Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Devenir bretonnant

 | 
Hugues Pentecouteau

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Lors d’un entretien exploratoire, un informateur me dit ceci : « C’est l’histoire qui joue dans la vie des hommes ». Le sens que je donne à cette phrase est que chaque individu construit sa vie, en fonction de ce qui survient et de ce qui est arrivé, et c’est cela qui définit l’ordre des possibles. L’histoire qui joue dans la vie des hommes est celle des interactions. Les interactions entre les individus, créatrices, se forment dans une vie sociale institutionnalisée, qu’elles font vivre et renouvellent. L’histoire qui joue dans la vie des hommes est, ainsi, celle du temps et du contexte. Le devenir-bretonnant n’est pas un processus social individuel, ni même interindividuel, indépendant d’un contexte social particulier. Il s’inscrit dans la vie sociale. Les interactions se développent dans un cadre politique, social et économique qui préexiste à ce processus. Ce cadre s’est maintenu vivant et s’est de ce fait transformé par la vie sociale qui s’y déroulait et s’y déroule. Ce cadre est formalisé par le groupe d’appartenance (comme la famille) et plus globalement par la société (réglementée par le droit et la coutume) qui sanctionnent certaines pratiques et en acceptent d’autres.

  • 1 Même si ce travail montre également que les accès à la langue peuvent être analysés comme des proc (...)

2Faire le projet de devenir bretonnant consiste pour partie, comme nous le verrons par la suite, à produire une demande de reconnaissance sociale. Une reconnaissance comme membre du groupe, mais dans sa différence. Le contexte social, mais aussi politique et économique, permet ou tolère plus ou moins l’élaboration de ces projets. Apprendre le breton en l’an 2000 n’a pas le même sens – d’un point de vue strictement historique – qu’un apprentissage de la langue bretonne en 1898, en 1941, ou en 19761.

3Le projet de ce chapitre est de présenter la situation socio-historique de la langue bretonne. C’est une langue qui a globalement disparu de la vie sociale et cette disparition est liée à un contexte d’acculturation ayant conduit à un changement d’usage et de norme linguistique. S’il y a un contexte pour désapprendre le breton, il existe d’autres périodes dans l’histoire de la Bretagne qui font que l’apprentissage est objectivement plus accessible, sans pour autant faire l’objet d’un véritable projet pédagogique qui serait défini et soutenu par l’Éducation Nationale.

LE DÉCLIN D’UN USAGE POPULAIRE

Histoire d’une disparition annoncée

4C’est à partir du XIIe siècle que l’usage de la langue française a commencé à mettre en question la pratique sociale du breton. En devenant une langue apprise et maîtrisée par la seule élite cultivée et détenant le pouvoir politique, la langue bretonne se trouve reléguée à un usage populaire et dévalorisé. Les Bretons non lettrés restent monolingues tandis que l’élite devient capable de s’exprimer dans les deux langues, le français et le breton, avant de délaisser complètement l’usage du breton. La hiérarchie déjà existante entre les différentes catégories sociales, du fait d’une inégale répartition de capitaux économiques, culturels et sociaux, se trouve renforcée par la pratique de la langue française, devenue une langue permettant de se distinguer et d’accéder à de bonnes, ou de meilleures positions sociales.

Basse Bretagne et haute Bretagne

5L’usage du breton n’est pas le même partout en Bretagne, du fait d’une appropriation orale diversifiée, du fait également d’une pratique plus écrite et tendant à l’unification. Il est courant de « diviser » la Bretagne en deux parties : la basse Bretagne (qui englobe le Finistère et les parties bretonnantes des Côtes-d’Armor et du Morbihan), où le breton est toujours une langue vivante, et la haute Bretagne, où se parle le gallo. En basse Bretagne, la connaissance du breton côtoie l’apprentissage du français, sans qu’il existe vraiment un réel bilinguisme. Il y a une superposition des deux langues, plus qu’une juxtaposition, dans les différentes modalités d’usage de la langue. Cette situation sociolinguistique n’est pas uniforme sur l’ensemble de cette partie de la Bretagne et la francisation est plus forte le long des côtes et des grandes voies de communication, espaces géographiques qui ont permis un développement du tourisme et des relations commerciales. La francisation augmente ainsi également dans les zones où l’urbanisation et le développement des villes moyennes sont importants.

6La limite entre la basse Bretagne et la haute Bretagne, que l’on nomme la frontière linguistique, se décale historiquement vers l’Ouest. Ce n’est pas une frontière au sens où elle délimiterait un territoire, comme c’est le cas des limites d’une commune. Cette limite, « fictive » pour les Bretons parce qu’elle n’est pas visible, est avant tout un outil géo-linguistique permettant d’évaluer le recul de la langue bretonne vers l’Ouest. Pour autant qu’elle soit dite « bretonnante », la basse Bretagne ne compte plus aujourd’hui de monolingues bretonnants. Tous les Bretons, de basse ou de haute Bretagne parlent français, et dans les zones urbaines, l’usage du breton est très minoritaire.

Les chiffres du déclin

  • 2 Se référer à la présentation critique de Fañch Broudic pour avoir une description plus précise des (...)
  • 3 Fañch Broudic, La Pratique du breton de l’ancien régime à nos jours, op. cit.
  • 4 Broudic commente cette donnée en soulignant qu’il s’agit d’une estimation « – obtenue par déductio (...)

7La Bretagne fut probablement entièrement bretonnante jusqu’au VIIIe siècle. L’aristocratie bretonne commence à parler français à partir du XIe siècle et le français remplace le latin dans les actes officiels dès le XIIIe siècle. Depuis le début du XIXe siècle, les différentes estimations montrent une diminution très nette et croissante du monolinguisme breton ainsi que du nombre de locuteurs de langue bretonne. En listant les différentes enquêtes effectuées depuis 200 ans, tout en présentant et critiquant les méthodes d’évaluation mises en place, Fañch Broudic2 fait le constat d’un basculement linguistique, du seul usage du breton vers un usage quasiment exclusif du français. La première enquête est réalisée par Coquebert de Monbret en 1806. Son projet est de présenter les langues parlées dans l’Empire et d’évaluer le nombre de locuteurs parlant l’une ou l’autre de ces langues. Sur les trois départements Bas-Breton, le résultat est de 995 558 locuteurs pour une population de 1 385 936. La seconde estimation (1830), effectuée à partir de la première, fait la proposition de 1 050 000 locuteurs pour 1 501 247 Bas-Bretons. Même si Coquebert considère ses résultats comme étant approximatifs, ces deux évaluations font état environ de 30 % de non-bretonnants. Les données de l’enquête de Duruy (1864) permettent de revoir le pourcentage de locuteurs à la hausse : « Selon les données de l’enquête Duruy, on peut donc estimer que 84 % de la population de la basse Bretagne est alors bretonnante3 ». Au début du XXe siècle, la situation linguistique évolue, la pratique du breton est toujours majoritaire mais les paysans, et plus généralement les Bretons « non lettrés », sont plus nombreux à comprendre le français, ce que semble confirmer l’enquête effectuée par le linguiste Albert Dauzat, en 1925. Celle faite par Roparz Hémon en 1928 sur l’usage du breton pour la prédication et le catéchisme lui permet d’évaluer qu’environ 1 000 000 de personnes utilisent le breton comme langue quotidienne4, soit les trois quarts de la population bretonne. C’est après la Seconde Guerre Mondiale que le recul s’accélère comme le montrent les chiffres des estimations suivantes :

Répartition linguistique de la population de la basse Bretagne

Répartition linguistique de la population de la basse Bretagne

Sources : * Broudic (1995) ; + Abalain (1995) ; ** Broudic (1999).

8Bien que les modalités d’enquête soient très différentes, le recul de la compréhension de la langue et de sa pratique apparaît avec évidence. Certains résultats, plutôt pessimistes, donnent une image morose et peut-être inexacte de la vivacité de la langue bretonne dans la vie sociale. De manière subjective, Hervé Abalain conteste les résultats produits par TMO Ouest : « Compte tenu des estimations précédentes, et en particulier de celle de RBO de 1987, les chiffres de l’INSEE paraissent plus cohérents, et plus proches de la réalité, que ceux de TMO ». L’auteur n’en constate pas moins que le breton est aujourd’hui une langue minoritaire qui est comprise et parlée par un nombre de locuteurs qui ne cesse de décliner.

Les causes

9L’observation du déclin suscite un questionnement sur les conditions de production de cette situation. Des responsables sont montrés du doigt, il s’agit des Nobles, de la Révolution et des Bretons eux-mêmes.

10Ce sont tout d’abord les élites, les aristocrates et les notables, qui préfèrent le français au breton, contribuant à faire de la langue française, une langue du pouvoir, et de la langue bretonne, une langue « populaire » et dévalorisée. Le français a une fonction politique et sociale, en permettant l’accès à de meilleures positions, à une plus grande reconnaissance, avec de meilleurs capitaux sociaux.

  • 5 Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir le patois, et d’universaliser l’usage de la lang (...)

11La Révolution Française apparaît comme une période symbolique dans la prise de conscience politique de créer un État fort, en supprimant les différences culturelles et linguistiques. Dans la plupart des ouvrages historiques qui rapportent cet épisode de l’Histoire, sont reprises deux allocutions publiques qui marquent bien le projet de la République. Il y a tout d’abord le rapport de l’abbé Grégoire (1793). Devant la Convention nationale de l’instruction publique, il prend clairement position pour une langue unique : « Encourageons tout ce qui peut être avantageux à la patrie ; que dès ce moment l’idiome de la liberté soit à l’ordre du jour, et que le zèle des citoyens proscrive à jamais les jargons, qui font les derniers vestiges de la féodalité détruite5 ». La liberté qu’il évoque ne prend en compte qu’un point de vue, celui de la République, qui porte dans son projet un regard condescendant sur la connaissance et la pratique d’autres langues sur le territoire de la Nation Française. Celles-ci sont considérées comme une entrave au projet politique. Elles sont également méprisées et deviennent des « idiomes grossiers ». Sur un ton semblable mais dans un autre registre (ce ne sont plus les « préjugés » qui sont dangereux mais les « superstitions » et les « croyances », y compris religieuses), le rapport de Barère, prononcé au nom du Comité de Salut Public (1794) exprime également l’idée qu’il faut une langue unique, que l’on doit imposer à tous les Français (« Citoyens, la langue d’un peuple libre doit être une et même pour tous »). Le français est la langue de la connaissance qui permet d’asseoir l’unité de la République : « Les tyrans coalisés ont dit : l’ignorance fut toujours notre auxiliaire la plus puissante ; maintenons l’ignorance, elle fait les fanatiques, elle multiplie les contre-révolutionnaires. Faisons rétrograder les Français vers la barbarie ; servons-nous des peuples mal instruits, ou de ceux qui parlent un idiome différent de celui de l’instruction publique ».

  • 6 Fañch Morvannou, Le Breton, la jeunesse d’une vieille langue, Brest, Presses populaires de Bretagn (...)

12Il faut donc supprimer les différences entre les individus. Mais pas n’importe quelles différences, il ne s’agit pas encore de supprimer les différences sociales, seulement les différences culturelles et donc, linguistiques. Pour que les Bretons deviennent un peuple « libre », il leur faut apprendre le français. Malgré eux – ou plutôt sans leur assentiment –, la République les fera accéder à cette liberté, en mettant en place un « dispositif de francisation musclé6 », jusqu’à ce que les Bretons eux-mêmes croient vraiment à cette liberté qu’on leur promet, et jouent un rôle actif dans la transmission du français. Imposer une même façon de parler, c’est imposer une même façon de penser, et d’asseoir ainsi – idéalement – une légitimité politique.

13C’est avec la formation de l’unité de la République, les évolutions économiques et leurs répercussions sur les pratiques sociales (déclin du dogme religieux, volonté d’accéder au monde moderne), et l’acceptation, contrainte, par les Bretons, de ces transformations, que l’acculturation de la Bretagne a pu se faire.

Une Bretagne acculturée

  • 7 Le mariage de Charles VIII avec Anne de Bretagne en 1491 signifie la fin de la guerre de 1487. C’e (...)

14La Bretagne a une histoire qui est faite de rencontres et d’échanges, de conquêtes et de colonisations. Il existe une relation de domination culturelle, politique et économique entre la France et la Bretagne depuis que la Bretagne n’est plus un duché7. C’est le produit d’une acculturation. « Le monde breton traditionnel est pulvérisé : un géant a donné un coup de botte dans la fourmilière » écrivait Fañch Morvannou en 1980.

Mise en contact et changement culturel

15Avant de voir de quelle manière l’utilisation de la notion d’acculturation est pertinente dans le cas de la Bretagne, nous allons interroger le sens de cette notion afin d’en dégager les limites d’application. L’acculturation désigne les processus de contact culturel au travers desquels des sociétés ou des groupes sociaux assimilent ou se voient imposer des traits ou des ensembles de traits provenant d’autres sociétés.

16Cette définition met en évidence que cette rencontre culturelle entre des sociétés (ou des groupes sociaux au sens large) ne permet pas à chacune d’entre elles de s’exprimer de la même façon. Cette définition souligne par ailleurs que l’acculturation est un processus culturel qui naît du contact et des échanges entre deux cultures. Dans la plupart des cas de situations de « contact », il y a une culture qui émet, voire qui impose ses traits culturels, et une culture qui les reçoit, ou même qui subit ces traits culturels sans vraiment pouvoir résister. Ainsi, les relations pouvant naître et se développer entre des cultures sont toujours des relations inégalitaires : une première culture exerce un rôle qui est plutôt dominant, voire même dans certains cas hégémonique, vis-à-vis d’une autre culture qui, de par sa difficulté de s’imposer ou de résister, devient une culture dominée.

