Desktop versionMobile Version

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Quatrième partie. Famille et belle-famille

Chapitre XIII. Les beaux-parents « thérapeutes »

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

1L’institution familiale comprend « des fonctions “internes” notamment la contribution à la formation de l’identité des individus composant le groupe domestique » (F. de Singly, 1991a). En effet, certains enjeux dans l’établissement des relations avec les beaux-parents renvoient à des profits affectifs et identitaires. Plus précisément, les beaux-parents peuvent contribuer à valider l’identité personnelle et sont parfois requis pour permettre que soient atteints ou retrouvés une certaine stabilité et un certain degré d’estime de soi.

Les beaux-parents, une seconde chance ?

2Certaines personnes se sentent peu considérées par leurs propres parents et le perçoivent douloureusement. Ces parents ne reconnaissent pas en leur fille un « produit » de leurs valeurs et de leurs efforts de socialisation, ou tout simplement s’en désintéressent, accaparés par d’autres personnes ou d’autres pans de leur vie. Mme Cassandre s’est souvent violemment affrontée à sa mère, trop centrée à ses yeux sur les frasques de son frère et sa sœur, à son détriment. De même, les personnes ayant été très tôt orphelines vivent cette absence précoce comme une lacune voire un handicap. « De mon côté, il y a un manque » dit Mme Langelot qui a perdu très jeune à la fois son père et sa mère. La disparition d’un parent signifie la perte d’une source affective et identitaire considérable. Rares sont les études, aujourd’hui, qui présentent la famille comme une matrice pesante. Au contraire, les liens distants sont vécus comme une privation (A. Pitrou, 1992).

3L’hypothèse à ce niveau est la suivante : certaines femmes tentent d’être réhabilitées par leur belle-famille en réaction à un discrédit familial, un décalage ou une absence. Elles cherchent à compenser une relation défectueuse avec leurs propres parents. Il y a une relation entre l’histoire familiale originelle d’une personne et son investissement dans la relation affine, ses attentes vis-à-vis de ses beaux-parents, sa sensibilité aux regards qu’ils portent sur elle.

4De fait, nous constatons un fort investissement dans les relations avec les beaux-parents de la part de celles qui connaissent des difficultés relationnelles avec leurs parents et le vivent avec amertume. Plusieurs expriment leur recherche confuse, dans leur belle-famille, d’un substitut. Mme Gallet confie : « Il y a eu une coupure avec mes parents. […] C’est une question de couple de leur côté. Une mésentente… Ils étaient ensemble quand même, mais dans une situation de conflit perpétuel. Pendant longtemps, on a continué de se voir et puis ma mère, tout d’un coup, s’est coupée de tout le monde. Elle ne voulait plus voir personne. On s’est revues tout à fait occasionnellement. C’est d’autant plus pour ça que j’aurais aimé avoir une belle-famille où j’aurais été comme une fille, puisque justement, du côté de mes parents, il y a quand même eu des problèmes. » Mme Cassandre résume sa situation. « Ma mère m’excite ; ma belle-mère me repose ! » Ces personnes considérent leur belle-famille comme une seconde chance. Elles ne croient plus en leur famille, ne croient plus possible d’y « redorer leur blason » mais ne peuvent s’y résoudre. Elles attendent des beaux-parents une validation et une reconnaissance qu’elles n’ont pas obtenues dans leurs échanges filiaux. Que soient considérés comme pertinents les choix qu’elles ont faits – à propos de leur profession, leur conjoint, leur façon d’élever des enfants, leur mode de vie ou leurs goûts. Que soient validées leur place et leur identité par ces « autres significatifs » qui génèrent l’estime de soi et rassurent à propos de la considération d’autrui (G. H. Mead, 1963 ; P. Berger et P. H. Kellner, 1988).

5Mme Ballacey, orpheline de mère depuis l’âge de quinze ans, établit un lien de cause à effet entre ce deuil, cette perte et ses efforts pour établir une relation maternelle avec sa belle-mère. « En plus, moi, je n’ai pas du tout trouvé ce que je comptais trouver avec une belle-mère. Parce que moi, j’ai perdu maman à quinze ans. Alors quand mon mari… donc mon mari, sa famille et tout ça, je pensais trouver, peut-être pas une seconde maman, mais un petit peu. Et je n’ai pas trouvé ça du tout, du tout. » « J’attendais quelque chose d’elle puisque je n’avais plus ma mère. » Sa quête d’un référent maternel dans sa belle-famille s’est avérée être un échec.

