Desktop versionMobile Version

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Première partie. État des lieux du point de vue des belles-filles

Chapitre IV. Autour des enfants

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

1La présence d’enfants modifie le contenu et l’importance des échanges affins : il s’agit d’en cerner les enjeux. Nous soulignerons l’impact de l’identité maternelle des belles-filles sur leurs relations affines.

La place de l’enfant dans la famille actuelle

2Historiens, sociologues et démographes ont montré l’intérêt nouveau porté à l’enfant. Devenu rare et précieux, il est l’élément central de la famille contemporaine (P. Ariès, 1979, F. de Singly, 1993). Un mariage sans enfant n’a ni réalité, ni contenu pour beaucoup d’hommes et de femmes (L. Roussel, O. Bourguignon, 1976 ; M. Barthélémy, A. Muxel, A. Percheron, 1986). Plus que l’institution matrimoniale ou le couple, l’enfant est porteur de l’idée de famille ainsi que le montrent les études sur les représentations.

3Il est aujourd’hui convenu que la responsabilité de l’éducation des enfants revient aux parents. Si diverses institutions (écoles, crèches, centres de pédiatrie, etc.) proposent, ou imposent, leurs services (la relation parents/enfants telle qu’elle s’est peu à peu constituée s’accompagne en effet de la prise en charge publique de l’éducation de l’enfant), il reste que soins et décisions incombent en premier chef aux parents. Cet état de fait n’est pas un invariant universel (J. Kellerhals, P. Y. Troutot, E. Lazaga, 1984), mais est consécutif au processus de privatisation et de repli sur la famille conjugale qu’ont mis en évidence P. Ariès (1979) et J. -L. Flandrin (1976) notamment. Alors que, sous l’Ancien Régime, l’enfant grandissait dans les mêmes espaces que ceux des adultes, à l’extérieur de la famille bien souvent (mise en nourrice, apprentissage,…) et ne faisait pas l’objet d’une attention particulière, un modèle relationnel nouveau s’est progressivement imposé, basé sur l’émergence du « sentiment de l’enfance » et prônant le primat de l’affectivité. La société moderne construit progressivement un nouvel âge de la vie, nommé enfance, dont elle définit les contours et qu’elle isole par le biais de l’école. Au sein de l’institution familiale, le changement va dans le sens d’une sentimentalisation des relations parents/enfants (P. Ariès, 1979) même si les thèses de P. Ariès ont été discutées, nuancées (Y. Knibiehler, C. Fouquet, 1977). Ce primat du sentiment fortifie l’idée selon laquelle les parents doivent pourvoir aux besoins matériels et affectifs de l’enfant jusqu’à son établissement. Dans la famille moderne prime la fonction affective sur la fonction instrumentale de l’enfant. Les rôles sont devenus plus personnels que positionnels.

4Parallèlement, l’enfant est aussi devenu une affaire d’État (C. Rollet, 1990). La privatisation s’accompagne d’une prise en charge croissante par la sphère publique. La centration sur le noyau familial (père-mère-enfant) n’empêche pas qu’interviennent d’autres institutions. Paradoxalement, en même temps qu’elle est revendiquée, l’intimité passe dans la sphère publique.

5Le repli sur la famille conjugale a transformé le rôle éducatif des grands-parents : celui-ci s’est atténué. Ce sont les parents qui définissent le cadre moral des actions de leurs enfants, épargnant aux grands-parents le rôle « correcteur ». Ceux-ci sont dégagés du souci de maintenir rigueur et autorité. Dans les représentations courantes, les grands-parents sont toute patience et indulgence, complices attentifs et attendris de leurs petits-enfants. Si leur autorité est affaiblie, ils ont aussi un rôle moins direct : leur autorité parentale (sur leurs enfants adultes) n’a plus cours, au moins dans les revendications. Ou plutôt, leur autorité de grands-parents a diminué parce que leur autorité de parents s’est progressivement estompée. Le succès du modèle nucléaire conduit les enfants devenus adultes à faire preuve d’autonomie, en principe, du moins.

6Que les parents aient la principale place dans l’éducation et les soins de l’enfant ne signifie pas que le reste de la parenté, en particulier les grands-parents, est exclu de cette lourde tâche. Au contraire, plusieurs sociologues ont noté le rapprochement entre parents et enfants mariés lorsque ceux-ci se voient investis de la responsabilité éducative. En particulier, « l’arrivée du premier enfant […] réveille l’intérêt mutuel entre parents et enfants » (A. Pitrou, 1977, p. 54). L’enfant multiplie les occasions de contact.

Des échanges accrus

7De même, il ressort de notre enquête que les femmes, qu’elles soient mères ou non, valorisent les relations entre générations alternées. Quelle que soit la raison invoquée (convenance, richesse affective, épanouissement de l’enfant) la spécificité de la relation grands-parents/petits-enfants semble reconnue de toutes.

8Plusieurs indicateurs montrent que l’enfant est un agent important de la relation affine, dont il fait la substance. Nous avons montré que les belles-filles vont rarement seules chez leurs beaux-parents, mais accompagnées au moins de leurs enfants (Cf. chapitre I). En outre, la fréquence des visites croît lorsque les belles-filles ont des enfants. Ne pas en avoir est un facteur d’espacement des rencontres. De même, les enfants constituent un sujet de conversation privilégié entre les belles-filles et leurs beaux-parents. Ils fondent une grande partie des sujets d’intérêt communs aux différents protagonistes. La discussion peut revêtir la forme d’une demande de conseil. Ainsi Mme Valence valorise un certain savoir chez sa belle-mère. « Je suis assez anti-médicament : je trouve qu’il y a de l’exagération. Il y des choses comme les enveloppements, j’avoue que c’est elle qui m’a expliqué comment les faire. Le deuxième a fait un peu de bronchite, je lui ai passé cela comme ça. C’est efficace […]. Donc on discutait de choses comme cela : “Achète telle tisane, tel truc pour s’endormir”. J’essayais ».

9On l’a vu également, les cadeaux se passent beaucoup plus souvent entre grands-parents et petits-enfants, les belles-filles s’effaçant derrière leurs enfants. La tendresse que le vieux couple n’ose plus manifester à ses enfants est souvent reportée sur ses petits-enfants, qui deviennent le « relais de l’expression de leur affection » (L. Roussel, O. Bourguignon, 1976). Enfin, les gardes des enfants multiplient les occasions d’échanges entre belles-filles et beaux-parents, notamment lorsque les différents protagonistes habitent à proximité les uns des autres (Cf. chapitre III).

