Version classiqueVersion mobile

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Deuxième partie. Modalités d'intégration dans la belle-famille

Chapitre V. La première rencontre1

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Dans cette seconde partie, le terme d’intégration désigne le processus qui conduit à l’interdépend (...)

1La première rencontre désigne le moment où belle-fille et beaux-parents se rencontrent pour la première fois en tant que tels et font connaissance. C’est l’instant zéro de la relation affine, le moment de la présentation du couple aux parents.

2« Rencontre », selon C. David suggère étymologiquement deux directions contraires : d’une part, l’idée de hasard, de coup de dés ; d’autre part, l’idée de combat (aller à l’encontre). La rencontre réunit des forces contraires, elle est un mélange à la fois de surprise (heureuse) et d’éléments conflictuels. La rencontre se caractérise par la position de chacun : les protagonistes restent dans des situations de frontière, d’exclusion, de regard extérieur, de proche éloignement (C. David, 1990).

3La première prise de contact entre belle-fille et beaux-parents ne représente pas toujours une totale découverte. Parfois, les unes et les autres se connaissaient déjà, de près ou de loin : en tant que voisins, amis des parents, dans le cadre de relations professionnelles ou encore en cas de renchaînement d’alliance (T. Jolas, Y. Verdier, F. Zonabend, 1970 ; M. Segalen, 1985). Une personne sur cinq était dans cette situation d’interconnaissance. Fait notable, quelques-unes ont même connu leur belle-mère ou leur beau-père avant leur conjoint : il ou elle était leur employeur. Le beau-parent a été involontairement l’agent intermédiaire de la rencontre du jeune couple, dans le cadre du travail.

Morphologie de la première rencontre

4La première rencontre inaugure un processus d’échanges incontournables entre affins, processus ayant pour cadre préalable la préservation des relations filiales de son conjoint.

La précocité

5Le premier constat porte sur la promptitude de la rencontre. Celle-ci est très précoce et s’inscrit en parallèle avec le moment de la mise en couple. Un tiers des personnes a fait la connaissance de ses beaux-parents moins de quatre mois après avoir rencontré son conjoint. Seule une infime minorité attend plus d’un an avant de faire connaissance de ses affins. « Ça faisait quelques mois seulement » (Mme Roseland) « C’était tout au début qu’on se connaissait » (Mme Bayou), « Pas longtemps après » (Mme Ozenne) « Je dirais […] deux mois après notre rencontre » (Mme Jannic).

6La précocité de la rencontre avec les affins est liée au mode de décohabitation parentale. Quitter le domicile parental pour aller sans transition vivre en couple est un schéma courant – même s’il a été montré qu’une « période moratoire » caractérise aujourd’hui de plus en plus l’entrée dans la vie adulte, tant dans le domaine professionnel que dans la sphère familiale (O. Galland, 1991, p. 147). Aussi le projet de cohabitation conjugale constitue-t-il le moment clé. Dans la quasi totalité des cas, la rencontre de ses affins précède la vie commune du jeune couple, et dans la totalité, le mariage. Les parents interviennent donc très tôt dans la vie du couple. Les rares personnes qui vivaient déjà avec leur conjoint avant de rencontrer leurs beaux-parents connaissaient des situations particulières : nouvelle union après divorce problématique, grande distance géographique.

7Ces résultats corroborent ceux de L. Roussel. « Il est très rare que les parents ne soient prévenus que quelques jours avant l’événement. » Dans deux cas sur trois, ils déclarent avoir été informés longtemps à l’avance (L. Roussel, O. Bourguignon, 1976). La rencontre tardive avec les beaux-parents reste un phénomène minoritaire assimilé par les deux parties, couple et parents, à une situation exceptionnelle. La présentation du conjoint fait partie des étapes et des préalables concomitants de la mise en couple, processus dont l’inéluctabilité semble acquise de tous. « Ça faisait partie, je crois, des démarches qu’on avait à faire l’un et l’autre » (Mme Géhenne). « C’était naturel. Ça s’est fait comme ça. » (Mme Le Faou).

