Version classiqueVersion mobile

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Conclusion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1On connaît bien maintenant, grâce aux travaux de L. Roussel et O. Bourguignon (1976), A. Pitrou (1978) et J. H. Déchaux (1994), le caractère décisif des liens entre parents et enfants adultes. L’importance des échanges avec les beaux-parents s’inscrit dans ce cadre. Ces échanges sont précoces dans la mesure où, dans la majorité des cas, le délai entre la rencontre du conjoint et celle des beaux-parents est très court. Ils prennent de la consistance en particulier avec la venue des petits-enfants ; ceux-ci accentuent d’ailleurs les facteurs d’entente et de mésentente entre les différents protagonistes.

2La relation entre belle-fille et beaux-parents est obligée, inévitable, même si la contrainte est dissimulée derrière un discours la présentant comme « naturelle ». Elle résulte d’une démarche de respect filial vis-à-vis de l’être aimé et de l’espoir de la réciprocité de cette démarche. Le sentiment d’obligation existe sans doute à un moindre degré à l’égard des frères et sœurs, cousins et cousines, oncles et tantes… du conjoint. La parenté semble s’organiser en cercles dont les (beaux-) parents seraient le centre.

3La relation entre belles-filles et beaux-parents connaît, comme les autres relations de famille, le déclin de la ritualisation : rejet de tout protocole lors de la première rencontre et des présentations aux beaux-parents, revendications de souplesse dans les échanges confirment les constats établis par F. de Singly au sujet de l’évolution de la famille contemporaine. Les critères de gratuité, de liberté et la valorisation de l’affectivité dominent la sphère de la vie privée (F. de Singly, 1993).

4La relation affine reste pourtant la plus formalisée des relations de famille. Le respect d’usages et de règles exprime la petite distance propre à cette relation (une distance qui parfois repose) et est entretenu par souci de clarté, pour éviter toute ambiguïté, et dans le but de faire respecter ses « territoires ». Cette précaution est conçue comme une garantie de protection en retour.

5Dans plus d’un cas sur deux, la relation entre belles-filles et beaux-parents est plutôt positive mais teintée d’un certain pragmatisme. La modalité la plus répandue est une relation sans état d’âme, modérée, où chacun s’efforce, mais sans excès de zèle, de jouer le jeu de la parenté et où prévaut un certain réalisme. « On a toujours été bien ensemble. Parce que, dans un sens ou dans l’autre, dans la vie, on a toujours besoin de quelqu’un. Il ne faut pas faire la mauvaise tête, on a toujours besoin les uns des autres. » (Mme Clark)

6Chacun fait de nécessité vertu. La relation avec les beaux-parents, dans ce cas de figure, n’est pas sans rappeler la relation avec les collègues de bureau : une relation incontournable, ni trop positive, ni trop négative, n’autorisant ni un entier détachement, ni une position fusionnelle, où chacun fait en sorte que « ça se passe bien ».

Facteurs de tensions et facteurs d’entente

7Cette dominante n’empêche pas que, parfois, cette relation soit investie de sentiments forts, en positif ou en négatif, et très marquée affectivement. La bonne distance se construit aussi sur d’autres critères.

8Par ordre d’importance, les facteurs orientant vers la mésentente, le conflit, les tensions sont les suivants :

  1. un mari trop « fils », c’est-à-dire jugé trop permissif envers sa famille d’origine et trop censeur à l’égard de sa femme. La pérennité d’un couple est parfois mise en péril par des relations difficiles avec la belle-famille, en particulier lorsqu’elle met en défaut le primat du conjugal. La tolérance des belles-filles à l’égard des débordements affins dépend moins de l’ampleur de ces derniers que de la possibilité de parvenir à un accord sur ce thème avec le conjoint. L’impossibilité à dire en privé ses éventuels désaccords est le plus sûr moyen de favoriser la sédimentation des rancœurs.
  2. La dépendance matérielle et/ou financière envers les beaux-parents rend dépendante la belle-fille et interdit aux deux parties de se considérer sur un pied d’égalité. Le sentiment de dette peut alors exercer une pression trop forte et entacher les relations.
  3. Lié au point précédent, l’appartenance sociale, et notamment l’écart entre l’origine sociale des uns et des autres, peut avoir des effets contrastés : une personne d’origine modeste peut se sentir trop redevable vis-à-vis de beaux-parents bien plus aisés qu’elle ; en revanche, l’appartenance à un statut social plus élevé que le leur fait des belles-filles plus exigeantes et moins investies dans leurs relations par alliance si elles sont sensibles à cet écart de milieux.