10Les beaux-parents sont abondamment sollicités en tant que grands-parents. Leur attachement à leurs petits-enfants est très apprécié par les belles-filles, très observatrices à ce propos. « Elle en est folle. […] Non, c’est une vraie mamie, comme il faut » (Mme Bulot). « Ses petits-enfants, c’est important. Suivre ses petits-enfants, ça l’intéresse beaucoup. Voir ce qu’ils deviennent, ce qu’ils font, comment ça va » (Mme Lacé) : « Elle découpe des petits papiers : “Tiens, mon gars, j’ai vu ça pour toi.” Elle essaie de comprendre les bacs, les résultats, et dans quelle branche. C’est pourtant dur, maintenant » (Mme Lerbier). Que les beaux-parents soient des grands-parents émerveillés et attentifs joue en général favorablement sur l’estime que les belles-filles leur portent. Au contraire, leur indifférence offusque ces dernières et les déçoit. Mme Brizeux regrette les maladresses de sa belle-mère, négligente envers les menues offrandes de ses petits-enfants. « Ils lui apportaient un dessin ou quelque chose, elle le regardait à peine, elle le mettait sur le buffet et puis (haussement d’épaule). Pour elle, ça n’avait pas d’importance alors que pour l’enfant, lui, ça en avait beaucoup. »

11L’intérêt porté par les beaux-parents à leurs petits-enfants est gratifiant pour bien des belles-filles. Mme Lerbier éprouve une fierté du profond attachement de sa belle-mère à ses enfants. « Mon grand, quand il a un peu de temps, il va la voir tout seul. Alors après, elle me dit : “j’ai vu tu ne sais pas qui ? Mon Jean-Paul !” Alors dis donc ! » Mme Lerbier ne discute pas cette appropriation : au contraire, elle en est amusée, attendrie et flattée et s’enorgueillit des compliments de sa belle-mère au sujet de ses fils. Elle se souvient de l’accueil fait à chacun de ses enfants. « Ah ! C’était la louange ! Il ne fallait pas le toucher, il ne fallait pas faire de bruit, il ne fallait pas allumer le poste Et puis, il n’y en avait pas de plus beau ! ». Pour Mme Lerbier, les compliments de ses beaux-parents au sujet de ses enfants signent sa « réussite », d’autant plus que, femme au foyer, elle se dit très investie dans son rôle de mère. Proches et observateurs attentifs, les beaux-parents de Mme Lerbier représentent des « autres significatifs » (P. Berger, H. Kellner, 1988) à ses yeux. Nous verrons toutefois que les sentiments sont le plus souvent ambivalents : jalousie et fierté ne sont pas incompatibles.

L’enfant comme territoire négocié

12« Au centre de l’organisation sociale se trouve le concept de droit et, autour de ce centre, les vicissitudes de la défense de ces droits » (E. Goffman, 1973b, p. 43). À l’évidence, les parents d’un jeune enfant ont un certain nombre de droits et de prérogatives sur lui, dans nos sociétés contemporaines particulièrement. L’éducation, les soins leur reviennent, l’autorité et les responsabilités leur incombent. Empruntant à E. Goffman sa notion de « territoire du moi », nous considérons l’enfant comme un « territoire » de la belle-fille, une personne sur laquelle celle-ci s’accorde un droit (de regard, de contrôle, d’intervention). Il est un territoire personnel qu’elle surveille et dont elle défend les limites. L’appropriation parentale s’exprime parfois sous la forme d’aspirations individualistes à la paternité ou la maternité, les situations de divorce le révèlent nettement.

13Parallèlement, les personnes enquêtées se représentent l’enfant comme un « territoire commun » à elles et leurs affins : un lieu d’échanges et d’investissements des belles-filles et des beaux-parents – du moins partiellement. Du fait de la spécialisation des tâches dans la famille, l’enfant demeure en particulier un territoire très féminin. Les soins, les gardes réactivent les relations entre belle-mère et belle-fille, et éventuellement les désaccords – à cet égard, le point de vue et la situation du gendre sont sans doute différents.

14Trois types d’argumentations peuvent être mis en évidence : le droit des grands-parents à fréquenter leurs petits-enfants, le bien de l’enfant, le respect du conjoint. De là naît un sentiment de devoir.

Le droit des beaux-parents

15Les belles-filles reconnaissent toutes, implicitement ou explicitement, le droit des beaux-parents à jouir de leurs petits-enfants. Cette obligation morale est intériorisée. Malgré ses nombreux griefs à l’encontre de ses beaux-parents, Mme Cantin ne leur dispute pas ce droit. « Bon, même si ce n’est pas forcément nos idées, les grands-parents ont des droits quand même pour voir leurs petits-enfants. » « Même si je ne suis pas tellement à l’aise avec mes beaux-parents, dès que les enfants veulent y aller, si elle invite les enfants, moi, je les lui envoie systématiquement. Parce que je pense que le contact de grands-parents et petits-enfants est très important. » Les discours sur le bien de l’enfant sont dans certains cas la retraduction en termes de sentiments du devoir envers les beaux-parents (ou les parents).

16Certaines personnes divorcées continuent d’organiser des rencontres entre leur enfant et leurs ex-beaux-parents, qu’elles continuent elles-mêmes de les rencontrer ou pas. Si les beaux-parents de Mme Ormeaux continuent de voir leur petite-fille, aujourd’hui adulte, c’est que Mme Ormeaux a favorisé l’existence de ces relations même après son divorce – sa fille avait alors dix ans environ. « Ma belle-mère aimait énormément sa petite-fille, qui est ma fille, et sous cet angle-là, j’ai aussi respecté le fait qu’elle ne devait pas être pénalisée du fait de la séparation avec son fils. Elle a toujours vu sa petite-fille. J’ai toujours souhaité que les relations restent ce qu’elles doivent toujours être : une relation grands-parents/petits-enfants. »

17Plusieurs études confirment le rôle de l’enfant dans la pérennité des relations avec les beaux-parents : celles-ci ont plus de chances de perdurer, après rupture conjugale, lorsqu’il y a des enfants dans le couple désuni. Cependant, les relations affines, globalement, se relâchent après rupture conjugale. C. Martin et D. Le Gall le constatent, « il semble que, du fait de la désunion des parents, les enfants aient moins de relations avec les parents du parent non gardien. » (Le Gall, C. Martin, 1988.)

18Le débat actuel sur les conséquences du divorce dans les relations de parenté, sur le statut juridique des familles recomposées et des nouveaux liens de famille qui s’y créent, sur le no-man’s land juridique dans bien des cas de figure pose, entre autres, la question du droit des grands-parents. Un texte de loi est explicite à ce sujet : « Les père et mère ne peuvent, sauf motifs graves, faire obstacle aux relations personnelles de l’enfant avec ses grands-parents. À défaut d’accord entre les parties, les modalités de ces relations sont réglées par le tribunal. » (art. 371-4 du Code Civil). Mais ce texte est source de débats, en particulier lorsque les relations entre affins sont difficiles et peuvent être nuisibles pour l’enfant.