8La précocité de la première rencontre réfère à une double argumentation. L’argumentation fataliste, fréquemment adoptée sous forme de plaisanterie, manifeste moins une résignation contrainte qu’une acceptation implicite d’un fonctionnement intériorisé, mettant en avant la prégnance du réseau familial. « Autant le faire tout de suite. De toute façon, il fallait y passer ! (rire) » (Mme Roseland). Une argumentation pragmatique est par ailleurs énoncée dont l’objectif est d’éviter les malentendus qu’impliquerait une vie commune non signalée. Mme Briand est l’une des rares personnes ayant cohabité avec son conjoint avant même d’avoir été présentée à ses beaux-parents. « Ils ne seraient pas venus nous voir, car ils savaient que j’étais là Ce genre de choses, ça ne peut pas durer très longtemps. […] Le téléphone en particulier devenait source de gêne. J’avais peur de tomber sur ses parents. » Le couple non présenté se sentait placé dans une situation de clandestinité plus ou moins désirée. La rencontre des beaux-parents a mis fin à cette situation compliquée. « Après ce n’est pas un problème, si quelqu’un téléphone, je peux décrocher ».

Un modèle relativement formel

9Un second constat porte sur l’aspect formel de la première rencontre. Deux critères rendent compte de cette caractéristique. La première rencontre est planifiée plutôt que spontanée. Rares sont les personnes qui se rendent chez leurs affins sans y avoir été invitées officiellement. Le plus souvent cette première rencontre réunit autour d’un repas seulement le jeune couple et les parents. Toutefois, une réunion de famille plus large fournit dans certains cas l’occasion des premières présentations.

10Les parents sont le plus souvent à l’initiative de la première rencontre, autant par égard pour leur enfant que par curiosité. « C’est plutôt eux qui en avaient envie » (Mme Briand). Tout se passe en définitive comme si un droit leur était implicitement reconnu de donner le coup d’envoi à l’officialisation familiale du jeune couple. Toutefois cette situation résulte en fait d’une interaction implicite entre les trois protagonistes dans la mesure où, au point de départ, le jeune couple s’affiche ou non comme tel aux yeux des parents, c’est-à-dire manifeste une clôture conjugale plus ou moins conséquente. En d’autres termes, les beaux-parents sont demandeurs dans la mesure où ils disposent d’un minimum d’informations sur la situation de leur enfant. Le jeune couple est donc acteur.

11Ensuite, le lieu de la première rencontre est dans la quasi totalité des cas le domicile des beaux-parents. Cette situation s’explique d’abord d’un point de vue pragmatique, en particulier lorsque l’un des conjoints habite encore, à temps complet ou partiel, chez ses parents. Elle renforce la probabilité de rencontres précoces. Du reste, la rencontre qui importe est celle qui a lieu chez les parents. Les entrevues impromptues n’ont pas la même portée. Elles ne permettent pas d’officialiser la relation de couple, ni l’appropriation par les différents protagonistes de l’événement, de la situation, rôle que remplit l’invitation des parents. Tous reconnaissent un certain droit de préséance aux parents – aux aînés.

12Les présentations se font-elles d’abord chez les parents de la femme ou chez les parents de l’homme ? D’après notre enquête, il n’est pas évident qu’un ordre existe. En revanche, la simultanéité semble être la règle : « C’est mon mari qui m’a dit : “on va passer chez mes parents”. Parce que lui venait déjà à la maison » (Mme Rastier). « Il est venu chez moi peu de temps après (ma visite chez ses parents) » (Mme Gallet). Il semble y avoir un effet d’entraînement entre les deux visites. Peu importe l’ordre, l’essentiel est qu’elles soient concomitantes.

L’accueil des belles-filles

Des appréhensions réciproques

13Qu’elles se passent bien ou mal, les premières rencontres font dans la moitié des cas, l’objet d’une certaine appréhension réciproque entre affins. Les discours des belles-filles montrent à quel point ces premiers contacts constituent une épreuve : « Je rasais les murs ! J’étais très impressionnée. […] Ils me parlaient, je répondais par oui ou par non ! » (Mme Hurel). « Je me souviens que je n’avais rien pu manger le midi » (Mme Ballacey). « J’avais peur ! Ah la la ! Je devais être blanche (rire). […] Moi qui étais timide comme tout, je ne débloquais pas un mot (rire) » (Mme Roseland). « Quand on arrive dans une belle-famille, les premières fois, c’est un peu difficile. (rire) On y va sur le bout des pieds… » (Mme Rastier). Cette gêne s’exprime entre autres par la difficulté à nommer (Cf. chapitre II).

