Version classiqueVersion mobile

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Deuxième partie. Modalités d'intégration dans la belle-famille

Chapitre VI. Entente ou conflit entre belles-filles et beaux-parents

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Les conflits au sein de la parenté ont peu retenu l’attention des sociologues (D. Le Gall, 1996). G. Simmel, pourtant, note combien ce contexte est favorable à l’éclosion des tensions. « Ce sont les liens étroits de la vie en commun, la solidarité sociale et économique, l’unité présumée, qui est une sorte de violence faite aux individus – tout cela est particulièrement propice, justement, à des frictions, des tensions, des oppositions ; on peut aller jusqu’à dire que le conflit familial est une forme de conflit sui generis » (G. Simmel, 1995). Il est pourtant une relation familiale sur laquelle pèsent bien des soupçons : c’est la relation affine, spontanément codée négativement, classée du côté de la mésentente, du conflit, de l’équivoque. Heureusement, la teneur des discours recueillis est moins monolithique et s’éloigne souvent de ces représentations répandues.

Diagnostiquer l’entente

Un positionnement difficile

2Établir un diagnostic sur l’entente est moins simple qu’il n’y paraît au premier abord car les personnes n’expriment pas si directement leur sentiment personnel lorsque celui-ci est négatif. Contrairement à ce que laisse entendre l’imagerie commune au sujet de ces relations, une mésentente avec ses affins ne s’avoue pas facilement. Ainsi Mme Amand, une agricultrice, se plaint tout au long de l’entretien de sa belle-mère, des nombreuses offenses qu’elle a endurées. Elle explique que sa belle-mère, sa plus proche voisine et la propriétaire de l’exploitation agricole qu’elle fait valoir avec son mari, est le calvaire de sa vie de femme mariée. Cependant, lorsqu’il lui fut demandé d’évaluer globalement sa situation, sa réponse fut laconique et largement euphémisée : « Bof, sans plus… » Il est difficile d’aborder la question de front, de façon trop directe : elle heurte, lorsque la situation est tendue, comme si les personnes interrogées n’osaient s’avouer à elles-mêmes leur propre sentiment. Elles hésitent à passer à un aveu public, comme si elles avaient à répondre au nom du couple plus qu’en leur nom propre, ou par crainte de s’installer dans le conflit en le révélant.

3Ensuite, les personnes ne savent pas se situer, par manque de référence. Ainsi Mme Amand se demande d’emblée : « Je ne sais pas s’il y en a beaucoup qui en ont une comme la mienne, mais alors… ». Elle n’a pas une idée précise de ce que pourrait être la situation moyenne. La relation affine semble être vécue individuellement par les belles-filles.

Des plaintes dans un cas sur quatre

4Les proverbes et romans dressent des tableaux désespérants de situations inextricables, campent des personnalités incompatibles et incitent au fatalisme (Cf. annexes). La réalité est heureusement moins monolithique puisqu’une minorité définit sa relation avec les parents du conjoint comme une relation froide et difficile.

5Une personne sur quatre, en effet, se plaint de mésentente dans ce cadre familial et décrit l’agacement que génère une relation ne fonctionnant que sur le mode de l’injonction, du devoir. Celle-ci est vécue comme un poids, une source d’ennui ou de tracas. L’appréhension des entrevues se substitue peu à peu au manque d’enthousiasme. Les deux parties en présence ne parviennent pas à construire un univers compatible. Si ces situations regrettables sont minoritaires numériquement, en revanche elles frappent par leur intensité : les mauvaises relations affines perturbent sensiblement les différents protagonistes. Elles ont de profonds retentissements, rebondissent par ricochet sur différentes facettes de l’existence.

  • 1 M. Haicault (1984) parle de charge mentale pour évoquer « la tension constante pour ajuster des te (...)

