Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie des rapports de sexe

 | 
Marie-Blanche Tahon

Préambule

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Donner un titre à un livre est une tâche moins aisée qu’il n’y paraît. Après de nombreuses tergiversations et, surtout, après plusieurs discussions avec des sociologues qui avaient pris connaissance d’une version préliminaire ou d’une autre plus avancée, j’ai finalement arrêté mon choix sur celui qui figure en couverture. La réticence que je continue d’avoir à l’égard du titre tient à ce qu’il peut laisser croire que j’ai voulu signaler l’existence d’un champ particulier en sociologie, alors qu’il m’apparaît au contraire important de faire comprendre que la sociologie, quels que soient les champs de la discipline, y compris la « sociologie générale » ou la théorie sociologique, ne peut plus continuer à passer sous silence les rapports de sexe.

2Dès le départ, toutefois, je n’ai pas hésité à écrire « sexe » et non pas « genre ». À tort ou à raison, c’est le recours à « genre » qui tend, me semble-t-il, à multiplier les références au « masculin » et au « féminin » de plus en plus souvent substantifiées, pour ne plus dire « masculinité » et surtout « féminité », trop essentialistes. Persuadée que « le masculin » comme « le féminin » sont des « constructions sociales » — en tout ce qui regarde l’être humain, comme en sociologie, les constructions sont, par définition, sociales — je crois qu’une des tâches aussi bien scientifiques que politiques réside dans leur continuelle déconstruction. Reste qu’il y a des « hommes » et des « femmes ». La construction « sociale » de ces deux termes, à la différence de celle de « masculin » et de « féminin », renvoie à cette institution qu’est l’état civil. C’est l’état civil qui range les individus dans deux catégories sexuées. Il s’agit là d’un repère dont on ne peut faire l’économie pour penser l’égalité à promouvoir dans la modernité politique.

3On se serait attendu, peut-être, que le titre fasse référence aux « rapports sociaux de sexe » plutôt qu’aux « rapports de sexe ». Pour moi, il n’y a pas eu de dilemme. Avant tout, parce qu’il va de soi que la sociologie traite des rapports sociaux. Je ne connais pas d’ailleurs de livre dont le titre faisait référence aux « rapports sociaux de classe ». De plus, force est d’admettre que l’expression « rapports sociaux de sexe » est aujourd’hui un référent spontanément associé à la traduction francophone de gender, ce qui tend à le marginaliser et à banaliser les interrogations auxquelles il peut donner lieu. La lutte contre l’envahissement du français par l’anglais en l’occurrence vaut d’autant moins la peine d’être menée que, ainsi que je viens de le rappeler, l’expression « rapports sociaux de sexe », comme celle de « construction sociale », est redondante en sociologie : tout rapport est social. Par ailleurs, la diffusion de travaux élaborés par des chercheuses francophones et portant sur les « rapports sociaux de sexe » finit par accréditer, au mieux, l’idée que ceux-ci concernent avant tout des travailleuses confrontées à la charge mentale du travail domestique. C’est là, certes, un aspect des rapports actuels entre les hommes et les femmes qui doit être examiné. Il n’est toutefois pas le seul et l’on doit continuer à se demander s’il est le plus déterminant.

  • 1 On aurait pu logiquement s’attendre à ce que cette notion prenne pleinement sa place en sociologie (...)

4La notion de « rapports sociaux de sexe », telle qu’elle est utilisée en sociologie aujourd’hui, quand elle l’est1 entraîne trop souvent (mais, heureusement, pas toujours ; voir à ce sujet le chapitre 2) l’oubli de l’articulation du matériel et du symbolique. D’où la nécessité, sur le plan pédagogique de prendre en considération la dimension anthropologique (voir chapitre 3) dans l’analyse sociologique. Toutefois, la prise en compte de l’articulation du symbolique et du matériel ne peut se limiter à la « conciliation » de la famille et du travail. Le débat sur la parité qui a eu lieu en France ces dernières années a mis en pleine lumière les « rapports politiques de sexe » (chapitre 5), négligés par les sociologues françaises depuis l’émergence du féminisme en sociologie (Picq, 2002) et encore aujourd’hui largement absents, par exemple, de la plupart des analyses des sociologues francophones au Canada. L’articulation du symbolique et du matériel devrait être mise au premier plan dans le domaine de la « sociologie de la culture », entre autres — ce qui n’est pas fait dans cet ouvrage et qui constitue une de ses principales limites.

