Version classiqueVersion mobile

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Quatrième partie. Famille et belle-famille

Chapitre XI. L’expérience de l’altérité

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

La famille d’origine comme référence

1Alfred Schutz rappelle que toute interprétation du monde est « basée sur une réserve d’expériences préalables, les nôtres propres ou celles que nous ont transmises nos parents ou nos professeurs ; ces expériences sous forme de “connaissances disponibles” fonctionnent comme un schème de référence » (A. Schutz, 1987). Dans le cas présent, la famille d’origine constitue le seul « stock de connaissances disponibles » que l’on ait en matière de famille et auquel est confrontée la belle famille.

2De fait, les discours sur la relation affine sont continuellement ponctués de références à la famille d’origine. Les premières descriptions que donne Mme Jannic de sa belle-famille témoignent de ce réflexe comparatif. « D’emblée, ma belle-famille – parce qu’on se compare toujours je crois à sa famille, c’est toujours le point de repère – et par rapport à ma famille, donc, il n’y a aucune entente. » Mme Ballacey observe le manque d’objectivité de ses deux enfants qui sont depuis peu introduits dans leurs belles-familles respectives. Elle leur trouve l’esprit critique à force de comparer et ironise. « Ce n’est pas comme à la maison, alors… »

L’objet des comparaisons

3La perception des différences n’est pas liée à leur amplitude. L’attention prêtée par les belles-filles à ces différences entre famille et belle-famille n’est pas proportionnelle à l’écart « objectif » qui sépare ces dernières. Tout dépend du sens qu’elles accordent au point qui retient leur attention. « L’altérité se construit plus qu’elle ne se découvre » (M. Guillaume, J. Baudrillard, 1994).

4Toutefois, un minimum de ressemblance est nécessaire pour trouver des critères de comparaison communs. Ceci est particulièrement vrai dans le cas des familles très éloignées socialement. Ainsi Mme Guillen évite de comparer ses parents de milieu modeste et ses beaux-parents appartenant à la haute bourgeoisie du Nord que visiblement tout oppose (niveau et style de vie, goûts, connaissances…). Elle parle rarement de sa famille et de sa belle-famille simultanément. Comparer renverrait de façon triviale à la réalité. Il y aurait quelque chose d’inconvenant.

5Les objets des comparaisons entre les deux parentés portent aussi bien sur des personnes, des pratiques quotidiennes, que sur des différences de milieu social ou d’ambiance. L’entrée dans la vie privée d’une nouvelle famille donne également l’occasion de découvrir ses habitudes ménagères, festives, l’organisation quotidienne, le type de rapports entre les membres de la famille, le mode de communication, l’atmosphère qui règne… Mme Lechapelain par exemple compare sa mère, femme au foyer très centrée sur la famille et sa belle-mère, « davantage investie dans son travail qu’elle n’était maternelle. » Mère et belle-mère représentent pour Mme Lechapelain la dichotomie femme au foyer/femme active.

6En définitive, cette analyse des regards comparatifs des belles-filles permet de mettre en évidence les catégories qu’ont nos contemporains pour concevoir la famille en général : modernité et jeunesse ou au contraire tradition et classicisme ; hédonisme/rigueur, mondanité/simplicité, et surtout froideur/chaleur.

Familles « froides » et familles « chaleureuses »

7Chaleur et froideur sont deux catégories fréquemment rencontrées dans les discours des femmes pour nommer les liens au sein d’un groupe familial. Familles « froides » et familles « chaleureuses » caractérisent deux types de familles selon leur faible ou forte capacité d’intégration.

8Mme Charas oppose sa belle-famille « assez froide », « très stricte », « où on parle peu », à sa famille que caractériserait « la chaleur » et où « on est assez détendu », « assez amical », « on parle beaucoup entre nous. »

9Selon Mme Jannic, chez ses affins, « Il n’y a pas d’esprit de famille. C’est plutôt d’aspect froid. »

10Mme Tinsart parle de « smala » à propos de sa famille aux liens très denses et trouve par comparaison sa belle-famille « fermée ». À l’inverse Mme Péresse raconte, avec envie, les habitudes festives existant dans sa belle-famille : « Quand je suis arrivée, il y avait une ambiance de fête qu’il n’y avait pas chez moi. Il y a eu des grandes fêtes de famille. Les réveillons de Noël où tout le monde se couchait à cinq, six heures du matin, tout le monde chantait Et chez moi, il n’y a jamais eu de choses comme ça. »

11Ce sont les familles chaleureuses qui sont, en général, préférées par les enfants et beaux-enfants. À quelques exceptions près, la convivialité, la chaleur, l’image de la grande table familiale font l’unanimité. La famille reste massivement représentée et idéalisée comme un lieu intégrateur et dénué d’anomie, pour parler comme E. Durkheim.

