Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Devenir bretonnant

 | 
Hugues Pentecouteau

Annexes

Annexe 1. Approche théorique et méthodologie

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Le texte de Michel Freitag va dans le sens de cette proposition. Pour lui, il y a impossibilité à (...)

1D’une manière ou d’une autre, le sociologue est toujours engagé par rapport à son objet. L’objectivité n’est en définitive qu’un idéal1, et reste inaccessible.

  • 2 Il n’y a donc pas de vérité « pure ». Les sociologues, malgré leurs divergences, se retrouvent dan (...)

2Pour réaliser la distanciation que certains nomment « honnêteté », le sociologue devrait présenter l’origine du choix de son objet de recherche, en exposant les conditions de travail, une description parfois minutieuse de sa propre situation sociale, et une genèse de ses analyses2 ; c’est-à-dire comme l’indique Aaron V. Cicourel, préciser conceptuellement et empiriquement dans quelle mesure on s’appuie sur des procédés interprétatifs. La thèse qui est à l’origine de ce livre n’est pas – me semble-t-il – une auto-analyse, puisque ni la culture bretonne, ni la langue ne m’ont intéressées avant que je commence un troisième cycle universitaire. Mais sans doute ai-je eu un intérêt objectif à faire ce travail. Une analyse de ma relation à cet objet de recherche révélerait certainement un processus interne de « continuité-reproduction », de « changement-transformation », voire d’instrumentalisation. Je pense que mon histoire avec cet objet est en grande partie instrumentale puisque l’enjeu était de me lancer dans l’aventure d’une thèse de troisième cycle, en ayant une démarche originale, proche, d’une certaine manière, de ce que peuvent faire les ethnologues. Ce qui m’apparaît important de souligner également, c’est que cet objet de recherche, par ce que j’ai appris sur les nouveaux locuteurs, sur la socialisation, sur la culture bretonne et néo-bretonne, comme les rencontres que j’ai pu faire, ont d’une certaine manière changé ma vie.

3Le choix du thème est le fruit de circonstances particulières, et notamment d’une rencontre avec un étudiant en celtique. Des questionnements personnels, des observations et des échanges avec des bretonnants « nouveaux locuteurs » se sont enchaînés. Je me suis demandé comment il était possible que les Bretons ne soient plus bretonnants, en acceptant et en me faisant l’écho du discours passionnel que j’entendais autour de moi. Ce qui m’a semblé le plus étrange, c’est d’observer que des gens pouvaient parler breton, langue qu’ils avaient apprise, alors que chacun connaissait et pouvait utiliser le français. Cela m’intriguait.

4Le rapport à l’objet n’est donc pas (ou pas complètement) le fruit du hasard. Il peut être « biographiquement » compréhensible.

CADRE THÉORIQUE

5Le postulat de départ de travail était de considérer que les devenirs se construisent dans la relation à autrui. Dans la perspective sociologique interactionniste, la société est interprétée comme étant une dynamique de relations entre individus, c’est-à-dire qu’elle est produite par ces relations, qui prennent cadre dans la vie sociale institutionnalisée et la font vivre en la renouvelant. À travers le devenir bretonnant, il est possible d’aboutir à une nouvelle construction de soi. Et, indissociablement, cette construction entraîne une recomposition des relations dans les différents groupes auxquels participe un individu. Notamment parce qu’il donne désormais un sens différent aux « choses » qui l’entourent. C’est un monde nouveau qui se construit, avec lui. L’individu contribue à construire le monde à la fois par une reconstruction rétrospective du passé et par des attentes – c’est-à-dire des représentations de l’avenir. Que l’origine de la motivation soit décrite par l’interlocuteur en termes de rencontres, de découvertes concrètes ou encore en termes de sensations, le discours biographique construit une cohérence de l’histoire et du sens pour l’interlocuteur.

6Les hypothèses de travail dont je me suis servi peuvent être résumées de la manière suivante.

