Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Norbert Élias et la théorie de la civilisation

 | 
Yves Bonny
, 
Erik Neveu
, 
Jean-Manuel de Queiroz

Introduction

Yves Bonny, Erik Neveu y Jean-Manuel de Queiroz

Texto completo

1Une des formes paradoxales de reconnaissance des travaux de sciences sociales s’exprime dans l’entrée dans un sens commun cultivé de concepts et de problématiques qui apparaissent comme autant de marques déposées, de mots-clés d’une œuvre ou d’un auteur. Dans une logique plus propre à mesurer une revendication de hauteur ou d’encyclopédisme intellectuel qu’à attester de la compréhension exacte des concepts et moins encore de leur bon usage, on pourrait inviter un public fortement scolarisé à une version académique du « Trivial Pursuit ». Si je vous dis anomie ? Et charisme ? Distinction ? Dans cette logique du grand oral ou du clin d’œil cultivé, nul doute que « Procès de civilisation » n’apparaisse, avec figuration, comme l’équivalent de la formule magique ou de l’invocation présumée faisant sens en un terme de la quintessence de la pensée de Norbert Elias.

Procès de civilisation

  • 1 On trouvera cependant des résumés pertinents dans Mennell (1989), Heinich (1997) et Fletcher (1997 (...)

2La théorie des processus de civilisation appartient aujourd’hui aux ressources analytiques de nombreuses sciences sociales, en particulier en France où les historiens ont grandement contribué à la consécration tardive du sociologue de Leicester, tant dans l’Université française qu’au plan international. Résumer une théorie comporte toujours le risque de la simplifier et de l’appauvrir1. Celle des « procès de civilisation » constitue le cœur de tous les travaux produits par Elias jusqu’aux années quarante. Il y souligne le rôle clé joué par la construction graduelle d’un appareil d’État capable de se doter d’un double monopole du prélèvement fiscal et de la violence légitime. Si la parenté webérienne est évidente, la singularité d’Elias vient de ce qu’il déplace le regard. Le monopole de la violence légitime est certes un outil de domination, mais il est aussi un instrument de pacification des rapports sociaux. Dans un monde qui, à défaut d’être paisible, se trouve graduellement libéré de l’insécurité permanente et anxiogène des violences privées et des raids entre seigneurs, l’agressivité, le recours à la violence cessent d’être fonctionnels. Le sentiment d’une relative sécurité garantie par la force publique introduit une dynamique de contrôle et de refoulement de l’agressivité. Dans le même temps, Elias souligne comment, par-delà de fortes variations nationales, des tendances communes sont à l’œuvre en Occident. L’émergence d’une civilisation urbaine, le développement de nouveaux groupes liés au commerce, à l’artisanat, à l’administration d’un appareil d’État en phase d’institutionnalisation, l’allongement et la complexification des chaînes d’interdépendances sociales qui en résultent suscitent une complexité inédite des rapports sociaux. Au monde simple, réductible à un schème binaire de l’ennemi justiciable de la force et de l’allié, que reflètent les romans de chevalerie, se substitue un univers plus complexe où même rivaux ou compétiteurs peuvent en bien des cas être aussi utiles, devenir de possibles alliés dans les jeux de pouvoir curiaux ou pour tirer parti des richesses nées de la projection de l’Europe vers les nouveaux mondes. L’analyse d’Elias est donc une sociologie de l’émergence graduelle, complexe, non homogène des conditions de possibilité de comportements civilisés. Mais son immense intérêt est d’articuler cette sociogenèse à une psychogenèse, à une étude fine des processus et institutions par lesquels le contrôle des affects, de la violence, l’essor de dispositions réflexives et calculatrices se trouvent intériorisés, incorporés par les « civilisés ». L’analyse de la société de cour (Elias, 1985) comme laboratoire social et foyer de rayonnement de ces transformations constitue un des points-clés de l’analyse éliasienne, dont on peut suggérer au risque d’abuser de la formule qu’elle donne la clé d’une sociologie des conditions de naissance et d’affermissement de ce que Freud théorisera plus tard comme le « surmoi ».

