Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Norbert Élias et la théorie de la civilisation

 | 
Yves Bonny
, 
Erik Neveu
, 
Jean-Manuel de Queiroz

Première partie. Les formes contemporaines de la violence extrême : une invalidation de la théorie ?

Norbert Elias, la civilisation et la formation de l’Etat : à propos d’une discussion faisant spécialement référence à l’Allemagne et à l’holocauste1

Eric Dunning

Texte intégral

Introduction

  • 1 Traduction d’Erik Neveu, revue par l’auteur.

1Ce qui suit est à bien des égards un texte de travail. Il prolonge un autre texte rédigé antérieurement avec Stephen Mennell (Dunning et Mennell, 1998) et traite de questions extrêmement complexes et controversées. Plus précisément, il concerne des points clés de l’œuvre de Norbert Elias, tout spécialement la manière dont il a rendu compte de la montée du nazisme et de l’Holocauste, celle dont il a entrepris de restituer ces événements monstrueux et le processus massif de décivilisation qu’ils entraînèrent dans le contexte général de sa théorie des processus de civilisation (1939). Une telle discussion a deux objectifs principaux : le premier est de clarifier exactement ce qu’Elias a soutenu et n’a pas soutenu en développant sa théorie empiriquement fondée. Le second est de montrer comment Elias fut à même, particulièrement dans son livre, The Germans : Power Struggles and the Development of Habitus in the Nineteenth and Twentieth Centuries (1996), de projeter une lumière originale sur les origines et l’essor du Nazisme et sur les sinistres conséquences qui découlèrent du règne nazi pour l’Allemagne en particulier, mais aussi pour le monde plus généralement, et cela en utilisant son corpus théorique et l’approche générale qu’il implique. Je commencerai par examiner quatre réactions critiques à la théorie d’Elias. Les deux dernières semblent, du moins à première vue, apporter des objections plus sérieuses que les deux premières. Je leur accorderai par conséquent plus d’attention.

La théorie du procès de Civilisation : Critiques et contre critique

Premières objections : Edmund Leach et James Curtis

2Ecrivant en 1986, l’anthropologue Edmund Leach fait référence à ce qu’il nomme « les idées très germaniques, très dix-neuvième siècle, de progrès social à long terme » chez Elias. Il poursuit en suggérant que la théorie d’Elias est « infalsifiable ». « En fait », dit Leach – me semble-t-il avec un élément de paradoxe involontaire qui pourrait bien être révélateur de l’intensité de sa réaction émotionnelle négative à l’œuvre d’Elias – cette théorie fut formulée « au moment précis où Hitler la réfutait à la plus vaste échelle » (Leach, 1986). Le paradoxe réside naturellement dans la question : comment peut-on « réfuter » une argumentation qui serait « infalsifiable » ? Au-delà de ce point, il est plus essentiel pour cette discussion de souligner le fait que Leach ne semble pas avoir été frappé par le fait qu’en tant qu’exilé juif allemand, les événements et développements propres à l’Allemagne des années vingt et trente et leurs racines historiques à long terme ont été centraux dans les centres d’intérêts et préoccupations d’Elias et au premier chef dans l’écriture de Über den Prozess der Zivilization.

3Des critiques assez proches de celles de Leach furent exprimées à peu près à la même époque par le sociologue américain James Curtis. Celui-ci relevait qu’« En lisant The Civilizing Process, je ne pouvais m’empêcher de penser à tous les faits qui le contredisaient… dans les quelques années récemment écoulées. Le massacre des Juifs dans l’Allemagne nazie, la dévastation répandue sur la population de Dresde, la destruction de vies et de biens lors du bombardement de Tokyo, et les massacres à My-Laï et en d’autres lieux du Vietnam, pour n’en citer que très peu. Comment réconcilions-nous ces événements avec l’idée que les gens progressent vers un sommet d’autolimitation de l’agression ? (Curtis, 1986 : 51-65) ?

  • 2 Lorsque je lui demandai dans les années soixante s’il souhaitait ou non réviser sa théorie, Elias (...)

4L’argumentation de Curtis a au moins le mérite de voir ces exemples récents de comportements hautement non civilisés comme concernant des Américains et des Britanniques et non comme uniquement caractéristiques des Allemands. Il demeure que l’une des choses que Curtis perd de vue, tout comme Leach et d’autres qui utilisent de la même façon l’Holocauste pour disqualifier la théorie des processus de civilisation, réside dans le fait qu’Elias était né en Allemagne de parents juifs et qu’il écrivit Über den Prozess der Zivilization alors qu’il vivait un exil forcé à Londres, immédiate- ment avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Après guerre, Elias apprit que sa mère avait presque certainement été au nombre du million et demi de victimes estimées qui furent assassinées dans les chambres à gaz d’Auschwitz. Et pourtant il n’y vit toujours pas un motif sérieux de révision de sa théorie2. Il semblerait découler du jugement dédaigneux de Curtis, Leach et quelques autres qu’Elias ait été un excentrique hors du temps, fou ou tout au moins aveugle aux réalités lorsqu’il écrivit Über den Prozess der Zivilization, bref une personne complètement déconnectée d’événements qui étaient alors contemporains. Et pourtant, pendant la période où je l’ai connu, de 1956 à 1990, Elias était un homme qui s’évertuait avec force à se tenir au courant de la marche du monde. Plus encore, il a été toujours été évident pour ses lecteurs attentifs, peut-être plus encore pour ceux qui l’ont eu comme enseignant ou l’ont bien connu, qu’expliquer la montée du nazisme et la dérive vers la guerre était une des préoccupations qui l’ont motivé dans son exil pour rédiger d’abord Über den Prozess, puis pour contribuer au développement d’un corps de connaissances appuyées sur des recherches dont il espérait qu’elles puissent éventuellement aider à placer de tels processus collectifs sous un plus grand contrôle conscient qu’ils ne l’avaient été jusque-là dans l’histoire humaine.

Zygmunt Bauman : Holocauste et modernité

5Le troisième critique que je veux prendre en considération est Zygmunt Bauman, spécialement les arguments rassemblés dans son Modernity and the Holocaust (1989). Bauman connaît les faits relatifs à Elias que je viens de rappeler. Il est aussi à bien des égards plus en sympathie à l’égard de la position sociologique d’Elias que Leach ou Curtis. Ou du moins, il est plus ambivalent. Avant tout, Bauman utilise l’expérience de l’Holocauste pour développer une attaque contre la sociologie moderne en raison de son inaptitude à rendre compte de tels événements. Bien que ses références soient largement philosophiques et, comme je le soutiendrai ultérieurement, fondamentalement erronées, il partage cependant avec Elias une posture critique à l’égard des paradigmes sociologiques actuellement dominants. Malgré cela et malgré son estime pour Elias, Bauman persiste à interpréter la théorie des procès de civilisation comme guère plus qu’une théorie dépassée de la « modernisation » ou du « progrès », une forme de « triomphalisme occidental » qui se déguise en « science » mais s’avère en fait lourdement ethnocentrique. Une simple célébration de l’Occident.

  • 3 Bauman ne donne qu’un exemple d’expertise, celui d’un ingénieur nommé Willy Just qui joua un rôle (...)

6Que dit Bauman du génocide ? Pour lui il est endémique dans le monde moderne ; il constitue un des sceaux de la modernité. Le cœur de son analyse est que, dans les sociétés « modernes », se produisent des concentrations de pouvoir qui ne sont pas effectivement contrôlées et qui peuvent être utilisées pour le bien ou le mal. La modernité crée aussi les conditions dans lesquelles les effets des actions individuelles sont soustraits aux limites de la moralité. Selon Bauman, lorsqu’ils font des choix, les acteurs sociaux dans des États-nations complexes sont rarement capables de saisir ou d’anticiper les ramifications de leurs actes. Un des résultats est que la responsabilité morale pour prendre part à des actes comme une extermination de masse peut se trouver atténuée du fait de la division des fonctions utilisée pour y parvenir. Elle peut aussi être atténuée en se cachant sous le masque de l’« expertise » (Bauman, 1989 : 1973). Il en résulte qu’aucun des individus impliqués au long de la chaîne d’action n’est ou ne se perçoit comme individuellement responsable. Du moins peuvent-ils le prétendre quand ils se trouvent plus tard accusés, et certains peuvent même parvenir à s’en convaincre. Eichmann s’absorbant dans la minutie des horaires de trains relatifs à l’acheminement des victimes vers les camps de la mort et disant « je ne faisais que suivre les ordres » en fournit une illustration caricaturale.