17Outre cette dichotomie entre ces deux statuts du dominant et du dominé, l’acculturation met l’accent sur l’existence d’un processus de changement culturel. Dans la mesure où deux cultures entrent en contact, les traits culturels de l’une et de l’autre peuvent faire l’objet d’emprunts réciproques plus ou moins adaptés à la structure et à l’organisation qui existent déjà. Le simple fait de devenir dominant sur l’autre modifie la première culture.

18L’une des limites de cette définition est qu’en développant un sens général, sans faire de distinction entre les différentes formes de mise en contact, il est possible d’aboutir à une confusion entre, par exemple, une mise en contact qui serait une assimilation passive, et une mise en contact qui générerait une situation beaucoup plus conflictuelle, en engageant par exemple les deux parties dans un combat armé. Pourtant, dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’acculturation. Du moins, c’est le terme que l’on emploie pour décrire ces situations qui, bien que présentant les caractéristiques d’une acculturation, revêtent des formes très diverses.

19Une deuxième limite à cette définition est que ce défaut de distinction entre des situations qui ne peuvent être confondues, peut – en forçant un peu le trait – être illustré par un vecteur qui partirait de la culture qui émet vers celle qui reçoit. Comme si l’acculturation était (par la confrontation et/ou l’imposition) la reproduction à l’identique (ou du moins du point de vue du dominant, une « sous-reproduction ») d’une culture dominante par un système culturel dominé. Un système culturel n’est jamais repris à l’identique, ni intégralement, car il fait toujours l’objet d’une adaptation résultant d’une acceptation plus ou moins passive ou conflictuelle. Une culture ne peut être reproduite à l’identique dans une situation ou dans un contexte autre – et historiquement unique – que celui dans lequel elle s’est développée. La mise en contact induit inévitablement des transformations. Le processus de mise en contact conduit à une réinterprétation des traits culturels émis ou reçus, pouvant avoir des incidences sur la culture qui reçoit jusqu’à ce qu’il y ait une restructuration de celle-ci. D’autre part, il y a une modification de la culture dominante.

Des formes d’acculturation

  • 8 Pierre Bourdieu & Abdelmalek Sayad, Le Déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en A (...)

20Les situations d’acculturation relèvent de modalités qui sont plus ou moins différentes et divergentes. Les contacts culturels peuvent par exemple mettre en relation la totalité des éléments d’une culture (lors d’une invasion) ou bien simplement certains éléments particuliers (lorsque le contact relève d’échanges économiques, culturels…). Le contact culturel peut être voulu (c’est le cas du tourisme ou des communes jumelées) ou contraint (dans les situations de colonisation). C’est parce qu’il y a cette variété que les effets de l’acculturation sont classés en quatre catégories. Il y a tout d’abord l’intégration. Dans cette situation, l’un des groupes en contact intègre tout ou partie de l’autre culture. Dans le cas de l’assimilation, l’un des groupes adopte l’ensemble des traits de l’autre culture, en abandonnant sa culture d’origine. Le syncrétisme correspond à la fusion de deux éléments culturels différents, donnant naissance à une nouvelle culture. Il y a disjonction lorsque l’acculturation est imposée et conduit à la destruction de la culture dominée. Bien que critiquable, par le fait, par exemple, que la disjonction peut également permettre le développement d’une nouvelle culture, cette typologie a l’avantage d’approfondir l’analyse des différentes situations d’acculturation. Proche de la notion de disfonction, Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad8 parlent de déculturation pour décrire les effets de la colonisation française en Algérie :

« […] Un des caractères essentiels de la situation coloniale, c’est que l’exercice du pouvoir de sélection qui, idéalement, permet aux sociétés en présence, de définir la nature et l’étendue de l’emprunt en fonction de leurs attentes, se trouve interdit à la société dominée. En imposant ses propres normes juridiques et administratives au mépris des réalités et en dépit des résistances, la puissance coloniale a précipité l’action et accru l’efficacité des lois des échanges interculturels : or, c’est dans le rythme et, secondairement, dans l’étendue du changement culturel que résident les différences essentielles entre l’acculturation et la déculturation ».

  • 9 Erving Goffman, Asiles, Paris, Minuit, 1968.

21Faisant l’objet d’une définition particulière construite dans un cadre théorique qui ne l’est pas moins, le mot déculturation peut avoir un sens différent rapporté à un autre objet, ainsi analysé dans une autre perspective théorique. Si Goffman9 parle d’acculturation, d’assimilation et de déculturation, c’est pour décrire la situation des reclus dans l’institution totalitaire qu’est l’hôpital psychiatrique : « […] Si le séjour du reclus se prolonge, il peut se produire ce que l’on a appelé une “déculturation” […] au sens d’une “désadaptation” qui rend l’intéressé temporairement incapable de faire face à certaines situations de la vie quotidienne, s’il doit à nouveau les affronter ». Si la comparaison semble hasardeuse entre une imposition culturelle comme dans le cas d’une colonisation et l’enfermement dans une institution totalitaire, l’approche de Goffman présente une situation moins « définitive » que celle de Bourdieu et Sayad. La déculturation est envisagée du point de vue de Goffman comme la perte – temporaire mais également partielle – d’une connaissance au profit d’une nouvelle connaissance – qui peut être également temporaire et partielle.

  • 10 Fañch Elégoet, Paysan breton. Pour une anthropologie bretonne, Thèse de 3e cycle d’anthropologie, (...)

22En se réappropriant la notion d’enculturation développée en anthropologie pour décrire la situation de domination linguistique et culturelle en Bretagne, Fañch Elégoët produit une analyse (voire une auto-analyse), très descriptive, de la domination et de la violence symbolique du contexte d’acculturation. L’acculturation est ici interprétée, de manière engagée, voire militante (« Il s’agit pour nous de reposséder notre histoire10 »), comme un processus de dépossession.

Une Bretagne… devenue française

23La Bretagne contemporaine est une Bretagne acculturée. Elle a subi des transformations, visibles autant au niveau de sa structure sociale que des pratiques culturelles. Elle est devenue une région française : les pratiques culturelles des Bretons ne sont pas très différentes des pratiques des autres Français. Ce qui signifie que, dans cette relation inégalitaire de mise en contact de deux sociétés – et de deux formes de culture –, c’est la Bretagne qui se trouve dominée par une autre culture qui s’est imposée, jusqu’à devenir dominante.

24Le changement culturel qui résulte de cette acculturation prend la forme d’une assimilation. La culture bretonne n’existe aujourd’hui que dans des éléments qui sont définis comme étant symboliquement représentatifs d’une identité bretonne. Cette identité est en train de se construire, dans le présent, avec des représentations réifiées du passé, et qui donne naissance à une nouvelle culture bretonne. Parler d’acculturation signifie qu’il y eut en même temps une action d’imposition culturelle, politique et économique exercée par la France et une utilisation par assimilation, à plus ou moins long terme, de ces repères culturels, politiques et économiques par les Bretons.

  • 11 Pierre-Jakez Hélias, Le Quêteur de mémoire, Paris, Plon, 1990.

25Dans l’histoire contemporaine, l’école a un rôle important dans cette transformation de la Bretagne bretonnante et rurale en une Bretagne française. L’école a révélé aux Bretons l’existence d’un monde profondément différent de celui qu’ils connaissaient, un monde dans lequel il n’y avait « pas de place ni d’heure pour parler breton11 ». Mais l’école n’est pas la seule structure institutionnelle à être intervenue dans cette tâche d’assimilation. Le service militaire, la mobilisation et l’exode de population (comme l’arrivée des réfugiés), le développement des médias (la presse féminine, le cinéma, la radio), la construction des routes et l’arrivée du chemin de fer ont également joué un rôle considérable dans la transformation de l’espace et des pratiques des Bretons. Si la Bretagne apparaît dominée – et elle l’est –, c’est la domination économique qui semble avoir été le moteur d’une domination culturelle.

26Les Bretons, comme le remarque l’historien Georges Minois, ont parfois l’impression d’avoir été sacrifiés aux intérêts supérieurs de la Nation ou de groupes puissants. Cette impression se vérifie lorsque l’enjeu s’avère être de préserver des marchés nationaux, au détriment des producteurs bretons :

  • 12 George Minois, Nouvelle histoire de la Bretagne, op. cit.

« […] en 1931, sous la pression des représentants du Nord, les importations de charbon anglais sont contingentées afin de forcer la Bretagne à acheter du charbon français, plus cher. Les Anglais ripostent en limitant leurs importations de primeurs et de bois de mine. De même, la France décide d’importer 1 350 000 caisses de conserves d’Espagne, afin de pouvoir continuer à vendre dans ce pays des voitures, ce qui met en difficulté les conserveries bretonnes12 ».

27Également, les Bretons semblent avoir été délaissés dans les situations de crise, comme celle de l’agriculture dans les années trente. La baisse des prix agricoles associée à une augmentation des charges des exploitants ne permet plus à des paysans de vivre de leur exploitation. Cela a notamment pour conséquence de participer à l’émigration des Bretons vers les villes. Si la décentralisation permet idéalement une meilleure répartition des emplois sur le territoire français, les sièges sociaux sont toujours à Paris (c’est le cas d’Ifremer). Il y a un décalage entre le lieu où se décident les projets et les lieux d’exécution qui ne nécessitent pour l’essentiel qu’un travail de main-d’œuvre.

  • 13 Georges Minois, Nouvelle histoire de la Bretagne, op. cit.

28La Bretagne est également une formidable réserve humaine. Pendant la Première Guerre Mondiale, la proportion de tués est le double de la moyenne nationale : « 20 % des mobilisés contre 10 %. Cette très forte mortalité est due principalement au caractère rural de la Bretagne. Les paysans sont beaucoup plus employés que les ouvriers, dont on a besoin dans les usines : 65,38 % des Bretons nés entre 1871 et 1900 sont mobilisés, contre 56,70 % dans l’ensemble de la France13 ».

29La Bretagne semble être utilisée pour ce qu’elle est devenue, une zone de réserve dont on se sert pour assurer l’équilibre de la Nation.

Une Bretagne stigmatisée

  • 14 Erving Goffman, Stigmate, Paris, Minuit, 1975.
  • 15 Erving Goffman, idem.

30L’utilisation de la notion de stigmate fait référence au travail de Erving Goffman14. Le stigmate « sert à désigner un attribut qui jette un discrédit profond, mais il faut bien voir qu’en réalité c’est en termes de relations et non d’attributs qu’il convient de parler ». L’attribut, qu’il soit physique (avoir un bec de lièvre), social (vivre en couple quand on est homosexuel) ou culturel (parler une langue dont l’usage est dévalorisé) ne présente en lui-même « ni crédit, ni discrédit ». Le stigmate existe parce qu’il « représente un certain type de discrédit entre l’attribut et le stéréotype15 » et n’existe alors que dans la relation avec autrui.

31Il s’agit dans cette partie de reprendre des aspects déjà développés, dans d’autres travaux et par d’autres auteurs, sur les conséquences psychologiques et sociales, les brimades dont ont pu faire l’objet des bretonnants. Il s’agit éventuellement de remettre en question, voire de relativiser ces propositions, en mettant notamment face-à-face des points de vue qui pourraient être interprétés comme étant « divergents ». De manière plus constructive, on peut considérer que ces hypothèses, qui ne vont pas toujours dans le même sens, sont complémentaires.

L’utilisation du symbole

  • 16 L’utilisation du symbole a été observée après la Première Guerre Mondiale, jusqu’au début des anné (...)
  • 17 Fañch Broudic, La Pratique du breton de l’ancien régime à nos jours, op. cit.
  • 18 Fañch Elegoet, « Langue stigmate », Ar Falz, 18, 1977 et « Témoignage : Langue bretonne, langue st (...)

32Ce que l’on appelle le symbole est une pratique stigmatisante exercée à l’encontre des jeunes bretonnants dans les établissements scolaires depuis que l’enseignement est obligatoire16. Le but était d’obliger les enfants scolarisés à ne pas parler breton à l’intérieur de l’école. Il s’agissait avant tout d’un « système de surveillance réciproque17 ». Bien que l’interdiction de l’usage du breton sur la cour de l’école n’ait fait l’objet d’aucune directive officielle, différents travaux mettent en évidence l’existence de cette pratique, dont on ne peut douter mais pour laquelle il serait cependant difficile d’assurer qu’elle ait été « intensive ou épisodique », comme le remarque Fañch Broudic. Dans un entretien recueilli par Fañch Elégoët18, son interlocuteur F., lui parle de son expérience du symbole : « Je me suis fait frapper aussi parce que nous parlions breton… On appelait cela la “vache”. Je ne sais plus exactement ce que c’était : une espèce de bille ou quelque chose comme cela. Alors à la fin de la journée, on devait tous rentrer dans la classe et on nous demandait qui l’avait eue : à qui l’as-tu donnée ? À l’autre… à l’autre… et on ramassait chacun une gifle ! Alors ? Vas-y comprendre quelque chose ? ». Cet exemple est rapporté par l’auteur afin de montrer que les pratiques de discrédit des usages de la langue conduisent, par la non-transmsission du breton et la transmission médiocre « du capital linguistique dominant », à la production d’une identité négative. L’exemple a ici valeur de représentativité sans que celle-ci soit démontrée.

  • 19 C’est ce que montre l’enquête effectuée par le Ministre de l’Instruction Publique Vicor Duruy. Fañ (...)
  • 20 Pour Anatole de Monzie, la langue bretonne ne peut servir à l’enseignement car elle n’est en aucun (...)