3Appuyé sur un travail historique ambitieux, l’intérêt de ce cadre théorique est évident. Il invite en actes à transcender des oppositions canoniques et souvent stérilisantes, entre sociologie et psychologie, structures matérielles et symboliques-affectives. Il dépasse dans les mêmes conditions le débat individu-société pensé sur le mode de l’œuf et de la poule. En associant à la notion de civilisation non la célébration d’un modèle culturel ou une sorte de foyer national, mais des indicateurs objectifs relatifs à la structure des réseaux d’interdépendance sociale, à la curialisation des guerriers, à la construction de dispositions qui refoulent la violence ou rendent sa présence inconfortable, le modèle ouvre aussi la possibilité de faire échapper un questionnement sur cette notion à sa malédiction anthropocentrique. Le questionnement sur la civilisation des mœurs comporte aussi le mérite éminent de contribuer à soustraire des questions comme les manières de table, les mœurs sexuelles, la pudeur ou le rapport au corps au statut de curiosités amusantes ou d’objets d’érudition en donnant des prises pour les constituer en objets d’analyses sociologiques.

  • 2 Voir A. Garrigou et B. Lacroix (1997), ainsi que la table ronde organisée par les Cahiers internat (...)

4Cette grille théorique a été très largement sollicitée tant par les historiens que par les sociologues – spécialement britanniques et néerlandais. Elle est à l’origine du colloque que nous avons organisé à l’Université Rennes2 les 13 et 14 octobre 2000 sous le titre « Questions au procès de civilisation ». Son objet n’était ni de produire un bilan des travaux, ni de nous adonner à un exercice de célébration, mais davantage de chercher à baliser les objections adressées à cette thèse, et les débats, défenses, illustrations et adjonctions au cadre initial nés de ces objections.

Contestations et Polémiques

5Les discussions et objections, souvent passionnées, suscitées par les analyses d’Elias sont assez variées et nombreuses pour qu’il soit difficile d’en proposer une présentation et a fortiori une discussion exhaustive.

6Les unes viennent d’une partie de la communauté des historiens français, qui après avoir joué un rôle décisif dans le succès de ce dernier 2, questionnent désormais de manière plus critique les lacunes et raccourcis de son argumentation historique, de sa documentation. De multiples textes sont le signe de cette prise de distance, lisible dans la préface d’André Burgière à la traduction d’une partie de la somme de Hans-Peter Duerr (1998). Tout en restant sensible à l’apport d’Elias, Robert Muchenbled (1998, chapitre III), questionne ainsi ce qu’il tient chez le sociologue pour une sous-estimation majeure du rôle des Églises et de la religion dans la production de dispositions civilisées. De manière beaucoup plus catégorique, Emmanuel Le Roy Ladurie (1997) annexe à un récent travail sur Saint-Simon une note assassine sur le caractère « téléologique », « vieillot et même invraisemblable » (p. 517) de l’argumentation éliasienne. Il suggère que les travaux de Daniel Gordon invalident fondamentalement la vision du procès de civilisation à laquelle il promet, peut-être imprudemment, de consacrer sous peu un définitif Tombeau pour Norbert Elias.

7Qu’un livre rédigé à la fin des années trente par un chercheur qui n’était pas un historien de profession comporte lacunes et raccourcis est plus que plausible. Par ailleurs, on peut questionner la vigueur de certaines prises de distance ou désamours. La lecture du passionnant travail de Daniel Gordon (1994), présumé ruiner in extenso l’édifice éliasien, suggère l’utilité d’une réévaluation du rôle respectif de la « Cour » et de la « Ville » comme foyers d’un processus de civilisation. Au-delà de ce correctif important, on discerne mal en quoi cette réévaluation de l’action de divers acteurs invaliderait la pertinence d’un cadre global de questionnement et d’analyse.

  • 3 À côté du seul volume traduit sur les cinq de l’opus duerrien, on en trouvera un compte-rendu ains (...)
  • 4 Citée par Roger Chartier dans son avant-propos à Sport et civilisation (1994 : 19).

8Un assaut plus frontal est venu de l’œuvre de Hans-Peter Duerr3 dont il n’est pas abusif d’écrire que sa vie aura été consacrée à disqualifier l’approche éliasienne. Trop schématiquement résumé, un des arguments centraux de la critique de Duerr consiste à souligner ce qu’on pourrait désigner comme une universalité de comportements de pudeur, d’autocontrôles, jusque dans des sociétés manifestement insusceptibles de correspondre à l’essentiel des préconditions qui selon Elias enclenchent ces processus. L’immense érudition de Duerr ne peut qu’impressionner. Son œuvre invite assurément à penser la diversité des conditions et processus sociaux capables d’engendrer des comportements d’autocontrôle. Dans le meilleur des cas elle introduit une question forte mais encombrante : celle de l’origine et de l’explication de ce qui apparaît alors comme des universaux (pudeur, autocontrôles sexuels) bien proches du vieux thème de la nature humaine. Plus encore la critique de Duerr ne semble pas toujours parfaitement informée, tant de l’ensemble des ramifications de l’analyse éliasienne (comme le thème de l’informalisation), que de certaines de ses propositions centrales. Pour n’en mentionner qu’un cas, Elias n’a jamais exclu que des sociétés dites primitives puissent pratiquer des formes d’autocontrôle des affects ou de l’agressivité. Comme il l’exprime dans une lettre à Cas Wouters4 :