  • 4 En français dans le texte.

7Les arguments de Bauman découlent de prémisses qui sont pour l’essentiel plus philosophiques que sociologiques. Elles semblent devoir avant tout à l’œuvre du néo-kantien allemand, Emmanuel Levinas (1982). Ramené à l’essentiel, l’argument consiste à dire que la conduite morale réside dans l’identification aux autres humains, dans des sentiments à leur égard, et que ceci est « naturel », c’est-à-dire constitue quelque chose d’inhérent à l’espèce homo sapiens. Par exemple Bauman parle de ce qu’il appelle les « fondements présociaux » du comportement moral (p. 177). Il poursuit en suggérant que « la capacité humaine à discerner le bien du mal […] doit être enracinée dans quelque chose d’autre que la conscience collective4 de la société » (p. 178), et que le « procès de socialisation consiste en une manipulation de la capacité morale, non en sa production » (p. 178). Il ne voit pas le comportement moral comme relié à des processus relativement autonomes de développement social, plus particulièrement au développement de normes qui deviennent diversement intériorisées par des processus de socialisation impliquant l’usage d’une combinaison de récompenses et de sanctions ou leur crainte. Si les gens pouvaient voir les résultats de leurs actions, – tel est le cœur du raisonnement de Bauman – ils sont « biologiquement programmés » pour s’identifier mutuellement avec sympathie et agir « moralement » les uns envers les autres. Voici précisément une des présuppositions que l’étude de Norbert Elias sur les processus européens de civilisation visait à réfuter. Pour suivre Elias, ce que nous en sommes venus à nommer « moralité » est un produit social, variable dans l’espace et le temps.

8Il y a bien entendu quelque chose dans une argumentation du type de celle que Bauman propose. D’une part, bien que les humains puissent ne pas avoir une moralité innée, ils sont équipés de façon innée pour devenir des êtres sociaux, c’est-à-dire pour apprendre un langage et une culture (Elias, 1991c). Plus encore, une logique de raisonnement telle que celle que propose Bauman à partir de notions d’anonymat et d’expertise est plus adaptée et plus plaidable pour expliquer, par exemple, le manque relatif de culpabilité qui peut être ressenti par les membres d’une bureaucratie des chemins de fer qui sont collectivement et involontairement responsables d’un accident de train dans lequel meurent, disons, cent cinquante personnes. Mais que dire pour l’Holocauste où il s’agit de plus de six millions de victimes ? Que dire là où les acteurs directs – et c’est là un point clef – qu’ils aient été les Einsatzkommandos, des membres de ce qu’on nommait « bataillons de police » allemands (Ordnungspolizei), des commandants de camps de concentration, des gardes SS, des kapos ou ceux que les Allemands nommaient alors Hilfswillige ou Hiwis – c’est-à-dire des étrangers qui étaient « volontaires pour ce boulot » – étaient directement à même de voir, d’apprendre, et parfois de ressentir les conséquences de leurs actes meurtriers de fusillade, de gazage, etc. ? Ils avaient reçu licence d’agir ainsi par un Etat raciste et on leur avait dit que de telles tueries étaient « morales » c’est-à-dire bonnes et nécessaires pour les intérêts du Volk allemand.

9Dans Modernity and the Holocaust, Bauman utilise son interprétation de Levinas pour développer une polémique élaborée contre la théorie d’Elias sur les processus de civilisation, et contre d’autres théories que Bauman leur associe comme des théories de la « modernité » et du « progrès ». Mais, comme les attaques de Curtis et Leach, les arguments de Bauman reposent sur une erreur de lecture d’Elias, fondamentale et facilement démontrable. Pour l’illustrer, je veux citer l’un des passages de Modernity and the Holocaust dans lequel Elias est explicitement désigné. Sous le titre « La signification du procès de civilisation » Bauman écrit :

Le mythe étiologique profondément gravé dans la conscience de soi de notre société occidentale est un récit d’élévation morale de l’humanité, émergeant d’une barbarie présociale. Ce mythe a stimulé et donné popularité à un petit nombre de théories sociologiques et de récits historiques – dont il a reçu en retour un renforcement érudit et sophistiqué. Ce lien s’est tout récemment illustré dans la soudaine consécration et le succès acquis du jour au lendemain par la présentation par Elias du « procès de civilisation ». Les opinions contraires de théoriciens contemporains des sciences sociales… qui mettent l’accent sur l’essor de la violence militaire et d’un usage non réfréné de la coercition comme attributs les plus essentiels de l’émergence et de la consolidation des grandes civilisations ont un long chemin à parcourir avant de pouvoir écarter le… mythe de la conscience publique, ou même du folklore diffus de la profession (sociologique). Sa résistance est adossée à une vaste coalition d’opinions érudites et « comme il faut » qui inclut… la description par Elias de l’histoire récente comme celle d’une élimination de la violence hors de la vie quotidienne (Bauman, 1989 : 12).

  • 5 Le concept d’habitus est habituellement attribué à Bourdieu mais il s’agissait d’un terme standard (...)

10Ces remarques reposent sur une incompréhension du Procès de civilisation. Un des aspects les plus importants et les plus originaux de ce qu’Elias a écrit dans les années trente réside dans la connexion qu’il établit entre les processus de formation de l’Etat à un niveau macro et les changements dans l’habitus des individus à un niveau micro5. Pour aller à l’essentiel, une des propositions clés d’Elias est que :

  • 6 Sauf indication contraire, les références sont ici celles de l’édition anglaise en un volume (Rout (...)

… si dans une région donnée, le pouvoir de l’autorité centrale croît, si dans un espace plus ou moins vaste les gens sont contraints de vivre en paix les uns avec les autres, le modelage de leurs affects et les normes de leur économie pulsionnelle (Triebhaushalt) se trouvent très progressivement changés aussi (Elias, 1994 : 2786).

11Plus spécifiquement, l’habitus, en y intégrant de façon essentielle l’économie instinctuelle des populations d’Europe occidentale, est tenu par Elias comme étant un élément qui a changé au sein d’un processus à long terme, parallèle à la monopolisation de la violence par l’État… qui elle-même s’est produite de façon interdépendante avec la construction du monopole fiscal. Pour le dire simplement, Elias soutient que les monopoles de la violence et de la taxation constituent les moyens majeurs de gouverner dans des sociétés qui sont au-dessus des simples niveaux tribaux ou de la féodalité précoce. Dans leur développement en Europe occidentale depuis le moyen âge ils se sont mutuellement renforcés. Mais n’en déplaise à Bauman, Elias n’a pas soutenu que la violence comme composante de ce procès ait été « éliminée de la vie quotidienne » en Europe, mais bien davantage qu’elle avait été « de plus en plus repoussée vers les coulisses ». Cela veut dire par exemple, qu’hormis dans des périodes de violentes urgences telles que les révolutions et les émeutes perçues par les autorités comme des menaces à l’ordre public, les Etats ont tendu à tenir littéralement leurs armées « cantonnées dans les casernes », préférant s’appuyer sur les forces de police, moins lourdement armées et dont le droit de recourir à la violence à des fins de contrôle social se trouve plus strictement restreint. Cela signifie aussi qu’avec l’exception particulière du sport où des formes de violence physique sont tenues pour légitimes, la violence en général s’est privatisée, c’est-à-dire restreinte pour l’essentiel à des espaces domestiques par opposition à des espaces publics, et qu’elle s’est trouvée davantage accompagnée par l’apparition de sentiments de répugnance, de culpabilité et de honte. Elle demeure certes largement tenue comme socialement nécessaire. Il est clair qu’Elias n’a jamais suggéré que tout besoin de contrainte externe et de force pour préserver le caractère paisible de la vie sociale avait été éliminé dans ce qu’il devait plus tard envisager que les historiens du futur puissent regarder comme la « barbarie tardive » des sociétés du présent (Elias, 1991c). En faisant pour l’instant abstraction de différences entre nations – même si comme je tenterai bientôt de le montrer, Elias tenait pour essentiel d’être à même de spécifier et de rendre compte des différences internationales, et d’autres – la thèse d’Elias pose que l’équilibre entre les contraintes internes (Selbstzwänge) et externes (Fremdzwänge) propres à l’habitus des peuples « barbares tardifs » de l’Europe contemporaine penche vers les contraintes internes mais qu’elles ne sont jamais devenues l’unique influence qui régule la conduite des personnes. Le besoin d’une contrainte externe, incluant le recours à la force, varie aussi, entre autres, entre les diverses étapes des procès de civilisation, c’est-à-dire de socialisation des individus. Encore une fois, selon Elias :

Le blindage de comportements civilisés s’effriterait très rapidement si, via un changement de société, le degré d’insécurité qui existait autrefois devait à nouveau peser sur nous, et si le danger devenait aussi imprévisible qu’il l’était jadis. Les peurs correspondantes ne tarderaient pas à faire exploser les limites qui les contiennent aujourd’hui (Elias, 1994 : 253).

