Version classiqueVersion mobile

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Quatrième partie. Famille et belle-famille

Chapitre XII. Parenté consanguine, par parenté alliance

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Être comme la fille ?

1Il existe tout un jeu sur les limites de la consanguinité. Nombreuses sont les personnes qui font le parallèle entre parents et beaux-parents, du moins dans les discours. « Tu es comme ma fille », « tu es ma troisième fille » sont des paroles d’usage à l’encontre d’une belle-fille qu’on apprécie ; « elle est ma deuxième mère » s’entend quelquefois dans la bouche des belles-filles. Mme Lechapelain témoigne : « Je sais qu’ils ont toujours dit à mes parents, et c’est gentil, qu’ils me considéraient comme leur fille. »

2Pourtant, on peut s’interroger sur le sens de ses glissements et se demander si ces déclarations ne restent pas purement formelles. S’efforce-t-on vraiment de jouer le jeu de la parenté de sang, avec son cortège d’obligations et son caractère absolu ? En outre, l’existence d’une parenté par alliance diminue-t-elle les liens consanguins ?

La non-confusion des deux parentés1

  • 1 Plusieurs auteurs notent l’écart de vocabulaire entre l’anglais et le français (M. Segalen, 1981 ; (...)

3L’émergence d’une nouvelle parenté pour les individus mariés ne signifie pas que celle-ci soit mise sur le même plan que la parenté d’origine : les deux parentés ne sont pas confondues ; la consanguinité semble toujours plus naturelle que la parenté par alliance. Ainsi, on refuse fréquemment d’appeler ses beaux-parents de la même manière que l’on nomme ses parents. « On n’a qu’une maman » dit Mme Vasca pour justifier ce refus (Cf. chapitre II). Une majorité note des différences de comportements : on serait plus à l’aise chez ses parents, on agirait aussi avec moins de délicatesse et de nuances.

4Les propos de Mme Valence montrent bien l’impossibilité de faire la même place à chacun. Elle trouve une complicité idéologique avec sa belle-mère qu’elle ne partage pas avec sa mère à propos de l’éducation des enfants. Elle apprécie les valeurs altruistes de sa belle-mère qu’elle décrit comme quelqu’un de généreux et qui fut parfois sa confidente. « Je suis suffisamment intime pour pouvoir dire certaines choses. Bon, j’ai eu d’énormes problèmes avec mon mari, à la limite… J’en ai parlé à ses parents. […] Peut-être plus facilement d’ailleurs qu’à mes parents [qui ont] un comportement un peu fuyant dans ces cas-là. […] Donc c’était quand même des choses assez intimes, et en plus qui mettaient en cause leur fils. » Pourtant, malgré ces moments forts, elle construit une distance. « C’est toujours la grand-mère de mes enfants en premier lieu. » Elle ne réinvente pas une autre place à ses beaux-parents. « Même si je pouvais faire un bilan affectif : je suis autant liée à ma belle-mère qu’à ma mère. Mais ce n’est pas ma mère, il n’y a rien à faire. Même si ma belle-mère se comporte plus comme une mère dans l’ensemble. »

Le primat de la consanguinité

Côté belles-filles

5La cœxistence des deux parentés se pose non seulement en termes de différenciation mais aussi de hiérarchisation, l’une des parentés étant préférée à l’autre. D’un point de vue individuel, la norme est que la consanguinité prime sur l’alliance. Les relations avec les parents sont construites comme plus fortes et plus directes. Le sentiment de Mme Lacé, pourtant satisfaite des relations avec sa belle-mère, est révélateur. « Dans une situation, vos parents ou vos beaux-parents vous disent une chose qui n’est pas agréable, à la limite, on l’accepte mieux de ses parents que de ses beaux-parents. La même chose, la même situation, je pense que ça passe mieux. Je ne sais pas, c’est des liensJe pense qu’il y aurait un petit faible pour les parents. » Elle se sent plus susceptible à l’égard de sa belle-mère, comme si elle attendait aussi de sa part une réserve. « Certaines paroles, certains mots portent plus. Les petits conflits, les petites choses, je pense que je répliquerais plus facilement, directement à mes parents qu’avec la belle-famille. […] C’est curieux parce qu’on peut avoir autant de plaisir à aller chez les uns ou les autres. Si la belle-mère ou la mère dit la même chose, au fond de soi, on est plus indulgent vis-à-vis de sa mère. Je crois que ça n’est même pas contrôlé. Moi, je l’ai ressenti. »

6Même Mme Cassandre, dont les relations avec sa mère et sa belle-mère sont de nature opposée, au détriment de la première, réaffirme à sa manière le principe. « Ma mère m’exaspère. Je ne la supporterais pas si c’était ma belle-mère. Elle me verrait trois fois moins si c’était ma belle-mère. »