14L’appréhension des belles-filles naît de la crainte de déplaire à ses beaux-parents, et, en définitive d’une intégration impossible, venant contrecarrer le projet de couple. « Je me demandais si j’allais lui plaire. J’avais peur qu’elle se dise : quelle drôle de fille ! » (Mme Jean). « On a toujours peur quand on rencontre une belle-famille. Comment on va être acceptée ? » (Mme Roseland). C’est pourquoi le sentiment d’être examinée, étiquetée constitue l’élément le plus pesant de ces moments, en particulier parce qu’il s’inscrit dans le cadre d’un rapport intergénérationnel instaurant un rapport de forces qui leur est défavorable. « On se sent toujours observée dans ces cas-là » (Mme Rimassin).

15La crainte de « tomber sur » des beaux-parents peu compréhensifs, et la prise de conscience que se crée une situation de proximité durable basée sur une relation imposée et non élective, participent également de l’aspect anxiogène de ces premiers moments. Ce malaise est renforcé par les représentations négatives des beaux-parents : tout se passe comme si la première rencontre était biaisée par un trop-plein de représentations, de constructions de la belle-mère comme entrave possible entre les membres du couple, auxquelles il serait difficile, pour les nouveaux venus, de ne pas se référer. Notons également les inquiétudes et la vigilance de celles qui ont perçu les difficultés de leur propre mère, en tant que belle-fille. Mmes Lechapelain et Ghislain se comparent spontanément à leur mère, évaluant la chance qu’elles ont eue de « mieux tomber » à cet égard.

16Pour les beaux-parents également, et surtout les belles-mères, les premières rencontres avec leurs gendres et belles-filles constituent une expérience marquée par une certaine gêne. L’enquête « Parents », menée dans la région de Quimper avec des étudiants (Cf. Introduction), montre que pour eux aussi, ce moment est marquant. Tous en gardent un souvenir précis. Une agricultrice de cinquante-deux ans se souvient de l’arrivée de sa belle-fille. « Ce n’est pas toujours évident. On ne sait pas trop comment agir, que faire […] Et puis je crois qu’on gaffe assez vite, la première fois ». Une ouvrière de quarante-huit ans tire un bilan de cette prime entrevue. « On ne se comporte pas comme on se comporte maintenant. C’est sûr qu’on est mal à l’aise ».

17Certaines belles-filles ont été confrontées à la confusion de leurs affins. Mme Lebars se souvient que la rencontre fut « bizarre. Ils m’ont dit bonjour et ils sont partis. Ça a été bref. En fait, ils avaient l’impression de déranger. » « Mes beaux-parents s’entendent bien mais ils ont des caractères opposés. Par exemple, la première fois que je les ai vus, mon beau-père m’a dit : “Je suppose que vous êtes Charlotte…” Et ma belle-mère a répondu aussi sec : “Enfin, Jacques ! Bien sûr que c’est Charlotte !” Ça a jeté un froid. »

18Mme Jean raconte sa première entrevue avec sa belle-mère. « La première fois que je l’ai rencontrée (rire) alors elle faisait très petite madame très digne. (rire) Un petit air pincé. Parce qu’elle ne devait pas être à l’aise non plus. Alors j’ai dit à Patrick : “oh la la ! Ta maman, elle doit être pointilleuse…” Finalement, pas du tout ! Je crois qu’elle ne devait pas être à l’aise ce jour-là. Donc elle devait être un peu pincée (rire). » Mme Jean est victime d’un malentendu semblable à celui conté dans Achille Talon – à la différence près que le conjoint, en l’occurrence Achille, en est l’artisan (Cf. annexes). Il semble que les protagonistes ne savent pas comment se comporter. Est-ce par manque de repères, de modèles de conduite préétablis ? Il y a au contraire un trop plein de représentations sur la belle-famille et notamment sur la belle-mère. Elles sont généralement négatives à l’image des caricatures de vaudeville, croquis de mère possessive voyant d’un mauvais œil l’arrivée de celle qui lui prend son fils (sa fille) et la fait vieillir. Cette image négative est celle dont toute femme d’âge mûr veut se démarquer, un contre-modèle (Cf. chapitre VIII) et parallèlement, celle à laquelle on ne peut s’empêcher de se référer.

