Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Devenir bretonnant

 | 
Hugues Pentecouteau

Préface

Fañch Morvannou

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Hugues Pentecouteau est né à Lorient en 1968. Est-il indifférent de naître dans une ville plutôt que dans une autre ? À Nantua (Ain) ou à Lorient (Morbihan) ? Le seul fait de naître ici ou là importe peu ; ce qui compte, outre les gènes, c’est le lieu où l’on passe les premières années de sa vie, les plus belles, celle de l’éveil et de l’émerveillement. C’est là que les vieux clichés fatigués reprennent leur sens : « la ville qui m’a vu naître », « la commune où il a vu le jour… ». Oui, il importe à l’auteur d’un ouvrage qui s’intitule Devenir bretonnant d’avoir grandi à Lorient plutôt qu’à Nantua.

2De nos jours, l’enfant des champs est élevé à peu de choses près comme l’enfant des villes. Assurément, le premier bénéficie d’un cadre champêtre et, si son père est agriculteur-éleveur, il a des chances de se familiariser tôt avec les animaux qui peuplent la ferme. Mais la nature qui l’entoure est loin d’être entièrement protégée, et il n’a guère l’occasion de s’attendrir devant des poussins s’ils sont élevés en batterie. Il peut arriver que son odorat soit affecté par des effluves qui n’ont rien à voir avec les senteurs printanières. Il ne se rend plus à l’école à pied, il regarde la télévision peut-être autant que son camarade de la ville, téléphone fréquemment à sa tante qui habite à 500 km ; bien vite, il apprend à tirer parti des multiples ressources de l’ordinateur familial ; il connaît tout sur les marques de voiture et se rend fréquemment à la ville ; il lui arrive aussi de prendre l’avion. Sans doute, le petit citadin est-il davantage sollicité dans ses allées et venues par le spectacle de la rue, sans doute voit-il davantage de béton que d’arbres, mais est-il plus déluré que son camarade de l’arrière-pays rural ? Les différences s’estompent, l’uniformité (source de l’ennui) gagne du terrain…

3L’Orient se crée en 1666 sur la lande du Faouëdic, au débouché du Scorff et du Blavet formant rade. Lorient est comme la sœur cadette de Brest : nées toutes deux par la volonté du pouvoir central, ces villes sont l’une et l’autre tributaires de la manne d’en-haut, soit pour en bénéficier, soit pour en être privées. Lorient et Brest, deux villes françaises tirées au cordeau, reconstruites au cordeau ; même sous-préfecture, même église Saint-Louis, mêmes noms de rues en souvenir des gens d’armes et de mer, Brest ne s’arrogeant comme supplément que la préfecture maritime avec, de surcroît, quelque chose de la sévérité de son arrière-pays léonard. Posé comme un domino sur la lande vannetaise, Lorient, tout comme Brest, conserve les noms bretons de ses quartiers : aux Kerangoff, Kerargaouyat, Kergaradec, Kergonan brestois répondent en écho les Keroman, Kergroise, Kerentrech, Keryado lorientais. Lorient est peuplé des descendants des premiers travailleurs du Bas-Vannetais et de la proche Cornouaille qui, à partir du milieu du XVIIe siècle, affluèrent sur les chantiers qui réclamaient une abondante main-d’œuvre ; d’autres prirent la mer qui s’ouvrait à l’aventure.

4Chaque ville a ses caractéristiques topographiques bien à elle, le cadre que la nature lui a fixé. Il en va de même pour tout territoire rural homogène. La ville, comme le territoire, a aussi sa géographie humaine, qui est sur elle l’empreinte de l’homme et des générations ; contribuent à cet humanisme des villes toutes les influences qu’elles reçoivent, concomitantes ou successives, strates humbles ou glorieuses qui forment l’homme spécifique de chaque cité. La sueur des obscurs et des sans-grade, les réalisations matérielles ou intellectuelles de l’architecte et du penseur, la rencontre ou le choc des cultures, tout contribue à donner à chaque ville sa signature unique, sa griffe propre. Chaque cité a ainsi sa mentalité, son air, sa tonalité. C’est la raison pour laquelle un individu se plaît davantage dans une ville que dans une autre : il peut s’agir de la ville de son enfance, mais ce n’est pas toujours le cas. On voit des gens se trouver heureux dans des cadres urbains rectilignes et monotones, tels les Corons du Nord, ou une ville comme Saint-Étienne… Le voyageur pressé n’a qu’une hâte, déserter ces lieux qu’il trouve sans grâce et sans âme ; l’homme du cru, lui, trouve plaisants ces longs alignements où chaque angle de rue a pour lui une histoire.

