Version classiqueVersion mobile

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Troisième partie. Relations par alliance et relations conjugales

Chapitre X. Variations conjugales : « autogestionnaires » et « communistes »

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cette hypothèse a été abondamment traitée dans le cadre d’un mémoire de DEA C. Lemarchant, Élément (...)

1Dans une certaine mesure, la conception de la vie conjugale et l’organisation qui en découle au sein du couple influencent les relations entre belles-filles et beaux-parents. En d’autres termes, les manières d’être en couple se traduisent de quelque façon dans les comportements et les façons de voir d’une femme à l’égard de ses beaux-parents1.

Deux types de fonctionnements conjugaux

2De nombreux auteurs se sont attachés à effectuer des typologies de modèles familiaux, de « styles […] de relations conjugales et parentales dans les sociétés industrielles » (J. Kellerhals, 1987). Ils ont été longtemps marqués par l’opposition entre instrumentalité et expressivité : à l’homme revient le rôle instrumental de pourvoyeur de revenus et de contact avec l’extérieur de la famille ; à la femme le rôle expressif centré sur l’éducation des enfants et les tâches domestiques (T. Parsons, R. Bales, 1955). Mais ils ont proposé, depuis des années 65-70, un choix de modèles d’analyse pour ordonner et comprendre la diversité. Parmi les typologies qui permettent de cerner les diverses logiques d’interactions, nous avons retenu la grille théorique « autonomie/fusion » empruntée à J. Kellerhals qui établit une typologie des relations conjugales en fonction du « degré d’individualisme et de communauté qui caractérise leurs normes d’échange » (J. Kellerhals et alii, 1982). L’autonomie désigne un bien qui n’appartient qu’à la personne qui le gère comme elle l’entend ; la fusion stipule au contraire « qu’un élément de capital doit être soumis à la juridiction du nous-couple. » F. de Singly insiste sur la nécessité de ne pas tomber dans un schéma binaire présentant une fusion intégrale ou une autonomie totale (F. de Singly, 1987). Autonomie et fusion sont placées dans des secteurs différents selon les cas. Telle femme fixe ses souhaits d’autonomie dans le domaine du partage conjugal des fonctions d’autorité et de pourvoyeurs de revenus et revendique simultanément une organisation fusionnelle des tâches domestiques. Telle autre, au contraire, gérera seule le budget domestique tout en réclamant la communauté conjugale pour les propriétés personnelles, le temps libre, etc. À l’axe théorique Autonomie/Fusion, il fait correspondre la typologie Autogestion/Communisme, que nous présentons par le tableau suivant.

  • 2 « Autogestionnaires » et « communistes » correspondent à deux façons de penser le couple mais auss (...)

Note 22

Définition des types d’organisation conjugale « autogestionnaires » et « communiste ».

3Les auteurs précédemment cités ne manquent pas d’insister sur la corrélation entre ces genres de fonctionnement conjugaux et le système de stratification sociale. F. de Singly note que le modèle « communiste » a le plus de succès dans les milieux populaires, tandis que le modèle de l’autogestion est le mieux représenté parmi les cadres. Dans notre « échantillon », nous comptons presque autant de femmes de tendance « communiste » dans leur couple que de femmes de tendance « autogestionnaire ». Là aussi nous constatons une répartition définie selon les milieux sociaux.

4Ces deux groupes correspondent en partie à deux genres différents de relations par alliance. Les manières d’être en couple s’accompagnent en effet de façons particulières de penser et organiser ses relations affines.