Un accueil plutôt positif

19En dépit de ces appréhensions, l’accueil réservé lors de la première rencontre est généralement bon. La plupart en gardent un souvenir positif, reconnaît l’effort des beaux-parents pour mettre à l’aise, souligne leur discrétion, leur crainte de trop en faire. L’interconnaissance facilite parfois l’entrée : cela crée des liens. Mme Brizeux témoigne : « Comme nous habitions deux petits pays pas très loin l’un de l’autre, souvent les gens se connaissent un petit peu. Les familles, quoi… » Le père de

20Mme Roseland et sa belle-mère sont originaires du même village. « Mon père était du même pays que ma belle-mère donc ils se connaissaient. Donc tout ça a rapproché en fin de compte. » La culture rurale favorise cette forme de lien (M. Segalen, 1985 ; T. Jolas, F. Zonabend, 1970). Au contraire, la distance géographique est parfois mal perçue parce qu’elle ne permet pas ce type de repères. Mme Tinsart est mal accueillie par son beau-père parce qu’elle est du Sud, qu’elle vient de loin.

21Moins nombreuses, les premières entrevues mitigées ou désastreuses laissent plus de trace dans les souvenirs. Quelques-unes signalent un accueil contrasté entre beau-père et belle-mère et ont dû se contenter, les premiers temps, d’un seul interlocuteur. Parfois l’émotion génère des situations de flottement, de malaise. « Mon mari m’a invitée à dîner chez ses parents dans leur maison de campagne. Ma belle-mère donc, nous reçoit. On a dîné dehors, c’était très sympathique. Au moment où elle est allée chercher le café, je me suis retrouvée seule avec mon époux, enfin mon fiancé, et on s’est embrassés. Et ma belle-mère est arrivée. Elle a lâché le plateau d’émotion ! » (Mme Anciaroli).

22Il arrive que les beaux-parents n’expriment que froideur et distance, voire même une franche hostilité. « On me faisait clairement sentir que je gênais » (Mme Bessec). « C’était le silence. Elle était glaciale » (Mme Palluet). Ces dysfonctionnements dès les premières entrevues révèlent des réactions de rejet de la part de parents possessifs ou ambitieux et engendrent l’impression de déplaire ou d’être de trop. « Elle faisait des réflexions. » « Je suis sûre que, jusqu’au dernier moment, elle a espéré que ce mariage ne se fasse pas » (Mme Nevers) : « L’accueil n’a pas été formidable. De la part de ma belle-mère, pas de mon beau-père. Ma belle-mère avait élevé mon mari en fils unique. Elle pensait le garder, peut-être, je ne sais pas. Ce n’était pas parce que c’était moi. Ç’aurait été une autre, je pense que ça aurait été la même chose. » « Ça se voyait sur son visage. Elle était froide et puis elle ne s’est pas occupée de moi. D’ailleurs, elle ne m’a rien dit » (Mme Palluet). La belle-fille ne sait pas toujours pourquoi elle déplaît : sont évoquées l’origine sociale, familiale ou géographique. Le mariage de Mme Séchet représentait un renchaînement d’alliance : son frère avait déjà épousé une sœur de son mari. Les beaux-parents de Mme Séchet n’ont pas très bien accepté cette nouvelle union. « Il y en avait déjà un de la même famille, ça suffisait. Comme ils ne s’entendaient pas beaucoup avec mes parents. Déjà ils en supportaient un, alors un deuxième… »

23En définitive plusieurs points saillants du fonctionnement des relations affines peuvent être mis en évidence : une relation envisagée avec appréhension et pourtant précoce, le principe du bon accueil apparenté à la règle d’une sociabilité minimale. Le point suivant soulève les enjeux filiaux et conjugaux de la première rencontre.

L’engagement conjugal et la validation parentale

L’engagement conjugal

24La première visite aux futurs beaux-parents représente un engagement conjugal. Pour la première fois, le jeune couple officialise son union qu’il rend publique. « Il m’a emmenée chez ses parents lorsqu’il a décidé de m’épouser » (Mme Gallet). Au contraire, l’absence persistante de présentations interroge voire blesse une personne dans son identité de conjointe. Mme Cassandre a beaucoup attendu sa première rencontre affine, très tardive. Cette attente fut pour elle douloureuse et l’objet d’incompréhension. « Je les ai connus seulement trois ans à peu près après que Bertrand et moi, on sorte ensemble. Mais ils savaient que j’existais. Moi, je ne comprenais pas pourquoi je n’y allais pas. […] Non, j’ai cru qu’ils me rejetaient au départ. À une époque, ça m’a blessée. Je me disais : mais pourquoi ? » Ce fut un sujet de discussion et de brouille avec son conjoint. « Ah oui ! On s’est beaucoup fâchés avec ça. Parce que je ne comprenais pas. Il me disait : ben non Pas encore… » Mme Cassandre a alors le sentiment d’une faille, et d’un déséquilibre dans son couple qui lui semble en apesanteur. Elle perçoit une faiblesse chez son compagnon : résiste-t-il à ce point à s’engager vis-à-vis d’elle ? Elle savait qu’il parlait d’elle à ses parents, mais alors en quels termes pour qu’elle ait si peu d’existence à leurs yeux ?