Le bien de l’enfant

19À l’unanimité, les personnes interrogées considèrent comme nécessaires à l’épanouissement de l’enfant l’existence de relations entre petits-enfants et grands-parents. « C’est tellement important, les papis et les mamies… » dit Mme Pinault. Même avant d’avoir des enfants, les relations grands-parents/petits-enfants sont envisagées, comme l’illustre la réflexion de Mme Izant. « Si un jour on décide d’avoir des gamins, je ne voudrais pas qu’ils soient sans les connaître. Les parents de Francis et mes parents, c’est quand même des racines. » Mme Bayou, qui attend des jumeaux, se réfère à ses souvenirs d’enfance. « C’est vrai que si maintenant on a des enfants, on a envie qu’ils voient les grands-parents. Moi, j’ai un bon souvenir de ma grand-mère : j’y allais souvent. »

20Par ces discours, les femmes se réfèrent à une image unifiée de la famille, invoquant la nécessité de constituer un arbre généalogique aussi complet que possible pour leurs enfants. Ne voulant pas les priver d’une « branche », elles veillent à ce que leurs enfants s’inscrivent dans deux lignées, l’une paternelle, l’autre maternelle et dans une continuité – même si, dans les faits, l’une des lignées est parfois privilégiée. Mme Langelot, se référant à sa situation d’orpheline, institue en richesse l’insertion dans un large ensemble familial. « Moi, de mon côté, j’ai perdu mes parents et je n’ai plus mes grands-parents, donc il y a une pauvreté par rapport aux enfants de mon côté à moi. Alors que chez Marc, il y a quand même le grand-père, la grand-mère, l’arrière grand-mère C’est quelque chose, je crois, pour eux (les enfants). De ce fait-là, on a pas mal de relations aussi avec eux (les beaux-parents) parce qu’on en a moins du côté de ma famille. » Ce constat de Mme Langelot témoigne que beaucoup raisonnent selon une logique d’enchaînement des générations, se représentent la parenté en termes de continuité et valorisent la « mémoire longue » (F. Zonabend, 1980).

21L’intégration à une lignée est souvent présentée dans sa dimension affective. Les personnes rencontrées ont à l’idée qu’une famille étendue harmonieuse et complète est constitutive de l’équilibre de l’enfant. Chacune manifeste sa volonté de protéger ce dernier d’éventuelles tensions entre elle et ses affins. « J’ai envie de préserver ces relations-là à cause des enfants » (Mme Langelot).

22Même Mme Le Faou, en conflit perpétuel avec ses beaux-parents, n’envisagerait pas de les priver de relations avec ses filles. Lorsque nous lui en demandons la raison, elle s’exclame avec insistance : « Je ne peux pas Je ne peux pas ! » Elle a conscience que le conflit affin risquerait de porter préjudice à l’enfant. De quel ordre relève cette impossibilité évoquée à mi-mot ? Intégrer un enfant dans une lignée, n’est-ce pas aussi le situer dans un système d’héritage ? Ni patrilinéaires, ni matrilinéaires, nos héritages sont bilatéraux : ils proviennent indifféremment des deux côtés. Une personne est censée hériter aussi bien de ses grands-parents paternels et maternels. La belle-fille, en tant que mère, peut-elle prendre le risque, en rompant avec ses beaux-parents, de priver ses enfants d’une moitié de leur héritage (dans tous les sens du terme) ? On peut se demander dans quelle mesure, la reconnaissance unanime de l’importance des grands-parents pour l’enfant n’est pas en fait une intériorisation du sentiment de devoir vis-à-vis de ses propres enfants.

23Toutefois, le bien de l’enfant, le droit des grands-parents sont des principes d’autant plus facilement évoqués qu’ils coïncident avec des attentes personnelles. Mme Lelandais déplore les cent soixante kilomètres qui la séparent de ses beaux-parents à cause des enfants. « Je préfèrerais qu’ils habitent à côté. Pour les enfants, parce qu’ils réclament souvent les grands-parents. Et puis pour nous, parce que ce serait quand même plus pratique pour les gardes, pour sortir. Et pour eux aussi, parce qu’ils aiment bien avoir les enfants. » Ce discours met en évidence une série d’intérêts convergents où plaisir de la visite et service rendu sont intimement mêlés.

Le devoir vis-à-vis du conjoint

24Refuser de faire connaître ses enfants à ses beaux-parents serait nier le caractère familial des relations affines, minimiser voire annuler la continuité des générations, mais aussi nier le lien filial du conjoint dont ce sont les enfants également. Par exemple, les belles-filles qui souhaitent restreindre les échanges affins à cause des enfants, manifestent une certaine gêne vis-à-vis de leur conjoint, lorsque leur décision est personnelle et non conjugale. C’est le cas de Mme Charas qui dresse un constat désenchanté de sa relation affine. Elle reconnaît qu’elle cherche à mettre une distance entre elle et sa belle-mère depuis qu’elle a un enfant. Mais cet aveu lui côute, se sentant coupable d’une sorte de complot, de trahison envers son conjoint. « Je trouve ça un peu dommage pour mon mari qui aime bien ses parents aussi. Il doit avoir un petit pincement au cœur ».

25Toutes ces raisons font de l’enfant un « territoire » commun doté d’un haut degré de légitimité. L’emprise parentale touche à ses limites. L’enfant est le plus inévitable des « territoires » à partager. Même une revendication excessive au sujet du petit-enfant par la belle-mère semble moins grotesque qu’une exigence au sujet de son fils – l’autre « territoire » commun d’envergure, nous le verrons plus loin. Avouer qu’un petit-fils vous manque est plus légitime que l’aveu du besoin du fils. S’exprimer devient donc possible.

L’enfant comme principal objet de tension

26La reconnaissance de l’enfant comme « territoire » à la fois commun et personnel compose la toile de fond des négociations entre affins à ce sujet. De plus, l’enfant est un enjeu d’envergure : un désaccord sur une question domestique par exemple, n’aura jamais la portée d’un différend au sujet de l’enfant. Pour ces raisons sans doute, les belles-filles, lorsqu’il s’agit de leurs enfants, ont des attitudes ambivalentes envers leurs beaux-parents, à la fois sûres de leurs prérogatives, et conscientes de leur fragilité. Sentiment de devoir et revendication personnelle sont deux exigences difficiles à articuler. La belle-fille se met en scène sous différentes facettes identitaires et raisonne tantôt en tant que mère, tantôt en tant que belle-fille, tantôt en tant qu’épouse.

27De fait, l’enfant est un sujet de tension couramment répandu. Majoritaires sont celles qui signalent l’existence, de façon ponctuelle ou récurrente, de heurts avec leurs beaux-parents à ce propos. L’enfant est un potentiel de désaccords plus ou moins profonds pouvant être classés en deux domaines : les principes éducatifs et la place attribuée aux uns et aux autres.

Les négociations sur les principes éducatifs

28Beaux-parents et belles-filles adhèrent-ils aux mêmes principes éducatifs ? Les belles-filles sont très attentives aux façons de faire des beaux-parents. Fines observatrices, elles repèrent dans le détail les comportements de ces derniers, les attentions comme les maladresses. Par exemple, les préférences que peuvent manifester, plus ou moins discrètement, les beaux-parents pour certains de leurs petits-enfants sont remarquées et commentées.

