Versione classicaVersione mobile

Belles-filles

 | 
Clotilde Lemarchant

Première partie. État des lieux du point de vue des belles-filles

Chapitre II. Les termes d’adresse

Termini per la ricerca

Indice geografico :

France

Testo integrale

1Les termes d’adresse sont les noms utilisés pour interpeller directement un individu. Ils s’opposent aux termes de référence qui servent à désigner la personne en son absence. Par exemple, « maman » est un terme d’adresse, « ma mère » le terme de référence correspondant. L’étude des termes d’adresse est importante pour ce qu’elle révèle des processus de réglage de la relation affine : les droits, les devoirs et la place de chaque protagoniste. Selon M. Grawitz, les termes d’adresse définissent « une conduite codifiée imposée par la société à un individu à l’égard de certains de ses parents » (M. Grawitz, 1986). L’objectif est de mettre au jour ce que représente l’acte de nommer dans la relation avec la parenté par alliance et la façon dont il est structuré : par quels noms belles-filles et beaux-parents s’interpellent-ils ? Qui intervient dans la prise de décision, comment évolue ce choix ? Y a-t-il des « risques » à nommer et comment sont-ils gérés par les différents protagonistes ?

L’adresse, une pierre d’achoppement

2Il existe des termes propres à la relation affine : « beau-papa », « belle-maman », mais ils sont rarement utilisés et souvent codés comme surannés. Aucune des personnes rencontrées n’y a recours. Seul le mari de Mme Cassandre en emploie une variante : « jolie-maman », lorsque la mère de son épouse devient insistante, envahissante, sur un ton mi-séducteur/mi-plaisantin qui semble indiquer en l’occurrence la tonalité de cette relation gendre/belle-mère.

3Certains, hors de notre enquête, ont témoigné de l’emploi de ces termes d’adresse propres à la relation affine. Il n’en reste pas moins que ce cas de figure est rare et cantonné dans la classe d’âge des plus anciens des gendres et belles-filles. Cette solution semble exclue désormais : beaucoup n’avaient jamais seulement entrevu cette éventualité. Et lorsque « belle-maman » est évoqué dans la liste des noms existants, il est rapidement évacué, perçu comme désuet, mal-à-propos ou trop formel. « Belle-maman ? C’est assez pompeux », dit Mme Lebreton.

4Le fait que ce mot, pourtant le seul répertorié dans la terminologie affine, soit rejeté signifie-t-il que l’on refuse désormais l’identité affine, que l’on soit d’ailleurs beau-parent ou belle-fille (ou gendre car c’est la même chose à ce niveau) ? Dans l’esprit des personnes, ce terme est en décalage avec la réalité actuelle de la relation affine ou suggère une atmosphère tendue et compliquée. On se détourne d’un terme trop spécifique afin d’exprimer son désir « d’établir un lien plus fort que celui de la seule alliance » (P. Le Guirriec, 1988, p. 94). On s’éloigne d’un terme qui risquerait de renforcer les caractéristiques (supposées négatives) du lien affin, et d’évoquer distance et étrangeté.

« Je n’ai jamais su comment la nommer […] »

5De façon majoritaire, le choix d’un terme d’adresse destiné aux beaux-parents constitue une pierre d’achoppement. Les gendres et brus ne savent pas comment nommer leurs beau-père et belle-mère. Y. Verdier le remarque à Minot : « Une belle-fille, tant qu’elle n’a pas d’enfant, ne peut appeler sa belle-mère, elle ne dispose d’aucun nom » (Y. Verdier, 1979). P. Cotterill regrette « l’absence de repère pour s’adresser aux proches que l’on acquiert par le mariage » (P. Cotterill, 1989).

6De fait, presque toutes les femmes rencontrées pour cette enquête nous ont dit leur embarras et leur difficulté de nommer, tout au moins pendant les premiers mois voire les premières années. « C’était le problème. (rire) Même chose pour mon mari. Alors, on ne nommait pas » (Mme Lechapelain). L’évitement est donc, pendant les premiers temps, la tendance la plus courante. « Je faisais en sorte de ne pas avoir à l’appeler de loin » (Mme Lebreton). « Avant, je ne sais pas comment je l’appelais. Je me demande si je l’appelais » (Mme Gallet). « Avant, je ne la nommais pas (rire). J’essayais de dire “vous”, de trouver une formule qui passait bien » (Mme Brizeux). La difficulté ne se pose qu’avec les beaux-parents. Les beaux-frères et les belles-sœurs sont prénommés, et en général, rapidement tutoyés en raison d’une identité de génération.

7La gêne, l’inconfort, le malaise sont les sentiments que procure l’impossibilité de nommer, perçue comme un frein aux relations interpersonnelles. Elle rend incapable de s’adresser aux gens autrement qu’en bloc, en un « vous » allusif et vague… Le problème se pose avec plus d’acuité, au fil des rencontres, lorsque les relations prennent plus de consistance et que l’emploi de « Monsieur », « Madame » commence à gêner, à choquer. Quelques personnes persistent toutefois volontairement dans ce procédé et mettent en place des ruses, tours de phrases ou intermédiaires. « Je ne dis pas » comment allez-vous ? », je dis « ça va ? » (Mme Avril). Ce procédé est sujet à plaisanterie entre le beau-père et sa belle-fille. « Il me dit que je suis forte en grammaire (rire) ». Mme Vasca fait appel à son fils lorsqu’elle veut faire passer un message à sa belle-mère, absente de la pièce. « Je vais dire à Guillaume : “appelle mamie”, “Tiens ! Va dire à mamie…” ou “va donner ça à mamie…” Mais mon fils est là pour (rire) ». Cette méthode ne peut s’appliquer lorsque les relations sont fréquentes, répétées, quasi-quotidiennes. Elle trouve aussi ses limites lors d’une communication téléphonique. Eviter est possible dans une situation de face-à-face, mais grotesque au téléphone. Mme Lison rit du burlesque de ces moments. « Quand je lui parle au téléphone, je sais tout de suite qui y est. D’ailleurs, elle me dit : – “alors c’est Yvette ? Je dis oui ! Elle dit : tu vois bien qui c’est ? Eh bien je dis oui…” (rire). Alors j’ai pas besoin de direma belle-mère ou (rire) ».