25La présentation du conjoint aux parents participe en effet du processus d’intégration conjugale au sens durkheimien du terme : le couple prend de la consistance et renforce sa cohésion (E. Durkheim, 1960). Mme Bessec a désormais le sentiment d’une reconnaissance de son couple par la famille. « Maintenant, il est invité à toutes les fêtes de famille. Maintenant c’est “Erwan et Patricia”… ». La rencontre des beaux-parents évoque donc un moment de mise en ordre, instant décisif dans l’histoire du couple. Formalité qui correspond à un engagement, dans le même sens que le mariage, quoiqu’à un degré moindre. Il déclenche aussi le début de la routinisation des relations conjugales et désenchante un peu la liaison amoureuse qui bascule dans une relation « sage », en réponse à une pression sociale.

Un positionnement filial

26La rencontre entre belle-fille et beaux-parents est aussi un moment fort de la relation entre le fils (la fille) et ses parents. La révélation d’une situation conjugale est aussi une étape décisive de régularisation et de repositionnement des relations parents/enfants. Les deux parties font leur bilan. La présentation du conjoint, est, entre autres, un grand moment du jugement parental sur le fils (ou la fille). Aux yeux des parents, celui-ci (ou celle-ci) confirme ou modifie une trajectoire par son choix conjugal. Certaines femmes n’ont-elles pas cherché à ce moment à conjurer le bilan mitigé ou négatif dressé par leurs parents à leur égard ? Mme Lebreton a saisi cette occasion pour s’affirmer face à son père (Cf. chapitre XIII).

27D’autres ont intercepté le jugement parental de leurs beaux-parents. Mme Langelot pense avoir rassuré les parents de son mari, alors fantaisiste et imprévisible, par sa situation professionnelle stable. « Ils ont été surpris de son choix, je crois. Ils ont dû se dire que j’allais l’assagir. » Ou bien le fils est jugé « trop jeune » pour s’engager dans une union durable, « sérieuse ». Estimation du fils ou de l’union ? Quoi qu’il en soit plusieurs femmes ont noté la méfiance des parents (les leurs ou ceux de leur conjoint) face à la jeunesse des partenaires : conscience de la fragilité (statistiquement prouvée) de ces unions précoces ou désir plus ou moins conscient de retarder le moment de la séparation ? « [Ma mère] me disait : tu ne trouves pas qu’il est gamin ? Parce qu’on était jeunes et qu’il a deux ans de moins que moi. » (Mme Bessec). La belle-mère de Mme Lebreton souhaitait que les étapes classiques du passage à l’âge adulte se fassent dans un ordre traditionnel : d’abord finir ses études et trouver un travail avant de s’engager dans une relation (M. Bozon, F. Héran, 1987 ; O. Galland, 1991).

28La rencontre représente aussi le moment où l’enfant signale à ses parents son départ définitif, l’ultime séparation. Que l’enfant ait ou non déjà quitté le domicile parental, il semble que le « vrai » départ, pour les parents, se situe au moment où entre en jeu une nouvelle relation qui accapare l’enfant et modifie l’équilibre relationnel global (E. Maunaye, 1995). Cela ne va pas sans paradoxe : pour annoncer que l’on n’est plus un enfant, on permet à ses parents une incursion précoce dans sa vie de couple. On annonce son départ très tôt pour continuer les liens.

29En définitive, couple et filiation sont deux dimensions très imbriquées. La présentation du couple entraîne une interaction entre les parents et l’enfant adulte où ce dernier à la fois impose son choix conjugal et en demande une confirmation. L’union est validée par ces « autres significatifs » que sont les parents qui interviennent très tôt, moins sous la forme d’une imposition qu’en réponse à une consultation. (P. Berger, H. Kellner, 1988). Sans doute se sentent-ils concernés car responsables de ce qui engage l’avenir de leur enfant.

