Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Sociologie des rapports de sexe

 | 
Marie-Blanche Tahon

Chapitre 2. Les rapports sociaux de sexe

Termini per la ricerca

Indice geografico :

France

Testo integrale

1Dans un bilan provisoire de son travail réalisé depuis plus de 20 ans, Monique Haicault écrit (2000, p. 48) :

Les rapports sociaux de sexe sont à la base des relations dynamiques qui distribuent les sexes, en tant que catégories sociales, dans les différentes instances ou sphères d’une totalité sociale considérée. Ils sont partout. Ils fonctionnent selon trois principes de spécification : l’identification, la différenciation et la hiérarchisation. Les rapports sociaux de sexe — entre sexes et intrasexes — toujours imbriqués à d’autres rapports sociaux, sont organiquement composés d’une dimension matérielle qui correspond aux places, aux fonctions, aux moyens matériels et techniques, aux accès aux ressources concrètes. Ils sont aussi composés d’une dimension symbolique faite de croyances organisées en doxas, qui fonctionnent à légitimer les positions matérielles asymétriques de sexe. Les rapports sociaux effectuent sans cesse un travail de production symbolique qui vise à justifier la distribution sexuée des places, des fonctions et des représentations, ainsi que leurs trois principes de distribution. Par son inscription dans les pratiques sociales, la production symbolique contribue activement à la recomposition dynamique de ces rapports sociaux.

2Quoique cette perspective soit particulièrement stimulante, il faut pourtant admettre qu’elle reste encore souvent programmatique.

3Dans ce chapitre, je tenterai de retracer l’apparition de la notion de « rapports sociaux de sexe » en sociologie, ses avancées de même que ses limites, qui m’incitent à insister sur la nécessité d’un éclairage de l’anthropologie (chapitre 3) et de l’élargir, notamment en faisant référence aux « rapports politiques de sexe » (chapitre 5). Le fait que, très longtemps, les femmes ont été absentes de la recherche en sociologie — en tant que chercheuses et aussi en tant qu’objet de recherche — a entraîné un certain renversement de tendance : même les sociologues qui s’intéressent le plus aux rapports sociaux de sexe se sont surtout attachées à faire advenir « les femmes » dans ce champ. Cette démarche était compréhensible, vu l’état de la question quand elles ont commencé à l’étudier, mais elle devrait incontestablement être poussée plus loin. La prise en compte des hommes dans l’examen des rapports sociaux de sexe reste largement marginale, même si quelques historiens commencent à déblayer le terrain (Mosse, 1997 et Roynette, 2000, en particulier à propos d’un aspect crucial : le militaire ; Rauch, 2000), tandis que de rares sociologues étudient, dans une optique « féministe », la « condition masculine » (Welzer-Lang, 2000). À cet égard, l’entreprise de Bourdieu (1998), sans oublier, en anthropologie, celle de Godelier (1982), méritent d’être prises en considération, car elles fournissent, parfois malgré eux, des éléments permettant de mieux comprendre de l’intérieur la construction de la domination masculine. Doit-on s’étonner que des chercheurs masculins ne soient pas féministes ? Pourquoi le seraient-ils ? La rupture avec le statu quo actuel ne requiert-elle pas que des chercheurs masculins examinent ce qui a servi à construire la domination masculine ?

1. Femmes et famille

4Très longtemps, les femmes ont été absentes de la recherche en sociologie. En particulier, l’appartenance de sexe était une variable peu explorée par la sociologie. Dans les études de stratification sociale, les femmes étaient rangées dans la catégorie socioprofessionnelle de leur mari ou de leur père. Ainsi, une épouse d’ouvrier, qu’elle-même soit ouvrière ou non, était classée dans la catégorie « ouvriers ». Il en allait de même pour l’épouse d’un instituteur ou d’un médecin. Tout se passait comme si l’appartenance de classe était une variable exclusivement masculine qui agrégeait tous ceux qui dépendaient d’un homme (« femme d’ouvrier » mais aussi « fils d’ouvrier » ; pour mesurer la mobilité sociale d’une femme, on comparait la position sociale de son mari à celle de son père, etc.) (Delphy, 1977, 1998).

5Il y a eu pourtant un champ de la sociologie où une attention particulière a été accordée aux femmes, celui de la sociologie de la famille. Ce qui n’est pas resté sans effet sur la manière de comprendre la variable « appartenance de sexe ». C’est probablement Nicole-Claude Mathieu qui a été la première, en 1971, à attirer l’attention sur l’incongruité de cette « division du travail » à l’intérieur même de la discipline sociologique. Elle écrit (1971,1991) :

Ainsi la sociologie a-t-elle jusqu’à présent pratiquement limité sa description du rapport différenciel concret entre les sexes et de l’ensemble qu’ils constituent à une seule des expressions sociales multiples où l’on pourrait s’attendre à les rencontrer [...] : à savoir au groupement social qui conserve le plus pleinement aux catégories de sexe leur signification biologique.

6Autrement dit, lorsque la sociologie admet qu’un rapport social intervient dans les relations entre les sexes, elle se limite à situer ce rapport social au sein de la famille, excluant de ce fait le marché de l’emploi, par exemple, ou l’accès aux études. Ce rétrécissement du champ d’étude — les rapports entre les sexes doivent être examinés dans la famille et exclusivement dans cette entité — a pour effet de faire l’impasse sur le fait que la famille est une institution (ce que ne manquaient pas de considérer les « pères de la sociologie », comme Comte et Durkheim).

7La famille est, en effet, une institution qui, à l’instar des autres institutions, organise le biologique, c’est parce qu’elle organise le biologique qu’elle est une institution. Elle est une institution en ce qu’elle exprime, dans ses montages, que le biologique n’est pas un donné naturel mais qu’il prend place et sens dans un écheveau de règles. Les règles ne sont pas partout les mêmes, mais partout il y a des règles. La famille organise les rapports sociaux à au moins deux niveaux : les rapports entre générations (rapports parents/enfants) et les rapports entre les sexes (Théry, 1993 ; Godard, 1994 ; Tahon, 1995a). Au sein de l’institution familiale, la construction sociale relative aux enfants se donne à lire dans leur inscription dans un réseau de relations qui leur préexiste (ce qu’on a appelé la « lignée ») et dans leur « socialisation ». Pendant près de deux siècles, en ce qui concerne le père, la construction sociale s’exprimait par la loi qui le désignait comme le mari de la femme. Ce n’était pas le biologique qui faisait d’un homme un père, mais le rapport social dans lequel il était placé grâce au mariage.

8La construction de la mère apparaît moins immédiatement sociale tant que les enfants qu’elle met au monde sont imputés à la « volonté de Dieu », à un « accident » ou à la volonté d’un homme (moyens contraceptifs masculins). La non-maîtrise de leur fécondité par les femmes a longtemps permis d’associer fécondité et nature, d’expliquer la fécondité par le biologique. L’emploi des termes « associer », « expliquer » est destiné à attirer l’attention sur le construit qui préside au recouvrement de la fécondité par une référence à la nature et au biologique. L’anthropologue Paola Tabet (1985,1998) a clairement démontré que, dans toutes les sociétés connues, la fécondité des femmes était « contrôlée », que le nombre d’enfants qu’elles mettraient au monde était déterminé socialement : elles devaient en faire beaucoup et en faisaient beaucoup, ou elles devaient en faire peu et en faisaient moins. Jusqu’il y a un quart de siècle, dans les démocraties occidentales, ce contrôle leur échappait.

  • 1 Cette perspective a été développée, et donc nuancée, dans Tahon, 2002a.

9De cette association entre fécondité et biologique a été construit le rôle de mère1. De manière générale, une mère doit s’occuper du fruit de ses entrailles, aussi est-elle notamment amenée à s’occuper du travail domestique. Cette règle a souffert des exceptions — que l’on pense à l’institution des nourrices. Le rôle de mère-ménagère est relativement récent (Sohn, 1996). Sa construction se déploie avec la place de plus en plus importante accordée à l’enfant. Pendant longtemps, l’enfant a rempli une fonction utilitaire : il constituait une main-d'œuvre gratuite et était regardé comme un bâton de vieillesse pour ses parents. Cette manière de considérer l’enfant se transforme avec l’expansion des rapports de production capitalistes et l’adoption de mesures qui aboutiront à l’« État-providence ». Ainsi en était-il au XIXe siècle dans les pays industrialisés. Avec la diffusion de ces rapports de production, les enfants ne constituent plus une main-d'œuvre directement mise à contribution par les parents, même si les enfants en bas âge sont employés dans les manufactures jusqu’à l’instauration de l’école obligatoire (en France, en 1884). Avec les mesures qui finiront par instaurer l’État-providence et notamment avec l’avènement des pensions de retraite, l’enfant cesse peu à peu d’être vu comme un « bâton de vieillesse ». C’est donc, à la fin du XIXe siècle, dans les pays industrialisés, que commence à se définir le rôle de la mère sur le plan social. Elle est appelée à faire des enfants en bonne santé et prêts à fréquenter régulièrement l’école. Ce rôle est alors placé sous le contrôle des premiers « experts » : médecins, curés, instituteurs, organismes de charité (Donzelot, 1977).

10En même temps que le rôle de la mère est défini celui du père. Travaillant à l’extérieur du foyer, il sera le pourvoyeur de la famille. Cette construction du rôle du père a pour conséquence de lui accorder une place restreinte dans la famille que Ton s’empresse, au même moment, de confondre avec la « sphère privée ». C’est parce qu’il est un « bon travailleur » qu’un père est un « bon père » : il travaille chaque jour, il ne boit pas, il ne fait pas la grève, il se tient éloigné du mouvement ouvrier, il fait le maximum d’heures supplémentaires, etc. Il rapporte ainsi un « bon salaire » qui permet à sa famille de vivre dans un confort relatif. Ce père pourvoyeur est un père « absent ». Non pas parce qu’il n’aime pas ses enfants ou qu’il ne sait pas « exprimer ses émotions » : c’est parce qu’il aime ses enfants qu’il travaille beaucoup et donc qu’il ne les voit pas.

