Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Norbert Élias et la théorie de la civilisation

 | 
Yves Bonny
, 
Erik Neveu
, 
Jean-Manuel de Queiroz

Les auteurs

Texte intégral

1Yves Bonny (1958) est Maître de conférences en sociologie à l’Université Rennes 2 et membre du CERPPE (Centre de recherches sur les politiques et pratiques éducatives). Ses champs de recherche concernent principalement la sociologie politique, la sociologie historique, les processus de construction identitaires et l’individualisme, les débats autour de la modernité et de la postmodernité (il termine actuellement un livre à ce sujet). Parmi ses publications récentes, mentionnons « Michel Freitag ou la sociologie dans le monde », in Michel Freitag, en collaboration avec Yves Bonny, L’oubli de la société : Pour une théorie critique de la postmodernité, Rennes, PUR, et Québec, Presses de l’Université Laval, 2002.

2Patrick Bruneteaux (1964) est chercheur au Centre de Recherches Politiques de la Sorbonne (Université Paris 1). Il s’est spécialisé dans l’étude des questions de violences dans les États modernes : Maintenir l’ordre, Presses de Sciences Po, 1996 ; Nouvelles figures du sous-prolétariat, L’Harmattan, 1999. Ses travaux récents ont porté sur les camps nazis : « Entre dérision et dérisoire, l’ironie comme tactique de survie dans les camps de la mort », Hermès/CNRS, 2001 ; « Figures du dédoublement : la mort lente ou le travail de divinisation du bourreau », Sud Nord, février 2003. Contact :http://pbx@univ-paris1.fr

3Abram De Swaan (1942) est professeur de sciences sociales à l’Université d’Amsterdam et président de l’École de recherche en sciences sociales d’Amsterdam. En 1997-98, il occupe la chaire européenne du Collège de France à Paris. Il a notamment publié In Care of the State, Polity, 1988 – trad. Sous l’aile protectrice de l’État, Paris, PUF, 1995 – et The Management of Normality (Routledge, 1990). Ses derniers ouvrages publiés sont Human Societies : An Introduction (Polity, 2001) et Words of the World (Polity, 2001) – trad. Les mots du monde, à paraître. On pourra également lire en français, sur un thème proche des questions traitées dans ce livre, son texte : « Les cercles croissants de la désidentification. Psycho-et sociogenèse de la haine. Réflexions sur le Rwanda », Revue de synthèse, janvier-mars 2001, n° 1, p. 185-206. Contact :http://deswaan@bdu.uva.nl

4Eric Dunning (1936), aujourd’hui retraité de son poste de Professeur de sociologie, mais toujours chercheur actif, a dirigé le Center for Research into Sport and Society de l’université de Leicester. Proche collaborateur de Norbert Elias, il a contribué à l’influence de la sociologie figurationnelle au Royaume-Uni et au-delà. Il a co-écrit avec Elias le recueil Sport et Civilisation (Fayard, 1994). Eric Dunning est un des pionniers de la sociologie du sport. Ses contributions à la discipline intègrent également Sport Matters (Routledge, 1999) et la co-direction (avec J Coakley) de l’ouvrage de référence qu’est le Handbook of Sports Studies (Sage, 2000). Ses analyses ont également questionné le rôle du sport dans la constitution de l’identité masculine. Contact : http://ed15@le.ac.uk

5Stéphane Héas (1966) est Maître de conférences en sociologie à l’Université Rennes 2, département UFRAPS. Ses travaux portent sur la sociologie du corps et du genre, les processus de construction professionnelle et identitaire, les formes d’institutionnalisation des pratiques sportives et corporelles. Il est l’auteur (avec D. Bodin) d’une Introduction à la sociologie des sports (Chiron, 2002). Parmi ses articles récents, co-écrits avec D. Bodin : « Anomie sociale et hooliganisme », in D. Bodin (dir.), Violences et sports (Chiron, 2001, p. 169-180) ; « L’observation permanente des océans et l’éducation comme impératifs stratégiques de Surfrider Foundation Europe », in M. Desbordes et al., L’analyse stratégique dans le sport (Economica, 2002, p. 159-180). Sa contribution à ce volume doit à la collaboration de Malika El Ali (doctorante en psychologie du sport), Patrice Régnier (doctorant en sociologie du sport) et Dominique Bodin (sociologue à l’UFRAPS, Université Rennes 2).

