Version classiqueVersion mobile

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Deuxième partie. Modalités d'intégration dans la belle-famille

Chapitre VII. Les effets de l’écart social

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis déjà plusieurs décennies, le mariage se donne comme un événement dénué de connotation sociale, exclusivement légitimé par l’existence du sentiment amoureux, par opposition au mariage d’intérêt ou de « raison ». On sait pourtant, depuis les études d’A. Girard (1964) et plus récemment, de M. Bozon et F. Héran (1987) combien fonctionne le principe d’homogamie sociale et culturelle : la ressemblance entre conjoints en termes d’âge, de niveau d’étude, d’appartenance sociale… est la situation la plus fréquente.

Ces résultats laissent à penser que le type de trajectoire matrimoniale, c’est-à-dire la similitude ou au contraire la différence de milieux entre parents et beaux-parents, peut influer sur les modalités des échanges affins. On s’interrogera alors sur le processus de prise de conscience d’un décalage social, lorsque tel est le cas.

La visibilité de la dimension sociale

Loin d’être gommé, le statut social se donne à voir dans le cadre des relations affines et reste une question ...

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search