11Avec cette construction du père pourvoyeur et de la mère ménagère se met donc en place, entre la fin du XIXe siècle et le milieu des années 1960, un modèle qui confine l’homme père à la « sphère publique » et la femme mère à la « sphère privée ». De la fin du XIXe siècle jusqu’au milieu des années 1960, c’est-à-dire durant la période où se développe la sociologie. Elle ne s’intéresse aux femmes que dans le cadre de la famille. Cette dernière, avec Parsons (1955 ; voir Dagenais, 1999 et 2000) est décrite, dans les années 1950, comme le premier lieu de socialisation de l’enfant et du « bonheur familial ». Le sociologue américain considère, en effet, que la famille est le premier lieu de socialisation de l’enfant du fait que la personnalité humaine est non pas innée mais acquise. Le rôle de socialisation sera parachevé par l’école et les groupes de pairs. La famille est le lieu du « bonheur familial » : afin que les hommes puissent s’accomplir dans leur profession, puissent soutenir la compétition qu’elle implique, ils doivent pouvoir échapper à celle-ci momentanément au sein de leur famille. La socialisation des enfants et la réussite professionnelle du mari-père impliquent que l’épouse-mère remplisse le mieux possible son rôle « expressif », ainsi que l’appelle Parsons, alors que celui du père est « instrumental », lié au système social. Il estime que le rôle « expressif » de l’épouse-mère est extrêmement important pour le bon fonctionnement de la famille. Parsons est sans doute le premier sociologue à envisager l’égalité entre la mère et le père, même s’il est insensible à l’égalité femme/homme. Cette distorsion est généralement passée inaperçue de ses détractrices ultérieures, telle Kate Millet qui, avec La politique du mâle (1971), prétendait « relooker » Le deuxième sexe (1949). Elle s’attache moins que Beauvoir cependant (Tahon, 2001b et 2002b), à opérer la distinction entre « femme » et « mère ». Ce qui ne reste pas sans effet sur l’appréhension des rapports sociaux de sexe.

2. Andrée Michel : Limites et ouverture

  • 2 Son interprétation n’est pas la seule possible. Ainsi que le démontre Daniel Dagenais (1999), l’an (...)

12Andrée Michel a été sans doute, à la fin des années 1960, la première sociologue qui se soit attachée à examiner les conséquences que ce modèle parsonnien implique pour les femmes2 Elle questionne l’inégalité et le pouvoir dans la vie familiale. Elle considère le mariage comme une forme d’échange inégal de ressources inégales. Elle recourt aux enquêtes de « budget-temps » pour démontrer que les femmes travaillent plus d’heures que les hommes. Elle est également sensible à l’« enfermement » familial générateur de frustration et de violence, ainsi que l’avait mis en évidence le livre de Betty Friedan (1963), traduit en français par Yvette Roudy dès 1964.

13Dans Activité professionnelle de la femme et vie conjugale (1974), Andrée Michel souligne que l’activité professionnelle de la femme mariée est « un facteur important de la restructuration du couple vers plus d’égalité dans la répartition des décisions et des tâches domestiques ». D’après elle, cet égalitarisme dans la famille a un effet positif sur la satisfaction du groupe familial et sur l’éducation des enfants. Andrée Michel s’oppose donc sur ce point à Parsons, qui considérait que l’activité professionnelle de la femme mariée présentait deux graves inconvénients : d’une part, l’épouse, lorsqu’elle est salariée, entre en compétition avec son mari, ce qui empêche que la maison soit le lieu tranquille où le mari peut se ressourcer en échappant aux soucis de la compétition professionnelle, d’autre part, la mère n’a pas le temps de s’occuper de la socialisation de ses enfants. Bien que Michel conteste le point de vue de Parsons, il faut constater que son analyse ne rompt pas avec le modèle sociologique alors dominant puisqu’elle envisage avant tout la femme sous le rapport de son lien avec la famille. De même que ceux de Parsons, les paramètres de son analyse concernent la satisfaction du groupe familial et la bonne éducation des enfants. De négatifs, les effets du travail salarié des épouses sont positifs pour la famille. La famille demeure, pour les agents féminins, la référence, même si l’étude porte sur leur activité professionnelle. L’activité professionnelle des femmes est étudiée en tenant compte non pas du marché de l’emploi et des rapports sociaux de production, mais seulement de la redistribution des rôles entre les partenaires du couple. À la différence de Parsons, Michel estime que la redistribution des rôles qu’entraîne l’activité professionnelle de la femme mariée est un élément innovateur et positif. Mais cette étude de Michel maintient toutefois l’opposition homme-public/femme-privé.

14Elle ne rompt pas non plus avec une idée alors répandue — et qui l’est aujourd’hui encore, même si elle prend parfois d’autres formes — selon laquelle il faut que les mentalités évoluent pour que, par exemple, les hommes comprennent que l’activité professionnelle des femmes contribue au bon fonctionnement de la famille. Une telle manière de voir entraîne la promotion de mesures qui favorisent l’adaptation, la conciliation et l’établissement d’un partage plus équitable des tâches au sein de la famille. Il fait appel à la « bonne volonté » des hommes, comme si la division du travail entre les sexes était due à leur « mauvaise volonté ».

15Surtout, l’analyse de Michel ne rompt pas avec la perspective selon laquelle les femmes, quand elles sont prises comme objet d’étude, constituent une catégorie à part. En d’autres termes, la catégorie de sexe vaut uniquement pour les femmes. Ce qui renforce le présupposé qui fait correspondre « spécifique » ou « particulier » à « féminin » et « général » ou « neutre » à « masculin ». Ce présupposé reste aujourd’hui actif, paradoxalement en « études des femmes » qui, implicitement ou non, continuent à comparer la situation des femmes à celle des hommes, pour faire ressortir le « retard » de la situation des femmes par rapport à celle des hommes. Cette manière de procéder n’est pas particulière aux travaux portant sur les catégories de sexe. Ainsi que le remarque Nicole-Claude Mathieu, les sociologues ont tendance à étudier les « dominés », à étudier ceux qui « font problème ». Par exemple, les Blancs ne sont pas spontanément renfermés dans une catégorie « raciale » et, de même, les hommes ne sont pas immédiatement rattachés à une catégorie de sexe. Selon cette manière de voir, ce sont les Noirs qui ont des problèmes qui doivent être résolus pour que leur situation rattrape celle des Blancs, et ce sont les « problèmes des femmes » qui doivent trouver une solution afin que leur situation soit comparable à celle des hommes. Cette manière sociologique d’envisager les rapports sociaux a implicitement pour effet de renforcer la domination des dominants, de la naturaliser, c’est-à-dire de faire comme s’il allait de soi que les Blancs dominent les Noirs et que les hommes dominent les femmes. Elle confie aux dominés — les Noirs, les femmes — le soin de rattraper leur retard sur leurs dominateurs.

16Quoique la théorisation en termes de rapports sociaux de sexe va contester cette approche d’Andrée Michel, il faut toutefois souligner que l’analyse en termes de « rôles de sexe » qu’elle reprend à Parsons, pour limitée qu’elle soit, lui ouvre la voie : ainsi que le remarque Delphy (1991, p. 90), « les places et les activités des individus ne sont pas considérés comme découlant de leur nature ou de leurs capacités propres mais de l’organisation sociale ».

17Ainsi, dans les années 1970, quand on a porté son attention sur les femmes dans les recherches sociologiques, il s’agissait de recherches en sociologie de la famille. Les femmes étaient, par exemple, absentes de la sociologie du travail, qui, alors, occupait une place importante dans la sociologie européenne, ou de la sociologie des relations ethniques, prédominante dans la sociologie américaine. C’est pour réagir à cet état de fait que, en France, et ailleurs aussi, par la suite, des sociologues se sont employées à mettre en relation les structures familiales et le système productif, cherchant à établir des liens entre la « production » et la « reproduction ». Leurs premiers textes sont réunis dans Le sexe du travail (1984).

18Avant d’en venir à ces travaux, il faut toutefois examiner ceux de deux sociologues, Christine Delphy et Colette Guillaumin, qui ne sont pas directement associées à ce courant de recherche sur les « rapports sociaux de sexe ». Leurs textes ont pourtant été extrêmement marquants pour le redéploiement de la pensée sociologique.

3. Christine Delphy et la « visibilisation » du travail domestique

19Dès un article paru en 1970, intitulé « L’ennemi principal » et signé Christine Dupont, Christine Delphy a apporté des éléments déterminants pour justifier que le travail domestique — jusqu’alors appelé « travail ménager » — est un travail. Son objectif est de rendre « visible » le travail domestique, qui, jusqu’alors, selon elle, est « invisible » dans les recherches sociologiques comme dans la société. Par exemple, une ménagère à plein temps se déclare et est perçue comme « sans profession » et son appartenance de classe est déterminée par l’appartenance de classe de son mari ou celle de son père si elle n’est pas mariée.

20Dans « L’ennemi principal » — ainsi que dans de nombreux articles ultérieurs (Delphy, 1998), Christine Delphy soutient que, à côté du mode de production capitaliste qui préside à la production de la plupart des marchandises sur le mode industriel, il existe un autre mode de production qui préside à la production des services domestiques, de l’élevage des enfants et d’un certain nombre de marchandises produites dans la domus (c’est-à-dire la maison au sens large, ce qui inclut, par exemple, la ferme agricole et le travail que les femmes y accomplissent, ce dernier n’étant pas seulement du travail ménager). De même que le mode de production capitaliste entraîne l’exploitation capitaliste, de même le mode de production patriarcal — qu’elle appelle dans d’autres textes le mode de production domestique — donne lieu à l’exploitation patriarcale.

21Delphy remet en cause le point de vue selon lequel le caractère gratuit du travail domestique tiendrait au caractère particulier des tâches qui sont effectuées au sein du ménage. Ce caractère « particulier » résiderait dans le fait que ces tâches ne sont pas des marchandises échangeables sur le marché. Or, fait-elle remarquer, la garde d’un enfant est gratuite, si c’est la mère qui s’en occupe et non la voisine, puisque, dans ce cas, cette dernière doit être rémunérée. La tâche — la garde d’un enfant — en elle-même n’est nullement gratuite ; elle ne le devient que lorsqu’elle se situe dans un rapport social qui permet la gratuité. Ce n’est pas du fait de leur nature particulière que les biens produits par les femmes sont exclus du marché, qu’ils ne circulent pas dans les réseaux de l’échange, qu’ils ne sont pas monnayables, puisque lorsque ces biens sont produits hors de la famille, ils sont rémunérés. De plus, on peut constater que le travail des femmes reste gratuit, même si leur production est échangée sur le marché, comme on peut l’observer dans l’agriculture.