33Si le travail de maîtrise de Klaoda an Du établit un relevé des différents symboles utilisés de 1912 à 1960 (un sabot de bois pendu autour du cou, une bobine, une boite de cirage…), la méthode de l’enquête (116 questionnaires et 14 entretiens couvrant 56 communes des arrondissements de Guingamp et de Lannion) ne permet ni de généraliser, d’une part, la pratique du symbole dans la partie ouest des Côtes-d’Armor, ni bien entendu, d’autre part, de considérer que l’utilisation du symbole ait été une pratique courante dans toutes les écoles de basse Bretagne. Des témoignages d’enseignants et d’anciens élèves montrent que le breton pouvait parfois être utilisé en classe19, de manière pédagogique20, c’est-à-dire sans pour autant que soit délaissé par les instituteurs le projet de leur donner une éducation scolaire en français.

34Pour les militants, le symbole constitue un élément important de la revendication en faveur de l’enseignement du breton – ce qui d’un point de vue stratégique se conçoit tout à fait. Le symbole est dénoncé comme une pratique dégradante légitimant d’une réparation culturelle. Il est ainsi devenu un instrument politique.

35Il n’est pas nécessaire que le symbole ait été mis en place dans toutes les écoles de la IIIe république pour être condamnable. Une seule humiliation, ainsi que les conséquences qu’elle peut entraîner, doit être considérée comme inacceptable. Si l’existence de la pratique du symbole est indéniable, le mouvement breton s’en sert comme d’un argument de construction idéologique. Cette remarque, qui pourrait être comprise comme une condamnation de l’utilisation qui est faite du symbole par le mouvement breton, n’en est pas une. Il ne s’agit que d’un constat permettant d’éclairer la construction d’un discours militant. Constat qui permet de voir que l’histoire de la Bretagne fait l’objet d’interprétations différentes, voire antagonistes, selon le point de vue et les intérêts des auteurs.

Les stéréotypes

36Un stéréotype est un ensemble de croyances que l’on attribue souvent de manière consensuelle aux membres des différents groupes qui composent une société. Ces croyances se construisent à partir de représentations qui sont adoptées plus ou moins collectivement. Bien souvent, on se sert d’un trait – individuel – qui devient un élément représentatif de la culture à laquelle tous les individus d’une même société appartiennent. Que ce trait soit réel dans les pratiques et les modes de vie (dans le cas d’une pratique culturelle existante) ou non, il devient un élément qui désigne l’ensemble de la société à laquelle appartiennent ces individus. Notons que les stéréotypes sont des éléments qui permettent aussi d’élaborer et d’alimenter « un racisme ordinaire » ou d’aboutir à la construction d’idéologies.

  • 21 Yann Daumer, « Quand les Bretons s’en vont en piste » dans Permanence de la langue bretonne, Renne (...)
  • 22 En Bretagne, il y a une surmortalité supérieure de 16 % et une longévité inférieure à la moyenne n (...)
  • 23 Yann Daumer, « Quand les Bretons s’en vont en piste », op. cit.

37Parmi les stéréotypes les plus courants, « le Breton » (mot « générique » qui réduit au singulier la diversité) est souvent représenté comme étant « courageux », « têtu », « travailleur »… il y a celui – moins gratifiant et tout aussi contestable – du Breton ivrogne. Par rapport aux autres stéréotypes, celui-ci semble moins abstrait, car l’alcoolisme des Bretons est visible au travers d’observations effectuées par des professionnels21 et au travers de statistiques. S’il n’est pas pour autant possible de dire que l’alcoolisme est une pratique « généralisée », comme le suggère ceux qui se servent du stéréotype du Breton ivrogne, on peut malgré tout souligner que l’alcoolisme est une des causes de la surmortalité22 en Bretagne, malgré une baisse de la consommation depuis les années soixante-dix. La part des décès, liés à l’alcoolisme, qui était de 2 % dans les années 1973-77 est passée à 1,7 % en 1988-1992 pour les femmes et de 5,1 % à 4,2 % pour les hommes. Ces résultats permettent aux chercheurs de l’INSERM de dire que la surmortalité liée à l’alcool serait aujourd’hui marginale. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’il n’y ait plus d’alcoolisme en Bretagne mais seulement que l’importance qu’on accorde à la consommation d’alcool, en tant que spécificité bretonne, doit être relativisée. Par conséquent, on peut s’interroger également sur la validité de l’hypothèse d’une corrélation entre la consommation d’alcool et la non-transmission de la langue bretonne par les ascendants aux nouvelles générations. S’il est évident que la disparition de la langue bretonne a été traumatisante, est-il possible de dire que « ce traumatisme n’a jamais cessé de se répéter dans les générations qui ont suivi » et d’ajouter que « la piste » (c’est-à-dire une « virée » ou « une sortie » où l’alcool serait très présent) « exerce encore cette double fonction de substitution et de répétition traumatique23 ». Aller dans ce sens correspondrait à dire, en étant quelque peu caricatural, que les alcooliques boivent parce que la langue bretonne ne leur a pas été transmise, parce que leur culture est incomplète. S’il existe un traumatisme dû à une rupture de la transmission de la langue bretonne, l’alcoolisme comme conséquence à ce traumatisme n’est encore qu’une hypothèse qu’il ne faut pas écarter, mais une hypothèse parmi d’autres.

Les conséquences psychologiques

38La langue est un élément social qui contribue à l’élaboration d’un monde de référence. La langue est aussi historique, elle fait partie de l’histoire d’un groupe social, d’une société et des individus qui la composent. Que les Bretons d’aujourd’hui l’aient entendue parlée ou non par leurs parents ou leurs grands-parents, il existe une familiarité et une proximité par rapport à l’usage de la langue, car les Bretons de la nouvelle génération savent qu’à un moment donné dans l’histoire de leur famille, cette langue était une langue qui permettait de s’exprimer dans toutes les activités de la vie courante. C’est sur cet aspect, en évoquant un enracinement profond, qu’insiste le psychiatre Yann Daumer : « elle est le substrat d’une évolution collective s’étalant sur des siècles, puisant son souffle dans les profondeurs abyssales du psychisme de chaque membre du peuple qui la pratique. Elle est le support des idéaux collectifs, c’est-à-dire qu’en retour elle modèle la culture d’une ethnie à un moment donné ». Si la rupture de la transmission a des conséquences psychologiques, c’est parce que « la langue est sans aucun doute le lien le plus fort qui est noué entre un individu et le groupe auquel il appartient ». Sans valider cette proposition, il est cependant possible de dire que l’usage perdu de la langue ne laisse pas indifférent et que les Bretons expriment le plus souvent un avis. Ils sont « pour » ou « contre » l’enseignement de la langue, le vote de la Charte des langues minoritaires, une Bretagne à cinq départements… en proposant des développements qui sont souvent très passionnels. La perspective de Daumer n’est pas isolée, elle est confortée par d’autres études ethno-psychiatriques ou psychologiques. À partir d’une observation, l’inhibition verbale de nombreux enfants qui serait plus fréquente en Bretagne qu’en région parisienne, Didier Houzel fait l’hypothèse d’une relation « avec les avatars du bilinguisme breton/français ». Si ces pistes de recherches sont intéressantes, il est néanmoins nécessaire de rester vigilant et de garder à l’esprit l’existence de conditions sociales découlant des difficultés économiques et des modes de sociabilité de la jeunesse. Il serait probablement pertinent d’avoir une répartition en terme d’appartenance sociale des jeunes qui boivent ou bien de ceux qui sont inhibés. Ce qui veut dire que les approches, qu’elles soient psychiatriques, psychologiques ou sociologiques, partiellement militantes ou non, sont complémentaires les unes des autres.

39Les conséquences psychologiques, l’utilisation de stéréotypes, les pratiques stigmatisantes, ont amené les Bretons à intérioriser une image dévalorisée d’eux-mêmes, image qu’ils peuvent éventuellement reproduire.

  • 24 Fañch Elegoet, « Identité négative, dépaysannisation et intégration nationale », Revue archéologiq (...)
  • 25 Francis Favereau, Bretagne contemporaine. Langue, Culture, Identité, Morlaix, Skol Vreizh, 1993.
  • 26 Goulc’han Kervella, Médecine et littérature en langue bretonne aux XIXe et XXe siècles, Brest, Lio (...)
  • 27 Francis Favereau, Bretagne contemporaine. Langue, Culture, Identité, op. cit.

40Ayant intégré une « identité négative24 », les générations nées avec le siècle et victime du « complexe de bécassine25 », utilisent des qualificatifs dépréciatifs : parler breton c’est « passéiste », c’est « dépassé ». Les Bretons deviennent conformes à l’image socialement construite et dévalorisée qu’on leur attribue et qu’ils ont intériorisée jusqu’à la reproduire eux-mêmes. Cet état dépréciatif est présent dans la littérature bretonne du XIXe et XXe siècle26. Il suffit également d’écouter des conversations de la vie courante pour remarquer que les Bretons entre eux peuvent s’échanger des remarques méprisantes : « […] combien de fois n’ai-je pas entendu moi-même, au cours de ces dernières années, les élèves de collège de Guingamp comme les adolescents du lycée de Carhaix, railler leurs camarades qui avaient choisi d’étudier le breton, en les traitant de “paysans”, ce qui était le moindre de leurs quolibets : “Toi tu fais breton, t’es paysan”27 ». La connaissance de la langue bretonne est associée au travail de la terre et plus largement à l’activité physique. Quand un individu est traité de plouc ou de péquenot, c’est afin de le rabaisser à une position sociale qui apparaît dans les représentations comme étant inférieure.

Le souvenir des « Breiz Atao »

  • 28 C’est une période qui succède à « l’hécatombe de 1914-1918 (les Bretons, pour leur part, versent l (...)
  • 29 Fañch Morvannou, idem.

41Dans l’histoire de leur mouvement, les militants distinguent trois périodes. Après un premier Emsav partagé entre une tendance modérée et régionaliste et une tendance plus dure, nationaliste, le second Emsav (1918-1945)28 est celui du développement du mouvement politique. Le mouvement culturel qui se développe dans la lignée de l’Unvaniez Yaouankiz Breiz (« Union de la jeunesse de Bretagne », créée en 1919) est lié au mouvement nationaliste, et ses militants veulent faire du breton une langue nationale et unifiée. La revue Gwalarn, d’abord supplément du journal nationaliste Breiz Atao, répond à ce projet – de voir se développer une langue nationale et unifiée – en faisant du breton une langue littéraire, qui n’est « guère lisible que par une petite élite cultivée29 ». Les chefs de file du mouvement nationaliste sont souvent d’origine urbaine et plusieurs ont fait des études universitaires. Le développement du mouvement breton, sous toutes ses formes culturelles – par le développement de l’enseignement en breton, catholique (Bleun-Brug) ou laïc (Ar Falz) – et son accueil auprès de la population bretonnante, connut son terme avec la Libération.

  • 30 Hervé Abalain, Histoire de la langue bretonne, Gisserot, 1995.

42Le troisième Emsav « reconstruit » le mouvement breton en lui donnant de nouvelles bases, en développant un mouvement culturel qui procède à une valorisation de l’identité bretonne et en mettant en œuvre une revendication de l’apprentissage de la langue30. Ce mouvement n’est pas étranger à des idéologies séparatistes ou autonomistes, mais celles-ci trouvent un écho modéré auprès de la population bretonne.

  • 31 Michel Nicolas, Histoire du mouvement breton, Paris, Syros, 1982.

43Certains membres de l’Emsav politique ont collaboré avec l’occupant allemand afin de mener à bien leur projet, qui était de créer un État breton indépendant. Si l’histoire du nationalisme pendant la guerre est très largement réductible à quelques destins individuels31, elle a fortement contribué, pour reprendre une formule de Michel Nicolas, « à marquer le mouvement du sceau de l’infamie ». L’identité « niée » des Bretons, dominés dans la situation d’acculturation, est aussi le fait d’un mouvement breton minoritaire et extrémiste, qui par ses actions a probablement contribué à produire, au même titre que les pratiques stigmatisantes et l’utilisation de stéréotypes, une image négative de la culture bretonne. Ces actes ont notamment eu pour conséquence de desservir l’ensemble des actions culturelles menées par la majorité des militants.

  • 32 Le fait de ne pas en parler peut être également interprété comme un positionnement stratégique et (...)
  • 33 Michel Denis, « Mouvement breton et fascisme. Signification de l’échec du second Emsav » dans C. G (...)
  • 34 Yann Poupinot, Les Bretons à l’heure de l’Europe, Paris, Nouvelles éditions latines, 1961.

44L’extrémisme dans le mouvement breton a laissé un goût amer et persistant. Deux positions qui s’opposent sont adoptées, d’un côté par certains militants, et de l’autre par certains opposants. La première attitude est de ne pas en parler afin de ne pas jeter de discrédit sur les actions culturelles menées par des militants qui n’ont rien à voir avec ces exactions32. La seconde attitude est de prendre le partie de la dénonciation, jetant éventuellement le discrédit sur l’ensemble des actions militantes et des intervenants. En adoptant l’une ou l’autre de ces positions, on reste dans le passionnel et dans l’excès, sans parvenir à prendre distance, afin de mesurer et d’évaluer plus sereinement les prises de position et leur aboutissement et sans tenir compte des actions passées, riches en enseignement33. Or « l’Histoire, dans la mesure où elle fait profiter des leçons du passé, reste essentiellement un moyen de remédier à certaines carences ou de s’éviter de désagréables renouvellements34 ».