Modèles conjugaux et relations affines

La sexualisation des territoires

5Prendre la décision d’inviter ses beaux parents, de leur rendre visite, leur confier la garde des enfants, prévoir un cadeau pour eux… entraîne des échanges de vue entre les deux conjoints ; du moins, cela met en jeu l’organisation conjugale. Les femmes « autogestionnaires » se caractérisent dans leur couple par une volonté de limiter la sexualisation des territoires. Par conséquent, ces jeunes femmes ne mettent pas l’accent sur l’identité sexuelle entre belle-mère et belle-fille. Les décisions en matière d’éducation des enfants, d’organisation domestique relèvent avant tout d’une confrontation conjugale. Mme Jouhandeau expose ses réticences à propos des gardes d’enfants : elle travaille à temps plein dans un hôpital, en tant que laborantine, mais refuse de confier quotidiennement ses trois enfants à sa belle-mère. « Elle voulait le garder, le premier, mais nous, on n’avait pas voulu. On était contre le fait que ce soient les grands-mères qui gardent les petits-enfants. On aime mieux les leur donner quand ça leur fait plaisir ou quand ça arrange. Mais on ne voulait pas qu’elles les gardent en permanence. » Les raisons invoquées par Mme Jouhandeau sont de deux ordres : « On ne voulait pas faire de différence avec les autres enfants, plus éloignés. Et puis ils sont mal élevés, en général, les enfants élevés par leur grand-mère (rire). » Pour Mme Jouhandeau l’enfant est un sujet de discussion conjugal dont les beaux-parents sont exclus. En choisissant pour l’enfant un lieu de garderie « neutre », c’est-à-dire non marqué par le sceau familial, le couple marque son autonomie à l’égard des parents et revendique la possession de ce territoire. Mme Jouhandeau craint d’être l’obligée de sa belle-mère. Selon la logique don/contre-don, elle risquerait de payer de son autonomie la réalisation de la proposition d’aide de sa belle-mère. Car elle sait qu’elle lui serait redevable, ce qu’elle refuse tacitement. Ici, le recours aux beaux-parents est plus rapidement codé comme risque d’ingérence que comme aide.

6Mme Plessis est enceinte de son premier enfant. Imagine-t-elle requérir l’aide de ses mère et belle-mère, toutes deux rennaises comme elle ? « Non non non ! Qu’elles me fichent la paix ! »

7À l’inverse, le pacte conjugal « communiste » fonde la division des tâches sur des critères de sexes. Chez les femmes « communistes », il existe une part d’exclusivité féminine. Le réseau féminin d’entraide, de sociabilité revêt une importance de premier ordre. Elles acceptent mieux que les autres l’idée que leur belle-mère s’intéresse, voire participe à leur organisation domestique, à l’éducation des enfants, territoires par elles considérés comme féminins.

8Mme Bulot élève ses trois enfants. Son mari, médecin, est très absorbé par son travail et c’est elle qui a la charge de la bonne marche des affaires domestiques et de la famille. Elle est ravie de pouvoir de temps en temps partager cette responsabilité avec ses beaux-parents, d’autant plus que ses parents sont éloignés géographiquement. Elle trouve sa belle-mère habile et active dans son rôle de grand-mère. « Comme grand-mère, je crois qu’elle est vraiment parfaite. » La relation affine de Mme Bulot semble très axée sur la question des enfants. « C’est une vraie mamie, comme il faut. » Elle a mis fréquemment sa fille aînée en garde chez sa belle-mère et regrette de ne plus pouvoir en faire autant avec le dernier, sa belle-mère étant « accaparée par son autre petite-fille ». Mme Bulot est très demandeuse à cet égard et souhaiterait partager plus avec sa belle-mère. Les deux femmes ont eu la même « carrière » maternelle, à une génération d’intervalle : toutes les deux ont eu quatre enfants, dont un décédé en bas âge. Mme Bulot aurait aimé voir en sa belle-mère un garde-fou ; quelqu’un qui, tirant la leçon de son expérience, l’aide à dépasser sa douleur et sa hantise de voir à nouveau disparaître ses autres enfants.

