Version classiqueVersion mobile

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Troisième partie. Relations par alliance et relations conjugales

Chapitre IX. Le couple face aux (beaux-) parents

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La diminution des liens de dépendance entre générations au profit d’une plus grande qualité des relations interpersonnelles semble une caractéristique nouvelle des sociétés contemporaines (F. de Singly, 1993). Dans ce chapitre, le couple est situé dans son horizon intergénérationnel et familial (au sens large) auquel il accorde, somme toute, une importance non négligeable. On s’intéresse à la façon dont deux individus, doués de deux histoires familiales différentes, produisent un discours commun sur la parenté.

Un regard attentif à l’égard des parents et beaux-parents

2Le regard porté sur les parents recèle une contradiction : les personnes veulent à la fois se faire respecter et manifester une autonomie et à la fois se faire cautionner par des personnes significatives parmi lesquelles parents et beaux-parents ne jouent pas un rôle mineur.

3Tout d’abord, famille et belle-famille sont présentes dans le quotidien comme dans l’imaginaire des enfants adultes. Ceux-ci sont assez peu détachés de leur conseils, même s’ils n’en tiennent pas toujours compte. Ils leur font part de décisions, rendant ainsi visible leur propre fonctionnement.

4Parents et beaux-parents sont des « autres significatifs », des personnes importantes, des « agents principaux de la maintenance de [la] réalité subjective » d’un individu (P. Berger, T. Luckmann, 1986). Tout se passe comme si dans un grand nombre de cas, les enfants adultes attendaient de leurs parents et beaux-parents des points de repères et que leurs choix (professionnels, matrimoniaux, éducatifs,…) soient cautionnés. Ils cherchent des validations (P. Berger, H. Kellner, 1988) mais demandent que tout se passe de façon non cœrcitive. La première partie de ce livre ainsi que le chapitre analysant le processus de la première rencontre en sont une démonstration.

5L’enquête faite auprès de parents le confirme, ceux-ci ressentent une attente de la part de leurs enfants adultes. Une femme de cinquante-quatre ans, secrétaire, mariée et mère de trois enfants remarque : « Je pense de toute façon que l’enfant trouverait bizarre que l’on ne demande rien sur l’autre [son conjoint]. » Cette demande de positionnement de la part des jeunes est d’autant plus répandue que les relations entre générations sont devenues moins conflictuelles dans le contexte familial actuel (A. Pitrou, 1995 ; J. H. Déchaux, 1995).

Effets des interventions parentales sur le couple

6Les effets des actions et du regard des parents sur la cohésion du couple sont contrastés. Aux aspects contraignants voire nuisibles de ces échanges, il faut opposer une facette constructrice, car parents et beaux-parents sont fréquemment considérés comme un recours en cas de difficulté conjugale.

Aspects destructurants

7Les interactions avec les parents posent parfois des difficultés au couple.

8D’une part, les (beaux-) parents peuvent invalider le couple, purement et simplement, considérant que leur enfant a fait un mauvais choix. Nous avons vu dans le chapitre précédent, entre autres avec l’exemple de Mme Blouet, combien les parents pouvaient s’opposer à la réalisation d’une union, si celle-ci leur déplaît ou leur paraît une erreur. Le chapitre huit révèle que la proportion de désaccords entre parents et enfants sur le choix du conjoint pour des raisons de statut social est loin d’être négligeable.

9L’enquête « parents » menée à Quimper montre qu’ils sont nombreux à donner leur avis à ce sujet et très tôt. Cette enquête révèle à la fois leur revendication du principe de discrétion et leur intervention précoce et décisive. Une majorité de personnes dit sa volonté de laisser libre l’enfant, sans l’influencer à cet égard. « Ça, c’est leur liberté », « Il a eu le libre choix ; ce n’est pas à moi de choisir. » Cinq fois belle-mère, une femme de soixante ans rapporte les enseignements qu’elle tire de son expérience multiple : « Il faut rayer deux expressions de son vocabulaire :À votre place, voilà ce que je ferais…” etJe vous l’avais bien dit” ». Mais de nombreux aveux contredisent ces affirmations de retrait. « Je ne me suis pas gêné pour lui donner mon avis quand même. C’est normal, non ? » « J’ai mis mon grain de sel là-dedans. » (enseignant, cinquante-cinq ans, à propos de son fils). « Moi, je lui ai dit que je préférais Isabelle à son ancienne copine Armelle. » (métreur en bâtiment, quarante-sept ans, divorcé, à son fils). Ce droit à l’intervention semble majoritairement revendiqué par les pères. En définitive, les parents se sentent souvent tiraillés entre leur sentiment de responsabilité et leur volonté d’appliquer un devoir de discrétion. Ils se rendent responsables de l’avenir personnel de leurs enfants – entre autres de leur avenir matrimonial. « Si elle était malheureuse un jour, on ne voudrait pas qu’elle nous fasse des reproches » (employée de bureau, quarante-neuf ans, à propos de sa fille).

10Les parents ont conscience de tout ce qu’implique le choix d’un conjoint pour la vie privée de leur progéniture, bien sûr, mais aussi pour leurs relations avec leurs enfants. L’orientation de ces derniers les rapproche-t-elle d’eux ou bien les éloigne-t-elle au contraire ?

11D’autre part, les (beaux-) parents peuvent également entraver le couple plus ou moins ponctuellement, par diverses formes d’envahissement. Grignotant les territoires propres au couple, et en contestant leurs limites, ils entravent son bon fonctionnement. Manque d’autonomie ? Sentiment de perte ? Ils agissent comme s’ils n’acceptaient pas le primat du conjugal sur la filiation. Mme Tinsart s’est débattue et se débat encore contre sa belle-mère, excessive et possessive, omniprésente et « considérant que notre temps libre, on le lui devait ».

12L’aide au jeune couple est à cet égard ambivalente. Elle fournit à des parents dominateurs un bon prétexte à s’immiscer dans la vie du jeune couple qu’ils peuvent alors tenter de régenter. Pour Mme Le Faou, les services ménagers imposés par sa belle-mère dans sa maison secondaire sont une façon de s’approprier un espace conjugal (Cf. chapitre VIII).

