Version classiqueVersion mobile

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Première partie. État des lieux du point de vue des belles-filles

Chapitre III. Les aides et services

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L’entraide au sein de la parenté a été abondamment étudiée. Conçue comme une véritable norme, elle semble considérée comme un dû. L’aide des parents est généralement bilatérale : elle provient indifféremment des parents de l’épouse ou de ceux du mari. Elle a deux destinations principales : le logement et l’équipement du jeune ménage (J. H. Déchaux, 1990) et prend des formes différentes suivant la phase du cycle familial (A. Pitrou, 1992). Lors de la période d’installation, les parents favorisent l’équipement, le partage de leur réseau de relations, en particulier professionnel. L’aide au logement est la seconde étape : parmi l’ensemble des ménages propriétaires ou en cours d’accession à la propriété, presqu’un ménage sur trois a été aidé financièrement par les parents. Cette aide est concentrée dans les classes élevées (J. H. Déchaux, 1994). Enfin, vient le temps des gardes d’enfants : plus d’un quart des mères qui ne gardent pas leur enfant de moins de trois ans le font garder par les grands-parents (G. Desplanques, 1985). L’aide domestique va de pair : ménage, repas, linge, travaux de réparations, entretien de la voiture… contribuent à multiplier les contacts intergénérationnels.

L’aide pécuniaire et matérielle

2La transmission des biens est généralement fractionnée : des prestations se font à l’occasion du mariage, mais aussi à de multiples occasions. Les parents cèdent parfois de leur vivant une partie de leur « souveraineté » économique.

L’aide matérielle et financière : symétrie et pragmatisme

3De nombreuses prestations circulent entre parents et enfants, et par conséquent entre beaux-parents et belles-filles. Malgré la norme de réciprocité entre générations, elles profitent davantage à la génération des enfants, l’aide prenant souvent la forme d’une aide à l’installation du jeune couple (A. Pitrou, 1992, J. H. Déchaux, 1990, 1994). Toutes nos enquêtées témoignent qu’elles ont reçu, plus ou moins directement, de leurs beaux-parents, au moins une aide matérielle ou financière. La nature et l’ampleur de l’aide sont, on le sait, socialement déterminées ; pour certains auteurs, l’aide financière en particulier « reproduit et renforce les inégalités sociales » (A. Fouquet, 1985). Notre échantillon connaît ces variations, mais aucune n’est totalement exclue de ce réseau d’aide. Un prêt d’argent a permis à Mme Valence de s’acheter une machine à laver. Mme Boulmer, qui vit en couple depuis trois ans, reçoit les meubles dont sa belle-mère n’a plus besoin et du linge de maison. Mme Gallet se souvient : « Ils nous ont donné quelquefois de l’argent, deux fois. À nous et à tous leurs enfants, d’ailleurs. Je crois que c’est quand ils ont vendu leur ferme. » Mme Lebars reçoit de sa belle-mère de fréquents cadeaux vestimentaires ou ménagers. « Elle aurait tendance à faire des cadeaux comme ça ; dès que quelque chose lui plaît, elle me l’achète. » La maison de famille, résidence secondaire des beaux-parents, sert également de lieu de vacances privilégié pour des jeunes couples peu fortunés.

4Certaines mettent leur fierté à savoir gérer un budget sans recourir à une aide extérieure et revendiquent le fait d’être autonomes. Mme Gallet est de celles-là : « On n’est pas le genre d’enfants qui vont trouver les parents en disant : on a des problèmes, tu ne pourrais pas nous aider ? » Mais cette tendance est minoritaire. En définitive, les belles-filles s’accommodent assez bien de ces dons provenant des beaux-parents. Elles ne semblent ni étonnées ni effrayées de l’arrivée « d’un petit chèque », pour citer Mme Bayou.