L’enjeu de la désignation

8Eviter n’est considéré que comme une « solution » provisoire. Rapidement pointent le désarroi, la perplexité et le doute même si le problème, souvent ancien, est évoqué dans les rires et l’amusement lors des entretiens. Ce n’est pas parce que la terminologie fait défaut dans la parenté par alliance qu’il faut conclure à une absence totale de règles de comportements, de repères. Les personnes ont recours à une gamme de termes d’adresse et leurs choix comme leurs justifications sont révélateurs du mode de fonctionnement des relations affines.

9L’acte de nommer permet de localiser et classer, pour se situer soi-même dans ce nouveau type d’interaction qui s’instaure. Il construit la relation par alliance et lui donne une existence sociale. Ainsi se trouve défini un statut nouveau, un rôle. Nommer un objet, pour reprendre les termes d’Anselm Strauss, « provoque une ligne de conduite, comme si l’objet s’annonçait sans détour. “Tu sais que je suis ceci ; agis en conséquence envers moi” » (A. Strauss, 1992a). Nommer constitue un véritable pacte. Il exige de se définir comme un élément d’un ensemble général – le groupe de ses parents par alliance – et déclenche un processus d’intégration. La modalité d’appellation définit la relation, en circonscrit les limites. Elle suggère une façon d’ajuster ses comportements avec ceux d’autrui.

10Considérant que le nom révèle, à la fois sur le donneur et sur le receveur, nous cherchons, à travers les « choix » établis par les unes et les autres, à repérer les positions de chacun et les enjeux identitaires de cette entreprise. C’est sur le sens donné à ces choix que sont centrées les analyses qui suivent. Les modalités d’appellation sont un indicateur de distance, souhaitée ou subie, de la relation affine. Nommer définit une certaine distance entre les protagonistes et dénote une idée de la famille. L’analyse des terminologies employées (combinées au tutoiement/vouvoiement) révèle une dynamique de la « bonne distance ».

L’éventail des possibilités

La gamme des termes d’adresse

11En général, l’évitement dans les relations affines ne dure qu’un temps, car cette situation est très inconfortable pour les deux parties en présence. Le plus souvent se met en place une habitude. Pour nommer ses beaux-parents, il existe six possibilités : appeller sa belle-mère par son nom de famille, par son prénom, par « belle-maman », par « maman », par « mamie » ou « mémé », ou éviter. Parmi ces possibilités relevées, une nette préférence est accordée par les belles-filles pour « mamie », « mémé ». Nous ne présentons, pour des raisons de clarté d’exposé, que les termes au féminin, mais beaux-pères et belles-mères sont généralement nommés selon le même modèle.

12La majorité des femmes vouvoie ses beaux-parents ; une sur dix seulement les tutoie. En revanche, les deux tiers d’entre elles sont tutoyées : la situation est donc généralement asymétrique à ce niveau.

13Les diverses modalités d’adresse font l’objet de représentations et d’avis différents. Il convient de les exposer et d’en définir la marque, les particularités, le sens. Nous avons vu dans le premier point que le terme « belle-maman » était peu employé. Pour beaucoup, il n’est même pas entrevu comme solution, ne faisant pas partie de leur univers des possibles.

La phase obligée de l’évitement

14Seules quelques personnes évitent durablement de nommer leurs beaux-parents. Toutefois une majorité adopte cette façon de faire pendant les premières années de leur relation affine, souvent jusqu’à l’arrivée des enfants. Cette modalité est quasiment un passage obligé. L’évitement comme attitude durable, est rare et perçu comme le signe d’une relation négative, compliquée, hantée par des conflits latents. Il représente une solution par défaut (pour ne pas dire « Monsieur », « Madame ») et correspond plus souvent à l’emploi d’un « Vous » anonyme qu’à un évitement total. Il est parfois une fuite de ce qui peut être proposé : c’est le cas de Mme Ricardin qui refusait secrètement d’appeler sa belle-mère « maman » et s’est réfugiée quelque temps dans l’évitement, perçu par elle comme un moindre mal.

Des réticences envers un terme de grande proximité

15Dans de rares cas, les belles-filles se réfèrent à la relation parentale pour nommer leurs beaux-parents. L’utilisation du terme d’adresse « Maman », « Papa » signifie-t-il que la belle-mère est considérée comme une seconde mère, en référence à la mère que l’on a eue ? Ou bien que la belle-fille reprend à son compte le point de vue de son mari, mettant ainsi l’accent sur le principe d’unité conjugale (P. Berger et P. H. Kellner, 1988) ? En nommant ses beaux-parents « papa », « maman », la belle-fille se place-t-elle en tant que fille ou en tant que conjointe ?