13L’utilisation qui est faite du téléphone, par exemple, est polysémique : permet-il de prévenir, d’éviter de déranger et donc d’accroître la discrétion ou au contraire de multiplier les échanges et les interventions ? Mme Béard reste interrogative face aux fréquents coups de téléphones matinaux de sa belle-mère, le week-end… Mme Lanoé s’agace des appels trop fréquents et systématiques. « Quand on revient de weekend, ça ne manque jamais : la clé est encore sur la porte que le téléphone sonne déjà […] Il faut qu’on raconte, et sur le champ ! C’est encore une façon de s’accaparer notre vie privée, je trouve. »

14Enfin nous avons déjà montré combien les enfants sont un prétexte d’immixtion des beaux-parents, un lieu d’expression des tensions (Cf. chapitre IV).

15Leurs ingérences peuvent également contribuer à infantiliser le jeune couple. Écrasant de conseils et de son « expérience », le beau-père carriériste de Mme Cantin jette un regard condescendant ou méprisant sur son fils et sa belle-fille, motards pendant leur jeunesse et adeptes d’une philosophie de la vie plus simple.

16De telles interventions ont pour effet de fragiliser le couple et de provoquer des tiraillements (éventuellement des conflits) en son sein. « Cela reste toute une vie entière, ces choses-là ! » remarque Mme Lelandais, une belle-fille malheureuse.

Parents et beaux parents contribuent à construire du « vous-couple »

17Dans le sens commun, les beaux-parents sont considérés comme une entrave au couple. La réalité est plus diversifiée. Les parents et beaux-parents contribuent aussi à construire le jeune couple, tant à un niveau matériel que symbolique. D’une part, en aidant matériellement les deux conjoints à s’établir, ils permettent au couple de se forger comme entité séparée, autonome ; ils lui permettent son envol. D’autre part, les parents renvoient au couple leur image de dyade. En s’adressant aux deux à la fois, en n’invitant jamais l’un sans tenir compte de l’autre, etc., ils montrent qu’ils tiennent pour évidente la dyade et produisent du « vous-couple » (J. Kellerhals et alii, 1982). En le désignant, ils participent de la construction du couple au sens où l’entendent P. Berger et T. Luckmann (1986).

18L’analyse du moment de la première rencontre entre la belle-fille et ses beaux-parents, c’est-à-dire de la présentation du conjoint par l’enfant, montre que les beaux-parents interviennent très tôt et contribuent à faire obstacle ou au contraire à entériner une union en construisant la notion de « sérieux ». Lorsque Mme Manguier annonce l’existence de sa relation amoureuse à la seconde femme de son père, celle-ci s’enquiert instantanément : « c’est sérieux ? » Une belle-mère témoigne : « Quand c’était possible, nous avons essayé de réfléchir avec nos enfants sur un projet qui se profilait. » Bien des parents se sentent concernés par l’engagement conjugal de leur enfant et veillent à ce que les présentations gardent un sens conjugal, l’ampleur d’un événement. S’ils posent leurs conditions, ils contribuent aussi à édifier l’union.

19L’enquête révèle des attentes envers les beaux-parents à ce niveau : ces derniers sont censés prôner la pérennité du couple et être un soutien en ce sens. Les femmes interrogées attendent d’eux en général qu’ils interviennent en cas de crise dans leur couple. Elles réaffirment le refus d’immixtion, mais supporteraient mal leur entier détachement en cas de conflit conjugal grave. Ainsi, de l’ingérence incriminée au devoir invoqué, il n’y a parfois qu’un pas… En définitive, des beaux-parents réclamant « quand allez-vous vous marier ? », « quand aurez-vous des enfants ? » agacent et plaisent à la fois : ils vont dans le sens d’une construction du couple. Car les (beaux-) parents restent un repère solide, le dernier bastion significatif, à une époque où le mariage a perdu sa signification de durabilité et de stabilité. Ils représentent un pôle d’autant plus important que la signification d’engagement qu’avait le mariage s’est affaiblie. Les belles-filles espèrent voir en eux un élément fortificateur de leur couple, un recours en cas de difficulté conjugale. Ce n’est donc pas seulement en termes de contraintes qu’il faut étudier les relations par alliance mais aussi en termes d’ancrage.

20Il n’est pas rare qu’un conjoint délaissé aille se confier à la mère ou au père de son ou sa partenaire. Messieurs Roseland et Dupré ont tenté ce recours, selon leurs épouses. Mme Roseland explique que la constitution de son couple s’est faite « en deux étapes. On s’est fréquentés quelques mois ; moi, je l’ai lâché après. Mes parents n’étaient pas très contents (rire). Oui, ils ne voyaient que par lui ! Et on a repris après. Je travaillais, et il venait voir ma mère pendant mon travail. Il venait se confier à ma mère qui lui remontait le moral (rire). » « Ma mère ne me disait jamais rien, mais quand je l’ai lâché, oh ! Je me suis fait rouspéter. Alors là, même mon père, oh la la… »

21La formation du couple de Mme Dupré a subi les mêmes aléas. Mme Dupré a quitté Jean, son ami, pendant un an, alors qu’ils se connaissaient depuis quelques années. « Jean, à ce moment-là, allait chercher un petit refuge auprès de mes parents et puis essayait de dire à mes parents : « faites quelque chose ; si vous pouvez influencer Nathalie, faites quelque chose ; elle ne peut pas me faire ça ». Donc lui, il allait pleurer chez mes parents. »

22Nous allons voir plus loin que, inversement, nombreuses sont celles qui sont allées quérir un soutien chez leurs beaux-parents, en cas de difficulté conjugale. Pour l’instant, attachons-nous à la réaction des parents. Il est remarquable que ceux-ci aient d’abord une attitude de désaveu envers le conjoint fugitif, même s’il s’agit de leur enfant. Plus : c’est bien ce qu’attend d’eux le partenaire malheureux. Certes, cette attitude de rejet est plus ou moins motivée, profonde, certains parents mettent plus ou moins de fermeté à critiquer leur progéniture. Mais dans les premiers temps, il est presque convenu que tous se retournent contre le « coupable » et protègent la « victime ». L’attitude des parents de Mme Roseland est sans équivoque à cet égard.