5Un certain pragmatisme ressort des discours – à certaines conditions toutefois. D’une part, il faut que le geste soit dosé, à propos et discret, pour qu’il ne signifie pas une volonté de domination de la part des beaux-parents. Même si ces relations ne se situent pas dans un contexte social cœrcitif semblable à ceux qu’étudie M. Mauss, ses conclusions sur la règle du don et du contre-don sont transposables à notre exemple. « Donner, c’est s’assurer de recevoir » car « le don entraîne nécessairement la notion de crédit » (M. Mauss, 1983 [1950]). L’apparence volontaire et gratuite d’une prestation dissimule souvent un versant contraint ou intéressé. Confrontées à des aides trop conséquentes et ostentatoires, les personnes craignent d’être redevables.

6C’est pourquoi les dons sous forme de cadeaux, d’équipement sont préférés. Le cadeau équivaut parfois en valeur économique au don d’argent mais les belles-filles aiment à faire la différence. Elles réintroduisent ainsi la dimension affective dans ces prestations, privilégiant une « stratégie de la gratuité » (J. H. Déchaux, 1994). Selon Mme Géhenne, dans le cadeau « il y a une recherche de l’autre qu’il n’y a pas dans l’argent. On traduit une connaissance de l’autre. » « Une enveloppe avec de l’argent, c’est bien, mais ce n’est pas un cadeau » affirme Mme Manguier. Parler trop directement d’argent contredit notre culture de la famille : la famille contemporaine fonctionne officiellement aux sentiments, non à l’intéret (F. de Singly, 1993).

7De plus, elles réintroduisent la notion de transmission, considérant que l’argent reçu est destiné avant tout à la famille, aux enfants, et qu’il sera acteur d’une continuité familiale.

8L’autre condition pour que le don soit bien vécu par les belles-filles est que leurs parents fassent approximativement le même geste pour rétablir l’équilibre. Leur sentiment de dette et de dépendance envers les beaux-parents est contrecarré par le don équivalent des parents au jeune couple. Il y a alors symétrie entre les deux familles et sentiment d’équité.

9Dans l’exemple de Mme Guillen, aucune de ces deux conditions n’est remplie et les dons, qu’ils soient en nature ou en argent, sont la source d’un profond malaise. Mme Guillen a une belle-mère très aisée financièrement et prodigue. Au contraire, ses parents ont une modeste situation. Les préparatifs de son mariage donnent fréquemment lieu à des achats conséquents, cadeaux de mariage et constitution d’un trousseau. Mais chaque don place Mme Guillen dans l’embarras, tant elle se sent en porte-à-faux. Le décalage social très grand entre elle et sa belle-famille n’est pas sans effet dans ses relations. « On se promenait dans les boutiques. Et je montre des serviettes de toilette en nid d’abeille, superbes. Elle me dit : “Vous savez, si vous voyez quelque chose, il faut me le dire, je vous les achète.” Je dis : “non non…” Elle me dit : “Qu’est-ce que vous avez vu ?” Je dis : “Si vous voulez acheter quelque chose à votre fils, faites-le, mais pas à moi !” Je ne pouvais pas… ». Ses comportements de retrait, qui sont ses seuls moyens de défense, sont paradoxalement une dénégation de l’existence de son couple. « À la limite, qu’elle achète pour lui (le mari), ça ne me gêne pas, mais qu’elle me demande de choisir, je trouve ça extrêmement gênant. » « Quand j’ai appris que le lendemain, on allait dans une boutique où il faudrait qu’on choisisse trois parures, trois machins, trois trucs, j’en étais malade […] ». Car Mme Guillen savait qu’elle n’aurait « pas le choix » et recevrait « l’ordre de le faire ». Un rapport d’autorité s’est instauré à travers ces prestations apparemment généreuses, que Mme Guillen vit mal, au point de somatiser. « Je n’aime pas les rapports d’argent. je n’aime pas être redevable. »

La dépendance matérielle et financière

10La dépendance matérielle et financière à l’égard des parents crée un rapport de forces au détriment de la belle-fille. Nous l’avons vu dans le cas du « beau mariage », avec l’exemple de Mme Guillen. Il existe de façon très prégnante aussi en cas de grosses difficultés financières, telles les faillites, lorsqu’elles sont résorbées par la famille.