30Parfois, le mariage ou la vie commune sont déjà fermement décidés lorsque les jeunes fiancés se présentent mutuellement leurs deux familles. Toutefois, la précocité de la rencontre des beaux-parents trahit une attitude ambivalente. En un sens, cette présentation est imposition : on présente son choix comme quasi-définitif. Mais en même temps, on laisse la possibilité aux parents d’avoir un regard très tôt sur la situation – et éventuellement d’exprimer leur sentiment.

31Parallèlement, le jeune couple, parfois, se construit en éprouvant s’il résiste au désaccord (beau-) parental. Le désaveu de ces derniers n’est pas toujours déstructurant ; nous le verrons avec l’exemple de Mme Blouet (Cf. chapitre VIII).

Le refus du protocole

32Les enjeux des relations affines ont sans doute changé moins vite que les formes de ces relations, depuis une trentaine d’années. Le moment de la première rencontre en fournit un exemple significatif. Les plus âgées des belles-filles tiennent à le souligner.

Générations d’hier et d’aujourd’hui

« – Mais vous savez qu’à l’époque, on faisait des petites enquêtes… Pour savoir qui était la jeune fille qui allait épouser le fils (sourire). Ah oui oui !
– Comment ça se faisait ?
– (rire) C’est tout bête. Il y avait ce tonton qui était prètre et qui était très souvent dans la famille. Il était venu prendre des renseignements dans mon petit pays. Pour savoir qui j’étais, un peu, savoir comment j’étais… »

33(Mme Ozenne). Dans sa famille aussi, les choses furent très ordonnées et son mari dut respecter des règles strictes. « Il a presque fallu qu’il vienne demander ma main à mon père. Il faut dire aussi que mon père était à cheval sur les principes. »

34Mme Ormeaux a cinquante et un an. Pour elle aussi, le souvenir de la première rencontre est ancien. Mais elle se rappelle que sa « belle-mère avait mis les petits plats dans les grands. » Mme Ballacey se souvient de n’avoir eu de relations seule à seul avec son mari que lorsqu’ils furent mariés. « Toujours mon père nous accompagnait. Il était sévère. Autrement je ne pouvais pas sortir avec mon futur mari, mon fiancé ! »

35Si l’on compare les belles-filles appartenant à la tranche d’âge 20-35 ans à celles de la tranche d’âge 36-50 ans, leurs récits de la rencontre diffèrent sensiblement. Les présentations aujourd’hui semblent empreintes d’une certaine souplesse. « Ce n’était pas protocolaire » (Mme Briand). « Il n’y a pas eu de présentations » (Mme Charas). Mme Bayou a même oublié cet épisode.

36Pourtant, la rencontre des beaux-parents reste toujours aussi inéluctable. De plus, elle n’est ni plus tardive ni plus précoce aujourd’hui, si l’on prend comme repère toujours la durée s’écoulant entre la rencontre du conjoint et celle de ses parents. Le calendrier et le lieu de la rencontre restent identiques. Les faits ont moins changé que le sens donné à cet « événement » qui reste marqué par un schéma traditionnel. Le rapport à la formalité n’est plus le même : la revendication de la souplesse est générale, dans la bouche des enfants mais aussi parfois celle des parents. Les discours d’aujourd’hui prônent la discrétion, réfutent les rituels, les formalités. « Il n’y a pas eu de première fois en tant que belle-fille » prétend Mme Plessis. Une banalisation de l’épisode domine les discours à ce niveau. « Mon mari m’a amenée chez lui comme il est venu chez moi. » (Mme Gallet). « Ce n’était pas cérémonieux, heureusement. C’est déjà assez impressionnant comme ça », remarque Mme Lanoé.

Un événement estompé

37La souplesse décrite est surtout une reconstruction a posteriori, un refus plus ou moins conscient du caractère contraint de la situation ; elle est parfois en décalage avec les faits. Par exemple, les personnes interrogées n’ont pas toutes conscience de la promptitude avec laquelle intervient la première rencontre. « J’ai rencontré ses parents, ça faisait plus de six mois qu’on se connaissait ». « J’ai connu Antoine en août et on y est allé en novembre. Finalement ça ne fait que trois mois. » Plusieurs, comme Mme Pellec, étaient convaincues qu’une étape plus longue séparait de façon bien marquée les deux moments, plus interdépendants qu’elles ne le pensaient. Cette tendance à allonger la durée marque l’affirmation de l’autonomie à l’égard de la génération antérieure lors de la formation du couple ; une autonomie que les faits nuancent.