6De leur côté, plusieurs beaux-parents observent de forts investissements de la part de leur gendre ou leur belle-fille. L’enquête menée auprès des parents montre que la belle-famille peut jouer le rôle d’une famille d’appoint. « Alexandre aussi me demande des conseils. Mais je pense que si son père n’était pas décédé, c’est à lui qu’il le demanderait » dit un homme de quarante-neuf ans, employé, à propos de l’ami de sa fille. « Ses parents sont divorcés donc il nous a considérés, quand il est venu, comme sa propre famille » dit un autre beau-père, enseignant, cinquante-trois ans. Une femme de cinquante ans, veuve, agent de service témoigne : « Ça a marché tout de suite. À la limite, il me demandait des conseils plutôt qu’à sa mère. Il m’aurait confié des choses, demandé des conseils. Et je me suis dit : Mais ce n’est pas vrai ! Qu’est-ce que je suis ! Je suis une mère spirituelle ou quoi ? (rire). Et j’ai trouvé ça tellement beau… Je me suis dit : j’ai un fils ! ».

7Côté beaux-parents aussi, les relations avec leurs beaux-enfants sont déterminées par leurs relations antérieures avec leurs propres enfants. Ce qu’ils ont projeté en eux a-t-il été réalisé ? Sont-ils des parents satisfaits ou déçus par rapport à ce qu’ils avaient investi en eux ? La belle-fille, le gendre, peuvent être des occasions de replacer leurs espoirs parentaux, de les renourrir. Ils peuvent représenter sinon un substitut de l’enfant absent ou décevant, du moins une occasion de se rattraper. Certains beaux-parents s’investissent plus dans leurs relations avec leur belle-fille que dans leurs relations parentales. On l’a vu avec Mme Lerbier, dans le chapitre précédent. Mme Lebars également se sent préférée à la sœur de son mari et en ressent une gêne à l’égard de cette dernière.

8La recherche d’une caution des beaux-parents renvoie à des réalités différentes. En quoi ceux-ci interviennent-ils dans la réhabilitation familiale ? Qu’est-ce qui amène certaines femmes à penser que la belle-famille peut leur être un apport et un secours ? En quoi ces discrédits familiaux sont-ils un moteur des relations affines ?

Les bénéfices directs et indirects

9Les beaux-parents sont susceptibles d’être thérapeutes à deux titres.

Des bénéfices directs

10En premier lieu, ils sont un apport affectif direct dans la mesure où ils rendent tout simplement possible une relation chaleureuse, régulière et qui repose de l’autre pôle familial qui, lui, est estimé déstructurant.

11Mme Cassandre décrit ce contraste. « J’ai une maman très envahissante, qui m’énerve. Bien plus que ma belle-mère. J’ai une belle-mère très réservée, indépendante, qui est Verseau. Elle est Verseau, je suis Verseau ; on se comprend tout à fait. Elle est très farfelue, très fantaisiste. Elle ne m’embête pas. Elle n’est pas toujours sur notre dos. Elle me convient très bien. Tandis que ma mère m’exaspère. Je ne la supporterais pas si c’était ma belle-mère. Elle me verrait trois fois moins si c’était ma belle-mère. Ma belle-mère me repose. Elle a ses défauts mais elle me repose. »

12Pour Mme Jean, sa belle-mère fut une confidente en de nombreuses occasions. Mme Jean se dit plus proche d’elle que de ses parents autoritaires et maladroits. Elle nourrit à son égard un sentiment tendre, mi-admiratif, mi-amusé et la décrit comme une femme courageuse, persévérante et bavarde. La première scène de confidence où se sont révélés le tempérament de sa belle-mère et la nature de leurs relations futures fut l’annonce de la venue (précoce et accidentelle) d’un enfant. « Bien que le mariage était annoncé en 1973, en juillet, je me suis retrouvée enceinte avant. Pour moi, ça a été une catastrophe parce que je ne voyais pas comment l’annoncer à mes parents. Je savais que ça allait mal se passer. Par contre, ma belle-mère… J’étais vraiment très malheureuse à ce moment-là. On se demandait comment l’annoncer à la mère de Patrick. Et alors (gros soupir de soulagement) ça a été : “Mais enfin ! Ce n’est pas grave ! Il vaut mieux la vie que la mort !” […] Quand je l’ai vue réagir comme ça, j’ai dit : “Oh la la ! Au moins ça va être facile avec la mère de Patrick”. Alors qu’avec mes parents, je savais que ça allait être (très dur). » Il s’est avéré par la suite que cette entrevue augurait en effet des bonnes relations futures.

13Certains beaux-parents participent du processus par lequel un individu s’affirme compétent, indépendant. La difficulté de s’autonomiser de sa propre famille a déjà fait l’objet de travaux en sociologie de la famille et de l’éducation. Le sens commun aussi y fait allusion. Selon un proverbe libanais : « L’enfant reste l’enfant, même s’il devient gouverneur d’un pays. » La polysémie de ce terme permet certains glissements en effet : « enfant » renvoie à la fois à une certaine position dans la famille en référence à un lien de filiation et au premier âge de l’existence, indépendamment du lien familial, c’est-à-dire à la jeunesse, l’inachèvement, l’immaturité. La relation parents-enfants a ceci de particulier qu’elle confond les deux acceptions. Au contraire, belles-filles et gendres arrivent dans leur belle-famille munis de capitaux, d’habitudes, en possession d’un statut défini à l’extérieur. Aussi leurs beaux-parents leur renvoient davantage une image de maturité – même si certains paramètres tels l’âge, l’autonomie financière et matérielle, entraînent des variations.