11Mme Manguier, une jeune femme de vingt-quatre ans, est dans cette inconfortable situation. Elle et son époux ont tenu un commerce, expérience qui s’est rapidement soldée par un dépôt de bilan. Depuis deux ans et demi, leurs proches, parents et beaux-parents, épongent la plupart des dettes et les aident à surnager, au prix de grands sacrifices. Les parents de Mme Manguier sont divorcés et sa mère, dont elle s’est éloignée depuis la séparation, ne participe pas au sauvetage pécuniaire du jeune couple. Il est probable que les beaux-parents de Mme Manguier sont les principaux payeurs. Les relations de Mme Manguier avec eux peuvent être lues sous cet angle.

12M. et Mme Manguier valorisaient visiblement l’autonomie. « Jusqu’au dernier moment, on a essayé de remonter la pente tout seuls ». À cet égard, leur projet de vie a été cassé. Ils sont aujourd’hui démunis et dans la plus extrême dépendance. « Céline (l’enfant), je ne lui achète jamais rien » « Nous, tout ce qu’on a ici, on n’a rien acheté ». « Notre voiture, c’est eux qui l’ont achetée. » « Ils viennent, ils nous amènent de la bouffe. C’est pas grand-chose mais quand il y a le beefsteak en moins à acheter, c’est toujours ça. » « L’aide morale, c’est déjà beaucoup. Mais l’aide financière C’est sûr qu’ils se sont démenés énormément pour nous. Donc ça, on n’oublie pas non plus. Même s’il y avait de petits problèmes entre nous, on ne peut pas oublier ce genre de choses. » Cette aide conséquente a un prix : la transparence. M. et Mme Manguier doivent rendre compte de tout : où ils en sont dans leurs remboursements, ce qu’ils achètent avec l’argent des beaux-parents et du père, etc. Rien n’est acheté qui ne soit justifié. « Parce qu’ils savent qu’on ne dépense pas. On ne sort pas. On n’est pas du genre à dépenser sachant qu’on a des dettes à rembourser. » « Je ne vois pas pourquoi on irait dépenser de l’argent pour, après, en redemander. Là, non, ça ne collerait plus du tout ! Ah là ! Ce serait fini ! Bon on les verrait, mais plus question d’aide morale ni financière… ».

13Les beaux-parents sont une sécurité, la condition même de leur survie. Mais le prix à payer est à la mesure de leur sacrifice : M. et Mme Manguier auront désormais les plus grandes difficultés à s’affirmer face à leurs familles en tant que personnes responsables, autonomes, adultes. Ils resteront, peut-être à jamais, les enfants qui ont commis une faute grave. « Comme dit mon beau-père, “maintenant vous êtes grands, je ne vais pas m’amuser à courir les magasins”. Et il me donne un chèque. » Chaque aide est une réactualisation de leur faute originelle : la mauvaise gestion d’un fonds de commerce. Chaque don les acquitte de leur dette juridique pour mieux les enfermer dans le cercle familial.

14De fait, les relations de Mme Manguier avec ses beaux-parents sont fusionnelles. « Je ne peux pas rester longtemps sans leur téléphoner, sans les voir. » Douze kilomètres seulement séparent les uns des autres et les entrevues sont fréquentes. Mme Manguier passe fréquemment le week-end chez les parents de son conjoint, même quand celui-ci, contraint par son travail, est absent. Elle part quelquefois en vacances avec eux. Elle est bien accueillie, intégrée au même titre qu’une fille. « Ils me disent : tu es notre fille. C’est pareil, tu fais ce que tu veux, tu es chez toi… ». À l’entendre, les relations sont parfaites, sans nuage. Mais pourrait-il en être autrement ? Comme pour effacer les histoires d’argent, Mme Manguier sentimentalise ses propos. Le thème du « besoin » affectif (besoin de voir son père, ses beaux-parents) est surexploité. Mme Manguier a contracté une dette sans limite envers ses beaux-parents.