7L’inverse – la préférence pour ses affins – est perçu comme illégitime et contraire à l’ordre les choses. Même l’équivalence entre les deux relations peut être problématique et parfois discutée par les différents protagonistes. Mme Derviche dit qu’elle serait heurtée si sa mère se faisait appeler « maman » par une belle-fille. « C’est chacun sa mère ! On a une mère et on se la garde et on ne la partage pas. Ce n’est pas parce qu’on se marie qu’on devient fils ou fille à part entière ! » Mme Rastier s’étonne d’être la confidente de sa belle-sœur, la femme du frère de son mari. « Elle a une sœur et quatre frères, mais finalement c’est avec moi qu’elle est la plus proche, moi qui ne suis que sa belle-sœur. C’est curieux ! »

8Les trois quarts des personnes s’estiment plus proches de leurs parents que de leurs beaux-parents ; le schéma inverse concerne une personne sur cinq et suscite chez les femmes concernées une culpabilité à l’égard des parents. « Dans notre société, le seul vrai parent est le géniteur » observe I. Théry au sujet des familles recomposées (I. Théry, 1991). Ce primat de la vérité biologique de la filiation ne vaut-il pas également dans le cadre de la parenté par alliance ?

9Lorsqu’elle n’est pas directement exprimée, cette préférence se repère au moyen d’indicateurs tels les choix de confidents et de gardiens d’enfants, les habitudes ménagères et domestiques. En général, on parle plus facilement à ses parents qu’à ses beaux-parents et à la question « qui, de votre mère ou votre belle-mère, sait le plus de choses de vous ? », les réponses privilégient la mère de façon quasi unanime. « Je me confiais facilement à ma mère, c’est normal » dit Mme Ledouarec, péremptoire. « Je suis plus proche de ma mère, je pense que c’est normal pour une fille quand même » (Mme Palluet).

10L’analyse systématique des formes d’entraide établit la hiérarchie entre les relations mère/fille et les relations belle-mère/belle-fille et aboutit à des résultats analogues à ceux de D. Fougeyrollas et D. Chabaud-Rychter et F. Sonthonnax (1985). « Les échanges de travaux domestiques entre les femmes et leur belle-mère sont beaucoup plus réduits qu’entre mères et filles. » « Ce n’est que lorsque les relations privilégiées avec la mère n’existent pas, soit parce que la mère est décédée, soit parce qu’elle réside à une grande distance, ou lorsque ces relations sont gravement détériorées, que les relations avec la belle-mère deviennent plus étroites et qu’il s’établit une sorte de substitut partiel aux relations mère/fille » (D. Fougeyrollas et D. Chabaud-Rychter et F. Sonthonnax, 1985, p. 90).

11De même, « c’est seulement lorsque la belle-mère n’a pas de fille susceptible de faire ces travaux que la charge en revient à sa belle-fille. » Nous avons montré dans le chapitre sur l’entraide que les relations mères/filles sont réactivées par l’aide domestique et l’aide aux petits-enfants. Ces derniers sont mis en garde plus souvent chez leur grand-mère maternelle que paternelle. « L’aide vient plus souvent des grands-parents maternels (35%) que paternels (20%) » (C. Gokalp, 1988). Mme Plessis est enceinte et imagine le recours qu’elle privilégiera en cas de besoin. « Une fille va plus facilement vers sa mère donc je pense que si j’ai besoin d’un dépannage rapide, j’irai plus facilement vers ma mère pour qu’elle me la garde une soirée. »

12Toutefois, le temps agit dans le sens d’un rapprochement envers la belle-mère. L’inégalité entre les deux lignées diminue à cet égard avec la durée de vie conjugale. M. Chaudron l’observe au sujet de la cuisine (M. Chaudron, 1985). La cuisine des femmes se rapproche davantage de celle de leurs mères que de celle de leurs belles-mères. Mais « la tendance à la ressemblance avec la cuisine de la belle-mère va en s’accentuant avec la durée du mariage, […] tandis qu’elle va en diminuant en ce qui concerne la cuisine des mères. »

13La différenciation s’atténue au fil des années, même si elle persiste. L’étrangeté se dissipe au profit d’une familiarité et d’une confiance. Mariée depuis vingt-deux ans, Mme Boismartel estime que ses relations avec ses beaux-parents ont toujours été excellentes. « Je n’ai pas trouvé de changement. Comme je les ai trouvés au début, ils sont pareils. Sauf qu’ils ont vieilli. Je pense qu’ils ont peut-être plus confiance en moi maintenant. » Mme Valence remarque : « Au départ, c’était quand même pour moi, d’une certaine façon, des étrangers. On ne s’apprivoise pas si vite que ça. »

14En définitive, l’amour conjugal commande que chacun des partenaires se comporte comme si ses beaux-parents méritaient autant de soins affectifs que ses parents, sans pour autant aboutir à une totale égalité. La recherche de l’équilibre n’exclut pas, pour des raisons effectives et pratiques, le maintien d’un avantage attribué à la relation avec ses propres parents. Cette exigence de symétrie et d’égalité entre les deux familles est difficile à appliquer en dehors des temps ritualisés tels que les fêtes, les moments formels, de forte implication symbolique, où s’échangent des cadeaux.