29Un quart des enquêtées trouve ses beaux-parents habiles en matière d’éducation. Belles-filles et beaux-parents partagent alors les mêmes valeurs à ce propos. « Ma belle-mère c’est : “allez les enfants ! On débarrasse la table. On s’y met tous et ce sera vite fait.” Pour faire passer les choses, elle y met un certain jeu. J’aime bien. » (Mme Langelot) « C’est une bonne mamie. Elle est patiente, elle leur fait faire plein de choses, de la cuisine, tout ça » (Mme Renaudin). Au contraire, dans presque la moitié des cas, les personnes sont en désaccord sur le contenu des interventions éducatives. Beaux-parents et belles-filles ont des conceptions trop différentes à ce niveau pour se comprendre. Ils se tolèrent, s’accordant ou pas sur les manières de procéder en fonction de la place que chacun s’attribue dans « l’échiquier ».

30Les divergences ne portent pas à conséquence, en effet, du point de vue des belles-filles, tant que les beaux-parents n’imposent pas leur propre vison des choses. Tel n’est pas toujours le cas. Ainsi Mme Hurel voit sa belle-mère plusieurs fois par semaine. Avec elle, les choses se passent bien sauf sur un point : les principes éducatifs. « J’ai beaucoup de mal là-dessus. Elle me reproche beaucoup de choses sur l’éducation des enfants. […] Elle me dit que je ferai des bons à rien, que je les couve trop, que je n’ai pas assez de principes d’éducation, que ce sont des gosses qui resteront jusqu’à vingt-cinq ans à la maison Elles resteront jusqu’à vingt-cinq ans, j’espère ! Véronique veut faire des études. Je veux leur donner un maximum pour qu’elles aient la vie cool plus tard. Des parents, c’est fait pour ça. Elle me dit : non, les enfants, cela doit bosser. » « Elle dit que les enfants, ça doit être autonome. » « Hier encore, elle me le disait : elle ne comprend pas ma façon d’élever les enfants. Je leur parle trop, je suis trop à l’écoute des gamins. » Mme Hurel prône la qualité des échanges, la communication et la confiance entre parents et enfants. C’est dans cet esprit qu’elle se charge de l’éducation sexuelle de ses filles, ce qui choque sa belle-mère. « Elle trouve qu’à cet âge-là, on n’a pas besoin de savoir comment on fait des gosses. » « Elle adore mes filles, mais c’est vrai que quand on est à table, il faut que les gamins se tiennent droit, qu’ils ne mettent pas les coudes sur la table ; moi, ça me stresse ». Une telle différence de conception de l’éducation est rédhibitoire pour le maintien d’une relation affine sereine : « Je l’agace. Elle se referme, elle change de conversation. On n’arrive pas à avoir de dialogue là-dessus. C’est uniquement sur les questions de l’enfant, autrement, elle est charmante. C’est uniquement sur les principes d’éducation : il y a tellement de choses avec elle à revoir là-dessus que… » Sur ce thème, les relations sont bloquées. « Elle a des principes que je n’épouse pas du tout et que je n’épouserai jamais. »

31La proportion des personnes concernées par un désaccord à ce niveau est élevée, sans doute amplifiée par le grand nombre de « conflits de générations ». Nombreuses sont celles qui se trouvent en effet confrontées à des décalages qui naissent de grandes différences d’âge et, disent-elles, de « mentalités ». Quelques-unes se sont parfois affrontées à un beau-père aux comportements de « patriarche ». Mme Rastier soulève le problème. Son beau-père heurte quelquefois ses filles par des réflexions sexistes. Mme Rastier doit faire tampon et fréquemment œuvrer pour rétablir l’équilibre des relations : réfreiner son beau-père et remotiver ses filles. « Un exemple typique. Il est venu ici il n’y a pas longtemps. Alors il dit comme ça à l’une de mes filles : “tiens, la bonne, tu peux me passer ça !” Alors elle ne supporte pas ! Alors moi, je lui dis : “il n’y a pas de bonne ici, chacun peut se déplacer. Personne ne doit servir personne.” Ça, il n’aime pas » « Il dit : “Vous allez faire ça. Je suis l’aîné, c’est moi qui commande.” Ben oui, mais Ça ne passe pas. »

32La forte proportion des aveux de désaccords en matière de principes éducatifs entre belles-filles et beaux-parents dénote aussi un certain point de vue critique des belles-filles vis-à-vis des parents de leur conjoint. Elles sont plus critiques à l’égard de ceux-ci que de leurs parents. Les négociations sur le contenu éducatif, les « conflits de générations », les personnes que nous avons rencontrées les connaissent aussi avec leurs propres parents. Surtout avec leurs pères, plus rétifs, disent-elles, aux changements et peut-être aux concessions. Sans doute la transmission des valeurs est plus présente entre la belle-fille et ses parents qu’entre celle-ci et ses beaux-parents, du moins dans les premiers temps de sa vie de couple. L’effet de socialisation des filles par leur mère peut expliquer la plus grande similitude de points de vue, la plus forte proximité dans les conceptions éducatives entre parents et enfants adultes. Mais surtout le regard diffère. Les éventuels désaccords sont moins vivement ressentis avec les parents qu’avec les beaux-parents. Ils sont plus aisément et plus rapidement exprimés, ce qui évite la sédimentation des rancœurs. Ainsi les filles seraient plus souples que ne le sont les belles-filles, les mères, moins susceptibles que ne le seraient les belles-mères. Mme Charas se plaint des incursions quotidiennes de sa belle-mère qui, sous prétexte de visite à l’enfant, délaisse un instant son travail au garage pour se rendre chez sa belle-fille. « Tous les jours il fallait qu’elle lui dise bonjour. Ça va un moment, mais c’est vrai qu’on accepte mal. Surtout d’une belle-mère. »

33De manière générale, la coïncidence des points de vue est jugée souhaitable car facilitant les échanges. Il ne faudrait pas pourtant conclure de façon mécanique. L’identité de point de vue n’est pas une condition suffisante pour s’entendre sur la question des enfants. En premier lieu, elle peut engager les belles-filles à plus de proximité avec les beaux-parents autour de l’enfant qu’elles ne le souhaiteraient. Quelques-unes se satisfont très bien de certains écarts et désaccords qui les contraignent mais aussi les autorisent à prendre de la distance. Enfin, que vaut un accord sur des principes de contenu dans un contexte d’empiètement généralisé, lorsque la place de la belle-fille n’est pas reconnue ?