L’interprétation rétrospective du discours

7Le projet de devenir bretonnant n’intervient pas du « jour au lendemain » dans la vie d’un individu. Il se construit, plus ou moins rapidement, à la fois sur la durée et dans les interactions. La vocation est, probablement, l’exemple le plus « flagrant » de conversion construite, après l’analyse croisée du discours subjectif et des aspects objectifs de l’expérience vécue. En parlant de « miracle », « d’illumination », de « révélation », un individu peut produire une interprétation qui donne du sens à son expérience. C’est également ce qui lui permet probablement de se construire comme bretonnant reconnu. L’interprétation en ces termes garantit le maintien de l’illusion de la vocation. Plus généralement, on dira que le moment d’énonciation du discours sur l’accès à la langue bretonne actualise une construction rétrospective qui, pour être définie aussi par la situation d’enquête, n’en livre pas moins un point de vue socialement construit.

Les moments critiques

8On peut supposer l’existence de paliers, qui peuvent suivre concrètement la découverte de la langue bretonne en tant que langue, la prise de connaissance de l’usage de cette langue dans la famille ou la prise d’information sur les possibilités d’apprendre cette langue. Howard S. Becker modèle une analyse des carrières en termes de succession de phases, de changements du comportement et des perspectives de l’individu. Ces phases sont indissociables les unes des autres si bien que la compréhension de chaque phase n’a pas de sens si on l’isole des autres.

Des processus différenciés

9À partir de récurrences repérées dans la présentation du devenir-bretonnant, à l’intérieur d’un même discours, et qui trouvent écho dans d’autres entretiens, trois groupes de processus peuvent être constitués. Ces trois grands processus peuvent se retrouver dans un même parcours. Il est possible par ailleurs que les informateurs les identifient eux-mêmes – au moins pour partie.

  • Il s’agit tout d’abord de la continuité-reproduction (« faire revivre »). La perte d’un ascendant (ou d’un proche), qu’il s’agisse d’un décès ou d’une distanciation sociale peut être évoquée (« le retrouver en parlant breton » qu’il ait été bretonnant ou non). Il peut s’agir également d’un retour vers son histoire, son enfance. Le passé, comme la culture des ancêtres est de l’ordre du symbolique.
  • Il s’agit ensuite du changement/transformation, qui vise l’intégration d’un nouveau groupe. Il peut s’agir de renégocier les relations au sein de la famille (« se chercher une autre place »), ou bien une « nouvelle vie » (pour soi et pour autrui) dans un groupe auquel on participe ou dans un autre groupe (moyen de se créer son histoire – qui peut être l’histoire d’un peuple – et d’intégrer des valeurs différentes). Il peut y avoir une prise de distance par rapport aux valeurs de la famille (nouvelle vie hors du groupe d’orientation). Ce processus peut être couplé avec le précédent, à des moments distincts de l’histoire du nouveau locuteur (ou bien à des moments distincts de sa réflexion) ou bien dans un même temps, puisque les appartenances sociales sont multiples.
  • Enfin l’instrumentalisation : l’apprentissage de la langue est vu comme une activité de loisir (au moment de la retraite, il participe au « devenir-inactif »), représente un intérêt linguistique ou prend cadre dans une perspective de recherche d’emploi, de reconnaissance ponctuelle. Ce type de processus peut exister avant ou après les deux autres dans le devenir d’un même locuteur.

De la représentation d’un nouveau monde à la ressocialisation

10Le sens donné à ce qui initie la démarche d’apprentissage de la langue bretonne chez les nouveaux locuteurs peut varier. On pourra observer également la variation de ce que l’on pourrait qualifier d’« étapes » dans le processus de socialisation secondaire. Trois étapes peuvent être envisagées : un devenir « initié » (dont un individu peut éventuellement très vite s’éloigner); un devenir « confirmé », sans changement profond opéré mais pouvant néanmoins conduire à une reconstruction de l’identité ; un devenir-bretonnant « achevé », observable par la revendication d’une identité bretonne et par un mode de vie différent du mode de vie le plus courant (c’est par exemple parler breton avec ses enfants).