Côté beaux-parents

15La règle de préférence pour les « siens » vaut pour les beaux-parents, également censés préférer leurs enfants à leurs beaux-enfants. Mme Lacé a noté cette préférence pour les siens de la part de sa belle-mère. « C’étaient de bonnes relations, mais j’avais l’impression que si c’était sa fille qui faisait une chose, c’était bien. Si j’avais fait la même chose, on n’aurait pas accepté de la même façon. »

16Mme Goglin manifeste un souci de discrétion, un respect de la cellule familiale initiale. « Je serais peut-être plus proche de mes beaux-parents s’il n’y avait pas une fille. Parce que je m’entends très bien avec, surtout ma belle-mère. Mais il y a la fille, qui ne travaille pas, donc moi… Je me libère. » Elle remarque une situation similaire dans sa famille : le fait qu’elle passe beaucoup de temps à aider ses parents âgés et dépendants entraîne une attitude de discrétion de la part de la femme de son frère. « C’est vrai que ma belle-sœur n’ose pas s’imposer parce que je suis là aussi. Je fais beaucoup de choses. Ce n’est peut-être pas facile pour elle. »

17La belle-fille reste en priorité dans le circuit de sa famille – sauf si sa belle-mère n’a pas de fille. Elle est tenue à « un certain devoir de réserve ou de discrétion » (B. Le Wita, 1988, p. 55). Elle doit à la fois se rendre disponible et s’effacer devant ses belles-sœurs, montrer que sa position de retrait ne signifie nullement rejet, indifférence. Mme Lacé se sait observée. « Mes autres beaux-frères disaient : “Toi, tu es bien vue ; quand c’est toi qui dit, ça passe !” Par rapport à mon beau-père. » Elle sait qu’elle ne doit pas supplanter ses beaux-frères et belles-sœurs sous peine d’être taxée d’usurpatrice. C’est d’ailleurs ainsi que Mme Anciaroli a été nommée par sa belle-sœur qui l’« a toujours jalousée ».

18L’acceptation par les belles-filles de leur situation seconde par rapport aux enfants recèle un point de vue filial. Les personnes, en tant que filles, apprécient ou souhaitent que fonctionne cette discrète hiérarchie de leur côté – de la part de leurs parents. Elles ont « l’occasion d’être de l’autre côté de la scène » (B. Le Wita, 1988, p. 56). Ainsi, Mme Tinsart s’est inquiétée du comportement très accueillant de sa mère. « Ma belle-sœur, la belle-fille de mes parents, oh la la ! C’était… Même je disais à maman :“dis donc ! C’est ta belle-fille ou… c’est ta fille ?” Alors elle disait, parce qu’on la taquinait : “Mais ma belle-fille, c’est ma troisième fille !” Parce que nous étions deux filles (rire). Et ce qui nous a frappés, aussi bien ma sœur que mon autre jeune frère, c’est de voir que quand nous avions un cadeau, ma belle-sœur avait le même cadeau, la même chose. »

19On notera les dosages malaisés et la difficile conciliation des points de vue… Serait-on en présence de « coalitions contradictoires » et « triades impraticables », pour parler comme T. Caplow (T. Caplow, 1977) ?

Quelques écarts à la règle

20L’établissement de relations affines met en jeu un grand nombre de protagonistes et on conçoit les difficultés pour établir cette série de règlages compliqués : établir un équilibre au sein du couple entre les deux parentés, mais ne pas négliger ses parents par rapport à ses beaux-parents ; ne pas empiéter sur le territoire des filles des beaux-parents, mais ne pas paraître indifférente à l’égard de ces derniers… Aussi la règle de la légère préférence pour les parents n’est pas toujours respectée. Il existe deux types d’écart à la règle.

