Desktop versionMobile version

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Troisième partie. Relations par alliance et relations conjugales

Chapitre VIII. Les conflits conjugaux

Index terms

Geographical index :

France

Full text

1Consacrer un chapitre aux conflits conjugaux à propos de la belle-famille ne signifie pas que cette dernière est inévitablement source de problèmes. Toutefois, ceux-là sont assez fréquemment répandus pour être pris en considération. Surtout, en analyser le processus et les ressorts permet de comprendre comment s’articulent (ou pas) lien filial et lien conjugal.

2L’entrée dans la vie adulte n’entraîne ni la rupture des liens parents/enfants, ni la négation de l’identité filiale. Les individus mariés sont pris dans un jeu d’appartenances identitaires multiples et doivent combiner plusieurs rôles à la fois – ils sont notamment fils (fille) et conjoint (e). Mais il arrive que les deux dimensions (filiale et conjugale) entrent en concurrence.

Un mari trop « fils »

3Quelques romanciers et cinéastes ont fait de la relation entre belle-mère et belle-fille la trame de leurs ouvrages et de leurs films en mettant l’accent sur l’aspect tragique de ces relations. Il semble qu’il existe un accord tacite, un point de vue « classique » à ce niveau : les mères ont du mal à se séparer de leurs fils ; belles-mères et belles-filles sont nécessairement rivales. Il arrive que ce soit les belles-sœurs qui se haïssent cordialement, comme dans Secrets et mensonges, le film de M. Leigh. F. Lemée conte l’histoire de Colombe, humble paysanne des années 1940 en proie à bien des malheurs qui tous découlent des médisances et mauvais tours que lui joue sa belle-mère (F. Lemée, 1974). F. Mauriac témoigne de la difficulté pour un fils de quitter sa mère lorsqu’elle l’a trop choyé. Félicité Cazenave tue sa belle-fille en couches en ne la soignant pas. « La jalousie de Félicité Cazenave ressemble à celle d’une maîtresse jalouse » (F. Mauriac, 1923). Comme dans Psychose, le célèbre film de A. Hitchcock, Fernand Cazenave, le fils, est littéralement anéanti par la mort de sa mère. Ainsi que son titre le laisse entendre, le roman Kaé ou les deux rivales, rend compte d’un affontement entre une femme et sa belle-mère, dans le Japon de la fin du XVIIIe siècle (S. Ariyoshi, 1966). Ces auteurs diffusent une vision pessimiste de cette relation (Cf. annexes).

  • 1 Famille Magazine, le 01-04-1991.

4Les (beaux-) parents sont-ils source de conflits conjugaux ? Selon un sondage Ipsos, la critique du conjoint sur sa famille arrive en troisième position des causes possibles de disputes1. Le thème de la famille élargie serait donc un classique de la scène de ménage.

5De fait, dans notre enquête, la moitié des personnes a eu des tensions sporadiques et sans conséquence au sujet des parents de l’un ou de l’autre. Pour une personne sur cinq, la famille d’origine, qu’il s’agisse de la sienne ou de celle du conjoint, fut ou reste un sujet de conflit chronique et intense entre conjoints. Le thème est donc répandu. La critique des parents de l’autre fait partie « des choses qui fâchent » (Mme Jannic).

La difficile hiérarchie des relations conjugales et filiales

6Le problème naît lorsque les deux conjoints n’ont pas la même idée de la hiérarchie des relations, c’est-à-dire de leur identité en tant que membre associé à une équipe conjugale. Mari et femme définissent différemment la place et le rôle de chacun. Les attentes respectives sont alors déçues. C’est ainsi que les visites fréquentes d’un homme chez sa mère peuvent être interprétées par son épouse comme le signe d’une certaine infidélité. O. Schwartz met en évidence « l’emprise des mères sur les fils » dans le milieu ouvrier et la « fidélité des fils » à leur mère bien après le mariage. Il montre comment la mère devient alors « l’anti-mari », « le pôle d’un couple qui fait concurrence au couple conjugal » (O. Schwartz, 1990, p. 188). « Le souvenir des gratifications maternelles est toujours actif et risque en permanence de déclasser la relation des hommes à leur femme » (O. Schwartz, 1990, p. 194). Ce que ce sociologue constate comme un fait répandu dans les milieux ouvriers du Nord se retrouve dans d’autres classes sociales. La prégnance du personnage maternel fait partie intégrante de notre schème culturel.

7Notre analyse reprend en la prolongeant l’interprétation que fait O. Schwartz de cette situation. Un tel rapport de l’homme à sa mère produit une double insatisfaction dans l’univers de la femme.

  • « D’un côté, une personne “de trop” : la mère de l’homme, avec le problème de reconnaissance et d’autorité que cela pose. Si une étrange loi d’attraction porte spontanément les pas de l’homme de son travail à la maison de sa mère, que représente sa femme dans tout cela ? Deux influences féminines sont en compétition, tous les éléments sont réunis pour un conflit de pouvoir, dont le couple a du mal à faire l’économie. » Lorsque le beau-père, la belle-mère sont trop présents, les femmes ont un sentiment d’empiétements de leurs territoires conjugaux, associé à un sentiment de négation de leur identité d’épouse. Elles veulent réaffirmer la place de chacun, la hiérarchisation des relations de famille et notamment des relations conjugales et filiales. Le mari, estimé trop permissif, est alors critiqué, bousculé, et ne manque pas de réagir et défendre son point de vue. On le verra avec l’exemple de Mme Tinsart.
  • « D’un autre côté, une personne “en moins” : c’est l’homme lui-même. […] L’excessive fidélité de l’homme à la mère est l’un des biais par lesquels il peut s’absenter, l’une des multiples lignes de fuite lui permettant d’organiser son univers propre en dehors du foyer. La relation à la mère entre ici dans une problématique plus générale de “l’ailleurs masculin” » (O. Schwartz, 1990, p. 192). En d’autres termes, la persistance d’un lien très fort entre le mari et ses parents, est ressenti par la femme comme une résistance à la conjugalisation de l’existence.

Les conflits affins et conjugaux de Mme Jeanne

8L’exemple de Mme Jeanne est à cet égard significatif. Cette agricultrice de quarante-deux ans a épousé un homme qui n’avait vécu que chez ses parents jusqu’à l’âge de 28 ans – jusqu’à leur mariage – « un fils qui n’a jamais quitté sa mère. » Elle est très bien accueillie dans cette famille, mais ne parvient pas à délier le trio soudé que constituent le mari et ses parents et redéfinir à chacun sa place. Ses beaux-parents laissent leur exploitation au jeune couple, se retirant à cinq cents mètres de là, « beaucoup trop près ». Sa vie de couple est désormais fragilisée, marquée par des conflits extrêmement mal vécus par chacun des protagonistes. Elle décrit une situation au bord du drame, les décalages et conflits, les difficiles ajustements.

9Ce que Mme Jeanne n’a pas accepté, c’est l’omniprésence de ses beaux-parents. « Pendant sept ans, ma belle-mère est venue tous les jours sur la ferme, de huit heures à dix-neuf heures ! » Une telle situation n’était imaginable que dans la mesure où le mari de Mme Jeanne la favorisait, ne concevant pas de contredire ses parents ni de s’en éloigner quelque peu. « Mon mari a toujours été habitué avec ses parents. Et parfois il prenait involontairement le parti de ses parents contre sa femme. Ça s’est passé souvent comme ça. » Ses beaux-parents, elle et son mari faisaient tellement fusion qu’ils n’étaient jamais invités les uns sans les autres par les frères et sœurs de son mari. Une apparente unité définit les deux couples, du moins dans les premiers temps. Progressivement, Mme Jeanne se sent étouffer. « Rien n’a jamais été éclairci. Les tensions ont toujours été étouffées. Le lendemain, on n’en reparlait plus. Alors moi, des fois, je craque. J’ai envie de dire : parlons-en au contraire. »

10N’osant affronter de face ses beaux-parents, les tensions se répercutent au sein du couple. « Si on se disputait, ce n’était pas avec mes beaux-parents mais avec mon mari. » La présence d’enfants rend plus évident, aux yeux de cette femme, le manque d’intimité et un jour, celle-ci expose au grand jour son insatisfaction et ses désirs. « Avant d’avoir eu des enfants, c’était plus supportable. C’était nouveau. Mais après, ça a commencé à être dur. Et puis au bout de sept ans, ça devient long ; on ressent de l’usure… ».

11La naissance du benjamin constitue « un moment charnière. Après, tout a… Enfin, voilà : j’ai renvoyé mes beaux-parents chez eux. Ils venaient trop souvent. Mais ça a fait toute une histoire. Mon mari en a fait une dépression nerveuse. » « Mes beaux-parents et moi, on ne s’est jamais disputés. Sauf lors de cette première crise, au bout de sept ans. Je leur ai écrit. Et je leur ai demandé, par courrier, de ne plus manger chez nous le midi. Mes beaux-parents prenaient part aux conversations, ils étaient au courant de tout. » Depuis, d’autres « crises » ont eu lieu, toutes revêtant des allures dramatiques. Son mari est devenu dépressif et les relations de Mme Jeanne avec ses beaux-parents survivent au rythme de ces palinodies. Tout comme dans son discours, Mme Jeanne alternativement critique et se rétracte, ses relations sont ponctuées de rancœurs, d’éclats parfois, et d’élans d’affection.