6Contact : http://stephane.heas@uhb.fr

7Christian Le Bart (1963) est Maître de conférences en science politique à l’Université Rennes 2 et membre du CRAPE-CNRS. Ses axes de recherches concernent le métier politique, les identités et le discours politique. Il a publié récemment Le discours politique (PUF, « Que sais-je ? », 1998) et Les fans des Beatles, sociologie d’une passion (avec JC Ambroise, PUR, 2000). Contact : http://christian.lebart@uhb.fr

8Jacques Le Bohec (1962) est Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard depuis 1995. Après avoir soutenu une thèse sur les rapports édiles-localiers en 1994 (Université Rennes 1), il a publié deux ouvrages : Les rapports presse-politique. Mise au point d’une typologie « idéale », L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 1997, et Les mythes professionnels des journalistes. Un état des lieux en France, L’Harmattan, coll. Communication et civilisation, 2000. Il travaille actuellement sur les interactions entre Jean-Marie Le Pen et les journalistes, qui montrent la forte interdépendance entre les protagonistes malgré des conflits fréquents entre eux. Contact : http://jacques.le.bohec@wanadoo.fr

9Stephen Mennell (1944) a réalisé sa thèse de sciences sociales à Amsterdam. Il a enseigné la sociologie aux universités d’Exeter et Monash (Melbourne). Depuis 1993, il est titulaire de la chaire de sociologie à l’University College Dublin. Nombre de ses travaux explorent les conditions de développement et les formes prises par le procès de civilisation : Français et Anglais à table, Flammarion, 1987 ; The Course of Human History : Economic Growth, Social Process, and Civilization, New York, M. E. Sharpe, 1996, with Eric Jones and Johan Goudsblom ; Norbert Elias : An Introduction, nouvelle ed., Dublin, University College Dublin Press, 1998 ; et – avec J Goudsblom – deux recueils de textes de Norbert Elias (Norbert Elias : A Biographical Selection, Blackwell, 1998, et Norbert Elias on Civilisation, Power and Knowledge, University of Chicago Press, 1998). Il est membre du bureau de la Fondation Norbert Elias et responsable de « Figurations », sa lettre d’information. Contact :http://stephen.mennel@ucd.ie

10Jean-Manuel de Queiroz (1943), sociologue, est professeur en Sciences de l’éducation à l’Université Rennes 2 et membre du CERPPE (Centre de recherches sur les politiques et pratiques éducatives). Ses travaux concernent principalement l’étude des rapports entre les milieux populaires et la scolarisation (L’école et ses sociologies, Nathan, 1996). Dans le domaine de l’histoire des théories sociologiques, ses ouvrages (L’interactionnisme symbolique, PUR, 1992) et articles s’intéressent à la manière dont est traitée ou retraitée la question, centrale pour Elias, de ce qui se cache sous la formule « individu-société ».

11Erik Neveu (1952) est professeur de science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Rennes. Il appartient à l’équipe CNRS du CRAPE. Ses travaux portent sur les mouvements sociaux, les rapports culture-politique. Ils analysent aussi l’espace public et les médias dans Une société de communication  ?, Montchrestien, 1994, Espaces publics mosaïques, Avec B. François, PUR, 1999, et Political Journalism, avec R. Kuhn, Routledge, 2002. Il a spécialement sollicité les problématiques éliasiennes de l’informalisation dans un ensemble de textes relatifs à la représentation du personnel politique dans l’espace public, tant à la télévision que dans des témoignages écrits (mémoires…). Contact :http://erik.neveu@rennes.iep.fr