15Une anecdote montre que la situation est comprise de la même façon par les deux parties. « L’autre jour, mon beau-père me téléphone et me dit : “Venez manger les brochettes avec nous samedi”. Je dis “D’accord”. Il me dit : “Mais amenez une allumette !” D’un air de dire : ne venez pas les mains vides “D’accord”. Le lendemain, je suis allée faire les courses, j’ai acheté une grosse boîte d’allumettes, j’ai fait un paquet cadeau et le samedi, je lui ai offert Il était tout content. » Cette anecdote est significative de la situation : une dépendance que le beau-père rappelle à sa belle-fille et qui visiblement lui pèse ; la fierté de la belle-fille qui le prend au mot ; au bout du compte, la dérision d’un geste d’impuissance et le tragique d’une situation sans issue…

16Alors que tout le monde est encore sous le choc de la faillite, intervient un événement imprévu : Mme Manguier se retrouve accidentellement enceinte. « Ce n’était pas la bonne période parce qu’on avait des dettes et on avait une situation professionnelle qui n’était pas bien définie. » « Mais après, il a fallu prévenir les parents » « C’était un peu le choc pour tout le monde, mais petit à petit, ça s’est tassé. » Dans la situation financière désastreuse où ils se trouvaient, les deux jeunes gens ne se sentaient pas autorisés à prendre eux-même cette décision pourtant si personnelle : avoir un enfant. Pourtant cet événement fut providentiel : il fut pour eux un moyen de détourner l’attention et de prouver qu’ils sont « constructifs ». Il leur a redonné confiance. Eux se disent « fous de joie » à l’annonce de la nouvelle et refusent la suggestion de la belle-mère de Mme Manguier : l’avortement. Ce qui aurait pu être vécu comme un drame a été au contraire vécu comme une libération. Ils s’acquittent de la sorte d’un sentiment de culpabilité. Désormais, l’enfant est conçu comme le contre-don à l’aide financière du père et des beaux-parents. Tout se passe bien, répète Mme Manguier. « Et puis en plus, on lui a donné une petite-fille, alors… ». L’enfant est comme sacrifiée aux dieux… Mme Manguier donne force détails sur la joie des grands-parents face à leur petite-fille. En faisant face au surendettement, la famille l’a aidée à échapper à la déviance. L’enfant, telle que Mme Manguier se la représente, achève ce processus en la replaçant dans une situation de normalité.

La succession aux beaux-parents

17Certaines femmes ont repris avec leur conjoint l’outil de travail de leurs beaux-parents. Agricultrices, femmes d’artisans, de médecin ou d’architecte, elles font valoir le capital affin. Cette situation crée un type de relation particulière, où relations de famille se conjuguent avec relations professionnelles. Certaines, comme Mme Vautrin, s’en félicitent. Mme Vautrin travaille en commun avec ses beaux-parents et ne trouve aucun inconvénient à cette situation. Au contraire, sa belle-mère lui permet de se positionner face aux hommes de l’exploitation et à leurs idées matérialistes. Consciente que peu de femmes sont attirées désormais par les travaux de la ferme, sa belle-mère s’efforce de lui procurer des contreparties positives. Elle influence par exemple son fils afin qu’il pense l’aménagement de la maison et non seulement l’achat sur l’exploitation agricole.

18Mais Mme Vautrin est une exception. Parmi celles qui partagent les deux dimensions (famille et travail) avec leurs beaux-parents, peu se trouvent satisfaites. Constatant la persistance de quelques tensions, Mme Roseland refuse ostensiblement toute forme d’investissement personnel dans l’entreprise familiale où travaillent son mari, son beau-père, son beau-frère et sa belle-sœur. Mme Cantin noue des relations bien complexes avec ses beaux-parents, qui sont aussi ses employeurs et ceux de son mari. À l’admiration pour la « réussite » sociale de son beau-père se mêle un sentiment de dégoût pour cet homme qui les méprise et les domine, elle et son mari. « Quand on travaille tous ensemble, ce n’est pas facile. » Elle a le sentiment d’avoir, avec le père de son mari, des relations d’employée à employeur plus que des relations de beau-père à belle-fille. Elle cherche un autre emploi « pour ne plus être dépendante des beaux-parents. Parce qu’à la limite, on a l’impression que ce sont eux qui nous donnent à manger. » « Moins on a à dire merci aux gens mieux ça vaut » dit Mme Plessis, qui hésite à travailler avec son conjoint parce qu’elle « aurait du même coup les beaux-parents sur le dos ».