9L’organisation domestique, l’éducation des enfants sont des exemples significatifs. Ce que les premières considèrent comme un légitime intérêt de leur belle-mère pour des choses féminines est considéré par les « autogestionnaires » comme une ingérence dans des affaires conjugales. Si les communistes sont plus demandeuses à cet égard, elles sont en revanche plus sensibles aux points de vue et jugements éventuels de leur belle-mère pour des raisons identitaires. Plus susceptibles, elles supportent d’autant moins les critiques qu’elles se sentent impliquées directement dans ces domaines. Le doigt passé par une belle-mère sur l’étagère de sa belle-fille pour en vérifier l’état de propreté n’a pas le même effet chez une femme seule responsable de la tenue de son foyer et une autre, investie également dans un travail et considérant que les poussières sont autant l’affaire de son mari que la sienne. Question de définition de soi… Mme Goglin se souvient d’une vérification de ce genre de la part de sa belle-mère lorsque celle-ci était encore suffisamment en bonne santé pour se déplacer chez ses enfants. Était-elle un peu curieuse ? « Non. À part mettre le doigt dans les pots de fleurs pour voir si j’arrosais bien mes plantes, c’était tout (rire). J’avais le droit presque tous les samedis au doigt dans la terre pour savoir si c’était bien arrosé. » Le geste est anodin et Mme Goglin s’en amuse. Mais il est observé, noté, et encore présent à sa mémoire…

Logique de l’innovation et logique de l’enchainement des générations

10Celles qui tendent à l’autogestion se situent dans la logique de l’innovation. Elles manifestent leur détachement à l’égard des connaissances des aînés, réalisent un « cocktail d’influences » sur la base de diverses sources d’information. Elles privilégient une démarche osmotique, en contact constant avec l’extérieur. Elles acceptent et surtout suivent moins facilement les conseils, qu’elles considèrent comme des ingérences. Ce sont des femmes plus critiques envers les façons de faire des (beaux-) parents. Mme Langelot a un beau-père pharmacien « traditionnel » ; au contraire son mari est enseignant de Taï Chi, un sport chinois, et diplômé de l’école d’acuponcture chinoise. Ces parcours divergents suscitent de nombreux débats. « Nous, on n’est pas médecine traditionnelle. Quand on va chez un médecin, c’est plutôt chez un homéopathe.[…] Lui, toute sa vie, il a vendu des médicaments style aspirine. Alors nous, on prend un malin plaisir à lui dire : mais non ! il n’y a pas que l’aspirine.[…] Ce qu’il y a de très sympa, c’est qu’il a fini par en rire. » Elles sont particulièrement sensibles à la situation de dépendance familiale.

11Dans la logique don/contre-don, elles valorisent l’échange réciproque (A B). Pour garantir leur autonomie dans les relations de famille, elles favorisent la formalité et la régularité dans les relations affines. Mme Derviche a par exemple rejeté dans les premiers temps la proposition que lui faisaient ses beaux-parents de les tutoyer. « Je n’ai pas voulu les tutoyer tout de suite. Je voulais qu’il y ait une certaine distance entre nous d’abord. Pour bien montrer mes marques, quoi. On n’empiète pas sur mon terrain facilement… Je voulais marquer mes limites. »

12Les femmes « communistes » dans leur couple se situent dans la logique de l’enchaînement des générations, valorisant les connaissances des aînés plutôt que la capacité d’innovation. Nombreuses sont celles qui, telles Mmes Hurel et Manguier, évoquent en leurs beaux-parents « des gens qui ont de l’expérience ». Étudiantes, Mmes Lebars et Avril sont fréquemment demandeuses de conseils, qu’elles suivent volontiers. « Pour mes études, on a réfléchi ensemble avant que je change d’orientation. En fait, c’est eux qui ont déclenché la chose et qui m’ont dit : “On ne te sent pas vraiment motivée par ce que tu fais. On te verrait mieux dans un truc plus concret”. Ça m’a permis de réfléchir. Et puis ça a été un point de départ pour moi. Après, je me suis sentie à l’aise pour changer » (Mme Avril).