6Plus fréquentes sont les relations modérées, se déroulant sans état d’âme. Dans plus d’un cas sur deux, les relations sont « ordinaires », sans relief mais aussi sans excès ni problème. Elles ne constituent pas une « charge mentale1 » : peu significatives, elles ne sont ni un tracas, ni un réel pôle d’intérêt et ne viennent pas perturber le quotidien. De part et d’autre, on fait en sorte que « ça se passe bien », évitant les éventuels sujets de désaccords. Belles-filles et beaux-parents s’ajustent les unes aux autres pour trouver un terrain d’entente sans plus s’investir dans la relation. Les tensions qui émergent restent ponctuelles et dépassables. Lorsque les belles-filles les évoquent, elles adoptent le ton de la plaisanterie, comme pour désamorcer leur propre critique. Eventuellement, un certain pragmatisme caractérise cette relation plutôt positive.

7Enfin, dans un cas sur cinq, les relations sont excellentes, dominées par les notions d’affection, de confiance et de plaisir d’être ensemble. Les personnes estiment être bien « tombées » et se montrent satisfaites de leur situation. Un sentiment de plénitude émane de leurs discours. Une réelle intimité permet des confidences réciproques. Les évocations d’éventuels désaccords ou traits de caractère déplaisants chez leurs beaux-parents sont noyées dans un flot d’éloges. Parfois même, les relations sont vécues comme idéales.

Les facteurs d’entente et de conflit et leur manifestation

8Établir un bilan des degrés et des causes de conflits affins risquerait de prendre un tour fastidieux pour un résultat incertain. En dresser un inventaire serait forcément incomplet et pose un problème de classification et d’interprétation, une même cause ne produisant pas toujours les mêmes effets. Il est toutefois possible de dégager quelques logiques et caractéristiques de fonctionnement.

L’entente

9En premiers lieux, la qualité de l’intégration dans la belle-famille et la consistance des relations sont les conditions d’une bonne relation. Le rythme des échanges est soutenu, l’accueil chaleureux et l’insertion dans le groupe sans problème. « J’ai été accueillie comme une reine » fait remarquer Mme Avril. « Ils disent que je suis leur troisième fille, parce qu’ils ont deux filles. » Ces personnes se sentent membre à part entière de ce groupe.

10La bonne entente se construit largement sur le partage d’une même conception des choses. L’identité de philosophie, de « Weltanschauung » (M. Weber, 1964), ou du moins la complicité idéologique sur un point significatif pour les protagonistes se retrouve chez presque toutes les personnes définissant positivement leur relation affine. En premier lieu vient l’entente sur la conception de la vie de famille, sur la place à accorder à cette institution et les formes à lui donner : définir l’art et la manière d’être en famille, le degré de formalisation et de souplesse dans les relations. L’accord sur ce point précis oriente l’organisation concrète des relations : la fréquence des visites, le degré d’intervention possible des beaux-parents envers leurs petits-enfants, l’ampleur et la valeur des cadeaux, etc. L’accord porte également sur d’autres points : la conception de la répartition entre travail salarié et responsabilités familiales pour une femme, la façon de concevoir le lien maternel… Chez Mme Avril, c’est le partage d’une certaine conception de la foi religieuse qui embellit ses relations affines (Cf. chapitre XIII).

11La convergence d’intérêt est également facteur de bonne entente, faisant de la belle-fille et de ses beaux-parents des alliés, des complices. Par exemple, la belle-fille influence (consciemment ou non) son époux dans le sens souhaité par les beaux-parents ; lesquels de leur côté agissent sur leur fils dans un sens qui favorise la belle-fille. Il est possible en effet que tout le monde y trouve son compte (Cf. chapitre VIII).

Mme Cassandre : des beaux-parents régénérateurs et complices

12Mme Cassandre se définit comme quelqu’un de fantaisiste et autonome. Agée de vingt-neuf ans, elle est aujourd’hui assistante de direction dans le secteur commercial. Elle s’est mariée l’an dernier, mais vivait déjà avec son compagnon, enseignant, depuis six années. Elle était déjà fortement intégrée à sa belle-famille, mais il lui semble que le mariage a ému ses beaux-parents et provoqué un ultime rapprochement. Son beau-père, par exemple, lui a demandé à partir de ce jour s’il pouvait la tutoyer.