  • 35 En 1942-43, au « moment de son apogée », le Parti National Breton regroupe 2 500 à 3 000 membres p (...)
  • 36 « Olier Mordrel affirme que soixante-douze hommes seulement seraient passés par les rangs de la fo (...)
  • 37 Se disant « indépendantistes », leur objectif déclaré n’était pas une adhésion à l’idéologie nazie (...)
  • 38 Charles Maurras a dirigé avec Léon Daudet le journal l’Action Française. En 1926, cinq ouvrages de (...)
  • 39 Thèses qui sont présentes dans l’idéologie et la pratique du second Emsav. Michel Denis, « Mouveme (...)
  • 40 C’est le cas de Roparz Hémon. Après son rapatriement en France, Hémon déclara le 3 mai 1945, avoir (...)
  • 41 Dans un article intitulé «  Racisme et antisémistisme dans le mouvement breton des années trente » (...)

45Les Bretons ont gardé le souvenir de cette période trouble qu’est l’Occupation allemande. Ils savent que des militants ont participé à des actions militaires et à des assassinats. Il serait probablement préférable – y compris pour le mouvement breton lui-même – de garder ces dérives en mémoire, même si cela est douloureux, même si cela peut éventuellement ternir une image idéalisée, plutôt que de pratiquer l’obscurantisme et laisser planer le soupçon d’une acceptation ou pire, d’une compréhension. Un « oubli » de mémoire, que cet oubli soit construit ou innocent, maintient une confusion sur la réalité des événements. C’est pourquoi, au risque même de voir caricaturer les pratiques militantes contemporaines, qui pour la plupart n’ont rien à voir avec ces situations, il ne faut pas oublier que le PNB35 a créé pendant la Seconde Guerre Mondiale un groupe paramilitaire. Il ne faut pas oublier qu’en novembre 1943, Célestin Lainé, qui était partisan d’un renforcement de la lutte aux côtés de l’Allemagne, était à la tête d’une formation armée, le bezen Perrot, dont les soldats portaient l’uniforme du service de sécurité des SS et que cette même armée36 a lutté contre les résistants à partir de janvier 1944. Il ne faut pas oublier non plus que, Olivier Mordrelle et François Debauvais37, disciples de Charles Maurras38, ont adhéré à des thèses fascisantes39. Que des écrivains et des intellectuels qui ont fait partie du second Emsav ont écrit des choses inacceptables40 &41… Les exemples pourraient être multipliés.

  • 42 Paul Houée, Les Étapes du développement rural (1). Une longue révolution 1815-1950, Paris, Économi (...)

46Le mouvement breton, ou certaines de ses dimensions, n’est pas le seul à blâmer. En effet l’adhésion de certains aux mouvements d’extrême-droite ne caractérise pas en propre le militantisme breton, ou a fortiori, la culture bretonne. Sans chercher à minimiser ces actions condamnables, il est nécessaire de les replacer dans leur contexte historique, tristement favorable à de tels excès. Excès que l’on trouve dans toutes les catégories sociales. Les paysans, les bourgeois, les religieux se sont lancés également, et parfois avec ferveur, dans des discours et des actions fascisantes. Il y eut au début du siècle en Bretagne un « fascisme rural » teinté d’antisémitisme42. Nous pouvons nous rappeler que Henri Dorgères, soutenu par des notables ruraux, lançait des opérations de commandos contre les réunions organisées par des militants de gauche et contre les ouvriers agricoles en grève et qu’en Bretagne, au début du siècle, il y avait des archevêques d’extrême-droite.

  • 43 Ce serait tellement plus simple de pouvoir « localiser » le racisme et l’antisémitisme… N’étant pa (...)
  • 44 Pierre-Jean Simon, « Racisme et antisémistisme dans le mouvement breton des années trente », op. c (...)
  • 45 L’appel du fascisme est entendu pas seulement en Allemagne ou en Italie mais partour en Europe, «  (...)
  • 46 Propos rapportés par François Nourrissier, dans Un siècle NRF, Paris, Gallimard, 2000.

47Ce qu’il me semble important de souligner, c’est que tous ces exemples – loin d’être exhaustifs – ne sont malheureusement pas réductibles à l’action des Bretons, qu’ils aient été militants ou non43, comme le remarque justement Pierre-Jean Simon44. D’autres écrivains, d’autres intellectuels, d’autres paysans en France et dans le reste du monde ont, en actes ou en paroles, pris des positions qu’aujourd’hui on dénoncerait et condamnerait45. Comme ces « mots affreux » que André Gide prononça après sa rencontre avec Jacques Copeau. « Première rencontre plutôt ratée : Gide est réticent devant Copeau à qui il trouve “l’esprit souple comme celui d’un juif”46 ».

  • 47 L’école pouvait leur apparaître comme un moyen d’échapper à ces conditions de vie. Dans un récit a (...)
  • 48 Le nouveau rapport entretenu à la langue dominée et l’intériorisation de la nécessité de connaître (...)
  • 49 Idem, p. 7.
  • 50 Ce qui s’est passé en Bretagne peut âtre rapproché de la compréhension des missions évangéliques m (...)

48Il est possible de parler de stigmatisation de la pratique de la langue, dans la mesure où la rupture de la reproduction linguistique est inhérente, comme nous l’avons vu, à une dévaluation de soi et une intériorisation de cette négativité, par rapport à une langue s’imposant comme seule langue véritable et légitime. Les Bretons voulaient sortir d’une situation misérable47 et se découvraient en décalage par rapport à l’image qu’on leur renvoyait du Français moyen. La volonté politique d’imposer la langue française a été relayée par des structures institutionnelles (l’école [et la scolarisation en pension], le service national et les événements politiques [les guerres] qui ont permis à l’État français de mettre en pratique un projet ancien de francisation de la basse Bretagne) et par la famille, pour qui l’accès au monde moderne passait par une mobilité géographique (de la campagne vers la ville) et sociale (permettant d’accéder à de meilleures conditions de vie). C’est en ces termes que l’on peut appréhender le changement d’une société qui passa d’une connaissance de la seule langue bretonne (pour les classes populaires) à une connaissance de la seule langue française. Les individus ont, bien entendu, joué un rôle dans la disparition de leurs instruments d’expression48 en s’efforçant de parler français et en exigeant de leurs enfants qu’ils parlent cette même langue à la maison (« et cela dans l’intention plus ou moins explicite d’accroître leur valeur sur le marché scolaire49 ») car cela avait du sens pour eux50.

  • 51 Pierre Bourdieu, La Distinction, Paris, Minuit, 1979, p. 448.
  • 52 En prenant l’exemple de Guiclan, commune rurale du Léon, Anne Guillou souligne qu’il y eut « compl (...)
  • 53 Dans le numéro 23 des dossiers d’Octant, on trouve l’extrait d’entretien suivant : « c’était mieux (...)

49Pour les Bretons, la rencontre avec (puis l’accès à) un autre style de vie, représentant l’émancipation, l’ascension sociale, voire le progrès, et avec des représentations différentes (qui seront au fur et à mesure légitimées puis intériorisées), permet(tent) aux classes dominées51 de s’affranchir de la relation de domination52. L’autonomie se gagne en faisant comme les autres, ce qui suppose à terme un changement d’identité par l’intégration de nouvelles représentations et de nouvelles façons de faire. Les facteurs expliquant la progression du français sont aussi des facteurs sociaux qui s’expriment dans les représentations et le récit d’une quête d’ascension sociale ou encore d’une « normalité53 ».

  • 54 Pierre Bourdieu, La Distinction, op. cit., p. 443.

50Apprendre le français n’est pas la conséquence d’une solidarité de condition54 mais au contraire une acceptation non concertée et néanmoins collective de changer de vie et d’espérer autre chose pour les générations suivantes.

LE RENOUVEAU

51Deux moments peuvent être dissociés dans le rapport à la langue bretonne : un moment d’imposition et un moment de ré-appropriation.

52C’est une action a priori volontaire, et non subie. Apprendre la langue française a pu être considéré par des bretonnants de naissance, dans le contexte qui était celui de leur époque, comme étant un moyen d’accéder à une autre vie, une vie moderne, moins misérable mais très idéalisée – car la modernité n’a sûrement pas permis de résoudre tous les maux et surtout elle n’était pas accessible à tous de la même manière, comme l’imposition n’a pas été vécue à l’identique par tous les Bretons. Devenir bretonnant peut consister objectivement à œuvrer à une nouvelle intégration sociale, à travers une reconstruction ou un « ré-agencement identitaire ».

53La « demande d’intégration » exprimée par le devenir-bretonnant doit cependant être analysée en des termes différents, car les modalités et les attentes sociales ne sont pas les mêmes. Il ne s’agit pas d’apprendre une langue liée à la « modernité », que tout le monde parle ou va parler, mais d’apprendre une « vieille » langue, qui fut à certains moments délaissée et méprisée. Cette vieille langue n’est même plus celle que parlent les bretonnants de naissance ; elle s’est actualisée, standardisée, unifiée (bien que plusieurs formes demeurent) et devient le symbole d’une revendication identitaire dans une société où l’ancien et l’authentique apparaissent demeurer, alors que des développements récents, « modernes », passent très vite. La « modernité » n’a pas le même attrait que par le passé. C’est ce que dit Luther Cole, le vieil homme Choctaw, dans un roman de Louis Owens : « Il me semble qu’être arriéré, de nos jours, c’est aller de l’avant ».

54Si l’apprentissage du français a conduit à une diminution et une disparition des bretonnants de naissance, on n’apprend pas le breton tout en désapprenant le français. Le français demeurera probablement une des langues de référence des nouveaux locuteurs, et peut-être même, inconsciemment, « la langue de l’affection », comme l’est le breton pour les bretonnants de naissance.

Les conséquences de l’acculturation

Intégration

  • 55 Par exemple, des jeunes qui vivent dans un quartier d’immeuble, à Quimper, Brest ou Rennes, exprim (...)

55L’intérêt pour la culture et la langue bretonnes se développe dans un contexte où il n’y a plus de transmission inter-générationnelle de cette connaissance, et peut-être même où n’existent plus les conditions de disparition de cette transmission (et où les promesses de participation à la vie économique, sociale, culturelle, grâce à la maîtrise du français (et plus loin, la certification scolaire de cette maîtrise), ne se réalisent pas ou mal). Les Bretons ont appris à devenir des Français55, en adoptant des façons de faire et de penser qui ne les distinguent globalement plus des habitants des autres régions. Cela ne veut pas dire qu’ils ne savent plus qu’ils sont Bretons ou qu’ils ne se pensent pas différents. Pourtant si pour un individu, la culture bretonne peut faire l’objet d’une revendication, et devenir un élément qui participe à la construction de son identité, cette culture bretonne existe par rapport à la culture française et aux suites du processus d’acculturation. Se construire comme ayant une culture bretonne, c’est forcément se construire (plus ou moins) contre la culture française. Plus largement, c’est se construire une identité dans l’idée de lutter contre une domination.

  • 56 George Minois, Nouvelle histoire de la Bretagne, op. cit.

56Ce sont les deux guerres qui ont permis l’intégration de la Bretagne dans l’ensemble français56. En quarante ans, avec les conflits mondiaux, la crise économique, les Bretons ont vécu les mêmes expériences douloureuses que les autres Français. Ils ont réagi de la même façon en étant près à se battre pour la Nation Française, en acceptant le régime de Vichy, en collaborant, en résistant… L’intégration est facilitée par le brassage des populations. La Bretagne est une terre d’asile qui accueille des réfugiés Belges et Français en 1914 et en 1940, des prisonniers allemands pendant la guerre de 14-18, puis il y a l’Occupation et ensuite l’arrivée des Américains, qui créent en quelques mois plus d’infrastructures que les autorités françaises n’en avaient réalisé en 20 ans. Les Bretons sont également amenés à quitter leur terre, ils sont sur le Front, dans des villes de garnisons, faits prisonniers et déportés. Pour la plupart d’entre eux, c’est souvent un premier contact avec le monde urbain ou avec des régions rurales qui sont techniquement plus développées, les confrontant ainsi à un décalage avec la situation en Bretagne. D’une certaine manière, et sans oublier les pertes humaines, les guerres ont contribué à l’ouverture de la Bretagne, avec le service national, rendu obligatoire depuis 1872, et le développement de la diffusion cinématographique, de la presse et de l’information…

  • 57 La Bretagne est un lieu que l’on quitte pour chercher du travail, mais qui attire également chaque (...)

57Cette confrontation de plus en plus forte avec d’autres modes de vie a eu des conséquences sur la démographie. Les Bretons, surtout les plus jeunes et les femmes, attendent de pouvoir accéder à un confort relatif. C’est pourquoi, ils partent vers les villes. Les conséquences démographiques sont dramatiques pour les zones rurales. Il y a un dépeuplement de la Bretagne intérieure qui se crée en faveur des villes principales : Brest, Rennes et Nantes, et du littoral. Le solde migratoire est négatif, au profit de la région parisienne. Il y a une baisse sensible, et plus qu’ailleurs, du nombre d’enfants par famille. La Bretagne vieillit ainsi de plus en plus. Cependant, en 1999, la croissance démographique est proche de la moyenne nationale. Malgré un solde naturel négatif (- 8 % de naissance ; fléchissement de 2 % de la mortalité), le solde migratoire reste positif. L’INSEE a recensé 2 903 000 Bretons en 1999 soit 107 000 de plus qu’en 199057. La Bretagne attire également pour la qualité de vie qu’elle offre.