19Mme Amand, une agricultrice de trente-trois ans, fut rejetée par ses beaux-parents parce que ses origines sociales étaient trop modestes à leurs yeux. Elle et son mari ont repris l’exploitation constituée par ses beaux-parents. Son histoire montre combien une situation de dépendance limite les moyens de la contestation. Elle et son mari se sont sentis muselés. « Au départ, bon, on laisse parce que du moment que c’est la ferme des parents, on se sent toujours un petit peu Un petit peu en dessous, hein ! Et puis à la limite on ne devrait pas laisser faire, dès le départ ! Mais il faudrait vivre deux fois ! (rire) ».

20Si Mme Amand préconise la rebellion, revendique le droit aux belles-filles de se faire respecter, elle fut longtemps en butte aux affronts de sa belle-mère sans s’autoriser à s’exprimer. « Comme elle veut, je veux bien ! C’est la meilleure solution. Comme ça on a la paix et tout va dans l’ordre ! (rire) Ce n’est pas toujours évident. » Le fait que Mme Amand, pourtant peu encline à l’écriture a priori, ne trouve plus que ce dernier recours pour se réfugier et se sentir exister est lourd de sens. Cette écriture-exutoire montre l’ampleur existentielle des problèmes affins et le poids des capitaux au sens large… « Il s’en est tellement passé ! Elle m’en avait tellement fait que je disais : je vais résumer tout ce qu’elle a pu me dire et tout ce qu’elle a pu me faire. Oui, j’écrivais. Et puis après, j’ai tout fichu au feu. (rire) Mais je disais : “tiens, elle m’a encore fait ça, elle m’a encore fait ci”. Ca s’alignait. Mais, il arrive un moment où, si on veut s’entendre, il faut passer par là-dessus, sinon la vie serait impossible. »

21Les belles-filles dépendantes sont-elles condammées à « l’apathy », pour reprendre le terme de G. Bajoit (1988) ? Quoi qu’il en soit, s’affronter à ses affins exige des atouts. Mme Lepret a osé un jour s’affronter à sa belle-mère qu’elle trouvait trop curieuse. Elle a aussi été salariée hors de l’exploitation, c’est-à-dire qu’elle a vécu ses premières années de mariage dans une situation d’indépendance économique. Ces exemples en milieu agricole révèlent une logique globale : s’autoriser à protester exige des capitaux, c’est-à-dire des atouts, qu’ils soient économiques, culturels (avoir des diplômes), ou sociaux (avoir des relations nombreuses et valorisantes). Il existe un lien entre la facilité d’expression de ses désaccords et de ses souhaits et la possession de tels capitaux. Celles qui hésitent moins à contester sont les mieux dotées. Elles sont plus promptes à juger légitimes leurs revendications.

L’aide domestique

Les gardes d’enfants

22L’aide domestique est surtout centrée sur la garde des enfants. Sont bien sûr cités par les enquêtées les services d’un beau-père jardinier ou bricoleur, participant à l’entretien de pelouses ou l’aménagement d’un intérieur. Mais l’aide la plus fréquemment notée par les belles-filles est la garde d’enfants, sans doute en vertu de sa récurrence. Cette question du reste les engage davantage : les soins aux enfants demeurent essentiellement sous la responsabilité féminine.