La comparaison comme acte de connaissance

12Le fonctionnement familial de la belle-famille ne se donne pas à voir dans sa globalité et de façon abstraite mais bien à partir d’indices. Le détail peut être chose insignifiante ; il peut être au contraire l’élément qui fait prendre conscience de l’ensemble. Anecdote signifie étymologiquement « choses inédites ». Elle est ce menu fait dont le récit peut éclairer le dessous des choses. « […] la réalité de la vie quotidienne apparaît toujours comme une zone de lucidité derrière laquelle se trouve un fond d’obscurité. Quand certaines zones sont illuminées, d’autres sont plongées dans l’ombre. Je ne peux pas tout connaître de cette réalité. » (P. Berger, T. Luckmann, 1986). Ainsi, les descriptions, les observations, les comparaisons entre les deux familles permettent l’appréhension de ce milieu inconnu. Comparer est un moyen de produire du sens et de créer des catégories, un mode d’appréhension des expériences immédiates. La comparaison est même une condition à la lisibilité de l’expérience immédiate et permet la typification, c’est-à-dire l’élaboration, le choix de catégories et le classement dans ces catégories (A. Strauss, 1987).

13La comparaison permet non seulement de situer et connaître les personnes mais aussi de cerner les relations envisageables avec elles. L’on entrevoit ainsi la place que l’on peut occuper dans ce groupe. Par la comparaison, on établit des ponts entre soi et sa belle-famille, on découvre aussi les portes ; les possibilités d’échanges réciproques, ou au contraire les points de rupture, les séparations, les clôtures (G. Simmel, 1981).

Une démarche légitime ?

14A-t-on le droit de comparer ? Le réflexe comparatif, tout en étant très répandu, suscite une mauvaise conscience chez les belles-filles, comme si cette attitude avait des conséquences néfastes dans leurs relations avec leurs affins. Mme Guillen témoigne : « Je n’ai pas pu m’empêcher de comparer et c’est très mauvais. » Mme Tinsart amorce une autocritique. « Pour moi, je faisais toujours référence à ma mère. Ce n’est pas normal. Mais instinctivement, on fait référence à ce qu’on a connu. »

15« Comparer toujours les manières de faire de ma belle-mère à celles de ma mère Peut-être que je n’aurais pas dû le faire. Sûrement. Mais malgré moi, je me disais.Tiens ! On ne fait pas ça comme ça…” Systématiquement… “Maman aurait fait ça comme ça…” ». L’enquête réalisée à Quimper nous oriente vers l’autre point de vue : celui des (beaux-) parents. Une femme de cinquante-trois ans, ouvrière, parle de sa belle-fille en termes positifs. « On s’entend très bien. Du fait qu’elle n’a plus ses parents, donc elle n’a plus sa mère, elle ne peut pas faire la comparaison entre sa mère et moi. » « On a toujours tendance à faire la comparaison entre les deux, mère et belle-mère. » En quoi les comparaisons peuvent-elles entraver la bonne entente ? Créent-elles de la distance, plaçant la nouvelle venue dans une situation d’extériorité ?

La découverte de l’altérité

La belle-famille, un « pays étranger » ?

16La belle-famille est une histoire de dépaysement, d’étrangeté. « Notre monde vient d’en trouver un autre. » a écrit Montaigne au sujet de la découverte de l’Amérique par l’Occident. On pourrait faire le parallèle avec la belle-famille ! Faire un détour par l’analogie avec les sociétés « exotiques » pour aborder le thème de la pluralité, de la diversité n’est pas excessif : Mme Anciaroli parle de « deux sociétés, deux moyens de communication » à propos de ses parents et beaux-parents ; Mme Vautrin, de deux « politiques ». Entrer dans la vie privée d’une nouvelle famille et s’y adapter relève dans une certaine mesure d’un processus d’acculturation au sens où l’entend l’anthropologie culturelle nord-américaine (R. Bastide, 1985).