23Mme Dupré, elle aussi, raconte que toute sa famille s’est, un moment, liguée contre elle. « Au début, quand j’ai quitté Jean, mes frères et sœurs n’étaient pas du tout contents, mes parents non plus. […] À ce moment-là, ils se sont tous un peu retournés contre moi. Ils me téléphonaient chacun leur tour en cachette. » En fait, dans ce cas précis, le soutien apporté par les parents de Mme Dupré à leur gendre fut de courte durée, presque protocolaire. Ce dernier n’a jamais été bien accepté par ses beaux-parents, essentiellement en raison de son étiquette sociale. Ouvriers, les parents de Mme Dupré investissent tous leurs efforts dans les études de leurs cinq enfants et leur « réussite ». Ils n’ont pas accepté que leur fille aînée, VRP, leur présente un jeune homme qui n’était « que » ouvrier… Malgré leur refus très net et les conflits que cela a engendrés avec leur fille, ils s’inscrivent en faux contre la rupture conjugale de celle-ci. « Alors autant il avait été mal accepté, autant quand j’ai annoncé que je quittais Jean, alors là tout le monde s’est retourné contre moi, mes parents, tout le monde… » Tout se passe comme si le rôle des parents était de « faire la morale », c’est-à-dire d’imposer une ligne de conduite cohérente et de jouer les justiciers. L’offensé doit être soutenu par sa famille et sa belle-famille.

24Mme Derviche a divorcé il y a trois ans et considère qu’elle fait les frais de cette norme qu’elle dément. Elle a trente-sept ans et vit depuis deux ans et demi en union libre avec un nouveau partenaire. Une des difficultés de son divorce fut l’envenimement de ses relations avec sa famille d’origine : elle considère avoir été trahie par les siens. Ses parents sont décédés depuis longtemps. C’est donc avec ses frères et sœurs qu’ont été débattus, commentés et réprouvés ses actes. Pendant deux ans, son ex-mari eut beaucoup plus de facilité qu’elle-même à se rendre chez ses frères et sa sœur. Ces derniers ont exercé une réelle pression pour qu’elle revienne sur sa décision – c’est elle qui est partie – allant jusqu’à refuser de la revoir, à la renier. « Ils n’ont vraiment rien compris. Et ils n’ont rien cherché à comprendre. Moi, ils m’ont toujours considérée comme la petite dernière, fantaisiste, capricieuse. Pour eux, ce n’était qu’un caprice de plus… » « Il faut voir tout ce que j’ai entendu et subi ! Alors que mon mari, lui, il était reçu quand il voulait… » Mme Derviche reste assez amère au souvenir de cette épreuve encore toute récente. Mais peut-être aurait-elle apprécié le soutien d’une belle-famille si les rôles avaient été inversés ?

La belle-mère, une alliée face au conjoint ?

25Plusieurs femmes témoignent d’avoir rencontré en leurs beaux-parents, et en particulier leur belle-mère, des alliés face à leur conjoint. Si certaines femmes ont échoué dans leur tentative, ne trouvant face à elles aucun répondant, plusieurs ont bénéficié d’une belle-mère active. Ce qui frappe surtout, c’est la fréquence de cette démarche : demander de l’aide aux beaux-parents pour affronter le conjoint. « Ah ! Je me plains de son fils, oui (rire). “Vous ne savez pas ce qu’il m’a fait…” » (Mme Bayou). « C’est arrivé que je dise : “Vincent, il va falloir qu’il se calme un peu parce qu’en ce moment, il est imbuvable…” » (Mme Avril). « Je n’ai jamais eu de gros problèmes, mais si je me fâche avec mon mari, mettons, j’irai plus facilement la voir. Je lui dis ce que je pense à elle plutôt qu’à ma mère. Elle connaît Denis (le mari)… »(Mme Chesnel). Est-ce à dire que le succès de la démarche est garanti ? Évidemment, non. « Elle le défend », conclut Mme Bayou… Les rares tentatives de Mme Ledouarec se sont soldées par un échec. « Elle réagit très très mal. Ah non ! Si vous avez quelque chose qui vous ennuie, il ne faut pas aller la voir, non, parce qu’elle emploie tout de suite les grands moyens : “vous n’avez qu’à demander le divorce…” Voilà ! »

26Toutefois, nombreuses sont celles qui pressentent l’efficacité de ces interventions ou même en usent. « J’ai remarqué qu’elle me donne raison. Elle me défend même si elle sait que quelquefois ce n’est pas forcément évident » (Mme Lebars). « S’il y avait quelque chose, ça ne l’embêterait pas de dire à son gars les vérités… » (Mme Renaudin). Mme Lechapelain s’appuie sur ses beaux-parents dans l’espoir d’infléchir son époux au sujet du baptême des enfants. « Sur le plan de la religion, je suis tout à fait en accord avec mes beaux-parents contre mon mari parce que nous le tannons pour baptiser les enfants et mon mari est absolument contre. »

27Mme Cassandre noue d’excellentes relations avec ses beaux-parents. Il y a plusieurs raisons à cela. D’abord, elle trouve chez eux un havre qui fait défaut dans sa famille. Ensuite, elle a découvert que ses beaux-parents prennent nettement position en sa faveur, face à leur fils au style libertin. Cette découverte fut tardive, et Mme Cassandre s’est inquiétée, en un temps, de son introduction peu hâtive dans la famille de son compagnon. Alors qu’ils vivaient ensemble depuis deux ans, elle n’avait toujours pas rencontré ses beaux-parents et s’en offusquait : qui en retardait le moment ? Certainement pas elle qui s’impatientait et questionnait son conjoint. « J’ai cru qu’ils me rejetaient au départ. » Depuis, elle en a su la cause. Ses beaux-parents ont redouté d’avoir à affronter « un défilé de concubines ou de copines » que leur imposerait leur Don Juan de fils. De leur point de vue, Mme Cassandre est leur belle-fille : l’unique, la seule.