J’ai toujours considéré l’idée selon laquelle le principe qui caractérise un procès de civilisation est l’accroissement du « self-control » comme un contresens fondamental. Une des raisons est que vous trouvez souvent dans des sociétés relativement simples une très forte exigence de self-control.

9Il faut en fait d’autres critères qui sont la généralité de ces autocontrôles, leur emprise sur tous les compartiments de la vie sociale, ensuite une certaine égalité des contraintes dans tous les types de relations… en d’autres termes que les différences de statut social, les oppositions vie privée – vie publique ne commandent pas des différences considérables dans le degré d’autocontrainte. On a alors un « “self-control” tempéré (ni trop faible, ni excessif) ».

10La liste des topoï désormais classiques de débat autour des thèses éliasiennes ne s’arrête certes pas là. On y ajoutera le questionnement sur le possible caractère normatif de cette approche. N’est-elle pas marquée par une orientation occidentalo-centrée, voire téléologique ? Ne peut-on, dans une perspective plus herméneutique, y déceler des contradictions ou des tensions internes ? Sans contester la pertinence de ces débats et mises au point, c’est davantage vers deux « actualités », entendues à l’aune du temps long comme deux caractéristiques du XXe siècle, que nous avions invité les participants à formuler leurs contributions.

Le siècle des décivilisations ?

11Deux types de développements historiques, profondément distincts mais largement propres au XXe siècle, adressent en effet un questionnement majeur au modèle d’analyse éliasien.

12Sur le mode noir, sanglant et tragique, il s’agit au premier chef de l’apparition de combinaisons de violence associant une intensité, une férocité et une « rationalité » qui semblent sans grands antécédents dans l’histoire. Dans des travaux qui ont fortement renouvelé l’historiographie, Stéphane Audouin-Rouzeau et Annette Becker (2000) ont mis l’accent tant sur l’intensité et la démesure de la violence guerrière, de la destruction des corps dans la guerre de tranchées, que sur la façon dont des manifestations « barbares » de haine et de cruauté contre les ennemis, y compris civils, s’expriment dès les débuts de la Grande Guerre. Leurs travaux questionnent explicitement Elias, la fragilité de cet habitus civilisé qui se serait constitué au fil des siècles. Ce sont bien entendu aussi, d’abord, les grands génocides du XXe siècle – et le caractère pléonastique de l’expression (Bauman, 1989) dit assez la nature de l’enjeu théorique sous-jacent – qui mettent directement en cause la pertinence d’un discours sur la civilisation. Adorno se demandait ce que pouvait être le statut de l’art après Auschwitz. Il est clair que le génocide arménien, celui des Juifs d’Europe, les massacres réalisés par les Khmers rouges, ceux récents du Rwanda, constituent plus qu’un défi quant à la capacité explicative, la simple crédibilité factuelle d’une théorie de la civilisation et de son enracinement social. Enfin, même si ces violences peuvent apparaître comme presque anecdotiques au regard des déferlements de meurtres, de cruauté et de haine évoqués à l’instant, le XXe siècle finissant aura aussi été, en renversement d’une tendance vieille de plus de trente ans, celui d’un redémarrage dans les pays occidentaux des chiffres de la violence contre les personnes (Lagrange, 1998), celui de l’expansion des « in-civilités » ou d’affrontements physiques susceptibles d’engendrer morts et blessés chez une part des spectateurs de compétitions sportives. Norbert Elias n’a certes jamais dépeint le procès de civilisation comme une progression linéaire et régulière, comme un mécanisme insusceptible de ruptures. Mais on est ici, sans équivoque, bien au-delà de pannes, de rechutes dans un processus dont le cap resterait globalement inchangé.

  • 5 Sans revendiquer Elias comme référence centrale, le travail de Jean-Claude Kaufmann (1995) répond (...)