17La belle-famille est parfois perçue comme un pays étranger, pétri d’habitudes et de lois déconcertantes. L’histoire de Mme Tinsart, cinquante et un ans, est exemplaire à cet égard.

18Mme Tinsart et son mari ont tous deux été, au début de leur relation de couple, rendus perplexes par le spectacle que leur offraient leurs belles-familles respectives. La famille de Mme Tinsart habite une ville du Sud-Est et forme une sorte de clan, entretenant avec soin des relations intenses avec la famille élargie. « On fait un peu smala. » Selon Mme Tinsart, sa famille se caractérise par son aspect chaleureux, ouvert, ses qualités relationnelles. Son mari a d’abord eu du mal à s’adapter à ce mode de vie, avant de l’adopter. « Un petit peu affolé : “Mais ça n’arrête pas ! C’est toujours le va-et-vient !” Au début il était un peu asphyxié. (rire) Complètement ! Pour lui, c’était le jour et la nuit. »

19Au contraire, le mari de Mme Tinsart est fils unique et les beaux-parents ne tissent aucun lien avec le reste de leurs familles. Mme Tinsart est surprise par l’atmosphère qu’il y règne lorsqu’elle se rend chez ses affins les premières fois. « C’était fermé. Fermé… D’abord de grandes grilles, et le portail toujours fermé à clé. Et jamais personne ! » Ce lieu lui semble un cocon réservé à quelques rares élus – dont elle ne fait pas partie, nous l’avons vu. Elle remarque la rigueur et l’ordre extrêmes qui sont le reflet de sa belle-mère. Tout est parfait mais « immuable ». Le sentiment dominant de Mme Tinsart face à ses beaux-parents est l’incompréhension. Elle ne saisit pas leurs valeurs, leurs conceptions, leurs comportements, leurs choix, tant au quotidien que pour des événements plus formels ; aussi bien pour des faits d’actualité que pour des choix du passé.

20Tout converge dans cette histoire dans le sens de la rupture, de la clôture entre Mme Tinsart et ses beaux-parents. Celle-ci ne conçoit pas de pont ou de liaison. D’une part, elle fut mal acceptée par ses beaux-parents qu’elle décrit comme des gens possessifs et envahissants, en un mot « tyranniques ». D’autre part, la difficulté d’adaptation à une expérience nouvelle suscite chez Mme Tinsart des comparaisons systématiques. « Pour moi, je faisais toujours référence à ma mère. » « Malgré moi, je me disais : “Tiens ! on ne fait pas ça comme ça !” Systématiquement. “Maman aurait fait ça comme ça”… » Chaque fois qu’elle se rend chez sa belle-famille, elle jauge tout à l’aune de son modèle d’origine. Elle est comme une exilée ayant le mal du pays natal et qui ne comprend pas pourquoi elle a dû le quitter. Elle n’ose pas s’adapter à ces us et cet univers nouveaux par peur de s’y fondre, de s’y perdre. « J’étais un peu surprise ! Je me suis retrouvée basculée dans un autre monde que je ne connaissais pas. Donc pas avec les mêmes habitudes. » Elle est à l’affût des moindres points communs, part à la recherche de repères. « Il y avait des petits napperons, des petites bordures sur les étagères ; un petit feston ou une petite dentelle dans les armoires à linge. Donc je me suis sentie un petit peu en pays de connaissance. » « Je me suis dit : Tiens ! C’est comme à la maison ! »

21Son histoire est en définitive celle d’une double déception : déçue de n’avoir jamais été bien acceptée, elle est aussi dépitée de n’avoir pas retrouvé chez les parents de son mari un univers semblable au sien. Ces deux déceptions se sont accentuées mutuellement. « Moi j’aurais souhaité être accueillie, retrouver la même… Bon, bien sûr, on ne peut pas demander le même De retrouver un peu d’affection, de sollicitude aussi. Et pouvoir également parler à ma belle-mère comme on pourrait, comme on devrait pouvoir parler à sa mère. » Mme Tinsart aurait souhaité penser sa belle-famille en continuité avec sa famille. Mais « trop de différence rend impossible l’expérience de l’altérité » (M. Guillaume, J. Baudrillard, 1994). Mme Tinsart n’est même pas, n’a jamais été l’étrangère, car l’étrangère, souligne G. Simmel, est un élément du groupe (G. Simmel, 1984). Après plus de vingt ans de mariage, Mme Tinsart est restée extérieure au groupe affin sous l’action conjuguée des marques de déni de sa belle-mère qui l’a exclue et de sa propre crainte de l’assimilation dans un univers trop éloigné du sien.