5L’air qu’on respire à Lorient est un air non seulement marin, mais breton, le français qu’on parle en ville n’enlevant rien à la chose. À la différence de Brest, la mer pénètre dans Lorient qui est ainsi de plain-pied avec elle. Malgré le béton, Lorient est une ville riante ; à cela s’ajoute parfois le soleil, souvent plus généreux sur cette côte sud de la Bretagne. Le Scorff sépare Lorient de Lanester : un seul pont sur la rivière unit entre elles la première et la troisième ville du Morbihan. Sœurs jumelles et rivales, Lorient et Lanester forgent ensemble, de leur mentalité complémentaire, un même esprit lorientais, qui s’étend à toute l’agglomération. Du reste, dans toutes ces choses de l’esprit, on a affaire à une perméabilité considérable. C’est ainsi que Lorient, ville française, est aussi une ville bretonne et vannetaise. À l’est de Lanester, on est déjà à la campagne : avec le quartier de Locunel, des chapelles Saint-Guénaël et du Resto, on retrouve la tonalité générale du Vannetais. Puis, c’est bientôt Hennebont, si proche de Lorient, si différente aussi, vieille ville chargée d’histoire bretonne qu’elle est, en même temps que cité moderne avec une riche mémoire ouvrière, qui est ici un stigmate. Tous les étés, c’est à Lorient que la celtitude tient ses assises sonores, avec le Festival interceltique, dont la rumeur joyeuse remplit toute la ville : toutes les musiques et les groupes des pays celtiques s’y donnent à entendre et à voir ; on dirait un grand pardon breton qui durerait toute une semaine.

6Un écolier de dix ans qui arpente sa ville commence à s’intéresser aux noms des rues. Ces derniers sont une mine inépuisable sur la mémoire de la cité. À tenir le haut du pavé, il y a, sans conteste, les « grands hommes » (dont quelques femmes), avant les oiseaux, les arbres, les villes ou les bourgades voisines, les pays étrangers, les victoires militaires… À Lorient comme partout, on réserve quelques bonnes places aux « enfants du pays », ceux que « la ville a vus naître » (nous y voilà !), puis aux célébrités nationales, à celles qui ont rendu visite à la cité (ou à la province), qui ont contribué à sa création, à sa prospérité, à sa défense ; syndicalistes et résistants sont à l’honneur, comme il se doit. Si notre écolier est lorientais, et qu’il soit curieux, il cherchera peut-être à savoir qui sont Brizeux, Jules Simon, Ernest Hello, Jean-Pierre Calloc’h…

7Jules Simon (1814-1896) est le pseudonyme d’un dénommé Suisse, dont les prénoms étaient Jules-François-Simon. Professeur de philosophie, écrivain, homme politique (il fut ministre de l’Instruction Publique), académicien, Jules Simon, comme Victor Hugo, était né d’un père lorrain et d’une mère bretonne. Ses souvenirs d’enfance (« le moins ennuyeux de ses ouvrages », note un critique, non sans quelque cruauté) se répartissent en plusieurs titres : Premières années, Mémoires des autres, Derniers mémoires des autres… De 1818 à 1825, il vécut avec les siens à Saint-Jean-Brévelay, où son père occupa un poste de modeste fonctionnaire. Jules Simon ne doit presque rien à Lorient ; en revanche il est intarissable sur ce chef-lieu de canton de l’intérieur des terres. Parlant des enfants du bourg, il écrit : « Je contrastais étrangement avec ces petits sauvages. J’étais aussi soigné, lavé, brossé, peigné qu’ils étaient sales ou abandonnés. Nous nous entendions à peu près, dans une sorte de langage composite où il entrait un peu de breton, un peu de français et beaucoup de mimique. J’étais, sans m’en douter, le principal propagateur de la langue française dans le bourg de Saint-Jean-Brévelay… On parlait breton dans tout le pays. On ne se servait pas d’autre langue. Les sermons, le dimanche, étaient faits en breton. Le curé faisait les annonces dans les deux langues, mais personne, excepté nous, ne savait un mot de français. D’un autre côté, nous ne savions pas un mot de breton. Nous en apprîmes quelques bribes à la longue […] Les bourgeois qui ne parlaient pas breton étaient suspects par là même » (Premières années, p. 16-17, p. 45). Cependant, contrairement à ce que fait observer l’un de ses biographes (Léon Séché) : « son plus grand bonheur était de parler breton avec Renan » (Jules Simon, Paris, 1903, p. 11), Jules Simon n’alla jamais plus loin que ces « quelques bribes » dont il est question ci-dessus. Il le dit lui-même expressément, en évoquant ses souvenirs de candidat à une élection dans le Trégor en 1845 :