13Mme Cassandre ne tarit pas d’éloges au sujet de ses beaux-parents. « Beaucoup, beaucoup de savoir-vivre, respect des valeurs familiales, très sensibles… » « Ça se passe bien ; ils m’apaisent. » Elle se sent particulièrement proche de sa belle-mère, avec qui elle aime parler et partage beaucoup de goûts communs. « Elle aime beaucoup faire plaisir. C’est quelqu’un qui n’oubliera jamais votre fête, votre anniversaire. » « Elle a été la première à tenir à ce que j’aie une bague de fiançailles ». « Elle est très, très gentille avec moi. »

14Mme Cassandre se dit très spontanée et très ouverte avec eux. « Je lui raconte tout ». Elle apprécie la souplesse de ces relations où rien n’est régulier, figé. « J’y vais comme je veux. Ils ne m’angoissent pas ; ils ne m’excitent pas. Je fais ce que je veux. Du moment qu’ils sont prévenus. Et quand j’y vais, je passe beaucoup de temps avec eux. »« J’ai fait une semaine de thalasso au mois de mars. J’étais toute seule avec eux. Ils se sont occupés de moi, et c’était super ! » L’investissement dans la relation semble réciproque. « Elle aime bien quand je lui fais des cadeaux que j’ai fait moi-même. […] Et elle garde tout ce que je fais ! (rire) […] Elle m’a dit que si elle décédait, elle ne voulait aucune fleur sur la tombe excepté les compositions florales et les couronnes que je ferais… »

15Pour autant, Mme Cassandre n’idéalise pas sa belle-mère à qui elle attribue tout de même quelques défauts : sa sournoiserie, ses cachotteries. « Elle fait beaucoup de dessous de table ». « Je refuse de marcher dans la combine. Elle le sait. »

16Cette grande proximité est renforcée par sa mésentente avec ses parents, à qui elle reproche de l’avoir laissée livrée à elle-même, pour s’occuper de son frère et sa sœur, plus jeunes et sources de problèmes. Elle décrit avec d’autant plus d’entrain ses beaux-parents qu’ils la rassérènent. « J’ai une maman très envahissante, qui m’énerve. Bien plus que ma belle-mère. J’ai une belle-mère très réservée, indépendante, qui est verseau ; on se comprend tout à fait. »

17Ses relations sont enfin facilitées par la position de ses beaux-parents à l’égard de son couple et de leur fils volage. Dans bien des situations, sa belle-mère prend son parti plutôt que celui de son fils. « Elle va voir beaucoup les défauts de Jean-Christophe et beaucoup plus mes qualités… ». Ses beaux-parents sont donc pour elle un recours à plus d’un titre ; nous en verrons plus loin la portée.

La mésentente

18Une mauvaise relation n’est pas forcément conflictuelle ou tendue. En premier lieu, les désaccords sont généralement tacites ou exprimés avec parcimonie. Une trop grande visibilité du conflit pose problème : elle met en porte-à-faux les autres protagonistes dans la mesure où il leur est demandé de prendre position. En second lieu, le conflit n’est pas la seule forme de distanciation. La manifestation de la mésentente revêt alors la forme de relations distendues : visites plus espacées, peu de conversations approfondies, peu de choses partagées, moins de cadeaux, peu d’échanges au sujet des enfants…

