Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La rébellion de 68

 | 
Louis Gruel

Deuxième partie. La conjoncture de rébellion

Chapitre VI. À propos d’une spécificité française

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 La résistance à la réduction des programmes d’assistance a été sensible dans l’impulsion, à partir (...)
  • 2 P. Bénéton et P. Touchard, 1970, op. cit.
  • 3 Il n’est, en revanche, pas exclu que les mouvements aient été favorisés par des problèmes universi (...)

1Avant d’approfondir l’analyse, et en particulier de tenter d’apprécier comment se sont articulés les effets d’âge, de statut, de génération et/ou de période, il peut être utile de rappeler que les révoltes étudiantes ont été internationales dans les années 60. Dans la plupart des pays combinant une économie de marché (plus ou moins régulée par les instances juridiques et politiques), une tradition industrielle, un haut niveau de développement technologique et des effectifs nombreux scolarisés dans l’enseignement supérieur, d’importants mouvements de contestation se sont propagés (presque simultanément) dans les universités. Lors de ces mouvements, qui apparaissent donc typiques de l’entrée des baby boomers dans l’enseignement supérieur, on a observé souvent un placement en première ligne des inscrits en philosophie et sciences humaines, presque toujours des phases d’action transgressant les règlements et lois au point de conduire les autorités à faire appel aux forces de l’ordre (notamment aux États-Unis, au Japon, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas), enfin, en règle générale, une combinaison de revendications spécifiquement liées aux études supérieures et d’engagements plus larges dans les domaines politiques et sociaux (par exemple, aux États-Unis, contre l’intégration d’appelés dans les contingents envoyés au VietNam, pour l’application effective des droits civiques de la population noire, contre l’abandon des programmes de résorption de la pauvreté1), ce qui a suggéré à des spécialistes anglo-saxons le label de students and environment oriented movements. On peut même relever que l’enchaînement – typique de la phase initiale du mouvement de Mai 1968 – d’une répression policière localisée mais brutale et d’une réaction étudiante d’ampleur nationale, associée à des témoignages officiels de solidarité professorale, a pu être observée avant et ailleurs, par exemple, en Allemagne, lorsqu’un manifestant étudiant a été tué par la police lors d’une manifestation de protestation, animée par les jeunes radicaux, contre l’accueil de hauts dignitaires d’un régime conservateur jugé particulièrement irrespectueux des droits de l’homme, celui du Schah d’Iran. Le mouvement du printemps 1968 en France, dans sa phase proprement étudiante, c’est-à-dire, approximativement, dans la première quinzaine de Mai, n’a donc guère été spécifique, comme cela avait d’ailleurs déjà été souligné, notamment, en dépit de leur bienveillance à l’égard des analyses de R. Boudon, par les politistes P. Béneton et J. Touchard : « … il semble difficile de soutenir que la crise universitaire – de même que l’idéologie et l’action des groupuscules – ait présenté en France des caractères fondamentalement différents de ceux qui se sont manifestés en même temps dans de nombreux pays étrangers. Ce qui est propre à la France, c’est que la crise de Mai 1968 s’est étendue avec une exceptionnelle rapidité à l’ensemble de la société2 ». Le caractère très largement commun des révoltes étudiantes des années 60 rend évidemment peu crédibles les interprétations fondées sur les spécificités du système universitaire français3, qu’il s’agisse de l’absence de système d’orientation (liée, selon R. Boudon, à l’inertie institutionnelle française, par opposition aux mécanismes mis en place dans l’université américaine) ou, a fortiori, des singularités académiques des étudiants, assistants et mandarins des « disciplines nouvelles », qui occupent une position stratégique dans la théorie de P. Bourdieu. Et il n’est guère plus vraisemblable que l’incontestable particularité française – l’entrée en lutte d’un très grand nombre d’acteurs non étudiants : ouvriers, employés et techniciens, professeurs et chercheurs, journalistes et artistes, etc. – puisse s’expliquer par la nature du mouvement étudiant en France ou par des similitudes sociales, de quelque ordre que ce soit, entre les salariés mobilisés et les étudiants rebelles.