12Pour se protéger de l’omniprésence des beaux-parents sur la ferme, Mme Jeanne se retire des travaux agricoles, se désengage de l’exploitation, et se replie sur sa maison et ses enfants. Frustrée, elle a un sentiment de perte (perte d’une intimité, perte du conjoint) qu’elle comble en se focalisant sur son rôle de mère, dernier bastion qu’elle défend jalousement. « C’est surtout avec mon beau-père que j’ai eu des relations difficiles. Parce qu’il aimait beaucoup les enfants et que moi, j’en étais jalouse. » Le résultat ne la satisfait pas : elle se décrit maintenant comme une mère surinvestie, excessive, qui aura peut-être du mal à laisser partir ses enfants et être belle-mère à son tour… Elle a le sentiment de reproduire une situation dont elle a d’abord été victime.

13Il faut noter que Mme Jeanne cumule en quelque sorte deux difficultés dans ses relations par alliance : un mari trop « fils » et une trajectoire matrimoniale ascendante. Mme Jeanne est issue d’un milieu plus modeste que celui de son mari. Sa gêne et sa honte, nées d’une forte conscience de sa « dette » envers ses beaux-parents, ont compliqué ses efforts pour faire respecter une intimité conjugale et familiale. Elle reconnaît qu’elle eut parfois des revendications et des actes contradictoires. Son manque d’assurance dû à ses modestes origines et sa situation de dépendance vis-à-vis de ses beaux-parents expliquent qu’elle se soit si peu imposée les premières années. Lorsqu’elle s’est autorisée à s’exprimer, il était trop tard : trop de rancœurs s’étaient accumulées pour pourvoir agir avec adresse et prudence. Son geste, tardif, tranchant et contrastant avec les habitudes prises jusque là, prit la signification d’un rejet total. « Ce serait à refaire, je dirais : “Vous allez dans votre maison, en retraite, vous êtes alertes. Qu’allez-vous faire ?” Mais non ! Rien n’était clair ! Mes beaux-parents sont propriétaires de la ferme, alors… »

La nostalgie de la mère

14Ne schématisons pas. Le fait que n’ait été retenu que le point de vue féminin ne doit pas nous faire oublier que le suivisme à l’égard de la mère n’est pas exclusivement masculin. « La nostalgie de la mère » dont parle O. Schwartz ressort nettement des propos de certaines femmes. Le conjoint de Mme Lechapelain n’a reçu qu’un accueil mitigé en tant que gendre. « Maman n’est peut-être pas facile, mais il y a ce côté provocateur de la part de mon mari qui ne faisait rien pour arranger les choses. Pas du tout. Il n’a pas simplifié. » On retiendra de Mme Lechapelain sa volonté d’effacer les tensions antérieures, les événements susceptibles de remettre en cause un équilibre (« Maintenant, ça y est ; c’est passé ») et sa propension à excuser sa mère plus facilement que son conjoint.

15Mme Géhenne a quarante-sept ans et est infirmière. Elle noue une relation intense avec sa mère, femme « très possessive, très exclusive », « très envahissante », « jalouse ». Avant son déménagement, Mme Géhenne la voyait tous les jours et en était sans doute elle-même affectivement dépendante. « Je pense que c’est quelqu’un que j’avais un peu idéalisé. » Ses comportements dénotent une certaine complaisance à son égard. Mme Géhenne, pour ne pas heurter sa mère, a souvent renié quelques-uns de ses principes et des valeurs auxquels elle est le plus attachée (égalité entre ses enfants, primat de la relation conjugale, etc.).

16« Contrairement à ce qu’on pense quand on est jeune, on n’épouse pas qu’une jeune fille ou qu’un jeune homme, on épouse sa famille. C’est vrai ; qu’on le veuille ou non ». C’est essentiellement en tant que fille que Mme Géhenne s’exprime en ces termes, et non en tant que belle-fille. Elle a conscience d’avoir imposé à son conjoint certaines servitudes dont les excès de sa mère et sa propre faiblesse à son égard sont la cause. « On est obligés de faire avec ». Mme Géhenne parle en effet avec un fatalisme qui a sûrement été remis en cause par son mari. Ils ont décidé, après vingt ans de mariage, d’atténuer les problèmes familiaux en s’éloignant géographiquement. « Maman avait, en particulier depuis la mort de mon père, un comportement […] tyrannique par rapport à moi, qui faisait que si je ne m’en allais pas, je me faisais bouffer. Il fallait partir. » « Ce que je regrette, c’est de ne pas l’avoir fait plus tôt. » Cette situation en effet lui a coûté des difficultés conjugales. « Ma mère aurait pu être quelqu’un qui aurait pu détruire. Parce que ça peut aller jusque là. » Sa mère a eu « un comportement de rejet de l’autre » qui a fait parfois chanceler l’équilibre du couple. « Ça n’a jamais été au stade du conflit parce qu’on discute pas mal, mais effectivement, il a fallu ramer dur. »

17Toutefois, la survalorisation de la relation maternelle ne pose de problème que si les deux conjoints ne partagent pas cette conception.

18Mme Gomez n’a pas toujours été aimable avec sa belle-mère, dans les premiers temps, semble-t-il. Dans ces cas de figure, M. Gomez prend la défense de sa mère, ordonnant à sa femme : « Tu ne parles pas comme ça à ma mère ! » Au cours de l’entretien, nous assistons à une scène, suscitée par l’enfant, âgé de quatre ans. Contrarié, celui-ci fait semblant de battre sa mère. Immédiatement M. Gomez s’intercale entre Mme Gomez et l’enfant et répète jusqu’à ce que l’enfant cesse : « Tu ne bats pas maman ». Les deux conjoints sont d’accord sur le principe : la mère est une figure sacrée, qui prime sur les autres. M. Gomez impose à sa femme le respect envers sa mère à lui ; de même, il respecte et fait respecter en sa femme la mère, transposant la même logique sur son épouse. Il y a cohérence : le mari fait parfois primer sa mère sur son épouse ; de même il respecte et fait respecter la mère en la personne de son épouse. Il y a cohésion : Mme Gomez était visiblement satisfaite de la façon dont son mari réagissait face à leur fils. Les deux époux ont la même définition des places de chacun.

19Au contraire, une belle-fille critique d’autant plus la proximité filiale du mari qu’elle fait elle-même passer le conjugal avant le filial.

Les facteurs de détachement filial

20Les maris trop « fils » ont-ils certaines caractéristiques ? Ni le critère de rang de naissance ni le fait d’être enfant unique ne sont directement influents. « Pour un garçon unique, il n’a pas mis sa mère sur un piédestal » estime Mme Lechapelain, surprise au contraire du détachement filial de son époux. L’âge au départ du domicile des parents, l’investissement de ces derniers dans le devenir de leur fils et sa « réussite » sociale sont davantage pertinents. « Il est parti très tôt de la maison » (Mme Brizeux), « Il est parti très tôt, dès douze ans, en pensionnat » (Mme Géhenne), constatent la plupart des femmes qui considèrent leur mari assez détaché des siens. Au contraire, le mari de Mme Jeanne a vécu jusqu’à vingt-huit ans chez ses parents. Mme Bulot a été le témoin d’une lente évolution chez son mari, qui a eu les plus grandes difficultés à « couper le cordon ». « Il a terminé ses études à vingt-sept ans, il était encore chez ses parents. Ça prouve des choses. »

La portée de ces conflits

  • 2 Voici, le 09-12-1991.

21Les proportions que peuvent prendre ces conflits sont considérables. 35 % des couples seraient prêts à rompre à cause de la belle-famille, selon un sondage Ipsos2. Le mal-être qui résulte des conflits conjugaux à cause de la belle-famille peut en effet aller jusqu’à une remise en cause du conjoint. Plusieurs femmes nous ont signalé leur pensée secrète ou leur intention explicite.

22En fait, il faut distinguer entre le cas où aborder le thème de la belle-famille n’est qu’un prétexte parmi d’autres, et celui où il entraîne au cœur d’un problème crucial et chronique. En effet, la belle-famille « est parfois utilisée comme prétexte pour cristalliser le ressentiment qu’un des partenaires peut avoir par rapport à l’autre. Un prétexte pour agresser l’autre, à qui l’on a beaucoup de choses à reprocher » (A. Roumanoff, A. Bromberger, 1993, p. 160). Une cause avouée qui dissimulerait la véritable raison. Le couple régule ses désaccords en les déplaçant de leur véritable source. Il n’est pas toujours aisé d’exprimer le vrai motif de sa frustration. J. -C. Kaufmann montre que le conflit porte plus souvent sur des points de quotidien, concrets, d’apparence anodine, que sur des questions générales et essentielles. L’agacement, né de la « difficile gestion des différences entre conjoints », se fixe sur les gestes « les plus élémentaires et les plus routinisés » (J. -C. Kaufmann, 1993, p. 120). Dans ce cas de figure, la belle-famille a le même statut que l’œuf trop cuit : elle offre en quelque sorte un support et un raccourci à la négociation. Une façon de dire sans dire… « L’ubiquité des conflits » n’épargne pas le couple (A. Hahn, 1990, G. Simmel, 1995). De plus, le thème de la belle-famille a l’avantage d’être connu et inépuisable…

23Il en va tout autrement des situations où évoquer la belle-famille équivaut à désigner un dysfonctionnement intrinsèque au couple. Une belle-fille sur cinq considère que les parents de son mari ont toujours été une question épineuse, la source de conflits décisifs et de remise en cause du couple. Dans ce cas, la relation avec les beaux-parents pose au couple un problème structurel et les récits revêtent une coloration tragique (I. Théry, 1993).