  1. Tout d’abord, un trop grand avantage accordé à la mère par rapport à la belle-mère, aux parents par rapport aux beaux-parents. Dans ce cas, les femmes sont trop proches de leurs parents, établissent une hiérarchie peu discrète et qui heurte à la fois le conjoint et sa famille. On a vu la difficulté de Mme Tinsart à accepter une nouvelle dimension à son univers familial et celle de Mme Cavenec à « se partager » entre deux familles. Le pendant de ce dérèglement concerne les beaux-parents trop exclusifs, donnant trop l’avantage à leurs enfants.
  2. Le deuxième écart concerne la préférence donnée à la belle-mère sur la mère. Là, les femmes sont plus proches de leurs beaux-parents que de leurs parents. Cette préférence peut résulter de raisons psycho-affectives ou sociologiques (tel l’enchantement consécutif à un « beau » mariage). De même, des beaux-parents marquent parfois autant ou plus d’égards envers leurs beaux-enfants qu’envers leurs enfants, au risque de heurter ces derniers.

Une hiérarchisation codifiée – peu légitime ?

21La hiérarchisation, contradictoire avec la règle conjugale de symétrie entre les deux familles, est pour cette raison limitée. Idéalement, la distance beaux-parents/belle-fille ne doit être que légèrement plus grande que celle entre parents et fille. L’avantage pour les parents doit être discret, sous peine de heurter le conjoint ou les affins. Mme Ricardin a récemment essuyé un reproche de cet ordre de la part de sa belle-mère, sentant son cadeau délaissé au profit de celui fait par l’autre grand-mère. Mme Lacé ne se sent pas légitime lorsqu’elle m’avoue sa préférence pour les siens. « C’est des choses qu’on essaie de ne pas faire voir, mais au fond de soi… Je trouvais que pour ma mère, ça passait mieux. » « Intérieurement, il y a quand même quelque chose qu’il faut repousser. »

22Les préférences, si elles sont généralement avouées, sont souvent agrémentées d’explications et de justifications. Certaines y voient l’effet de différences de caractères ou mettent en avant des contraintes extérieures, objectives. « Mes parents étaient plus en retrait mais beaucoup plus à l’écoute. Donc sûrement que je leur aurais parlé plus facilement » (Mme Rastier). « Chez mes parents, il y a de la place, il y a le confort. J’ai peut-être un peu fait une distinction entre mes parents et ma belle-mère mais ça tenait surtout à des choses comme ça » (Mme Brizeux).

23Plus généralement, la proximité plus grande avec ses parents est présentée comme la conséquence de la socialisation. L’avantage pour la mère serait un prolongement de la prise en charge des tâches ménagères et éducatives par les femmes, la complicité entre la mère et la fille étant une condition de la bonne circulation des tâches domestiques. « On a les mêmes habitudes que sa mère pour faire la cuisine, pour le ménage. Ma belle-sœur c’est pareil, elle fait beaucoup de choses comme sa mère » (Mme Cantin). Mme Lechapelain insiste sur l’effet des similitudes entre elle et sa mère sur son organisation au sujet de la garde des enfants. « Alors il faut se partager quand même […] Bien que maman ait un peu la préférence. C’est-à-dire que maman est un peu comme moi… ou je suis comme elle. Et maintenant ça va mieux, mais au début, sa mamie Marie, c’était… Il préférait sa mamie Marie. Parce qu’on a les mêmes habitudes, tout ça. […] Enfin, j’insiste sur le fait que maman a des mêmes façons de faire que moi. Je pense qu’il retrouve un peu en maman les mêmes façons de faire, et l’intonation de voix, et beaucoup de choses sur lesquelles on est pareilles. » Réciproquement, mère et belle-mère se comportent différemment lorsqu’elles sont chez la jeune femme. « Maman serait beaucoup plus à l’aise. En plus, c’est bête ! On a les mêmes habitudes de rangement, donc maman fait un peu comme chez elle. Elle sait où se trouvent les choses. Et ma belle-mère ne sait pas trop et ne voudrait pas trop… » La transmission des conceptions et des méthodes de rangement favoriserait la proximité mère/fille.

24Que les femmes doivent se justifier lorsqu’elles entretiennent des relations privilégiées avec leur mère est le révélateur de la pression sociale à ce sujet. La préférence maternelle ne doit pas menacer l’équilibre des relations conjugales. Mais le sentiment de culpabilité envers le conjoint, qui explique le malaise de ces femmes, est aussi un effet de l’héritage de l’imaginaire romanesque (T. Raffin, 1987). L’amour romanesque, dans un idéal d’absolu, de fusion, commanderait que l’on adopte rigoureusement le même regard que l’être aimé. Il exigerait que l’on aime les parents de son conjoint comme lui les aime.