22L’exécution gratuite de travail par les femmes est rendue possible grâce au rapport social institué par le mariage. Dès que la femme est mariée, on attend d’elle qu’elle accomplisse gratuitement des tâches qui seraient rémunérées dans un autre type de rapport social. Par exemple, une femme de ménage est rémunérée pour accomplir les tâches attendues d’une épouse. Delphy considère que « la fourniture gratuite de travail dans le cadre d’une relation globale et personnelle (le mariage) constitue précisément un rapport d’esclavage ». Elle ajoute que « l’appropriation et l’exploitation de leur travail [des épouses] dans le mariage constituent l’oppression commune à toutes les femmes ». Dans ce rapport, les femmes fournissent les prestations domestiques contre leur « entretien ». Mais, il faut bien voir que les prestations de la ménagère ne sont pas précises. Elles dépendent, dit Delphy, de la volonté de l’employeur, c’est-à-dire du mari. Un mari sera plus exigeant qu’un autre sur la qualité de la cuisine, du repassage, etc. De plus, ces prestations n’entraînent pas un « entretien » identique pour toutes les femmes, celui-ci ne relève pas d’un barème fixe. Il dépend non pas du travail effectué par l’épouse, mais des ressources et de la bonne volonté du mari. Ainsi, pour un même travail, disons l’éducation de deux enfants, la femme d’un ouvrier recevra beaucoup moins que la femme d’un médecin. Comme l’entretien des femmes est sans rapport avec les travaux qu’elles exécutent, elles ne peuvent accroître leurs ressources en offrant de meilleurs services. La seule solution pour celles qui cherchent à améliorer leur sort consiste à fournir leurs services à un homme plus riche. Mais, il n’est pas aisé pour une ménagère de changer d’employeur, d’en dénicher un qui soit plus riche.

23L’analyse de Delphy a ceci d’intéressant qu’elle attire l’attention sur le rapport social institué par le mariage et lié à la famille qui se traduit par l’extorsion du travail domestique gratuit. Toutefois, Delphy ne fait porter sa réflexion que sur les ménagères « à plein temps ». Or, au moment même où elle publie son texte (1970), ce modèle de la ménagère à plein temps a déjà perdu du terrain. À partir de 1965, les recensements de la population indiquent que les femmes sont de plus en plus nombreuses à être salariées. Ce qui ne les empêche pas, certes, de continuer à fournir les prestations domestiques. Mais elles sont placées à la jonction de deux modes de production, le mode capitaliste et le mode « patriarcal », pour reprendre le terme de Delphy, qui s’attache à les juxtaposer plutôt qu’à les articuler. À partir du moment où les épouses sont salariées, comment peut-on encore définir la notion d’« entretien » qui est centrale pour la mise en évidence de l’extorsion que représente le travail domestique gratuit ?

24Une autre limite est constituée par l’originalité même de l’analyse de Delphy. Cette analyse se concentre, à juste titre, sur les caractérisations du rapport social engendré par le mariage. C’est ce rapport social qui permet la gratuité du travail domestique, et non la maternité. Elle considère que les femmes sont exploitées dans la famille, non pas parce qu’elles sont « surchargées » d’enfants, mais parce qu’elles sont mariées, parce qu’elles prennent place dans le rapport social institué par le mariage. Ménagères parce que mariées, elles sont exploitées qu’elles aient des enfants ou non. Cette proposition est extrêmement intéressante parce qu’elle alimente la distinction sociologique à opérer entre « femme » et « mère ». Elle laisse toutefois échapper la possibilité de questionner la teneur et le poids du travail de socialisation qui est accompli à l’intérieur de la famille. Sans doute malgré elle, les analyses de Delphy contribuent à réduire le « privé » à l’accomplissement de tâches domestiques. Il est possible que la conception beauvoirienne de la maternité qui influe plus ou moins directement sur l’analyse de Delphy (Rodgers, 1998) constitue un élément de réponse aux questions que pose Dominique Méda (2001, p. 119). En comparant les débats qui sont menés en Suède et en France, elle constate que, en France,

l’idée que les tâches parentales d’une part seraient absolument centrales pour le bien-être de l’enfant, des parents et de la société tout entière et, d’autre part, pourraient être également partagées avec les pères, n’est même pas évoquée. Pourquoi ? Est-ce parce que la place de l’enfant n’est pas aussi centrale en France qu’en Suède ? Est-ce parce que notre conception de la famille est plus conservatrice, moins attentive aux individus qui le composent, plus communautaire que contractuelle ? Est-ce parce que la dénonciation de l’exploitation à l’œuvre dans la sphère domestique et la conceptualisation des tâches parentales comme « travail domestique » fondamentalement contraint et ennuyeux ont empêché de se concentrer sur la partie relationnelle et affective de ces tâches qu’il est plus facile de partager avec les hommes ?

25La volonté de faire reposer la construction du mouvement des femmes sur le slogan « Nous sommes toutes des ménagères » (Tahon, 1985) ne pouvait être sensible à ces questions posées aujourd’hui par Méda.

4. Colette Guillaumin et le sexage

26Colette Guillaumin — qui avait antérieurement étudié les idéologies racistes et qui continuera par la suite à approfondir la question, devenue de plus en plus préoccupante en France avec les succès électoraux du Front national (FN) — a fait paraître un texte important dans deux numéros de la revue Questions féministes en 1978. Dans ces articles, elle démontre que, dans le mariage, ce n’est pas la force de travail de la femme qui est appropriée, mais c’est sa personne même. Cette appropriation de la personne de la femme, elle la qualifie de « sexage ». Elle est utilisée en référence aux termes d’« esclavage » et de « servage », qui, dans des modes de production antérieurs au mode de production capitaliste, sont employés pour indiquer, l’appropriation de la personne de l’esclave ou du serf et non seulement l’exploitation de leur force de travail—la distinction entre la personne et sa force de travail constituant, selon Marx, l’innovation du mode de production capitaliste : le prolétaire est un « travailleur libre ». Il est libre dans les deux sens du terme : il est libre en ce qu’il est « disponible » puisqu’il n’a d’autre moyen de subsister que celui de vendre sa force de travail et il met seulement sa force de travail à la disposition du capitaliste en échange d’un salaire. Cette liberté, dans les deux sens du terme, est le propre du prolétaire. Le second sens — il vend sa force de travail tandis que sa personne lui appartient — est à mettre en rapport avec la modernité politique, laquelle repose sur le principe selon lequel « tous les hommes naissent libres et égaux en droits ».

27Guillaumin soutient que les rapports de sexage persistent dans la modernité et qu’ils placent les femmes dans un rapport d’appropriation qui se concrétise dans quatre expressions :

  1. l’appropriation du temps ;
  2. l’appropriation des produits du corps ;
  3. l’obligation sexuelle ;
  4. la charge physique des membres invalides du groupe (bébés, enfants, vieillards, infirmes) et des membres valides de sexe masculin.

28L’appropriation du temps renvoie au fait que le temps consacré par la femme aux soins du mari et des enfants est sans limite ; son temps ne lui appartient pas. L’appropriation des produits du corps renvoie, au premier chef, selon Guillaumin, au fait que l’enfant porte le nom de son père. Elle cite aussi le contrat qui, jadis, était passé entre le père de l’enfant mis en nourrice et le mari de la femme qui l’allaitait, et elle rappelle que, au temps des perruques « naturelles », c’est au père ou au mari qu’il revenait de vendre les cheveux de sa fille ou de son épouse. L’obligation sexuelle renvoie au « devoir conjugal » auquel l’épouse ne peut se soustraire. La charge physique implique non seulement les tâches en elles-mêmes mais encore le fait qu’elles sont médiatisées par le corps de la femme, par exemple dans l’opération de nettoyage.

29Pour Guillaumin, le mariage constitue la surface institutionnelle, la surface contractuelle d’un rapport généralisé : l’appropriation de la classe des femmes par la classe des hommes. Dans le monde occidental, le mariage établit un rapport quotidien et spécifique entre deux individus. Toutefois, il n’est que l’expression particulière d’un rapport de classe général où l’ensemble d’une classe est à la disposition de l’autre. Autrement dit, le mariage légalise et entérine un rapport existant avant lui et en dehors de lui. Ce rapport, c’est l’appropriation matérielle de la classe des femmes par la classe des hommes. C’est ce rapport que Guillaumin appelle le sexage. Ce rapport est principal, même s’il peut entrer en contradiction avec le mode de production capitaliste dans lequel les femmes sont exploitées et non appropriées.

30La théorisation de Guillaumin qui précise, à certains égards, celle de Delphy, a contribué à répandre la notion de « classe des femmes ». Les démarches de ces deux auteures s’inscrivent, par excellence, dans la perspective universaliste selon laquelle la disparition des classes de sexe déboucherait sur une indifférenciation sexuée de l’être humain. Nous reviendrons sur ce point dans le chapitre 4. Cette théorisation en termes de « classe des femmes » qui, dans le contexte où elle a été élaborée, ne peut être réduite à une opération descriptive de classement, est susceptible d’avoir pour conséquence — imprévue par les deux sociologues et donc paradoxale — de laisser subsister l’idée que dans l’examen du mode de production capitaliste, il est possible d’ignorer les dimensions sexuées des rapports de production, de passer sous silence que ce mode repose aussi sur la division des sexes. Par ailleurs, elle n’échappe pas à la focalisation sur le travail, en particulier sur le travail domestique. Elle ne rend pas compte des rapports intrasexes, des positions sociales de plus en plus diverses que, à l’instar des hommes, les femmes occupent. De plus, il est permis de se demander si la désappropriation du corps des femmes fait disparaître la catégorie « femmes ».

5. Production/Reproduction

  • 3 Ces références institutionnelles sont indiquées pour illustrer la réception (certes limitée) de la (...)