12Il est encore important de reconnaître que la théorie d’Elias, là encore quoi qu’en dise Bauman, ne repose pas sur des notions métaphysiques telles que « barbarie pré-sociale », « pulsions pré-sociales » ou « instincts animaux » qui sont tenus pour être supprimés/réprimés et pour « exploser » dans des conditions particulières. Elias était un sociologue cohérent et, en se basant entre autres sur sa formation qui était à la fois médicale, philosophique et sociologique, il partait de l’hypothèse qu’homo sapiens évoluait comme une espèce sociale (Elias, 1991c). Ce qui serait le plus proche d’un humain pré-social serait un bébé au moment de sa naissance. Mais dès cet instant ses impulsions, ses affects et ses fonctions cognitives commencent à subir un processus de modelage social. De tels processus ont des traits partagés, mais ils varient aussi selon les sociétés, les groupes qui les constituent et les périodes historiques.

13Bauman, par contre, travaille à partir de propositions philosophiques très générales, sans grand fondement scientifique, à propos de la « nature humaine » ou de la « nature de la modernité », et cela le conduit à discerner une tendance vers des épisodes comme ceux de l’Holocauste, comme inhérente au monde moderne. Du point de vue de Bauman, l’Holocauste n’a rien à voir spécifiquement avec les singularités de l’histoire et du développement social allemands, ni avec quelque variante de ce que les historiens allemands nomment la Sonderweg. C’est un point de vue avec lequel Elias était en profond désaccord. L’Holocauste peut ne pas être le seul cas de génocide, passé ou présent, mais pour Elias l’expérience historique allemande et ses voies de développement ne sont ni l’une ni l’autre sans pertinence pour expliquer sa survenue et ses traits singuliers. Dans The Germans, Elias s’accorde pour partie avec Bauman lorsqu’il écrit que :

Tout comme la conduite scientifique de guerres de masse, l’extermination hautement organisée, scientifiquement planifiée, de groupes entiers de population par gazage, fusillade ou mort de faim dans des camps de la mort construits à cet effet et des ghettos hermétiquement clos n’apparaît pas comme complètement incongrue (out of place) dans des sociétés de masse hautement technicisées (Elias, 1996 : 303).

14Mais, cette fois en contradiction directe avec Bauman, Elias essaie aussi de montrer que la théorie des processus de civilisation peut être utilisée pour aider à comprendre des processus de décivilisation du type de ceux qui conduisirent au nazisme et qu’il a exacerbés. Elias le fait en plaçant ces processus dans une perspective à long terme et en suggérant, au moyen d’une recherche comparative, attentive aux processus de développement, pourquoi ces phénomènes étaient plus probables en Allemagne qu’en France ou en Grande-Bretagne. En un mot, il est erroné, du point de vue d’Elias, de suivre Zygmunt Bauman et d’attribuer le nazisme et l’Holocauste à quelque « maladie-épidémie » du monde moderne dans un sens très général.

Ian Burkitt et les ambivalences de la civilisation

15L’ultime critique de la théorie des processus de civilisation que je prendrai ici en considération repose par rapport aux trois autres sur une compréhension et une évaluation plus approfondies de ce qu’Elias a vraiment écrit. Il s’agit de « Civilization and Ambivalence » (1996) de Ian Burkitt, un étudiant de Zygmunt Bauman à l’Université de Leeds qui fut initié à l’œuvre d’Elias par Richard Kilminster. Dans cet article, Burkitt cherche à pousser la compréhension des processus de civilisation et de décivilisation au-delà du niveau d’élaboration que nous a légué Elias, par le biais d’une synthèse entre la théorie d’Elias et des aspects du travail de Bauman – tel qu’il s’exprime non seulement dans Modernity and the Holocaust (1989) mais aussi dans Modernity and Ambivalence (1991). Les arguments de Burkitt sont pénétrants et imaginatifs. Il ne parvient cependant pas à comprendre pertinemment Elias sur des questions essentielles. Une longue citation du texte de Burkitt m’aidera à montrer ce qu’il en est :

Comme Elias l’a illustré, des termes comme « civilisation » ou « barbarie » ont une origine sociale et normative. Leur fonction est alors de définir les comportements d’une catégorie de personnes comme moralement bons et supérieurs, et les comportements d’autres (ceux des classes inférieures et des autres cultures) comme vils et inférieurs. Les comportements sociaux ne peuvent pourtant pas être classés si simplement, et de telles tentatives masquent des comportements qui, examinés plus attentivement, sont éminemment ambigus et troublants. On a suggéré qu’Elias ne faisait que reproduire le mythe étiologique de la civilisation, soutenant qu’un processus interne de pacification – reposant sur un monopole étatique des moyens de violence, allongeant les chaînes d’interdépendance, et étendant la sphère d’identification mutuelle – contribuait effectivement à une société plus civilisée. Pour que la violence et le règne de la terreur existent, ces éléments devraient cesser de se combiner, et ces tendances s’inverser pour qu’un processus de « décivilisation » puisse se produire. J’ai soutenu ici, en utilisant le travail de Bauman comme un point de comparaison critique, qu’il n’était pas besoin qu’il en soit ainsi, du fait de la nature ambivalente du « procès de civilisation ». Ses caractéristiques centrales peuvent devenir des mécanismes qui en fait font disparaître l’identification mutuelle et peuvent conduire à une forme « civilisée » de violence et de terreur. Pour rendre pleinement compte de l’ironie et de l’ambivalence dans l’analyse d’Elias, il faut montrer comment les processus de modernisation et de « civilisation » ont créé un potentiel à la fois pour le développement d’une pacification interne et pour davantage d’institutions destructrices et amorales. Le procès de « civilisation » est à double face (Burkitt, 1996 : 149).

16Un des problèmes ici vient de ce que Burkitt mêle l’analyse d’Elias sur le concept familier de « civilisation », qui est par essence dualiste, avec son concept technique de « processus de civilisation ». Ce dernier vise l’étude empirique et théorique des nuances d’un processus psycho-social à long terme, et celui-ci, spécialement dans les sociétés au-delà d’un minimum de complexité, loin d’être simplement « à double-face », tend à être à niveaux multiples et directions multiples. C’est-à-dire qu’il implique une tension de mouvements et de contre-mouvements dans différentes directions et à différents niveaux. Dans son enseignement, Elias faisait parfois appel à la métaphore de la symphonie pour l’illustrer.

17Il y a bien sûr quelque fondement à la suggestion de Burkitt, qui suit ici Bauman, selon laquelle « les processus de modernisation et de civilisation ont engendré un potentiel à la fois pour le développement de la pacification interne et pour des institutions plus destructrices et amorales ». Ainsi la création de tensions dans l’identification mutuelle entre les personnes risque de se produire lorsque les chaînes d’interdépendance excédent spatialement et numériquement un seuil critique, tout simplement du fait du plus grand anonymat et de l’impersonnalité qui en résultent. Cependant, Burkitt ne peut arriver à la conclusion que ce genre d’idées contredisent Elias que parce qu’il mésinterprète celui-ci sur des points cruciaux. Il présente en particulier la théorie des processus de civilisation comme une théorie simple, unilinéaire, et avant tout ne parvient pas à saisir la place qu’Elias attribue au conflit entre les groupes bourgeois et aristocratiques dans le processus de formation de l’Etat. Par exemple, Burkitt écrit que, selon Elias :

… les changements dans les comportements étaient liés aux relations de pouvoir changeantes entre diverses classes sociales et groupes, et à leurs positions relatives de domination ou de subordination. Le processus de pacification interne de la population, qui englobe à la fois les relations sociales et économiques, prit de la vitesse avec la montée du pouvoir de l’aristocratie et la centralisation de l’Etat-nation autour du monarque absolu (Burkitt, 1996 : 137).