13Questionnée de manière frontale par des formes inédites de violence de masse, la thèse du procès de civilisation l’est aussi au pôle du contrôle des mœurs sur les terrains de la pudeur, de la sexualité, de la rétention des affects non agressifs. Ce registre de transgression est a priori plus doux, plus vivable que celui de la violence pour les civilisés… Il n’en questionne pas moins la problématique de la civilisation. Comment associer la civilisation à l’idée d’un fort niveau d’autocontrôle des affects, d’un rapport au corps qui intériorise une large part des effets des « disciplines » théorisées par Foucault quand c’est toute la chair de la quotidienneté qui semble manifester la désuétude, voire la ringardise de ces modèles d’analyse ? Que peuvent bien dire les analyses éliasiennes de la pudeur quand la pratique des seins nus se généralise sur les plages5 ? Quand tant la littérature que le cinéma ou la télévision font de la mise en scène du détail et de la variété des comportements sexuels un spectacle et un argument de vente ? Et la pudeur physique n’est pas seule en cause. Peut-on penser dans les catégories du procès de civilisation des phénomènes tels que le retrait – souvent volontaire, au moins partiel et temporaire – des barrières de sacralité, des masques officiels qui protégeaient les puissants ? Comment y intégrer les expressions multiformes de processus d’abaissement des seuils affectifs et symboliques, des tabous expressifs ou émotionnels entre hommes et femmes, générations, supérieurs et subordonnés dans la relation de travail ? Ni dans la cité industrielle, ni même toujours dans le cadre domestique, le XXIe siècle ne se réduit à la convivialité généralisée. La multiplicité des restrictions et dévaluations des formalismes sociaux qui s’y observent, l’apparence de multiples relâchements des auto-contraintes apportent néanmoins un besoin de clarification quant à la perception et à la réalité d’un humain civilisé, fortement contrôlé par un surmoi puissant, ayant fait de l’impératif disciplinaire une seconde nature, du port permanent du masque le seul moyen de dominer et de cacher la périlleuse météo de ses affects.

  • 6 Ce volume ne pouvait reprendre la totalité des interventions. Nos remerciements vont aussi à tous (...)

14Ce volume et ses contributions s’organisent donc pour l’essentiel autour de ces deux défis adressés par le XXe siècle aux analyses d’Elias et des réflexions qu’ils ont inspirées aux participants au colloque6. Cette opposition thématique est redoublée au sein des deux parties par un second clivage qui doit lui à l’identité des participants. Un certain nombre des figures les plus respectées parmi les collaborateurs directs de Norbert Elias et les universitaires qui se sont inspirés de son travail dans leurs recherches récentes étaient présents à Rennes : Eric Dunning, Stephen Mennell, Abram de Swaan, Cas Wouters. La persistance du provincialisme français – qu’illustre à l’heure où nous rédigeons cette préface la non-tra-duction du monumental The Germans (1996), ou la méconnaissance très répandue de toute la littérature néerlandaise sur la question de l’informalization – engendre un double phénomène de décalage horaire et intellectuel. Concrètement, les chercheurs francophones qui ne dépouillent pas un certain nombre de revues anglophones (British Journal of Sociology, Theory, Culture and Society, pour n’en citer que deux) n’ont guère de chances de trouver dans les revues francophones les échos des débats qui ont agité la communauté scientifique internationale quant à la pertinence et l’actualité des thèses de Norbert Elias. Nous avons donc voulu profiter de ce volume à la fois pour restituer les débats et terrains sur lesquels s’étaient noués les échanges à Rennes et pour faire œuvre de relais des échanges dans le monde anglophone. On trouvera donc dans les deux parties de ce recueil à la fois des contributions qui, sans négliger le terrain, recadrent des débats et des notions et d’autres qui, sans renoncer à l’ambition théorique, s’emploient davantage à mettre à l’épreuve les problématiques éliasiennes sur des terrains et objets souvent inédits.

Un itinéraire de lecture

15Nous avons choisi d’ouvrir ce volume par un bref texte de cadrage dû à Stephen Mennell, qui condense la problématique des processus de civilisation et décivilisation. Le parti pris comparatiste de cette contribution – centrée sur l’Asie – a pour intérêt évident de suggérer que la notion éliasienne de civilisation peut trouver à s’appliquer à d’autres dynamiques sociales que celle de l’Occident. Mais l’enjeu de ce texte est aussi de mettre en lumière les difficultés considérables auxquelles se heurte l’entreprise comparatiste : énormes différences de cadres temporels des processus, contrastes tout aussi considérables dans l’intensité et la durée des séquences de rupture ou de recul du procès de civilisation, nécessité de prendre en compte au moins quatre sous-processus qui ne se prêtent pas toujours à la construction d’indicateurs permettant d’objectiver les comparaisons.