Je me trouvai isolé (…), parce que je ne connaissais pas la langue du pays qui est le bas-breton (…) Un candidat qui ne savait pas le breton était comme un Français qui serait allé soutenir une candidature en Angleterre, sans savoir un mot d’anglais (…) La plupart du temps il fallait parler breton. J’écorchais quelques mots avec une prononciation barbare : on s’efforçait, par politesse, de ne pas sourire.(Ibid., p. 319-324).

8La langue bretonne, et la boue bretonne, seront bientôt perçues, d’abord par les voyageurs ou par les non-Bretons venus s’établir en Bretagne, puis par les Bretons eux-mêmes, comme les deux stigmates les plus voyants de la malédiction tombée sur « cette pauvre Bretagne » (Victor Hugo, 1836). Jules Simon parle à nouveau de sa campagne électorale dans les Côtes-du-Nord :

Des groupes de deux ou trois maisons qui n’étaient reliés au reste du monde que par des sentiers à peine tracés. On m’avertit qu’il faudrait souvent mettre pied à terre et conduire les chevaux par la bride. Ne le savais-je pas ? On me traitait en Parisien, oubliant que j’avais passé toute mon enfance à marcher dans l’éternelle et inextricable boue des chemins bretons. Je les connaissais avec leurs fondrières, leurs roches qui, tout à coup émergent du sol, leurs mares que le soleil le plus ardent ne parvient pas à tarir et dans lesquelles on enfonce jusqu’aux genoux. (Ibid., p. 315-316).

9C’est cette Bretagne que Flaubert visite à peu près au même moment (1847) :

Le paysan breton va retrouver sa galette de sarrasin et sa jatte de bouillie de maïs cuite dont il se nourrit toute l’année, à côté des porcs qui rôdent sous la table et de la vache qui rumine là sur son fumier, dans un coin de la même pièce (…) Il se resserre étroitement dans la famille, à son foyer, auprès de son recteur, aux pieds du saint de son église, et il y concentre tout son cœur qui, condensé sur lui-même, se double d’énergie (…) Quoique ne parlant pas le français, on y vit donc là tout de même, on y dort, on y boit, on y fait l’amour et on y meurt tout comme chez nous ; ce sont aussi des humains que ces êtres-là. (Par les champs et par les grèves, Paris, Belles-Lettres, 1948, t. 1, p. 284, p. 285).

10Jules Simon est de la même culture que tous ces hommes de lettres qui voyagent en Bretagne dans la première moitié du XIXe siècle : Michelet, Victor Hugo, Mérimée, Stendhal, Flaubert… Comme eux, il jouit d’une honnête aisance matérielle, et comme plusieurs d’entre eux, d’une position sociale en vue. Comme c’est l’usage, c’est alors qu’il est sur le déclin que l’homme rédige ses souvenirs d’enfance : cet âge est propice aux bilans, comme à la nostalgie qui confère aux jeunes années tous les charmes et quelque embellissement. Républicain, anticlérical, Jules Simon conserve pour la langue bretonne un réel respect, empreint parfois d’un amusement attendri quand il met en scène des prêtres. Avant d’être admis à l’École normale supérieure, il fut élève au collège de Vannes, tenu par les prêtres du diocèse :

Tous ces prêtres étaient d’anciens paysans. On l’aurait deviné à leurs manières ; on le sentait dans leur langage, ce qui était malheureux pour nous. Ils parlaient le français correctement, comme on parle une langue étrangère. Ils pensaient en bas-breton. L’abbé Ropert, l’abbé Gaudin s’en excusaient ; l’abbé Le Baille s’en glorifiait. Il disait que le breton était une langue plus ancienne et plus énergique que le français. Il nous en faisait admirer les beautés, ce qui ravissait la plupart de nos camarades, dont le français était fort défectueux. (Premières années, p. 80, p. 82-83).