24Deux histoires sont à cet égard exemplaires, celles de Mmes Tinsart et Le Faou.

La honte d’être une rivale

25Mme Tinsart est une petite femme très tonique de cinquante-et-un ans. Travaillant à mi-temps dans l’administration, elle est mariée à un scientifique, directeur de recherche, et mère de deux enfants. Sa belle-mère est, selon ses dires, une femme de fort tempérament, autoritaire, rigoureuse, énergique et qui a régi la maison aussi bien que la petite entreprise de son mari. Elle est le personnage central de la belle-famille aux yeux de Mme Tinsart qui décrit par ailleurs un beau-père inexistant, sans couleur, et distant. Avec celui-ci, « il n’y a pas de relation. »

26Si l’on s’en tient au discours de Mme Tinsart, sa belle-mère est un personnage pittoresque, truculent mais aussi une mère abusive : une femme possessive qui s’est réalisée à travers son fils unique à qui elle ne reconnaît pas le statut d’époux. Elle n’accepte pas que son fils soit accaparé en priorité par sa vie de couple et ses enfants. Mme Tinsart parle « d’espionnage » de la part de sa belle-mère. « “Qu’est-ce que vous avez fait ? […] Vous ne m’aviez pas dit que vous alliez là. J’ai téléphoné, vous n’étiez pas là.” Ça allait même jusqu’à venir comme ça, à n’importe quel moment […] Alors qu’à l’époque, ce n’était pas la porte à côté ; (huit cents kilomètres les séparaient en effet) il n’y avait pas les autoroutes ! » « […] le fait qu’on utilise notre temps libre à voir d’autres amis ne lui plaisait pas parce que ce temps, on devait le lui réserver. C’était quelque chose qui lui appartenait. Et ça a été très net. Mon mari lui a dit : “c’est ça ou rien !” ça fluctuait. Il y a eu des périodes où c’était correct, et puis… »

27Toutes les conditions sont réunies pour que belle-mère et belle-fille soient rivales… Car Mme Tinsart entend faire respecter ses « territoires ». De nombreuses scènes de mise au point alternent avec les contrariétés intériorisées. Les enfants, lorsqu’ils étaient petits, furent un sujet particulier de conflits entre les deux femmes (Cf. chapitre IV). Mais ce que dénonce surtout Mme Tinsart, c’est « le cirque », c’est-à-dire un comportement de « chantage » envers son fils allant jusqu’au chantage au suicide. « Pour moi, c’était tout ça le cirque. C’était cet excès. » « L’outrance » Mme Tinsart s’insurge contre « l’incivilité » d’un tel comportement, au sens où l’entend R. Sennett dans Les tyrannies de l’intimité (R. Sennett, 1979). Elle accuse sa belle-mère d’avoir fomenté une rupture conjugale en prenant son fils à part pour la critiquer. « “Oui tu vois ! Fais attention à ce que je t’avais dit […] Tu n’es pas heureux…” J’estime que si l’enfant a envie d’en parler, il vous en parlera. Mais nous, on n’est pas là pour être derrière toujours, pour gratter, gratter, mettre à nu. »

28Un jour que belle-mère et belle-fille passaient ensemble des vacances à la mer – M. Tinsart étant retenu par son travail – cette dernière fut l’objet d’insultes de la part de sa belle-mère qui déversa ainsi sur elle toute sa fureur, accusant notamment sa belle-fille de « martyriser » sa propre fillette… En fait, la défense de l’enfant (qui, venant de faire une bêtise, était grondé par sa mère) n’était que prétexte : la véritable rancœur trouvait sa source dans le fait qu’elle n’avait pas reçu de lettre de son fils, elle, sa mère… « Alors que moi, j’en avais eu une de mon mari le matin même. »

29L’enjeu de ces rivalités est en effet cet homme partagé. La belle-mère de Mme Tinsart tente de retenir son fils, pleure et se plaint quelquefois au téléphone. Mme Tinsart se dit horripilée, d’autant plus que les tentatives de sa belle-mère ont parfois du succès : par deux fois, le mari s’est rendu seul, immédiatement, auprès de sa mère. « Mais je sais que j’admettais très difficilement cette attitude de petit toutou à sa maman… » Le sentiment de honte se mèle à la colère : honte d’être réduite au statut de rivale par une belle-mère trop exigeante et surtout par un mari ne sachant quel parti prendre.

30Cette situation entraîne des « mises au point » entre le fils et sa mère d’une part, mais surtout entre l’époux et sa femme. Mme Tinsart a même menacé son mari de le quitter lorsque ses beaux-parents ont projeté de venir vivre à Rennes. « Ah non ! Ça aurait été invivable ! Vous vous rendez compte ! Déjà, à deux cents kilomètres, c’est infernal Alors là, à deux rues près, vous imaginez ! Ah non ! D’ailleurs, ce n’est pas difficile, des fois, ça m’angoisse et j’étouffe. Ça m’énerve ! Ça m’énerve ! Ah ! mais je dis : “elle va me rendre folle !”… »

31Si les explications sont directes entre conjoints, il en va autrement entre la belle-fille et sa belle-mère. Les mises au point se font de préférence par l’intermédiaire du mari. Mme Tinsart demande à son époux de se faire son porte-parole auprès de sa mère… Une scène fut à cet égard exemplaire. Lors d’un de ses séjours chez son fils, la belle-mère entreprit de ranger à son idée les placards de cuisine de sa belle-fille. Celle-ci prit très mal ce chamboulement d’un lieu par elle très investi et qu’elle ne reconnaissait plus. Mais elle se tut d’abord. Lorsque rentra son mari, elle lui demanda d’agir : qu’il intime à sa mère l’ordre de remettre les placards tels qu’elle les avait trouvés. Mme Tinsart ne règle pas directement ses démêlés avec sa belle-mère. Comme si elle n’était pas sûre de « faire le poids » face à cette femme autoritaire ; comme si elle n’était pas sûre non plus de la réaction de son mari à ses initiatives polémiques. En effet, une belle-fille sera plus sûre d’elle lorsqu’elle est certaine d’obtenir l’assentiment de son mari. Une belle-mère n’intimide et n’impressionne que dans la mesure où elle « tient » son fils, où celui-ci est susceptible de se ranger (même secrètement) de son côté.

Lorsque la haine s’exprime

32Mme Le Faou a quarante et un an et deux enfants. Elle est enseignante et son mari pharmacien. Sa relation à sa belle-mère est tout simplement haineuse. Il convient tout d’abord d’en préciser le contexte et les raisons.

33Là encore, on retrouve le cas d’un beau-père effacé par la forte personnalité de sa femme. Mme Le Faou a peu de relations avec lui. Les confrontations décrites ci-dessous concernent donc essentiellement belle-fille et belle-mère, deux femmes très dissemblables. « On n’a pas du tout le même caractère. Elle, elle adore faire le ménage et moi, j’ai horreur de ça. Et puis pour elle, je suis quelqu’un de complètement nulle qui passe sa vie dans les bouquins. » Toutes deux s’affrontent sur deux thèmes : « Le ménage et la façon de vivre ».

34Chez sa belle-mère, c’est « archi-propre. Ah non ! Elle ne laisserait pas une assiette traîner deux heures sur la table ! De toute façon, on a à peine fini de manger qu’elle a déjà fait la moitié de la vaisselle. C’est tuant ! C’est pathologique… ». Mme Le Faou ironise au sujet de la première rencontre. « La première fois que je l’ai vue, elle était dans son évier en train de faire la vaisselle (rire). J’aurais dû me méfier ! »

35« Je ne comprends pas. Pour elle, l’autorité, c’est des trucs aussi peu importants que changer la bouteille de gaz, mais quand elle a décidé qu’il faut le faire. C’est uniquement des choses matérielles. Mais vraiment matérielles. Manger, faire les courses, remplir les papiers Moi, ça m’énerve. Ça m’énerve beaucoup. » Mme Le Faou se sent dévaluée. Elle qui n’a pas visiblement le souci de l’organisation, a dû se sentir prise en flagrant délit de négligence plus d’une fois par sa belle-mère. Le regard affin peut avoir un effet infantilisant. « Tu n’es pas capable de tenir ton foyer » semble répéter la belle-mère à sa belle-fille chaque fois qu’elle agit pour l’aider, avec ou sans son assentiment. Car le rejet apparemment délibéré de Mme Le Faou à l’égard du ménage est plus ambigu : elle culpabilise aussi de n’être pas ordonnée. Elle ne peut manquer de comparer l’intérieur de sa belle-mère au sien. Chez la mère de son conjoint, « chaque chose a sa place. Ce n’est pas comme ici, d’ailleurs… » enchaîne-telle avec une pointe de regret. Elle désigne un livre significatif sur le matriarcat breton. « Il y a ma belle-mère là-dedans ! Où est-ce que je l’ai mis celui-là Parce que moi, évidemment, je ne me rappelle pas où je mets mes affaires… ». Mme Le Faou ne coïncide pas tout à fait avec le personnage insouciant qu’elle affiche face à sa belle-mère. Elle se sent comme prise à son propre piège.