12Fabienne Soldini (1962) est Chargée de recherches CNRS au LAMES (Laboratoire Méditerranéen de Sociologie, CNRS-Université de Provence), à la MMSH d’Aix en Provence. Sociologue de la lecture et de la littérature, elle travaille sur la littérature policière et sur la littérature fantastique : « Le thriller, autopsie contemporaine », in Les œuvres noires de l’art et de la littérature, tome I, dirigé par A. Pessin et M. C. Vanbremeersch, L’Harmattan, 2002 ; « Le fantastique contemporain, entre horreur et angoisse », Sociologie de l’Art, Opus 1, 2002. Ses recherches ont aussi porté sur la lecture en milieu carcéral (Lire en prison, en collaboration avec Jean-Louis Fabiani, Editions de la BPI, 1995) ; elle termine, en collaboration avec Patrick Pérez et Philippe Vitale, une étude sur les usages pluriels et conflictuels des bibliothèques par les adolescents (à paraître aux éditions de la BPI).

13Philippe Teillet (1958) est Maître de conférences en science politique à l’Université d’Angers, chercheur associé au CRAPE, Université de Rennes I, collaborateur à l’Observatoire des Politiques Culturelles de Grenoble. Ses travaux portent principalement sur les politiques culturelles. Il est directeur du DESS « Direction d’équipements et de projets dans le secteur des musiques actuelles et amplifiées », Université d’Angers. Il a récemment publié : « Eléments pour une histoire des politiques publiques en faveur des musiques amplifiées », in Ph. Poirrier (dir.), Les collectivités locales et la culture, les formes de l’institutionnalisation XIXe XXe siècles, La Documentation française, 2002, p. 361-393. Contact : http://philippe.teillet@univ-angers.fr

14Harald Wydra (1965) est né à Gliwice (Pologne). Maître de conférence à l´institut des sciences politiques de l´Université de Regensburg (Allemagne), il a fait des études d ´ histoire et de science politique aux universités de Regensburg et de Salamanque. Il a obtenu un doctorat en sciences politiques et sociales de l´Institut Universitaire Européen de Florence en 1997. En 2001-2002 il a été chercheur invité à l´EHESS à Paris. Ses principaux domaines de recherche portent sur la sociologie politique, la science politique comparée, ainsi que sur l´anthropologie politique. Il est auteur de Continuities in Poland´s Permanent Transition (London, Palgrave, 2000) et de nombreux articles portant notamment sur des aspects comparatifs et historiques du communisme et des transitions politiques en Europe de l´Est.

15Contact : http://harald.wydra@politek.uni-regensburg.de

16Cas Wouters (1943) a étudié la sociologie à l’Université d’Amsterdam dans les années soixante et le début des années soixante-dix. Sous l’influence du « Procès de civilisation » de Norbert Elias comme des changements considérables vécus dans les régimes de mœurs et d’émotions de ces années là, il a proposé une théorie de l’informalisation (Informalisierung. Norbert Elias’ Zivilisationstheorie und Zivilisationsprozesse im 20. Jahrhundert, Opladen/Wiesbaden, Westdeutscher Verlag, 1999). Elle implique qu’après un processus à long terme de « formalisation », dominant jusqu’à la fin du XIXe siècle, avec ses dimensions disciplinaires, prévaut désormais un processus d’informalisation où les alternatives et marges d’expression comportementales et émotionnelles disponibles s’élargissent parallèlement aux demandes d’autocontrôle. Enseignant-chercheur aux universités d’Utrecht et d’Amsterdam, Cas Wouters s’est employé à développer cette perspective théorique dans une série d’études de cas sur des processus sociaux et psychiques contemporains. Ces travaux ont débouché sur de nombreuses publications relatives aux changements des régimes de pouvoir, de mœurs et d’émotions. Le plus souvent ces recherches ont concerné les rapports entre femmes et hommes ou les relations liées à la fin de vie, à la mort et au deuil (« The Quest for New Rituals in Dying and Mourning : Changes in the We – I Balance », Body & Society, vol. 8, n° 1, 2002, 1-27). Nombre de ces contributions ont été publiées par Theory, Culture & Society. Un livre synthétisant les résultats d’une vaste enquête sur les changements dans les manuels allemands, néerlandais, anglais et américains de savoir-vivre et de conseils de vie au fil du XXe siècle est en instance de publication chez Sage. Contact : http://c.wouters@fss.uu.nl

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540