Uniformisation

58Parmi les indicateurs les plus visibles de l’uniformisation, les historiens mettent en avant la pratique religieuse ainsi que le comportement politique des Bretons.

  • 58 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Éditions Ouest-France, 1989.
  • 59 Les pardons se « désacralisent » car ce sont des événements qui ne sont plus uniquement religieux  (...)

59Dans les années cinquante, les chiffres de la pratique religieuse montrent une différence très nette entre la campagne, encore partiellement bretonnante, et la ville. Pouvant dépasser 80 % dans en zone rurale, le pourcentage de ceux qui se rendent à la messe était 25 à 30 % en zone urbaine. Si la pratique dominicale reste relativement forte, étant supérieure à la moyenne française, la fréquentation des églises est malgré tout en baisse. Cette chute est plus forte dans les campagnes qu’en ville. Le pourcentage de Bretons à se rendre à la messe du dimanche n’est plus que de 23 % en 1978-8058. Un autre élément significatif du recul de la pratique religieuse est la disparition des processions (Fête-Dieu, fête patronale), des pardons et des pèlerinages à la fin des années quatre-vingt. Pour les pardons, un phénomène particulier se développe. S’il y a disparition des pardons locaux, en parallèle se développent des « grands pardons », qui deviennent non seulement des événements pour les croyants – le pardon est une fête religieuse – mais également pour les non-croyants59 – pour lesquels le pardon est avant tout une fête, voire une curiosité.

  • 60 En 1960, le petit séminaire de Pont-Croix comptait 125 élèves en sixième qui se destinaient tous à (...)

60À la baisse de fréquentation des lieux de culte, on peut ajouter d’autres indicateurs comme la baisse de fréquentation du catéchisme et le non-renouvellement du clergé60. Ce qui entraîne un inévitable vieillissement de la population des prêtres.

61Toutefois, malgré le constat selon lequel la religion n’a probablement plus autant d’importance dans la vie des Bretons, la diminution du nombre de pratiquants (plus forte que dans le reste de la France) ne doit pas masquer l’importance des fêtes religieuses qui symbolisent des rites de passage, tels que le baptême, la communion solennelle, le mariage, l’enterrement.

62L’activité religieuse évolue et se transforme. Les écoles privées s’adaptent au changement. Les enseignants sont pour la plupart des laïcs et la place du religieux y est réduite, voire même parfois « optionnelle ». Si bien qu’une école privée peut être choisie, par des parents ou des élèves, pour autre chose (discipline, notoriété de l’établissement, choix des langues vivantes…) que ce qu’elle représente objectivement.

63La Bretagne ne se singularise plus dans son comportement politique. S’il est vrai que la Bretagne était plus « gaulliste » que le reste de la France, le vote en faveur de la droite s’est affaibli au cours des dernières décennies. Charles de Gaulle obtint plus de suffrages que dans le reste de la France parce qu’il était l’homme de la Victoire, dans une région où le souvenir de la guerre laissa de nombreuses blessures, il était également celui qui symbolisait la croissance économique. 1968 représente un tournant dans la Bretagne gaulliste, qui est visible notamment par le vote aux élections municipales et régionales. Toutefois, pour les présidentielles, les Bretons continuent à voter à droite. Georges Pompidou, comme Valéry Giscard d’Estaing ont obtenu plus de suffrages, en moyenne, que dans le reste de la France. Pour les présidentielles de 1981, il y a eu une progression du vote socialiste même si François Mitterrand a obtenu un résultat inférieur à Valéry Giscard d’Estaing. Pourtant, les principales villes (à l’exception de Quimper) ont voté à gauche.

  • 61 Jean-Jacques Monnier, Le Comportement politique des Bretons, Rennes, PUR, 1994.

64En une quinzaine d’années, la Bretagne n’est plus originale dans son comportement politique. Les militants chrétiens se sont détournés de la démocratie chrétienne pour un parti qui semble plus progressiste et attentif aux revendications sociales. Cela ne signifie pas pour autant que le socialisme soit une découverte, puisqu’il existait déjà dans certaines parties de la Bretagne « une tradition de gauche61 ». C’est en cela que le vote socialiste se singulariserait de ceux que l’on peut observer dans d’autres régions.

65Le vote des Bretons, qu’il s’agisse des élections présidentielles, législatives ou municipales, devient plus proche de celui des autres citoyens français.

66En 50 ans, la Bretagne, essentiellement rurale, est devenue une Bretagne plus citadine. D’un vote très majoritairement conservateur, elle est passée à un vote très souvent socialiste. D’une région ayant une forte pratique religieuse, elle a un taux de pratique qui est équivalent à la moyenne nationale. Les partis politiques bretons obtiennent des scores résiduels. Le discours indépendantiste ou séparatiste ne semble pas séduire les Bretons. La Bretagne est une région comme une autre, ou presque.

La place des intellectuels

  • 62 Cette renaissance est également observable en Occitanie, en Catalogne… comme le remarque Louis Qué (...)

67Après une renaissance littéraire et linguistique du breton liée aux courants romantiques européens62, le mouvement breton s’est formé avec ceux qui possédaient les capitaux culturels et sociaux leur permettant de formaliser une idéologie et de prendre la parole pour l’exprimer. C’est dans ce contexte que le breton unifié (qui est une construction consciente et volontaire d’une poignée d’intellectuels) devient un élément important de la revendication politique nationaliste.

Les intellectuels romantiques

  • 63 « Les poésies populaires d’une race sont toute sa religion, toute sa civilisation, toute son âme ; (...)
  • 64 Cette méconnaissance ne touche pas seulement la jeune école bretonne de la fin du XIXe siècle. Cer (...)
  • 65 Bernard Tanguy, Aux Origines du nationalisme breton/1 Le renouveau des études bretonnes au XIXe si (...)

68En mettant par écrit des chants et des contes de la tradition orale des Bretons, les collecteurs font non seulement passer la littérature de l’oral à l’écrit, en la figeant comme une photographie immortalise un moment en action, mais cette littérature devient le support d’une idéologie de la Bretagne éternelle, qu’il faut protéger et conserver à son état naturel. Dans un contexte où la culture bretonne se tourne vers le passé, pour renaître, et où la culture française, républicaine (qui s’affirme en s’opposant à une idéologie traditionnelle d’Ancien Régime), remet en question l’ordre social existant, des intellectuels bretons produisent une littérature romantique et entreprennent de collecter et de formaliser une langue bretonne dont les dépositaires sont pour l’essentiel les Bretons non lettrés. Ces derniers n’ont qu’une connaissance orale de leur langue. Dans le langage des romantiques, cela se traduit par « une poésie populaire63 ». En faisant du collectage, Théodore Hersart de la Villemarqué, Anatole le Braz, François Luzel, s’approprient une langue populaire et deviennent des collecteurs de renom (et des écrivains !) grâce à cet usage populaire de la langue bretonne. Il y a également des maîtres à penser, comme Jean-François-Marie Le Gonidec, dont Bernard Tanguy souligne à la fois l’influence et le soutien qu’il pouvait apporter, comme ce fut le cas pour La Villemarqué : « Pour ces jeunes Bretons, auxquels il manque, pour la plupart, la qualité primordiale d’être bretonnants64, l’arrivée de l’auteur d’une grammaire et d’un dictionnaire celto-bretons faisant autorité ne pouvait qu’être providentielle. Avec son aide, ils pouvaient espérer forger le maître-anneau de la chaîne ancestrale65 ».

  • 66 Louis Quéré, Jeux interdits à la frontière, op. cit.
  • 67 Michel Nicolas, Histoire du mouvement breton, op. cit.

69Cette démarche, qui apparaît avant tout comme une activité d’érudits, ne doit pas cacher les intérêts politiques que peut représenter un tel investissement : « c’est dans cette phase que se noue un rapport étroit entre question régionale, langue et religion : la revendication culturelle-linguistique émerge comme machine de guerre idéologique au service de la réaction66 ». La IIIe République apparaît comme mettant en question l’organisation sociale établie. Les aristocrates comme le clergé, craignent les conséquences sociales, et économiques, d’une restructuration de la société rurale, les lois sociales et laïques favorisant une mise en question de l’ordre social existant, en permettant ou en favorisant la contestation du pouvoir existant. L’élite rurale se lance alors dans l’élaboration d’une histoire de la Bretagne, une fresque du passé67 qui magnifie ses héros et ses entreprises, en produisant un discours de protection des intérêts de la Bretagne et des Bretons. Le projet consiste à donner une légitimation historique à l’organisation sociale de la société rurale, menacée par la montée de la société urbaine, la lutte anticléricale et par le développement du pouvoir de la bourgeoisie républicaine.

70C’est dans ce contexte qu’est fondée en 1898 l’Union Régionaliste Bretonne (URB), qui développe un discours de classe idéologique (« il faut agir au nom de la Bretagne ») dont le projet est de préserver l’ordre social et de doter la Bretagne de structures administratives. À sa création, l’URB est surtout composée de nobles, de prêtres, de professions libérales, de commerçants… mais le discours reste proche de la préservation des intérêts de la société rurale dominante.

Les intellectuels urbains

  • 68 Michel Nicolas, Histoire du mouvement breton, op. cit., p. 51-62.

71La Fédération Régionaliste Bretonne naît d’une scission qui se produit au congrès de l’URB en 1911. Elle est composée pour environ 69 % de ses effectifs par des commerçants, des industriels et des artisans (32,5 %) et des professions libérales (36,5 %). L’absence des classes populaires et la présence restreinte des aristocrates et du clergé marquent une rupture avec la tradition rurale et la valorisation du régionalisme économique par le développement de l’industrie et des commerces locaux. Les représentants de la petite et moyenne bourgeoisie s’estiment être investis d’une mission de porte parole. Or « ces jeunes intellectuels nationalistes rêvent une Bretagne qu’ils connaissent peu […] Embrassant une idéologie de plus en plus extrémiste, ils dissimulent leur impuissance originelle derrière l’emphase et le spectaculaire et se livrent à une théorisation de leur propre fonction de minorité éclairée68 ».

  • 69 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Ibidem.

72Des intellectuels urbains succèdent à des intellectuels ruraux. Bien que les projets ne puissent pas se confondre, il s’agit malgré tout dans un cas comme dans l’autre d’obtenir le monopole de la parole et du pouvoir qu’elle peut accorder. En rompant avec une attitude qui consiste à privilégier une catégorie sociale (l’aristocratie, le clergé ou la bourgeoisie urbaine), le Parti National Breton, n’en est pas pour autant moins élitiste, dans sa représentation, en se considérant comme étant à l’avant-garde du mouvement breton. Cet aspect se trouve renforcé avec la création, par des anciens membres du PNB, du Groupe Régionaliste Breton. Le rôle des intellectuels (qui deviendront les théoriciens et les idéologues des mouvements bretons) est très important et se développe avec une ambiguïté constante. Le mouvement breton s’affirme, plus ou moins volontairement, comme le représentant d’une élite sociale et économique, ce qui n’est pas très surprenant au regard de l’appartenance socioprofessionnelle de ses membres, tout en cherchant à mettre en avant le caractère « populaire », non exclusif, de ses actions. C’est également l’attitude du Mouvement pour l’Organisation de la Bretagne, qui attire plutôt les professions libérales, les cadres et quelques intellectuels. Les intellectuels seront plus nombreux à participer à l’Union Démocratique Bretonne, créée en 1964, et qui prend clairement position à gauche en faisant le projet de fonder un parti socialiste breton69.

  • 70 Parmi les activistes du FLB dans les années soixante-dix, peu de militants « maîtrisent parfaiteme (...)

73Le discours de cette élite, urbaine, rassemble différents éléments constitutifs d’une idéologie. La langue bretonne est importante car elle offre théoriquement la possibilité de développer ou de faire naître le sentiment d’appartenir à un groupe différent et une conscience nationale bretonne. L’idéologie produit également une définition, plus ou moins souple, de ce qu’est un vrai Breton. Pour certains, il ne peut être que locuteur de la langue bretonne. Si cette proposition très ethnocentriste – faite parfois par des nouveaux locuteurs – est excessive, elle n’en est pas moins sujette à de nombreux élargissements, notamment lorsque les militants, non-bretonnants70, sont engagés dans des démarches politiques. Le discours idéologique, en incitant l’élite bretonne à la pratique de la langue, fait le projet que ce développement d’une conscience bretonne parmi les dirigeants déteindra sur les classes populaires. Enfin, pour rassembler les militants dans un projet nationaliste, il faut unifier la langue bretonne. C’est en l’unifiant qu’elle peut devenir la langue d’une nation.

  • 71 Fañch Morvannou (Le Breton, la jeunesse d’une vieille langue, op. cit.) expose cette situation dan (...)
  • 72 Il est entendu qu’un mouvement culturel peut ne pas se présenter comme étant un mouvement politiqu (...)
  • 73 Le discours du mouvement le présente comme étant « culturel ». C’est ce qu’exprime Yann Poupinot d (...)

74Le mouvement breton n’est pas représentatif des attentes des Bretons71. Il y a une distinction très forte entre la revendication d’une identité particulière et la participation à un mouvement, qu’il se définisse comme étant culturel ou politique72, bien que ces deux aspects soient souvent confondus, car la confusion peut « servir » de manière détournée le mouvement. Le mouvement breton est celui d’une idéologie nationale bretonne73. Amorcée par l’aristocratie, soutenue par le clergé, et la bourgeoisie, la volonté de conserver l’ordre social existant a cédé la place à une idéologie qui occulte l’intérêt de catégories sociales particulières. Les intellectuels ont joué un rôle déterminant dans la production d’un discours « conforme » à l’idéologie nationale, en produisant une histoire bretonne qui peut être parfois très idéalisée.