36À travers le rapport de chacune des deux femmes au ménage, ce sont deux philosophies de vies qui s’affrontent. Mme Le Faou sait pertinemment ce que lui reproche sa belle-mère : « De ne rien faire de mes journées pendant l’été ; de passer tout mon temps sur la plage à lire ; de trop sortir… ». Elle lui renvoie le compliment : « À part faire le ménage, je ne sais pas ce qu’elle a fait d’autre dans la vie ! » Hédonisme de classe aisée face à la morale agonistique d’un milieu rural modeste ?

37Plus de deux cents kilomètres les séparent, qui pourraient rendre ces divergences anodines. Mais M. et Mme Le Faou possèdent une résidence secondaire à une lieue de l’habitation des beaux-parents et cette maison est le réceptacle de toutes les tensions. « C’est une maison qu’on a retapée. Et tout de suite, elle a pris la direction des opérations. Quand je n’étais pas là, elle a mis des rideaux ; j’ai fichu les rideaux à la poubelle (rire). » Pour M. et Mme Le Faou, cette maison représente un charmant pied-à-terre près de la mer et leur assure un retour ponctuel et régulier dans la région de leur enfance : ils y sont très attachés. Pourtant, cette maison centralise tous les conflits affins : l’interventionnisme de la belle-mère et les exigences de la belle-fille se révèlent alors à un degré extrême. Mme Le Faou ne parvient pas à faire de ce lieu son « chez-soi ». De temps en temps, elle se rend seule dans cette maison. « Dans ce cas-là, pff ! Elle ne me voit pas. Et c’est tellement énervant, c’est que, si je vais dans la maison, elle le sait tout de suite. Parce qu’il y a des tas de membres de la famille dans le coin. Donc elle sait à quelle heure je suis arrivée, ce que j’ai fait, si j’ai eu du monde, qui j’ai vu, à quelle heure je me suis levée […] Ça me rend folle ! »

38Mme Le Faou avoue qu’elle n’était pas aussi anti-ménage avant de connaître sa belle-mère. « Et surtout, je n’ai plus de balai. Alors que c’est quelquefois plus simple de passer un coup de balai, je passe l’aspirateur. Pour ne pas passer le balai.

39– Parce qu’elle est toujours accrochée à son balai ?

40– Oui, alors je n’ai plus de balai. »

41Elle explique que c’est pour cette raison aussi qu’elle a mis de la moquette dans toutes les chambres de sa maison secondaire. Afin de limiter les interventions de sa belle-mère. « En fait, je m’en fiche maintenant. Ça ne me fait plus rien du tout. Mais quand on passait pratiquement tout l’été là-bas, j’ai passé des étés, mais […] à la fin de l’été j’étais sur les nerfs. Je ne pouvais pas la supporter. » « Quand on partait là-bas, j’en étais malade ».

42La confrontation de son point de vue à celui de son époux décuple le problème : Mme Le Faou ne bénéficie d’aucun support de la part de son mari. Au contraire, ce sujet de discussion provoque une escalade des tensions. « Dans ces cas-là, c’est le grand drame… » « Il ne veut pas admettre [les torts de sa mère]. » Impuissante à changer les choses, elle nourrit de profondes rancœurs envers l’ensemble de sa belle-famille, mari compris. « C’est un consensus qui déclenche la haine, soit contre la personne aimée ou désirée, soit contre une personne qui est conçue comme un danger pour cette union. La haine contre un membre d’un groupe fortement cohérent est donc souvent une expression de cette cohérence. » (A. Hahn, 1990) Sa belle-mère est une femme autoritaire. « Quand ses enfants ont de gros ennuis, elle n’est jamais au courant. Parce qu’il ne faut pas l’inquiéter » ironise-t-elle. « C’est la mère castratrice ». « Elle a trois garçons ; ils ont tous les trois très peur d’elle. » Le nœud de son sentiment très négatif envers la mère de son mari se situe là, dans la nature du lien filial que Mme Le Faou n’accepte pas car il la diminue.

Une question identitaire

43Le succès de ce sujet en tant que facteur de conflit conjugal relève d’une question identitaire. Quoi de plus prégnant en effet que l’identité filiale ? Cette dimension identitaire première est ineffaçable, quoi qu’on devienne. Plusieurs le remarquent, « on défend sa famille » (Mme Bayou). « Même si le père et la mère ont été méchants vis-à-vis de leur enfant, je pense qu’on revient toujours. On défend toujours ses parents » (Mme Bessec). Les parents sont un sujet qui blesse : le conjoint est d’autant plus heurté par les critiques de sa compagne qu’il ressent le rejet de ses parents comme un rejet de lui-même. P. Berger ne montre-t-il pas que l’on est particulièrement démuni face à son conjoint, ses proches ? (P. Berger, 1977). Même si un homme noue des relations difficiles avec ses parents, il ne pardonne pas forcément à sa femme sa position inévitablement plus distante et plus froide face à une situation affective déjà compliquée.

44Mme Bessec, une jeune secrétaire de vingt-quatre ans, connaît des relations conflictuelles avec son beau-père, veuf depuis plus de dix ans. « Je n’arrive pas à le comprendre. » Elle n’admet ni son détachement à l’égard de la famille, ni son caractère selon elle autoritaire et cupide, ni l’accueil froid dont elle fut l’objet. Mais ce qu’elle vit le plus douloureusement, c’est le manque d’appui de la part de son conjoint. « Il prend toujours la défense de son père. » Chaque décalage exprimé, chaque désaccord explicite avec le beau-père réactive les débats au sein du jeune couple, débat clos par l’éternelle réplique du mari « D’accord, mais c’est mon père. » Le rappel de son identité filiale suffit au mari à justifier les efforts d’adaptation et de souplesse qu’il exige de sa conjointe.

45Il semble que lorsque la guerre est déclarée entre belle-mère et belle-fille, elle prenne des proportions considérables : les limites ne cessent de reculer. Mme Le Faou et Mme Tinsart considèrent avoir été à la limite de l’obsession. « Je me suis dit : mais elle va me rendre folle ! » « C’était quelque chose d’obsessionnel […] Je me sentais étouffée, complètement étouffée. J’avais l’impression qu’on allait me manipuler » s’insurge Mme Tinsart qui traduit en termes identitaires ces rapports de force inégaux. « Si je m’étais laissé manipuler dès le début, je n’existerais plus aujourd’hui. Je serais vraiment le tapis-brosse. Ah oui ! Ou alors, je ne serais plus là ; je serais partie avec mes enfants. Ou je serais restée mais dans quelles conditions ! Qu’est-ce que je serais devenue ? Une loque ! Non. Être bouffée par quelqu’un […] parce qu’on n’a plus de vie, plus de personnalité ». Le positionnement du mari du côté de sa mère fragilise le destin de son épouse. Le fait qu’il contraigne sa femme au silence crée chez elle le ressort de la contestation. Le conflit conjugal se nourrit du conflit affin et vice versa, dans un cercle sans fin.

46Mme Le Faou, de son côté, se surprend (et se déçoit) de ses comportements vains et vengeurs. « Quand mes filles étaient plus jeunes, elle leur tricotait des pulls, je les flanquais à la poubelle ! (rire). Ou alors, j’encaustiquais les meubles avec, des bêtises comme ça. (rire). » « Quand on va à la maison, elle achète – toujours la même chose – des produits d’entretien. Eau de Javel et compagnie, serpillière, Vlan ! (détruits, jetés) ». Elle ponctue son récit d’expression telles que : « C’est complètement fou », « C’est débile ! », traduisant par là le fait qu’elle ne maîtrise pas la situation – ni même ses propres réactions. Selon les dires de Mme Le Faou, sa belle-mère tombe malade à intervalles réguliers. Elle est presque ponctuelle.