38Beaux-parents et beaux-enfants d’aujourd’hui semblent autant impressionnés par l’épisode de la rencontre que trente ans auparavant. Ce qui prouve que ce moment n’est pas plus vécu dans l’indifférence, ni conçu comme innocent.

39Le refus des formalités témoigne d’une distanciation soit à l’égard de la génération antérieure, soit à l’égard du couple. Les façons de faire de Mme Plessis sont significatives d’un rapport particulier aux générations antérieures : un « souci de se démarquer des parents » représentatif des « classes sociales qui ont un niveau culturel et économique assez élevé » (A. Pitrou, 1992, p. 115). Elle se présente en tant que belle-fille à ses beaux-parents un an environ après avoir rencontré le conjoint. « Le plus tard possible » précise-t-elle. À partir du moment où, entre elle et son conjoint, il fut question de mariage. « On a été très discrets au début. Puis on a passé des vacances ensemble et je suis allée chez eux à notre retour. “Bonjour Madame”, c’est tout. C’était à une occasion où il y avait une petite réunion de famille. […] On a tenu ça [notre relation] top secret. Ça, on y tenait. Parce qu’on n’était pas des gamins, ça pouvait ne pas marcher. Inutile de défrayer la chronique. »

40Le refus des formalités est également significatif d’un rapport distant (méfiant ?) au couple actuellement et de nouvelles formes de constitution du couple. Le flou est cultivé. J. C. Kaufmann parle d’une entrée en couple de plus en plus jeune, progressive et « légère », « à petits pas » (J. C. Kaufmann, 1993). Il est difficile de mettre un point de départ, de définir les étapes de la formation du couple. Tout ce qui peut ressembler à une étape est effacé. La revendication de souplesse dans les présentations à la famille de l’autre s’inscrit dans ce cadre et manifeste la volonté de maîtriser son propre destin. Est-ce à dire que les jeunes couples cherchent à « repousser les engagements » et « n’ont pas conscience d’occuper déjà des positions » (J. C. Kaufmann, 1993, p. 57) ? Du moins certains en refusent-ils l’aspect systématique. La liberté est revendiquée, y compris celle de rompre alors même que l’on a introduit son conjoint auprès de ses parents.

41Ce rapport distant au formel, adopté aussi par bon nombre de beaux-parents aujourd’hui, présente une ambiguïté. Mettre les formes réhausse l’événement, souligne l’attention qu’on y porte, marque la bienveillance. Etre des beaux-parents tolérants, « modernes », vouloir mettre à l’aise comporte un envers : ne pas accorder d’importance à cette union ni cette personne. Le risque est qu’aucun effort ne soit fait dans le sens d’une intégration de la nouvelle venue. À se vouloir non formaliste, on crée une situation d’attente.

Mariage et union libre

42Les femmes rencontrées se sentent-elles plus intégrées lorsqu’elles sont mariées ? Celles vivant en union libre sont-elles moins partie prenante de la vie de famille chez leurs affins ? Même si l’institution matrimoniale recouvre différents sens – pragmatique pour quelques-unes, charismatique pour d’autres, statutaire ou relevant d’un souci de conformisme enfin (J. Kellerhals et alii, 1982) – et divers degrés de croyance, elle n’est pas neutre et entre en jeu dans les relations par alliance.

43Notamment, les belles-filles savent que le regard porté sur elles change. Mme Cassandre s’est mariée récemment, au bout de huit ans de vie commune. Cette étape a entraîné, à sa grande surprise, une modification de la façon de nommer. « Son papa me tutoie depuis qu’on est mariés. Ils me connaissent depuis six ans, et puis il y a eu le mariage. On est partis, on est revenus le week-end après, et il m’a annoncé qu’il avait l’intention de me tutoyer parce que maintenant, je faisais partie de ses enfants à part entière. Ça m’a vraiment surprise, mais bon […] J’ai eu du mal à m’habituer. » Cette attitude renvoie à la conception que ses beaux-parents ont du mariage de leur fils : un moment d’intense engagement et de clarification.

44De manière générale, le mariage reste un repère important pour les parents. D’une part, il était un passage obligé pour les personnes de cette génération, qui, de ce fait, conservent peut-être un attachement à cette institution. D’autre part, il demeure le seul instrument de clarification, à une époque où sont multipliées les étapes transitoires de la constitution du couple (O. Galland, 1991 ; J. C. Kaufmann, 1993). Le mariage est davantage chargé de sens pour cette génération que pour les plus jeunes.