« À une époque ça m’a beaucoup blessée. Je ne comprenais pas. Je me disais : mais pourquoi ?
– Vous en parliez avec votre mari de ça ?
– Oui oui ! Ah oui ! On s’est beaucoup fâchés avec ça. Parce que je ne comprenais pas. Il me disait : ben non, pas encore… Et en fait, quand j’ai eu la version de sa maman, il sortait beaucoup et il y avait beaucoup d’appels de nanas. Et même si j’étais là, ils n’avaient pas envie qu’il y ait un défilé. Ils n’avaient pas envie qu’il se trompe. Ils voulaient que ses intentions soient sérieuses, réellement fondées. Donc en fait, ils l’ont testé. Mais sans penser que derrière, ça pouvait me poser des questions… » « Pour eux c’était simple : si je mettais les pieds chez eux, c’est que j’étais l’élue. Et il ne devait pas y en avoir trente-six. »

28Ainsi Mme Cassandre, une fois introduite, trouve en eux des alliés fiables face à son mari. L’intégration dans sa belle-famille fut tardive, mais lourde de signification et « payante » : ses beaux-parents se portent garants de son couple ; ils représentent une assurance pour sa vie conjugale.

29Mme Vimont, elle aussi, est assurée des actions menées par sa belle-mère en sa faveur. « Je suis sûre que ma belle-mère a dû lui dire : c’est une femme comme ça qu’il te faut, pourquoi tu ne te maries pas ? » Ce qui serait aussi le plus cher désir de Mme Vimont. Cette femme aux souhaits très fusionnels vit avec un homme ultra-autonome, nettement plus âgé qu’elle et qui vit parfois en célibataire (F. de Singly, 1987 ; F. de Singly et G. Charrier, 1988). « Il partait le week-end, et au retour pas question de lui demander d’où il venait ni ce qu’il avait fait. » Ces façons de faire déplaisent à la belle-mère de Mme Vimont qui y voit une source de désordre et de fragilité du couple. Cette complicité idéologique aide la belle-fille à accepter l’insatisfaction conjugale. Mme Vimont non seulement accepte mais apprécie les interventions de sa belle-mère auprès de son fils, bien que contraires à la norme de discrétion des parents, car elle gagne un réconfort et une chance de reconstruire un couple plus en adéquation avec son idéal. Son attitude témoigne d’une réaction typique : la recherche d’un renfort auprès des mère ou belle-mère pour faire face aux forces centrifuges des hommes. Ici, la relation par alliance, loin d’être concurrente de la relation conjugale, la renforce.

30Mme Vautrin est agricultrice en GAEC (Groupement agricole d’exploitation en commun) avec son mari et ses beaux-parents. Contrairement aux représentations courantes qui veulent que les relations entre femmes, sur un GAEC, soient sources de difficultés, Mme Vautrin et sa belle-mère se révèlent être de véritables complices. Elles font parfois coalition contre les deux hommes, trop centrés à leur goût sur les achats de matériel agricole et le travail, pour faire valoir leurs espaces féminins et les temps de loisir. « En GAEC, ce n’est pas toujours évident. Moi, j’arrive ; ce n’est pas évident de se mettre avec trois personnes du jour au lendemain. Parce que Frank (le mari) et son père, ils sont toujours d’accord ! Mais elle, il suffisait que je ne sois pas d’accord ; elle prenait toujours mon parti. Combien de fois elle me l’a dit : heureusement qu’on est toutes les deux, bien ensemble, parce qu’on arrive à peser, à se mettre en face. […] Parce qu’elle avait à dire que si j’avais été seule, j’aurais toujours été éliminée, mes idées auraient été enfouies. [Tandis] que là, c’est le médiateur. C’est vrai qu’on s’entend tous très bien ensemble, mais les hommes, ils ont quelquefois des idées matérielles ou n’importe, farfelues d’aucune fois… »

31Sans doute consciente du risque de célibat masculin en milieu agricole (G. Jégouzo, 1972), la belle-mère de Mme Vautrin sait gré à sa belle-fille d’être restée vivre à la campagne. Elle cherche à apporter à sa belle-fille des compensations à un mode de vie dont elle sait qu’il est rude parfois, tout en réaffirmant une dignité face à une profession souvent dévalorisée. « Elle dit : “Maintenant, il n’y a plus beaucoup d’agricultrices, il n’y a pas de raisons qu’une agricultrice ait une maison comme un taudis par rapport à une femme d’ouvrier ou n’importe ! Si il n’y a pas tellement de réconfort, que le métier est plus ou moins désagréable, qu’on n’a pas de sorties ou n’importe, il faut au moins qu’on ait un intérieur bien. » Bon, Frank aime bien le confort, mais c’est sûrement grâce à elle qu’on a une maison… potable… Elle me l’a dit plus d’une fois : “Les femmes à la ferme, elles ne doivent pas être plus déshéritées que les autres !” » Mme Vautrin, grâce à sa belle-mère, peut de temps en temps influencer son mari et faire valoir son point de vue féminin : équipement ménager et loisirs deviennent envisageables. Elle reprend à son compte les orientations quelque peu hédonistes de sa belle-mère. « Sa politique, c’est : il faut en pro-fi-ter ! » « Dans les achats, elle est très dynamique. »

32Mmes Chesnel et Lerbier tentent fréquemment (et avec succès !) d’obtenir le soutien de leurs belles-mères. Mme Lerbier s’étonne même de l’efficacité de ce procédé. « Si je lui raconte une entourloupette qu’il m’a faite, elle tout de suite, c’est : “Pourquoi tu fais du mal à Mireille ? Tu ne devrais pas lui faire ça, je ne veux pas que tu lui fasses du mal.” » Mme Chesnel trouve en sa belle-mère un réconfort et un moyen de pression. M. Chesnel lui-même, présent à ce moment de l’entretien, en témoigne… « C’est que ma mère, souvent elle va me dire quelque chose. Bon, elle a vu Annie, elles ont discuté toutes les deux ; et après elle va me dire : “Oui ! Annie, elle m’a dit ça ! Il ne faut pas…” »

33La relation par alliance peut contribuer au bon fonctionnement conjugal. Une belle-mère est parfois un intermédiaire entre les conjoints, une alliée pour combattre les résistances masculines à la conjugalisation de l’existence. O. Schwartz développe un cas qui relève de la coalition entre une femme et sa belle-mère pour « ramener » l’homme à la maison. « Georges Sembart est grand consommateur de bière, et facilement violent quand il a bu. Myriam, sa femme, personne d’un robuste caractère, sait comment l’affronter tout en prenant parfois des coups. Il est en revanche une situation en face de laquelle elle se sent très démunie : lorsque Georges est au café, déjà bien imprégné d’alcool, et qu’il ne veut plus en partir. Elle raconte alors comment elle fait. « « Maintenant, ce que je fais ? Je téléphone à sa mère, je lui dis : Renée, vous pourriez pas aller le chercher ? Y’a rien à faire, il veut plus décoller. Vous, il vous écoutera ». Et lorsque la mère de Georges vient chercher son fils au café, elle réussit à l’en faire partir » (O. Schwartz, 1990, p. 274). L’auteur voit dans cet exemple le poids de « cette figure “céleste” » qu’est la mère et qui « tend à déclasser l’image de la femme ». Mais nous pouvons également l’interpréter en terme d’alliance entre la belle-mère et la belle-fille, tendues vers un même but : la survie du ménage, la continuité de la famille.