16Cette modalité, si elle est peu utilisée, est assez connue. Elle ne laisse pas impassible du fait de la lourde charge affective que ce terme est supposé véhiculer. Mme Boismartel a essayé, de sa propre initiative, cette formule pendant quelque temps, mais elle s’est sentie dépassée par ce qu’elle proposait. « C’est là le problème. Quand on s’est mariés, je l’ai appelée “maman”. Mais j’avais vraiment du mal à dire “maman”. Je l’ai dit pendant plusieurs mois. Mais j’essayais de ne le dire pas trop souvent. Ce n’était pas facile à dire. » « Et des fois, j’essayais de dire bonjour sans dire la suite. “Bonjour !” avec un “bonjour” qui traînait, comme ça, il n’y avait pas besoin de dire “maman”. À partir du moment où il y a eu “mamie”, ça allait ». « C’était plus facile à dire (rire) ».

17Un tiers des enquêtées évoque cette modalité spontanément (sans que cela soit induit lors de l’enquête) pour la rejeter. Il est vrai que plusieurs d’entre elles ont été confrontées directement à cette éventualité, belles-mères ou maris leur ayant proposé cette possibilité. Leur refus fait référence à la relation filiale : c’est en tant que filles qu’elles se rétractent. « Elle m’avait demandé une fois, ma belle-mère, elle m’avait dit qu’elle aimerait bien que je l’appelle maman. Mais ça, c’est déjà plus difficile ! » « Peut-être que si je n’avais plus ma mère Peut-être à la limite ? Mais ma mère étant encore là, non, je crois que j’aurais du mal » (Mme Manguier).

18L’exemple de Mme Géhenne est particulièrement significatif à cet égard. Ayant une mère extrêmement accaparante, presque tyrannique avec ses enfants, Mme Gehenne explique qu’elle ne « pouvait pas » appeler ses beaux-parents « papa », « maman ». « J’ai une mère très, très possessive, très exclusive et qui n’aurait sûrement pas supporté l’idée. Donc je n’ai pas, pour elle, je pense cherché à le faire. J’aurais très bien pu, parce que ce sont des gens très, très gentils. Mais pour ma mère, je ne l’ai pas fait. » En définitive, tous les arguments allant contre cette façon de procéder tournent autour de l’idée que : « On n’a qu’une maman » (Mme Lerbier). « Je ne vais pas l’appeler papa, je n’en n’ai qu’un ! »(Mme Cantin). « Pour moi, on ne peut avoir qu’un père et qu’une mère donc je ne voyais pas pourquoi ça devait se multiplier par deux », objecte Mme Valence.

19Celles qui adoptent aujourd’hui encore ce terme d’adresse ne font pas partie de ce groupe. Elles l’ont fait de leur plein gré, et ont pris très tôt l’initiative de le demander à leurs beaux-parents : avant le mariage, alors que leur relation affine était encore toute récente. « C’est spontané. Ça s’est décidé, nous n’étions pas encore mariés. Ça m’embêtait de dire “Mme Nevers”. J’ai dit : cela me gêne de vous appelerMadame”. Si je dois devenir votre belle-fille, est-ce que je peux vous appeler “maman” ? Et elle a dit oui tout de suite » (Mme Nevers).

« Je l’appelle “maman”. Oui, “maman”. » « Ben oui, comme je n’ai pas d’autre maman. C’est peut-être ça aussi […] C’est différent.
– C’est venu de vous ?
– Oui. C’est moi qui l’ai appelée comme ça. Je lui dis vous, elle me vouvoie » (Mme Ballacey).

20Le choix de Mme Ballacey laisse deviner ses fortes attentes a priori envers une belle-mère. Orpheline depuis l’âge de quinze ans, elle ressentait le besoin de reconstituer un lien maternel. Sa relation conjugale lui en fournissait l’occasion unique ; du moins elle construit comme une évidence le fait que la mère de son mari devienne un peu la sienne aussi. « Parce que moi, j’ai perdu maman à quinze ans. Alors avec mon mari, et sa famille et tout cela, je pensais trouver […] peut-être pas une seconde maman, mais un petit peu. »

Le nom de famille : un terme distant

21Une personne sur cinq environ s’adresse à ses beaux-parents par leur nom de famille. Cette modalité est souvent associée à deux paramètres : le faible degré de connaissance de ses beaux-parents ou la mauvaise entente.

Le faible degré de connaissance de ses affins

22Dans une certaine mesure, les belles-filles vouvoient leurs beaux-parents et les appellent par leur nom de famille tant qu’ils restent pour elles des inconnus. Ce cas de figure intervient pour toutes dans les premiers temps et est perçu comme naturel, normal, un passage obligé. Il se prolonge pour certaines, en raison de la faible fréquence des visites, souvent corrélée à la distance géographique. Entretenir des relations trop sporadiques avec ses beaux-parents permet difficilement de passer à une étape plus familière. L’irrégularité des relations donne l’impression de ne pas se connaître. Mme Avril ne parvient pas à nommer ses beaux-parents par leurs prénoms, comme ils l’invitent à le faire. « Quand j’ai passé deux mois avec eux, j’y arrive. Mais après on ne se revoit plus pendant deux mois et j’oublie. »

Le degré d’entente

23Ce mode d’adresse, lorsqu’il se prolonge, est souvent présenté par les belles-filles comme signe de mauvaise entente. Il choque, ne « sonne » pas chaleureux, familial et présume au contraire une relation froide ou conflictuelle. Souvent, les belles-filles évitent de le dire, se limitant à l’employer seulement dans la formule de salutations.

24Celles qui continuent de nommer ainsi leurs beaux-parents sans pour autant entretenir le moindre conflit avec eux se sentent obligées de se justifier, de préciser leur bonne disposition à l’égard de leurs beaux-parents, preuve que ce terme ne va pas de soi. « Je ne me vois pas la tutoyer, mais cela ne change rien à l’affection que je leur porte. Quand je les appelle c’est Monsieur Legrand ou Mme Legrand » (Mme Cassandre).