16Un premier bloc de contributions se fixe ensuite sur le déchiffrement des processus de violence extrême, et au premier chef des génocides, au regard des travaux d’Elias. Eric Dunning développe une revue des critiques adressées à Elias. Les objections qu’il adresse avec vigueur aux critiques d’Elias permettent à la fois de baliser les arguments d’un débat trop méconnu des francophones, et d’amorcer un tri entre des objections dont la radicalité suggère surtout une méconnaissance des analyses d’Elias et d’autres plus dignes de déclencher un débat de fond. Dunning s’emploie à souligner combien la compréhension des génocides – et d’abord de celui des Juifs d’Europe où disparut sa propre mère – et scénarios de dé-civilisation a toujours été douloureusement présente et thématisée dans le travail d’Elias. L’article d’Abram de Swaan qui lui succède prolonge cette discussion et propose de développer à partir d’Elias, au-delà d’Elias, une analyse des processus volontaires et organisés de traitement « barbare » de certaines populations par le biais de mécanismes de « compartimentation » et de « désidentification ». Cette réflexion débouche sur une distinction conceptuelle entre dé-civilisation et dys-civilisation dont l’actualité la plus récente (génocide rwandais, conflits en Bosnie par exemple) montre toute la dramatique pertinence, jusque dans le détail pratique de l’organisation des massacres. Les conflits dans le territoire de l’ex-Yougoslavie sont d’ailleurs le terrain sur lequel raisonne Harald Waydra pour suggérer la capacité des paradigmes éliasiens à rendre compte du présent. Wydra insiste en particulier sur l’importance des grands mythes, des panoplies identitaires, sur leurs modalités de sollicitation dans les moments liminaux, éminemment périlleux, où une société se recompose. Son étude montre à quel point la logique de « double bind » où la peur de l’autre déclenche des comportements agressifs qui suscitent une montée des tensions est propice à la rupture des régulations propres à la civilisation. Le texte de Patrick Bruneteaux propose d’ajouter aux analyses éliasiennes des génocides ce qui serait leur « chaînon manquant » : la question de la gestion de l’angoisse de mort. Dans des conditions de rupture des fondements de la civilisation, celle-ci pourrait se déplacer de fantasmes d’éternisation dans une progéniture, un patrimoine, une œuvre vers des expressions destructrices et sadiques, la souffrance infligée, l’assassinat de catégories entières socialement stigmatisées venant remplir un « vide social », réinventer une économie barbare et inédite du sacrifice. Suggérant une forme d’articulation entre les deux parties de ce recueil, Fabienne Soldini, qui clôt ce premier ensemble de textes, s’intéresse aux récits d’horreur, au « gore ». Ils mettent en scène un corps soumis aux pires dégradations et agressions. À travers cette mise en récit, cet imaginaire de la violence extrême, de la putréfaction, de l’exhibition du plus trivial des fonctions, fluides et ingrédients corporels, ce sont aussi tant les tabous relatifs à la violence que ceux relatifs à la décomposition du corps (Elias, 1998) qui sont sollicités, défiés, exorcisés.

17En s’écartant des terrains tragiques qui sont communs à ce premier jeu de contributions, la seconde partie de ce volume se fixe sur une problématique de l’informalisation. La teneur de cette notion, son rapport aux analyses d’Elias sont explicités par Cas Wouters, qui est sans doute, autant qu’Elias lui-même, le sociologue qui a le plus contribué à donner consistance à cette notion, à la faire avancer à partir d’études de cas. Quatre monographies, aux terrains originaux, viennent ensuite faire travailler cette notion.