11Né à Lorient lui aussi, Brizeux est plus connu qu’Ernest Hello. Tout le monde se souvient qu’il fut l’élève de l’abbé Le Nir à l’école presbytérale d’Arzano. Il est bien possible qu’avant d’entrer au collège de Vannes à 13 ans il ait noué une idylle champêtre avec une jeune paysanne de là-bas, et cette dernière serait peut-être l’héroïne de Marie, qui est avec Les Bretons, son œuvre la plus connue, mais toutes les deux elles sont bien passées de mode, y compris les quelques vers bretons que Brizeux confia à l’édition.

12Les ouvrages d’Ernest Hello sont passés de mode eux aussi, mais pour d’autres raisons. Fils de magistrat, avocat lui-même, Hello fut journaliste, et philosophe de surcroît. Il voulut – rude tâche – faire pièce à un autre Ernest, son contemporain et compatriote breton, Renan, dont le scientisme mettait à mal la foi catholique. Les écrits d’Hello, notamment son essai Philosophie et athéisme, gardent la trace de son combat, mais « l’auteur (de cet ouvrage) passa dans les rangs des catholiques eux-mêmes pour un illuminé et tout fut dit » (J. Vier, Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, t. II, p. 140-141). Hello était bien breton par son nom (diminutif affectif d’un ancien hael, « généreux » ; variantes : Helleu, Helou, Hellou…), et par l’ardeur de sa foi catholique, une foi catholique, qui, à son époque, caractérisait l’immense majorité des Bretons. Les écrits d’Hello retrouveront-ils des lecteurs ? Une fois déposées les scories dues au temps, les pages brûlantes du penseur lorientais pourraient apaiser bien des cœurs que tourmente l’inquiétude religieuse.

13Né en 1888, Jean-Pierre Calloc’h, à 11 ans, quitta définitivement son île natale de Groix pour le petit séminaire de Sainte-Anne-d’Auray, dans le dessein de devenir prêtre. Dans cet établissement, il eut peut-être l’occasion de lire Hello, ou plus tard au grand séminaire de Vannes, où il entra en 1903. À son corps défendant, Calloc’h dut renoncer au rêve de sa toute première jeunesse, le sacerdoce. Il n’en conserva pas moins une foi catholique intransigeante, qui est passée intégralement dans son recueil de poèmes écrits en breton vannetais, Ar en deulin (À genoux). Ces vers, écrits dans une langue très châtiée, sont d’une grande élévation spirituelle. Édités – et réédités – dans une présentation bilingue, ils sont accessibles à tous, sans pour autant être agréés de tous. Calloc’h fut un ardent régionaliste, version « Catholique et Breton toujours », tournant le dos à une République qui, au début du siècle dernier, se montrait davantage laïciste qu’authentiquement laïque. Calloc’h s’est couvert de gloire en mourant au combat : c’était le 10 avril 1917.

14Louis Henrio (1879-1953), Loeiz Herrieu de sa signature vannetaise, était né aux portes de Lorient, sur le territoire de l’actuelle commune de Lanester (détaché de Caudan en 1909). Maraîcher comme son père (il est fils unique), il livre en ville tous les matins les produits du terroir, mais son esprit, tout son être, sont tournés vers le Vannetais paysan et bretonnant. Du reste, aux abords de Lorient on parle breton, tout comme dans bien des quartiers de la ville. Henrio a l’arsenal de Lorient sous les yeux ; lui-même a passé cinq années dans la Marine nationale, comme engagé volontaire, mais son cœur et ses pas le ramènent constamment vers l’enclos bretonnant. Conscient des menaces qui planent déjà sur la langue, il lance en 1905 un mensuel entièrement rédigé en dialecte vannetais, Dihunamb (« Réveillons-nous ») : ce périodique paraîtra jusqu’en 1944, moins les années de la Grande Guerre, qu’Henrio fait de bout en bout. Exproprié de son exploitation de Lanester, il en acquiert une autre sur la partie rurale de la commune d’Hennebont. Victime de ses choix politiques durant la période d’Occupation, Louis Henrio connaît une fin de vie douloureuse.