23Quelques personnes ont mis en nourrice leur aîné (e) chez ses grands-parents paternels et en éprouvent satisfaction et reconnaissance. Ce choix concerne des femmes salariées ayant des beaux-parents encore jeunes, plus disponibles et plus proches géographiquement que leurs parents.

24À l’inverse, plus d’un quart, parmi celles ayant des enfants, ne les ont jamais confiés à leurs beaux-parents. Ces enfants ne rencontrent leurs grands-parents paternels qu’en présence de leur mère. Ce peut être un moyen pour ces dernières de contrôler la relation petits-enfants/grands-parents dans des situations qui leur déplaisent (Cf. chapitre IV). En outre, seulement un quart des femmes a mis ses enfants en vacances chez ses beaux-parents. La garde de courte durée est privilégiée.

25G. Desplanques montre que deux tiers des enfants de moins de trois ans non scolarisés sont gardés par leur mère. Sur les 700 000 autres, 120 000 soit 17 % sont pris en charge par une personne de la famille, souvent la grand-mère (G. Desplanques, 1985). L’auteur remarque des variations sociales. Les femmes qui confient, lorsqu’elles travaillent, leurs enfants à un membre de la famille appartiennent plus fréquemment aux milieux populaires, ce mode de garde étant la solution la moins coûteuse et la plus souple malgré l’état de dépendance qu’il crée à l’égard de la personne qui garde. Il note aussi des variations régionales : dans le Sud-Ouest de la France où la cohabitation d’une famille avec un ou plusieurs ascendants est plus fréquente qu’ailleurs, et dans le Nord et l’Alsace, la solidarité familiale en matière de garde est davantage développée. Au contraire, l’Ille-et-Vilaine et les Côtes-d’Armor (départements où s’est déroulée notre enquête) sont dans une situation proche de celle de l’Île-de-France : l’enfant est plus rarement confié à sa famille.

26Laisser en garde ses enfants dépend de plusieurs facteurs.

27La santé des beaux-parents, elle-même souvent liée à leur âge, est déterminante. Les enfants sont ressentis comme une charge par des personnes fragilisées par l’âge et la maladie, surtout s’il y en a plusieurs. Confier ses enfants dépend également des besoins de la belle-fille. Celles qui travaillent font davantage appel à leurs beaux-parents que celles qui restent au foyer. « Du fait que moi, je ne travaillais pas, que j’étais à la maison, bon, si je mettais mes enfants en vacances, je me retrouvais toute seule » (Mme Brizeux). Au contraire, Mme Lechapelain, médecin, a des horaires de travail irréguliers et fait abondamment appel à la disponibilité de ses beaux-parents retraités. La fréquence des gardes dépend de la distance géographique. Mme Valence y voit un lien de cause à effet : « Ils étaient à Rennes et nous aussi alors ils nous ont gardé les petits. » Les relations entre générations alternées sont rendues possibles par la proximité résidentielle.

28Un minimum de confiance réciproque et de proximité relationnelle est également requis (Cf. chapitre IV).

29La situation de concurrence entre la belle-fille et les frères et sœurs du mari est susceptible de peser sur le recours aux beaux-parents. La souplesse de la demande de ce service est entravée par la présence régulière d’autres enfants, rendant les beaux-parents moins disponibles. Mmes Bulot et Langelot ont chacune trois enfants qu’elles mettent peu en garde chez leurs beaux-parents, déjà accaparés par d’autres petits-enfants – notamment ceux de leur fille. « Il y en a deux constamment tous les jours. Et en plus, bien souvent, en vacances, elle a les enfants de son fils aîné qui en a trois. Donc nous, on a hésité et on met moins nos enfants en garde chez eux » (Mme Langelot). Mme Bulot se sent exclue : « Il n’y a pas de place pour les miens. »

30Les gardes dépendent enfin de la distance spatiale qui sépare la belle-fille et sa mère, de la nature des relations entre ces deux femmes et de la disponibilité de la mère.