34Le roman d’H. James, Les dépouilles de Poynton, peut être envisagé sous cet angle, même si le but de la belle-mère est différent. Dans ce roman, H. James conte un drame familial où se mêlent les jeux d’intérêt et les caractéristiques des quatre protagonistes (H. James, 1983). Fleda Vetch, une jeune femme subtile, sensible et perspicace, devient l’amie de MM. Gereth. Esthète, celle-ci nourrit une passion pour les objets d’art qu’elle collectionne harmonieusement en son château à Poynton. Devenue veuve, MM. Gereth est dépossédée de tous ces biens qui reviennent à son fils, Owen, âgé d’une vingtaine d’années. Un jour, celui-ci manifeste son désir d’épouser Mona Brigstock, une jeune femme terne, banale, insensible au Beau… Fleda Vetch devient alors l’instrument de sa nouvelle amie qui, pour sauver Poynton, veut lui faire épouser Owen. Fleda aime Owen qui l’aime sans doute, en retour ; pourtant elle fera délicatement échouer le projet de MM. Gereth pour sauver sa liberté et son autonomie.

35MM. Gereth, dans l’extrait ci-dessous, expose avec passion son projet à Owen et Fleda, médusés.

36« Il y a des objets dans la maison pour lesquels nous (MM. Gereth et son défunt mari) sommes presque morts de faim. Ils étaient notre religion, notre vie, ils étaient nous-mêmes ! Et maintenant ils ne sont plus que moi, et aussi un peu vous, chérie, grâce à Dieu, poursuivit-elle en infligeant à Fleda un baiser soudain, sans doute destiné à la faire entrer dans son rôle. Il n’y a pas un d’eux que je ne connaisse et n’aime, oui, comme on se souvient, tendrement, des plus heureux moments de sa vie. Mais je pourrai les abandonner tous, puisqu’il faudra accomplir ce singulier sacrifice, pourvu que ce soit à une autre affection, à une autre conscience. Plutôt que de les laisser passer à une femme ignorante et vulgaire, je les défigurerais de mes propres mains ! Me comprenez-vous Fleda, et ne le feriez-vous pas vous-même ? […] Vous, vous seule, dans le monde entier ! car vous savez, vous sentez et, comme moi-même, vous aimez ce qui est beau, vrai et pur.

37[…] Vous me remplaceriez, vous veilleriez sur eux, vous garderiez la maison comme elle doit l’être, continua-t-elle d’un ton âpre, et vous sachant ici, eh bien, je serais tranquille dans mon tombeau. »

38Ici, la belle-fille est choisie par sa belle-mère. Mais le risque d’asservissement est tel que la jeune femme va fuir, alors même que tout converge, en apparence, dans son sens. Épouser Owen est son plus cher désir. Mais elle est anéantie par le projet de sa belle-mère. Elle se veut maître de son destin et préfère tourner le dos à celui qu’elle désire plutôt que de faire le jeu d’une personne autoritaire. Ici la complicité cède le pas à la manipulation. Mais l’auteur montre aussi qu’il s’en est fallu de peu pour que convergent les intérêts et que belle-mère et belle-fille deviennent des alliées dans tous les sens du terme.

La règle d’équivalence entre les deux familles

La règle

39Un principe fort ressort des discours recueillis : en théorie, l’une des deux familles ne doit pas être préférée à l’autre. En tant que conjoint, chacun des deux partenaires doit traiter de manière quasi équivalente ses parents et beaux-parents, du moins pour les aspects formels des relations. Les visites ou les invitations des parents, par exemple, sont censées être réparties de façon équitable des deux côtés. « Personnellement, je n’aimerais pas qu’ils pensent qu’on reçoit plus mon père. Enfin, ça ne s’est jamais passé, mais je n’aimerais pas que ça se ressente. Donc on essaie d’équilibrer (rire)… J’avais beaucoup de plaisir à faire pour eux aussi bien qu’avec mes parents ; il n’y a pas de différence » (Mme Boismartel). « Il n’y a pas de hiérarchie d’instaurée dans ce sens-là. La famille, c’est la famille ; la belle-famille, c’est la belle-famille, c’est tout » (Mme Plessis). « Quand il peut, il va voir sa famille. Il va voir la mienne aussi, hein. Pas de… Pas de jalousie. Il a sa famille OK, mais j’ai la mienne donc on partage » (Mme Manguier). « On essaie de se partager » dit Mme Lanoé. Cette notion de partage à la fois marque avec insistance la symétrie obligée entre les deux familles et présage d’éventuels tiraillements. « Se partager » ou être partagé ? De manière générale, Mme Renaudin insiste sur le quasi « melting pot », l’indifférenciation entre parents et beaux-parents. « Je ne préfère pas plus aller chez mes parents que chez mes beaux-parents, c’est pareil », dit cette femme satisfaite de ses relations affines. « Ma belle-mère, je lui parle comme à ma mère ». « Mon mari, c’est pareil, il va aussi bien chez les uns que chez les autres. » Les vacances passées en commun avec l’un des couples de parents symbolisent l’alternance : « Un coup c’est l’un, un coup c’est l’autre ». À propos des cadeaux, nous retrouvons les mêmes observations de similitude que celles faites par T. Caplow à Middletown. « Les femmes mariées, bien que prenant largement en main les cadeaux de Noël, ne favorisaient pas leur propre famille par rapport à celle de leur mari. Les cadeaux faits aux parents maternels ne différaient pas d’une manière significative en nombre ou en valeur des cadeaux faits à la famille paternelle » (T. Caplow, 1986).