22L’expérience de la belle-famille est avant tout une découverte de l’altérité. Jusqu’au moment du mariage, l’expérience de la famille est quasiment unique (on est membre d’une seule famille) et singulière (perçue comme fondamentalement différente des autres et personnelle). L’entrée dans une belle-famille modifie cette impression de singularité. La belle-fille découvre « la situation typique dans laquelle se trouve un étranger lorsqu’il tente d’interpréter le modèle culturel d’un groupe nouveau et de s’orienter à l’intérieur de celui-ci » (A. Schutz, 1987). Elle est une figure de « l’étranger ». Pendant un temps, la nouvelle venue est plus en position d’extériorité et d’observatrice que dans celle de participante. Puis il lui sera donné de bondir des coulisses sur la scène, car l’étranger est « susceptible de se transformer lui-même d’observateur extérieur non concerné qu’il était en membre potentiel du nouveau groupe » (A. Schutz, 1987, p. 225).

23De ce point de vue, la rencontre de deux partenaires peut être lue comme le choc de deux cultures. Tout couple est « mixte » en ce sens qu’il réunit deux membres issus de deux univers différents ou, pour parler comme P. Berger et H. Kellner deux « nomos » distincts. Une personne est parfois amenée à considérer comme extraordinaires et difficiles à entendre des habitudes, des valeurs, des règles de savoir-vivre auxquelles son conjoint, au contraire, est familier et « si bien accoutumé dès sa naissance et qu’il respecte si fort et si spontanément qu’il n’imaginerait pas la plupart du temps qu’elles pourraient être autrement » (R. Caillois, 1964).

L’expérience de la relativité

24L’expérience de la belle-famille n’est pas sans effet sur la perception de la famille d’origine. D’une part, elle modifie l’idée de famille : les liens d’enfance et les liens de sang ne constituent plus la seule dynamique familiale. D’autre part, la confrontation à une belle-famille peut être une expérience de la relativité. Inégalement selon le degré de dissemblance entre les deux familles, elle relativise les valeurs, les façons de faire, les certitudes acquises dans sa propre famille. Elle invite à considérer que d’autres pratiques et valeurs sont peut-être légitimes. La famille par alliance fait ressortir la contingence de la famille d’origine. Celle-ci ne paraît plus unique mais casuelle et fortuite. Elle perd de son caractère d’évidence, ce qui, parfois, suscite des résistances.

  • 1 A. Muxel, « Mémoire familiale et projet de socialisation de l’enfant : des obstinations durables » (...)

25Le modèle familial d’origine ne reste pas incorporé comme un système d’usages non contestés à l’âge adulte. Ainsi, les nombreuses études traitant de la transmission, si elles montrent la prégnance des valeurs, des codes et des usages familiaux, révèlent des décalages entre parents et enfants adultes : cette transmission n’est pas systématique1. Certaines habitudes acquises pendant l’enfance resurgissent lors de la mise en couple, mais elles sont aussi contestées (J. -C. Kaufmann, 1992). Quoi qu’il en soit, qu’elle représente un modèle ou un contre-modèle, la famille d’origine constitue un univers significatif important, et la rencontre avec la belle-famille, une interaction troublante dans la mesure où elle modifie l’angle de vue et la position des « enfants adultes ». Cet événement place les personnes dans une position soudaine d’extériorité par rapport à leur famille d’origine, qui devient une Autre. Ce que Jean Starobinski dit pour notre civilisation est transposable pour la situation de la belle-fille : « Elle ne peut plus vivre tranquillement sa certitude traditionnelle depuis qu’elle sait que la certitude des autres n’est ni plus mal ni mieux fondée que la sienne » (J. Starobinski, 1953).