31Les analyses de Delphy et de Guillaumin ont eu un grand retentissement. Elles ont été reprises, approfondies et transformées par les sociologues qui collaborent au sein de l’Atelier Production/Reproduction (APRE) rattaché au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Dans la présentation de leur livre Le sexe du travail (1984), qui réunit des communications présentées au Congrès de l’AIS (Association internationale de sociologie3), tenu à Mexico en 1982, elles précisent les notions sur lesquelles reposent leurs recherches :

  1. La reproduction inclut « à partir de la production des enfants et plus largement des individus un ensemble d’activités, à l’exclusion des activités de production de marchandises. Dans cette perspective, l’analyse de la famille est inséparable de l’étude des autres institutions qui concourent à la reproduction ».
  2. Le concept de travail englobe « tant l’activité professionnelle que celle développée dans la sphère domestique, leur mise en relation entraînant le renouvellement de l’analyse de la production ».
  3. La famille, n’étant pas le « lieu clos d’un domaine privé », doit être envisagée « en termes de rapports sociaux et non de rôles de sexe, en termes de division du travail et non de partage des tâches ».

32Une attention particulière sera accordée à la prise en compte de la transversalité des champs, de leur enchevêtrement, de leur dépendance mutuelle, au détriment de la perspective de la juxtaposition, de l’addition. Elle est clairement illustrée dans la notion de « charge mentale » élaborée par Monique Haicault (1984) pour rendre compte de la situation des femmes qu’elle a interrogées (ouvrières, épouses et mères, et depuis peu propriétaires de leur maison pour laquelle un prêt doit être remboursé). En étant attentive au temps et à l’espace et à leurs connexions réciproques, Haicault montre bien que ces femmes n’additionnent pas les diverses tâches qu’elles effectuent (addition signalée par l’expression « double journée ») mais qu’elles sont amenées à organiser, à faire tenir ensemble, à superposer des charges incompatibles entre elles. L’accent est donc mis moins sur les tâches elles-mêmes que sur le travail mental nécessaire pour pouvoir les réaliser dans l’espace-temps (« charge mentale »). Est également mis en évidence la façon dont le travail salarié recycle les compétences exigées par le travail domestique ainsi que les dispositions que requiert l’intrication du travail salarié et du travail domestique, en particulier l’organisation de l’espace et du temps. Dans un article paru 10 ans plus tard, Haicault a montré, à la suite d’autres enquêtes, que le travail domestique recycle, lui aussi, les dispositions que les femmes acquièrent dans le travail salarié.

33Concernant les articulations entre famille et travail, retenons encore les remarques de Martine Chaudron et de Françoise Battagliola (Le sexe du travail, 1984) qui soulignent que, même en tenant compte de la présence continuelle des femmes sur le marché de l’emploi malgré la charge que représentent des enfants en bas âge (ce qui constitue une transformation par rapport à la situation qui régnait dans les années 1950-1960), les trajectoires professionnelles des femmes diffèrent de celles des hommes sur plus d’un point. Les trajectoires professionnelles des hommes sont marquées par des événements intraprofessionnels (chômage, mutation, délocalisation, promotion, etc.), et celles des femmes par des événements intrafamiliaux (par exemple, déménagement pour suivre le mari). Danièle Kergoat (Le sexe du travail, 1984) a, quant à elle, montré que le marché de l’emploi fonctionne en spécifiant les « emplois féminins » : horaires discontinus (par exemple, les caissières), emplois à temps partiel, emplois sous-qualifiés par rapport aux emplois des hommes (problème de l’« équité salariale »). Kergoat contredit donc l’opinion commune selon laquelle les femmes « choisissent » les emplois discontinus et à temps partiel et qu’elles « sont » sous-qualifiées et montre que le marché de l’emploi lui-même établit une distinction entre emplois « masculins » et emplois « féminins ». Ainsi, Madeleine Guibert avait déjà observé, en 1966 qu’un diplôme professionnel en couture était exigé des femmes pour entrer dans une usine d’électronique, mais que le diplôme n’était pas reconnu puisqu’il ne concernait pas le secteur électronique et que, par conséquent, l’ouvrière qui y travaillait était considérée comme « sous-qualifiée ».

34Les enchevêtrements entre les rapports sociaux qui prévalent dans la famille et les rapports sociaux qu’implique le marché de l’emploi ont aussi été mis en évidence dans une recherche menée par Danielle Chabaud-Rychter, Dominique Fougeyrollas-Schwebel et Françoise Sonthonnax en 1985. Elles considèrent que le travail domestique doit être analysé non pas comme un ensemble de tâches, mais comme un ensemble de pratiques qui fonctionne en système, pratiques qui s’agencent entre elles. Le système des pratiques place les femmes dans une « relation de service », marquée, au niveau du temps, par la « disponibilité permanente », tant dans la famille restreinte que dans la famille élargie. Elles relèvent que, dans la famille élargie, l’intervention des hommes est dicté par le « principe de compétence » (par exemple, dans une famille, un homme sera le « garagiste » de la voiture de ses frères et beaux-frères, tandis qu’un autre sera l’« électricien » et un troisième le « plombier », chacun selon ses compétences respectives). Il faut insister sur le fait que la « relation de service » qui caractérise la situation des femmes est propre aux rapports sociaux de sexe qui règnent dans la famille ; une infirmière, par exemple, n’est pas disponible de manière permanente pour ses malades à l’hôpital. Elle travaille selon un horaire fixé d’avance, aussi est-elle payée. La « relation de service » qui, dans la famille, implique la « disponibilité permanente » est, quant à elle, gratuite (une grand-mère n’est pas payée quand elle garde sa petite-fille pas plus que la fille lorsqu’elle s’occupe de sa mère malade). Il n’en reste pas moins que le travail de l’infirmière — plus encore que celui de l’enseignante du primaire — parce qu’il peut être regardé comme un prolongement du travail « maternel » ou « vocationnel », est largement sous-payé. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

35Marquée par l’attention portée au travail domestique, cette perspective, dans son souci de transversalité, s’est particulièrement intéressée aux rapports entre la famille et le travail. Elle a pris simultanément en compte l’activité déployée dans la sphère domestique et dans la sphère professionnelle et a eu recours à la notion de division sexuelle du travail. Kergoat (2000, p. 39-40) considère que « rapports sociaux de sexe et division sexuelle du travail sont deux termes indissociables et qui forment épistémologiquement système ; la division sexuelle du travail a le statut d’enjeu des rapports sociaux de sexe ».

36Toutefois, si les deux sexes sont construits socialement comme deux catégories distinctes, liées entre elles par un rapport de niveau structurel, de niveau abstrait (débordant l’idée d’un simple lien interpersonnel), ce rapport est à l’œuvre dans toutes les pratiques et dans tous les phénomènes sociaux. Il est présent à la fois dans la sphère publique et dans la sphère privée, puisqu’il traverse tous les domaines de la vie sociale. Les pratiques des individus sont la manifestation de ce rapport social, lequel revêt diverses formes. Ce rapport social se compose d’une base matérielle, concrète, tangible et aussi d’un registre de croyances, d’un système de représentations fluctuantes et variées. La « division sexuelle du travail » — qu’il me paraît préférable d’appeler la « division sexuée du travail » (voir chapitre 3) — ne doit donc pas être seulement conçue, me semble-t-il, comme décrivant des sphères d’activités. On reviendra sur l’éclairage qu’en donne l’anthropologie : il permet un élargissement de la perspective.

  • 4 Voir, récemment Cadoret (2002).

37Si la sociologie du travail, du fait de la prise en compte de la problématique des rapports sociaux de sexe, connaît des transformations importantes, nous y venons, on ne peut toutefois pas manquer de remarquer que l’entreprise de déconstruction/reconstruction de l’articulation production/reproduction a amené des sociologues féministes à délaisser la famille au profit du travail. Ce qui a laissé un vide qui a vite été rempli par des sociologues masculins (par exemple, Kaufmann, 1992, 1993, 1995, Singly, 1996, 2001) qui, à la notion de « rapports sociaux de sexe » préfèrent celle du « soi », de l’émergence de l’« individu » largement asexué dans la famille (Tahon, 1999b et 2000a). Ce qui ne reste pas sans effet, par exemple, sur le débat actuel concernant l’« homofamille » en sociologie, auquel, ont longtemps participé, dans une relative solitude4, les textes d’Irène Théry, une sociologue qui n’est pas immédiatement associée à celles qui ont été les initiatrices de l’analyse des « rapports sociaux de sexe ».

6. Travail et emploi

38Prétendre, ainsi que le fait Danièle Kergoat (2000, p. 39-40), que « rapports sociaux de sexe et division sexuelle du travail sont deux termes indissociables et qui forment épistémologiquement système ; (que) la division sexuelle du travail a le statut d’enjeu des rapports sociaux de sexe » incite à ne pas faire des « rapports sociaux de sexe » le concept qui rendrait compte, à lui seul, de l’examen des rapports entre les sexes en sociologie. Si ce terme est indissociablement lié à la « division sexuelle du travail », il ne peut manquer d’être marqué par un des champs de la sociologie, celui de la sociologie du travail, même si Kergoat a bien soin de ne pas confondre « travail » et « salariat ». Ainsi, dans « La division sexuelle du travail revisitée », article rédigé en collaboration avec Helena Hirata (1998, p. 95), on peut lire :

[...] nous avons été amenées à poser l’hypothèse suivante : dans nos sociétés salariales, la division du travail entre les sexes est l’enjeu des rapports sociaux de sexe. Cette assertion nécessite quelques éclaircissements : les rapports sociaux (de sexe) s’incarnent dans la matérialité sociale, à travers les modalités, les formes, la périodisation des pratiques sociales. La division sexuelle du travail est le support empirique qui permet la médiation entre rapports sociaux (abstraits) et pratiques sociales (concrètes) et l’élaboration d’hypothèses à moyenne portée. En d’autres termes : supprimons l’imputation au groupe social des femmes du travail domestique, et ce sont les rapports sociaux qui s’effondrent, avec les rapports de force, la domination, la violence, réelle et symbolique, l’antagonisme, qu’ils charrient. La division sexuelle du travail est au cœur du pouvoir que les hommes exercent sur les femmes.

39Cette perspective apparaît incontestable et, pourtant, est-elle convaincante ? Où se situe, dans cette manière de voir, le rapport des femmes et des hommes à la procréation ?