14L’histoire de Mme Pinault peut être relue sous cet angle. Trente ans, issue d’un milieu modeste et protestant, cette femme s’est sentie brimée par sa famille stricte et autoritaire et conserve pour cette raison un mauvais souvenir de sa prime jeunesse. Ses façons de faire, ses choix étaient toujours mis en doute. « Mais ma mère ne m’a pas vue grandir ! » « J’ai eu des parents très autoritaires, qui voulaient m’élever comme ça (geste rectiligne). Pendant mon adolescence, je me suis sentie étriquée parce qu’il y avait des choses que je n’osais pas faire. Mes parents me culpabilisaient : “Ça ne va pas ! Tu ne vas pas faire ça ! Entrer dans un café ? Mais tu te rends compte, ma fille !” Je crois qu’ils avaient plus peur qu’autre chose. Que je tourne mal. » Elle se satisfaisait peu des échanges essentiellement matérialistes qu’elle avait avec eux. En outre, elle leur reproche de l’avoir empêchée de faire des études. « Il y a des choses, je leur en ai voulu. Maintenant, c’est du passé. »

15Puis elle réagit, s’inscrit à un stage, loin de chez elle, et à cette occasion rencontre celui qu’elle épousera. Elle quitte ses parents pour aller vivre à 800 km de chez eux, à Rennes, dans la région de sa belle-famille. Son mari, mais aussi sa belle-mère (veuve), ont une attitude bien différente à son égard. Face à eux, elle a l’impression d’être une autre : une personne mûre, fiable, responsable, avec un avenir. Elle a été acceptée d’emblée ce qui l’a réconfortée et lui a rendu son assurance. Dans une certaine mesure, sa belle-mère fut une mère adoptive pendant ses premières années passées à Rennes. « C’était ma belle-mère, alors c’était un peu comme une seconde mère. » Mme Pinault s’investit fortement dans cette relation. « J’ai tout fait pour que ça aille. » Elle accepte avec empressement le modèle de la relation basée sur l’affection et la confiance, multiplie les marques d’attention telles que les fréquentes visites, ou la façon d’être nommée. « Elle était là : “vous… tu…” Alors je lui ai dit : il faut me tutoyer maintenant. Allez ! Appelez-moi Véronique et tutoyez-moi. » Sa relation avec sa belle-mère devient, pendant les premiers temps, un modèle de la relation qu’elle aurait aimé avoir avec sa mère.

Les bénéfices indirects ou l’effet de retour

16Plus fréquemment, les personnes déçues de leurs relations filiales cherchent à agir sur leur propre famille par belle-famille interposée. Elles ne cherchent pas une famille de substitution. Ce moyen d’action consiste à tenter de faire pression sur sa propre famille en brandissant la qualité d’une relation créée dans une autre famille. Une personne montre à ses propres parents qu’ailleurs elle est appréciée, soutenue et qu’elle jouit d’un certain crédit pour tenter de transformer la représentation que ceux-ci se font d’elle. Le rapprochement affin n’est alors pas une fin en soi. Il n’équivaut pas à de l’indifférence à l’endroit des parents, loin s’en faut. O. Schwartz montre combien un sentiment hostile envers la mère « n’exclut pas la persistance de fortes attentes » (O. Schwartz, 1990). L’auteur raconte l’histoire d’Adeline Danvers, de ses rapports tendus avec sa fille aînée pendant les premiers mois qui ont suivi le départ de cette dernière. « Elle semble s’être coalisée avec sa belle-mère, très hostile à Adeline, comme si elle avait une vengeance à exercer sur sa mère » (O. Schwartz, 1990). Cela n’empêchera pas ensuite la mère et la fille de se retrouver. Tout se passe comme si les beaux-parents étaient un moyen de régulation des relations avec les parents.