13Mme Anciaroli se souvient d’avoir apprécié les conseils médicaux de sa belle-mère lorsque ses enfants étaient malades. « Elle m’a appris à faire des cataplasmes à la moutarde, des choses comme ça. Ça m’a permis d’éviter de recourir toujours aux antibiotiques. » Mme Manguier s’est immédiatement rendue chez ses beaux-parents à sa sortie de la maternité. « On est partis huit jours à Nantes (chez les beaux-parents). Disons qu’au premier, on s’inquiète toujours un peu. Donc je voulais être rassurée quelque part. J’avais une angoisse permanente pendant toute ma grossesse, c’était le cordon ombilical ; et j’avais peur de le nettoyer, j’avais peur de lui faire mal. Je n’avais qu’une hâte, c’était qu’il tombe, ce machin-là. Et il est tombé, il est tombé on était à Nantes. Ça m’a soulagée d’être là-bas. Parce que s’il y avait un problème, on n’était pas tout seuls. »

14Ces femmes sont sensibles au sentiment de respect filial et aux devoirs des parents. Dans la logique don/contre-don (M. Mauss, 1950), elles valorisent l’échange en chaîne (A B C…). Elles valorisent la transmission entre générations, considèrent que ce qu’elles reçoivent des générations antérieures, elles le donneront à leur tour à leurs enfants et petits-enfants. Mme Ormeaux par exemple prévoit de donner à sa petite-fille une bague que sa belle-mère lui avait cédée. « Je pense que je la donnerai à ma petite-fille parce que… Il y a quand même quelque chose d’assez fort chez ma belle-mère. Au mariage de ma fille, elle avait deux très beaux diamants et elle m’a dit : “Écoute, voilà, je vais te les confier et tu vas faire faire une monture”, chez un joaillier que j’avais. Et ma fille a une bague magnifique, avec deux énormes diamants, montés à l’ancienne. C’est ma fille qui a et qui aura les bijoux. Et ma petite-fille. […] Elle veut que ça reste. En plus, elle sait qu’on aime bien et qu’on en prend soin. Et elle est contente, en fait. Si vous voulez, à l’âge où j’arrive, des fois je me dis : “J’ai ça et ça …” On a tendance à vouloir faire plaisir à des personnes qui aimeront et qui garderont … ».

Place du mari dans les relations entre la belle-fille et ses beaux-parents

15La place du mari constitue un indicateur intéressant du fonctionnement des relations affines. Deux modèles peuvent être mis au jour selon que celui-ci constitue ou non un intermédiaire entre la belle-fille et les beaux-parents. Le premier modèle schématise un mode de relations indirectes. Le mari constitue un maillon entre les autres protagonistes. Par exemple, c’est lui qui prend l’initiative d’inviter ou de rendre visite à ses parents avec sa femme, de choisir le cadeau pour eux, de se rendre disponible pour les aider. Ici, la belle-fille privilégie peu les interactions en l’absence de son mari.

16Belle-fille Mari Beaux-parents.

17Le deuxième modèle au contraire se distingue par la présence de relations affines spontanées et directes, sans nécessairement passer par l’intermédiaire de son mari. Soit, schématiquement :

18Les tractations sont plus directes, aussi bien pour des questions quotidiennes que des événements plus conséquents, tels l’organisation de repas et de fêtes de famille. Ces femmes vont voir leurs beaux-parents aussi souvent seules qu’accompagnées de leur mari. Elles sont le relais d’informations dans la famille.

19Nous avons cherché à savoir si ces deux modèles se superposaient aux deux genres précédemment cités, « autogestionnaire » et « communiste ». Le modèle de relations affines par mari interposé correspond-il aux « autogestionnaires », le mode de relation « directe », aux « communistes » ?