75Aujourd’hui, le mouvement breton étend son envergure sociale par la visibilité qu’il offre, notamment par des actions concrètes qui contribuent à donner une image positive de ce qu’il peut faire. Le bilinguisme est un bon exemple de cette visibilité et des intérêts que cela peut représenter dans la stratégie électorale d’un élu ou bien dans la stratégie de développement d’un établissement scolaire. Si l’élitisme est toujours présent dans le mouvement breton – comme dans tout mouvement social qui naît et se développe –, on observe la constitution d’une base sociale.

Un contexte historique objectivement plus favorable à l’apprentissage de la langue bretonne

La visibilité du breton

  • 74 L’enseignement est facultatif. À partir de 1971, l’option sera prise en compte pour d’admission.

76Le contexte est plus favorable à partir du moment où le Parlement français légitime pour partie l’enseignement du breton. C’est le cas notamment avec la loi Deixonne (1951) qui permet de passer une épreuve de breton au baccalauréat (les points supérieurs à la moyenne sont pris en compte pour l’obtention de la mention)74. L’intervention de l’État par une nouvelle législation (qui répond bien entendu à une attente très forte de la part des militants) permet « objectivement » l’apprentissage du breton (cela ne veut pas dire pour autant que toutes les conditions soient réunies pour en faciliter l’enseignement et l’apprentissage).

77Si le contexte politique est plus favorable (toutes proportions gardées car les réticences à l’enseignement du breton unifié sont nombreuses), le contexte sociolinguistique est, ne l’oublions pas, celui d’une rupture de la transmission de la langue dans les familles. Les possibilités d’apprendre le breton (à l’école, dans des associations) augmentent en parallèle avec la baisse d’une transmission à l’intérieur des familles – sans que soit compensée la perte des locuteurs de naissance.

78L’information sur les possibilités d’apprendre le breton est probablement moins confidentielle qu’elle ne l’a été. Cette visibilité s’est accrue avec la création récente de l’Institut Culturel de Bretagne (1982) et de l’Office de la Langue Bretonne (1999), structures qui sont financées par des fonds publics et qui ont une vocation de service public (l’Office effectue – gratuitement – des travaux de traduction pour les particuliers ou les établissements publics et, est très actif en matière de signalisation bilingue).

  • 75 La langue bretonne est très riche, notamment par ses variations dialectales. Devenir bretonnant, c (...)

79L’institutionnalisation de l’apprentissage de la langue permet la visibilité du breton75.

  • 76 C’est le cas de cette récente campagne publicitaire : « Entrons dans la danse, apprenons le breton (...)

80En effet, les structures qui ont pour objet la valorisation de la culture et de la langue bretonne font leur promotion par des campagnes d’affichage76. École privée sous contrat, Diwan, par son existence même et son projet rend présent et proche l’enseignement du breton et en breton. D’autre part, Diwan semble donner une bonne image du mouvement breton. Cette image est souvent évoquée par les militants que j’ai rencontrés comme étant plus positive, du fait que l’enseignement met l’accent sur la revendication culturelle – laissant a priori de côté la revendication politique, ce qui n’est bien entendu pas le cas.

  • 77 L’observatoire de la langue bretonne notait en 1999 une progression de 25 % des effectifs dans l’e (...)

81Les chiffres sont très présents et sont un enjeu pour confirmer les différentes actions de promotion qui sont effectuées par les militants. Dans son enquête sur le nombre d’adultes apprenant le breton pour l’année 1999-2000, l’observatoire de la langue bretonne insiste sur l’évolution des effectifs (augmentation de 3,5 %) et du nombre d’organismes proposant des cours du soir (12 de plus à la rentrée 2000). Le bilan de cette enquête dévoile une progression qui suit son cours, en notant toutefois qu’il reste encore du chemin à parcourir avant d’arriver à des résultats identiques à ceux du Pays de Galles. L’enseignement bilingue, qu’il s’agisse de l’enseignement privé ou public, progresse également régulièrement77 et constitue pour les associations de parents d’élèves un argument décisif en faveur du recrutement de nouveaux enseignants.

  • 78 C’est le cas à Landerneau, dans le Finistère-nord, où une jeune infirmière diplômée qui suit des c (...)

82Si le breton trouve sa place dans l’enseignement, le projet du mouvement qui est de « rebretonniser la société bretonne » trouve des échos, dont l’importance est à relativiser, dans l’activité socio-économique. La connaissance du breton peut être un critère de sélection lors de l’embauche. Cette connaissance peut être également valorisée dans une activité professionnelle lorsque celle-ci se déroule dans le service gériatrique d’un hôpital, dans une maison de retraite ou encore dans une maison de l’enfance78, voire même dans une administration.

L’image et la presse

  • 79 Certaines entreprises cultivent cette image d’authenticité, qu’ils associent dans leurs messages p (...)
  • 80 En critiquant la traduction d’une publicité pour Volkswagen, Ronan Le Coadic (L’Identité bretonne, (...)

83L’ethnicité est à la mode comme figure de l’authenticité du retour aux sources79. Les entreprises privées, comme les collectivités territoriales et les petits commerçants ont compris que le breton pouvait devenir un argument de vente80. Outre les grandes surfaces telles que Leclerc, Intermarché, Carrefour qui utilisent de manière ponctuelle et souvent très substantielle la langue bretonne, le breton apparaît soit sur des produits (l’eau minérale Isabelle, le cidre Loïck Raison…) ou sur des supports publicitaires. C’est le cas par exemple d’une campagne pour les services d’Itinéris (téléphonie portable) et de celle de TPS (télévision par câble) qui proposait pour la coupe du monde de football une retransmission des matchs, commentés en breton.

  • 81 Le mouvement breton peut entendre, à la fin des années quatre-vingt-dix, des interprétations et de (...)
  • 82 Fañch Kervraval dans Peuple breton, n° 238.
  • 83 Lors de la publication de Bretagne contemporaine, langue, culture, identité, un journaliste de Oue (...)
  • 84 Ouest-France 30/06/1999 et 1/07/1999.
  • 85 Les propos d’une professeur de français ont entraîné de nombreuses réactions des représentants d’i (...)

84La visibilité est également accrue par les comptes rendus réalisés par la presse régionale sur les différentes actions menées par les structures, sur la hausse des effectifs des nouveaux apprenants, sur les offres d’emploi liées à la connaissance du breton, ainsi que les nombreux débats et polémiques qui s’étalent parfois comme un mauvais feuilleton qui n’en finit pas. Les débats sont souvent très passionnés, allant même jusqu’au développement d’une polémique et par conséquent d’un renforcement des positions adoptées. L’exemple le plus « classique » est celui de la thèse de Maryon Mac Donald. Devenue une véritable « affaire » à partir d’un article publié dans le quotidien Ouest-France, le travail de Mac Donald fut contesté sur le constat qu’elle fait de l’abandon de la langue par les bretonnants de naissance81. Voyant dans ce constat et/ou dans les « commentaires abusifs82 » du journaliste une arme idéologique, plusieurs militants se sont exprimés, parfois avec vigueur, dans un débat peu constructif. Ce genre d’échange est relativement fréquent et prend forme après la publication d’un article qui rend compte d’un travail de recherche83, d’une conférence (celle de Jean Le Dû, à la Sorbonne en 199984), ou d’un entretien accordé par une personnalité locale85. Les lecteurs sont eux-mêmes très actifs dans l’expression lorsqu’il s’agit de défendre « le renouveau identitaire breton » mis à mal par un étudiant breton :

  • 86 Courrier des lecteurs, Ouest-France, 23/07/2000.

« Ce renouveau est monopolisé dans les médias par une minorité urbaine et francophone de naissance qui s’est redécouvert une identité bretonne et ignore souvent les réalités de la basse Bretagne rurale où survit encore l’authentique culture bretonne. […] Si renouveau de la culture il doit y avoir, il doit être le fait des enfants et petits-enfants de bretonnants de naissance, dans le cadre des communes rurales de basse Bretagne et non à partir des villes de haute Bretagne. Ou il faut alors être conscient que cette nouvelle culture bretonne moderne n’a que peu de rapports avec la véritable civilisation bretonne traditionnelle, condamnée par la modernisation des années cinquante. Il est stupéfiant de voir ce monde moderne reprendre à son compte une culture qu’il a détruite86 ».

85Les lecteurs de la presse réagissent aussi, en contestant cette prise de position d’un bretonnant de naissance :

  • 87 Ouest-France, 30/07/1998.

« Que des poètes comme Alan Stivell, Dan ar Bras, Glenmor et autres veuillent “romantiser” l’âme bretonne ou celte, j’applaudis. Mais qu’on engage des enfants de 5 ans dans des études, non pas seulement de breton mais en breton comme langue véhiculaire, je pense que ce n’est pas leur rendre service. […] Le breton est une langue morte comme langage vernaculaire. On peut le regretter par sentimentalisme, mais c’est un fait. Vouloir le ressusciter en le civilisant est, à mon sens, de peu d’intérêt87 ».

86La place du « culturel » et de la « revendication ethnique » est probablement l’issue la moins polémique et la plus acceptable pour produire une image positive du mouvement. Même s’il existe une revendication politique inhérente à la revendication culturelle. Apprendre le breton, c’est ne plus avoir honte de son origine culturelle, c’est retourner ce qui était – et ce qui est encore parfois – un stigmate. Les nouveaux locuteurs qui apprennent le breton aujourd’hui s’approprient une situation linguistique dans un contexte moins réticent. Depuis plusieurs années, certaines collectivités territoriales multiplient les actions en faveur de la langue et de la culture bretonnes (c’est le cas de Vannes ou de Rennes). L’exemple le plus significatif de la valorisation culturelle dans le monde politique est la création de l’association An Nerzh Nevez (« la nouvelle force ») en 1994. Cette association est composée d’acteurs de la vie politique (maires, députés, sénateurs…) qui font le projet de permettre une valorisation de la culture et de la langue, sous toutes ses formes.

Une visibilité sous contrôle

  • 88 Fañch Morvannou, Le Breton, la jeunesse d’une vieille langue, op. cit., p. 13.
  • 89 Alain Dieckhoff, « La Déconstruction d’une illusion. L’introuvable opposition entre nationalisme p (...)

87Le gouvernement français, ce géant qui a donné un coup de botte dans la fourmilière, observe ce qui se passe : « Les fourmis s’activent toujours, mais c’est une activité de panique, le réseau familier est détruit88 ». Ce qui est donné (des fonds publics) ou ce qui est toléré (le succès des différentes formes d’enseignement), permet de ne pas laisser se développer la revendication et l’opposition, qui se calment, au moins temporairement. De répondre positivement aux attentes des militants n’a que peu de conséquence, car le danger de permettre et de favoriser le développement d’une idéologie séparatiste demeure résiduel ; par contre, le bénéfice politique est évident, car laisser faire, c’est aussi, dans une certaine mesure, faire taire. La langue unique permet à la France d’exercer son pouvoir de contrôle, car elle est la langue de l’appareil politique et de l’appareil administratif. Être capable de lire en français va au-delà de la connaissance. C’est aussi vivre dans une certaine représentation du monde et développer le sentiment (positif ou négatif) que l’on appartient tous à la même société française : « L’appartenance à une même nation ne saurait être fondée uniquement sur des intérêts rationnels, elle requiert une communalisation, c’est-à-dire l’apparition d’un sentiment subjectif d’appartenance à une même communauté89 ».

  • 90 1/3 des Bretons salariés se trouvent sur les sites d’emploi de Brest et Rennes.

88Si le devenir-bretonnant ressemble à d’autres devenirs, ses différentes formes se développent cependant dans un contexte particulier. En Bretagne il y eut une rencontre entre deux mondes culturels, une Bretagne qui donnait l’image d’une province agricole, ayant conservé ses traditions, et une France qui pouvait symboliser l’avenir et la modernité. Les zones rurales se désertifient au profit des zones urbaines90. La Bretagne est devenue une région moderne où les comportements et les modes de vie des Bretons ne sont pas très différents de ceux des Français. Pourtant on enregistre – en particulier – un taux de chômage plus fort que la moyenne nationale – et peut-être doit-on mentionner aussi les taux singuliers de suicide et d’alcoolisme.

89Dans ce contexte, comment pourrait être interprété le fait que des individus apprennent la langue bretonne, alors que celle-ci n’est plus transmise « naturellement » ? Y a-t-il, à un niveau macro-social, un « républicanisme tolérant », comme le suppose Dominique Schnapper (ou un communitarisme tempéré selon Charles Taylor) qui « laisserait » (sans que le rôle des militants soit pour autant mésestimable) se créer de nouvelles pratiques, qui restent suffisamment minoritaires pour ne pas représenter un danger ? Il est très tentant d’établir une corrélation entre l’accroissement du nombre des nouveaux locuteurs et un contexte politique plus permissif ou plus tolérant. L’État négocierait, tout en cherchant à préserver son unité.

90Dans les dynamiques politiques, on peut observer la présence des militants, minorité active, qui a permis de voir se développer dans la négociation, les écoles bilingues, le bilinguisme dans la signalisation, les différentes structures qui permettent d’apprendre le breton… La modification de la constitution (le français est la langue de la République) et le refus de la France de voter dans la totalité de ses propositions la Charte des langues minoritaires, nous montrent bien que la République permet certaines actions, non sans exercer pour autant un contrôle. Il ne s’agit en rien d’une attitude volontariste à former de nouveaux locuteurs, bien au contraire, et ce phénomène existe parce qu’il y a une pression de la part des militants, qui mobilisent ou représentent aussi un électorat, ainsi qu’un travail constant de leur part pour faire reconnaître ce qu’ils pensent être leur droit (dans le sens où la France aurait une dette à l’égard de la culture et de la langue bretonne).