15Tous les noms qui précédent ont à voir avec la langue bretonne, parfois de loin, comme c’est le cas d’Ernest Hello, qui ne l’a pas cultivée, si tant est d’ailleurs qu’il la connaissait. Jusqu’à Calloc’h et Henrio, le breton (parmi les noms cités) est objet de description, parfois d’intérêt ; chez certains (Hugo, Mérimée), le mépris est affiché. Renan, bretonnant de naissance, envisage sans émoi l’extinction de la vieille langue celtique, quand il écrit à son ami breton Narcisse Quellien, le 30 juillet 1879 : « Un idiome a toujours assez vécu quand il a été aimé et que de bonnes études philologiques ont fixé son image pour la science » (Charles Trémel, dit Jarl Priel, Va zammig buhez (« Mon petit bout de vie »), Brest, Al Liamm, 1975, p. 17). En 1838, le vicaire de Séné, Joachim Guillôme, publia une grammaire bretonne, dans la préface de laquelle il prédisait au breton une espérance de vie de 400 ans : le prêtre morbihannais se rangeait dans le camp des optimistes et des lutteurs. En 1870, fut présentée une première « Pétition en faveur des langues provinciales »; l’un des signataires pour le breton était Charles de Gaulle, grand-oncle du général. Un autre camp se mettait en place, dans lequel prenaient place ceux qui voyaient dans la langue bretonne un obstacle à l’unité nationale, au progrès des Lumières, à la liberté qui affranchit les peuples… Yves Le Febvre est l’un des glorieux généraux de cette armée d’adversaires du breton : ils encerclent le sanctuaire, assiégé comme une église romane fortifiée du Xe siècle dans laquelle se sont réfugiés les fidèles à l’abri des assauts de ces nouveaux Vikings. Dans le journal qu’il rédige, Yves Le Febvre, fervent Breton par ailleurs, houspille la langue bretonne, « cette vaincue qui n’a pas su créer un chef-d’œuvre et qui va nécessairement s’effacer comme s’effacent et meurent les vieilles choses usées » (Pensée bretonne, 15 janvier 1920).

16La francisation totale du peuple bretonnant va s’étaler sur presque tout un siècle. Elle se fera essentiellement par le moyen de l’école obligatoire. Vaincue dans le peuple, la langue bretonne n’a pas vécu pour autant. Le long combat pour la défense et la promotion de la langue bretonne a vu naître une catégorie nouvelle, l’escouade de ceux qui font profession de parler breton (ce qui implique de rejeter l’emploi du français chaque fois que la chose est possible), et qui s’appellent eux-mêmes les « bretonnants » (ar vrezhonegerien) ; on dit parfois les « bretonnantistes », qui est sans doute un terme meilleur, car les usagers native-speakers du breton sont aussi des bretonnants, mais en aucune façon des militants de la langue bretonne, ce que sont précisément les bretonnantistes : ces derniers font le choix d’apprendre le breton et de le parler, parce que tel est leur bon plaisir, parce que leur bonheur de vivre passe par là. Tels sont les individus auxquels Hugues Pentecouteau a consacré sa thèse : Devenir bretonnant, Construction de l’accès à la langue chez les nouveaux locuteurs, thèse qui est la matrice du présent ouvrage.

17À quelle époque le breton a-t-il commencé à devenir l’objet d’une passion amoureuse ? Quand a démarré la croisade bretonnantiste ? Une même passion bretonnante anime tous ceux qui sont entrés en religion bretonne. C’est bien de cela qu’il s’agit en effet : on entre en religion bretonne comme on entre en religion tout court. Le monde des bretonnantistes, c’est nettement plus qu’un club, où il y entre bien de la fantaisie, même si l’on y occupe utilement ses loisirs. L’univers des bretonnantistes, c’est une chevalerie, une troupe scoute, un ordre religieux ; un même feu dévore les amoureux de la langue, pour laquelle on se bat, comme pour la conquête d’une belle. Le titre d’une méthode de breton : C’hwi vo brezonegerien (« Vous serez des bretonnants ») rappelle ceux d’opuscules jadis distribués dans les écoles catholiques : Tu seras apôtre, ou : Tu seras prêtre, mon fils. C’est qu’en effet on pénètre dans le monde des bretonnants comme on entre au noviciat, à la suite d’un appel, d’une vocation, à laquelle on répond tout joyeux, en renonçant à tout le reste : on a trouvé sa perle précieuse, son trésor…