17Les belles-filles ont conscience de l’efficacité de leur comportement. Elles en connaissent le sens et les enjeux. Reprenons le cas de Mme Pinault. Forte de sa relation privilégiée avec sa belle-mère, Mme Pinault a osé s’affronter à ses parents, notamment au moment de la naissance de son premier enfant. « Ma mère me disait toujours : “Ne fais pas de gamin ! Pas tout de suite en tous cas ! Profite de ta jeunesse…” Je ne leur ai pas dit que je n’en avais pas trop profité avec eux ! (rire) » Mme Pinault prend un malin plaisir à aller « leur montrer mon ventre pour leur montrer que je n’ai pas fait comme eux voulaient. » « Le jour où je lui ai annoncé que j’étais enceinte et après le jour où elle m’a vue enceinte, bon, ça y est, elle s’est dit : c’est une femme (rire). » Mme Pinault a d’autant plus fermement affirmé son choix que sa belle-mère, ravie de la perspective d’une naissance, a en quelque sorte apporté sa caution silencieuse. Son investissement très fort dans sa relation avec sa belle-mère avait une finalité autre. Il s’est progressivement déplacé compte tenu des difficultés qui surviennent ensuite avec cette vieille dame fantaisiste et excessive (Cf. chapitre VI). Elle vit au côté de sa belle-mère les yeux rivés sur sa mère. Mme Pinault avait chargé plus ou moins inconsciemment sa belle-mère d’éduquer et non d’effacer sa propre mère. Elle construit une histoire affine merveilleuse bien que truculente, parce qu’elle a quelque chose à prouver. Il est important pour elle d’être intégrée dans sa belle-famille pour mieux être, en retour, intégrée dans sa propre famille. Il fallait qu’elle s’entende bien avec sa belle-mère et que ses parents le sachent afin qu’ils réagissent : là où elle est partie, elle est bien reçue ; elle n’est donc pas entité négligeable et peut se passer d’eux. Il fallait que ses parents apprécient leur gendre : en acquiesçant ainsi au choix de son mari, c’est elle qu’ils reconnaissent et approuvent. Le mari réhausse l’image de la fille… Il était important pour elle d’avoir un bébé rapidement et que ses parents, en définitive, cautionnent, bon gré mal gré, cette décision. En d’autres termes, elle recherche la crédibilité de la part de ses parents par belle-mère, mari et bébé interposés. Elle s’affirme par un certain nombre d’actes qu’elle fait confirmer par d’autres.

18Mme Lebreton sait que son père a eu « peur de [la] perdre ». Cette femme s’est elle aussi révoltée contre son père autoritaire à l’époque où elle a rencontré son mari et découvert une ambiance de détente et de sérénité dans sa belle-famille. « Mon père a commencé à changer à partir du moment où il a vu que je commençais à m’écarter, où je lui en ai voulu, à l’âge de dix-huit ans environ. Puisque moi, je commençais à en avoir ras-le-bol de ne pas pouvoir avoir des relations de père à fille naturelles, comme je voyais dans ma belle-famille. En plus, je faisais la comparaison. C’était très fort. » Dix ans après, elle dresse un bilan plus positif de ses relations parentales, constatant une amélioration. Son père est devenu plus attentif à son égard et à l’égard de sa fille. La préférence pour ses beaux-parents qu’elle a affichée pendant longtemps a eu un effet en retour.

L’aboutissement de cette quête

  • 1 C. Kirkpatrick, The Family : as process and institution, York, Ronald Press, 1963. et C. Kirkpatri (...)

19E. J. Kanin et A. L. Switzer ont étudié les relations par alliance en se référant à la théorie des besoins sélectifs (Theory of selective Needs) de C. Kirkpatrick. Cette théorie stipule que la tendance des individus est de rechercher l’accomplissement perpétuel des aspirations qui ont été créées et satisfaites au cours de l’expérience familiale antérieure et pareillement, de rechercher avec autant de vigueur l’accomplissement des aspirations qui ont été frustrées dans des rôles précédents. « Là où il y a identification à une situation familiale antérieure bien précise, l’individu adulte tend, de façon plus ou moins consciente, à rechercher la continuité ou la reproduction d’une telle situation, et souffre d’un éventuel échec de cette quête. À l’opposé, lorsqu’il y a rebellion et frustration dans une situation familiale pendant l’enfance, il est probable qu’ultérieurement un mariage soit quelque peu motivé par le désir de combler le manque causé par la situation antérieure1 ». Ainsi, un individu a plus souvent tendance à juger positivement sa relation avec son beau-père ou sa belle-mère lorsque ceux-ci ressemblent au père ou à la mère aimés (« beloved mother or father ») ou si il ou elle est le contraire d’un père ou d’une mère abhorré (e).

20E. J. Kanin, A. L. Switzer, pour leur part, confirment et systématisent ces résultats (E. J. Kanin, A. L. Switzer, 1976). On est attiré par la ressemblance avec des personnes qui sont des références positives, et par la différence avec des personnes construites comme des contremodèles. Mais une telle quête a-t-elle des chances d’aboutir ?

Sources d’apaisement

21Celles qui décrivent de bonnes relations avec leurs beaux-parents sont, dans une forte proportion, des personnes insatisfaites de leurs relations parentales. Inversement, on trouve plus de personnes enchantées de leurs relations avec leurs parents parmi celles qui nouent des échanges difficiles avec leurs beaux-parents. Jamais les relations affines ne sont décrites si positivement que lorsque les personnes ont pu retrouver avec leurs beaux-parents un équilibre (affectif entre autres) qui leur avait fait défaut dans leur propre famille. Retrouver en ses beaux-parents un soutien parental est donc facteur de satisfaction. Cette situation fait des belles-filles reconnaissantes et bien disposées à s’investir fortement dans ces relations, à multiplier les échanges. Les propos envers les beaux-parents sont d’autant plus positifs qu’on ne dispose d’aucun soutien de la part de ses parents (ni affectif, ni matériel). En termes un peu crus, on gagne plus à avoir des beaux-parents que des parents dans ce cas.