18Fortement complémentaires, les contributions de Christian Le Bart et Erik Neveu s’intéressent au personnel politique dans un monde informalisé. Élus et chefs de partis jouent de la nostalgie chevaleresque ou de l’exhibition des affects et de l’intime pour gérer les tensions spécifiques à un métier qui les contraint simultanément à porter le masque et à pratiquer la « langue de bois » tout en faisant assaut d’« authenticité », de sollicitation du personnage privé désormais devenu, sur le plateau de Michel Drucker, seule incarnation politique digne d’une heure de grande écoute. Les deux dernières contributions explorent l’univers des pratiques musicales et corporelles pour y tester la présence et la pertinence des dynamiques de l’informalisation. Il s’agit pour Jacques Le Bohec et Philippe Teillet de questionner les usages des musiques, et notamment de celles réputées violentes, dans la civilisation-adoucissement des mœurs. Stéphane Héas et ses coauteurs invitent pour leur part à chercher ce qu’une approche éliasienne peut apporter à notre compréhension de la place prise par certaines pratiques sportives ou corporelles (relaxation, marathon, arts martiaux). Ce détour par le monde des activités sportives et physiques vient souligner combien les savoir-faire liés à une relaxation qui veut dépasser le clivage occidental corps/esprit peuvent s’intégrer au mouvement de l’informalisation. Il explicite aussi la manière dont ces modalités en plein essor de gestion du corps et de la psyché peuvent aujourd’hui constituer le support d’un ensemble de professions et savoir-faire proposant des formes inédites de cure et de biens de salut, le vecteur aussi d’un rapport plus réflexif, d’une sophistication accrue des autocontrôles face au stress, à la douleur.

19Ce livre n’épuise ni ne clôt les débats ouverts par l’approche éliasienne des procès de civilisation. Si la majorité des contributions rassemblées ici expriment des proximités ou des dettes à l’égard d’Elias, l’enjeu de ce recueil n’est pas de défendre une quelconque orthodoxie. Nous aurions le sentiment d’avoir fait œuvre utile et de ne point avoir trahi l’esprit ouvert et convivial de notre colloque rennais si le lecteur tirait de ces chapitres sinon trois « leçons », du moins trois invites.

20La première serait de lire ou relire Elias, en ayant en particulier à l’esprit que la fréquentation de La civilisation des mœurs (1973) et de La dynamique de l’Occident (1975), même complétée de La société de cour (1985), ne suffit pas. Avec la publication de The Germans près d’un demi-siècle après, c’est un volume à part entière, centré sur le bilan du nazisme, qui vient constituer une trilogie qui doit être lue intégralement et relationnellement. Une seconde invite consisterait à prendre connaissance des débats, critiques, prolongements qu’a suscité cette thèse, dans une communauté anglophone dont les habitudes de confrontation directe dans revues et comptes rendus sont souvent plus vivantes et plus rigoureuses que celles des polémiques intellectuelles franco-françaises. Quel que soit le rapport du chercheur à la sociologie d’Elias, il ne pourra produire que de la meilleure science sociale en prêtant attention tant à la vivacité des échanges directs qu’à la subtilité des différences implicites entre Bauman, Burkitt, Dunning, Mennell, de Swaan, Wouters et quelques autres.

21Enfin nous voudrions avoir convaincu en actes, à travers la teneur même d’une majorité des textes de ce volume, que si les théories étaient faites pour être débattues, disséquées, confrontées, elles étaient aussi et d’abord à utiliser comme des boîtes à outils, des guides de recherche. Il s’agissait donc aussi d’explorer des terrains avec Elias, d’entretenir à l’égard de ses concepts et problématiques un rapport sans dévotion, allant parfois jusqu’à bousculer les cadres théoriques dans le dessein de les rendre productifs, générateurs de plus d’intelligence du réel. Y sommes-nous parvenus ? Au lecteur d’en juger. À lui de faire mieux… retrouvant en cela une des grandes leçons de méthode de Norbert Elias : les théories servent à traiter et résoudre des énigmes concrètes. Si elles ne peuvent y parvenir, elles ne méritent pas le nom de théories.

Notas

1 On trouvera cependant des résumés pertinents dans Mennell (1989), Heinich (1997) et Fletcher (1997).

2 Voir A. Garrigou et B. Lacroix (1997), ainsi que la table ronde organisée par les Cahiers internationaux de sociologie (1995).

3 À côté du seul volume traduit sur les cinq de l’opus duerrien, on en trouvera un compte-rendu ainsi qu’un état des débats en Allemagne, dans la mise au point de Dominique Linhardt (2002).

4 Citée par Roger Chartier dans son avant-propos à Sport et civilisation (1994 : 19).

5 Sans revendiquer Elias comme référence centrale, le travail de Jean-Claude Kaufmann (1995) répond à cette question… en montrant avec force l’intensité des autocontrôles, d’une police des corps et des regards que suppose cette nudité partielle, soit la définition même de l’informalisation comme « relâchement contrôlé des contrôles »

6 Ce volume ne pouvait reprendre la totalité des interventions. Nos remerciements vont aussi à tous ceux dont les textes et la participation ont contribué à la réussite intellectuelle et conviviale de ces deux journées

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540