40Sur ce point, Kergoat (2000, p. 37) a le mérite d’être claire :

Ce n’est pas sur l’avortement, comme on le dit trop souvent, qu’a démarré le mouvement des femmes. C’est sur la prise de conscience d’une oppression spécifique : il devient alors collectivement « évident » qu’une énorme masse de travail est effectué gratuitement par les femmes, que ce travail est invisible, qu’il est réalisé non pour soi mais pour d’autres et toujours au nom de la nature, de l’amour ou du devoir maternel. Et la dénonciation (pensons au titre d’un des premiers journaux féministes français : Le torchon brûle) se déploya sur une double dimension : « ras-le-bol » (c’était l’expression consacrée) d’effectuer ce qu’il convenait bien d’appeler un « travail », que tout se passe comme si son imputation aux femmes, et à elles seules, aille de soi et qu’il ne soit ni vu, ni reconnu.

41Il n’y a, bien sûr, pas lieu de polémiquer sur la cause du démarrage du mouvement des femmes à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Il y a plus d’une cause. Reste que, dans une démarche qui tente de retracer les transformations profondes qui ont touché les rapports entre les sexes depuis un quart de siècle, tout en admettant que ces causes sont multiples et liées entre elles, la reconnaissance par la loi du droit des femmes à contrôler elles-mêmes leur fécondité (en France, loi Neuwirth, 1967, loi Veil, 1975) pourrait être tenue pour l’élément principal de ces transformations. La « prise de conscience d’une oppression spécifique », qui renvoie à une énorme masse de travail effectué gratuitement par les femmes, n’a eu des chances de produire des effets que parce qu’a pu être représentée la possible déliaison entre cette situation et le « devenir-mère ».

  • 5 Cette notion de « choix » est, de plus, discutable en elle-même tant qu’elle n’est pas également u (...)

42Cette déliaison ne constitue pas, en soi, le sésame qui permettra aux femmes de se libérer de l’injonction sociale qui leur est faite de « se dévouer » pour leurs proches et, en tout premier lieu, pour leurs enfants. Elles continuent à assumer très largement la gestion du domestique et à en accomplir le plus gros des tâches, et, de plus, elles sont aujourd’hui contraintes de contribuer au budget commun dans une famille biparentale ou de l’alimenter principalement dans une famille monoparentale. Il s’agit là aussi d’une transformation majeure par rapport à la situation qui a prévalu entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et la fin des années 1960. Depuis plus d’une vingtaine d’années, la très grande majorité des femmes n’ont plus « le choix5 » d’être salariées ou non. Si l’on voulait absolument continuer à considérer les femmes comme des « victimes », on pourrait dire que la situation présente a empiré par rapport celle qu’elles connaissaient dans les années 1960. Margaret Maruani (2000, p. 209) remarque pourtant, à juste titre, dans Travail et emploi des femmes : « Le débouché actuel — et provisoire — de la féminisation du salariat n’est pas l’égalité des sexes, mais la liberté des femmes. » Ce qui indique, je reviendrai sur ce point dans le chapitre 4, combien il est préférable, aujourd’hui, de prendre acte de ce que les transformations à l'œuvre dans les rapports entre les sexes ont fait passer les femmes du statut de « victimes » à celui de « plaidantes ».

  • 6 Ainsi que le remarque Fraisse (2000, p. 507) à l’encontre des réticences à l’idée concernant une l (...)

43Dans l’introduction de l’ouvrage cité, Maruani (2000, p. 4) note : « Les inégalités entre emploi féminin et masculin ne sont pas de simples reliquats de l’histoire, inévitables scories destinées à se diluer dans le progrès de la modernité. Il n’y a pas une pente naturelle vers l’égalité. » Ce constat ne concerne pas seulement le domaine de l’emploi, ni même celui des rapports entre les sexes6. Les inégalités entre emploi féminin et masculin s’inscrivent pourtant dans un espace qui diffère grandement de celui d’il y a 40 ans : depuis le milieu des années 1960, la croissance de la population active est avant tout due à la présence accrue des femmes sur le marché du travail. Dans le nouveau paysage social marqué par la féminisation du marché de l’emploi, les inégalités qu’on observe sont de plus en plus intolérées (Dubet, 2000).

44Durant cette période, c’est sur un marché de l’emploi de plus en plus tertiarisé et faisant de plus en plus appel à de la main-d'œuvre salariée que se retrouvent les femmes. D’où, « la division sexuelle des secteurs d’activité a protégé les femmes de la crise de l’emploi et permis la continuité de la progression de l’activité féminine. Les hommes ont pâti de la désindustrialisation pendant que les femmes ont tiré parti de la tertiarisation » (Maruani, 2000, p. 12). Dans l’Europe des Quinze, les femmes sont, aujourd’hui, plus souvent salariées que les hommes (en 1996,87,1 % contre 79,9 %). Ce chiffre, outre qu’il donne un aperçu de l’évolution du marché du travail, révèle un élément de la « liberté » des femmes : elles ont un patron qui n’est plus le conjoint— que l’on pense à une épouse de médecin qui, dans les années 1970 encore, faisait fonction de secrétaire auprès de son mari — elles peuvent changer d’employeur, faire valoir des revendications, sans que cela entraîne un drame familial. La possibilité de changer d’employeur ou de revendiquer leurs droits tient à la déliaison entre patron et conjoint, qui a débuté au XIXe siècle avec la prolétarisation des femmes et qui a été extrêmement lente à toucher les classes moyennes et supérieures. La salarisation massive des femmes n’est pas non plus étrangère à la hausse des divorces et des séparations, sans qu’il soit aisé toutefois de déterminer si c’est la salarisation qui favorise le divorce ou si c’est le risque de divorce qui incite les femmes mariées à rester salariées. La corrélation entre les deux facteurs doit pourtant être reconnue : les femmes ne sont plus forcées de se marier ou de rester mariées pour survivre. Le même raisonnement s’applique à la chute de la natalité : on serait arrivé à cet égard à une sorte de stabilisation, puisque les mères de famille restent salariées et qu’elles ont rarement plus de deux enfants :

Comme les hommes, les femmes ont ainsi des trajectoires professionnelles continues, qui ne s’interrompent plus à l’âge de la parentalité. Ces taux d’activité en expansion traduisent l’évolution des comportements vis-à-vis du marché du travail. De ce point de vue, il s’agit d’une rupture sociologique, d’une transformation radicale du rapport à l’emploi. Dans la France des années quatre-vingt-dix, le modèle dominant n’est pas celui du choix (travail ou famille), il n’est pas celui de l’alternance (travailler—s’arrêter—retravailler) mais celui du cumul : pour une mère de famille, il est désormais « normal » de travailler alors qu’il y a seulement trente ans il était tout aussi « normal » de s’arrêter dès la naissance du premier enfant. Au-delà des statistiques, il s’agit donc d’un basculement des normes sociales de l’activité féminine (Maruani, 2000, p. 15).

45La salarisation des femmes dans les dernières décennies du XXe siècle est, bien sûr, en partie due aux progrès de la scolarisation des filles — en France, « entre 1945 et 1995, la détention d’un diplôme égal ou supérieur au baccalauréat parmi les 25-34 ans est passée de 4 % à 41 % chez les femmes, de 11 % à 33 % chez les hommes » (Daune-Richard, 1998, p. 48). Il est maintenant établi que, lorsque les filles peuvent suivre les mêmes études que les garçons, elles réussissent aussi bien sinon mieux qu’eux (Baudelot et Establet, 1992), à un moment où le capital scolaire lui-même devient de plus en plus important dans la reconnaissance des compétences et modifie les attentes des familles (qui ont longtemps misé sur l’instruction des fils tandis que les filles étaient destinées au mariage). Plus précisément, comme le rappelle Christian Baudelot (1998),

la mécanisation et l’informatisation de la société rendent plus rares les travaux de force où les hommes sont seuls requis. Plus sophistiquée, l’activité industrielle et productive s’est dégagée des contraintes de la saisonnalité et des processus continus, permettant des assouplissements d’horaires. De même, l’exercice de l’autorité au sein des grandes entreprises se dégage d’un modèle paternaliste et viril au profit des relations plus impersonnelles et plus bureaucratisées. Dans ce contexte, la compétence certifiée par le diplôme a plus d’importance que les qualités traditionnellement considérées comme personnelles et liées à l’âge et au sexe. En rendant caduques les formes les plus machistes du commandement, la pacification des mœurs hiérarchiques autorise l’accès des femmes à des fonctions d’encadrement.

  • 7 Pour l’Allemagne, Maruani, à qui j’emprunte ces chiffres, distingue l’ex-Allemagne de l’Ouest où l (...)

46Il reste que les écarts de salaires pour des emplois à temps plein (primes exclues) restent élevés dans l’Union européenne : 11,9 % au Danemark, 13 % en Suède et 23,4 % en France, 23,5 % en Italie, 26,3 % au Royaume-Uni et 29,4 % aux Pays-Bas7. Ces chiffres ne rendent pas compte du travail à temps partiel qui touche d’abord des femmes. L’argument selon lequel cette modalité serait « choisie » par celles qui veulent ou doivent « concilier famille et travail » est infirmé par les statistiques européennes. Maruani (2000, p. 82) rapporte que

dans la plupart des pays de l’Europe des Quinze, ce sont les femmes âgées de plus de 50 ans qui connaissent les plus forts taux de travail à temps partiel. La moyenne européenne s’établit, en 1996, à 37,2 % pour les 50-64 ans et à 53,2 % pour les plus de 65 ans alors qu’elle se situe à 30,6 % pour les femmes de 25 à 49 ans. Dans certains pays comme le Danemark, la France, l’Espagne, la Grèce, la Finlande et la Suède, c’est dans la tranche 25-49 ans que l’on trouve les plus faibles pourcentages de femmes travaillant à temps partiel.