19Parfois les divergences de vues entre les deux parties éclatent ouvertement et viennent sporadiquement perturber le fonctionnement de la relation. Celle-ci devient alors pour les belles-filles une « charge mentale ». Cette relation désagréable intervient au quotidien, soit lors d’interactions concrètes avec eux, soit sous la forme d’une confrontation imaginaire. Ainsi certaines reconnaissent se battre parfois contre des « fantômes » : leur commerce difficile avec leurs beaux-parents se poursuit même en leur absence. Ils sont une idée fixe ; elles se débattent sans cesse contre une situation qui est chez elles source d’angoisse. Aujourd’hui encore ont lieu ces luttes imaginaires, ces parties de bras de fer intérieures chez Mme Tinsart, mariée pourtant depuis vingt et un ans. « D’ailleurs ce n’est pas difficile, des fois ça m’angoisse et j’étouffe. Ça m’énerve, ça m’énerve ! Ah mais ! Je me dis : elle va me rendre folle ! ». Bien malgré elle, ses beaux-parents sont des « significatifs » importants qui modifient le cours de sa vie.

20La mésentente s’ancre bien souvent sur des désaccords à propos de la définition de « territoires » communs (E. Goffman, 1973). L’empiétement de territoires est la principale cause de ces difficultés relationnelles. Le sentiment des belles-filles est que trop de choses sont communes. Elles désapprouvent certaines interactions qu’elles interprètent comme un acte d’ingérence de la part des beaux-parents, notamment à propos des domaines qu’elles définissent comme personnels ou conjugaux.

21Les territoires disputés peuvent être des territoires traditionnellement féminins : les soins aux enfants, l’organisation domestique (financière, ménagère…). Dans ce cas, les tensions apparaissent-elles plus souvent avec la belle-mère que le beau-père. Mais ces thèmes de désaccord sont souvent le support de luttes pour la possession de « territoires » plus fondamentaux : les (petits-) enfants (Cf. chapitre IV) et le mari (fils) (Cf. chapitre VIII).

22Si la forte présence des beaux-parents peut leur être reprochée, une absence marquée peut l’être aussi. Indifférence et froideur de leur part signifient l’impossibilité d’établir le contact, de définir des territoires communs. Certaines déplorent ainsi leurs relations d’alliance inconsistantes, quasi inexistantes, ayant le sentiment que la relation n’a jamais été enclenchée. Elles ne se sentent, le cas échéant, que les génitrices des petits-enfants… Le désagrément naît dans ce cas non de l’empiétement mais du sentiment d’être inexistante.

Mme Pinault : une saga mouvementée

23Mme Pinault, âgée de trente ans, élève ses deux jeunes enfants. Elle évoque avec émotion sa relation avec sa belle-mère, aujourd’hui décédée ; une relation mouvementée, malheureuse mais passionnée. « Ah ! Ma belle-mère C’est tout un poème, ma belle-mère… » soupire-t-elle, songeuse.

24Les prémices de la relation sont engageantes. Mme Pinault est spontanément invitée à dîner et la fois suivante, sa belle-mère lui offre une fleur de son jardin. « C’est ça l’image que j’ai de ma belle-mère : c’est qu’elle m’ait donné une rose, une petite rose blanche. » Mme Pinault construit ainsi le symbole de son acceptation. Elle souhaite manifester, de son côté, sa bonne volonté et s’investit immédiatement dans cette relation. « On était assez proches, oui. J’allais souvent lui rendre visite aussi. » Elle a instauré des rites familiaux, à l’occasion de la fête des mères et de Noël, notamment. « C’était moi qui m’occupais des cadeaux. Mon mari, il n’avait pas été habitué. » Toutefois, elle a conscience d’être un élément perturbateur pour le duo que formaient sa belle-mère, veuve depuis longtemps déjà, et son fils, résidant sous le même toit. « Je ne voulais pas qu’elle ait l’image de moi, la voleuse de son fils et qu’on ait des rapports… »