18Plus loin encore, Burkitt exprime ainsi sa compréhension de la théorie d’Elias :

Un des éléments paradoxaux du Procès de Civilisation, pleinement mis en évidence par Elias […] dans ses propres bilans, tient dans la violence de la lutte que fut le processus qui mena à la formation d’un Etat centralisé et, dès lors, en fin de compte, à la pacification interne. Ce processus n’était planifié ou contrôlé exclusivement par aucune personne ou groupe, mais impliquait un violent affrontement entre classes sociales qui finalement amenait l’une d’elles (En Grande-Bretagne et en France, ce fut l’aristocratie) à conquérir le monopole sur le contrôle de la force physique. Dans l’Europe médiévale les longues guerres d’usure entre les domaines nobles étaient possibles parce qu’aucune section de la noblesse ne pouvait prendre un avantage décisif sur ses rivaux et s’assurer ainsi un monopole des ressources qui lui aurait donné la haute main dans les luttes de pouvoir. Ceci commença à changer quand l’aristocratie parvint à conquérir une domination de plus en plus stable sur les autres groupes à travers la double monopolisation de la force physique et du prélèvement fiscal. Elle se trouvait alors en position de financer des armées plus importantes pour vaincre ses adversaires (Burkitt, 1996 : 137-8).

19Il y a là une lecture d’Elias dont l’inexactitude est aisément démontrable. Elle est à la racine de la critique de Burkitt selon laquelle Elias adhère au « mythe étiologique de la civilisation », suggérant que « ce que nous nommons « barbarie » est quelque chose d’autre que la « civilisation ». En un mot, cette lecture lui permet d’interpréter le modèle éliasien d’un processus à long terme, complexe, à directions et niveaux multiples, dans les termes d’une dichotomie statique entre civilisation et barbarie. Exprimé en quelques mots – et ce qui suit est une simplification excessive d’une situation plus complexe et plus nuancée – ce qu’Elias soutient effectivement c’est qu’à partir des environs du XIIe siècle les processus à long terme de formation de l’Etat et de pacification interne en Europe ont contribué à une monétarisation et une commercialisation graduelles mais croissantes des relations sociales. À leur tour ces processus ont fait croître le pouvoir tant des grands seigneurs féodaux, qui devenaient plus riches et constituaient des cours plus étoffées, que de groupes bourgeois émergents qui vivaient dans les villes en expansion et s’enrichissaient eux aussi. Il y avait depuis le départ un conflit entre ces groupes, mais selon Elias en termes de socio-genèse l’aristocratie et la haute bourgeoisie étaient en étroite interconnexion. À mesure qu’au fil des siècles ce processus s’est poursuivi, le pouvoir a lentement mais inexorablement glissé de l’aristocratie vers la bourgeoisie. Les monarques ne devinrent capables de revendiquer un pouvoir « absolu » que là ou les rapports de pouvoir entre les groupes aristocratiques déclinants et les groupes bourgeois ascendants évoluaient vers une égalité approximative. Selon les termes d’Elias :

Une des préconditions structurelles pour le pouvoir absolu d’un prince ou d’un monarque était qu’aucun des « états », qu’aucun groupe en leur sein ne puisse conquérir une primauté. Les représentants de l’autorité centrale absolue devaient par conséquent être sans cesse en alerte pour s’assurer que cet équilibre instable se maintienne au sein de leur territoire. Que l’équilibre se rompe, qu’un groupe ou une classe devienne trop puissante, ou que les groupes de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie s’allient, même temporairement, et la suprématie du pouvoir central se trouvait sérieusement menacée ou – comme en Angleterre – renversée (Elias, 1994 : 272).

20Pour Elias, le développement social de l’Angleterre – ou pour être plus précis du Royaume-Uni – ne s’orientait pas vers la consolidation d’un pouvoir absolu. À l’inverse, le développement social de la France était porteur d’un tel pouvoir. L’absolutisme dans ce pays a conduit à une plus ample monétarisation des relations sociales, au développement des rapports marchands et, à terme, à un glissement du pouvoir en faveur des groupes bourgeois. Ultérieurement, cela devait en fin de compte conduire – en partie via les révolutions des XVIIIe et XIXe siècles – à une transition de la « propriété privée des moyens de gouvernement » vers des formes plus publiques, c’est-à-dire parlementaires.

21Répétons-le, le modèle d’Elias joue de variables, de dimensions multiples. Il est attentif tant aux différences qu’aux similitudes entre pays. Il a insisté sur une similitude décisive qui tient au rôle joué par des groupes des classes moyennes – et plus tard par la classe ouvrière – dans l’émergence et la consolidation de formes parlementaires de gouvernement démocratique. Elles étaient l’une des premières conséquences politiques de ce qu’il devait nommer ensuite « démocratisation fonctionnelle » (Elias, 1991a), processus qui n’était pas seulement évident dans le domaine du politique mais dans toutes les « sphères » de la vie sociale. Il y eut des différences entre la Grande-Bretagne et la France quant aux conséquences la démocratisation fonctionnelle. Cependant, pour Elias, les différences entre les deux pays sur ce plan étaient moindres que les différences entre eux d’une part et l’Allemagne de l’autre. Ce qu’avance Elias, c’est que dans le cas de l’Allemagne existaient, bien plus profondément enracinés qu’en Grande-Bretagne et en France, des obstacles structuraux : 1. à la centralisation étatique, 2. à l’émergence d’une classe moyenne puissante et relativement indépendante et 3. au développement de valeurs, attitudes et institutions démocratiques. Plus précisément, des modèles d’autoritarisme rigoureux se sont trouvés profondément incrustés dans les traditions et l’habitus d’un grand nombre d’Allemands, contribuant décisivement au rôle pris par leur pays dans les origines des deux guerres mondiales et dans l’essor corrélatif du nazisme et de l’Holocauste. Elias (1996) fait référence à une « rupture » (breakdown) de la civilisation, non à un « effondrement » complet (collapse) comme semble l’impliquer l’interprétation de Burkitt. Une telle rupture, nous suggère Elias, n’était pas la conséquence inévitable de la voie historique et du développement empruntés par l’Allemagne. Mais, compte tenu de racines socio-génétiques et psychogénétiques bien identifiables, un processus de ce genre, combiné à l’arrivée au pouvoir d’un parti raciste de la droite radicale, avait plus de chances de se produire en Allemagne, qu’en Grande-Bretagne ou en France.

22Permettez-moi de me tourner maintenant vers le travail d’Elias sur les particularités du développement social et de l’histoire allemands – ce que les historiens allemands ont désigné comme le Sonderweg, c’est-à-dire la voie particulière de l’Allemagne – et comment il tente d’éclairer – car Elias n’a jamais prétendu offrir une explication exhaustive – l’essor du nazisme et l’Holocauste.

Quelques particularités de l’histoire et du développement social allemands

23En langue anglaise, l’un des problèmes que les critiques rencontrent à l’égard de la théorie des processus de civilisation semble venir du mot « civilisation » lui-même. David Harris par exemple a récemment écrit que « Celui-ci (« civilisation ») est un mot malheureux car il comporte des sous-entendus d’évaluation morale et de progrès moral… » (Harris, 1992 : 162). Bien qu’il s’y réfère par la suite, Harris à l’évidence n’a pas réussi à pleinement saisir la distinction que fait Elias entre « civilisation » comme terme du langage de tous les jours, qui est en effet intrinsèquement normatif, et « procès de civilisation » comme terme technique qui ne l’est pas puisqu’il fait référence à des processus factuels rencontrés au niveau des structures sociales, des standards sociaux et des habitus dans les sociétés dont les ressortissants en sont venus à se considérer eux-mêmes comme « civilisés ». En écrivant cela Harris avait apparemment en tête une brochure non datée publiée dans les années quatre-vingt par la British Socio-logical Association et intitulée « Langage anti-raciste : guide de bonne pratique ». Selon cette brochure, « civilisation » est un terme qui « dérive d’une perception colonialiste du monde ». Il est, nous dit-on, souvent associé à la pensée du darwinisme social, plein de jugements de valeurs implicites et d’ignorance de l’histoire du Tiers-Monde. On saisit là un échantillon du pourquoi des réactions émotionnelles si souvent négatives au travail d’Elias, spécialement de la part d’anthropologues comme Leach. Les auteurs de la brochure poursuivent toutefois pour introduire une exception dans leurs principes, tout à fait digne d’éloges, en matière d’usage du langage. Le travail de Norbert Elias, disent-ils, se situe hors et à part de ce système de jugement de valeur : « En certains cas, comme l’œuvre de Norbert Elias, civilisation prend une signification différente, sans connotations racistes ». Même si le propos ne parvient pas à bien distinguer entre la notion ordinaire de civilisation, intrinsèquement normative et raciste, et le concept technique de « procès de civilisation », le propos est une reconnaissance bienvenue du fait que le travail d’Elias repose fondamentalement sur des jugements de fait.