  • 1 « In the system of bilateral kinship, equivalent ties are supposed to be maintained with the relat (...)

40Chacun doit avoir conscience de la symétrie de la situation : les parents de l’un sont les beaux-parents de l’autre1. La règle d’équivalence est vécue comme preuve de l’absence de domination de l’un des conjoints et comme preuve d’amour. La justice affective exige un traitement conjugal équivalent de la parenté (F. de Singly, C. Lemarchant, 1991). Du point de vue de l’un des conjoints, le rejet de ses parents par son partenaire peut en effet être compris comme une distance vis-à-vis de lui-même – sauf si cette distanciation est décidée d’un commun accord. Les deux familles sont a priori aussi légitimes l’une que l’autre, c’est-à-dire pourvues du même degré de crédibilité. À l’unanimité, cette règle est conçue comme une condition au bon fonctionnement des relations conjugales et parentales, et à l’articulation des deux.

Un principe purement formel ?

41Dans la réalité, l’application de ce principe est plus complexe. La symétrie est difficile à tenir, compte tenu des contraintes de chacun. Par exemple, l’éloignement géographique peut différer entre les deux couples de parents et infléchir l’état des relations avec les uns et les autres.

42Surtout, le principe de symétrie intègre d’autres paramètres, éventuellement contradictoires. Nous le verrons dans la dernière partie, certaines personnes ont du mal à concevoir la symétrie de la situation et tentent de faire privilégier leur famille, imposant éventuellement à leur conjoint de s’y fondre plus qu’il ne l’aurait souhaité. Mme Le Faou, dont on a décrit les mauvaises relations avec sa belle-famille, mais aussi avec son conjoint, refuse tout net (cause ou conséquence ?) l’idée de devoir organiser conjugalement les relations avec les deux familles.

« Moi, j’ai ma famille pratiquement dans le même village, et il fallait, surtout quand les filles étaient petites, tout le temps se partager entre les deux maisons. Moi je cherchais tout le temps des excuses pour ne pas aller chez lui. Manger le midi là-bas, le soir ici… Pff…
– Sinon, ça pose un problème pour qui ?
– Pour lui ! Moi, ça m’était complètement égal que sa maman ne soit pas contente ! (rire). »

43Mmes Cavenec et Tinsart mettent quelque résistance, nous le verrons, à s’intégrer dans la famille de leur conjoint. Au contraire, elles mettent toute leur force de conviction à convertir leur partenaire aux manières de leur milieu d’origine. On en voit particulièrement bien le processus, les étapes dans l’histoire de Mme Tinsart en raison de la durée de son mariage (vingt et un ans).

44Mme Tinsart a cinquante et un ans, elle est agent administratif et son mari est directeur de recherche. Tous deux sont issus de deux familles aux « nomos » (c’est-à-dire aux valeurs et aux modes de fonctionnement) totalement opposés : l’une est rigoriste et close sur elle-même, l’autre, celle de Mme Tinsart, est étendue et animée. Sans doute, Mme Tinsart souffre de n’avoir pu avoir une relation positive avec ses beaux-parents. Mais de son côté, a-t-elle vraiment souhaité être intégrée dans une autre famille ? En comprendre les habitudes, les façons de faire, le fonctionnement, certes si différents des siens ? Ses souhaits à ce niveau étaient ambivalents ; son état d’esprit l’a empêchée de « s’y couler ». Son plan de vie était fixé en fonction de sa famille, à laquelle elle reste très attachée et, en quelque sorte, fidèle (Cf. chapitre XI). Elle et son mari ont d’abord vécu dans le Sud-Est et, lorsque le mari fut muté à Rennes, il était entendu que ce n’était que transitoire et qu’ils reviendraient s’installer définitivement dans sa ville natale. En un sens la belle-mère n’avait-elle pas quelque raison de s’inquiéter et de craindre de « perdre » son fils ? Il ressort de son discours que Mme Tinsart est tournée vers son passé dans le Sud-Est. « On est partout à la recherche de son enfance un jour ou l’autre. »

45Au contraire, Mme Tinsart a essayé d’imposer son héritage familial à son époux. Les valeurs de sa famille ont été progressivement intégrées dans la famille qu’ils ont fondée à leur tour : la chaleur des relations familiales mais aussi amicales, de voisinage, le règne des enfants. « Il (le mari) a su, lorsqu’il a fait connaissance de tout notre environnement, il a su ce que c’était qu’une famille… De sentir cette chaleur. Oui. Avec ses bons et ses mauvais côtés. » Mme Tinsart conçoit la découverte de son mari – pas la sienne. Il a changé semble-t-il, adoptant les valeurs et le style de sa belle-famille. « Il a évolué énormément. Même des amis de jeunesse à moi, qui l’ont connu au début me disent : « Mais c’est fou ! C’est le jour et la nuit ! » Je pense que notre manière de vivre lui convient tout à fait. Il accepte tout à fait, il s’y met. Il s’est coulé dedans comme dans un vêtement. Mais c’est plus qu’un vêtement parce que ça correspond à des choses qu’il ressent. » S’il était resté dans la région de son épouse, n’est-ce pas lui qui aurait eu des difficultés avec sa belle-famille ? « On fait un peu smala ! » reconnaît Mme Tinsart.

46Progressivement, M. Tinsart s’est « converti » aux habitudes et schémas de sa femme en matière de vie de famille. Celle-ci d’ailleurs relève principalement de sa compétence à elle. Elle en a la charge principale ; en revanche, elle tente d’en être la maîtresse. En matière de profession, M. Tinsart fut prioritaire et maître de sa carrière. Mme Tinsart l’a suivi dans ce sens, sacrifiant, dit-elle, sa propre trajectoire professionnelle. La pression de Mme Tinsart pour rapprocher son mari de sa famille à elle n’est-elle pas la contrepartie de cette abnégation et de cette charge domestique ? Cette tentative de dissymétrie, non décidée en couple, ne peut-elle pas être comprise en termes de lutte conjugale pour le pouvoir domestique (F. de Singly, 1976) ? On peut en effet mesurer le « capital autorité » de chaque conjoint non seulement sur le terrain de l’enfant mais aussi sur celui des parents.