11Tout d’abord, un individu peut apprendre le breton sans que ce projet le conduise à une reconstruction de soi importante et que cette activité puisse être identifiée comme participant d’une socialisation secondaire – même si l’apprentissage du breton ne peut pas être perçu seulement comme une activité sans lien avec les autres dimensions de la vie sociale. La deuxième étape présente une socialisation secondaire accompagnée d’actions pouvant être interprétées comme étant des actions militantes, mais effectuées en parallèle avec d’autres formes d’investissement. Enfin, la troisième présenterait une socialisation secondaire forte, identifiable par exemple par un investissement plus exclusif dans des actions militantes et dans la construction d’une idéologie identitaire. Il est probable, comme le suggère Howard S. Becker, que c’est en participant à un groupe institutionnalisé qu’un individu a plus de chance que précédemment de poursuivre dans cette voie.

12La deuxième et la troisième situations peuvent aboutir à un changement d’identité. L’hypothèse selon laquelle il existe des moments critiques enrichit l’hypothèse de l’existence de plusieurs formes de devenirs. Les césures biographiques (déracinement, coupure avec le milieu social et familial habituel comme à l’origine d’une crise d’identité) sont des indices qui permettent de comprendre le changement d’identité, ou plutôt l’expression de ce changement dans les représentations.

13L’importance que l’on attribue à l’apprentissage de la langue bretonne dans la construction de soi se retrouve dans le contenu comme dans la forme du récit de l’informateur, voire dans la langue choisie pour l’entretien.

Le bénéfice de l’expérience

14L’expérience de l’apprentissage du breton est envisagée positivement et l’individu qui fait ce projet fait également celui d’un changement social positivé qui peut l’amener à la construction d’une nouvelle identité (dans le cas où l’identité partielle tend à devenir l’identité totale) ou à un rééquilibrage (de l’identité totale par l’identité partielle). Le « profit » peut aller par exemple du plaisir personnel – mais reconnu socialement – à pouvoir comprendre quelques mots ou quelques phrases de breton, à l’investissement dans de nouvelles professions.

15Il va de soi que nous raisonnons ici en fonction de notre échantillon, construit à partir de l’interrogation de l’accès à la langue – qui suppose implicitement un apprentissage réussi, de bon « élève », ou à tout le moins une démarche vécue comme librement choisie. Un autre questionnement, centré sur la totalité des expériences d’apprentissage (vécues comme permettant de se penser et d’être identifié comme « parlant la langue » ou non, cette fois) aurait fait émerger éventuellement des situations de contrainte (on a suivi des cours en étant sous CES dans une école Diwan, espérant vainement un CDI ; on a suivi des cours « par amour », parce que son conjoint est bretonnant), d’abandon, de rejet, etc., et donc nous aurait éloigné du changement social positivé.

Une nouvelle famille

16Quand on parle des nouveaux locuteurs, on donne une certaine unité à un ensemble d’individus, si bien qu’on pourrait croire que les bretonnants forment un groupe social. La diversité des attentes, des projets, des conditions de vie sociale ne permet pas de parler de groupe social au singulier. Cependant, il existe une unité symbolique du fait que tous ces individus parlent le breton ou sont en train de l’apprendre.

17Produire des hypothèses avant d’aller sur le terrain est une des règles fondamentales de la pratique sociologique, comme de toute discipline scientifique. C’est un schéma classique. Mais c’est aussi un schéma qui connaît des déclinaisons variables par le fait qu’on accorde plus ou moins d’importance au matériau recueilli. Le plus souvent, il y a de nombreux allers-retours entre les hypothèses et la confrontation de celles-ci au terrain. Pour ce travail, c’est le matériau qui m’amena parfois à revoir certaines de mes hypothèses, ou du moins à les reformuler. Ce même matériau me permit également de prendre en compte l’information que révélait la forme des récits et de remarquer, par exemple, que la fréquence des relances peut éventuellement nous renseigner sur la forme de devenir qu’est en train de construire l’interlocuteur.