Conflits de place

34Dans la moitié des cas, les discours sont globalement positifs lorsque les belles-filles évoquent la façon qu’ont les beaux-parents de se positionner face au petits-enfants : elles déclarent avoir des beaux-parents réellement discrets, à la fois attentifs et respectueux des consignes parentales. Mme Lechapelain reconnaît à sa belle-mère cette qualité. « Quand on est en vacances ensemble, par exemple, quand je décide quelque chose pour Antoine, elle ne s’est jamais mise entre Antoine et moi. Jamais elle n’a essayé de donner son avis. Ce n’est pas du tout le style. » Mme Lebreton fait la même remarque. « Elle essaie de faire en sorte qu’il n’y ait pas de problème. Elle n’essaie jamais de se mettre en travers de notre autorité. »

35Il reste qu’une proportion non négligeable de personnes (presqu’un tiers) estime que les beaux-parents ne sont pas à leur place.

36L’indifférence des beaux-parents à l’égard des petits-enfants est source de mécontentement. Mais, plus fréquemment, les revendications des belles-filles portent sur les empiétements de « territoires » : la définition des frontières et des domaines d’interventions légitimes de chacun fait l’objet de désaccord.

37Comme précédemment pour les négociations au sujet des principes éducatifs, la tolérance est plus grande à l’égard des parents qu’à l’égard des beaux-parents. Les personnes interrogées avouent, avec une certaine gêne parfois, laisser une place plus importante aux premiers (Cf. chapitre III).

38Les tensions naissent souvent d’un sentiment d’empiétement, lorsqu’une personne considère que ses beaux-parents outrepassent leur rôle, leur place. Le non-respect des consignes éducatives est notamment une cause fréquente de contrariété. Mme Tinsart se sent envahie à de multiples égards par ses beaux-parents et, en particulier, sa belle-mère. Mais l’ingérence qu’elle supporte le moins bien concerne le domaine éducatif. « Jusqu’à s’occuper de la manière dont j’élevais mes enfants. Alors là, ça c’est une chose que je n’ai pas du tout admise. Et lorsque nous étions tous ensemble, il y avait un problème bien précis : le déjeuner. » Mme Thibaut parle au passé, ses filles atteignant l’âge adulte. Mais pendant de longues années, elle a essuyé « les quolibets », les contestations de ses façons de faire, de ses orientations, et à travers cela, de son rôle de mère. « Elle riait, elle se moquait de moi. » Il lui semble que sa belle-mère prenait volontairement le contre-pied de ses choix. « C’était une petite guerre d’usure pour essayer de grignoter, jour après jour, vacances après vacances, un peu plus d’espace pour récupérer les enfants et récupérer leur fils. »

39La surappropriation de l’enfant par la belle-mère est un sujet de tension très prégnant également. Mme Charas souffre de la contiguïté des lieux d’habitation et de travail. Elle vit dans un appartement au-dessus du garage de ses beaux-parents où travaille aussi son mari. Sa cuisine, au rez-de chaussée, jouxte le couloir du garage et le bureau de sa belle-mère. Depuis qu’elle a eu un petit garçon, Mme Charas doit gérer les fréquentes incursions de sa belle-mère chez elle. « Elle est assez possessive avec Damien. » « Elle s’approprie […] Et d’ailleurs, je crois que c’est un peu depuis ce temps-là que je prends mes distances avec elle. […] Souvent elle venait : “je veux voir mon petit-fils, voir comment ça va”. Et tous les jours il fallait qu’elle lui dise bonjour. » « Et puis là, je sais qu’à tout moment, elle peut rentrer chez moi. Quand je descends dans ma cuisine avec Damien, si Damien fait trop de bruit, elle rapplique : “Ah ben ! Damien, qu’est-ce-qui t’arrive ?” »

40L’enfant est l’objet d’appropriation ou au contraire de manœuvres de distanciation qui apparaissent parfois très ouvertement et confirment ou non l’appartenance. « J’ai deux filles, l’une a quatorze ans et l’autre en a vingt. C’est quand même malvenu de dire : Ah ! Aurore, elle est plus belle que Florence ! Elle est assez bête pour le dire. Et là, à Noël, elle l’a encore dit. Florence le sait. “Aurore est belle. Oh ! Elle est quand même de notre côté…” » (Mme Ricardin) Mme Nevers a un enfant handicapé. À la naissance de celui-ci, sa belle-mère s’est positionnée, manifestant un rejet. « Quand le troisième est né, avec de gros problèmes, c’est une des premières réflexions que je n’ai pas appréciée. Quand elle l’a vu en couveuse, elle a dit : celui-là, c’est un Cherzeau, c’est sûrement pas un Nevers… » À un tel degré, le refus de reconnaissance est relativement rare. Mais il manifeste un processus plus habituel, dont les belles-filles rendent compte par exemple lorsqu’elles évoquent les préférences de la part de leurs beaux-parents pour certains de leurs petits-enfants.

41L’attention portée aux empiétements renvoie à une volonté, de la part des belles-filles, de faire respecter le primat parental, leur autorité, leur responsabilité vis-à-vis de l’enfant. Si l’enfant est admis comme territoire commun, il est avant tout conçu comme un territoire personnel dès lors qu’elles sentent leur identité mise en cause. En dernière instance, les belles-filles revendiquent le fait d’avoir « le dernier mot ».

L’enfant au cœur des différends

42L.-R. Fischer montre que l’arrivée des enfants tend à accroître les tensions entre belles-mères et belles-filles, tandis que les liens entre mères et filles se resserrent (L.-R. Fischer, 1983a). Les difficultés auxquelles sont confrontées les belles-filles résultent du fait que l’enfant cristallise d’autres enjeux, des désaccords plus globaux mais indicibles. L’enfant constitue un territoire commun reconnu comme tel. De ce fait, il est aussi une porte d’entrée, un lieu d’expression légitime pour les beaux-parents. Reconsidérons les différends entre Mme Hurel et sa belle-mère. Mme Hurel trouve « stressante » la pédagogie stricte de la mère de son conjoint. Aux conceptions « rigides » de sa belle-mère, elle oppose les valeurs de confiance, de communication. À travers ces désaccords, sa belle-mère ne lui reproche-t-elle pas sa façon de vivre hédoniste, insouciante, trop libre à ses yeux ? Mme Hurel ne tient-elle pas un discours sur sa philosophie de la vie tout au long de notre entretien avec elle ? La philosophie de Mme Hurel pourrait se résumer ainsi : pourquoi remettre au lendemain les plaisirs que l’on peut avoir le jour même. « Je me dis : demain qu’est-ce qu’on sera ? » Au contraire, Mme Hurel interprète les nombreuses prévisions de sa belle-mère et sa capacité à se projeter dans le futur comme un manque d’intérêt pour le présent et de confiance dans l’avenir. Belle-mère et belle-fille n’ont pas le même rapport au temps ni à l’argent. Tout en se définissant comme quelqu’un qui a « les pieds sur terre », elle se dit instinctive. Profiter de la vie et de ses bons moments, tel est son adage. Prévoir et organiser, tel serait celui de sa belle-mère, d’où les confrontations et les désaccords entre les deux femmes. « Elle réfléchit trop. Alors que moi, je ne réfléchis pas, j’agis. Je fais dans le moment. » Les deux femmes n’ont pas la même vision du monde, mais peuvent-elles se reprocher ouvertement d’être si différentes ? Les enfants sont le support d’un désaccord plus ample.