  • 2 Terme toutefois plus élaboré que celui qui est le plus souvent employé : celui de « conciliation »

5Ne pas confondre, en sociologie, « rapports de sexe » et « rapports sociaux de sexe », trop souvent limités à l’articulation2 entre « famille » et « travail salarié », en faisant appel aux « rapports politiques de sexe », cela signifie qu’on prend en compte les transformations qui, logiquement, se sont opérées dans les rapports de sexe, depuis l’apparition du mouvement de libération des femmes il y a plus de 30 ans. D’abord, en ce qui concerne la domination, la catégorie des « femmes » est moins homogène que jamais : il y a des femmes dominées et des femmes dominantes, et même des femmes dominées par des femmes dominantes. Ensuite, en ce qui a trait au « retour » de la politique, aux questions de citoyenneté et de droits de l’homme, dans la foulée de la chute du « communisme », les rapports de sexe sont trop souvent laissés de côté. Par ailleurs, dans ce contexte, l’importance de plus en plus grande prise par la « société civile » devrait nous inciter à prendre garde aux recouvrements protéiformes du politique par le social, ainsi que nous a invités à le faire Hannah Arendt.

6Pour tenir compte de la dimension politique et anthropologique des rapports de sexe, tout en veillant à ne pas la ramener à la sociologie du travail, j’ai donc décidé d’employer l’expression « rapports de sexe » (voir chapitre 1). L’aspiration à intégrer, en sociologie, les rapports « sociaux » aux rapports « politiques » de sexe, eu égard aux apports de l’anthropologie est inséparable du contexte historique dans lequel elle prend place. Depuis un peu plus de 15 ans, dans les démocraties occidentales, en particulier en France, au Québec et en Belgique, l’inégalité entre hommes et femmes n’est plus inscrite dans la loi. Il en résulte que la question de la « différence des sexes » fait place à celle du « différend des sexes » (voir chapitre 4) : la « domination masculine » est toujours présente, elle prend constamment des formes nouvelles et il s’agit de découvrir lesquelles.

7Les limites de ce livre sont dues au fait qu’il constitue un moment dans un programme de recherche qui s’efforce, depuis plus d’une dizaine d’années, de mieux cerner les questions que suscite la mise en rapport de la maternité et de la citoyenneté. Ce programme, qui tente de se situer au point d’articulation de la sociologie de la famille et de la sociologie politique — ce qui n’est pas sans effet sur la manière d’aborder l’une et l’autre — est largement insensible, par exemple, à la sociologie de la culture, comme je l’ai déjà dit, ou encore à la sociologie urbaine. De plus, il prend très généralement appui sur la situation française contemporaine, qui n’est certes pas universelle, même à l’égard de celle qui prévaut au Canada français, au Québec ou en Belgique, pour s’en tenir à des contextes « civilistes ».

8Il me semble pourtant que, quelles que soient ses limites, cet ouvrage est susceptible de donner le goût d’approfondir et d’élargir le questionnement dans une conjoncture où les rapports de sexe et entre les sexes sont moins figés que jamais. Nombreuses sont celles qui ont bien voulu me rassurer à ce sujet : Laure Corten, Véronique Degraef, Régine Dhoquois, Agathe Gustin, Monique Haicault, Annie Labourie, Éléonore Lepinard, Alicia Marquez, Delphine Naudier, Geneviève de Peslouan, Geneviève Pruvost, Juliana dos Reis et Christiane Veauvy, qui en ont lu une première version.