  • 3 Cité par Isabelle Baszanger, « Les Chantiers d’un interactionnisme américain », Introduction à La (...)

18Pour ce travail, je me suis inspiré de l’apport de Anselm Strauss, qui donne la définition suivante de ce qu’est la grounded theory : « Une théorie fondée est une théorie qui découle inductivement de l’étude du phénomène qu’elle présente. C’est-à-dire qu’elle est découverte, développée et vérifiée de façon provisoire à travers une collecte systématique de données et une analyse des données relatives à ce phénomène. Donc, collecte de données, analyse et théorie sont en rapports réciproques étroits. On ne commence pas avec une théorie pour la prouver, mais bien plutôt avec un domaine d’étude et on permet à ce qui est pertinent d’émerger3 ».

19La formulation d’hypothèses doit rester suffisamment souple afin de permettre au matériau de révéler de la compréhension, et non pas seulement de valider les propositions théoriques. De même, le terrain ne peut être abordé et faire l’objet d’une analyse que dans la mesure où l’auteur de la recherche formule un tant soit peu ce qu’il désire montrer (et par conséquent, l’absence d’hypothèse peut être également un projet sociologique, dans la mesure où il est clairement énoncé).

MÉTHODOLOGIE

Parti-pris méthodologique

20Désirant mettre à jour des processus de devenirs, j’avais délaissé volontairement une démarche qui aurait consisté à mettre en relation des parcours et un contexte socio-historique. J’ai poussé à l’extrême cette prise de position, par rapport au cadre théorique, en considérant que les processus, dans leur forme et dans les sens que construisent les interlocuteurs, sont anhistoriques. La démarche que j’avais choisie relevait peu d’une approche sociologique « classique ». Ayant aujourd’hui pris un peu de recul par rapport à la construction de mon objet, je m’aperçois que le corpus que j’avais constitué ne me permettait ni de confirmer, ni d’infirmer ce qui n’est, et ne reste encore, qu’une hypothèse de travail. Il aurait été plus judicieux, et sans doute plus modeste, d’interroger un ensemble d’interlocuteurs plus homogène, en sélectionnant par exemple l’appartenance à une classe d’âge et/ou à une origine sociale. Ce qui n’aurait pas pour autant pu me permettre, avec la méthodologie proposée, de présenter une causalité entre un moment de l’histoire et un format de parcours apparaissant au travers des représentations des interlocuteurs.

L’entretien comme construction de sens

  • 4 Aaron V. Cicourel, La Sociologie cognitive, op. cit., p. 152.

21La cognition et la réminiscence permettent la production de représentations des expériences. Celles-ci sont codées « sous forme de rapports verbaux dont nous nous souvenons, et puis nous utilisons ces souvenirs verbaux pour recouvrer les événements recodés, ou pour donner aux autres une description de nos expériences4 ». L’interlocuteur, répondant à une demande de l’enquêteur, se trouve dans une certaine mesure, au moment de l’enquête, dans une situation biographiquement déterminée. C’est-à-dire que l’interlocuteur est aussi le produit de son histoire, en même temps qu’il la (re)construit devant nous. Il vit dans un environnement physique et socioculturel et son récit est construit non seulement par rapport à une histoire, une mémoire et un patrimoine, mais aussi par rapport à la situation d’enquête dont la rencontre avec l’enquêteur constitue une rencontre sociale, une interaction symbolique.

  • 5 Alfred Schütz, Le Chercheur et le quotidien, op. cit., p. 8.
  • 6 Ces limites sont exposées sont exposées par Jean Peneff dans La Méthode biographique, Paris, Arman (...)