  • 4 Voir, par exemple, A. Delale, G. Ragache, 1978, op. cit.
  • 5 Cf. Le savant et le populaire, Gallimard/Seuil, 1989, en particulier la 3ème partie.

2Sur ce dernier point, c’est-à-dire sur ce qui pourrait lier les propriétés du mouvement étudiant en France et la propagation de la rébellion à l’ensemble du champ social, R. Boudon ne se prononce pas, ou, plus exactement se borne à évoquer prudemment une analogie possible entre la situation d’anomie des étudiants et celle d’une frange des grévistes : les cadres employés dans les services de recherche des entreprises. En revanche, P. Bourdieu n’hésite pas à réduire le mouvement populaire à une « extension » de la rébellion étudiante, extension qui aurait été comme « orchestrée » par des affinités structurales, des « homologies » entre certaines catégories d’étudiants et certains groupes de salariés. Dans le « Moment critique », l’extension de la grève aux professionnels des institutions culturelles est rapportée à la frustration d’intellectuels non consacrés par le système d’enseignement, en faisant l’économie de toute observation relative aux mouvements sociaux effectifs (par exemple au rôle joué par le refus de la censure dans la mise en action des journalistes), et aussi en faisant l’hypothèse au moins implicite selon laquelle les journalistes, et les professionnels apparentés, seraient envieux des professeurs, en tout cas de leurs titres académiques. Cette curieuse supputation permet de procéder à une identification avec les étudiants frustrés dans leurs ambitions sociales, étudiants qui constitueraient, selon l’auteur, la base sociale de l’activisme. Quant à la mobilisation de quelques millions de travailleurs manuels, elle est traduite en termes de « déclassement structural » et d’« homologies de position » avec les étudiants, sans autre attestation empirique que quelques lignes consacrées, sur le mode approximatif, à l’exemple de jeunes déqualifiés (occupant des emplois de type manœuvre ou O. S. bien qu’ils soient détenteurs d’un diplôme d’enseignement général, d’un CAP, voire d’un baccalauréat), indépendamment d’ailleurs de toute observation relative à leur comportement effectif au printemps 1968. Or, pour s’en tenir aux seuls ouvriers qui ont été mobilisés le plus précocement, ou ont constitué des poches de résistance lors du reflux, les chroniques du mouvement rapportent un large éventail de situations4. Le traitement indifférencié, et comme à la hussarde, de mobilisations ayant engagé de jeunes O. S. de Renault à Cléon ou à Flins, des ouvriers qualifiés anarcho-syndicalistes de Sud-Aviation, des travailleurs souvent âgés de corporations menacées : mariniers du Pas-de-Calais ou ardoisiers ardennais, etc., rappelle inévitablement les critiques adressées par C. Grignon et J.-C. Passeron à la sociologie légitimiste des pratiques culturelles (illustrée notamment par deux publications de P. Bourdieu, « Anatomie du goût », Actes de la Recherche en Sciences sociales, n° 5, oct. 1976, et La Distinction, Minuit, 1979), en particulier « la raréfaction de l’information pertinente », l’émergence de l’« indifférence aux différences », lorsque la description va du sommet de la pyramide sociale vers la base populaire5. Il faut effectivement à la fois beaucoup de désinvolture à l’égard des données d’observation et non moins d’« ethnocentrisme universitaire », pour faire procéder la grève générale de la nature du mouvement étudiant. Plus radicalement, il faut adopter une posture de déni de l’histoire pour ne tenir aucun compte de la dynamique du mouvement lui-même, des effets de la dramatisation médiatique de l’affrontement initial, de la légitimation de la résistance étudiante par une instance représentative des enseignants du supérieur, du recours improvisé aux barricades dans un pays où elles symbolisaient les révolutions populaires du XIXe siècle, de la conversion intersyndicale de l’action étudiante en cause d’intérêt national, de la soudaine reculade d’un pouvoir dont l’autorité était jusque-là associée à la proclamation d’une fermeté inébranlable, de la résonance de cette reculade dans quelques entreprises combinant exceptionnellement une crise locale latente, un haut degré de concentration et d’organisation ouvrières et une marginalisation du PCF et de la CGT (c’est-à-dire des appareils entretenant une cloison physique et symbolique étanche entre agitation d’extrême gauche et mouvement ouvrier), enfin de la transformation des horizons et des enjeux induite par les premières occupations « sauvages » d’usine ainsi que par les dissidences au sein d’organismes de communication et d’établissements culturels. L’une des causes du mouvement, celle qui a vraisemblablement joué le rôle décisif dans la singularité des événements en France (dans le passage d’une révolte étudiante à une insubordination sociale d’extraordinaire ampleur), a été le mouvement lui-même, la succession d’événements ayant lézardé la légitimité de l’autorité publique, rendu la « nécessité » de l’ordre social plus incertaine, bousculé les frontières délimitant habituellement les changements perçus comme possibles, transformé les acteurs – leurs désirs, leurs croyances, leur vision du monde social, leurs relations à leurs pairs et à leurs supérieurs – en transformant leur environnement et en enclenchant des réactions en chaîne de « dissolution de l’allégeance intérieure ». Et, bien entendu, la grève générale a rétroagi sur le mouvement étudiant, bouleversé ses enjeux, rendu dérisoires des concessions gouvernementales qui, formulées une semaine plus tôt, eussent vraisemblablement mis un terme à la dissidence ; réévalué la signification des actions et des inactions politiques, la hiérarchie des préoccupations, les limites de l’avenir plausible ; favorisé une redéfinition des rapports entre activistes et ensemble des participants, métamorphosé des étudiants réformateurs en compagnons de route de l’extrême gauche, converti des manifestants occasionnels en activistes résolus ; annulé le mouvement étudiant en tant que tel (en tant que mouvement étudiant) et transformé les étudiants mobilisés en composante parfois distincte, parfois indifférenciée, d’un mouvement populaire entrecroisant préoccupations revendicatives et perspectives de changement politique plus ou moins radical. Elle a aussi, bien sûr, convaincu nombre de militants d’organisations gauchistes de devenir des révolutionnaires quasi professionnels (puisque le monde semblait « changer de base » et l’Histoire leur donner raison) ; les rébellions (re)font ceux qui les font.