9Ce livre n’aurait pas pris forme sans Bernard Francq et Philippe Van Parijs, qui à l’automne 2000, m’ont invitée à l’Université de Louvain, le premier à la Chaire Jacques-Leclercq et le second à la Chaire Hoover, à offrir des cours et des séminaires qui constituent la version préliminaire de ce texte. C’est à monsieur Rémy, le professeur qui, entre tous, m’a initiée au métier de sociologue, que je dois la suggestion d’avoir transformé ces interventions en livre. Michel Lambert m’a permis de les préparer et de les approfondir dans un cadre enchanteur. Durant cette année sabbatique (2000-2001), j’ai suivi régulièrement les séminaires de Miguel Abensour à Paris VII, de Geneviève Fraisse et d’Irène Théry à l’École des hautes études en sciences sociales; les travaux de ces chercheurs influencent les miens depuis longtemps.

10Cet ouvrage n’aurait pu non plus être conçu et rédigé sans l’œuvre des passeuses que sont Françoise Collin, Françoise Héritier et Nicole Loraux. Il a aussi été lu par deux évaluateurs anonymes désignés par les Presses de l’Université d’Ottawa et par Yves Bonny des Presses universitaires de Rennes. J’ai tenu compte de leurs remarques pour finaliser cette version. Il bénéficie d’une subvention du Programme d’aide à l’édition savante du Canada, du savoir-faire de Madeleine Potvin, de la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Ottawa, qui l’a mis en pages et de l’intransigeance éclairée d’Yvan Dupuis qui l’a linguistiquement revu.

11Mon affiliation au CIRCEM m’a donné l’élan postsabbatique nécessaire pour remettre l’ouvrage sur le métier. J.-Yvon Thériault et Gilles Labelle, ainsi que François Houle, Daniel Tanguay et Martin Meunier, ont été assez attentifs et critiques pour me laisser croire que je pouvais persévérer. Mais ce travail n’aurait eu aucune raison d’être sans les étudiantes et les étudiants qui, à Oran, au Québec, en France, en Belgique, à Port-au-Prince et, le plus longtemps, à Ottawa, ont suivi mon enseignement depuis 1975. Leur écoute, leurs questions, leurs impatiences et leurs doutes m’ont permis d’enfiler les mots qui font ce livre. C’est pour elles et pour eux, et pour celles et ceux qui leur succéderont dans les « salles de classe » qu’il a été rédigé. Ce qui explique, notamment, les nombreuses et longues citations des auteurs présentes dans l’ouvrage. Elles sont là comme une invitation à lire ces derniers dans le texte et à proposer d’autres interprétations que les miennes. Je serais ravie de prendre connaissance et de réfléchir aux réactions des lectrices et des lecteurs que je n’aurai pas l’occasion de rencontrer dans un cours. On peut me joindre par courriel à l’adresse suivante : mbtahon@uottawa.ca

Notes

1 On aurait pu logiquement s’attendre à ce que cette notion prenne pleinement sa place en sociologie de la famille, en particulier quand celle-ci étudie la « vie privée » en rapport avec la « domination masculine ». Or, il n’en est rien, ainsi que l’atteste sans vergogne François de Singly dans un recueil de textes censé poser des « questions pour les sciences de l’homme ». Il écrit (2001, p. 149) en effet : « Ce texte prolonge F. de Singly, 1993. Il ne reprend pas la manière dont la sociologie des rapports de sexe a transformé la sociologie de la famille, grâce notamment aux travaux précurseurs d’Andrée Michel (1972 ; 1974) ; cf. F. de Singly, 1999. » Seuls les travaux « précurseurs » d’Andrée Michel méritent d’être mentionnés, puisqu’ils ont été (très rapidement) pris en considération par F. de Singly en 1999. Les nombreux travaux de ses étudiantes (par exemple, C. Delphy) et de ses lectrices (par exemple, les auteures des textes du Sexe du travail en 1984, sans compter des auteures de Questions féministes, comme C. Guillaumin et N.-C. Mathieu) qui s’en sont partiellement démarqués, pour, précisément faire passer la réflexion de la notion de « rôles de sexe » à « rapports sociaux de sexe » sont ignorés. Dans quel autre champ de la sociologie, un auteur aurait-il actuellement l’audace de se référer uniquement à des travaux vieux de 30 ans ?

2 Terme toutefois plus élaboré que celui qui est le plus souvent employé : celui de « conciliation ».

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540