La préférence pour la mère

31Si l’on essaie, en théorie, d’équilibrer les gardes d’enfants entre les parents de l’un et ceux de l’autre, dans les faits, une préférence se dégage de la part des femmes pour leur mère. De nombreuses recherches ont permis de constater la puissance des liens entre la mère et ses filles adultes dans la famille urbaine moderne. Le maintien des liens intergénérationnels après la mise en couple passe par la relation mère/fille, surtout dans les milieux peu aisés (E. Bott, 1971 ; A. M. Daune-Richard, 1984 ; J. H. Déchaux, 1990 ; A. Pitrou, 1992). L’entraide ménagère intergénérationnelle intervient plus souvent entre les femmes de même lignée. A. Pitrou montre que les relations sont un peu plus intenses avec la famille de la femme qu’avec celle de l’homme du fait des liens privilégiés entre mère et fille, quelle que soit l’appartenance sociale (A. Pitrou, 1992). J. C. Kaufmann, s’il met en évidence la phase de révolte contre leur mère et de critique des gestes ménagers chez certaines jeunes femmes dans les milieux culturellement dotés, insiste surtout sur la transmission des manières de faire entre mère et fille. L’acquisition d’une discipline, d’un tour de main et d’une conception du propre et du rangé passe essentiellement par la mère (J. C. Kaufmann, 1992). L. Roussel et O. Bourguignon observent que, dans les classes moyennes, « la symbiose mère/fille est assez fréquente » (L. Roussel et O. Bourguignon, 1976, p. 224). O. Schwartz dit assez la forte demande des filles des milieux ouvriers à l’égard de leur mère, lorsqu’elles deviennent mères à leur tour. Elles qui doivent tout à leur foyer deviennent alors « créditrices » et se tournent vers leur mère pour « échapper à une certaine oppression. » (O. Schwartz, 1990, p. 266).

32D. Fougeyrollas et D. Chabaud-Rychter et F. Sonthonnax insistent sur l’apprentissage sexué des tâches ménagères. Les filles sont très tôt les « auxiliaires » de leur mère. Plus tard, selon la même logique, « la circulation du travail domestique » se fait essentiellement entre la mère et ses filles. L’inculcation d’habitudes, de valeurs, crée cette proximité. « Les échanges de travaux domestiques les plus fréquents se font entre mère et fille. » Ils « apparaissent constitutifs des relations « normales » entre mère et fille. L’absence de ces échanges peut être considérée comme un indicateur de relations détériorées entre mère et fille » (D. Fougeyrollas et D. Chabaud-Rychter et F. Sonthonnax, 1985, p. 56).

33Les femmes sont plus fréquemment aidées par leur mère que par leur belle-mère en matière de garde d’enfant. Une femme est plus disponible pour sa fille que pour sa bru, ou bien elle est plus sollicitée par l’une que par l’autre (L. Toulemon, C. Gokalp, 1988). De fait, dans notre « échantillon », nombreuses sont les femmes se tournant plus volontiers vers leur mère en cas de besoin. Mme Lerbier, femme au foyer, a rarement voulu laisser ses enfants. Les cas de force majeure qui l’ont amenée à mettre ses enfants en garde ont forgé sa préférence pour le pôle maternel – bien que ses relations soient plus fréquentes et plus simples avec sa belle-mère. « J’avais l’impression qu’ils me manqueraient moins en étant chez ma mère. » Mme Palluet a trois enfants d’âges rapprochés. Lorsqu’ils étaient petits, sa mère lui fut un recours précieux, lui permettant ainsi de poursuivre son travail salarié. « Elle venait tous les mercredis, toute la journée. Elle me gardait mon aînée, elle s’occupait de toute la maison ; elle faisait tout le ménage. Elle me les prenait toutes les vacances. »

34Étape marquante dans le cycle de vie, le moment des naissances permet aussi l’expression de cette préférence. Cet événement féminin peut être l’occasion de la révélation d’une complicité entre la mère et la fille, rarement entre la belle-fille et sa belle-mère. « Quand on est enceinte, on se rapproche de sa mère, je crois. La première personne à qui on pense, c’est sa mère » (Mme Pellec). L’aide d’une belle-mère à ces moments semble sous-évaluée. Le fait de préférer les services de sa belle-mère à ceux de sa mère en dit plus long sur les relations entre la parturiente et sa mère que sur ses relations avec sa belle-mère. De même, annoncer volontairement en premier à sa belle-mère que l’on attend un enfant est moins la revendication d’une forte proximité avec celle-ci que l’expression d’une forme de vengence filiale.

