Pop. Cela permet aux musiciens cajuns de connaître un certain succès au-delà des frontières bien étroites de la Louisiane francophone. Certains font même carrière à Nashville. Ils diluent encore plus leur musique, certes. Mais ils y apportent aussi plus qu’une touche des sonorités et du mode de vie des Cajuns.

19Ce rapprochement des Cajuns blancs de la Country Music provoque un rapprochement similaire des Noirs francophones vers les musiques qui qualifient l’âme noire : blues, Rhythm & Blues... Il faut noter qu’avant la guerre, il existait une forme de danse et de musique noires Cajun - racisme et ségrégation obligent - mais celle-ci, qualifiée de « musique créole » est assez peu différente du reste de la musique Cajun. Même les intonations bluesy ne sont pas propres aux Noirs. Mais, après la Deuxième Guerre, les Noirs francophones ne veulent pas se reconnaître dans le Country Cajun. Ils créent le Zydeco. Celui-ci s’éloigne du reste de la musique cajun par une utilisation du rythme différente mais, de plus en plus, au fur et à mesure du combat antiségrégationniste le Zydeco devient une lecture louisianaise à fort parfum Cajun des musiques noires à la mode (Soul, Funk, Dance, Disco...).

20Assimilation ?

21Le monde Cajun oscille bientôt entre la tentation « moderniste » et celle d’un retour à la tradition. Paradoxalement, sur le plan musical, c’est l’œil et l’oreille nordistes — avec le folk boom des années soixante — qui fait prendre conscience aux Cajuns de la richesse de leur musique. Soudain, les disques traditionnels sont à la mode et se vendent au public étudiant nordiste et dans le reste du monde. Les vétérans de ce style cantonnés dans d’obscurs fais do-do depuis des années reprennent le chemin des studios. Les Balfa, D.-L. Ménard, Nathan Abshire font de surprenantes carrières !

22Dans la foulée, de jeunes cajuns décident de « retrouver le français ». Sur le plan musical, Michael Doucet, un superbe violoniste, crée le groupe Beausoleil, d’essence folk. Mais peut-on en 1980 ressusciter un passé musical sans être autre chose qu’une copie ? En fait, le brio de Beausoleil et des nombreux autres groupes Cajun traditionalistes ne doit pas masquer le fait que leur musique se veut « Cajun » mais qu’elle est surtout d’esprit et souvent de nature folkloriques.

La musique cajun aujourd’hui et demain ?

23On présente généralement la « naissance du Rock n’Roll » comme la rencontre des musiques blanches et noires pour la première fois au milieu des années cinquante.

24Cette image d’Épinal ne résiste pas à une analyse même rapide ! En effet, le Sud des États-Unis a toujours été un lieu de confrontation mais d’échanges, de symbiose, de synthèse, un melting-pot entre les différents peuples qui composent la mosaïque humaine sudiste. Le blues, né dans les communautés noires rurales du Mississipi ou de l’Arkansas, est pétri d’influences irlandaises, espagnoles, Peaux-Rouges. La Country Music des Appalaches est pleine de sonorités apportées aux États-Unis par les esclaves africains... La musique Rock n’Roll existait d’ailleurs plus ou moins depuis les années trente. Dans les années cinquante, la musique sudiste, jusqu’alors négligée et méprisée par les Yankees murés dans leur supériorité WASP, a soudain émergé comme une musique populaire et commerciale de toute l’Amérique. Puis, plébiscitée dans le monde entier, la musique sudiste est devenue la musique américaine. Mais, ce faisant, devenant musique internationale, la musique sudiste a perdu une partie, peut-être une grande partie, de sa signification identitaire réelle. Le blues dans l’amphithéâtre de Vienne ou sur la scène d’un festival en plein air américain veut-il dire la même chose que lorsqu’il était joué par un Noir du Mississipi dans un juke-joint graisseux ?