De fortes résistances

26Cette attitude d’ouverture sur une nouvelle branche de parenté, et, parallèlement, de regard critique sur sa propre famille ne va pas de soi. Mme Anciaroli raconte que sa mère et sa belle-mère furent des femmes soumises à l’autorité du mari. Comme son beau-père, son père a eu un rôle de « patriarche » dans sa famille. « Oui, mais étant donné que c’est mon père, je ne le vois pas forcément de la même façon. » L’attachement à sa propre famille se manifesterait souvent par un manque d’objectivité. Relativiser est une attitude difficile à tenir car elle conduit à relire son expérience précédente et implique potentiellement au moins un décentrement. Le possible apparaît à l’esprit. La relativité du sens et du non-sens est portée au jour.

27Greffer à son univers familial une nouvelle « branche » de parenté se pose pour certaines en termes de partage, de choix à réaliser. Ainsi, Mme Cavenec, une jeune avocate de vingt-six ans, vit avec une certaine angoisse ses relations d’alliance toutes récentes. De son point de vue, il importe au plus haut point de pouvoir conserver intactes ses relations antérieures avec sa famille. Tout se passe comme si elle découvrait avec stupéfaction que son conjoint n’est pas… orphelin et que les relations avec sa parenté par alliance sont inéluctables. C’est pour elle une véritable révélation.

28« – Est-ce que vous imaginiez une belle-famille avant de rencontrer celle que vous avez maintenant ? Y aviez-vous pensé ?

29– Non, pas du tout. J’ai fait abstraction de la belle-famille. Je voyais, dans ma relation future, uniquement la personne avec qui j’allais vivre et ma famille. Je ne voyais pas sa famille à lui parce que je ne la rentrais pas dans la relation qu’on pouvait avoir. Ce qui fait que ça a été quelque chose de nouveau finale- ment : faire en fonction de sa famille […] Je n’imaginais pas que l’on pouvait avoir à se partager ; ce n’était pas une question à laquelle j’avais pensé. Et puis c’est arrivé. Quand effectivement on s’est présenté nos familles, je me suis dit “Mince ! Il a… Il a une famille !” […] Pourtant, je les connaissais. Je connaissais son frère et puis sa mère de vue. Mais le fait de faire en fonction, de dire “telle réunion de famille, il faudra que je sois chez lui, elle a également son importance…” C’était quelque chose de nouveau. » Mme Cavenec avait totalement exclu sa belle-famille de son imaginaire et découvre qu’il faut se répartir le temps de famille en deux. Or ses relations parentales sont extrêmement valorisées dans sa logique, à tel point qu’elle n’envisage pas la symétrie de la situation entre elle et son futur époux. « C’est important de connaître la famille qu’on sera amené à côtoyer après. Mais si véritablement il y avait eu un problème d’incompatibilité d’humeur ou quelque chose qui ne me plaise pas chez ses parents, ça n’aurait pas été déterminant dans la relation. Pour moi, mon premier problème, c’était que lui soit admis dans ma famille, et je ne me posais pas la question… de savoir si je pouvais être admise dans sa famille ou pas. (rire) Il était plus important que je présente ma famille que lui ne me présente la sienne (rire). » Pourtant, elle réalise désormais qu’elle est devenue moins libre d’imposer sa propre échelle de valeur affective.

30En définitive, l’attitude de relativisme résulte d’une condition : la conscience de la symétrie de la situation entre soi et son conjoint. Ce relativisme tend à l’impartialité vis-à-vis de l’une ou l’autre des deux familles et s’exprime par la manifestation d’un intérêt porté à ses beaux-parents (un certain degré de connaissance de leur vie, de leur histoire).

Notes

1 A. Muxel, « Mémoire familiale et projet de socialisation de l’enfant : des obstinations durables », Dialogue, n° 84, 1984. Voir aussi : « Chronique familiale d’un héritage politique et religieux », Cahiers internationaux de sociologie, déc. 1986.
T. Barthélémy montre l’alternance de logiques opposées (accumulation/dispersion) d’une génération à l’autre au sein d’une famille d’agriculteurs sur laquelle elle a centré ses analyses, « Héritiers et partageux : modes de transmission de la terre dans deux familles bretonnes », intervention pour le séminaire « Famille » de l’INED, séance du 2 avril 1990.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search