25Le premier conflit s’est greffé sur une demande faite par la belle-mère au jeune couple : de l’emmener le week-end même en Anjou, sa contrée natale. Une demande qui lui a été refusée : M. Pinault, alors routier, ne voyait sa femme et son fils que le week-end. « Un jour, elle a eu une envie subite d’aller voir sa famille. Alors on a dit : “pas tout de suite, on attendra les fêtes de Pâques.” C’était vers ce moment-là. “Ah non non !” Alors c’est là que je lui ai dit : “Écoutez, Yves n’est pas là de toute la semaine, moi, j’ai envie de profiter de lui le week-end. Pour partir on attendra.” Bon, elle n’a pas du tout apprécié. Du coup elle m’a fait, comme on dit dans sa famille, le boudin. Pendant longtemps. Elle ne me parlait plus à moi, elle parlait à mon mari. Quand elle avait quelque chose à me demander, j’étais à côté d’elle, mais elle demandait à mon mari. À l’époque, je devais partir quelques jours dans ma famille, dans l’Est. “Elle s’en va quand, ta femme ?…” J’étais à côté ! Elle m’en voulait à mort, mais à mort ! C’était tout ou rien avec elle… » Ce que la mère ne pardonnait pas à sa belle-fille était moins le service refusé que le droit pris soudain par celle-ci : la revendication de la priorité sur cet homme qu’il n’était pas question, ce week-end-là, de partager…

26Une autre tension eut lieu à l’annonce de la venue future du deuxième enfant. « Elle nous a demandé si (éclats de rires) Maintenant j’en rigole, mais sur le coup je n’ai pas ri ! Elle nous a demandé si on voulait avoir une équipe de foot ! (rire) Elle devait trouver que c’était un peu trop tôt. » « Elle nous a dit : “vous comptez faire un élevage ?” Elle a eu une réaction comme ça. Ah ! Ça m’a fait mal ! Ça m’a fait mal ! » Ce jour-là, sa belle-mère l’a déçue, sans doute parce qu’au-delà de la blessure immédiate que cette réflexion représentait, elle lui rappelait ses difficultés avec sa mère. Pour cette jeune femme, le même schéma se reproduisait : celui d’une mère qui interdit, ordonne et domine (Cf. chapitre XII).

27Malgré ces échauffourées dignes d’une caricature, Mme Pinault tient à réhabiliter sa belle-mère, lui trouvant des alibis : la vieillesse, la dépression, enfin la maladie. Elle met l’accent sur le moment des adieux faits à sa belle-mère, qui furent aussi le moment de la réconciliation. « Pendant près d’un mois, je ne suis pas allée la voir. Et après, je suis allée la voir et nos rapports pendant les derniers temps ont été très forts. C’est fini, elle ne me faisait plus le boudin : elle était heureuse quand elle me voyait. »

28Malgré ses difficultés, Mme Pinault exalte les derniers moments de sa relation affine. Sans doute par égard pour la mémoire de sa belle-mère aujourd’hui disparue.

La relation modérée

29Le cas de figure le plus fréquent est situé entre ces deux pôles : entente et mésentente. Teintée de pragmatisme et d’aspect routinier, la relation « modérée » est dominée par l’usuel, la constitution d’habitudes prenant le relais de l’injonction (J.-C. Kaufmann, 1987). Concrètement, cette relation se fonde sur des visites régulières, des discussions, notamment sur le thème des enfants, la fidélité aux réunions de famille… La relation n’outrepasse jamais une certaine réserve et la diplomatie est de rigueur. Tout comme au bureau ou dans une relation de travail, on s’accommode d’une relation obligée qui ne parvient pas toujours à se faire oublier comme telle.

30Rien n’entrave le déroulement tranquille des échanges élémentaires entre affins. La stabilité des relations fait que cette situation est appréciée par la plupart. Ce contentement peut être mis en rapport avec le faible sentiment d’empiétement que signalent les personnes dans ce cas – à moins qu’elles ne relativisent davantage, accordant moins d’importance à cette relation. Une minorité toutefois considère que cet « ordinaire » est subi et reproche aux beaux-parents leur trop grand détachement. Ces personnes avaient initialement de fortes attentes et regrettent de ne pas échanger davantage. Leur relation par alliance est alors classée dans la catégorie « rêves », codée comme une relation impossible à cause de quelque incompatibilité (de milieux sociaux, de philosophie, de goûts).