47« Une fois par an, elle fait son cirque. Oui. Tiens ! Ça devrait arriver bientôt, là […] Et puis au point d’aller à l’hôpital. Mais elle ne crève jamais alors… (éclats de rire) Oh ! Si mon mari m’entendait ! Tous les ans je me dis : “Ça y est…” Ben Tiens ! Elle me survivra encore, la saleté ! (rire) » La coïncidence entre l’insulte (« la saleté ») et le thème officiel de dispute entre les deux femmes (le ménage) est frappante. Les conceptions du propre et du sale, du désordre et du rangé véhiculent une idée de soi dont on ne change pas aisément (J.-C. Kaufmann, 1992). C’est pourquoi la négation de ses manières personnelles par sa belle-mère ébranle profondément Mme Le Faou. Parce qu’il constitue une porte d’entrée dans l’univers du couple, le thème du propre et du rangé cristallise la révolte de cette femme contre sa belle-mère qui n’accepte pas la mise à l’écart et contre le mari jugé trop permissif. Le rire dont Mme Le Faou ponctue son long réquisitoire n’a rien de similaire avec le rire cathartique employé par certaines femmes pour décrire leur situation. Il montre au contraire le degré de violence qui peut entrer en jeu dans ces relations. Cette violence ne manque pas de rappeler celle qui intervient dans le discours de la sorcellerie tel que le décrit J. Favret-Saada. Lorsque nous rencontrons Mme Le Faou, en pleine « crise », elle est en arrêt maladie depuis plusieurs mois. Dépression ? De son côté, Mme Jeanne suit une psychanalyse pour essayer de démêler sa situation (démarche peu répandue en milieu agricole, notons-le). La jalousie, la perte, l’escalade, l’ébranlement d’une personnalité, les souhaits de mort,… nous retrouvons quelques-uns des ingrédients décrits par J. Favret-Saada dans Les mots, la morts, les sorts (1978). Ne peut-on faire le parallèle entre les bocains ensorcelés que décrit l’auteur et ces femmes « prises » non pas dans des sorts mais dans une relation de haine – ce qui revient au même significativement parlant (J. Favret-Saada, 1981). Elles ne parviennent pas à sortir de leur pensée circulaire.

Le conflit comme force de socialisation

48Sauf lorsqu’il fonctionne comme un automatisme, « […] le conflit, bien qu’étant une forme du désaccord, est aussi une force de socialisation qui unit les parties rivales. » (A. Hahn, 1990, p. 377). Il est même « l’une des formes de socialisation les plus actives », selon G. Simmel, car « il est en fait un mouvement de protection contre le dualisme qui sépare, et une voie qui mènera à une sorte d’unité, quelle qu’elle soit, même si elle passe par la destruction de l’une des parties » (G. Simmel, 1995). La façon dont les deux conjoints fixent des limites à leurs conflits, les actions qu’ils mettent en œuvre pour leur éviction sont génératrices de normes et de règles. L’histoire de Mme Blouet est à cet égard exemplaire.

49Mme Blouet est une jeune femme de vingt et un ans, à la fois modeste et résolue. Elle est agent hospitalier dans une maison de retraite. Son compagnon, presque aussi jeune qu’elle, est employé dans une entreprise de maçonnerie. Ils se connaissent depuis trois ans. Son discours sur sa belle-famille se situe dans une problématique de la normalité. Ses beaux-parents ont divorcé peu de temps après qu’elle rencontre Thibaut. Elle a suivi donc les épisodes et les aléas de ce divorce et se place en tant qu’enfant : comme son mari et ses frères et sœur, elle n’a pas admis cet événement qui a éclaté la famille et en tire un sentiment de frustration. Le jeune couple se construit donc au moment même où un autre se défait.

50Plus précisément, il se construit sur la base d’une double lutte : d’une part pour résorber un sentiment d’abandon, de deuil, de perte et pallier l’absence, d’autre part pour se faire accepter par les parents de Mme Blouet. C’est ce point qui nous retient ici. Les parents de Mme Blouet ont, dans un premier temps, rejeté l’ami de leur fille à cause de ce divorce. Mme Blouet est originaire d’une région rurale où il est peu de coutume de divorcer. Elle et son compagnon subissent l’effet du voisinage et des rumeurs (Parents et beaux-parents habitent deux communes voisines). « Un divorce fait parler beaucoup de mauvaises langues. » « On était un peu montrés du doigt. Au niveau des enfants, au niveau de la famille elle-même, ça posait problème. D’autant plus que papa travaillait au centre de loisirs. Il rencontrait pas mal de gens. C’est vrai que ce n’est pas agréable d’avoir des reproches. C’était des choses du genre : “Ah ! votre fille est avec un tel ? Oui, eh bien ses parents sont en train de divorcer…” Ça lui venait dans les jambes assez souvent. Et lui, déjà, n’étant pas pour le divorce, ça provoquait des haines. Ça lui faisait mal et il n’arrivait pas à accepter. Et le soir, quand il rentrait il en parlait avec maman. »

51Ce que Mme Blouet rejette, c’est le sentiment de honte et surtout sa « contagiosité ». « Ce que je n’acceptais pas, c’est que si les parents ont fait une bêtise, pourquoi ce serait nous qui en subirions les conséquences ? » « Je ne voulais pas que ça déteigne sur nous. » Blessé et silencieux, le conjoint de Mme Blouet vit très douloureusement la rupture de ses parents. Il évite de l’emmener chez ses parents, « le moins possible dans cet entourage et ce lieu de dispute. » « C’est vrai qu’au moment où on s’est connus, c’était le moment où ça se chamaillait pas mal. Et il n’y a pas très longtemps, il m’a dit comme ça :” À certains moments où ça allait vraiment mal, je croyais que tu allais partir…” » La crainte et surtout la honte l’envahissent. Cette dernière rejaillit sur Mme Blouet puis par ricochet sur ses parents. « La dégradation de l’image de l’autre renvoie à la dégradation de l’image de soi et entraîne la honte dans son sillage. » « […] La honte renvoie son spectateur à un dilemme angoissant : soit privilégier ses liens d’attachement au sujet honteux avec les risques d’exclusion de la communauté que cela représente ; soit au contraire préserver son insertion dans la communauté et pour cela participer à son action excluante. En d’autres termes, le spectateur de la honte n’a pas d’autre choix qu’entre s’identifier au tiers honnisseur […] ou bien se laisser gagner par la honte de l’autre » (S. Tisseron, 1992, p. 39). Le positionnement de Mme Blouet est univoque et contraire à celui que privilégient ses parents : elle prend clairement le parti de son conjoint contre eux, contre tous… Seule la fermeté et la détermination de leur fille les a fait ployer. Et le temps. « Il a fallu un an au moins ! (rire) Il a fallu six mois à peu près pour que Thibaut commence à revenir à la maison progressivement. »

52Dès lors, on peut se demander dans quelle mesure leur attitude de dénégation a contribué à renforcer la volonté de Mme Blouet, lui fournissant l’occasion de s’affirmer face à eux, de les contrer. Ce combat n’a-t-il pas participé de la construction du sentiment amoureux de la jeune femme ? Il a éveillé l’émotion en isolant le partenaire, en l’individualisant, le séparant du reste du monde (J. -C. Kaufmann, 1993). « Quand il venait il était bien reçu, mais c’est moi qui avait les reproches après. En face de lui, ils ne disaient rien, et par derrière, c’était le conflit. […] J’ai voulu que ce soit lui qui vienne me chercher. J’avais mon permis, ma voiture, donc j’aurais pu aller le rencontrer ailleurs. Mais j’avais peur qu’ils s’imaginent qu’il n’y avait plus rien, qu’ils avaient réussi. Alors qu’en le laissant venir me chercher à la maison, moi, quand je voyais la voiture arriver, je descendais dans la cour. Ça leur faisait voir que ce n’était pas fini et que je n’allais pas céder. » En définitive, cette lutte contre un rejet injuste a finalement contribué à construire le couple plus qu’à le détruire. « Je crois que ça nous a surtout resserrés au début et même maintenant. Parce que lui, de son côté, il avait besoin de parler ; moi, de mon côté, j’avais besoin de parler aussi sinon ça devenait intenable. Ce qui fait qu’on s’est battus tous les deux de notre côté et après on en reparlait tous les deux : “alors, moi, j’ai obtenu ça ; toi tu as…” (rire) Ce n’était pas les points marqués mais presque… » On retiendra de ce couple sa socialisation sur le mode agonistique : en menant des actions, basées sur la connivence, pour une cause commune (pourquoi payer la « faute » des parents ?), il a forgé son « moi » conjugal, son « nous-couple » (J. -C. Kaufmann, 1993 ; J. Kellerhals, 1982). Il a activé sa compétence, son sens de justice (L. Boltanski, 1990) dont il nourrit sa cohésion. Cette lutte a, un temps, isolé les deux jeunes gens qui se sont construits comme seuls au monde. Elle a eu un pouvoir intégrateur.

Facteurs d’atténuation des conflits

53L’ampleur des conflits dépend de deux facteurs : le degré de dépendance de la femme vis-à-vis de son mari et le degré de cohésion conjugale.

La dépendance matérielle

54S’affronter à son conjoint exige une assurance qui naît d’un certain statut et d’une relative indépendance à son égard – notamment matérielle. La conviction qu’a une personne de pouvoir changer les choses effectivement dépend des atouts dont elle est en possession par rapport au conjoint. L’écart de comportement et de jugement entre certaines femmes en fonction de leur situation est frappant. L’indulgence de celles qui sont au foyer et qui ont fait un mariage en trajectoire ascendante contraste avec l’intransigeance de celles qui ont une profession et dont le mariage est en trajectoire inverse.