22À cet égard, la recherche de différence de Mme Avril est comblée. Mme Avril est une jeune femme de vingt-deux ans, étudiante, mariée depuis un an. Elle compare abondamment ses parents et beaux-parents que tout oppose, à ses yeux. Athées, libéraux, insouciants, ses parents adoptent un style « jeune », moderne. Au contraire, ses beaux-parents sont croyants et pratiquants, « sérieux », préoccupés de questions sociales et politiques et préfèrent un style et des choix classiques. D’emblée, Mme Avril est attirée par ces gens « paisibles, joyeux, très très calmes », cette famille « très paisible, très chaleureuse, très accueillante ». Le jeune couple passe plus de temps chez les parents du mari que chez les parents de l’épouse. Avec ses affins, Mme Avril parle tout aussi bien de son mari, de ses parents et amis, que de politique, de religion… « On analyse beaucoup de choses ensemble ». C’est rarement à ses parents qu’elle demande conseil. « Quand je leur parle, ils m’écoutent mais ce n’est pas eux qui me donneront des idées. »

23Cette différence n’est pas établie sur un mode conflictuel. Ses parents n’en prennent pas ombrage. « Ça se passe bien, il n’y a pas de jalousie. Ils savent bien que ce n’est pas parce qu’on préfère les parents de Vincent. » Si le cadre de vie et la philosophie de ses beaux-parents l’attirent si irrésistiblement, c’est qu’elle y découvre un ancrage dans la société, et une conception holiste de la famille. Mme Avril trouve là quelque chose de chaud, de « communautaire », des liens intenses entre des personnes proches, qui contrastent avec la conception libérale, moderne de ses parents, qui lui apparaissent alors superficiels et froids. « Mes parents n’ont pas cette capacité à accueillir. » Elle découvre un autre mode d’être ensemble qu’elle ne soupçonnait pas et qui l’enchante immédiatement.

24La réaction de ses futurs beaux-parents le jour des présentations la fait basculer dans un autre mode de fonctionnement. Ceux-ci se montrent alors soucieux, presqu’inquisiteurs. « Il y a eu une discussion (rire) parce qu’ils voulaient que ce soit clair, prévenir, savoir si c’était sérieux. Pas moralisateurs, mais… Parce qu’ils trouvent que c’est ridicule de sortir avec quelqu’un si ce n’est pas sérieux. C’était pour nous faire réfléchir. »

25« Ça m’a fait drôle sur le coup. Je me disais : ils sont… pas vieux-jeu mais… Je trouvais ça bizarre. Les parents, en général, ils ne réagissent pas comme ça. Enfin, je vois les miens, en général, ils laissaient faire. Ils ne se posaient pas de questions ; ils ne m’en posaient pas non plus. Alors là, ça m’a fait drôle d’entrer dans une famille inquiète et qui avait besoin d’être rassurée. C’est ça qui m’a impressionnée parce que ça faisait deux mois qu’on était ensemble et déjà, ils essayaient… » Bien que figée de surprise, elle garde surtout le souvenir d’un moment fort. « J’étais assise sur le fauteuil, je n’osais pas regarder Vincent, je n’osais pas bouger… Je les regardais fixement, je leur répondais… Ça surprend. Ça se passe intérieurement. Je n’ai jamais mal pris cette chose-là. » Au contraire, son ami, bousculé et ébranlé, repousse avec colère ses parents. « En ressortant, il était un peu mal à l’aise, parce qu’il se disait : “qu’est-ce qu’elle va penser Annette ! Être convoquée…” En fait, je ne l’ai pas mal pris. » Mme Avril a considéré avec intérêt le côté intégrateur et normatif de ses beaux-parents, même s’il se révèle parfois avec excès. Ce jour-là, elle pressent un monde inconnu et qui l’attire.

26Mme Avril était mue par un désir d’ancrage. Elle se cherchait au sein de sa propre famille, plus insouciante, plus matérialiste et où elle vivait une sorte d’exil. « Je me faisais des idées sur tout », « j’étais mal dans ma peau », « je recherchais quelque chose comme ça ». Sa famille représente à ses yeux un lieu sans attache où règne un individualisme déstructurant ; sa belle-famille un lieu d’intégration, de repères et de sens au contraire. La quête de Mme Avril trouve donc sa finalité.