22Les représentations produites peuvent ressembler à des faits qui ne sont concrets qu’en apparence5 : il s’agit d’abstractions et ces faits sont interprétés par l’interlocuteur. C’est pourquoi le sociologue doit tenir compte de trois limites6 que contiennent les entretiens. Il y a d’une part ce qui est dicible dans une relation verbale avec un enquêteur, qui est souvent étranger au milieu étudié. Il y a, d’autre part, ce que l’intérêt des répondants et les circonstances ont poussé à percevoir et à observer, centrant l’attention sur certains points et de ce fait, négligeant les autres. Enfin, il y a ce qui est saisissable ou connaissable d’une manière générale dans le cadre du mode de penser à l’époque de l’observation des faits.

23En répondant à la consigne inaugurale, l’interlocuteur agence lui-même son récit en organisant les enchaînements des différents moments de sa carrière. Il donne son avis et les positions qui sont les siennes. Éventuellement, il développe une signification générale accordée à sa vie. En saisissant l’opinion biographique, même s’il s’agit d’une traduction à un moment donné de son histoire (et de celle des groupes auxquels il appartient), nous accédons à ce que Robert Park appelle « des faits de première main ».

La langue comme outil d’enquête

24Le terrain de l’enquête est assez particulier dans la mesure où toutes les personnes que j’ai interrogées parlent français. Mais toutes ne désiraient pas s’exprimer en utilisant cette langue, et certaines ont même fait le choix, que je leur proposai, de me répondre en breton. J’ai cru qu’il était nécessaire d’apprendre le breton, non pas pour considérer la situation de devenir-bretonnant comme le font les interlocuteurs eux-mêmes, d’un même point de vue, comme si le chercheur pouvait « fusionner » avec sa population d’enquête Je n’ai pas cherché à vivre la même expérience que les personnes que j’allais rencontrer plus tard. S’engager totalement et fumer de la marijuana par exemple pour étudier ceux qui ont cette pratique n’était pas nécessaire, comme le remarque Howard S. Becker. Pouvoir observer, c’est ce qui importe le plus. Apprendre le breton me semblait néanmoins indispensable pour rencontrer des personnes, plutôt militantes, pour lesquelles il est très important, sinon de pouvoir s’exprimer en breton, du moins de pouvoir montrer une implication dans l’apprentissage du breton.

  • 7 C’est le principe de l’et caetera qui, dans le travail de Aaron V. Cicourel sur l’étude des procéd (...)
  • 8 Selon Alfred Schütz, le monde social n’est pas « le théâtre de ses activités mais seulement l’obje (...)
  • 9 Leiris propose que le chercheur soit un avocat naturel des sociétés colonisées « vis-à-vis de la n (...)

25Être suffisamment proche, tout en gardant ses distances, permet d’éviter de tomber dans l’implicite, l’implicite étant ce que l’interlocuteur ne développe pas car il pense que l’enquêteur dispose de la même grille de codage. Par les formules telles que « tu sais bien ce que c’est » ou « tu vois », l’interlocuteur peut dans certains cas inviter l’enquêteur à faire une recherche prospective de sens7. Le chercheur en sciences sociales doit avoir une attitude qui n’est rien d’autre que celle d’un observateur intéressé du monde social8 qui ne peut ni condamner ni devenir « l’avocat naturel9 » de l’expérience que font les interlocuteurs eux-mêmes.

Le « bon » interlocuteur

26Jean Peneff dresse le portrait du bon interlocuteur selon une définition ethnologique. Un individu qui paraît apte à prendre du recul et à accumuler des savoirs sur sa société pourrait être un « bon » interlocuteur. Il faut qu’il occupe une position particulière, celle d’un « agent de second plan, légèrement en retrait » tout en étant « entraîné » à l’observation ainsi qu’à l’expression. Je pense qu’il n’y a pas de « mauvais » interlocuteur et que celui qui ne peut prendre un point de vue extérieur, ou qui n’est pas toujours très clair par rapport à ce qu’il désire énoncer, est aussi un interlocuteur intéressant car il exprime à sa manière, en le formalisant par la parole, le monde auquel il appartient.