25La présence de cet idéal contribue à expliquer certains élans d’affection, certains désirs de proximité et d’intimité de la part de quelques belles-filles. Ainsi Mme Boismartel se force, dès les prémices de sa vie de couple, à appeler ses beaux-parents « papa, maman », alors que personne ne le lui demande et que cela lui coûte. « Ah ! Oui, ça c’est le problème. Quand on s’est mariés, je l’ai appelée ‘ maman’, mais j’avais vraiment du mal à dire ‘ maman’. Je l’ai dit plusieurs mois.[…] Mais j’essayais de le dire pas trop souvent. Ce n’est pas facile à dire. » Ce choix de terme d’adresse témoigne d’une volonté d’être proche dès le début. Car c’est elle qui en a pris l’initiative. Mais, emportée par son élan, elle s’est sentie dépassée par ce qu’elle proposait. Elle s’est créé une obligation au-dessus de ses possibilités, fruit d’une idée fusionnelle de la vie de couple.

La norme de l’ouverture

26Côté beaux-parents aussi, la hiérarchie ne doit être que discrètement manifestée. Si un traitement équitable peut contrarier les enfants, une inégalité trop flagrante est très mal perçue du point de vue des beaux-enfants. Mme Bulot cite la phrase ironique de la grand-mère de son mari. « Elle me dit souvent : “Vous savez, vous, vous n’êtes pas une Bulot, alors taisez-vous ! vous savez bien que vous avez tort”. » Un clan trop affirmé, trop réactualisé est insupportable à toute belle-fille, la renvoyant à sa position d’étrangère, son statut de « pièce rapportée », statut généralement considéré comme peu enviable.

27La logique de l’ouverture est la norme revendiquée. Un indicateur permet de la saisir : le rapport à l’homonymie entre belle-mère et belle-fille, qui partagent le même nom de famille très souvent. La belle-mère de Mme Renaudin le vit sur le mode de la plaisanterie et aime à s’exclamer, en voyant ses deux belles-filles : « Tiens ! Voilà les deux Mme Renaudin ! » Au contraire, la belle-mère de Mme Tinsart n’a toujours pas assimilé cet état de fait. « Ce week-end, nous étions chez mes beaux-parents. Il y avait une personne extérieure à la famille qui était là et qui s’est adressée à moi en tant que Mme Tinsart. Et ma belle-mère a dit : Mais ! De qui voulez-vous parler ? C’est moi Mme Tinsart ! Alors la personne a dit : Non, je parle à Mme Tinsart junior… (rire). Ah ! Ça lui faisait tout drôle ! “Je n’en ai pas l’habitude ; pour moi, c’est moi Mme Tinsart.” Elle l’a répété deux fois. » Mme Tinsart supporte mal de se voir ainsi niée dans son appartenance à la famille dont elle porte le nom depuis plus de vingt ans…

28Du point de vue des (beaux-) parents, la venue de beaux-enfants représente bouleversements de leur champ familial et devoirs : notamment l’obligation du bon accueil et l’attitude d’ouverture. Elle est aussi un apport : une occasion d’accroître leur cercle de proches. Dans cette perspective, avoir des enfants et des beaux-enfants est un moyen pour des personnes au seuil de la retraite, voire de la vieillesse de se protéger de la solitude en s’assurant une relation privilégiée avec des adultes. Elles se garantissent des visites régulières, des moments de discussions, une aide éventuelle, un avenir. La vieillesse est en effet un moment où le cercle des connaissances se rétrécit. F. Héran montre qu’après la retraite notamment, le réseau de connaissances diminue (F. Héran, 1990, 1988).

29Cette logique d’ouverture sollicite les rencontres. L’essentiel tient dans l’assurance de relations durables, dans la réalité concrète d’une vie de famille. Mme Lechapelain représente la présence féminine que ses beaux-parents n’ont jamais eue, n’ayant qu’un fils unique. « Ma belle-mère n’a eu qu’un garçon ; je crois qu’elle trouve en moi une fille. Mère-fille, on discute volontiers. Elle me raconte des choses d’elle, de quand elle était petite fille. [Tandis] que mon mari, alors là, n’est pas du tout au courant de ce genre de chose ! Elle m’a montré des choses qu’elle avait étant enfant. On parle de la famille, des souvenirs. »

30En définitive, la norme n’est pas d’être assimilée aux autres enfants. Lorsque Mme Lebreton dit de sa belle-mère qu’« elle ne veut pas faire de différences entre ses fils, sa fille et moi. », cela ne signifie pas qu’il y a confusion affective. La norme est contenue dans le fait de se sentir intégrée : Mme Lebreton sait qu’une place lui est réservée. Le nivellement n’apparaît que lors des moments formels (fêtes, cadeaux…). Mme Cassandre est-elle considérée comme la fille ? « Non. Je suis sa belle-fille, mais la belle-fille à laquelle elle tient. » Les places ne sont pas interchangeables.

Perdre un fils ou gagner une fille ?

