Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Devenir bretonnant

 | 
Hugues Pentecouteau

Annexes

Annexe 5. Exemple de réponse à la consigne inaugurale : le récit produit par Antoine

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Petit, ma grand-mère m’a raconté des contes, ma grand-mère venait trois fois par semaine à la maison passer une journée, […] et elle possédait un répertoire de contes de son père, après j’ai appris que c’étaient en fait des contes de Luzel, mais elle connaissait des parties des contes de Luzel. […] Donc elle avait un répertoire de contes impressionnant qui lui venait de son père. Et donc, tout petit je savais qu’on était dans une famille bretonne du Havre, et je connaissais très bien l’histoire de l’arrivée au Havre. Son père était ouvrier agricole très pauvre, et il a été recruté par des sergents recruteurs au Havre. Le Havre est une ville en fin de terre, autour la campagne est assez riche et les paysans autour du Havre, on ne venait pas dans les usines. Et comme l’industrialisation en France a commencé par Le Havre, les usines […] cherchaient des salariés et ils allaient les recruter dans les zones pauvres des Côtes-d’Armor, des Côtes du Nord à l’époque, donc il a été recruté à mon avis vers 1890 et il est venu, il a passé plusieurs années au Havre et donc son père […] est arrivé au Havre comme ouvrier. […] Et il avait au bout de plusieurs années, il a fait venir sa femme et ses enfants, il en avait trois. Et ma grand-mère est venue dans un bateau à voiles qui faisait la ligne Morlaix-Le Havre en deux jours et une nuit, elle s’en rappelle, parce qu’elle avait je crois huit ans, quelque chose comme ça, et qu’il y avait un orage terrible, et que elle est de Callac donc elle n’avait jamais vu la mer, elle avait jamais parlé un mot de français. Et comme il y avait un orage terrible, le capitaine du bateau a eu pitié de la mère et des trois enfants et leur a permis de rentrer dans une cabine qui était inoccupée, parce qu’il y avait un transport de cadavre et donc il y avait un cercueil qui était tout seul dans la cabine, et donc terrorisée par la tempête et la mer et le dépaysement, ils étaient encore plus terrorisés par ce corps qui bougeait dans la boîte. Quand on voit tout ce que ça peut représenter la mort dans les traditions de la Bretagne profonde, en 1890. Elle a été marquée à vie, et donc j’ai entendu parler de ça étant tout petit.

2Euh ma famille revenait, on avait des cousins à Tréguier et donc on passait les vacances chez des cousins qui étaient vendeurs de meubles de cuisine à Tréguier, ils s’appelaient Martin, et donc de l’âge de trois-quatre ans à l’âge de, je ne sais pas, treize-quatorze ans, on a passé au moins un mois à Tréguier tous les ans. La famille était bretonnante, ils habitaient en plein centre de Tréguier et ils livraient des cuisines en formica dans les campagnes, c’est-à-dire que les paysans venaient acheter, venaient choisir des meubles en formica chez eux et après ils allaient les livrer. Donc notre plaisir à nous enfants, c’était de participer aux livraisons et on arrivait dans la ferme, on jetait les vieux meubles en bois traditionnel et on mettait des meubles en formica. On était très fiers de participer à la modernisation du monde rural. On disait trois mots de breton, parce que tout ce passait en breton autour de nous et on était sur la place du marché à Tréguier ça se passait en breton, et donc j’avais ça dans l’oreille, maintenant je ne connaissais que quelques mots évidemment.