45Mme Langelot vit en union libre depuis dix ans et a trois enfants. Troublée de l’attention que portent ses beaux-parents à son refus de l’institution, elle entrevoit un manque du fait de l’absence de mariage. « C’est une famille très “famille”, qui aime beaucoup les réunions familiales, donc qui regroupe régulièrement. » « Ce sont des gens relativement originaux et dynamiques qui font des fêtes très originales, très animées. » Cependant, « je ne me sens pas tellement incluse (hésitations) dans cette famille-là. Je ne me sens pas partie prenante de cette famille-là. Bon, quand il y a la fête, j’y vais, enfin, on y va. Mais moi, je me sens un peu à l’écart parce que justement, on est le seul couple qui n’est pas marié. […] Ils aimeraient beaucoup qu’on se marie. Je crois que cela a quand même une influence importante, dans cette famille-là en tous cas.

46– Vous n’auriez pas le même regard si vous étiez mariée ?

47– Ah ! Non seulement je n’aurais pas le même regard, mais je pense que je ferais partie de la famille […] C’est peut-être par rapport aux autres couples, au frère ou à la sœur de Marc qui, eux, sont mariés. Je n’aime pas sentir cette différence, que je ressens plus quand on est réunis tous ensemble. Je ressens un malaise. » Cette absence de formalisation crée un hiatus entre Mme Langelot et ses beaux-parents qu’elle n’assume plus aussi bien qu’au début.

48En définitive, la durée de la relation affine ne suffit pas à construire cette relation. Le mariage correspond à « l’intronisation » de la belle-fille (ou du gendre). Il sécurise.

49L’enquête faite auprès de parents confirme ces résultats tout en les complexifiant. L’union libre est bien perçue et même valorisée en tant que phase intermédiaire où les deux partenaires conjugaux se testent. Peut-être est-ce une façon, pour les parents, de se préparer au départ de l’enfant, de s’accorder une transition dans ce processus. « Elle est toujours à l’école, elle poursuit ses études. Elle se mariera après. Il vaut mieux qu’ils se connaissent avant. » dit un enseignant de cinquante-deux ans, en parlant de sa fille cadette vivant en union libre depuis deux ans. « Ils sont encore jeunes tous les deux, ils ont le temps » (employée de bureau, quarante-sept ans).

50Il semble que cet engouement des parents pour une phase de vie commune informelle résulte de la conscience de la fragilité grandissante des couples aujourd’hui, et d’une croyance – pourtant révoquée par les statistiques – qu’une phase d’union libre renforcerait le couple et lui assurerait une pérennité, les deux partenaires s’engageant en connaissance de cause après un « test » réussi.

51Dans le même temps, l’union libre n’est bien perçue que dans la mesure où elle se résume à une étape vers le mariage. En définitive, celui-ci demeure l’aboutissement logique à leurs yeux. Son absence prolongée signifierait fragilité de l’union, indécision des deux partenaires. Une femme de cinquante ans, agent d’entretien exprime son besoin de repères. « Je ne peux pas dire “c’est mon gendre”. Ça ne passe pas. Et pourtant, lui dit “ma belle-mère”. Bon, je ne lui fais pas la réflexion, loin de là. Mais ils ne sont pas mariés Pour moi, au fond de moi, il n’est pas mon gendre. […] J’ai du mal avec son ami parce que je ne peux pas dire que c’est son mari. »

52Certains parents sont en effet en décalage avec les nouvelles manières de faire et de concevoir la vie de couple et veulent des jalons dans les relations qu’on leur impose. Une femme d’artisan de cinquante-six ans, exprime son exigence. « La jeune fille qu’il nous présenterait, ce serait du sérieux. » Cette notion de sérieux représente le refus de la part des parents de se sentir impliqués dans les conséquences des aventures des enfants et de subir les aléas d’une vie sentimentale déroutante et tumultueuse. La femme précédemment citée ajoute à propos de son fils : « On ne voudrait pas qu’il aille faire du mal. » La famille se protège des passions…

Notes

1 Dans cette seconde partie, le terme d’intégration désigne le processus qui conduit à l’interdépendance entre personnes d’un groupe. Il est considéré dans le sens courant d’insertion et non dans l’acception durkheimienne de cohésion et de consistance d’un groupe social.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search