27Plus précisément, son ancrage se fait par le biais de la religion. Elle découvre d’abord que son ami est protestant, pratiquant et décide de l’accompagner à ses offices religieux. Puis elle fait le rapprochement entre sa foi et son attitude posée, réfléchie, qui fait qu’il se distingue des autres à ses yeux. « Vincent, c’est pareil, je trouvais qu’il avait quelque chose en plus, qu’il n’était pas comme les autres garçons de son âge. Il ne sortait pas à tort et à travers avec d’autres filles ; il ne buvait pas quand les autres buvaient… C’était quelque chose qui m’attirait. Il avait quelque chose en plus. » De même, ce qui fait aussi la supériorité de sa famille à lui, c’est la religion, la foi, avec ses conséquences sur le comportement quotidien de chacun. La sensation de bien-être, de sérénité et de plénitude qui émane de cette famille la saisit car elle contraste avec son malaise, son mal de vivre, son agressivité. Elle découvre une façon de se reconstruire. « Moi, je voyais leur comportement, je voyais comment ils étaient et ça, ça m’intriguait beaucoup. Je me disais : je n’ai jamais vu des gens comme ça, des gens aussi paisibles, aussi joyeux. Parce qu’ils vivent [leur croyance religieuse] pleinement. C’est au quotidien, tout le temps. Et ça m’attirait beaucoup. »

28Elle choisit donc de devenir comme eux en devenant des leurs à plusieurs titres : elle se fait baptiser (bien que cela aille à l’encontre des valeurs parentales), se marie religieusement. Elle s’est convertie, ce qui provoque une « explosion de joie » chez ses beaux-parents. « J’ai réalisé que Dieu existait et qu’il pouvait faire quelque chose dans ma vie. » « Ça me permet d’avoir des repères et puis de me poser. De ne pas être dans les nuages tout le temps ou en train de me faire du mauvais sang. » Dans sa belle-famille, elle trouve une foi, une spiritualité qui la raccrochent au monde, donnent un sens à son existence. C’est ce que prouve sa volonté de réaffirmer et faire exister sa foi au quotidien. « Ce n’est pas du tout moral, c’est pas du tout une contrainte. C’est quelque chose de vivant, qu’on expérimente chaque jour. »

29Elle forme avec ses beaux-parents et sa belle-famille tout entière un groupe fortement intégré, au sens durkheimien du terme, c’est-à-dire un groupe dont les membres possèdent une conscience commune, partagent les mêmes croyances et pratiques, sont en interaction les uns avec les autres et se sentent voués à des buts communs (E. Durkheim, 1960 ; P. Besnard, 1987). Elle a changé, affirme-t-elle et ses parents auraient remarqué ce changement. Mais, si tout le monde s’accorde à dire qu’il est positif, l’explication qu’en donnent Mme Avril, d’une part, ses parents, de l’autre, ne coïncident pas. Les parents de Mme Avril mettent cette transformation sur le compte de la vie de couple ; elle met cela sur le compte de sa foi. « Ils pensent que c’est le couple qui m’a permis de m’épanouir, plutôt que le fait d’être convertie. Ils pensent que c’est Vincent. Qui m’a équilibrée un peu. » Avec eux, le malentendu demeure.

Des déceptions plus nombreuses

30Les filles déçues ne font pas forcément des belles-filles comblées. La contingence de leur situation affine ne répond pas toujours à l’ampleur de leur attentes. Nous avons déjà évoqué l’histoire de Mme Ballacey, orpheline de mère au moment de son mariage, et qui voyait en sa belle-mère une mère de substitution, une femme expérimentée qui l’aurait soutenue en des moments difficiles, conseillée lorsqu’elle se sentait désarmée. De son propre gré, elle multiplie les démarches : elle décide de l’appeler « maman », elle recherche sa compagnie, stimule les échanges entre sa belle-mère et son mari… En vain. Aujourd’hui, elle exprime sa grande déception de s’être heurtée à une personne froide, triste, dépressive, peu expressive et absolument pas réceptrice à ses élans de tendresse. Ses tentatives pour recréer des liens quasi filiaux se sont soldées par un échec.

31Mme Gallet avait une demande similaire. « J’aurais voulu avoir une relation vraiment très intense. Oui. Quelqu’un que j’aurais pu voir facilement, régulièrement, et surtout quelqu’un avec qui je me serais sentie bien. » Sa tentative de forte implication se nourrit des difficultés qu’elle connaît avec ses parents, aigris par leur mésentente conjugale. Son bilan actuel est tout aussi négatif. « Il m’a manqué, pour des raisons différentes, des gens d’une génération supérieure, enfin plus âgée que la mienne. Ça m’a manqué des deux côtés. Mais pas pour les mêmes raisons. » En l’occurrence, les raisons de la superficialité de ses relations affines sont d’ordre social et culturel. « Moi, je suis une intello ; eux, ce sont des agriculteurs. » Mme Gallet se passionne pour la littérature et l’opéra et revendique des valeurs « bourgeoises » ; sa belle-mère est une ancienne agricultrice modeste, âgée, qu’une vie de dur labeur oriente vers des préoccupations plus matérielles et plus humbles.

32En définitive, une telle quête ne donne pas majoritairement satisfaction et la déception est à la hauteur des souhaits initialement émis. Il faut trouver les beaux-parents adaptés à la demande, laquelle est parfois sans borne. Les filles déçues font parfois des belles-filles plus reconnaissantes et conciliantes que les autres, mais parfois au contraire plus exigentes et susceptibles, souhaitant être accueillies comme une fille. Or, pourquoi des (beaux-) parents serait-ils prêts à recevoir la personne que leur enfant leur impose comme un enfant supplémentaire ?