27L’entretien recueilli auprès d’un nouveau locuteur, sans « garantie » sur la « qualité » de ce témoin, présente beaucoup plus et autre chose que les caractéristiques de l’échange social qui a lieu : l’information ne vaut pas seulement dans l’instant et ne relève pas de la conversation agréable.

28Des morceaux de vie, c’est ce que nous offrent nos interlocuteurs à chaque rencontre. C’est indissociablement l’histoire d’une époque et d’un collectif, car on peut supposer qu’une histoire, étant inévitablement singulière, demeure également un témoignage, autant sur le fond que sur la forme, d’un moment d’une société. La sociologie peut construire comme objet d’étude les « broderies de nos itinéraires particuliers » comme la texture du tissu historique. Cette histoire recueillie n’est pas une accumulation d’anecdotes indépendantes les unes des autres, mais une construction intime de ce que chacun a pu vivre en essayant de trouver sa place dans la société.

29Les anecdotes sont des morceaux de vie et elles peuvent être extrêmement riches de sens pour comprendre un récit. Parmi les personnes que j’ai rencontrées, il y a une vieille dame qui m’a raconté l’histoire d’un homme qui fut important pour elle. Cette histoire, elle l’a déjà racontée plusieurs fois lors de conférences ou par écrit dans des productions commémoratives. Je me souviens avoir entendu quelqu’un dire que ce n’était que de l’anecdote, en notant bien le caractère péjoratif de l’utilisation d’un terme comme celui-ci. En fait, cette rencontre, c’est probablement pour elle l’une des plus belles choses qui lui soient arrivées, et c’est pour cela que c’est aussi son histoire. Si ce moment est si important pour elle, il n’y a aucune raison d’exclure cette anecdote qui, en définitive, n’en est pas une. Le document biographique serait utilisé ici comme un objet de connaissance, bien qu’il soit possible de le lire également comme une histoire autobiographique.

30Les morceaux d’une vie qui composent le récit forment des lignes brisées dans l’histoire de l’interlocuteur et dans certains récits ils forment un ensemble auquel on donne une cohérence qui relève plus d’une idéologie biographique que d’une réelle synchronie entre différents moments de vie.

31Je crois que la dimension diachronique, c’est-à-dire la succession chronologique d’événements, et la lecture synchronique ou thématique, ne sont pas des approches qui s’opposent mais au contraire se complètent. Le devenir-bretonnant pourrait être généralisable et l’on pourrait trouver une analogie avec d’autres formes de devenirs car chaque entretien est en fait « un exemplaire à l’intérieur d’une série ».

32La question du « bon (parler) breton », et surtout de ce qu’est parler « correctement » breton, ne se pose pas pour cette recherche – ce qui ne veut pas dire qu’elle ne se pose pas pour les bretonnants et les Bretons. J’ai rencontré des situations très différentes. Par exemple, un interlocuteur avait insisté pour me répondre en breton. Il cherchait presque chaque mot et ne pouvait visiblement aller jusqu’au bout de ses développements. Il ne pouvait pas s’exprimer facilement et je ne le comprenais qu’avec beaucoup de difficulté. D’autres, qui ont fait le choix de me répondre en breton, l’ont fait avec aisance. L’entretien impose malgré tout une tension entre « bon » et « mauvais » locuteur, et entre « locuteur cultivé » ou non, et même entre « breton authentique » et « néo-breton ». Le « bon breton » est pour moi, dans le cadre de ce travail, la langue qui permet l’expression et l’échange, même si du point de vue d’un linguiste, la grammaire, la syntaxe et le vocabulaire ne permettent pas de désigner cette langue en usage comme étant « du bon breton ».