25De fait, la plupart des personnes concernées par cette modalité se trouvent dans une situation affine délicate ou conflictuelle. Comme si cette terminologie, en se prolongeant, entérinait une situation déjà tendue, une relation vécue sur le signe du conflit et du désaccord. Comme si cela signait un pacte de distance, une reconnaissance par les deux parties de l’ambivalence des relations ou du désagrément. Mme Cantin s’insurge contre cette façon de faire que lui a infligée son beau-père. « Moi j’ai des relations spéciales avec mes beaux-parents. Moi c’est “Monsieur, Madame” de toute façon. […] Mon mari appelle mes parents “Roger”, “Annick”, il les tutoie. Moi ça aurait été mon rêve ; Eh bien, ce n’est pas possible ! C’est “Vous”, “Monsieur”, “Madame” ! ». Elle explique que c’est contraire à son idée de famille et qu’elle en joue vis-à-vis de ses beaux-parents en présence de tierces personnes, par vengeance. « Oui, parce que cela m’énerve ! Ça les énerve et ça les gêne parce que devant la famille, un repas de famille, je dis : Monsieur Cantin, vous pouvez me donner un peu de vin ? Moi, cela me choque de les appeler comme cela. Mais c’est lui qu’il l’a voulu. Il l’a voulu, il l’a eu. »

26Cette situation est parfois également subie par les beaux-parents, lorsque malgré leurs protestations, leurs belles-filles insistent pour les appeler de la sorte.

La formule préférée

27Certaines femmes adoptent le terme d’adresse de leurs enfants pour nommer leurs beaux-parents. Ceux-ci sont alors appelés « papi et mamie, pépé et mémé, pépère et mémère »… Selon les goûts, les us et les coutumes de chacun – ou de chaque famille. Dans ce cas, la belle-fille passe par la médiation de la relation entre grands-parents et petits-enfants. Elle se place aux côtés de ses enfants dans ses interactions avec ses beaux-parents, mettant ainsi en avant son identité de mère. Cette façon de faire est prédominante : presque la moitié des femmes l’adopte. À la campagne, le choix tend à se porter sur « mémé », « mémère », « pépé », « pépère », tandis que « mamie », « papi » paraissent plus urbains.

28L’âge des beaux-parents joue pour beaucoup dans le choix des termes d’adresse. Face à une belle-mère de soixante-quinze ans, une belle-fille adoptera le vouvoiement et un terme d’adresse exprimant le respect dû à son grand âge. Au contraire, une jeune belle-mère peut refuser d’être rangée dans la catégorie « troisième âge » et trouver peu valorisant d’être appelée « mamie » par sa belle-fille.

29Certes, cette modalité de l’adresse est dans certains cas choisie par défaut, faute d’un terme approprié. « Maman, c’est trop dur à sortir. Ensuite, il y avait belle-maman. Je trouvais que ça faisait assez pompeux. Ou dire belle-mère. […] J’ai essayé de l’appeler par son prénom, mais ça lui faisait un peu bizarre » (Mme Lebreton). « [Mamie], c’est vrai que c’est un peu cucul.

30Mais ils sont assez âgés, je ne voyais pas comment faire. » (Mme Bulot). Mais généralement, ce terme plaît beaucoup. La plupart des belles-filles reconnaissent le côté pratique du terme « papi, mamie » et un nombre important d’entre elles considère la venue de l’enfant comme la solution à l’évitement. « Quand on a eu notre première fille, c’était mamie. (rire) Ca arrangeait bien les choses ! » (Mme Rastier). « On a eu des enfants un an, un an et demi après s’être mariés, alors […] Je ne sais pas comment j’aurais fait ? ». (Mme Renaudin). La venue de l’enfant est quelquefois présentée sur un ton badin, comme un fait presqu’anodin, juste une bonne occasion de règler un simple petit malentendu. « Heureusement qu’on a eu un enfant rapidement (rire) ! » (Mme Lechapelain). « Comme Magali est née un an après [le mariage], ça a été vite réglé ! (rire) » (Mme Ricardin).

31Il semble que ce terme corresponde bien à la « bonne distance » entre une belle-fille et ses beaux-parents. Il est défini, en général, par celles qui l’emploient, comme affectueux, signe de proximité et mettant en avant la nature familiale de la relation. Tout en relativisant la proximité par la médiation du lien enfants/grands-parents, ce qui rend le lien affin moins direct, moins prioritaire. Il est d’ailleurs généralement associé au vouvoiement. Mme Lebreton appelle en définitive sa belle-mère « mamie » : « C’est tendre, et pour ma fille c’est plus simple. » « C’est la mémé de tous les petits-enfants, donc on l’appelle mémé » (Mme Gallet). L’utilisation fréquente de ces termes manifeste la valeur considérable accordée au lien entre générations. « Les papis et les mamies, c’est important » (Mme Lison), entend-on dire très souvent. En adoptant un tel terme d’adresse, la belle-fille institutionnalise dans un même temps la relation grands-parents/petits-enfants.

Prénommer ses beaux-parents

32Une femme sur cinq prénomme ses beaux-parents. Il semble que ce soit le fait des plus jeunes : jeunes belles-filles et jeunes beaux-parents.

Un effet d’âge

33Les beaux-parents âgés de plus de soixante-dix ans sont en général appelés « papi, mamie », tandis que les plus jeunes sont davantage prénommés. Les belles-filles âgées de moins de quarante ans se distinguent des plus âgées : elles prénomment davantage. Elles sont aussi plus nombreuses à opter pour le nom de famille, mais sans doute cette forte proportion est-elle déterminée par la présence de femmes dont la relation affine est récente. Au contraire, les plus âgées des belles-filles, de préférence, reprennent à leur compte le terme d’adresse de leurs enfants. L’âge détermine la présence ou non d’enfants dont on a vu qu’elle influençait le choix.