24Dans Le procès de Civilisation, Elias commence par considérer le sens du terme « civilisation » pour arriver à la conclusion que, dès lors que n’importe quel aspect de la société et du comportement humains peut être jugé comme civilisé ou non civilisé, fournir une telle définition est une tâche difficile si ce n’est impossible. Il est plus facile dit Elias de spécifier la fonction du terme. Celui-ci en est venu, écrit-il, à exprimer l’image que les nations et groupes les plus puissants de l’Occident ont d’eux-mêmes et a acquis de ce fait des connotations racistes et désobligeantes. Il en est venu à se charger de telles connotations non seulement par rapport à ceux que les membres de ces groupes et nations nomment les « primitifs » ou les « barbares » des sociétés non occidentales qu’ils ont conquises, colonisées, ou soumises d’autres manières à leur domination (par exemple par le jeu des marchés mondiaux ou d’institutions internationales comme le F. M. I.), mais également par rapport aux moins « avancés » c’est-à-dire aux sociétés et groupes périphériques de l’Occident lui-même. De façon stimulante, Elias montre comment la Première Guerre mondiale fut livrée contre l’Allemagne par la Grande-Bretagne, la France, et finalement les États-Unis au nom de la « civilisation ». Il montre aussi comment au XVIIIe, au XIXe et au début du XXe siècles, bien des Allemands sont devenus ambivalents à l’égard du terme Zivilisation et de ce à quoi il se rapportait, préférant exprimer leur image d’eux-mêmes par le moyen du concept plus particulariste de Kultur.

  • 7 La traduction française rend l’anglais development par évolution, terme dont Elias souhaitait que (...)

25Dans La dynamique de l’Occident, Elias a rédigé des Remarques sur quelques différences entre les évolutions en Angleterre, en France et en Allemagne (1975, 11-23)7. Le fait ne semble pas avoir été remarqué par des critiques d’Elias comme Leach qui considèrent qu’il a proposé une théorie simple, « unilinéaire » du développement social. Le point central souligné par Elias dans cet Excursus tient à ce que l’aisance et la vitesse avec lesquelles les Etats centralisés ont émergé en Europe dépendaient, ceteris paribus, des tailles de population et de l’extension physique des formations sociales concernées, et donc de l’étendue des divergences sociales et géographiques qui existaient en leur sein. Pour être plus précis, le propos d’Elias souligne que les territoires vastes et géographiquement divers occupés par les peuples de langue allemande, ainsi que la taille et l’hétérogénéité de leur peuplement, les ont conduits à rencontrer de plus grandes difficultés d’unification et de formation d’un État centralisé que les Anglais ou les Français, dont la taille des territoires et de la population était plus petite, et la diversité culturelle moindre. Tout cela a conduit à des pressions centrifuges, à une fragmentation plus forte et, partant, à un modèle plus discontinu d’histoire et de développement social. Un témoignage de cette discontinuité s’observe dans la taille relativement petite et l’émergence tardive de Berlin, la capitale du Kaiserreich, le Second Empire mieux unifié de 1871-1918, au regard de Londres et Paris qui s’étaient développées plus ou moins continûment comme capitales pendant près d’un millénaire.

26On en trouverait une autre illustration dans le caractère fragmenté et désuni de la classe moyenne allemande dont les chances de pouvoir face à l’aristocratie s’en trouvaient par conséquent moindres que celles de leurs homologues d’Angleterre ou de France. Pour Elias, la faiblesse de la bourgeoisie allemande se trouvait renforcée par le fait que le vieux Saint Empire romain (le premier Reich) s’était trouvé dépourvu d’une capitale reconnue qui aurait pu servir de foyer à une action révolutionnaire. Vienne, et même Prague ont parfois servi de capitales. Berlin ne le devient qu’avec la montée en puissance de la Prusse. La petite taille et la relative nouveauté de Berlin renforcèrent aussi la facilité avec laquelle la bourgeoisie allemande fut battue en 1848.

  • 8 Le rôle de Goethe dans la petite cour de Weimar constitue à cet égard une exception.

27La fragmentation et la désunion relative propres au Saint Empire romain signifiaient aussi que ni société de cour comme celle qui avait émergé en France, ni Great Society comme celle qui grandit en Angleterre, centrée sur Londres et les manoirs ruraux des puissants nobles, ne pouvaient se constituer et « apprivoiser » ou curialiser l’aristocratie allemande. Celle-ci devait par conséquent conserver plus longtemps que les aristocraties française et anglaise un « code guerrier » c’est-à-dire une orientation et un éthos militaristes. L’aristocratie allait aussi tenir les classes moyennes à l’écart de ses petites cours, nombreuses et éparpillées, s’assurant de la sorte que les élites des classes moyennes acquièrent peu ou pas d’expérience de la participation aux activités de gouvernement8. Pour Elias, c’était là l’une des racines de l’ethos originellement humaniste de la bourgeoisie allemande (Bildungsbürgertum), orientée vers la philosophie, la science et les arts davantage que vers la politique et l’économie.

28Mais en quoi tout cela aide t-il à rendre compte du processus à long terme qui à l’inverse prit une direction décivilisatrice et propice à la barbarie et aboutit finalement à l’essor du nazisme et à l’Holocauste ?

29Par le biais d’un subtil et habile tissage de données empiriques et de raisonnement théorique dans lequel ni l’empirique ni le théorique ne se voient permettre de dominer l’autre, Elias explicite les nombreuses voies par lesquelles un ensemble de traits largement spécifiques de l’habitus allemand, des structures sociales et des comportements convergèrent pour engendrer ce résultat. On peut les comprendre, suggère t-il, comme ayant surgi du passé de l’Allemagne.

30Il faut bien comprendre cependant qu’Elias ne dit pas là que l’arrivée d’Hitler au pouvoir et de là l’Holocauste découlent inévitablement du modèle allemand d’histoire et de développement social. Son point de vue est davantage que ces événements, stigmatisants pour l’Allemagne à l’étranger, ne sont devenus possibles que comme la résultante de décisions prises dans un contexte de crise nationale par des groupes dirigeants qui disposaient d’un large soutien populaire, spécialement dans les classes moyennes. Ces groupes agissaient selon des logiques propres à ce qui était devenu des aspects longuement sédimentés de l’habitus allemand, des comportements et structures sociales. Elias les rapporte à des traits de l’histoire et du développement allemands. Y figurent les luttes qui résultèrent précocement de la position socio-géographique des germanophones face aux locuteurs des langues slaves et latines, le fait que les membres de ces différentes communautés linguistiques aient tendu à nourrir une hostilité réciproque, à se percevoir mutuellement comme menaçants, les deux derniers groupes partageant la crainte de tomber sous l’hégémonie du groupe numériquement supérieur des Allemands (Elias, 1996 : 2-3). Pèse aussi la relative discontinuité de l’histoire et du développement social qui a été le résultat du primat des forces centrifuges sur les forces centripètes dans le Saint Empire romain… Laissez-moi examiner plus attentivement quelques aspects cruciaux du diagnostic d’Elias quant à la trajectoire historique de l’Allemagne…

Discontinuité relative et émergence du Reich impérial comme « Satisfaktionsfähige Gesellschaft »