25La musique Cajun a suivi la même évolution que les autres traditions sudistes. D’ailleurs, elle était trop liée à ces dernières pour qu’il pût en être autrement. Le mouvement de revival, retour à la tradition, est largement un phénomène de mode. Il s’agit essentiellement de reconstruire une image d’un monde Cajun rural idéalisé, figé dans une période et une façon d’être qui ont largement disparu. Bien entendu, cela permet à des vétérans de terminer leur carrière de façon honorable dans des restaurants pour touristes ou sur les scènes de festivals du monde entier et cela n’est pas négligeable. Cela permet aussi à des musiciens de talent comme Doucet de vivre d’une musique acoustique, à sonorités traditionnelles, hors du courant un peu écrasant du Rock. Mais être unplugged signifie-t-il être authentique ? Le retour aux musiques sudistes traditionnelles qui les embrasse toutes est certainement sympathique, générateur de bons disques et de concerts intéressants mais il ne représente, à notre sens, plus grand’chose en ce qui concerne le lien communautaire. Cette fonction est largement passée. Même s’il persiste un peu partout un parfum de ce qui fût. C’est ce parfum qui enivre le public urbain américain et international, une bonne odeur de terre grasse, bien écologique, bien romantique, bien marketée en fin de compte aux préoccupations commerciales d’aujourd’hui. Il n’est en effet pas sûr que le vrai fumet Cajun eût réellement beaucoup séduit le public actuel. La mise en place d’un Cajunland sur le modèle d’Opryland à Nashville et de Disneyland drainera encore davantage de touristes. Fera-t-il autre chose que donner une idée aseptisée de ce que fut le monde Cajun ?

26Celui-ci a beaucoup changé. Même si on trouve encore de nombreux fais dodo juteux, le pétrole et les médias, l’immigration d’anglophones et l’émigration des francophones vers la Californie, les changements inévitables d’un monde rural qui n’est pas davantage préservé que les autres font qu’on a beau proclamer sa fierté d’être Cajun, il y a aujourd’hui davantage du musée musical dans les bayous que d’une tradition musicale communautaire et identitaire. Seul, le Zydeco semble avoir échappé à ce mouvement. Lui aussi très populaire en Louisiane comme ailleurs dans le monde, le Zydeco en collant au reste de l’Amérique noire accompagne son évolution musicale. Il est aujourd’hui bien plus tourné vers le Funk voire le Rap que vers la vieille musique créole ou le blues de ses origines. Il est aussi essentiellement anglophone. Même si l’accordéon dominant et un certain accent témoignent que cette musique vient des bayous.

27La pratique de la musique Cajun par d’innombrables orchestres un peu partout dans le monde est certainement un phénomène assez stupéfiant. Et certains des plus réputés viennent de Hollande. La joie de vivre, le rythme, l’ambiance des fais do-do ont séduit jusqu’au point d’embrasser la musique et le patois avec l’accent. Ce succès Cajun - qui là aussi n’est qu’une partie d’un ensemble : c’est le succès international de toutes les musiques sudistes - est-il un signe de la bonne santé de la musique identitaire Cajun ? Bien sûr que non. Il s’agit de la reconnaissance internationale d’une tradition assez forte et juteuse pour avoir séduit la planète entière ou presque.

28En même temps, ne nous y trompons pas. Lorsqu’une musique sort de son terreau initial pour devenir internationale, elle perd une partie de sa signification première. Mais en même temps elle y gagne la dimension d’un message universel. D’une certaine façon, elle en devient une musique de répertoire, une musique classique.

29Si aujourd’hui, à Amsterdam, Rennes, New York, Rome ou Prague, des jeunes gens pratiquent à la lettre la musique élaborée par les Cajuns des bayous des générations auparavant, c’est que malgré tout le message véhiculé par cette musique était suffisamment fort pour être entendu. Y compris par des gens qu’a priori, rien ne prédisposait à écouter la complainte des Acadiens déracinés, réfugiés dans leurs marécages et résistant coûte que coûte aux maudits anglais.

SOURCES DISCOGRAPHIQUES

30CAJUN : LOUISIANE 1928-1939. Frémeaux & Associés FA 019.

31LE GRAND MAMOU : A CAJUNMUSIC ANTHOLOGY, 1928-1941. Country Music Foundation, CMF 013.

32FAIS DO-DO : CAJUN DANCE PARTY. Sony Columbia CK 46784.

33ZYDECO BLUES. Flyright CD 36.

34J’AI ÉTÉ AU BAL, Vol. 1 et 2. Arhoolie ARCD 331/332.

Bibliographie

SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES

Barry Jean Ancelet, Musiciens cadiens et créoles, University of Texas, 1984.

John Broven, South to Louisiana, New Orléans, Pelican, 1983.

Patrick Griolet, Cadjins et Créoles, Genève, Payot, 1986.

Gérard Herzhaft, « La musique Cajun et zydeco », in Écouter/Voir, n° 6, 1990.

J.-W. Lapierre & M. Roy, Les Acadiens, PUF, Que Sais-je ?, 1983.

Robert Sacre, Musique Cajun et musiques noires en Louisiane francophone, Université de Liège, 1989.

Robert Sacre, Musiques Cajun, créole et zydeco, PUF, 1995.

John Smith-thibodeaux, Les Francophones de Louisiane, Entente, 1977

Irène Whitfield, Louisiana French Folk Songs, Hebert, 1939.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540