Un effet de génération

34L’appellation « papi, mamie », correspond aux belles-filles et beaux-parents plus âgés. Le prénom plaît aux plus jeunes, « mamie » aux plus anciens.

35Un effet de génération et de contexte se cumule à l’effet de l’âge et de la place dans le cycle de vie. Aujourd’hui, « mémé », « mamie »… ont perdu leur caractère d’évidence et sont parfois perçus comme des termes désuets, « cucul » (Mme Bulot). Ils semblent être supplantés par l’utilisation réciproque du prénom. Les mêmes belles-filles qui appellent leur belle-mère « mamie » imaginent souvent autre chose (en général le prénom) pour elles-mêmes lorsqu’à leur tour leurs enfants leur présenteront leur conjoint. Elles ressentent désormais ce terme d’adresse comme pesant, propre à une certaine image de la vieillesse dans laquelle elles ne se reconnaissent pas. Les propos de Mme Rastier sont représentatifs. « C’est vrai qu’à l’époque actuelle, c’est plus facile de dire par le prénom. C’est plus simple, plus sympathique aussi. Je vois ma fille, elle a un copain. C’est pareil, lui, il était gêné. Il ne savait pas comment m’appeler. J’ai dit : “bon, il faut m’appeler par mon prénom”. C’est plus amical ; ça passe bien, quoi. »

36On ne nomme pas ses affins en 1990 comme on le faisait en 1960 car le contexte global a changé. « Quand j’ai mon beau-père au bout du fil, je suis bien obligée de demander “ma belle-mère”. Je ne peux pas faire autrement. Je ne vais pas direBernadette quand même ! (rire) » dit Mme Lison, une femme d’une quarantaine d’années pour qui prénommer les parents de son mari serait inconcevable. Les relations de famille se sont transformées, et avec elles les façons de nommer. Aujourd’hui, on assiste au déclin des termes d’adresse « traditionnels » et les enfants prénomment parfois parents et grands-parents, ou bien leur donnent un diminutif affectueux. Au sein de la famille contemporaine, « la personnalisation fonde désormais les liens familiaux » (F. de Singly, 1993, p. 15). On se pense dans un contexte de relations interpersonnelles et non dans des rôles.

L’adresse, un indicateur de la « bonne distance »

La gestion des risques

37Les discours des belles-filles sur l’adresse dévoilent leurs conceptions de la « bonne distance » entre elles et leurs beaux-parents. L’acte de nommer n’est pas neutre et comporte des enjeux, les deux interlocuteurs ne mesurant pas forcément la justesse de la relation de la même façon.

38L’appellation pose des questions d’ajustement. Il faut trouver un positionnement adapté à travers elle, c’est-à-dire tenir compte du fait que d’autres sont concernés. Peut-on par exemple se passer de l’acquiescement du mari, ignorer la suggestion d’un beau-frère ?

39L’attention portée par les belles-filles aux termes d’adresse révèle le souci d’une gestion des risques. Schématiquement trois types d’enjeux peuvent être distingués : des enjeux d’ordre affectif, de territoire, et d’autorité.

Enjeux affectifs

40Des discours des belles-filles ressort l’idée qu’il existe des appellations froides, impersonnelles et d’autres chaleureuses et fortes au contraire. Il existe des gradations à cet égard. Ainsi, « mamie » est perçu comme plus affectueux que « Madame ». Plus précisément, correspondent à une impression de distance le vouvoiement, seul, ou associé au terme d’adresse « Monsieur, Madame » ; à une impression de proximité, l’emploi de « mamie » ou du prénom et, éventuellement, le tutoiement. Les appellations froides sont celles dont on se sert dans la vie courante à l’égard de ceux avec qui on n’a pas d’affinités électives. L’appellation est corrélée à un degré d’investissement affectif. Les personnes usent des termes d’adresse pour exprimer leurs sentiments à l’égard de leurs beaux-parents. Mme Amand, une belle-fille déçue, s’exclame : « Mamie, à la rigueur, ça passe. Mais “maman”, ça jamais ! Je ne l’ai jamais dit et je ne le dirai jamais. Je sais qu’elle aurait bien aimé. Mais ça, elle peut toujours attendre ! Par rapport à tout ce qu’elle m’a fait ! »

Enjeux de territoires

41Une belle-fille peut préférer une appellation froide non pour des raisons affectives, de mauvaise entente, mais pour protéger ses « territoires ». Ainsi, Mme Derviche ne voulait pas prénommer ni tutoyer ses beaux-parents, du moins au début, pour « montrer [ses] marques ». Derrière les modalités d’adresse se profilent en effet les questions de « territoires » personnels. E. Goffman emprunte ce concept à l’éthologie pour désigner un objet, un espace, un individu sur lesquels un autre individu s’accorde un droit (de regard, de contrôle, d’intervention). (E. Goffman, 1973b.) Dans quelle mesure le tutoiement permet-il la sauvegarde de territoires qu’on ne souhaite pas toujours partager avec ses affins ? Peut-on plus facilement avoir une explication en tutoyant ou en vouvoyant ?

42Le vouvoiement à lui seul ne suffit pas à exprimer ou déterminer un sentiment de distance affective, puisqu’un tiers des personnes l’emploie tout en s’estimant proche de ses beaux-parents. En revanche le tutoiement, d’un emploi rare chez les belles-filles, ne correspond pas toujours à de la proximité. Il est parfois subi plus que choisi.