55Mme Bulot explique le lien très fort entre son mari et ses parents et dit de lui qu’« il a eu du mal à couper le cordon. » Pourtant elle estime ne le lui avoir jamais reproché. Elle raconte que pendant longtemps, son mari « préférait venir manger chez sa maman tous les midis » plutôt que de la rejoindre. « Je me disais : il va finir par se lasser. Et puis c’est ce qui s’est passé en fait. Ça a duré un certain temps et après il a compris qu’il y avait peut-être un autre restaurant sur Rennes… ». Si, dans les premiers temps, elle s’est sentie en second plan par rapport à ses parents, elle n’en a jamais tenu rigueur à quiconque. Face au refus de son mari de s’impliquer dans les problèmes qu’elle rencontre actuellement avec sa belle-mère, elle conclut : « Je comprends aussi. C’est idiot de s’accrocher. » Mme Bulot est tolérante, mais peut-être sa situation de femme au foyer lui impose-t-elle une attitude de souplesse et d’indulgence ?

56Nous avons conté l’histoire du beau mariage de Mme Guillen et ses difficultés, du moins pendant les deux premières années, avec sa belle-mère. Lorsque, désespérée et humiliée, elle fait part à son fiancé de sa volonté de ne plus retourner chez ses parents à lui, celui-ci réplique : « Tu ne te rends pas compte de tout ce que cela peut engendrer ! » De manière générale, il ne lui donne pas systématiquement raison, loin de là, et Mme Guillen en est quitte pour ressasser regrets et rancœur, seule. « Quand on voit quelque chose et que vous sentez qu’on ne vous prend pas au sérieux, c’est toujours rageant… ». Pourtant, elle ne tarit pas d’excuses à l’égard de son futur époux, à qui elle « ne trouve pas de défaut ».

57Une attitude de patience et de compréhension caractérise ces femmes.

58Au contraire, les femmes ayant une trajectoire matrimoniale descendante sont plus exigeantes envers leur conjoint, dont elles excusent moins facilement la politique de l’autruche. Elles exigent un soutien plus franc de leur part. Ce sont aussi des épouses moins enchantées de leur mari que celles qui ont fait un « beau » mariage ; elles sont à la fois moins reconnaissantes et moins dépendantes de lui (F. de Singly, 1987 ; L. I. Pearlin, 1975). Mmes Le Faou et Tinsart sont issues de milieux plus aisés que celui de leur mari. Elles sont respectivement enseignante et cadre dans l’administration. Elles se sont affrontées durement à leur conjoint sur le thème de leurs beaux-parents. Mme Tinsart a même menacé son mari de le quitter si ces derniers venaient vivre dans la même ville qu’eux, comme ils le projetaient. Aurait-elle osé autant si elle n’en avait pas eu les moyens, tant en termes de finances qu’en termes de soutien familial ?

La cohésion conjugale

59C’est moins l’empiétement des territoires qui intervient dans le vécu de la relation affine que la cohésion conjugale. Le problème naît de l’impossibilité de définir en commun une situation donnée, et d’établir un bilan identique entre conjoints. Le fait de sentir que le conjoint prendra de préférence parti pour ses parents indépendamment d’elles ou contre elles est la principale charge mentale des belles-filles. Elles manquent alors d’assurance face aux beaux-parents et leur sentiment d’impuissance peut alors être ferment d’une haine inextinguible à leur égard.

60En cas de difficultés relationnelles avec les parents du mari, lorsque les deux époux ont le même point de vue critique sur eux, la belle-fille exorcisera ses mésaventures, par le rire par exemple. Au contraire, lorsque les points de vue divergent commencent les conflits conjugaux. Les belles-filles se sentent alors étouffées, niées en tant que telles, moins par leur belle-famille que par leur conjoint. Leur place est trop exiguë, leur liberté surveillée. Leur mari est le principal censeur. Les problèmes affins sont ensuite décuplés par les conflits conjugaux dont ils sont la cause.

61L’assurance face aux beaux-parents dépend de l’assurance que les femmes ont d’être soutenues par le conjoint. Elle naît avant tout d’un accord conjugal (tacite ou résultant d’une confrontation) sur la façon de considérer les beaux-parents et sur la façon de se comporter vis-à-vis d’eux. Mme Rastier, on l’a vu, n’hésite pas à affronter son beau-père patriarche. Mais les deux fils eux aussi s’affirmaient face à leur père. « Oui, il y avait du répondant. » Mme Rastier n’a fait que reprendre à son compte l’attitude parfois critique de son mari. De même, Mme Ricardin n’a pu rétorquer à sa belle-mère, économe jusqu’à l’excès et « interventionniste », que dans la mesure où son mari « était d’accord ». Les deux époux partagent le même point de vue sur les parents du mari : « Ils n’ont pas évolué avec le temps. »

62Au contraire, Mme Jeanne doit affronter son mari qui ne conçoit pas d’entraver toute démarche paternelle ou maternelle. Elle se retrouve alors dans une situation de total isolement et vit péniblement son sentiment d’abandon conjugal. Dans de telles situations, la relation avec la belle-famille semble alors devenir le principal désagrément de l’existence et la révolte sourd puis éclate dans le ménage et/ou entre belles-filles et beaux-parents. Celles-ci perçoivent les limites à la solidarité conjugale et peuvent très justement imputer la cause de leurs déboires conjugaux à leurs beaux-parents – ce qui ne fait qu’alimenter le processus de rancœur.

63La symétrie des situations familiales entre les deux conjoints est parfois approximative. Certains adultes, pris dans des relations filiales compliquées, ne voient pas qu’en les épousant, leur conjoint a épousé aussi leurs problèmes de famille et doit assumer les difficultés qu’ils lui ont transmis. Une des sources des conflits conjugaux à ce sujet tient dans la non-reconnaissance par l’un des conjoints des efforts éventuels que l’autre fait pour lui, dans le cadre de relations affines peu gratifiantes. Ces efforts peuvent progressivement se vider de leur sens. Pourquoi supporter une situation affine désobligeante si, de toutes façons, la vie en couple devient désagréable à son tour ?

64La cohésion conjugale ne se confond pas forcément avec une construction à deux. Elle résulte parfois de la convergence fortuite d’intérêts personnels chez les deux conjoints. Ainsi Mme Clark, une agricultrice de trente-cinq ans, a des ressentiments envers ses beaux-parents qui empiétent sur sa vie professionnelle et privée. De son côté, son mari a des ressentiments envers ses parents qui l’ont, dit-il, « sacrifié » à la terre. « Lui, avec sa mère, il a encore plus de problèmes que moi avec sa mère. » De ce fait, Mme Clark bénéficie d’un soutien conjugal sans faille chaque fois qu’il faut lui affronter les beaux-parents et de cette assurance elle tire la plus grande satisfaction. « Si vous voulez, mon mari, il a toujours été pour moi. Même, lui, il aurait plus brusqué les choses que moi. Moi, je disais ça gentiment. » Pourtant, Mme Clark venait dans sa belle-famille avec un handicap : issue d’un milieu très modeste, elle épouse un agriculteur beaucoup mieux doté – ses beaux-parents le lui ont bien reproché. Mais son mari saisit chaque tension entre sa femme et sa mère pour régler ses comptes avec cette dernière. Cet exemple souligne le fait que le soutien du mari est un paramètre plus déterminant encore que la trajectoire matrimoniale.

65Le mariage est davantage chargé de conséquences pour les femmes que pour les hommes, démontre F. de Singly (1987). Il influe notamment sur les trajectoires professionnelles des femmes, même diplômées – et les ternit en les ralentissant considérablement. Il implique une différenciation accrue des rôles selon le sexe en replaçant l’engagement féminin du côté des soins aux enfants, de la sphère domestique, de la famille. Pour cette raison, il est probable que les femmes soient plus sensibles que les hommes à la cohésion conjugale, y compris sans le cadre des relations par alliance.

Les attitudes des maris

66Dans le roman Kaé ou les deux rivales, (S. Ariyoshi, 1966), Kaé, une jeune japonaise du XVIIIe siècle, a épousé Umpei par procuration car son jeune mari est retenu à Kyôto où il poursuit ses études de médecine. Cette absence va durer trois ans, pendant lesquels Kaé vit au sein de sa belle-famille. Cette première période est heureuse : Kaé voue une admiration sans borne à sa belle-mère, la très belle Otsugi qui, en retour, fait montre d’affection et d’attentions multiples. Tout change au retour d’Umpei, le fils adulé, qui concentre les efforts et les ambitions de toute la famille. Otsugi devient subitement jalouse, hostile, à l’égard de celle qui est devenue sa rivale. L’existence de Kaé s’assombrit immédiatement et devient une lutte incessante contre sa belle-mère, sous couvert d’apparentes amabilités. Umpei, lui, se consacre à la recherche d’un anesthésique puissant qui permette d’opérer le cancer du sein. Quand il pense avoir trouvé, après dix ans d’expériences et de recherches, Otsugi et Kaé se proposent comme cobayes humains, rivalisant d’abnégation et de sens du sacrifice. Kaé sortira victorieuse de ce combat mais le paiera de ses yeux, de sa santé. À travers l’un de ses personnages, l’auteur se demande « si, dans chaque maison, il n’y a pas un homme qui exploite de la même façon ce conflit entre femmes. Aucun homme ne veut y mettre fin » (S. Ariyoshi, 1966, p. 248). Mari tiraillé ou mari manipulateur ? À qui le conflit profite-t-il ? s’interroge Sawako Ariyoshi. Ici, l’intérêt du mari est manifeste : sa carrière bénéficie de cette lutte silencieuse entre les deux femmes. Plus généralement, les hommes chercheraient à diviser pour règner à distance sur la sphère domestique et redouteraient toute coalition féminine. Ils seraient les principaux bénéficiaires de la lutte « des mères contre des femmes » (C. Lacoste-Dujardin, 1985).

