Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musique et politique

 | 
Alain Darré

Deuxième partie. Identités en musique

Les « partitions » de l’identité

Alain Darré

Texte intégral

  • 1 Malek Chebel, La formation de l'identité politique, Paris, PUF, 1986.
  • 2 Claude Lévi-strauss, (SOUS la direction de), L'identité, Paris, Grasset, 1977, p. 331.
  • 3 Ibidem, p. 332.
  • 4 Denis-Constant Martin, « Le choix d'identité », Revue Française de Science politique, vol. 42, n° (...)

1Le concept d’identité apparaît aujourd’hui comme une notion centrale de nombreux travaux de recherche en sciences humaines et plus généralement comme une référence quasi-obsessionnelle dans les discours des acteurs sociaux. Faut-il voir les effets du dernier paradigme à la mode ou l’émergence d’un véritable concept opératoire ? Outil utilisé aussi bien par les psycho-sociologues que par les historiens ou les anthropologues, il semble souffrir de surcharge sémantique car, à force de vouloir trop signifier, il risque de ne plus rien signifier comme en témoigne notamment le travail d’élucidation entrepris par Malek Chebel1. Claude Lévi-Strauss souligne quant à lui que « l’identité se réduit moins à la postuler ou à l’affirmer, qu’à la refaire, la reconstruire2 ». C’est donc moins la question de son existence qui se pose que celle de sa constitution, des conditions de sa production-reproduction. Plus loin, il ajoute que l’identité n’est en fait qu’« une sorte de foyer virtuel3 » invitant l’observateur à considérer qu’en la matière tout événement est aussi, selon la formule de Michel Foucault, un « avènement ». Nous voici donc aux prises avec un concept spongieux, si multiforme qu’il appelle une approche surplombante, comme celle proposée par Denis-Constant Martin définissant l’identité comme « un construit évolutif qui vient donner du sens et de la valeur (positive ou négative) à une relation ou à un ensemble de relations4 ». On comprend dès lors qu’il ne saurait y avoir de définition ontologique d’une identité qui n’existe pas en dehors de l’usage qui en est fait et de l’action sociale dans laquelle elle s’insère. L’identité n’a de sens qu’en tant que processus inséré dans des dynamiques sociales et articulé autour de pratiques et de discours tournés tout autant vers la définition d’un « nous » qu’adressés à l’altérité. L’identité désigne en effet simultanément ce qui vit et ce qui sépare.

  • 5 Les marqueurs culturels peuvent aussi avoir une dimension répulsive pour une fraction de la commun (...)

2Les musiques et chants évoqués dans les chapitres qui suivent relèvent bien du registre de ces récits identitaires constituants, générateurs d’une recomposition des perceptions de la réalité sociale. En mettant en œuvre un travail de rassemblement (d’identifiants culturels et de récepteurs), célébration, diffusion de symboles, les musiques peuvent en effet servir de support d’identification voire de véritable totem identitaire. Les exemples basque, breton, corse, andalou, capverdien et cajun sont de ce point de vue significatifs. Ils incarnent les déclinaisons musicales d’un discours identitaire. La mise en scène de la communauté passe ici prioritairement par l’expressivité de marqueurs culturels spécifiques (instrumentalisation, style musical, langue...)5 traversés par de multiples stratégies d’innovation/reproduction et dont la sociologie des identités a pu montrer la plasticité.

  • 6 Benedict Anderson, L'imaginaire national, réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, Par (...)
  • 7 Pierre Bourdieu, « Décrire et prescrire, note sur les conditions de possibilité et les limites de (...)
  • 8 Roland Marchal, « Les temps de la violence et de l'identité », in D.-C. Martin, Cartes d'identité, (...)

3C’est du reste cette fluidité des pratiques, comme celle du sens qu’on leur attribue et des symboles qui y sont rattachés, qui permet aux entrepreneurs identitaires (artistes, élites...) de produire complémentairement et souvent indistinctement un discours sur l’identité. Par habillage idéologique de l’identité ou par son instrumentalisation pure et simple, ces entrepreneurs assurent le glissement du registre culturel vers le politique. Le premier cas de figure bien illustré par le Reggae, le Calypso, la Salsa ou le Zouk montre l’usage politique de pratiques musicales qui, par la conscientisation communautaire qu’elles génèrent, peuvent apparaître comme des ferments de mobilisation sociale, des grammaires pour l’action collective. Chanteurs et musiciens sont alors les vecteurs d’une communauté qui s’imagine6, se projette dans un univers social redéfini, certes plus émotionnellement que rationnellement, mais qui peut néanmoins « renforcer “la prétention à exister”, comme disait Leibniz, d’un événement, en déterminant les agents à s’y préparer7 ». Le second cas de figure renvoie pour l’essentiel au bricolage identitaire opéré par des élites politiques ou culturelles qui, dans une visée d’appropriation du référent, déterminent des stratégies de définition et des manœuvres frontalières d’inclusion/exclusion8. Les oppositions entre « gitanistes » et « andalousistes » à propos du Flamenco comme les débats autour de « l’invention » des musiques traditionnelles ou les effets d’une certaine institutionnalisation sur le Rap, témoignent de cet enjeu.

  • 9 Denis-Constant Martin, Aux sources du Reggae, Roquevaire, éd. Parenthèses, 1982, p. 16.

4Ainsi, comme l’identité, « la musique peut être imprégnée d’idéologie — sans nécessairement être l’hymne d’une idéologie, ce qui n’est nullement pareil - mais aussi se prêter à manipulation idéologique9 ».

Notes

1 Malek Chebel, La formation de l'identité politique, Paris, PUF, 1986.

2 Claude Lévi-strauss, (SOUS la direction de), L'identité, Paris, Grasset, 1977, p. 331.

3 Ibidem, p. 332.

4 Denis-Constant Martin, « Le choix d'identité », Revue Française de Science politique, vol. 42, n° 4, août 1992, p. 583.

5 Les marqueurs culturels peuvent aussi avoir une dimension répulsive pour une fraction de la communauté attirée par les valeurs de groupes de référence distincts. Ce fut par exemple le cas dans les années 1960-1970 aux USA où les noirs des classes moyennes, pour bien marquer leur détachement à l'égard de leurs frères de race, rejetaient les Spirituals et les Blues. À la même époque, Denis-Constant Martin observe un phénomène similaire en Afrique du Sud où « chez les Blancs, comme dans 1'“élite” noire, la musique africaine est méprisée, considérée comme de la “country bumpkin music” (de la musique de cul-terreux) », in postface à l'ouvrage de David B. Coplan, In township; Musique et théâtre dans les villes noires d'Afrique du Sud, Paris, Nairobi, Karthala, Credu, 1992, p. 385.

6 Benedict Anderson, L'imaginaire national, réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, Paris, éd. La Découverte, 1996.

7 Pierre Bourdieu, « Décrire et prescrire, note sur les conditions de possibilité et les limites de l'efficacité politique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 38, mai 1981, p. 73.

8 Roland Marchal, « Les temps de la violence et de l'identité », in D.-C. Martin, Cartes d'identité, comment dit-on « nous » en politique ?, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1994, p. 185-205. L'auteur montre bien comment les hymnes du prophète Nver Ngundeng Bong, écrits au XIXe siècle, ont été réinvestis et instrumentalisés dans la guerre du Sud Soudan.

9 Denis-Constant Martin, Aux sources du Reggae, Roquevaire, éd. Parenthèses, 1982, p. 16.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540