Enjeux d’autorité

43À travers l’appellation, ce sont aussi des rapports d’autorité et des rapports de forces qui s’expriment, quelquefois directement, plus souvent de façon masquée, car l’idée de famille n’autorise pas tellement l’expression ouverte de rapports de forces. Mme Vautrin, une femme très heureuse de ses relations affines, affirme pourtant que se vouvoyer réciproquement est préférable car « ça donne une personnalité à la belle-fille ». Mme Vautrin raisonne en fonction de sa situation personnelle, caractérisée par la reprise, avec son mari, de l’exploitation agricole de ses beaux-parents. Pour éviter tout glissement vers des rapports de hiérarchie, elle refuse catégoriquement le schéma dissymétrique vouvoyer/être tutoyée. De plus, elle perçoit le vouvoiement réciproque comme davantage porteur d’égalité que le tutoiement réciproque. Mme Vautrin ne tarit pas d’éloges sur sa belle-mère qu’elle appelle par son prénom mais ne souhaite pas tutoyer. « Non, et ma belle-mère ne me tutoie pas non plus. Elle m’a posé la question : je ne sais pas pourquoi on ne se tutoie pas. Mais nous sommes habituées et c’est mieux comme cela. Ça fait plus chacun chez soi. Moins hardie l’une envers l’autre. Cela nous donne une petite distance au niveau personnalité. On travaille déjà ensemble dans le même Gaec (Groupement agricole d’exploitation en commun)… ».

44Proposer une triple lecture ne veut pas dire que ces trois points sont présents dans tous les discours. De plus, tous ces enjeux ne sont pas dits de façon explicite. Au contraire, les personnes présentent leurs façons de faire surtout en terme d’incapacité plus qu’en terme de stratégies délibérées.

« Je ne pouvais pas l’appeler maman ».
« Ça ne passait pas ».
« Je n’arrive pas à les tutoyer ».

45À certaines propositions qui leur sont faites, les belles-filles opposent un refus, qu’elles interprètent non pas comme problème relationnel, mais comme une frontière, ou un seuil qu’elles n’arrivent pas à franchir. Elles marquent ainsi leur bonne foi : ce n’est pas un acte de volonté. Leur argumentation repose sur le registre du naturel, et sur l’idée que les choses doivent se faire de manière évidente.

Symétrie et dissymétrie

46L’historien M. Vovelle met en évidence le poids des mesures symboliques durant la Révolution Française. Une des mesures prise en faveur d’une société égalitaire fut la suppression du vous et des appellations distinctes. La Révolution « s’attaque aux mots comme elle s’attaque aux privilèges et aux réalités sociales qui les sous-tendent » (M. Vovelle, 1988). Le tutoiement qui s’impose au moins en l’an II manifeste une volonté d’abolition des hiérarchies et des inégalités. À travers l’adresse, ce sont donc des rapports de forces qui s’expriment. D. Guido l’a bien montré en ce qui concerne l’univers du travail. « La différence hiérarchique, facteur de distance habituel, rend l’adresse asymétrique » (D. Guido, 1991). La famille n’est pas un endroit exempt de rapports de forces et d’enjeux d’autorité, mais un lieu où s’expriment des statuts, des décalages, des goûts et des luttes. Les rapports d’autorité au sein de la famille sont ici étudiés par le biais de l’adresse.

Qui propose ?

47Comprendre comment s’impose une modalité d’adresse suppose en premier lieu de se focaliser sur la prise d’initiatives. Qui suggère le premier et quoi ?

48Globalement, une attitude de prudence se dégage de part et d’autre. La gêne et l’embarras envahissent tous les protagonistes. Mais la difficulté de nommer n’est pas réciproque avec la même intensité. Si, dans les premiers temps, il arrive que les beaux-parents marquent quelque hésitation, ce sont eux, toutefois, qui prennent le plus d’initiatives sur la décision à prendre, tant pour nommer que pour être nommés. Ils savent rapidement comment s’adresser à leurs belles-filles, ou du moins prennent des initiatives dans de sens. Ils suggèrent également à leurs belles-filles des termes d’adresse les concernant. Par exemple, une personne qui prénomme ses beaux-parents, agit en général selon leurs suggestions. « Elle m’a rapidement demandé de lui dire “tu” et de l’appeler Madeleine » (Mme Jean).

49Les belles-filles sont plutôt en situation de demandeuses vis-à-vis de leurs beaux-parents. Elles attendent qu’ils fassent le premier pas, qu’ils proposent une modalité pour sortir de la situation de confusion que crée l’évitement. La position de Mme Plessis reflète cette attente des belles-filles. « C’est à eux de proposer. Ce n’était pas à moi de dire : j’en ai assez de vous appeler “Monsieur, Madame” ! C’est la politesse ! » « J’aurais pu les appeler par leur prénom mais ils ne m’ont jamais rien dit » (Mme Rastier). « Elle ne m’a jamais demandé de la tutoyer » (Mme Langelot). Le silence des beaux-parents suscite parfois des regrets car il est perçu comme de l’indifférence. Ces premières propositions sont en effet un des processus d’enclenchement de la relation affine.

50Les beaux-parents proposent plus que ne le font les belles-filles, souvent en position d’attente. Est-ce un effet d’autorité ? Qu’est ce que signifie respecter ses beaux-parents ? Les façons de nommer sont-elles symétriques entre beaux-parents et belles-filles ? Les belles-filles nomment-elles comme elles sont nommées ? Tutoient-elles si elles sont tutoyées ?