18Mais tout le monde n’a pas la vocation, ce dont, du reste, se désolent les bretonnants. Il faut avoir été touché par la grâce, celle que désirent les bretonnants à tous ceux qui vivent en Bretagne : ils aimeraient tant que tout le monde parle breton ! La grâce bretonne, comme la grâce divine, opère des conversions. La conversion, pour un locuteur de langue française, consiste à passer à l’état de locuteur de langue bretonne, ou encore, comme l’écrit Hugues Pentecouteau, à l’état de devenir-bretonnant (cette dernière expression, forgée par lui, est un nom, par substantivation de l’infinitif « devenir », comme lorsqu’on dit « un être animé »). La conversion inscrit l’être dans un projet, celui de devenir ce qu’il n’est pas encore, à savoir un bretonnant. C’est un projet radical ; il s’agit de tourner le dos à une situation antérieure, celle où l’on ne savait pas le breton, ou bien celle où l’on en était simplement un usager, par habitude, sans attachement particulier, celle encore où l’on avait oublié le breton, délaissé, tenu pour négligeable, méprisé… La conversion au breton crée un choc bénéfique, s’accompagne d’une lumière entièrement nouvelle sur la langue, génère un bien-être qui dynamise et rend volontiers prosélyte. Tout converti brûle de répandre le feu intérieur qui l’anime. La conversion métamorphose en même temps qu’elle crucifie : le nouveau locuteur se demande comment il a pu vivre si longtemps sans le désir et sans la possession de la langue bretonne. Il peut se culpabiliser de n’avoir rien fait pour le breton jusque-là. Il peut aussi en vouloir à ses parents, à l’État, à ses maîtres… de lui avoir interdit, ou de ne lui avoir pas facilité l’accès à la langue. Il jure de se rattraper.

19Pour les plus résolus, l’entrée en langue bretonne, en religion bretonne (encore une fois, comme on entre en séminaire, au monastère) veut être le miroir antithétique de ce que fut l’entrée en langue française de milliers de bretonnants depuis l’école obligatoire. Le français a été rendu aimable et nécessaire. Qu’il en soit de même pour le breton ! Roparz Hemon, qui est le plus connu et le plus contesté des néo-bretonnants, martèle des mots d’ordre sans appel :

Nous pouvons nous passer du français (…) Entre le breton et le français, il faut choisir (…) Le breton pour nous, c’est la liberté, le français, l’esclavage (…) Tuons le français ou le français nous tuera (…) Que chacun de nous ait à cœur de désapprendre le français, de lutter contre lui en tous lieux et en tous temps. (Passages traduits de Eur Breizad oc’h adkavout Breiz, « Un Breton qui retrouve la Bretagne », 1931).

20Précisément, une telle invitation-sommation est-elle aimable ? Les nouveaux locuteurs sont loin de tous partager les vues extrêmes du maître à penser du nationalisme linguistique qu’est Roparz Hemon, d’autant moins que ces vues reposent sur un non-dit, celui d’être en réalité un objectif politique. Beaucoup de néo-bretonnants n’admettent pas qu’une langue, fût-elle le breton, soit l’instrument d’une visée politique (en l’occurrence l’autonomie ou l’indépendance de la Bretagne). Chez le grand nombre prévaut le désir de retrouver des racines, de « pouvoir parler breton avec le grand-père », de se forger une identité (la bretonne, parmi bien d’autres), de goûter avec d’autres le bonheur de parler breton… Au demeurant, tous les nouveaux locuteurs ne persévèrent pas : quelques mois, quelques années paraissent suffisantes à plus d’un pour capter l’héritage, et l’intégrer à d’autres découvertes. Ceci dit, le nationalisme breton, sous sa version et sous sa couverture linguistique, comporte toujours un noyau dur de néo-bretonnants qui sont, eux, des disciples inconditionnels de Roparz Hemon.