35La crainte d’usurper la place de ses belles-sœurs redouble la sorte de concurrence existant entre belle-mère et mère à ce niveau. Plusieurs personnes, dans notre enquête, affirment qu’elles ressentent plus de gêne à demander un service à leurs beaux-parents qu’à leurs parents. Elles osent moins solliciter l’aide des affins et se tiennent dans une position d’expectative. « C’est elle qui s’est proposée de les prendre. Moi j’ai dit : oui ! Au contraire : vous les voulez, vous les prenez ! » « C’est quand elle me propose, parce que moi, je ne vais pas les imposer » (Mme Cantin). « Elle n’a jamais proposé de prendre les enfants donc je ne lui ai jamais demandé » (Mme Brizeux).

L’aide aux beaux-parents âgés

36L’aide est marquée par la dimension temporelle : le sens s’inverse au cours du cycle de vie (A. Pitrou, 1992). Notre « échantillon » ne faillit pas à la règle. Aussi, celles qui ont des beaux-parents âgés, à condition de n’en être pas trop éloignées géographiquement, leur rendent des services liés à leurs besoins : courses, tâches ménagères physiquement plus dures, papiers à remplir, ou tout simplement la visite qui égayera la journée d’une personne désormais peu mobile. Quelques-unes s’investissent même fortement dans un rôle d’aidant principal. Mme Ozenne, ayant une belle-mère âgée dont la santé s’est subitement dégradée, répartit avec ses belles-sœurs la charge des soins et participe à un véritable « travail domestique de santé » (G. Cresson, 1995). « Elle a besoin pour du linge, des tas de choses Mon mari ne va pas savoir. Si je l’envoie pour du linge, (rire) il va se perdre ! Il ne va pas savoir où chercher. (rire) ». Mme Boismartel aide fréquemment. « S’ils ont besoin de quelque chose, ils passent un coup de fil. Avant-hier, j’ai été avec ma belle-mère pour quelque chose de très particulier (rire). Elle voulait absolument aller s’acheter une place au cimetière. Elle m’a demandé à moi, parce qu’elle sait que je suis disponible, que je ne travaille pas. […] Ce n’est pas moi qui ai choisi. C’est elle qui a demandé où est-ce qu’il y avait des emplacements. Moi, je suis allée avec elle. C’est elle qui a pris la décision et pas moi. Et à la suite de ça, on a fait les démarches, l’inscription, l’enregistrement à la mairie. » On notera la revendication de discrétion de la part de la belle-fille. Il s’agit souvent de femmes ayant dans leur couple un modèle de répartition des tâches très sexué et, plus particulièrement, de femmes au foyer, prolongeant dans cette aide leur propre rôle de garante du bon fonctionnement de la famille. L’aide aux beaux-parents prolonge aussi l’aide à leurs propres parents.

37Toutefois, ce cas de figure concerne généralement celles dont les beaux-parents n’ont pas de filles – ou pas à proximité. La présence d’une fille rend les belles-filles plus effacées ; chacun se centrant sur ses propres parents. Plus généralement, les parents du mari ne sont pas aidés de la même façon que les parents de la femme. L’aide apportée à ces derniers est beaucoup plus souvent traduite par des services matériels ou par l’hébergement que l’aide aux parents de l’homme, plus financière. Cette différence joue surtout dans la classe moyenne et supérieure où la norme semble être que ce sont les filles qui sont responsables du soutien aux parents âgés. Les fils, eux, assureront le cas échéant le soutien financier nécessaire (A. Pitrou, 1977, p. 72).

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search