Perception de la dissymétrie

51Les situations de dissymétrie dans l’appellation sont plus fréquentes que les situations de symétrie, tant dans la façon de nommer que dans le choix de tutoyer ou vouvoyer. Il existe peu de réciprocité entre les façons de faire des beaux-parents et celles des belles-filles. La dissymétrie va toujours dans le même sens. Il n’existe aucun exemple de belle-fille qui tutoierait ses beaux-parents alors qu’elle serait par eux vouvoyée. La symétrie est beaucoup plus fréquente avec le vous réciproque qu’avec le tu. Dans les termes d’adresse, elle recouvre les cas où beaux-parents et belles-filles se prénomment mutuellement. Ces caractéristiques renvoient à deux logiques différentes.

• Deux logiques

52Si la symétrie est source de satisfaction, les situations dissymétriques sont plutôt bien acceptées. Les discours validant ces dernières reposent sur deux argumentations : le respect des aînés et la protection des territoires.

– Le respect des aînés

53Les belles-filles édifient, à des degrés divers, les relations affines sur un principe de respect de la génération antérieure : respect de l’âge et de l’expérience, qui s’exprime dans l’adresse notamment à travers le vouvoiement des aîné (e) s et l’utilisation restreinte du prénom par les belles-filles. « Et moi, je ne les appelle pas. Je les vouvoie parce que je crois qu’il y a un respect, bon, ne serait-ce que par rapport à l’âge. Je les aime beaucoup et je les respecte beaucoup, donc je les vouvoie » (Mme Dupré). Le vouvoiement de ses aîné (e) s est souvent interprété comme « une question de politesse » (Mme Plessis) en référence à une position dans la hiérarchie des âges.

54La dissymétrie va toujours dans le même sens : vouvoyer ses beaux-parents et être par eux tutoyée. L’inverse est inenvisageable et tiendrait du carnavalesque : ce serait le monde renversé. Cette dissymétrie disparaît avec les collatéraux : les belles-filles tutoient leurs beaux-frères et belles-sœurs et les prénomment, pour peu qu’ils appartiennent à la même tranche d’âge. Lorsqu’existe une grande différence d’âge, le problème tend à ressembler à celui des beaux-parents. C’est la différence de génération qui crée bien souvent une réticence à tutoyer ou prénommer. « Je n’ai jamais pu tutoyer des gens qui avaient 20 ans de plus que moi, que je n’avais jamais vus, que je ne connaissais pas » (Mme Valence). Cette façon de faire est souvent présentée sur le ton de l’évidence. « Je pense que, de façon naturelle, on vouvoie », dit Mme Géhenne alors qu’elle-même est tutoyée. « Je conçois bien de tutoyer les gens de mon âge, mais les gens plus âgés, j’ai plus de mal. C’est une question d’éducation ». (Mme Plessis). « Je ne les aurais pas appelés par leurs prénoms, ah non ! » (Mme Renaudin).

55Dans cette logique, vouvoyer n’est pas perçu comme un éloignement affectif, ni vécu comme une injustice. Le « tu » des beaux-parents envers leur belle-fille correspond à une attitude normale, habituelle dans les relations avec une personne nettement plus jeune.

– Délimitation de territoires

56L’acceptation de la dissymétrie par les belles-filles est parfois motivée par un souci de protection de leurs territoires personnels dans le sens où l’entend E. Goffman (1973b). C’est une manière d’évaluer la distance correcte entre soi et ses affins, une façon de définir à chacun sa place de façon claire. Dans ce cas, le vouvoiement ne serait plus la marque d’un respect des aînés mais une manière de mettre une distance considérée comme convenable.

57Certaines belles-filles refusent explicitement, pour cette raison, de tutoyer ou de prénommer leurs beaux-parents alors même que ceux-ci le proposent. « Je n’ai pas voulu les tutoyer tout de suite. Je voulais qu’il y ait une certaine distance entre nous d’abord. Pour bien montrer mes marques, quoi On n’empiète pas sur mon terrain facilement. Je voulais marquer mes limites. Un peu comme ferait un animal… » (Mme Derviche). E. Goffman montre qu’il est plus facile de se rapprocher de quelqu’un que de s’en éloigner (E. Goffman, 1973b). La copinerie peut être difficile à perpétuer : comment faire passer un mécontentement lorsque l’on est si proche ?

• Une dissymétrie tolérée à certaines conditions

58La dissymétrie est relativement bien acceptée si elle est discrète et dosée. La relation affine ne doit pas être présentée comme un rapport d’imposition par les beaux-parents. Une éthique de l’égalité reste globalement sous-jacente. Une dissymétrie trop grande rend insatisfaite lorsqu’elle correspond à une très grande distance dans la relation et/ou, à une inégalité trop manifeste (vous + Mme/tu + prénom). Ceci est alors interprété par les belles-filles comme une domination (Cf. 2e partie).

59En définitive, la dissymétrie, souvent dosée, est moins le signe d’un rapport de domination des beaux-parents envers leur belle-fille que la recherche d’une distance idéale. Elle résulte d’une tension entre ces différentes logiques : respect des aînés, protection de ses territoires et éthique de l’équité. Un élément seulement de dissymétrie ne déplait pas. C’est pourquoi les deux configurations suivantes plaisent tant : le tutoiement réciproque associé aux « prénom/mamie » ou le prénom réciproque associé à l’emploi du tu et du vous.

L’appellation comme pratique sexuée

60Les modalités d’appellation apparaissent comme des pratiques sexuées : belles-filles et gendres ne nomment pas exactement de la même façon leurs beaux-parents ; le beau-père et la belle-mère font l’objet d’un traitement légèrement différent en ce qui concerne l’adresse.