31En définitive, la relation « modérée » représente le modèle classique de la relation affine tel qu’il est intériorisé par les belles-filles d’aujourd’hui, la définition la plus répandue de « la bonne distance ». Ce mode relationnel met en relief le minimum nécessaire au bon déroulement de ces relations.

Mme Lacé : une relation tempérée

32Mme Lacé a cinquante ans et deux enfants âgés de vingt-trois et vingt ans. Son mari est cadre dans une banque. Mme Lacé a définitivement abandonné son emploi – elle était agent de bureau – à la naissance de son deuxième enfant, handicapé.

33Mme Lacé interprète ses relations affines à l’aune de cet événement qui l’a profondément meurtrie. Vis-à-vis de ses beaux-frères et belles-sœurs, indisponibles et indifférents, elle éprouve de la rancœur. Elle les juge « superficiels » et ressent péniblement le poids de leurs regards. « Nous, on a une petite fille handicapée alors ça nous a peut-être permis d’évoluer d’une autre façon. On ne mise pas tout sur l’extérieur parce que là, on est fichus ! Et eux sont restés un peu comme ça. » Elle est donc assez critique envers l’ensemble de cette famille. « Ce n’est même pas une ambiance de famille. Il n’y a pas d’ambiance de famille. »

34En revanche, elle fait une description positive de sa belle-mère, veuve depuis quinze ans, en qui elle perçoit une personne d’une grande bonté, ouverte, accueillante et active. « Elle n’est pas difficile à vivre. » « Elle a un tempérament très optimiste. » « Ce n’est pas la personne qui va mettre ses enfants les uns contre les autres. » « Elle est très, très discrète. » « Elle, elle écoute. C’est à elle que je dirais le plus de choses parce que je pense que si on lui dit quelque chose, ça reste chez elle. » « Elle est fiable. » Mme Lacé donne à sa belle-mère des qualités en définitive « classiques », presque convenues, du moins qui font l’unanimité côté belles-filles : la non-intervention dans les affaires du couple mais une présence et une disponibilité avérées ; la contribution à une ambiance de famille agréable.

35Sa relation avec la mère de son conjoint se déroule sans heurt depuis vingt-quatre ans. Elle entretient une relation tranquille, modérée, qui fonctionne à l’habitude : pas d’exaltation, peu d’éclat, aucune rancœur ni déception non plus ; une belle-mère malgré tout assez présente et une belle-fille bien disposée à son endroit. « Je la vouvoie ; elle me tutoie. […] On la voit pratiquement toutes les semaines. Mon mari la prend et elle vient manger avec nous. […] C’est une habitude qui a été prise. […] Mais si je passe, je m’arrête. » Avec sa belle-mère se noue quelquefois une relation d’entraide. « Si elle vient, elle me dit : “il n’y a pas de linge aujourd’hui ?” Et même, si j’en ai vraiment trop, elle me dit : “il faut me l’apporter”. Ça l’occupe, qu’elle me dit. » Entre elles existent des divergences de points de vue sur les questions de religion, de politique. « On en parle, mais on n’a pas la même façon de voir les choses. Elle sait et nous on sait. » Mais explique-t-elle, ces différences n’entraînent pas de heurts. Chacun reste sur ses positions et prend soin de tolérer celles de l’autre.