47Deux éléments doivent être soulignés ici. D’une part, pour un poste équivalent, les salaires horaires à temps partiel sont inférieurs aux salaires horaires à temps plein. Rachel Silvera (1998, p. 131) rapporte que « au Royaume-Uni, à poste équivalent, une femme à temps partiel gagne 75 % du salaire horaire d’une femme à temps plein et... 58 % du revenu d’un homme à temps plein, toujours à poste équivalent ». Le Royaume-Uni remporte la palme à cet égard, mais les autres pays ne sont pas en reste : « Le salaire horaire des salariés à temps partiel s’établit à 85 % de ceux des personnes travaillant à temps plein en Suède, 71 % en France, 69 % en Espagne » (Maruani, 2000, p. 104). D’autre part, le travail à temps partiel et les préretraites connaissent un traitement différencié, ce qui montre qu’il importe de prendre en considération les catégories d’âge touchées par le temps partiel. Maruani (2000, p. 97) précise à ce sujet :

La préretraite progressive s’accompagne presque toujours d’une compensation conséquente des pertes de rémunération, alors que le travail à temps partiel réduit en général le salaire au prorata des réductions du temps de travail. Et, lorsqu’il y a compensation pour tous, il reste toujours un avantage quantitatif pour les préretraités. Ainsi, dans tel accord d’entreprise, le travail à mi-temps est-il payé 57,5 % du plein temps pendant que les préretraites à mi-temps sont rémunérées à 68 % du temps plein. Dans tel autre, les préretraités progressifs bénéficient d’une allocation complémentaire située entre 25 % et 30 % du salaire de référence alors que les salarié(e)s à temps partiel reçoivent une allocation correspondant à 10-20 % du salaire de référence.

48Se référant aux données d’une enquête antérieure (Maruani et Nicole, 1989) portant sur une entreprise aux prises avec un problème de « sureffectifs », Maruani (2000, p. 95) rapporte une situation qui peut être tenue pour exemplaire : « Trois possibilités sont proposées aux salariés, trois solutions qui suggèrent autant de modalités du partage de l’emploi : une charrette de 146 licenciements "secs" ; la réduction du temps de travail à 35 heures pour tous (sans compensation salariale) ; le travail à mi-temps pour 260 salariés. » Que va faire le syndicat ? Opter pour la troisième solution et signer un accord avec la direction. L’effet est immédiat : « Le lendemain, c’est l’ensemble des femmes de l’usine qui se voient proposer le choix entre le mi-temps et la porte. Toutes choisissent le travail à temps partiel. » Sans tomber dans un anti-syndicalisme gauchiste, il y a lieu de signaler le caractère androcentrique qui a présidé à la formation des syndicats ouvriers, qui lui a donné sa force, au nom des meilleures intentions (notamment le « salaire familial »), et qui continue à produire ses effets. Mais revenons à la situation décrite par Margaret Maruani. C’est à l’ensemble des femmes de l’usine — enregistrons la construction de la « catégorie de sexe » — qu’est proposé le temps partiel pour que l’ensemble des hommes — autre occurrence de la construction de la « catégorie de sexe » — puissent garder leur emploi à temps plein. Cette « proposition » est à prendre ou à laisser : si elles la refusent, les femmes sont licenciées. Toutefois, « dès l’entrée en vigueur de cet accord, les femmes mises à temps partiel se voient contraintes d’effectuer, en sus de leurs 19 h 30 hebdomadaires, des heures supplémentaires. De leur côté, les hommes voient leur plein-temps grignoté par du chômage technique. De fait, hommes et femmes ont un temps de travail réel quasi identique ». Ce qui nous amène à nous poser la question suivante : « Quelle est la différence entre un homme à temps plein qui parfois ne travaille que la moitié du temps parce qu’il est en chômage technique et une femme à mi-temps qui, à certaines périodes, travaille à temps plein parce qu’on lui demande de faire des heures supplémentaires ? » Se joue là, précisément, une construction de l’inégalité actuelle du salaire, de l’accès au revenu : le chômage partiel est indemnisé tandis que le travail à temps partiel ne donne pas accès au chômage partiel et donc à l’indemnisation pour ce temps non travaillé, et les heures supplémentaires qui s’ajoutent au temps partiel ne font pas un temps plein. L’habitude de voir dans le salaire féminin un « salaire d’appoint », une partie restreinte du « salaire familial », a donc la vie dure.

49L’opinion selon laquelle le temps partiel constitue un « choix » des femmes pour « concilier famille et travail » est également contestable dans de nombreux cas : il est beaucoup plus perturbateur que susceptible de « conciliation » dans des secteurs où il est imposé dès l’embauche (par exemple, le commerce, la restauration, les entreprises de nettoyage, etc.). Les vendeuses ou les caissières qui travaillent deux heures le matin et trois heures en fin de journée, ou en soirée, ou en fin de semaine risquent bien de ne pas être présentes quand leurs enfants sont à la maison. Il en va de même de celles qui nettoient les bureaux de 6 à 9 heures ou de 18 à 21 heures. Maruani (2000, p. 103) fait référence à une recherche de Nathalie Cattanéo (1996) sur la grande distribution qui montre

comment la clé de voûte du système de gestion de la main-d'œuvre réside dans l’alliance entre l’imposition de contrats de travail à temps partiel (18-22 heures) et le jeu sur les heures supplémentaires. Plus les caissières ont des temps de travail restreints au départ, plus elles sont enclines à accepter des heures supplémentaires attribuées de façon désordonnée, au jour le jour, sur une simple injonction téléphonique. On débouche ainsi sur des horaires de travail totalement imprévisibles, extensibles, décalés, qui requièrent une « disponibilité permanente » et une subordination au temps des autres. Les conséquences vont au-delà du temps de travail lui-même : bien loin de permettre une meilleure « conciliation » entre travail et famille, cette forme de temps partiel aboutit dans de nombreux cas à une « destruction maximale de la vie privée » qui engendre des coûts supplémentaires non négligeables (notamment en matière de garde d’enfants). Pour garder leur emploi, pour tenter de gagner un peu plus en fin de mois, les caissières acceptent ces horaires destructurés et destructurants.

50Le travail à temps partiel imposé intervient aussi sur la reconnaissance de la qualification. Par exemple — et ceci ne concerne pas nécessairement les seules femmes — dans un hypermarché, des boulangers, qui effectuent le même travail et qui ont le même niveau de formation, sont classés comme « ouvriers professionnels » quand ils sont engagés à temps plein et comme « employés non qualifiés » quand ils le sont à temps partiel. Maruani (2000, p. 104) cite aussi l’exemple de caissières : « À temps complet elles sont classées en catégorie 8, les mêmes à temps partiel et avec un contrat à durée indéterminée en catégorie 6, les mêmes toujours à temps partiel avec un contrat à durée déterminée en catégorie 4. » On a là une illustration des procédés bureaucratiques qui régissent la reconnaissance des qualifications et qui ne reposent ni sur la formation scolaire ou professionnelle ni sur le contenu de la tâche. C’est par définition, que le travail à temps partiel est déqualificateur.

  • 8 Le taux des chômeuses, des femmes à la recherche d’un emploi montre bien leur ténacité ; le surchô (...)

51Si, malgré la hausse fulgurante, en quelques décennies, de la scolarité et de la certification scolaire des femmes, et malgré leur volonté de demeurer sur le marché de l’emploi8, on constate que l’écart salarial moyen entre les travailleurs et les travailleuses se maintient autour de 20-25 %, cela tient en grande partie à ce que les hommes et les femmes n’occupent pas les mêmes emplois. Malgré la forte augmentation du poids des femmes dans la population active, on observe une concentration des emplois féminins. En France, 61 % de l’emploi féminin est concentré dans six catégories : employés de la fonction publique, des entreprises, du commerce, des personnels de service aux particuliers, des instituteurs et professions intermédiaires de la santé. Maruani (2000, p. 37) souligne que « les six professions les plus féminisées en 1997 sont les mêmes que celles qui l’étaient en 1962 ». Il en est de même dans les autres pays européens. La majorité des emplois féminins sont donc concentrés dans quelques secteurs d’activité et regroupés en un nombre restreint de professions déjà fortement féminisées. C’est ce qu’on appelle la « ségrégation horizontale » (différenciation des emplois et des métiers). À cette ségrégation horizontale s’ajoute la « ségrégation verticale » (différenciation des carrières). Par exemple, dans le domaine de l’enseignement, le taux de féminisation dans le pré-primaire a voisine les 100 %, il est des deux tiers à l’école primaire, il atteint la moitié dans l’enseignement secondaire et il est bas au niveau universitaire.

52Il reste que la progression très nette de la scolarisation des filles dans les années 1970 a favorisé l’entrée des femmes dans les professions supérieures. Par exemple, dans la magistrature, qui, en France, leur a seulement été ouverte en 1946, les femmes sont restées minoritaires jusqu’à la fin des années 1960, alors qu’en 1998 elles occupaient la moitié des postes de magistrats. Françoise Battagliola (2000, p. 95) souligne que « les modes de recrutement jouent un rôle prépondérant : le passage d’un recrutement par la profession à un recrutement appuyé sur les performances scolaires favorise l’entrée des filles. C’est le cas de la magistrature lorsque, en 1958, est créée une école à laquelle on accède par concours. Une comparaison de la féminisation des professions juridiques en France et en Grande-Bretagne montre que la féminisation plus précoce et plus soutenue en France s’appuie sur le rôle de "levier" des diplômes (Le Feuvre et Walters, 1993) ». On ne peut manquer de constater que la féminisation de la magistrature a « accompagné l’évolution des conditions d’exercice de la fonction : rémunérations et conditions matérielles de travail peu attrayantes, avènement d’une justice "de masse", perte de statut de juge ». Mais, Battagliola (2000, p. 96), qui formule ces remarques, prend soin de citer Anne Boigeol (1997), qui, écrit-elle, « se refuse à voir dans la dévalorisation de la profession la cause de la féminisation, car les femmes n’occupent pas systématiquement des fonctions dévalorisées ».

  • 9 Ce qui équivaut au Québec à la fin du cégep.
  • 10 Pour une réflexion très circonstanciée sur la « maternité adolescente », tant dans la littérature (...)