31De leur côté, les (beaux-) parents ont des souhaits d’investissement dans la relation variables et deux pôles extrêmes sont repérables de part et d’autre de cette norme d’ouverture : l’exclusivité et l’assimilation. Ces deux modes de traitement des beaux-enfants correspondent à deux idées de la famille, minoritaires et extrêmes, mais qui mettent en évidence la tension que les différents protagonistes ont à résoudre.

Les parents « assimilateurs »

32Certains parents manifestent une attitude d’ultra-ouverture, attribuant à leur belle-fille un statut de fille. Mme Géhenne se souvient : « J’ai déjà entendu mon beau-père, dire « ma fille » en parlant de moi à quelqu’un d’autre ». Mme Lebars et Mme Avril témoignent d’une même situation à cet égard : elles se voient attribuer la place d’une fille, et sont même quelquefois présentées comme telle aux amis de leurs beaux-parents. Il arrive même, le jeu des affinités aidant, que les liens deviennent si forts qu’ils supplantent les relations des beaux-parents avec leurs propres enfants. Mme Lechapelain se sent très bien intégrée dans la famille de son époux. « Je crois vraiment qu’ils me considèrent comme leur fille. Ça nous arrive quelquefois d’avoir des disputes, mon mari et moi – ça arrive à tout le monde – eh bien, écoutez, je crois qu’ils prendraient plus volontiers ma défense que celle de mon mari ! » Mme Géhenne, mère au foyer, est très disponible vis-à-vis des parents et beaux-parents. Elle rend de nombreux services à ces derniers, maintenant âgés, bien qu’ils aient huit enfants, filles et garçons. De leur côté, ses beaux-parents lui vouent une confiance peut-être plus grande à son égard qu’envers leurs propres enfants. « En général, quand mon beau-père a des choses à faire ou à demander, c’est à moi qu’il va le faire. Il a eu sa signature à donner sur son compte [bancaire], c’est à moi qu’il l’a donnée. Pas à un de ses enfants. »

33Tant de proximité n’est pas toujours jugé souhaitable, loin de là. Être « la fille » est la marque d’un bon accueil et d’une profonde intégration mais introduit une confusion double. En donnant à sa belle-fille le statut de fille, le beau-parent garde ainsi son fils et évite de le rendre à son statut de mari. D’autre part, les belles-filles peuvent se sentir absorbées dans une relation qui les dépasse et niées dans leur identité filiale. Être assimilée veut dire aussi que l’on perd ses caractéristiques culturelles d’origine.

34Mme Lerbier vit cette situation et en est perplexe. Sa belle-mère a une fille avec laquelle elle s’est fâchée et a rompu toute relation. Au contraire Mme Lerbier a le droit à tous les compliments. « Je trouve ça bizarre parce que je pense qu’une fille compte plus qu’une belle-fille. Mes enfants compteront plus que ma belle-fille, même si elle est très gentille ! » « Quand j’arrive : “Oh ! ma fille ! T’es venue me voir ! Oh ! c’est gentil !” C’est quelque chose que je ne peux pas tellement expliquer parce que je ne le comprends pas, moi. […] Je pense qu’on peut aimer quelqu’un mais pas de la même façon qu’un enfant. […] Même si je faisais quelque chose de pas bien, à ses yeux, je ne sais pas si elle le verrait… » « Moralement, elle m’a défendue. Il m’arriverait quelque chose, ma mère me défendrait même si j’avais tort. Pour éventuellement me prendre à part et me dire : “Mireille, tu devrais…” Mais elle me défendrait d’abord. Que ma belle-mère, non. Elle dit à son fils : “tu as tort, sois gentil avec Mireille”… Je ne sais pas si ça se passe dans beaucoup de familles. » Elle trouve ce comportement contraire à l’ordre des choses. Mme Lerbier est visiblement moins investie dans cette relation que ne l’est sa belle-mère. « Ce n’est pas parce que votre belle-mère vous adore et vous fait des louanges tout le temps qu’on la comprend mieux pour autant… » Des beaux-parents trop accueillants peuvent être vus d’un œil méfiant par leurs beaux-enfants : tout dépend des souhaits d’intégration de ces derniers.

35Un statut de fille renvoie à des obligations plus grandes et peut correspondre à une demande très forte que les personnes ne sont pas forcément prêtes à assumer. Mme Anciaroli constate que les choses sont peut-être allées trop loin entre elle et sa belle-mère. Ses relations avec elles furent assez fusionnelles pendant longtemps, jusqu’au jour où des événements dramatiques (le décès d’un jeune beau-frère notamment) ont rendu sa belle-mère dépressive et dépendante affectivement. « Les relations sont [aujourd’hui] d’autant plus mauvaises qu’elle m’a prise pour une fille, qu’elle m’a accueillie comme une fille. »

Les parents « exclusifs »

36Cette logique, opposée à la précédente, est celle des pères et des mères exclusifs, qui ne peuvent pas « adopter » leurs beaux-enfants et multiplient les marques de différence entre liens de sang et liens d’alliance, entre leurs enfants et les « pièces rapportées »… Elle est le fait de parents extrêmement (excessivement) investis dans leur relation avec leurs enfants. Ils ont une définition restreinte de la famille et le mariage de leurs enfants est vécu comme une perte.