Nommer les beaux-parents

61Les façons de nommer sont moins une affaire de couple que le résultat d’un ajustement entre beaux-parents et beaux-enfants. Maris et épouses interviennent peu pour suggérer un terme d’adresse à leur conjoint. La négociation conjugale n’intervient qu’en cas de désaccord profond, lorsque l’un des partenaires utilise des termes codés par l’autre comme étant trop distants (« Madame », « Monsieur ») ou trop proches (« maman », « papa »). Mme Valence désapprouve son mari qui « appelait “papa, maman”, tout le monde : mon père, ma mère, ses beaux-parents donc. » Ce terme évoque une proximité inacceptable selon elle. « Ça a un côté ambigu ». Elle-même a refusé de nommer de la sorte ses beaux-parents, ce qu’aurait pourtant souhaité son mari.

62Les époux ne nomment pas forcément de la même façon leurs beaux-parents respectifs. Cette différence n’est pas problématique en soi d’un point de vue conjugal.

63Les belles-filles ne nomment pas leurs beaux-parents de la même façon que les gendres. Les hommes prénomment en majorité, alors que les femmes emploient le terme « mamie » en priorité. Une différence de point de vue existe entre hommes et femmes à ce sujet, qui renvoie probablement à des rôles sexués, le terme « mamie » référant directement aux enfants. Le mari de Mme Bulot évite de nommer ses beaux-parents à qui il refuse de dire « papi » « mamie », termes qu’il juge « cucul ».

64L’emploi du terme « maman », « papa » est également beaucoup plus fréquent chez les hommes que chez les femmes : selon leurs épouses, ils l’emploient de façon plus spontanée qu’elles, ce qu’elles comprennent parfois difficilement.

65Appeler ses beaux-parents par leur nom de famille fait également l’objet d’un traitement différentiel chez les hommes et les femmes. Ces dernières ont parfois recours à cette solution à laquelle les hommes semblent plus réticents.

66On repère une plus forte propension à tutoyer chez les gendres ; les belles-filles en général vouvoient tandis que plus d’un gendre sur quatre tutoie. On remarque que quelques-uns tutoient leur beau-père mais vouvoient leur belle-mère.

67L’attitude des gendres semble marquée par une plus grande prise d’initiative : soit en proposant eux-mêmes, soit en refusant ce qui est proposé. Ils hésitent moins à ne pas reprendre à leur compte les habitudes de la maison, c’est-à-dire à rentrer dans une logique de l’inédit. Ils se permettent des innovations, voire des formules de plaisanterie : « Jolie-maman » (M. Cassandre), « la mère Carral » (M. Lapierre). Les belles-filles se situent plus dans une situation d’attente, saisissent les occasions plutôt qu’elles ne les créent. Est-ce une attitude de prudence, due au fait que la protection des territoires et la gestion des risques serait plus délicate pour les femmes ?

68Cette réflexion dépasse largement la question de l’adresse. Ce léger décalage en ce qui concerne l’appellation est peut-être le signe d’un décalage plus profond entre l’identité de gendre et celle de belle-fille, identités qui reposent aussi sur des rôles sexués : la femme serait la gardienne de la famille, intermédiaire entre le mari et les beaux-parents (P. Cotterill, 1989 ; L. -R. Fischer, 1983b), organisatrice des relations avec la famille (entrevues avec les petits-enfants, réunions de famille, cadeaux, etc.). L’homme aurait un rôle moins centré sur la famille, ou de façon moins quotidienne.

69Davantage d’investissements dans la famille et la parenté chez les belles-filles que chez les gendres, une plus grande proximité au quotidien, signifient aussi davantage de « risques ». Et un besoin de protéger ses « territoires ». L’adresse peut être un moyen d’exprimer ses souhaits à ce niveau et d’équilibrer la situation en contrebalançant la forte proximité de fait par une petite distance verbale – ce dont les gendres n’ont pas besoin.

70En général les beaux-parents font l’objet d’un traitement équivalent de la part de leurs beaux-enfants en ce qui concerne l’adresse. Si la belle-mère est tutoyée ou vouvoyée, le beau-père le sera aussi. Pareillement, ils sont le plus souvent nommés de la même façon. Mais ce traitement équivalent connaît quelquefois des entorses. Lorsqu’il existe un décalage, les belles-filles et les gendres privilégient une proximité plus grande avec le beau-parent de leur sexe. Tout se passe comme si l’identité de sexe rendait plus à l’aise les affins.

Nommer ses beaux-enfants

71Nous avons vu que les gendres prennent plus d’initiatives et qu’ils tutoient plus que ne le font les belles-filles. Inversement les gendres sont légèrement plus tutoyés par leurs beaux-parents que ne le sont les belles-filles. Sans doute pour les mêmes raisons que celles évoquées précédemment, les beaux-parents perçoivent différemment gendres et belles-filles. Les attentes diffèrent ; la définition d’un bon gendre ne coïncide pas avec celle d’une bonne belle-fille.

72Un léger décalage existe entre les pratiques des beaux-pères et celles des belles-mères. Il semble que les beaux-pères aient plus d’aisance avec le tutoiement que leurs épouses, plus réticentes. Dans quelques cas, le gendre ou la belle-fille est tutoyé par le beau-père mais vouvoyé par sa belle-mère. Les belles-mères tutoient moins ; en particulier, elles offrent plus de réticences au tutoiement envers leurs gendres qu’envers leurs belles-filles. Le petit nombre de cas nous incite à la prudence. Nous pouvons toutefois rappeler les hypothèses ethnologiques sur le tabou de la belle-mère (A. R. Radcliffe-Brown, 1968) : un plus faible écart d’âge entre gendre et belle-mère constitue une proximité trop grande, qu’il faut contrebalancer par une mise à distance, au moyen de l’adresse – ou de la plaisanterie.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search