67Les hommes interviennent-ils en cas de tension entre leur mère et leur épouse ? Difficile pour eux de se sentir neutres, indifférents. Le malaise et le tiraillement caractérisent leurs réactions. Le mari de Mme Amand est intervenu quelquefois dit-elle « Oui, heureusement ! Sinon, il serait retourné chez sa mère ! » Mais les époux qui interviennent systématiquement en faveur de leur épouse face à leur mère sont assez rares. Mme Clark fait figure d’exception. En revanche, les interventions en faveur de la mère sont fréquentes – ou remarquées. Mme Nevers reproche à son mari : « Tu choisis ta mère contre moi. » Mme Bulot essaie quelquefois de faire pression sur son mari pour améliorer ses relations avec ses beaux-parents : « Mais comme il ne veut pas d’histoires de famille, il ne rentre pas du tout dans la conversation. Moi, quand je me permets de taper sur la belle-mère : “Oh ! Tu m’embêtes ! Laisse-la donc ! Elle fait ce qu’elle veut.” Et puis voilà… » « Il ne veut pas lui créer de peine alors il reste en dehors. »

68De préférence, les maris n’interviennent pas et laissent leur épouse règler seule la situation. « Il ne veut pas rentrer là-dedans. » Ou bien ils favorisent une attitude qui se veut souple, en fait fataliste, visant à dissuader leur épouse de toute action. « Il me dit : Ce n’est pas à soixante-dix ans qu’on va les changer… » (Mme Perceval). « Le plus souvent, il dit : Laisse ! Elle est casse-pieds ! » (Mme Ricardin). « Il me dit “Ecoute, tasse ! Tu sais comment elle est…” » (Mme Cassandre).

69L’exemple de Mme Charas est révélateur d’un fonctionnement des fils mais aussi des attitudes des belles-filles pour contourner l’immobilisme du mari et régler leurs propres tensions. Mme Charas subit les visites quotidiennes et impromptues de sa belle-mère qui travaille à côté, dans le garage contigu à l’appartement. La fréquence de ces entrevues et leur aspect insupportable se sont accrus depuis la naissance du petit garçon de Mme Charas. Confrontée à cette situation déplaisante, Mme Charas agit en trois temps.

70Tout d’abord, elle n’ose pas affronter seule sa belle-mère. Elle en parle donc à son mari. « J’estime que ce n’est pas facile de dire à une belle-mère. S’il y a un problème avec un parent, c’est à leur propre enfant de le lui dire. Donc j’estime que c’est à mon mari de lui dire : “Ne viens pas si souvent. Ce n’est pas parce que Damien crie…” De toute façon, elle saura que ça vient de moi. Mais j’estime que c’est plus facile à l’enfant de le dire dans la mesure où ils ne vont pas se fâcher. Une belle-fille et une belle-mère pourraient très bien se fâcher pour ces mêmes paroles. Je ne veux pas me fâcher avec eux parce que ça ne présente aucun intérêt. »

71« En plus, ce serait dit sur un ton de colère, en plus mal dit, mal interprété. […] Mais quand c’est dit du propre enfant ça s’arrange. »

72Mais son mari est sceptique et distant. « Il ne comprenait pas. Il disait : “elle a envie de voir Damien, c’est normal. Et puis pour cinq minutes…” » Dans un second temps Mme Charas s’interroge. Elle estime que son mari prend le parti de sa mère contre celui de sa femme. « Je me disais : il préfère croire sa mère plutôt que moi. » Son mari argumente, tente de faire ployer son épouse. « Dans le sens où moi, je peux changer, mais sa mère, on ne peut pas la changer (rire) ». Comment mieux dire la hiérarchie entre les deux femmes, au détriment de la plus jeune, sous prétexte de la prérogative de l’âge…

73Enfin, Mme Charas décide d’argumenter à son tour et de raisonner son mari progressivement, sans rien brusquer. « J’en ai parlé. C’est sûr que lui, il n’avait rien remarqué. Je lui ai dit : “chaque fois qu’elle viendra, qu’il y aura quelque chose, je te le dirai”. Et c’est vrai que c’était assez souvent que je lui disais : “tel jour, il y a eu telle chose, tel jour, telle autre chose”. Je lui disais : “toi, c’est ta maman, mais moi…” Et il me disait : “c’est vrai que si tu ne peux pas faire tout ce que tu as envie de faire…” Et maintenant, il ressent lui aussi le besoin de s’éloigner. Et il sent que moi, ça m’énerve. Même si j’accepte, ça crée une tension. »

74Aujourd’hui, M. et Mme Charas font le projet de déménager. Ils sont d’accord pour mettre fin à cette quasi cohabitation et régler le problème en s’éloignant géographiquement. Le mari est l’allié le plus difficile à conquérir, mais c’est aussi le plus sûr et le plus efficace.

75En définitive, avant d’en venir au conflit ouvert, les femmes prennent des précautions pour critiquer la famille de l’autre. Elles se retiennent de contredire ouvertement, publiquement, dans un premier temps. Tout se passe comme si, en décriant leurs beaux-parents, elles se prenaient elles-mêmes en flagrant délit de désamour.

Les syndrômes de la belle-mère et de la belle-fille

76Les parents peuvent être l’objet de disputes. Ils semblent surtout le siège de sentiments et de positionnements contradictoires. Se disputer à propos des parents peut rapidement être codé comme trivial. Pour cette raison, les différents protagonistes semblent mal à l’aise : les maris sont tiraillés ; les épouses ne se sentent pas toujours autorisées à critiquer leur conjoint sur son lien filial – loin s’en faut ; les mères, de leur côté, s’efforcent de ne pas intervenir dans la vie privée de leur enfant.

Le syndrôme de la belle-mère

  • 3 Je remercie à cet égard S Lallemand pour ses enseignements M Cartier, dans Histoire de la famille, (...)

77Il existe aujourd’hui ce que l’on peut nommer un « syndrome de la belle-mère ». Une mère excessive est socialement réprouvée. Pleurer la perte de son fils marié est globalement mal perçu, codé comme l’expression d’un lien mère/fils excessif voire pathologique. Un contremodèle a été établi, dont chaque mère veut se démarquer : l’image d’une mère possessive et déstabilisatrice du couple, vivant par procuration à travers les jeunes gens. La volonté de ne pas ressembler à ces contre-modèles et de se distinguer du vulgaire est frappante. Les belles-mères ne peuvent pas, comme c’est le cas en Chine, disserter entre elles sur leur belle-fille et la vilipender en toute liberté3. Dans notre société au contraire, critiquer publiquement sa belle-fille se remarque immédiatement : la honte rejaillit sur celle qui est alors qualifiée de mégère. On ne peut manquer d’être frappés, au cours de l’enquête faite auprès de parents, par leur volonté affichée de discrétion à l’égard de leurs enfants et beaux-enfants, la peur d’envahir, l’incertitude quant à la bonne distance à adopter. Mme Ballacey a deux enfants âgés de vingt-deux et vingt-trois ans, qui tous deux ont un (e) ami (e). « Ça me fait évoluer ça aussi. Parce que je me dis : il ne faut pas qu’on s’impose. […] J’aimerais bien plaire à mes beaux-enfants. J’aimerais bien ! M’enfin, je ne me fais pas trop d’illusions quand même, parce que je vois bien comment sont mes enfants et ce qu’ils pensent de leurs futurs beaux-parents. Alors je me dis que dans l’autre sens, ce sera pareil. […] Je fais attention quand ils sont là de ne pas trop donner mon point de vue. J’essaie de ne pas trop m’imposer. Je me retiens. » Il est à noter aussi la volonté de gommer a priori la dissymétrie de la relation à travers le choix du terme par lequel on s’adressera à elles : elles souhaitent être appelées par leur prénom. « C’est plus simple et plus sympa » dit Mme Brizeux.

  • 4 Cette femme a été interrogée dans le cadre d’une enquête menée avec des étudiants de l’Université (...)