37L’exemple de Mme Vasca est à cet égard significatif. « On restera, je crois deux étrangères. » dit Mme Vasca pour exprimer la distance qui règne entre sa belle-mère et elle. Celle-là marque une profonde différence entre ses enfants et les « pièces rapportées ». Les sentiments maternels de sa belle-mère sont exclusifs : ils écartent les nouveaux venus que sont le gendre et la belle-fille. Les moments formels sont particulièrement révélateurs. Ainsi « le dernier exemple en date, c’était quand elle a fêté ses 60 ans, cet hiver. Elle nous a invités, avec sa sœur également, au restaurant. Donc elle voulait ses enfants près d’elle : fils et fille, sa sœur en face, et nous, en bout de table… Donc nous avions le bout de table pour moi et mon beau-frère. Et les petits-enfants, l’autre bout de table. » La répartition des convives à table symbolisait la hiérarchie des relations telle qu’elle est pensée par sa belle-mère.

38L’autre exemple concerne les affaires financières de la belle-mère au moment de sa retraite, celle-ci voulant faire l’acquisition d’un appartement ; affaires dont sont exclus le gendre et la belle-fille. « Un dimanche, […] ma belle-mère voulait voir avec son fils comment elle allait financer cette acquisition. Donc il était question de mettre sur table les capitaux propres dont elle disposait et les futurs emprunts. Eh bien, elle a fait venir sa fille et son fils à la salle du bar ; et elle nous a demandé, à mon beau-frère et à moi, de nous retirer dans la cuisine. Les enfants jouaient dans la cour. Nous nous sommes retirés dans la cuisine et elle a fermé la porte. Donc nous nous sommes retrouvés une bonne partie de l’après-midi à attendre que les secrets financiers soient dits dans la famille et surtout pas avec la belle-fille et le gendre. » Et Mme Vasca de conclure : « Je me suis demandée pour qui on nous prenait. » Mme Vasca ne voit pas de place pour elle dans cette famille, sinon sur les marges.

39Lorsque ce trait – l’exclusivité – est trop marqué, il est désavoué. « Moi, je ne suis qu’une pièce rapportée parce qu’elle considère comme cela ses beaux-fils et belles-filles. On n’a jamais fait partie de la famille. Elle prend ses enfants à part, elle leur dit des choses mais nous on est du menu fretin ! » (Mme Nevers). Gendres et belles-filles se sentent inexistants en tant que tels et sont renvoyés alors au vide de leur relation. Ils ressentent en outre ce rejet comme une non-reconnaissance de leur couple : le fils reste le fils et n’est qu’accessoirement perçu comme conjoint aux yeux des affins.

Deux schémas familiaux contraires

40La question peut être reconsidérée d’un point de vue conjugal. Les parents du mari et ceux de l’épouse, lorsqu’ils ne sont pas de même type, compliquent le jeu de la symétrie et de l’équilibre que tentent d’accomplir les deux conjoints. Autrement dit, les deux conjoints sont-ils aussi bien accueillis l’un que l’autre par leurs beaux-parents respectifs ?

Parents « exclusifs » et beaux-parents « assimilateurs »

41Ce cas de figure fait-il des personnes « gagnantes » des deux côtés ?

42La description que Mme Lechapelain fait de sa mère correspond à un schéma exclusif. Celle-ci n’a pas d’emblée accepté son gendre. « D’abord, on lui fauchait sa fille. J’étais très proche de maman. » Elle la décrit comme une personne prenant le parti de sa fille a priori. « En cas de conflit, je ne sais pas si j’en parlerais volontiers à maman. En cas de conflits conjugaux. Je finirais peut-être par lui en parler. Mais au départ, je ne sais pas. J’en parlerais plus volontiers à ma belle-mère. Pourquoi, parce que là je pense que maman prendrait tout de suite tout à fait ma défense, donc… » Mme Lechapelain décrit sa belle-mère comme une personne plus impartiale et objective. On a vu plus haut que, en cas de dispute avec son conjoint en présence de ses beaux-parents, ceux-ci prennent « plus volontiers (sa) défense. » Elle bénéficie d’un rare confort : la garantie d’un soutien des deux côtés. Parents et beaux-parents sont ses alliés.