47Ici, la résistance de Mme Tinsart s’est heurtée à celle de M. Tinsart, resté lui aussi très proche de sa famille (Cf. chapitre VIII). Des affrontements eurent lieu entre les deux conjoints au sujet de sa famille à lui. Un statu quo s’est établi pour conserver une quasi-symétrie entre les deux familles, n’en déplaise à Mme Tinsart. La conversion du mari n’a pas empêché ce dernier – c’est bien cela qu’elle lui reproche – de continuer d’accorder toute son importance à sa famille.

48Les plaisanteries entre conjoints sont l’occasion de tester la solidité de cette règle et de son application. Mme Bayou et son mari se disputent quelquefois, sur le ton de l’humour, au sujet des habitudes ménagères des deux mères. « Quand on va chez ses parents, c’est vrai que je l’embête. Je dis : “Vas chercher une serviette de toilette dans le placard à ta mère. Si tu en trouves une parce que dans le bazar…” (rire) “Oh ! Je sais, je sais… Arrête !” Ou alors je dis : “T’as vu, c’est sale” “Ah ! Je sais…” (rire). Par contre, Henri me dit : “Ta mère, elle est maniaque. Et elle n’est pas bien ! Elle passe l’aspirateur à huit heures du matin !” »

49Mme Plessis et son mari inversent le schéma : elle le compare à son père (à elle) et lui la compare à sa mère (à lui), lorsqu’ils veulent signaler à l’autre un écart de conduite. Ici le père et la belle-mère sont évoqués en tant que contre-exemples. « Des fois, moi je compare Laurent à mon père. Par exemple, mon père est un peu sourd. Alors Laurent, s’il ne comprend pas ce que je dis, s’il est un peu dur d’oreille, je lui dis : “Hé ! Jeannot !” Parce que tout le monde appelle mon père Jeannot… » M. Plessis à son tour compare sa femme à sa mère à lui lorsque celle-là parle trop. « C’est une façon de me dire : “attention, s’il te plait, ne devient pas comme elle” […] Je lui parle et alors il me dit : “Oui, maman…” Alors je lui dis : “bon d’accord…” (rire) » Le rire souligne en l’occurrence l’accord tacite entre les deux partenaires. Ici, les deux époux, tout en inversant le schéma classique (chacun critique son propre parent et non celui de l’autre) conservent (et éprouvent) la règle d’équilibre. Ces plaisanteries sont un mode de régulation interne du couple.

Légitimé différentielle

50Il arrive que l’une des familles ait plus de légitimité que l’autre aux yeux des deux époux : cela concerne environ un cas sur cinq, et indifféremment la famille de l’homme ou de la femme. Conserver ses distances vis-à-vis de la famille de l’un ou de l’autre peut être assumé lorsque les deux conjoints sont d’accord sur un tel arrangement. Le déséquilibre entre les deux familles ne peut plus être alors interprété comme le signe d’un déséquilibre interne au groupe conjugal. Comment cette inégalité apparente naît-elle et se gère-t-elle conjugalement ? Qu’est-ce qui amène une famille à éclipser l’autre ?

Le milieu social

51Des critères sociaux peuvent être à la base d’une différenciation entre les familles (F. de Singly, C. Lemarchant, 1991). Le couple aligne en quelque sorte son point de vue sur la hiérarchie sociale. Sensible aux « appâts » de sa belle-famille, Mme Martinga compare les deux familles et conclut à propos de la sienne : « Chez, moi, c’est plus délabré… » Ici, le bilan est univoque. Mais souvent, les préférences sont moins explicites parce que vécues comme coupables. C’est le cas de Mme Guillen, qui avoue, mais avec difficulté, qu’elle s’éloigne de ses parents, d’un milieu modeste, au fur et à mesure qu’elle se rapproche de ses beaux-parents bourgeois. Il ne faudrait pas y voir de cynisme ou de l’attentisme : le glissement se fait insensiblement, parce que le jeune couple ressemble socialement davantage à l’une des familles qu’à l’autre et acquiert peu à peu son niveau de vie et ses goûts.

Critères de justice

52Dans ce second cas de figure, l’une des familles « vaut » plus aux yeux des conjoints selon leurs critères de justice (J. Kellerhals, J. Cœnen-Huther, M. Modak, 1988 ; J. Rawls, 1987 ; L. Boltanski, 1990). L’une des familles est jugée incorrecte, injuste, « incivile » (R. Sennett, 1979). Mme Izant (vingt et un ans, étudiante) et son compagnon (ouvrier agricole) multiplient volontairement les signes de différences. Mme Izant se trouve bien mal lotie avec ses beaux-parents, qu’elle décrit comme des gens rustres, malveillants et bornés, frustrés par des années de chômage. D’abord, elle fut mal reçue : froidement, ils l’ont saluée et sont allés se coucher. Les conversations ? « C’est plat, mais plat… » En réalité, les relations sont basées de leur part sur un intérêt mal déguisé. « Ils se sont sentis obligés d’avoir de bonnes relations avec Francis et moi parce qu’on a une voiture et pas eux. » Le conjoint de Mme Izant a eu maille à partir avec ses parents. Il fut, entre autres, mis à la porte de chez lui, un beau matin sans crier gare. Ce sont les parents de Mme Izant qui l’ont hébergé et aidé en attendant que sa situation se régularise – il était également au chômage. Depuis, il garde une profonde reconnaissance envers eux. Le jeune couple oppose les parents de l’un, égocentrés, imprévisibles et sources d’ennuis, à ceux de l’autre, en qui ils trouvent un soutien constant. « Francis est beaucoup plus souvent chez mes parents, à la ferme. Il propose son aide ; chez ses parents, jamais. » Ils font volontairement de plus jolis cadeaux à sa famille à elle. « On fait la différence avec ma mère. On lui fait de plus jolis cadeaux à ma mère. »

Règle officielle et préférence officieuse

53Les préférences, si elles apparaissent dans les faits (par le temps passé avec l’une des familles comparativement à l’autre, par l’ampleur des choses partagées…) sont difficilement avouées. Le cas de Mme Izant fait figure d’exception à cet égard. En cas de préférence communément admise pour l’une des familles, celle-la doit demeurer dans la mesure du possible tacite et officieuse. Elle ne peut se dire publiquement. La manifestation de la différence de traitement, lorsqu’elle va dans le sens d’une préférence pour sa propre famille, ne doit pas passer pour un sentiment personnel, un penchant pour les siens, mais pour une préférence conjugale, discutée et admise à deux. Mme Izant s’empresse de préciser : « C’est lui qui a voulu marquer la différence au niveau des cadeaux. » Lorsqu’au contraire une préférence se fait au détriment de sa propre famille, elle engendre un sentiment de culpabilité filial. « C’est peut-être méchant pour mes parents, mais je trouve que ma belle-mère est plus ouverte d’esprit, plus évoluée » (Mme Lebreton). D’autre part, elle empêche de se sentir l’égal de son partenaire.