3Quand j’ai eu une douzaine d’années, je me suis dit : « Mais j’ai envie d’apprendre le breton ! ». J’ai donc demandé à ma grand-mère de m’apprendre et ma grand-mère m’a appris à sa manière, c’est-à-dire elle me disait des phrases : « Pour dire ça, tu dis ça ». Et quand je lui disais « Mais tu dis ″en tad″ et tu dis ″me zad″, pourquoi tu dis ″me zad″, tu prononces mal ». « Ah non ! », elle me disait, « C’est comme ça ». Mais elle ne pouvait absolument pas m’expliquer. Elle n’avait pas la notion de ce qu’est un verbe – évidemment elle ne savait pas lire et écrire, donc c’était complètement du domaine de l’impossible, c’était impossible. Bon, j’avais pas de moyens, donc je comprenais une dizaine de phrases, peut-être une centaine de mots quoi, c’était tout.

4Je suis parti aux États-Unis à l’âge de dix-sept ans, j’ai eu une bourse pour aller aux États-Unis, j’ai passé un an aux États-Unis et quand je suis arrivé là-bas, j’étais dans une école avec des jeunes de dix-sept ans qui m’ont traité comme un petit Français et qui m’ont fait comprendre de façon inconsciente à quel point pour eux la France c’était rien, en me disant du genre « T’apprends l’anglais pour devenir professeur, quand tu seras là-bas t’apprendras aux autres, quoi », et j’ai vu la différence de culture, venir d’une culture et d’arriver dans une autre ça m’a beaucoup frappé, puis pendant une période longue, pendant un an. J’étais là-bas en 68, donc je n’ai pas participé aux réjouissances de ces années-là en France, j’ai vu ça à la télévision américaine et quand je suis revenu ça a été presque instantané, je me suis dit : « Je vais apprendre le breton ».

5Et donc, j’étais en classe de terminale, j’étais passionné par les langues, parce que je venais de passer un an à apprendre l’anglais. Aux États-Unis, j’avais appris l’espagnol, parce qu’il fallait apprendre une langue, donc bon, moi qui n’étais pas doué pour les langues, je me suis retrouvé par rapport aux autres à apprendre beaucoup plus facilement que d’autres, me rendre compte qu’une langue, c’était pas sorcier quoi, donc le breton, pourquoi pas, et donc j’ai contacté, je me suis dit « On va faire des cours au Havre. » […] et donc on a organisé des cours à la Maison des Jeunes du Havre pour apprendre le breton avec le Père Madec, qui était adorable, qui avait soixante-dix ans à l’époque, qui n’avait jamais vu de méthode de quoi que ce soit, et donc on a pris un bouquin un petit peu au hasard, c’était Deskom brezoneg […] et le Père Madec nous expliquait avec sa manière – que moi je trouvais succulente, on rigolait beaucoup – « ″Lagad″ c’est un œil, ″lagadou″ c’est les yeux dans le bouillon et ″daoulagad″ c’est quand on en a deux. ». Et tout était à l’avenant. Et les mutations c’est facile, c’est comme en grec – il était très fier d’avoir fait du grec (pour être curé, on est obligé de faire du grec), et donc moi j’avais fait grec à l’école, donc je comprenais. Et donc je me suis très rapidement retrouvé en situation d’assistant du prof, parce que lui, pédagogiquement, ça passait pas, et donc on a démarré l’année, c’était énorme, on était soixante je crois, y avait soixante personnes qui voulaient apprendre le breton, et donc on a été obligé d’organiser plusieurs cours et moi j’assistais le Père Madec pour apprendre le breton aux autres, dont je ne connaissais pas un traître mot sauf que je comprenais à la limite la grammaire, et je comprenais un certain nombre de choses, et donc j’ai aidé effectivement à essayer de traduire le français du Père Madec en quelque chose d’intelligible.