53Mais, bien qu’il soit indéniable, ainsi que le remarque Battagliola dans un autre texte (2001, p. 193), que « plus le niveau de certification scolaire s’élève, plus les itinéraires des filles se rapprochent de ceux des garçons : âges aux différentes étapes et rythmes d’entrée dans la vie adulte tendent à se confondre parmi ceux qui ont franchi le niveau du baccalauréat9 », il faut toutefois enregistrer que « de profondes différences perdurent parmi les jeunes peu diplômés ». Les filles peu diplômées, le plus souvent d’origine ouvrière, sont souvent celles qui deviennent mères10 pour la première fois à un âge relativement précoce ; aussi leur inactivité totale ou partielle sur le marché de l’emploi est-elle élevée. Il semble que « l’âge à la première maternité exerce l’effet le plus marqué sur la probabilité d’être inactive, son influence étant plus forte que celle du diplôme ou de l’origine sociale » (Battagliola, 2001, p. 190). L’accumulation des désavantages n’arrange évidemment rien. D’autant que, même pour les filles très diplômées et appartenant à des familles dotées de capitaux économiques et culturels élevés, on assiste à un « effet de différemment temporel des inégalités entre les sexes » (Battagliola, 2001, p. 194). Outre qu’elles subissent une ségrégation horizontale et une ségrégation verticale, elles doivent faire face à un alourdissement de la charge matérielle et mentale du travail domestique, en particulier à la naissance d’un enfant. Il continue à se vérifier (pour le Québec, voir Le Bourdais, Hamel et Bernard, 1987) que plus les charges ménagères augmentent, plus les hommes s’en déchargent (Brousse, 1999, cité par Battagliola, 2001), et inversement, plus ils s’engagent dans leur carrière. La paternité tend donc à être avantageuse pour la carrière des hommes et la maternité à être désavantageuse pour celle des femmes. Cela dit, « les hommes sans emploi ou précaires, écartés par les femmes qui leur préfèrent des conjoints dotés des propriétés sociales propres au statut d’adulte au masculin, apparaissent disqualifiés sur le marché matrimonial » (Battagliola, 2001, p. 193) : en 1992, seulement 63 % des hommes « précaires et chômeurs » de la génération née entre 1951 et 1956 sont pères contre 77 % de l’ensemble des hommes de cette génération. On assiste donc à un croisement de trajectoires entre hommes et femmes qui connaissent la précarité de l’emploi : « Les hommes, subordonnant leur engagement familial à leur indépendance économique, rencontrent des obstacles croissants à accéder à la maturité sociale. Les jeunes femmes accédant au statut d’adulte en vivant en couple et en devenant rapidement mères, connaissent alors des itinéraires professionnels fragilisés » (Battagliola, 2001, p. 193).

7. La plasticité des rapports sociaux de sexe

Si le clivage masculin/féminin demeure un des socles de béton sur lesquels se construisent les contours du marché du travail, les modalités de ces différenciations sont en perpétuelle mutation. Les frontières se déplacent plus qu’elles ne s’effacent et ce sont ces mouvements qu’il s’agit de repérer (Maruani, 1998, p. 7).

54Comme en réponse à cette invitation, dans ses textes récents, Monique Haicault tente de combiner plusieurs rapports sociaux afin de saisir les combinaisons plutôt que les oppositions dans lesquelles prennent place les rapports sociaux de sexe. Elle nous suggère de considérer que les rapports sociaux entre les sexes sont à la fois d’alliance et d’opposition, à la fois asymétriques et complémentaires, puisqu’ils n’agissent jamais seuls. Les rapports entre les sexes sont toujours articulés à d’autres rapports sociaux, tels ceux qui interviennent dans les catégories sociales, les âges et les générations, les ethno-cultures, les milieux sociaux.

55Si l’on considère les rapports sociaux de sexe dans le système productif et l’emploi, on constate qu’en l’espace de 30 ans, dans les pays « occidentaux »,

  1. le groupe social « femmes » est de plus en plus hétérogène ;
  2. la présence massive des femmes sur le marché de l’emploi a transformé celui-ci (flexibilité, précarité, etc.). On pourrait dire que le marché de l’emploi s’est « féminisé », y compris pour les hommes, de plus en plus nombreux à être soumis à la flexibilité et à la précarité, même si ces dernières n’empruntent pas exactement les mêmes caractéristiques que celles qui touchent les femmes ; il semble que les travailleuses connaissent davantage la flexibilité dans le temps et les travailleurs davantage dans l’espace ;
  3. il y a féminisation des postes de haut niveau même si l’asymétrie des rapports entre les sexes se maintient dans la secondarité des femmes.

56Ce dernier point se traduit notamment dans le fait que des femmes sont assez largement présentes dans de nouveaux secteurs comme la publicité, le tourisme, les relations publiques, la gestion des ressources humaines, les métiers de la communication, du spectacle, de la culture, des médias, etc. Leur présence, écrit Haicault (2000, p. 73), « pourrait laisser penser qu’on assiste à un effacement des frontières entre emploi masculin et emploi féminin, à une asexuation des compétences ». Elle indique toutefois que ces « nouvelles carrières de femmes » se démarquent sur plusieurs points des carrières des hommes actifs dans ces mêmes secteurs. Ainsi, les contenus des postes de travail ne sont pas identiques : les femmes occupent « des postes où la préparation du travail demande plus de temps, plus de capacités d’organisation, plus de gestion prévisionnelle, plus de qualités de polyvalence et hautement relationnelles, et, en revanche moins de compétences techniques et de décisions, traits des postes masculins ». On peut également constater que, même si la hiérarchie est moins rigide dans ces secteurs que dans l’industrie et l’administration, les femmes sont désavantagées en matière de salaire et de promotion. Cela tient notamment au fait que « les compétences nécessaires dans l’exercice du poste de travail ne sont pas toutes reconnues alors qu’elles sont implicitement requises, et auprès des femmes seulement (qualifications sociales annexes, capacités d’organiser, de préparer le travail, d’inventer des solutions à des problèmes qui se posent en permanence, le faire-face immédiat) » (ibid.).

57Ces constats témoignent de la « plasticité des rapports sociaux de sexe », c’est-à-dire du fait que les rapports sociaux de sexe ne se reproduisent pas à l’identique, ils changent d’aspect et de forme. Ils se transforment — des postes de haut niveau sont occupés par des travailleuses — mais ils s’« adaptent » à cette transformation — les positions socio-économiques des travailleuses sont marquées d’une infériorité relative. Seule une analyse comparative des rapports sociaux de sexe dans leurs liaisons avec ces « nouveaux métiers » permet d’approcher ce mouvement de transformation et d’adaptation à la transformation qui maintient l’asymétrie entre les hommes et les femmes.

58Il faut en outre remarquer que l’adaptation des rapports sociaux de sexe au changement passe par l’utilisation de « qualités » qualifiées de « féminines » telles que le « sens pratique » et la « capacité d’entrer en relation avec les autres ». Comme ces qualités sont tenues pour « innées », elles ne doivent pas entrer en ligne de compte dans la rémunération. Là aussi il y a plasticité. Comme il est maintenant mal vu d’affirmer que les femmes sont physiquement plus faibles que les hommes — par ailleurs, les travaux exigeant de la force physique sont de moins en moins nombreux — le discours sur la « nature féminine » est désormais axé sur la capacité relationnelle plutôt que sur la faiblesse physique. Dans un cas comme dans l’autre, cela aboutit à un moindre salaire. Il faut admettre que la capacité relationnelle est idéologiquement moins stigmatisante que la faiblesse physique, toutefois cette capacité relationnelle n’est pas prise en considération dans la définition des tâches et donc dans la rémunération, parce qu’elle se trouve naturalisée.

59Danièle Kergoat (2001, p. 91) affirme à juste titre que l’opposition entre « qualités et qualification » doit elle-même être doublée par le fait que

la qualification masculine, individuelle et collective, est construite socialement ; les qualités féminines renvoient à l’individu ou au genre féminin (ou plutôt au genre tel qu’il s’incarne dans chaque individu), et sont acquises par un apprentissage vécu à tort comme individuel car fait dans la sphère du privé ; de ce fait, elles ne sont pas valorisées socialement. D’où un rapport de force à leur désavantage avec les employeurs, et l’on sait que c’est également de celui-ci que va résulter la qualification.

60Pour illustrer son propos, elle prend comme exemple (mais voir aussi Kergoat, Imbert, Le Doaré, Sénotier, 1992) les infirmières et leurs luttes récurrentes depuis la fin des années 1980, en France et ailleurs. Pour que la profession d’infirmière puisse être défendue comme profession par les infirmières elles-mêmes, pour qu’elle s’inscrive « dans le strict champ du rapport salarial », il a fallu que les infirmières procèdent à des disjonctions successives : d’abord nier que leur travail soit une « vocation », comme il le fut dans le passé par les religieuses, puis dissocier vie privée/vie professionnelle, donc apprendre à être et à être vue comme une « professionnelle » et non comme quelqu’un de « dévoué à » et enfin, procéder à la rupture entre « femme » et « travailleuse », entre « rôle féminin » et « rôle professionnel ». Nulle mieux qu’une infirmière ne peut décrire ce passage particulièrement difficile à effectuer. Kergoat (2001, p. 95) transcrit ici les propos de l’une d’elles, âgée de 35 ans, qui travaille dans un service de réanimation :

Au début, en tant qu’infirmière, je prenais très mal des réflexions venant d’hommes, du genre : vous avez la main douce, des choses comme ça. Je le prenais extrêmement mal parce que je n’avais pas envie de mélanger, je veux être reconnue en tant qu’infirmière, pas en tant que femme [...]. Avant, j’avais toujours peur. Tu sais, quand tu es une nana, tu as toujours peur des contacts parce que tu le vis comme une agression physique : il ne faut pas me toucher parce que c’est vouloir prendre mon corps, ça je ne le supporte pas. Ça, c’était au moment où il y avait la nécessité pour moi de m’affirmer en tant que professionnelle, en tant que femme aussi. Mais maintenant, quand on me dit ça, parce que je sais que je suis sur un plan professionnel, sur un plan purement individuel, je crois que c’est quelque chose qui ne me choque plus [... ]. (Maintenant), le but, c’est que le patient dise : oui, ça me fait du bien, ça me fait du bien le contact [...].

61Pour le dire beaucoup plus banalement qu’elle, cette infirmière est donc parvenue à concevoir la dimension relationnelle comme une qualification qui contribue à la satisfaction du patient. Quand la capacité relationnelle est perçue comme une qualification collective (exigée de toutes celles qui exercent la profession), la relation entre l’infirmière et le malade est détachée de la personne de la femme ; l’infirmière peut prodiguer les soins sans se sentir appropriée. Il faut noter que la profession ne s’est masculinisée quelque peu depuis que ces disjonctions ont été effectuées par des infirmières, par des femmes infirmières.