43L’enfant exacerbe les facteurs d’entente et de mésentente qui existaient déjà précédemment, de façon plus ou moins latente. Un incident rapporté par Mme Tinsart met en évidence ce processus. Mme Tinsart se rappelle un moment de crise entre elle et sa belle-mère, un été, lors de vacances communes. Son mari, retenu par son travail, devait les rejoindre quelques jours plus tard. À l’occasion d’un repas, Mme Tinsart eut un léger affrontement avec l’une de ses filles qui se conclut par une fessée. Cette fessée donnée à l’enfant déclencha la fureur de la grand-mère. « Ma belle-mère, elle m’a accusée de tout ! Que je la couvrais de coups, que je la martyrisais… » « Ça a été fou, fou, fou. “Oui ! Elle martyrise sa fille, elle ne l’aime pas ! Elle voudrait qu’elle meure…” » Mme Tinsart interprète cette scène démesurée comme la réaction d’une mère abusive, se sentant dépossédée de son fils. « En fait, ça n’a été qu’une occasion pour elle de faire passer sa mauvaise humeur parce que justement, mon mari étant parti à l’étranger, le matin, j’avais reçu une lettre et elle pas. » Selon Mme Tinsart, la défense de l’enfant n’était qu’un prétexte pour exprimer une rancœur qui se situait à un autre niveau : en l’occurrence, le partage du fils, également époux et père. Le sentiment de concurrence entre les deux femmes étant indicible, la belle-mère s’était reportée sur un domaine à la fois noble et accessible : l’enfant.

44Mme Jeanne avoue son sentiment de jalousie. Ses beaux-parents sont d’habiles grands-parents, bons éducateurs : c’est bien ce qu’elle leur reproche… « Ils ont utilisé nos enfants pour savoir ce qui se passait chez nous ». Elle raconte comment un grand-père, en gâtant ses petits-enfants, « se les récupère » ; comment une grand-mère patiente et à l’écoute s’informe de tout ce qui se passe chez son fils et sa belle-fille. Les beaux-parents ont empiété sur la dernière place qui lui restait, dit-elle. Car elle est exclue de la ferme du fait de l’excès de main d’œuvre (ses beaux-parents, alertes, y travaillent) et de sa maison par la visite quotidienne de ses beaux-parents. L’éviction de son dernier bastion, la maternité, est très mal supportée. C’est à partir de ce moment que le conflit éclate et que Mme Jeanne s’affronte explicitement à ses beaux-parents, par le biais d’une lettre dans laquelle elle leur dit son insatisfaction et ses désirs. Elle rompt cet équilibre de relations dans lequel tous se retrouvaient sauf elle. Au grand désespoir de son mari, elle demande que soit modifié le jeu précédent, propose une nouvelle donne, pose ses conditions.

45L’enfant exacerbe les facteurs d’entente et de mésentente qui existaient précédemment car il est un terrain d’expression légitime à la fois pour les beaux-parents et les belles-filles. Les premiers peuvent en effet dire leurs désaccords : leur rôle de grands-parents est reconnu par la belle-fille. Mais l’enfant est aussi le territoire que cette dernière défend le mieux. Il lui donne le plus de légitimité, le plus d’importance aussi. Y. Verdier montre que la venue de l’enfant modifie la dimension temporelle des relations affines (Y. Verdier, 1979, p. 323). La relation entre belle-fille et beaux-parents est, au départ, une relation asymétrique, au détriment de la belle-fille, plus jeune, moins établie socialement et parfois dépendante d’eux matériellement. Or, ce rapport dissymétrique s’estompe, voire s’inverse, lorsque celle-ci devient mère. Elle se sent plus autorisée à s’affirmer, et hésite moins à se positionner. Mère, elle prend conscience de sa valeur et de son rôle dans le processus de transmission familiale ; parallèlement, elle fait valoir aussi ses droits.

L’enfant comme acteur

La transmission des préférences

46En cas de situation difficile, les belles-filles se trouvent placées au cœur de tensions contradictoires. D’une part, elles se défendent d’influencer l’enfant et de l’entretenir dans un jeu de conflits. D’abord, par souci de protection, en référence à la définition actuelle de l’enfant, elles le maintiennent hors du jeu des adultes. Ensuite, par souci d’honnêteté vis-à-vis des beaux-parents et peut-être par crainte des retombées, elles disent leur intention de laisser l’enfant seul juge. Elles ne veulent pas être accusées de manipuler leurs enfants et de les animer contre les beaux-parents. De telles accusations semblent être monnaie courante puisqu’elles-mêmes y recourent. Mme Derviche parle d’une ancienne amie avec désapprobation. Cette amie, ne supportant pas ses beaux-parents, les privait quasiment de relations avec ses enfants. « Les petits-enfants prenaient le pli de leur mère. C’était du bourrage de crâne ! »

47D’un autre côté, lorsque le doute, la méfiance s’installent, une belle-fille a du mal à constater une relation privilégiée entre son enfant et sa belle-mère. Le droit lui reconnaît d’ailleurs la primeur en cas de conflit. Le danger, pour elle, se situe au cœur de sa relation avec ses propres enfants, sa crédibilité de mère pouvant être mise en doute, devant eux, par sa belle-mère. Celle-ci peut donc être accusée de vouloir éloigner l’enfant de sa mère. Aussi les belles-filles produisent-elles vraisemblablement une influence sur leurs enfants. Ayant une conscience aigüe de l’enjeu qui se profile derrière ces questions, elles ne veulent pas s’empêcher d’agir et de se défendre.

48De fait, nous constatons que les préférences des enfants pour certains de leurs grands-parents, lorsqu’elles existent, coïncident très souvent avec l’attirance de la belle-fille envers ce (s) parent (s). Mme Roseland remarque que ses filles vont avec plus d’entrain chez ses parents que ses beaux-parents :

« Elles ont plus l’habitude chez ma mère. Parce que ma mère laisse plus faire (rire) donc elles préfèrent aller là-bas. Mais elles aiment bien aller aussi chez ma belle-mère. Mais par contre, elles n’iraient pas dormir. Elles ont peut-être peur de la maison, c’est peut-être trop grand ?
– Elles s’y plaisent moins ?
– Oui (rire) Disons qu’on les laisse faire de l’autre côté, alors que là, il y a une certaine limite.
– Et vous, qu’est-ce que vous préférez ?
– Heu ! ben moi… On est souvent chez mes parents… »

49On notera les hésitations de Mme Roseland, qui dissimule sa préférence derrière une décision conjugale (« on ») et cherche des raisons objectives (la taille de la maison) pour justifier cette différence de fréquentation entre les deux familles.