20Cette hypothèse ne se trouve que partiellement validée. Certes, concernant les indicateurs des visites, cadeaux, enfants, les « communistes » privilégient tendanciellement une gestion des relations plus directes avec leurs affins que ne le font les « autogestionnaires ». C’est dans ce groupe que l’on compte le plus de femmes allant sans leur mari chez leurs beaux-parents, par exemple. Plus : certaines d’entre elles se définissent comme les intermédiaires entre leur mari et ses parents. « Je peux vous dire que c’est moi qui fait le lien dans la famille, qui téléphone au beau-père, qui téléphone à droite, à gauche… » « (Mon mari) se décharge sur moi », dit Mme Ozenne. Au contraire, les « autogestionnaires » nouent des relations affines qui sont moins « libres », moins souples, moins directes que chez les « communistes ». Elles passent plus par l’intermédiaire de leur mari pour organiser leurs échanges affins. Mme Plessis n’envisage pas de se rendre chez ses beaux-parents sans son mari. Mme Charas est « plus à l’aise quand il est là. » On en arrive au paradoxe suivant : les « autogestionnaires », qui par définition, revendiquent la possibilité d’agir et de décider indépendamment de leur conjoint, sont plus dépendantes de leur mari dans ce domaine relationnel : l’affinité.

21Mais la prise en compte d’autres indicateurs vient nuancer cette correspondance entre types de relations conjugale et mode de relation affine. En particulier ce résultat ne s’applique pas au règlement des conflits entre la belle-fille et les beaux-parents. Les « autogestionnaires » et les « communistes » privilégient autant une gestion directe qu’indirecte (par le biais du mari) des conflits. Les propos de Mmes Ballacey et Ricardin sont en définitive significatives de la façon de liquider tensions et contrariétés avec ses beaux-parents : le règlement se fait souvent par mari interposé. « Je n’aurais pas osé lui dire, mais je l’aurais dit à mon mari » (Mme Ballacey, une « communiste »). « Les réflexions, elle les fait souvent quand il (le mari) n’est pas là. Alors moi, après je lui en parle et lui il lui dit : “Est-ce que ça te regarde ?” Elle dit : “Oh ! rien, vous faites ce que vous voulez”… » (Mme Ricardin, une « autogestionnaire »). Oser s’affronter directement à ses beaux-parents n’est pas l’apanage des unes plus que des autres.

Conclusion

22Les femmes à fonctionnement « communiste » dans leur couple accordent plus d’importance à la parenté comme réseau social. Elles sont plus sensibles au fait d’être intégrées dans – ou rejetées par – la belle-famille. Les échanges sont perçus comme cumulatifs et situés dans la longue durée. Elles mettent une plus grande souplesse, un plus grand degré de liberté dans les relations par alliance, qu’elles intègrent plus facilement à leur univers familial.

23Les « autogestionnaires » sont des femmes qui, a priori, mettent plus de distance dans leurs relations avec leurs beaux-parents dans la mesure où elles sont moins centrées sur la parenté. Pour autant, elles ne sont ni des indifférentes, ni des femmes ayant l’exclusivité des conflits affins.

24Les « autogestionnaires » sont un peu plus souvent que les autres déçues de leurs relations avec leurs beaux-parents. Mais la bonne entente avec les affins n’est pas non plus l’apanage des femmes à fonctionnement conjugal « communiste », qui connaissent l’insatisfaction lorsqu’elles ne rencontrent pas de répondant, la contrariété lorsque les actions des affins deviennent interventions. « Autogestionnaires » et « communistes » se caractérisent moins par le degré d’entente avec leurs affins que par des façons différentes de penser la relation affine, d’interpréter les faits et gestes de leurs beaux-parents, de définir des attentes à leur égard.

Notes

1 Cette hypothèse a été abondamment traitée dans le cadre d’un mémoire de DEA C. Lemarchant, Éléments pour une analyse des relations affines, sous la direction de F. de Singly, université de Rennes 2, 1989.

2 « Autogestionnaires » et « communistes » correspondent à deux façons de penser le couple mais aussi deux façons de penser la parenté.

Table des illustrations

Légende Note 22
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/23975/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search