9Inversement, d’autres critères favorisent l’entente entre parents par alliance.

  1. La constitution d’un accord, tacite ou explicite, dans le couple sur la place à accorder à chacun des membres de la parenté et sur la façon de (re) construire une hiérarchie entre relations filiales et conjugales. L’existence d’un accord conjugal sur une telle définition comporte des enjeux identitaires importants : elle rassure chaque membre du couple en lui prouvant l’importance de son rôle en tant que conjoint (e), la consistance de l’équipe conjugale et l’égalité de ses membres.
  2. La recherche d’aspirations frustrées dans sa propre famille d’origine entraîne un plus grand désir de s’investir dans ces relations nouvelles – encore faut-il que ces attentes soient comblées. Le lien filial participe d’une dynamique des relations avec les beaux-parents, considérés alors comme une seconde chance.

Un certain déplacement

10Les relations par alliance sont-elles plus faciles aujourd’hui ?

11Par certains aspects, on pourrait croire que les problèmes avec la parenté par alliance se sont estompés. Certaines causes de frictions ont quasiment disparu : la cohabitation intergénérationnelle se fait rare, (même s’il ne faut pas sous-estimer l’existence de quelques retours à la cohabitation du fait des difficultés économiques des jeunes). L’indépendance entre générations s’est accrue grâce à l’intervention d’autres institutions dans les affaires privées (école, médecine…) et aux aides publiques, libérant les aspirations à l’autonomie qui modèlent les normes actuelles d’échange dans la parenté (J. H. Déchaux, 1996). Ce schéma s’étend aux relations affines.

12Les difficultés qui demeurent entre affins puisent à de nouvelles sources et prennent de nouvelles formes : elles sont retraduites en problèmes affectifs et identitaires. L’investissement dans le couple est extrêmement fort. Le fort taux de divorces ne doit pas nous faire oublier que le couple est une institution quasi-sacrée, qu’il soit ou non entériné par le mariage. Un tel poids donné au conjugal rend suspecte toute forme de dépendance avec les parents.

13Or l’indépendance entre parents et enfants est relative.

14Le patrimoine économique joue un rôle moindre dans les sociétés contemporaines au profit de l’école et des titres scolaires qui jouent un rôle croissant dans la fonction de reproduction sociale. P. Bourdieu montre que tenter de se maintenir (ou de « progresser ») dans l’échelle sociale d’une génération à l’autre reste un objectif communément partagé par nos contemporains. Les modes de transmissions ont changé, mais la permanence de la fonction de reproduction des statuts sociaux reste une réalité. Ce qui n’est pas sans impliquer une pression forte de la part des parents sur leurs enfants, même adultes.

15Ensuite, les formes éducatives ont changé. Depuis longtemps déjà, dans les classes moyennes notamment, prévaut la pédagogie libérale qui privilégie l’autonomie et l’épanouissement individuel et conteste le recours à l’autorité. Toutefois, il existe d’autres formes d’expression de son pouvoir de parents et « les ruses totalitaires de la pédagogie libérale » qui s’efforce de « dissimuler la dissymétrie de pouvoir » sont désormais bien connues. « Le pouvoir pédagogique dans l’éducation libérale masque ses interventions sous les apparences séduisantes de l’affection » (F. de Singly, 1985b). On mesure sans doute assez mal les effets de telles dispositions au-delà de la période éducative. Autrement dit, que produit cette pédagogie sur les relations entre enfants devenus adultes et parents adeptes de ces théories éducatives ? Des échanges affectifs mais aussi toute forme de chantage sur le même mode. « L’autonomie dirigée » a sans doute des effets durables qui expliquent le retentissement conjugal des relations affines.

16Les problèmes ont été déplacés plus qu’ils n’ont été résolus.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search