Version classiqueVersion mobile

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Quatrième partie. Famille et belle-famille

Chapitre XII. Parenté consanguine, par parenté alliance

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Être comme la fille ?

Il existe tout un jeu sur les limites de la consanguinité. Nombreuses sont les personnes qui font le parallèle entre parents et beaux-parents, du moins dans les discours. « Tu es comme ma fille », « tu es ma troisième fille » sont des paroles d’usage à l’encontre d’une belle-fille qu’on apprécie ; « elle est ma deuxième mère » s’entend quelquefois dans la bouche des belles-filles. Mme Lechapelain témoigne : « Je sais qu’ils ont toujours dit à mes parents, et c’est gentil, qu’ils me considéraient comme leur fille. »

Pourtant, on peut s’interroger sur le sens de ses glissements et se demander si ces déclarations ne restent pas purement formelles. S’efforce-t-on vraiment de jouer le jeu de la parenté de sang, avec son cortège d’obligations et son caractère absolu ? En outre, l’existence d’une parenté par alliance diminue-t-elle les liens consanguins ?

La non-confusion des deux parentés1

L’émergence d’une nouvelle parenté pour les individus mariés ne signifie pas que c...

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search