33D’autre part, les besoins affectifs et identitaires de la belle-fille peuvent être conjoncturels. Le regard change lorsque les années passent. Des personnes s’entendant mal, à un moment donné, avec leur propre mère peuvent être tentées de s’investir d’emblée et fortement dans leurs relations avec leur belle-mère et le regretter ensuite. Elles prennent le risque d’instaurer des habitudes de proximité qu’elles n’assumeront pas toujours à l’avenir.

34Cette tendance se retrouve fréquemment chez les personnes ayant connu leur belle-famille alors qu’elles étaient très jeunes. Mme Anciaroli se sent aujourd’hui dépassée par l’interventionnisme de sa belle-mère qu’elle codait au contraire comme une aide et un intérêt touchant lorsqu’elle était une jeune femme décidée à fuir sa famille d’origine. Un témoignage dans la presse féminine va en ce sens. « Pendant les premiers mois, ma belle-mère et moi nous nous entendions à merveille. Elle était charmante, discrète […] elle faisait attention. Nous avons pris l’habitude d’aller passer une quinzaine de jours chez elle, à la campagne, lors des vacances d’été. Cela ne me gênait pas, au contraire. C’est une femme agréable, à l’esprit ouvert. Je la trouvais beaucoup plus intéressante que ma propre mère avec laquelle je ne me suis jamais entendue. C’est avec le temps que nos relations se sont dégradées. Peu à peu, je l’ai trouvée envahissante. Elle a imposé de venir tous les ans passer une semaine chez nous, pour les fêtes de fin d’année, et maintenant, nous n’osons plus lui dire qu’on aimerait être seuls. […] C’est une forte personnalité que ses quatre enfants adorent, mais je finis par trouver qu’elle prend trop de place… » Notre hypothèse est que cette femme s’est laissée emporter par son désir de créer un ersatz de relation filiale. Cette observation confirme celle d’E. Goffman : qu’il est plus aisé de se rapprocher de quelqu’un que de s’en éloigner… (E. Goffman, 1973).

35L’histoire de Mme Vasca permet de bien cerner l’enjeu de la recherche d’une caution affine et de mesurer l’ampleur de la déception face à une expérience qui redouble l’échec précédant. Mme Vasca a trente-neuf ans et enseigne à proximité de Rennes. Elle a un enfant de treize ans. Ses parents tiennent un gros commerce dans une petite ville des Côtes-d’Armor ; sa belle-mère, un modeste commerce dans un petit bourg de campagne. Ce n’est (donc) pas une valeur sociale que cherche à conquérir Mme Vasca – sa mère le lui a bien reproché. Mme Vasca vit en perpétuel conflit (plutôt intérieur et tacite) avec sa mère qui la rejette depuis toujours pour lui préférer ses deux jeunes sœurs. Elle est persuadée que sa mère veut lui faire payer le poids de son humiliation passée : la mère de Mme Vasca était enceinte lorsqu’elle s’est mariée, ou bien s’est mariée parce qu’elle était enceinte, et cela avait fait scandale, à l’époque. « Moi, je ressemblais à mon père, moi, j’étais la cause de son humiliation, donc je ne peux pas dire que j’étais appréciée. » « Donc elle m’a en quelque sorte rejetée. Je suis la fille de son mari. Donc je suis de la “sale race des Callac”. C’est comme ça que je m’appelle, Callac étant mon nom de famille. » Mme Vasca a les yeux rivés sur les attitudes de sa mère qu’elle cherche à surprendre en flagrant délit de sentiment maternel. Mais le signe libérateur ne s’est encore jamais manifesté.

36Pour cette raison, Mme Vasca attendait beaucoup de sa belle-mère lorsqu’elle s’est mariée. Elle cherchait un havre, une seconde mère. C’est un besoin infini de réhabilitation d’ordre affectif qui est le moteur de son fort investissement dans sa relation affine. Ses tentatives se sont malheureusement soldées par un échec, sa belle-mère se révélant être une mère possessive, marquant la différence entre enfants et « pièces rapportées » et réservant ses sentiments exclusivement à ses enfants de sang. Mme Vasca lui reproche son indifférence et son égoïsme. Les liens entre la mère et le fils sont très étroits. Ce dernier lui téléphone tous les jours de son lieu de travail, va fréquemment lui rendre visite, seul ou en compagnie de sa femme, ne connaît aucun défaut à sa mère.