Le conjoint thérapeutique

54Nous voudrions signaler pour finir l’effet thérapeutique du conjoint dans certaines relations parents-enfants conflictuelles. La nécessité de définir une modalité de traitement des deux familles entraîne une relecture des liens filiaux. Le conjoint amène parfois son partenaire à réévaluer sa situation. Nous empruntons cette idée à F. de Singly, selon qui le conjoint « contribue à valider l’identité personnelle. Cette validation est requise afin de permettre que soient atteints l’unicité de la personne (qui n’est pas réductible à la somme de ses capitaux), un certain niveau d’estime de soi, un sentiment positif de soi-même, une certaine stabilité du soi » (F. de Singly, 1991a). Cette idée prolonge la réflexion menée au sujet du conjoint Pygmalion, conjoint qui permet à son partenaire de découvrir des ressources sociales et d’en tirer bénéfice psychologique (F. de Singly, G. Charrier, 1989).

55L’exemple de Mme Lebreton est à cet égard significatif. Mme Lebreton a trente-deux ans et est secrétaire médicale. Son mari est enseignant. Son histoire se caractérise d’abord par une relation filiale insatisfaisante puis une rebellion, à la vue de ce qu’elle découvre dans sa belle-famille : un univers familial chaleureux, « tendre » (ce mot est un leit motiv), qui contraste avec la raideur et la froideur de ses relations avec ses parents. Le second temps est celui du rééquilibrage des relations. Mme Lebreton s’est efforcée de réguler ses échanges avec ses parents et notamment son père. « Même… si c’est passé, au fond de moi, je lui en veux toujours un peu. Mais je ne veux pas le montrer parce que je ne veux pas créer d’histoire. Je ne veux pas que ça me mine l’existence. »

56Elle ne veut pas rompre avec sa famille : au contraire, elle tient à ce que sa fille connaisse et même apprécie ses grands-parents maternels. Elle s’efforce de ne pas montrer sa rancœur, d’éteindre ce feu de révolte qui sourd en elle au souvenir du passé.

57Elle manifeste son désir d’équilibre entre ses relations avec sa famille et ses relations avec sa belle-famille : elle reconnaît la différence entre les deux familles mais refuse une hiérarchie trop nette. Au classement officiel, public, les deux familles sont quasiment égales. Malgré sa préférence pour le mode relationnel dans sa belle-famille, les deux ont autant d’existence l’une que l’autre à ses yeux.

58Cette régulation de ses relations avec ses parents et cette évolution sont le fait d’un ajustement conjugal. Tout d’abord, le couple s’est mis d’accord sur le fait de ne privilégier aucun parti. Les attentions abondent en ce sens. Les gardes d’enfant sont également réparties chez la mère et la belle-mère. Les informations diverses circulent indifféremment chez les uns et les autres. « Si l’une est au courant d’une chose, je fais en sorte que l’autre soit au courant aussi. » Le rythme de visites rendues aux uns et aux autres (à savoir un week-end par mois) est rigoureusement identique. Ensuite, le mari s’est toujours intéressé à sa belle- famille à lui. En ce sens, il a incité son épouse à ne pas rompre ses relations parentales et dédramatise la situation. Il agit en douceur dans sa belle-famille où il est très bien intégré : il s’y est engagé.

59Néanmoins le couple considère le modèle des parents de la femme comme distant du leur et illégitime à certains égards. Mme Lebreton considère les attitudes antérieures de ses parents comme pathologiques. « Je pense que s’il y avait eu une psychanalyse, ça aurait duré longtemps (rire). » Le couple a repris à son compte le modèle relationnel des beaux-parents de Mme Lebreton : cette façon de faire est considérée comme la meilleure. Tout en agissant dans le respect des habitudes des parents de Mme Lebreton, ils essaient de changer les choses. Ainsi, ils ont réussi à obtenir que la télévision soit éteinte à l’heure des repas. Le père est devenu plus proche de sa fille : « Ça lui arrive maintenant, c’est rare mais… de venir timidement me faire un petit bisou ». Il est aussi devenu un grand-père séduit et intéressé par sa petite-fille.

60Le processus de régulation conjugale des relations parentales peut être résumé et schématisé ainsi :

61• Le temps de la critique

62Il y eut d’abord accord au sein du couple sur le point de vue critique à porter sur les parents de Mme Lebreton. Cet accord de couple n’a été possible que parce que Mme Lebreton a été la première à donner un jugement négatif sur ses parents. Elle a en quelque sorte autorisé, cautionné la critique.

63• Le temps de la pondération

64Le mari, dans un second temps, tempère la relation conflictuelle entre sa femme et ses parents (à elle). Il tente de créer les apparences d’une situation « normale », équilibrée. Mais il se serait sans doute moins engagé, aurait été moins solidaire de sa femme, si celle-ci avait toujours excusé les comportements distants et indifférents de ses parents. Au lieu de cela, elle reconnaît leurs torts et en conçoit de la honte. Cette situation n’est pas, par conséquent, un objet de lutte, de rapport de forces entre époux. Ceci explique que le mari excuse, tolère et incite sa femme à en faire autant.

Notes

1 « In the system of bilateral kinship, equivalent ties are supposed to be maintained with the relatives of husbands and wives » L. -R. Fischer, « Married Men and their Mothers », Journal of Comparative Family Studies, vol. XIV, n° 3, automne 1983.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search