6Y’avait dans le cours les deux frères Padellec et en particulier Julien, qui est maintenant connu […]. Je me rappelle avoir discuté avec lui, c’était l’année suivante, j’étais en hypokâgne et je me rappelle, lui avait quatorze-quinze ans, je me rappelle lui avoir dit : « Tu devrais quand même penser à faire des études, parce que apprendre le breton, c’est bien mais je ne vois pas quel métier ça va te donner ». Et lui me disait : « Non non, moi je vais faire des études de breton ». Ça m’est resté parce qu’il se trouve que c’est un des rares à avoir utilisé ses connaissances du breton pour avoir une activité professionnelle, et bien sûr il le parle bien mieux que moi depuis. Ah ! parce que moi j’ai appris le breton pendant deux ou trois ans, et puis j’étais pion dans un établissement scolaire où la concierge était bretonnante, donc ça m’amusait, on continuait à parler breton et j’ai décidé de réapprendre le breton. La partie bretonne de ma famille avait disparu entre-temps, donc j’ai été passer peut-être deux fois quinze jours comme ça dans la famille de la concierge de mon CES […] et donc j’ai été chez les parents de cette dame, qui étaient agriculteurs, et là j’ai parlé breton pour de vrai quoi.

7Euh […] j’ai appris le breton vraiment sérieusement à partir de 69-70 – classe de terminale, école d’hypokâgne, j’avais pas des masses de temps après […], je n’ai pas continué. Donc je suis revenu en Fac, et là je foutais rien parce qu’on avait de l’avance, donc j’ai repris ça, ça doit être en 72-73, où j’ai vraiment bossé le breton. J’ai eu un petit garçon en 75, j’ai décidé de lui parler breton, et donc là, ça m’a fait bosser aussi, je me sentais très mal à l’aise de parler un breton que je possédais mal, donc j’ai été je pense 73-74, deux fois quinze jours dans cette famille et je pense que j’ai aussi réfléchi sur la langue bretonne, en me disant : quel type de breton je veux parler quoi, puisque y’a beaucoup d’approches possibles de la langue, et je ne souhaitais pas parler « chimique », ça m’intéressait pas […], ni une langue complètement dialectale, donc il fallait se situer un peu entre les deux. […] Donc j’ai lu plein de choses, parce que lire ça allait très vite, je me suis mis à lire une cinquantaine de bouquins, ça allait assez bien, le vocabulaire et la lecture ça roule, entendre des Trégorois ça roule, entendre d’autres curieusement… par exemple j’ai beaucoup de mal avec les gens de l’intérieur : Callac, Carhaix, les mots sont tellement raccourcis que j’ai du mal, bon par contre les Léonards, ça roule, parce que eux, on a le temps, le temps qu’ils sont arrivés à la fin du mot on a compris, donc je pense que j’ai… Et puis bon, arrivé au moment où j’arrive à me faire comprendre, j’avais d’autres activités et donc j’ai pas souhaité devenir un spécialiste du sujet – bon je suis capable de me débrouiller, je suis capable de parler, bon ça me suffisait. J’étais capable de lire, ça me suffisait aussi.

8Mon expérience avec mon enfant Tual, il a été à l’école Diwan. Il se trouve qu’on s’est séparé avec sa mère, qu’elle est partie à Lyon, et que donc lui, il n’a pas continué à parler le breton et qu’il a tout oublié rapidement. De toute façon, euh pour moi, c’était un échec que j’ai assez rapidement analysé. On peut pas parler tous les jours une langue qu’on ne maîtrise pas suffisamment, les mots manquent, on finit par avoir un vocabulaire hyper restreint, on finit par utiliser une grammaire qui est la grammaire française, et donc on fait des calques du français, et donc il faut qu’il y ait un environnement pour qu’un enfant puisse apprendre la langue et se développer et en profiter, il faut qu’il y ait un environnement avec des gens qui utilisent la langue tous les jours, pour qu’elle soit belle et qu’elle soit riche, pas lui faire des calques du français et avoir un vocabulaire pauvre. Bon j’ai fait ça trois-quatre ans, cinq ans peut-être, je trouve que c’était pas une solution.