50Mme Lechapelain explique la préférence de son fils pour sa grand-mère maternelle. « Antoine, en particulier, quand il a dit “mamie Alice”, il a tout dit ! Plus que sa mamie Colette.

51– Votre mari en a-t-il conscience, de cette différence ?

52– Oui, quand même, je pense… Enfin, j’insiste sur le fait que maman a les mêmes façons de faire que moi. Je pense qu’il retrouve un peu en maman les mêmes façons de faire et l’intonation de voix et beaucoup de choses sur lesquelles on est pareilles. Et aussi, maman s’en occupe énormément, beaucoup plus que ma belle-mère. » Les personnes interrogées signalent parfois cet accord entre elles et leur enfant avec une certaine gêne et une sorte de culpabilité, car la préférence va de leur côté. Ici, Mme Lechapelain se justifie de l’attirance de son fils pour sa grand-mère maternelle en invoquant l’effet de transmission et de socialisation entre mère et fille.

53Mme Charas, nous l’avons vu, connaît quelques difficultés dans ses relations affines. Au contraire, elle se dit très proche de ses parents avec lesquels elle se sent en parfait accord. Elle constate que son fils, âgé de dix-huit mois, effectue déjà la même différence. « Facilement il va dire : je vais voir papi Pierre ou mamie Jeanne. Alors que là (avec ses grands-parents paternels), il dit “papi” “mamie”, c’est tout. Déjà, on sent qu’il y a quelque chose. Et quand il veut voir quelqu’un, c’est toujours mon père ». Les préférences des enfants sont donc certainement influencées par celles, plus ou moins explicites, de leur mère. Du moins coïncident-elles le plus souvent.

54Mme Tinsart a longtemps eu un sentiment d’urgence. Face à une belle-mère qui, dit-elle, voulait « récupérer ses petites-filles », il lui a fallu agir vite et tôt. C’était, pour Mme Tinsart, une partie de bras de fer qu’il lui fallait gagner en dernière instance. Ses filles ont maintenant quinze et dix-huit ans et ont pris le parti de leur mère contre celui de leur grand-mère. Maintenant seulement, elle se sent un peu en sécurité. « Avoir de grands enfants m’a beaucoup aidée parce que mes enfants, quand elles ont grandi, elles ont réagi à propos de leur grand-mère. Et, si vous voulez, ma belle-mère, de son côté, tenait beaucoup à ses petites-filles, et elle a mis un peu d’eau dans son vin. […] Mes filles n’aimaient pas entendre ma belle-mère toujours être critique à mon égard, intervenir. Ma belle-mère, je vous l’ai dit, étant très intelligente, a vite compris qu’il ne fallait pas qu’elle abuse de trop, autrement ça cassait. » Le positionnement des enfants aux côtés de Mme Tinsart devient un atout décisif pour organiser ses relations affines difficiles et tenter de les orienter à son avantage.

Les pressions de l’enfant

55L’enfant peut ainsi se sentir tiraillé au sein d’histoires de famille. Mais il est juge et acteur et joue un rôle dans le frein ou le développement des échanges affins.

56Parfois, les enfants marquent ostensiblement une préférence opposée à celle de leur mère. Pour s’affirmer face à elle, ayant conscience de son différend avec ses beaux-parents, ils se font complices de leurs grands-parents paternels, qui savent d’ailleurs de leur côté proposer des appâts. Mme Clark a voisiné pendant cinq ans avec ses beaux-parents, et pendant cinq ans, ceux-ci lui ont compliqué l’existence, notamment en se servant de leur petit-fils. Celui-ci, rentrant de chez ses grands-parents, venait transmettre à sa mère les reproches faits par sa grand-mère. « Mémère, elle m’a dit qu’il fallait que tu fasses ça. Mémère, elle a dit que t’étais trop dure avec moi ; il ne faut pas que tu me fasses ça… » De même que les enfants utilisent parfois les désaccords entre leurs parents à leurs propres fins, le conflit affin de leur mère peut être pour eux un moyen d’action face à elle. De même que la belle-mère peut régler ses comptes avec sa belle-fille par petit-fils interposé, l’enfant peut règler ses comptes avec l’un de ses parents par l’intermédiaire de l’un de ses grands-parents. Ainsi les enfants peuvent être le jeu d’intérêts divers tout comme ils peuvent en être les acteurs. Plusieurs personnes évoquent le manque de fiabilité de l’enfant dans certaines situations délicates. Voulant éviter le conflit et tout malentendu avec leurs beaux-parents, elles craignent la facilité de parole de leur progéniture. Mme Marthou redoute par exemple que son garçon ne soit témoin de ses paroles critiques à l’égard de ses beaux-parents : il pourrait le leur répéter et aggraver ainsi une situation déjà pénible. Par prudence elle se censure devant son fils. « On fait attention à ne jamais en parler devant lui ». Comme le remarque très justement E. Goffman, « c’est seulement lorsque l’enfant est capable de garder le contrôle de ses sentiments qu’il devient un participant digne de confiance » (E. Goffman, 1973a, p. 205).

Autonomisation des relations grands-parents/petits-enfants

57Un des moyens pour concilier la double exigence (l’enfant comme territoire commun et personnel) en cas de mésentente, est de ne pas autonomiser la relation grands-parents/petits-enfants, c’est-à-dire d’éviter de laisser les enfants seuls chez les beaux-parents.

58Le parti-pris de confiance constitue pourtant la règle dominante. La conviction de ne pas donner de consignes est un bon révélateur de cet état d’esprit. « Les gens, vous leur donnez des enfants, ils se débrouillent. Je ne sais pas si mes beaux-parents restaient dans la ligne. » (Mme Valence). Mme Boismartel a laissé pendant deux ans sa fille aînée en garde chez sa belle-mère. Il y avait peu de recommandations, dit-elle. « On lui faisait confiance. » Lorsque l’enfant est confié aux beaux-parents, la tâche éducative leur est déléguée en totalité. Cette confiance s’explique d’abord par une logique d’économie personnelle : comment confier ses enfants contre son gré et dans la crainte, uniquement par obligation ? La situation serait invivable, trop insécurisante. Ensuite, pour des raisons pratiques évidentes : une garde occasionnelle, même imparfaite, peut s’avérer utile.

