Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Devenir bretonnant

 | 
Hugues Pentecouteau

Remerciements

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Je n′aurais jamais pu écrire ce livre sans les encouragements d′un grand nombre de personnes. Que ceux qui m′ont aidé trouvent ici une expression du plaisir que j′ai eu à échanger avec eux.

2L′origine de ce livre est une thèse de troisième cycle en sociologie, soutenue à Brest en 1999. C′est Anne Guillou qui a dirigé ce travail. Elle m′a aussi permis de faire de la recherche et d′enseigner à l′Université de Bretagne Occidentale. C′est encore elle qui m′a conseillé de publier cette thèse. Sans son soutien, dès le DEA, je n′aurais probablement pas fait le même parcours. Car le chemin est long, sinueux, et parsemé d′embûches. Elle m′a permis d′emprunter certaines passerelles.

3Je voudrais remercier Jean-Manuel de Queiroz pour m′avoir encouragé à écrire ce livre. Pendant plusieurs mois, il m′a accompagné en m′offrant de nombreuses suggestions. Merci à Jean-Yves Trépos pour la générosité offerte à des moments cruciaux et pour les critiques qu′il m′a faites avant la publication d′un article, qui est devenu le deuxième chapitre de ce livre.

4Mes remerciements vont également à mon éditeur, Pierre Corbel, qui a cru en ce livre en manifestant ses encouragements à plusieurs reprises.

5Merci à mes collègues du département de sociologie qui m′ont conduit à travailler « le regard sociologique », ainsi qu′à mon ami Omar Zanna.

6Tous mes remerciements et mon affection à Philippe Lacombe, pour ses conseils précieux.

7Merci à Ronan Calvez, ainsi qu′à Jean Le Dû qui ont toujours été disponibles l′un et l′autre pour commenter ma démarche.

8Je voudrais remercier particulièrement Fañch Morvannou, pour les sentiments d′amitié qu′il a exprimés, et pour avoir toujours cru que ce travail « en valait la peine ».

9En écrivant ces centaines de pages, j′ai pensé à ceux qui m′ont permis d′apprendre leur langue, à mes amis « nouveaux locuteurs », à ceux qui m′ont fait rencontrer des interlocuteurs, et bien entendu à Antoine, Lizig et les autres dont je garde les paroles sur des dizaines de bandes magnétiques.

10Le terme de « remerciements » ne semble pas tout à fait approprié quand il s′agit de la femme qui partage ma vie, et de mes filles. Leur présence, leurs rires, les cris des enfants ont accompagné, avec bonheur, l′écriture de cet ouvrage.

11Je dédie ce livre à ma sœur Sabine.

12Ce livre est aussi un peu celui de Frédérique Charrier qui a lu et relu les dernières épreuves.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540