  • 91 Anselm Strauss, Miroirs et masques, Paris, Métailié, 1992, p. 178.
  • 92 Erving Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne 1, Paris, Minuit, 1973, p. 29.

91Si un peuple peut se créer un passé historique ou un avenir qu’il ne possède pas, ou délaisser son passé pour s’en créer un autre, chaque génération a la possibilité d’interpréter le passé selon des termes nouveaux et, de ce fait, de réécrire sa propre histoire91. Les nouveaux locuteurs ont des attitudes très différentes à l’égard de l’histoire de la Bretagne. Ce passé, qu’ils n’ont pas connu, est parfois idéalisé. Ils lui donnent du sens en apportant une nouvelle interprétation de ce qui a été par rapport à leur présent, en particulier en ayant un regard critique par rapport à ce qui a pu être fait (il s’agit notamment de comprendre ou de chercher à expliquer le déclin de la langue et de sa transmission d’une génération à une autre et d’éclaircir le débat sur les opportunités qu’auraient saisies certains militants à faire valoir leurs idées sous l’Occupation). Vis-à-vis d’un passé historique, les attitudes des individus peuvent être très différentes. Anselm Strauss parle de mémorisation, de rejet, de recréation, d’attitudes dont on peut tirer profit ou que l’on fuit. Même si les nouveaux locuteurs ne veulent pas inventer une histoire, leur représentation peut subir ce que Erving Goffman appelle un « effet de façade ». La façade est une partie de la représentation qui a pour fonction d’établir et de fixer la définition de la situation qui est proposée aux observateurs, que son utilisation soit faite à dessein ou non92. Nous pouvons faire l’hypothèse que les nouveaux locuteurs construisent l’idée d’une transmission qui se serait arrêtée mais qu’ils peuvent faire redémarrer, comme si la chaîne n’avait jamais été brisée. On participe à cette tâche en ajoutant une pièce manquante. L’idée est séduisante car elle permet à chacun de se faire une place dans un monde social où cela ne va pas de soi et éventuellement de se présenter comme un sauveur de cette langue qui disparaît, tout en gardant l’illusion que le temps n’a eu aucune prise sur les formes et les usages de cette langue.

Notes

1 Même si ce travail montre également que les accès à la langue peuvent être analysés comme des processus anhistoriques.

2 Se référer à la présentation critique de Fañch Broudic pour avoir une description plus précise des enquêtes qu’il recense. Fañch Broudic, La Pratique du breton de l’ancien régime à nos jours, Rennes, PUR, 1995.

3 Fañch Broudic, La Pratique du breton de l’ancien régime à nos jours, op. cit.

4 Broudic commente cette donnée en soulignant qu’il s’agit d’une estimation « – obtenue par déduction – de l’usage quotidien du breton, qui, de surcroît, ne pouvait préciser ni le nombre total de personnes sachant le breton ni le nombre de celles qui l’ignoraient » (Idem).

5 Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir le patois, et d’universaliser l’usage de la langue française, reproduit dans Klaoda an Du, Histoire d’un interdit. Le breton à l’école, Lesneven, Hor Yezh, 1992.

6 Fañch Morvannou, Le Breton, la jeunesse d’une vieille langue, Brest, Presses populaires de Bretagne, 1980.

7 Le mariage de Charles VIII avec Anne de Bretagne en 1491 signifie la fin de la guerre de 1487. C’est pourquoi les Bretons, espérant la fin de leur misère, pouvaient souhaiter le rattachement de la Bretagne à la France. La Bretagne est « mûre » pour le rattachement au domaine royal. Cette interprétation ne serait probablement pas celle (ou exceptionnellement) des nouveaux locuteurs puisque « L’histoire et la nostalgie sont difficilement compatibles, car la seconde a parfois du mal à accepter les faits que lui présente la première ». George Minois, Nouvelle histoire de la Bretagne, Paris, Fayard, 1992.

8 Pierre Bourdieu & Abdelmalek Sayad, Le Déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Minuit, 1964.

9 Erving Goffman, Asiles, Paris, Minuit, 1968.

10 Fañch Elégoet, Paysan breton. Pour une anthropologie bretonne, Thèse de 3e cycle d’anthropologie, Paris VII, 1976.

11 Pierre-Jakez Hélias, Le Quêteur de mémoire, Paris, Plon, 1990.

12 George Minois, Nouvelle histoire de la Bretagne, op. cit.

13 Georges Minois, Nouvelle histoire de la Bretagne, op. cit.

14 Erving Goffman, Stigmate, Paris, Minuit, 1975.

15 Erving Goffman, idem.

16 L’utilisation du symbole a été observée après la Première Guerre Mondiale, jusqu’au début des années soixante.

17 Fañch Broudic, La Pratique du breton de l’ancien régime à nos jours, op. cit.

18 Fañch Elegoet, « Langue stigmate », Ar Falz, 18, 1977 et « Témoignage : Langue bretonne, langue stigmate », Permanence de la langue bretonne. De la linguistique à la psychanalyse, Rennes, ICB, 1986.

19 C’est ce que montre l’enquête effectuée par le Ministre de l’Instruction Publique Vicor Duruy. Fañch Broudic (La Pratique du breton de l’ancien régime à nos jours, op. cit.) fait le constat suivant : « […] plus des 2/3 des jeunes finistériens scolarisés reçoivent en fait une éducation bilingue. Cela signifie aussi que le breton n’est pas alors exclu de la classe et qu’il est au minimum un moyen auxiliaire de l’enseignement ».

20 Pour Anatole de Monzie, la langue bretonne ne peut servir à l’enseignement car elle n’est en aucune façon une langue « noble » (pour reprendre ses termes) au même titre que le latin et le grec : « Est-il donc vrai que le dialecte local puisse servir à enseigner le français ? Ce n’est à cette heure l’avis d’aucun pédagogue qualifié ». Circulaire du 14 août 1925, relative aux idiomes locaux.

21 Yann Daumer, « Quand les Bretons s’en vont en piste » dans Permanence de la langue bretonne, Rennes, ICB, 1986.

22 En Bretagne, il y a une surmortalité supérieure de 16 % et une longévité inférieure à la moyenne nationale. On meurt davantage et plus jeune que dans la plupart des régions françaises. Malgré ce constat plutôt alarmiste, il n’est pas aussi sombre qu’il y paraît puisqu’il y a un accroissement de l’espérance de vie. Bien que la longévité soit inférieure à la moyenne nationale, elle s’en rapproche. Pour les femmes, elle est de 81,8 ans contre 82,3 ans et pour les hommes de 72,9 contre 74,7. C’est l’espérance de vie qui en France a le plus progressé ces dernières années.

23 Yann Daumer, « Quand les Bretons s’en vont en piste », op. cit.

24 Fañch Elegoet, « Identité négative, dépaysannisation et intégration nationale », Revue archéologique de l’Ouest, Supplément n° 2, 1990.

25 Francis Favereau, Bretagne contemporaine. Langue, Culture, Identité, Morlaix, Skol Vreizh, 1993.

26 Goulc’han Kervella, Médecine et littérature en langue bretonne aux XIXe et XXe siècles, Brest, Liogan, 1991.

27 Francis Favereau, Bretagne contemporaine. Langue, Culture, Identité, op. cit.

28 C’est une période qui succède à « l’hécatombe de 1914-1918 (les Bretons, pour leur part, versent le double de l’impôt du sang par rapport à la moyenne française) ». Fañch Morvannou, Le Breton, la jeunesse d’une vieille langue, op. cit.

29 Fañch Morvannou, idem.

30 Hervé Abalain, Histoire de la langue bretonne, Gisserot, 1995.

31 Michel Nicolas, Histoire du mouvement breton, Paris, Syros, 1982.

32 Le fait de ne pas en parler peut être également interprété comme un positionnement stratégique et manipulateur. Ou bien comme un manque de maturité du mouvement breton.

33 Michel Denis, « Mouvement breton et fascisme. Signification de l’échec du second Emsav » dans C. Gras et G. Livet, Régions et régionalisme en France, Paris, PUF, 1977.

34 Yann Poupinot, Les Bretons à l’heure de l’Europe, Paris, Nouvelles éditions latines, 1961.

35 En 1942-43, au « moment de son apogée », le Parti National Breton regroupe 2 500 à 3 000 membres pour toute la Bretagne, soit moins de 0,10 % de la population (Minois, 1992).

36 « Olier Mordrel affirme que soixante-douze hommes seulement seraient passés par les rangs de la formation. […] Cependant, en dépit de la faiblesse numérique de ses effectifs, le bezen Perrot va rapidement acquérir une renommée peu enviable ». Alain Deniel, Le Mouvement breton, Paris, Maspéro, 1976.

37 Se disant « indépendantistes », leur objectif déclaré n’était pas une adhésion à l’idéologie nazie mais une volonté de travailler à la construction d’une nouvelle Bretagne. L’ennemi et ensuite l’occupant n’étant pas l’Allemagne, mais la France.

38 Charles Maurras a dirigé avec Léon Daudet le journal l’Action Française. En 1926, cinq ouvrages de Maurras sont interdits de publication. En 1938, il entre à l’Académie Française avant d’en être exclu en 1945.

39 Thèses qui sont présentes dans l’idéologie et la pratique du second Emsav. Michel Denis, « Mouvement breton et fascisme. Signification de l’échec du second Emsav », Ibidem.

40 C’est le cas de Roparz Hémon. Après son rapatriement en France, Hémon déclara le 3 mai 1945, avoir accepté les propositions faites par Leo Weisgerber « dans la seule intention de servir la cause à laquelle je m’étais consacré depuis des années ». Si l’investissement de Hémon est indéniable – Henri Fréville le décrit comme un homme incontestablement désintéressé et dans une large mesure, naïf –, il n’en a pas moins écrit des propos que l’on peut qualifier de racistes. En parlant « d’incartade » concernant les propos écrits dans le numéro d’Arvor du 26 juillet 1942, Fréville – sans pour autant minimiser la portée du texte – ne dresse pas le portrait d’un antisémite, mais d’un idéaliste. Henri Fréville, Archives secrètes de la Bretagne. 1940-1944, Rennes, Ouest-France, 1985. En affirmant que Roparz Hémon avait conscience de pratiquer, pour le bien de la langue bretonne et du pays breton, une politique de collaboration, Ronan Calvez écarte toute idée de « naïveté ».

41 Dans un article intitulé «  Racisme et antisémistisme dans le mouvement breton des années trente » (Pluriel 18, 1979), le sociologue Pierre-Jean Simon cite de larges extraits d’une étude intitulée « Racisme breton » dont l’auteur est Olier Mordrel : « Nous avons la conscience d’obéir au désir profond de la Création, en recherchant la pureté et l’unité esthétique. Il nous importe peu qu’au nom de la “culture” certains s’élèvent contre notre amour d’une race bretonne purifiée ».

42 Paul Houée, Les Étapes du développement rural (1). Une longue révolution 1815-1950, Paris, Économie et humanisme, 1972.

43 Ce serait tellement plus simple de pouvoir « localiser » le racisme et l’antisémitisme… N’étant pas réductibles à une culture ou à un espace géographique, on ne peut que constater que ces idéologies sont présentes et vivaces et qu’elles s’expriment plus ou moins fortement selon le contexte dans lequel elles se trouvent.

44 Pierre-Jean Simon, « Racisme et antisémistisme dans le mouvement breton des années trente », op. cit.

45 L’appel du fascisme est entendu pas seulement en Allemagne ou en Italie mais partour en Europe, « du Londres d’Ezra Pound, T. S. Eliot et Wyndham Lewis jusqu’à la Bucarest de Mircea Eliade, en passant par le Bruxelles d’Henri de Man, le fascisme exerce une véritable fascination sur quelques-uns des plus grands noms de la vie intellectuelle de notre siècle, sur quelques-unes des avant-gardes littéraires et artistiques les plus avancées de leur temps ». La fascination semble avoir touché dans une certaine mesure Ernest Renan, Emil Cioran, Paul Henry Chombard de Lauwe… (Zev Sternhell, La Droite révolutionnaire 1885-1914. Les origines françaises du fascisme, Paris, Seuil, 1981).

46 Propos rapportés par François Nourrissier, dans Un siècle NRF, Paris, Gallimard, 2000.

47 L’école pouvait leur apparaître comme un moyen d’échapper à ces conditions de vie. Dans un récit autobiographique, Yves Le Gallo se souvient de sa mère qui avait le « culte de l’instruction » : « je l’ai entendue sans cesse exalter an deskadurez [l’enseignement]. Elle avait subi l’humiliation de la pauvreté voire de la misère initiale : elle comptait donc sur moi pour faire éclater la revanche ». Cette possibilité de s’en sortir grâce à l’école paraît d’autant plus unique et fortement recherchée que l’industrialisation régionale était plus faible. Le Gallo (Yves), « Souvenirs d’un universitaire bas-Breton » dans Chantal Guillou, Études sur la Bretagne et les pays celtiques : Mélanges offerts à Yves Le Gallo, Brest, CRBC-ICB – Conseil général du Finistère, 1987.