43L’exemple de Mme Géhenne relativise pourtant l’idée de gain. Ses relations avec ses beaux-parents, sont faites de complicité et de confiance. Au contraire, sa mère, aimante mais possessive, exige beaucoup de ses enfants. Elle reconnaît les siens, et met au second plan ses beaux-enfants. « Elle a un sens de la famille très restrictif. » Mme Géhenne et sa mère sont si divergentes sur la conception de la famille que toute discussion est vaine. « Elle va vous répondre à cela : “Ah ! Mais toi, tu aimes tout le monde !” » Sa mère respecte les aspects formels de l’accueil de ses gendres et belles-filles mais la dimension d’obligation ressort trop nettement de ses comportements. « Ça ! Pour ça, elle ne loupera pas un anniversaire ! Mais ce n’est pas ça accepter quelqu’un ! Ce n’est pas penser à son anniversaire ou lui faire des cadeaux […] C’est fait de détails qui font que… On intègre quelqu’un ou on l’intègre parce qu’on est obligé de l’intégrer. » La notion de sang est sacrée aux yeux de sa mère et Mme Géhenne retrouve les mêmes difficultés à propos de ses deux enfants adoptés qui « sont dans le même registre que les gendres ou les belles-filles. » Mme Géhenne est une fille très sollicitée et tourmentée par les excès de cette mère. « J’ai une mère très envahissante qui peut-être même était jalouse de ce que je pouvais apporter à mes beaux-parents.[…] Alors que elle, j’allais la voir tous les jours. » « Son côté excessif fait qu’elle peut à un moment donné étouffer des gens. » De tels comportements ont entraîné des difficultés de couple. « Quelquefois on s’est demandé si ce n’est pas ce qu’elle cherchait… Inconsciemment, pour récupérer sa fille. » Le gain ne vaut que dans certaines limites, lorsque l’exclusivité ne tourne pas à l’excès, voire à la pathologie.

Parents « assimilateurs » et beaux-parents « exclusifs »

44Ce cas contraire fabrique des belles-filles qui se sentent perdantes et peuvent nourrir des rancœurs envers leur conjoint.

45Mme Nevers fait son bilan. « Autant dans la famille de mon mari, on fait la différence entre enfants et belle-fille, beau-fils, autant chez nous on ne la fait pas. »

46Mme Tinsart se sent (plus ou moins) discrètement rejetée par ses beaux-parents admirateurs de leur unique fils. Au contraire, ses parents sont des personnes aux valeurs catholiques et communautaires, soucieux du sens de l’accueil. Elle a le sentiment de perdre des deux bords et ce bilan est générateur de tensions. « Parce que ma mère était très généreuse, très ouverte. Elle donnait tout ce qu’elle avait. Mais pas forcément à sa famille, à tout le monde. […] Alors que par comparaison, je trouvais que mes beaux-parents vivaient repliés sur eux-mêmes. Et moi, j’appelais ça vivre en égoïstes. […] Parce que tout restait centré autour d’eux ou de leur fils. » Dans sa famille, Mme Tinsart a l’impression de devoir faire une large place à sa belle-sœur ; au contraire, elle ne retrouve aucune compensation dans sa belle-famille où tout lui est fermé. Le contraste amplifie les problèmes. « Je crois que je le vivais d’autant moins bien que mes parents n’étaient pas du tout comme ça. »

47Pour Mme Le Faou, ce même schéma s’est produit. Elle l’exprime en termes d’intégration : son mari a été bien intégré chez ses parents à elle. « Lui, oui, et moi, non. » ajoute-t-elle avec rancœur. Tout se passe comme si ces femmes donnaient mais ne recevaient rien en retour. Leurs maris gagnent à être gendres tandis qu’elles perdent à être belles-filles. Elles ouvrent à leurs conjoints leur territoire filial, tandis qu’eux-mêmes ne sont pas en mesure de partager le leur. Les cas les plus exemplaires de rancœurs conjugales au sujet de la belle-famille se trouvent parmi ces belles-filles.

Notes

1 Plusieurs auteurs notent l’écart de vocabulaire entre l’anglais et le français (M. Segalen, 1981 ; R. Fox, 1972 ; L. Dumont, 1988). Kinship se traduit fréquemment par parenté mais il vaudrait mieux préciser : parenté par le sang, « […] de sorte qu’il faut un second terme anglais, affinity, pour couvrir le sens de notre « parenté », qui est à la fois consanguine (par le sang) et alliée (par le mariage) ». « En général, la terminologie de parenté française ne fait pas de distinction entre consanguinité et alliance, alors que l’anglaise la fait » (M. Segalen, 1981). Les auteurs précédemment cités s’interrogent : est-ce à dire que la parenté consanguine seule compterait pour les Anglais ? Ou au contraire qu’en dissociant les deux termes, ils leur donnent autant de force à l’une et à l’autre ?

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search