78Paradoxalement, le syndrome de la belle-mère pèse surtout sur celles qui ont été des belles-filles malchanceuses. « Je me dis que c’est quelque chose qu’il ne faut jamais faire parce que j’ai vécu cette expérience-là » dit une femme de cinquante et un ans, agricultrice dans la région de Quimper4. Mme Jean témoigne de ses bonnes relations avec sa belle-mère et des efforts faits par celle-ci. Elle enchaîne : « Je crois aussi qu’elle avait eu une belle-famille tellement désagréable qu’elle tenait à être bien avec ses gendres et belles-filles ». Par réaction à ce qu’elles ont vécu, elles veulent devenir autre, se démarquer d’un personnage qu’elles connaissent bien pour l’avoir subi.

79Cette crainte d’envahir est-elle l’effet des histoires « drôles » et caricatures de plus ou moins mauvais goût mais qui joueraient le rôle de garde-fou ? Tout un imaginaire comique en effet met en scène une belle-mère de vaudeville, d’ailleurs plus souvent confrontée à un gendre qu’à une belle-fille (Cf. annexes). Sans doute est-ce l’effet aussi d’une psychologisation des relations dans notre imaginaire. Robert Castel démontre que la psychologie s’est répandue pour devenir non seulement un domaine de connaissances, mais un système courant d’interprétation, « une posture culturelle qui tend à faire de l’installation dans le psychologique l’accomplissement de la vocation du sujet social » (R. Castel, 1981, p. 155). La conséquence d’un tel schéma de pensée est qu’il responsabilise les individus et à l’extrême, les culpabilise et les stigmatise.

80Ainsi, les belles-mères n’ont pas toujours le beau rôle. Notons au passage que les beaux-pères sont bien épargnés dans l’imaginaire courant…

Le syndrôme de la belle-fille

81Il y a aussi un syndrome de la belle-fille. Plusieurs personnes manifestent une gêne, des appréhensions, signifiant leur refus de l’idée de la concurrence. Mme Pinault se rappelle ses efforts initiaux pour être agréable à sa belle-mère. « Je ne voulais pas qu’elle voie en moi la voleuse de son fils ». Mme Izant a vingt et un ans et noue des relations frustrantes avec ses beaux-parents qu’elle connaît depuis deux ans. Elle fut par eux fort mal accueillie. Pourtant elle continue de s’y rendre : « J’y vais pour leur montrer que je ne leur enlève pas leur fils. »

82Mme Brizeux passe plus volontiers son temps avec des amis qu’avec la famille et cet état de fait parfois la culpabilise. « Ce que je ne voudrais pas, c’est qu’elle (la belle-mère) pense que c’est toujours moi qui freine les choses. C’est vrai que j’y suis pour quelque chose mais mon mari aussi est content de notre mode de vie. » La belle-fille a-t-elle conscience qu’elle est susceptible d’endosser plus facilement les accusations ? Mme Ballacey regrette que son mari soit aussi détaché de sa mère. Elle se sent obligée de s’en expliquer avec celle-ci. « Je lui ai dit ça : “On ne vient pas souvent vous voir, mais ce n’est pas de ma faute. C’est la faute de mon mari.” Oui, je lui ai dit ça parce que je ne veux pas qu’elle pense que c’est moi qui… »

83Beaucoup se refusent à mettre ces deux relations sur le même plan : amour conjugal et amour filial ne seraient pas comparables et aucun rapport ne pourrait être établi entre les deux. Cette façon de voir correspond au refus d’établir une concurrence entre soi et ses beaux-parents : le sentiment de devoir se partager le mari avec ses parents à lui ne les concerne pas. Paraître jalouse de sa belle-mère, comme on le serait d’une maîtresse, procurerait un sentiment de honte. Mme Renaudin voit là une attitude inconcevable.

« – Parfois, vous est-il arrivé de penser que votre mari faisait passer sa mère avant vous ?
– Non ! Non non […] Je ne vais pas être jalouse de ma belle-mère, quand même ! »

84Elle ne conçoit pas d’oscillations entre les deux identités de fils et de conjoint.

85Nous rencontrons une sorte d’autodépréciation des belles-filles en tant que telles. Mme Ricardin, après avoir dressé un tableau grotesque de ses échanges affins, apporte cette précision : « Je ne veux pas critiquer parce que c’est ma belle-mère Ce n’est pas parce que c’est ma belle-mère, mais elle est comme ça Même mon mari, il en est conscient. » Mme Ricardin ne suggère-t-elle pas, en filigrane, l’idée que la belle-fille peut avoir tendance à durcir le trait, à prendre un parti critique. L’indulgence ne serait pas son lot.

86Les femmes qui décrivent leurs conflits avec leur mari au sujet de la famille le font avec gêne, comme si elles se sentaient fautives d’étaler de tels sentiments négatifs hors du cercle privé. « Je suis abominable », « Je suis horrible » ne cesse de répéter Mme Le Faou, en riant par dérision, chaque fois qu’elle exprime sa haine pour sa belle-mère. À tant insister sur le ridicule de sa situation, elle se construit elle aussi négativement. Nous avons parlé des déceptions de Mme Jeanne : celle-ci ponctue son discours désapprobateur d’un leit motiv qui la dévalue : « Je suis injuste ». Ces femmes ont l’impression de trahir leur conjoint en révélant et rejetant une facette intime de lui. Ce sentiment de culpabilité explique sans doute les attitudes très autocritiques des belles-filles insatisfaites.

87La belle-fille « voleuse », la belle-fille intransigeante, la belle-fille concurrente… Il reste une facette de laquelle les belles-filles veulent se démarquer : l’image de la pauvrette, d’une Cendrillon, femme docile, obéissante et dominée, dont on ne tient nullement compte. Une responsable du CEDAG (Centre d’étude et de développement de l’agriculture de groupe) a remarqué l’existence d’une image dévalorisante de la belle-fille en milieu agricole, au cours d’une anecdote dont elle nous a fait part. Dans le cadre de la formation de futurs agriculteurs, elle a organisé un jeu pédagogique dont le but est d’apprendre à gérer un budget au sein d’un GAEC (Groupement agricole d’exploitation en commun). Elle laisse les élèves se répartir les rôles : le père, la mère, le fils et la belle-fille (les GAEC pères/fils étant les plus fréquents). Cette responsable a été frappée par un fait récurrent : la belle-fille est toujours le dernier rôle choisi… Ou bien, il n’est pas choisi du tout ; c’est un absent ou le souffre-douleur qui se voit attribuer ce rôle.

88Elles sont quelques-unes, comme Mme Vautrin, à refuser la dissymétrie dans le tutoiement et les termes d’adresse. « Tu/Vous, j’aimerais pas Bof ! Ça fait presque sous-estimer la belle-fille Ça donne une personnalité à la belle-mère par rapport à la belle-fille. On se tutoie tout le monde ou pas du tout ! (rire) ».

89Pourtant, il est difficile de savoir si les femmes se débattent contre une représentation très prégnante et qui leur serait extérieure, ou si elles se glissent elles-mêmes dans ce rôle, comme pour s’excuser d’exister. Quelques unes se sont glissées dans un rôle humble de ménagères, au début de leur relation. « C’était toujours sale, alors quand on arrivait, il fallait commencer par passer la serpillière, faire la vaisselle. Parfois j’avais même l’impression d’être la bonne. » (Mme Ricardin). « Je trouvais inconcevable qu’on arrive tous les dimanches, pimpants, et qu’on se fasse servir par ma belle-mère. Alors moi, j’essayais de l’aider, de faire bouger un peu tout le monde. Mais, je voyais bien qu’il n’y avait que moi qui me levais… » (Mme Bulot) Une sorte d’indécision caractérise ces femmes, en tant que belles-filles.

Notes

1 Famille Magazine, le 01-04-1991.

2 Voici, le 09-12-1991.

3 Je remercie à cet égard S Lallemand pour ses enseignements M Cartier, dans Histoire de la famille, décrit la tradition familiale chinoise au fil des dynasties Ming et Qing et évoque la rivalité entre belle-mère et belle-fille. « La jeune mariée, qui apporte le cas échéant, une dot en argent ou en bijoux qui demeure sa propriété, est tout d’abord perçue comme une menace pour la bonne harmonie entre mère et fils. Les marques d’attachement conjugal de la part du mari sont donc considérés comme une preuve de faiblesse de caractère. La situation de la jeune femme s’améliore, certes, une fois qu’elle a mis au monde un garçon, assurant ainsi la continuité de la lignée. » (tome 1, 1986, p 475). La période s’étalant de 1850 à 1950 n’offre pas à la jeune épouse un sort plus enviable du fait de la tradition virilocale. « La jeune bru n’est guère plus qu’une servante » (M Cartier, Histoire de la famille, tome 2, p 219). Le même auteur rend compte, en outre, de « l’hostilité qui caractérise fréquemment dans les provinces méridionales les relations entre les familles alliées. » « Le mariage reste donc une occasion d’affirmer le prestige familial quitte à provoquer une émulation entre parents du mari et parents de la fiancée. » (p 220.)
Voir aussi A P Wolf, C S Huang, Marriage and Adoption in China, Standford, 1980.

4 Cette femme a été interrogée dans le cadre d’une enquête menée avec des étudiants de l’Université de Bretagne Occidentale.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search