36Mme Lacé voit en sa belle-mère une vieille dame captivée par son rôle de grand-mère. Elle apprécie son comportement à ce niveau. « Suivre ses petits-enfants, ça l’intéresse beaucoup. Voir ce qu’ils deviennent, ce qu’ils font. » « Et ses petits-enfants l’aiment bien d’ailleurs. Elle les écoute et puis elle aime bien quand ses petits-enfants lui parlent. » À la naissance de sa fille, face aux difficultés qui émergeaient, Mme Lacé dit avoir reçu un certain réconfort de la part de sa belle-mère, même si elle en aurait souhaité davantage. « Elle va me dire qu’il ne faut pas me tracasser, qu’il faut essayer de dominer. Mais approfondir, je ne sais pas… » Enfin, Mme Lacé a remarqué qu’en cas de désaccord avec son mari, sa belle-mère, si elle est présente à une discussion entre les époux, ne prendra pas forcément le parti de son fils. « Elle lui dira devant moi : “non, je ne suis pas d’accord avec ce que tu dis.” Il le sait bien. » « Facilement, elle prend plutôt mon parti. Peut-être que je lui dis des choses plus évidentes ? »

37Cette relation modérée admet des causes d’enchantement comme de désenchantement, mais Mme Lacé ne les retient pas comme significatives et prenant de l’importance dans sa vie quotidienne.

La fonction sociale du rire

38Si, dans un parti-pris d’optimisme, on additionne les cas d’entente et de relations « modérées », l’on conclura que la situation est paisible dans presque les trois quarts des cas. Le vaudeville et la caricature sont alors déplacés, mal-à-propos et désuets. Au contraire, un (e) pessimiste ne retiendra des situations modérées que le versant pesant et subi et les ajoutera aux cas de mésententes : dès lors, les trois quarts des situations deviennent peu enviables et seul le dernier quart parvient à faire oublier le caractère obligé de la relation.

39Le rire s’adresserait-il à la proportion de malchanceux (ses) pour lui permettre de supporter avec fatalisme une situation insatisfaisante ? Ou bien constitue-t-il dans tous les cas un moyen de construire un mode de relation ?

Le rire comme régulateur

40Il existe une forme de relation dite « parenté à plaisanteries » que décrit A. R. Radcliffe-Brown dans d’autres sociétés. L’auteur montre qu’en de nombreux lieux, certaines relations d’alliance reposent sur des sentiments ambivalents. Pour y remédier, il existe deux solutions : les stratégies d’évitement, qui sont l’expression d’un très grand respect, et « la parenté à plaisanteries » qui est une « combinaison singulière de bienveillance et d’antagonisme » (A. R. Radcliffe-Brown, 1968, p. 170). « La “parenté à plaisanteries” est une relation entre deux personnes dans laquelle l’une est autorisée par la coutume, et dans certains cas, obligée, de taquiner l’autre ou de s’en moquer ; l’autre de son côté, ne doit pas en prendre ombrage » (p. 169). L’auteur note que taquiner d’autres personnes est un mode de comportement commun à toutes les sociétés humaines (p. 184). Un neveu peut ainsi se moquer de son oncle maternel chez les Tonga et les Fiji du Pacifique ; un petit-fils taquinera son grand-père Bantou. La relation de plaisanterie à l’égard de la belle-mère est également chose notoire. « […] L’élément déterminant est le fait que la structure sociale les sépare et rend la plupart de leurs intérêts divergents, les exposant normalement au conflit et à l’hostilité. » (p. 184). Plaisanter a donc une fonction cathartique. Cette forme de rire est un moyen de « relâcher la tension » (E. Goffman, 1974).

41Dans nos sociétés occidentales aussi, certaines personnes ont recours à ce procédé pour réguler leurs échanges affins et réaffirmer leur place. Par exemple, Mme Rastier utilise le ton de l’humour dans ses face-à-face avec son beau-père, ce qui lui permet, à l’occasion, de repousser les attitudes de patriarche de ce dernier. Le rire permet ici de prévenir d’éventuels désaccords.

42Mais on ne peut parler de parenté à plaisanteries que dans les cas où belles-filles et beaux-parents par exemple se plaisantent mutuellement et directement. Le comique des caricatures est tout autre. Il ne joue pas un rôle de régulation directe entre les protagonistes et contribue peut-être à dévaloriser cette relation.