62La notion d’asymétrie sociale des sexes doit donc être retenue. Elle rend compte de la présence décalée des sexes sociaux tant quantitativement que qualitativement dans les instances de décision (politiques, administratives, religieuses, culturelles, etc.). Τoutefois, cette notion d’asymétrie ne prend tout son sens que si on renonce à la notion d’antagonisme. Parce que les rapports sociaux de sexe s’inscrivent dans des systèmes qui sont liés entre eux, ils sont à la fois opposés et complémentaires, ils prennent des formes qui varient selon les espaces sociaux et les temporalités considérées. Pour les étudier, il est nécessaire de rompre avec une adhésion à un mode de pensée binaire.

  • 11 Dans les enquêtes de Haicault est principalement observé le lien mère-fille. Dans « Sexe et vieill (...)

63La rupture est encore plus nécessaire lorsque l’on considère le caractère hétérogène de la catégorie « femmes » et de la catégorie « hommes ». Pour illustrer ce point, nous nous servirons des résultats d’une autre recherche menée par Haicault avec la collaboration de Mazzella (1997). L’étude des rapports des grands-mères et de leurs petits-enfants aujourd’hui permet d’apprécier les transformations qui se sont opérées depuis deux ou trois décennies, entre autres dans le discours construit à propos des « qualités féminines ». Il y a encore des grands-mères qui, après avoir été au service de leur mari et de leurs enfants pendant 20 ou 30 ans, acceptent de se mettre au service de leur vieille mère (coexistence de quatre générations liée à l’allongement de l’espérance de vie) et de leurs petits-enfants. Elles acceptent de garder ces derniers « en appoint », c’est-à-dire en dehors des heures de garderie, pendant les vacances, lorsqu’ils sont malades, etc. Elles se placent donc dans une « relation de service » puisque, par exemple, elles n’ont pas de prise sur le temps de la maladie. On remarque pourtant que de plus en plus de grands-mères sont aujourd’hui des femmes retraitées, qui ont occupé un emploi salarié. Elles acceptent de donner un coup de main pour dépanner leur fille de temps à autre, mais elles ne s’inscrivent pas dans l’attente de la disponibilité permanente. Bien que retraitées, elles ne sont pas désœuvrées. Leur emploi du temps leur permet de faire une place à leurs petits-enfants, mais la prise en charge de ces derniers est une activité parmi d’autres. Dans ce contexte, cette prise en charge change de nature, pourrait-on dire. Il ne s’agit plus de « garder » les petits-enfants pour les garder, mais de se livrer avec eux à des activités (aller au cinéma, au musée, en pique-nique, etc.). Le fait que les femmes qui ont actuellement 60 ans ont occupé un emploi a donc des répercussions sur les rapports qu’elles entretiennent avec les membres de leur famille, notamment leur fille11 et leurs petits-enfants. Elles sont des grands-mères, mais elles sont aussi des individus qui ont un emploi du temps personnel. Cette modification des rapports grands-mères/petits-enfants n’est décelable que si l’on examine à la fois les rapports sociaux de sexe et d’autres rapports sociaux, tels les rapports intergénérationnels, et que si on tient compte des transformations sociales qui sont survenues, telle la présence des femmes sur le marché de l’emploi pendant de nombreuses années. Le fait que les grands-mères actuelles ont été des salariées plutôt que des ménagères à plein temps influe sur les rapports intergénérationnels.

64Ces éléments empruntés à des recherches de terrain m’amènent à insister sur le fait que les rapports sociaux de sexe doivent être examinés en liaison avec l’examen des autres rapports sociaux (de classe, de génération, de « race », etc.) dans lesquels ils prennent place. Cette manière de procéder empêche de concevoir comme homogènes la catégorie « femmes » et la catégorie « hommes ». Ces éléments mettent également en évidence la nécessité de procéder à une historicisation des rapports sociaux de sexe : les rapports entre les sexes ne sont plus aujourd’hui les mêmes qu’il y a 20 ou 30 ans. Ce qui signifie que les hommes et les femmes âgés aujourd’hui de 50 ans sont confrontés à un état des rapports entre les sexes qui diffère de celui qui prévalait lorsqu’ils avaient 20 ans, autour de 1968. Il ne faudrait pas en conclure que la « domination masculine » a disparu. Elle a pris d’autres formes.

65Cette manière de procéder soulève des questions d’ordre épistémologique et sémantique. Danièle Kergoat (2000, p. 40-41) donne un bon aperçu de ce qu’elles peuvent être :

La langue française a cet avantage de proposer deux mots : « rapport » et « relation ». L’un et l’autre recouvrent deux niveaux d’appréhension de la sexuation du social. La notion de rapport social rend compte de la tension antagonique se nouant en particulier autour de l’enjeu de la division du travail et qui aboutit à la création de groupes sociaux ayant des intérêts contradictoires. La dénomination « relations sociales » renvoie, elle, aux relations concrètes qu’entretiennent les groupes et les individus. Ainsi les formes sociales « couple » ou « famille » telles qu’on peut les observer dans nos sociétés sont à la fois l’expression des rapports sociaux de sexe configurés ici par le système patriarcal, dans le même temps qu’elles peuvent être considérées comme des espaces d’interaction sociale qui vont eux-mêmes recréer du social et dynamiser partiellement le procès de sexuation du social.

66La distinction entre rapport social et relation sociale qu’elle a elle-même établie amène Kergoat à affirmer :

Insister sur l’antagonisme ou sur le lien correspond donc à deux postures de recherche qui deviennent contradictoires quand on quitte le plan de l’observation pour passer à celui de l’épistémologie : ce sont les rapports sociaux qui pré-configurent la société. Versus : c’est la multitude d’interactions qui, au sein d’un univers brownien, crée, petit à petit, les normes, les règles... que l’on peut observer dans une société donnée. Et c’est dans cette dernière perspective, relativement hégémonique dans les sciences sociales actuellement, que l’on est amené à parler, par exemple, de complémentarité des tâches et, par voie de conséquence, à assigner prioritairement aux femmes — et en toute « légitimité » — le travail à temps partiel.

  • 12 Ce que Elias n’aurait sans doute pas nié (voir Elias, 2000), bien qu’il faille se rendre à la rais (...)

67Face à cette appréhension de la dichotomie entre « antagonisme » et « lien » (antagonisme ou lien) et les conséquences répétitives qu’elle impulse sur la minorisation des femmes (légitimation du travail à temps partiel, par exemple), il me semble que la proposition de Monique Haicault, concernant la plasticité des rapports sociaux de sexe, qui fait jouer antagonisme et lien, sans dévier vers la « complémentarité des tâches » — particulièrement stigmatisée en « sociologie féministe » — introduit à une perspective non dichotomisante entre « individu » et « société » ouverte, par exemple, par Norbert Elias, notamment dans La société des individus. Ce qui montre que l’émergence de la question des rapports entre les sexes est susceptible de transformer la manière d’appréhender la discipline sociologique12 Afin d’avancer sur cette voie, un détour par l’anthropologie ne me paraît pas superflu. Il permettra de mieux saisir l’importance qu’il y a à tenir compte de la dimension politique. Il nous aidera à sortir de la référence emprisonnante au « système patriarcal » que Danièle Kergoat se voit obligée d’utiliser.

Note

1 Cette perspective a été développée, et donc nuancée, dans Tahon, 2002a.

2 Son interprétation n’est pas la seule possible. Ainsi que le démontre Daniel Dagenais (1999), l’analyse de Parsons modifie la représentation du rapport mère-enfant et, partant, les relations entre les sexes au sein de la famille, en valorisant le jeu de rôle conjoint du père et de la mère.

3 Ces références institutionnelles sont indiquées pour illustrer la réception (certes limitée) de la problématique dans les instances académiques.

4 Voir, récemment Cadoret (2002).

5 Cette notion de « choix » est, de plus, discutable en elle-même tant qu’elle n’est pas également utilisée pour les hommes.

6 Ainsi que le remarque Fraisse (2000, p. 507) à l’encontre des réticences à l’idée concernant une loi qui établirait la parité, « c’est comme si la question des sexes échappait à une règle simple et bien connue, règle qui nous dit que personne n’a jamais produit de l’égalité sans contrainte. L’égalité n’est jamais spontanée, première, elle est toujours produite. Le meilleur exemple de cette règle est l’enseignement obligatoire, créé en France il y a plus de 100 ans par une loi qui fut, pour bien des parents et des enfants, une contrainte. Et pourtant, personne ne devrait être hostile à l’école, à l’accès au savoir, à la connaissance... »

7 Pour l’Allemagne, Maruani, à qui j’emprunte ces chiffres, distingue l’ex-Allemagne de l’Ouest où l’écart est de 23,1 % et l’ex-Allemagne de l’Est où il est de 10,1 % en 1995.

8 Le taux des chômeuses, des femmes à la recherche d’un emploi montre bien leur ténacité ; le surchômage féminin témoigne à la fois de la difficulté des femmes à prendre place dans la société salariale et de leur volonté de s’y insérer. Même au chômage, les femmes font partie de ce que l’on appelle la population active.

9 Ce qui équivaut au Québec à la fin du cégep.

10 Pour une réflexion très circonstanciée sur la « maternité adolescente », tant dans la littérature théorique féministe que dans les recherches empiriques québécoises, on lira avec beaucoup d’intérêt Charbonneau (2002).

11 Dans les enquêtes de Haicault est principalement observé le lien mère-fille. Dans « Sexe et vieillissement », Claudine Attias-Donfut (2001, p. 213-214 ; voir aussi Attias-Donfut, Lapierre et Segalen, 2002) note, à propos de la plus grande importance de préparer un fils ou une fille à une carrière professionnelle, que « la relation préférentielle mère/fils a fait place à une relation préférentielle mère/fille ». Elle écrit : « On assiste aujourd’hui à une transformation historique des rapports entre générations féminines avec l’émergence d’une solidarité inédite dans la conquête du savoir et du travail. » Il faut toutefois mentionner l’apport précieux que constitue le travail d’Olivier Schwartz (1990) sur les relations mère/fils dans un milieu ouvrier. Il se pourrait donc, dans ce cas également, que les rapports de classe influent sur les rapports de sexe et intrasexes.

12 Ce que Elias n’aurait sans doute pas nié (voir Elias, 2000), bien qu’il faille se rendre à la raison que lui-même n’a guère publié en la matière.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540