31À travers le XXe siècle l’image dominante des Allemands pour l’essentiel du monde a été celle d’un peuple belliqueux et agressif. Pourtant, du XVIe à la fin du XIXe, les Allemands étaient perçus dans le reste de l’Europe comme faibles et pacifiques, comme une nation de musiciens et de poètes. L’Allemagne a fait l’expérience d’une perte de pouvoir massive au XVIe siècle lorsque, largement en rapport avec la Réforme et les guerres qui en ont découlé entre les princes catholiques et protestants, l’empire médiéval s’écroula. Pour résultat l’Allemagne devint au XVIIe le « champ clos de l’Europe », tandis que ce siècle reste dans les mémoires des Anglais et des Français comme marqué de réussites éblouissantes dans les sciences et les arts. Cela s’exprima le plus notablement par la dévastatrice guerre de Trente ans durant laquelle on estime que l’Allemagne perdit un tiers de sa population. Vers la fin du XVIIe siècle, l’Allemagne était à nouveau envahie, cette fois par Louis XIV, processus que devait répéter Napoléon au seuil du XIXe siècle. Le résultat en fut selon Elias que les Allemands devinrent douloureusement conscients de la faiblesse de leur statut dans la hiérarchie des rangs des États européens, et en vinrent à développer des doutes chroniques quant à leur valeur tant personnellement comme individus que collectivement en tant que nation. Entre autres expressions, cela se reflétait dans la consolidation d’une norme de consommation excessive d’alcool. Cela conduisit aussi beaucoup d’Allemands à idéaliser sur un mode sentimental et romantique la grandeur de leur passé perdu et à aspirer à la création d’un nouveau Reich. Elias suggère aussi que le mot Reich possède des connotations distinctes du terme « Empire » en anglais et en français. Compte tenu plus particulièrement de ses connexions avec ses origines dans le Saint Empire romain germanique, et sans parler du fait qu’il est lourdement chargé de nostalgie romantique pour un passé de grandeur perdue, il implique le fantasme (fantasy) d’un Empire en Europe et non outre-mer, ou du moins tel fut le cas jusqu’à la fin du troisième Reich en 1945.

32Au regard de pays comme la Grande-Bretagne et la France, l’Allemagne ne réalisa son unité nationale que dans la seconde moitié du XIXe siècle, lorsque ce processus prit forme via une série de guerres sous la direction du roi de Prusse et de la caste militaire. Au fil de ce mouvement, l’équilibre au sein des composantes dominantes des classes moyennes entre des valeurs « humanistes » et « idéalistes-libérales » d’une part, « anti-humanistes » et « conservatrices-nationalistes » de l’autre s’est modifié de façon décisive en faveur des secondes. Pour Elias, la victoire de l’Allemagne dans la Guerre franco-prussienne de 1871 a joué ici un rôle décisif. Le Bürgertum libéral avait aspiré à la réussite de l’unité nationale par des voies pacifiques. Que l’unification soit par cet événement réussie par la guerre, sous la direction de la caste des guerriers, fit une telle impression sur une majorité des classes moyennes que les valeurs militaristes pénétrèrent de façon croissante dans leurs rangs. Comme l’exprime Elias, « La victoire des armées allemandes sur la France était simultanément celle de la noblesse allemande sur la classe moyenne allemande » (Elias, 1996). Au XVIIIe et au début du XIXe siècle, la culture littéraire de la classe moyenne allemande avait été dominée par les œuvres d’auteurs comme Goethe, Kant et Schiller ; après 1871, ce sont les œuvres d’auteurs comme Nietzsche et Ernst Jünger qui vinrent exprimer et consolider la vision dominante (Elias, 1996 : 115-19 ; 201-13). La réunification de l’Allemagne s’est combinée à des processus d’industrialisation et d’urbanisation et les a renforcés. Dans un tel contexte, le pouvoir des classes moyennes s’accrut. Elles englobaient pour la première fois des composantes significatives dans le secteur des entrepreneurs et de l’industrie. Le pouvoir de la classe ouvrière de l’industrie se développa aussi. Néanmoins les leviers essentiels du pouvoir d’Etat demeuraient aux mains de l’empereur et de la noblesse, et la classe moyenne demeurait une classe subordonnée, exclue des activités de gouvernement.

33Pour tout dire, selon Elias, le degré auquel elles avaient absorbé les valeurs des Prussiens hégémoniques avait atteint un tel degré, que de vastes secteurs des classes moyennes allemandes – et de la paysannerie et de la classe ouvrière industrielle également – étaient favorables à un absolutisme. Nombre d’entre eux avaient un habitus plus accordé à être dépendant qu’interdépendant dans les affaires publiques et la politique.

34Elias décrit le Second Empire allemand – le Kaisereich unifié de 1871-1918 – comme une satisfaktionsfähige Gesellschaft, terme qui désigne une société orientée par la référence à un code d’honneur dans lequel demander et donner « satisfaction » en des duels livrés à l’épée ou au pistolet occupait une place éminente. Ce que suggérait Elias c’est que l’unification allemande avait impliqué une « brutalisation » des composantes dirigeantes des classes moyennes, un processus dans lequel les fraternités étudiantes des universités – les Burschenschaften – ont joué un rôle crucial. Comme les public schools anglaises, les universités allemandes étaient des institutions où se développait une forme d’embourgeoisement de l’aristocratie et d’aristocratisation de la classe moyenne. En Allemagne les étudiants de l’aristocratie et des classes moyennes avaient pour l’essentiel des fraternités distinctes, mais ils se livraient à des affrontements en duel les unes contre les autres, et l’appartenance à une fraternité était la condition sine qua non pour être tenu pour satisfaktionsfähig – digne d’être défié en duel – et par là pour être admis parmi les élites locales ou la « bonne société ». Selon Elias, dans un tel contexte, les classes moyennes sont devenues plus « brutalisées » encore que leurs supérieurs aristocratiques, car ces derniers faisaient l’objet de davantage de pressions à se modérer, du fait de l’éthos de l’honneur propre à leur code aristocratique de guerriers.

Le déclin du monopole étatique de la violence dans la République de Weimar

35Cette brutalisation des strates dirigeantes des classes moyennes allemandes, leur adhésion à un code brutal et hautement militariste ont constitué pour Elias l’une des préconditions du processus de barbarisation de l’Allemagne qui a pavé la route de l’ascension du nazisme et celle de l’Holocauste. En un mot, Elias a souligné comment un ensemble singuliers de circonstances dans l’histoire et le développement social de l’Allemagne se sont combinés pour produire une résurgence et un renforcement des valeurs guerrières alors même qu’une théorie plus unilinéaire – du genre de celle que Leach, Curtis, Bauman et Burkitt lui prêtent à tort – aurait probablement conduit à postuler leur déclin.

36Pour Elias une autre précondition à l’essor du nazisme et à l’Holocauste est venue de l’expérience de la Première Guerre et de ses lendemains par l’Allemagne. Du fait que les guerres tendent à être décivilisatrices par définition, toutes les nations combattantes, et pas uniquement l’Allemagne, ont fait l’expérience de ces conséquences décivilisatrices. Néanmoins, dans le cas allemand, les pressions décivilisatrices ont continué à monter à l’issue de la guerre, mais là encore d’une manière ni simple ni unilinéaire. Pour être plus précis, la république de Weimar s’est trouvée prise dans un jeu de double contrainte (double bind) en matière de violence extra-étatique, jeu fluctuant mais à long terme croissant qui devait contribuer à la ruine du monopole étatique de la force (Elias, 1996 : 214-23). Des données internationales et d’autres proprement internes ont joué un rôle dans ce processus. Les réactions à la révolution bolchevique de 1917 en Russie, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Allemagne, ont été décisives à cet égard. Le furent aussi les termes humiliants du traité de Versailles, imposé par les alliés victorieux, au premier chef à l’instigation des Français. Il est spécialement important à cet égard que Hindenburg et l’état-major allemand aient pu faire passer le traité comme relevant de la seule responsabilité du régime parlementaire naissant de Weimar. Cela donna naissance aux deux mythes jumeaux du « coup de poignard dans le dos » et de l’absence de défaite de l’Allemagne sur les champs de bataille. Ces deux mythes impliquaient l’attribution d’une responsabilité principale aux « Juifs ».