Choisir des interlocuteurs

  • 10 Jean Peneff dans La Méthode biographique, op. cit.

33Il s’agissait, en fonction du projet que j’avais énoncé, de choisir des interlocuteurs présentant la plus grande variété de témoignages possible. L’information que permet d’obtenir l’entretien est déterminée de différentes façons. Dans un milieu donné, à un moment donné, il existe en particulier une rhétorique dominante. Il y a des événements qui ne sont pas racontables si l’on appartient à un milieu plutôt qu’à un autre. Les héros et les mythes d’un milieu ne sont pas ceux d’un autre milieu. Chaque catégorie a un intérêt particulier à observer et à décrire telle gamme de faits et à laisser de côté telle autre10.

34J’ai essayé de diversifier les modes d’accès avec des interlocuteurs en utilisant des listes de cours du soir. Le plus souvent, les nouveaux locuteurs que j’ai rencontrés sont devenus à leur tour des intermédiaires. La démarche « boule de neige », fondée sur le réseau de connaissances entre apprenants, a ainsi été retenue. Il s’agit ici d’activer un réseau que l’on peut regarder comme déjà constitué et qui, pour relever d’une sociabilité « privée », n’en est pas moins sélectif. Pour autant je le crois utile, dans la mesure où il permet la connection avec d’autres réseaux. Le choix des interlocuteurs s’est fait progressivement. L’avantage de cette méthode est sa souplesse, car elle permet une construction progressive des hypothèses du fait des nombreux allers-retours entre les données et la théorisation, et elle ne gêne aucunement la nécessaire généralisation des résultats. Comme à l’issue de toute recherche (qualitative et même quantitative) sur le terrain, le sentiment d’une toujours trop grande similitude entre soi et ses interlocuteurs, et entre ses interlocuteurs, nous assaille : les situations extrêmes nous ont échappé. Malgré cela, nous avons rencontré des nouveaux locuteurs très différents par leur âge, leur sexe, leur origine et leur position sociale, leurs diplômes, leur rapport au mouvement breton… comme en témoignent les portraits présentés en annexe 3.

Le traitement des données

35La nécessité de coder des informations afin d’orienter le regard et l’observation du chercheur est évidente. Naturellement, ce codage fait naître des catégories abstraites qui sont comme une grille de lecture que le chercheur a dans l’esprit avant même d’enquêter ; ces catégories peuvent représenter une contrainte au moment où l’observateur opère, au point que l’observé se trouve introduit dans le cadre plus ou moins rigide de l’observable, avant même d’avoir été observé. Intervenir, c’est modifier ce qu’on aimerait pouvoir recueillir sans être intervenu.

36La traduction apparaît comme une infidélité matérielle, car il faut trouver les équivalents lexicaux et syntaxiques qui permettent de restituer les jeux du langage et le contenu du message. Pour respecter le discours tenu et permettre la correction ou la critique, les extraits d’entretiens recueillis en breton sont transcrits dans cette langue, puis traduits et rejetés dans une note en bas de page. Traduire, c’est aussi faire passer le récit de l’oralité à l’écriture. L’enregistrement de chaque entretien, moyennant une patiente retranscription et l’utilisation des artifices d’écriture pour rendre compte du discours, permet un accès assez fidèle au discours, sans retouche syntaxique. Néanmoins, il est évident que le travail de retranscription minimum fait appel aux catégories du transcripteur – ne serait-ce que pour la ponctuation – et donc pour le sens à donner au discours.

37La retranscription intégrale des entretiens a ici une importance capitale dans la mesure où elle est un outil indispensable qui permet de rendre visible la structure des récits et de remarquer, par conséquent, qu’il existe une homogénéité sur la forme.