48 Le nouveau rapport entretenu à la langue dominée et l’intériorisation de la nécessité de connaître la langue de ceux qui exercent une domination, qu’elle soit symbolique ou non, est ce que Pierre Bourdieu et Luc Boltanski appellent le fétichisme de la langue (Actes de la recherche en sciences sociales 4). Être capable de parler français peut apparaître comme une marque de distinction. Nathalie pense que son père s’est « senti supérieur » du fait d’avoir appris le français et de posséder la langue bretonne. Cette dernière étant une sorte de patrimoine qu’il garde précieusement et que d’une certaine manière il ne veut pas transmettre. Sa langue bretonne disparaîtra avec lui.

49 Idem, p. 7.

50 Ce qui s’est passé en Bretagne peut âtre rapproché de la compréhension des missions évangéliques menées chez les Sioux Lakotas ou les Pueblos du Rio Grande. Les Indiens « évangélisés » ont souvent adhérés au christianisme pour des raisons stratégiques. Ce qui peut apparaître comme une imposition culturelle est en définitive plus complexe : « Cette adhésion s’expliquait par le désir de s’approprier le “pouvoir” qui paraissait associé à la religion des conquérants, mais aussi de s’assurer la protection que pouvaient offrir les Églises face aux menaces que représentaient les hors-la-loi, les chercheurs d’or, les pionniers en quête de terre et la diffusion de l’alcool, à laquelle les missionnaires faisaient obstacle. Ceux-ci, tout en étant des agents d’acculturation, furent assez nombreux à intervenir pour amortir le choc de la Conquête. Dans cette optique, ils pouvaient aussi apparaître aux Indiens comme des médiateurs culturels dont il fallait se concilier l’appui. Les missionnaires se sont souvent mépris sur une apparente adhésion au christianisme qui pouvait n’être qu’une concession polie ou une alliance passagère ». Joëlle Rostkowski, La Conversion inachevée . Les Indiens et le christianisme, Paris, Albin Michel, 1998, p. 41.

51 Pierre Bourdieu, La Distinction, Paris, Minuit, 1979, p. 448.

52 En prenant l’exemple de Guiclan, commune rurale du Léon, Anne Guillou souligne qu’il y eut « complicité des parents » avec la politique linguistique. C’est-à-dire que l’accès à la modernité a été intériorisé par les locuteurs natifs comme passant inévitablement par la connaissance de la langue française. Parler le breton étant parfois vécu comme un handicap social. Certains témoignages allant dans ce sens exprime ce sentiment douloureux : « le breton n’aurait jamais dû exister, j’aurais préféré être mort plutôt que de vivre cette honte ». L’auteur rappelle que les femmes, souvent en charge de l’éducation des enfants, étaient plus sensibles à « l’idéologie dominante » et plus « réceptives à une culture extérieure dont la base était le français ». Anne Guillou, Les Femmes, la terre, l’argent. Guiclan en Léon, Brasparts, Beltan, 1990, p. 29-30.

53 Dans le numéro 23 des dossiers d’Octant, on trouve l’extrait d’entretien suivant : « c’était mieux, on connaissait le français. On est comme tout le monde […] on croyait que l’on était retardé ». Propos sur la langue bretonne, Rennes, INSEE, 1990.

54 Pierre Bourdieu, La Distinction, op. cit., p. 443.

55 Par exemple, des jeunes qui vivent dans un quartier d’immeuble, à Quimper, Brest ou Rennes, expriment une « culture de la jeunesse » et se construisent plus par rapport à celle-ci et par rapport à une « culture urbaine » que par rapport à une culture bretonne. En cela, ils ne sont probablement pas très différents de jeunes vivant dans un quartier d’immeuble d’une autre ville de France.

56 George Minois, Nouvelle histoire de la Bretagne, op. cit.

57 La Bretagne est un lieu que l’on quitte pour chercher du travail, mais qui attire également chaque année environ 8 000 nouveaux résidents, parmi lesquels on trouve des salariés qui alimentent le bassin d’emploi de Rennes mais aussi des étudiants et des retraités. C’est l’une des régions où l’on remarque qu’il y a un fort « retour au pays ».

58 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Éditions Ouest-France, 1989.

59 Les pardons se « désacralisent » car ce sont des événements qui ne sont plus uniquement religieux : « Ces grandes concentrations populaires favorisent la multiplication des festivités profanes (fête foraines, cirques, cinémas ambulants, courses cycliste) qui ont nuit gravement à la solennité des pardons ». De plus, les pardons deviennent des fêtes folkloriques qui perdent, selon Jean-André Le Gall, leur « motivation essentielle » (Ar Men 60, 1994).

60 En 1960, le petit séminaire de Pont-Croix comptait 125 élèves en sixième qui se destinaient tous à la prêtrise. Deux ont été ordonnés prêtres. La même année, un second centre de formation de ce type s’ouvrait au centre de Keraudren à Brest. Il a fermé ses portes neuf ans après. Voir le reportage de Michel Treguer, diffusé en novembre 1997 sur France 3.

61 Jean-Jacques Monnier, Le Comportement politique des Bretons, Rennes, PUR, 1994.

62 Cette renaissance est également observable en Occitanie, en Catalogne… comme le remarque Louis Quéré dans son essai sur les mouvements régionaux (Jeux interdits à la frontière, Paris, Anthropos, 1978).

63 « Les poésies populaires d’une race sont toute sa religion, toute sa civilisation, toute son âme ; c’est pour elle ce qu’est la parole pour l’enfant, une révélation naïve et complète » (Souvestre, 1836).

64 Cette méconnaissance ne touche pas seulement la jeune école bretonne de la fin du XIXe siècle. Certes, la Villemarqué faisait, semble-t-il, des fautes de breton, comme le remarque l’abbé Henry (Bernard Tanguy, Aux Origines du nationalisme breton/2. Essais sur l’histoire de la langue bretonne par Hersart de La Villemarqué suivi de Notes et éclaircissements, Paris, UGE, 1977), mais Le Gonidec, le maître à penser d’un bon nombre de jeunes intellectuels, reconnaît l’avoir appris à l’âge adulte. C’est le cas d’un nombre a priori surprenant d’intellectuels, grammairiens, lexicographes ou pédagogues du breton (Yann Poupinot, Les Bretons à l’heure de l’Europe, Ibidem ; Yves Le Berre, « Langue et littérature bretonnes depuis la Révolution : une acculturation paradoxale », Lengas. Revue de sociolinguistique, n° 34, 1993).

65 Bernard Tanguy, Aux Origines du nationalisme breton/1 Le renouveau des études bretonnes au XIXe siècle, Paris, UGE, 1977.

66 Louis Quéré, Jeux interdits à la frontière, op. cit.

67 Michel Nicolas, Histoire du mouvement breton, op. cit.

68 Michel Nicolas, Histoire du mouvement breton, op. cit., p. 51-62.

69 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Ibidem.

70 Parmi les activistes du FLB dans les années soixante-dix, peu de militants « maîtrisent parfaitement le breton » si bien que la proportion des « francisants » semble avoir été supérieure à celle des bretonnants (Marie-Pierre Bonnet, Bretagne 79. Des années de poudre, Carhaix, Egina, 1989).

71 Fañch Morvannou (Le Breton, la jeunesse d’une vieille langue, op. cit.) expose cette situation dans un chapitre qui s’intitule « les intellectuels nationalistes choisissent le breton, le peuple tend à le rejeter » : « À l’autre pôle de la société bretonne […], il y a le groupuscule de quelques intellectuels bretonnants qui, autour de Roparz Hémon (1900-1978) s’acharne à publier des œuvres d’une haute tenue, débarrassées de l’esprit provincialiste, et à faire du breton une langue qui soit apte à exprimer toutes les réalités de la vie moderne, apte aussi à satisfaire toutes les aspirations des esprits les plus exigeants ».

72 Il est entendu qu’un mouvement culturel peut ne pas se présenter comme étant un mouvement politique. Cependant, il n’est pas possible de considérer qu’un mouvement culturel ne soit pas, de manière plus ou moins visible, un mouvement politique dans la mesure où les revendications vont au moins objectivement dans le sens d’une reconnaissance détournée et subtile d’un projet fédéraliste ou nationaliste.

73 Le discours du mouvement le présente comme étant « culturel ». C’est ce qu’exprime Yann Poupinot dans cette note : « Depuis J.-P. Calloc’h, F. Vallée et M. Mordiern, Loeiz Herrieu, Taldir Jaffrenou, Jakez Riou, Youenn Drezen, Roparz Hémon, Loeiz ar Floc’h, Fañch Eliès, G. -B. Kerverziou, Fañch Kervella, Xavier de Langlais forment une pléiade nationaliste, que fréquentèrent Fañch Gourvil et F. Falc’hun. Et leur public a toujours été à 85 % animé d’un même sentiment » (Yann Poupinot, Les Bretons à l’heure de l’Europe, Ibid.).

74 L’enseignement est facultatif. À partir de 1971, l’option sera prise en compte pour d’admission.

75 La langue bretonne est très riche, notamment par ses variations dialectales. Devenir bretonnant, c’est apprendre LA langue bretonne, qui n’est en définitive qu’une langue bretonne, c’est-à-dire qu’elle se développe en marge des usages que font les bretonnants de naissance de leur langue. Elle est unique et parlée, pour l’essentiel, par des nouveaux locuteurs.

76 C’est le cas de cette récente campagne publicitaire : « Entrons dans la danse, apprenons le breton » : « À présent, le breton est dans la rue. La nouvelle campagne de promotion des cours de breton pour adultes respectera cet esprit. De grandes affiches envahiront les villes de Bretagne. À l’appui, 35 000 dépliants donneront de bonnes raisons d’apprendre la langue ». Ouest-France du 7/09/2000.

77 L’observatoire de la langue bretonne notait en 1999 une progression de 25 % des effectifs dans l’enseignement public, 14 % dans les écoles Diwan et 25 % dans l’enseignement catholique. Par ailleurs, nous pouvons remarquer que le taux de progression est le plus fort dans l’enseignement catholique, qui avait un certain retard (24 % des effectifs scolarisés dans une structure d’enseignement bilingue) par rapport à l’enseignement public (34 %) et à l’enseignement de Diwan (42 %). Keleier Servij ar Brezhoneg, niverenn 29, meuzh 1999.

78 C’est le cas à Landerneau, dans le Finistère-nord, où une jeune infirmière diplômée qui suit des cours depuis quelques mois, utilise un vocabulaire breton de la vie courante avec les enfants de la crêche. Le Télégramme du 16/03/2000.

79 Certaines entreprises cultivent cette image d’authenticité, qu’ils associent dans leurs messages publicitaires au plaisir (c’est le cas des slogans de Sojasun : « 100 % végétal [ou 100 % bien être] 100 % plaisir ») ou à l’authentique (les produits Vrai : « Biologique, c’est notre nature »).

80 En critiquant la traduction d’une publicité pour Volkswagen, Ronan Le Coadic (L’Identité bretonne, Rennes, PUR-Terres de Brume, 1998) souligne que la syntaxe, de même que le vocabulaire choisi par le traducteur, font que le slogan publicitaire (écrit par conséquent en néo-breton) apparaît difficilement compréhensible pour un bretonnant de naissance.

81 Le mouvement breton peut entendre, à la fin des années quatre-vingt-dix, des interprétations et des hypothèses de travail qui semblaient quelques années auparavant innacceptables. C’est ce qu’il est possible de conclure en lisant par exemple cet extrait d’un article publié dans la revue nationaliste Emgann/Combat breton (n° 133, 1996) : « Désigner l’État français comme seule cible dans ce combat ne suffit plus. Certes, il reste le premier responsable de la situation de notre langue à travers son administration, ses lois, son système d’éducation et ses médias mais c’est d’abord au peuple breton lui-même de dire s’il veut maintenir la langue bretonne en lui conférant un rôle social ».

82 Fañch Kervraval dans Peuple breton, n° 238.

83 Lors de la publication de Bretagne contemporaine, langue, culture, identité, un journaliste de Ouest-France avait rencontré l’auteur, Francis Favereau. L’article commence ainsi : « “Il n’y a plus de problème d’identité bretonne”, affirme Francis Favereau. Un propos qui étonnera peut-être les derniers militants d’une cause qui a dû souvent faire du bruit pour se faire entendre » (2/12/1993).

84 Ouest-France 30/06/1999 et 1/07/1999.

85 Les propos d’une professeur de français ont entraîné de nombreuses réactions des représentants d’instances culturelles et politiques bretonnes. Elle disait notamment ceci : « je ne suis pas régionaliste, je ne souhaite pas qu’on fabrique des petits bretonnants qui seront certes très doués pour les langue mais qui arriveront en sixième avec des œillères […]. Le régionalisme, c’est le débat du fascisme, le refus de l’autre ». Voir le dossier de Keleier Servij ar Brezhoneg, niverenn 13, Mae 1996.

86 Courrier des lecteurs, Ouest-France, 23/07/2000.

87 Ouest-France, 30/07/1998.

88 Fañch Morvannou, Le Breton, la jeunesse d’une vieille langue, op. cit., p. 13.

89 Alain Dieckhoff, « La Déconstruction d’une illusion. L’introuvable opposition entre nationalisme politique et nationalisme culturel », L’Année sociologique 46, n° 1, 1996, p. 52.

90 1/3 des Bretons salariés se trouvent sur les sites d’emploi de Brest et Rennes.

91 Anselm Strauss, Miroirs et masques, Paris, Métailié, 1992, p. 178.

92 Erving Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne 1, Paris, Minuit, 1973, p. 29.

Table des illustrations

Titre Répartition linguistique de la population de la basse Bretagne
Légende Sources : * Broudic (1995) ; + Abalain (1995) ; ** Broudic (1999).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/24194/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540