37Elias note comment, en Allemagne comme ailleurs aux lendemains de la Première Guerre mondiale, les mouvements ouvriers se sont divisés entre des tendances pro-soviétiques qui valorisaient des tactiques violentes et extra-parlementaires pour atteindre leurs objectifs et d’autre part des tendances anti-soviétiques qui étaient pacifistes et parlementaires (Elias, 1996 : 215-17). En Allemagne ces dernières recevaient un soutien significatif dans les rangs de l’intelligentsia libérale et des Juifs. À l’inverse, une majorité de ceux qui avaient appartenu à l’establishment Wilhelminien, au monde satisfaktionsfähige, était radicalement opposée à la République de Weimar, se référant au parlement comme à un simple « lieu de bavardage », décrivant la république comme une « porcherie » (Elias, 1996 : 189). Ils considéraient la démocratie comme étrangère à la germanité et tablaient sur un retour de l’absolutisme. Pour Elias, derrière de tels sentiments se trouvait leur incapacité à assumer tant la défaite de l’Allemagne dans une guerre dans le déclenchement de laquelle leurs valeurs avaient joué un rôle décisif, que le fait que cette défaite ait accéléré le lent mais significatif processus de glissement du pouvoir à leur encontre, et au profit de la classe ouvrière. Au-dessus de tout, ils vivaient avec un profond ressentiment le fait que dans la République de Weimar, beaucoup de leurs nouveaux gouvernants étaient des gens qu’ils tenaient pour de la « racaille » (rabble), par exemple des ouvriers ou des Juifs. En plus de cela, du fait des restrictions imposées à la taille des forces armées allemandes par le traité de Versailles, les possibilités de carrière vers des statuts militaires prestigieux auxquels tant d’entre eux aspiraient se trouvaient sévèrement restreintes. Profondément désabusés, beaucoup d’entre eux rejoignirent les Corps Francs (unités de volontaires rémunérés par le ministère prussien de la guerre) pour en découdre avec la « menace bolchevique », et spécialement les groupes ouvriers et les membres de l’intelligentsia de gauche qui s’étaient engagés dans le recours à la force. C’est ainsi que s’est trouvée mise en mouvement une dynamique croissante de double-bind de violence et de contre-violence qui devait contribuer à l’arrivée au pouvoir de Hitler (Elias, 1996 : 188sq.).

38Tant que les alliés victorieux persistaient à vouloir faire appliquer les clauses des accords de Versailles, les chances qu’avaient ces groupes d’extrême-droite violents d’arriver à leurs fins en Allemagne demeuraient selon Elias relativement ténues. Mais la crainte de la diffusion des idées bolcheviques devait cependant bientôt assoupir la vigilance des alliés : leurs dirigeants tenaient l’extrême gauche pour une menace bien plus sérieuse que l’extrême-droite. À mesure que se déployait le double-bind d’une escalade de violence, Elias suggère qu’émergeait simultanément un schéma de carrière d’extrême-droite. Après avoir débuté comme officier dans l’armée impériale ou membre du corps prussien des cadets, un tel homme s’intégrait comme membre d’un Freikorps, participant souvent à leur vaine campagne de la Baltique – une manifestation précoce dans le siècle du fantasme allemand de s’assurer un espace vital (Lebensraum) à l’Est. Puis il devenait membre d’une organisation terroriste et conspiratrice comme celle nommée Consul – Elias évalue aux environs du millier le nombre de meurtres terroristes d’hommes politiques et de sympathisants de la République dans les années de Weimar – pour rejoindre finalement le parti nazi (Elias, 1996 : 191-12).

39De tels hommes, orientés vers un code militariste depuis très tôt dans leurs vies, sont devenus de plus en plus « brutalisés » par leurs expériences successives de la Première Guerre mondiale, des campagnes de la Baltique, par leurs engagements et activités terroristes, leurs interventions violentes dans les réunions politiques, les cafés et les rues. Elias montre comment leur haine profonde de tout ce qui concernait la République en a transformé beaucoup en nihilistes. Il montre aussi comment leur expérience du commandement militaire les rendit plus disciplinés et mieux organisés que leurs adversaires de gauche. Ils bénéficiaient aussi du sou- tien moral et financier de larges parties des classes supérieures et moyennes. Au final, le rapport de force pesait nettement en leur faveur, au détriment des forces de gauche. Selon Elias, dans cette situation :

Hitler réussit là où les chefs des Corps Francs avaient échoué, en détruisant effectivement le régime parlementaire de Weimar. Il fut victorieux en large partie parce qu’il fit l’effort de mobiliser des composantes importantes des masses par l’usage d’une propagande extra-parlementaire. Les Corps Francs furent parmi ses précurseurs les plus importants, lui pavant la voie. Leurs buts étaient à bien des égards identiques au sien. Mais malgré tout le processus de barbarisation subi par leurs attitudes et mentalités, ils demeuraient attachés à la tradition de l’élite des officiers – la tradition de la vieille satisfaktionsfähige Gesellschaft, tant noble que de classe moyenne. Le caporal Hitler renversa les barrières élitistes du mouvement des étudiants et officiers et le transforma dans un vaste mouvement populiste, sans les restrictions élitistes qui entravaient sa diffusion dans les masses. Appartenir à la « race allemande » ouvrait la porte à bien davantage de gens que l’appartenance à la bonne société, noble ou de classe moyenne et, dans la jeunesse, au corps des officiers ou aux associations étudiantes (Elias, 1996 : 197).

40L’accès d’Hitler au pouvoir a donc impliqué un processus de démocratisation d’un type spécifique. Il s’agissait d’un processus d’une violence croissante et l’Etat de Weimar manquait du pouvoir de s’y opposer efficacement. Comme Elias l’indique : « La violence du mouvement national-socialiste, avec l’aide d’organisations paramilitaires privées, entraîna la dissolution presque complète du monopole de la force, sans lequel un Etat ne peut fonctionner à long terme, et détruisit de l’intérieur la République de Weimar » (Elias, 1996 : 228).

La montée des Nazis

41Les processus allemands d’unification de l’État et d’industrialisation ne sont pas nés de pressions structurelles venant du bas, mais bien davantage d’en haut sous l’égide de l’absolutisme. Au nombre des conséquences supplémentaires de ce fait, Elias relève qu’avant leur défaite de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands n’ont généralement pas développé un habitus d’auto-gouvernement, accordé aux logiques de négociation du gouvernement parlementaire. Au contraire, le modèle qu’ils ont développé dépendait de contrôles externes, autoritaires. Il s’exprimait dans la grande valeur attribuée à des notions telles que Kadavergehorsam (obéir perinde ac cadaver) ou le Radfahrermechanismus (mécanisme du cycliste) (Elias, 1996 : 380-382). Hans Frank, le Reichsminister et gouverneur général de la Pologne occupée, exprimait ce second principe en remaniant Kant pour écrire que « L’impératif catégorique d’action dans le Troisième Reich est le suivant : agit de telle sorte que le Führer, s’il connaissait ton action, lui donnerait son approbation » (Elias, 1996 : 383). La métaphore du « mécanisme du cycliste » faisait référence à un désir (lust) de soumission aux titulaires du pouvoir et à un déplacement des affects hostiles qui en découlaient vers les inférieurs. Ceux qui illustraient ce mode de comportement étaient nommés Radfahrer, donc « cyclistes », parce qu’ils « courbaient le dos devant ceux qui étaient au-dessus d’eux et piétinaient ceux situés en dessous » (Elias, 1996 : 380). Pour Elias c’était là l’une des nombreuses indications de la façon dont un complexe de traits profondément enracinés de l’habitus allemand, de sa culture et de ses structures sociales stimulait l’identification avec les autorités et les oppresseurs, pour conduire, sous le nazisme, aux résultats qui devinrent clairement visibles avec l’Holocauste et les exécutions de masse, les chambres à gaz et les marches de la mort.

42Dans The Germans, Elias a introduit une distinction – basée sur celle qui oppose magie noire et magie blanche – entre les idéologies « noires » et « blanches ». La doctrine nazie, suggère-t-il, était une idéologie noire, remplie d’idées plus appropriées à un monde préindustriel qu’industriel (Elias, 1996 : 380). Filant la métaphore, il suggère qu’

Hitler était par essence un sorcier politique novateur. Il ne s’agit pas là d’une figure de style mais d’un simple jugement de fait pour dire qu’en Allemagne Hitler avait une fonction et des caractéristiques identiques à celles d’un faiseur de pluie, d’un sorcier ou d’un shaman dans de simples groupements tribaux. Il rassurait un peuple angoissé et souffrant, l’assurant qu’il lui donnerait ce qu’il désirait le plus, tout comme un faiseur de pluie promet à des gens menacés par la faim et la soif qu’il va faire tomber la pluie (Elias, 1996 : 389).