Le rire comme forme de refoulement

43Un comique de vaudeville met en scène des belles-mères envahissantes et acariâtres. « Histoires drôles », dessins humoristiques et plaquettes publicitaires construisent un stéréotype de belle-mère venimeuse ou grotesque. (Cf. annexes). La belle-mère des caricatures est « enquiquineuse », « sévère » et « radine » ; cette « plantureuse dame » a souvent « mauvais caractère » et « l’esprit de contradiction » (M. et A. Guillois, 1984). Le champ lexical la caractérisant contient bon nombre d’expressions péjoratives. Il indique que la relation est aussi vécue ironiquement – du moins en public.

44Alors que l’irénisme est sans cesse évoqué à propos de la famille, il est constamment omis lorsqu’il s’agit de la belle-famille. Dans notre société occidentale contemporaine, l’alliance est refoulée dans l’univers du trivial et déconsidérée. Le rire est la seule forme acceptable d’expression en public à ce sujet : moyen à la fois de régulation et d’exutoire. Une jeune femme interrogée reconnaît à la fin de son entretien : « C’est vrai que ça paraîtrait grotesque, entre amis, de se mettre à parler de sa belle-mère. Sauf si on la critique, là, à la rigueur, ça passe. » Une autre personne développe la même idée. « J’ai entendu des fois des gens dire : “Elle ne serait pas si près…” ou “ce serait mieux si…”. On en parle plutôt pour s’en plaindre que pour en dire du bien. Ce qui veut dire que quand tout va bien, on n’en parle pas. » On n’a conscience d’entendre parler de belle-mère que lorsqu’elle est dépeinte en termes dépréciatifs, à partir du moment où des tensions apparaissent. Ces remarques montrent comment les plaisanteries et les plaintes constituent des interactions collectives au cours desquelles se confirme l’étiquetage de « la » belle-mère (H. Becker, 1985).

45Ce refoulement de l’alliance s’explique par le fait que la relation affine contredit certaines normes de la famille contemporaine.

46Tout d’abord, l’alliance est une relation obligée qui contredit l’idée d’élection, notion qui prévaut actuellement. « La logique du choix, de l’élection, de la liberté, de la gratuité, qui gouverne officiellement les relations affectives entre les hommes et les femmes au sein des couples s’étend, sous des modalités spécifiques, aux autres relations de famille […] » (F. de Singly, 1993). Or la relation affine comporte initialement une dimension de contrainte et de devoir qui l’éloigne de cette définition.

47D’autre part, cette relation obligée heurte la valorisation de l’autonomie et l’éthique du mérite qui caractérisent actuellement notre société (A. Gotman, 1988). Dans ce contexte, parler de ses parents ou beaux-parents ne peut se faire qu’avec les dehors de l’insouciance, de l’indifférence. L’attachement d’un adulte pour ses parents n’est-il pas perçu de façon ambiguë, à la fois comme une forme de respect mais aussi un lien de dépendance inopportun ?

48Certes, le mariage arrangé n’a plus cours. Le mariage des enfants a été, pendant longtemps, avant tout l’affaire des parents car l’alliance constituait une « stratégie » de survie des familles (P. Bourdieu, 1972). En général, aujourd’hui, le choix du conjoint se fait selon un autre modèle, où prime le sentiment. F. de Singly a bien montré le principe de l’amour comme légitimation du lien de famille (F. de Singly, 1988b). Pourtant, si les parents n’interviennent plus dans la désignation du conjoint, ils ne sont pas absents de l’histoire conjugale de leurs enfants. L’articulation de la filiation et de l’alliance n’est pas collectivement assumée. On rejette une relation qui nous place devant nos contradictions.

Notes

1 M. Haicault (1984) parle de charge mentale pour évoquer « la tension constante pour ajuster des temporalités et des espaces différents », à propos de la superposition du travail domestique et du travail salarié des femmes. Nous reprenons cette notion mais dans un sens un peu différent.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search