21Pour tenter de répondre à la question posée plus haut : « Quand a-t-on commencé à aimer le breton d’un amour-passion ? », il faut admettre des degrés dans cet amour, lequel n’est pas, ni n’a été, également dévorant chez tous. Lorsque Yann Lagadeg, alias Jehan Lagadeuc, compose en 1464 son lexique breton-latin-français (qui s’appellera le Catholicon), c’est sans doute pour aider les « pauvres clercs » de Bretagne dans leurs études, en partant de leur parler maternel, mais une telle entreprise ne va pas sans un certain amour de la vieille langue. Quand dom Louis Le Pelletier, né au Mans en 1663, et devenu bénédictin en Bretagne (Redon, Saint-Gildas-de-Rhuys, Locmazé-de-Fine-Terre, Landévennec) entreprit de composer son Dictionnaire étymologique de la langue bretonne, n’entrait-il dans cette démarche que de la curiosité scientifique chez un mauriste érudit ? Le P. Maunoir (1606-1683) peut être considéré comme étant l’un des précurseurs des néo-bretonnants. Né en Bretagne mais dans la zone romane, il ne sait pas le breton quand il arrive à Quimper en 1630. Cependant, il en a besoin pour son apostolat auprès du peuple de Basse-Bretagne. D’après ses dires, il l’apprend en quelques jours. Il peut donc réévangéliser les Bretons au XVIIe siècle, comme saint Corentin les avait évangélisés au VIe, et dans la même langue que lui. Le breton est pour Maunoir une langue sainte, puisqu’elle a servi à saint Corentin et qu’elle lui sert à lui-même pour annoncer l’évangile. Le jésuite Maunoir est une référence intéressante, car, loin de porter le breton comme un stigmate (puisqu’il ne l’a pas eu comme langue maternelle), il en assure à sa façon la promotion, en rédigeant une grammaire, en codifiant l’orthographe, en composant catéchisme, cantiques, poésies saintes…

22François Vallée (1860-1949) fit paraître en 1944 ses Eñvorennou eur brezonegour (« Mémoires d’un bretonnant »), c’est-à-dire d’un bretonnantiste. C’était bien la première fois sans doute où un mémorialiste affichait, dans le titre même de son ouvrage, sa qualité de militant de la langue bretonne. Vallée semble être entré très tôt en religion bretonne. Fils d’un petit industriel du Trégor, le jeune François fut évidemment élevé en français. Mais les employées de maison parlaient breton entre elles, et aussi les ouvriers de l’usine, exactement comme ceux de l’atelier du père de Max Jacob à Quimper à la même époque. Dès qu’il eut découvert le jardin secret de la langue, Vallée s’y laissa enfermer et ne connut pas d’autre passion que celle qu’il nourrit toute sa vie durant pour le vieil idiome ancestral. Grammairien, lexicographe, ce petit homme maladif et opiniâtre se fit professeur de breton, le premier qu’on ait jamais vu, dans l’établissement secondaire où il avait lui-même fait ses études. Il se fit aussi journaliste, fondant et dirigeant pendant plus de vingt ans l’hebdomadaire Kroaz ar Vretoned (« La Croix des Bretons »), supplément en langue bretonne de La Croix des Côtes-du-Nord. Un érudit au cœur pur, un authentique amoureux de la langue.

23Duquel ou desquels de leurs devanciers amoureux du breton les néo-bretonnants rencontrés par Hugues Pentecouteau sont-ils les descendants ? D’aucun peut-être, tout au moins de manière consciente. La « cause du breton » est dans l’air du temps, même s’il est certain que le breton est une religion qui compte plus de croyants que de pratiquants. La quantité considérable d’interviews réalisées, classées et analysées par Hugues Pentecouteau ouvre la porte sur un monde méconnu, ces néo-bretonnants très déterminés, attachants parfois, déconcertants aussi, qui ont placé l’utopie comme fondement de leur agir. L’enquête et le travail personnel de Hugues Pentecouteau mettent à la disposition du chercheur, notamment celtisant, un corpus précieux qui lui vaut la reconnaissance de la communauté scientifique : dans le vaste champ de la connaissance, ce jeune sociologue a défriché avec science et conscience la part qui lui incombait.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540