43Hitler et les Nazis ont aussi apporté aux Allemands une impulsion de prestige bien propre à renforcer l’ego et pour laquelle les Allemands n’eurent rien à faire. L’opération consistait à les décréter « Aryens », membres d’une « race de seigneurs ». Elias affirme que l’Holocauste a découlé directement de l’idéologie raciale des nazis. Cependant, si le nazisme et l’Holocauste dérivent pour partie de processus socio-historiques et psychologiques qui étaient spécifiquement allemands, pour d’autres composantes, Elias relève aussi qu’ils émergèrent de tendances modernes plus générales et n’étaient en aucune manière uniques. Il écrit :

Bien des événements contemporains suggèrent que le national-socialisme a révélé, sans doute sous une forme criante, des traits partagés par les sociétés modernes, des tendances à agir et penser qui peuvent être trouvées ailleurs » (Elias, 1996 : 303).

  • 9 Par exemple, Hitler parlait de façon répétitive de « destruction » des Juifs dans ses discours, ma (...)

44Nombre des sociétés du temps présent recèlent des groupes aux croyances similaires à celles des Nazis. Comment Elias tente-t-il d’expliquer la tentative de ces derniers d’exterminer les Juifs ? Pour lui, les Nazis n’ont trouvé que des avantages limités à utiliser les Juifs comme boucs émissaires dans leur course au pouvoir. Les Nazis et bien d’autres Allemands n’ont aussi trouvé que des avantages économiques limités à exproprier et tuer les Juifs (Elias, 1996 : 304). Le point de vue d’Elias est donc que les considérations économiques et stratégiques ne peuvent pleinement rendre compte de ce que les Nazis ont appelé la « solution finale ». Pour Elias un fait est central pour la compréhension de l’Holocauste : la destruction des Juifs avait été de longue date l’un des buts avoués d’Hitler, but partagé par les leaders SS dont Elias note qu’ils étaient les champions d’une orthodoxie national-socialiste militante. Et Hitler, Himmler, Heydrich et leurs cohortes SS n’ont jamais fait mystère de leurs intentions génocidaires9. En un mot des millions de Juifs (et d’autres considérés comme « indignes de vivre ») ont été assassinés parce qu’Hitler et les chefs nationaux-socialistes étaient des « antisémites exterminationnistes » (Goldhagen, 1997) qui croyaient avec ferveur que les Juifs étaient une « race inférieure » dont la présence en Allemagne constituait une menace pour le Volk allemand, parce que, en tant que peuple sans Etat, les Juifs étaient les vecteurs du capitalisme et du marxisme-bolchevisme, que les leaders nazis tenaient pour les plus grandes menaces dans le monde moderne. Il s’en suit pour Elias que, lorsque dans le cours de la Seconde Guerre mondiale, Hitler et l’élite nazie n’ont pas eu à se soucier davantage de l’opinion étrangère, ils ont fait usage de leur pouvoir sur le peuple allemand pour assurer la réalisation d’une croyance à laquelle ils tenaient avec ferveur et qui constituait la clé de leur Weltanschauung. Pour citer Elias :

Il n’est pas difficile de répondre à la question de savoir pourquoi, en 1939, la voie du massacre de tous les Juifs fut prise. La décision elle-même et sa mise en œuvre découlaient directement d’une doctrine centrale du système de croyances nazi. Hitler et ses adeptes n’avaient jamais fait mystère de leur totale et irrévocable hostilité envers les Juifs, ni de leur vœu de les anéantir. Il n’est pas surprenant que, lorsque le risque ne parut pas davantage trop considérable, ils aient finalement commencé à traduire leur vœu de destruction dans les faits (Elias, 1996 : 311-12).

45Le point de débat tient ici pour Elias en ce que l’idéologie raciale des Nazis n’était pas un jeu d’idées conçues pour masquer des buts ou des intérêts présumés à l’inverse « rationnels », mais qu’elle constituait la pierre de touche de leur plan pour établir un Reich millénaire, racialement pur, gouverné par la « race des seigneurs » allemande. Qui étaient les gens qui s’accrochaient à ce qui est maintenant reconnu comme des idées grotesques, sans fondement scientifique ? Pour Elias :

Parmi les facteurs plus ou moins superficiels dans l’essor du mouvement national-socialiste figuraient les caractéristiques sociales singulières de son élite. La majorité des leaders du parti étaient des… « demi-instruits » (half-educated). Ils étaient – et cela n’a rien d’inhabituel dans un mouvement de ce type – des outsiders ou des ratés de l’ancien ordre, souvent remplis d’une ambition dévorante qui leur interdisait de supporter leurs insuffisances et de se les avouer. Le système de croyances nazi avec sa mince couche de vernis pseudo-scientifique appliqué sur une mythologie nationale primitive et barbare, constituait l’un des symptômes les plus extrêmes de la pénombre morale et intellectuelle dans laquelle ils vivaient. Parce que ces croyances ne tenaient pas face à leur jugement, parce que, hormis de rares exceptions, ils ne ressentaient aucun attrait pour elles, les gens plus instruits ont souvent mésestimé le sérieux de cette croyance même et la réalité des sentiments qui s’y investissaient. Peu des mythes sociaux – et plus encore nationaux – de notre temps sont dépourvus de mensonges et de contenus barbares de ce genre. La doctrine national-socialiste montre, comme un miroir déformant, quelques-uns de leurs traits communs dans une forme aveuglante (Elias, 1996 : 315).

46En bref, le système de croyance nazi était plein d’absurdités lourdes de barbarie – comme ce retour au Moyen-Age que manifestait la réintroduction des exécutions publiques-tout spécialement en ce qui concerne des questions comme la « nation » et la « race ». En tant que tel, il n’est jamais qu’un exemple extrême d’un type d’idéologies qui ne sont pas rares dans les sociétés modernes. Elle exerce d’abord son attrait sur un genre de personnages de « demi-instruits » – « autodidactes » pourrait être un terme plus adéquat – qui ont imprimé leur marque sur bien des choses qui étaient caractéristiques de la civilisation du XXe siècle, pas seulement en Allemagne, mais dans bien d’autres pays aussi. En Allemagne toutefois, les circonstances devaient conspirer pour projeter ce genre de personnages vers des positions de pouvoir, et à partir de leur accession au pouvoir tant une Seconde Guerre mondiale que l’Holocauste voyaient leur probabilité s’accroître.

47Contrairement à une vision dominante, la théorie des processus de civilisation d’Elias jette une lumière pertinente et intéressante sur ces événements authentiquement barbares. Voilà ce que j’ai voulu montrer dans ce texte.

Notes

1 Traduction d’Erik Neveu, revue par l’auteur.

2 Lorsque je lui demandai dans les années soixante s’il souhaitait ou non réviser sa théorie, Elias répondit que « Oui », il abandonnerait certaines des terminologies mécanistes de son texte original, par exemple des termes comme « mécanisme du monopole » et « mécanisme royal ».

3 Bauman ne donne qu’un exemple d’expertise, celui d’un ingénieur nommé Willy Just qui joua un rôle dans la conception des camions dans lesquels, tout d’abord des gens considérés comme ayant des tares héréditaires, et plus tard, des Juifs, furent gazés.

4 En français dans le texte.

5 Le concept d’habitus est habituellement attribué à Bourdieu mais il s’agissait d’un terme standard de la sociologie allemande avant la période nazie et Elias l’utilise tout au long de Über den Prozess der Zivilization.

6 Sauf indication contraire, les références sont ici celles de l’édition anglaise en un volume (Routledge, 1994) du Procès de civilisation, paru en français en deux tomes.

7 La traduction française rend l’anglais development par évolution, terme dont Elias souhaitait que l’usage soit restreint aux phénomènes biologiques pour bien mettre en valeur le fait qu’il parlait par contre de changements sociaux.

8 Le rôle de Goethe dans la petite cour de Weimar constitue à cet égard une exception.

9 Par exemple, Hitler parlait de façon répétitive de « destruction » des Juifs dans ses discours, mais aussi dans Mein Kampf. Hitler, Himmler, Heydrich et leurs larbins s’efforcèrent cependant de préserver le secret sur leurs camps d’extermination, les actions génocidaires des Einsatzgruppen et plus encore à l’égard de l’assassinat des malades mentaux et autres personnes « indignes de vivre ». On doit se souvenir que la « race » était le grand principe organisateur de l’Etat nazi. Du reste, l’Holocauste peut être perçu dans une de ses dimensions comme une tentative de mise en œuvre des idées eugénistes sur une échelle massive.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540