9Ensuite bon ben, je suis revenu en Bretagne. [Antoine décrit son activité professionnelle pour laquelle sa connaissance du breton a pu lui servir]. […] Il a fallu que je me remette à bosser pour arriver à causer correctement et arriver à tenir des interviews relativement correctes, ce que j’ai fait, j’ai participé à une dizaine d’émissions en breton à l’époque, mais en gardant toujours cette attitude de, du sympathisant qui lit des bouquins, qui se tient au courant, informé, etc.

10Euh, ce que j’aimerais faire, si je n’étais pas pris par mon activité professionnelle, j’écrirais volontiers un bouquin qui manque dans la culture française : un bouquin qui s’appellerait « Le breton pour ceux qui ne l’apprendront jamais », et qui serait une réflexion sur ce que c’est que cette langue. Le problème, c’est que tous les bouquins qu’on trouve sont des bouquins, soit des grammaires pour apprendre le breton, soit des espèces d’œuvres de propagande pour dire que la langue est très belle, très ceci, très cela, en fait, il manque une analyse de l’esprit de la langue, parce que l’esprit de la langue bretonne tel que moi je l’ai compris, c’est un esprit paysan. C’est-à-dire que la langue bretonne était à l’aise quand elle était parlée par des paysans, qui avaient un humour de paysans, qui avaient un vocabulaire de paysans, qui avaient des périphrases, des allusions, des références, des jeux de mots sur les fleurs, des jeux de mots sur les maladies. Le nom des maladies renvoyait au nom des saints, qui renvoyaient au nom des plantes, etc., toute une architecture de pensée, qui fonctionnait à merveille et qui leur permettait plein de choses, et qui n’existe plus quand on transpose, quand on transplante une population rurale en zone urbaine et en banlieue en trente ans de temps, et ben ça n’existe plus, donc la langue était à reconstruire complètement. Et comme le traumatisme est très très fort, et ben, on se retrouve avec des écoliers qui parlent un breton chimique, que j’écoute puisque je les entends les élèves Diwan, ils parlent, je veux dire c’est un décalque du français complet pour moi, j’entends très très rarement des références de linguistique au point de vue syntaxe, au point de vue création de mots, etc., qui naissent du génie de la langue elle-même. Je pense que ça vient de l’extérieur, que la puissance créative de la langue, elle est morte avec la culture traditionnelle, parce que le traumatisme a été trop grand. Ça ne veut pas dire que ça aurait été impossible, ça aurait été possible si la Bretagne était un peu plus arriérée par exemple, si elle avait connu la situation des Catalans ou des gens du Pays Basque qui se sont développés plus tard, et qui ont réussi à garder une identité qui leur a peut-être permis de mieux se défendre dans le monde moderne, mais la Bretagne s’est modernisée au moment des années 60, et à ce moment-là le combat pour la langue, il a été joué à ce moment-là.

11Il en reste pour moi que la langue bretonne me fascine parce qu’elle me donne référence à quelque chose qui m’enracine, qui est un bon gros bon sens plein de finesse, une capacité d’humour très particulière, et tout ça c’est un enracinement qui demeure, et donc je considère que l’on doit apprendre le breton si on veut avoir une culture bretonne, euh qu’on doit arriver à le parler… le parler tous les jours dans le métro, le monde bouge trop vite pour qu’on en soit capable. Il faudrait créer des zones suffisamment larges géographiquement pour que les échanges se fassent, que les créations de mots apparaissent. Qu’il y ait des mecs qui créent des dictionnaires et qui inventent cinq cents mots, c’est bien. C’est-à-dire on peut fabriquer un mot sur « téléphone », un mot sur n’importe quoi, on peut fabriquer un mot pour dire « CD-ROM », et même se mettre d’accord pour l’utiliser. Pour moi il n’y aura pas continuité, il y a une rupture et donc… je connais moins, j’ai suivi le début des écoles Diwan, euh les premières années, etc., on était à l’école Diwan en 75, bon j’étais proche de tout ça, mais j’ai du mal à croire que les écoliers de Diwan aient conscience du fait qu’ils sont porteurs d’une culture dont la richesse est rurale.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540