38Les interrogations (et leur formulation en questions auprès des interlocuteurs) posent également un problème, car elles orientent le discours. Le guide d’entretien utilisé ici (voir annexe 2) est composé de trois parties. On délivre tout d’abord une consigne inaugurale sous la forme d’une question qui propose un cadre de narration à l’interlocuteur. À cette première partie de l’entretien, durant laquelle j’ai limité mes interventions à des relances, s’ajoute une série d’interventions thématiques qui vise à faire compléter les propos des interlocuteurs. Cela permet également d’obtenir une cohérence de fond pour l’ensemble des entretiens réalisés. Dans la troisième partie de l’entretien, chaque interlocuteur se présente succinctement à partir des variables du talon sociologique (âge, profession, profession des parents, activité du conjoint) auquel s’ajoutent les éléments suivants : le mode d’apprentissage formel, la réaction des proches, ainsi que des descriptions de situation et des prises de position (Qu’est-ce qu’un militant ? Avez-vous pensé à bretonniser votre nom ?). Le guide d’entretien a été testé, puis légèrement complété au cours de la campagne d’entretiens.

Notes

1 Le texte de Michel Freitag va dans le sens de cette proposition. Pour lui, il y a impossibilité à décrire, ainsi qu’à recueillir objectivement des significations. L’interprétation a même, de son point de vue, un caractère normatif-polémique. Michel Freitag, « La normativité dans les sciences sociales », La Revue du MAUSS, 1989.

2 Il n’y a donc pas de vérité « pure ». Les sociologues, malgré leurs divergences, se retrouvent dans cette proposition. Même si la sociologie qu’ils développent semble parfois en contradiction avec ce qu’ils énoncent. Le travail de Bourdieu est très « dogmatique » et parfois excessif dans la dénonciation d’approche « non valides » ou « contestables ». L’intérêt de ce travail réside pourtant dans sa capacité à relativiser toute démarche d’analyse, qu’elle soit sociologique ou non. « Ceux qui aiment croire au miracle de la pensée ″pure″ doivent se résigner à admettre que l’amour de la vérité ou de la vertu, comme toute autre espèce de disposition, doit nécessairement quelque chose aux conditions dans lesquelles il s’est formé, c’est-à-dire à une position et à une trajectoire sociale ». Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 12.

3 Cité par Isabelle Baszanger, « Les Chantiers d’un interactionnisme américain », Introduction à La Trame de la négociation, Paris, l’Harmattan, 1992, p. 53.

4 Aaron V. Cicourel, La Sociologie cognitive, op. cit., p. 152.

5 Alfred Schütz, Le Chercheur et le quotidien, op. cit., p. 8.

6 Ces limites sont exposées sont exposées par Jean Peneff dans La Méthode biographique, Paris, Armand Colin, 1990.

7 C’est le principe de l’et caetera qui, dans le travail de Aaron V. Cicourel sur l’étude des procédés interprétatifs et du sens de la structure sociale des membres d’une communauté, est un élément sociologique cognitif d’un procédé interprétatif qu’il développe en quatre points : la réciprocité des perspectives, les formes normales, le principe de l’etc. et l’utilisation d’un vocabulaire descriptif composé d’expressions répertoriées. Aaron V. Cicourel, La Sociologie cognitive, op. cit., p. 112.

8 Selon Alfred Schütz, le monde social n’est pas « le théâtre de ses activités mais seulement l’objet de sa contemplation ». Alfred Schütz, Le Chercheur et le quotidien, op. cit., p. 45.

9 Leiris propose que le chercheur soit un avocat naturel des sociétés colonisées « vis-à-vis de la nation colonisatrice à laquelle nous appartenons : dans la mesure où il y a pour nous quelque chance d’être écoutés, nous devons être constamment en posture de défenseurs de ces sociétés et de leurs inspirations, même si de telles aspirations heurtent des intérêts donnés pour nationaux et sont objets de scandale », Cinq études d’ethnologie, op. cit., p. 88.

10 Jean Peneff dans La Méthode biographique, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540