Notes

1 La résistance à la réduction des programmes d’assistance a été sensible dans l’impulsion, à partir de l’université de Berkeley, du mouvement Students for Democratic System.

2 P. Bénéton et P. Touchard, 1970, op. cit.

3 Il n’est, en revanche, pas exclu que les mouvements aient été favorisés par des problèmes universitaires communs, puisque, dans la plupart des pays concernés, les années 60 ont été marquées par des processus de réévaluation de la place des humanités ou de la general education, de modernisation des enseignements et de professionnalisation de certaines filières, d’élargissement du recrutement et de réexamen des procédures de sélection. Cependant les questions universitaires ne semblent pas avoir été au premier plan lorsque les mouvements sont devenus effectivement des révoltes (marquées, entre autres, par des affrontements avec la police), et surtout, on a observé des rébellions étudiantes (principalement orientées vers la conquête des libertés d’opinion et d’expression) dans des pays qui, comme l’Espagne franquiste ou la Pologne sous tutelle soviétique, avaient des structures très différentes de celles (déjà diversifiées) des États-Unis, de l’Europe occidentale ou du Japon.

4 Voir, par exemple, A. Delale, G. Ragache, 1978, op. cit.

5 Cf. Le savant et le populaire, Gallimard/Seuil, 1989, en particulier la 3ème partie.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540