37Mme Vasca estime qu’elle ne partage rien avec sa belle-mère et le regrette amèrement, même si, dit-elle, ses problèmes avec sa belle-mère sont « secondaires », par rapport à ses problèmes avec sa mère. Même si une bonne entente avec sa belle-mère est « moins vitale » qu’avec sa mère, sa situation dans sa belle-famille fait douloureusement écho à sa déchirure de toujours. « Donc, j’ai été délaissée chez moi, et finalement, dans ma belle-famille, c’est la même chose. » « Je me suis demandée d’ailleurs aussi, à un certain moment : est-ce que ça venait de moi ? Est-ce que j’étais à ce point détestable pour… »

38Mme Vasca se remet en cause et tire de son expérience affine des conclusions très négatives et défaitistes concernant les relations de famille. « Les relations maternelles n’ayant jamais été excellentes, c’était pour moi un second échec, malgré tout. Je me disais qu’il est décidément difficile d’aimer quelqu’un… Est-ce-que c’est possible finalement qu’il y ait une relation vraie avec quelqu’un ? Et qu’est-ce que c’est que d’aimer quelqu’un ? Oui, j’ai vraiment mis ce problème-là en cause. Qu’est-ce que c’est que l’amour et est-ce que ça existe ? Est-ce qu’on peut aimer quelqu’un puisque je voyais qu’avec ma belle-mère, bon, les choses n’étaient pas terribles. Donc, les relations familiales est-ce qu’il y en a ? J’en suis arrivée là. Pour moi, la famille, c’est vraiment zéro. Ça n’existe pas. Ça n’a pas de valeur… » Elle raconte sa difficulté à être devenue mère elle-même. Sa belle-mère représentait son ultime chance. Elle attendait d’une belle-mère qu’elle répare ce qu’avait pu commettre sa mère, qu’elle recolle les morceaux épars.

39Dans cet exemple, il est exclusivement question de réhabilitation affective : la recherche d’un soutien s’effectue là où il fait défaut dans la famille d’origine. Mme Vasca dit mieux que quiconque qu’il y a des aspects affectifs et identitaires très forts dans les relations affines. Et elle montre à quel point le discrédit familial affecte les individus dans leur identité, dans l’idée qu’ils ont d’eux-mêmes. Elle cherchait à être rassurée par le point de vue des beaux-parents, confortée dans son idée d’elle-même.

La réhabilitation par la belle-famille est-elle suffisante ?

40On a d’autant plus besoin d’être appréciée et bien considérée dans sa belle-famille qu’on l’est peu dans sa propre famille. Mais reconnaissance familiale et reconnaissance affine sont-elles interchangeables ? L’une des deux suffit-elle ? Quel rapport ont-elles entre elles ? Quelles sont celles qui vivent la situation la moins confortable : celles qui bénéficient d’une bonne relation parentale mais subissent une mauvaise relation affine ou celles placées dans la situation inverse ? Difficile de le dire car les problèmes ne se situent pas au même niveau. On l’a vu, les mauvaises relations avec la belle-famille peuvent être cruciales à cause des problèmes conjugaux qu’elles peuvent engendrer.

41Le processus que nous venons de décrire ne fonctionne pas sur le modèle des vases communicants pour la bonne raison que les deux institutions (famille et belle-famille) ne représentent pas le même caractère crucial, « vital » pour reprendre le mot de Mme Vasca. Aurait-il suffi à cette dernière d’être aimée par sa belle-mère pour retrouver ses repères et l’estime de soi ? Certainement pas en totalité. Mme Avril, dont nous avons décrit la précieuse découverte grâce à ses affins, ne veut pas pour autant rompre ses relations parentales, ni s’éloigner d’eux. Loin d’être indifférente à ce qu’ils pensent d’elle, elle veut leur prouver la pertinence de son choix. Elle tente désormais de les « convertir » à sa façon de voir et de vivre, de les changer au moins un peu. « J’aurais voulu qu’ils éprouvent la même chose que moi. » Elle regrette ce hiatus entre elle et eux.

42Obtenir la faveur des beaux-parents peut revêtir un enjeu très grand. Leur soutien et leurs encouragements permettent de rééquilibrer la situation et compenser la déconsidération parentale. Mais la famille d’origine demeure le significatif et le référentiel principal. À tous niveaux, un individu est déterminé par sa famille avant de l’être par sa belle-famille. Les limites à l’aboutissement de cette quête montrent que les places ne sont pas interchangeables (I. Théry, 1996).

43Pourtant, les mauvaises relations filiales sont une dynamique des relations par alliance. Celles qui vivent avec amertume leurs difficultés relationnelles avec leurs parents cherchent avec leurs beaux-parents une seconde chance et sont plus sensibles au regard que leurs beaux-parents posent sur elles. Les relations avec eux sont recherchées pour leur éventuelle dimension « thérapeutique ». Inversement, les relations avec la famille d’origine perçues très positivement peuvent être un frein aux autres relations. Celles qui ont de bonnes relations avec leurs parents ont davantage de mal à s’investir dans leurs échanges avec la parenté du conjoint et à lui faire une place : de beaux-parents elles ne ressentent pas vraiment le besoin. La conscience de la symétrie de la situation avec le conjoint est plus difficile pour ces personnes qu’un lien avec les parents très affirmé amène à sous-estimer le reste.

Anmerkungen

1 C. Kirkpatrick, The Family : as process and institution, York, Ronald Press, 1963. et C. Kirkpatrick, « Family development, selective needs and predictive Theory », Journal of Marriage and the Family, n° 29, 1967, pp. 229-236. (C’est nous qui traduisons).

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search