59Néanmoins, lorsque les choses se passent mal et présentent des risques jugés trop importants par la belle-fille, celle-ci préfère rester présente lors des entrevues. Ainsi elle concilie des exigences contradictoires, respectant la relation grands-parents/petits-enfants tout en la contrôlant. En tant que parents, les belles-filles s’autorisent cette marge de manœuvre, cette forme de limitation des relations entre générations alternées et construisent des critères de fiabilité des beaux-parents : d’abord, leur état de santé (physique et psychologique), puis les conditions d’hygiène, de sécurité et parfois le confort. Elles peuvent exiger un minimum de conditions préalables. Mme Ledouarec argumente. « Je les ai mis une fois en garde chez elle, mais je ne les ai pas remis une seconde fois Elle ne fait attention à rien et les gamins en auraient pâti. C’était risqué. » Indépendamment de ses problèmes de santé qui lui font perdre l’équilibre, sa belle-mère est assez indifférente, prise avant tout par son commerce. « Elle n’a jamais été très maternelle. » Mme Ricardin n’a laissé qu’une fois sa fille aînée en vacances chez ses beaux-parents. Elle n’a jamais réitéré. Depuis, ses enfants sont toujours en sa présence lorsqu’ils rencontrent leurs grands-parents paternels. « J’avais dû la laisser une semaine. Mais j’aurais bien fait demi-tour pour aller la rechercher ! On ne peut pas dire qu’elle ne soit pas bonne avec les enfants, au contraire, mais c’est l’hygiène, plein de choses les petits chiens dans le lit alors qu’ils arrivent du poulailler… ». Mme Brizeux dit ses réticences. « Du fait que c’était pas la même façon de vivre, qu’il n’y avait pas de confort, le fait que ce n’était pas une femme d’intérieur, tout ça, j’aurais eu moins envie de lui confier mes enfants que chez mes parents. »

60Ainsi, l’enfant n’est pas refusé à ses grands-parents mais la marge de manœuvre de ces derniers se trouve limitée. Ce qui est refusé, c’est la délégation totale des soins et du rôle éducatif aux beaux-parents, même momentanément. Plus d’un quart des personnes n’a jamais laissé ses enfants seuls chez les parents du conjoint. En général, elles disent clairement en être la cause – seules quelques-unes rejettent la « faute » sur leurs beaux-parents indifférents. Aussi les belles-filles se construisent-elles une cohérence qui peut être résumée de la sorte : soit elles confient leurs enfants et laissent à leurs beaux-parents toute latitude, soit elles contrôlent les relations grands-parents/petits-enfants tout en les perpétuant. L’autonomisation (ou non) des relations grands-parents/petits-enfants est en définitive un bon indicateur du mode de régulation des relations entre belles-filles et beaux-parents.

Les changements introduits par l’enfant

61L’enfant inaugure-t-il une ère nouvelle dans les relations par alliance ? Dire que l’enfant instaure une rupture dans les relations affines serait abusif. Il n’est pas le seul fil directeur de ces relations qui existent aussi indépendamment de lui et avant lui. Toutefois sa venue introduit de nombreux changements.

62Tout d’abord, elle accentue le caractère familial du lien affin, lui donnant une tonalité nouvelle en apportant un élément de consanguinité. Belle-mère et belle-fille acquièrent un point commun : elles deviennent toutes deux ascendantes en ligne directe d’une nouvelle génération. L’enfant les réunit dans un même arbre généalogique. Il situe les relations affines dans la longue durée. Le fait que ces relations, après rupture conjugale, perdurent plus souvent lorsque les belles-filles ont des enfants ne va-t-il pas dans ce sens ? Surtout, par l’enfant s’opèrent des transformations identitaires. Y. Verdier insiste sur l’importance des nouvelles attributions de rôles. « L’enfant donne à chacune sa place : le cycle de la reproduction est bouclé, la bru devient mère et la belle-mère, grand-mère » (Y. Verdier, 1979, p. 323). Un rôle nouveau leur est attribué qui les situe différemment dans le cycle de vie.

63L’enfant favorise les relations, qui prennent une autre ampleur. Les sujets de discussions se centrent abondamment sur lui ; les visites aux beaux-parents sont plus fréquentes lorsque la belle-fille est mère. L’enfant introduit, certes, de nouveaux enjeux, mais aussi des éléments positifs et constructifs. Belle-mère et belle-fille sont tout simplement satisfaites de sa présence et se retrouvent autour de cette satisfaction partagée. Les dysfonctionnements et les tensions ponctuelles dont nous venons de parler ne doivent pas nous faire oublier cette dimension positive de l’échange. Aussi belle-mère et belle-fille s’accordent pour instituer l’enfant en intérêt supérieur, les incitant à des ajustements ou des concessions. L. Roussel le remarque, l’enfant désarme la méfiance. « Tout ce qui passe par le petit-enfant semble emprunter de sa candeur » (L. Roussel, O. Bourguignon, 1976, p. 104).

64Ce renforcement des relations peut avoir un aspect paradoxal : en même temps que la venue de l’enfant les renforce, l’intérêt se déplace, pour se centrer sur l’enfant. Dans le roman Kaé ou les deux rivales, la belle-mère se désintéresse de sa belle-fille à partir du moment où celle- ci a un enfant. À certains moments, Mmes Lebreton et Anciaroli ont eu le sentiment de n’être que la « génitrice » des petits-enfants, aux yeux de leurs beaux-parents. Mme Lebreton s’est sentie évincée par son bébé à venir. Enceinte, elle était submergée de soins de la part de sa belle-mère et trouvait cela presque inconvenant, le véritable destinataire de ces égards étant manifestement l’enfant. Mme Anciaroli considère qu’elle a été dépossédée de la nouvelle de l’enfant à venir le soir même où elle l’a annoncé à ses beaux-parents. Elle n’était plus que la future mère de leur petit-enfant, la génitrice. On ne la regardait plus tout à fait comme avant – ce qui ne voulait pas dire qu’elle avait une marge de manœuvre plus grande ni une place pour elle-même.

65Enfin, l’enfant rend les relations belle-mère/belle-fille plus directes. L’enfant, nous l’avons dit, demeure un territoire très féminin. La médiation du conjoint paraît moins nécessaire et devient plus faible. Les femmes sont-elles abandonnées par leur époux dans sa parentèle lorsqu’elles sont mères ? La conséquence est la suivante : les belles-filles s’expriment plus directement et peut-être plus facilement, en positif comme en négatif. L’absence du mari rend les choses plus simples en un sens. Les belles-filles se retrouvant seules face à leurs belles-mères, les tensions ponctuelles sont peut-être plus vite règlées que par le biais d’intermédiaires.

66Mme Roseland trouve que ses relations avec sa belle-mère sont plus faciles et plus soutenues depuis qu’elle a des enfants. « Ça nous a rapprochées ». Au contraire, Mme Charas, pour qui le maintien d’une relation « correcte » exigeait de sa part quelques efforts, n’hésite plus à extérioriser sa méfiance et une certaine réserve. « Avant, je la voyais plus souvent. Maintenant, je ne cherche pas à aller vers elle parce que de toute façon, je sais très bien qu’elle viendra pour voir Damien. » Tout se passe comme si l’arrivée de l’enfant exacerbait les différends et les décalages plutôt qu’elle n’était une occasion de rattrapage. Elle est rarement l’occasion d’un rapprochement entre une belle-mère et une belle-fille déjà distantes. Lorsque les relations alors se ressoudent, c’est souvent le fait d’une dépendance plus qu’un réel souhait. En définitive, la présence d’enfants révèle une situation, une ambiance et renforce les traits déjà existants, plus qu’elle ne les modifie.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search